Un témoignage oublié sur le nom du navire des fondateurs de Massalia ?

► ὁ λύχνος n° 166, novembre 2023.

Coupe attique à figures noires (détail), vers 520. Cabinet des médailles, Paris (wikicommons).

Assortiment des plus bigarrés que cet article χ185 – Χελιδόνας : « hirondelles » contenu dans la Souda, cette grande encyclopédie byzantine du Xe siècle. Parmi neuf définitions qui regroupent pêle-mêle une espèce de poisson, le sexe féminin, le dessous du sabot du cheval… cinq d’entre elles ne se rencontrent qu’ici : les parties féminines, la forme du dessous de la patte du chien, le nom d’un devin et celui du mignon de Cléopâtre ; mais la cinquième en particulier éveille notre attention : le nom d’un certain navire bien connu de celles et ceux qui s’intéressent aux origines de Marseille : ni plus ni moins que celui qui aurait conduit les Phocéens jusqu’aux rives du Lacydon…

Χελιδόνας.

Ἰχθὺς ποιός. Λέγεται Χελιδὼν καὶ τῶν γυναικῶν τὸ μόριον. Καὶ τὸ κοῖλον τῶν ἵππων τῆς ὁπλῆς. ῎Ενιοι καὶ τῶν κυνῶν τὸ αὐτὸμέρος. Καὶ νόμισμα δὲ ἀργυροῦν Πελοποννησιακόν. Καλεῖσθαι δὲ χελιδόνα καὶ τοῦ ἀνθρώπου τὸ ἄνωθεν τοῦ ἀγκῶνος, τὸ κατὰ τὰς καμπάς. Λέγεται δὲ Χελιδὼν καὶ ναῦς, τοὺς εἰς Μασσαλίαν διακομίσασα. Καὶ χρησμολόγος δέ τις τῶν πάλαι. Καὶ Κλεοπάτρας κίναιδος.

« Hirondelles.

Sorte de poisson. On nomme aussi hirondelle les parties intimes des femmes ; et creux du sabot des chevaux ; certains le disent aussi de la même partie des chiens ; et une pièce d’argent du Péloponnèse. On appelle aussi hirondelle la partie de l’homme qui est au-dessus du coude, au-dessous de l’articulation. Est aussi nommé hirondelle le navire qui a transporté ceux qui sont allés à Massalia ; et un certain devin des temps anciens ; et le catamite de Cléopâtre. » (trad. KDB)

***

Une question vient tout de suite à l’esprit : ne trouve-t-on là qu’une information sur le type d’embarcation qui convoya les Phocéens vers le Lacydon, ou la Souda a-t-elle conservé la trace d’une tradition nous livrant pour ainsi dire le nom de baptême de ce navire ?

Pour une interprétation en faveur d’un certain type de bateau, un problème majeur se pose d’emblée : en dehors de notre article, sauf erreur, il n’existe, comme on l’a noté, pas d’autre exemple de l’emploi de ce nom dans ce sens.

On peut malgré tout concevoir des rapprochements touchant à la physionomie d’un navire. Côté poissons, l’image du vol en « rase-crêtes » de l’exocet1, mi-aquatique mi-aérien, apparaît comme le candidat idéal pour un navire à la fois rapide et léger.

Du côté des oiseaux, donc de l’hirondelle dite terrestre, le vol élégant et fluide de l’hirondelle terrestre convient tout aussi bien. Mais on pourrait aussi penser à la voilure ; en effet, si l’on considère toutes les images expressives que contient l’article, c’est à chaque fois l’aspect de la queue de l’hirondelle, en fourche à deux pointes, qui sert de base aux acceptions imagées concernées, qu’il s’agisse de la « fourchette » sous le sabot du cheval, du triangle que dessine le pubis féminin2, ou du dessin que forme l’intérieur de l’articulation du coude (la « fosse antécubitale ») : autant d’images qui peuvent évoquer un gréement « en queue d’aronde », la voile latine par exemple.

Pour une interprétation en faveur d’un « nom propre » de bateau, la syntaxe semble jouer dans ce sens.

En effet, exception faite de l’ἰχθὺς ποιός initial (« un certain type de poisson »), la suite de la notice se présente comme organisée selon un découpage en trois blocs, introduits chacun par les trois seuls verbes conjugués de notre notice : λέγεται, καλεῖσθαι, et λέγεται : « est appelé », « est nommé », et « est appelé ». Le dernier bloc semble clore l’article par la mention de trois noms, dont deux renvoient manifestement à des noms propres : χρησμολόγος τις τῶν πάλαι. Καὶ ὁ Κλεοπάτρας κίναιδος : « un certain devin d’autrefois. Et le catamite de Cléopâtre ». Le troisième d’entre eux est notre bateau, il paraîtrait logique qu’à l’égal de ses deux voisins il soit, lui aussi un nom propre.

D’autre part, pour ce qui est du sens global de l’expression, on verrait bien l’intérêt d’une information sur le modèle de navire employé par les colons phocéens (« le navire qui emmena Christophe Colomb jusqu’aux Indes orientales était une caravelle »), la difficulté principale demeurant, comme on l’a vu, que le type naval « hirondelle » ne semble pas autrement connu. On comprend bien mieux en revanche, que notre encyclopédie ait jugé opportun d’apprendre à ses lecteurs quel nom portait le vaisseau d’un expédition somme toute assez connue (« Le bateau qui conduisit les Juifs d’Europe jusqu’en Palestine en 1947 s’appelait l’Exodus »)3.

Mais s’il s’agit du « nom de baptême » du navire, une difficulté plus importante encore se présente : était-ce l’usage, chez les Anciens, de donner comme nous un nom à leurs bateaux ?

À cette question on peut répondre par l’affirmative, spécialement pour la marine de guerre : dès le milieu du deuxième millénaire les Égyptiens avaient adopté cet usage. En Grèce, pour la période alexandrine, vient naturellement à l’esprit le nom de la « divine Argo », une galère ; mais, pour le IVe s. déjà, nous possédons une liste substantielle de noms, tous féminins en grec, de trirèmes de la flotte athénienne, parmi lesquels figurent en bonne place des noms d’animaux marins, oiseau compris (l’Hippocampe, l’Halcyon…)4. En archéologie sous-marine5, « Sur un des bancs de nage d’un petit navire d’époque impériale découvert dans le port fluvial de Pise était gravé le nom ΑΛΚ(Ε)ΔΟ(ALK(E)DO : « Halcyon »). Le fouilleur, Andrea Camilli, pense qu’il s’agit du nom du navire. Certains jas d’ancre en plomb d’époque romaine portent des noms de divinités : certains chercheurs y voient les noms des navires. »6

En résumé, parvenus au terme de cette de cette petite navigation exploratoire, l’hypothèse en faveur d’un « nom de baptême » est sans doute à privilégier pour deux raisons principales : d’abord la syntaxe et la composition générale de la notice, qui incitent à considérer le nom du navire comme faisant partie d’un ensemble formé par trio de noms propres ; ensuite, et surtout, en raison du fait que le nom d’hirondelle comme modèle de navire apparaît, du moins à notre connaissance, comme totalement inconnu par ailleurs.

« L’Hirondelle » en tout cas, que cette appellation évoque le poisson volant ou l’oiseau, convient on ne peut mieux comme nom de baptême d’un navire, ici très certainement une galère. L’exocet bien sûr, avec son spectacle d’un vol rapide et léger sur les flots, paraît tout désigné pour l’emploi.

Mais dans notre cas précis, l’oiseau « aérien et terrestre » convient mieux encore, au point que nous en ferions volontiers une pièce maîtresse de l’argumentaire : quoi de plus approprié en effet à un navire d’exilés ou de fondateurs, que ce symbole par excellence de migration et de renouveau printanier que porte l’hirondelle ?

NOTES

1 L’exocoetus volitans, que tous les auteurs décrivent comme voletant au-dessus des flots, plutôt que le « grondin volant », dactylopterus volitans, lui aussi appelé hirondelle de mer, mais qui ne « vole » que par bonds sous l’eau, en restant collé au fond.

2 En dehors de notre occurrence, explicite, les références données par le dictionnaire de Liddell & Scott (Aristophane Lysistrata 770-775 et Juvénal, Satires VI, 366-371, sous la forme « Chelidon » 65), sont présentées comme des « jeux de mots », et ne sont pas bien claires.

3 Le nom de navire « L’hirondelle » jouit toujours d’une faveur certaine chez les marins, cf. par ex. Dominique Confolent, « La religion dans l’onomastique navale granvillaise (1900-1939) », Annales de Normandie, 1993, 43-1, pp. 61-68 : « Parmi les appellations animales L’Hirondelle est très souvent choisie »

4 Pour plus de détails et de noms de navires, lire le chapitre XV “Marking and Names” que Lionel Casson a consacré à ce sujet précis dans son livre Ships and seamanship in the ancient world, 1995, The John Hopkins University Press, pp. 344-360.

5 Je tiens cette information, ainsi que les références qui précèdent, de Mme Giulia Boetto, du laboratoire d’archéologie marine du Centre Camille Jullian à Aix-en-Provence. C’est pour moi l’occasion de lui adresser mes plus vifs remerciements.



Citer ce billet
Karim De Broucker (2023, 12 novembre). Un témoignage oublié sur le nom du navire des fondateurs de Massalia ? Connaissance hellénique. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmj7

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laure Humbel dit :

    Découverte exceptionnelle, merci pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search