Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ « un terme technique d’origine peu claire ». Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba « la coupole, le dôme, le dais… ».

Babylone, ses voitures couvertes, ses « prostituées »

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. « La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques. »

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un « char à voûte » (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de « voûte, arche », et notamment de « voûte en berceau ». Il ne prend apparemment le sens de « pièce, chambre » qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe « chambrer » qui signifie à l’origine « loger dans une même chambre des camarades » puis aujourd’hui « faire ce qu’on fait entre camarades de chambre », c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, « chambre noire », utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : « jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre » ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.

Sylvie Tisserand : apprendre le grec au collège royal de la Flèche et au Prytanée (1603-2016)

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article cinq

L’enseignement du grec à La Flèche

 

Henri IV par Frans Pourbus le jeune, Château de Versailles, (Wikicommons)

 

L’enseignement du grec à La Flèche naît avec la fondation du collège royal offert par Henri IV aux jésuites en 1603. Il faut remonter aux motifs du développement des collèges jésuites à l’étranger et en France ainsi qu’aux raisons du Béarnais d’une implantation à La Flèche, petite ville mal pourvue pour accueillir un collège royal, afin d’ expliquer que ce lieu de villégiature personnelle se soit transformé en premier internat jésuite de France[1] (en effet, la France n’en comptera que 15 sur 90 établissements lors de la suppression de la Compagnie, lesquels ne dépassaient pas le quart des élèves), et pour justifier une politique favorable à l’enseignement du grec dans ce lieu. Ce ressourcement au grec se trouve ravivé à la Révolution qui veut faire table rase du modèle d’enseignement d’ancien régime lié étroitement au latin, langue de l’Église et favoriser le grec, langue de la première démocratie et qui a fait naître à la Renaissance l’esprit de libre examen. À partir de 1821, de nombreux artistes et intellectuels embrassent la cause grecque et s’engagent aux côtés des indépendantistes grecs dans le pays natal de la démocratie en s’insurgeant contre l’occupant ottoman. L’imprimeur helléniste Firmin Didot embarque des livres pour le collège de Chios et des presses sur un bateau afin d’imprimer les premiers tracts de propagande[2], Napoléon lui-même formé dans cette empreinte grecque choisira un nom grec (soufflé par Jean-Baptiste Gail)- le Prytanée – pour le futur établissement modèle d’enseignement créé en juillet 1798, et pour la création des lycées et des gymnases (1802).

Le roi Henri IV connaissait-il le grec ?

La mère du futur roi de France, Jeanne d’Albret, fut le « premier exemple sûr de princesse française frottée de grec »[3], langue acquise sous la férule de son précepteur Nicolas Bourbon, et elle contribua au développement des études grecques en France[4]. Pourtant selon l’helléniste P. Boulhol, aucun roi n’a appris le grec, pas même François Ier, le premier et plus important mécène de l’hellénisme français, bien qu’entourés de précepteurs éminents dans les lettres grecques. Néanmoins, une rumeur bienveillante propagée par des biographes crédite le bon roi Henri d’une teinture de grec confirmée par le témoignage de Palma Cayet dans sa Chronologie novénaire[5]. Ce grand capitaine et brillant humaniste se vit confié l’éducation du jeune Béarnais vers 1560. Cependant, sa pédagogie consistait essentiellement à faire apprendre par cœur des maximes grecques choisies comme « Δεῖ φυγαδεύειν τήν στάσιν ἀπὸ τῆϛ πόλεωϛ (il faut chasser de la ville la sédition)» ! Selon Auguste Poirson, Henri IV savait suffisamment le grec pour en jouer et il rappelle parmi les souvenirs de lecture de jeunesse la fréquentation de Plutarque mais peut-être en traduction.[6] Néanmoins, le soin de choisir des précepteurs royaux lettrés en grec montre la faveur persistante de l’humanisme façonné à la Renaissance et le rôle joué par la culture grecque dans la formation morale des princes. Les enseignants jésuites peu favorables de manière doctrinale au grec si l’on s’en réfère aux institutions d’Ignace de Loyola vont l’être cependant dans la pratique pour des raisons stratégiques face au philhellénisme des enseignements protestants et notamment à La Flèche. Selon F. Lebrun, l’enseignement du grec fut plus développé dans les écoles protestantes que dans les établissements jésuites.[7] Nous verrons à la fin de cet article ce qu’il en fut à La Flèche.

Pourquoi du grec à La Flèche ?

Avant l’implantation du collège royal, La Flèche n’était pas sans attache avec la renaissance des lettres anciennes car un illustre humaniste, membre de la Pléiade, y possédait un manoir à la cour des Pins, Jean-Antoine de Baïf (Venise1532-Paris 1589). Il était fils de Lazare de Baïf (La Flèche 1496 -Paris 1547) qui fut successivement Ambassadeur à Venise, Conseiller au Parlement de Paris, Ambassadeur en Allemagne, Maître des Requêtes, et abbé de Grenetière et de Charroux. Chargé de renseignement pendant son Ambassade à Venise de 1531 à 1533, et étant allé s’enquérir d’un secret d’alcôve auprès d’une « Demoiselle de condition », il en eut Jean-Antoine de Baïf, qu’il fit ensuite légitimer. Lazare était un lettré fort savant ; il était disciple de Budé, et s’était rendu exprès à Rome pour y étudier le Grec auprès de Marc Musurus (Μάρκος Μουσοῦρος), un Crétois. Il traduisit l’Électre de Sophocle en 1537 puis l’Hécube d’Euripide en 1550. Soucieux d’une bonne éducation, il fit transporter son fils en France dans son manoir de La Flèche peu de temps après sa naissance[8]. Il lui donna comme maîtres en latin Charles Estienne et Bonamy, et en grec Ange Vergèce[9], le savant crétois qu’il avait rencontré à Venise et qui créa des fontes grecques pour François Ier, avant de le confier à Tussan pendant son ambassade en Allemagne. Jean-Antoine montra plus tard sa maîtrise du grec en traduisant en 1573, dans les Œuvres en rime, l’Antigone de Sophocle. Le manoir existe toujours à La Flèche : le perron est surmonté de la devise : ΑΕΙ ΣΠΕΥΔΕ ΒΡΑΔΕΩΣ (aei speûde bradéōs : toujours hâte-toi lentement) reprise d’Auguste et que Baïf a peut-être adoptée en découvrant qu’elle était aussi la marque de l’imprimeur célèbre à Venise, Alde Manuce. Cependant, cet exemple de transmission du grec resta exceptionnelle jusqu’à la création du collège de La Flèche.

Les collèges de jésuites furent créés en partie pour contrecarrer l’influence et le succès du protestantisme tant à l’étranger qu’en France : « Le collège fera plus pour l’Evangile que tous nos sermons » proclama Pierre Toussaint en 1537. Loyola a établi un plan de conquête des âmes par la culture. Il faut réformer l’enseignement pour contrer les disciples de Luther et Calvin, parer la théologie de beauté pour séduire, introduire les esprits par les sciences inférieures à la science suprême. Ainsi dans ses Constitutions, Ignace de Loyola déclarait : « on apprendra les arts et les sciences rationnelles parce qu’elles disposent les esprits pour la théologie. »[10] Il consent à introduire avec prudence les nouveautés de l’humanisme pour rénover la scolastique médiévale. Il emprunte à la civilisation grecque un philosophe principalement –Aristote-, les grands mathématiciens et les belles lettres. Il retient du génie grec son aversion pour la démesure et l’orgueil humain.

L’accent sur les langues savantes est plus particulièrement porté par quatre collèges de la province de Paris qui comprend le collège de La Flèche. Là, la Ratio studiorum (la règle des études) est adoptée et adaptée dès la fondation. Elle comprenait treize classes distinctes dont six consacrées à l’étude du latin et du grec[11]. Le développement des lettres permettait de combattre les protestants avec leurs propres armes, alors que la théologie restait, pour le fondateur Ignace de Loyola, le but de toutes les études et le sommet de toutes les sciences.[12] Le collège catholique est le bras armé de la Contre-Réforme scolaire pour lutter contre l’hérésie. Ignace veut utiliser le courant humaniste pour la rénovation de l’Eglise, et les lettres anciennes pour défendre la Vulgate[13]. Cependant, si l’on nourrit la jeunesse d’auteurs profanes, c’est au moyen d’œuvres expurgées et de morceaux choisis, enrichis de la scolastique traditionnelle. L’Église catholique reste méfiante envers l’humanisme chrétien car en discréditant l’ascétisme traditionnel, en exaltant l’individu, elle considère qu’il fait le lit du mysticisme protestant, mais les collèges jésuites entendent fournir à la bourgeoisie du temps l’enseignement rénové aux sources antiques attendu.[14] Toutes les classes d’humanité s’orientent vers l’éloquence comme vers leur pôle principal, et la culture grecque y contribue, malgré une défiance envers cette langue portée par le protestantisme : qui graecabant lutherizabant (« ceux qui faisaient du grec devenaient luthériens ») avertit Nicolas de Bobadilla[15], un des premiers compagnons de Loyola. Dès le début des études grecques, Budé lui-même dut se défendre d’hérésie dans l’étude du grec au sein de son traité De transistu hellenismi ad christianum en 1535[16]. À La Flèche, le grec ne constitue pas une classe à part mais est intégré dans le programme des classes d’humanité et de rhétorique, conformément au plan prévu par Jéronimo Nadal. Celui-ci le plaça dans les lettres humaines et non pas après la théologie comme l’avait préconisé Loyola. En effet, ayant remarqué que beaucoup d’étudiants après l’étude du grec passaient ensuite à la Réforme, Ignace de Loyola ne voulait pas qu’il fût enseigné avant la théologie mais Nadal fit confiance à chaque supérieur pour adapter le contenu selon le contexte. À côté d’Aristote, le maître par excellence, on trouve les rhéteurs et poètes grecs dont Gabriel Compayré a donné la liste.[17]

À La Flèche, le contexte est particulier. Le lieu est choisi, nous l’avons dit, par Henri IV pour fournir à l’Église catholique un double gage de sincérité de sa conversion au catholicisme. Il donne aux jésuites un bien personnel (c’est un château de famille) sis à quelques lieues de Saumur la protestante dont il avait confié la place forte à un de ses amis, Philippe Duplessis-Mornay qu’on surnommait « le pape des huguenots ». Celui-ci y avait fondé en 1599 une Académie protestante qui sera supprimée le 8 janvier 1685 dans le cadre de la révocation de l’Édit de Nantes. Mais cette seconde Genève aura formé entre-temps de grands hommes de lettres et dÉtat, grâce à l’enseignement de docteurs prestigieux. À sa rivale, le collège royal de La Flèche qui portera son nom, Henri le Grand, il lègue également son cœur par l’édit de fondation en 1603.

À Saumur, le premier professeur de grec (et docteur en médecine) fut Jean Benoist (Joannes Benedictus), auteur avec Le Fevre d’une Méthode pour commencer les humanités grecques et latines[18]. Les professeurs Marc Duncan (de 1606 à 1624) et Tanneguy Le Febvre (de 1651 à 1670) lui succéderont. Accordons un intérêt particulier à Tanneguy Le Febvre car cet helléniste (1615-1672) fit ses études au collège des jésuites de La Flèche et confirma les réticences de Loyola par son parcours. Après avoir été quelque temps contrôleur de l’imprimerie royale, ce qui lui permit de comprendre les rouages techniques et économiques de cette prodigieuse servante de la diffusion des idées[19], en 1644, il se rendit à Is-sur-Tille, près de Dijon et s’y convertit au calvinisme avant de s’installer à Saumur en 1649 où il obtint, deux ans plus tard, un poste de professeur à l’académie protestante. Il occupa avec grand renom ce poste près de vingt ans, d’abord comme régent de troisième, puis comme titulaire d’une chaire de grec créée spécialement pour lui en 1665 mais sa légèreté de mœurs (il entretenait de manière notoire une maîtresse en ville) tout comme son éloignement du calvinisme le menèrent à des querelles avec le consistoire et il dut démissionner. Il tint également pension pour les élèves de l’académie, dont André Dacier qui devait épouser sa fille. L’érudit libertin publia au moins 37 ouvrages, dont des éditions, entre autres, de divers auteurs grecs non-conformistes comme Longin, Anacréon, Sappho, Apollodore d’Athènes, Aristophane ou Lucien et latins comme Virgile, Horace, Lucrèce, Térence ou Tite-Live. Une de ses filles, Anne Dacier, devint célèbre par ses traductions (notamment de l’Iliade et de l’Odyssée ) et le commentaire d’œuvres grecques destinés à l’éducation du jeune dauphin. Son fils, Tanneguy II Le Febvre (Saumur, 1658-Saumur, 1717), fut lui aussi régent au collège de Saumur mais comme son père et sa sœur Anne Dacier, il abjura. Quelques sources avancent sans justification que Tanneguy Le Febvre apprit seul le grec[20] : peut-être songent-ils aux commentaires de l’époque révélant la difficulté des collèges à se pourvoir de (bons) professeurs de grec ou aux avertissements de plusieurs imprimeurs en grec stipulant qu’ils s’adressent aux autodidactes mais cela semble peu vraisemblable lorsque l’on sait que le collège royal de La Flèche fut pourvu dès son ouverture en 1604 d’un professeur de grec et qu’à partir de 1606, des scholastiques furent envoyés à La Flèche pour apprendre sur les mêmes bancs que les écoliers les langues savantes [21]. En témoignent aussi les livres de prix en grec remis aux élèves dès les premières années.[22]

Etat de l’enseignement du grec à La Flèche au début du XVIIe s.

Le plus illustre témoignage que l’on pourrait avoir sur la qualité de l’enseignement du grec serait celui de René Descartes, ancien élève de 1606 à 1611, qui eut probablement le père Louis Cellot ou Pétau comme professeur mais Descartes est peu reconnaissant sur la valeur de l’apprentissage des langues anciennes : « un honnête homme n’est pas plus obligé de savoir le grec et le latin que le suisse ou le bas-breton. »[23] L’idée que se fait Descartes de la culture est incompatible avec la langue de la culture. À Stockholm, en 1649, selon Adrien Baillet[24], Descartes dénigrait comme inutile l’étude passionnée que la reine consacrait au grec sous la houlette de l’humaniste Vossius. De fait, il ne commente pas l’enseignement reçu. Tout juste savons-nous par lui que l’étude d’Aristote en classe de philosophie s’accompagnait d’une lectio du texte grec. Quant à son condisciple Marin Mersenne, même silence sur son enseignement, mais plus tard, en 1626, il publie, traduites du grec en latin, des œuvres d’Euclide, d’Apollonius de Pergé, d’Archimède, et d’autres mathématiciens grecs. Pourtant, c’est Aristote lui-même qui dans sa Politique explique que « chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres. »[25] Mais Descartes a peu de respect pour l’autorité de ce maître.

Néanmoins, pour mesurer le poids de la langue dans l’enseignement, il reste le catalogue établi en 1776[26] par les pères doctrinaires de la foi chrétienne : 42 titres de glossaires, grammaires et autres méthodes d’apprentissage de la langue imprimés avant 1762 occupent le fonds. Lorsque l’on examine ces instruments de l’enseignement des pères, on constate que ce ne sont pas ceux préconisés par la ratio studiorum [27]: bien que l’on y trouve les classiques de Clénard[28] (qui occupent avec succès aussi les bibliothèques des écoles protestantes) ou de Budé, la grammaire grecque n’est pas celle du Franciscain Urbano Bolzano, ni la syntaxe grecque de Jean Varennius ou Ceporinus, mais celle de Port-Royal, et non pas dans la version adaptée pour les collèges catholiques mais en version originale (ὁ Χάρτηϛ (ho Chartêϛ): le papier, la Charte[29], ὁ Μονίας (ho Monias): le Solitaire comme modèles de la première déclinaison ; φιλέω et τιμάω (philéō et timáō) aimer et honorer comme modèles de première conjugaison circonflexe): tous les modèles y ont une valeur morale, exemplaire.

Le temps consacré au grec en 4e (humanités) est de deux heures par jour sur six heures d’enseignement total. En outre, les élèves peuvent réciter publiquement des vers grecs à certaines occasions fêtées (visites illustres, fêtes de saints ou veilles de vacances) qui comprennent des représentations dramatiques composées par les professeurs. Est-ce que l’on procède à une chasse aux hellénistes à La Flèche comme au collège Sainte-Barbe ? Rien ne permet de le supposer, bien au contraire. Jouvency, dans son plan d’études, met le grec au-dessus du latin: Linguarum cognitio necessaria, prœsertim Grœcœ (une connaissance des langues est nécessaire, surtout le grec). «Les noms de Viger, de Jouvency, de René Rapin, de Brumoy, dit M. Egger[30], marquent une tradition de zèle pour les études grecques qui honore singulièrement la Compagnie de Jésus.» [31]

Les impressions grecques à La Flèche

Le travail des professeurs des Petites écoles stimulent l’édition, voire les rééditions, d’ouvrages de grande qualité comme la grammaire grecque de Clénard (huit éditions à La Flèche). La recension des titres grecs laissés par les jésuites à la bibliothèque de La Flèche montre une adoption des méthodes pédagogiques de Port-Royal, même quand elles sont décriées par des auteurs de la congrégation. Ainsi l’usage des méthodes de Claude Lancelot de 1655[32] (trois éditions à La Flèche) ou le Jardin des racines grecques (1657) attaqué par le père Philippe Labbe, jésuite, dans ses Étymologies de plusieurs mots françois, contre les abus de la secte des hellénistes de Port-Royal (Paris, 1661). Le succès du Jardin des racines grecques ne se dément pas jusqu’à la moitié du XIXe siècle puisqu’on en recense 104 éditions jusqu’en 1854. Il est en usage dans les écoles de l’Etat jusqu’à l’arrêté du 4 décembre 1863. Le projet de Port-Royal est de s’adresser aussi bien aux professeurs (bien montrer), qu’aux élèves (bien apprendre) et aux lettrés (ceux qui veulent « avoir une connaissance solide de cette langue »)[33].

Au nombre des classiques grecs imprimés à La Flèche avec la traduction latine, in gratiam classicae juventutis (à l’usage scolaire de la jeunesse), on trouve le troisième livre de l’Iliade, le troisième livre de l’Enéide, et l’Anthologie, édités pour le premier par la veuve Griveau, les deux autres par Louis Hébert. Les Dialogues de Lucien, cum novà versione et notis, ad usum collegiorum Societatis (avec une nouvelle traduction et des notes à l’usage des collégiens de la congrégation), sont destinés à être lus par les écoliers dans leur temps libre.[34] Ces indices pourraient corroborer une connaissance par la traduction mais la publication en 1611 d’un recueil de panégyriques rédigés par les élèves pour la mort de Henri IV en grec et en latin montre une bonne aisance dans la langue grecque. La première édition unilingue en grec imprimée à La Flèche est celle des discours et lettres d’Isocrate : Isokratous Logoi kai epistolai chez J. Rezé en 1608 qui semble être la première édition imprimée en France en l’état actuel des catalogues, ce qui confirme l’hypothèse d’un activisme grec à La Flèche, notamment du père Pétau, par émulation de celui de Saumur. Il sera aussi l’auteur d’une édition de Iuliani Imperatoris Orationes III = Ἰουλιανοῦ αὐτοκράτορος λόγοι (Discours de l’Empereur Julien l’apostat) en 1614 chez le même Rezé.

La prononciation du grec

La volonté d’opposition au protestantisme se poursuit par le choix de l’itacisme byzantin contre l’étacisme érasmien que les calvinistes avaient inscrit dans leur programme d’enseignement. Dès l’emploi du manuel de Clénard ou de la grammaire de Gretser, c’est la prononciation moderne issue de la koinè (la langue grecque hellénistique), correspondant à celle des lecteurs royaux qui a été adoptée.[35]C’est ainsi que la prononciation moderne des jésuites, signe d’orthodoxie catholique, s’oppose à l’érasmienne (parce que mise au point par l’humaniste Érasme[36]) des protestants qui combine plusieurs états de langue pour une restitution qui n’a jamais été utilisée : c’est cependant cette dernière qui a triomphé, malgré les efforts des philhellènes au XIXe siècle favorables à une prononciation moderne (cf. Fleury Lécluse plus loin) ou restituée, popularisée dans les années 1980 par Stephen Daitz.

On peut rencontrer çà et là quelques témoignages, dans la littérature ou les manuels, de l’éducation jésuite reçue par l’auteur quand la transcription montre un usage de la prononciation moderne. Ainsi pour le grec utilisé dans les manuels de mathématique ou cette réplique chez Molière, dans Les Femmes savantes, dans la scène où Trissotin introduit Vadius[37] en faisant son éloge : « il sait du grec, madame, autant qu’homme en France » et plus loin « on voit partout chez vous l’ithos (ἦθος= ẽthos) et le pathos. » Cet itacisme (prononciation de la lettre ẽta en i) n’a plus cours, et le iôtacisme moderne (prononciation de plusieurs phonèmes vocaliques comme un i de iôta) n’est pas utilisé en France.

Du collège royal au Prytanée militaire

Le poids du grec et de la culture grecque reste sensible même après l’exil des jésuites bien que nous ne rencontrions plus le nom de bons hellénistes que ce soit dans le rang des professeurs ou des élèves après leur départ. Pour Compayré[38], la faute du faible niveau des études grecques est imputable aux jésuites mêmes. Il prend à témoin le roi du Portugal qui avait expulsé dès 1759 les jésuites, estimant que qu’ils étaient responsables de la décadence des humanités et de la chute des langues grecques et latines. La révolution de 1762 formerait une « revanche du jansénisme » selon l’expression de Compayré. Cependant, ce pédagogue qui valorise les principes éducatifs et les méthodes d’enseignement de Port-Royal au détriment de ceux des jésuites expliquerait difficilement la présence à La Flèche de manuels d’Arnauld et Nicole ainsi que les œuvres de Rollin pourtant retirés de l’enseignement au collège du Plessis pour cause de sympathie envers le jansénisme. Son Traité des études eut beaucoup de succès et influença jusqu’à l’Émile. Sur le grec, il note que depuis la Renaissance, on l’a toujours enseigné, mais, avoue-t-il, sans grand succès. « Les parents sont peu disposés en faveur du grec. Ils ont, prétendent-ils, appris le grec, eux-aussi dans leur jeunesse et ils n’en ont rien retenu : c’est le langage ordinaire qui marque qu’on n’en a pas beaucoup oublié. » Il tient surtout à la version : « les auteurs sont comme un dictionnaire vivant et une grammaire parlante, où l’on apprend par l’expérience même la force et le véritable usage des mots, des phrases et de la syntaxe. » Le Plan d’éducation du président Rolland (1783) est dans la continuité du traité de Rollin. Il prescrit aussi les manuels d’éducation, notamment élémentaires, « que nous devons à ces pieux solitaires ». Pourtant, lui aussi déplore l’ignorance profonde du grec chez les élèves de collège. Il prône une liaison étroite du latin et du grec mais sans indiquer de méthode. Au collège royal confié ensuite aux pères doctrinaires de la foi chrétienne à partir de 1771, on trouve cependant des personnalités étranges comme celle d’Antoine Jeudy Dugour (1765-1849), frère de la Doctrine chrétienne devenu professeur au collège de La Flèche, aux activités troubles avant son exil en Russie après 1803 où il devint professeur et bibliothécaire de l’université de Kharkov. Ses compétences d’helléniste ne transparaissent que dans deux publications où il traduit ou bien parfait des traductions[39]. Un cahier d’élève datant du temps des pères doctrinaires montre pourtant que les compositions en grec nécessitaient un bon niveau. Mais c’est la transformation du collège royal en Prytanée qui marque un renouveau de l’enseignement du grec. Nous avons abordé en introduction la terminologie des termes entrés dans le nouveau modèle d’éducation. Il n’est pas négligeable de noter que le nom même de Prytanée choisi par J.B. Gail[40] inscrit l’établissement à la fois dans une continuité et dans une rénovation. Continuité dans les méthodes, rénovation par le choix des auteurs, plus accessibles dans le jeune âge (Esope, Xénophon, Théocrite), joliment illustrés, mis en vers pour la mémorisation.

Entre autres enseignants de grec, signalons le rôle important de Fleury Lécluse (1774-1845), professeur de grec au Prytanée français de Paris puis La Flèche, auteur également de manuels de langue grecque. Il avait inventé, pour enseigner la langue, ce qu’il nommait le Panhellénisme[41]. « C’était un tableau synoptique dans lequel il avait su renfermer les éléments de l’idiome grec avec toutes les explications nécessaires pour en transmettre en peu de temps la connaissance aux intelligences les plus rebelles. Celui qui écrit ces lignes peut certifier qu’il a vu des élèves obtenir en moins de dix-huit mois, par cette méthode, des résultats qui, par les procédés ordinaires, leur auraient coûté quatre à cinq années de travail assidu. Dès 1802, à peine âgé de vingt-huit ans, M. Lécluse publiait son Manuel de la langue grecque, ouvrage élémentaire, qui forma dans tout le cours de sa carrière le premier degré de son enseignement. »[42]L’autre aspect de la langue, plus militant celui-là, de Lécluse fut sa Dissertation sur la prononciation grecque[43].Il y développait les arguments des philhellènes favorables à la prononciation grecque moderne contre la tradition érasmienne : cette prononciation « selon la méthode orientale » dans une période de philhellénisme actif pour la guerre de libération des Grecs de 1821 et dans le cadre de la célèbre question de la langue grecque (savante ( καθαρεύουσα/ katharévousa) ou populaire (δημοτική/dimotikí)), rappelle Emile Egger, fut pratiquée par Jean-François Boissonade[44], à la Sorbonne et au collège de France, et par Jules David, suppléant de Boissonade , « ancien consul de France dans le Levant », et ancien élève du Prytanée[45].

Les belles lettres ont été illustrées aussi par l’enseignement de Henri Gœlzer en 1877 au Prytanée qui s’est surtout distingué par ses travaux de latiniste mais s’est montré aussi bon helléniste. Le brillant élève, Jules David (1783-1854), disciple de Gail, a appris le grec au Prytanée français avant d’aller enseigner le français à Chios encore occupée par les Turcs. A la fin du XIXe, nous trouvons le nom de Louis Gernet (1882-1962), professeur à La Flèche jusqu’en 1919 avant de partir enseigner à Alger. Il passa ensuite de l’hellénisme à la sociologie des institutions grecques sans perdre de vue l’aspect linguistique de cette culture. Le Centre Louis Gernet (Anthropologie et histoire des mondes antiques) a été créé en 1964 par Jean-Pierre Vernant en son honneur. Mais la palme d’honneur de l’hellénisme au Prytanée revient incontestablement à Anthelme Édouard Chaignet (1819-1901), fils d’imprimeur, qui passa trente-quatre ans de sa vie dans cet établissement, comme élève puis comme enseignant avant d’achever sa carrière à la faculté de Poitiers (1863-1879) dans la chaire grecque puis sous le gouvernement de Jules Ferry, comme recteur de l’Académie de Poitiers (1879-1890) où il précède Compayré. Ses travaux en philosophie ou philologie grecque lui procurèrent de nombreuses distinctions et prix. Mais sa carrière tout comme sa méconnaissance aujourd’hui montre la difficulté pour un non-normalien enseignant en province de prétendre ou d’accéder à la reconnaissance dans les grandes institutions nationales. Ainsi fut-il longtemps correspondant à l’Académie des sciences politiques et morales sans en devenir titulaire malgré les distinctions. Reste la valeur académique de ses travaux connus d’un petit cercle de chercheurs, tandis que le fruit de ses réflexions sur la rhétorique ou l’éducation est tombé dans l’oubli. Une douzaine de ses ouvrages sur les vingt-quatre publiés (les plus scolaires) enrichissent encore le fonds grec du Prytanée.

Pour les XXe-XXIe siècle, les noms de Jean-Claude Gaven, Éric Foulon et Alain Remy continuent à illustrer la double implication des professeurs du Prytanée dans l’enseignement et la recherche helléniques.

Pourquoi un affaiblissement du grec aujourd’hui ?

La faiblesse du grec dans l’enseignement vient de loin. Nous avons vu que Gabriel Compayré imputait aux jésuites la décadence des humanités grecques, parti-pris dont Dainville prend le contre-pied[46] en faisant remarquer que le nom même de classe d’humanités est une création des jésuites qui, durant quelques décades, vont leur redonner du lustre. Néanmoins, à côté des humanités latines, la place du grec était plutôt maigre : on aurait pu espérer un déploiement de ce dernier porté par la vague de la Renaissance mais il reste confiné à quelques heures par semaine en seconde et en rhétorique. Pour Dainville, cette disgrâce s’explique si on place l’humanisme dans une perspective de tradition romaine. Rome avait délaissé le grec qui ne jouait plus un rôle actif dans la culture du lettré moyen. Les professeurs de grec ne font pas carrière dans cette voie où le recrutement est difficile, et les enseignants souvent faible. Pour réduire la dangerosité supposée de la matière, on l’expurge des textes qui pourraient la rendre attrayante et Du Bellay aussi, dans sa Défense et illustration de la langue française, (1549), conserve un souvenir ennuyé d’un enseignement infantilisant, alors qu’en Flandre, Allemagne et Pologne, les humanités gagnent en solidité dans les deux langues. La situation est aggravée par l’index issu de la dernière session du concile de Trente qui expurge les bibliothèques des œuvres grecques en grand nombre. Le précepte de la Ratio : non multa sed multum[47] est interprété par Polanco en : » Mieux vaut bien savoir une science que de toucher à beaucoup en sachant peu une ». Cette dénonciation d’une surcharge des matières mal digérée forme comme une longue complainte de Rabelais et Montaigne jusqu’aux allégements de programmes de nos jours. Pourtant, que d’heures passées sur l’éloquence, reine des disciplines, au détriment des textes. Pour conforter le parler latin, le grec est minoré et très souvent abordé dans un parallélisme avec le latin. De même que sous Quintilien, on apprenait aux enfants à parler le grec avant le latin pour l’asseoir, de même dans l’éducation d’ancien régime, le latin supplante le français et a fortiori le grec. Au XIXe siècle, un témoignage de Chaignet corrobore le jugement de Compayré sur l’attente sociale utilitariste et le poids des familles : « Je me souviens du jour où le grec fut supprimé des classes supérieures ! Quel triomphe (…) Quinze ou vingt promotions avaient travaillé à cette conquête par la résistance ouverte ou sourde, par le refus de travail, les sollicitations des familles »[48].

Sur le territoire français, l’enseignement du grec épouse la mémoire historique : le grec se porte mieux dans les anciens comptoirs grecs, c’est-à-dire dans le sud. On y voit reparaître à titre expérimental l’enseignement simultané du latin et du grec. A La Flèche, le choix d’une excellence grecque pour rivaliser avec Saumur dans un premier temps, puis pour arguer d’une excellence académique l’a maintenue assez vivace jusqu’aujourd’hui. A la rentrée 2007, a été introduit en hypokhâgne un enseignement obligatoire de « Langues et culture de l’antiquité » qui permet de maintenir l’égalité entre les deux langues anciennes mais la réduction horaire dans les deux cycles précédents, la pratique des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), ne laissent pas espérer une amélioration de la maîtrise de la langue ni même une attractivité suffisante pour choisir l’option au lycée. Depuis la rentrée 2016, le grec n’est plus enseigné en seconde au Prytanée.

Sylvie Tisserand

Conservatrice de la bibliothèque du Prytanée

[1] R. Chartier, M.-M. Compère, D. Julia, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris , SEDES, 1976

[2] Cf. le site de l’Académie française au mot « flyer » : « Firmin Didot fit venir à Paris des Grecs qu’il forma au métier d’imprimeur et arma de petits navires, appelés « gaozes », à bord desquels était caché le matériel d’imprimerie qu’il leur avait fourni. Comme ces bateaux faisaient constamment du cabotage, il était plus difficile à la police turque de les repérer, d’arrêter les imprimeurs et de détruire les machines. De port en port on distribuait les tracts imprimés au large, et, en hommage à Firmin Didot, ces imprimeurs clandestins leur donnèrent le nom français de « feuilles volantes ». Notre langue est redevable à la Grèce d’une grande partie de son vocabulaire et en particulier du mot démocratie ».

[3] Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois : l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IVe siècle-1530) , Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014.(p. 351)

[4] ibidem

[5] Claude-Bernard Petitot, Pierre Victor Palma Cayet, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, 39. Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu’au commencement du dix-septième siècle ; avec des notices sur chaque auteur et des observations sur chaque ouvrage : Palma Cayet, Paris [France] : Foucault, 1824.

[6] Histoire du règne de Henri IV par M. Auguste Poirson, Paris : Didier et Cie, 1862-1867

[7] Histoire de l’enseignement et de l’éducation, II 1981, p. 355, cité par P. Boulhol.

[8] L’abbé GOUJET, Bibliothèque française ou Histoire de la Littérature française, tome 13, 1752, pp. 340-359

[Gallica, N0050656_PDF_366_385] (texte modernisé).

[9] Jean-Antoine de Baïf parle ainsi de Vergèce dans l’épître dédicatoire de ses Œuvres en rime (Paris : 1573) adressée à Charles IX : « Au Roy ». In Poésies choisies de J.-A. de Baïf.

Ange Vergece, grec, à la gentile main

Pour l’écriture grecque ecrivain ordinére

De vos granpere et pere et le vostre, ut salère

Pour à l’accent des Grecs ma parole dresser,

Et ma main sur le trac de sa lettre adresser

[10] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 26.

[11] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T. III, p. 4.

[12]« La théologie pourrait nous suffire sans tant de Cicéron et de Démosthène » Ignace de Loyola, Constitutions de la Compagnie de Jésus, Desclée De Brouwer : 1967, P. IV, C12, n1.

[13] François de Dainville, O.C., p. 218-222

« perfectius est diligere quam agnoscere » Joannes de Ruysbroech in Joannes Gerson ,Opera omnia novo ordine digesta- Anvers : S.J. ,1706

[14] François de Dainville, O.C., p. 362.

[15] Bobadilla, Nicolaus Alphonsus (1511?-1590) in Bobadillae monumenta, 614.

[16] François de Dainville, O.C., p. 25

[17] Gabriel Compayré, Histoire critique des doctrines de l’éducation en France depuis le XVIème siècle, Paris: Hachette, 1879. Tome I, livre II, ch. 1. A savoir : Eschine, Esope, Aristote, Euclide, Euripide, Hérodien, Hérodote, Hésiodore, Homère, Isocrate, Lucien, Lysias, Ménandre, Muséus, Phocylide, Pindare, Platon, Plutarque, Sophocle, Théocrite, Théognis, Thucydide, Xénophon, Chrysostome, Ésope, Agapet. L’explication de ces auteurs et l’étude des deux grammaires, avec des thèmes pour le grec, tel est l’enseignement des trois années de grammaire.

