État des lieux de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal

► ὁ λύχνος n° 166, novembre 2023.

Vue de l’UCAD 2 (Université Cheikh-Anta-Diop) de Dakar.

Introduction

Dans un contexte où beaucoup d’apprenants sénégalais, comme beaucoup d’autres, ailleurs dans le monde1, abandonnent les Langues et Civilisations anciennes, notamment le grec et le latin, qu’ils considèrent comme des langues « mortes »2, sans se demander si ces langues, dites « mortes », contiennent différents savoirs, il nous revient de faire l’état des lieux de leur enseignement et de leur apprentissage au Sénégal, en traitant de leur historique et de leur actualité. En effet, le Sénégal était un pays où les Langues et Civilisations anciennes étaient au cœur de l’enseignement, et cela, depuis le temps des colonisateurs jusqu’à la première décennie des indépendances, grâce au président-poète Léopold Sédar Senghor qui a beaucoup contribué à l’implantation et à l’expansion de leur enseignement. Les actes posés par Léopold Sédar Senghor sont visibles partout et en tout temps au Sénégal, car, lorsqu’il était président du Sénégal, beaucoup d’apprenants, qui avaient choisi ces langues et qui y excellaient, bénéficiaient de bourses d’études leur permettant de suivre ces enseignements au Sénégal et/ou en France. Mais, depuis qu’il a quitté le pouvoir, on constate un délaissement progressif de ces langues et civilisations, jugées négativement par certains apprenants qui ont reçu de mauvaises informations de la part des détracteurs. Les raisons qu’ils donnent se résument en ces points : ces langues sont non seulement « mortes », mais elles sont aussi très difficiles à parler et ne servent à rien ; en plus, les places horaires que les établissements donnent pour suivre les cours ne les arrangent pas. De tels discours, sans fondements réels, font des ravages dans les établissements scolaires, moyens /collèges comme secondaires/lycées, et dans les universités du Sénégal, car ils apeurent les apprenants en leur promettant un avenir sombre, s’ils choisissent les langues et civilisations grecques et latines.

Les résultats de tels discours, c’est que l’effectif des étudiants orientés au Département de Langues et Civilisations anciennes de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar diminue drastiquement, chaque année. À cela s’ajoute le fait que les enseignants formés à la Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation (FASTEF) ex-École Normale supérieure (ENS) dans les langues et civilisations anciennes enseignent le français (langue et littérature), au lieu des matières pour lesquelles ils sont formés et qu’ils sont censés enseigner une fois sortis de la FASTEF. Sans doute le taux horaire insuffisant et les heures mal placées de ces langues, la réticence des parents d’élèves, la reconversion des enseignants classiques doivent-ils pousser à négliger davantage ces langues non seulement formatrices, mais également génératrices de belles opportunités de carrières. La présente étude aura pour objet de mettre en lumière l’état des lieux de l’enseignement du latin et du grec au Sénégal. Pour bien cerner cette problématique, nous allons analyser ce sujet sous deux angles. Dans la première partie, il sera question de faire l’historique et d’étudier les méthodes et les problèmes de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal. Dans la deuxième partie, nous traiterons des solutions et des perspectives d’emploi.

I. L’enseignement des Lettres classiques au Sénégal : historique, méthodes et problèmes

L’étude du latin et du grec est marquée, à ses débuts, par une présence d’enseignants-coopérants envoyés de la France, ce qui fait que les méthodes utilisées au Sénégal s’inspirent de celles de leurs enseignements, même si elles se sont améliorées au fil du temps.

I.1. L’historique de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal 

Dans l’espace francophone, l’école africaine est héritière de l’école française. En effet, à l’époque coloniale, l’enseignement était donné en français et dans un des dialectes de l’ethnie dominante du milieu3. Avec la création définitive de certains établissements de la métropole, en particulier le Petit Séminaire Saint Joseph de Ngazobil en 1853, on assista, plus tard, à l’introduction d’une langue classique, le latin4. Le contenu de cet enseignement de la langue latine était le même que ce qu’on donnait aux apprenants fréquentant les établissements scolaires en France. Les propos de Senghor, lors de son passage à Ngazobil, le 12 février 1970, en témoignent : « C’est à Ngazobil que je suis formé intellectuellement. J’ai appris le français et le wolof en même temps, j’ai appris le latin de 1914 à 1922.5 »

Quant au grec, son apprentissage fut progressivement introduit dans le programme sénégalais. Il représentait, avec le latin, la série classique. En effet, à partir de la quatrième, les latinistes étudiaient le grec et choisissaient une deuxième langue vivante en plus de l’anglais : soit l’arabe classique, soit l’allemand, ou l’espagnol. En seconde, au lycée, l’élève helléniste ou latiniste pouvait choisir définitivement ou l’enseignement littéraire, ou les disciplines scientifiques, économiques, technologiques. Et « […] il va de soi qu’un bon élève classique, désirant entrer dans une section scientifique, C par exemple, peut conserver la langue classique de son choix en matière à option.6 »

Après avoir fréquenté le moyen et le secondaire, pour être accepté comme étudiant au Département de Langues et Civilisations anciennes, appelé autrefois Département de Lettres classiques, jusqu’aux événements de mai 1968, il faut, au préalable, obtenir le baccalauréat A1 qui est maintenant dénommé baccalauréat L1-Option 1a (Langues et Civilisations anciennes) : L1a, ou le baccalauréat A2 qui est maintenant dénommé baccalauréat L1 – Option 1b (Langues et Civilisations anciennes) : L1b. L’Option 1a contient le grec et le latin, alors que l’Option 1b contient le latin. Tout cela explique que le Département compte des étudiants qui sont de l’option A, c’est-à-dire des étudiants qui ont étudié le latin depuis la 6e et le grec depuis la 4e ; et des étudiants de l’Option B, ceux qui ont seulement étudié le latin au moyen et au secondaire et qui commencent le grec au Département.

Au niveau universitaire, le latin et le grec ne s’enseignent qu’au Département de Langues et Civilisations anciennes. C’est le seul Département, dans les universités sénégalaises, où sont enseignées les Langues et Civilisations grecques et latines. C’est une entité de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et, comme tel, il est sous la juridiction du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). En même temps que l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, ce Département est créé en 1957. Pour assurer la politique d’excellence des enseignements et des apprentissages à l’UCAD, le président-poète Léopold Sédar Senghor a initié en même temps les Départements de Lettres classiques, d’Arabe, de Mathématiques et de Physique.

