Archives par mot-clé : πόλις

Jean-Victor Vernhes revient sur l’étymologie de ΠΟΛΙΣ [polis] « lieu d’habitation » et de ΠΤΟΛΙΣ [ptolis] « ville forte »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 140, mars 2015, article six)✭✭✭

 

Retour sur l’étymologie de πόλις et πτόλις (II)

Hermès, la punaise et Ougarit

Hermès et sa mère Maia, peintre Nikixenos, Staatliche Antikensammlungen
Hermès et sa mère Maia, peintre Nikoxenos, Staatliche Antikensammlungen, Munich (wikicommons).

 

 

Cet article fait suite à celui que j’ai fait paraître dans le numéro 135 de Connaissance hellénique (Juillet 2013), et dans lequel j’ai proposé :

1- De poser πόλις < *kwolis, en rattachant le mot à la racine *kwel, qui, à partir du sens fondamental de tourner, tourner autour d’un centre, a développé les sens de s’occuper de quelque chose, et de habiter un lieu, le cultiver.

2- De disjoindre πόλις de πτόλις, le premier terme désignant tout lieu d’habitation, le second la ville forte.

Cet article de juillet 2013, vous le trouvez sur : ch.hypotheses.org/556

 

1 Une question de chronologie

À propos de la différence d’emploi que je vois dans la langue homérique entre πτόλις et πόλις, Rémy Viredaz m’écrit :

« Au sujet de la mixité dialectale de la langue épique et de votre question “quid de la différence d’emploi”: les différentes composantes dialectales ne sont pas sur pied d’égalité mais remontent à des dates différentes (il a dû exister une tradition épique achéenne au 2e millénaire, puis, issue d’elle, une tradition épique éolienne, puis, sans doute à la suite de l’immigration ionienne en Asie, cette tradition s’est poursuivie en territoire ionien. Plus tard encore, recension attique.) Tout cela a laissé des traces dans la langue épique ou dans les formules. C’est par cette différence de chronologie que je me demande si l’on peut expliquer la différence de sens que vous avez observée entre πτόλις et πόλις dans la langue épique. Suggestion qui devrait naturellement être contrôlée…Dans les dialectes, il y a plutôt eu succession que coexistence… »

Nous allons tirer parti de ces indications. Ainsi le terme πτόλις nous renvoie à la zone chronologique la plus ancienne, celle qui représente la tradition épique achéenne du IIe millénaire. À cette tradition se rattachent les éléments arcado-chypriotes de la langue épique, et πτόλις en fait partie. Le mot est attesté en chypriote. En arcadien, il subsiste comme vieux nom de Mantinée. Ce millénaire fut pour la Grèce marqué en son début par l’irruption violente de bandes ioniennes qui submergèrent les populations installées précédemment, puis en son milieu par la venue des envahisseurs « achéens », qui s’imposèrent par la force. Nous sommes là dans la civilisation de la πτόλις. On voit se dresser alors des πτόλιες, à partir desquelles on peut intervenir énergiquement, et vers lesquelles on court se réfugier en cas de danger. Laissons donc πτόλις dans cet arrière-plan achéen, et voyons venir la suite des temps.

Peu à peu la vie paisible reprend ses droits. On peut sans crainte créer des lieux d’activité plus ou moins importants, hameaux, bourgades, centres urbains fortifiés ou non. C’est une phase de développement de l’habitat. On peut s’installer en un lieu et y *kwέλειν (au sens du latin versari), pour y être un incola (un habitant), pour être un *kwoλος de chèvres (αἰπόλος) ou de bœufs (βουκόλος), c’est à dire leur « tourner autour » pour les soigner. La description du bouclier d’Achille, au chant XVIII de l’Iliade, fait allusion à ces travaux. Nous voilà dans la civilisation des πόλεις (des *kwόλεις dans mon hypothèse).  Le mot a pu avoir des débuts ruraux, comme le suggèrent les termes qui viennent d’être cités.

À propos de πέλειν / πέλομαι et de sa racine

On m’a objecté que je suis bien aventureux en ce qui concerne la valeur de *kwέλειν > πέλειν en rapprochant sémantiquement ce verbe du latin versari, qui, à partir de la notion première de tourner, a pris le sens de circuler à l’intérieur d’un lieu, l’habiter !

Nous lisons en effet dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, à l’article πέλομαι : « Le verbe simple n’est attesté que dans le sens affaibli de « se produire, exister, être », parfois avec un adjectif prédicat, donc substitut du verbe εἰμί. » Donc pas question d’une notion de versari !

Or je m’inscris doublement en faux contre cette affirmation.

