Archives par mot-clé : al-ḥamra

J.C. Rolland et A. Jambon, »Sur le nom de Chypre »

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article trois.

Sur le nom de Chypre

 

Photo du massif du Troodos montrant la végétation et la couleur du sol, cliché A. Jambon

 

Que le nom du cuivre, dans un grand nombre de langues modernes, soit issu de celui de l’île de Chypre, nul n’en doute. Selon les langues, le mot utilisé pour désigner ce métal a transité soit par son nom latin, cŭprum, soit par son adjectif dérivé, cŭprĕum « de cuivre ». Mais le cuivre n’est pas le seul objet à devoir son nom à celui de Chypre. Le nom de l’île a en effet engendré un nom commun, chypre, qui désigne non seulement un vin renommé de la région et le raisin avec lequel ce vin est fabriqué, mais aussi le nom d’un parfum, jadis appelé cypre, composé d’essences aromatiques diverses (bergamote, santal).[1]

En ce qui concerne l’étymologie de cypre, il existe au moins une autre hypothèse que nous avons trouvée dans un article de Valentina Gasbarra et Marianna Pozza[2]. Pour ces auteurs, ce cypre est sans rapport avec Chypre. Sa dénomination savante, Cyperus, est attestée en mycénien sous les formes ku-pa-ro et ku-pa-ro2. C’était une plante alimentaire cultivée pour sa racine (Cyperus esculentus). C’est ce même terme qu’on retrouve dans le grec kύpairoς, variante de kύpeiroν, dont le Dictionnaire étymologique de la langue grecque (DELG)[3] de Chantraine nous dit qu’il désigne la plante communément appelée « souchet » et qu’il s’agit d’un probable emprunt. Pour Gasbarra et Pozza, une origine sémitique du grec est plausible.

Revenons à Chypre. Peu de gens semblent s’être intéressés à l’origine de ce toponyme[4]. C’est d’autant plus étrange qu’on croit connaître maintenant l’ancien nom de l’île (Alashiya) et qu’on aurait pu se demander quand, pourquoi et par qui elle avait été rebaptisée Κύπρος. Si le DELG conclut sa notice par un sommaire « Étymologie inconnue », nous nous arrêterons quant à nous sur les deux hypothèses rapportées par Paul Chaix dans un article déjà ancien intitulé « L’île de Cypre »[5].

 

  1. Cypre et cyprès

La tentation était évidemment forte de rapprocher le nom de l’île de celui du cyprès, cet arbre si représentatif de la flore méditerranéenne. Selon Chaix, telle était en effet l’hypothèse avancée par l’archéologue et géographe Victor Guérin,

« […] par allusion aux cyprès (Cupressus sempervirens) magnifiques et gigantesques dont elle était non seulement couverte mais étouffée, au point que les anciens habitants avaient à lutter contre l’envahissement de la forêt cypriote, attesté par Eratosthène, lutte qui devait être facile puisque ces cyprès alimentaient d’importantes constructions navales. »

Victor Guérin – à moins que ce ne soit Eratosthène – aurait-il confondu le cyprès et le cèdre (Cedrus brevifolia) ? Ce dernier beaucoup plus imposant, était exporté vers l’Égypte en particulier où le bois d’œuvre est rare. Le pin (Pinus brutia, P. nigra), également abondant sur l’île, est une autre essence très recherchée comme bois d’œuvre.

Que nous disent les linguistes des étymons de notre cyprès ? Le latin avait deux formes : cupressus et cyparissus, cette dernière empruntée directement au grec κυπάρισσος. Pour le DELL[6], la phonétique semble exclure que cupressus soit lui aussi un emprunt direct au même mot grec ; les deux mots, le grec κυπάρισσος et le latin cupressus, doivent donc avoir été empruntés indépendamment à une langue méditerranéenne. Pline fait venir le cyprès d’Asie, via Tarente. Le DELG se limite à « terme méditerranéen d’origine inconnue, peut-être par un intermédiaire étrusque. » On voit qu’aucun des deux ouvrages ne se risque à faire la moindre référence à Chypre.