Au début, c’étaient surtout des enseignants-chercheurs français (des coopérants) qui dispensaient les cours. Parmi eux, on peut citer, entre autres, les hellénistes, tels que Marcel Chiapporé qui fut le premier chef du Département, Michel Woronoff, Jacques Puiggalli et Patrick Counillon ; les latinistes, comme François-Régis Chaumartin, Lionel Poirier de Narçay, Nicole Méthy et Monique Vincent.

L’admission était directe avec la moyenne de 10/20. Les étudiants composaient dans les matières suivantes : dissertation, ou commentaire, ou résumé de texte de littérature française ou africaine, phonétique générale, version latine et grecque en première année, thème latin et grec en deuxième année, civilisation.

Depuis 1979, des enseignants-chercheurs sénégalais ont commencé à donner des cours de grec et de latin au Département. La plupart d’entre eux ont fait leurs études supérieures en France. Parmi eux, on peut citer ceux qui sont hellénistes, Étienne Teixeira, Oumar Ba, Mame Sow-Diouf, Djibril Agne et Oumar Sankharé ; ceux qui sont latinistes, tels qu’Eugène Diouf, Émile Samba Ndiaye et Pierre Sarr ; ceux qui sont spécialistes en civilisations anciennes, tels que Babacar Diop et Malick Ndoye.

C’était toujours l’admission directe avec la moyenne d’au moins 10/20 pour les trois principales matières enseignées : la dissertation sur un sujet ou le commentaire de textes en littérature française ou africaine, faire le thème grec et la version latine alternativement et passer l’examen sur le cours d’Histoire et Civilisation.

I.2. Les méthodes appliquées dans l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal et les problèmes rencontrés

En 1960, avec l’ère des indépendances, Léopold Sédar Senghor fructifie l’héritage de l’antiquité classique au moment où il constatait que « […] les vieux peuples latins, les héritiers directs de la romanité et de l’hellénité renoncent […] », « […] peu à peu aux langues classiques […] ». Ainsi une nouvelle méthode d’enseignement est-elle mise en place : c’est la méthode audio-visuelle appelée Africani Latine discunt. Elle a été élaborée avec le Département de Langues et Civilisations anciennes de l’UCAD en liaison avec le Centre de Linguistique appliquée de Dakar (CLAD) et les enseignants du second degré. L’enseignant disposait, entre autres, d’un matériel simple (magnétophone, tableaux de feutre, figurines, etc.). Cette méthode s’appliquait pour le latin. Elle s’appuie sur les fondements culturels africains et la situation socio-économique particulière des pays en question7. « Un arrêté ministériel portant cette généralisation progressive de la méthode à l’ensemble du cycle moyen et secondaire général de l’enseignement classique public et privé a été promulgué en avril 1975.8 » Seulement, il convient de signaler que l’apprentissage du grec n’a pas connu la méthode audio-visuelle comme l’enseignement du latin. Mais « […] des travaux ont été faits sur les points de contact entre la civilisation négro-africaine et la civilisation grecque.9»

Toutefois, d’autres méthodes applicables aux deux disciplines furent adoptées. Ces méthodes et outils, utilisés dans le moyen et dans le secondaire, pour enseigner la déclinaison, la morphologie et la syntaxe10, les civilisations et les cultures grecques et latines étaient l’enseignement par objectifs à partir des extraits de textes et des manuels grecs ou latins. Ces méthodes consistaient, dans les petites classes, à lire ou à réciter la leçon du jour après un jeu de questions-réponses. L’enseignant expliquait un point de grammaire et présentait une liste de vocabulaire, puis proposait des exercices d’application. Ces méthodes reposaient donc sur la mémorisation, l’imitation mécanique dans les exercices de thème et de version, et dans les études grammaticales en grec et en latin. C’était toute une saine et salutaire gymnastique de l’esprit11.

Dans les grandes classes, de la quatrième au secondaire, aussi bien pour le latin que pour le grec, l’élève était interrogé sur la préparation du jour et traduisait le texte en isolant et en analysant les groupes de mots. L’enseignant reprenait et corrigeait la préparation. La suite du texte était traduite en improvisation. Chaque élève travaillait à son tour et ajoutait rarement à cela des commentaires stylistiques ou historiques12. L’enseignant leur proposait aussi des exercices de thème et de version portant sur les grands auteurs classiques. C’est pourquoi, au moyen comme au secondaire, les évaluations des apprentissages se faisaient le plus souvent sous forme de devoirs de thèmes et de versions en classe ou en dehors de la classe, et de compositions de fin de semestre.

Actuellement, dans les petites classes, les enseignants donnent aux élèves des instruments (sites web, bases de données, manuels…) qui leur permettent d’aborder les grands auteurs. Ils leur inculquent lentement et patiemment les connaissances de base en morphologie et en syntaxe. Ils leur donnent des savoirs simplifiés, en les habituant à la méthode et en formant leurs esprits par l’analyse, la réflexion logique et le jugement par de petites phrases latines ou grecques.

Dans les grandes classes, les enseignants utilisent surtout cette méthode pédagogique : observer, découvrir et comprendre les faits de langue et d’éléments de civilisations à partir de textes ; réutiliser les apports grammaticaux dans des exercices de manipulations de la langue de type très divers centrés sur le point à assimiler, dont la finalité essentielle est la familiarisation avec les structures de la phrase latine ou grecque. Cela favorise l’animation de la classe, parce que ces points sont conçus non seulement à l’oral, mais aussi à l’écrit pour vérifier les objectifs de la leçon du jour. Dans le cadre d’une pédagogie active, les enseignants leur proposent aussi des thèmes de recherche sur les légendes et sur les éléments de civilisation du programme qui les aident à rafraîchir leur mémoire ou à découvrir des nouveautés dans d’autres disciplines comme l’histoire et la philosophie.

Une autre méthode, actuellement appliquée dans les classes, préconise un enseignement plus vivant, une étude de la langue réflexive, un apprentissage du latin et du grec permettant aux élèves de lire les auteurs et leur rappelant la position centrale des textes. Ici, il ne s’agit pas de former des traducteurs, mais plutôt d’initier l’élève au travail d’interprétation des textes qu’implique l’acte de traduire et de développer des compétences aussi bien en lecture qu’en écriture13.