[18] Chez René Pan à Saumur en 1672

[19] Il procéda à la somptueuse impression en Grecs du Roi: NOVUM TESTAMENTUM GRAECE. Η ΚΑΙΝΗ ΤΟΥ IHΣOY ΧΡΙΣΤΟΥ ΔΙΑΘΗΚΗ. Paris, Imprimerie Royale. 1642, ornée de bandeaux, lettrines et culs-de-lampe, finement gravés sur cuivre. Ce fut la seule réédition en grec d’une bible du XVIème siècle, celle de Robert Estienne, après l’arrêt du 10 décembre 1547 où le Conseil du roi avait interdit d’imprimer et de vendre les bibles, nouveaux testaments et Indices de l’imprimeur du roi, contraignant Robert Estienne à partir à Genève pour y finir sa vie (1550-1559).

[20] Jean-Paul Pittion in Tanneguy Le Fèvre (1615-1672), Consulter l’histoire de l’académie par Jean-Paul Pittion http://archives.ville-saumur.fr/a/752/consulter-l-histoire-de-l-academie-par-jean-paul-pittion/

[21] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T.I, p. 125

[22] Pour exemple, un DÉMOSTHENE édité par Pierre de La Rovière, en 1607 à Genève

[23] René Descartes, La recherche de la Vérité par la lumière naturelle Œuvres, Édition de la Pléiade, p. 883-884

[24] Adrien Baillet, La vie de Monsieur Descartes, Paris: Daniel Horthemels, 1691, p.396

[25] Aristote, Politique, VIII, ch. 3

[26] Hervé Baudry, Sylvie Tisserand, Une bibliothèque à la fin de l’Ancien Régime : présentation historique suivie de l’édition du catalogue des livres du collège royal de La Flèche (1777) , Condeixa-a-Nova [PORTUGAL] : La Ligne d’ombre, 2015.

[27] Pascale Hummel, De lingua Graeca: histoire de l’histoire de la langue grecque, Peter Lang, 2007, p. 67

[28] Institutiones ac meditationes in graecam linguam de Clénard. Conçu pour les débutants, gros succès durable : nombreuses rééditions (près d’une centaine avant 1600 et plus de 500 avant la fin du XVIIe s.) avec scholies. Grammaire limitée à la morphologie et à la syntaxe (prononciation grecque moderne) mais renvois fréquents aux Meditationes au succès particulier.

[29] Jansen publia une charte théologique en 1640, nommée l’Augustinus

[30] François Viger (1590-1647), SJ ; Joseph de Jouvancy (1643-1719), SJ ; René Rapin (1620-1687), SJ ; Pierre Brumoy (1688-1742), SJ. Rapin et Jouvancy enseignèrent à La Flèche.

[31] Émile Egger , De l’Hellénisme en France, t. II, p. 64.

[32] Adrien Baillet, dans le Dictionnaire historique et critique de Bayle (présent à la bibliothèque), rapporte que La nouvelle méthode pour apprendre la langue grecque est le meilleur et le plus considérable des ouvrages de Lancelot.

[33] « Les Petites écoles de Port-Royal », Frédéric Delforge et Antony Mc Kenna in Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Jean-Claude Colbus, Brigitte Hébert

Université de Saint-Etienne, 2006.

[34] Camille de Rochemonteix, O.C., tome III, p.9. On trouve également parmi les classiques grecs imprimés à La Flèche à l’usage des élèves du collège :Thucydidis Olori filii historiae, in gratiam classicae juventutis, Flexiae, 1625, L. Hebert, texte grec et trad. Latine en regard ; le discours de Démosthène sur la Couronne en 1636 chez G. Griveau ; les Dialogues des morts en 1629 chez Gervais Laboe ; l’Anthologia epigrammatum graecorum selecta … en 1624 chez Louis Hébert, etc. Les fontes grecques étant d’un grand prix, elles n’étaient pas propres à un atelier. L’examen typographique montre que les imprimeurs en grec de La Flèche et de Saumur se prêtaient ou se louaient leurs jeux typographiques.

[35] Voir Institutiones et meditationes in graecam linguam (1571) p.1

[36] Érasme, De recta latini graecique sermonis pronuntiatione dialogus, Kruffter, 1528

[37] Parodie de Gilles Ménage

[38] Gabriel Compayré, Histoire de la pédagogie, p. 285 et 294

[39] Lettres de Platon, traduites du grec, et publiées par A.-J. Dugour, Suivi de la traduction du « premier Alcibiade » par l’abbé N. Papin, Paris : impr. de E. Brosselard , an V (1797). La préface indique que cet abbé est aussi le principal traducteur des « Lettres » et que Dugour n’a fait que retoucher sa traduction.

Les fables d’Esope mises en français, illustrées par Godard d’Alençon, sans lieu, en 1798.

[40] Jean-Baptiste Gail (1755-1829), professeur au premier Prytanée français (1798-1801) -collège Louis-le-Grand- avant de le devenir au Collège de France et membre de l’Institut, auteur de Fables d’Esope dédiées au Premier Consul Bonaparte. Ecrites par Guillaume Montfort, Professeur au Prytanée de Paris. Gravées par Beaublé, Membre de la Société Libre d’Institution,Paris, Chez Basset s.d. (1801). Il rénova les études grecques après la Révolution. Outre des éditions de Xénophon et de Théocrite (1828), il publia également des manuels scolaires repris des méthodes pédagogiques de Port-Royal. Dans sa réédition du Jardin des racines grecques mises en vers français de Lancelot, en 1813, il définit ainsi le Prytanée : « πρυτανεῖον (prutaneĩon) : ce mot désigne chez nous une Ecole nationale où le gouvernement fait élever à ses frais les enfants de citoyens qui ont bien mérité de la patrie. Le Prytanée chez les grecs était comme un hôtel de ville. On y nourrissait les citoyens qui avaient rendu service à l’état … ».

[41] Clef du panhellénisme ou développement du tableau synoptique de la langue grecque, par Fl. Lécluse, professeur au Prytanée-Français, Collège de Saint-Cyr, À Paris, an XI (1802), 32 p.

[42] In Catalogue de la bibliothèque de feu M. Fl. Lécluse, ancien doyen de la Faculté des lettres de Toulouse et membre de plusieurs sociétés savantes: dont la vente se fera le 9 juin et jours suivans, à six heures de relevée, rue des Bons-Enfans, n° 30, Maison Silvestre. Jules Labitte, 1845 – 38 pages

[43] Toulouse,1829.

[44] 1774-1857

[45] Alain Ballabriga, « Philhellénisme et prononciation du grec. À propos de la Dissertation sur la prononciation grecque de Fleury de Lécluse », Anabases, 3 | 2006, 57-77.

[46] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 45.

[47] Que l’on peut traduire par : « non pas grand en nombre mais en qualité » ou « peu mais bien »

[48] De l’esprit militaire dans l’éducation et dans les études(1856), Cerf, 2016.

Stavros Zaphiriou : fin du conte pour enfant « Le petit pilote »

➤ Littérature grecque moderne (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article quatre)

Le Petit Pilote (fin)

 

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

[Voici la troisième et dernière partie du conte traduit du grec par Janine Kaminski commencé dans le  numéro 144 : https://ch.hypotheses.org/1598,  et continué dans le numéro 145 :  https://ch.hypotheses.org/1682]

Mais en vérité, qu’est devenu le pilote ? Je n’imagine pas que vous croyiez vous aussi qu’à peine a-t-il appris les interdictions du roi il a préféré se volatiliser ? Mais bien sûr vous ne le croyez pas ! Ceux qui volent dans le ciel ne disparaissent pas si facilement de la surface de la terre ! D’ailleurs comme nous avons dit précédemment, ce n’était pas dans son caractère. Cependant le petit pilote l’a cru, c’est pourquoi il sauta de joie quand il entendit soudain derrière lui la voix de son grand ami.

« Mais comment as-tu pu imaginer que j’aurais pu partir, et surtout maintenant, » lui dit-il, comme s’il avait lu ses pensées. « Je me suis simplement retiré dans ma cabine de pilotage et j’étudiais le catalogue des interdictions. »

« Donc, tu veux dire que tu as ta propre cabine de pilotage ?  Peut-être que finalement tu vas me dire que tu as aussi ton propre aéroplane ? » « C’est vrai, maintenant que j’y réfléchis, » continua le petit pilote, « je ne sais rien de toi. Je ne t’ai même pas demandé qui tu es, d’où tu es venu et comment tu t’es trouvé comme tombé du ciel ici. »

« Mais non ! » répondit le pilote, prenant une par une les questions successives. « Quand je dis “cabine de pilotage” je veux dire l’endroit que chacun se bâtit avec son esprit pour pouvoir, quand il en a besoin, se trouver seul avec lui-même et avec ses pensées. Quant au reste, il est très facile de te l’expliquer : je suis pilote parce que je veux l’être et je me suis trouvé ici parce que tu veux l’être toi aussi. Je monte et descends dans le ciel, c’est pourquoi seulement ceux qui ont le même désir peuvent me voir. Et je viens de quelque part qui n’a pas besoin d’exister pour que quelqu’un en vienne. »

« Permets-moi de te dire que ces explications que tu trouves faciles sont très difficiles à comprendre pour moi. Comment quelqu’un peut-il venir de quelque part qui n’existe pas ? »

« Ah ! mais nous venons tous de quelque part qui n’existe pas ! Toi, par exemple, comment crois-tu que tu t’es trouvé ici ? »

« Ne m’embrouille pas, monsieur le pilote, » dit agacé le petit pilote. « Tu as remarqué mon point faible, je m’embrouille facilement ; et il me semble que tu t’es mis à l’exploiter. Moi, pour te répondre, je n’ai pas eu besoin de venir de nulle part, parce que tout simplement je suis né ici. »

« Tu vois que tu te ranges à mon avis, » sourit son interlocuteur. « Tu as dit que “tu es né”. Donc, tu n’étais pas ici depuis toujours. Par conséquent, avant que tu naisses, ou tu étais nulle part ou tu étais quelque part qui n’existe pas. Choisis. Quant à moi j’ai choisi. »

« Ouf ! » continua à protester le petit pilote. « Laissons cela plutôt. Je ne comprends rien à tes philosophies. Pour revenir à notre sujet : donc, quelle conclusion as-tu tirée des interdictions du roi ? »

« Que ce sont les interdictions habituelles des rois. Les rois craignent toujours que s’il n’y a pas d’interdictions, eux comme rois n’existeront pas. »

« Oui, mais si mon père n’était pas roi, je ne serais pas moi aussi prince. »

« Mais toi, de toute façon, tu ne veux pas être prince, tu veux être pilote, » lui répliqua le pilote. Et il le força, sur ce point, à admettre qu’il avait raison.

Et c’était la vérité : le petit prince, si on lui proposait de choisir, préférait être pilote plutôt que prince. Il préférait construire ses propres rêves et voler avec eux plutôt qu’hériter, avec l’héritage du royaume, aussi des peurs d’un roi. D’ailleurs, il venait juste de constater combien le faisaient bondir tous ces « est interdit » et « est puni ». « Même si je ne devais pas le dire, je ressens un peu de honte au sujet de mon père » avoua-t-il intimidé.

« Cela n’est pas indispensable » le tranquillisa le pilote. « Parce que les actes de ton père n’appartiennent pas à un père mais à un roi. Cependant au lieu de discuter et de rester sans rien faire, il vaudrait mieux voir ce que nous pouvons faire, pour faire face à la situation. Je ne peux croire que tu aies abandonné si facilement tes rêves. »

« Je n’y ai pas du tout pensé. Au contraire, ce à quoi je pense de plus en plus, et j’ai presque pris ma décision, c’est d’essayer de les dessiner. Embrouillés-désembrouillés, je dois trouver un moyen de m’en souvenir. »

Et il prit résolument dans ses doigts un crayon noir et une feuille de papier. Après l’avoir un peu regardée, comme s’il regardait quelque chose de terrifiant, il traça d’un bord à l’autre une ligne noire, pas tellement droite.

« Mais c’est formidable ! » s’écria avec admiration le pilote. « C’est le rêve le plus extraordinaire que j’aie jamais vu dessiné ! »

Le petit pilote était sûr que le pilote se moquait de lui.

« Je suis sûr que tu te moques de moi, » reprit-il à haute voix sa pensée.

« Et cela, sache-le, me blesse et ne favorise pas notre collaboration. »

« Je ne me moque pas du tout de toi. C’est véritablement le plus merveilleux rêve pour voler avec lui vers sa réalisation. Il suffit que tu restes fidèle à ta route et ne franchisses pas cette ligne. »

Ainsi le petit pilote fut à peu près convaincu de décoller, ignorant les interdictions du roi et indifférent aux conséquences . Mais il faisait l’addition sans l’aubergiste.

Comme vous l’avez déjà bien deviné, l’aubergiste n’était autre que son père. Lequel père, même s’il n’était pas en situation de voir le pilote (et nous savons très bien pourquoi), pouvait cependant très bien distinguer l’inquiétude de son fils. Il fit donc suivre en secret par ses meilleurs espions le petit prince à chaque pas. Ceux-là qui étaient des surdoués dans leur travail ne tardèrent pas à tirer leurs conclusions d’espions et à remettre leur rapport écrit au roi.

 

Le rapport écrit des espions du roi :

« Nous, les espions officiels de Sa Majesté, après des jours et des nuits de filature et sans être du tout remarqués, nous informons Sa Majesté que le successeur au trône a malheureusement perdu la raison. Tantôt il est assis pensif sur son lit, tantôt il regarde fixement le ciel par la fenêtre. Il ne sort plus que rarement dans le jardin et il n’autorise pas même son meilleur ami à lui rendre visite. Il montre une anorexie particulièrement répréhensible (il ne mange même pas sa fricassée préférée) et il est constamment distrait à ses leçons. Les réponses qu’il donne aux questions de son maître ne correspondent pas du tout à la matière enseignée. Mais le plus inquiétant est que des heures durant il agite ses mains en l’air, ouvre et ferme la bouche comme s’il parlait à quelqu’un. À qui, nous n’avons pas réussi à le découvrir, même si nous espérons que tout cela n’arrive pas en réalité. Bref, et en accord avec les symptômes existants, le petit prince doit sans doute souffrir de conjonctivite chronique aiguë. Mais il est préférable que les médecins du palais le confirment scientifiquement. À moins que le comportement en question soit parfaitement trompeur et que tout simplement le malade conspire. »

À peine arriva-t-il au mot « conspire » que le roi cessa de lire et demanda furieux qu’on amène tout de suite devant lui son jeune fils.

« Est-il vrai que tu conspires contre mon trône ? » lui demanda-t-il sévèrement, à peine celui-ci parut-il.

« Oui, c’est vrai » répondit le petit prince, qui ne s’y connaissait pas du tout en mensonges ni en façon de les dire. « J’en ai besoin comme siège dans ma cabine de pilotage. » (En effet une telle idée lui était passée un instant par la tête).

« Donc, tu désires jalousement devenir dès maintenant roi ? Couronner ta tête de ma couronne et revêtir ma rarissime pourpre ? »

« Non, je veux être pilote. Les habits et la couronne du roi ne m’intéressent pas. »

« Que veut dire cela ? » demanda le roi encore plus irrité. « Peut-être as-tu pour but de bombarder le royaume ? »

« Non ! Je veux voler avec le dragon ailé qui jette des flammes par ses naseaux. Je veux jouer aux batailles de neige et construire des bonshommes de neige avec le démon de la neige. Je veux chanter avec les baleines leur chant et je veux être envoûté par le cygne qui enlève une à une ses plumes. »

« Révolu-tion !!! Mon propre fils usurpateur de mon trône !! » hurla le roi. « J’ai élevé comme prince un factieux ! Emmenez-le tout de suite et enfermez-le dans la cellule la plus étroite ! »

Mais le moment est venu d’avouer que rien de tout cela n’est arrivé en réalité ! Le roi et les espions n’eurent pas la moindre idée des préparatifs secrets du petit pilote. Simplement, l’écrivain s’est hâté de l’écrire, croyant que les espions découvriraient tout et que ce serait exactement le dialogue qui suivrait. À propos, il n’avait pas tort. Ainsi se seraient déroulés les faits si on avait appris les intentions de son héros. Ensuite auraient suivi évasions, poursuites et péripéties, toutes ces choses qui vous sont bien sûr connues par d’autres livres et par la télévision. Mais quand il comprit que les espions du roi n’étaient pas tellement surdoués, c’était déjà trop tard.

Maintenant vous me direz : Puisque, même tard, il s’est aperçu de son erreur, pourquoi il ne l’a pas effacée ? Eh, cela je vous laisserai le trouver tout seuls. La seule chose que je peux faire pour vous aider est de vous proposer de choisir, si vous le voulez bien sûr, entre plusieurs possibilités.

  1. a) Il ne l’a pas effacée parce que les réponses du petit prince lui parurent si innocentes et sincères qu’il voulait absolument que vous les lisiez.
  2. b) Ou parce qu’il est de ces pingres d’écrivains qui sont désolés d’effacer les mots qu’ils ont écrits.
  3. c) Ou parce que, comme le petit prince n’aimait pas écrire, lui n’aimait pas effacer.
  4. d) Ou parce qu’il croyait que ce qui est dit est dit.

 

Cependant, qu’est-ce qui est arrivé en réalité ?

 

Le rêve que fit le petit pilote et avec lequel il s’envola :

Quand le petit pilote se rendit compte qu’arrivait déjà l’heure où il se séparerait du pilote, une grosse larme coula sur chacune de ses joues. Il avait déjà appris assez de choses et maintenant il resterait seul pour les appliquer. Il suivrait une route en accord avec cette ligne noire tremblante que lui-même a dessinée et il était sûr que s’il la suivait correctement, il arriverait là où le frais ondoiement des airs peut faire danser légèrement un rêve, comme le vent fait danser le pollen des fleurs.

Et le rêve dansa, dansa, éparpillant son pollen, jusqu’à ce que le pays se remplît de flocons de rêves qui tourbillonnaient, éblouis semblait-il par l’éclat de la saison la plus extraordinaire ; une saison qui n’existe pas dans les douze mois de l’année, mais qui existe en dehors d’eux, libérée des dates et des solstices.

Et le rêve dansa au-dessus des montagnes et des mers, au-dessus des cités et des anciens fleuves qui les traversent ; il dansa au-dessus et plus loin que le dessin de la ligne, au-dessus et plus loin que la feuille de papier, ne tenant pas dans les papiers et les pages.

« Regarde en bas. Tu vois mon pays ? » demanda le petit pilote. Et le rêve regarda et vit un petit point insignifiant, le point le plus insignifiant du monde. Et il vit, comme seuls les rêves peuvent voir, un petit prince qui voulait être pilote, avec son bel uniforme et la casquette brillante de ses rêves. Et il regarda avec les yeux que seuls ont les rêves, il regarda profondément dans les désirs de son petit pilote, comme s’il regardait dans les profondeurs de son propre cœur.

« Tu entends mon cœur ? Penche-toi et écoute comme mon cœur bat, » dit le petit pilote. « Je ne me souviens pas qu’il ait jamais battu si étrangement. »

Et le rêve se pencha et écouta, à la façon dont seuls les rêves savent écouter. Et le cœur du petit pilote battait comme le rire d’un enfant frappe le flanc de la montagne et revient comme un éclat de rire.

« Dis-moi, tu sens le parfum des étoiles ? » demanda à nouveau le petit pilote.

Et le rêve ferma et ouvrit avec joie ses narines et en lui se répandirent tous les parfums mystérieux de l’univers infini, tous les parfums des fleurs qui fleurissent dans les planètes d’autres contes.

« Peux-tu toucher les ailes des rêves ? » continua de demander le petit pilote.

Et le rêve ramena en arrière ses mains et toucha les ailes qui poussaient entre ses épaules et son dos. Et il commença à en enlever les plumes une à une, jusqu’à ce qu’apparût en-dessous un cygne resplendissant, dessiné par les étoiles du ciel.

« As-tu sur ta langue le goût des couleurs ? » demanda pour la dernière fois le petit pilote.

Et le rêve passa sa langue sur ses lèvres, là où les couleurs de l’arc-en-ciel dessinent une courbe. Et il distingua le goût du rouge du goût du bleu, le goût du jaune de celui de l’orange, le goût du vert du goût de la violette qui fleurit dans les fonds.

« Je suis très content, » dit le petit pilote. « Je crois que j’ai créé le rêve approprié pour voler avec lui et les conditions atmosphériques sont parsemées de vents et de présages favorables. Maintenant je peux voir la différence entre un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa et un boa qui a avalé un éléphant tout entier. »

Et il continua poliment : « Je vous prie de m’excuser pour mon rêve si embrouillé, mais permettez-moi de me hâter pour ne pas l’oublier. Voyez-vous, même dans le dessin, une ligne droite ne signifie pas qu’elle met les rêves en ordre. Tout au plus sépare-t-elle la partie supérieure de la partie inférieure des rêves. Peut-être était-ce ce que voulait dire le pilote quand il me disait de ne pas la franchir. Je suis finalement incapable comme artiste. »

« Adieu mon petit pilote », et le pilote lui serra la main.

« Adieu petit prince. » Déjà le petit pilote agitait d’en haut son foulard de pilote.

« Bon voyage mon ami. Adieu. »

« Il se passe décidément quelque chose ici, mais je ne peux pas comprendre quoi » soliloquait le roi assis sur son trône.

 

Fin

 

Fabian Reiter : Les jetons de bière et de banquet dans l’Egypte gréco-romaine.

► archéologie et papyrologie (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article trois)

Les ostraka  grecs des nouvelles fouilles de Tebtynis

Fabian Reiter

Scène de banquet, Peintre Nicias vers 420 av. J.-C. (Musée archéologique national d’Espagne, Wikicommons)

[ Connaissance hellénique est heureuse de publier la traduction française réalisée par J. et M.-L. Kaminski d’une conférence donnée le 10 décembre 2009 par Fabian Reiter, professeur de papyrologie à l’ Université de Trèves en Allemagne. Cette présentation passionnante des jetons de bière et des jetons de banquet du village de Tebtynis en Egypte jette un jour nouveau sur la vie dans les campagnes égyptiennes dans l’Antiquité gréco-romaine.]

Il nous est parvenu de l’Égypte gréco-romaine, à côté d’énormes quantités de papyrus, un grand nombre de textes grecs sur d’autres supports, dont l’étude appartient aussi au domaine de la papyrologie. Il s’agit de tablettes en bois et en cire, de parchemins, de cuir, de papier, mais surtout de tessons d’argile provenant de vases brisés, qu’on appelle ostraka. En tant que support d’écriture gratuit, les ostraka ont trouvé dans l’Antiquité un large emploi pour les textes courts. Avec les papyrus, ils sont une source inappréciable pour notre connais­sance de l’histoire de la civilisation et de l’économie dans l’Égypte gréco-romaine.

Les ostraka grecs qui nous sont parvenus datent d’une période allant du IIIe siècle av. J.-C. au VIIIe siècle apr. J.-C., en englobant ainsi une période de plus de 1000 ans. Toutefois la répartition des ostraka découverts au cours des siècles n’est nullement régulière : deux bons tiers des plus de 16 000 ostraka découverts en tout, avec une inscription grecque, datent de l’Empire romain, et la plupart d’entre eux, soit 5 000, du IIe siècle apr. J.-C., tandis qu’environ un sixième date de l’époque de Ptolémée et de la période arabo-byzantine. Presque tous les morceaux ont été trouvés en Égypte, mais quelques-uns aussi en d’autres endroits du monde antique comme Babylone, Doura Europos, Israël (désert du Negev et Massada), la Crète, Rhodes et Pergame.

L’usage de fixer des informations sur des ostraka était très répandu dans l’Antiquité gréco-romaine, principalement en Haute-Égypte. À Éléphantine et à Thèbes on a retrouvé des milliers de quittances fiscales, de listes de noms et de factures. C’est seulement au cours des dernières décennies qu’on a trouvé de nombreux ostraka aux contenus divers, dans les oasis du désert occidental et les camps militaires romains sur le trajet des caravanes dans le désert oriental. Dans la grande oasis du Fayoum située à 130 km environ au sud du Caire, on n’avait découvert au début du XXe siècle que peu d’ostraka. Mais plusieurs fouilles au cours des 90 dernières années ont mis au jour dans les villages du Fayoum divers groupes de textes aux contenus spécifiques.

De grandes quantités d’ostraka ont été trouvées par exemple à Tebtynis, un village de la bordure sud du Fayoum. Pendant les fouilles italiennes des années 30, on a trouvé ici dans les habitations de nombreuses quittances de la capitation et d’impôt sur la bière, deux impôts qui devaient être régulièrement acquittés par les hommes des villages. En 1988, après une longue interruption, les fouilles furent reprises par l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) du Caire et l’Université de Milan sous la direction de Claudio Gallazi et de Gisèle Hadji-Minaglou. Lors de ces fouilles on a trouvé jusqu’à présent plus de 2 500 ostraka et parmi eux au moins 1 400 en langue grecque. Ces nouveaux ostraka qui datent essentiellement du Haut-Empire romain (du Ier au IIe siècle apr. J.-C.) peuvent être classés quant au contenu en diverses catégories comme « factures », « quittances » et « exercices d’écriture ». On a retrouvé des ostraka de ce type également en d’autres endroits.

La plupart de ces nouveaux ostraka proviennent de ce qu’on appelait les deipneteria dont trois ont été entièrement mis au jour en 2003. Il s’agit ici de constructions plus grandes au plan généralement rectangulaire, constituées d’une seule grande salle autour de laquelle se trouvaient des couloirs de service.

Les salles servaient de lieux de réunions et de salles de banquets aux différentes associations situées à Tebtynis. Le nom de deipneterion vient du mot grec deipnon qui signifie « repas ». Les constructions récemment mises au jour appartiennent comme les cinq déjà connues au même type de construction, sur la voie processionnelle du village, appelée dromos, qui conduisait au temple du Dieu Crocodile Soknopaios. Les ostraka découverts aujourd’hui dans les deipneteria présentent deux groupes de contenus, dont le sens est encore obscur, étant donné que parmi les ostraka découverts jusqu’ici il n’y en a guère de ce type.

 

  1. Les « bons de bière ».

Le plus important des deux groupes comporte plus de 150 ostraka qui presque tous furent trouvés dans les deipneteria et qu’on peut définir le mieux par le terme « bons de bière ». On y trouve en majorité les mêmes renseignements qui concernent le plus souvent trois éléments :

  1. Date avec indication du mois et du jour, mais plus souvent du jour seulement ;
  2. Nom de personne, souvent accompagne du nom du père ou de la profession ;
  3. Indication des quantités en dichora.

Ces indications sont souvent précédées de l’expression πόσις ζύτου posis zytοu (« consommation de bière ») si bien que nous pouvons généraliser en disant qu’il s’agit toujours de bière dans les quantités indiquées.

On lit dans un des textes (n° inv. 5874-19 du IIe s. apr. J.-C.) : « consom­mation de bière le 28 Pachon (= 23 mai), Krispinos, 10 dichora ». La recherche plus ancienne a interprété jusqu’ici les rares bons de bière connus depuis longtemps comme des reçus sur lesquels figure le nom des personnes, par exemple employés et ouvriers d’une brasserie. Les quittances auraient par conséquent servi à la brasserie de preuves que les quantités de bière en question avaient bien été livrées aux personnes concernées.

Cette interprétation est remise en question avant tout par le lieu de leur découverte : si, à la vente de la bière, la brasserie avait distribué les bons comme quittances ou noté elle-même sur les ostraka les données pour sa propre compta­bilité, on s’attendrait à les trouver à proximité d’une telle brasserie ou d’un comptoir de bière. Or les bons de bière ont été presque exclusivement trouvés dans les deipneteria. Ils pourraient donc être en rapport avec la vie sociale de ces associations qui utilisaient les deipneteria comme lieux de réunion.

De même les quantités notées sur les bons de bière indiquent plutôt une consommation collective qu’une consommation privée : elles comptent entre 1 dichoron (ce qui correspond environ à 19 litres d’après les dernières recherches) et 18 dichora (soit environ 342 litres). Une livraison moyenne de bière compte jusqu’à 5 dichora (environ 95 litres). Le titre fréquent des bons de bière, posis zytοu (consommation de bière) semble aussi indiquer qu’il s’agit plutôt ici de livraisons de bière pour une consommation collective au sein d’une association. Les bons de bière se laissent ainsi interpréter plutôt comme des factures de tournées de bière offertes individuellement par des membres de l’association lors de leurs réunions conviviales. Que la date figurant sur les bons indique le plus souvent seulement le jour sans mention du mois montre clairement qu’ils ne servaient de preuve de ces tournées de bière que pour la durée du mois en question.

Or comment les hypothèses émises sur la signification des bons de bière s’intègrent-elles à nos autres connaissances de la vie associative en Égypte gréco-romaine ? Il est bien connu que, de tout temps, dans les associations diverses, religieuses aussi bien que professionnelles, on a beaucoup bu. William Brasheas[1], dans ses considérations englobant les coutumes associatives à travers les époques et les continents, a montré pertinemment comment les usages typiques des associations se répètent à différentes époques et dans différentes civilisations, entre autres dans les réunions conviviales où l’on boit, et qui sont toujours soumises à des règles précises.

Dans le cas de Tebtynis, nous sommes exactement informés sur l’appro­visionnement en bière d’une association : grâce au classement par jour d’une liste des livraisons d’un commerce de bière (P. Mich. V 322b après le 13 mai 51), nous apprenons quelle quantité s’est fait livrer le collège des prêtres sur une période de trois mois et demi. En moyenne tous les deux jours on livrait de la bière, par livraison de 3 dichora (57 litres). Cela correspond en ordre de grandeur à peu près à la quantité d’une posis (en moyenne 5,1 dichora, soit 101 litres) comme on la trouve sur les nouveaux ostraka de Tebtynis.

 

Des indications très précises sur l’organisation des symposiums de plusieurs associations à Tebtynis sous le Haut-Empire sont données par quelques statuts d’associations et des documents afférents appartenant à la collection de papyrus du Michigan. Ainsi dans le statut d’une association (P. Mich. V 243, 1 et 2 : 14-37 apr. J.-C.) il est établi que ses membres devaient fêter le 12 de chaque mois, et que chaque membre devait contribuer à la hauteur de 12 drachmes. Dans le statut d’une association d’affranchis (P. Mich V 244, 26 août 43) il est établi que ses membres devaient boire lors des fêtes en l’honneur d’Auguste et que le président devait veiller à l’approvisionnement en bière : dans le statut des vendeurs de sel même la quantité à consommer était fixée : les membres devaient se réunir le 25 de chaque mois et chacun devait boire un chοus (1/8 de dichoron, soit 2,4 litres) (P. Mich V 245 ; 18 août 47 apr. J.-C.).

Sur les nouveaux bons de bière de Tebtynis apparaissent de nombreuses personnes différentes, parfois deux sur une quittance, cependant il n’existe jamais plusieurs bons pour une même personne. Cela me semble indiquer que nous n’avons pas toujours à faire aux présidents des associations, qui en général exerçaient leur fonction une année entière, mais à de simples membres qui, à tour de rôle, offraient des tournées de bière aux associations. Pour les contributions en argent ou en nature de membres d’associations, Adam Laijtar a réuni des preuves[2]. Françoise de Cenival a cité des exemples du domaine démotique[3]. Un ostrakon de Thèbes (P. Thèbes 142 ; IIe s. apr. J.-C.) sur lequel on trouve une liste des contributions en quantité de bière de différentes personnes qui chacune contribuait pour sa communauté, offre un appui certain à l’interprétation proposée. De telles listes pourraient aussi avoir été établies à Tebtynis à la fin de chaque mois sur la base des bons de bière et avoir servi entre les membres de comptabilité réciproque de leurs contributions.

Nous ignorons pour le moment pour quelles associations exactement s’effectuaient les distributions de bière. Toutefois comme à côté des noms de personnes est parfois indiqué un métier (ici un tisserand, un foulon, là un cocher, un serrurier), on peut en déduire qu’il s’agissait d’associations professionnelles spécifiques.

 

Un autre ensemble d’ostraka est également typique, comme les bons de bière, de la nouvelle aire de fouilles des deipneteria. Il est aussi d’un grand intérêt car il n’y en a guère d’exemples parmi les ostraka publiés jusqu’ici. Sur ce groupe de plus de 50 tessons figurent en tout et pour tout la désignation d’une fonction dans l’association et la date du jour, parfois complétées par une somme en drachmes. On y trouve le terme de klisiarchos plus de 18 fois. Klisiarque (ou klinarque) signifie littéralement « celui qui préside à la disposition des lits » d’un banquet. Nous avons sur les activités d’un klinarque (ou klisiarque) un écrit très instructif du IIIe s. apr. J.-C. (P. Fam. Tebt. 54 = SB III 6946) dans lequel un klinarque engage un joueur de flûte à l’occasion d’une fête à Tebtynis (voir Z. 4-11 avec William Linn Westermann, JEA 18, 1932, 24 : « Comme dans le village de Tebtynis a lieu une fête et qu’à partir du 28 du mois présent Phaophi de la 3e année du gouvernement actuel (219 ou 223 apr. J.-C.), nous célébrons la fête et que pour cela je suis nommé klinarque avec d’autres, je veux t’engager avec trois autres musiciens, afin que vous remplissiez votre fonction pendant 6 jours… ». Dans cette association il y avait au moins 3 klinarques et ils étaient responsables de l’organisation de la fête, et dans ce cas particulier de l’engagement des musiciens.

On rencontre ensuite 15 occurrences du titre synagogos. Ce titre désigne le fonctionnaire qui organisait les réunions et les dirigeait. Dans un cas il est associé au jour 4 et à une somme d’argent de 25 drachmes 3 oboles. À côté on voit aussi apparaître sporadiquement d’autres titres pour les fonctions de direction dans les associations comme prostatès, président et hegoumenos, directeur ou président.

Reconstitution dune salle romaine de banqiet (triclinium), Collection archéologique nationale de Munich (Wikicommons)

Au premier abord, l’énigmatique terme mesè, littéralement « au milieu », qui apparaît dans 18 témoignages sûrs, nous pose un problème. Que peut bien signifier ce titre ? Un ostrakon des nouvelles fouilles nous indique la voie de la solution : sur celui-ci on lit mesè klisia, c’est-à-dire « lit [ou couche] du milieu ». Il est fait clairement allusion ici à une place d’honneur dans un banquet. On sait par l’ouvrage de Plutarque Quaestiones convivales (« Conver­sations de table ») que dans la société romaine l’ordre des places dans les banquets jouait un grand rôle. Plutarque distingue dans le triclinium classique les trois lits selon le rang : le lit du milieu nommé lectus medius avait le plus haut rang, celui sur lequel prenait place en premier le convive le plus important du banquet, à qui l’on présentait les plats en premier. Au deuxième rang était le lit supérieur (summus lectus) et le rang le plus bas, le lit inférieur (imus lectus), sur lequel prenait place en 3e position le maître de maison, qui pouvait ainsi communiquer avec l’invité d’honneur.

Certes, nous ne savons pas exactement combien de convives prenaient place sur un lit dans les banquets des associations de Tebtynis. Cependant le terme mesè klisia désigne dans tous les cas une position supérieure dans le banquet. Les règlements des statuts d’associations montrent aussi avec quelle sévérité on respectait le rang des places dans un banquet, dans les associations de l’Égypte romaine.

Ainsi dans un des statuts déjà cités (P. Mich. V 243, 6-7), il est ordonné que celui qi tombe dans un banquet sur celui qui le précède doit payer 3 oboles de plus pour sa place. Dans le règlement d’une confrérie servant le culte de Zeus suprême (P. Lond. VII 2193 = SB V 7835, 18-19 avec BL X 111 ; 69-58 av. J.-C.) il est totalement interdit dans un banquet d’avancer d’une place à une autre sur le lit ou de changer de lit. Inversement, la désignation d’une place particulière dans la séance d’une association représentait un honneur particulier. Ainsi le donateur d’un terrain pour gymnase et lieux de réunion d’une association de paysans, honoré par des statues le représentant et par une couronne, obtient aussi le droit (SB IV 7457, 12 ; IIe s. av. J.-C.) de prendre place sa vie durant sur le lit du plus haut rang.

Si le rang des places dans un banquet était d’une si grande importance sociale, il devait être forcément planifié pendant les préparatifs de la fête. Sur un ostrakon de Tebtynis (O. Tebt. Pad. 67 ; IIe s. apr. J.-C.) récemment publié s’est conservée une liste portant des chiffres de 1 à 5 qui vraisemblablement désignent les places sur un lit. Derrière les chiffres 2 et 5 il y a chaque fois un nom de personne, derrière le 1 en revanche le titre prostates. Le président avait donc la première place.

Pareillement construite mais beaucoup plus détaillée est la liste P. Mich, V 246 (milieu du Ier s. apr. J.-C.). Celle-ci contient à gauche trois fois l’un derrière l’autre les chiffres 2 à 5 ; derrière se trouvent des noms de personnes ainsi que l’âge et les signes particuliers de chacun, à la fin des lignes arrivent les versements d’argent. Derrière le chiffre 5 il y a dans un cas (Z. 13) l’indication « la dernière place du lit d’Héron ». Apparemment il s’agit dans ce texte du plan de l’ordre des places dans un banquet. Trois lits de cinq places chacun devaient être occupés. Le mot mesè apparaît aussi dans le texte et désigne à nouveau le lit du milieu qui, comme on sait, passait pour le plus distingué. Quelques places en vue dans le rang des sièges sont occupées par des fonctionnaires de l’asso­ciation, la première du lit du milieu par le président (hegoumenos), la première et cinquième du troisième lit par des klisiarques (Z 14 et 19), la première du deuxième lit par le chef de l’assemblée (synagogos).

Les sommes d’argent derrière les noms rappellent les contributions qui sur les nouveaux ostraka suivent le plus souvent la désignation klisiarchos, synagogos, mesè etc. Ainsi je supposerais volontiers que ces sommes furent chaque fois payées pour l’exercice de la fonction en question à un jour précis et pour une place précise au banquet. Un bon parallèle pour l’achat d’une fonction honorifique dans une association avec le droit à une place particulière au banquet nous est fourni par une inscription de Thasos[4]. Elle contient le règlement sur l’achat d’une fonction éponyme d’une secte de Sarapis : comme premier honneur décerné à l’acheteur de l’éponymie, on cite qu’il prendra place sur le lit considéré comme sacré (hiera klinè).

Les ostraka pourraient selon l’interprétation proposée avoir servi de preuve et pour ainsi dire de billets aux acheteurs des fonctions et des places, si bien que personne le jour dit n’aurait pu leur disputer le rang et la place. L’acquisition des fonctions et des places pour les réunions d’un mois devait se faire peu de temps avant ou au début d’un mois, et avec le banquet un tel billet aurait perdu sa validité.

D’autres interprétations de ces ostraka laconiques sont certainement possibles. Dans tous les cas les fouilles prouvent d’une part le rôle important des ostraka pour notre connaissance du monde gréco-romain en Égypte, et d’autre part la nécessité d’une étroite collaboration entre la papyrologie, l’archéologie et l’égyptologie. Il faut espérer que les nombreuses fouilles actuelles dans le Fayoum déboucheront sur de nouvelles trouvailles qui enrichiront nos connaissances de la civilisation antique.

 

 Fabian Reiter

Professeur de papyrologie à l’Université de Trèves (Allemagne)

Traduction de l’allemand par Janine Kaminski et

Marie-Laure Kaminski

[1]. Vereine im griechisch-römischen Âgypten [Xenia, Konstanzer Althistorische Vorträge und Forschungen 34], Konstanz 1993.

[2]. Journal of Juristic Papyrology 21, 1991, p. 65-66.

[3]. Les associations religieuses en Égypte d’après les documents démotiques, Le Caire 1972.

[4]. Fraciszek Sokolowski. Lois sacrées des cités grecques, Supplément, Paris 1962, n° 71 (IIe s. av. J.-C.).

Autres sources :

Mathieu B., Travaux de l’Institut français d’Archéologie orientale en 2001-2002, IFAO 102, 2002, p. 437-616, surtout p. 529-534.

Pantalacci L., Travaux de l’Institut français d’Archéologie orientale en 2004-2005, IFAO 105, 2005, p. 405-524, surtout p. 436-440 (Tebtynis).

Reiter F., Symposia in Tebtynis – Zu den griechischen Ostraka aus den neuen Grabungen, in : Lippert S. u. M. Schentuleit, Tebtynis und Soknopaiou Nesos. Leben im römerzeitlichen Fajum. Akten des Internationalen Symposions vom 11. bis 13. Dezember 2003 in Sommerhausen bei Würzburg (Wiesbaden, 2005), p. 131-140. 

Janine Kaminski a traduit pour vous trois poèmes grecs de Panos Dracopoulos tirés de « Passage ».

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 146, mars 2017, article deux)

Panos DRACOPOULOS, Passage

Poème en sept mouvements, éd. Gavrielidis, Athènes, 2015.

Nicolas Poussin, Le massacre des innocents, 1625 ou 1629, Musée de Condé (Wikicommons)

Jésus occupe une place incontestée dans notre civilisation – qu’on soit athée ou croyant – et depuis les Pères de l’Église jusqu’aux penseurs modernes, comme Nietzsche ou Kazantzakis par exemple, les évangiles ont été une mine de théories et de réflexions.

Ainsi Panos Dracopoulos reprend dans cette « composition en sept mouvements » des morceaux aussi célèbres que « la marche sur les eaux », « la résurrection de Lazare » ou « la Cène », pour en tirer une autre vision et peut-être « une nouvelle piste pour les problèmes de notre civilisation » écrit-il.

Dans tous les cas son interprétation est toujours originale, troublante ou ironique, ou profondément émouvante et humaine comme dans la Cène, le dernier mouvement.

 

Biographie de l’auteur

Panos Dracopoulos est né au Pirée en 1975, il vit à Rhodes où il enseigne. Membre du comité de rédaction de la revue d’art et de littérature Νησίδες (Petites îles), il a également fondé un atelier de lecture et d’écriture créatives, « Το Κοχύλι » (Le Coquillage).

Πέρασμα (Passage) est son quatrième livre de poésie. Ses autres recueils, tous publiés chez Gavrielidis, sont Πόσιμη ζωή (Vie buvable), 2006 ; Ελεύθερη αγορά (L’agora), 2010, traduit en partie dans le n° 137 de Λύχνος, et 49 + 1 βότσαλα (49 + 1 galets), 2012.

Janine Kaminski

[On pourra trouver la vidéo-déclamation du poème VI Songe/Ενύπνιο par l’auteur sur : https://www.youtube.com/watch?v=B-RNI7HUqV8]

Voici trois des sept mouvements du poème Passage.

«À l’évidence, Jésus a existé – comme Ulysse et Zarathoustra – peu importe de savoir s’ils ont réellement vécu en chair et en os, à une époque précise et dans un lieu déterminé.» Michel Onfray[1]

«Le Christ n’appartient pas seulement au christianisme, il est la grande incarnation de l’innocence spirituelle. Il est déjà l’incarnation d’une souffrance spirituelle. L’une amène l’autre.» Nikos Karouzos[2]

I

Le massacre attendu

 

Il n’était – ou n’est –

ni inédit

ni imprévu.

 

De quelque façon qu’on fouette

la toupie de l’Histoire

au même endroit

– dans la même tempête –

soudain elle pépiera :

 

« La vie est de loin préférable

comme sang qui déborde,

comme cadavre brûlé qui en dégringolant

fauche l’air

comme animal égorgé à bout de souffle et muet

qui épèle le sacrifice, d’un bout à l’autre,

pour celui qui tient le sceptre de travers,

pour celui qui porte

même dans son sommeil la couronne usurpée,

pour le prince

qui a depuis longtemps pourri

dessus

et non dessous la terre

– du reste quoi de meilleur

et de plus approprié que la vie elle-même

le nourrira ? »

 

Donc si nombreux que les ait donnés

l’abaque de Josèphe[3]

ou les calculs des fonctionnaires,

les nourrissons

de la génération d’Hérode

– comme un événement attendu depuis longtemps

dans l’écriture des prophètes

et des avant-derniers docteurs –,

perdirent dans le cours d’un jour à peine

leur tête

leurs parents

et leur vie future,

et gagnèrent

ces ailes

que les peintres et les poètes passent

en silence, on dirait presque avec amour,

aux anges.

 

 

VI

Songe

 

À peine une poignée d’hivers

avaient-ils vu le jour se lever

depuis ce bain vivifiant

dans les eaux du Jourdain,

que vint et resta dans son sommeil

encore et encore

la même image surnaturelle :

 

La dalle d’une tombe

            tellement rebelle

                       à la force d’une légion de vétérans

            tellement indifférente

                                   et insensible aux lamentations et hurlements

                                   en mille appels au disparu

            tellement jetée tout du long

                        sur la bouche de la mort

que rien ne pouvait la lever

que rien ne la faisait céder.

 

Ils le réveillèrent

avec l’empressement de la nouvelle.

 

« Lazare

subitement

mort ! »

 

ΕΝΥΠΝΙΟ

 

Είχαν, δεν είχαν ροδίσει

μια χούφτα χειμώνες

από κείνη τη ζωοδότρα βουτιά

στα νερά του Ιορδάνη,

όταν ήρθε και στάθηκε στον ύπνο του

ξανά και ξανά

η ίδια απόκοσμη εικόνα :

 

Η πέτρα ενός τάφου

            που – έτσι ανυπάκουη

                       στο σθένος μιας λεγεώνας βετεράνων

            που – έτσι αδιάφορη

                       και σκληρή σε θρήνους και ουρλιαχτά

                       σε μύριες περί του χαμού εκκλήσεις

            που – έτσι ριγνένη μπρούμυτα

                       στο χείλος του θανάτου

τίποτα δεν την έκανε παραπέρα

τίποτα δεν την έκανε κουμάντο.

 

Τον ξύπνησαν

με τη βιασύνη του νέου.

 

« Ο Λάζαρος

απροειδοποίητα

νεκρός ! »

 

VII

L’éternelle liturgie

 

À Wilhelm Reich et à un enfant du sud de l’Italie

 

« Et maintenant,

mes chers amis,

hommes de mon cœur,

de mes trois dernières années

les plus fidèles,

alors

            qu’approche

                       l’heure

            – elle court comme un poison glacé

            dans une veine ignorante

            cette heure cruelle –

qu’est-ce qui

de toute notre aventure petite ou grande

mais bonne

oui, bonne, de bout en bout,

qu’est-ce qui

restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois ?

 

Ne vous hâtez pas

de préférer

comme réponse juste

mes mots

ou mes leçons,

mon exemple

ou les miracles divins,

– bien que terrestres.

Tout cela

se dispersera

comme l’encre d’un petit vase

sur la page infinie

de la mer,

            et qu’on partage

            cette page,

            et qu’on la lise et relise

            dans la pénombre d’une cellule souterraine

            ou dans l’éclat d’un palais resplendissant.

 

Gardera-t-elle

cette page

quelque chose de la vérité de la première encre

ou seulement

sa teinte légère et silencieuse ?

 

 

Voici donc, voici

ce qui restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois :

 

Prenez et mangez ce pain

ceci est mon corps

et mangez-en autant

que la langue de chacun

peut s’en réjouir !

 

Prenez et buvez ce vin

ceci est mon sang

et buvez-en autant

que la gorge de chacun

peut s’en rafraîchir !

 

Voici et encore voici,

ce que,

– par la suite

mes disciples, mes amis dévoués

vous aussi, vous partagerez avec les vôtres

avec les croyants venant à vous

le cœur battant

et les yeux humides…

 

Parce qu’ainsi

rassasiés seulement et ivres pour de bon

vous me garderez debout

en vie,

afin que je contemple

mon incessante

            mon éternelle

            mort ! »

 

Η ΑΙΩΝΙΑ ΛΕΙΤΟΥΡΓΙΑ

 

Στον Βίλχελμ Ράιχ και σ᾽ ένα παιδάκι στην Ν. Ιταλία

 

« Και τώρα,

φίλοι μου αγαπημένοι,

άνθρωποι της καρδιάς μου,

των τριών στερνών μου χρόνων

οι πλέον έμπιστοι,

καθώς

            πλησιάζει

                       η ώρα

            – τρέχει σαν παγωμένο δηλητήριο

            σε φλέβα ανίδεη

            τούτ᾽ η άγρια ώρα –

τί

απ᾽ ὀλη τη μικρή ή μεγάλη

αγαθή ωστόσο

ναι, αγαθή, απ᾽ άκρη σ᾽ άκρη,

περιπέτειά μας,

τί

θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πὀσιμο μαζί ?

 

Μη βιαστείτε

να προτιμήσετε

σαν απάντηση σωστή

τις λέξεις μου

ή τις διδαχές,

το παράδειγμά μου

ή τα θαύματα τα θεία,

– μολονότι τα επί της γης.

Όλα τούτα

θα σκορπίσουν

σαν μελάνι ενός μικρού δοχείου

στην απέραντη σελίδα

της θαλάσσης,

            κι ας μοιραστεί

            τούτη η σελίδα,

            κι ας διαβαστεί ξανά και ξανά

            στο ημίφως ενός υπόγειου κελιού

            ή στην παραζάλη κάποιου λαμπερού ανακτόρου.

 

Θα κρατήσει

άραγε τούτη η σελίδα

κάτι απ᾽ την αλήθεια του πρώτου μελανιού

η μόνον

την ελάχιστη σιωπηρή βαφή του ;

 

 

Ιδού λοιπόν, ιδού

τι θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πόσιμο μαζί :

 

λάβετε τον άρτο

τούτο το σώμα μου εστί

κι από το σώμα μου φάγετε

όσο η γλώσσα του καθενός

μπορεί να ευφρανθεί !

 

Λάβετε τον οίνο

τούτο το αίμα μου εστί

κι από το ίμα τούτο πιείτε

όσο το λαρύγγι του καθενός

μπορεί να δροσιστεί !

 

Ιδού και πάλι ιδού,

τί,

στο εξής

μαθητές μου, φίλοι αφοσιωμένοι

και εσείς, στους δικούς σας

στους ερχόμενους σ᾽ εσάς πιστούς

θα μοιράζετε

με την καρδιά παλλόμενη

και με υγρά τα μάτια…

 

Διότι έτσι,

χορτάτοι μόνον και πιωμένοι για τα καλά

θα με κρατάτε όρθιο

στη ζωή,

να αγναντεύω

τον διαρκή,

            τον αιώνιο

            θάνατό μου ! »

 

[1] Traité d’athéologie, éd. Εξάντας, Athènes, 2006, p. 153.

[2] Interview de Nikos Karouzos, éd. Ἱκαρος, Athènes, 2002, p. 178.

[3] Flavius Josèphe (37-95), historien juif né à Jérusalem. Ses œuvres sont : Histoire de la guerre des Juifs, écrite en araméen et en grec ; en langue grecque : Les Antiquités judaïques; Réponse à Apion ; Auto­biographie.

Rose Varteni Chétanian : « Avez-vous lu Le pasteur d’Hermas ? »

►   λύχνος  n° 146, mars 2017, article premier.

Avez-vous lu Le Pasteur d’Hermas ?

par Rose Varteni Chétanian

Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

Tintoret, Suzanne au bain, 1555-1556, Kunsthistorisches Museum de Vienne (Wikicommons)

[ Dans le nouvel ouvrage édité dans la Pléiade sur les Premiers écrits chrétiens  Gallimard, Paris, 2016, p. 95-190 (traduction) et 1207-1216 (notes), Rose Varteni Chétanian a traduit du grec en français un petit bijou de la littérature chrétienne du deuxième siècle. Il s’agit du « Pasteur » attribué à un certain Hermas, qui longtemps a fait partie de la Bible chrétienne avant d’en être exclu. Nous laissons au lecteur comme apéritif l’ouverture de ce texte, la première vision, traduite par Rose Varteni Chétanian. Nous l’invitons ensuite à lire le lumineux commentaire de l’ensemble de l’oeuvre que propose notre traductrice et dont elle fait le cadeau inestimable à notre revue.]

La première page

VISION I[i]

  1. Celui qui m’a élevé m’avait vendu à une certaine Rhodè à Rome. Bien des années après, je la revis et commençai à l’aimer comme une sœur. 2. Quelque temps après, alors qu’elle se baignait dans le Tibre, je la vis, lui tendis la main et je la fis sortir du fleuve. Voyant sa beauté, je me mis à réfléchir, me disant en mon cœur : bien heureux, je le serais, si j’avais une telle femme dotée de cette beauté et de ce caractère. C’est cela seulement que je pensai, rien d’autre. 3. Quelque temps après, comme j’allais à pied vers Cumes et me faisais la réflexion que les créations de Dieu sont grandes, remarquables et puissantes, tout en marchant, je m’endormis. Un esprit me saisit et m’emporta, par un chemin non tracé, où un homme ne pouvait cheminer : le terrain était escarpé et raviné par les eaux. Ayant traversé le fleuve qui se trouvait là, j’arrivai dans la plaine, me mis à genoux et je commençai à prier Dieu et à lui faire l’aveu de mes fautes. 4. Tandis que je priais, le ciel s’ouvrit et je vois cette femme que j’avais désirée ; elle me salue depuis le ciel et me dit :

    « Salut à toi, Hermas. »

[i]                            Vision I : l’expression manque en grec, mais dans la mesure où il y a une Vision II, cette mention doit être restituée ici.

Sur Le Pasteur d’Hermas

Sous son apparente simplicité, Le Pasteur d’Hermas est une œuvre qui, de nos jours encore, recèle sa part de mystère. Écrite à une date qu’on situe approximativement au milieu du IIe siècle de notre ère, par un auteur en qui on a cru reconnaître l’Hermas de l’Épître aux Romains (Rm 16,14), l’œuvre a été admirée par les grands noms de la théologie comme Irénée, Clément d’Alexandrie ou Origène. Tenue en très haute estime, elle a même été considérée comme Écriture inspirée et admise au nombre des textes canoniques par certaines Églises. Aujourd’hui, dans l’Église éthiopienne notamment, l’œuvre fait toujours partie du canon du Nouveau Testament, mais à partir du IVe siècle, son crédit dans l’Église a diminué et elle a été classée parmi les écrits apocryphes. Loin d’enlever au texte sa valeur ou de lui nuire auprès du lecteur contemporain, fût-ce un profane, ce déclassement peut inciter celui-ci à lire cette œuvre et à la lire comme une fiction d’un genre littéraire qui était traditionnel à l’époque de sa création, mais qui n’est pas spécifiquement chrétien : Le Pasteur est, en effet, une apocalypse et, comme telle, l’œuvre s’apparente au genre apocalyptique au même titre que l’Apocalypse de Jean, écrite dans les années 100.

Conçue dans les tout premiers temps de la naissance du monde chrétien, cette œuvre de la littérature chrétienne primitive porte les signes de cette éclosion. Elle en exprime la progression avec les tâtonnements qui accompagnent toute formation. Au fil des pages, le lecteur s’introduit dans un univers où décors et personnages ne sont pas stables, semblent vaciller, soumis à la fantaisie d’un auteur qui suit lui-même la genèse d’un monde, à un moment charnière, et qui essaie d’en fixer les palpitements. Avec Le Pasteur, Hermas fait œuvre, à sa manière, d’historien : l’univers littéraire qu’il a créé fait ressurgir un moment d’histoire, limité dans la durée, placé à l’articulation de deux temps, et il le représente dans son écoulement, dans sa mobilité, traversé par les mutations d’un monde en passe de devenir chrétien. C’est ce passage vers une spiritualité nouvelle que peint Le Pasteur et Hermas, observateur de cette période, s’y affirme comme un subtil initiateur.

Car tout, depuis la composition de l’œuvre jusqu’aux personnes réelles ou aux personnages fictifs qu’Hermas y évoque, les mettant en scène dans des lieux qu’il déplace ou des paysages qu’il transforme à sa guise, tout parle d’un monde en cours d’édification : c’est ce monde en train de se construire qu’on devine en filigrane derrière les images déroulées et le défilé de figures aux visages qui varient, dont chacune, sous son aspect simpliste ou rudimentaire, se prête à une lecture multiple. La singularité de l’œuvre réside dans cette caractéristique : simple dans l’expression, dans la forme extérieure, l’œuvre se révèle complexe dès qu’on cherche à décrypter, à travers la narration, derrière le mouvement des images ou derrière les figures qui se profilent, le sens que l’auteur a voulu leur associer et que le lecteur peut y déceler.

1 LA COMPOSITION

Le Pasteur est composé de trois parties, les deux premières, de longueur à peu près équivalente, la troisième, sensiblement plus longue. La première partie est constituée de cinq visions et se développe sur vingt-cinq chapitres ; la seconde contient douze commandements énoncés sur vingt-quatre chapitres ; quant à la troisième, avec ses dix paraboles, elle se déploie sur soixante-cinq chapitres. Ce déséquilibre évident dans la composition, auquel s’ajoutent quelques imperfections qui émaillent le texte, déconcerte. De tels défauts sont imputables, selon toute vraisemblance, à un travail qui aurait été interrompu avant son plein achèvement : l’œuvre serait restée inachevée à l’égal de la société naissante, au moment où l’auteur la choisit comme objet d’étude. Ainsi, les ruptures de l’œuvre, son rythme discontinu, certaines redites, accompagnant les étapes de l’élaboration d’une société émergente, traduiraient les balbutiements de celle-ci.

2 LES PERSONNAGES

L’univers du Pasteur est habité par des anges et des saints laissés, pour leur quasi-totalité, dans l’anonymat, à l’exception de deux anges, dont l’un seul est connu et qui apparaît ici d’une extrême complexité : le premier, préposé aux bêtes sauvages et qui sauve Hermas du monstre, apparaît dans la vision IV, 23, 4. Il a pour nom Thegri, mais cet ange pas plus que ce nom propre ne sont connus ailleurs. Le second est Michel, glorieux parmi tous, d’une taille immense dans la parabole VIII, 69, 3 où il paraît à la fois comme l’archange suprême et comme doué du même pouvoir que le Fils de Dieu. D’où vient chez Hermas cette confusion des fonctions assumées par l’ange Michel ? Cette conception lui est-elle propre ou regroupe-t-il ici divers attributs dévolus par d’autres, qui seraient de spiritualité différente, à cet ange dont le nom pourrait également se traduire par Michaël ? L’interrogation demeure, qui donne au seul ange nommé une grandeur accrue encore par cette enveloppe de mystère.

À côté des anges, des saints, des vierges, des figures de femmes ou d’hommes symboliques qui hantent ses visions et qui restent anonymes, Hermas donne vie et nom à des personnes ayant réellement existé ou des êtres qu’il a imaginés. Parmi eux, nous ne retiendrons ici que le nom de la maîtresse, Rhodè, à laquelle, dès l’ouverture de son œuvre (Vision I, 1), Hermas dit avoir été vendu. Derrière le personnage de Rhodè au bain qui ouvre l’œuvre, et qui pourrait bien être un artifice de l’écrivain pour séduire son lecteur et l’inviter dans sa création littéraire, affluent toutes les images de la figure féminine désirable : Rhodè, sur qui se concentre le regard, au début du Pasteur, se superpose aux figures de l’antique Diane et de la Suzanne biblique.

Quant à l’auteur, masqué derrière le narrateur et qui se donne à lui-même le nom d’Hermas, s’il n’est pas l’Hermas de l’Épître aux Romains comme on l’a suggéré, qui est-il ? Si l’on s’en tient aux informations fournies dans l’œuvre et qu’on se limite à ce que celui-ci y dit de lui-même, ou de celui qu’il dit s’appeler Hermas, on apprend qu’il est né esclave et a été vendu par son maître à Rhodè. Sans doute va-t-il être affranchi de sa condition, s’enrichir, et devenir maître lui-même avec des serviteurs sous ses ordres, car on le retrouve plus tard marié, avec des enfants (Vision I, 3, 1 ; 3, 2,…), doté d’une maisonnée nombreuse (I, 3, 2 …), riche d’un domaine de campagne (Vision IV, 22, 2), pris dans des occupations multiples (Vision II, 7, 1,…) ou brassant d’importantes affaires (Commandement III, 28, 5. Parabole IV, 53, 5,…), pour ne prendre que ces quelques exemples indicateurs de son ascension sociale. Toutes précieuses qu’elles soient, ces indications, extraites d’une œuvre qui peut être lue comme une fiction, restent insuffisantes pour identifier sûrement son auteur.

3 LA SIMPLICITÉ

À l’image d’Hermas lui-même qui se présente comme un ancien esclave devenu affranchi, un serviteur qui accède au rang de maître, ceux dont Hermas suggère la vie aux côtés des êtres surnaturels, anges ou saints magnifiés qui remplissent ses visions, ne sont pas des puissants de ce monde, ce sont des gens simples, des êtres issus du réel ordinaire : Hermas écrit pour le pauvre, pour l’humble, pour le serviteur que lui-même pourrait avoir été dans la vraie vie.

Bien de ses visions ont pour cadre un décor aux contours juste ébauchés : la voûte d’un arbre ici, la courbe d’une montagne là, un plan d’eau, une pente d’un toit plus loin ou seulement l’entrée d’une réserve. Point de dessin élaboré ni de description fouillée où l’attention se perdrait dans le détail. Si on laisse à part les visions plus grandioses de la tour en construction, ses images, notamment dans les commandements, sont empruntées presque uniquement aux occupations de la vie domestique ou à celles de la vie agricole ; elles sont nourries d’une réalité vécue et vue par les plus humbles, peuple de domestiques, peuple de la vie à la campagne, et elles se développent avec une grande sobriété dans l’expression voire parfois une certaine pauvreté.

Fort peu de couleurs aussi qui risqueraient de distraire de l’essentiel : la palette du Pasteur est extrêmement réduite. Le vert y domine, à peine dérangé par une seule touche de jaune, celle du vêtement du pasteur de la parabole VI, 61, 5, tache à laquelle fait peut-être écho l’éclat de l’ « or » de la tête du monstre d’où émanent, encadrées par le noir et le blanc, deux couleurs qui ne sont pas exprimées mais suggérées seulement : l’une est l’orangé du « feu » et l’autre, le rouge du « sang » (Vision IV, 22, 10). Chez Hermas — pour qui « noir » et « blanc » sont aussi considérés comme des couleurs — les visions se manifestent en noir et blanc, comme pour mieux faire ressortir la ligne, souligner le trait, et rendre le dessin plus marqué. Avec un contraste d’une telle netteté, la ligne est plus expressive, le propos plus direct et plus frappant, les idées et la pensée dessinées, plus franches.

Si l’on examine le tracé des visions, on constate bien souvent que plus qu’une image nourrie d’une réalité vécue, on a affaire à la description d’une image vue dans sa réalité d’image existant déjà comme image, c’est-à-dire déjà stylisée, comme si l’auteur nous décrivait, reproduisait ce qu’il a lui-même sous les yeux : un dessin, une peinture, un tableau. L’image semble se développer sur un écran plat, sans profondeur, réduite aux deux dimensions extérieures d’un cadre imaginaire, l’horizontale et la verticale, comme si elle était vue haut dans l’espace, suspendue, comme en l’air, ou comme si elle était rêvée.

Si elle n’est pas inspirée d’une réalité vécue, la vision d’Hermas l’est d’une réalité picturale réellement vue, qui a alimenté son imaginaire, et dont il s’est emparé. C’est cette impression qui s’impose et qui persiste même après qu’on a tourné la page.
Ainsi dans la parabole IX, 79, 3, la distribution des douze vierges autour de la porte creusée dans le rocher est difficilement compréhensible, à moins qu’on rectifie sa vision et qu’on voie une porte horizontale creusée dans le sommet du rocher : si l’on s’obstine dans la vision d’une porte dressée verticalement, les vierges paraissent suspendues en l’air, comme extraites d’une représentation picturale dénuée de perspective.

La même impression se dégage de la parabole IX, 81, 1 où la description, qui est faite des vierges porteuses placées sous les angles de la pierre, semble les montrer non pas en mouvement, malgré le verbe à l’imparfait d’une action qui serait décrite dans son procès, mais dans une immobilité que le verbe à l’imparfait fixe dans la durée : elles ont l’allure de caryatides qui, le temps du regard d’Hermas, se sont échappées de leur moule de pierre et se sont mises en mouvement sous la plume de l’auteur, animées par son écriture, mais qui restent figées, immobiles, arrêtées dans leur geste.

Le dessin est naïf parce que l’intention est généreuse : le message délivré se veut immédiatement clair et s’offre dès l’abord à qui comprend la simplicité. Adressée à tous, la parole d’Hermas est d’abord destinée à ceux qui en sont le plus démunis, ceux que la complexité dont s’enfle parfois la parole peut désarmer : les innocents, les esprits les plus naïfs.

Un dessin qui confine parfois au croquis, à l’image de la morale qui prône simplicité et innocence et dont les lignes de conduite, dans les commandements, sont claires, droites, tracées sans aucune équivoque. Les règles édictées y définissent le bien et le mal, déterminant les limites de l’un et de l’autre, sans aucune circonlocution ambiguë qui en brouillerait ou en confondrait périlleusement les délimitations.

La même économie dans le trait, la même nudité des lignes dans la mise en place d’une situation, la distribution des rôles, le déroulement de l’action et son dénouement, caractérise la parabole V, celle du maître qui part en voyage et confie, en son absence, son vignoble à un serviteur choisi. Cette parabole, centrale, si l’on juge que la dixième qui contient la conclusion clôt l’œuvre, est la plus achevée dans sa forme : le texte, où tous les styles de discours — direct, indirect, monologue intérieur — alternent avec les moments de narration, est un texte simple, vivant, où autour de la figure trinitaire du maître, du fils, du serviteur, l’auteur décrit une communauté idéale. Même dépouillée de son explication théologique qui prolonge le récit initial et en approfondit la portée, révélant le Père derrière le maître, le Saint-Esprit, derrière le fils, et le Fils derrière le serviteur devenu héritier du maître à l’égal du fils, la parabole est limpide : l’esclave, ou le serviteur de son état, y trouve l’espoir de voir sa condition s’améliorer grâce non seulement à son obéissance réfléchie aux ordres de son maître et à son intelligence — il sait devancer les nouveaux ordres de celui-ci et prendre des initiatives pour mieux le servir — mais grâce aussi à sa capacité à faire partager à ses compagnons de servitude les fruits de sa réussite, les aidant ainsi à suivre son exemple et sa progression.

La leçon, claire pour l’humble au service attentif de son maître, vaut aussi pour les maîtres, pour les puissants, ceux qui savent se départir d’une parcelle de leur pouvoir pour le confier à leurs sujets ou à leurs subordonnées, aux plus humbles de leur entourage, ceux qui sont assez grands pour savoir s’humilier, s’abaisser pour reconnaître la valeur des plus modestes, leur humanité : les considérant avec le même regard que celui qu’ils portent sur leur fils, ils savent les apprécier et les traiter à l’égal de leurs propres enfants.

Si l’orientation théologique achève d’éclairer le sens spirituel du texte, la démonstration en elle-même est lumineuse : les lignes qui s’esquissent à partir du triangle central, et autour duquel s’ordonne tout un tableau, dessinent une société fondée sur une harmonie préétablie régnant entre des êtres reliés par les mêmes liens de stricte égalité que ceux qui relient entre eux le maître, le serviteur et le fils.

4 LE JEU DES SUPERPOSITIONS

Derrière cette simplicité de façade s’élabore tout un jeu de correspondances ou d’assimilations qui font se coïncider entre elles certaines figures : celles-ci se superposent l’une l’autre pour se fondre finalement et ne faire qu’une seule et même image.

La première image qui en englobe plusieurs autres est celle de la femme âgée qui apparaît dans la première vision. Dans la seconde, celle-ci sera présentée comme étant l’Église, et au fil des visions et des pages, la même femme apparaîtra sous trois formes et dans trois positions différentes. Cette femme, en qui se superposent trois femmes d’âge et d’apparence physique changeants, en qui Hermas avait d’abord cru reconnaître l’antique Sibylle, va se désigner elle-même comme étant la tour en construction, et partant de cette tour qu’elle montre et à laquelle elle s’est identifiée, elle va réintégrer sa première identité : cette tour, dira-t-elle, c’est elle-même, l’Église. Ainsi se confondent en une seule et même image une seule femme à trois visages qui est l’Église, dans sa multiplicité, et la tour, dans son unicité.

La deuxième figure dont l’apparition entraîne le même jeu de superpositions des figures est celle du pasteur. Dès sa première manifestation, dans la vision V, le pasteur dévoile sa triple nature : il est ange gardien, ange révélateur, ange de la pénitence. Comme la femme a été trois femmes à la fois, le pasteur est lui-même trois anges à la fois. Et la femme, à la fois vieille et jeune, assise et debout, Église et tour, disparaît en tant qu’initiatrice jusqu’à la fin de l’œuvre. Le pasteur, qui se substitue à elle, va déplier derrière son image d’autres figures auxquelles il est assimilé, qui vont s’inclure en lui et y inscrire l’éventail de ses significations.

Dans la Parabole I, 50, 3, prenant à son compte les propos du seigneur d’une cité, il rapporte les discours de celui-ci au style direct, enserrant ceux-ci dans son propre discours : le voici alors dans le rôle de ce dernier et reflétant son image.

Hermas d’autre part qui s’adresse à lui ne l’appelle-t-il pas, à chaque fois, « Seigneur » ? Par cette qualification, le pasteur se trouve assimilé au Seigneur en qui doit avoir foi Hermas et à l’image du pasteur, envoyé du ciel, se superpose ainsi l’image du Seigneur suprême.

C’est le pasteur qui montre la tour en construction sur le rocher sur laquelle se clôt l’œuvre, tour qui répond en écho à la tour bâtie sur l’eau du début de l’œuvre. Là, vieille dame Église, ici, réplique architecturale du pasteur qui, avec un nom de simple berger, de pâtre de brebis, est à la fois ange, guide spirituel et pasteur suprême, regroupant en lui, à la fin de l’œuvre, toutes les figures de la vieille dame, pareil à elle, jeune et vieux, humble et grand, un et multiple.

À une image se substitue une autre image qui lui succède et parfois est simultanée. Derrière une même image se profile ainsi tout un chapelet d’images articulées entre elles, qui se chevauchent ou semblent emboîtées les unes dans les autres. Dans ce déploiement de figures, le sens de l’une est élucidé dans l’autre, elles s’expliquent l’une l’autre, s’enchaînant suivant l’articulation que leur imprime l’auteur qui multiplie à loisir leurs significations.

Les images défilent dans un déroulement enclenché par la première qui semble masquer les suivantes, mais celles-ci se démasquent l’une après l’autre, pareilles à la parabole dont le sens ne se dévoile qu’après coup.

Le portrait qu’Hermas livre de lui-même relève de cette même esthétique de l’image multipliée par la superposition. Comment pourrait-il en être autrement ?

N’est-il pas lui-même, dans sa propre œuvre, tour à tour serviteur et maître ? Et comme maître de maison, ne doit-il pas porter la responsabilité des fautes de toute sa famille, de sa femme, de ses enfants, subir lui-même les effets des écarts de conduite commis par toute sa maisonnée, assumer les conséquences des égarements de ses propres serviteurs, tenir à lui seul les rôles de tous ?

On le voit dans son œuvre dialoguer avec l’un ou l’autre de ses deux guides, mais aussi se mettre en retrait pour se faire témoin d’autres interlocuteurs s’entretenant entre eux, comme dans la parabole VIII, 68, où, assistant au dialogue entre l’ange du Seigneur et le pasteur, il rapporte leurs paroles.

Spectateur bien souvent, il se montre, dans la parabole IX, 90, par exemple, au cours de son initiation aux secrets de la construction de la tour. Par son regard, il instruit son lecteur, lui apprend à discerner le bien du mal, comme dans la parabole IX, 92, où il l’accoutume à distinguer les vices des vertus.

C’est que pénitent lui-même, Hermas est aussi messager de la pénitence : la parole qu’il a à transmettre, c’est celle du pasteur, et il la transmet chaque fois qu’il reproduit un des dialogues où il se montre face à lui (Parabole VIII, 72, pour ne citer qu’un seul passage). Le pasteur lui-même, après l’avoir éclairé sur bien des points, lui confie sa propre mission, lui disant : « Va et dis à tous qu’ils se repentent… » (Parabole VIII, 77, 1). Le voici revêtu de l’habit du pasteur et devenu, sur son injonction, ange de la pénitence, investi des mêmes pouvoirs que le pasteur lui-même.

N’est-ce pas d’ailleurs dans cette même fonction de messager, de copiste qui recopie des choses dites ou écrites, pour les répéter et les transmettre par écrit, que lui-même s’est représenté dans son œuvre ? Dans la deuxième vision, il recopie d’abord méticuleusement un livre que lui lit la femme âgée, puis il est chargé par elle d’en faire des copies, afin que ces exemplaires, destinés à des correspondants qu’elle lui désigne, soient distribués par eux à plusieurs autres destinataires. Tout un réseau est ainsi mis en place dont les ramifications partent d’un point central qui est Hermas lui-même. Hermas qui ne cesse, tout au long de son œuvre, de se faire expliquer les choses à lui-même pour mieux pouvoir les expliquer à son tour. Dans la cinquième vision, obéissant aux ordres du pasteur, il écrit sous sa dictée les commandements et les paraboles que celui-ci lui ordonne de reproduire strictement et dont Hermas devient ainsi le dépositaire privilégié et obligé. En lui vont se refléter désormais et la vieille dame Église et le pasteur d’essence divine.

C’est Hermas qui entraîne le chœur des anges et des saints qu’il invite dans son œuvre, lui qui endosse tous les rôles, se substitue à tous, qui copie, répète, répercute la parole de tous, porte toutes les voix, prêtant la sienne à tous, enchâssant dans son propre discours tous les discours. Coryphée de toutes les figures qu’il convoque dans son œuvre, il est un et tous à la fois, à l’image de son œuvre, monodie et polyphonie, à la fois simple dans sa forme et sa rédaction, simple par le dessin de ses figures, et multiple par la complexité qui naît de l’imbrication des figures et la polysémie qui en découle.

Et libre au lecteur, une fois le livre refermé, de faire apparaître, sous la figure du serviteur élevé au rang de fils de son maître, l’auteur, ce serviteur devenu maître, Hermas, le fidèle serviteur de son Dieu.

 

CONCLUSION

On peut considérer Le Pasteur comme Écriture sainte ou comme une création de l’imagination humaine et considérer son auteur, qui s’y montre investi d’une mission de messager de la parole divine, comme un prophète ou bien le tenir pour un écrivain de fictions littéraires. Quelle que soit l’appréciation que l’on ait, cette œuvre, où l’homme ordinaire côtoie des envoyés du ciel, se familiarise ici-bas avec l’au-delà et touche à l’extraordinaire, où se rencontrent l’humain et le surnaturel, où l’impalpable devient palpable, et l’invisible, visible, cette œuvre atteint la visée spirituelle que s’est proposée son auteur : réduire le fossé qui sépare l’incorporel du corporel en permettant à l’humble, qu’il initie aux choses de l’esprit, de franchir ce fossé et de participer à la vie divine.

Confiant en l’intelligence humaine qui peut comprendre le spirituel, connaître l’incorporel, l’auteur donne corps dans son œuvre à ce qui n’a pas corps. Avec une sensibilité convaincue de la force de sa propre foi, il introduit l’humble dans un monde où la divinité est humanisée, où le divin a pris figure humaine, où une nouvelle religion, avec ses propres lois, avec sa propre morale, est en train de s’installer et dont il s’est donné pour but de cultiver les germes afin de la propager. Et il se voue à sa tâche avec modestie, sans jamais révéler sa véritable identité, caché, presque anonyme, mal identifié, de nos jours encore, malgré le nom qu’il se donne d’Hermas.

Et dans une œuvre où se mêlent croyances populaires héritées de la lointaine antiquité, personnages qui en sont issus et qui croisent ceux de la Bible hébraïque, lesquels transportent avec eux les traditions empreintes de leur spiritualité propre, il réussit le joli tour littéraire d’introduire le lecteur dans cette nouvelle religion en laquelle il croit, de parler d’elle, sans jamais prononcer ni le nom propre de celui qui l’a inspirée, et qui est à l’origine du nom dont celle-ci est désignée, ni le nom commun qui en dérive et dont on qualifie ceux qui ont adopté cette foi.

Si Hermas n’est pas prophète, il est bien cependant un interprète de la nouvelle parole qui se répand, un divulgateur éclairé d’une foi nouvellement semée, un passeur désintéressé et généreux qui guide des hommes venus de tous les horizons pour les conduire vers les nouvelles rives d’une religion qu’il a lui-même embrassée et, dans toutes ces fonctions, il est et il reste l’un des plus nobles par l’étendue de son humilité.

Rose Varteni CHÉTANIAN

« Le Pasteur », Hermas. Traduction et notes. Premiers écrits chrétiens, Gallimard, Collection La Pléiade, Paris, 2016, p. 95-190 et 1207-1216.

 

 

 

Connaissance hellénique vous offre deux cadeaux pour l’an nouveau.

 

Santé, vie, joie, paix, bonne humeur, espérance !

 

Mosaïque du IVe siècle trouvée à Halicarnasse et conservée au Musée national britannique.
Mosaïque du IVe siècle trouvée à Halicarnasse et conservée au Musée national britannique. Cliché du British Museum (droits réservés)

 

Premier cadeau

Cette mosaïque d’époque romaine tardive découverte à la fin du XIXe siècle à Halicarnasse (aujourd’hui Bodrum en Turquie) se trouve au Musée national britannique ; les côtés sont de 1,14 m. On peut en voir une copie à Thessalonique, dans le square Aristote. Elle nous présente six mots :
ΥΓΙΑ (= ὑγίεια), la santé ;   ΖΟΗ (= ζωή), la vie ;  ΧΑΡΑ, la joie ;  ΕΙΡΗΝΗ, la paix ; ΕΥΘΥΜΙΑ , la bonne humeur ;  ΕΛΠΙC  ( = ἐλπίς ), l’espérance.
Vous notez quelques différences avec les formes qui nous sont familières :
Dans ὑγίεια, nous avons un ει, diphtongue qui dès l’époque classique commençait à évoluer vers la prononciation i. Cela fait qu’ici elle ne se distingue plus du ι précédent. Nous sommes en route vers l’exclamation moderne « ya ! » qui accompagne joyeusement le geste de trinquer.
Dans ZOH nous avons O au lieu de Ω. C’est un phénomène qu’on observe quelquefois dans les inscriptions d’époque classique, où il peut être un souvenir du plus ancien alphabet attique, qui ne comportait pas de Ω ; cela se généralisera ensuite avec la disparition progressive de l’opposition des brèves et des longues.
Le mot ΕΛΠΙC est terminé par un C : c’est une variante de Σ, dénommée sigma lunaire.
Mais prenons de l’altitude par rapport à tout ce que ces détails techniques ont de terre à terre, et faisons de ces six mots notre  programme de vie pour la nouvelle année.

Second cadeau

Et voici un autre cadeau de nouvel an : c’est une fable qui, si on la médite, aide à réussir malgré toutes les voix, intérieures ou extérieures qui tendent à nous décourager, en nous disant que nous ne parviendrons jamais à atteindre nos objectifs, parce que ceci, parce que cela.

Ἔδραμόν ποτε βάτραχοι… Il était une fois une course de grenouilles dont l’arrivée se trouvait en haut d’une tour particulièrement haute.

De nombreux curieux se rassemblèrent pour assister à l’épreuve, mais peu croyaient possible que les grenouilles puissent grimper aussi haut. Ainsi on pouvait entendre dans le public : « C’est impossible, elles n’y arriveront jamais ! ». Ἀδύνατά γε ! Οὐ μὴ ἀφίκωνται !

Influencées par les cris, découragées par l’effort qu’il restait à faire, les grenouilles commencèrent à abandonner, sauf une qui continuait de grimper. Les spectateurs lui disaient : « Tu n’atteindras jamais le sommet, c’est beaucoup trop haut. Tu ferais mieux d’abandonner ! » Οὐ μὴ ἀφικνῇ ! Ὑψηλότερα γὰρ πολύ ! Λῷον μὲν δή ἐστί σοι ἀπολιπεῖν !

Mais la grenouille, imperturbable, continuait sa course. À la fin, il ne restait qu’elle, et au terme d’un effort considérable, elle gagna le sommet de la tour. Les autres grenouilles voulurent savoir comment elle avait fait mais quand l’une d’elles lui posa la question, elles découvrirent… que la gagnante était sourde !  Οὐκ ἀπεκρίνατο. Κωφὸς γὰρ ἦν ὁ νικῶν !

l’équipe de Connaissance hellénique.

Editorial et sommaire du n° 145 de « Connaissance hellénique » de novembre 2016

Trois bonnes nouvelles !

 

A. Dürer, autoportrait à vingt-neuf ans en 1500, Vieille pinacothèque, Munich (wikicommons)
A. Dürer, autoportrait à vingt-neuf ans en 1500, Vieille pinacothèque, Munich (wikicommons)

 

Chers lecteurs,

voici trois bonnes nouvelles pour finir l’année. La première est que l’anniversaire (quarante ans) continue toute l’année comme dans Alice au pays des merveilles… Le numéro « collector » des quarante ans de  Connaissance Hellénique sera bientôt prêt. Vous pourrez alors lire sur papier vingt-quatre articles choisis sur l’ensemble des numéros papier. Vous avez déjà pu goûter la forme longue de ce qui en sera, pour ainsi dire, l’ouverture musicale : Une étrange rencontre.

Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez désormais vous abonner à notre revue en cliquant  sur le bandeau noir, là haut, sur la rubrique : s’abonner. Tout vous y est expliqué.

Troisième bonne nouvelle, malgré sa longueur, l’article sur l’astre de Bethléem a eu les honneurs à sa parution d’un première page sur la plateforme hypotheses.org et d’une réponse, le 4 décembre 2016, dans un autre carnet. C’est notre première polémique ! Signalons tout simplement ici que les deux auteurs se sont réservés le droit d’explorer une hypothèse : et si l’astre de Bethléem, c’ était vrai ? Et si c’était la conjonction de Saturne et de Jupiter qui en 7 et 6 av. J.-C. à leur lever s’alignèrent sur une ligne Soleil-Terre-Jupiter-Saturne ? Et si les mages étaient des astronomes/astrologues chaldéens qui avaient repéré cet événement astronomique qui ne se reproduit pas avant des dizaines de milliers d’années ? Et si la légende avait une  part de vrai… ?

Voici le sommaire du numéro 145 de novembre 2016 :

  1.  C. Boudignon, « Mais que ce soit hors cymetieres ! »

2. J. Kaminski (trad.), Stavros Zaphiriou, Le Petit Pilote (suite)

3.  J.V Vernhes, Une étrange rencontre.

4. Y. Georgelin -C. Boudignon, Qu’est-ce que la prétendue Etoile des Mages ?

5. E. Poucet, Le général Charles FABVIER (1782- 1855), héros de la cause grecque.

6. E. Michel,  Avis aux hellénistes du monde entier.

7. J.V Vernhes, Les Sibylles et l’étymologie de Σίβυλλα.

8. J.V Vernhes, Une étymologie pour Egeria, Égérie ?

Bonne lecture.

C. Boudignon,

Rédacteur en chef

Jean-Victor Vernhes éveille son Egérie

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 145, novembre 2016, article huit.

Une étymologie pour Egeria, Égérie ?

À Arielle Chopard

Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)
Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)

Dans la mythologie romaine, la nymphe Egeria se rattache au culte des sources et était l’inspiratrice du roi Numa.

Mais, me direz-vous, Egeria est un nom latin. Quelle place a cet article dans une série d’études consacrées à l’étymologie grecque ? Vous allez voir…

 

1. Consultons les auteurs latins.

Tite-Live, Histoire romaine, I, I9 dit que Numa voulait instaurer la crainte des dieux. « Mais comme celle-ci ne pouvait descendre dans les âmes sans la fiction de quelque miracle, il faisait semblant d’avoir des rencontres nocturnes avec la déesse Égérie. »

Ovide, Métamorphoses, XV, 547-621, à propos du chagrin d’Égérie à la mort de Numa : « Cependant le deuil d’Égérie ne peut s’affaiblir dans le récit de malheurs étrangers. Couchée au pied d’une montagne, elle ne cesse de fondre en larmes, jusqu’à ce que, touchée de sa pieuse douleur, la soeur d’Apollon fasse de son corps une fontaine, et change ses membres mortels en ondes éternelles. »

Ovide, Fastes III, 260 et suivants : « Nymphe, instruis-moi, toi qui officias au bois et au lac de Diane. Nymphe, épouse de Numa, viens à moi pour ce qui est de tes actes…

Dans la vallée d’Aricie, entouré d’une épaisse forêt, il est un lac, objet d’un culte antique…

Y coule, sur un lit de cailloux, un ruisseau au murmure confus ; j’y ai bu souvent, mais à petites gorgées. Égérie offre ces eaux, déesse chérie des Camènes, épouse et génie de Numa. »

 

2. Consultons les auteurs grecs.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 60 parle à propos de Numa d’une nymphe Égérie (νύμφην τινὰ Ἐγερίαν : notez le ε initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un e bref initial dans le nom latin) : « Une légende dit qu’une certaine nymphe Égérie le fréquentait assidûment en lui enseignant la sagesse royale. Selon d’autres, ce n’était pas une nymphe, mais l’une des Muses. » La chose devint publique, dit le récit, ce dont Numa ne fut point fâché, et voici comment il procéda, sur une suggestion d’Égérie, pour convaincre les sceptiques. Il fit un jour visiter son domicile, et en particulier sa salle à manger, à des notables de Rome. Tout y était simple et ordinaire. Il les convia à revenir le soir, et ils revinrent : tout était d’un luxe si éclatant qu’une telle transformation en si peu de temps ne pouvait avoir été œuvre humaine, et révélait une inter­vention surnaturelle.

Voici maintenant comment Plutarque, Vie de Numa, 4, 1-2, évoque la vie de ce roi après la mort de son épouse Tatia en signalant la démone Égérie (Ἠγερίᾳ δαίμονι : notez le η initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un η initial dans le nom latin) :

« Abandonnant les habitudes qu’il avait à la ville, Numa voulut vivre le plus souvent à la campagne en errances solitaires, séjournant dans les bois divins, les prairies sacrées et les lieux déserts. De là surtout vint le bruit que ce fameux Numa n’abandonnait pas la vie sociale par dérangement de l’esprit et par égarement, mais parce qu’ayant goûté à une plus noble fréquentation pour avoir été jugé digne d’une union divine, et passant son temps avec la démone Égérie, qui l’aimait (Ἠγερίᾳ δαίμονι συνὼν ἐρώσῃ καὶ συνδιαιτώμενος), il était devenu un homme bienheureux, instruit des choses divines. ».

Dans la suite du texte Plutarque n’exclut pas que des divinités fré­quentent des humains, mentionnant le cas de Sophocle, dont on sait par de nombreux témoignages qu’il a reçu chez lui Asclépios. Sur ce point, nous laissons le lecteur se faire son opinion.

Mais en continuant notre lecture de la Vie de Numa nous lisons en 8, 5 que tout cela était un scénario (δρᾶμα). Interprétation rationaliste.

De même dans La fortune des Romains, 9, où Plutarque écrit : « Le récit selon lequel une certaine Égérie, une des nymphes dryades, démone pleine de sagesse (δαίμονα σοφήν) devenue par amour sa compagne, fut sa formatrice et mit sur pied avec lui les institutions est tout à fait mythique. »

3. Mais d’où peut venir ce nom d’Egeria ?

En latin, on ne lui voit pas d’étymologie. Les dictionnaires étymologiques du latin (Walde-Hofmann et Ernout-Meillet) évoquent, en désespoir de cause, une possible origine étrusque ou sabine et se bornent à signaler une étymologie populaire transmise par Festus, et dont il sera question plus loin.

Nous allons étudier les données sémantiques et les problèmes formels.

Dans les textes que nous avons cités, nous avons pu voir que ce qu’évoque le nom d’Egeria s’organise autour de deux thèmes :

1- L’inspiration venant d’un influx divin. Cela fait penser à l’inspiration poétique telle que nous la présente l’Ion de Platon.

2- Le thème de la source et de l’eau vive.

Ce second thème s’associe volontiers au premier, en vertu de « la croyance, surabondamment attestée dans l’histoire de la divination, que l’eau possède un pouvoir magique, la propriété d’éveiller chez l’être intelligent le sens prophétique. » (A. Bouché-Leclerc, dans l’article « Camenae » du Daremberg et Saglio). Pensons par exemple à la fontaine Hippocrène, dont l’eau donne l’inspiration à ceux qui la boivent. On peut voir l’inversion de ce symbolisme dans l’eau du fleuve Léthé, qui apporte aux âmes l’oubli de leur vie passée.

Ce thème de l’inspiration nous fait penser au verbe grec ἐγείρω, éveiller, sur racine εγερ < *h1ger ? Égérie, l’inspiratrice, porterait-elle un nom d’origine grecque ?

Cette racine εγερ exprime de façons très variées tout ce qui tourne, au propre et au figuré, autour de la notion de se dresser, ou de faire se dresser. Les exemples abondent dans les dictionnaires.

Il peut s’agir d’un conflit : ἀδικούμενοι τὸν πόλεμον ἐγείρομεν, lésés, nous éveillons la guerre (Thucydide, 1, 121, 1). Il peut s’agir d’un son : εὔχορδον ἔγειρε λύραν, éveille ma lyre aux cordes excellentes (Pindare, Néméennes, 10, 39). Ou encore d’un sentiment : ὁ οἶνος τὰς φιλοφροσύνας, ὥσπερ ἔλαιον φλόγα, ἐγείρει, le vin exalte les sympathies, comme l’huile exalte la flamme (Xénophon, Banquet, 2, 24).

Il peut s’agir aussi, et c’est ce qui nous concerne ici, d’un esprit qui se dresse ou qu’on fait se dresser dans l’éveil : καὶ ἐφρόνει καὶ ἐγρηγόρει, il était intelligent et éveillé (Xénophon, Éducation de Cyrus, 1, 4, 20). Il peut s’agir de cet éveil particulier qu’est l’inspiration poétique : Ἔγειρε δὲ νῦν, Μοῦσα, κρητικὸν μέλος, Et maintenant, Muse, éveille en moi un chant de Crète (Cratinos, poète comique). Nous en avons un exemple dans l’Ion de Platon (535-536). Ion est possédé par Homère, qui le met en relation magnétique avec la Muse. Alors, lui dit Socrate, « ἐπειδὰν τούτου τοῦ ποιητοῦ φθέγξηταί τις μέλος, εὐθὺς ἐγρήγορας καὶ ὀρχεῖταί σου ἡ ψυχή. », lorsque quelqu’un fait entendre un chant de ce poète, te voilà aussitôt en état d’éveil et ton âme danse.

Égérie est-elle nymphe, est-elle démone, est-elle femme, est-elle déesse, ou bien est-elle Muse, comme le pensent certains, au dire Denys d’Halicarnasse dans le passage que nous avons cité ? Quoi qu’il en soit, elle est l’entité féminine qui fait du roi un inspiré. On peut dire d’Égérie qu’elle ἐγείρει l’esprit du roi Numa.

4. Sommes-nous le premier à envisager de rapprocher Égéria du verbe ἐγείρω ?

En cherchant bien, on découvre qu’un auteur du nom de Pedro Felipe Monlau y Roca a publié à Madrid en 1856 un Diccionario etimológico de la lengua castellana. On y lit : « Egeria : del griego egeirô, yo excito, yo muevo, yo despierto. » (Egeria : du grec egeirô, ‘j’éveille, j’excite, je mets en mouvement, je réveille’).

Mais cet auteur ne développe aucune considération à l’appui de cette étymologie, et ne dit rien des difficultés qu’elle soulève, et que nous allons voir.

Les dictionnaires latins donnent Ēgeria avec un ē initial : ēgeria. Or nous ne pouvons faire le rapprochement avec ἐγείρω qu’en partant d’une forme à e bref initial. Selon Ernout-Meillet, le ē initial pourrait être secondaire, et venir d’une étymo­logie populaire, que nous connaissons par une glose transmise par Festus : « Egeriae nymphae sacrificabant praegnantes, quod eam putabant facile conceptum alvo egerere » (Les femmes enceintes faisaient des sacrifices à la nymphe Egeria, car elles pensaient qu’elle faisait sortir aisément le bébé du ventre). Il y a là un rapprochement familier entre le nom Egeria et le verbe ēgerere, ‘porter en dehors’, et la longue initiale peut être due à ce rapprochement.

Saint Augustin, dans La cité de Dieu, VII, 25, (p. 179 de l’édition du Corpus Christianorum, Brepols) se référant à un traité de Varron, nous montre ce même rapprochement verbal exploité dans un autre contexte : « Du fait que Numa emportait de l’eau (Quod ergo aquam egesserit), c’est à dire en prélevait pour faire de l’hydromancie, on a dit qu’il eut la nymphe Égérie comme épouse. »

Cette forme à ē initial convient aux poètes, car elle permet de faire entrer le mot dans l’hexamètre, ce qui ne serait pas possible avec une forme à e bref initial. Ainsi dans Virgile, Énéide, VII, 763 ; Ovide, Fastes III, 154 et 275.

5. Par ailleurs il existe une forme masculine Egerius.

Tite Live parle d’un personnage de famille royale à qui ce nom d’Egerius a été donné « ab inopia » (‘à cause de son dénuement’). Il y a ici rapprochement avec le verbe egeo, ‘être pauvre, être dans le besoin’ ; or le verbe egeo a un e initial bref ! Nous sommes ici dans un niveau de langue supérieur à celui des rapprochements familiers, ce qui donne à penser que la forme à e bref est celle qui n’a pas été remaniée.

Voyons les données grecques. Nous avons trouvé la forme Ἐγερία chez Denys d’Halicar­nasse. Mais chez Plutarque nous avons Ἠγερία. À qui se fier ?

Denys d’Halicarnasse vécut longuement à Rome à partir de 30 av. J.-C. et il était tout imprégné de la culture des élites romaines. Plutarque (environ 46-120) a certes fait des séjours à Rome, où il a donné des conférences. Mais il n’avait pas la culture romaine du précédent. Pour décider entre Ἐγερία et Ἠγερία, on l’imagine bien consultant Virgile et Ovide dans sa bibliothèque, et observant la scansion des vers où il trouve Egeria… avec ē initial. Fions-nous donc à Denys d’Halicarnasse.

6. N’hésitons donc pas à tenter le rapprochement de Egeria avec la racine εγερ-

Il est intéresssant de noter que nous avons la trace d’une variante Ἐγερίς, -ίδος, qui est également de facture grecque (qu’on se rappporte dans l’édition Budé à l’apparat critique du texte de Denys d’Halicanasse ), avec ce suffixe -ίς, -ίδος qui a donné tant de dérivés féminins. Nous sommes en ambiance grecque !

Notre Ἐγερία serait une formation en -ία sur racine verbale. Cf. Chantraine, Formation, p. 81. Exemples : μανία (cf. μαίνομαι), πενία (cf. πένομαι)… Mais ce type de dérivation «…n’a pas été productif ; c’est pour former des dérivés de noms que le suffixe s’est développé. » (σοφία sur σοφός, etc.). Voilà donc un type de formation à inventaire clos, ce qui caractérise des formations archaïques.

Il arrive que l’onomastique soit le conservatoire d’éléments que par ailleurs la langue a abandonnés ou de possibilités qu’elle n’a pas exploitées. Ainsi dans le nom Θερσίτης, Thersite, personnage insolent de l’Iliade, nous avons le degré e, abandonné par ailleurs, de la racine θερσ- de θρασύς, impudent. Notre Ἐγερία pourrait être un exemple de ce phénomène bien courant.

Nous voilà donc en présence d’un mot dont la morphologie et la sémantique sont d’une belle et archaïque grécité, mais dont le grec que nous connaissons n’a pas fait usage, le laissant à l’état de virtualité.

Nous pouvons donc penser que Ἐγερία et peut-être sa variante Ἐγερίς ont existé dans les franges occidentales du grec, et que de là ces mots seraient passés en latin, où ils auraient été affectés à l’onomastique pour désigner celle qui donne les niveaux supérieurs de l’inspiration.

7. La légende de Numa et d’Égérie ne serait pas étrangère aux contacts des Latins avec la Grande Grèce.

Ces contacts, nous pouvons nous risquer à les préciser. On situe le règne de Numa en 715-673 av. J.-C. Ce fut une importante époque pour la colonisation grecque en Italie du Sud et en Sicile.

La plus ancienne colonie grecque en Italie du Sud, est la ville de Cumes. Fondée par des Eubéens peu après 750 av. J.-C., elle fut rapidement prospère, en particulier grâce à la production et au commerce du vin, par lesquels elle atteignit non seulement ses voisins, mais aussi des populations situées au delà des Alpes. Elle entretint de bonnes relations avec Rome et exerça une grande influence sur les peuples voisins. Le règne de Numa fut contem­porain de cet essor, et cela suppose des contacts linguistiques, qui ont pu être plus ou moins approfondis selon les personnalités entrant en relation.

On conçoit aisément qu’à l’occasion de ces contacts le nom d’ Ἐγερία ait pu être attribué à l’entité inspiratrice avec laquelle Numa était ou se prétendait en relation.

Autre possibilité : le nom d’ Ἐγερία aurait été créé pour Numa par adjonction à la racine εγερ- du suffixe -ia si courant en latin dans les noms de femmes.

On ne peut faire allusion à Cumes sans songer à la Sibylle (voir l’article précédent). Aurait-elle été pour Numa un modèle de la personnalité féminine en contact avec le plan divin ? Cependant elle est bien différente. La Sibylle profère des oracles obscurs, tandis qu’Égérie est éclairante pour Numa. La Sibylle est inspirée, mais non inspirante. Égérie est le canal par où s’opère l’éveil du plan humain par une communication avec le plan divin.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

 

 

 

 

Jean-Victor Vernhes, D’où vient la Sibylle ?

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 145, novembre 2016, article sept.

Les Sibylles et l’étymologie de Σίβυλλα.

 

La Sibylle perse, Le Guerchin, Musée du Capitole (wikicommons)
La Sibylle perse, Le Guerchin, Musée du Capitole (wikicommons)

 

La question des Sibylles est enveloppée de beaucoup d’obscurité. Les encyclopédies et autres ouvrages savants se contredisent. On distingue mal le réel et l’imaginaire. Quant au mot Σίβυλλα, on a hésité entre le statut de nom propre désignant une personnalité particulière, et celui de nom commun. Disons que c’est un nom propre générique (ou devenu générique) désignant un certain type de prophétesse incarnant une fonction mantique associée à Apollon.

Quant à l’étymologie, nous lisons chez Chantraine : « Ignorée. Voir la bibliographie chez Frisk. » Le mot n’est pas dans le dictionnaire de Beekes, qui ne traite pas des noms propres.

Commençons par nous renseigner sur les temps les plus anciens du phénomène sibyllin. Pausanias nous offre le texte le plus détaillé[1], au livre X de sa Description de la Grèce, dans lequel il nous parle de Delphes. Consultons les chapitres IX et XII.

« IX [11] Il est certain que les Athéniens furent bien battus à Ægospotamos ; mais on convient que ce fut par trahison de leurs chefs qui s’étaient laissés corrompre, et non par la force des armes : car Tydée et Adimante reçurent des sommes considérables de Lysandre. Voici même un témoignage ou plutôt une prédiction de la Sibylle que les Athéniens allèguent en leur faveur : ‘C’est alors que le puissant Dieu qui lance le tonnerre fera sentir sa colère aux Athéniens. Leurs vaisseaux battus dans un sanglant combat deviendront la proie de l’ennemi par la malice et la perfidie des commandants.’ »…

Pausanias poursuit sa description de Delphes.

« XII. [1] Il est une éminence rocheuse, où l’on dit que se tenait pour chanter ses oracles une Hérophile, surnommée Sibylle. J’ai connaissance d’une autre[2], qui lui est antérieure, et qui lui fut tout à fait semblable dans une haute antiquité ; les Grecs en font une fille de Zeus et de Lamia, laquelle Lamia était fille de Poséidon. On croit que cette ancienne a été la première femme qui ait eu le don de prophétie, et l’on dit qu’elle fut nommée Sibylle par les Libyens.

[2] L’Hérophile dont je parle lui est postérieure, quoiqu’elle ait vécu avant la guerre de Troie. Car elle annonça qu’Hélène vivrait dans Sparte pour le malheur de l’Europe et de l’Asie, et qu’un jour elle serait cause que les Grecs se ligueraient pour la ruine de Troie. Les habitants de Délos parlent d’un hymne composé par elle en l’honneur d’Apollon. Dans ses vers, elle se donne non seulement pour Hérophile, mais aussi pour Artémis : elle se fait tantôt épouse, tantôt soeur, et tantôt fille d’Apollon.

[3] Alors elle parle comme inspirée et comme hors d’elle-même. En d’autres endroits elle se dit née d’une immortelle, d’une des nymphes d’Ida, et d’un père mortel. ‘Fille d’une nymphe immortelle, mais d’un père mortel, je suis, dit-elle, originaire de l’Ida, ce pays dont la terre est si aride et si légère, car la ville de Marpesse et le fleuve Aïdonée ont donné à ma mère la naissance.’

[4] En effet, vers le mont Ida en Phrygie, on voit encore aujourd’hui les ruines de la ville de Marpesse, où il est même resté une soixantaine d’habitants. …. Marpesse est à deux cent quarante stades[3] d’Alexandrie, ville de la Troade.

[5] Les habitants de cette Alexandrie disent qu’Hérophile était sacristine du temple d’Apollon Sminthéus, et qu’elle expliqua le songe d’Hécube[4] comme l’événement a montré qu’il devait s’entendre.

[6] Cette Sibylle passa une bonne partie de sa vie à Samos ; ensuite elle vint à Claros, ville dépendante de Colophon, puis à Délos et de là à Delphes, où elle rendait ses oracles sur la roche dont j’ai parlé. Elle finit ses jours dans la Troade ; son tombeau subsiste encore dans le bois sacré d’Apollon Sminthéus avec une épitaphe en vers élégiaques gravés sur une colonne, et dont voici le sens : ‘Je suis cette fameuse Sibylle qu’Apollon voulut avoir pour interprète de ses oracles, autrefois vierge éloquente, maintenant muette sous ce marbre et condamnée à un silence éternel…’ …

[7] Les Erythréens sont de tous les Grecs ceux qui revendiquent cette Sibylle avec le plus de chaleur[5]. Ils vantent leur mont Corycos, et dans cette montagne un antre où ils prétendent qu’Hérophile prit naissance. Selon eux un berger de la contrée, nommé Théodore, fut son père, et une nymphe fut sa mère. Cette nymphe était surnommée Idéa, parce qu’alors tout lieu où il y avait beaucoup d’arbres était appelé Ida. Les Erythréens retranchèrent des poésies d’Hérophile ces vers où elle parle de la ville de Marpesse et du fleuve Aïdonée comme de son pays natal…..

[8] Hypérochos de Cumes[6] a écrit que celle qui après elle prononça des oracles de la même façon fut de Cumes, chez les Opiques[7]. Il la nomme Démo ; mais on ne saurait avoir connaissance même à Cumes d’aucun de ses oracles ; on montre seulement dans le temple d’Apollon une petite urne de marbre où l’on dit que les cendres de cette Sibylle sont renfermées.

[9] Après Démo, les Hébreux qui habitent au-dessus de la Palestine ont mis au nombre des prophétesses une certaine Sabba, qu’ils font fille de Bérose et d’Erymanthe. C’est elle-même que les uns appellent la Sibylle de Babylone, et les autres la Sibylle d’Egypte. »

 

La plus célèbre des Sibylles est celle de Cumes en Campanie. Il en est question dans le traité Περὶ θαυμασίων ἀκουσμάτων, Étonnantes traditions orales qui se trouve avoir été joint aux œuvres d’Aristote (838a) :  « À Cumes en Italie on montre une chambre souterraine qui est apparemment celle de la Sibylle prophétesse (Σιβύλης τῆς χρησμολόγου). On dit qu’elle était d’un âge fort antique et restée vierge, qu’elle était d’Érythrée, mais considérée par certains habitants de l’Italie comme étant de Cumes, et par d’autres encore appelée μελαγκραίρα » Ce dernier terme signifie tête noire. On le retrouve chez Lycophron (Alexandra, 1464), et les scholies l’expliquent ainsi : διὰ τὸ μελαίνειν τὴν φράσιν, parce qu’elle rend obscure son expression.

Ce texte est en cohérence avec le passage de Pausanias où il est question de cette Sibylle de Cumes : elle était d’Érythrée, dit la tradition, elle prenait le relais de la Sibylle d’Érythrée[8], mais en Italie certains voulaient qu’elle fût de Cumes[9], et Hyperochos de Cumes était de ceux-là.

Au sujet de Cumes, Strabon (Géographie IV, 4) nous apporte les renseignements que voici : « … Cumes [en grec : Kymé], fondation extrêmement ancienne[10] de Chalcis et de Kymé[11] est la plus vieille de toutes les colonies de Sicile et d’Italie. Hippoclès de Kymé et Magasthenès de Chalcis, qui dirigeaient l’expédition, avaient convenu entre eux que la colonie serait celle de l’un des deux peuples, mais porterait le nom de l’autre. C’est pourquoi la ville s’appelle aujourd’hui Kymé, bien qu’elle soit considérée comme une fondation chalcidienne. »

Les Sibylles sont des femmes d’un grand âge[12]. Nous avons vu ce trait dans le traité Étonnantes traditions orales. On estimait que les Sibylles vivaient très longtemps, d’où l’expression proverbiale Σιβύλλης ἀρχαι­ότερος, plus ancien que la Sibylle [13]. Avec l’âge, disait-on, elles se rapetis­saient et pouvaient être mises dans une cage ou dans une bouteille. Trimalcion, dans Le Satiricon de Petrone (48), assure en avoir été témoin : « Et la Sibylle, donc ! À Cumes, je l’ai vue de mes yeux suspendue dans une bouteille, et quand les enfants lui demandaient ‘Sibylle, qu’est-ce que tu veux ?’, elle répondait : ‘Je veux mourir’.»[14]

C’est encore une vieille femme ne pouvant être que la Sibylle qui, d’après les Annales citées par Aulu-Gelle (Nuits attiques, I, 19) vint vendre ses livres à Tarquin le Superbe, dernier roi de Rome. Elle apportait neuf livres contenant, à ce qu’elle disait, des oracles divins, et offrait de les vendre. Elle demandait un prix si élevé que le roi la crut privée de sa raison par la vieillesse. Alors elle brûla trois de ces livres dans un brasier et proposa les six autres pour le même prix. Le roi rit de plus belle et dit que la vieille divaguait. Elle brûla encore trois autres livres et demanda la même somme pour les trois derniers. Tarquin redevint sérieux et les acheta pour la somme demandée. Cette femme partit et on ne la vit plus.

On lit dans la Souda[15] une variante de cet épisode : « Hérophile, ou Sibylle d’Érythrée, fille de Théodoros. Elle écrivit trois livres de mantique[16], en vers épiques, et vint à Rome du temps des consuls, d’autres disent du temps de Tarquin, pensant en tirer de l’argent. Dédaignée, elle brûla deux de ces livres, qu’elle portait sur elle. Le seul qui restait fut acheté par les Romains à un prix élevé. »

Ces livres, conservés dans le temple de Jupiter Capitolin, furent appelés Livres Sibyllins. Ils étaient consultés, sur demande du Sénat, en cas de calamité. Cette collection fut détruite en 81 av. J.-C., lors de l’incendie du temple, et on s’efforça d’en constituer une nouvelle.

Nous ne nous attarderons pas aux développements ultérieurs, laissant de côté la Sibylle de Virgile. Il y en eut plusieurs catalogues de Sibylles. Il n’y a pas lieu ici d’en faire le recensement, ni de suivre l’évolution qui fit une Sibylle de toute femme à qui les dieux ont accordé le don de prophétie, comme nous le dit la Souda : Ἑνὶ ὀνόματι αἱ θηλεῖαι μαινάδες ὠνομάσθησαν Σίβυλλαι, Les femmes au délire prophétique furent appelées globalement Sibylles. Notre propos a été de réunir les indications relatives aux temps les plus anciens, en espérant que cela nous aidera dans l’examen de la question étymologique.

 

Nous avons donc un ensemble de données recueillies par des écrivains après tra­ns­­­mis­sion orale, et où s’entrelacent relations de faits et élaborations mytho­logiques. La tonalité mythique est même telle qu’on a peine à croire à un arrière-plan de faits réels, surtout lorsqu’il s’agit de temps plus anciens que ceux de la guerre de Troie[17]. Mais pour ce type de problème, il convient maintenant de se reporter à l’étude qu’en a faite Jacques Collina-Girard, et qui renouvelle complètement les perspectives. Dans L’Atlantide retrouvée ? Enquête scientifique autour d’un mythe[18], aux pages 137 à 161, il montre en s’appuyant sur des exemples probants que le souvenir de faits réels peut, par transmission orale et le plus souvent avec élaboration légendaire, se perpétuer durant un, deux ou trois millénaires, et peut-être même beaucoup plus dans certains cas. La Sibylle de l’Ida, celle d’avant la guerre de Troie, n’est peut-être pas qu’un mythe.

Mais cette perspective, qui fait remonter les Sibylles à une ausi haute antiquité se heurte à une difficulté qui a été vue depuis longtemps. C’est que les plus anciens textes qui en parlent sont relativement récents.

En effet l’attestation la plus ancienne que nous ayons du nom de Sibylle est dans Héraclite d’Éphèse (vers 540-480 av. J.-C.), cité par Plutarque, dans le traité Sur les oracles de la Pythie, 6 : « La Sybille, ‘c’est d’une bouche délirante (μαινομένῳ στόματι), selon Héraclite, qu’elle s’exprime, sans sourire, sans ornement, sans fard’ et sa voix nous parvient au delà de mille années grâce au dieu. »[19]

Chez Aristophane nous trouvons tout le contraire de cette vénération. Dans Les Cavaliers d’Aristophane le verbe σιβυλλιᾶν (v. 61) désigne les divagations du vieux Démos. Dans La Paix (v.1116), l’expression Τὴν Σίβυλλαν ἔσθιε, Mange la Sibylle signifie Contente-toi de viande creuse. Ces deux pièces ont été représentées respectivement en – 424 et – 421. Mais, ne l’oublions pas, pour que l’irrespect ait de la vis comica, il faut qu’il vise ce qui est respecté.

 

Un peu plus tard Platon (427-347 av. J.-C.) fait dire à Socrate dans le Phèdre (244ab), dialogue de sa maturité : « Parmi nos biens, les plus grands sont ceux qui nous viennent d’un délire (διὰ μανίας) que nous accorde assurément un don divin. La prophétesse de Delphes et les prêtresses de Dodone firent en état de délire bien des bonnes choses, tant privées que publiques, mais peu de choses ou rien en état raisonnable. Et si nous parlons de la Sibylle et de tous ceux qui, doués d’une mantique divinement inspirée, ont par leurs prédictions été cause pour beaucoup de beaucoup de succès, nous nous attarderions à dire des choses évidentes à chacun. »

Avant ces textes, c’est le silence absolu des lettres grecques au sujet des Sibylles. L’auteur de l’article Sibylle du dictionnaire de Daremberg et Saglio (p. 1289) pense que dans les temps les plus anciens « cette person­nification féminine de l’esprit prophétique dut rester confinée…dans des centres de médiocre renom et considérée par l’opinion comme un produit importé de quelque culte étranger. » Les passages cités d’Aristo­phane relè­ve­raient d’un réveil de cet antique dédain, tandis que ceux d’Héraclite et de Platon manifesteraient l’ouverture des élites et des esprits éclairés au phénomène sibyllin.

C’est là une intuition intéressante, mais que nous proposons de modifier. Le monde gréco-romain n’est guère réfractaire aux cultes étrangers. En revanche, une première réaction, une première phase de dédain et de mise à l’écart s’explique mieux si l’on a affaire à une pratique mantique préhel­lénique, en l’occurence antérieure à l’hellénisation de l’Asie mineure. Les envahisseurs-dominateurs ont toujours tendance à considérer comme inférieures les institutions et les pratiques des envahis-dominés. Ainsi les hilotes, serfs de Sparte, sont les descendants des habitants anciens soumis par les nouveaux venus qui ont conquis le pays. Avec la Sibylle, nous devinons une mantique de substrat, qui aurait gagné les classes populaires, aurait été enrichie d’ornements mythologiques et avec le temps serait parvenue à se faire reconnaître des élites.

 

Venons-en à l’étude du mot. Traitant des nombreux noms en -ελλα, Chantraine (Formation, p. 252) nous donne cette indication : « Il existe de nombreux noms de femmes en -ιλλα et -υλλα : Κύδιλλα, Ἥρυλλα, etc… Le vocabulaire populaire a dû tirer parti du suffixe. Il a pu fournir des dérivés expressifs : … φθίνυλλα, ‘pauvre vieille’ (Aristophane, Assemblée 935) de φθίνω » ; φθίνω, c’est ‘se consumer, se flétrir’. La φθίνυλλα, c’est quelque chose comme ‘la rabougrette’.

Dans Σίβυλλα, nous pourrions donc avoir un dérivé d’origine expressive et populaire en -υλλα. Cela cadre avec ce que nous avons vu plus haut : une pratique d’abord étrangère aux couches supérieures de la société. Mais de quoi faire dériver ce mot ? On ne trouve rien en grec. Rien au niveau indo-européen. Rien dans les langues avoisinantes. Reste la solution d’un terme de substrat pré-grec, ce qui convient pour un mot de ce genre.

Peut-on identifier ce terme de substrat ?

Reportons-nous au dictionnaire étymologique de Frisk, à l’entrée Σίβυλλα : ‘Etymologie unbekannt’ (inconnue), dit-il, avant de signaler des ‘unbegründete Hypothesen’ (hypothèses sans fondement), dont une cependant retient notre attention, celle de l’orientaliste tchèque Bedřich Hrozný, qui vers 1915 a déchiffré le hittite. Ce savant rapproche Σίβυλλα de l’akkadien ‘sîbu’ signifiant ‘vieux’.

Du point de vue sémantique, cela nous convient. Nous avons vu qu’un des traits caractéristiques de la sibylle est la vieillesse. On peut l’avoir désignée en choisissant ce trait, et en disant d’elle, familièrement ou respectu­eu­sement, ‘la vieille’. Cela aurait pu se faire, à l’occasion, en akkadien. Et les Grecs auraient pu avoir connaissance d’une prophétesse désignée par ce terme de ‘sîbu’, sans connaître la signification première du mot, et en avoir dérivé Σίβυλλα.

Pour que cet entrelacement d’hypothèses ne soit pas ‘en l’air’, comme aurait dit Chantraine, il faut tenter de mieux discerner comment les choses auraient pu se réaliser dans le temps et dans l’espace.

L’akkadien fut pratiqué en Mésopotamie du XXIXe au VIIIe siècle avant J.-C. C’est une langue très bien documentée textuellement. Elle a connu une certaine expansion, servant à divers échanges en Syrie et au Levant.

De là à imaginer une vieille akkadienne vaticinante quittant sa Mésopo­tamie riche en devins pour s’en aller vaticiner du côté de l’Ida…

Mais n’oublions pas que depuis la plus haute antiquité les peuples, notamment autour de la Méditerranée, entraient en contact les uns avec les autres, pour les raisons les plus diverses. On avait assez souvent affaire à un ἑρμηνεύς, un interprète. Des navires sillonnaient la Méditerranée en tous sens : marchandises, voyageurs… Et, nous l’avons vu, Sibylle est voyageuse. Alors il nous est loisible de voir les choses de la façon que voici. Un jour fort ancien une de ces prophétesses âgées, non encore nommées Sibylles, quitte effectivement sa Mésopo­tamie pour s’en aller vaticiner du côté de l’Ida. Les habitants de ces lieux entendent son entourage[20] lui adresser la parole en lui disant respectueusement ‘sîbu’, et dire d’elle qu’elle est une ‘sîbu’. Ignorant l’akkadien, ils pensent que ce mot désigne la prophétesse dans sa fonction divinatoire, et il est pour eux un signe non motivé. Arrivent des Grecs. Ils adoptent la ‘sîbu’. Pour intégrer le mot à leur vocabulaire, ils en font la Σίβυλλα, avec un suffixe de tonalité expressive et familière révèlant le niveau populaire de cette adoption.

On aurait aimé trouver dans les légendes l’indice d’un souvenir de cette origine akkadienne. Ne soyons pas étonnés de ne point l’avoir. Nous avons vu les habitants de Cumes et d’Érythrée chercher à gommer les origines respectivement érythréennes et ‘troyennes’ de leur Sibylle, pour en faire un personnage autochtone. Les habitants de la région de l’Ida ont dû faire de même pour la leur, afin d’en faire un personnage bien de chez eux.

Cette prophétesse dont nous parlons est celle dont Pausanias, au chapitre XII, 1 du livre X, nous dit, comme nous l’avons vu : « Les Grecs en font une fille de Zeus et de Lamia, laquelle Lamia était fille de Poseidon…, et l’on dit qu’elle fut nommée Sibylle par les Libyens (ὑπὸ τῶν Λιβύων). » Faire de Poseidon son grand père, c’est à la fois auréoler de gloire mythologique cette femme sans doute arrivée par voie maritime, et effacer le point de départ de son voyage. Quant à la dernière partie de la phrase, l’édition Dindorf, dans la collection Didot (Paris, 1882), marque d’un point d’interro­gation sa traduc­tion latine : « … et ab Afris Sibyllam ( ?) nominatam fuisse. » En effet, que viennent faire ici les Libyens ? La Lybie n’a connu la colonisation grecque que bien plus tard (fondation de Cyrène en 630 av. J.-C.). Sans doute le texte est-il altéré et faut-il lire ὑπὸ τῶν Λυδίων, ‘par les Lydiens’, qui n’allaient pas tarder à installer la Sibylle dans leur ville portuaire d’Érythrée.

À défaut de l’indice que nous aurions aimé avoir, songeons à la formule de Leonard Robert Palmer soulignant « l’unité de la civilisation religieuse qui s’étend de la Mésopotamie à l’Asie Mineure et à la mer Égée.[21]»

Nous ne prétendons pas avoir prouvé l’hypothèse de Hrozný. Nous pensons seulement avoir montré qu’elle est tout à fait plausible.

Plausible : du latin plausibilis, ‘digne d’être approuvé ou applaudi’.

Alors, applaudissons.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

Notes :

[1] La traduction reproduite est, avec quelques modifications, celle que publia Gedoyn, « avec des remarques, notes, etc., à Paris chez Jean-François Bastien, l’an II de la République française » (1794). Disponible par Internet, sur le site de ‘mediterranées’ : http://www.mediterranees.net/geographie/pausanias/

[2] Le texte est ici altéré, tout en demeurant intelligible.

[3] Soit environ 28 km.

[4] Le songe d’Hécube nous est rapporté par Apollodore, Bibliothèque, III, 12, 5, mais dans ce texte ce n’est pas Hérophile qui expliqua ce songe. Hécube eut un premier fils, Hector, «et lorsqu’un second bébé fut sur le point de naître, Hécube rêva qu’elle avait accouché d’un tison incandescent, et que le feu s’emparait de toute la ville et la brûlait. Lorsque Priam eut appris d’Hécube ce songe, il fit venir son fils Æsacos, qui était interprète des songes… Il dit que cet enfant était la ruine de la patrie et ordonna de l’exposer…» Ce second fils était bien sûr Pâris, et on sait les conséquences…

[5] La ville d’Érythrée (Ἐρυθραί) est un port d’Asie Mineure qui fait face à l’île de Chios. Des inscriptions d’Érythrée mentionnent des sacrifices à la Sibylle.

[6] En grec Κύμη, en latin Cūmai, ou Cūmē. Plusieurs villes grecques portent ce nom.

[7] Les Ὀπικοί sont le peuple qui habitait la région où s’établit la ville de Cumes.

[8] Le siège mantique d’Érythrée n’est pas tombé en déshérence pour autant. Le Sénat romain la faisait consulter.

[9] Ils cherchaient à effacer les origines érythréennes de leur Sibylle, et la rendre autochtone, tout comme nous avons vu plus haut les Érythréens vouloir en effacer les origines ‘troyennes’.

[10] On situe vers -740 la fondation de Cumes.

[11] Cette Κύμη ne peut être que celle de la côte est de l’Eubée, à peu près à la même latitude que Chalcis. Elle existe toujours, contrairement à la Cumes italienne. Il est curieux de noter qu’en Asie Mineure, pas très loin d’Érythrée, un peu au Nord-Est de Phocée, on a aussi une Κύμη.

[12] Nous sommes dans le cas de figure où des personnes investies d’une même fonction ont une apparence physique identique.

[13] A. Otto, Lateinische Sprichwörter, Sibylla, 1

[14] Trad. A. Ernout.

[15] Dictionnaire encyclopédique grec de la fin du Xe siècle, contenant de nombreux extraits d’œuvres antérieures.

[16] C’est-à-dire concernant l’art de la prophétie.

[17] XIIIe s. av. J.-C. ?

[18] Paris, 2009. Jacques Collina-Girard, préhistorien et géologue, était Maître de Conférences à l’Université de Provence.

[19] Trad. R. Flacelière.

[20] Je parle d’un entourage, car, même si les textes ne précisent rien sur ce point, il ne faut pas s’imaginer ces vieilles prophétesses embarquant seules avec une petite valise pour une destination lointaine. Lorsque la Sibylle de Cumes vient d’Érythrée, c’est un centre mantique qui essaime.

[21] Dans Dionysos and Apollo, in Proceedings of the Classical Association, LX, 1963, p. 32-33. Cité par Edouard Des Places, S.J., La religion grecque, p. 32.

 

Elizabeth Michel présente l’Ecole Ouverte du Grec Ancien

► ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article six

Avis aux hellénistes du monde entier

 

Aphrodite sortant de l'eau, Pompéi, (wikicommons)
Aphrodite sortant de l’eau, Pompéi, (wikicommons)

 

[Connaissance hellénique dont la vocation est l’apprentissage du grec par correspondance pour tous, ne peut que se réjouir de la création d’un nouveau site et d’une nouvelle association, l’Ecole Ouverte de Grec Ancien,  pour aider les hellénistes à continuer leur pratique du grec ancien. En son temps, Marie-Janine Salé dans les anciens numéros papier de Connaissance hellénique, présentait des textes en traduction et commentaire. La relève est là]

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien (EOGA) est une école associative, à but non lucratif, créée en octobre 2016 à Bordeaux par une jeune enseignante de lettres classiques passionnée de grec, pour promouvoir le développement de l’apprentissage et de la pratique du grec ancien dans tous les pays francophones, via un site Internet.

Pourquoi avoir créé l’Ecole Ouverte de Grec Ancien ?

Bien des personnes ayant appris le grec ancien n’ont pas le loisir de le pratiquer. En effet, si quelques cours sont proposés à ceux qui le débutent, rares sont les occasions, à partir du niveau intermédiaire ou avancé, de traduire des textes grecs tout en étant accompagné, en dehors des formations universitaires de lettres classiques. Ainsi, tous ceux qui ont achevé leurs études de grec se retrouvent, s’ils souhaitent malgré tout continuer à traduire des textes en langue originale, livrés à eux-mêmes. Ces hellénistes désormais solitaires cessent souvent peu à peu de pratiquer cette belle langue, et finissent par l’oublier, parfois à leur grand regret.

Or, à l’heure où les élèves et les étudiants hellénistes sont de moins en moins nombreux, si même ceux de leurs aînés qui ont appris le grec l’oublient parce qu’ils n’ont pas l’occasion de le pratiquer, d’ici peu, il n’y aura presque plus de transmission de cette langue, qui ne sera plus lue que par quelques rares universitaires. Quel dommage quand on songe à la beauté de ces textes qui peuvent toucher chacun de nous !

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien entend donc donner à tous une possibilité de poursuite d’étude dans l’apprentissage et la pratique du grec ; c’est pourquoi elle propose, chaque mois et gratuitement, une version grecque à traduire ainsi que de brefs exposés sur des notions de vocabulaire.

 

Comment participer à l’Ecole Ouverte de Grec Ancien ?

Chaque mois, les inscrits peuvent envoyer leur version par courriel à l’EOGA et poser, si besoin, des questions de grec en rapport avec le texte. A la fin du mois, les diverses traductions sont réunies en un article publié sur le site, et un rendez-vous Skype est proposé pour réfléchir aux meilleures traductions possibles du texte du mois. Les participants pouvant être de niveau fort divers et le but de l’école étant également de permettre aux « timides en grec » d’oser traduire, les versions ne sont pas notées et le tout a lieu dans une atmosphère conviviale.

 

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien, un lieu de partage d’une passion !

L’EOGA se veut un lieu ouvert à chacun (qu’il soit lycéen, étudiant, débutant, intermédiaire, avancé, passionné ou spécialiste), un lieu où le savoir est synonyme de partage et de gaieté.

Bienvenue à tous, donc, et pour que vive le grec, faisons-en !

                                                                                                                                          Elizabeth Michel, enseignante agrégée de lettres classiques

 

Emmanuel Poucet : qui est le général Fabvier qui aida les Grecs contre les Ottomans ?

► histoire grecque et française  (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article cinq)

Le général Charles FABVIER (1782- 1855), héros de la cause grecque. 

 

Portrait de Charles Nicolas Fabvier, Musée de la guerre, Athènes (wikicommons)
Portrait de Charles Nicolas Fabvier, Musée de la guerre, Athènes (wikicommons)

« Commande-nous, Fabvier, comme un prince invoqué !

Toi qui seul fus au poste où les rois ont manqué,

Chef des hordes disciplinées :

Parmi les Grecs nouveaux ombre d’un vieux Romain,

Simple et brave soldat qui, dans ta rude main,

D’un peuple as pris les destinées ! »

Victor Hugo, Les Orientales

Qui est donc ce Fabvier cité par Victor Hugo ?

Le général d’artillerie Charles, Nicolas Fabvier est encore connu aujourd’hui pour avoir été un des signataires de la capitulation de Paris le 30 mars 1814. Vers 1825-1830, il a été célèbre pour avoir été un philhellène, héros de la guerre d’indépendance de la Grèce. C’est un officier légitimiste et conspirateur, c’est aussi un homme politique libéral et conservateur à la fois. Son profil est typique des officiers jeunes et brillants dont la carrière s’interrompt avec la chute de l’Empire. Il fait partie de ceux qui vont répandre des idées issues de la Révolution et de l’Empire en s’appuyant sur la puissance de la légende napoléonienne et l’influence que l’Empire a exercé sur maints esprits.

Victor Hugo le décrit ainsi dans ses Choses vues : « Assez grand, tête énorme, chevelure, moustaches noires, épaisses, un masque mâle, héroïque et formidable qu’on eût dit pétri et tripoté par la main d’un géant ; une expression à la fois dure et bienveillante, de la finesse dans le sourire, un débit rapide et saccadé. Une grande sauvagerie homérique telle que l’on eût plutôt dit qu’il sortait de la tente d’Achille que du camp de Napoléon. »

 

1 Fabvier officier d’artillerie et aide de camp de Marmont  (1804-1815) : une carrière rapide et bien remplie, un officier audacieux et avide d’action.

D’origine bourgeoise, né à Pont-à-Mousson en Lorraine, il déroge à la tradition familiale : il ne se tourne pas vers le droit mais vers les sciences et l’état de militaire. Polytechnicien, il choisit l’artillerie en 1804, arme qui promet tout de suite de l’action.

Lieutenant d’artillerie, il rejoint le camp de Boulogne en 1805, affecté au Vème corps de Mortier, division Gazan, et participe à la campagne de 1805.  Il se révèle au combat de Dürrenstein (ou Diernstein) le 11 novembre où, chargé de commander l’artillerie, légèrement blessé, il se fait remarquer et couvrir d’éloges par le maréchal Mortier et le général Gazan. Il y gagne la Légion d’honneur (il en est le plus jeune détenteur). Il ne participe pas à Austerlitz. Puis, en garnison à Vienne où «  il vit comme un chanoine chez un bon pékin fort à son aise », il s’occupe à expédier les prises de la bataille d’Austerlitz et apprend l’allemand. Il passe l’hiver en Bavière où il s’ennuie et manque d’action.

Il ne participe pas à la campagne contre la Prusse car il est affecté en Dalmatie. Il rejoint le maréchal Marmont à Zara (Zadar) en août 1806. Affecté à Raguse (Dubrovnik), il prend part aux combats contre les Monténégrins à Castel Nuovo. C’est à nouveau la routine de la vie de garnison qui l’ennuie. Il peste de savoir que ses camarades se couvrent de gloire à Iéna. Il fréquente les jolies ragusaines, apprend la langue locale, explore la région et creuse des routes. Grand gaillard athlétique de 6 pieds de haut, il se défoule physiquement. A Spalato (Split) il se morfond bien qu’il soit dans les faveurs de Marmont.

En mai 1807, il saisit l’occasion de la mission du Général Mathieu Gardane (1766-1818) envoyée vers Constantinople et la Perse dans le cadre du jeu diplomatique de Napoléon entre la Russie, l’Angleterre, l’Empire Ottoman et la Perse (traité de Finckenstein 4 mai 1807) .

Avec un petit détachement, il connait une traversée aventureuse de la Turquie via Erzeroum et le Kurdistan, vers la Perse et Téhéran où il trouve un marchand, ancien soldat de l’armée d’Egypte, prisonnier et esclave des Turcs. En janvier 1808, il est chargé de la création de l’arsenal et de l’artillerie à Ispahan pour le Shah. Il n’y a tout simplement pas le moindre ouvrier ni les outils ni les matières premières, tout est à faire. Tout au long de cette rude mission, il est confronté à la traîtrise des Perses, à leur lenteurs, à la concussion. Il se multiplie dans tous les sens, se démène envers et contre tout, réussit à fondre une vingtaine de canons imitant un modèle russe. Il fêtera la saint Napoléon le 15 août au son des canons qu’il a fondus. Il ramène ces pièces à Téhéran au prix de mille difficultés dans une région sans routes. La mission de Gardane est un demi-succès car le Shah se tourne alors vers les Anglais.

De Perse, Fabvier rentre vers la France via la Géorgie, la Russie et la Pologne où, ne pouvant rejoindre la Grande Armée, il s’engage brièvement aux côtés des Polonais de Poniatovski en juillet 1809. Il retrouve Marmont à Vienne sans avoir pu participer à Wagram.

Au cours de toutes ses pérégrinations en Europe et en Perse, Fabvier note et observe précisément les pays, les habitants, les mœurs qu’il retranscrit dans sa volumineuse correspondance. Il étudie tout particulièrement sur ordre de l’Empereur les itinéraires de Perse et de Turquie en vue d’une expédition vers l’Inde. Il aura eu ainsi un contact prolongé avec les peuples des Balkans et du Moyen-Orient, ce qui lui servira plus tard.

C’est en 1811, après un épisode de vie de garnison et de loisirs du temps de paix en France qu’il devient aide de camp de Marmont. Il est alors capitaine, progression lente, loin des yeux de l’Empereur.

Il fait la campagne d’Espagne avec Marmont, se fait remarquer à la bataille de Salamanque, il est blessé aux Arapiles le 22 juillet 1812. Début août, il part de Burgos rendre compte à Napoléon de la bataille des Arapiles. Il le rejoint en Russie le 6 septembre et participe à la bataille de la Moskowa où il est blessé grièvement à la Grande Redoute. Sa rencontre avec Napoléon est relevée par Léon Tolstoï dans « Guerre et Paix »[1]. Il est nommé chef d’escadron. Evacué sur Smolensk puis Berlin, il est à Paris en décembre.

Toujours souffrant de sa blessure, il ne peut prendre part aux premiers combats de la campagne de 1813. Il rejoint Marmont à Lützen, s’y distingue, il est fait officier de la Légion d’honneur. Le 22 mai, il assiste à la mort de son ami, le grand maréchal du palais, Duroc (1772-1813) à Reichenbach. Il est en Silésie avec Marmont et il est nommé colonel à 31 ans. C’est le plus jeune colonel, sa carrière s’accélère. Puis c’est Dresde et Leipzig et la retraite vers le Rhin.

A Mayence, devenu chef d’état-major, il réorganise le VIème corps de Marmont. Il est fait baron d’Empire en décembre 1813. Il est de nouveau aide de camp. Et, c’est la campagne de France. Il voit avec tristesse la Lorraine dévastée. Il participe à tous les combats du VIème corps, 47 en 62 jours.

Il est signataire malgré lui de la capitulation de Paris : « en signant la capitulation j’attacherai mon nom à un acte trop malheureux et remettre les barrières à l’ennemi est une mission qui me répugne ». Il est à regret acteur de la « ragusade »[2] mais comprend la situation du maréchal Marmont. Il est aussi obligé d’être témoin de l’entrée des alliés dans Paris et de l’indignité des royalistes, pourtant il ne méprise pas Louis XVIII, du moins pas encore.

Il ne regrette pas la chute de l’Empire ; mais, il voit les alliés et les royalistes humilier son pays. Grâce à Marmont il obtient une place dans les compagnies de gardes du corps du roi. Progressivement il penche politiquement vers un régime libéral, respectueux des acquis de la Révolution, et, fidèle, défend Marmont sur le sujet des évènements d’Essonne.

Durant les Cent-Jours, il répugne à servir Napoléon et se met à la tête d’un corps de volontaires en Lorraine, son pays natal. Assiégé dans Metz, il résiste aux Prussiens jusqu’à la fin août 1815. Vient alors un dégoût progressif du régime de la Seconde Restauration. La fusillade de Ney et de La Bédoyère le choque, la terreur blanche l’écœure. Convaincu de bonapartisme, il est écarté de l’avancement alors qu’il s’était détaché de l’Empereur. Il fréquente Lafayette. Caractère fort, il se refuse à accepter quoi que ce soit du nouveau régime. Son amitié pour Marmont reste indéfectible.

Sa carrière est déjà bien remplie mais pas suffisante pour un homme d’action âgé de 33 ans en 1815, et il est amer de ne pas être général. Toutefois, il ne partira ni en Amérique du Nord avec le Champ d’Asile de Lallemand (Metz 1774- Paris 1839) ni en Amérique du Sud avec San Martin (Argentine 1778 – Boulogne sur Mer 1850), Brayer (Douai 1769 – Paris 1840) et autres, bien qu’il parle anglais, allemand et espagnol. Il reste en France.

Les évènements de Lyon en 1817 vont faire de lui un opposant au régime des Ultras et un conspirateur.

2 Fabvier conspirateur opposé à la Seconde Restauration (1815-1823) : sa participation à des conspirations le rend suspect au pouvoir en place.

L’affaire de Lyon est un  complot des Ultras mené par le général Canuel (1767-1840), commandant militaire de Lyon, ancien révolutionnaire au passé douteux, rallié aux royalistes. Le but du complot est de renforcer la position des Ultras en simulant un faux soulèvement avec des agents provocateurs. Des émeutes meurtrières secouent le Lyonnais. Le gouvernement demande une enquête, Marmont aidé de Fabvier reçoit pour mission de démêler le  vrai du faux. Canuel est dénoncé par Fabvier. Les Ultras contre-attaquent et mènent une campagne de calomnies contre Fabvier qui rédige un opuscule : « Lyon en 1817 ». Le retentissement de cette brochure est éclatant et lui vaut la haine des Ultras. Mme de Vitrolles dira « le duc de Raguse (Marmont) est un drôle et Fabvier, un impertinent et un insolent. » Refusant de se soumettre, il poursuit la polémique, il est envoyé devant la justice pour diffamation et s’en suit une injuste condamnation de principe. C’est la disgrâce. Il est placé en demi-solde en juillet 1818. Condamné à une peine légère, Canuel revient en appel soutenu par les Ultras et gagne, en dépit de tout, en avril 1819. Fabvier est condamné à une lourde amende. Ayant servi la Restauration à regret, Fabvier bascule définitivement dans l’opposition. C’est alors qu’il reprend contact avec Lafayette.

Officier en demi-solde, Fabvier devient un comploteur mi-libéral mi-bonapartiste et anti-Bourbon, camouflé sous l’habit d’un marchand de vins comme de nombreux officiers ou sous-officiers de l’Empire qui se réunissaient à Paris au « Bazar Français ». Il voyage beaucoup entre la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Espagne.

La notion de révolution libérale fait son chemin, le monde espagnol est secoué par les idées d’indépendance et de libéralisme. Fabvier se lie à Lafayette, au député Manuel, au chansonnier Béranger, au général Foy (qu’il avait croisé en Espagne), à De Tracy (ancien condisciple de Polytechnique), au capitaine Nantil (lui aussi polytechnicien de la Meurthe), et suscite un soulèvement militaire pour prendre le pouvoir à Paris. L’idée serait de promouvoir une république. Fabvier est très actif en Lorraine, sa région d’origine, il y recrutera de nombreux affidés. Mais le 5 août 1820, le projet est trahi. Fabvier est arrêté en septembre ; sans preuves tangibles, il est condamné à une faible peine en août 1821 après un long procès politique. Fabvier a su garder le silence et protéger ses amis.

C’est alors que Fabvier fréquente les Ventes des Carbonari comme Lafayette. Il est également franc-maçon, ce qui facilitera ses déplacements et la construction de ses réseaux. Il s’associe à divers complots militaires à Saumur, Belfort, Marseille qui avortent. En août 1822, il semble avoir été acteur de l’affaire des quatre sergents de la Rochelle avec l’idée de les faire évader. Inquiété, recherché, il se joue de la police ; arrêté, il n’est pas condamné, car il bénéficie de ses appuis.

Intéressé par la révolution anti-Bourbon en Espagne, comme Lallemand, Foy et Vaudoncourt, Fabvier profite des troubles entre Ferdinand VII (Bourbon) et les libéraux, afin de tenter de provoquer par réaction une révolte antiroyaliste au sein de l’armée française en agitant l’Aigle. Les conjurés espèrent faire ainsi tomber le régime de la Restauration. Il s’introduit clandestinement en Espagne, s’abouche avec le commandant Caron et y retrouve le Capitaine Nantil, originaire de Pont-à-Mousson. Il tente de s’appuyer sur l’opposition espagnole anti-Bourbon. Aidé par un réseau antiroyaliste dans l’armée de Louis XVIII dont le général Guilleminot, il suscite et rassemble des mécontents. Il va tenter un retournement, dans le style « Laffrey »[3], de l’armée d’observation commandée par le duc d’Angoulême qui s’aligne sur la Bidassoa avant d’entrer en Espagne pour venir en appui de Ferdinand VII. Mais il est abandonné par ses soutiens espagnols, jalousé par d’autres Français, en particulier par Vaudoncourt. Il est soumis aux luttes internes des libéraux espagnols. Avec un faible détachement de 150 volontaires, « le bataillon Napoléon II », anciens des armées impériales, il va au-devant de l’armée du duc d’Angoulême. Mais, il fait échec au pont de Béhobie sur la Bidassoa près de Saint Jean de Luz en avril 1823. Là, avec une centaine d’hommes habillés comme la Garde impériale et portant drapeau et cocardes tricolores, il essaye de rallier une division française. Il se refuse à tirer un coup de feu sur les Français du général Vallin (1770-1854) qui canonnent et fusillent brièvement son détachement. Il est obligé de céder le terrain. Le général Lamarque parlera d’un « nouveau Waterloo ». Il garde encore quelques illusions ; mais pour lui, l’aventure espagnole se termine à l’été 1823.

Fabvier ne peut alors rentrer dans le rang, entre l’Amérique et la Grèce, il choisit la Grèce qui tente de secouer le joug ottoman. Il y a là un peuple à aider, il y accourt alors que le gouvernement français le croit en train de comploter en Belgique.

3 Fabvier, héros de la guerre d’indépendance grecque (1823 – 1830) : par son audace Fabvier s’élève au rang de héros de la cause grecque.

Depuis 1821, profitant de la révolte d’Ali de Tebelen, Pacha de Janina qui s’était révolté contre la Sublime Porte, les chrétiens grecs et des membres d’une société secrète (Hétairie) tentent de secouer à leur tour le joug ottoman et constituent un Etat indépendant avec Nauplie pour capitale. Fabvier va s’engager et soutenir la Révolution grecque comme Byron et d’autres.

A l’époque, le voyage en Orient est à la mode et la Grèce est idéalisée[4]. On redécouvre l’histoire grecque et l’héritage grec. De nombreux intellectuels s’enflamment pour la cause grecque. Ils se regroupent au sein du Mouvement philhellène : « nous sommes tous des Grecs ». Chateaubriand reproche au pape Pie VII de ne pas faire de croisade pour sauver les chrétiens de Grèce. On est dans le contexte du siège de Missolonghi qui tombera en 1826 après trois ans de lutte aux mains des Turco-Egyptiens. Byron y trouve la mort en 1824. Un poème grec écrit à l’occasion sera la source de l’hymne national.

Des volontaires polonais, des Anglais, des Autrichiens, des Suisses et beaucoup d’anciens militaires français, dont Voutier, officier et collectionneur qui sera l’acheteur de la Vénus de Milo, partent se battre en Grèce. Paul Bonaparte, né en 1806, fils de Lucien Bonaparte, mourra aux côtés des Anglais à Nauplie en 1927.

Fin 1823, en libéral comploteur impénitent, Fabvier débarque en Grèce sous un faux nom (De Borel) et se lance à corps perdu dans l’aventure. Il prend quelques mois pour évaluer la situation, rentre en Angleterre et à Bruxelles, en liaison avec les réseaux francs-maçons bonapartistes et libéraux dont Marbot fait partie, il recrute des volontaires, revient en Grèce en 1825. Ayant analysé le défaut d’organisation des bandes armées, il met en chantier la création du Taktikon, sorte de première armée régulière grecque. Il met sur pied le recrutement des Taktikoï. En cela il reprend la démarche du Colonel Baleste qui dès 1821 avait créé le 1er régiment grec. Baleste ou Bareste (1790-1822) était un Corse, ancien lieutenant de l’Empire, établi pendant six ans comme commerçant à Héraklion en Crète. Il sera tué en Crète en 1822.

Fabvier conduit leur formation militaire à la française et dote ses soldats d’une tenue uniforme bleue et blanche. Rigoureux, il a du mal à envisager les avantages de la guerre de partisans à la grecque, ce qui le conduira à des déboires sur le terrain. Par exemple, le débarquement à Negrepont (Eubée) avec 2000 hommes se soldera par un échec sanglant, faute de coordination avec les bandes armées grecques. Refusant un salaire, il prend le titre de syntagmatarque (chef de bataillon) et s’habille à la grecque. Il parle couramment le grec moderne et vit avec ses soldats, ce qui lui vaut leur considération indéfectible. Jamais, il ne sera trahi par ses hommes.

Il recrute de nombreux anciens militaires de Napoléon, des fils de familles de Roumélie, d’Athènes et des membres du mouvement philhellène. Il a pour compagnon d’armes entre autres un fils du général Dentzel. Parmi ses recrues, on peut citer Denis Bourbaki, originaire de Céphalonie, Saint-Cyrien, colonel au service de Napoléon, puis carbonaro, qui sera tué au siège d’Athènes en 1827. Son fils sera le général Bourbaki du Second Empire. Le commandant vénitien Morandi, qui sera général de la gendarmerie grecque, est un de ses seconds. Présent aussi dans les rangs, le commandant Regnaud de Saint-Jean d’Angély, instructeur de la cavalerie du Taktikon, se couvrira de gloire à Magenta et sera maréchal. On note aussi la présence de Paulies, artilleur et fondateur de l’école militaire grecque sur le modèle de Polytechnique.

Fabvier est confronté à des difficultés innombrables et pour s’éloigner de l’ambiance de conspiration qui règne à Nauplie, il crée une base et un arsenal sur la presqu’île insalubre de Méthana face à Athènes. Favieropolis ou Taktikopolis sera le refuge de son Taktikon. Son action est restée dans la mémoire des Grecs de Méthana. En tout et pour tout, il constitue une force de 3700 hommes qui manœuvrent comme des soldats réguliers : trois bataillons, deux escadrons et de l’artillerie.

Fabvier reste en liaison avec le comité philhellène de Paris, « les dépêches de M. Fabvier faisaient souffrir le comité ; il nous grognait fort » (Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, Tome II, Le comité grec). Il participe financièrement à la construction de cette armée et publie un « chant lyrique sur la Grèce » en 1826. D’autres Européens dont Mme Récamier et Victor Hugo subviennent aux besoins ; mais le financement et le matériel viennent surtout des Américains du nord.

Il a la confiance et le soutien du général grec Macriayannis (1797-1864) dont les mémoires sont un témoignage brut de la férocité des combats et de la duplicité des Grecs entre eux, tout autant que de l’infamie de la guerre civile interne. Ce général qui admire « le grand Napoléon » lui voue une admiration sans bornes. Le rigoureux et droit Fabvier s’affronte à la complexité des ambitions locales, des politiciens qui s’enrichissent sur la guerre civile, des chefs de guerre prévaricateurs, indisciplinés, mi-bandits mi-soldats. Il est obligé de déplorer les atrocités commises dans les deux camps, turcs et grecs. Il découvre les méthodes de guérilla des Klephtes, mélange de coups de mains audacieux, d’embuscades, de massacres sans pitié. Un bataillon du Taktikon, fait prisonnier, est massacré par les Turcs, 450 philhellènes ou volontaires grecs y perdent la vie. De leur côté les Grecs font des piles avec les crânes de leurs prisonniers…

Fabvier se heurte aussi au jeu diplomatique des puissances étrangères qui cherchent à profiter des faiblesses de l’Empire ottoman. La France voudrait placer un membre de la famille d’Orléans, le Royaume-Uni et la Russie sont intéressés par l’accès aux détroits de la mer Noire. Les acteurs sont multiples. Mehmet-Ali, Pacha d’Egypte, vient en appui des Turcs avec des troupes et une flotte (où l’on retrouve entre autres anciens militaires français : Soliman Pacha, ex-officier du nom de Joseph Seve).

Deux faits d’armes sont à mettre au crédit de Fabvier.

Depuis août 1826, malgré la bataille conduite en partie par les Taktikoï de Fabvier, Athènes est reconquise par les Turcs ; la population et des soldats grecs se réfugient dans la citadelle, l’Acropole. A l’occasion de cette bataille, le commandant Robert, Nancéien d’origine, perd la vie ; un bastion du fort Palamède à Nauplie porte son nom. En novembre l’Acropole faute de munitions menace de tomber aux mains des Turcs. Mais, par un coup d’audace qui lui vaut l’admiration des Grecs, Fabvier débarque le 13 décembre à proximité d’Athènes avec 500 volontaires porteurs de sacs de poudre et d’une arme blanche, pénètre de nuit dans les lignes turques, et ravitaille la garnison. Il y reste bloqué par l’insistance des assiégés et leur duplicité qui rendent vaines les tentatives de sortie. Fin mai 1827, à bout de forces, la garnison risque d’être capturée. Par chance, l’amiral français De Rigny, Lorrain de Toul, commandant une escadre d’intervention, négocie une reddition dans l’honneur et sauve Fabvier et ses hommes. Quelques semaines après, une Triple Alliance est signée entre la France, l’Angleterre et la Russie. La bataille navale de Navarin (20 octobre 1827) parachèvera la renaissance de la Grèce. Ce siège de l’Acropole est fondateur de l’identité nationale de la Grèce, symbole de la résistance face aux Turcs.

Le deuxième fait d’armes est le débarquement à Chio. On se rappelle le massacre de 1822 qui avait ému l’opinion internationale : 20 000 tués, 40 000 esclaves enlevés par les Turcs. En dépit de l’interdiction de débarquer, Fabvier décide d’attaquer la citadelle de Chio à la fin 1827. Avec quelques centaines d’hommes il prend pied à Chio mais, trahi par les habitants, par les bandes grecques, attaqué par des milliers de Turcs, il échoue. Il trouve refuge sur un rocher avec les Taktikoï survivants où il est sauvé par un navire de l’amiral De Rigny.

La portée symbolique de l’action des philhellènes est très forte même si la décision militaire a été le fait des puissances étrangères, à la bataille de Navarin.

Obstiné, Fabvier tente de reconstituer son Taktikon. Il affronte Jean Capo d’Istria (1776-1831), originaire de Corfou, ancien ministre d’Alexandre Ier, opposé à Napoléon Ier (il avait négocié le passage des alliés en Suisse en 1813), et ministre russe au traité de Paris en 1815. Ce prétendant à la présidence du gouvernement grec, selon certains, jouait un double jeu en faveur des Russes. Dégoûté, Fabvier quitte la Grèce en août 1828.

Enfin, toujours enfiévré, Fabvier revient à la charge et le gouvernement français tente de le reprendre sous contrôle par le truchement du maréchal Maison, commandant l’expédition de Morée. Fabvier après avoir plaidé sa cause auprès de Charles X revient en Grèce, constate que Capo d’Istria a confié le Taktikon à Heideck, un Bavarois, ancien général d’Empire ayant déserté en 1813. Profondément déçu, il rentre en France où il est accueilli avec les honneurs. Le Taktikon sera repris plus tard par le Français Trezel. Capo d’Istria, nommé gouverneur de la Grèce en 1828, sera assassiné en 1831. Othon de Bavière deviendra roi de Grèce en 1835 sous l’égide des puissances européennes et de la Russie.

 

Fabvier a marqué l’histoire de la Grèce. Dans l’église de la Transfiguration à Nauplie, une stèle en bois datée de 1841 en serait une première trace. C’est l’initiative du philhellène et compagnon de Fabvier, le sous-lieutenant de hussards Hilarion Touret, originaire de Sarreguemines, qui sera colonel grec et responsable des hôpitaux militaires. La stèle cite 268 noms des volontaires morts pour l’indépendance dont 61 Français. Touret obtiendra qu’une rue d’Athènes soit baptisée Fabvier, elle se situe entre la gare et la place Omonia. En 1855, le décès de Fabvier est salué par le gouvernement d’Athènes qui fixe un deuil de 3 jours. Le discours de Mr Ranagabe, représentant la ville d’Athènes, célèbre celui qui est « un des anneaux précieux … qui nous rattache à la France ». Touret lui rendit hommage le même jour à Nauplie. Un monument aux Français est érigé en 1903 à Nauplie par initiative de l’avocat Kotsakis. En juillet 1917, le général Sarrail, chef du corps expéditionnaire français, appose une plaque au stade d’Athènes. Un article du journal le Gaulois le 13 décembre 1922 cite encore une cérémonie en l’honneur de Fabvier sur l’Acropole. En décembre 1926, l’érection d’une stèle sur l’Acropole près de l’odéon d’Hérode Atticus marque le centenaire du siège. Cette stèle vandalisée en juin 2015 est en cours de restauration. Enfin, on observe une émission de trois timbres en 1927. A Munich, le monument de l’indépendance grecque élevé vers 1860 porte son nom entre autres philhellènes. A Chaïdari, banlieue d’Athènes, se trouve le reliquat d’une stèle, souvenir des combats d’août 1826, et un buste de Fabvier est installé dans la mairie.

Si Fabvier est oublié ou presque en France, sa notoriété a été importante dans la France du romantisme : le personnage est cité par Victor Hugo, évoqué par Lamartine dans le poème « invocation pour les Grecs » en 1826. La faïencerie de Choisy-le-Roi imprime des assiettes sur le thème de la révolution grecque. Le nom de Fabvier figure sur celles-ci. Une série a été acquise récemment par la maison Chateaubriand de la Vallée-aux-Loups. Fabvier est aussi figuré sur un bas-relief de David d’Angers illustrant la tombe du général Foy (1775-1825) au père Lachaise. Des médailles de Peuvrier sont éditées en plus du médaillon sculpté par David D’Angers en 1828. La même année, A. Debay publie une ode : « l’ombre de Léonidas à Fabvier ». La manufacture Zuber de Rixheim réalise un papier peint « le combat des Grecs »[5] montrant Fabvier avec son Taktikon à l’attaque des Turcs au pied de l’Acropole et le général Karaïskakis blessé recevant des soins. En 1829, une rose « colonel Fabvier » est créée par le rosiériste Jean Laffay (1799-1887). Enfin, il est cité plus tard par des voyageurs comme Buchon et Edgar Quinet. L’académicien nancéien Alfred Mézières, ancien élève de l’école d’Athènes, qui a visité Methana en fait l’éloge lors de son discours de réception à l’académie Stanislas en 1857. En 1884, Jules Vernes le cite avec d’autres philhellènes au chapitre III de L’archipel en feu.

4 Fabvier, galant homme s’assagit (1830- 1855) : après vingt-six ans d’aventures c’est l’action politique raisonnée et le repos.

Fabvier quitte la Grèce pour trouver la France dans les affres de la révolution de Juillet qu’il observe en bon comploteur qu’il est et parce qu’il déteste le régime de Charles X. L’émeute parisienne submerge les troupes régulières, Marmont ne parvient pas à rétablir l’ordre. Une partie des révolutionnaires sont d’anciens militaires. La Fayette est de l’affaire. La Garde Nationale prend fait et cause pour une monarchie constitutionnelle. Le 30 juillet, on retrouve Fabvier aux Invalides dans un rôle indéfini. Appelé par Louis-Philippe et le maréchal Gérard qui faisait partie des réseaux libéraux, réintégré dans les cadres de l’armée, enfin nommé général, il devient commandant militaire de la ville de Paris et calme les insurgés en 6 mois sans effusion de sang. Il gardera une grande fierté de cet exploit. Mais il n’adhère pas au nouveau régime et se met à l’écart au bout de quelques mois.

Désormais général, il estime qu’il est enfin digne de se marier avec l’amour de sa vie : Madame Veuve Duroc, Maria de las Nieves Luisa Rita Domenica de Hervas, née à Madrid le 5 août 1788 et fille du marquis de Almenara, diplomate et banquier espagnol.  Duroc, né à Pont-à-Mousson, était un ami proche de Fabvier. En 1813, celui-ci sera très affligé de la mort de Duroc. Sa profonde amitié pour Duroc l’a mis en contact avec la belle espagnole. « La femme parfaite » comme il se plaît à la décrire. Aimée secrètement depuis 1805, mais épouse de l’ami Duroc, Maria de las Nieves est sacrée, intouchable. Veuve, elle reste seule et revoit épisodiquement Fabvier. Il lui rend visite à Pont-à-Mousson et à Paris, il fait preuve de délicatesse et de respect. Elle est en contact avec Nicolas Fabvier, le frère de notre général, et fait savoir que notre Charles Fabvier a toute sa faveur. Ils décident de se marier. Ils se fiancent au château de Clemery en septembre 1830 sous l’œil du maréchal Drouot, Lorrain de Nancy. Mais Maria de las Nieves perd Hortense, fille qu’elle avait eue de Duroc, en décembre 1830 et le mariage est repoussé au 10 mars 1831. Ils auront un fils, Louis Charles Eugène, qui décèdera en 1918.

Mme Fabvier vend Clemery près de Pont-à-Mousson, et Charles Fabvier achète en 1834 le château de Razay, puis en 1850 le domaine de Beauchène dans la commune de Céré-la-Ronde (Indre et Loire). Il y mène une vie de gentleman-farmer moderne et développe son domaine avec l’aide de Pierre Skawinski (1812-1902), agronome né à Lublin (Pologne), et qui sera le jardinier de la ville de Bordeaux.

Pas totalement assagi, toujours tenté par la politique, il accomplit plusieurs tentatives d’élection à la chambre mais a la réputation d’être trop raide.

Fabvier est un homme politique à la fois conservateur et visionnaire, à la conviction catholique marquée. Il reste indépendant d’esprit : contrairement à beaucoup, il a une attitude négative face à la colonisation de l’Algérie (où son ami le général Denys de Damrémont, cosignataire de la capitulation  de Paris en 1814, a trouvé la mort en 1837 en menant l’assaut de Constantine), il soutient Abdel Kader trahi par Louis-Philippe. Il s’intéresse toujours à la question d’Orient et s’exprime à ce sujet. Il s’inquiète à l’assemblée de l’incompétence et de l’immoralité de l’armée et en rend responsable cet environnement colonial.

Il est réintégré dans les cadres de l’armée de 1836 à 1848 et obtient le grade de général de division. Louis-Philippe le fait pair de France en 1845.

Attentif à l’évolution du monde, il entrevoit les prémices du pangermanisme et ses appétits ; il pressent dès 1848 la future guerre pour l’Alsace et la Lorraine, il critique l’état de l’armée mal préparée à affronter la Prusse. Il propose la création d’un état-major général chargé d’anticiper l’avenir.

En 1848, il se voit confier sa dernière mission officielle dans le cadre de l’affaire du Schleswig-Holstein qui oppose Prusse et Danemark. Il y fait preuve de sagacité et ses conseils seront très utiles au gouvernement danois.

Elu député de la Meurthe, il soutient Louis-Napoléon, président de la IIème République, qui libère Abdel Kader. A partir de 1852, il se retire de la vie publique et on ne sait rien de sa réaction au coup d’Etat de 1851. Est–ce l’indifférence ou l’âge ? Selon le témoignage du chroniqueur G. Claudin, il semble que cet «  homme chevaleresque et à l’esprit vif » était affecté de rhumatismes et avait du mal à se déplacer. Ses blessures et sa vie aventureuse avaient dû l’user quelque peu.

Il décède le 14 septembre 1855 suite à un dernier acte de fidélité à un vieux compagnon. En effet, en juin à Nancy, revenant de la cérémonie d’inauguration du monument du « sage de la Grande Armée », le maréchal Drouot, polytechnicien, artilleur et nancéien, il se sent mal. Blessé onze fois, il a survécu à mille avatars et dangers, il s’est exposé maintes fois, de l’Espagne à Moscou et dans la montagne grecque. Il s’éteint paisiblement, entouré des siens.

Il est inhumé au Père Lachaise, 73ème division, 2ème section. L’éloge funèbre est prononcé par son ami De Tracy. Des rues portent son nom à Nancy, Pont à Mousson et Pagny sur Moselle. Sa médaille par David D’Angers est conservée au musée du fil à papier de Pont-à-Mousson.

 

Homme d’action invétéré, « chevalier errant ou paladin » comme le dit Serieyx[6], homme de conviction libérale, doué pour l’action de par son physique, son intelligence et son caractère entier, il est représentatif des officiers encore jeunes laissés sans emploi et proscrits par la Seconde Restauration.

C’est aussi l’archétype de ces comploteurs aventureux, mi-libéraux, mi-bonapartistes, respectueux néanmoins de l’ordre, qui parcourent le monde au temps des révolutions du XIXème siècle et se jettent au service de la cause de l’anti-despotisme. C’est un membre de ces sociétés secrètes qui s’évertuent à promouvoir un nouveau système de pouvoir et à libérer les peuples de leurs occupants ou de leurs tutelles.

L’épisode grec de sa vie est un tournant important de l’histoire mondiale secouée par l’éveil des nations. Remarquable est le rôle des intellectuels et des membres du mouvement philhellène dans la diplomatie du moment, remarquable aussi l’interaction des intérêts des diverses nations et alliées de circonstance. D’autres exemples suivront qui animeront l’histoire européenne.

 

Emmanuel Poucet

 

[1] Au tome 3, 2ème partie, chapitre 25. C’est aussi ce jour–là que M. Beausset apporta le portrait du roi de Rome.

[2] C’est-à-dire de la félonie que constitue ce traité signé par Marmont, le duc de Raguse.

[3] La rencontre de Laffrey eut lieu le 7 mars 1815, quand pendant le Vol de l’Aigle, Napoléon reconquit son armée sans tirer un coup de feu.

[4] Voir à ce sujet le livre emblématique qu’est Le voyage du jeune Anarchasis de l’abbé Barthelemy.

[5] Ce papier est conservé au musée du papier peint à Rixheim.

[6] W. Serieyx, Le général Fabvier, un géant de l’action, Tallandier, 1933.

Y. Georgelin et C. Boudignon, Dialogue sur l’étoile de Béthléem

► astronomie et histoire (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article quatre)

Qu’est-ce que la prétendue Etoile des Mages ?

 

Giotto, L'adoration des mages et l'étoile, Chapelle des scrofuleux, Padoue, (Wikicommons)
Giotto, L’adoration des mages et l’étoile, Chapelle des scrofuleux, Padoue, (Wikicommons)

 

L’Etoile des Mages était-elle imaginaire ou réelle ? Etait-ce une supernova ou une comète imprévisibles ? Etait-ce un ballet exceptionnel de planètes prévu par les astronomes chaldéens ? Les jeunes générations peuvent oublier les époques où l’on recherchait en vain ce qui avait pu se produire, aujourd’hui il suffit de se connecter sur le site www.stellarium.com et de suivre en direct sur l’écran la conjonction de planètes qui se déroula de mai 7 av. J.-C. à mars 6 av. J.-C. Ils pourront alors vérifier que ce ballet très rare de planètes est conforme aux prévisions des éphémérides chaldéennes pour 7/6 av. J.-C. récemment traduites et interprêtées. Chacun pourra juger si ce phénomène astronomique est conciliable avec six textes grecs et latins qui évoquent l’Astre de Bethléem.

Depuis Copernic et Képler, nous connaissons les merveilleuses découvertes de l’astronomie grecque et leurs modèles mathématiques sophistiqués qui atteignirent leur apogée avec Hipparque de Nicée, mais c’est seulement depuis le déchiffrement de l’écriture cunéiforme que nous savons que les astronomes chaldéens prévoyaient le mouvement des planètes avec une très grande précision. Dès le VIIe siècle avant notre ère les astronomes chaldéens des Ecoles d’Uruk, Ninive et Babylone relevèrent régulièrement les positions du Soleil, de la Lune et des cinq planètes dans les signes du zodiaque et, sans discontinuité pendant cinq siècles, les enregistrèrent sur des tablettes d’argile. Ces tablettes miraculeusement retrouvées dans la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive sont aujourd’hui conservées au British Muséum. Hipparque utilisa leurs mesures pour établir le mouvement de la Lune, mais leurs mesures de la périodicité des planètes demeurèrent inconnues jusqu’aux travaux de trois pionniers, trois jésuites : Strassmaier, Epping et Kugler, en 1907.

Points stationnaires et boucles de rétrogradation des planètes

La tablette d’Istar-suma-iris, K2894 du British Museum, montre qu’avant même la chute de Ninive les astronomes et astrologues chaldéens savaient que, pendant quatre mois environ, « les planètes parcourent trois fois le même chemin dans le zodiaque deux fois dans un sens, une fois dans l’autre », ce que nous nommons aujourd’hui une  boucle de rétrogradation.

Le Maître : Cette boucle de rétrogradation est fortement allongée entre deux points stationnaires où la planète ralentit, s’arrête et fait demi-tour. Au cours de cette station qui se prolonge de trois à quatre semaines, la planète demeure quasiment immobile dans le zodiaque.

Le disciple : Oui, je connais, c’est le mouvement apparent des planètes tel qu’on l’observe à partir de la Terre. Les planètes tournent toujours dans le même sens autour du Soleil, mais l’effet est trompeur car la Terre se déplace sur son orbite annuelle : elle va dans une direction donnée un certain jour J, et dans la direction opposée six mois plus tard. Ainsi, les planètes que l’on voit habituellement se déplacer dans le sens direct par rapport aux étoiles voisines, nous les verrons rétrograder en sens inverse, six mois plus tard.

Le Maître : Les Chaldéens avaient mesuré que Saturne rétrograde de 7° dans le zodiaque en 136 jours, et Jupiter de 10° en 118 jours. Des valeurs moyennes qu’ils adaptaient selon la position de chacune dans le zodiaque, ils savaient que les planètes sont plus rapides à leur péri-hélie, quand elles sont autour (περί) d’Hélios-Soleil, et plus lentes à l’ap-hélie, quand elles sont plus éloignées (ἀπό) d’Hélios-Soleil.

 

L’énigme de l’Etoile de Bethléem : un ballet de planètes

En 1604, Képler calcula qu’une Triple Conjonction de Jupiter et de Saturne en 7 av. J.-C. fut suivie d’une Grande Conjonction de Mars, Jupiter et Saturne en 6 av. J.-C. Mais pour Képler ce ballet de planètes n’était qu’un « prélude » annonçant l’Etoile de Bethléem. A la fin de sa vie, Képler renonça à toute interprétation astronomique, sachant qu’une étoile dans le ciel ne peut guider vers un lieu sur la terre comme Matthieu semble le suggérer.

Le disciple : Qu’est-ce qu’une “Conjonction“ de planètes ?

Le Maître : Le mot “conjonction“ est très maladroit, les deux planètes ne se joignent jamais car elles circulent dans des plans légèrement différents, inclinés sur l’écliptique. Ainsi quand Jupiter dépasse Saturne il reste entre elles un écart notable de 1° à 2° en latitude.

Le disciple : Quelle différence y a-t-il entre une “Conjonction“, une “Triple Conjonction“, une “Grande Conjonction“ ?

Le Maître : Il y a “conjonction“ quand une planète “dépasse“ une autre dans le zodiaque : ainsi Jupiter double Saturne tous les 20 ans, un dépassement assez bref, en quelques jours. Une “Triple Conjonction“, 9 fois plus rare, se produit si les planètes sont toutes les deux dans leur phase de rétrogradation : Jupiter double alors Saturne à trois reprises : d’abord dans le sens direct, puis en sens rétrograde, à nouveau dans le sens direct ; ces “trois dépassements“ s’échelonnent sur plusieurs mois. Une “Grande Conjonction“ est la conjonction de trois planètes, ou, plus précisèment “les conjonctions“ deux à deux de trois planètes ; ces trois dépassements indépendants s’effectuent dans le sens direct et en quelques semaines. Exemple : Mars dépasse Saturne, Jupiter dépasse Saturne et Mars dépasse Jupiter.

 

Les planètes, en profondeur, et dans le bon ordre

Dès l’époque de Pythagore, les astronomes avaient compris que le ciel n’est pas un plafond plat, mais un ciel “en profondeur“, κατὰ βάθος, en 3 D, où se meuvent les planètes dans cette immensité profonde. Pythagore apprit des Chaldéens l’ordre correct des planètes dans le système solaire : Mercure,Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, la plus lointaine et la plus lente.

Le disciple : Mais ils n’avaient aucun moyen pour mesurer la distance des planètes ?

Le Maître : Ils ne mesuraient pas leur distance, mais leur vitesse, c’est-à-dire le temps qu’elles mettent pour effectuer un tour dans le zodiaque. Les planètes les plus rapides sont les plus proches, les plus lentes les plus lointaines.

Le disciple : Oui, ça je connais : la Lune fait un tour dans le zodiaque en 27,3 jours, le Soleil en 365 jours1/4, Mars en 2 ans, Jupiter en 12 ans — je m’en souviens facilement, cela fait un signe du zodiaque par an — et Saturne, la dernière, met 30 ans.

Le Maître : Pour les Grecs, Saturne, ou plutôt Cronos (Κρόνος) en grec, était le dieu du Temps (χρόνος). Les deux planètes les plus lentes, Jupiter et Saturne, étaient à leurs yeux des chrono-dateurs marquant les longues périodes des civilisations.

Le disciple : C’était presque l’ordre héliocentrique, sauf que la Terre avait usurpé la place centrale du Soleil qui, lui, se retrouvait refoulé entre Vénus et Mars.

 

Ephémérides astronomiques pour l’année à venir 7/6 av. J.-C.

Les éphémérides de l’année 7/6 av. J.-C., une découverte extraordinaire effectuée en 1925 sur le site de Borsippa proche de Babylone, ont été déchiffrées par Pinches et Schnabel puis traduites et publiées en 1984, par A.J. Sachs et C.B.F. Walker[1] et le British Institute for the Study of Iraq.

Le Maître : Ces éphémérides extraordinaires prévoient les positions des planètes dans les signes du zodiaque, 142 positions au total. Elles précisent les jours où les planètes vont se lever pour la première fois, effectuer leur 1ère station, être à l’opposé du Soleil, effectuer leur deuxième station et leur dernier coucher avant de disparaître pendant quelques semaines. Ces éphémérides couvrent 13 mois lunaires s’échelonnant du 1er avril 7 av. J.-C. au 19 avril 6 av. J.-C. ; des mois qui débutent à la Nouvelle Lune et sont alternativement de 29/30/29/30 jours.

Le disciple : Mais pourquoi ces éphémérides ne prévoient-elles ni la Triple Conjonction ni la Grande Conjonction?

Le Maître : Effectivement, notre appellation moderne de Triple Conjonction ne figure pas dans ces éphémérides, ni les trois dates où Jupiter dépasse Saturne. Mais, et c’est encore mieux, les cinq positions identifiables du mouvement apparent de chaque planète au cours de sa période de visibilité y figurent et ces cinq positions-clés à cinq dates-clés permettent de calculer et de prévoir le déroulement de la Triple Conjonction. Les voici :

  • le lever de la planète, le jour où elle est visible pour la première fois, au matin, à son lever, juste avant celui du Soleil,
  • la première station, le jour où la planète s’arrête par rapport aux étoiles avant de repartir dans le sens rétrograde,
  • l’opposition, le jour où la planète est située à l’opposé du Soleil,
  • la deuxième station, le jour où la planète s’arrête par rapport aux étoiles avant de reprendre le sens direct,
  • le coucher de la planète, le jour où elle est visible pour la dernière fois, au soir, à son coucher, juste après celui du Soleil.

 

En 7/6 av. J.-C. : un ballet synchronisé de Jupiter et de Saturne

Saturne et Jupiter effectuent une boucle de rétrogradation chaque année, mais il est extrêmement rare qu’elles effectuent leurs boucles de rétrogradation au même moment de l’année et au même endroit du ciel comme en 7/6 av. J.-C. Alors que les Conjonctions sont régulières, tous les 20 ans, les Triples Conjonctions sont rares tous les 180 ans en moyenne, et très irrégulières entre 40 ans (2×20) et 380 ans (19×20).

Lors d’une Triple Conjonction les deux planètes ralentissent, stationnent et accélèrent de manière presque synchronisée. Un lent aller-retour, une petite valse-hésitaton dans un signe du zodiaque, on est loin du spectacle sensationnel souvent imaginé pour l’Etoile de Bethléem. Le phénomène n’interpelle que le spécialiste assidu. Jupiter et Saturne, naviguant de conserve, semblent jouer au chat et à la souris : Jupiter double Saturne une première fois dans le sens direct, Saturne fait alors demi-tour, Jupiter ne tarde pas à effectuer aussi un demi-tour, rattrape son retard et double une deuxième fois Saturne, dans le sens rétrograde cette fois-ci, Saturne fait un deuxième demi-tour et reprend la tête dans le sens direct, Jupiter ne tarde pas à effectuer un deuxième demi-tour, rattrape Saturne et la dépasse une troisième fois dans le sens direct. Jupiter a ainsi pris la tête … pour 20 ans… mais ce sera alors un banal dépassement.

Jupiter, plus rapide, décrivit dans le zodiaque sa boucle de rétrogradation de 10° et en parallèle Saturne, plus lente, décrivait sa rétrogradation de 7°. Jupiter doubla Saturne à 3 reprises, se rapprochant d’elle à 1° d’écart . Les deux planètes ne s’éloignèrent jamais à plus de 2°8 pendant 8 mois.

 

Les dates des stations, des premiers levers et derniers couchers

Le Maître : Voici les dates prévues par les tablettes de Borsippa: « Le 1er avril 7 av. J.-C. [début des éphémérides], Jupiter [déjà levé] dans la constellation des Poissons… Le 3 avril 7 av. J.-C., Saturne sera visible pour la première fois dans la constellation des Poissons… Le 19 juillet, Jupiter atteindra son premier point stationnaire à la fin des Poissons… Le 26 juillet, Saturne atteindra son premier point stationnaire à la fin des Poissons… Le 15 septembre, Jupiter et Saturne, seront en opposition avec le Soleil »…

Le disciple : Mais alors, ce jour-là c’est l’alignement héliocentrique parfait : Soleil-Terre-Jupiter-Saturne.

Le Maître : Oui, c’est une Triple Conjonction exceptionnelle, parfaitement symétrique. Je poursuis la lecture des tablettes : « Le 11 novembre 7 av. J.-C., Jupiter atteindra son deuxième point stationnaire dans les Poissons… Le 13 novembre 7 av. J.-C., Saturne atteindra son deuxième point stationnaire dans les Poissons… Le 27 février 6 av. J.-C., Saturne sera visible pour la dernière fois à la fin des Poissons… Le 21 mars 6 av. J.-C., Jupiter sera visible pour la dernière fois dans le Bélier ».

Le disciple : Je vérifie sur stellarium.org. Pour l’an 7 av. J.-C., j’inscris -6.

 

Lever acronocturne simultané de Jupiter et de Saturne

La traduction de Sachs et Walker utilise la terminologie astronomique internationale anglaise acronychal rising. L’origine est le mot grec akronuctos de akros (ἄκρος), « extrême » et nux, nuctos, (νύξ, νυκτός) la « nuit ». Dans acronychal l’on discerne encore night. Malheureusement le Littré et le Robert traduisent acronyque, un anglicisme dangereux proche de anachronique qui nous aiguille vers une fausse étymologie : kronos le Temps. On devrait traduire acronychal rising, ou plutôt akronuctos, par lever acronuctal, lever acronocturne, ou, plus proche du français, lever à l’extrême nuit, lever crépusculaire, puisqu’il s’agit d’un astre qui se lève au moment où le Soleil se couche ou, douze heures plus tard, qui se couche quand le Soleil se lève. La planète est alors en opposition avec le Soleil, à 180° sur l’écliptique.

 

Evangile de Matthieu, 2, 1…

« Or Jésus étant né à Bethléem de Judée au temps du roi Hérode, voici que des Mages venus ”d’Orient”, (ἀπὸ ἀνατολῶν apo anatolôn), arrivèrent à Jérusalem, disant « Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu son ”astre”, (τὸν ἀστέρα ton astera), à ”son lever”, (ἐν τῇ ἀνατολῇ en tê anatolê), et nous sommes venus nous prosterner devant lui ». L’ayant appris, le roi Hérode fut troublé et Jérusalem tout entière avec lui, et ayant assemblé tous les princes des prêtres et les scribes du peuple, il s‘informait auprès d’eux où devait naître le Christ. Ceux-ci lui dirent : « A Bethléem de Judée […] ». Alors Hérode, ayant fait appeler secrètement les Mages, apprit d’eux exactement le ”temps” de ”l’astre devenant visible”, (τὸν χρόνον τοῦ φαινομένου ἀστέρος ton chronon tou phainomenou asteros) et il les envoie à Bethléem et dit : « Allez, enquérez-vous exactement de l’enfant,[…] ». Sur ces paroles du roi, ils partirent, et voici que ”l’astre”, (ὁ ἀστήρ ho astêr) qu’ils avaient vu ”à son lever, (ἐν τῇ ἀνατολῇ en tê anatolê), les guidait en les précédant jusqu’à ce qu’il vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant. « A la vue de l’astre, (τὸν ἀστέρα ton astera), ils se réjouirent vivement d’une grande joie ».

 

Astre : Etoile ? Planète ? Comète ?

Le Maître : Le père Lagrange, dominicain, fondateur de l’Ecole biblique française de Jérusalem, fut le premier, en 1923, à traduire astêr (ἀστήρ) par astre alors que les autres bibles et évangiles continuent de traduire astêr par étoile, un nom qui n’existe pas en grec comme nous allons le voir.

Le disciple : 1923, C’est vieux ! Et on traduit encore astêr par étoile?

Le Maître : Si l’astre était connu, on citait directement son nom : Mars ou Jupiter qui sont des planètes familières, Sirius ou Véga des étoiles connues, Mais s’il s’agissait d’astres en général mais appartenant à une famille connue, les Grecs le précisaient en ajoutant au nom « astre » un adjectif qualificatif. L’adjectif « planès » (πλάνης) « errant », précisait qu’il s’agissait d’un astre « dynamique«  ayant la propriété de se déplacer dans le zodiaque, une planète. L’adjectif privatif « aplanès » (ἀπλανής), avec un « a » privatif, « non-errant », précisait que cet astre fixe était une étoile ; elles forment entre elles un ensemble « statique« . Le caractère de « cométès » (κομήτης), « chevelu », était précisé pour désigner les comètes.

Les sept astres errants dans le zodiaque, les deux luminaires Soleil et Lune, et les cinq planètes étaient des astres nobles, des dieux vivants et familiers régissant l’activité humaine alors que les étoiles constituaient une catégorie neutre, privée de mouvement.

 

… à l’Orient ? ou…à son lever ?

— Le disciple : « A l’Orient » ou « à son lever », je devine la différence. « A l’Orient » c’est une expression de géographe qui indique une « direction ». Mais quand un copain me dit qu’il a vu Jupiter « à son lever » je comprends qu’il a vu Jupiter au moment de son lever et qu’il s’agit d’un « temps ».

— Le Maître : Tu as raison. C’est un point essentiel qui change complètement l’interprétation du texte et lui donne un sens car il est stupide de préciser qu’un astre se lève à l’Est, tout le monde le sait. Au début du XXe siècle, Loisy, Klost et Weiss, furent les premiers à comprendre que le mot grec anatolê (ἀνατολή) désignait un temps dans le langage des astronomes et astrologues. En effet les astronomes mesurent le temps, c’est leur métier.

 

La science ardue des levers et des couchers des astres 

Dans Prométhée enchaîné ( v. 457-458),  Eschyle (ou un autre poète du Ve siècle avant notre ère, si la pièce n’est pas d’Eschyle), montre son admiration pour « la science ardue des levers et des couchers des astres » ; elle fut essentielle, fait-il dire à Prométhée, « pour procéder avec raison » et répartir les activités des hommes selon les saisons. Deux traités d’astronomie y sont consacrés : La sphère céleste, levers et couchers des astres d’Autolycos de Pitane (floruit 330 av. J.-C.) et l’Introduction aux Phénomènes célestes de Géminos de Rhodes  (floruit 55 av. J.-C.).

 

…lever journalier?…ou lever annuel ?

Le disciple : Je vais approfondir, je reste en ligne et je feuillette le dictionnaire d’Anatole Bailly et celui de Charles Alexandre. Le mot grec est anatolê (ἀνατολή). C’est curieux, ils distinguent « le lever du Soleil » et « le lever d’un astre ».

Le Maître : Oui, le Soleil se lève tous les jours de l’année, un lever journalier. Les étoiles ne sont pas visibles toutes les nuits de l’année : Orion est une constellation d’automne-hiver tandis que le Scorpion et son étoile rouge Antarès sont visibles au printemps-été. Les étoiles, planètes, galaxies ne sont visibles que la nuit et si elles sont alors au-dessus de l’horizon. A nos latitudes les étoiles circumpolaires comme la Grande Ourse et la Petite Ourse sont visibles tous les jours de l’année, mais la Croix du Sud n’est pas visible .

Les étoiles situées en zone équatoriale (entre les tropiques), comme les signes du zodiaque et donc les planètes, sont visibles environ 11 mois par an, on ne peut plus les voir pendant 1 mois environ, quand elles sont proches du Soleil ; elles restent alors toute la nuit sous l’horizon, comme lui. Ainsi, après une période d’absence, un astre situé en zone équatoriale renaît, « se lève » (ἀνατέλλει). L’astre apparaît pour la première fois en fin de nuit, juste avant le lever du Soleil, dans la lueur de l’aube ; il s’agit d’un lever annuel. La terminologie chaldéenne : « l’astre redevient visible pour la première fois » désigne le temps, le jour où l’astre re-naît.

L’expression l’astre devenant visible, employée par Matthieu, suffit à exclure les hypothèses d’une supernova ou d’une comète souvent envisagées pour l’Etoile de Bethléem. Une supernova apparaît n’importe où dans le ciel et à n’importe quelle heure de la nuit, et non impérativement à l’horizon et à l’extrême aube. Il en est de même pour une comète.

 

Lever d’une planète

Le lever des étoiles est facile à prévoir car elles redeviennent visibles chaque année à la même date, avec une régularité toute astronomique.

Le lever des planètes est plus compliqué car elles se déplacent dans le zodiaque. Saturne redevient visible tous les 378 jours et Jupiter tous les 399 jours. Des valeurs moyennes que les Chaldéens affinaient selon que la planète se trouve à son périhélie ou à son aphélie.

 

Les levers des signes du zodiaque …et la trigonométrie sphérique

Les connaissances astronomiques des Chaldéens étaient pointues, mais leurs raisonnements faciles à suivre. Leurs calculs étaient simples. Ils ne connaissaient ni les nombres décimaux, ni les fractions, leur numérotation était sexagésimale : heure, minutes, secondes. Ils ignoraient les systèmes de coordonnés x, y, les sinus et cosinus, les vecteurs, les vitesses angulaires, les ω=2π/T, les périodes et les fréquences qui font fuir les lycéens. Pourtant ils arrivaient à résoudre des problèmes de trigonométrie sphérique beaucoup plus ardue que la trigonométrie plane puisque la somme des 3 angles n’est plus égale à 180°.

Le Maître :  Combien de signes du zodiaque peut-on voir au cours d’une nuit ?…L’été où les nuits sont brèves?… L’hiver où les nuits sont longues ?

Le disciple : Je connais ce piège : 11 signes du zodiaque, été comme hiver. Le seul signe du zodiaque que l’on ne peut pas observer au cours d’une nuit, c’est celui où se trouve le Soleil cette nuit-là.

Le Maître : Oui, les Chaldéens le savaient et Géminos de Rhodes expliquait ainsi ce paradoxe dû au fait que le cercle écliptique est incliné sur le cercle équatorial : « Les signes du zodiaque sont égaux en dimensions, [arcs de 30° chacun], mais la durée de leurs levers est inégale ». « Dans les nuits d’hiver se lèvent les signes qui sont lents à se lever. Dans les nuits d’été se lèvent ceux qui sont rapides à se lever ». Géminos ajoutait aussi qu’à la latitude 45° « il arrive que l’on compte 4 signes du zodiaque du levant au méridien et 2 signes seulement du méridien au couchant ». Et, sous une autre forme : « Certains signes, les Gémeaux et le Sagittaire, se lèvent en 2h 40m, d’autres, les Poissons et la Vierge, se lèvent en 1h 20m », avant de compléter : « le même signe qui se sera levé en 2h 40m se couchera en 1h 20m ».

Le disciple : C’est tout de même bluffant d’arriver ainsi à résoudre des problèmes aussi difficiles?

Le Maître : Oui, pour résoudre ce problème de trigonométrique sphérique, Carl Friedrich Gauss, au début du 19e siècle, établit un système de 3 équations à 3 inconnues[2].

Le disciple : Mais comment faisait-on dans l’Antiquité?

Le Maître : On utilisait une sphère armillaire. Sur cette sphère mobile, immergée dans une demi-sphère fixe simulant l’horizon, étaient dessinés la ligne de l’écliptique et les signes du zodiaque, l’équateur et les fuseaux horaires.

sphère armillaire, musée Galilée, Florence (wikicommons)
sphère armillaire, musée Galilée, Florence (wikicommons)

Anatolê dans le texte de Matthieu

Les dictionnaires grecs rappellent qu’anatolê, le lever du Soleil, a ensuite évolué et pris le sens de direction de l’Orient, puis de région du Levant, et enfin l’Anatolie (Turquie actuelle) qui est à l’Orient pour les Grecs.

Le Maître : Matthieu emploie le mot anatolê à 3 reprises, mais avec un sens différent :

  • au premier emploi d’anatolê — voici que des Mages venus d’Orient — il s’agit ici d’une direction, d’un lieu, Matthieu parle dans le langage populaire, dans un contexte géographique, les Mages sont venus de quelque part, l’Orient,
  • au deuxième emploi d’anatolê, ce sont les Mages qui parlent — car nous avons vu son astre à son lever — c’est le premier sens du mot, le sens astronomique qui désigne un temps, le temps de l’apparition de l’astre, sa 1ère visibilité.
  • au troisième emploi d’anatolê, — et voici que l’astre qu’ils avaient vu à son lever — est une répétition du précédent, mise dans la bouche des Mages.

Par une coïncidence malheureuse, les Mages sont venus d’Orient, ils auraient pu venir du Nord ou du Sud, il s’y ajoute une erreur de traduction, issue de la Vulgate latine : « des Mages venus d’Orient » (Magi ab oriente) qui avaient vu « son Etoile en Orient » (stellam eius in oriente), ce qui donne l’impression que les Mages ont été guidés vers Jérusalem par une étoile.

Le disciple : C’est impossible, aucun astre dans le ciel ne peut indiquer un lieu sur la Terre.

Le Maître : Tu as raison de t’indigner. Cette erreur grossière continue, hélas, de jeter un doute terrible sur la réalité de « l’Etoile de Bethléem ».

« L’astre les guidait en les précédant… ». Cette phrase n’a rien de choquant. Sur la route de Jérusalem à Bethléem, donc en allant vers le Sud, les Mages voient devant eux Jupiter, Saturne et Mars qui sont alors au méridien, haut dans le ciel. Ces astres, situés à l’infini, semblent les précéder, dans la réalité des guides et badauds accompagnent les Mages vers la proche bourgade de Bethléem désignée par Hérode. Aucun risque de s’égarer sur ce chemin bien balisé.

«Jusqu’à ce qu’il vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant» n’a rien de choquant non plus. Si vous vous mettez à la fenêtre et haussez votre regard vers la Lune, elle vous semble arrêtée, c’est normal, l’inverse serait inquiétant.

 

Lettre d’Ignace d’Antioche aux Ephésiens

Parmi les sept lettres qu’Ignace d’Antioche a écrites à la fin du Ier siècle ap. J.-C., le paragraphe 19, 2-3, de la Lettre aux chrétiens d’Ephèse est relatif à l’Etoile. Dans cette lettre, Ignace, troisième « évêque » d’Antioche, rappelle « comment fut annoncé aux hommes le mystère de la Nativité » :

ἀστὴρ ἐν οὐρανῷ ἔλαμψεν ὑπὲρ πάντας τοὺς ἀστέρας, καὶ τὸ φῶς αὐτοῦ ἀνεκλάλητον ἦν καὶ ξενισμὸν παρεῖχεν ἡ καινότης αὐτοῦ, τὰ δὲ λοιπὰ πάντα ἄστρα ἅμα ἡλίῳ καὶ σελήνῃ χορὸς ἐγένετο τῷ ἀστέρι, αὐτὸς δὲ ἦν ὑπερβάλλων τὸ φῶς αὐτοῦ ὑπὲρ πάντα· ταραχή τε ἦν, πόθεν ἡ καινότης ἡ ἀνόμοιος αὐτοῖς.

« Un astre (ἀστὴρ, astêr) jeta dans le ciel un éclat qui surpassait celui de tous les autres astres (ἀστέρας, asteras), sa lumière était indicible, sa nouveauté suscitait l’étonnement et les autres astres (ἄστρα astra) en même temps que le soleil et la lune lui servirent de compagnie et formèrent cortège autour de cet astre (ἀστέρι, asteri). Il dominait sur tout par son éclat, et l’on était dans le trouble : d’où pouvait venir ce phénomène inouï sans pareil ?»

On peut traduire l’expression χορὸς ἐγένετο par « firent une ronde », « dansèrent » ou de façon plus élaborée « lui servirent de compagnie et formèrent son cortège »

Le Maître : L’astre qui surpasse alors tous les autres astres est Jupiter. Les autres astres qui servirent de compagnie et formèrent cortège autour de cet astre  [le long de l’écliptique] sont Mars et Saturne. C’est en février de 6 av. J.-C. que les trois planètes Mars Jupiter et Saturne se sont regroupées, elles sont alors assez proches du Soleil mais encore visibles. La Lune, également à proximité du Soleil, est forcément un mince croissant. Ainsi une configuration comme celle du 22 février 6 av. J.-C. illustre fort bien la description d’Ignace d’Antioche.

Le disciple : Je vérifie sur stellarium. En effet, en début de nuit on voit le cortège formé par Saturne, Mars, Jupiter et la Lune venir se coucher à la suite du Soleil, et en fin de nuit on voit à l’aube Vénus venir se lever, suivie par Mercure bien visible car elle est alors à son élongation maximale. C’est une coïncidence heureuse, Mercure est si difficile à voir.

Le Maître : Ce beau regroupement des cinq planètes fait songer à la Grande Année imaginée par Platon : une sorte de réinitialisation du système solaire avec les cinq planètes regroupées dans un même signe du zodiaque.

Le disciple : Ce qui m’étonne le plus, c’est le spectacle. Dès le coucher du Soleil on voit alors, à cette latitude, le cortège formé par Saturne, Mars, Jupiter et la Lune descendre à la verticale et ces planètes venir se coucher au même azimut, à l’ouest. C’est très rare car tout au long d’une nuit ordinaire on voit les planètes venir se coucher sur 90° d’horizon, du sud-ouest au nord-ouest.

Le Maître : Oui, Ignace d’Antioche décrit à merveille cet aspect si particulier de cette Grande Conjonction qui se déroula au point d’équinoxe.

 

L’astre de Bethléem dans le Protévangile de Jacques

Le Protoévangile de Jacques ou Nativité de Marie remonte à la fin du 2e siècle de notre ère, il nous apprend les noms de Joachim et Anne les parents de Marie. L’auteur se présente comme Jacques, frère du Seigneur et fils d’un Joseph âgé, il se dit témoin de la Nativité et de l’arrivée des Mages. Au récit de Matthieu, l’auteur ajoute cette phrase :

Καὶ εἶπον οἱ μάγοι· Εἴδομεν ἀστέρα παμμεγέθη λάμψαντα ἐν τοῖς ἄστροις τούτοις καὶ ἀμβλύναντα αὐτούς, ὥστε τοὺς ἀστέρας μὴ φαίνεσθαι

«Nous avons vu un astre (ἀστέρα astera) extrêmement grand, brillant entre ces astres (ἐν τοῖς ἄστροις τούτοις en tois astrois toutois) et faisant pâlir les astres (ἀστέρας asteras) au point de disparaître. »

Le Maître : Un astre brillant dans un groupe d’astres, on pense à Jupiter. Cet astre brillant qui fait pâlir les astres il ne peut s’agir ici que d’étoiles. Que ces étoiles « pâlissent au point de disparaître» n’est pas exagéré, c’est fidèlement ce qui se produit tous les 12 ans quand Jupiter vient traverser la constellation des Poissons aux étoiles extrêmement faibles.

— Le disciple : Oui je confirme, elles sont tellement faibles qu’au début j’ai dû attendre les nuits sans lune pour identifier les deux Poissons.

Le Maître : La constellation des Poissons s’étend sur 37° de l’écliptique. Eratosthène de Cyrène y dénombrait 39 étoiles, 12 pour le Poisson nord, 15 pour le Poisson sud, 3 sur la corde que tire le Poisson nord, 6 sur la corde que tire le Poisson sud, et 3 sur le nœud qui relie les deux cordes, dont a Pisces. Eratosthène la nommait le ”Nœud céleste” car proche du point vernal d’équinoxe situé à la croisée de l’équateur et de l’écliptique. La plus brillante, a Pisces, est de 4e magnitude seulement, beaucoup d’étoiles sont de 5e et 6e magnitude, une dizaine plus faibles encore, et on ne risquait pas de les voir à côté de Jupiter, même par une nuit sans Lune.

 

“aster“ et “astron“ pour l’astronome Achilles et pour le poète Aratos

Le dictionnaire étymologique de Chantraine nous apprend que astron est l’ancienne forme, plus générale, utilisée par Homère. On utilise astron pour parler des astres de manière indéfinie ceux dont le lever indique les saisons, ceux qui annoncent les vents, les pluies ou l’arrivée des oiseaux, les astres qui guident les marins. La forme astron est la racine des mots : astronomie, astrologie, astrolabe… astral….

Le Maître : « Qu’est-ce vraiment qu’un ”astêr” ? Qu’est-ce au contraire qu’un ”astron” ? Τί μὲν ἀστήρ, τί δὲ ἄστρον.  », sous cet intitulé de son Introduction (section 14)  aux Phénomènes astronomiques du poète Aratos, l’astronome grec Achilles, au 3e siècle av. J.-C., a montré la différence décisive entre les formes aster et astron. L’helléniste Roberta Caldini-Montanari[3], synthétise ainsi : « la variante ”astron” a un caractère ”collectif” et désigne un corps constitué d’éléments, un sous-ensemble à l’intérieur d’un ensemble indifférencié, un groupe d’astres [étoiles ou planètes] ».

Le disciple : Connaît-on vraiment d’autres exemples de collectif” ?

Le Maître : Oui par exemple en grec quand on dit : « je verse des larmes », à l’origine on dit : « je verse de la larme » (δάκρυ, dakru). C’est un « collectif ». Après, à partir de ce collectif, « de la larme », on a fait un pluriel « des larmes » (δάκρυα, dakrua) et un singulier, « une goutte de larme » (δάκρυον, dakruon). De la même façon, le singulier ”astron” paraît désigner un élément singulier, d’un mot collectif disparu qui devait désigner le ciel étoilé (comme dans le breton ster[4]). Mais ”astron”, ce n’est pas une « étoile » ou un « astre », comme on peut le penser, mais un sous-ensemble de ce ciel étoilé. Par opposition à ce morceau de ciel étoilé qu’est l’”astron” (d’où le sens de collectif encore conservé paradoxalement en grec dans ce singulier selon Caldini-Montanari), on a fait un nouveau singulier, l’”astêr”, qui lui désigne un astre ou une étoile particulière.

 “aster“ et “astron“ pour Géminos de Rhodes

Ainsi dans les Phénomènes célestes, Géminos de Rhodes utilise la forme aster 460 fois environ, pour désigner aussi bien des étoiles que des planètes, mais il n’utilise astron qu’en deux occasions pour les Pléiades et pour les Hyades, qui sont des ”amas” d’étoiles, des entités physiques et des groupes naturels d’étoiles : des morceaux pour ainsi dire de ciel étoilé. Rien à voir avec les constellations, qui sont des regroupements arbitraires et artificiels constitués par les astronomes pour se reconnaître plus aisément dans le ciel. Dans la mythologie, les Pléiades et les Hyades sont des familles, des collectifs tandis que les constellations et les signes du zodiaque portent le nom d’un personnage ou d’un animal mythologique Orion, Persée, Cassiopée, la Vierge, le Bouvier, le Verseau, le Lion, Andromède, le Bélier, le Capricorne.

ἐν τοῖς ἄστροις τούτοις (en tois astrois toutois) désigne-t-il des planètes ou des étoiles?

En toute rigueur il convient, comme Emile Amann, dans sa version de 1910, de traduire « entre ces astres-ci ». Mais de quels astres peut-il s’agir au point que l’auteur n’ait point besoin de le préciser à ses lecteurs ? Il ne s’agit pas ici d’un dialogue entre deux témoins observant le phénomène astronomique qui se déroule sous leurs yeux où l’un des interlocuteurs désignerait du doigt le collectif d’astres à son collègue. Cet écrit tardif rapporte une tradition orale, les astres désignés par l’auteur ne peuvent qu’être familiers au lecteur. Un groupe d’astres émerge, les planètes, seul centre d’intérêt des astronomes et astrologues et, aux yeux des Anciens, des dieux familiers… Jupiter, Saturne, Mars ou Vénus.

« Ceux-ci », par opposition à « ceux-là », désigne souvent des objets proches. Peut-on traduire « entre ces astres proches [ de nous en distance] » ? Soyons prudents. Si l’auteur rapporte fidèlement les propos des Mages eux-mêmes, oui on pourrait le dire, mais on ne peut l’imaginer si la tradition est directement rapportée par des béotiens en astronomie. 

“des astres“, au pluriel, dans le manuscrit Bodmer V

En 1953, alors qu’elle résidait au Caire, Odile Bongard fut étonnée de découvrir des papyrus fort anciens dans la boutique d’un antiquaire. Ces papyrus, fort bien conservés, provenaient du désert de Haute-Egypte. Il s’agissait d’un nouveau manuscrit du Protévangile de Jacques qui figure désormais dans la collection du mécène Martin Bodmer sous le numéro ”Bodmer V”. Il daterait du IIe siècle pour certains, du IVe siècle pour d’autres. Ce manuscrit propose une version différente du texte et fait mention de « plusieurs astres », ce qui provoqua la réprobation du père E. de Strycker qui en fit la première édition critique en 1961. Mais ce pluriel au contraire retint l’attention de l’astronome Jean-Paul Parisot en 1983.

Voici ce passage : Καὶ ἀκούσας ὁ Ἡρώδης ἐταράχθη καὶ ἔπεμψεν ὑπηρέτας  καὶ μετεπέμψατο αὐτοὺς καὶ διεσάφησαν αὐτῷ περὶ τοῦ ἀστέρος. Καὶ ἰδοὺ εἶδον ἀστέρας ἐν τῇ ἀνατολῇ καὶ προῆγαν αὐτοὺς ἕως εἰσῆλθαν ἐν τῷ σπηλαίῳ καὶ ἔστη ἐπὶ τὴν κεφαλὴν τοῦ παιδίου.

« Cette nouvelle alarma Hérode qui dépêcha des serviteurs, les convoqua et ils le renseignèrent sur l’astre (ἀστέρος, asteros). Et voici, ils virent des astres (ἀστέρας, asteras) à leurs levers qui les guidaient jusqu’à leur arrivée dans la grotte et cela s’arrêta au dessus de la tête de l’enfant ».

Le disciple : Oh ! il parle, à deux reprises, de plusieurs astres. On a successivement ”un astre”, ”des astres”. ”L’astre” serait-il l’éclatant Jupiter ? ”Les astres” seraient-ils les trois planètes Jupiter, Mars et Saturne ?

Le Maître : Cela dépend qui parle : s’agit-il d’astronomes ou du langage courant ? Il faut comprendre :

  • ”les astres” quand ce sont les Mages qui parlent, ou quand on rapporte leur propos. En effet seuls des astronomes savent que la ”nouveauté réside dans ce regroupement de planètes que les Mages ont vu à leur lever.
  • ”l’astre”, quand il s’agit de Jupiter qui domine par son éclat, lorsque la parole est à Hérode, aux témoins ou à l’auteur lui-même, tel que cela ressort de ce verset comme du texte de Matthieu.

 

Evangile apocryphe du pseudo Matthieu

Cet évangile apocryphe, du ”pseudo Matthieu” est un remaniement latin, sans doute du VIIe siècle, du Protévangile de Jacques et développe les deux récits de la Nativité : l’Etoile & les Mages, selon Matthieu, le recensement d’Auguste & les bergers, selon Luc. La nouveauté est ce verset (Evangile du Pseudo-Matthieu, 13,7) :

Sed et stella ingens a vespere usque ad matutinum splendebat super speluncam, cuius magnitudo numquam visa fuerat ab origine mundi.

« Et un astre (stella) immense brillait au dessus de la grotte depuis le soir jusqu’au matin, et jamais, depuis le commencement du monde, on n’en n’avait vu de si grand.».

Le Maître : Un ”astre immense qui brille du soir au matin”, c’est un nouvel argument pour rejeter les hypothèses d’une supernova ou d’une comète. Cet ”astre immense” ne peut pas être Sirius, la plus brillante des étoiles, dont la déclinaison est négative (-16° 40’) et n’est donc pas visible toute la nuit.

Le disciple : Cela exclut aussi la planète Vénus, l’astre le plus brillant après le Soleil et la Lune, qui ne peut être visible toute la nuit car cette planète ne s’écarte jamais à plus de 47° du Soleil.

Le Maître : Cet ”astre immense” correspond à l’éclatant Jupiter alors situé sur l’équateur, et visible toute la durée de la nuit lors de son ″lever acronuctal″, le 15 septembre 7 av. J.-C.

Le disciple : je vérifie sur stellarium.com.

 

Jean Chrysostome, Homélie IV sur Matthieu

Dans un curieux passage sur l’Etoile des Mages, dans la quatrième de ses Homélies sur Matthieu (Patrologia Graeca 57, col. 64), Jean Chrysostome écrit :

ὅπερ οὐκ ἔστιν ἄστρου κινήσεως, ἀλλὰ δυνάμεώς τινος λογικωτάτης. Οὐδὲ γὰρ ἰδίαν τινὰ πορείαν εἶχεν, ἀλλ’ ὅτε μὲν ἔδει βαδίσαι αὐτοὺς, ἐβάδιζεν· ὅτε δὲ στῆναι, ἵστατο, πρὸς τὸ δέον πάντα οἰκονομῶν·

« Cela n’appartient pas au mouvement d’un astre mais à celui d’une puissance raisonnable. Car il n’avançait pas de son propre mouvement, mais quand il fallait s’avancer, il s’avançait, et quand il fallait s’arrêter, il s’arrêtait, faisant tout comme il fallait ».

Le disciple : Tiens, « il s’arrêtait, il s’avançait», une précision qui nous mène directement vers les points stationnaires d’une planète qui rétrograde.

Le Maître : Ces mots « puissance raisonnable » ne seraient pas de mise pour une banale Conjonction, mais ils s’accordent assez bien avec une Triple Conjonction. Le ballet synchronisé de Jupiter et de Saturne ressemble plus à un mouvement concerté qu’à une poursuite sauvage qui s’achèverait par un clash fatal (impossible) entre les deux planètes. Serait-il un pas de danse, maîtrisé et raisonnable, qui traduirait une volonté divine ?

 

Un peu auparavant dans la même homélie (Patrologia Graeca 57, col. 64), Jean Chrysostome écrivait :

Ὅτι γὰρ οὐ τῶν πολλῶν εἷς ὁ ἀστὴρ οὗτος ἦν, μᾶλλον δὲ οὐδὲ ἀστὴρ, ὡς ἔμοιγε δοκεῖ, ἀλλὰ δύναμίς τις ἀόρατος εἰς ταύτην μετασχηματισθεῖσα τὴν ὄψιν,  πρῶτον ἀπὸ τῆς πορείας αὐτῆς δῆλον. Οὐ γάρ ἐστιν, οὐκ ἔστιν ἀστήρ τις ταύτην βαδίζων τὴν ὁδόν·

« Pour juger que cet astre n’était pas un astre ordinaire, ni même un astre, à mon avis, mais une puissance invisible, qui se cachait sous cette forme extérieure, il ne faut que considérer quel était son mouvement. Il n’y a pas un astre, pas un seul, qui suive la même route que celui-ci. ».

Le Maître : Je laisse à l’auteur la liberté de croire que l’Etoile des Mages était une « puissance invisible ». Il y a beaucoup de rhétorique dans ce texte qui repose sur l’idée courante que les astres étaient en fait des êtres célestes doués de raison, sortes de démons ou d’anges…

Le disciple : La description de « l’originalité unique du mouvement, de la route de cet astre » me font immédiatement penser à une boucle de rétrogradation d’une planète.

 

Annales de l’abbaye de Worcester, 1285

En 1977, Clarke, Parkinson et Stephens[5], trois astrophysiciens de la Royal Astronomical Society de Londres qui consultaient les Annales de l’abbaye de Worcester, éditées en 1869 par Luard (Annales Prioratus de Wigornia, Annales monastici IV, p. 491), retrouvèrent trace d’une conjonction de planètes associée à l’Incarnation. Ce texte, le premier connu qui cite nommément Jupiter et Saturne, signale que « le 8 janvier, beaucoup de neige était tombé, les ponts en avaient été rompus, beaucoup d’hommes étaient morts »[6] et que

« la même année (1285), une conjonction de Saturne et de Jupiter s’était produite dans la constellation du Verseau, une telle conjonction de Saturne et de Jupiter ne s’était pas produite depuis l’Incarnation, et n’arriverait pas de nouveau avant longtemps comme il est estimé par les astronomes ».

Saturnus et Jupiter, eodem anno, erant in coniunctione in Aquario, quod non contigit post incarnationem, nec multos secundum astronomicos eveniet ut aestimatur.

Le Maître : Attention, la Conjonction de 1285 était une conjonction ordinaire qui n’avait pas le panache de la Triple Conjonction qui eut lieu lors de l’Incarnation, les moines de cette abbaye n’étaient pas vraiment astronomes.

Le disciple : C’est stupéfiant. Comment la tradition orale a-t-elle pu conserver pendant des siècles une information aussi précise qui ne laisse plus aucun doute sur le phénomène de l’Etoile de Bethléem ?

 

Seuls des astronomes pouvaient voir l’Etoile de Bethléem

Le disciple : Mais pourquoi donc seuls des astronomes ont-ils vu ce phénomène astronomique pourtant exceptionnel ?

Le Maître : Il n’y eut aucun astre nouveau, rien d’exceptionnel, rien qui puisse attirer l’attention du public qui contemple la voûte étoilée, seulement des planètes qui sont là depuis la nuit des temps, depuis la formation du système solaire. Mais un ballet de planètes, très rare, et si discret et si lent qu’on ne pouvait le soupçonner en quelques nuits, ni même au bout de plusieurs semaines d’observation assidue. Seuls des astronomes au talent exceptionnel pouvaient mesurer les déplacements alors imperceptibles de Jupiter et de Saturne dans le zodiaque et comprendre la ”nouveauté du phénomène. Des mouvements que ces savants avaient su calculer et prévoir.

Le disciple : Je reprends le récit de Matthieu. Effectivement Hérode ne semble pas avoir la curiosité de sortir sur la terrasse de son palais pour observer ce mystérieux phénomène dans le ciel, pourtant, ce monarque se montre troublé, il cherche à savoir quand l’Astre est apparu. Les princes des prêtres et les scribes du peuple se montrent totalement indifférents, ils ne manifestent la moindre émotion. Le peuple si, Jérusalem tout entière est troublée, mais aucun ne semble avoir scruté le ciel étoilé et qu’auraient-ils vu ? Dans la dernière étape de Jérusalem à Bethléem, « à la vue de l’astre les Mages se réjouissent vivement d’une grande joie » ; les témoins et curieux qui accompagnent la caravane participent à cette joie mais ne semblent rien voir de particulier dans le ciel…autre que l’éclatant Jupiter, présent depuis la nuit des temps.

Le Maître : Pour Luc, l’autre évangéliste de la Nativité, rien non plus dans le ciel étoilé qui aurait pu capter l’attention des bergers. Ils veillaient pourtant toutes les nuits, mais était-ce suffisant pour déceler une ”nouveauté si extraordinaire dans la position des planètes ?

Aucun phénomène semblable à cette « Triple Conjonction suivie d’une Grande Conjonction à moins de 5° du point d’équinoxe » n’a été vu depuis lors, ni ne se représentera avant des milliers d’années.

 

Les Mages seraient-ils venus en Judée ?

Même si les Mages ne sont pas venus, on sait du moins avec certitude que des astronomes chaldéens ont transmis jusqu’en Judée la perception de ce phénomène astronomique qu’ils avaient prévu. Les six textes grecs et latins que nous venons d’examiner indiquent, même s’il n’est pas facile de faire la part de la réalité et de la rhétorique, l’importance de cet événement extraordinaire, dont la tradition commence avec l’évangile de Matthieu et finit avec l’interprétation astronomique des astronomes en contact avec les moines de Worcester et celle de Kepler. L’Etoile de Bethléem, en réalité la triple conjonction de Mars, Jupiter et Saturne, était visible du monde habité, d’Inde et de Chine, mais, apparemment, aucune de leurs chroniques astronomiques ne mentionne cet événement. Sans ces quelques textes d’origine chrétienne, citant les Mages, cet événement astronomique serait resté inconnu jusqu’au fameux calcul de Képler.

 Yvon Georgelin, astronome,

et Christian Boudignon, helléniste

[Une version plus élaborée de cette recherche est disponible sur le site d’Y. Georgelin : http://astronomiechaldeenne.free.fr/?author=1]

[1] A.J. Sachs & C.B.F. Walker, « Kepler’s View of the Star of Bethlehem and the Babylonian Almanac for 7/6 B.C. », Iraq 46 / 1 (printemps 1984), p. 43-55.

[2] Consulter Michel Samoey www.astro-carl.com

[3] R. Caldini-Montanari « Etoiles, constellations et corps célestes dans les mentalités grecque et romaine », B. Bakhouche, A. Moreau, J.-C. Turpin (éd.), Les astres, t. 1, Aix-en-Provence, 1996, p. 245-262.

[4] Ainsi ster (collectif) désigne le « ciel étoilé »; ster-ed (racine + pluriel) « les étoiles » en général; ster-ed-enn((racine +pluriel) +singulier) « l’étoile »; ster- ed – enn – où1+pl) « les étoiles » particulières. Combien de fois a-t-on entendu chanter à l’église steredenn vor, « l’étoile de la mer » ?