  1. Cypre et cypre

 Ce cypre-ci – appelons-le cypre.2 – est un homonyme, non seulement de l’ancien nom français de l’île mais aussi du cypre.1 dont nous avons parlé plus haut, forme ancienne du nom du parfum désormais appelé chypre. Le cypre.2 (Lawsonia inermis) désigne quant à lui une plante odoriférante originaire d’Orient, utilisée en parfumerie et dont les feuilles broyées fournissent le henné. Son nom résulte d’un emprunt au latin impérial cypros, transcription du grec κύπρος « henné »,[7] mot dont le DELG nous dit qu’il s’agit d’un emprunt sémitique probable en le rapprochant de l’hébreu koper de même sens. La deuxième hypothèse rapportée par Paul Chaix – avec moins de conviction que pour la première – fait dériver le nom de l’île du nom sémitique de cet arbuste « qui y est aussi très commun. »

Cette dernière affirmation est pour le moins légère : si le henné était effectivement connu dans le monde méditerranéen – la momie de Ramsès II en est couverte – la plante, elle, ne peut pas pousser à Chypre où le climat ne lui convient pas (il faudrait une température supérieure à 11°C en hiver).

En revanche l’origine sémitique de cypre.2 semble unanimement admise. Nous compléterons l’information sommaire donnée par le DELG par une citation de Luc Renault, Journal des médecines cunéiformes (2007). L’auteur y fait un compte rendu critique d’une étude[8] ; nous en avons extrait cette citation :

« Scurlock néglige deux caractéristiques fondamentales du henné (fleurs odoriférantes et feuilles aux propriétés tinctoriales), et ne tient pas compte des termes hébreu (kōper), démotique (qwpr) et grec (κύπρος), dérivés du trilitère KPR et désignant le henné à partir du milieu du Ier millénaire av. notre ère.  »

À cette petite liste on peut ajouter l’ougaritique kpr, de même sens. Ces emprunts donnent une idée de l’importance dans l’Antiquité de l’utilisation et du commerce du henné en Méditerranée orientale.

Notons au passage que c’est ce même κύπρος qu’on retrouve dans κυπρῖνος “carpe”, poisson dénommé ainsi en raison de sa couleur. Le français en fera cyprin, nom savant du poisson rouge, de la famille des cyprinidés.

Nous devons donc comprendre que le henné, le κύπρος grec, n’est pas une plante autochtone mais un produit importé d’usage cosmétique et dont une propriété remarquable réside dans son pouvoir tinctorial. 

  1. Chypre, l’Île Rousse ?

Nous avons vu que le nom du cyprès n’est probablement pas issu du nom de l’île, mais qu’en est-il du contraire ? Les deux mots ont peut-être un étymon commun mais il semble difficile de faire dériver Κύπρος de κυπάρισσος. Pour ce qui est de κύπειρον, Cyperus, le souchet, on ne voit pas vraiment la relation avec Chypre, même si, là encore, l’existence d’un étymon commun ne peut être totalement exclue. 

Il nous reste le henné. Nous avons en effet deux mots – Κύπρος « Chypre » et κύπρος « henné » – parfaitement homonymes[9] dont l’un désigne une île, un État, et l’autre un produit cosmétique à usages multiples et colorant les cheveux ou la peau d’un orange vif tirant sur le rouge, plus ou moins sombre selon la préparation. La seule relation plausible que l’on peut trouver entre les deux serait tout simplement la couleur du sol de l’île. Il convient donc, avant de poursuivre, de dire quelques mots sur la géologie de Chypre.

Cette île possède un massif montagneux important, le Troodos, culminant à plus de 2000 m d’altitude. De loin, en bateau, ce sera la partie visible de l’île. Le massif du Troodos est un lambeau de lithosphère océanique dont l’extension (environ 90 x 30 km) est tout à fait remarquable. La majeure partie, dont le sommet principal, est constituée d’une roche ultra-basique appelée péridotite et majoritairement du minéral olivine. Cette roche à l’affleurement prend avec le temps une patine orange/rouge plus ou moins sombre et caractéristique, à tel point que les géologues s’en servent pour détecter à distance ces péridotites. Sur une image satellite, le massif du Troodos paraît sombre, mais cela est en partie dû à sa végétation. Si l’on agrandit l’image, on remarque que cette couleur résulte de la composition d’un sol rouge/orange et de la végétation vert sombre (les cèdres et les pins).