Il est important de noter les problèmes que les élèves et étudiants rencontrent. Dans les établissements publics, en général, on abandonne librement l’option grecque ou latine en fin de troisième ou de seconde au profit des matières scientifiques. À la Maison d’Éducation Mariama Ba de Gorée, nous trouvons des hellénistes intéressées et très motivées, mais la série scientifique fait obstacle à l’enseignement du grec. Pour l’année 2020-2021, il y avait quatre hellénistes en classe de 4e, deux en 3e et une en classe de seconde. En classe de 1 ère, parmi les quinze élèves, on comptait trois hellénistes qui ont toutes choisi la série scientifique. En terminale, les huit élèves, anciennes hellénistes, ont abandonné le grec. Pour les deux établissements privés catholiques, les élèves du Petit Séminaire de Saint Joseph de Ngazobil continuent le latin et le grec au Séminaire moyen de Thiès en suivant les enseignements au collège Saint Gabriel avec des effectifs d’environ vingt élèves par niveau. Il faut noter, malheureusement, qu’après l’obtention du BFEM14, en classe de 3ème, certains élèves choisissent les filières scientifiques au détriment des Lettres classiques. D’autres, en cas d’abandon des études ou de renvoi de l’établissement, ne continuent plus le latin. Pourtant, les méthodes de base de l’enseignement sont employées.

L’une des raisons de cet abandon est, comme nous l’avons dit, le développement des sciences. En effet, l’État, dans sa politique de revalorisation des programmes scolaires, adopte celle visant à promouvoir et développer l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques dans les études moyennes-secondaires. Certaines grandes écoles d’ingénieurs en France exigent de leurs étudiants qu’ils commencent le latin dès le lycée, car elles ont constaté la baisse de niveau chez ces derniers. C’est pourquoi, si le latin attire toujours les gens depuis la seconde, c’est qu’ils veulent enrichir leurs CV et les rendre acceptables par les grandes écoles en France. Ainsi, quelques disciplines, particulièrement le grec, sont-elles négligées. Comme le dit Léopold Sédar Senghor, « […] l’épanouissement de l’homme ne réside plus dans sa domination spirituelle sur les êtres et les choses mais dans sa capacité à agir matériellement sur l’environnement, le monde, voire l’univers.15 » 

Toutefois, les abandons ne sont pas seulement dus aux autres séries choisies, mais aussi à la volonté de certains enseignants. En effet, outre le facteur avancé, la présence en recul de ces langues, dans le moyen et le secondaire, est due à deux autres facteurs. Tout d’abord, certains enseignants formés en Lettres classiques n’exercent pas la profession pour laquelle ils ont été formés et ne font aucun effort, ou en font peu, pour que ces langues soient enseignées, ce qui explique l’abandon progressif ou définitif de ces langues dans leurs établissements. Ensuite, au niveau de l’Éducation nationale, certains responsables sont à l’origine de l’abandon de l’enseignement de ces langues, car ils pensent à tort que le latin est la langue de l’Église.

Le grec ancien n’est pas une langue de communication. Son caractère ancien et hermétique rend son apprentissage difficile. Avec surtout son alphabet, ses accents, ses esprits auxquels les apprenants ne sont pas habitués, il est considéré comme une matière difficile. Son apprentissage demande un important volume horaire à l’école comme à la maison. C’est pourquoi les parents de beaucoup d’apprenants, qui sont les premiers de leur famille à étudier le grec, considèrent que cette étude, au même titre que celle du latin, demande aux enfants une surcharge de travail, sans voir vraiment son utilité16. Sans doute ne peuvent-ils supporter de constater que leurs enfants, tous les jours, travaillent sur la morphologie et la syntaxe, l’accentuation des mots grecs, la traduction, surtout aux dépens des matières scientifiques. C’est pourquoi il devient de plus en plus rare actuellement de voir un parent encourager son enfant à étudier le latin ou le grec. Leur attitude et leur pensée s’apparentent à celles développées en France au XIXe s., à savoir que les langues anciennes n’ont plus la place privilégiée qu’elles avaient eue. Leur étude est ennuyeuse et constitue une perte de temps. Raoul Frary en fait ainsi un témoignage un peu sévère :

Et quels sont donc, après tout, les fruits de cette gymnastique ? Voyons-nous que l’esprit en devienne plus agile et plus fort ? Sans doute, les intelligences d’élite résistent le plus souvent à ce régime cruel, et l’on attribue à l’épreuve qu’on leur a fait subir la vigueur qu’elles conservent malgré tout. Mais la majorité des écoliers n’y gagne qu’une sorte de courbature morale et d’incurable déformation17

En plus des problèmes soulevés, il convient de dire que les crédits horaires et les coefficients, dans l’enseignement moyen général du latin et du grec, sont fixés ainsi qu’il suit : 4 heures par semaine en 6ème et en 5ème, et 3 heures par semaine en 4ème et en 3ème pour le latin ; 2 heures par semaine en 4ème et en 3ème pour le grec. Les coefficients sont 2 pour ces deux disciplines durant tout le parcours du moyen général. Les crédits horaires et les coefficients, dans l’enseignement du cycle secondaire général de ces deux matières, sont fixés ainsi qu’il suit en série L1, option I : 3 heures par semaine et coefficient 3 en seconde, 3 heures par semaine et coefficient 5 en première et en terminale18. Les crédits horaires sont trop faibles pour enseigner des langues très difficiles qui exigent beaucoup de temps et d’efforts. On aurait dû avoir au moins 4 ou 5 heures par semaine au moyen et au secondaire. Les créneaux horaires sont très souvent mal choisis, et parfois à dessein, car on fait les cours pendant les heures où les apprenants sont fatigués (à partir de 11h ou de 16h), et pendant les deux derniers jours de la semaine. Comme nous le voyons, les crédits et places horaires ne conviennent pas toujours à l’enseignement de ces deux langues.

En outre, avec l’interdépendance des nations et le développement des communications, les grandes langues de communication internationale se trouvent être privilégiées. Par exemple, dans l’enseignement moyen général, les horaires d’anglais sont fixés à quatre heures par semaine pour les classes de 6e et de 5e, trois heures pour les classes de 4e et de 3e. D’ailleurs, pour l’anglais, comme pour toutes les disciplines de l’enseignement général des établissements du moyen et du secondaire, c’est la mise en œuvre des Progressions harmonisées et évaluations à épreuves standardisées (PHARES). Pour chaque discipline enseignée, hormis pour les Lettres classiques, les élèves de même niveau ont le même programme, le même syllabus, les mêmes textes, les mêmes types d’évaluation, les mêmes périodes pour faire les évaluations, etc. Sans doute faut-il noter que, dans un souci d’organisation des enseignements et des apprentissages, les PHARES ont été élaborées dans les cycles moyens et secondaires. Mais, en ce qui concerne le latin et le grec, dans tout le Sénégal, seule l’Inspection d’Académie de Dakar, en collaboration avec les Inspections de l’Éducation et de la Formation, a fait des évaluations à épreuves standardisées, et non les progressions harmonisées.

Dans le niveau supérieur, il existe, parmi les difficultés rencontrées, le manque d’ouvrages récents fondamentaux et d’outils de recherches bibliographiques dans la bibliothèque centrale de l’UCAD et dans celle du Département ; le peu d’espace de travail dans la bibliothèque du Département, et les rayons surchargés d’ouvrages, dont certains sont très anciens pour être normalement utilisés dans des travaux scientifiques ; le débit lent de la connexion Internet de l’Université, pour chercher des documents numérisés et les lire, et le manque de moyens des deux bibliothèques, pour faire fonctionner les prêts interuniversitaires d’ouvrages19. Tout cela ralentit le travail des étudiants, en particulier dans la rédaction de leurs travaux scientifiques (rapports, mémoires, thèses, articles, etc.). Mais, avec les aides et les bourses qui leur sont données, certains arrivent à économiser un peu pour acheter les livres dont ils ont besoin dans les librairies, à Dakar, ou pour faire des commandes en ligne en Europe, notamment en France.

Bref, les enseignants rencontrent des difficultés pour assurer leurs cours : le manque de manuels grecs ou latins, de matériel (faiblesse de l’équipement technologique, comme projecteurs, ordinateurs, imprimantes ; difficultés d’accès à l’Internet…), d’informations sur l’orientation des étudiants (surtout des nouveaux bacheliers) et les débouchés, de partenariat entre le milieu professionnel et la licence20.

II. L’actualité des Lettres classiques au Sénégal, les solutions aux problèmes et les perspectives d’emploi

Actuellement, de nombreux établissements étudient les langues anciennes, surtout le latin, mais, dans lesecondaire, beaucoup d’apprenants l’abandonnent au profit des disciplines scientifiques. Ceux-ci ignorent, sans doute, les multiples opportunités qui pourraient s’offrir à eux.

II.1. L’enseignement du latin et du grec

Nous remarquons que les séries classiques existent encore, mais en nombre réduit. Le latin est étudié dans de nombreux établissements moyens et secondaires sénégalais publics comme privés, laïcs comme catholiques21. En revanche, le grec est presque aujourd’hui abandonné22.

Il faut noter que, dans le nouveau décret (n0 2014-632 du 7 mai 2014) fixant les crédits horaires et les coefficients dans l’enseignement moyen général, le crédit horaire n’a pas été revu, même si le coefficient est resté intact et l’étude de la langue encouragée. Il va sans dire que ces coefficients s’appliquent non seulement en classe pour l’évaluation formative, mais aussi à l’examen au moment de l’évaluation certificative. À l’examen, il est généralement prévu une épreuve écrite, au premier tour et au second tour du BFEM et du Bac : un texte suivi de questions, des phrases du texte proposé à traduire pour étudier la grammaire (morphologie et syntaxe), des phrases de thème et une question de compréhension en civilisation. Le thème et la version ont été ainsi remplacés par un texte suivi de questions aussi bien en latin qu’en grec, ce qui permet d’évaluer les différentes compétences utilisées dans la traduction. Une épreuve facultative en latin est proposée aux candidats des séries L avant l’examen du baccalauréat. Pour le grec, celle-ci est en projet. Ces épreuves facultatives sont destinées aux latinistes et aux hellénistes qui ont abandonné le latin ou le grec en classe de troisième et à ceux qui ont commencé le latin en classe de seconde.

Concernant l’établissement de Ngazobil, les études classiques sont indispensables à l’entrée, c’est-à-dire dès la sixième. En 2021-2022, on compte quatre classes : de la sixième à la troisième. L’effectif des dernières années des élèves n’a pas eu un grand changement : il y a 40 élèves en classe de 6ème, 38 élèves en 5ème, 28 élèves en 4ème et 23 élèves en 3ème. Toutefois, depuis quelque temps, les enseignants, avec l’appui du principal (ou du préfet des études), abbé Étienne Diana Diouf, axent beaucoup leur enseignement sur les civilisations et les mythologies gréco-romaines pour faire aimer ces langues, civilisations et cultures anciennes, en utilisant des TICS (projections de films, vidéos, photos…)23, en privilégiant des exposés assurés par les élèves et en faisant moins de cours magistraux. Les manuels utilisés pour dispenser les cours sont surtout Initiation aux lettres latines, Salvete 1 ou Salvete 2, Africani latine discunt, Mon livre de latin (6e et 5e).

Par rapport à cette politique de l’État, tout fait penser à l’éducation réaliste d’antan qui était axée plus sur le monde et les sciences de la nature que sur les textes littéraires. Une politique d’éducation ancienne qui a été reprise même par les philosophes des Lumières au XVIIIe s., dont l’idée se confirme dans cette critique sévère de D’Alembert :

 […] Un jeune homme après avoir passé dans un collège dix années, qu’on doit mettre au nombre des plus précieuses de sa vie, en sort, lorsqu’il a le mieux employé son temps, avec la connaissance très imparfaite d’une langue morte, avec des préceptes de rhétorique et des principes de philosophie qu’il doit tâcher d’oublier, souvent avec une corruption de mœurs dont l’altération de sa santé est la moindre suite […]24.

Au niveau universitaire, il va sans dire que les étudiants, acceptés au Département, ont tous le baccalauréat et viennent de différents établissements : des lycées et des collèges de l’enseignement public et privé, catholique et laïc du Sénégal. C’est en 1996-1997 qu’il a été adopté le système UV (unités de valeur). Pour être admissible, l’étudiant doit avoir au moins 10/20 pour chaque matière afin d’être admis en année supérieure. Le Département est ouvert à tous les étudiants de toutes nationalités qui maitrisent le français. Depuis 2012-2013, il a ouvert une section pour accueillir des étudiants de l’Option C (débutants en latin et en grec), c’est-à-dire des étudiants qui n’ont jamais étudié ces deux langues et qui y sont initiés pour la première fois. Mais cette Option a été fermée en 2017 et rouverte en 2021.

II.2. Les solutions aux problèmes et opportunités de carrière

De nos jours, il y a de plus en plus d’élèves qui apprennent surtout le latin dans les établissements privés laïcs et catholiques, ce qui donne du travail aux étudiants de licence III ou de master du Département. Ces derniers ont plus de chance de trouver du travail que ceux des autres Départements des universités du Sénégal. Certes, c’est un grand effectif qui étudie le latin, mais beaucoup abandonnent cette matière après l’obtention du Brevet de Fin d’Études Moyennes (BEFEM) en 3ème ou du baccalauréat en terminale. Parmi eux, la plupart de ceux qui étudient les Lettres classiques sont de très bons élèves, mais ils choisissent d’autres séries après le BEFEM, ou d’autres filières (surtout scientifiques) après le baccalauréat. C’est donc la finalité des études classiques qui pose des problèmes, car un grand nombre d’élèves ont beau étudier le latin, mais ils sont une minorité à choisir de venir étudier au Département de Langues et Civilisations anciennes, dont les enseignants-chercheurs hellénistes actuels sont Djibril Agne, Philippe Abraham Birane Tine, Pierre Mbid Hamoudi Diouf, Mayoro Dia et Stéphane Faye ; les enseignants-chercheurs latinistes actuels sont Pierre Sarr, Robert Adama Sène ; Fatou Ba-Dia et Sergino Paulo César Diedhiou sont des enseignants-vacataires25 ; les enseignants-chercheurs actuels spécialistes en civilisations anciennes sont Malick Ndoye et Benjamin Diouf.

Malgré toutes les difficultés rencontrées et tous les défis à relever, le Département a fait, en 2021, la première phase de sa tournée pédagogique nationale dans les régions de Kaolack, du 16 au 18 mai, puis de Ziguinchor, du 18 au 22 mai. Il a l’intention de faire la deuxième tournée dans les régions de Saint-Louis, de Thiès, de Diourbel, de Louga, de Bambey, de Kaffrine et de Kolda. L’objectif de ces tournées, c’est de revaloriser l’enseignement des Lettres classiques et de sensibiliser les parents, les élèves et les étudiants sur l’importance de cet enseignement. Dans le document envoyé aux autorités du Ministère de l’Éducation nationale du Sénégal, aux chefs d’établissements, aux inspecteurs d’académie, on a fait mention de l’importance de l’enseignement des Lettres classiques :

Aujourd’hui, les cours sont assurés par des enseignants sénégalais qui, dans le cadre de la transversalité entraînée par l’institution du LMD, partagent leur savoir-faire dans d’autres départements tels que ceux de Philosophie, d’Histoire, de Lettres Modernes, des Langues romanes, de Linguistique…, ou dans d’autres facultés ou instituts des universités sénégalaises (Médecine, Sciences juridiques et politiques…).

De même, dans le cadre de la mobilité universitaire internationale, les professeurs du département interviennent en qualité d’« enseignants-chercheurs invités » dans des universités africaines, françaises ou américaines et, en retour, ils ouvrent leurs cours, en cas de besoin, à des intervenants étrangers ou assurent avec ceux-ci la codirection de mémoires de master ou de thèses26.

Dans le souci de résoudre les problèmes, le Département a eu également l’honneur de recevoir l’Ambassadeur de la Grèce au Sénégal, Son Excellence Efthymios Georges Costopoulos, le 24 mars 2022. Pendant la visite, nous avons émis le souhait d’initier une coopération entre le Département et des établissements en Grèce. Le but de la coopération serait la mobilité des enseignants et des étudiants ; l’octroi d’aides, de bourses et de subventions aux étudiants ; le soutien matériel pour équiper la bibliothèque du Département, pour fournir des manuels, des ordinateurs, etc. Madame Fatou Ba-Dia, enseignante au lycée Mariama Ba de l’Ile de Gorée à Dakar, a, en plus, conçu un « Projet pour une redynamisation de l’apprentissage du grec dans les collèges et lycées du Sénégal ».

Il faut noter qu’il existe aussi des accords :

– le 23 septembre 2021, un « Accord-cadre de coopération pédagogique entre le Département et la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique (DIDEC) de Dakar » (valable aussi pour les régions de Kaolack et de Ziguinchor)27 pour assurer la collaboration qui « pourra prendre les formes suivantes :

a) Stage d’enseignement pour étudiants ;

b) Échange d’informations, de documentation avec les parents d’élèves ;

c) Autres échanges académiques, validés par les deux établissements. » (Article 2 de l’accord-cadre).

– le 19 juin 2018, un « Accord-cadre de coopération culturelle et scientifique entre l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar (Sénégal) et l’Université de Franche-Comté (UFC) de Besançon (France) » pour assurer lamobilité des étudiants de niveau Master et Doctoral ainsi qu’une mobilité d’enseignement et de recherche par année universitaire qui sont prévues par établissement. « La collaboration pourra prendre les formes suivantes :

a) échange d’enseignants ;

b) échange d’étudiants ;

c) participation mutuelle a des projets de recherche ;

d) échange d’informations, de documentation et de publications scientifiques ;

e) autres échanges académiques, validés par les deux universités ;

f) cotutelle de thèse de doctorat. » (Article 2 de l’accord-cadre).

– un avenant à l’accord interuniversitaire entre l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal) et l’Université de Franche-Comté (Besançon, France) pour « établir des liens pédagogiques et scientifiques directs entre l’UFR des Sciences du Langage, de l’Homme et de la Société (UFR SLHS) et l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (ISTA, EA 4011, UFR SLHS) de l’Université de Franche-Comté et le Département de Langues et Civilisations anciennes de l’Université Cheikh Anta Diop, suite à l’accord interuniversitaire liant l’Université de Franche-Comté et l’Université Cheikh Anta Diop »28. Dans le partenariat, l’ISTA29 de l’Université de Franche-Comté et l’ED ARCIV (laboratoire DECRYPTA) auquel est rattaché le Département prévoient des mobilités des étudiants de niveau Master et Doctoral ainsi que celles des enseignants-chercheurs, un « Projet de colloque ‘‘aller-retour’’ Dakar-Besançon » et une formation : Master II Valorisation Numérique du Patrimoine de l’Antiquité à nos Jours (VANUPAAJ)30.

Toujours dans le souci de résoudre les problèmes, il faudra, en plus des projets que le Département a initiés en 2021, revoir les méthodes d’enseignement et les contenus des cours des Lettres classiques. Par exemple, l’enseignement qu’on donne aux apprenants pourra leur servir au moyen, au secondaire et à l’université, et cela, dans leur vie privée et publique. Pour y arriver, nous devrions analyser les apports utiles de l’enseignement du latin et du grec aux autres matières : droit, médecine, pharmacie, biologie, mathématiques, physique, chimie, français, anglais, histoire, géographie, philosophie, sociologie, anthropologie, économie, archéologie, linguistique, commerce, diplomatie, tourisme, muséologie…31 Elles ont besoin d’intégrer, dans leur enseignement, des Lettres classiques qui sont nécessaires à la compréhension de leurs fondements. Une telle démarche pourrait inciter les élèves à s’intéresser davantage aux Lettres classiques, capter et garder leur attention, car ils verront concrètement l’utilité de l’étude des Lettres classiques qui constituent, pour les élèves et les étudiants un tremplin, et une base solide pour les autres disciplines, car elles sont transversales et permettent de développer un bon esprit d’analyse et de synthèse chez les apprenants.

Il faudrait, ensuite, que les étudiants qui sortent du Département de Langues et Civilisations anciennes et/ou qui sont formés à la FASTEF n’enseignent que le latin et le grec dans les établissements moyens et secondaires comme le font leurs collègues qui enseignent d’autres matières. Ainsi les enseignants classiques auront-ils assez d’heures pour enseigner le latin, le grec, les cultures, les civilisations, les apports des Lettres classiques aux autres disciplines. Les apprenants qui reçoivent, en temps réel et avec un quantum horaire normal, un enseignement de Lettres classiques, auront moins de difficultés, par exemple, en français, en philosophie et en sciences, car leur esprit sera stimulé dans l’analyse, l’interprétation et la synthèse. Tout cela va faciliter grandement la tâche des autres collègues qui assurent les cours dans d’autres disciplines. Au lieu de l’enseignement surtout théorique par objectifs à atteindre, dont nous avons parlé, il sera question d’enseignement pratique pour faire acquérir aux apprenants des compétences qu’ils peuvent utiliser pour résoudre leurs problèmes quotidiens.

Il serait intéressant, en plus, d’augmenter le volume horaire de l’enseignement des Lettres classiques, car le quantum horaire ne joue pas vraiment à leur faveur. Cela affaiblit plutôt beaucoup l’enseignement des matières difficiles, comme les Lettres classiques, car l’enseignant n’a pas assez de temps pour prendre tout en charge.

Il conviendrait, enfin, d’insister sur les opportunités de carrière à l’issue de la formation des étudiants en Lettres classiques. Par exemple, ils peuvent travailler dans ces domaines : l’enseignement du latin, du grec, de l’histoire ancienne ; le journalisme, la communication, les métiers de la culture (entretien de patrimoine culturel, agents de musées et de centres socio-culturels), les métiers du livre (édition, documentation, bibliothèques, librairies, archivage), l’interprétariat et/ou la traduction, l’administration, les arts et techniques, la linguistique – l’alphabétisation, etc. Notons la possibilité offerte aux élèves et aux étudiants de se présenter au concours de la Faculté des Sciences et Technologies de l’Éduction et de la Formation (FASTEF), de l’École nationale d’Administration (ENA), du Centre de Formation judiciaire (CFJ), de l’École nationale des officiers d’actives (ENOA), de l’École nationale des sous-officiers d’actives (ENSOA), de l’École de douane…32

Bref, nous proposons des révolutions concrètes de la pédagogie et des programmes, en tenant compte de nos réalités et de notre vie quotidienne, comme Léopold Sédar Senghor en déjà parlé pour mettre en valeur et en pratique l’enseignement du grec et du latin au Sénégal :

Révolution pédagogique donc, mais aussi rénovation des programmes. Loin de négliger les grands auteurs classiques, on cherche, aujourd’hui, tout en les rattachant au contexte historico-politique de leur époque, à montrer, par-delà les différences, le caractère immuable du comportement des hommes. Surtout, on explore la romanité et l’hellénité réelles. Des auteurs, certes moins prestigieux, mais plus excitants pour l’esprit des adolescents d’aujourd’hui, plus directement en prise sur les réalités, font découvrir l’humble vérité quotidienne de l’Antiquité : celle des hommes vivants et non plus celle des statues, drapées dans la toge et figées dans leur noblesse imposante. […] Ainsi, à la pédagogie de la morphologie et de la syntaxe, apprises pour elles-mêmes, j’allais dire pour la gloire, tend à se substituer une pédagogie concrète du style, c’est-à-dire la civilisation des Grecs et des Latins33.

Conclusion 

Force est de constater que l’enseignement et l’apprentissage des Lettres classiques, en particulier du grec, connaît des difficultés énormes à cause des préjugés des personnes qui ne les ont pas apprises ou qui les ont apprises, mais sont plus dominées par d’autres matières. En effet, certaines parmi ces personnes pensent que, par exemple, les disciplines scientifiques, les Sciences économiques et les Sciences politiques sont plus utiles que les Lettres classiques. Il ne faut pas négliger ces disciplines qui sont, certes, très utiles, mais qui doivent être suivies en même temps que celles des humanités. C’est tout cela qui nous a amenés à faire cette étude sur l’état des lieux de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal, pour voir dans quelle mesure les humanités peuvent aider les autres disciplines d’enseignement. Dans ce contexte, nous avons fait l’état des lieux de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal que nous voulons rendre plus concret, plus au service de l’accompagnement et de la compréhension des autres disciplines d’enseignement, utile et pratique avec les nouvelles méthodes et stratégies d’enseignement. Nous voulons également le rendre réaliste, interdisciplinaire et complémentaire des autres disciplines d’enseignement. Plutôt que de critiquer ou d’attaquer l’enseignement du grec et du latin, en réduisant leurs horaires ou/et en choisissant des places horaires qui découragent un grand nombre d’apprenants, il vaut mieux revoir les méthodes d’enseignement de ces langues en mettant en avant leurs apports aux autres disciplines34. Pour y arriver, il faudra surtout revoir les programmes, les contenus, les méthodes et les places horaires d’enseignement. En plus, il faudra réduire drastiquement ou supprimer définitivement le décalage entre l’enseignement des Lettres classiques et ce que demande le monde dominé surtout par les sciences et l’économie. Ce sont les défis d’aujourd’hui.  

Bibliographie

– Abdou Racine Senghor, « L’héritage colonial et les langues en Afrique francophone », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 33 | septembre 2003, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/ries/1708 ; DOI : 10.4000/ries.1708

– Anne Vial-Logeay, Isabelle Boehm et Giusto Traina, « Rapport d’évaluation externe du programme de licence de Langues et Civilisations anciennes de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar », Juin 2017, p. 6.

https://anaqsup.sn/sites/default/files/2021-05/rapport-devaluation-externe-langues-et-civilisations-anciennes-flsh-ucad.pdf[en ligne] consulte le 22 janvier 2022.

– Babacar Diop, Propos d’un africain sur l’antiquité. Éditeur : Presses Universitaires de Dakar, 2014, 406 p.

– François-Régis Chaumartin, « Une nouvelle méthode de latin pour l’Afrique francophone ». In : Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°1, mars 1976, pp. 84-90.

DOI : https://doi.org/10.3406/bude.1976.3350

www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1976_num_1_1_3350

– Jean-Baptiste le Rond d’Alembert, L’Encyclopédie pédagogique ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 1 : 635, article « Collège », Paris, éditée de 1751 à 1772.

– Léopold Sédar Senghor, « La place des humanités classiques », In : Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°2, juin 1979. pp. 154-170. https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1979_num_1_2_346 [en ligne] consulté le 05 février 2022.

– Léopold Sédar Senghor, « Le Sénégal, le latin et les humanités classiques ». In : Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°1, mars 1974. pp. 47-61;

doi : https://doi.org/10.3406/bude.1974.3250

https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1974_num_1_1_3250

– Mireille KO, dans ses écrits « Pour une pédagogie efficace des langues anciennes », 1993.

– Nancy Maury-Lascoux, « Latin et grec dans l’enseignement secondaire : une approche historique », Anabases [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2019.

URL : http:// journals.openedition.org/anabases/5652 ; DOI : 10.4000/anabases.5652 [en ligne] consulte le 22 janvier 2022.

– Oumar Kandé et Aliou Ngamby Ndiaye, « Sénégal : Séminaire de Ngazobil-Premier lieu d’apprentissage de la vie en communauté de Léopold Sédar Senghor ». In : Le Soleil, Dakar, 12 octobre 2020.

https : // fr.allafrica.com [en ligne] consulté le 3 février 2021.

Pierre Mbid Hamoudi Diouf et Stéphane Faye, Tournée pédagogique nationale : « Je m’engage pour la revalorisation du Latin et du Grec dans le Système éducatif sénégalais », mai 2021.

– Projet décret et promulgation de décret du Ministère de l’Éducation nationale (Lettres Classiques), Décret no 2014-632, fait à Dakar le 07 mai 2014, fixant les crédits horaires et les coefficients dans l’enseignement moyen général.

file:///C:/Users/HP/Desktop/tous%20mes%20articles/hom%C3%A8re/DECRET%20EDUCATION%20NATIONALE%20(Lettres%20%20%20%20%20%20classiques).pdf[en ligne] consulté le 05 janvier 2022.

– Raoul Frary, La question du Latin, Paris, Cerf, 1885, p. 115.

1 . Babacar Diop, Propos d’un africain sur l’antiquité. Éditeur : Presses Universitaires de Dakar, 2014, p. 71.

2 . Le grec et le latin ne sont pas des langues mortes, mais elles ont évolué, comme toutes les autres langues du monde, et ont les avantages d’être écrites il y a plus de vingt siècles. Les contextes et les mentalités ayant connu des évolutions, ces langues paraissent donc figées. Mais le latin a donné naissance aux langues romanes telles que le français, l’espagnol, le portugais, l’italien, le roumain… ; le grec a donné naissance au grec moderne qui est parlé en Grèce et qui utilise les mêmes caractères que le grec ancien. Est-ce qu’on pourrait comprendre aisément le français ou le Wolof qui étaient parlés au XVIe s., alors que les contextes et les mentalités ont changé ? Par exemple, nos ancêtres wolofs ignoraient l’arachide, le café, le cacao, la banane, le citron, l’orange, la mangue, l’ail, etc.

3 . Léopold Sédar Senghor, « Le Sénégal, le latin et les humanités classiques ». In: Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°1, mars 1974, p. 48, dit à ce propos : « Aujourd’hui donc, en raison des contacts de plus en plus étroits, sinon toujours heureux, que nous avons eus avec l’Europe depuis l’Antiquité, nous nous sentons, nous Africains, comme appartenant à une civilisation commune, eurafricaine, où les caractères originaux de nos peuples se fondent en une merveilleuse complémentarité, sans toutefois perdre leur identité, qui s’en trouve, tout au contraire, exaltée. »

4. D’après Abdou Racine Senghor, c’est à l’Académie de Bordeaux qu’étaient rattachés les pays d’Afrique. Voir son article « L’héritage colonial et les Langues en Afrique francophone ». In : Revue internationale d’Éducation de Sèvres, 33/ 2003, p. 77.

5. Oumar Kandé et Aliou Ngamby Ndiaye, « Sénégal : Séminaire de Ngazobil – Premier, lieu d’apprentissage de la vie en communauté de Léopold Sédar Senghor ». In : Le Soleil, Dakar, 12 octobre 2020. https://fr.allafrica.com [en ligne] consulté le 3 février 2021.

6. Léopold Sédar Senghor, « La place des humanités classiques », In : Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°2, juin 1979, p. 159.https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1979_num_1_2_346 [en ligne] consulté le 05 février 2022. Sans doute une telle possibilité ne s’offre-elle plus, actuellement, aux hellénistes. S’ils choisissent la série scientifique, ils abandonnent du coup le grec ou le latin, mais auront la possibilité de conserver ou de continuer la deuxième langue du collège (allemand, espagnol, portugais…).

7 . François-Régis Chaumartin, « Une nouvelle méthode de latin pour l’Afrique francophone ». In: Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°1, mars 1976, pp. 84-90. DOI : https://doi.org/10.3406/bude.1976.3350 ; www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1976_num_1_1_3350

8. François-Régis Chaumartin, art. cit., p. 84-90.

9. Léopold Sédar Senghor, art. cit., juin 1979, p. 161.

10. Léopold Sédar Senghor, art. cit., mars 1974, p. 50, remet en cause cette méthode qu’il juge traditionnelle : « J’avais, moi aussi, quand j’étais élève, souffert de l’étude monotone et purement mécanique des déclinaisons, des conjugaisons, de ces ennuyeux rosa-rosae, amo-amas-amat, répétés à l’infini comme une litanie et qui faisaient, de ce fait, perdre de vue le sens de ce que l’on apprenait. Enseigné de la sorte, le latin était vraiment une langue morte. »

11 Voir Nancy Maury-Lascoux, « Latin et grec dans l’enseignement secondaire : une approche historique », Anabases [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2019, p. 206.  URL : http:// journals.openedition.org/anabases/5652 ; DOI : 10.4000/anabases.5652 [en ligne] consulté le 22 janvier 2022.

12. Cette méthode même était celle utilisée en France dans les années 1950. Mireille KO, dans ses écrits « Pour une pédagogie efficace des langues anciennes », 1993, soutient que c’est une méthode qui privilégie la traduction pour une stimulation intellectuelle de l’apprenant qui est toujours face à une énigme. Le sens du texte passé sous silence était compensé par la conscience des élèves d’appartenir à une élite.

13 Nancy Maury-Lascoux, « Latin et grec dans l’enseignement secondaire : une approche historique », Anabases [En ligne], 23 | 2016, p. 213.

14. BFEM : Brevet de Fin d’Études Moyennes.

15 . Léopold Sédar Senghor, art. cit., juin 1979, p. 155.

16 . Abdou Racine Senghor, art. cit., 2003, p. 78.

17. Raoul Frary, La question du Latin, Paris, Cerf, 1885, p. 115.

18. Projet décret et promulgation de décret du Ministère de l’Éducation nationale (Lettres Classiques), Décret no 2014-632, fait à Dakar le 07 mai 2014, fixant les crédits horaires et les coefficients dans l’enseignement moyen général.file:///C:/Users/HP/Desktop/tous%20mes%20articles/hom%C3%A8re/DECRET%20EDUCATION%20NATIONALE%20(Lettres%20%20%20%20%20%20classiques).pdf[en ligne] consulté le 05 janvier 2022.

19 Anne Vial-Logeay, Isabelle Boehm et Giusto Traina, « Rapport d’évaluation externe du programme de licence de Langues et Civilisations anciennes de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar », Juin 2017, p. 9-10.

https://anaqsup.sn/sites/default/files/2021-05/rapport-devaluation-externe-langues-et-civilisations-anciennes-flsh-ucad.pdf [en ligne] consulte le 22 janvier 2022.

20. Anne Vial-Logeay, Isabelle Boehm et Giusto Traina, art. cit., Juin 2017, p. 6.

21 En effet, à Dakar, il y a le lycée d’Application Thierno Saidou Nourou Tall, le lycée Galandou Diouf, le lycée Blaise Diagne, le lycée des jeunes filles John Fitzgerald Kennedy, la Maison d’Éducation Mariama Ba de Gorée, le lycée de Ouokam, le lycée Lamine Guèye où l’on commence les humanités en classe de Seconde comme grand commençant, l’école Saint François D’Assise, la Collégiale et Kambal (1er cycle) de Zac Mbao, l’école privée des Maristes (Cours Sainte Marie de Hann), le collège privé catholique Don Bosco (Nord-Foire), le collège Saint Pierre de Grand Dakar, le cours Anne Marie Javouhey, le Complexe Scolaire des Pères Maristes de Ndiakhirate, l’Immaculée Conception à Dakar-Plateau, le collège Notre-Dame du Liban de Dakar, l’Institution Notre-Dame de Dakar-Plateau, le cours secondaires des Parcelles assainies (1ercycle), Sainte Bernadette Sicap Baobab, le collège Mère Jean Louis Dieng, Saint Pierre de Grand Dakar, l’école Dior, l’Institut Sainte Jeanne D’Arc. Dans les régions, il y a le lycée des jeunes filles Ameth Fall et le Prytanée militaire de Saint-Louis, le CEM (Collège d’Enseignement Moyen) Valdiodio Ndiaye et le lycée Valdiodio Ndiaye de Kaolack, le Petit Séminaire Saint Joseph de Ngazobil et le collège Saint Gabriel de Thiès, le collège de Diembéring, le CEM Tété Diadhiou, le collège Sacré-Cœur de Ziguinchor, le Séminaire Saint Louis de Ziguinchor, le collège Saint Charles Lwanga de Ziguinchor, le lycée Djignabo de Ziguinchor, l’internat de Djifangor. Nous n’avons pas cité tous les établissements pour ne pas alourdir notre travail.

22 Il est surtout enseigné dans ces établissements publics : la Maison d’Éducation Mariama Ba de Gorée et le CEM Valdiodio de Kaolack, et dans ces établissements privés : le Petit Séminaire Saint Joseph de Ngazobil et le Moyen Séminaire du collège Saint Gabriel de Thiès et la Collégiale de Zac Mbao.

23 . Cette méthode vivante rappelle celle utilisée par Léopold Sédar affecté au lycée de Tours, lorsqu’il avait obtenu dans les années 30 une chaire de Français, latin, grec : « Et c’est ainsi que je leur enseignais le latin comme une langue vivante, les habituant à s’entendre interroger et à répondre en latin, d’abord, bien sûr, au moyen de petites phrases courtes, puis par de longues périodes. Par-dessus tout, je m’efforçais de leur rendre les textes vivants, faisant réciter en latin des scènes dialoguées, déclamer des passages des grands orateurs, traduire en français les plus faciles des poèmes d’Horace, de Catulle, plus tard de Virgile. Ils me suivirent, d’abord avec curiosité, puis avec intérêt et, enfin, avec enthousiasme. » Voir Léopold Sédar Senghor, art. cit., mars 1974. p. 50.

24 . Jean-Baptiste le Rond d’Alembert, L’Encyclopédie pédagogique ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 1 : 635, article « Collège », Paris, éditée de 1751 à 1772, p. 635.

25. Au moment où nous rédigeons ce texte, nos deux collègues sont des enseignants-vacataires au Département.

26. Pierre Mbid Hamoudi Diouf et Stéphane Faye, Tournée pédagogique nationale : « Je m’engage pour la revalorisation du Latin et du Grec dans le Système éducatif sénégalais », mai 2021.

Pour appuyer l’enseignement des Lettres classiques, il existe L’Association des professeurs de langues classiques au Sénégal, créée à l’initiative du président Senghor.

27 . Article 1 de l’accord : « Les deux établissements s’engagent à mettre en œuvre une collaboration pédagogique et scientifique d’intérêt commun visant à insérer professionnellement des étudiants titulaires de la Licence ou du Master de Langues et Civilisations anciennes dans les collèges et lycées privés catholiques pour l’enseignement du Latin et du Grec (communément appelés Lettres Classiques). Cette collaboration s’établira sur une base d’avantages mutuels pour la quête de l’excellence. »

28 . Voir Article 1 de l’accord-cadre.

29 . ISTA: Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité; ED ARCIV: École doctorale Arts, Cultures, Civilisations.

30 . Les établissements porteurs de ce projet : Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal et Université de Franche-Comté de Besançon en France.

31 . Babacar Diop, art. cit., 2014, p. 71.

32. Pierre Mbid Hamoudi Diouf et Stéphane Faye, Tournée pédagogique nationale : « Je m’engage pour la revalorisation du Latin et du Grec dans le Système éducatif sénégalais », mai 2021.

33. Léopold Sédar Senghor, art. cit., 1979, p. 158.

34. Nancy Maury-Lascoux, « Latin et grec dans l’enseignement secondaire : une approche historique », Anabases [En ligne], 23 | 2016.



Citer ce billet
Mayoro Dia et Bouré Diouf (2023, 4 novembre). État des lieux de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal. Connaissance hellénique. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmj3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search