Editorial et sommaire du ΛΥΧΝΟΣ n° 151, novembre 2018

Emile Henry, La place d’Aubagne, Aquarelle de la fin du XIXe siècle

Editorial (et sommaire)

Rue d’Aubagne, Homère songeait…

[En 1803, rue d’Aubagne à Marseille, le préfet Charles Delacroix, le père d’Eugène Delacroix, a fait ériger une fontaine, un lavoir et un buste d’Homère sculpté par Etienne Dantoine au sommet d’une colonne antique. Elle porte cette inscription « Les descendants de Phocée,à Homère ». Le 5 novembre dernier, deux ou trois immeubles se sont effondrés dans la rue d’Aubagne suscitant une immense émotion. Connaissance Hellénique laisse la parole à Arielle Chopard pour ce cri du cœur qui évoque le poète qui connaissait si bien les mendiants, comme Ulysse, à la porte du palais où les prétendants faisaient bombance…]

Homère songeait à sa muse. L’inspirerait-elle encore pour chanter le délabrement de cette cité grecque, de cette rue d’où montaient maintenant des thrènes mais sans l’exposition des corps difficilement extirpés des décombres ? Quelle guerre avait donc déchiré à nouveau les entrailles de la cité de Protis et Gyptis ? La plus difficile à combattre, celle de la misère.

Dans cette rue d’Aubagne où trône son buste, l’aède songeait au lavoir où se disputaient autrefois les Marseillaises qui battaient leur linge à grands renforts de cris, d’engatses[1],et de vie joyeuse et turbulente. Ah, Ulysse eût été surpris s’il avait accosté ici, se dit-il en imaginant une savoureuse distorsion du temps et de l’espace,et ce n’est pas Nausicaa qui l’aurait accueilli, mais une Ligure au verbe haut et moqueur. Du reste ce raffut était tel que le lavoir fut supprimé à la fin duXIXe siècle. La rue était restée populaire et à l’image de la ville portuaire : boubous africains côtoyant du lin savamment froissé de bobos, djellabas à côté de vêtements tachés d’artistes et appartements remplis de livres ou de mets épicés. Ici se mélangeaient le petit peuple de Marseille et les étudiants ou les enseignants fauchés mais tous appréciaient ces « trois fenêtres » typiquement marseillais. Les tomettes sont un peu disjointes, les plafonds hauts, encore ornés de leurs moulures pour certains. On y habite parce qu’on est pauvre ou que l’on n’a qu’un salaire, et qu’on ne paie pas cher. Certes, il n’y a pas de double vitrage mais des courants d’air partout, et le chauffage électrique revient presque aussi cher que le loyer. Mais on est en plein centre-ville, les pièces sont vastes et on n’entend pas le voisin uriner ou appuyer sur ses interrupteurs. Alors on oublie les fentes dans l’escalier ou les murs qui gondolent. Être pauvre ou sans aucune aide avec un salaire moyen restreint l’horizon de vie. Et le luxe à ce niveau, ce sont des pièces spacieuses et le centre-ville. Au prix de la vie parfois. Alors on espère que son immeuble insalubre ne sera pas déclaré en péril imminent !

Homère songeait à cette peur qui est plus tenace que celle du preux qui sait qu’il va devenir immortel grâce à ses exploits rapportés par l’aède. Ici, on crève dans l’anonymat, et la peur de l’expulsion fait accepter le danger de l’écroulement.Où aller ? Reprendre à nouveau des sacs aux coutures usées, poser un drap par terre et faire un balluchon, prendre les minots par la main et s’en aller sans un regard vers l’arrière car il y aurait trop à voir, laisser les bouquins, les photos, la vieille commode de la grand-mère pour les plus nantis et oublier que l’on est toujours en transit car on est immigré, clandestin ou simplement en dehors des balises sécurisées que donne l’argent.

Homère songeait à la politique qui ne sait plus l’étymologie de son nom. Comment une cité peut-elle oublier à ce point le bien-être des siens ? Du haut de sa colonne, il voyait les rubalises[2] qui flottaient au mistral, les rats qui avaient repris leurs affaires, et les gravats qui avaient englouti huit vies. Dans la rue, un mois après, règne encore un silence de sidération. Les échos des lavandières ont définitivement disparu. Les gamins qui jouaient dans la rue ne traînent plus. Les cafés et les épiceries ne drainent plus de va-et-vient et les voisins ne s’approchent pas des fenêtres pour ne pas voir ce gouffre béant qui semble une entrée des Enfers.

Homère songeait aux passants qui ne levaient déjà plus la tête vers lui depuis longtemps, mais qui maintenant marchaient courbés sous la douleur et la peine. Pauvres mortels ! L’aède n’avait plus envie d’appeler la muse.

Homère ne songeait plus. Du haut de sa colonne, comme un stylite, l’aède regarda la mer. Il descendit…

Arielle Chopard

Sommaire des douze articles :

1. ROBERT W. WALLACE : LA TRAGÉDIE DE L’AJAX DE SOPHOCLE, ENTRE VÉRITÉS ÉTERNELLES ET DÉBAT POLITIQUE

2. NICOLETSÉA GEORGIA : TROIS POÈMES SUR AGAMEMNON, CLYTEMNESTRE ET EGISTHE

3. JEAN-CLAUDE DUTTO : HOMÈRE ENFIN CHEZ LES GRECS !

4. PIERLUIGI LANFRANCHI : FURIO JESI MYTHOLOGUE

5. JEAN-MICHEL ROPARS : A PROPOS D’ULYSSE (3)

6. PAUL CHALLOBOS A LU POUR VOUS « LE DÉMON DE SAINT JÉRÔME » DE LUCRÈCE LUCIANI

7. ISABELLE COGITORE ET ALII, JULES CÉSAR ET LA FIN DE LA MARSEILLE GRECQUE, ÉPISODE 1

8. LAURENT FORCE A LU POUR VOUS « SOCRATE, LE DEMI-CHIEN »

9. CHRISTIAN BOUDIGNON : VOUS PARLEZ GREC ET VOUS NE LE SAVIEZ PAS (N°41)

10. DANIEL DI MEGLIO : ENFIN UN LOGICIEL QUI LIT LE GREC ANCIEN À HAUTE VOIX !

11. JEAN-VICTOR VERNHES : UNE ÉTYMOLOGIE POUR ΚΩΛΥΩ ‘EMPÊCHER’ ?

12. BERNARD BOYAVAL : QUEL EST LE MÉTIER D’HARPALOS ?

Bonne lecture !


[1] Terme méridonal pour « disputes », « embrouilles ».

[2] Rubans servant à baliser une zone d’enquête.

Bernard Boyaval : quel est le métier d’Harpalos ?

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article douze.

Intérieur de Sainte-Sophie (Constantinople / Istanboul) cliché Ingo Mehling (wikicommons)

L’épigramme funéraire d’Harpalos décrit ainsi son travail d’architecte (traduction d’Et. Bernand, Inscriptions métriques (1969), n°23 p. 128 v. 5-8) :

Οὗτος ὁ κοσμήσας περιμή(κ)εα τείχεα νηῶν

στήσας αἰθούσσαις κίονας ὑψορόφους

πολλάκι καὶ κορυφὰς ὀρέων ἴσα κάρφε(α) κόροι

ἤγαγε πειθομένας λεπταλέοισι κάλοις

« C’est lui qui a orné les très longs murs des temples, qui a dressé dans les portiques de hautes colonnes, et souvent il a déplacé les cimes des montagnes, comme les enfants des bouts de bois, en les faisant céder avec de faibles câbles ».

Il était donc à la fois peintre et sculpteur, procédait à l’élévation et à l’emboîtement des monolithes ainsi qu’à l’extraction et au transport des blocs des carrières,comme Apollodore de Damas qui, sous le règne de Trajan, avait construit un pont sur le Danube avec le titre significatif d’architecte « de tout le travail », expression qui résume sa polyvalence et sa prééminence (Procope, De aedificiis IV, 6, 13). Harpalos et Apollodore répondaient ainsi aux exigences de Vitruve, De architectura I, 1, 1-11, qui demandait à l’architectus romain de son temps une compétence encyclopédique faite de neuf disciplines. Mais, en affirmant que πολυμήχανος ὤλετο τέχνη « la polyvalence a disparu », le v. 3 de l’épitaphe confirme la datation de ses éditeurs successifs, fin du second siècle ou début du troisième après J. –C.

La stèle semble donc dater du début de l’évolution qui a peu à peu abaissé l’architectus romain en lui substituant le mechanicus. Dans Byzantion 18 (1946-1948), p. 99-113, G. Downey en a cité plusieurs témoignages : le décret de 344 qui porte la gradation descendante « mechanicos et geometros et architectos », l’insistance de Procope à souligner que les constructeurs de Sainte-Sophie, Anthemius de Tralles et Isidore de Milet,étaient des mechanici (De aed. I, 1, 24 et 50, II, 3, 14)comme les autres grands bâtisseurs du temps de Justinien, Chrysès d’Alexandrie(o. l. II, 3, 2), Jean de Byzance et Isidore le Jeune qui rebâtit la coupole de Sainte-Sophie après le séisme de 557 (o. l. II, 8, 25).

Downey pense que le mechanicus a supplanté l’architectus quand les maîtres d’œuvres romains ont cessé de reproduire les modèles grecs pour créer des formes nouvelles. On eut désormais besoin de spécialistes en géométrie, pose et projection de plans, calculs de courbures etc. L’ingénieur était dès lors indispensable.

L’épitaphe d’Harpalos ajoute probablement un témoignage nilotique (Hermoupolis) à la liste de Downey qui ne mentionne que des documents officiels et constantinopolitains.

Bernard Boyaval

Université de Lille III

Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour ΚΩΛΥΩ ‘empêcher’ ?

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article onze.

Pénélope attendant Ulysse, bague en or provenant de Syrie, Ve siècle, Cabinet des médailles, Paris, Cliché Jastrow (Wikicommons)

Consultons pour ce mot les dictionnaires étymologiques du grec. Selon Frisk, « étymologie non éclaircie » (« nicht überzeugend erklärt »). Selon Chantraine,« non expliquée ».  Pour Beekes : < ? >.

Le mot n’est pas chez Homère, ni chez Hésiode. On peut soupçonner pour ce terme relativement tardif soit un emprunt, soit une formation grecque familière qui aurait tardé à entrer dans la langue littéraire.

Nous optons pour cette dernière hypothèse et posons à l’origine une locution κῶλα λύειν ‘couper les jambes’, non au sens chirurgical de ‘sectionner, amputer’, mais au sens donné à ce mot lorsqu’on dit, par exemple à propos d’une boisson comme la bière qu’on aurait mieux fait de ne pas prendre avant de participer à un marathon, ou à propos d’un choc émotionnel : « Ça m’a coupé les jambes. » De là, pensons-nous,vient κωλύειν par haplologie, c’est-à-dire par simplification (du grec ἁπλός‘simple’).

Le premier élément de cette locution est τὸ κῶλον, qui désigne un membre d’un être humain ou d’un animal, plus particulièrement les jambes ou les pattes. Quant à λύω, il a ici un effet de sens se rattachant à l’idée générale de ‘défaire, dissoudre’ : la force de cohésion qui unissait les parties n’existe plus.

Du point de vue sémantique, nous avons là une matrice métaphorique[1] : l’idée d’empêchement s’exprime volontiers par l’image d’un obstacle fait au jeu normal des jambes. Le mot empêcher lui-même reflète le bas latin impedicare, dérivé de pedica ‘piège pour attraper les animaux par la patte’ ou ‘entrave attachée aux pieds’. En latin classique on a impedire ‘mettre dans des entraves’ ou au figuré ‘embarrasser, empêcher’. Ces mots se rattachent au latin pes, pedis ‘pied’. Quant aux mots entrave, entraver, ils se sont employés primitivement pour désigner des liens qu’on attachait aux pattes de certains animaux, les chevaux surtout,pour les empêcher de se déplacer. De tels emplois métaphoriques prennent parfois une tonalité expressive et familière, comme dans l’expression tirer dans les pattes. Pensons aussi à l’anglais to impede, impediment.

De bonne heure, grâce au progrès technologique, les jambes n’ont pas été pour l’homme le seul moyen de déplacement, et le jeu métaphorique a suivi : mettre des bâtons dans les roues.

Nous allons nous attarder quelque peu sur les deux concepts opératoires dont nous sommes en train de faire usage : pour le sens, celui, que nous venons de dégager, de matrice métaphorique ; pour la forme, celui d’haplologie.

Cette dernière est la simplification d’un mot. Elle consiste, lorsque se suivent deux syllabes commençant par la même consonne, ou du moins se ressemblant beaucoup, à supprimer l’une d’elles : ainsi l’ancien verbe contreroler est devenu contrôler.

Le Précis de phonétique historique du latin de Max Niedermann (Paris 1953) en donne pour cette langue plusieurs exemples dans ses deux dernières pages (176-177). Ainsi honestas ‘honorabilité, honnêteté’ (on attendrait *honestitas, formé sur honestus ‘honnête’, avec le suffixe -itas), semodius ‘demi-boisseau’ (on attendrait *semimodius, formé sur modius‘boisseau’, avec le préfixe semi-).On pourrait ajouter d’autres exemples, comme le doublet pulpamentum/pulmentum ‘ragoût,nourriture’.

La Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de Michel Lejeune (Paris 1972) nous donne des exemples de ce phénomène (§ 334, p. 291). Le plus connu est ἀμφορεύς ‘amphore’, pour ἀμφιφορεύς attesté chez Homère. Ici aussi,on pourrait ajouter d’autres exemples. Ainsi dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Pierre Chantraine (1968-1980), à l’article λαῖλαψ, -απος ‘ouragan’ est cité, provenant d’un papyrus magique, un λαιλαφέτης ‘qui envoie l’ouragan’, pour *λαιλαπ-αφέτης (le second élément -αφέτης se rattache à ἀφίημι au sens de ‘faire partir’). Le nom Βόσπορος, qui désigne le Bosphore et d’autres détroits, interprété depuis l’antiquité comme le «passage du bœuf», peut élégamment s’expliquer par une haplologie de *βοFόσπορος(= βοὸς πόρος)[2].

Revenons à notre matrice métaphorique signifiant la notion d’empê­chement par l’image d’une intervention au niveau des pieds ou des jambes : elle est bien représentée en grec. Sont formés sur le thème du nom du pied (ὁ πούς, ποδός) : ἐμποδίζω ‘mettre une entrave aux pieds’, d’où ‘empêcher’ ; ἀνδραποδίζω, ‘munir un homme d’une entrave’ c’est-à-dire ‘faire un esclave d’un ennemi prisonnier’, d’où, par dérivation inverse, τὸ ἀνδράποδον ‘le prisonnier réduit en esclavage’ ; ἐμποδὼν εἶναι ‘être dans les pieds’, c’est-à-dire ‘gêner, empêcher’ (cf. notre expression familière ‘on l’a toujours dans les pattes’ !). Avec le vocalisme e (celui que nous avons vu dans le latin pes, pedis) : ἡ πέδη et surtout αἱ πέδαι, ‘les entraves’.

Pensons aussi à ὑποσκελίζω ‘faire un croc en jambe’ (cf. τὸ σκέλος ‘la jambe’) : c’est faire quelque chose à la jambe par dessous. Au figuré, c’est compromettre l’action de quelqu’un, lui faire obstacle, l’empêcher de réaliser ce qu’il veut.

Particulièrement intéressante est l’expression γυῖα λύειν ‘relâcher les membres’. Ce terme de γυῖα (dont le singulier n’est pas usuel) désigne les membres et les articulations de façon générale. Les γυῖα sont le siège du tonus physique et moral : ἐκ δέος εἵλετο γυίων ‘il ôta des membres la frayeur’ (Odyssée VI, 140 et passim) ; γυῖα ἐλαφρὰ θεῖναι ‘rendre les membres dispos’ (Iliade, V, 122). Il s’agit plus particulièrement des membres inférieurs. En Iliade, XIII, 512, Idoménée est fatigué : Οὐ γὰρ ἔτ᾽ἔμπεδα γυῖα ποδῶν ἦν ὁρμηθέντι ‘les articulations de ses jambes n’avaient plus de fermeté dans son élan’.

Cette relaxation peut être agréable et bénéfique. En Odyssée XVIII, 189 nous voyons Pénélope dormir d’un bon sommeil, λύθεν[3] δὲ οἱ[4] ἅψεα πάντα, ‘et elle avait toutes les articulations détendues’. Même scène et même expression en Odyssée, IV, 794.

Dans une série de passages homériques le γυῖα λύειν est loin d’avoir cet aspect bienfaisant, le relâchement étant causé par une blessure mortelle, et la victime gît à terre comme un pantin désarticulé.

Iliade, VII, 12. Ἕκτωρ δ᾽Ἠιονῆα βάλ᾽ ἔγχει ὀξυόεντι/αὐχέν᾽ ὑπὸ στεφάνης εὐχάλκου, λῦσε δὲ γυῖα ‘Hector frappa Éionée de son javelot aigu, au-dessous de son casque de beau bronze, et lui défit les membres’.

Iliade, IV, 469. Ici Agénor s’attaque à Élépénor, dont le flanc s’est trouvé un moment découvert : οὔτησε ξυστῷ χαλκήρει, λῦσε δὲ γυῖα ‘il le blessa de sa pique de bronze, et lui défit les membres’.

Iliade, XI, 240. Iphidamas s’avançait contre Agamemnon, mais ce dernier se défendit : τὸν δ᾽ἄορι πλῆξ᾽αὐχένα, λῦσε δὲ γυῖα. / Ὣς τὸν μὲν λίπε θυμός… ‘et il le frappa de son épée à la nuque, et lui défit les membres. Ainsi la force de vie le quitta…’. Puis il se mit à le dépouiller. Alors le frère d’Iphidamas vint pour récupérer son cadavre, mais aussitôt Agamemnon οὔτησε ξυστῷ χαλκήρεϊ, λῦσε δὲ γυῖα ‘l’atteignit de sa pique de bronze, et lui défit les membres’ (260). Ainsi les deux frères ἔδυν δόμον Ἄιδος εἴσω ‘pénétrèrent dans la demeure d’Hadès’.

Iliade, XVI, 312. Μενέλαος ἀρήιος οὖτα Θόαντα /στέρνονγυμνωθέντα … λῦσε δὲ γυῖα ‘le valeureux Ménélas blessa Thoas à un endroit découvert de sa poitrine, et lui défit les membres’.

Iliade, XVI, 465. Patrocle s’attaque à Thrasymène, l’écuyer de Sarpédon : τὸν βάλε νείαιραν κατὰ γαστέρα, λῦσε δὲ γυῖα ‘il le frappa au bas-ventre et lui défit les membres.’

Dans un autre groupe de passages, les choses sont moins cruelles.

Iliade, VII, 6. Il s’agit ici, dans une comparaison, de marins qui se sont épuisés à ramer, καμάτῳ δ᾽ὑπὸ γυῖα λέλυνται ‘et leurs membres sont rompus de fatigue’.

Iliade, XIII, 85. Ici encore, c’est la fatigue qui défait les membres. Les Achéens font une pause auprès de leurs fines nefs : τῶν ῥ᾽ἅμα τ᾽ἀργαλέῳ καμάτῳ φίλα γυῖα λέλυντο ‘leurs membres étaient rompus d’une douloureuse fatigue’.

Odyssée, VIII, 233. Ulysse participe à des jeux chez les Phéaciens. Il peut participer, dit-il, à divers jeux, mais il n’est pas bon à la course, car il a été durement éprouvé sur mer :τῷ μοι φίλα γυῖα λέλυνται, dit-il, ‘j’en ai les jambes rompues’.

Odyssée, XVIII, 238. Au début de ce chant, on a vu le mendiant Iros provoquer et insulter Ulysse, et recevoir de lui au cou un magistral coup de poing le mettant en piteux état. Télémaque souhaite voir les prétendants dans le même état : λελῦντο (optatif[5]) δὲ γυῖαἑκάστου ‘et que tous aient leurs membres défaits !’ Ils seraient comme cet Iros, qui a été mis hors d’état de se mettre debout et de rentrer chez lui, ἐπεὶ φίλα γυῖα λέλυνται ‘car ses membres sont défaits’ (ibid., 242).

Odyssée, XVIII, 341. Ulysse ayant répondu durement aux propos insolents d’une servante, voilà toutes les servantes en proie à la panique, λύθεν δ᾽ὑπὸ γυῖα ἑκάστης ταρβοσύνῃ ‘et de terreur toutes avaient les jambes  flageolantes’.

On a parfois aussi une variante de cette expression avec γούνατα :

Odyssée, IV, 703. Pénélope vient d’apprendre que les prétendants veulent tuer Télémaque ; τῆς δ᾽αὐτοῦ λύτο γούνατα καὶ φίλον ἦτορ ‘et elle était là, les genoux et le cœur défaits’. Les yeux pleins de larmes, elle ne pouvait plus parler.

Odyssée, XVIII, 212. Ici les prétendants voient Pénélope descendue dans la salle où ils se trouvent, τῶν δ᾽αὐτοῦ[6] λύτο γούνατ᾽ ‘et ils étaient là, les genoux flageolant’ d’amour.

Mais c’est avec γυῖα que l’expression est usuelle dans l’épopée. Dans tout ce dernier groupe de passages, γυῖα λύειν ou un équivalent signifie l’empêchement de disposer de ses capacités et de faire ce qu’on veut sous l’effet d’une fatigue, d’une blessure, d’une peur, d’une émotion.

Le mot γυῖα va survivre en poésie, mais disparaître du langage usuel. C’est κῶλον qui va en quelque sorte prendre sa place[7]. Ce mot, comme nous l’avons vu, signifie ‘membre’ et plus particulièrement ‘jambes’ d’un homme, ou ‘pattes’ d’un animal. Dans le domaine végétal, le mot a pu désigner une partie d’une tige de roseau allant d’un nœud à un autre, ces nœuds faisant penser à des articulations. Les κῶλα sont en rhétorique les membres d’une période, et en poésie les composants métriques : il y a là une notion d’éléments structurés, de langage articulé.

On voit par là que κῶλα est en langage courant un quasi-équivalent de ce qu’est γυῖα en langage archaïque. L’expression κῶλα λύειν, que nous avons posée à l’origine de κωλύω, est comme une mise en langage courant de l’antique formule γυῖα λύειν, fréquente dans cette phraséologie homérique bien connue dans le monde grec grâce aux aèdes, mais que le parler de tous les jours ne pouvait conserver telle quelle, avec le bon vieux γυῖα !

Une fois κῶλα λύειν devenu κωλύειν par haplologie, tout comme ἀμφιφορεύς est devenu ἀμφορεύς, nous n’avons plus une locution, mais un verbe. Et ce verbe a été pourvu des constructions syntaxiques correspondant à sa signification : κωλύω τινὰ ποιεῖν τι ‘j’empêche quelqu’un de faire quelque chose’.

Il faut se demander si κωλύω a gardé les alternances vocaliques de λύω. Ce verbe est construit sur une racine λῡ/λῠ, où la forme à ῡ représente le degré plein, et la forme à ῠ le degré zéro. On a ῡ à l’imperfectif, ce qui est normal dans un imperfectif radical thématique (mais il peut, du fait de l’hiatus, s’abréger en ῠ) ; ῡ également à l’aoriste et au futur de l’actif et du moyen. Mais on a ῠ à l’aoriste et au futur du passif (ἐλύθην, λυθήσομαι), ainsi qu’au parfait médio-passif (λέλυμαι). On a ῠ au parfait actif (λέλυκα), ce qui s’explique par une réfection sur la forme médio-passive (c’est ainsi que pour φθείρω ‘corrompre’ l’ancien parfait ἔφθορα, avec le degré plein attendu, a été évincé par ἔφθαρκα, refait sur le médio-passif ἔφθαρμαι (construit régulièrement sur degré zéro)[8].

Qu’en est-il de κωλύω ? A l’imperfectif, actif et médio-passif, on a un υ long ou bref, mais un ῡ long à l’aoriste et au futur de l’actif. Jusque-là,il y a parallèle avec λύω, ce qui est garanti par des références à des textes poétiques. Dans les autres thèmes, ce parallélisme nous fait attendre un ῠ bref. Or la tradition lexicologique (les divers dictionnaires et le répertoire de Veitch[9]) nous affirme qu’il y a un ῡ. Mais les références données renvoient toutes à des textes de prosateurs ! Par des sondages sur le Thesaurus Linguae Graecae (TLG)[10], nous ne sommes pas parvenu à trouver des références dans des passages métriques. Il nous restait à chercher comment on accentue le parfait médio-passif : κεκωλύσθαι (comme λελύσθαι), ce qui indiquerait un ῠ bref, ou κεκωλῦσθαι, ce qui indiquerait un ῡ long ? Résultat : 76 occurrences pour κεκωλύσθαι et 85 pour κεκωλῦσθαι.

Cela serait-il dû à une certaine inadvertance des copistes en ce qui concerne l’accentuation ? Un vaste sondage TLG sur λελύσθαι (y compris dans les verbes avec préverbes ) nous donne 270 attestations de cette forme contre 2 pour la forme fautive λελῦσθαι (chez Eusèbe et Himérius). Cela montre que notre tradition textuelle n’est pas sujette à tant d’inadvertance, et qu’il convient de prendre au sérieux le doublet κεκωλύσθαι/κεκωλῦσθαι.

Comment l’expliquer ? Nous voyons en κεκωλύσθαι la forme ancienne, avec maintien de l’alternance de type λύω. Mais peu à peu la parenté entre λύω et κωλύω a cessé d’être sentie, le premier verbe a perdu toute influence sur le second, et l’alternance radicale λῡ/λῠ, n’ayant plus de pertinence morphologique, a eu tendance à être éliminée par nivellement. La forme κεκωλῦσθαι provient de ce nivellement par généralisation de κωλῡ-. Le doublet en question s’explique bien ainsi dans le cadre de notre hypothèse.

Cette hypothèse, on aimerait aussi pouvoir l’étayer par des attestations textuelles de notre locution κῶλα λύειν avant sa transformation par haplologie. Mais nous ne pouvons avoir de telles attestations, car au temps où cette locution se constituait et se transformait, κῶλον n’était pas dans l’usage littéraire. Le mot n’est ni chez Homère, ni chez Hésiode. Il existait cependant dans la langue du temps de ces poètes. Chez Homère en effet nous avons le dérivé ἡ κώληψ, -ηπος ‘articulation du genou’. En Iliade, XXIII,726, nous assistons à une lutte entre Ulysse et Ajax : Κόψ᾽ ὄπιθεν κώληπα τυχών, ὑπέλυσε δὲ γυῖα ‘d’un coup il lui atteignit l’arrière du genou, et en fit céder l’articulation’.

Cet hapax homérique nous révèle le statut lexical de κῶλον à cette époque : le mot existe, mais, étant sans doute de tonalité familière, il est exclu du style soutenu. Il entrera dans la langue littéraire dans l’Athènes de l’époque classique.

Albert J.Van Windekens, dans son Dictionnaire étymologique complé­mentaire de la langue grecque (Leuven, Peeters, 1986) propose pour κωλύω une solution voisine de la nôtre, mais qui en diffère considérablement en ce qui concerne la partie -λύω. Il suppose un *κωλο-λύω subissant une haplologie effaçant la deuxième syllabe.

Le premier élément est bien entendu κῶλον, et il est question, métapho­riquement, d’entraver la démarche des jambes.

Mais il rattache le second élément au thème λευσ- qu’on a dans κατα-λεύω ‘lapider’, λευστήρ ‘qui lapide’, et qui, comme plusieurs auteurs l’ont pensé, signifierait ‘pierre’.

Sur cette base, il pose *κωλο-λυσ- > κωλύ-. Cela signifierait « mettre, placer une pierre (ou des pierres) devant le jarret, les pattes, les pieds », de manière à empêcher, à gêner la démarche.

Ce qui, dans cette hypothèse, concerne le second élément, est fort critiquable sur plusieurs points.

—L’étymologie de λεύω et obscure, et il n’est pas certain qu’on puisse dégager une racine *λευσ- signifiant ‘pierre’.

—Si ce verbe était formé sur un thème terminé par -σ, on verrait apparaître des formes en -σθην, -σμαι, etc.(cf. l’aoriste passif ἐλεύσθην).

—Le -λυσ- du second élément ne peut être que le degré zéro de λευσ-, et ne peut avoir qu’un ῠ bref. On voit mal comment on aurait abouti à un thème κωλῡ-, avec ῡ long.

—Enfin il ne semble pas qu’on puisse empêcher de marcher en mettant des pierres devant les pieds.

Pour ces diverses raisons, il est préférable de prendre, comme nous l’avons fait, λύω comme second élément. Cela ne pose pas de problèmes morphologiques, et nous avons vu, dans des textes anciens, l’emploi fréquent de λύω pour l’expression de cette matrice métaphorique.

Ajoutons, pour terminer, que pour bien élucider le problème de κωλύω, il faudrait trouver l’étymologie de κῶλον. Mais ceci est une autre question.

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences visionnaire

Université d’Aix-Marseille


[1] L’expression vient de Jean Taillardat, qui a publié dans le Bulletin de l’Association Guillaume Budé, décembre 1977, pages 344-354, un article intitulé Images et matrices métaphoriques.  Il a eu un précurseur en la personne de l’abbé Joseph-Philippe Vollat, auteur de l’ouvrage Idéatique et phonétique (A. Picard, 1914).

[2] C’est l’explication de D. J. Georgacas dans la revue américaine Names19 (1971), p. 65-131. Chantraine fait malicieusement remarquer qu’aucun bœuf ne peut traverser le Bosphore. Mais ce sont des bœufs de légende…

[3] λύθεν < *λύθηντ : forme épique pour ἐλύθησαν.

[4] οἱ : forme épique pour αὐτῇ.

[5] Pour *λελύιντο, avec le -ι- caractéristique d’optatif.

[6] Ici, αὐτοῦ est adverbe de lieu : ‘là’.

[7] Il n’y a tout de même pas parfaite identité sémantique entre les deux mots. Dans γυῖα, il y a insistance sur les articulations, considérées comme des centres d’énergie vitale et même de vie émotionnelle. Mais dans notre présente démarche, nous n’avons pas à nous attarder sur ce décalage.

[8] Ce point de morphologie présente une certaine complexité. Le verbe φύω ‘produire’, bâti sur une racine φῡ/φῠ de même type, a un parfait πέφυκα ‘je suis par nature’ qui présente un ῡ long, donc le degré plein attendu : le *πέφῠμαι qui aurait pu l’altérer n’existe pas.

[9] William Veitch, Greek verbs irregular and defective, their forms, meaning and quantity, Oxford, 1879.

[10] Le Thesaurus Linguae Graecae est un programme de consultation électronique des textes grecs antiques.

Daniel di Meglio : Enfin un logiciel qui lit le grec ancien à haute voix !

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article dix.

Ulysse consultant Tirésias aux enfers par le Peintre de Dolon, vase lucanien de 380, Cabinet des médailles, Paris, wikicommons : cliché Jastrow

Lorsque j’ai rencontré Christian Boudignon, le rédacteur en chef de la revue Lychnos, pour la première fois en 2013 et que je lui ai parlé de mes projets informatiques dédiés à la langue de Platon, il m’avait rapidement fait part de son souhait de voir un jour un logiciel pour la synthèse vocale du grec ancien. D’ailleurs, ce fut l’objet de nos premiers échanges épistolaires.Par la suite, j’ai mis au point deux applications. La première permettait d’utiliser une voix de synthèse française avec un mode de lecture inspiré d’une approche partiellement érasmienne souvent utilisée dans l’enseignement. Le ressort du programme reposait sur un système de translitération et le résultat pouvait apparaître guère satisfaisant eu égard au but fixé. La seconde application fonctionnait avec une voix grecque moderne, sachant que ces voix artificielles, pour la plupart prévues pour le démotique, ne gèrent pas le grec polytonique. Pour contourner cette difficulté, le logiciel émondait le texte d’un certain nombre de signes diacritiques inusités de nos jours pour ne conserver que le seul accent aigu et le substituait au circonflexe si nécessaire. Cette approche a davantage séduit Christian. Cependant, je gardais à l’esprit son idée première et souhaitais aller plus loin pour tenter de concevoir un programme basé autant que possible sur la prononciation restituée du grec ancien. Il y a quelques mois j’ai mis au point une application nommée Artistomos avec l’ambition très modeste de nous approcher de notre objectif premier.

L’idée d’une synthèse vocale pour le grec ancien n’est pas nouvelle. Elle a fait l’objet de quelques études et tentatives. A ma connaissance, l’entreprise la plus ambitieuse en la matière est le Progetto Leggere menée en Italie, dont le but est de rendre accessible les sources et les études helléniques à ceux qui souffrent de déficiences visuelles (cette question est l’une des principales raisons qui m’a motivé). Il s’agit d’un projet d’envergure mené sur plusieurs années et qui a eu entre autres promoteurs le professeur Camillo Neri. Le Progetto Leggere s’est particulièrement appuyé sur le programme eSpeak. Ce dernier est téléchargeable avec son code source; il est donc susceptible d’évoluer au gré de sa communauté de développeurs et au fil du temps il s’est enrichi de plusieurs voix. Ceux qui désirent aller plus avantavec le Progetto Leggere pourrontavec profit lire l’étude qui en est faite dans le livre de Silvia Gianferrari : « Classical Philology – From Sign to Meaning » aux éditions Scholars’ Press. L’ouvrage s’adresse à un public motivé car il aborde le sujet de façon extrêmement technique et il est précisé en préface qu’il est issu de la thèse de doctorat soutenue par l’auteur à l’université de Bologne en 2014.

Mon programme Artistomos est basé sur le composant logiciel issu de mon projet Exeuresis qui sert de pierre angulaire à tous mes travaux numériques pour le grec ancien.De prime abord, dans le cadre d’une application qui fait usage de la synthèse vocale, il est nécessaire de choisir une technologie qui donne accès à un synthétiseur vocal accompagné d’un kit de développement qui contient toutes les fonctions programmatiques nécessaires à son exploitation. Par conséquent, ce qui fonctionne avec tel synthétiseur vocal ne fonctionnera pas forcément avec un autre. Ainsi, le Progetto Leggereest lié à eSpeak évoqué plus haut.Pour ma part, je souhaitais qu’Artistomos ne fût pas irrémédiablement lié à un seul et unique synthétiseur vocal. Pour passer outre cette contrainte, il a fallu trouver un dénominateur commun entre les différents synthétiseurs. J’ai eu recours pour cela au langage SSML. Celui-ci permet par un jeu d’instructions de piloter le synthétiseur vocal en lui fournissant des indications sur la prosodie ou encore la prononciation du texte à énoncer. Le fait est que les commandes SSML sont, à divers degrés, reconnues par la plupart des synthétiseurs vocaux. On pourrait dire que si le synthétiseur est l’instrument de musique, le code SSML en est la partition.

Concrètement, l’exécution d’Artistomos se déroule en trois phases, les deux premières se situant en amont du rendu final par le synthétiseur. La première étape consiste en une segmentation du texte en trois unités linguistiques: phrases, mots et syllabes. La césure entre les phrases se fait grâce aux signes de ponctuation. Après que les mots sont divisés en syllabes, les quantités vocaliques sont évaluées à partir de certaines règles. Idéalement, pour automatiser pleinement cette tâche, il faudra coupler le programme à une base de données lexicographiques. Pour l’heure, l’usager peut venir au secours du programme et indiquer la quantité vocalique de n’importe quelle syllabe. Par ailleurs, les données issues de la fragmentation du texte peuvent être sauvegardées dans un fichier XML,un format largement répandu et réutilisable dans d’autres applications. La seconde phase est consacrée à la production du code SSML à partir du balisage du texte précédemment effectué. Ce code va notamment contenir les indications accentuelles ainsi que la valeur des phonèmes en alphabet phonétique international. Là encore, le script SSML généré peut être sauvegardé et pourrait être testé avec d’autres logiciels de synthèse vocale, ce qui a motivé mon choix du langage SSML comme plaque tournante de l’application. Pour finir, la dernière étape consiste en l’envoi du code SSML au synthétiseur de vocal pour la production du signal sonore. Travaillant sur PC, j’ai opté pour un synthétiseur fourni par Microsoft. J’avais le choix entre trois possibilités: les voix basées sur l’interface SAPI que l’on trouve dès Windows XP jusqu’à Windows 10. Elles ont l’avantage d’être présentes nativement dans le système mais ne donnent pas de résultats satisfaisants avec le SSML.Elles sont cependant utilisables dans Artistomos ;je pouvais me tourner vers la récente interface de synthèse vocale de Windows10 qui, dans la mise à jour d’avril 2018, s’est vue augmentée d’une nouvelle voix pour le grec moderne (il n’y avait rien de tel auparavant). Je n’ai pas retenu cette option car Artistomos eût été inutilisable sur les versions plus anciennes de Windows et pour ne rien regretter, les tests effectués avec la voix grecque Stefanos, sur laquelle j’avais fondé de grands espoirs, ont été décevants. En dernier lieu, je pouvais me tourner vers une technologie deMicrosoft relativement ancienne et un peu tombée aux oubliettes, appelée Microsoft Speech Platform. Après réflexion, elle s’est révélée la solution idoine; gratuite, elle fonctionne sur la plupart des versions Windows. De plus, MicrosoftSpeech Platform offre une large palette de pas moins vingt-six voix qui restituent très correctement les instructions SSML. Pour ce qui est du grec ancien, la palme revient selon moi à Heidi, la voix féminine finlandaise. Un petit bémol cependant: la qualité d’échantillonnage de ces voix est inférieure à celle des deux autres systèmes cités précédemment.

Figure 1 – interface principale d’Artistomos

Artistomos est non seulement un programme de lecture mais aussi d’étude qui permet de d’appliquer différents réglages afin de modifier le comportement du synthétiseur vocal grâce à la boite de dialogue d’options. Elle se compose de trois onglets. Le premier concerne la prosodie; l’utilisateur peut ainsi déterminer la durée du temps d’arrêt de la voix après chaque signe de ponctuation, exprimée en millisecondes lorsque la voix parle à un débit normal(les silences s’allongent d’autant plus que l’on ralentit le débit de la voix).Il est possible d’ajouter un temps d’arrêt entre chaque mot, ce qui peut se révéler utile si l’on fait écouter le texte à des personnes malvoyantes ou aveugles. Le second onglet est dédié aux consonnes. Pour certaines, il est permis d’adopter la prononciation du grec moderne dans le cas où, selon le synthétiseur et la voix utilisés, cela se révèle plus pratique  et agréable à l’oreille. Le dernier onglet est sûrement le plus intéressant car il est consacré aux voyelles. Ici, l’utilisateur déterminera la valeur de l’accent de hauteur en termes de demi-tons sur une échelle allant de zéro à douze. La valeur par défaut est fixée à sept soit une quinte en s’inspirant des recommandations du grammairien grec Denys d’Halicarnasse. En sus du curseur destiné à la tonalité de l’accent, se trouvent deux boutons consacrés aux quantités vocaliques; l’un correspond à un allongement très marqué de la voyelle longue par rapport à la brève et l’autre à un allongement moindre pour éviter un déséquilibre lorsque l’on ralentit le débit de la voix. La dernière section du tableau de bord des voyelles est affectée à leur articulation.Chaque voyelle peut être librement associée à un phonème parmi ceux placés sur la figure dite du triangle vocalique qui représente les voyelles selon leur degré d’aperture. Cette fonction, très puissante, ne marche pas totalement avec le synthétiseur actuel; elle a été implémentée dans l’espoir de donner toute sa mesure avec un synthétiseur plus puisant dans l’avenir. Enfin, la dernière fonctionnalité d’Artistomos autorise la représentation du texte sous forme arborescente. Le dendrogramme ainsi créé peut être déployé au niveau de la phrase, du mot ou de la syllabe pour pouvoir évaluer finement le rendu des sons produits par la voix de synthèse.

Figure 2 – tableau de bord des voyelles

Figure 3 – vue arborescente du texte

A l’heure du bilan, il faudra mesurer l’écart entre d’une part une modélisation algorithmique de données linguistiques et d’autre part ce qu’a généré la machine. Je suis conscient que le code SSML peut être notablement amélioré, mais le synthétiseur de Microsoft actuel ne peut pas suivre. Ceux qui désireraient se faire une idée concrète d’Artistomos trouveront des informations supplémentaires en notes infrapaginales, à commencer par un lien vers une chaîne YouTube[1] toute récente qui contient une vidéo de démonstration à partir d’un court extrait de la Cyropédie de Xénophon, lu de façon lente pour bien suivre le texte. J’ajoute le lien vers mon site internet[2] pour télécharger le programme ainsi qu’un lien pour télécharger le Microsoft Speech Platform[3](et préférentiellement la voix Heidi finlandaise). L’interface d’Artistomos est quelque peu austère. Pour l’essentiel il faut charger un texte au formatRTF grâce au bouton Open et appuyer sur le bouton Parse pour accéder à la lecture et à l’enregistrement.

Le Bailly abrégé définit ἀρτίστομος (artistomos) comme « qui prononce bien, qui articule nettement ». Pour l’instant, c’est une promesse et peut-être que la prochaine mouture du logiciel permettra de faire un pas de plus vers l’objectif à atteindre.

Daniel Di Meglio, bibliothécaire

contact@exeuresis.com


[1] https://youtu.be/Sm7-AzpUUUQ

[2] http://www.exeuresis.com/

[3] https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=27225

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°41)

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article neuf.

Réglisse dans O.-W. Thomé  »Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz » 1885, Gera. (wikicommons)

Le sexe de Réglisse

L’été, [je] lui donnais du raisin,

Des pommes, des prunes, des poires,

Des pois verts, des cerises noires,

Du pain bénit, du pain d’épice,

Des échaudés, de la réglisse,

Du bon sucre et de la dragée,

Et quand elle fut plus âgée

Je lui donnais de beaux bouquets.

Clément Marot, Dialogue nouveau fort joyeux

Quand j’étais petit, je mangeais tranquillement des fraises Tagada et des rouleaux de réglisse dont j’ai oublié la marque. A cette époque, pour moi “le” réglisse n’existait que sous cette forme de rouleaux — et éventuellement de bonbons Zan que je détestais. J’écris “le” réglisse parce qu’à ce moment j’étais persuadé que ce nom était masculin. Plus tard, j’ai découvert queRéglisse avait un autre sexe que celui que je lui croyais et qu’en plus elle était grecque.

Eh oui, réglisse a fait une belle mue pour entrer en français. Le mot vient de γλυκύρριζα [glukúrrhiza] qui veut dire « douceur de racine » comme le poète hellénistique Méléagre emploie le mot γλυκυπάρθενοι [glukupárthenoi] « douceur de jeunes filles » pour désigner les déesses qu’on appelle les Heures ou les Saisons. Elles sont trois comme les Trois Grâces qui trônent sur la grande place d’Aix-en-Travaux, je veux dire d’Aix-en-Provence :

Τρισσαὶ μὲν Χάριτες, τρεῖς δὲ γλυκυπάρθενοι Ὧραι·

« Trois sont les Grâces et trois sont les Heures ‘douceurs de filles’ » (Anthologie Palatine  IX, 16)

“Douceur de racine” est donc le nom de cette plante beaucoup utilisée par les médecins grecs. Le mot est passé en latin chez Pline, Histoire naturelle XXII,11 sous la forme glycyrrhiza. Il nous dit que son « suc en est très avantageux à la voix ; on le fait épaissir, et on le met sous la langue.  »

 En italien, le mot est devenu : liquirízia ; en espagnol : regalíz ; en provençal : regalíssio ; en français : réglisse. En consultant le Trésor de la langue française, on découvre les vieilles formes du mot français. C’est vers 1180: licorece ; puis vers1200 : ricolice ou ricolisse ; vers 1260 : regulisse et vers 1393 enfin : reglisse. Comment en est-on venu là ? Partons de l’italien : liquirízia. L’initiale gly s’est simplifiée en li et l’accent s’est déplacé du grec glukúrrhiza au latin populaire *glikiríza selon le génie du latin qui met l’accent sur l’avant-dernière syllabe quand elle est suivie d’une double consonne. Mais, avec l’introduction de –qu-,on sent une contamination avec le mot liquore(liqueur) parce que l’on en faisait alors probablement des liqueurs comme dans le monde arabe aujourd’hui. Même contamination en vieux français, cette fois-ci avec un –o– dans licorece. Et puis Dyslexie vint, elle qui introduit le changement dans les langues ! Et licorece a donné ricolice ou ricolisse comme les gens qui disent infractus pour infarctus, mot difficile. Ricolisse a ensuite peut-être été réinterprété sur le modèle de règle”, au sens de “bâton” de réglisse (selon le Trésor de la Langue Française), ce qui expliquerait le g de réglisse. En espagnol, le mot regalíz semble avoir été contaminé avec regalo “cadeau”. Réglisse ou regalíz, quel chemin en tout cas depuis γλυκύρριζα [glukúrrhiza] !

Un chemin d’ailleurs non sans surprise. Le sexe de Réglisse s’est un peu perdu en route. On ne sait plus bien si c’est un féminin ou un masculin. Le Dictionnaire critique et raisonné du langage vicieux de L. Platt en 1835 nous apprend qu’on disait bien autrefois dans les campagnes : “ce réglisse est bon” alors qu’il eût fallu dire “cette réglisse est bonne”. L’auteur ajoute : “Après avoir longtemps flotté entre le masculin et le féminin, l’usage s’est déclaré pour le féminin.” Mon vice était donc partagé ! Je n’étais qu’un terrible enfant réactionnaire et misogyne, ce que je ne savais pas.

Christian Boudignon