Archives de catégorie : N° 142 de novembre 2015

Editorial et sommaire du n° 142 de novembre 2015

Retour des Enfers

 

Mort d'Orphée sous les coups des Bacchantes, par Albrecht Dürer (1494) Hambourg, Wikicommons
Mort d’Orphée sous les coups des Bacchantes, par Albrecht Dürer (1494) Hambourg,
Wikicommons

 

Connaissance Hellénique : Messire Orphée, vous revenez des Enfers, racontez-nous !

Orphée : Ah non, je ne vous puis dire la catastrophe !

C.H. : Que s’est-il passé ? Vous avez l’air épuisé.

Orphée : Pour remonter d’enfer, de sa zone limitrophe,

Il me fallut attendre que le polymorphe

Attroupement devant le bateau de Charon

Se dissipât : les morts récents du Carillon,

Du Bataclan, les Russes tués dans l’avion,

Feu les Beyrouthins s’en prenaient aux terroristes.

Ce fut une empoignade, bataille homérique,

Qui à son quai bloquait la barque charonique.

C.H. : Orphée, nous connaissons tous vos talents, vous n’êtes pas obligé de nous faire des vers…

Orphée : Vous aussi, vous vous y mettez ?

C.H. : Comment ça ?

Orphée : Je retrouve Eurydice aux Enfers, je l’embrasse, je la prends par le bras, elle me retire son bras et me hurle : “Mais, tu crois que je vais remonter avec toi. Tu es un pauvre raté. Tout juste bon à chanter devant un parterre d’animaux. Et puis tes petits poèmes, c’est out, moi je veux du Bowie, du Mika, du Sting, je veux du fric, je veux des flashs. Si je remonte, c’est avec Michael Jackson ou personne ! ” Et elle est allé se jeter dans ses bras.

C.H. : Cela a dû vous faire un choc !

Orphée : Je me suis vengé !

C.H. : Expliquez-nous…

Orphée : He bien, oui, vous ne croyez quand même pas que j’avais vaincu Cerbère pour rien. Je vais voir Hadès, je lui raconte l’histoire, il explose de colère : “Oui, moi aussi, j’en ai marre de toutes ces bimbos. Regarde, on est en novembre, et Perséphone n’est toujours pas revenue aux Enfers. Soi-disant, elle est chez sa mère. J’ai envoyé Hermès, il a fait son enquête, elle passait ses nuits avec Johnny Halliday. Ca va pas se passer comme ça…”

C.H. : Et alors ?

Orphée : J’ai suggéré à Hadès une bonne réforme sadique des Enfers. Rien de tel pour calmer sa colère. L’Enfer pour tous ! Les Enfers seront un lieu pé-da-go-gique : il s’agira de préparer, de redresser toutes les âmes, je dis bien toutes les âmes, pour leur prochaine métempsychose. Jusqu’à présent, les supplices étaient réservés à une petite élite, les Ixion, les Sisyphe, les Tantale, les Danaïdes… Désormais, ils seront dé-mo-cra-tiques.

C.H. : Comment donc ?

Orphée : Oui, jusqu’à présent, les âmes vides comme Eurydice et les autres erraient sans but et s’ennuyaient à mourir. Désormais nous leur avons concocté un nouveau programme de remise en forme de l’âme, l’Enfer pour tous. Notre devise : Enfer, Pédagogie, Intensité. Tous remonteront le rocher de Sisyphe, tous rempliront le tonneau percé, tous seront attachés devant un banquet lointain…

C.H. : Mais c’est horrible !

Orphée : Oui, ha, ha. Et ce n’est pas tout. Nous allons combiner les supplices, ce sera plus pédagogique. On sera attaché à la roue tout en devant résoudre l’équation mathématique de la quadrature du cercle. On sera soumis au supplice de Tantale tout en devant écouter la lecture des ouvrages instructifs de Philippe Meirieu, Frankenstein pédagogue, Outils pour apprendre en groupes, Apprendre oui mais comment ?, L’Ecole ou la guerre civile. Et pour Eurydice, ce sera triple programme : tonneau des Danaïdes, roue d’Ixion, rocher de Sisyphe. Ah, ah, ah ! (Il chantonne) Lasciate ogni speranza voi che intrate !

C.H. : Vous ne craignez pas pour votre image ?

Orphée : Pas du tout. Au contraire. Regardez ces bacchantes thraces qui arrivent. Plus on les fait souffrir, plus elles aiment ça !

Les bacchantes poussent des cris suraigus « Orphée, je t’aime » se précipitent sur Orphée et lui arrachent ses vêtements…

Ainsi en allait-il de la vie du poète… Et si Perséphone n’est toujours pas rentrée aux Enfers, notre numéro de novembre 2015, lui, est bel et bien sorti. En voici la table des matières :

  1. J.-L. Charlet : Plaidoyer pour une éducation humaniste. Mondialisation et professionnalisation : la leçon de l’éducation humaniste.http://ch.hypotheses.org/1387
  1. D. di Meglio : Comment expliquer le grec ancien à une machine ? Le projet Exeuresis.http://ch.hypotheses.org/1397
  1. J. Kaminski : Les philhellènes.http://ch.hypotheses.org/1405
  1. M. Pourkier : L’armée byzantine du milieu du VIIesiècle au milieu du IXesiècle (2ème partie) L’organisation militaire des thèmes.http://ch.hypotheses.org/1421
  1. Th. Zaphiriou (trad. J. Kaminski) : Il a été guéri par le soleil.http://ch.hypotheses.org/1433
  1. C. Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (32) : Rêve de coup d’Etat. http://ch.hypotheses.org/1444
  1. J.-V. Vernhes : Une étymologie pour ῥάπτω [rhaptô] coudre? http://ch.hypotheses.org/1411
  1. C. Boudignon : Pour une poignée de fruits secs. http://ch.hypotheses.org/1459

9. A. Chopard, Phrynè n’est pas nue.        http://ch.hypotheses.org/1479

 

 

Bonne lecture

Christian Boudignon,

rédacteur en chef de Connaissance hellénique

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Ariel Chopard a lu pour vous « La première femme nue » de Christophe Bouquerel

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 142, novembre 2015, article neuf

Phrynè n’est pas nue

 

Phrynè se dévoilant devant l'Aréopage, Jean-Léon Gérôme, 1861, Kunsthalle, Hambourg (wikimédia)
Phrynè se dévoilant devant l’Aréopage, Jean-Léon Gérôme, 1861, Kunsthalle, Hambourg (wikimédia)

 

Christophe Bouquerel, La première femme nue,  Actes Sud, Arles, 2015

Prévenons les lecteurs, c’est un gros roman : 1198 pages. Il faut donc du temps et être bien installé car le livre est lourd pour être lu au lit (à moins d’avoir une technique bien à soi). Ces détails réglés, on entre dans ce roman épique avec curiosité puis dépaysement total et on ne veut plus en ressortir avant la fin. Les vacances de Noël arrivent pour certains, profitez-en pour vous plonger dans la Grèce de Phrynè et de Praxitèle.

Outre le contexte très précis historiquement, l’auteur a choisi de garder l’origine grecque des noms (Phrynê, Praxitélès) ce qui contribue à offrir au lecteur un vrai voyage dans la Grèce antique.

Phrynè, l’héroïne, hétaïre que l’on ne présente plus, a un destin exceptionnel et Bouquerel rappelle à la fin de l’ouvrage les artistes qui se sont inspirés d’elle depuis le IVe siècle avant J.-C. jusqu’à nos jours. La longévité et la renommée de la courtisane lui ont permis de côtoyer de grands événements politiques et ce roman nous permet également de vivre l’Histoire grecque à travers une belle histoire. Mais l’histoire de Phrynè est-elle si belle que cela ? Bouquerel nous permet de pénétrer dans l’univers de la prostitution, et le triste sort de ces jeunes filles livrées en pâture à la volupté (au mieux) ou à la brutalité des clients est aussi un « reportage » sur la condition des femmes en Grèce ancienne. En effet, qu’il s’agisse des prostituées ou des dignes épouses légitimes, la vie féminine est difficile et dépend des caprices masculins.

Un œil masculin

Et c’est là que le livre devient l’œuvre d’un homme ! Phrynè réagit et agit comme le perçoit un homme malgré (à cause de ?) toute sa passion pour son personnage. La réalité historique, la description fouillée de la société athénienne, les événements de l’histoire, les conséquences politiques sont traitées avec un sérieux d’helléniste confirmé mais les pensées, l’intime moteur de Phrynè restent perçus par un œil masculin. Il n’est pas question de faire une lecture féministe du roman, mais on ne peut que relever l’éblouissement de l’auteur séduit à son tour par cette belle jeune femme et lui donnant du coup ce qu’il aurait aimé qu’elle connût, comme Praxitèle qui cherchait à traduire sa beauté et son mystère. Au fur et à mesure, une autre jeune femme est venue parasiter ma lecture : non pas Sappho ou Aspasie dont les vies nous sont rapportées par des hommes mais Scarlett O’Hara. Cette héroïne n’a pas existé mais ses réactions, son endurance, son obstination à survivre nous sont décrites par une femme et c’est peut-être, outre l’interprétation magnifique de Vivien Leigh dans le film, ce qui rend le livre de Margaret Mitchell toujours aussi passionnant.