En effet nous lisons en Odyssée XXIV, 211 : ἐν δὲ γυνὴ Σικελὴ γρηὶς πέλεν, une Sicilienne âgée y habitait. Attestation peut-être unique de ce sens (?) ; mais les faits de parole que sont les attestations peuvent être des affleurements de faits de langue dont l’importance n’apparaît pas toujours dans les statistiques. Cette référence est un élément important pour établir l’emploi ancien en grec de la racine *kwel pour la notion d’être quelque part de façon permanente, d’habiter. Ce qui incite à penser que  cet emploi ne se limitait pas à ce seul exemple, mais qu’il fut usuel, c’est qu’il est un nécessaire maillon sémantique entre la notion première de  « tourner » et le sens « affaibli » sur lequel nous allons maintenant réfléchir.

L’étude de ce verbe πέλω/πέλομαι pourrait bien être à reprendre à fond. Au sens « affaibli », il n’est pas un substitut exact de εἰμί ; ainsi il ne peut prendre le sens de exister qu’a εἰμί dans οἱ θεοί εἰσιν, les dieux existent. Les dictionnaires, il est vrai, donnent le sens de exister, mais en se reportant aux références indiquées, on voit qu’il s’agit d’un être là. Ainsi dans Iliade, IV, 450 : οἰμωγὴ καὶ εὐχωλὴ πέλεν, ou dans Iliade, XII, 271 : νῦν ἔπλετο ἔργον ἅπασιν, voilà que maintenant il y a du travail pour tous. Employé comme copule, ce verbe semble signifier que le sujet est de façon permanente ce que signifie l’attribut. Il est installé dans son rapport avec l’attribut. Ce sens « affaibli », ou plutôt abstrait et grammaticalisé dans une tournure attributive, ne saurait dériver directement de la notion de « tourner », mais dérive aisément de la notion d’ « être quelque part, résider »  dont nous savons par ailleurs (latin versari, incola, etc.) comment elle peut dériver de celle de « tourner, faire des allées et venues autour d’un point fixe ». Le sens abstrait et grammaticalisé s’est développé en évinçant pratiquement le sens concret, sens que nous ne devons pas oublier, et dont nous pouvons penser qu’il était bien vivant lorsque naquit πόλις.

Cela fait songer à des emplois de estar en espagnol, qui partage avec ser les valeurs de notre verbe être. Dans cette perspective, la relation qu’il y a entre l’emploi local de πέλω/πέλομαι que je signale dans Odyssée 24, 211 et son emploi pour relier un sujet à un attribut  est comparable à celle qu’il y a entre le latin stare et l’espagnol estar ;  πέλω/πέλομαι n’est pas « un substitut du verbe εἰμί », de même que estar n’est pas un substitut de ser. Dans les deux langues, une dérive sémantique a fait d’un verbe de localisation ce que nous percevons comme une variété de verbe être. Ceci dit, nous n’allons pas nous lancer dans une mise en parallèle du couple homérique εἰμί /πέλομαι et du couple espagnol ser/estar : la dérive sémantique en question peut ne pas aboutir à une identique distribution complémentaire dans les deux langues.

Ces éléments renforcent ce qui a déjà été esquissé dans mon article en ligne sur πόλις au sujet de l’emploi en grec de la racine *kwel pour signifier la notion d’installation en un lieu, donc d’habitation (πολεύω, etc.)

La suite de l’histoire de πόλις peut se schématiser de la façon suivante:

1- Le mot va tendre à désigner des agglomérations d’une certaine importance, et non plus d’importance très diverse.

2- De la notion d’agglomération on va passer à la notion de cité proprement dite, avec des institutions, des lois, des droits et des devoirs. La célébration des grands législateurs (Lycurgue, Dracon, Solon) est le souvenir de cette mutation.

Le dérivé πολίτης peut se référer à 1 avec le sens d’habitant ou à 2 avec le sens de citoyen.

Quant aux dérivés de πολίτης (πολιτεύω, πολιτεία), ils se réfèrent exclusi­vement à 2. Ces termes appartiennent au temps du développement de la pensée politique.

Mais il ne s’agit pas ici de faire l’historique du mot πόλις et de ses dérivés, des origines à nos jours. Indiquons simplement le livre de Jacqueline Bordes : POLITEIA dans la pensée grecque jusqu’à Aristote (Paris, Les Belles Lettres, 1982).

Des femmes bien en chair dans l'allégorie de la paix, Jacob jordaens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)
Des femmes « bien en chair » dans l’Allégorie de la Paix et de la Félicité, atelier de Rubens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)

2 Les mystères du type en ó–ις

a) Hermès et la punaisitude

Après avoir mieux établi la parenté sémantique entre πόλις et la racine *kwel, il faut aussi songer à la morphologie et étudier de plus près la valeur de ce type en ó–ις sur vocalisme o.

J’ai, dans l’article précédent, mis en rapport πόλις, sans autre précision, avec un petit groupe de mots en -ις à vocalisme o : τρόπις, κόρις, τρόχις, τρόφις. C’est là, je le reconnais, un point faible de mon article. Un type de formation digne de ce nom doit être porteur d’une valeur définie. Or nous voyons ici un nom d’objet (ἡ τρόπις, la quille d’un navire), deux noms d’agent (ἡ κόρις, la punaise, celle qui κείρει, qui mord et ὁ τρόχις, le messager, celui qui  qui court) et un adjectif (τρόφις, bien en chair, bien nourri): un vrai bric-à-brac ! Peut-on trouver un fil conducteur ?

J’ai été mis sur la voie en lisant ce que dit Chantraine de τρόπις, dans l’article τρέπω de son dictionnaire. Je pensais que la parenté de τρόπις avec τρέπω tient aux mouvements de rotation qu’elle a dans sa lutte avec la mer pour stabiliser le navire. Or elle tient plus probablement, selon l’interprétation approuvée par Chantraine, à ce que « la quille était incurvée. » La « rotation » est alors dans la forme qui suggère un mou­ve­ment tournant, forme inhérente à l’objet.

Alors je me suis demandé si cette notion de caractéristique inhérente n’était pas ce dont est porteur ce type de formation. Vérifions cela dans les autres mots du petit groupe.

Ainsi τρόφις ne renvoie pas à un état passager, mais à un habitus. On n’est pas τρόφις occasion­nellement. Notons un emploi expressif en Iliade, XI, 307, où l’expression πολλὸν τρόφι κῦμα donne aux flots quelque chose de charnel et en fait un instant oublier l’impermanence.

Pour κόρις, la situation est nette. La punaise n’est pas l’animal qui κείρει à l’occasion. Cette activité de morsure est inhérente à sa nature de punaise, elle la définit, elle constitue l’essence de sa punaisitude (je n’ai pas résisté à la tentation de ce néologisme !).

Reste ὁ τρόχις, le coureur, le messager. Le terme ne m’étant pas familier, j’ai fait une plongée dans la base informatique de données de toute la littérature grecque ancienne qu’est le Thesaurus Linguae Graecae (TLG), en espérant découvrir, désigné par ce terme, quelque personnage qui, de par son code génétique, aurait pour caractéristique inhérente ancrée dans sa nature de courir porter des messages ! Alors serait confirmée mon idée sur la valeur dont ce type de formation est porteur. Dans tout le corpus je n’ai trouvé que quatre exemples, dont deux seulement ne sont pas post-classiques :  Eschyle, Prométhée enchaîné, v. 941, et Sophocle, Fragment 269c, v. 21. Or dans les deux cas il s’agit (mais μὰ τὸν Δία ! j’aurais dû m’y attendre !), il s’agit… d’Hermès. Et l’essence d’Hermès est bien de courir pour transmettre les messages.

Sur ces bases devenues plus solides je pense pouvoir avancer de façon plus convaincante que ce lieu qu’est la πόλις est, étymologiquement, un lieu ayant pour caractéristique inhérente d’être un lieu de *kwel (aux sens, que nous avons vus, d’habitation et d’activité).

b) Hermès rabaissé

Jetons encore un regard sur ce petit groupe en ό–ις. Avec des termes comme τρόπις et κόρις, nous sommes dans le domaine de la vie concrète et même triviale : celui des chantiers maritimes, celui de la literie, celle surtout des gens modestes, que vient infester le pénible insecte. Tρόφις, gros et gras, est un mot qui trouve facilement sa place dans la conversation familière et malicieuse. Mais est-ce que τρόχις pourrait appartenir au même niveau de langue ? On peut en douter, en voyant des références à Eschyle et à Sophocle. Mais consultons les textes.

Dans le passage du Prométhée enchaîné, nous avons une altercation entre Hermès et Prométhée. Prométhée cherche à rabaisser Hermès. Le terme τρόχις n’est certainement pas élogieux. Dans ce contexte, il sert plutôt à ravaler le messager divin au rang d’un simple garçon de courses. Dans le fragment de Sophocle, très endommagé, il y a dérision envers un Hermès transmettant les messages amoureux de Zeus : le voilà rétrogradé au niveau du trivial.

On a encore deux attestations de τρόχις. Dans Oppien, Halieutica, 2, 634, il s’agit d’un dauphin qui est l’humble messager de Poséidon. Enfin dans l’Alexandra de Lycophron (Fragment V, 1471) il s’agit d’un serviteur qui parle de lui-même dans sa fonction de transmetteur d’information : contexte d’humilité, de conscience de sa position sociale d’homme du peuple.

Ces considérations valent-elles pour πόλις ? Nous avons vu plus haut que le mot pourrait avoir eu des débuts ruraux, et avoir alors été du registre des activités banales et concrètes de la vie quotidienne. Parti de ce niveau, le mot a pu prendre l’ascenseur social et sémantique, pour finalement désigner, par une évolution que nous avons esquissée, la cité grecque.

 

3 Finalement, que faire de πτόλις ?

Ougarit, porte d'entré du palais, cliché Disdero (wikicommons)
Ougarit, porte d’entrée du palais, cliché Disdero (wikicommons)

Reste à tenter d’élucider le problème de πτόλις. Des efforts divers furent faits pour rapprocher de πόλις cette forme au πτ embarrassant. On a songé (théorie  qui vient de Benveniste) à une «occlusive à explosion sifflante» ps qui se serait renforcée en pt. Mais personne ne croit plus aux occlusives à explosion sifflante. Enfin on a imaginé une forme plus ancienne qui serait *τπόλις (cf. le dictionnaire de Beekes).

Ayant proposé de disjoindre πόλις de πτόλις, je suis libre de chercher pour ce dernier terme une origine toute différente. Ce pourrait être un terme de substrat (malgré le scepticisme de Chantraine) ou un emprunt.

Lancé sur cette piste, j’ai appelé un jour à l’aide mon collègue Remo Mugnaioni, de l’Université d’Aix-Marseille, spécialiste de sumérien et autres langues fascinantes de la haute antiquité moyen-orientale. Je lui ai demandé si dans ces langues on trouve des mots désignant la forteresse et comportant une séquence consonan­tique p t l. Il me fit observer qu’il pourrait s’agir tout aussi bien d’une séquence p t r, étant donné la proximité articulatoire du r (roulé, bien entendu) et du l.

Nous allâmes incontinent dans son bureau, où sa recherche aboutit rapide­ment.

Il repéra, dans A dictionnary of the Ugaritic language in the alphabetic tradition, de Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin (Brill, 2001) l’entrée pdr (I). Nous y trouvons que cela signifie «town, city», puis les auteurs font allusion au mycénien po-to-ri, avec renvoi au Diccionario Micénico de Francisco Aura Jorro (Madrid, 1993). Dans ce dernier ouvrage, nous trouvons un po-to-ri-jo, interprété par les mycénologues comme le nom d’un personnage qui serait un *Πτολίων.

Puis, toujours dans l’entrée p d r du dictionnaire ougaritique consulté, nous trou­vons mention de l’urartéen pâtari. De cela nous allons reparler dans les lignes qui suivent.

En outre, dans le glossaire de l’ouvrage de Joseph Tropper Ugaritish (Ugarit-Verlag), ouvrage qui se trouve aussi sur les rayons de Remo, nous lisons :

« p d r (befestige) Stadt… urartäisch pâtari », c’est-à-dire :

« p d r ville (fortifiée)… en urartéen pâtari

L’adjonction de la précision «fortifiée» nous est précieuse, car elle corrobore le rapprochement avec πτόλις.

Le royaume d’Ougarit se situait, en gros, sur le territoire de l’actuelle Syrie. Sa capitale, du même nom, se situe sur la mer près de l’actuelle Lattaquié, qui fut du temps des Gréco-Macédoniens Λαοδίκεια ἡ πάραλος, Laodicée proche de la mer. Nous connaissons l’histoire de ce royaume à partir du milieu du XIVe siècle av. J.-C. Sa splendeur est contemporaine des temps où se formait chez les Grecs la plus ancienne tradition épique. Et Remo Mugnaioni me dit que les relations étaient importantes entre Ougarit et Chypre. On a découvert à Ougarit des tablettes en écriture chypriote.

Quant à l’urartéen, c’est un dialecte du hourrite, langue caucasienne. Nous lisons dans Wikipedia : « La séparation entre l’urartéen et le hourrite semble être récente, et dater des environs de –2000. La civilisation urartéenne telle qu’on la connaît par la suite prend naissance dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. dans la région du lac de Van. »  Mais c’est seulement au début du IXe siècle av. J.-C. que va se constituer un royaume urartéen organisé.

C’est donc du côté d’Ougarit et de ses relations avec les Grecs qu’il faudrait peut-être chercher l’origine de πτόλις. Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin, dans leur dictionnaire ugaritique, ont fait le rapprochement. Mais l’information ne semble pas s’être répandue chez les hellénistes : nous n’en trouvons nulle trace dans l’Etymological Dictionary of Greek de Robert Beekes. Il y a là pourtant une piste à signaler.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

 

 

Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie de πόλις « la ville » et de πτόλις « la forteresse »

  λύχνος n° 135, article neuf

Une étymologie (hérétique?) pour πόλις ?

Ruines du mur de Tirynthe (Wikicommons)

 [Murs cyclopéens de Tirynthe, Grèce, Wikicommons]

CE MOT ΠΟΛΙΣ, QUI A, SURTOUT DANS LA LANGUE EPIQUE, UN DOUBLET ΠΤΟΛΙΣ (génitif πόλεως en attique, πόλιος dans le plupart des autres dialectes), désigne la cité. C’est un des mots grecs les plus connus. Mais il soulève des difficultés lorsqu’on étudie ce qu’en disent les étymologistes. La doctrine communément admise (Boisacq, Frisk, Chantraine) consiste à voir dans ce terme le correspondant grec de mots désignant la citadelle dans d’autres langues indo-européennes : en lituanien pilìs, en sanscrit pûr (ce dernier mot étant ce que nous trouvons en second élément de composé dans des noms de lieu comme Singapour, la « citadelle du lion »). Cette doctrine a fait l’unanimité des étymologistes les plus prestigieux. Certains ont rattaché le tout à la racine *pleh1 (celle de πίμπλμηι, « emplir », en latin plenus, « plein« , etc.) en considérant que la construction d’un rempart a pu être anciennement un travail de remplissage consistant à accumuler des matériaux, ce qui pour un préhistorien n’est pas dépourvu de pertinence. Je songe au « cap barré » de Lost Mac’h, dans le Finistère, sur la commune de Crozon, où l’on voit les vestiges d’un rempart préhistorique fait de terre et de pierres, malencontreusement éventré pour donner passage aux charettes des coupeurs de lande.

Mais ne rêvons pas, et examinons cela du point de vue du sens et du point de vue de la forme. Comme nous allons le voir, la sémantique a été l’objet d’une sollicitation pressante. Et en ce qui concerne la forme, on a oublié de se méfier des ressemblances formelles, souvent trompeuses, et la phonétique, dont ordinairement on respecte scrupuleusement les exigences, a été contrainte de courber l’échine.

Du point de vue du sens, on allègue à l’appui de cette doctrine que πόλις devait signifier anciennement « citadelle », en se référant à un passage de Thucydide (II, 15, 3) où il dit que « Ce qui est maintenant l’acropole était la πόλις » Mais quelques lignes plus loin Thucydide nous dit : « Parce qu’elle fut la partie la plus anciennement habitée les Athéniens appellent encore l’acropole πόλις » (II, 15, 6). Il ne s’agit pas, dans ce passage, de fortification : cet endroit d’Athènes étant celui où se produisit la plus ancienne concentration d’habitants, en ces temps-là ceux qui s’y rendaient disaient : « je vais en ville ». Sur cette question, on peut malicieusement prendre en flagrant délit de circularité les meilleurs auteurs. Ainsi Chantraine, dans l’article πόλις nous dit que « l’étymologie et certains emplois indiquent que πόλις a d’abord signifié la forteresse ». Or l’étymologie dont il est question ne peut être invoquée pour démontrer cela, puisque justement elle présuppose que tel était le sens premier du mot.

Du point de vue de la structure formelle et du traitement phonétique, la question a été exposée de façon précise par Charles de Lamberterie dans le cadre de la doctrine que nous venons d’indiquer : Les adjectifs grecs en ύς  (Louvain-la-Neuve, 1990), § 219.

L’auteur, approfondissant une idée de K. Strunk, avance une hypothèse complexe pour ramener la forme grecque πόλις au même étymon que la forme sanscrite pûr : il faudrait admettre qu’anciennement devant consonne *lh1 > oli en grec. Alors un thème *plh1 (qui en sanscrit donne de façon régulière pûr) nous permettrait de poser πόλις<*plh1-s.

Pour appuyer cela on ne peut faire état que d’un seul autre exemple, ou plutôt de l’interprétation d’un seul autre exemple : δολιχός, « long ». Nous voici donc contraint de scruter cet exemple ; δολιχός nous renvoie au sanscrit dîrgháh (même sens). On a aussi en grec ἐνδελεχής, « continuel ». En posant *delh1gh, on rend compte de -δελεχ- ; le degré zéro *dlh1gh rend compte régulièrement du sanscrit dîrgháh, et rend compte de δολιχ- si on admet *lh1 > oli. Par ailleurs nous avons, avec le même sens, dalug- en hittite, et en latin longus (<*dlongus?), mots que ce système n’explique pas. Il n’explique pas non plus le rapprochement qui a été proposé avec ἡ λόγχη, « la lance ».

Or tout cela s’explique commodément en complétant quelque peu la théorie de la racine indo-européenne.

 

À propos des structures de racines

Dans les exemples qui suivent, les racines étudiées sont décomposées en trois éléments séparés par des traits d’union (racine proprement dite, suffixe radical, élargissement). Faute de pouvoir nous référer à une théorie plus récente de la racine, nous nous en tenons à ces notions benvénistiennes. L’important à noter dans ce complément que nous proposons à l’étude des structures de racines est que les variantes d’une racine peuvent s’organiser selon le système suivant : maintien, dans les diverses variantes, de la racine proprement dite et de l’élargissement, mais variation du suffixe radical, lequel peut être un zéro, symbolisé ici par Ø.

 

*h2w-ei-d- dans ἀϝείδω, « chanter » (attique ᾄδω)

*h2w-oi-d- dans ἀϝοιδός, « aède »

*h2w-Ø-d- dans αὐδή, « le chant », « la voix »

 

 

*wr-y-p-yo > ϝρίπτω (ῥίπτω), « jeter »

*wer-Ø-p- dans all. werfen, « jeter »

 

*h1l-ew-dh > ελευθ (ἐλεύσομαι, « j’irai »)

*h1l-w-dh > ελυθ (ἤλυθον, « j’allai »)

*h1l-Ø-dh > ελθ (ἦλθον, « j’allai »)

 

On peut expliquer par de telles variations sur le suffixe radical (suivies d’un élargissement identique) le grec δολιχός et les formes certainement ou possiblement apparentées que nous avons vues plus haut :

 

*dol-y-gh-os > δολιχός

*del-h1-gh-es > (ἐν)δελεχεσ-

*dol-u-gh-o- > daluga- en hittite

*dl-h1-gh-o-s > dīrgháḥ  en sanscrit

*dl-on-gh-o-s > longus en latin

*dl-on-gh-â > ἡ λόγχη, « la lance » (?)

Ce qui m’enhardit à soutenir cette idée (restée depuis douze ans sur un de mes disques durs!), c’est que M. Mayrhofer en son Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, I, p. 728-729, dans l’article dīrgháḥ va  dans ce sens en parlant de “Suffix-Varianten”.

 

Ainsi nous voyons s’éloigner l’hypothèse qui s’appuie sur un traitement *lh1 > oli. Cherchons donc une autre étymologie. Nous allons nous inspirer d’une étymologie oubliée, mentionnée encore dans le dictionnaire de Boisacq. Il s’agit d’une hypothèse de Fick, auteur qu’on ne cite plus guère, qui dans une publication parue à Göttingen de 1977 à 1906, « rattache à tort π(τ)όλις en tant que *quolis à gr. πέλομαι, lat. colo, inquilinus »

En ce qui concerne le doublet πτόλις, dont nous parlerons plus loin, Fick a certainement tort (la phonétique rigoureuse à laquelle nous sommes parvenus nous interdit de le suivre. Mais nous proposons bel et bien de poser πόλις < *kwolis (en nous conformant aux usages actuels de notation).

Il s’agit de la racine *kwel, dont le sens de base est « tourner », « circuler autour ».

Elle a donné tout un groupe de mots en latin, avec évolutions vers les sens de « habiter, cultiver, soigner » : un lieu qu’on habite, c’est un lieu où on circule, et ce que l’on soigne ou honore est quelque chose autour de quoi on tourne. D’où les mots colo, « cultiver, habiter » ; incola, « habitant » ; an-cil-la, « servante » (celle qui « tourne autour » de ses maîtres).

Le mot latin versari présente une évolution semblable du sens de « tourner » au sens de demeurer dans un certain espace ou de s’occuper de quelque chose.

De la même façon, lorsqu’il est question d’un navire qui reste dans une certaine zone, nous disons avec une pointe d’humour qu’il « fait des ronds dans l’eau ».

Qu’en est-il en ce qui concerne les représentants grecs de cette racine *kwel?

Nous avons le substantif ὁ πόλος (<*kwol-os) qui désigne un axe de rotation. Le terme est surtout connu pour son emploi dans le vocabulaire de l’astronomie : c’est le pôle autour duquel on voit tourner la voûte céleste. Pour ce mot on n’observe pas de glissement vers le sens, débouchant sur une idée statique, de « circuler dans un lieu », « y demeurer », « s’y occuper de quelque chose ». Mais dans plusieurs mots on a -πόλος nom d’agent en second terme de composé avec ce glissement de sens : ainsi dans ὁ αἰπόλος, « le chevrier », celui qui « tourne autour » des chèvres (αἶγες), les soigne et ne s’en éloigne pas.

Le verbe πέλω (on a le plus souvent πέλομαι) repose sur *kwel-ô. C’est à l’origine « se mouvoir en rond ». Mais le mot a évolué vers le sens de être en passant par celui de « être là » ; cf. Eschyle, Les sept contre Thèbes, 768 : τὰ δ᾽ὀλοὰ πελόμεν᾽οὐ παρέρχεται, « Les choses funestes, quand elles sont là, ne s’en vont pas« . Le glissement sémantique a été au delà de l’idée de résider, mais le mot peut s’employer en ce sens; ainsi dans Odyssée, XXIV, 211, à propos de la maison de Laerte: « Une vieille femme de Sicile s’y trouvait (πέλεν) ».

On a aussi πωλέομαι, « aller et venir dans un lieu, y circuler » et πωλέω (même sens): Πωλεῖταί τις δεῦρο γέρων ἅλιος, « Un vieillard de la mer fréquente ces lieux » (Odyssée, IV, 384); Ἰθάκης κατὰ ἄστυ πολεύειν, « résider dans la ville d’Ithaque » (Odyssée, XXII, 223). Ajoutons πολέω et πολέομαι, « aller et venir dans un espace, y résider ».

Ainsi l’utilisation de la racine *kwel pour désigner ce autour de quoi s’organise une activité ou un lieu où l’on réside se trouve bien attestée en grec, même si elle l’est moins qu’en latin.

Pour en terminer avec ce point de sémantique, consultons l’Etymologicum Magnum à l’article πόλις. Tout en faisant une petite place à un rapprochement avec πόλυς, cet article met en avant une autre hypothèse étymologique : Γίνεται ἐκ τοῦ πέλω, τὸ ἀναστρέφομαι ˙ παρὰ τὸ πολεῖν ἐν αὐτῇ, ἐν ᾗ ἀναστρέφονται οἱ ἄνθρωποι κατὰ τὸ αὐτό (« πόλις vient du verbe πέλω, aller et venir, parce qu’on y circule, et que les gens y vont et viennent en restant dans le même lieu »). Nous n’avons certes pas à prendre pour une autorité étymologique cet ouvrage byzantin du XIIe siècle, mais il est tout de même le dépositaire d’une antique tradition savante de sensibilité à la langue grecque.

Notre hypothèse c cadre donc bien avec la sémantique des représentants grecs de la racine *kwel.

Passons à l’étude du type de formation. Le mot entre dans un petit groupe de substantifs en -ις (génitif -ιος ou -εως) ou d’adjectifs présentant le degré o de la racine. Ce sont des termes de faible fréquence, mais ils n’en attestent pas moins nettement l’existence de ce type de formation. On a ἡ τρόπις, la quille (d’un bateau), ἡ φρόνις, « la sagesse », ἡ κόρις, « la punaise » (cf. κείρω, « couper », « ratiboiser« ), ὁ τρόχις, « le coureur », τρόφις, « bien nourri », στρόφις, « retors » (chez Aristophane).

Notre hypothèse *kwol-is intègre donc bien πόλις dans un des types de formation des mots grecs.

Passons à l’étude du doublet πτόλις, qu’on trouve chez Homère et dans quelques dialectes, ainsi que dans les Tragiques, sous l’influence d’Homère. On en fait habituellement une simple variante métrique. Nous allons voir qu’un examen attentif des faits révèle autre chose.

Nous laisserons de côté ce que nous trouvons dans le dictionnaire de Beekes, qui fait venir πτόλις de *τπόλις : le magicien ne nous a pas dit comment il a fait sortir ce t initial de son chapeau.

Nous ne nous attarderons pas sur l’hypothèse de Michel Lejeune, qui proposait d’expliquer de tels doublets p/pt par une variante articulatoire *ps du p initial. Ce serait une « occlusive à explosion sifflante » (cf. Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 28). Outre que l’hypothèse des occlusives à explosion sifflante tend à être abandonnée, elle ne nous serait d’aucun secours dans la difficulté que nous allons rencontrer.

Cette difficulté nous est apportée par les documents mycéniens, où nous avons trace de πτόλις par le biais de l’onomastique : on a relevé un po-to-ri-jo (= Πτολίων, Ptolion, nom d’homme : quelque chose comme M. Laville). C’est la seule trace que nous ayons en mycénien des mots qui nous occupent. Mais si les mycénologues ont des informations à nous apporter, qu’ils n’hésitent pas à le faire par ce blog.

Cet élément ne détruirait-il pas notre hypothèse *kwol-is ? En effet en mycénien le traitement labial de la labiovélaire *kw(l’évolution *kw>p) n’est pas encore réalisé. En mycénien une séquence *kwo ne donne pas po, mais ko. Ainsi le second élément -πόλος (<*kwol-os) que nous avons vu ci-dessus dans des mots comme ὁ αἰπόλος, « le chevrier », est représenté en mycénien par -qo-ro (cf. Lejeune, o.c., § 21).

Ainsi le p initial de Πτολίων, donc celui de πτόλις ne peut venir d’un *kw. Nous n’avons donc pas à nous préoccuper ici du problème du renforcement du p par un t. Nous avons à nous demander si ce fait est conciliable avec l’étymologie que nous proposons.

La solution nous paraît être dans le fait qu’assez fréquemment deux mots qui semblent très proches l’un de l’autre sont en réalité d’origines différentes. C’est le cas pour le couple habit/habiller : « habit » vient du latin habitus, tandis que « habiller » a anciennement signifié préparer une « bille », c’est-à-dire un bloc de bois (cf. « billot »), et le mot semble être d’origine gauloise.C’est le cas aussi pour le couple erreur/errements: « erreur » représente le latin error, tandis que « errements » dérive d’un vieux verbe errer, signifiant « voyager », « se déplacer » (cf. « le navire court sur son erre »), puis « se comporter de telle ou telle façon » et venant du latin itinerare. Aurions-nous un semblable cas de figure pour le couple πόλις/πτόλις ? Regardons de plus près les emplois de ces deux termes.

On a beaucoup parlé de la différence entre πόλις et ἄστυ. Ainsi la revue Ktema dans son n° 8 (1983) présente un dossier sur la question, avec des articles de E. Lévy, M. Cazevitz, M. Woronoff, R. Lonis (p. 55 à 109). Mais a-t-on souvent songé à comparer les emplois de πόλις et de πτόλις ? Il conviendrait, pensons-nous, d’ouvrir le dossier. Nous indiquerons simplement quelques points de repère.

Dans l’Iliade, la πτόλις, c’est Troie. Dans l’Odyssée, c’est le plus souvent Ithaque. Il peut s’agir aussi de la capitale des Phéaciens (en Odyssée, XIII,  156) ou de Sparte (en Odyssée, XV,  183). Dans tous les cas, il s’agit d’une ville importante, d’une capitale, nécessairement fortifiée. Quant au dérivé ptol¤eyron, il désigne toujours une ville forte.

Et qu’en est-il de πόλις ? Dans le dossier cité plus haut, R. Lonis (p. 101) note que l’emploi de πόλις n’est pas réservé à des agglomérations importantes : « Cette habitude d’appeler polis toute agglomération de quelque importance… n’est pas rare à l’époque classique. Hérodote et Thucydide y sacrifient volontiers. » L’étude des textes homériques n’infirme pas cette remarque. Pour l’étude de ces textes, dans le même dossier, une aide appréciable nous sera fournie par l’article de E. Lévy (Astu et Polis dans l’Iliade, p. 55-73). C’est bien entendu à πόλις que nous allons nous intéresser. Certes, ce mot est parfois associé à τεῖχος, πύργοι ou πύλαι (note 26, p. 57), ce qui indique qu’il s’agit alors d’une ville forte, comme l’est une πτόλις. Mais, selon E. Lévy, « il n’est pas impossible que polis désigne parfois de simples villages » chez Homère (note 17, p. 56). Et il n’est pas sans intérêt de voir quelles notions peuvent s’associer à ce mot (note 121, p. 65) : en Iliade, XVIII 342, il s’agit de πόλεις fertiles ; en IX, 152 et 294, une πόλις est couverte de vignes ; elle est riche en prairies en IX, 150 et en bétail en IX, 154. Dans le Catalogue des vaisseaux (Iliade II, 561-757) on voit associées à πόλις des vignes (507 et 537), de l’herbe (503 et 697), des fleurs (695), des pommes (605 et 696). Il ne s’agit plus alors de ville forte, mais on est renvoyé à des activités diverses de mise en valeur d’un lieu de vie, ou à des caractéristiques qui le rendent agréable ou fécond. Cela cadre bien, du point de vue sémantique, avec ce que nous avons observé à propos des mots de la famille de *kwel.

Dans le couple πόλις/πτόλις, nous ne sommes pas comme dans le cas du nom de la guerre : πόλεμος/πτόλεμος, où la variation de la forme ne correspond à aucune différence de sens. Dans πόλις/πτόλις, le premier terme nous apparaît comme non marqué, et pourvu de la valeur la plus générale, tandis que le second terme est marqué, réservé à la désignation d’une ville forte. Du fait de cette dissymétrie sémantique, on peut penser que les deux termes ne sont pas de même origine. Alors la difficulté rencontrée à propos de πόλις ne peut être une objection contre notre hypothèse πόλις < *kwol-is, qui sémantiquement, phonétiquement et morphologiquement, nous semble « tenir la route ».

Nous espérons avoir contribué à renouveler la question d’une part en proposant cette hypothèse, d’autre part en disjoignant πόλις de πτόλις. En ce qui concerne ce dernier terme, nous ne lui voyons pas d’explication indo-européenne. Peut-être faut-il y voir un terme de substrat.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

➽➽ VOIR LA SUITE SUR : http://ch.hypotheses.org/1181

Réaction en janvier 2015 de :

Dr. David Mescheloff
———————————-
Thank you for this interesting suggestion.  Please permit me to suggest a different (heretical) etymology, pointing to earlier eastern Mediterranean languages. This is only a preliminary suggestion, which requires further investigation.  Nevertheless, I believe it will prove fruitful. I suggest that the etymology of ΠΟΛΙΣ may be found in the Hebrew Biblical word פלס (peles) and its eastern Mediterranean cognates. Peles is a balance scale, an instrument for measuring weight by balancing one object of unknown weight against an other (or against an object of known, conventionally agreed upon weight), adding to one side or the other until the pans on each side of the scale are at the same height, so the scale is horizontal. Thus in contemporary Hebrew, this is what is called in English a level, an instrument for measuring whether an object or a structure is truly horizontal (as when two items balance on a balance scale).  Thus a ΠΟΛΙΣ was a place of human gathering where a proper (social) balance could be achieved (perhaps a balance of views on the question to be addressed, perhaps a balance of the social « weight » of the public figures gathered there – note that the Hebrew words for « heavy » and « honorable/dignified » come from the same root, kvd). Indeed, initially, perhaps, ΠΟΛΙΣ may have referred to a public gathering where there was agreement about the concrete action of balancing weights and values on a scale, in a conventional fashion, as in the public gathering and weighing described in Genesis 23:16 (in this context, it is interesting to suggest that your suggested etymology of *kwol-is is reminiscent of the earlier eastern Mediterranean שקל, to weigh, cf. ibid.).  About « peles » see Isaiah 40:12, Proverbs 4:26, and ibid 16:11.  It is possible that the three letter root « peles » is a combination of two two-letter roots, « pl » (to think, to expect, to judge) and « ls » (= »sl », to make an elevated road by compressing hard material along the path).  Please email me if you would like more details and/or to pursue this idea further.