Lu pour vous : Andrea Marcolongo, « Déplacer la lune de son orbite »

► ὁ λύχνος n° 166, novembre 2023.

Andrea Marcolongo, Déplacer la lune de son orbite, 2023, traduit de l’italien par Béatrice Robert-Boissier, Stock, 240 p., 19.50 €.

 

Cela vous dirait-il de passer une nuit au musée de l’Acropole à Athènes en compagnie d’Andrea Marcolongo ?

On ne présente plus Andrea Marcolongo, cette helléniste italienne trentenaire, diplômée de Lettres classiques, autrice de best-sellers, parmi lesquels La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec (Les Belles Lettres 2018) et La Part du héros (Les Belles Lettres 2019). Traduite dans 28 pays, elle compte désormais plusieurs centaines de milliers de lecteurs.

Le 28 mai 2022, au terme d’un an ou presque de pourparlers entre son éditeur et le directeur du plus important musée d’Athènes, l’écrivaine, munie d’un lit de camp, d’un sac de couchage et d’une lampe torche, a été autorisée – occasion unique ! – à passer une nuit entièrement seule au sein du musée de l’Acropole (hormis la présence du gardien de nuit, bien sûr). Cette aventure singulière nous est contée dans ce livre métaphoriquement intitulé « Déplacer la lune de son orbite ».

Non, non, ne vous attendez surtout pas à une visite guidée « en nocturne » des richesses archéologiques du musée. Vous vous feriez de douces illusions. Car Andrea Marcolongo fonde son ouvrage avant tout sur l’histoire pathétique de Thomas Bruce, dit Lord Elgin (7e comte d’Elgin), ambassadeur britannique auprès de la Sublime Porte à Constantinople, à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, dont elle a emporté dans son sac la biographie comme unique viatique. Nous avons donc plutôt droit ici à une nuit de méditations essentiellement axées sur le pillage des marbres de l’Acropole par Elgin et ses acolytes. Et l’autrice de citer sans tarder Byron en exergue de l’un de ses chapitres :

« Froid est le cœur qui se penche sur toi,

ô Grèce

Sans être saisi par ce qu’éprouve l’amant

Sur les cendres de l’aimée. Opaques

sont les yeux

Qui ne pleurent pas devant tes murs

délabrés

Tes autels pillés par les Anglais » (Le Pèlerinage de Childe Harold).

Le ton est donné !

La Grèce était alors sous occupation ottomane, et les Turcs s’étaient alliés avec l’Angleterre face à la menace que représentait la France de Napoléon. Les Turcs, peu sensibles aux vestiges de l’antiquité grecque et se sentant redevables aux Anglais, n’ont fait à l’époque aucun effort pour protéger le Parthénon. Elgin est ainsi parvenu à obtenir assez vite du sultan ce que les Français n’avaient jusque-là jamais vraiment réussi à obtenir : un firman (décret) leur donnant plein accès à l’Acropole… C’est ainsi que les Anglais ont pu mettre la main sur le Parthénon et en organiser le pillage (quinze métopes, dix-sept statues provenant des frontons et soixante-quinze mètres de frise, entre autres déprédations…), et que ces marbres ont été transférés par voie maritime jusqu’en Grande-Bretagne, où ils ont finalement, après bien des péripéties, pris place au British Museum. Leur convoyage à travers les mers a d’ailleurs été en soi une véritable épopée, tant la tâche était difficile (tantae molis erat, aurait dit Virgile en son temps). Et il faut rajouter ici que leur accueil par les Anglais fut d’abord assez mitigé, même dans le monde savant.

Ainsi, comme le note l’autrice, « c’est l’imaginaire collectif d’un peuple qui a été spolié et humilié » (p. 164). Mais c’était sans compter sur l’inéluctable vengeance d’Athéna, qui, par une juste rétribution, finirait par amener la ruine sur Elgin, sa carrière, sa vie privée et sa santé (mais ne divulgâchons pas !). Et c’est lord Byron, l’antithèse d’Elgin, qui se fit le chantre de la malédiction de Minerve ! Ses vers furent même l’étincelle qui alluma la brillante torche du glorieux mouvement international de philhellénisme et mit le feu aux poudres de la révolte pour l’indépendance grecque. À compter de ce moment-là (1821), les Grecs se mirent à revendiquer haut et fort leur patrimoine historique et artistique.

Cela dit, ne vous attendez pas non plus à un simple récit en bonne et due forme de cet épisode mouvementé de l’histoire grecque moderne. Même si l’ouvrage fait naturellement place à des passages purement narratifs sur cette « affaire Elgin », celle-ci n’est qu’une trame de fond à laquelle le style inimitable d’Andrea Marcolongo entremêle habilement diverses impressions toutes personnelles déclenchées par sa solitude nocturne au sein de cet espace muséal exceptionnel, des confidences parfois touchantes, des méditations teintées de mélancolie sur les ruines et leurs mutilations, des pensées sur le problème de la restitution des œuvres d’art à leurs pays d’origine, corollaire direct de la question du colonialisme (les Français n’étant pas tout blancs sous cet aspect, y compris en Grèce…). Citons ici l’autrice : « Le Parthénon est aujourd’hui le symbole universel du manque et du vide. De tout ce qui a été livré à la négligence et à la dévastation. De tout ce que l’on n’a pas su ou que l’on a oublié de défendre et qui a été ainsi mis en pièces, bradé, déporté. » (p.218).

Rappelons au passage que la querelle juridique autour des marbres du Parthénon est toujours d’actualité, comme en témoigne par exemple la récente étude menée par Catharine Titi (Κατερίνα Τιτή), spécialiste grecque de droit international et chercheuse au CNRS, publiée aux éditions Springer sous le titre : « The Parthenon marbles and international law » (24 mai 2023), présentée par l’éditeur comme « The first in-depth study of the legal case for the return of the Parthenon marbles ». Le refus britannique de restituer à la Grèce les marbres du Parthénon se fonde sur l’argument suivant lequel l’acquisition de ces derniers par Elgin était légale à l’époque et, du fait de la non-rétroactivité de la loi, l’ordre juridique actuel n’est pas applicable au litige. Pour citer un bref article du dernier numéro des Dossiers d’Archéologie (n° 418 – juillet/août 2023) : « Après étude de l’histoire de l’extraction des marbres, la chercheuse avance que l’appropriation de ces pièces était illégale au moment même de leur extraction. Lord Elgin n’a pas pu les embarquer sans corrompre bon nombre des fonctionnaires ottomans qui administraient Athènes. Elle va plus loin en soulignant que la jurisprudence internationale penche du côté grec et que, dans le droit coutumier, il est désormais habituel de rendre les pièces du patrimoine culturel emportées de manière illicite à leur pays d’origine. Catherine TITI conclut donc qu’aucun argument ne soutient le refus britannique. »

Épuisée par son voyage intérieur et quelque peu écrasée par cette immense problématique, Andrea Marcolongo finira, elle, par s’endormir sur son lit de camp, parmi les vestiges de l’Acropole, jusqu’à l’arrivée d’un gardien, venu la réveiller à l’aube, avant l’ouverture du musée et l’arrivée des touristes. Cette expérience inédite, à coup sûr, elle ne pourra jamais l’oublier. Et elle nous invite à la partager avec cet ouvrage dont je recommande chaudement la lecture à tous les amoureux de la Grèce.



Citer ce billet
Jean-Claude Dutto (2023, 6 novembre). Lu pour vous : Andrea Marcolongo, « Déplacer la lune de son orbite ». Connaissance hellénique. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmj4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search