Archives par mot-clé : θεραπεύω

Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour θεράπων / θεραπεύω  ?

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article huit.

Une étymologie[1] pour ὁ θεράπων ‘le serviteur’ ?

Et pour θεραπεύω ‘servir, honorer’ ?

 

La déesse Hestia (Giustiniani), copie romaine, musée Torlonia à Rome (wikicommons)

 

Il me plaît d’emprunter la présentation de ce mot à un sympathique ouvrage découvert un jour chez un bouquiniste : Dictionnaire complet d’Homère et des homérides, par N. Theil, agrégé des classes supérieures, professeur au collège royal de Nancy, et Hipp. Hallez d’Arroz, juge supléant au tribunal de Bar-le-Duc. Hachette 1841 :

« θεράπων, οντος (ὁ), serviteur, suivant, garde, compagnon, aide ; il est différent de δοῦλος et signif. un serviteur volontaire, non seul. de naissance libre, mais souv. d’extraction noble ; c’est ainsi que Patrocle est θεράπων, suivant ou compagnon d’armes d’Achille, Iliade XVI, 244 ; Mérion, d’Idoménée, Iliade XXIII, 13, Thrasymèle, de Sarpédon, Iliade XVI, 464 ; tous les héros sont appelés θεράποντες Ἄρηος, serviteurs de Mars, Iliade VII 382 ; les rois sont appelés θεράποντες Διός, Odyssée, XI, 254… ; dans l’Odyssée les θεράποντες s’occupent dans la maison de divers offices, Odyssée I, 109 ; cependant ils sont toujours, comme les varlets des chevaliers, issus de race noble, tel qu’Étéonée, Odyssée IV, 22. » Voilà qui nous montre bien ce qu’était, en ces temps anciens, l’aura du θεράπων, bien différent aussi d’un simple οἰκέτης.

Voyons maintenant, dans ses grandes lignes, le groupe de θεράπων et de ses proches parents. Tout s’organise autour d’un thème θεραπ-. Sur ce thème, on a :

1) La formation la plus archaïque dans sa structure : θέραψ, -απος. Au thème θεραπ- s’ajoutent directement les désinences des formations nominales athématiques (type κόραξ).

2) Des formations à suffixe nasal : ici se situe notre θεράπων,-οντος. Il existe aussi, attesté en éolien, un génitif θεράπονος. Le féminin est θεράπαινα, mais on a aussi θεράπνη. Dans ce dernier mot, le passage au degré zéro du suffixe -ων sous l’effet de l’adjonction du morphème de féminin ᾱ > η (cf. λιμήν ‘port’/λίμνη ‘marécage’) situe la formation de ces termes dans une couche ancienne de la langue. Le mot θεράπνη signifie aussi ‘demeure, séjour’. Citons, à ce propos, la glose d’Hésychius (lexicographe du VIe siècle après) : θεράπναι· αὐλῶνες, σταθμοί, sur laquelle nous reviendrons plus loin.

3) Une série d’allure plus récente, formée sur θεραπευ- : θεραπεύω, θεραπευτής, θεραπεία… exprimant une idée de soin (en particulier médical) ou de culte religieux.

Le dictionnaire homérique cité au début de cet article nous donne un rapprochement étymologique avec θέρω ‘chauffer’, mais en donnant à ce mot le sens du latin foveo, qui du sens concret de ‘tenir au chaud’ est passé au sens figuré d’‘entourer de prévenances’. Le θεράπων serait « celui qui s’est voué au service de quelqu’un ».

Le dictionnaire Bailly, à l’article θέραψ, dans ses anciennes éditions, dont les indications étymologiques, comme il est dit dans la préface, reposent sur les travaux de Curtius, indique également, sans autre commentaire qu’un point d’interrogation, le rapprochement avec θέρω. Cette mention disparaît dans l’édition 1950, où les étymologies ont été revues par Chantraine. Elle est remplacée, avec un double point d’interrogation, par une hypothèse venant du dictionnaire étymologique de Boisacq : il est posé un θερα-π-, dont le θερα- est rapproché du groupe de θρησκεία ‘dévotion, religion’ (terme demeuré aujourd’hui usuel). Il n’en est plus question dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, où il est dit de θεράπων que l’étymologie en est obscure.

Tournons-nous vers le dictionnaire étymologique de Beekes. Tout naturellemnt, θεράπων y est considéré comme d’origine pré-grecque (comme un terme de substrat venant d’une langue parlée avant l’arrivée des populations de langue grecque). C’est souvent ainsi que sont résolues les difficultés dans ce dictionnaire.

Voici maintenant notre proposition étymologique pour θεράπων et tout ce groupe. Il convient de partir de la forme la plus archaïque, θέραψ, -απος, dont θεράπων dérive, ainsi que le groupe de θεραπεύω. Nous y voyons un composé θέρ-αψ. Le premier élément serait la racine que nous avons dans θερμός : elle exprime la notion de chaleur, ou plutôt, ici, comme nous allons le voir, de feu.

Que peut bien être le second ? Nous observons dans le vocabulaire grec des formations en -αδ, -αγ-, -ακ-, -ᾱκ- Nous n’en observons pas en -απ- ; ce ne peut donc être un suffixe ou un élargissement. Il nous faut donc chercher un thème -απ-exprimant une notion pouvant s’associer à θερ- : nous n’en voyons pas d’autre (mais nous aurons à justifier cela) que celui que nous trouvons dans le verbe ἅπτω au sens de ‘allumer’. Notre -αψ serait alors à considérer comme un nom-racine *απ-ς, ayant valeur d’agent, ce qui ferait du θέρ-αψ, du moins à l’origine, un ‘allumeur de feu’, un serviteur chargé de l’entretien du feu. Le mot serait à associer aux divers composés grecs de type χέρνιψ ‘eau pour se laver les mains’: dans ce mot le premier élément est bien sûr le radical ancien de χείρ ‘main’ (nom-racine) et le second élément, -νιψ, formé sur la racine de νίπτω ‘laver’ est un nom-racine également, avec valeur d’agent. La χέρνιψ, -ιβος est l’eau laveuse de mains. Pour ces formations, voir Chantraine, La formation des noms en grec ancien, p. 4-5.

Précisons tout de suite que dans les attestations que nous en avons (ainsi Euripide, Ion, 94), le θέραψ est simplement (donc par extension dans notre hypothèse) un serviteur. Avouons aussi que ce qui peut plaider le plus en faveur de cette hypothèse est peut-être l’apparente impossibilité d’en trouver une autre ! Voyons de plus près chacun des deux éléments de notre θέρ-αψ ainsi conçu.

On connaît bien en grec la racine θερ- (indo-européen *gwher-) exprimant la notion de feu et de chaleur. C’est, comme nous l’avons dit, la racine de θερμός ‘chaud’, et de son parallèle latin formus, avec un vocalisme différent. C’est celle de τὸ θέρος ‘l’été’. Les correspondants indo-européens (cf. le Lexikon der indogermanischen Verben (2e édition), p. 219-220) nous mènent bien à un champ sémantique chaleur-feu : ainsi lituanien gariù ‘brûler’, gotique brinnan (= allemand brennen ‘brûler),  sanscrit gharmá- ‘brasier, chaleur’ ; vieux slave gorjo ‘brûler’ ; ce dernier mot est représenté en russe par горю (goriou) ‘brûler’. C’est la notion de chaleur qui pour cette racine est largement représentée en grec, mais il est important pour notre hypothèse de souligner que dans les anciens textes l’association au feu y est bien présente aussi. Ainsi nous observons l’emploi homérique de θέρομαι s’associant à l’idée de feu dans l’expression θέρεσθαι πυρός ‘se chauffer au feu’ que nous trouvons en Odysssée, XVII, 23. La chose est encore plus nette en Iliade VI, 331 : Ἀλλ᾽ἄνα, μὴ τάχα ἄστυ πυρὸς δηΐοιο θέρηται ‘Debout, pour que la ville ne soit pas bientôt brûlée par le feu ravageur’. Quant au mot θέρος, il a dû, lui aussi, signifier fort anciennement le feu : son exact correspondant sanscrit háras- est défini par ‘Flamme, Glut’ (=‘flamme, brasier’) dans l’Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen de Manfred Mayrhofer. En grec, la chaleur qu’exprime la racine θέρ- tend à être une chaleur bienfaisante, celle qui est confortable, celle aussi par qui l’été (τὸ θέρος) produit la moisson (ὁ θερισμός). C’est cette chaleur que veut établir dans la maison le serviteur chargé du feu. Avec valeur métaphorique, θερμός peut aussi signifier ‘chaleureux’.

Nous avons, dans notre hypothèse, traité θερ- comme un nom-racine signifiant le feu. Étudions le second élément, le -αψ qui signifierait ‘allumeur’.

Le dictionnaire de Bailly, ainsi que celui de Magnien-Lacroix, distingue deux verbes ἅπτω homonymes, dont l’un signifie ‘attacher’ (et avec un sens atténué, ‘toucher, entrer en contact avec’), l’autre ‘allumer’. Dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, dont nous suivons ici la doctrine, il y en a un seul, signifiant ‘attacher’, et pour le sens ‘allumer’, il convient de poser un ἅπτειν πῦρ ‘attacher le feu’ et de sous-entendre πῦρ. Voilà qui est affirmé un peu vite, et qui demande un peu d’explication.

Pour admettre cette dérivation sémantique, il nous faut songer à des contextes situationnels jadis assez courants où allumer du feu, c’est parvenir à le fixer, à l’attacher au combustible. De nos jours, pour allumer du feu, si on dispose du combustible, il suffit d’avoir une boîte d’allumettes à portée de la main, ou un briquet dans la poche, et c’est l’affaire de quelques secondes. Il n’en allait pas de même dans les temps anciens, et même en des temps qui ne sont pas très anciens, où on ne disposait pas de ces commodités : lorsque la chandelle était morte et qu’on n’avait plus de feu, il fallait aller dans le voisinage en quérir un peu. Et si on n’en trouvait pas, il fallait le faire jaillir par d’archaïques moyens.

Sur ces moyens, on peut se renseigner en se reportant à l’article IGNIARIA du bien ancien, mais toujours fort utile Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Daremberg et Saglio, consultable en ligne. Les πυρεῖα (c’est ainsi qu’il conviendrait de traduire briquet dans un thème grec) étaient des dispositifs comportant deux pièces de bois produisant du feu sous l’effet d’un frottement violent et prolongé. Dans les Argonautiques d’Apollonius de Rhodes, I, 1180 sq., il est fait allusion à une opération de ce genre. On se servait aussi de pierres que l’on heurtait avec une autre pierre ou avec du métal. Il est question dans Les Nuées d’Aristophane (vers 766 à 769) d’un autre procédé, les lentilles qui concentrent le rayonnement solaire :

« Strepsiade —Tu as déjà vu chez les droguistes cette pierre, la belle, la diaphane, par laquelle on allume le feu ?

Socrate —  Τὴν ὕαλον λέγεις ; (Tu parles du cristal ?)

Strepsiade — Oui. »

Quel que soit le procédé, on n’obtient pas le résultat du premier coup. La première étincelle ne crée pas une flamme, les premières flammèches sont sans doute évanescentes. Il faut persévérer, réitérer, jusqu’à ce qu’enfin la flamme ne se dérobe pas, qu’elle soit stabilisée et comme attachée.

Voilà pour la sémantique en ce qui concerne l’élément -αψ. Restent des problèmes formels. Il se trouve que ἅπτω se rattache à un thème ἁφ- (celui qu’on a dans ἡ ἁφή ‘le toucher’). Si on rattache à ce thème notre θέραψ, le pluriel en serait *θέραφες au lieu du θέραπες attesté. Ce thème est étonnant avec sa double espiration (haph-). Chantraine en estime l’étymologie obscure, ajoutant qu’il s’agit d’un « terme expressif et concret ». Mais si ces aspirées se sont ajoutées là pour créer de l’expressivité, si elles sont secondaires pour cette raison ou pour une autre, on découvre en les supprimant le thème plus ancien qu’elles ont modifié. Cela nous amène à poser un thème ἀπ-.

Nous rejoignons alors la position de Beekes, qui, dans l’article ἅπτω de son dictionnaire étymologique, se référant à un travail de Lucien Van Beek, et estimant que les aspirées en question sont secondaires, pose une racine *h2ep- (ce qui donne ἀπ- en grec) et rapproche du hittite happ- ‘to join’ et du latin aptus. Nous pensons alors avoir bien consolidé notre hypothèse consistant à considérer le θέραψ comme celui qui atttache ce qu’exprime le thème θερ-, c’est-à-dire le bon feu, la bonne chaleur.

Cette activité ignée du θέραψ ou du θεράπων, au sens étymologique que nous espérons avoir dégagé, donne sans doute sa tonalité au mot θεράπνη quand il est employé au sens de ‘demeure, séjour’. Ce doit être une demeure où il fait bon vivre, à l’abri des froidures. Dans ce sens, également, va la glose d’Hésychius que nous avons citée : θεράπναι· αὐλῶνες, σταθμοί. Ces αὐλῶνες font penser à αὐλή au sens de ‘résidence’, avec connotation méliorative : Ζηνὸς αὐλή ‘la demeure de Zeus’ (Odyssée, IV, 74). Quant aux σταθμοί, notre lexicographe devait penser à des gîtes d’étape assez confortables, sans forcément atteindre toutefois le confort de ceux où le roi de Perse passait la nuit en voyage (Hérodote, Histoire, V, 52 et VI, 119).

Ce rôle domestique du feu et du personnel qui en assure la maintenance ne se limitait pas aux flambées utilitaires (chauffage, cuisine). Ces θέραπες ou θεράποντες n’étaient pas comme nos chauffagistes, qui, après l’installation ou l’installation du chauffage central (κεντρική θέρμανση), rentrent chez eux. Ιls vivaient au domicile de leurs patrons, veillaient sur eux. La chaleur était aussi une chaleur humaine.

À cela s’ajoute le lien que les serviteurs chargés du feu avaient nécessairement avec la sacralité du foyer, de l’ἑστία. Sur cette notion, on pourra lire l’article de Louis Deroy sur Le culte du foyer dans la Grèce mycénienne paru dans la Revue de l’histoire des religions, année 1950, pages 26-43.

https://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1950_num_137_1_5700

Cela prédispose ces θέραπες devenus θεράποντες, si notre hypothèse étymo­logique est exacte, à acquérir une dignité que n’ont pas de simples serviteurs, des οἰκέται, des δοῦλοι. On comprend comment le terme de θεράπων, muni de ces connotations, a pu par métaphore devenir ce qu’il est dans l’univers homérique. Mais en même temps cette promotion métaphorique efface la vieille référence au feu domestique ; elle s’efface d’autant plus que l’addition du suffixe -ων masque le nom-racine qui était porteur de cette référence. Tout cela, naturellement, si notre hypothèse étymologique est exacte…

Les θέραπες/θεράποντες n’ont pas toujours été gratifiés de cette considération particulière. C’est ce que révèle cette autre glose d’Hésychius : θέραψ (Cret.)· θεράπων, οἰκέτης, δοῦλος, ἀκόλουθος. L’indication (Cret.) présente le mot comme crétois (ancien, mais conservé en crétois ?) Quelle distance franchie entre cela et le θεράπων homérique ! Les gloses d’Hésychius[2] sont un conservatoire d’archaïsmes, de mots et de significaions perdus. Celle-ci nous fait comprendre que le mot θεράπων a connu une sorte d’ascension sémantique. Cette ascension, que nous considérons comme une ascension par le feu, tant au sens propre que par ses connotations figurées, concerne toute la famille de θεραπ- : les termes du groupe θεραπεύω signifient l’ensemble des soins, en particulier les soins médicaux, avec toute la science et le dévouement que cela comporte, et aussi le culte rendu aux dieux.

Jean-Victor VERNHES

Maître de conférences honoraire

Centre Paul-Albert Février, CNRS

Université d’Aix-Marseille

 

[1] Je remercie chaleureusement Rémy Viredaz qui a bien voulu prendre connaissance d’une première version de ce texte et m’a communiqué de bien utiles observations.

[2] L’édition d’Hésychius ici utilisée est l’editio minor de Mauricius Schmidt (Iena, 1867).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts