Archives par mot-clé : μύρμηξ

Monique Cardell à propos des fourmis chercheuses d’or d’Hérodote

  λύχνος n° 135, article trois

Marmottes, rats et fourmis

A propos du mystère des fourmis chercheuses d’or qu’Hérodote décrit dans ses ‘Histoires’ (III, 102-105)

 

Monique Cardell[1]

photo M. Cardell
photo M. Cardell, 

[Photo :  fourmi indienne de Bangalore, Karnataka, Inde.  Avril 2013]

 

 A la mémoire de Madame Claire Vernhes

 

[Après l’article étymologique de J.V. Vernhes sur le mot de fourmi en grec dans le dernier numéro, ὁ λύχνος n° 134, article huit, voici une petite étude sur le mot fourmi chez Hérodote et chez d’autres peuples)

Hérodote qui a composé son œuvre Les Histoires ou L’Enquête dans les années 420 et qui est considéré comme le « père de l’Histoire »,  a mentionné les fourmis chercheuses d’or du pays des Indiens (vraisemblablement le Pakistan moderne). Cette histoire des ‘fourmis’, et d’autres encore,  ont fait accuser Hérodote de stupidité et de mensonges.

 

Jugement des Anciens sur Hérodote

Plutarque, le Thébain, au deuxième siècle ap. J.C. lui reprochait d’être trop ami des Barbares (philobarbaros), d’avoir été ‘le premier exemple d’un collectionneur de calomnies’, et d’avoir écrit des choses fausses.  À vrai dire, le ‘Peri tes Herodotou kakoetheias'(Περί της Ἡροδότου κακοηθείας) ou ‘La Malignité d’Hérodote’, pourrait bien être d’un pseudo-Plutarque, dont le chercheur William Smith dit que c’était un traité “plein des plus futiles accusations de toutes sortes”[2]. Aulu-Gelle, encore au deuxième siècle ap. J.C., dans Les Nuits Attiques, III, 10, le taxe d’affabulateur : “Herodotus homo fabulator.”  Hérodote est condamné pour ses récits qui font appel au merveilleux, à des éléments ethnographiques évoquant des races d’hommes surnaturelles, et pour ses descriptions géographiques qui étaient alors incompréhensibles.

Mille deux cents ans plus tard l’écrivain moraliste espagnol comme Juan Luis Vives (1492- 1540) collait encore sur Hérodote une étiquette difficile à retirer. Il le qualifiait de ‘mendaciorum pater’, le père des mensonges.[3]

Il faut avouer que parmi les mille et une histoires bizarres d’Hérodote, celle des fourmis chercheuses d’or en particulier auraient pu faire couler de l’encre contre ce pauvre Hérodote.  Et pourtant!  De nos jours, les archéologues, les géographes, les ethnologues, et les chercheurs en général, découvrent que dans bien des cas, Hérodote n’avait pas raconté des sornettes, bien au contraire!

 

Les fourmis indiennes chercheuses d’or selon Hérodote

Lorsque nous évoquons le thème des fourmis, deux courants de pensée sont présents à nos esprits: d’un côté la bestiole qui gâche nos pique-niques, et de l’autre la noble et industrieuse héroïne de notre cher Jean de la Fontaine, pour ne mentionner que lui.  Avec Hérodote, les fourmis deviennent tout autre chose…

Voici donc ce que narre Hérodote, en toute bonne foi, sur des fourmis chercheuses ou récolteuses d’or, dans le livre III, 102-105[4], de son Histoire :

102- “Il y a d’autres Indiens, qui habitent au nord: ils sont voisins de la ville de Caspatyre et de la Pactyice[5]. Leurs mœurs et leurs coutumes approchent beaucoup de celles des Bactriens[6]. Ils sont aussi les plus braves de tous les Indiens, et ce sont eux qu’on envoie chercher l’or.  Il y a aux environs de leur pays des endroits que le sable rend inhabitables.  On trouve dans ces déserts et parmi ces sables des fourmis plus petites qu’un chien, mais plus grandes qu’un renard. On en peut juger par celles que l’on voit dans la ménagerie du roi de Perse, et qui viennent de ce pays, où elles ont été prises à la chasse.  Ces fourmis ont la forme de celles qu’on voit en Grèce; elles se construisent sous terre un logement. Pour le faire, elles poussent en haut la terre, de la même manière que nos fourmis ordinaires, et le sable qu’elles élèvent[7] est rempli d’or.  On envoie les Indiens ramasser ce sable dans les déserts.  Ils attellent ensemble chacun trois chameaux: ils mettent un mâle de chaque côté, et entre deux une femelle, sur laquelle ils montent.  Mais ils ont l’attention de ne se servir que de celles qui nourrissent, et qu’ils viennent d’arracher à leurs petits encore à la mamelle.  Leurs chameaux ne sont pas moins légers à la course que les chevaux, et portent néanmoins de plus grands fardeaux.