Ce constat n’est pas une vision tendancieuse des auteurs, qui ne sont pas les premiers à l’avoir fait. En effet, il existe dans les Pyrénées françaises, quelques petits massifs kilométriques de péridotite, dont l’un situé dans l’Ariège porte le nom de lieu-dit Fontête Rouge. Un autre exemple peut être pris cette fois à Chypre même : il existe en bordure est du massif du Troodos un village appelé Alambra (Αλάμπρας). Ce toponyme est très probablement apparenté à l’arabe الحمراء al-ḥamra qui signifie « la rouge » (cf. la célébrissime Alhambra de Grenade). La végétation sur le Troodos est clairsemée, en relation avec l’aridité du climat et les frimas hivernaux, ce qui met bien en évidence la couleur du sol caillouteux. Curieusement, il se trouve que la couleur du henné et celle du cuivre sont très proches, mais c’est du premier que Chypre tient plutôt son nom, car le cuivre n’affleure jamais à la surface du sol.

Il est important de noter que la couleur rousse (rouge/orange) du massif du Troodos est remarquable car aucune autre île de la Méditerranée ne présente une géologie comparable ; c’est donc une caractéristique qui peut justifier un nom rappelant cette couleur. Il ne manque pas, sur tous les continents, de noms ou adjectifs de couleur ayant servi à désigner un lieu, une rivière, une montagne : le Cap-Vert, le Mont Blanc, le Colorado, L’Île-Rousse, la Mer Noire, la Mer Rouge, le Fleuve Jaune, Albion, le Sahara[10], etc. Ce n’est donc pas parce que le κύπρος est « commun sur le sol de Chypre » (Chaix) qu’il a probablement donné son nom à l’île, mais parce qu’elle en arbore singulièrement çà et là la couleur.

À quelques milles de la pointe orientale de Chypre, Ougarit, seul débouché maritime possible pour toute la région du Moyen Euphrate, disposait d’une position géographique privilégiée pour un commerce qui concernait divers produits : vin, huile d’olive, matières textiles et colorants pour les produits exportés par Ougarit, tandis que d’autres produits, comme le cuivre chypriote ou d’autres métaux provenant d’Anatolie, transitaient par ce port.

En supposant que Chypre tienne son nom de la couleur de son sol, quelle est la date d’apparition du toponyme puisqu’il n’est pas attesté jusqu’à la fin de l’Âge du Bronze ? Est-il d’origine grecque ou bien provient-il directement d’une langue sémitique parlée par les marins phéniciens ou les commerçants d’Ougarit ? Nous ne pouvons que laisser ces questions en suspens. Tout ce que nous pouvons dire c’est que les deux κύπρος – celui qui désigne l’île, attesté à l’époque homérique (voir annexe), et celui qui désigne le henné, attesté à l’époque de Théophraste[11] – sont issus du même mot sémitique conservé et transmis de siècle en siècle. À l’époque de Théophraste on avait certainement oublié depuis longtemps que ce même mot avait jadis servi à nommer Chypre, et le pays d’Ougarit n’était plus qu’un tas de ruines enfouies. Mais les langues sémitiques de la région utilisaient encore un mot en KPR ­­– notamment l’hébreu koper – pour désigner le henné. C’est ce mot que les Grecs auront alors emprunté en même temps que le colorant qu’il désigne. Telle est du moins notre hypothèse.

 

Jean-Claude Rolland, linguiste, docteur en études arabes (ENS-Université de Lyon)

Albert Jambon, professeur émérite de géochimie à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)

 

ANNEXE : Les cinq occurrences de Κύπρος dans l’Iliade et l’Odyssée

Iliade 11, 21

πεύθετο γὰρ Κύπρον δὲ μέγα κλέος οὕνεκ᾽ Ἀχαιοὶ,

ἐς Τροίην νήεσσιν ἀναπλεύσεσθαι ἔμελλον

Odyssée 4, 83

ἦ γὰρ πολλὰ παθὼν καὶ πόλλ᾽ ἐπαληθεὶς
ἠγαγόμην ἐν νηυσὶ καὶ ὀγδοάτῳ ἔτει ἦλθον,
Κύπρον Φοινίκην τε καὶ Αἰγυπτίους ἐπαληθείς,
Αἰθίοπάς θ᾽ ἱκόμην καὶ Σιδονίους καὶ Ἐρεμβοὺς
καὶ Λιβύην, ἵνα τ᾽ ἄρνες ἄφαρ κεραοὶ τελέθουσι.

Odyssée 8, 362

ὣς εἰπὼν δεσμὸν ἀνίει μένος Ἡφαίστοιο.
τὼ δ᾽ ἐπεὶ ἐκ δεσμοῖο λύθεν, κρατεροῦ περ ἐόντος,
αὐτίκ᾽   ἀναΐξαντε ὁ μὲν Θρῄκηνδε βεβήκει,
ἡ δ᾽ ἄρα Κύπρον ἵκανε φιλομμειδὴς Ἀφροδίτη,
ἐς Πάφον· ἔνθα δέ οἱ τέμενος βωμός τε θυήεις.

Odyssée 17, 443- 444

ἔνθ᾽ ἡμέων πολλοὺς μὲν ἀπέκτανον ὀξέϊ χαλκῷ,
τοὺς δ᾽ ἄναγον ζωούς, σφίσιν ἐργάζεσθαι  ἀνάγκῃ.
αὐτὰρ ἔμ᾽ ἐς Κύπρον ξείνῳ δόσαν  ἀντιάσαντι,
Δμήτορι Ἰασίδῃ, ὃς Κύπρου ἶφι ἄνασσεν·

Odyssée 17, 448

στῆθ᾽ οὕτως ἐς μέσσον, ἐμῆς ἀπάνευθε τραπέζης,
μὴ τάχα πικρὴν Αἴγυπτον καὶ Κύπρον ἵκηαι·

NOTES

[1] Entrée chypre du Trésor de la Langue Française (TLF).

[2] Gasbarra, Valentina et Pozza, Marianna, 2012  « Fenomeni di interferenza greco-anatolica nel II millennio a.C.: l’ittito come mediatore tra mondo indoeuropeo e mondo non indoeuropeo ». Annali del Dipartimento di Studi Letterari, Linguistici e Comparati Sezione linguistica. 165-214

[3] Chantraine, Pierre, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1977.

[4] Markus Egetmeyer – dans Le dialecte grec ancien de Chypre, Walter de Gruyter, 2010, p. 243 – en cite quelques-uns : Engel 1841, Dugand 1973, Neu 1997, Thomas Palaima 2005.

[5] Chaix, Paul. L’île de Cypre. In : Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 19, 1880. pp. 105-113. Chaix tenait beaucoup à cette version du nom de l’île.

[6] Ernout, Alfred et Meillet, Antoine, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1932, réédition 2000.

[7] Entrée cypre du Trésor de la Langue Française (TLF).

[8] Scurlock, Joann « A Proposal for Identification of a Missing Plant: Kamantu / ÚÁB.DUḪ = Lawsonia inermis L. / “henna” », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, 97, 2007, pp. 491-520.

[9] Il existe un troisième κύπρος qui désigne une mesure pour le grain. Il est difficile d’imaginer un rapport autre qu’homonymique avec les deux autres. Pour Heinrich Lewy (1895), Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin : R. Gaerners, réédité Hildesheim – New York : Georg Olms, 1970, 263, nº 1, ce mot est d’origine sémitique. Le DELG considère cette hypothèse douteuse. Ce n’est pas notre avis mais il serait hors sujet de nous étendre ici davantage sur cette question.

 

 

[10] Littéralement « Les (terres) fauves / blanches mêlées de rouge. »

[11] DELG p. 600, κύπρος, et 601, Κύπρος.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts