Quatre notices d’épigraphie gréco-égyptienne

► ὁ λύχνος n° 166, novembre 2023.

Portrait de momie du Fayoum, musée de Copenhague

MORT(E) À X ANS X MOIS X JOURS

L’épitaphe de The(r)moutis décédée « à 3 ans 8 mois » est accompagnée de ce commentaire : « Rappelons que la durée de vie calculée en mois et éventuellement en jours est l’apanage des enfants morts en bas âge » (ZPE 114 (1996) p. 131 n° 76).

Cette affirmation est démentie dès la page suivante de la ZPE 114 : la stèle n° 79 p. 132 y commémore un défunt de 33 ans [x] mois ! (quantième des mois en lacune). Elle est également démentie sur d’autres documents, ainsi les étiquettes de momies (ZPE 18 (1975) p. 63-66 Table I) où le tour perdure de la première année de vie à la soixantaine. Plus précisément, j’y avais alors dénombré 9 témoignages de 1 à 18 ans dont 3 à 8, 11 et 18 ans qui ne sont pas de « bas » âges. 4 autres s’y échelonnaient à 30, 52 et 61 ans.

***

« ILS AIMAIENT LEURS ENFANTS »

Philoteknos est un qualificatif fréquent sur les tombes nilotiques, surtout à Kom Abou Billou (ZPE 23 (1976) p. 226 tableau A). Les récentes publications d’épitaphes du lieu1 suggèrent une remarque : seul ou intégré à des chaînes d’épithètes (ex. SFKAB/ 149 ou SB 10162/546)2, il accompagne surtout des âges avancés à partir de la quarantaine.

 

Hommes

Femmes

0-29 ans

1

6

30-49 —

12

11

50 et plus

15

8

Partout constatée sur les épitaphes nilotiques3, la surreprésentation des âges adultes peut fausser la perspective en fournissant plus de témoins entre 30 et 50 ans que dans les autres tranches d’âges. Mais après 40 ans, quand les grands âges se raréfient, les chiffres semblent confirmer le maintien tardif de l’idéal de philoteknia. Les défunts les plus âgés ont dû voir mourir avant eux nombre de leurs enfants et petits-enfants à cause des hécatombes périnatales et juvéniles. Il est donc vraisemblable que ce qualificatif se soit souvent appliqué à plusieurs générations confondues de descendants, vivants et morts.

NOTES

  1. De la bibliographie de 1976 (ZPE 21 p. 218), j’ai repris les deux séries SB 9996 et 10162, leur ajoutant BIFAO 72 (1972) p. 139-149, 78 (1978) p. 235-258, Archiv Orientálni 48 (1980) p. 330-355, SFKAB (1985) p. 13-38 et ZPE 114 (1996) p. 115-140.

  2. Ces chaînes nombreuses sont caractéristiques de Kom Abou Billou.

  3. Cf. ZPE 18 (1975) p. 49 par ex.

***

LA MORTALITÉ SAISONNIÈRE À KOM ABOU BILLOU

(DELTA DU NIL)

Cette note prolonge lointainement un article consacré à la mortalité saisonnière de toute l’Égypte gréco-romaine dans les MIFAO 104 (1980) p. 281-286. Il révélait une courbe ascendante des décès pendant les mois d’hiver en Basse et Moyenne Égypte. Kom Abou Billou étant devenu le site le plus productif du Delta grâce à l’accroissement de la documentation depuis 1980, il m’a semblé utile de voir si cette tendance était confirmée. Les données ne sont pas nombreuses (125) mais, comparées aux maigres dossiers des romanistes à ce sujet (ex. ZPE 21 (1976) p. 217), elles ont suffi à m’encourager.

Elles se répartissent ainsi

4 du 4 au 12 Thôth

= 1-2 septembre au 9-10

13 du 3 au 28 Phaôphi

= 30 sept. -1er oct. au 25-26

17 du 2 au 30 Hathyr

= 29-30 oct. au 26-27 nov.4

16 du 1er au 27 Choiakh

= 27-28 nov. au 23-24 déc.

14 du 2 au 27 Tybi

= 28-29 déc. au 22-23 janv.

14 du 1er au 30 Mécheir

= 26-27 janv. au 24-25 février

7 du 2 au 23 Phaménôth

= 26-27 févr. au 19 mars

9 du 2 au 30 Pharmouti

= 28 mars au 25 avril

4 du 14 au 23 Pachôn

= 9 mai au 18

7 du 14 au 25 Payni

= 8 juin au 19

10 du 2 au 27 Epeiph

= 26 juin au 21 juillet

8 du 8 au 21 Mésorè

= 1er août au 14

Détail à souligner, 8 des 13 témoins de Phaôphi datent de la seconde quinzaine d’octobre. Si on les joint aux témoignages des quatre mois suivants, on dénombre 69 textes jusqu’à la fin de février (30 Mécheir), soit 55 % du total. Dans son état actuel, le dossier de Kom Abou Billou confirme les données de 1980 sur la montée de la mortalité hivernale au Delta d’octobre à février.

NOTE

  1. Je n’ai pas comptabilisé les épitaphes à défunts multiples du 11 Hathyr au 20. Un accident collectif inconnu de nous semble être à l’origine de ces stèles (cf. J. Bingen, Les stèles KAPPA, Studia Varia Bruxellensia (1987) p. 3-14).

***

L’ÂGE D’EUDAIMON

L’épitaphe SB 10162/548 commémore ainsi un jeune défunt :

« Eudaimon mort prématurément. Il est né en l’an 3, le 6 Méchir à la cinquième heure de la nuit, il est décédé à 12 ans en l’an 14 le 9 Tybi ».

Le 6 Méchir correspond au 31 janvier ou au 1er février5 selon que cet an 3 d’un règne impérial non précisé avait commencé un 29 ou un 30 août (1er Thôth). Il aurait donc eu 11 ans le 6 Méchir de l’an 14 mais, mort en Tybi le mois précédent, il est décédé à 11 ans moins un mois, non à 12. Certes, ce n’est là qu’un détail minime dans l’ensemble des sur- ou sous-évaluations d’âges qu’on constate dans la documentation nilotique. On a parfois tenté de les expliquer par l’oubli des dates dans les sociétés sans état-civil où le souvenir du premier âge s’effaçait au fil du vieillissement. Le piquant de la situation, ici, c’est que l’erreur apparaît dès l’adolescence alors que les coordonnées de sa naissance, toutes récentes, ont la précision des horoscopes.

Il m’a semblé opportun d’ajouter ce détail à la littérature des incertitudes sur l’enregistrement des âges (ZPE 18 (1975) p. 49 et note 1 par ex).

NOTE

  1. Et non au 13 février (BSAA 38 (1949) p. 17).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bernard Boyaval (2 novembre 2023). Quatre notices d’épigraphie gréco-égyptienne. Connaissance hellénique. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmj2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search