(…)

104- Les Indiens, ayant attelé leurs chameaux de la sorte, règlent tellement leur marche vers les lieux où est l’or, qu’ils n’y arrivent et ne l’enlèvent que pendant la grande chaleur du jour; car alors l’ardeur excessive du soleil oblige les fourmis à se cacher sous terre.  Dans ce pays, le soleil est le plus ardent le matin, et non à midi, comme chez les autres nations.  Ils l’ont d’aplomb sur la tête jusqu’à l’heure où l’on a coutume de sortir de la place publique. Dans cette partie du jour il est beaucoup plus brûlant qu’il ne l’est en Grèce en plein midi.  Aussi dit-on que pendant ce temps-là, ils se tiennent dans l’eau.  À midi, il est à peu près aussi chaud dans les autres pays que chez les Indiens; mais, après midi, la chaleur est aussi modérée chez eux qu’elle l’est le matin chez les autres peuples; et plus il s’éloigne du midi, plus l’air devient frais, de sorte qu’à son coucher ils jouissent d’une grande fraîcheur.

105- Les Indiens ne sont pas plutôt arrivés sur les lieux où se trouve l’or, qu’ils remplissent de sable les sacs de cuir qu’ils ont apportés, et s’en retournent en diligence; car, au rapport des Perses, les fourmis, averties par l’odorat, les poursuivent incontinent.  Il n’est point, disent-ils, d’animal si vite à la course; et si les Indiens ne prenaient pas les devants pendant qu’elles se rassemblent, il ne s’en sauverait pas un seul.  C’est pourquoi les chameaux mâles, ne courant pas si vite que les femelles, resteraient en arrière, s’ils n’étaient point tirés ensemble et à côté d’elles.  Quant aux femelles, le souvenir de leurs petits leur donne des forces. C’est ainsi, disent les Perses, que ces Indiens recueillent la plus grande partie de leur or: celui qu’ils tirent de leurs mines est plus rare.”

Remarques:

1- Hérodote emploie le mot grec murmex, μύρμηξ, ηκος, qui désigne la fourmi:

2- Il est vrai que les fourmis se cachent du soleil trop ardent.  Dans le désert du Sahara, les fourmis Cataglyphis ont développé un système par lequel elles peuvent revenir à leur fourmilière à toute allure car le sable est trop chaud pour leurs pattes! Dotées d’une excellente vision, elles mesurent la position du soleil de façon régulière dans leur marche fourragère, de telle sorte qu’elles retracent leur chemin selon la position du soleil dès qu’elles ont attrapé une proie,  avant de laisser le sable brûler leurs pattes. Il en va de même pour les fourmis moissonneuses dans le désert de Sonora, en Arizona ou au Mexique. Elles ont d’ailleurs la compétition de colonies d’autres fourmis qui sortent dans la fraîcheur de la nuit pour ramasser les graines qu’elles peuvent trouver et charrient des pierres à l’entrée de la fourmilière des moissonneuses pour retarder leur travail le lendemain et avoir plus de graines à glaner ce soir-là! (Voir les recherches de l’entomologiste David Attenborough).

3- Il est vrai que les fourmis creusent leur fourmilière en enlevant de la terre, évidemment, mais elles ne la soulèvent pas avec leurs pattes!  Il est vrai que les fourmis sont recouvertes de petits poils, mais ils sont microscopiques. Et il est vrai qu’elles défendent farouchement leur fourmilière mais sans déchirer l’adversaire.

4- À deux reprises, Hérodote souligne que cette histoire est racontée par les Perses.  Le détail est doublement important car, d’une part, Hérodote n’invente rien, et ne fait que la rapporter comme un ‘reporter’. D’autre part, il se peut qu’il rapporte l’histoire comme il l’a entendue, avec les mêmes mots!

 

Les récits fantastiques des auteurs qui ont suivi Hérodote

Il est un peu injuste d’avoir tellement critiqué Hérodote dans ses récits pour le moins incroyables lorsque des auteurs latins et grecs ont fait de même après lui. Strabon (vers 63 av. J.C. -19 ap. J.C.) a mentionné les fourmis géantes en s’appuyant sur le témoignage de Mégasthène[8]. Voici donc ce que Strabon écrit[9]:

“Revenons aux fourmis chercheuses d’or. Néarque prétend avoir vu de leurs peaux qui ressemblaient tout à fait à des peaux de léopards.  Mégasthène, de son  côté, nous fournit à leur sujet les détails suivants. “Il existe, dit-il, dans le pays des Derdes[10] (on nomme ainsi l’un des principaux peuples de la partie orientale et montagneuse de l’Inde), un plateau de 3000 stades de tour environ, au pied duquel sont des mines d’or, fouillées uniquement par des fourmis monstrueuses, aussi grosses, pour le moins, que des renards, et qui, douées d’une vitesse extraordinaire, ne vivent que de chasse.  C’est en hiver qu’elles creusent la terre. comme des taupes, elles forment avec les déblais de petits monticules à l’ouverture de chaque trou.  Ces déblais ne sont à proprement parler que de la poudre ou poussière d’or, laquelle n’a besoin [pour être purifiée] que d’être passée très légèrement au feu.  Aussi les habitants du voisinage en enlèvent-ils le plus qu’ils peuvent à dos de mulets, mais en se cachant soigneusement car s’ils le faisaient ouvertement, ils seraient attaqués par les fourmis, mis en fuite et poursuivis, voire même, si les fourmis les atteignaient, étranglés eux et leurs mulets.  Pour tromper la surveillance des fourmis, les Derdes exposent de côté et d’autre des morceaux de viande, et quand les fourmis se sont dispersées, ils enlèvent à leur aise la poudre d’or, qu’ils sont réduits du reste à vendre à l’état brut et pour n’importe quel prix aux marchands qui les visitent, faute de rien entendre eux-mêmes à la fonte des métaux.”

Remarques:

Les chameaux d’Hérodote sont ici des bêtes de somme (ὑποζύγιον, bête de somme, traduit par ‘mulets’).

Pline l’Ancien (au premier siècle ap. J.C.) ajoute des détails et prête à l’animal féroce la passion de l’or:

“Cette fourmi tire l’or des cavernes, dans le pays des Indiens septentrionaux appelés Dardes.  Elle a la couleur du chat, la taille du loup d’Égypte. Cet or, qu’elle extrait durant l’hiver, est dérobé par les Indiens pendant les chaleurs de l’été dont l’ardeur fait cacher les fourmis dans des terriers. Cependant, mises en émoi par l’odeur, elles accourent, et souvent déchirent les voleurs, bien qu’ils s’enfuient sur des chameaux très rapides; tant sont grandes leur agilité et leur férocité, jointes à la passion de l’or!”[11]

L’or comme dénominateur commun

Le commun dénominateur entre ces histoires de fourmis indiennes, c’est l’or.  L’or semble être le souci à la fois d’Hérodote et de Mégasthène: ils voyagent mais ils font comme tout le monde, ils cherchent l’or. Ils tentent discrètement de signaler à leurs compatriotes où ils doivent aller pour en trouver. Or, ici, ce ne sont pas des humains qui détiennent cet or si cher, si prisé, mais des animaux: les fourmis !

 

Les temps modernes

De nos jours, on a voulu trouver des solutions rationnelles. Elles sont trop nombreuses pour toutes les traiter ni même les énumérer.  Nous n’en citerons que quelques-unes.

Nous citerons la théorie de deux auteurs français du 19ème siècle : Conrad Malte-Brun & Jean-Baptiste Benoît Eryès. Ils citent dans le troisième volume des Nouvelles annales des voyages[12], p. 377, un orientaliste allemand contemporain Gunther Wahl,  à propos des fameuses fourmis d’Hérodote :

” M. Wahl, habile orientaliste, pense que parmi les divers quadrupèdes qui ont l’habitude de creuser des terriers et d’élever des tas de sable, l’hyène est celui qui réunit la plupart des caractères que les anciens donnent à leurs fourmis indiennes.  Ils ont pu être trompés par la ressemblance du mot persan donné à cet animal, et qui probablement ressemblait à μύρμηξ, nom grec de la fourmi.  Par exemple, dit M. Wahl, les Persans auront appelé ce quadrupède ***mur mess, grande fourmi, ou *** mur maitch, chien-fourmi, à cause des tas de sable, semblables à des fourmilières, qu’il élevait…”

Ici, nous avons une explication phonétique avec l’expression persane mur mess.

Le quadrupède serait une hyène, animal féroce en effet.  Ce texte, publié en 1819, montre que les chercheurs déjà pensaient à un mammifère des déserts sablonneux et à une confusion au niveau des sons prononcés dans les langues diverses.

En 1892, Sir William Ridgeway mentionna un chercheur allemand, Christian Lassen, célèbre pour ses études sur la grande épopée indienne qu’est le Mahābhārata, les Indische Alterthumskunde (1847-1861). « Lassen a indiqué qu’une espèce d’or apporté par un peuple du nord de l’Inde était appelé pipīlika, ce qui veut dire « fourmi » (Mahābhārata, 2, 1860) et qu’il était probable que l’histoire référât à une sorte de marmotte qui jusqu’à nos jours vit dans de larges communautés de plateaux sablonneux du Tibet. »[13]

Ici, la citation du Mahābhārata concernant le mot ‘pipīlika’ est mise en rapport avec une marmotte vivant au Tibet.

 

Les fourmis chercheuses d’or dans le Mahābhārata

Que dit vraiment le Mahābhārata, II, 48, 2? Dans un entretien entre le roi Dhritarāshtra et son fils Dhuryodhana on trouve une énumération des rois et de leurs cadeaux.  Ici, nous choisissons de traduire l’anglais de la traduction de Kisari Mohan Ganguli:

“Duryodhana said,–‘O sinless one, listen to me as I describe that large mass of wealth consisting of various kinds of tribute presented unto Yudhishthira by the kings of the earth. They that dwell by the side of the river Sailoda flowing between the mountains of Mer and Mandara and enjoy the delicious shade of topes of the Kichaka bamboo, viz., the Khashas, Ekasanas, the Arhas, the Pradaras, the Dirghavenus, the Paradas, the Kulindas, the Tanganas, and the other Tanganas, brought as tribute heaps of gold measured in dronas (jars) and raised from underneath the earth by ants and therefore called after these creatures.

“Duryodhana  dit : Homme sans péché, écoute moi te décrire toute cette grande richesse des tributs de toutes sortes présentés à Yudhishthira par les rois de la terre. Ceux qui vivent près du fleuve Sailoda, entre les Monts Mérou et Mandara, et qui jouissent des ombrages délectables des bosquets de bambous Kichaka, je veux dire : les Kháṣā, Ekāśanā, Pradarā, les Dīrghavenu, les Paśupā, les Kunindā, les Taṅgaṅa et les autres Taṅgaṅa – apportèrent en cadeau des monceaux d’or (mesuré en seaux)  appelé or-fourmi (Pipīlika), extrait de sous terre par des fourmis et ainsi appelé d’après ces créatures.” [14]

Une petite remarque sur le mot qui nous intéresse:

Le terme Pipīlika est formé sur le mot pipīla, m, qui veut dire ‘fourmi’[15]. Pipīlikā, f., signifie ‘petite fourmi’.[16] Au neutre, Pipīlika est “une sorte d’or supposé être amassé par les fourmis.”[17] Il y a aussi une forme masculine pipīlika, fourmi.  Et enfin, il y a un pipīlaka qui est une grosse fourmi noire.

Il faut se pencher sur le mot ‘pipīlika’,  cette poussière d’or qui  soulevée, s’envole, et retombe en fourmillant sur le sol, comme des fourmis.  Et l’animal qui soulève la poussière est appelée aussi ‘poussière d’or’, ‘fourmi’. Dans le Mahābhārata, le mot pipīlika dans le cas de l’or devait-il s’entendre comme une espèce de marmotte des déserts de sable, un peu comme le cheval d’arçon de nos gymnases est en fait une construction en bois rembourré, non un vrai cheval ? Sinon, le père, le roi Dhritarāstra, aurait été surpris et aurait demandé à son fils, l’envieux Dhuryodhana: “par des fourmis?”  On peut supposer que les Perses connaissaient cette histoire de ‘pipīlika’, la fourmi chercheuse d’or.  Probablement, on savait qu’il ne s’agissait pas d’une fourmi, mais d’un mammifère.

Si l’on reprend l’idée de la marmotte tibétaine avancée par Christian Lassen au milieu du 19ème siècle, il s’agirait alors de la marmota caudata, ou marmota himalayana.  De là, pour essayer de retrouver le mot correspondant à pipīlika en ancien perse, il faudrait revenir à la théorie de Gunther Wahl sans garder l’hypothèse de la hyène.  ‘Mur Mess” serait le nom de la marmotte.

Ici, nous pouvons nous interroger sur le nom de la marmotte en vieux persan.

 

Explication linguistique

Notre explication recroise celle de Gunther Wahl.

Mess en iranien veut bien dire grand.  Mais ‘grande fourmi’ pouvait ne pas désigner forcément une fourmi qui est grande: il peut s’agir d’un animal tout autre.  De même on a en grec strouthos (στρουθός), le « moineau », mais avec l’adjectif « grand » (mégalè), l’expression strouthos megalè (στρουθός μεγάλη)  ne veut pas dire un « grand moineau », mais une « autruche ».

M. Yvon Le Bastard, spécialiste de persan à l’Institut des Langues Orientales à Paris a confirmé oralement qu’en moyen persan, “Môr” signifiait « fourmi » ce qui donne en persan moderne “Mortche” ou “Môr”.  Or, on peut rapprocher à « Mortche » et « Môr », le mot persan “Muchk”, la « souris », le « rat ». Ceci correspond au grec mus (μῦς), qui signifie aussi la « souris » ou le « rat », au latin, mus, muris, le rat, la souris, et à l’anglais ‘mouse’… Selon M. Le Bastard, il y aurait une certaine ressemblance entre “môr” (la fourmi) et « muchk » (le rat), où le -k doit être un suffixe de diminutif

Selon Yvon Le Bastard, la ressemblance entre “môr” prononcé [mour], la fourmi, et  “Muchk”, prononcé [mouchk], le rat, a pu créer confusion à un certain stade de la transmission. Aurait-on décrit comme un gros rat « muchk mess » une marmotte de l’Himalaya et ensuite confondu le mot « muchk mess » (gros rat) avec « mur mess » (grosse fourmi) qui lui même se confondait avec le grec murmex ?

Lisons la description de l’animal donnée par des voyageurs anglais du 19ème siècle dans le passage suivant[18]:

“Parmi les animaux que nous avons aperçus (près de Grangué, dans les montagnes sablonneuses et abondantes en paillettes d’or), il y en avait un de couleur fauve, deux fois gros comme un rat, ayant les oreilles plus longues, mais n’ayant pas de queue.  Est-ce une espèce de marmotte?  Il se creuse des terriers, On en tua un que l’on avait pris pour un levraut.  Il saute, il s’assied de même sur les pattes de derrière.”

Les fourmis géantes seraient donc des marmottes de l’Himalaya, du Petit-Tibet, du Cachemire, du nord du Pakistan,  ou un gros rat,  môr mess, mušk mess, un petit mammifère creusant des terriers et, ce faisant, fournissant les paillettes d’or?

Pour aller plus loin dans ce sens, voici la contribution de Monsieur Romain Garnier, Professeur de sanskrit à l’Université de Limoges: « Selon le dictionnaire étymologique indo-européen de Mayrhofer (Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen II : 132-3), le mot sanskrit védique pipīlá– m. “fourmi” (source du dérivé secondaire skr. pipīlaka– m. “grosse fourmi noire”) serait un terme non indo-européen, qu’il rapproche du tibétain : p’yi“marmotte”. Dans son premier dictionnaire étymologique, (Kurzgefasstes Etymologisches Wörterbuch des Altindischen II : 284-5), Mayrhofer rapproche ce mot, qui serait un mot-voyageur, de zoonymes attestés dans des langues parlées à l’extrême Est de la Sibérie : le tchouktche pipykyl-g “souris” et le koriak pipikča “souris”. On ne trouve aucune trace du mot en vieux perse, mais cette langue est si mal documentée que ce n’est pas significatif. »

Ajoutons qu’il existe en sanskrit d’autres mots pour désigner la fourmi, et la poussière d’or.  La fourmi peut ainsi se dire ‘vamra’ et ce mot est bien d’origine indo-européenne, correspondant au latin formica, la fourmi. Or le Mahābhārata,  à la fois pour les fourmis et pour l’or, parle de pipīlika,  terme non indo-européen, terme exotique, lointain, voyageur, évoquant la rareté de l’objet, la difficulté pour se le procurer, la valeur du cadeau des rois qui vivent entre les montagnes Mérou et Mandara.

 

Monsieur Sylvain Brocquet, spécialiste de sanskrit à l’Université d’Aix-Marseille I, signale que le mot pipīlika en tant que paillettes d’or semble n’être employé que dans ce livre 2 du Mahābhārata et serait donc un hapax.  Rappelons que le pipīlika poussière d’or est  une forme de genre neutre, alors que la fourmi pipīlika est féminin ou masculin (voir plus haut).

Dans le Mahābhārata, livre 2, ‘pipīlika’,  animal qui soulève la poussière d’or, serait-il à entendre comme ‘PIPĪLIKA’,  un peu comme on dit: les Incas, les Aztèques, ou encore les Eskimos ? Cela irait aussi dans le sens de Robert H. Stacy[19] qui pense que les pipīlikas étaient des hommes d’une tribu mongolienne…  Mais on peut comprendre les pipīlikas en tant que mammifères comme on dit  ‘puma’, ‘mustang’, mots qui ne sont  d’origine ni latine, ni germanique, ni indo-européenne.  Ce ‘pipīlika’ est, lui aussi, un hapax, dans ce sens de PIPILIKA sans traduction possible.

Par la suite, l’animal qui produit de l’or qui ressemble à de petites fourmis grouillantes aurait donné son nom à la poussière d’or… La confusion se serait ainsi faite entre fourmi et poussière d’or grouillante comme des fourmis, aussi bien chez les Indiens que chez les Perses. À partir de ce passage, l’or des sables du désert et la fourmi auraient pris le même nom, avec des genres différents.  Et le mot ‘pipīlika’ en est venu à désigner la fourmi tout simplement.

Ainsi avons-nous la traduction de Johannes Adrianus Bernardus van Buitenen qui ne traduit pas pipilika et ajoute ‘ants’ (fourmis en anglais) après le deuxième ‘pipīlika’.[20]  Car la confusion née il y a tant de siècles continue à nous tarauder. Il traduit donc de la façon suivante: “ils apportèrent de l’or appelé pipilika, qui était donné en cadeau par les fourmis pipilikas.”  C’est à peu près ce que nous proposons en ôtant le mot fourmi, et en acceptant de mettre or en paillettes au lieu du premier pipilika.

Hérodote aurait ainsi fidèlement répété ce qu’il a entendu.

Conclusion

On peut raconter tout ce qu’on veut des contrées lointaines, même de nos jours où la planète semble avoir rétréci.  Il existe encore des endroits difficiles d’accès, voire interdits.  “La disposition au merveilleux, appliquée à tout ce qui venait de l’Inde”[21] semble être universelle comme nous venons de le voir dans Pline, par exemple, avec les cornes de la fourmi dans le temple d’Hercule. Mais nous l’avons vu aussi avec Michel Peissel, tout récemment.

Nous pensons avoir élucidé la question linguistique et donné revanche à Hérodote.  Mais nous ne pouvons affirmer quelle est cette marmotte chercheuse d’or car nous ne pouvons nous rendre au Petit-Tibet pour chercher de visu l’animal en question.  Il est certain que dans l’Antiquité, la fourmi indienne était entendue comme étant un mammifère dont la peau était très belle, puisqu’on en rapporta à Alexandre le Grand et plus tard à Soliman le Magnifique.[22]

Nous pensons pouvoir établir que dans le même vers (ou sloka) 02048004a du livre 2, Sabha Parva, le Livre de l’assemblée,  du Mahābhārata, selon l’édition désignée en note ci-dessous[23], le premier pipīlika représente l’or en paillettes, alors que le deuxième, pipīlikaiḥ représente une entité animale exploitant la terre et, ce faisant, mettant au jour des poussières contenant de l’or en paillettes; le nom de cette entité animale était un nom étranger, PIPĪLIKA, un hapax dans la littérature sanskrite que tout le monde comprenait comme étant un mammifère rongeur des déserts ensablés et aurifères des régions de l’Himalaya.

Hérodote nous semble peut-être un peu naïf, mais il avait beaucoup voyagé et il était en fait ‘plein d’usage et raison’[24].  Il était sympathique dans sa façon d’annoncer le merveilleux tout en le niant. Hérodote tient sa revanche!

Ainsi, les fourmis resteront des fourmis, les marmottes resteront des marmottes, et les hommes courront toujours après l’or.

 

Monique L. Cardell

Bangalore, Inde, Mai 2013

 

 

 

 

 

 


[1] Ce texte a été revu et raccourci par Christian Boudignon.  Le texte joint à un autre article de Monique Cardell sur les fourmis en tant qu’insectes objets de recherches scientifiques sera bientôt publié en un livre sur amazon.com.
L’étude des fourmis a été inspirée par Madame Claire Vernhes.  Monique Cardell travaille sur les fourmis d’Hérodote depuis Octobre 2012 à Scottsdale, Arizona.  Et cet article a été agrandi à Bangalore, Inde.

[2] A New Classical Dictionary, Harper and Brothers (1851) page 366 – version numérique.

[3] A Commentary on Herodotus Books I-4, David Ashery, Alan Lloyd, Aldo Corcella, Oxford University Press, 30 août 2007, p. 54.   Également dans Fabricius, Bibliotheca Graeca, éd. Harles, t. II, p.331.

[4] Traduction Pierre-Henri Larcher, 1802.

[5] On reconnaît les mots Paktoune/pachtoune (Pathan) dont la plupart de la population originaire d’Afghanistan vit au Pakistan, comme dans la province du nom de Khyber Pakhtunkhwa (la région des Pashtouns).  On a voulu voir le mot Cachemire dans “Caspatyre”.

[6] La Bactriane couvre plus ou moins ce qui est l’Afghanistan et une partie du Pakistan au nord.

[7] On dirait plus facilement ‘soulèvent”.

[8] Il fut un diplomate, ambassadeur de Séleucus Ier Nicator, envoyé auprès de Chandragupta Maurya.  Il écrivit vers 300 av. J.C. les Indica dans lequel ouvrage, il décrit ce qu’il voit des Indiens et de leurs coutumes. Son ouvrage en quatre volumes a été hélas perdu, mais Diodore de Sicile et Arrien y font référence.

[9] Géographie de Strabon, traduction par Amédée Tardieu, Paris, Hachette, 1867.  Livre XV, paragraphe 44.  Strabon avait déjà mentionné les fourmis indiennes au paragraphe 37: ” Pour suppléer à leur ignorance, les historiens, encouragés d’ailleurs par l’extrême éloignement des lieux, ont eu recours à l’exagération et aux plus monstrueuses fictions. témoin ce qu’ils racontent des fourmis chercheuses d’or…”

[10] Derdes ou Dardes

[11] Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XI, xxxi, édition d’Émile Littré, Paris: Dubochet, 1848-1850

[12] Publié par l’Université de Gant, en 1819.

[13] Sir William Ridgeway, The Origin of metallic currency and weight standards, Cambridge University Press, 1892, pp. 66-67. Traduction de l’anglais: Monique L. Cardell.

[14] http://www.sacred-texts.com/hin/m02/index.htm, avec quelques petites variantes. (traduction par M.L.Cardell)

[18] Traditions tératologiques, Jules Berger de Xivrey, Imprimerie royale. 1826, Paris, p. 66.

[19] Robert H. Stacy, India in Russian Literature, Motilal Banarsidass, Delhi, 1985, p. 2: “It appears that both the word and the story arose from a confusion of the Mongolian words for a tribe and for “ant”.

[20] Traduction publiée par The University of Chicago Press, 1981. Traduction de l’anglais au français : Monique L. Cardell.

[21] Traditions tératologiques, op. cit. p. 267.

[22] Ainsi les cadeaux du roi de Perse au grand roi Turc:
In his aliquando inusitati generis animantes, qualem memini dictum fuisse allatam formicam Indicam mediocris canis magnitudine, mordacem admodum et saevam. [“Parmi eux parfois des animaux d’une espèce extraordinaire, comme celle dont on a parlé, j’en ai souvenir, à propos d’une fourmi indienne apportée chez nous, de la taille d’un chien moyen, qui mordait même et faisait preuve de violence”] Ogier Ghislain de Busbecq, Opera omnia quae extant, ex Officina Elzeviriana, Anno 1633, p. 143.  (http://books.google.co.in/books?id=EKzs2F1JIA4C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false)

[23] http://bombay.indology.info/cgi-bin/welcome.cgi.  Il faut s’enregistrer (gratuitement) pour pouvoir lire le texte.

[24] Joachim Du Bellay, Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

 

Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour μύρμηξ, “la fourmi”.

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE (ὁ λύχνος n° 134, article huit)

Une étymologie pour μύρμηξ ?

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire de linguistique grecque à l’Université d’Aix-Marseille

 

fourmi et ses mandibuls wikicommon)
Fourmi et ses mandibules (Wikicommon)

Après les araignées (voir le précédent numéro 133 de “Connaissance hellénique”), nous allons nous intéresser à la fourmi, en étudiant le mot qui la désigne : ὁ μύρμηξ, τοῦ μύρμηκος

On trouve des formes apparentées dans plusieurs langues indo-européennes (enceltique, en arménien, en slave, en sanscrit…, sans qu’on puisse les faire dériver d’un prototype unique : comme le fait remarquer le dictionnaire de Chantraine, « Les noms d’insectes, qui n’appartiennent pas au fond noble du vocabulaire, sont exposés à des variations où peut intervenir le tabou linguistique ». Le mot latin est formica, qui vraisemblablement est une déformation d’un plus ancien *mormica (on a une semblable déformation dans formido, « l’épouvante » dont le sens premier est « épouvantail » et qui doit être rapproché du grec ἡ μορμώ, « l’épouvantail »).

Les variantes de ce mot dans les diverses langues indo-européennes tournent autour d’un thème *mor, pouvant se développer en *morw, ou *mewr, *mowr (qui peut se déformer en *worm) ; ces informations proviennent de l’article μύρμηξ du Griechisches Etymologisches Wörterbuch de H. Frisk.

Un vocalisme à problème : o / u

L’étude de ce mot présente des difficultés.

Qu’est-ce que ce vocalisme -υρ- ? Les alternances vocaliques dans une telle racine se font sur e/o, timbres conservés en grec. On a proposé de voir dans ce -υ- (anciennement prononcé [u], comme ou en français) le développement d’un point vocalique dans un degré zéro *m°r. Mais ce serait bien insolite : un tel point vocalique donne normalement un a (un o en éolien).

Or on a d’autres exemples de -υ-  d’explication difficile.

Ainsi dans ἡ ἄγυρις, « le rassemblement » (on connaît surtout ἡ πανήγυρις, « l’assemblée générale »). Le mot se rattache évidemment à la racine *ager de ἀγείρω, « rassembler », de ἡ ἀγορά, « la réunion, la place publique ». Mais comment rendre compte du -υ-  ? On comprendrait mieux un *ἄγορις avec vocalisme o de la racine, et le même type de formation que dans ἡ τρόπις, « la quille » (d’un bateau), τρόφις, « bien nourri », etc. Même problème pour le vocalisme de τὸ φύλλον, « la feuille » (à côté du latin folium), ou pour celui de μύλη , « la meule » (à côté du latin mola).

On s’interroge également sur le flottement entre τὸ ὄνομα, le nom et τὸ ὄνυμα (qu’on trouve en éolien et en dorien). On a pourtant une solution simple dans le fait qu’en éolien un o peut se fermer en υ. Ainsi dans ἀπύ à côté de ἀπό.

Certes, les mots présentés ci-dessus sont courants en dehors de l’éolien. Mais il peut y avoir des emprunts entre dialectes. Ainsi ὁ λοχᾱγός,” le chef de bataillon”, avec son ᾱ, est un mot venu du dorien, à côté de ὁ στρατηγός, “le stratège”.

Mais il n’est pas indispensable d’avoir recours à l’hypothèse de l’emprunt interdialectal. Ces fermetures de o en u peuvent s’être manifestées sporadiquement et être peut-être des faits de prononciation populaire. Notons qu’en latin, à côté de formica, on a l’attestation d’un furmica.

Il est donc légitime d’envisager un *μόρμηξ à l’origine de μύρμηξ.

 

Quelle est la structure de μύρμηξ ?

Mais comment analyser cette forme et la rattacher à un thème *mor ? Quelle en est la structure ? La finale -ηξ (< *ᾱξ) ne pose pas de problème. On la trouve dans d’autres noms d’insectes, comme σφήξ, la guêpe, σκώληξ, le ver de terre, ἱέρᾱξ, le faucon. Reste à analyser μυρμ < *μορμ. La solution est dans l’étude du phénomène du redoublement expressif, et plus particulièrement du “redoublement brisé”. Nous disposons sur ces questions de l’ouvrage de Françoise Skoda : Le redoublement expressif : un universal linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues (1982).

L’ouvrage étudie des formations comme μαρμαίρω, « étinceler », ποιφύσσω, « haleter », γαργαρίζω, « se gargariser », etc. Un type courant de redoublement expressif, d’où découlent diverses variantes, est le type CVS-CVS (o.c., p. 33 et suivantes); C = consonne, V = voyelle, S = sonante (l,m,n,r sont des sonantes). On trouve ce type de redoublement par exemple dans βάρβαρος, « barbare », βόρβορος, « bourbier », etc. Entrent dans la catégorie du “redoublement brisé” « les formes dans lesquelles le redoublement se réduit à la consonne initiale » (o.c., p.35, note 37). C’est ainsi que CVS-CVS se “brise” en CVS-C (ou CSV-C en vertu d’une certaine labilité dans la place de la voyelle par rapport à la sonante). Un exemple classique est le nom latin du troupeau : grex, gregis sur une racine *ger qu’on retrouve en grec dans γάργαρα, « multitude » (neutre pluriel). On a aussi, dans le dictionnaire d’Hésychius d’Alexandrie (Ve ou VIe s. ap. J.-C.), la forme γέργερα. Au lieu de *ger-ger-, le mot latin présente un radical *greg. Cette racine *ger est distincte de la racine *ager de ἀγείρω, « rassembler ». Ainsi sur *mor-mor a pu être créé un radical *morm dulequel fut dérivé *μόρμηξ (ou plutôt *μορμᾱξ) devenant ultérieurement μύρμηξ.

 

Quelle est la racine de μύρμηξ ?

Mais qu’est-ce que cette racine *mor, ou plutôt *mer/*mor, pour tenir compte du système de l’alternance vocalique ? On a en latin mordeo, « mordre », auquel correspond en sanscrit mardati, « il broie ». Ce pourrait être, élargie par d, notre racine.

Nous écarterons ce que nous propose le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), qui pose une racine *h2merd pour rapprocher mordeo du grec ἀμέρδω, « priver de quelque chose » (mot homérique : καπνὸς ἀμέρδει καλὰ ὅπλα, « la fumée ternit l’éclat des belle armes », dans Odyssée XIX, 18). Une laryngale initiale h2 donne un α- en grec et rien en latin. Mais elle n’a été supposée ici par le LIV que pour rapprocher ce mot grec et ce mot latin ; or le lien sémantique qui les unit est un fil bien ténu. Nous nous en tiendrons donc à notre rapprochement du *mor de la fourmi avec celui de mordeo : la fourmi peut fort bien avoir été désignée comme étant “la mordeuse”.

Peut-on aller plus loin dans l’exploration de cette racine ? Ici nous nous inspirerons de Calvert Watkins qui, dans The American heritage dictionary of Indo-European roots, propose de voir dans mordeo un élargissement en d de la racine *mer signifiant « la mort ». Cela peut aujourd’hui nous paraître sémantiquement un peu forcé. Mais lorsque l’indo-européen était une langue vivante, l’humanité vivait dans un environnement plus hostile que le nôtre, peuplé d’animaux (fauves, serpents venimeux…) dont la morsure signifiait la mort sûre. Ce qui n’allait pas empêcher mordeo de pouvoir ensuite s’appliquer également à des morsures plus anodines. Peut-on discerner dans les emplois classiques de μύρμηξ quelque chose de ce lien que nous croyons découvrir avec des idées de destruction forte ? Il semble que l’on peut observer cela dans des emplois métaphoriques de μύρμηξ. On trouve ce mot employé pour désigner un récif (les navires s’y brisent). Il désigne aussi, nous dit Hésychius, les πυκτικοὶ ἱμάντες, les lanières des pugilistes, lanières de cuir, pouvant être munies de métal, dont ils se garnissaient les poings, et qui faisaient d’autres dégâts que les actuels gants de boxe.

 

Je ne saurais vous quitter sans vous dire que l’idée de chercher un lien entre μύρμηξ et la racine signifiant la mort m’a été suggérée par Monique Cardell. 

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire de linguistique grecque à l’Université d’Aix-Marseille

 

Post scriptum

1 J’ai cité, de Calvert Watkins, The American heritage dictionary of Indo-European roots,  5e édition, 2011. Cet excellent ouvrage, qui vise un large public, étudie les racines indoeuropéennes présentes en anglais, soit directement, soit par emprunt, c’est-à-dire la grande majorité de celles-ci. L’ouvrage est introduit par une très bonne initiation à la grammaire comparée des langues indo-européennes.

2 Notons que pour les laryngales, il emploie les anciennes notations 1, ∂2, ∂3 que nous trouvons dans nos ouvrages de base (Chantraine, etc.), alors que les travaux les plus récents emploient h1, h2, h3.