[5] D. H. Clark, J. H. Parkinson & , F. R. Stephenson »An Astronomical Re-Appraisal of the Star of Bethlehem, a nova in 5 B.C. », Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society, 18 (1977), p. 443-449.

[6] Les annales de la petite Bretagne de 1285 rapportent également une météo atroce: arbres et maisons renversées, vaisseaux submergés dans les ports comme en pleine mer.. mais rien sur Jupiter et Saturne.

  1. ( racine +pl)+sg []

Jean-Victor Vernhes : On a rencontré Socrate à Gardanne…

► NOUVELLE (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article trois)

Une étrange rencontre

 

Buste de Socrate, copie romaine d'un orignial grec du IVe siècle, Musée archéologique de Palerme, cliché W. Delgado, Wikicommons
Buste de Socrate, copie romaine d’un orignial grec du IVe siècle, Musée archéologique de Palerme, cliché W. Delgado, (Wikicommons)

 

[Cette nouvelle fantastique figurera sous une forme raccourcie en ouverture du prochain numéro collector pour les quarante ans de Connaissance Hellénique]

 

En visite tout récemment chez Pascal Boulhol, je le trouvai songeur et préoccupé. Après un long silence que je n’osai rompre, il se décida à parler, et me fit le récit que voici :

L’autre jour, en sortant de la gare de Gardanne pour rentrer chez moi, je me suis arrêté un instant, le regard attiré par un personnage assis sur un banc. Son regard était perçant, son visage me faisait penser au célèbre buste romain qui représente Socrate. Il portait sur les épaules une cape qui semblait être d’une sorte de bure. Sa main gauche tenait un long bâton noueux dont un bout reposait sur le sol. Son aspect avait aussi un je ne sais quoi qui me faisait penser à la caricature antique qui représenterait Socrate.

Remarquant que je l’avais remarqué, il fit un geste vers moi en s’écriant : « Ὦ οὗτος »[1]

Une exclamation en grec ancien ! Étais-je invité à un jeu de lettrés ? Je me suis assis près de lui et je lui ai dit :

— Τίς εἶ, καὶ πόθεν ἡμῖν ἐλήλυθας ;[2]

— Σωκράτης ὁ Ἀθηναῖός εἰμι, καὶ ἐξ Ἅιδου ἀφῖγμαι.[3]

J’étais étonné par la musicalité de son élocution, par le jeu des longues et des brèves, et par la précision de ses intonations, toutes choses que j’avais étudiées du point de vue théorique. Mais c’est surtout la teneur de son propos qui appelait quelques explications. Alors s’approcha de nous un personnage que j’ai vu bien des fois traîner dans les rues de Gardanne: « Un renseignement… un renseignement… » Simple entrée en matière pour demander de l’argent.

Voyant mon air contrarié, mon Socrate se tourna vers lui, l’air sombre, et lui cria, avec un geste énergique :

— Ἔρρ᾽ἐς κόρακας. Va t’en aux corbeaux !

Le fâcheux s’éloigna, terrifié par cette exclamation insolite. Mais Socrate venait de s’exprimer en français ! Un Socrate francophone ? Je n’ai pas tardé à avoir des explications :

— Hadès, le Seigneur Hadès, le maître du royaune des ombres, m’a accordé d’en remonter pour passer une journée dans le monde ensoleillé des vivants. Il m’a donné de connaître la langue et la civilisation de la contrée où j’allais arriver. C’est lui qui m’a fringué comme ça…

Intrigué, j’ai décidé de jouer le jeu :

— Je suis Pascal Boulhol, et j’enseigne le latin à l’Université d’Aix-Marseille. Mais je suis également helléniste. Je suis même le président d’une association nommée «Connaissance hellénique», dont le but est d’aider dans l’étude du grec tous ceux qu’intéresse cette langue superbe que tu parlais si bien jadis à Athènes, cher Socrate.

— Parle-moi de cette association, me dit Socrate. Cela m’intéresse beaucoup. Chez Hadès j’en ai quelquefois entendu parler.

— Ah ! Ce fut toute une aventure. Tout a commencé en novembre 1975 par l’envoi à des journaux du communiqué dont je vais te dire le texte, que je sais par cœur à force de l’avoir cité. Voici : « Dans un esprit d’Université ouverte, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence proposent un service bénévole d’initiation au grec ancien par correspondance à quiconque désire, en dehors de tout cursus scolaire ou universitaire, consacrer des loisirs à cette étude ». Suivait l’adresse pour les demandes de renseignements.

Je ne quittais pas Socrate des yeux. Son regard attentif et intelligent me montrait qu’il saisissait parfaitement tout cela.

— Dis-moi, Pascal, pourquoi souriais-tu en disant : ‘des enseignants’ ?

— En réalité c’était mon ami Jean-Victor Vernhes qui, tout seul, avait eu l’idée – on pourrait dire le culot – de proposer ce texte à la presse. Il avait publié quelques années auparavant une Initiation au grec ancien. Elle se nomme aujourd’hui ἕρμαιον.

— Ἕρμαιον ! La trouvaille providentielle ! Pas mal !

Il y eut du bruit autour de nous. J’ai alors proposé à Socrate de venir chez moi. Nous y serions plus à l’aise pour discuter.

Nous avons quitté notre banc pour nous diriger vers le boulevard central de Gardanne. La circulation était intense. Sans doute devais-je expliquer à Socrate ce qu’est une voiture automobile.

— Αὐτόματά γε πάντα ταῦτα, lui dis-je.

— Tu connais bien ton vocabulaire homérique, me dit Socrate avec animation, et en martelant le sol de son bâton. Cet adjectif αὐτόματος, me dit-il, dont vous avez tiré en français ‘automate’ et ‘automatique’, qualifie dans l’Iliade les portes du ciel, qui s’ouvrent toutes seules, et les merveilleux trépieds que fabrique Héphaïstos dans sa forge, et qui se meuvent d’eux-mêmes. Ton érudition, Pascal, m’épate, mais pas ces engins bruyants et polluants. Car, vois-tu, d’année en année, de siècle en siècle, les âmes arrivant chez Hadès nous mettent au courant de ce qu’il y a de nouveau sous le soleil. Et puis tu dois savoir, pour avoir lu la Table d’Émeraude, ce court texte grec alchimique, que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Oui, le monde d’en bas est le reflet de celui d’ici-haut, et évolue avec lui. Le vieux Charon ne fait plus avancer sa barque avec une gaffe. Elle est bien plus grande, elle est motorisée. Et une musique d’ambiance rend plus agréable aux âmes la traversée du Styx.

Nous voilà arrivés devant la Maison de la Presse. Socrate y entra et s’attarda à examiner les diverses publications.

— C’est à des journaux comme ceux-là qu’a été proposé le communiqué dont tu me parlais.

— Ils l’ont publié ?

— Quelques-uns l’ont publié. Quelques-uns aussi ont pris contact pour en savoir plus …

Nous avons alors interrompu notre conversation, attentifs au labyrinthe de ruelles à traverser pour arriver chez moi.

Sur ma table, j’ai disposé de quoi grignoter, pour donner plus d’agrément à la conversation. Mais Socrate n’y toucha pas, se contentant de s’asseoir.

— Quel fut le résultat de ces parutions dans des journaux ?

— Étonnant. Du courrier affluait de toutes les régions : des commer­çants, des postiers, des instituteurs, des médecins, des ingénieurs, des psychanalystes, des artisans, des artistes, des secrétaires, des pilotes, des informaticiens, etc. Des jeunes, des moins jeunes… Une révélation ! On n’imaginait pas que l’intérêt pour l’étude du grec existait à ce point un peu partout.

— Je suis tout à fait en harmonie avec vous. Car moi aussi, à Athènes, je ne m’adressais pas au public habituel des études philoso­phiques. J’allais chez les coiffeurs, les chaudronniers, les charpentiers, chez tous les artisans, dans les gymnases, et je ne dédaignais pas, comme tu le sais, les banquets. Mais, dis-moi, que faisiez vous de tous ces gens avides de s’instruire qui venaient à vous ?

— Nous les lancions, munis de polycopiés explicatifs, dans le manuel ἕρμαιον dont je t’ai parlé tout à l’heure, sur le banc.

— Mais que faut-il entendre par ce « nous » que tu viens de prononcer plusieurs fois ? J’imagine qu’il a fallu une petite équipe pour faire face à ce raz de marée, à ce tsunami.

— En effet. Quelques bénévoles ont improvisé un petit secrétariat pour traiter le courrier. Il s’agissait d’enregistrer les inscriptions, d’envoyer à chaque inscrit les polycopiés, et de le mettre en relation avec un ‘correcteur’ chargé de le guider dans son étude, bénévolement, par amour du grec.

— Qui étaient ces ‘correcteurs’ ?

— Le plus souvent des professeurs, en activité ou en retraite, qui avaient eu vent de la chose, et offraient avec enthousiasme leur collabo­ration. Je dis ‘le plus souvent’, car il y eut aussi des correcteurs qui ne venaient pas du monde enseignant. L’un d’eux était un ancien diplomate, un autre était représentant en cognac ! Authentique ! Il y a des hellénistes un peu partout, et on fait du grec dans tous les coins !

— J’ai connu quelques-uns de ces correcteurs, quand il sont arrivés dans le monde d’en bas.

— Je ne saurais t’expliquer en détail comment cette organisation a surgi de terre, car en ces temps-là je n’étais pas dans le coup.

— Καὶ πόσου διδάσκετε ;

— Ah ! Tu me demandes le tarif de cet enseignement. J’ai bien compris que ce πόσου est un génitif de prix. Nous enseignons bénévolement et gratuitement. Nous demandons simplement quelques oboles pour les frais divers (correspondance, reproduction de documents, etc.)

— Tout cela m’emplit de joie, mon cher Pascal, car moi aussi j’enseignais gratui­tement, contrairement à bien des sophistes qui exigeaient de grosses sommes de ceux qui voulaient être leurs élèves. Ils n’acceptaient que des jeunes gens des milieux les plus favorisés, les plus friqués. Ils étaient vraiment élitistes, tandis que moi, tout comme vous avec votre système d’initiation au grec, je m’adressais à tous.

— Un universitaire, Albert Machin, eut la bonne idée d’associer notre système à la Formation Continue de notre Université.

— Je le connais, il est venu me rendre visite. Il était fier d’avoir intégré ce cours à la Formation Continue. Il m’en a expliqué l’organisation en cinq degrés, sanctionnés par des attestations. Avant de venir me voir, il avait rendu visite à Sophocle, dont il est spécialiste.

— Ensuite, pour faire fonctionner tout cela, fut créée fin 1976 l’association « Connaissance hellénique ». Jean-Victor en fut le premier président. Il est aujourd’hui Président d’honneur. Bientôt une revue fut lancée, la revue « Connaissance hellénique » qu’on appelle aussi le λύχνος (ce qui en grec signifie, n’est-ce pas, ‘la lanterne’). Elle publie des articles sur les divers aspects de la Grèce, de l’Antiquité à nos jours : histoire, religion, mythologie, philosophie, linguistique, etc., sous forme de fascicules trimestriels à couverture jaune.

Je lui ai désigné ma collection de cette revue, bien alignée sur des étagères de ma bibliothèque.

— Encore quelques questions, Pascal. Car, vois-tu, lorsque quelqu’un ou quelque chose m’intéresse, je pose des questions et j’en repose, jusqu’à ce que je comprenne.

— Je sais. C’est ce que tu disais déjà : διαπυνθάνομαι καὶ ἐπανασκοπῶ καὶ συμβιβάζω τὰ λεγόμενα, ἵνα μάθω.[4]

— Bravo ! J’ai eu bien du plaisir, chez Hadès, à être informé des dialogues de Platon. Mais, dis-moi, combien d’étudiants de ce nouveau genre se sont inscrits à votre cours de grec ?

— Nous n’avons pas tenu de registres précis, mais j’ai fait bien des fois sur ce point un calcul global sommaire. Depuis quarante ans que cela fonctionne, nous avons initié au grec ancien plus de dix mille étudiants de ce nouveau genre, comme tu dis.

— Atteignent-ils un bon niveau ?

— Certains atteignent un niveau remarquable. Je songe par exemple à une pharmacienne qui en se reportant aux textes antiques lus dans l’original, a fait un mémoire sur la pharmacopée antique. Ou encore à un astronome qui maintenant lit en grec les textes des astronomes grecs antiques. J’ai aussi bien aimé le travail fait, toujours sur les textes originaux, par un professeur de gymnastique sur les jeux olympiques. D’autres en revanche abandonnent. Ou bien semblent seulement abandonner : nous nous sommes aperçus que beaucoup, une fois lancés, continuent tout seuls. Il n’est donc pas possible de donner un bilan chiffré précis, de dire quelle comète nous avons tracée dans notre sillage.

— Combien avez-vous de correcteurs ?

— Une centaine environ. Il y eut des départs, il y eut des nouveaux venus, mais on a été le plus souvent autour de ce chiffre.

— Quant à votre revue jaune, votre λύχνος, combien d’abonnés ?

— Elle en a eu jusqu’à deux mille. Mais nous avons été amenés à changer la formule. Je t’en reparlerai. Quelques mots encore sur l’histoire de « Connaissance hellénique » depuis sa fondation. En 1985 Renée Jacquin, professeur honoraire de Lettres classiques, qui connaissait parfaitement le grec moderne, prit la présidence l’association. Elle prit les choses en main avec efficacité, secondée durant plusieurs années par Marie-Jeanine Salé, autre professeur honoraire de lettres classiques, qui s’occupait des relations avec les correcteurs. En 2003, des problèmes de santé ont obligé Renée à passer la main et elle nous a quittés depuis peu.

— Son arrivée au royaume d’Hadès a été remarquée. Sur la barque de Charon elle a fait un bel esclandre.

— Un esclandre ??? !!!

— Parfaitement. Des âmes qui avaient été embarquées avec elle me l’ont raconté. Vers le milieu de la traversée, on entendit des cris de protestation. Charon arrêta la barque et sortit de son poste de pilotage pour aller voir ce qui se passait. C’était Renée qui déplorait la médiocrité de l’ambiance musicale. Elle exigeait que l’on fît entendre plutôt Les Oiseaux de Hadjidakis. Charon tentait de la raisonner. Toutes les âmes étaient silencieuses, attentives à ce qui se passait. Entre les éclats de voix, on entendait seulement le murmure régulier des moteurs dans la salle des machines, et parfois le clapotis des eaux noires du Styx contre la coque. Finalement, Hermès intervint et donna satisfaction à Renée. La barque put repartir et la traversée s’acheva agréablement.

— Hermès a eu bien raison. Renée avait de bonnes connaissances musicales, en particulier pour la musique grecque, tant antique que moderne.

— Elle m’a parlé des auteurs grecs contemporains dont elle traduisait pour le λύχνος des poèmes ou des nouvelles, et qu’elle rencontrait lors de ses voyages en Grèce. Quant à Marie-Jeanine Salé, qui est chez nous depuis plusieurs années, j’apprécie sa simplicité et sa culture. Elle connaît plusieurs langues. Elle vient de temps en temps me voir avec l’âme de son chat, et nous philosophons.

— Lorsqu’en 2003 Renée fut contrainte de cesser ses activités, elle m’a demandé de prendre la présidence de l’association. Elle a confié la rédaction en chef de la revue à Alain Moreau, venu de l’Université de Montpellier, et le secrétariat à Guy Raspail, qui s’est acquitté longtemps avec énergie de cette tâche parfois lourde, et qui est aujourd’hui Président d’honneur de « Connaissance hellénique ». Ce qui concerne le grec moderne fut pris en charge par Janine Kaminski.

— Alain Moreau me fait découvrir bien des choses en mythologie. Il est dommage qu’il n’ait pu s’acquitter longtemps de sa tâche auprès de vous.

— Aujourd’hui les relations avec les correcteurs sont assurées par Brigitte Franceschetti, le secrétariat et la comptabilité par Pierre et Jocelyne Martin. Le cours est devenu indépendant de la Formation Continue. Quant à la revue…

Je pris en main quelques exemplaires du λύχνος.

— Quant à la revue, nous avons pu la faire paraître sous la forme que tu vois, en formule papier, que jusqu’au numéro 132, de juillet 2012. Il fallait assumer des frais d’impression, présenter à l’imprimeur une maquette aux normes. Quatre vingt pages exactement. Pour cela Dominique Blanc, qui est toujours avec nous, experte en composition typographique, n’a pas ménagé sa peine, n’hésitant pas à défaire et refaire plusieurs fois son travail. Une vraie Pénélope. Il fallait avoir un routeur pour les expéditions, et tenir un fichier des abonnés, et stocker un excédent de tirage, en vue des demandes de numéros anciens. Etc., etc. Il fallait aussi disposer d’un local, ce que nous n’avons plus.

Je me demandais si Socrate pourrait saisir toutes ces réalités actuelles. Mais il faisait des mouvements de tête signifiant qu’il comprenait parfaitement.

— Nous ne pouvions continuer comme cela. Alors…

Il s’agissait d’expliquer à Socrate que maintenant le λύχνος est en ligne. Nous voilà loin du temps où il allait chez Agathon pour un célèbre banquet… Comment faire ? Mais Socrate fit un geste vers mon ordinateur. Il avait tout compris.

— Oui, Socrate, le λύχνος continue, mais maintenant il est en ligne. Christian Boudignon a opéré cette mutation, en créant et en entretenant notre blog, avec, quand il le faut, l’assistance de Daniel Di Meglio, informaticien et helléniste. Les contributeurs ne manquent pas. Arielle Chopard apporte d’intéressantes chroniques, Christian tient une rubrique «Vous parlez grec et ne le savez pas», Janine Kaminski s’occupe toujours de la Grèce littéraire contemporaine. Quant au cours d’initiation au grec, c’est aussi par informatique que Jocelyne et Pierre Martin en assurent le fonctionnement.

Je pris quelques numéros anciens du λύχνος pour les offrir à Socrate. Il m’expliqua qu’il ne pouvait retourner chez Hadès en emportant des objets d’ici-haut. Il n’avait pas pris non plus le papier que j’avais glissé vers lui avec le lien pour notre blog : ch.hypotheses.org

— Νῦν σπεύδω ποι, dit-il en se levant, καί μοι ὥρα ἀπιέναι[5]

— Ἴωμεν[6].

Il m’avait fait un clin d’œil littéraire. J’avais répliqué par un autre ! Nous avons alors quitté ma maison, pour nous engager dans l’étroite et longue et ancienne rue Puget, en direction de la gare.

— J’aurais aimé, cher Socrate, avoir le temps de te parler de bien des personnages qui ont gravité autour de « Connaissance hellénique ». Il y eut à Paris un André Breton, grand maître dans l’art de prendre contact avec les uns et les autres, d’organiser des conférences, etc. Tu l’as certainement vu arriver. Professeur de Lettres modernes, il avait entendu parler de nous par son marchand de pneus. Hospitalisé quelques jours pour une opération bénigne, il a fait adhérer son chirurgien et son anesthésiste, en commençant par leur expliquer l’étymologie grecque des mots désignant leur profession ! Voilà comment devrait se propager dans toute la société l’amour du grec ! J’aurais aimé aussi te parler de nos merveilles médiatiques d’autrefois, tant dans la presse écrite qu’à la radio et à la télévision, y compris en Grèce. Dans nos premières années, les journalistes s’intéressaient volontiers à nous et nous faisaient connaître. « Le come-back du grec ancien », titrait un jour Libération. Et du public venait à nous pour se mettre au grec… Puis ils nous ont négligés. Souvent Presse varie…

J’avais envie de lui parler d’un apiculteur que sa correctrice avait initié au grec, et qui avait initié sa correctrice à l’apiculture, et de ceci, et de cela. Mais Socrate s’arrêta, se tourna vers moi et me dit :

— Je dois maintenant regagner les lieux d’où je suis venu. J’ai été heureux de discuter avec toi, d’être bien informé de ton association et de ton équipe. Regagne maintenant ta maison. Va sans te retourner…

Ce que je fis, pensif. Avais-je été l’objet, ou plutôt le bénéficiaire, d’une savante mystification ? Ce diable d’homme, expert en grec ancien, connaissait la personnalité de ceux de nos collaborateurs qui avaient quitté ce monde. Dans le rôle de Socrate, il avait vraiment le physique de l’emploi ! Étrange… Soudain un détail me revint à l’esprit. Lorsqu’il est entré dans ma maison, ma chatte Pouka s’est hérissée, les yeux agrandis, et s’est réfugiée je ne sais où. Puis j’ai pris conscience avec effroi d’une particularité. Cet homme marchait sans le moindre bruit. De son bâton il frappait énergiquement le sol à chaque pas, mais cela ne produisait aucun son.

Y aurait-il à Gardanne une porte des Enfers ? Je songe à certaines entrées de galeries de mines désaffectées. En particulier…

 

J’arrête ici la relation de ce que m’a confié Pascal sur cette rencontre. J’ai tenu à supprimer les derniers mots. Ces indications auraient risqué d’inciter des imprudents à se hasarder là où il ne faut pas. Ce sont là des lieux où l’on ne peut s’aventurer sans avoir été muni d’un rameau protecteur.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

[1] « O toi ! »

[2] « Qui es-tu et d’où nous viens-tu ? »

[3] « Je suis Socrate l’Athénien, et je viens de chez Hadès. »

[4] Cf. Platon, Hippias mineur 369d : « je questionne obstinément, je retourne les paroles en tout sens et je les rapproche pour comprendre. »

[5] Cf. Platon, Euthyphron, 16a « Pour le moment, je dois me hâter quelque part, et il est temps pour moi de m’en aller ».

[6] « Allons ! ». C’est là le dernier mot du Phèdre de Platon

Janine Kaminski vous donne la suite du conte pour enfant de Stavros Zaphiriou « Le petit pilote »

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 145, novembre 2016, article deux)

Stavros Zaphiriou

Le Petit Pilote (suite)

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)
Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

[Voici la deuxième partie du conte traduit du grec par Jeanine Kaminski commencé dans le  numéro 144 : https://ch.hypotheses.org/1598. La troisième et dernière partie au prochain numéro.]

Imaginez alors comme sa tranquillité fut troublée quand, en s’éveillant le lendemain matin, il vit debout à la fenêtre de sa chambre un pilote en chair et en os. Si on disait qu’il fut surpris, on se tromperait et ne se tromperait pas. Puisque ce pilote ressemblait et ne ressemblait pas aux pilotes, tels qu’il les avait créés dans son imagination. Et tout d’abord : génial ! Il portait un uniforme ! Un uniforme qui montrait, sans aucun doute, qu’il était pilote. Cependant il n’avait pas son âge, et n’était pas même un peu plus jeune. Ensuite, il semblait de toute façon savoir que le trajet qu’il avait suivi le mènerait directement à cette chambre. D’accord aussi avec ça ! Mais il était clair comme de l’eau de roche qu’il était incapable de distinguer si un éléphant – et bien sûr tout entier – dans le ventre d’un boa est ou n’est pas la même chose qu’un boa qui a avalé un éléphant.

Et comme à ce moment le pilote avait le dos tourné et regardait par la fenêtre les jardins du palais, sans s’être aperçu que le petit prince était réveillé, notre ami profita de ce temps pour calmer son excitation et mettre en ordre ses interrogations et ses nouveaux sentiments. Et dès qu’il se sentit prêt du point de vue psychologique, il demanda soudain :

« Est-il vrai qu’il n’y a pas besoin d’aéroplanes pour qu’il y ait des pilotes ? »

« Naturellement que c’est vrai », lui répondit directement le pilote, sans être surpris et sans même tourner la tête. « Comme il est vrai qu’il n’y a pas besoin que des pilotes existent pour qu’existent des petits princes. Et comme il est vrai aussi que tu peux être pilote et ne jamais voler. Mais sache-le », ajouta-t-il, « le difficile n’est pas de voler ; le difficile est d’être pilote. »

« Alors, ce doit être vrai aussi qu’il n’y a pas besoin d’aéroplanes non plus pour que quelqu’un puisse voler » observa le petit prince.

« Cela aussi est vrai. Et surtout, cette vérité est plus importante que les précédentes. Tiens, comme les oiseaux », approuva et renchérit avec sérieux le pilote, en se tournant pour la première fois de son côté.

Le petit prince le regarda alors attentivement. Si étrange que lui parût le fait qu’un pilote se trouvait de bon matin dans sa chambre, autant cela lui paraissait prodigieux. Car il existait, n’est-ce pas ?

« Ne mêlons pas de préférence les oiseaux à notre conversation. Nous en avons vu de toutes les couleurs si longtemps pour nous débarrasser d’eux. »

« D’accord. Puisque cette comparaison ne te plaît pas trouvons-en une autre sans oiseaux. Que dirais-tu des rêves ? Comment trouves-tu les rêves comme comparaison ? »

« Hum ! », le petit prince se gratta le menton. « Les rêves sont une solution possible. Mais comment peux-tu voler avec un rêve qui arrive et part à l’improviste dans ton sommeil et existe à son gré ? »

« En effet ! À première vue tu ne peux pas », reconnut le pilote. « Tu peux voler sans avoir besoin d’aéroplane, mais avec un rêve incontrôlable tu ne peux pas. Sauf… »

« Sauf ? » demanda-t-il avec anxiété.

« Sauf si tu crées tout seul les rêves ! » répliqua triomphalement le pilote, bien que ce ne fût pas du tout dans son caractère de pavoiser. « Alors, tu peux à la fois rêver que tu es pilote et voler avec ton rêve où tu veux toi-même ! »

« Bravo ! c’est ça ! » s’exclama aussi le petit prince en frappant avec enthousiasme de son poing droit dans sa paume gauche.

« Alors essayons. À partir de ce moment tu rêves que tu es un petit pilote qui rêve de créer son propre rêve et de voler avec lui vers sa réalisation. Tu portes une casquette avec une visière brillante et un bel uniforme confortable avec de larges galons rouges sur le pantalon et des ornements brodés d’or sur les manches ! »

Le petit prince, cependant, malgré son premier enthousiasme, pensa que la chose demandait encore beaucoup de réflexion. Les rêves qu’il voulait créer et rendre réels étaient si nombreux ! Mais, ce qu’il craignait – et il s’avéra qu’il avait raison de le craindre – était que d’une part il ne savait pas du tout dessiner et que de l’autre il détestait tenir son journal princier. Dans ces conditions, et parce que son esprit volait constamment d’un côté et de l’autre, comment réussirait-il à mettre en ordre ses rêves ? Ainsi, tous les rêves qu’il s’était déjà mis à faire, il les oubliait très vite. Et quand il essayait de s’en ressouvenir il s’embrouillait, embrouillant aussi les rêves entre eux. Et ce que finalement il réussissait, c’était de les mélanger tous dans un rêve si compliqué et long qu’il lui était impossible de distinguer quel en était le début, le milieu et la fin. Et surtout : il lui paraissait incroyablement difficile de comprendre si en s’envolant avec ce rêve il allait quelque part ou revenait de quelque part. Nous, cependant, il va falloir sans doute lui pardonner cette confusion. Parce qu’ainsi sont les petits princes qui veulent être pilotes. Ils ont ces complications princières !

 

Le rêve embrouillé que fit tout seul le petit pilote :

Vous attendez sûrement d’apprendre quel est ce rêve embrouillé que fit tout seul le petit pilote. Mais ici je vais vous décevoir. Et la raison, si inattendue qu’elle soit, est aussi simple.

Vous vous souvenez certainement que la première personne à laquelle le petit prince demanda de lui résoudre ses problèmes était son père le roi. Eh bien, ce roi, alarmé par les manigances de son fils avec des pilotes, avec des aéroplanes qui n’existent pas, avec des oiseaux et des vols, prit soin tout de suite d’interdire tous les vols. Et de plus, comme il soupçonna que dans cette histoire les rêves jouaient quelque rôle, il avait ordonné, en tant que roi, que personne sans exception ne vole même avec ses rêves. Et puisque cela non plus ne lui suffisait pas, il avait ajouté dans le catalogue des interdictions le fait même de créer ses propres rêves, fût-ce des rêves terriens.

Vous comprenez maintenant les obstacles que trouvait devant lui notre petit pilote, malgré sa bonne volonté de décoller, même avec son rêve embrouillé.

 

Le catalogue des interdictions du roi

Nous, Roi et Souverain Absolu de ce pays, Ministre également du développement linguistique de la nation, désirant protéger nos administrés des idées nouvelles démoniaques et sataniques, dont il est certain que si elles s’appliquent elles mettront sens dessus dessous la façon dont nous leur avons appris à vivre, nous décidons et décrétons ce qui suit :

1° Nous interdisons tout vol (et principalement les vols avec des rêves) qui peut entraîner nos sujets à l’intérieur et à l’extérieur des frontières que nous reconnaissons comme frontières de l’État existant et de notre autorité souveraine.

2° Nous interdisons à un quelconque de nos sujets, et sans aucune exception, de fabriquer (à l’intérieur d’un atelier ou à l’extérieur) et de réaliser de quelque façon que ce soit ses propres rêves, mais en particulier des rêves où :

 

  • C’est le printemps et la nature s’est réveillée et étirée (pour mieux se réveiller de son sommeil hivernal) avec toutes ses fleurs (monocotylédones etc.), ses arbres, ses animaux et ses reptiles qui s’animent et menacent de bouleverser les esprits, avec pour conséquence la désobéissance envers les lois et les règles de notre Royaume. Toute tentative de vol en particulier avec usage de dragons volants (de petite ou grande taille, peu importe) qui en outre rejettent, où bon leur semble, par leurs naseaux des flammes suffisantes pour mettre le feu à des habitations, des lessives qui sèchent – avec leurs pinces –, comme à n’importe quoi exposé à la fureur du feu, sera considérée comme un attentat contre l’ordre du territoire et sera punie.

 

  • C’est l’hiver et apparaît ce démon insouciant de la neige. Lequel, de l’aveu général, dédaigne nos Décrets Royaux, mais sous peu aussi les intérêts inavouables que servent ces Décrets. Qui considère déplorables, condamnables et méprisables les Décisions Royales, dans la mesure où les a prises Notre Majesté, de même que les circulaires explicatives qui les accompagnent. Qui a pour seuls souci et distraction de lancer des boules de neige sur des passants sans méfiance, de manger du pain de neige tartiné de confiture de neige et de la neige frite dans de l’huile de neige, étalant tous azimuts une gloutonnerie particulièrement provocante. Qui refuse de fréquenter nos paisibles et obéissants sujets, leur préférant la compagnie des gros patapoufs de bonshommes de neige. Tout contact physique ou onirique avec ce démon barbare et asocial est interdit et sera puni.

 

Ah ! que ne donnerais-je pas pour que d’autres avec nous pussent jouir du jargon royal de Sa Majesté ! Mais vous avez vu quelle langue riche et solennelle ! Vous avez vu combien de mots et quelle bonne grammaire on doit connaître, pour exercer ses devoirs royaux, si par hasard on devient roi ! Eh bien, vous feriez bien de commencer à apprendre vous aussi de tels mots car, sait-on jamais ? Savez-vous ce que vous réserve l’avenir ? Mais surtout parce que suivent encore d’autres interdictions de ce genre :

 

  • Dans une grotte très profonde sur le flanc d’une montagne, avec son entrée cachée par des branches sèches et des rochers d’une bonne grandeur, quelqu’un peut découvrir, à sa surprise et au dépourvu, une baleine très volumineuse qui chante les petits vers insignifiants qui suivent :

 

Si tu tombes dans la montagne en face d’une baleine

ne te demande pas « qu’est-ce qu’elle chante ici »,

parce que la montagne aussi a son charme,

elle n’a pas d’algues mais elle a son thym.

 

Que l’aspect sombre de la baleine

ne te surprenne pas dans la grotte ;

chaque chose inexplicable a une explication,

il suffit que tu n’interrompes pas le récit.

 

Dans la mer on est au large,

sauf si tu as une belle voix

les hommes avec quelques appareils

t’entendent et alors commencent les problèmes.

 

Ils te lancent en douce des harpons,

te découpent en morceaux jusqu’à la queue,

prennent ta chair, tes graisses,

ils prennent même ce que tu caches dans ton estomac.

 

Le salut est dans les montagnes.

Si en plus tu trouves une bonne grotte

où ta grâce toute entière puisse tenir,

je crois que tu sauves ta peau.

 

Toute nature d’accord réel ou onirique avec le contenu de cette chanson populaire et pleine de fausses notes, laquelle empêche le développement du commerce et des exportations et sème la zizanie chez les autres baleines pour la revendication de leur salut, même avec des moyens extra-marins, est interdit et sera puni.

 

  • Sur les eaux d’un lac assez grand et serein se baigne – en infraction à nos ordres au sujet des baigneurs – avec des balancements inconvenants un cygne tout blanc. Lequel fait onduler son cou avec une grâce coquette et avec majesté, tandis qu’il se pare – en infraction encore à nos ordres – de tous les scintillements des gouttelettes d’eau. Lequel soudain dans une lumière rose qui descend du ciel, recourbe son cou, incontestablement souple, et commence à ôter de son bec rouge noirâtre une par une les plumes de son plumage. Sous lequel on découvre une jeune fille qui devient de plus en plus belle et encore plus belle, à mesure qu’elle sent qu’un de ses amoureux la regarde. Tout regard furtif ou ostensible sur la jeune fille-cygne en question avec la justification de « l’harmonie », de la « grâce », de la « chasteté », de « l’amour » ou de la « beauté », est interdit comme non-constructif et sera puni.

 

Le petit pilote ne supporta pas de lire la suite des interdictions du roi. Il trouvait qu’un tel catalogue méritait d’être déchiré en mille morceaux et il se sentait tellement, mais tellement triste qu’il eût été rédigé par son propre père. Non pas que lui fussent jamais passés par l’esprit les rêves de ce genre, non ! Mais parce qu’il comprenait que le roi interdisait tout ce qui pourrait rendre les hommes, mais aussi tous les êtres vivants de son royaume, joyeux et heureux. Et aussi parce qu’il comprenait que derrière les rêves peut se cacher quelque chose qu’on ne distingue pas au premier regard. Voyez-vous, bien qu’il fût le fils du roi et qu’il passât toute sa journée dans le palais, il n’avait pas la moindre idée de la politique ni des moyens par lesquels on administre un royaume.

« Ces moyens sont très ennuyeux, » se dit-il. « Il faudrait que j’en discute avec le pilote. Mais où est-il passé lui aussi ? »

En effet, le pilote avait disparu.

« C’est du joli ! » Un peu déçu, le petit pilote leva les bras. « Il m’a débité à merveille ses théories et maintenant que les choses semblent se compliquer, le voilà qui a tiré son épingle du jeu. Ah, on ne peut plus faire confiance à personne ni à rien. Pas même aux pilotes. »

Mais en vérité, qu’est devenu le pilote ?

[La suite au prochain numéro : https://ch.hypotheses.org/1799]