Archives par mot-clé : χαῖρε

Bernard Boyaval : Trois articles d’épigraphie gréco-égyptienne

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article quatre.

La mort d’Hippolyte, Laurens Alma Tadema, Collection privée, 1860 (wikicommons)

XAIPE

Les dictionnaires proposent diverses traductions de cet impératif χαῖρε. Deux significations principales semblent s’imposer selon que le verbe s’adresse à des vivants ou à des défunts. Adressé à des vivants, l’impératif a valeur de « souhait de bienvenue dans les rencontres » (Bailly s. v.) ; on le traduit par l’interpellation « salut ». Par une sorte d’extension, il peut s’appliquer à des relations positives avec le monde extérieur, dont le dictionnaire donne en exemples la terre natale, le soleil etc. (Eschyle Agamemnon v. 508, Sophocle Philoctète v. 1450 etc.). À l’inverse, le même impératif peut exprimer une relation négative, impliquant un refus, une séparation ou autre chose semblable. Il convient donc à l’expression de « l’adieu » aux morts. Ainsi, les éditeurs anglo-saxons d’épitaphes grecques le traduisent unanimement par « farewell ». Mais on constate que des éditeurs français ont tendance à mêler les deux traductions, « salut » et « adieu » dans leurs éditions.

De cette tendance, E. Bernand (dans ses « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres, 1969, p. 43-397 : épigrammes funéraires nos 1-102) fournit des témoignages. J’y ai dénombré treize emplois certains de cet impératif.

Sur les nos 3-5, 13-14, 33, 35 et 65 de ses épigrammes funéraires, « salut » interpelle les défunts. Sur le n°1, le vivant est supposé « dire bonjour à celui qui est sous terre » (p. 43 v. 5-6). Sur le n° 37, l’impératif est traduit « Excellente Dôsithéa, réjouistoi » (p. 185, v. 12). Dans ces deux cas, les variantes s’appliqueraient plus opportunément à des rencontres de vivants !

En revanche, le n°10, p. 75, v. 15-16 traduit logiquement « Passant, puisses-tu me dire adieu » et le n° 66, p. 266, v. 7-8 exprime ainsi la relation du défunt au vivant « Salut donc, passant ».

Il y aurait intérêt à unifier les traductions, comme le font les Anglo-saxons, en traduisant par « adieu » partout où l’impératif s’applique aux défunts. Ce serait même faire œuvre de fidélité que de plaquer sur les traductions françaises la monotonie des formulaires grecs.

Une stèle fait problème. C’est l’épitaphe d’Alinè (n° 34, p. 173-175, v. 5). Le vers concerné exprime un souhait ainsi traduit par Bernand : « Que le salut que tu as prononcé te soit deux fois rendu ». Ce souhait est adressé au vivant (v. 3 : « toi, passant, nourri par les travaux des Muses ») pour le remercier du mot qu’il a solennellement prononcé pour elle. À la suite du premier éditeur du monument, M. Segre, qui trouvait cette formulation obscure, Bernand, p. 174 et note 11, a supposé que « le vœu s’explique sans doute par le double sens du verbe, employé d’abord par le vivant au sens de « salut » puis par le mort dans celui de « se réjouir ». Il est certain que le passage s’obscurcit si on y suppose une sorte de jeu sur deux sens possibles du verbe. Est-ce bien nécessaire ? Ne pourrait-on pas imaginer qu’Alinè souhaite au passant de bénéficier du même adieu respectueux que celui qu’elle a eu de lui, quand ce sera son tour de le recevoir, défunt lui-même, des générations futures ? On pourrait alors traduire ainsi le v. 5 « que l’adieu que tu auras prononcé te soit deux fois rendu » (sous-entendu plus tard).

Que le passant ait dit « adieu » et non « salut » ou « réjouis-toi » à Alinè, en lisant son inscription funéraire, me paraît assuré par un témoignage littéraire que Bernand, curieusement, n’a pas cité. C’est un passage de l’Hippolyte d’Euripide où les deux interprétations ont été soigneusement distinguées. Dans les tout derniers vers de la tragédie, la déesse Artémis s’adresse au jeune Hippolyte agonisant, pour lui signifier qu’elle ne peut pas rester à ses côtés, à l’instant de sa mort. Employant le verbe à l’impératif, comme sur les documents nilotiques cités plus haut, elle lui dit « adieu » (v. 1437) et Hippolyte, reprenant ce verbe mais au participe présent (v. 1440), lui répond « pars en joie toi aussi, vierge bienheureuse » (traduction et commentaire G. Soury, Revue des Études Grecques 56, 1943, p. 34). Le jeu de mots euripidéen, jugé « d’une ironie quelque peu sombre » (œuvre citée p. 35), rend bien compte de la distinction à maintenir selon qu’on s’adresse à un(e) mort(e) (dans le cas d’Hippolyte un presque-mort) ou à un(e) vivant(e). Il n’y a pas d’indice d’un tel jeu sur la stèle d’Alinè.

***

SUR DEUX ÉPITAPHES D’HERMOUPOLIS MAGNA

 

Les défunts commémorés par les épitaphes métriques aiment à parler de la mort en général. C’est le cas en Égypte, à lire E. Bernand (« Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Ann. Litt. Univ. Besançon 98, Paris, Les Belles-Lettres, 1969). Le thème le plus fréquent est aussi le plus banal, « il faut mourir ». Sur cette idée rebattue, leurs déclarations ne pouvaient pas briller par l’originalité. Voici quelques échantillons de ces lapalissades : « (à la mort) nul parmi les hommes ne peut se soustraire ; mais devant tous s’ouvre le chemin que voilà » (n° 33, v. 25-26 p. 165) ; « la loi commune de la mort » (n° 97, v. 14, p. 378) nous fera, tôt ou tard, tous « descendre chez les morts » (n° 75, v. 9, p. 305) et « séjourner dans l’Hadès » (n° 81, v. 6, p. 323). Seul et pauvre remède, la résignation (n° 97, v. 16, p. 378 « Ne pleure pas, mon bon », n° 5, v. 20, p. 53 « ne te torture pas toi-même, mais souviens-toi de l’existence »).

Un épigrammatiste a-t-il réussi, d’un trait d’esprit, à rompre avec la morne monotonie de ces lieux communs archi-usés ?

Oui, en 1969, Bernand en avait trouvé un. C’est l’auteur anonyme de l’épitaphe en l’honneur de l’architecte Harpalos (n° 23, p. 128) : « c’est lui qui a orné les très longs murs des temples, qui a dressé dans des portiques de hautes colonnes et souvent il a déplacé les cimes des montagnes, comme des enfants des bouts de bois, en les faisant céder avec de faibles câbles » (v. 5-8). Mais « les fils des Moires » sont plus robustes que ne l’étaient ses câbles ! (o.l. p. 128, v 13 et 133 comm. au v. 14). La vie de l’architecte s’est achevée sur ce jeu entre les fils des Destinées, « trop forts », et les câbles du bâtisseur, trop faibles.

À cette date, Bernand n’a pas relevé qu’un autre poème funéraire s’achevait par une « pointe » exactement identique. C’est le n° 22, II, en l’honneur du pédotribe Hermocratès. Le versificateur y a commencé son éloge par un lieu commun aussi médiocre que les autres : « Mourir est la loi universelle et le sort réservé à chacun » (p. 116, v. 1). Puis il a rappelé la brillante carrière du pédotribe : « Il enseigna l’athlétisme aux éphèbes, la façon de vaincre tous les adversaires sans tomber sur le sol » (v. 9-10). Mais… le lutteur méritant a trouvé lutteur plus fort que lui, Thanatos, qui lui a infligé le sort qu’il voulait éviter à ses jeunes élèves : « il est tombé lui-même sous les prises violentes de la Mort et il gît, vaincu, ici » (v. 11-12).

Même volonté de perfection chez l’architecte et le lutteur, même victoire des Dieux sur eux, même jeu d’esprit pour finir. Il faut ajouter une double coïncidence entre eux, géographique et chronologique. L’éloge funèbre d’Hermocratès a été découvert dans la nécropole d’Hermoupolis Magna, à Touna el-Gebel exactement ; la forme des lettres dans l’inscription est attribuée à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle après J.-C. L’éloge d’Harpalos est déclaré provenir aussi d’Hermoupolis Magna/Achmounein, « sans autre précision » selon W G. Waddell son premier éditeur, qui l’a daté du début du IIIe siècle après J.-C. (p. 128 note1).

Ne pourrait-on pas imaginer une origine commune à ces deux documents, dans un atelier d’Hermoupolis ?

***

UNE ÉPITAPHE LATINE DE VIENNE (ISÈRE)

 

Sur la route qui longe le Rhône de Lyon à Valence, Vienne et ses environs ont produit beaucoup d’inscriptions latines. Peu à peu, des publications partielles révèlent de nouvelles trouvailles. Une de ces contributions nous a fourni une épitaphe chrétienne qui a attiré mon attention. Commentée par P. Wuilleumier (« En territoire viennois », Revue des Études Anciennes, Bordeaux, 48, p. 92-100), elle commémore un défunt au nom mutilé (l. 1), mort en 536 à 37 ans. Son texte lui accorde neuf lignes élogieuses dont voici l’essentiel, dans la traduction de Wuilleumier : « (…) d’excellentes mœurs, aimé de tous (?), d’esprit bienveillant, plein d’affabilité, (…) prompt à pardonner, reconnaissant, pieux dans sa foi », toutes qualités qui font partie de la phraséologie usuelle.

Aux l. 4-5, Wuilleumier a restitué

[i]n bellando strenuus in |[pace ?] fortis animi

et traduit

« énergique au combat, de grand cœur dans la paix ( ?) ».

La séquence oppose l’état de guerre à son contraire et, du coup, la restitution [pace] est vraisemblable.

Le personnage, important peut-être, a fait alterner des activités militaires (in bellando) et d’autres hors conflit. Or, ce schéma antithétique est en tous points semblable à celui qu’on lit sur quelques épitaphes grecques d’Égypte, commémorant des officiers de l’armée lagide. Voici deux de ces exemples nilotiques, les nos 4 et 35 dans le recueil d’E. Bernand (Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Annales littéraires de l’Université de Besançon 98, Paris, Les Belles-Lettres, 1969). Sur la première p. 49, Ptolémaios le défunt, parlant de lui, dit « (v. 6-11) je conduisais l’impétueux Arès (…) maintes fois valeureux parmi les fantassins » et, plus loin, « (v. 11-12) quand il s’agissait de donner un avis, j’ai remporté l’éloge que procure la sagesse ». Sur la seconde p. 175, même construction en antithèse : « (v. 8) courageux dans les conseils et par la lance ». Ces témoignages, égyptiens par la provenance mais grecs d’inspiration, remontent à un modèle homérique : au chant IX de l’Iliade, Achille déclare ne vouloir aider Agamemnon « ni de son conseil ni de son bras » (v. 374) et, plus loin, il est jugé « bon diseur d’avis, bon faiseur d’exploits » (v. 443).

Je ne suis pas certain que « fortis animi » (« de grand cœur » ?) désigne ici les qualités de cœur du défunt. Une allusion aux puissances du sentiment ferait double emploi avec les allusions à ses liens d’affection, sa bienveillance (benignus l. 3), son affabilité, sa promptitude à pardonner (ad ignoscendum promptus l. 6). En face de strenuus, qui évoque la frénésie des combats, fortis animi pourrait par contraste insister sur sa « fermeté » de jugement, la « force » de sa rationalité. Animus peut, en effet, désigner autant le siège de la raison que celui des passions (cf. le dictionnaire Gaffiot s v. p. 129, § 2 et 4).

Ce point de contact entre Gallo-Romains et Grecs n’est pas le seul dans le Viennois.

Bernard Boyaval

Université de Lille III

 

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

BERNAND E. (1969), Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 98).

WUILLEUMIER P. (1946), « En territoire viennois », Revue des Études Anciennes, Bordeaux, 48, p. 92-100.

 

ggg