Scarlett n’est pas aussi sympathique que Phrynè, elle est inculte, elle aime le luxe tapageur, elle ne comprend pas toujours son corps et son éducation ne lui a pas appris à réfléchir. Malgré ces handicaps, elle se bat pour vivre sa vie comme elle l’entend, malgré les contre-sens qu’elle commet et les souffrances qu’elle s’inflige par maladresse. Elle est résolument libre et vivante. Phrynè, dans ce roman, n’atteint pas cette liberté car elle est trop parfaite et son corps splendide a aveuglé celui qui la décrit, la rendant, elle qui a réellement existé, romanesque.

Phrynè n’est pas nue

Le titre est l’antiphrase de cette approche. Phrynè n’est pas nue mais parée du regard de celui qui la voit et qui ne voit plus que sa beauté comme les juges qui l’acquittèrent. C’est le seul regret que l’on peut avoir pour ce livre : partant de la fascination de Praxitèle, l’auteur fait l’inverse de Pygmalion. Il marmoréise sa Phrynè.

Ariel Chopard

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Christian Boudignon a lu pour vous trois recueils de Th. Zaphiriou traduit par J. Kaminski

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 142, novembre 2015, article huit.

Pour une poignée de fruits secs

 

PIstaches, cliché MadMaxMarchHare, Wikimedia
PIstaches, cliché MadMaxMarchHare, Wikimedia

Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, trad. Janine Kaminski, Athènes, 2013 ;

Théodore P. Zaphiriou, Les chariots, Τὰ καροτσάκια, trad. Janine Kaminski, éd. bilingue, Athènes, 2015 ;

Théodore P. Zaphiriou, Entropie de la chair, Σαρκοτροπία, trad. Janine Kaminski, éd. bilingue, Athènes, 2015

[Pour toute commande, s’adresser à Janine Kaminski : jeannine.kami@gmail.com]

 

Nous sommes parfois comme les enfants nés avec une cuillère d’argent dans la bouche. Nous ne sentons pas la chance que nous avons d’avoir des traducteurs qui nous font entendre dans notre langue la poésie des autres, et notamment la florissante poésie des Grecs, nos contemporains.

Janine Kaminski s’est depuis longtemps attachée à nous faire goûter la poésie de Théodore Zaphiriou, et les lecteurs assidus de Connaissance hellénique ont pu savourer quelques unes des ses traductions… et même, merveille de l’informatique, une belle traduction quasiment simultanée d’un poème de septembre dernier, dans ce numéro !

Mais si nous ne nierons pas les charmes de l’instantanéité informatique, nous reconnaîtrons qu’il est doux de lire à tête reposée dans de petits livres au beau papier, les recueils de Zaphiriou que Janine Kaminski a traduits en français et qui sont publiés dans une maison d’édition athénienne (Andy’s publishers).

Méditations poétiques

Fruits secs et Entropie de la chair nous font entrer dans l’intimité du poète. A la différence du jeunisme soixante-huitard qui a fait de la vieillesse et de la mort un tabou, Zaphiriou en a fait un sujet de constantes méditations poétiques, désuètement modernes… Le train ou le métro reste une métaphore essentielle de la vie, et la gare ou la station celle de la mort : “Toute une vie de voyage / En rapide / Assis à contre sens” (Fruits secs, p. 24). Dans le poème dédié à Janine Kaminski, les choses sont inversées. Pour celui qui les attend à l’entrée d’un aéroport, les voyageurs, au lieu de mourir à l’arrivée, retrouvent vie : “Dans un tombeau commun / Leurs passagers ressuscitent / Vingt-quatre heures sur vingt-quatre” (Fruits secs, p. 22) Ces méditations sont parfois assez amusantes quand Zaphiriou se livre à de savants calculs sur le temps qui passe. J’ai aimé ce poème très ironique contre le jeunisme d’un artiste reconnu, âgé de soixante-dix ans, qui échangerait toute son œuvre pour avoir encore la moitié de son âge. “Ce nouveau trentenaire / Privé de son œuvre future/ ne devrait-il pas fournir / Autant d’effort qu’avant / Pour la recréer ? / Et certainement avec des résultats aléatoires ?” (Fruits secs, p. 6-7). Mais le plus beau poème sur ce sujet est peut-être le plus court, celui qu’il dédie à sa mère : “Le savon avec lequel tu lavais / Tes mains / Fond encore dans les miennes.” (Fruits secs, p. 38) Il m’a ému.

L’autre sujet de méditation du poète est la solitude. Là encore un thème de grande modernité, que les tabous français ou occidentaux de l’obligation de réussite et de bonheur interdisent de regarder en face.

Il y a beaucoup de tendresse et de lucidité dans les esquisses qu’il brosse de ses relations asymétriques avec les prostituées. L’amour n’est pas là où on le croit : “Dans la pénombre se sont accouplés / Au hasard mon jean et ta chemisette / Dans le chatoiement / Des rideaux qui ondulent légèrement / Ils danseraient ce blues / S’ils n’étaient pas écrasés par tous les autres / Qui font l’amour immobiles” (Fruits secs, p. 75). On goûtera l’humour du poète qui à son âge s’interroge sur sa préférence pour les jeunes femmes : “Puis-je tomber amoureux d’une autre / Que d’une fille jeune et belle. / Le puis-je donc à mon âge ? Allons / Donc ! Pourquoi ne le pourrais-je pas. / Autrefois, une jeune fille jeune et belle / N’était-elle pas de mon âge ?”(Entropie, p. 68) Et il conclut par une pirouette en disant que son ancien amour (défunt) lui a envoyé la nouvelle “comme représentante — de très loin déjà.”

Paradoxe de la société de consommation !

Les chariots est un recueil, lui, engagé, qui part de la métaphore de la crise que sont ces miséreux qui poussent un chariot de supermarché devant eux. Paradoxe de la société de consommation ! Mais par une homonymie propre au grec (et donc proprement intraduisible) entre ce chariot et le fauteuil roulant, Zaphiriou imagine la rencontre improbable entre un tel clochard et le ministre des finances allemand Schäuble sur son fauteuil, et plus improbable encore, comme dans un film comique, qu’ils échangent leur vie (voir le numéro 141 de Connaissance hellénique,  juillet 2015). Avec la même veine satirique, le poète invente, mieux que le FMI, une nouvelle méthode pour sauver l’économie grecque en chantant : “Pour toi / Notre économie / Jusqu’à ce que tu te redresses / Nous ferons des pompes” (Les Chariots, p. 29). Cet humour atteint des sommets quand il s’attaque aux mondanités. Le poète commence par se moquer des fêtes bien arrosées, qui cherchent toujours un prétexte : “Alcool et bonne chère / Invités et maître de maison / Sont les conditions essentielles / D’une réception / Il faut naturellement aussi l’occasion” (Les Chariots, p. 54). Le poète parle alors de la fête avec un accent trop populaire et dit yorti au lieu de la prononciation distinguée eorti. Scandale ! Il est aussitôt rappelé à l’ordre et il se lance alors dans un tourbillon de récriminations intérieures qui évoquent ses problèmes de cœur (aorti) et finissent dans le yaourt (yaourti). Tout repose sur un jeu de mot que Janine Kaminski explique finement en note. Là encore la poésie se révèle parfois intraduisible et on regrette de ne pas être grec.

Pour une poignée de fruits secs

Mais justement, grâce à cette traduction fine et fluide, le temps d’un livre (en jetant ou sans jeter un œil au texte grec original dans Les chariots ou Entropie de la chair) le miracle se produit, et j’ai petit à petit l’impression d’entrer dans une conversation comme avec mon grand-père (qui était plutôt de la génération du père de Zaphiriou, cependant) ou du moins avec un Grec plein de malice qui écrit comme un enfant : “J’écris pour tirer trop sur la corde / qui de toute façon va casser.” (Fruits secs, p. 21). Un mot pour finir, “La poésie sert à mieux voir, et plus vite” écrit Charles Dantzig dans son Dictionnaire égoïste de la littérature française. Zaphiriou de ce point de vue est un meilleur investissement que des lunettes, et bien moins cher, le prix de quelques fruits secs d’apéritif…

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Jean Victor Vernhes et les origines du mot « rhapsode »

 ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 142, novembre 2015, article sept.

Une étymologie pour ῥάπτω [rhaptô] coudre ?

 

Chinoise cousant à Yangshou en 2008, cliché Stougard (wikimedia)
Chinoise cousant à Yangshuo , cliché Stougard, (Wikimedia)

Le rhapsode ou le couseur de chants.

Ce verbe ῥάπτω signifie coudre, piquer ensemble. Le sens premier semble être celui d’assemblage. Ce terme s’emploie aussi, depuis l’Odyssée, au sens de comploter, machi­ner, selon une matrice métaphorique qu’on retrouve dans tramer, ourdir. Il est formé sur un thème ῥαφ, comme on le voit dans des mots comme ἡ ῥαφή, la couture, la jointure.

Le plus célèbre des mots de la famille est ὁ ῥαψῳδός, le rhapsode qui récite des poèmes épiques. Le second élément est ἡ ᾠδή, le chant : le mot signifie donc littéralement le couseur de chants.

Il faut nécessairement poser une initiale *ϝρ ou *σρ. L’étymo­lo­gie anciennement admise posait une initiale *ϝρ et rapprochait notre ῥάπτω de mots baltiques comme le lituanien verpiù, filer. Cette étymologie est aban­donnée, car les données mycéniennes excluent un ϝ initial, et le mot a rejoint ainsi la cohorte des mots sans étymologie.

Les mots-valises

Dans un article ancien paru dans l’avant-dernier numéro papier de Connaissance Hellénique n°131 (avril 2012), p. 74-75, remanié dans mon site (1) : j’ai tenté d’expliquer l’origine du mot θησαυρός, trésor en tirant parti de la notion de « mot-valise ». Il s’agit des mots formés par agglomération de deux mots. Ainsi, en français, virevolter, tourne­bouler, bouleverser… Les deux paragraphes qui suivent sont repris de cet article.

Remontant bien plus haut dans l’histoire, on peut noter les origines de l’anglais bring, formé du cumul de deux racines signifiant porter ; br- représente la racine *bher, qui est à l’origine également de l’anglais bear, du grec φέρω, du latin fero ; et -ing représente la racine que nous avons dans ἤν-εγκ-ον (aoriste de φέρω).

Le verbe de la langue poétique κερτομέω, blesser par des injures, peut s’expliquer par un cumul de la racine κερ de κείρω, raser, tondre, ravager et de la racine τεμ de τέμνω, couper ; il pourrait être à l’origine un terme expressif signifiant ratiboiser-hacher. On peut multiplier les exemples. Cf. Jean-Louis Perpillou, Recherches lexicales en grec ancien (Peeters, Louvain-Paris, 1996), 5.8, p. 118-120.

Pour l’étymologie de ῥάπτω, j’opte pour une initiale *σρ et pense à la juxtaposition de deux thèmes signifiant attacher.

Et je pose un ensemble *hrhaph-, fait de *hr- + haph- dans lequel :

*hr- représente, au degré zéro, et après traitement du s initial, la racine *ser de εἴρω, attacher, lier en file. Notez, chez Aristote, l’expression λέξις εἰρομένη, discours lié, continu. À la même racine appartient ὁ εἱρμός, l’enchaînement, la connexion.

haph- représente le thème ἁφ- sur lequel sont formés, comme l’indique Chantraine dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, les mots du groupe de ἅπτω, attacher ; nous l’obser­vons dans ἡ ἁφή, le fait de saisir, le toucher ou la jointure.

Dans notre *hrhaph-, le h initial va naturellement se postposer au r, rejoignant le second h. D’où rhaph- : le thème ῥαφ- du groupe de ῥάπτω.

Une difficulté et sa solution

Ce thème ἁφ pose problème. En effet, selon R. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Leyde-Boston, 2010, il remonterait à une racine *h2ep > ap et les deux aspirées, initiale et finale, seraient secondaires.

Cela n’infirme pas l’hypothèse proposée : la juxta­­position des deux éléments serait de l’époque où le grec aurait muni ce thème de ces deux aspirées.

Mais les vues de Beekes peuvent être contestées. Dans ce qui suit, j’utilise largement les indications que m’a données Rémy Viredaz au sujet de l’arménien lors des discussions que nous avons eues par courriels lorsque le présent article était en préparation.

« D’après le Wiktionnaire, le grec ἅπτω serait parent du mot arménien ap‘ : ‘paume de la main’. La source citée est : Hrach MartirosyanEtymological Dictionary of the Armenian Inherited Lexicon, Leyde-Boston, 2010, p. 158. »

Dans le ap‘ cité plus haut, le signe ‘, inspiré de l’esprit rude, note une aspiration. On pourrait transcrire par aph.

Cette correspondance possible entre grec et arménien a déjà envisagée, avec un point d’interrogation, dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Boisacq. Il n’en est plus question chez ses successeurs : Hofmann, Frisk, Chantraine, Beekes.

Si on admet cette correspondance, si notre ἅπτω est en relation avec un terme désignant la paume de la main, il pourrait avoir été à l’origine un mot expressif comparable à un verbe français désuet : empaumer.

Cherchons-le dans le Littré : empaumer 1° recevoir une balle… dans la paume de la main… 3° Fig. empaumer une affaire, la bien saisir, la bien conduire. Empaumer quelqu’un, se rendre maître de son esprit…

Resterait à reconstituer l’étymon qui serait l’origine de l’arménien aph et du grec ἁφ-, et éventuellement des termes sanscrit, hittite, et tokharien que cite le Wiktionnaire.

Au risque de décevoir nos lecteurs, nous n’allons pas ici nous lancer dans cette exploration. Il nous a paru intéressant de signaler cette piste oubliée pour l’étymologie de ἅπτω. Mais quelle que soit cette étymologie, il suffit, pour notre hypothèse sur ῥάπτω, de prendre le thème ἁφ- tel qu’il apparaît en grec.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

(1) https://www.academia.edu/10621880/An_etymology_for_une_étymologie_pour_θησαυρός_the_treasure_le_trésor_

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°32)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 142, novembre 2015, article six)

Rêve de coup d’Etat

 

François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d'État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)
François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d’État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)

 

En cette nuit du 18 brumaire an CCXXIII, dans mon lit, j’ai rêvé que je faisais un coup d’Etat. Je déplaçais le pouvoir à Marseille, je rétablissais la démocratie participative, la vraie, l’unique, sur la place de Lenche, et j’offrais le pastis à tout le monde — il faut savoir parfois être généreux. Le grec devenait la langue officielle d’enseignement de la maternelle à l’université, le ministère de l’Education nationale était supprimé, la ministre envoyée au cirque Bouglione y présenter son numéro et ses conseillers enfermés au château d’If jusqu’à ce qu’ils aient récité l’Odyssée par cœur, — il faut savoir parfois être sévère.

 

L’art de la gifle

Voilà « pour l’amour du grec » et de la démocratie, mon coup d’Etat. En disant ce mot, mon programme commence de facto. Car le vocable coup vient du grec. Le mot vient du grec κόλαφος [kólaphos]. Le terme n’est pas fréquent dans les textes, il appartient au grec populaire. Il faut attendre la fin de l’Antiquité pour qu’un certain Mélétius, Sur la nature humaine, (éd. J. Cramer, p. 122), définisse ainsi le κόλαφος [kólaphos] :

ἡ δὲ μετὰ τῶν δακτύλων γινομένη πληγή, ἢ κατὰ σιαγόνος, ἢ κατά τινος ἄλλου τόπου τοῦ σώματος, κόλαφος λέγεται·

« Le coup qui se fait avec les doigts, soit sur la joue soit sur une autre partie du corps est appelé kólaphos. »

Il s’agit donc d’une baffe, d’une beigne, d’une tarte, d’une taloche, d’une torgnole, tous mots au demeurant volontiers absents des grands auteurs de la littérature. Le mot a donné un verbe : κολαφίζω [kolaphízô] qu’on doit traduire par « baffer, donner une baffe ». On trouve ce terme dans les mauvais traitements infligés au Christ par les soldats au début de la Passion, dans l’évangile de Marc (14, 65) :

Καὶ ἤρξαντό τινες ἐμπτύειν αὐτῷ καὶ περικαλύπτειν αὐτοῦ τὸ πρόσωπον καὶ κολαφίζειν αὐτὸν καὶ λέγειν αὐτῷ, Προφήτευσον. On traduira : « et certains commencèrent à lui cracher dessus, à lui couvrir le visage, à lui donner des baffes et à lui dire : prophétise donc. »

Les soudards ne font pas dans la dentelle. Bizarrement, les traducteurs préfèrent de nos jours rendre le verbe plus élégamment par « gifler » (Bible de Jérusalem, Bible Bayard) « donner des coups » (Traduction œcuménique de la Bible) ou même « souffleter » (Etienne Trocmé, Genève, 2000, p. 352). Assurément on perd le côté populaire, argotique du terme !

Tuer à coup de gifles ?

Très tôt, en tout cas deux siècles avant le Christ, le mot était déjà emprunté par les Latins sous la forme cólaphus. Plaute, dans sa comédie Persa, 846, met en scène une rencontre avec un prétendu proxénète nommé Dardalo accusé de prostituer une jeune fille libre. On lui tombe dessus, il s’écrie : 

Quae haec res est ? Hei colaphum icit /malum uobis dabo

« C’est quoi ça ? Aïe, il me donne une baffe. Je vais vous faire voir… »

Tout est dans le jeu de scène qui tient plutôt de la farce. Le mot reste populaire.

Les Francs reprennent le mot au VIe siècle dans ce code de loi écrit en latin qu’on appelle la loi salique. Le chapitre XXI (éd. K. A. Eckhardt, Hanovre, 1969, p. 63) traite de « quelqu’un qui aurait voulu tuer autrui mais dont le coup aurait manqué »: si quis alterum uoluerit occidere sed colaphus fallierit. Mais on trouve dans un manuscrit colpus au lieu de colaphus.

« Si quelqu’un a tenté de donner la mort à un autre, mais que son coup (colaphus/colpus) ait manqué ; ou s’il a voulu le percer d’une flèche empoisonnée, il sera condamné à payer 62 sous d’or et demi. »

Comme on meurt rarement d’une gifle, il est certain que l’on est passé du sens de « baffe » à celui de « coup » proprement dit (action de heurter), voire d’ « attaque ». Mais revenons à notre coup raté. Que s’est-il passé ? Depuis longtemps l’aspiration grecque, l’h de colaphus n’était plus prononcée en latin populaire, mais en plus sous l’effet de l’accent initial, la voyelle intérieure a s’était fermée en o ou e, et même avait disparu. De là vient le colpus de la loi salique et l’italien cólpo.

L’art du coup d’Etat

En ancien français, la désinence tombe : colp, cop qui avait dû prendre le sens de « tentative » (comme dans la loi salique ?) a la signification de « fois » comme dans l’expression « à tous les coups ». Le p final ne s’est plus prononcé vers le XIe siècle, et le l qui était devenu vélaire (comme dans l’anglais Bill) s’accrochait à la voyelle précédente et donnait une diphtongue ow devenue ensuite ou. De là vient que l’on est passé de colp à coup, par une évolution qui est propre au français. Le sens évolue aussi. Le dictionnaire de l’Académie (1694) atteste le sens suivant :

« Coup, Se prend aussi pour une action qui esclate, qui fait bruit. (…) Coup d’Estat, c’est à dire, Qui est utile au bien de l’Estat. »

On en revient au coup d’Etat. Il est défini par nos Académiciens comme « une action qui éclate, qui fait du bruit » et « qui est utile au bien de l’Estat ». On sent bien tout le dix septième-siècle dans cette définition : c’est un coup de théâtre, un action qui fait du bruit. Mais peut-être ce qui fait encore plus de bruit c’est le contre-coup d’Etat, la fuite du tyran, la chute de sa statue, la liesse populaire dans la rue. Dans mon rêve, ou plutôt mon cauchemar, c’est ce qui m’arrivait : après avoir attiré à moi toute la haine populaire, je m’enfuyais déguisé en gueux, tandis que le peuple libéré retrouvait enfin la joie de la démocratie. Mais on me rattrapait, on m’arrêtait, on me rouait de coups et on me jetait en prison au château d’If, jusqu’à ce que j’apprenne par cœur l’Odyssée, — il faut qu’on soit parfois bien cruel!

Christian Boudignon

Maître de Conférences de langue et littérature grecque

Université d’Aix-Marseille

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Janine Kaminski traduit un poème d’actualité de Théodore Zaphiriou « Héliothérapie ».

► POESIE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 142, novembre 2015, article cinq) ✮✮✮

Il a été guéri par le soleil

 

Photographie du petit Aylan, cliché Nilüfer Demir pour l’agence Dolgan News Agency (photographie reproduite à fin pédagogique pour l'illustration du poème)
Photographie du petit Aylan, cliché Nilüfer Demir pour l’agence Dolgan News Agency (photographie reproduite à fin pédagogique pour l’illustration du poème)

 

[La photo du petit Aylan, (cet enfant syrien kurde de trois ans mort noyé et retrouvé sur la plage près de Bodrum, face contre terre), a connu une très large diffusion et a suscité une immense émotion.  Le journal grec TA NEA, du 3 septembre 2015, pp. 26-27, titrait cette photographie : ΦΘΑΝΕΙ ΠΙΑ, Η ανεπάρκεια της Ευρώπης μπρόστα στο δράμα της μετανάστευσης« ÇA SUFFIT. La carence de l’Europe face au drame des migrants ». Malgré les interrogations soulevées çà et là sur le contexte de ce drame, cette image reste un symbole effroyable de la cruauté de notre époque. 

C’est cela que, sans un apitoiement facile, Théodore Zaphiriou a voulu montrer dans ce petit poème sarcastique. L’ironie est parfois la seule expression qui vienne devant le tragique et l’absurde de la mort d’un enfant.]

 

Héliothérapie

 

Cet enfant,

Qui paraît dormir

À plat ventre sur le sable,

Peut-être dans son sommeil pour autre part

Apprend-il à nager.

De la mer

 

Qui l’a apporté

Sortiront bientôt

Les touristes aussi

Qui sont fatigués de nager,

Pour une cure de soleil.

Cet enfant,

 

Que montrent les touristes

Avant de s’allonger

À sa place, sur le sable,

Lui ne les verra pas.

À plat ventre

Il a été guéri par le soleil.

Th. Zaphiriou

Athènes,  4 septembre 2015

Trad. Janine Kaminski

 

 

Ηλιοθεραπεία

 

Το παιδί αυτό,

Που δείχνει να κοιμάται

Μπρούμυτα στην αμμουδιά,

Ίσως στον ύπνο του γι´αλλού

Μαθαίνει να κολυμπά.

Από τη θἀλασσα

 

Που τόφερε

Θά βγούν σε λίγο

Κι οι τουρίστες

Που να κολυμπούν βαρέθηκαν,

Για ηλιοθεραπεία.

Το παιδί αυτό,

 

Πού δείχνουν οι τουρίστες

Πριν ξαπλώσουν

Στη θέση του, στην αμμουδιά,

Δεν θα τούς δεί.

Μπρούμυτα

Ἐχει από τον ἠλιο θεραπευτεί.

 

Ζωγράφου, 4-9-15

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Colonel Max Pourkier : construire une armée pour résister aux raids arabes

➤ Histoire militaire ( λύχνος n° 142, novembre 2015, article quatre)✩✩✩

             L’armée byzantine du milieu du VIIe siècle au milieu du IXe siècle 

(2ème partie)

        L’organisation militaire des thèmes.

 

Cavaliers byzantins et bulgares, Manuscrit de Thomas Skylitzès, Madrid, f. 35 (Wikimedia)
Cavaliers byzantins et bulgares, Manuscrit de Thomas Skylitzès, Madrid, f. 35 (Wikimedia)

 

[Cet article fait suite  à celui paru en juillet 2015 ( Connaissance hellénique n°141, article trois) qui décrivait principalement l’histoire du conflit entre les armées byzantines et arabes. Il aboutissait à la création de forces militaires et de régions militaires de défense appelées themata ou thèmes militaires. Deux annexes expliquaient ce qu’était la marine byzantine et ce qu’étaient les unités d’élite appelées tagmata]

Qu’est-ce que le thème militaire ?

Le thème est donc la pièce maîtresse de la nouvelle organisation défensive. C’est uniquement une force militaire jusqu’au début du VIIIe siècle avant de devenir aussi au milieu du IXe siècle, dans une évolution progressive et lente, une grande circonscription militaire et administrative. C’est seulement en tant que grande unité militaire que nous l’étudierons dans cet article. Après une vue générale sur l’organisation tactique d’un thème, sur son personnel de commandement et d’encadrement et sur ses effectifs théoriques, nous verrons plus en détail l’organisation et les effectifs des thèmes d’Asie Mineure, le recrutement et le statut de leurs soldats, puis comment est réalisé leur approvisionnement en vivres, armement et équipements. Enfin nous montrerons comment le stratège prépare et mène son combat contre les invasions et raids arabes.

Dans la zone où est stationnée son armée, jusque dans la première moitié du IXe siècle le stratège n’a que des responsabilités militaires, tandis que les gouverneurs des provinces traditionnelles continuent d’exercer les fonctions civiles. Toutefois les nécessités de la guerre font que l’administration civile se met par la force des choses au service de l’armée qui protège ses territoires et les populations qu’elle administre. Peu à peu elle se subordonne à cette armée jusqu’à ce qu’advienne une décision impériale qui, prenant acte de la nature et de la forme des changements survenus et répondant à des situations spécifiques affrontées, fait du chef de cette armée le seul maître de l’administration provinciale.

Jusqu’à l’abolition ou la suppression progressive des anciennes structures civiles, approximativement entre 780 et 830, le stratège est seulement un chef militaire dont le rôle se limite à la défense de la zone impartie à son armée et à l’instruction et l’entretien de ses troupes qu’il doit lever sur place. L’administration civile est dirigée par les gouverneurs civils des provinces (anthypatoi), vraisemblablement subordonnés peu à peu au stratège. Existant encore au début du IXe siècle, ils disparaissent dans la première moitié de ce siècle et sont remplacés par des fonctionnaires sous le contrôle de Constantinople, les protonotaires, de statut relativement bas. A cette même époque les stratèges commencent à prendre le rang d’anthypatoi ce qui, d’après Haldon, est bien la preuve qu’ils ont l’autorité civile, mais ils laissent à leurs protonotaires tout ce qui concerne la fiscalité. La vision du stratège, chef suprême civil et militaire du thème, n’est strictement vraie que pendant la deuxième moitié du IXe siècle et au Xe siècle avec tout de même quelques restrictions.

*

Le thème, commandé par un stratège, est donc d’abord une formation militaire importante équivalente à une armée ou à un corps d’armée. Il se divise, pour des objectifs tactiques, en tourmai ou mérè, la tourma en drouggoi ou moïrai, le drouggos en banda ou tagmata commandés respectivement par le tourmarque, le drongaire, le comte, officiers subordonnés au stratège. Les première et dernière divisions peuvent être associées à un territoire, si bien que chaque tourme a un quartier général de base dans une ville ou une forteresse et que chaque bandon est identifié avec un district spécifique aux limites clairement définies; par contre le drouggos reste toujours une formation purement tactique. Il faut noter qu’à partir du IXe siècle on trouve d’une part la tourme et le bandon constituant des unités militaires et d’autre part la tourme et le bandon territoriaux et administratifs et qu’il n’existe pas d’assimilation nette entre les deux : ainsi des tourmes individuellement administratives peuvent être réunies pour constituer en campagne une tourme tactique. On doit aussi noter que dans un thème disposant de plusieurs tourmes chacune peut être constituée d’un nombre de banda différents, que dans deux thèmes distincts le volume des tourmes peut être très dissemblable et enfin que les tourmes peuvent comprendre des banda de cavaliers et des banda de fantassins en nombre et effectifs variés. Cela, bien sûr, rend donc impossible le calcule les effectifs des thèmes à partir du nombre de leurs tourmes.

 

La hiérarchie dans les thèmes.

Nommé par l’empereur et correspondant directement avec lui, le stratège (comte pour l’Opsikion), titré patrice au IXe siècle, est un très grand personnage à la tête d’une importante armée qu’il peut lever à tout moment pour assurer la défense de la zone dont il a la charge. Il dispose d’un état-major dont le chef pourrait être probablement le comte de la tente. On y trouve aussi un domestique qui, pour Treadgold, aurait probablement en charge les éclaireurs du thème, les arpenteurs, les médecins et qui, pour Oikonomidès, pourrait être le commandant d’un contingent d’un tagma mis à la disposition du stratège. Un chartulaire, dépendant du logothète du stratiôtikon dont l’office s’occupe du recrutement et du financement des forces armées, tient le rôle du thème et donc s’occupe sous la direction du stratège de tout ce qui concerne les effectifs. Le prôtomandator est le chef des estafettes (mandatores) ; un prôtochancelier, à la tête d’une demi-douzaine de clercs, est le chef de la chancellerie. Enfin un centarque commande les 100 spathaires, fantassins constituant sa garde jusqu’en 840, époque où une réforme de Théophile remplace celle-ci par deux gardes totalisant 80 fantassins, celle des spathaires aux ordres d’un centarque et celle de l’hétairie à ceux d’un comte.

Les stratèges des thèmes d’Orient, y compris des thèmes maritimes, reçoivent des traitements conséquents en fonction de leur importance alors que ceux des thèmes d’Occident seront rémunérés par des sportules payées par leurs circonscriptions. Tous ont des frais considérables car ils doivent financer leurs gardes, leurs services administratifs et entretenir leurs palais.

On trouve aussi, inférieur en titre, l’ek prosôpou des thèmes ou des stratèges; nommé par l’empereur. Il est, à notre époque, le représentant du stratège pendant un temps limité ou dans une région limitée.

Le tourmarque est un personnage important nommé par l’empereur, arrivant dans la hiérarchie après les cleisourarques et avant la plupart des topotèrètai des tagmata. On peut le comparer au duc existant encore à l’époque d’Héraclius. A partir du IXe siècle il est gouverneur civil et militaire d’une tourme. Assisté d’un état-major il a, comme le stratège, juridiction sur tout le personnel sous son commandement militaire, est responsable des forteresses et points fortifiés de son district, de la sécurité des populations locales et de leurs biens, de l’information de son supérieur sur les mouvements ennemis en attendant que celui-ci rassemble ses troupes et réagisse. D’après Treadgold le tourmarque commande de 2000 à 5000 hommes. Celui des Fédérés et celui de Lycaonie, faisant partie du thème des Anatoliques, ont un rang plus élevé que celui des autres tourmarques. Il s’agit là de commandants d’unités d’élite qui semblent constituer des tagmata au début du IXe siècle.

Le mériarque s’identifie au tourmarque. C’est parfois une autre façon de le nommer; ce peut être le meilleur tourmarque du thème qui, en opérations, reste aux côtés du stratège qui peut lui confier le commandement d’une partie de son armée; il peut être également le commandant d’un bandon indépendant. Bury suggère qu’au IXe siècle dans la plupart des thèmes il y avait 2 tourmes géographiques tandis que l’armée du stratège en comprenait trois; cette troisième tourme, sans district géographique, aurait été commandée par un mériarque.

Le drongaire (drouggarios), dénommé parfois chiliarque, autrefois commandant temporaire d’une brigade de cavalerie, devient maintenant le commandant d’un groupement de banda (appelés aussi topoteresiai). Les drongaires sont les subordonnés des tourmarques quand ceux-ci existent, directement des stratèges autrement. Ils n’ont aucune charge dans le thème administratif; leur rôle est purement opérationnel et d’instruction. Ils commandent en théorie 1000 hommes.

Le comte commande le bandon (= bannière) qui est l’unité de base de l’armée et qui peut être d’infanterie ou de cavalerie. L’effectif théorique du bandon est inconnu et a sans doute beaucoup varié suivant les époques. Il est de plus certainement très différent suivant qu’il s’agit du bandon de cavalerie ou de celui d’infanterie, du bandon du thème ou de celui du tagma. Les chiffres donnés ne sont donc souvent que des estimations moyennes des chercheurs.

D’après Haldon, en théorie, l’armée du stratège compte autour de 10 000 hommes. Chacun de ses 2 tourmarques commande 5 000 hommes et a sous ses ordres 5 drongaires en charge de 1 000 hommes chacun. Chaque drongaire dispose de 5 comtes en charge de 200 hommes chacun. Chaque comte commande 5 centarques disposant chacun de 40 hommes et ces derniers ont sous leur ordre 4 décarques chargés de 10 hommes chacun. Mais si cette structure change peu au cours du temps, les effectifs commandés sont, à chaque échelon, très variables. Seuls les tourmes et les banda ont des aires territoriales délimitées à l’intérieur du thème mais seuls le stratège et ses tourmarques ont en outre, à partir du IXe siècle, des responsabilités territoriales administratives.

Treadgold présente quelques différences avec Haldon. Pour lui de 660 à 840 la hiérarchie du thème comprend sous le stratège le tourmarque, le drongaire, le centarque commandant un bandon de 100 hommes, le pentécontarque commandant 50 hommes, le décarque commandant 10 hommes. Ce n’est que sous Théophile, qui modifie l’organisation interne du thème pour la faire ressembler étroitement à celle des tagmata dans le but de faciliter la combinaison des banda des thèmes et des banda des tagmata dans les expéditions, qu’apparaît le comte à la tête d’un bandon de 200 hommes. Le centarque ne commande plus que 40 hommes et le pentécontarque disparaît.

Comme le stratège et avec les mêmes pouvoirs, le cleisourarque, nommé par l’empereur, a la charge de la défense d’une zone de défilés sur la frontière orientale.
A l’intérieur de la zone du thème d’autres commandements militaires peuvent exister tels celui du duc, commandant indépendant d’une zone spécifique, probablement pour une mission à court terme à la tête d’une unité indépendante du stratège, ou celui d’archonte, par exemple chef d’une formation constituée avec des prisonniers de guerre transplantés.

Le thème naval est organisé comme les thèmes ordinaires avec tourmarques, drongaires, centarques etc. pour ce qui concerne leurs soldats de marine. Les rameurs dépendent des capitaines des navires appelés centarques et des pilotes au nombre de deux par navires. Les rameurs mardaïtes des Cibyrrhéotes ont leur propre chef, le catépan des Mardaïtes d’Attaleia nommé par l’empereur, subordonné du stratège mais souvent en désaccord avec ce dernier sur leurs juridictions respectives.

Au début du IXe siècle plusieurs thèmes sont parfois réunis sous le seul commandement d’un monostratège. C’est le cas par exemple sous Irène où il en existe un réunissant sous son commandement les Anatoliques et l’Opsikion et un autre la Thrace et la Macédoine et sous Nicéphore Ier où un monostratège réunit les cinq thèmes d’Asie. Cet usage est rapidement abandonné en raison des dangers d’usurpation qu’il présente.

Par ailleurs, dans d’autres zones menacées par les Arabes continuent d’exister les anciennes dénominations là où ne sont pas établis des thèmes : exarque en Afrique, archonte à Chypre et en Crète. Pour cette dernière île, Oikonomidès fait mention d’un stratège antérieurement à 767 et indique aussi que ce poste existe encore en 827 alors que les Arabes avaient déjà débarqué dans l’île qu’ils mirent assez longtemps à conquérir ; pour E. Malamut, l’île est administrée par un archonte au VIIIe siècle et serait devenue un thème en 842/843 avec à la fois un stratège militaire et un archonte administratif.

 

Territoires et effectifs des différentes armées

Après cette présentation du commandement militaire territoriale, il convient de présenter le déploiement des différentes armées sur leur territoire et les effectifs qui sont les leurs. Ces derniers sont particulièrement difficiles à estimer faute de données chiffrées des sources, les informations les plus précises étant fournies par des géographes arabes. Sur ce sujet de nombreux débats existent entre chercheurs et les opposent; en particulier Treadgold et Haldon, qui ont tenté de débrouiller ce difficile problème, ne sont pas souvent d’accord. Le premier est accusé par le second et par d’autres chercheurs de surévaluer les capacités numériques de l’armée byzantine en Asie Mineure en faisant des hypothèses non justifiées par la nature des sources et par les possibilités financières et économiques de l’empire. Ces deux savants semblent toutefois d’accord pour estimer les effectifs totaux des forces armées byzantines à un minimum de 80 000 hommes au VIIIe siècle et de 120 000 hommes au milieu du IXe siècle. Il s’agit là d’effectifs théoriques mais non réellement susceptibles de combattre. On sait d’autre part qu’une armée de campagne commandée par l’empereur comporte de 12 000 à 20 000 ou 30 000 hommes au maximum et que l’empire ne peut en mettre sur pied qu’une à la fois. Ce sont là les seuls chiffres fiables pour l’instant.

En ce qui concerne les effectifs des différents thèmes à l’époque étudiée, aucun chiffre n’étant fourni par ailleurs à part de très vagues estimations, ceux de Treadgold peuvent au moins donner une idée de l’importance relative des différents thèmes, tout en étant discutés et discutables car sans doute trop élevés et trop systématiquement établis.

Le thème des Anatoliques a le quartier général (QG) de son stratège à Amorion et les postes de commandement (PC) de ses 3 tourmes à Sozopolis, Ikonion et Koron. Au début du IXe siècle, vers 830, en sont détachées la cleisourie de Cappadoce (PC à Koron = Kura), devenue thème en 841, dans laquelle le cleisourarque dispose en 840 de 4 drongaires et de 4 000 hommes et celle de Séleucie pourvue de 5 000 hommes et 5 drongaires. L’effectif du thème des Anatoliques aurait été de 18 000 hommes jusqu’en 840, de 15 000 hommes ensuite.

Le thème des Arméniaques a son QG à Euchaïta et les PC de ses 5 tourmes à Gangra, Dazimon, Colonia, Trébizonde et Charsanion. Peut-être aussi tôt qu’en 793/ 794, il perd la cleisourie de Charsanion dont le QG porte le même nom et qui disposerait en 840 de 4 drongaires et 4 000 hommes. Puis sont créés, sur la partie côtière du thème, les thèmes de Chaldie vers 824 dont le QG est Trébizonde et celui de Paphlagonie dont le QG est Gangra. Ces deux nouveaux thèmes auraient eu en 840 respectivement 4 drongaires et 4 000 hommes et 5 drongaires et 5 000 hommes. Le QG du thème des Arméniaques est toujours à Euchaita et les PC des 3 tourmes restantes se situent alors à Amasia, Dazimon et Colonia. L’effectif du thème de 14 000 hommes initialement passera en 840 à 9 000 hommes

Le thème de l’Opsikion a initialement son QG à Ancyre et les PC de ses tourmes à Nicomédie, Claudiopolis et Ancyre. De 15000h à 18000h environ ses effectifs sont ramenés à 4000h par Constantin V puis portés à 6000h par Théophile; son QG est alors à Nicée. Son comte n’a plus sous ses ordres directs que des drongaires. Son abaissement donne naissance en 766 au thème des Bucellaires à l’effectif de 8000h dont le QG est Ancyre et dont les 2 tourmes ont leurs PC à Claudiopolis et à Ancyre et en 768 au thème des Optimates dont le QG est à Nicomédie et dont nous donnerons les effectifs avec ceux des tagmata.

Le thème des Thracésiens dont le QG est à Chonai compte 2 tourmes dont l’un des PC est à Adramyttion et qui disposent chacune de 5 drongaires en 840. L’effectif de ce thème aurait été de 8 000 hommes en 773, de 10 000 hommes en 840.

L’organisation et les effectifs du thème maritime des Cibyrrhéotes sont mentionnés dans l’annexe I (voir fin de l’article précédent) . Seuls ces thèmes d’Orient sont divisés en tourmes au nombre de deux ou trois en général.

 

Le mode de recrutement des soldats

Le mode de recrutement des soldats des armées repliées au cours de la période étudiée est un sujet complexe et qui semble encore devoir être approfondi par les chercheurs.

A l’origine nous avons des armées de métier recrutées sur le principe du volontariat, payées par l’Etat et disposant d’environ 20 à 30% de cavaliers. Ce sont ces armées, appelées thèmes, qui s’installent défensivement en Asie Mineure et se transforment peu à peu. Constant II puis ses successeurs usent ensuite de l’obligation héréditaire du service en vigueur depuis le début du VIIe siècle et de la conscription rétablie peut-être déjà par Héraclius mais non utilisée par celui-ci. En effet la nouvelle stratégie de l’empire et sa situation financière rendent inévitables la provincialisation du recrutement et de l’entretien de l’armée servant, souvent et en grande partie, à temps partiel et saisonnier. L’enrôlement devient alors manifestement plus contraint.

Les hommes âgés de 18 à 40 ans sont inscrits, dans la zone attribuée à chaque thème, sur des listes mentionnant leurs obligations militaires. Ce système d’enregistrement permet de sélectionner le personnel nécessaire à chaque armée thématique. Le nombre des soldats effectivement mobilisables est en effet très inférieur à celui des soldats enregistrés car il dépend des besoins du thème et de l’aptitude réelle des personnels à combattre. Les soldats sont choisis de préférence parmi des familles aisées pouvant les soutenir financièrement. Plus tard Nicéphore Ier oblige les co-villageois d’un mobilisable pauvre à se substituer à lui pour financer son équipement à hauteur de 18,5 nomismata et sans doute aussi son entretien et pour verser à l’Etat l’impôt qu’il doit. Ces soldats doivent obligatoirement se rendre à des manœuvres avec leurs équipements et prendre part aux opérations pour lesquelles ils sont convoqués et payés, mais ils ne sont pas continuellement sous les armes. En outre il est très probable aussi que, dès avant le Xe siècle, les forces thématiques possèdent un noyau de soldats professionnels, issus de la population locale ou venus d’ailleurs, combattants sur lesquels le stratège peut compter en permanence.

Le milieu des officiers subalternes des thèmes est peu connu. Leur recrutement semble relever à la fois de leur milieu social et de leurs compétences militaires. Leur ascension dans l’armée est souvent due à la protection d’un officier supérieur déjà membre de l’aristocratie.

Ainsi donc, jusqu’au début du Xe siècle les armées sont en très grande majorité byzantines, recrutées régionalement, commandées en grande partie par des hommes locaux parfaitement intégrés dans une population d’où sont issus leurs soldats. Toutefois des étrangers servent aussi dans les formations impériales. Les Arméniens, dispersés dans tout l’empire mais avec de fortes concentrations à la frontière orientale, sont les plus nombreux. Des Slaves et leurs familles ont été déportés en masse en Bithynie par Justinien II et fournissent un contingent militaire important qui passera aux Arabes en 692. Des Perses seront répartis dans tous les thèmes de l’empire par Théophile. Ces étrangers sont habituellement assimilés dans des unités dirigées par des officiers byzantins, même s’ils y constituent des groupes distincts. Certains forment quelques corps indépendants, très peu nombreux, sous l’autorité de ducs ou d’archontes.

Tout ceci donne des armées d’une valeur certaine à une époque où il s’agit pour les soldats de défendre uniquement leur terre, l’Etat étant alors incapable de conduire des offensives loin de leurs régions d’implantation. Mais de cette localisation surgissent des rébellions de nature différente de la période précédente. Alors que celles-ci jusqu’à Héraclius sont, pour la plupart des cas, relatives à des conditions de service telles que soldes en retard, mauvaise nourriture, exactions d’officiers ou de fonctionnaires et ne sont liées à aucune considération idéologique ou politique, cet état de choses change à la fin du VIIe siècle. En effet en s’installant en province, l’armée s’éloigne du pouvoir central et celui-ci n’a plus que peu d’emprise sur un recrutement devenu très localisé et dont les recrues se montrent plus loyales à un chef ou à des camarades locaux qu’à un gouvernement lointain. Issue et mêlée à la population locale, l’armée devient comme une voix d’opposition et de mécontentement populaire si besoin est, et c’est le cas durant la période iconoclaste qui est la nôtre. L’armée des thèmes est donc impliquée constamment par ses chefs ou d’elle-même dans les luttes à la fois idéologiques et de pouvoir. C’est pourquoi les empereurs, à partir de la deuxième moitié du VIIIe siècle, recrutent des tagmata qui sont des unités impériales mises sur pied avec soin et prêtes à s’opposer à toute armée thématique dont le chef chercherait le pouvoir suprême.

 

Situation financière de l’armée

Au milieu du VIIe siècle la situation financière de l’Etat est dramatique en raison de la baisse des réserves d’or depuis la fin du siècle précédent et de la perte des revenus des territoires conquis par les Arabes, si bien que l’empire a de grandes difficultés pour payer ses soldats, les ravitailler en vivres, armes et équipements, montures et doit donc trouver de nouvelles solutions lui évitant toute sortie importante d’argent.

Autour des années 640 la crise est telle que les soldats sont payés, souvent irrégulièrement, en partie avec de la monnaie de cuivre au lieu de pièces d’or ou d’argent. Les chercheurs pensent donc que l’Etat n’a eu alors que deux solutions pour entretenir ses soldats et leurs familles : leur distribuer des terres pour qu’ils en tirent des revenus ou en revenir à une solde payée en nature en partie ou en totalité.

Certains donc, comme Ostrogorsky suivi par Hendy, Treadgold etc., retiennent la première solution et en font le fondement de l’établissement des thèmes. Mais l’existence de terres militaires avant les empereurs macédoniens du Xe siècle ne repose sur aucune source traitant explicitement d’une telle installation de soldats sur une grande échelle au VIIe et VIIIe siècles ni sur aucune législation. Pour les chercheurs refusant cette solution, tels Lemerle, Haldon, Ahrweiler etc., les soldats sont rémunérés à la fois par des annones en nature et par une solde.

Il nous faut bien admettre qu’au début du retrait en Anatolie, la plupart des soldats de métier des armées d’Héraclius ne peuvent être en possession de terres en Asie Mineure ni en acquérir en raison d’une implantation qui ne pouvait leur sembler que provisoire avant une reprise éventuelle d’une action offensive en direction des territoires perdus. Il est donc clair que le service à cette époque ne peut être associé à une possession de terres.

Plus tard les soldats s’enracinent, se marient sur place et peu à peu disposent pour certains de propriétés acquises d’une manière ou d’une autre, d’autant plus qu’avec le temps le recrutement devient de plus en plus local et se fait dans les familles de paysans. Le commandement du thème peut alors compter de plus en plus sur l’aide volontaire des familles pour les supporter et sur des soldats dont il se décharge durant les quartiers d’hiver en les renvoyant chez eux.

Par la suite, quelques textes légaux probablement de la première moitié du VIIIe siècle, des vies de saints, des lettres et des chroniques conduisent à la conclusion que si, jusqu’autour de 740 et déjà probablement bien avant, des soldats sont supportés pour les frais de leur service militaire par leur famille et parents, ceux-ci n’ont aucune obligation de le faire. Un contrat peut exister entre le soldat et sa famille ou la personne le supportant, celle-ci recevant en retour une certaine part de la rémunération du soldat, mais il ne s’agit là que d’un simple contrat de droit privé. Et ces mêmes vies de saints montrent que les soldats, dans la deuxième moitié du VIIIe siècle et dans la première moitié du IXe siècle, sont personnellement responsables de leur entretien, de celui de leurs montures et de leurs armes sans qu’il n’y ait aucune connexion formelle avec la terre. Les seules attestations de distribution de terres publiques sont celles de terres, souvent désertées en raison des épidémies et des invasions. Elles sont octroyées à des étrangers à l’empire, en général des populations déplacées, qui fournissent en échange un impôt et des recrues.

L’extrême difficulté de continuer le système traditionnel de paiement des soldats en argent et en indemnités pour les armes, les montures et l’habillement conduit à de nouveaux usages. Depuis le VIe siècle, pour ravitailler l’armée, l’état impose aux agriculteurs de fournir des produits agricoles à un prix fixé par lui et dont le montant est déduit de l’impôt ordinaire; cette formule est désignée par le terme de synonè ou coemptio. En raison du déclin de la circulation monétaire, le rôle de la synonè devient important, au moins jusqu’au début du IXe siècle, en s’appliquant en outre aux éleveurs et artisans travaillant pour l’armée. Les preuves que nous avons suggèrent que, à partir du milieu du VIIe siècle, l’Etat revient presque entièrement à un système d’affermage de la production des armes et des équipements militaires, à un support des troupes en nature qui se prolongera jusqu’au Xe siècle et à la levée des approvisionnements en nature auprès des propriétaires privés.

Les équipements et les armes avaient toujours été produits par les ateliers impériaux de Constantinople et des provinces. Mais alors que l’Etat n’avait jamais réussi à les fournir en totalité avant le repli en Anatolie, il nous faut constater que maintenant la majorité de ces ateliers sont aux mains des Arabes. Ne subsistent en territoire byzantin comme établissements de tissage et de vêtements que ceux de Constantinople, Cyzique, Césarée de Cappadoce et Héraclée en Thrace, les deux derniers en zone d’extrême insécurité et comme fabriques d’armes que celles de Constantinople, Nicomédie, Sardes, Thessalonique, Andrinople, Césarée de Cappadoce, les deux dernières très exposées pouvant avoir cessé leur production. Il est donc clair que le peu d’établissements restants ne peut que difficilement approvisionner les 80 000 hommes de l’armée impériale, d’où la nécessité de promouvoir la production privée qu’elle soit ou non supervisée par les fonctionnaires du gouvernement. Il faut noter toutefois que si l’Etat se dessaisit de son monopole sur la production des armes, la possession de celles-ci ne reste autorisée qu’aux seuls soldats.

D’après Haldon, au début du retrait, l’approvisionnement est assuré par les préfets du prétoire détachés auprès de chacune des armées depuis les campagnes perses et arabes. Ils auraient été maintenus auprès de chacun des thèmes jusqu’au début du IXe siècle avant d’être remplacés par les protonotaires des thèmes. Ce préfet est chargé de superviser le calcul, le prélèvement et la distribution de tout l’approvisionnement des troupes du thème obtenu par l’intermédiaire de la synonè.

Par la suite, une fois les troupes définitivement implantées, l’objection soulevée au sujet de ce système porte sur le coût très élevé du rassemblement, du stockage et du transport des approvisionnements. Elle tombe toutefois en partie en regardant la répartition des formations à l’intérieur de la zone impartie aux armées des stratèges. Leurs unités sont éparpillées, aux dépens de toute efficacité tactique contre les raids arabes, par la nécessité de minimiser les coûts de transport et de distribution des approvisionnements en les plaçant dans les districts chargés de les ravitailler ou au plus près de ceux-ci. Cette dispersion ne reflète donc pas une planification stratégique ou tactique mais est dictée tout simplement par les priorités fiscales et logistiques du VIIe siècle.

En outre d’après Haldon, Cheynet, Déroche, Hendy, dans ce nouveau système un rôle important est joué par les commerciaires qui, jusque là, avaient la charge de l’achat et du stockage des produits de luxe, en particulier de la soie. La fonction de commerciaire est affermée, du milieu du VIIe siècle à Léon III, à de très hauts personnages de l’Etat dont les entrepôts (apothèkai) sont attestés dans toutes les provinces de l’empire. Dans ces apothèkai sont toujours stockés les surplus des manufactures d’Etat et principalement des produits de luxe. Mais en constatant, à partir de 654/659, une augmentation soudaine du nombre des commerciaires dans tout l’empire alors qu’à la suite des conquêtes arabes les produits de luxe (soie en particulier) sont en diminution, Hendy estime que celle-ci est due au changement de leur rôle et de celui de leurs apothèkai, transformation liée principalement maintenant au ravitaillement de l’armée. Sous contrat avec l’Etat, les commerciaires ont pour rôle d’organiser la perception, le stockage dans leurs magasins et la distribution à l’armée des denrées prélevées sur les paysans, des armes et des équipements provenait des quelques manufactures encore en service et surtout des artisans locaux. La distribution aux formations est réalisée ensuite par l’intermédiaire des actuaires, c’est-à-dire des intendants ou officiers d’approvisionnement de celles-ci selon les directives des préfets du prétoire détachés. Cette fonction des commerciaires est transférée vers la deuxième moitié du VIIIe siècle ou au début du IXe siècle aux protonotaires. Cette théorie est combattue par Oikonomidès car il n’existe aucune preuve d’un rapport des commerciaires avec l’armée. Pour cet auteur ils sont toujours chargés essentiellement du contrôle du commerce de la soie qui serait donc, d’après lui, en développement — ce qui semble irréel à l’époque.

Cette solution, proposée par plusieurs chercheurs, paraît donc plausible. En effet si certains soldats sont supportés par leurs familles sans que celles-ci n’aient à cette époque aucune obligation de le faire, il ne s’agit là que d’une minorité de soldats aisés. Pour les autres la probabilité la plus forte est que les commerciaires, civils disposant d’entrepôts et de moyens de transport, leur fournissent tout le nécessaire par le moyen des réquisitions et des prélèvements ordonnés par les fonctionnaires locaux de l’Etat. Ces derniers peuvent également leur sous-traiter la production de certaines quantités et de certains types d’armes ou d’articles d’équipements qu’ils obtiendront auprès des artisans.

 

Cavaliers, fantassins, guetteurs et espions

Disposant d’une armée de 6000 à 12000 hommes qu’ils peuvent lever à tout moment, en totalité ou en partie, pour assurer la défense de leur thème, ce sont donc essentiellement les stratèges qui vont conduire, seuls ou à plusieurs, la lutte contre les envahisseurs arabes.

Pour mener à bien leur riposte, leur cavalerie est d’une importance majeure puisqu’il faut s’en prendre à une cavalerie arabe se déplaçant rapidement. C’est la possession d’un cheval et non une aptitude ou un statut particulier qui fait le cavalier. Celui-ci ne se classe pas suivant l’arme qu’il porte mais avant tout par la rapidité et l’endurance de son cheval qui impose le rythme de la guerre par ses besoins propres et sa fatigue. Les cavaliers sont l’élite de l’armée du stratège dans un type de guerre où compte avant tout la surprise, la rapidité du mouvement, la transmission rapide des renseignements et des ordres et l’art de pister l’adversaire. Dans les premiers rôles on rencontre les cavaliers non seulement combattants mais aussi bien équipés et bien montés sur des chevaux vifs et rapides. Ce cavalier d’élite est entouré de gens qui le servent relevant soit du train des équipages chargé du transport de l’armement, des équipements supplémentaires, du ravitaillement soit de lui-même; dans ce dernier cas il s’agit alors de « valets d’armes », eux-mêmes cavaliers montés, accompagnant les combattants dans leurs opérations ou au moins dans leurs rapides déplacements soit pour s’occuper de leurs chevaux et de leurs équipements, soit en charge d’un cheval de rechange. Le cavalier bien équipé et bien monté est soit un paysan aisé soit un soldat professionnel payé par le stratège pour des chevaux et des équipements de bon aloi. Le cavalier porte une cuirasse avec dessus un vêtement de feutre ou de coton pour camoufler la cuirasse ou se protéger des intempéries. Son armement comprend l’épée, la lance, le bouclier. La cavalerie représente en général 20% de l’effectif d’un thème soit 200 cavaliers pour un drouggos de 1 000 hommes, avec peut-être pour l’Opsikion à l’origine 30% à 40% de cavaliers soit 300 à 400 par drouggos. En fait, d’après Treadgold, les centarques commandent en majorité des fantassins. Ainsi dans le thème des Thracésiens, à partir de 660, 64 centarques commanderaient des fantassins et 16 seulement des cavaliers. On ne trouve que très peu d’archers montés, cette spécialité ayant été presque toujours réservée auparavant à des combattants étrangers.

L’infanterie, que l’on met toujours du temps à réunir, constitue une masse certainement moins professionnelle et plus proche de la condition paysanne que la cavalerie du thème. Contrairement à celle-ci, elle est classée en fonction de son armement. Les hoplites, protégés par un grand bouclier rond, un casque, une cotte de mailles et parfois par des jambières et des gantelets et armés d’une lance, d’une épée et d’une hache ont la charge de barrer les routes en rangs épais. Des fantassins, lanceurs de javelots, sont placés derrière eux. Les fantassins légers, armés de frondes et d’arcs, sont chargés de faire pleuvoir leurs projectiles sur l’ennemi lors des harcèlements et des embuscades. Cette infanterie est utilisée par le stratège soit en point d’appui installé sur un site montagneux contre lequel l’élan des cavaliers arabes vient se briser, soit pour verrouiller les voies de pénétration, principalement les défilés du Taurus quand un raid est signalé ou le plus souvent pour l’accrocher à son retour, soit pour encercler l’ennemi et l’attaquer ou enlever son camp, soit comme garnisons de forteresses et centres importants.

En outre le stratège peut faire appel à la population civile soit pour servir comme troupes irrégulières dans les forts sous des commandants appelés « protecteurs des forts », soit en campagne sous des commandants appelés « drongaires d’infanterie ». Garnisons frontières et tours de guet sont armées par des forces locales y servant par rotation, composées d’hommes de relativement humble statut, certains servant sur la base d’une obligation de service, d’autres sur la base d’une solde payée par les autorités militaires.

Dans sa lutte contre les invasions arabes, le stratège a d’abord un rôle préventif en organisant la surveillance de la frontière et des routes de pénétration et en cherchant à connaître, grâce à ses postes de guet et ses espions, l’imminence, la nature et la direction probable de tout raid.

Des postes d’observation sont établis de loin en loin sur les contreforts montagneux du Taurus à proximité du territoire arabe. Chaque poste a une zone de surveillance fixée dans laquelle il détache des groupes de 2 à 4 guetteurs proches des points à surveiller et dont les emplacements doivent être changés fréquemment pour éviter leur capture. Des rondes sont effectuées à l’initiative du chef de poste pour vérifier le bon comportement des guetteurs. Le poste d’observation est composé d’au moins une douzaine d’hommes, frontaliers recrutés localement, mis en place pour 15 jours et ne décrochant qu’après l’arrivée d’une relève. Ces postes, répartis le long de la frontière, sont en liaison avec d’autres postes établis plus à l’intérieur à une distance de 5 à 6 km les uns des autres servant de relais à des coureurs traversant la montagne de poste en poste jusqu’au premier poste de cavalerie en terrain plat dont la mission est d’avertir le tourmarque ou le stratège. Le parcours total du poste de guet au stratège n’excède pas en général 100 kilomètres. Il ne semble pas y avoir de transmission par signaux ou feux à cet échelon de l’armée car l’information transmise ne serait pas alors assez précise.

Les espions sont une autre source de renseignements. Ce peut être des marchands car le commerce continue localement entre les zones adverses ou des émissaires dépêchés pour régler de petits problèmes communs locaux ou des espions qui se fondent dans des populations frontalières très mêlées.

En outre peuvent être envoyés, assez profondément en territoire ennemi, de petits commandos dont la mission est de ramener des prisonniers et de faire régner l’insécurité.

 

Techniques de guérilla contre les raids arabes

La riposte du stratège à une invasion est basée sur le principe d’une tactique offensive très mobile évitant tout affrontement frontal contre des forces numériquement supérieures. Elle se fonde d’une part sur les étapes connues d’un raid arabe qui franchit la frontière, gagne son objectif, pille les villages et prend la route du retour chargé de son butin et d’autre part sur l’importance numérique de ces attaques qui vont du raid d’une seule traite à l’expédition de grande envergure.

Contre cette dernière dont la préparation demande du temps et ne peut donc pas passer inaperçue, le stratège peut espérer l’intervention de l’armée centrale au moins en partie mais avec des délais. Dans ce cas est plutôt préconisé le regroupement des forces de plusieurs thèmes sous le commandement du stratège le plus important secondé d’autres stratèges. Un tel regroupement de forces permet de réunir de 20 000 à 30 000 hommes, les effectifs de 4 à 6 thèmes.

Est surtout à envisager le cas le plus fréquent d’un raid arabe de 5 000 à 6 000 cavaliers franchissant inopinément le Taurus. Le stratège attaqué ne dispose que de ces seules forces et souvent, dans un premier temps, que d’une partie de celles-ci, soit au plus 3 000 cavaliers principalement. En fait les forces du thème sont rarement engagées en entier et les opérations initiales sont menées au niveau d’un tourmarque ou d’un officier compétent placé à la tête de quelques centaines d’hommes principalement des cavaliers.

Donc avant le début du raid s’il est bien renseigné ou au début de celui-ci, le stratège rassemble ses forces, les équipe, s’efforce de barrer les défilés avec l’infanterie qu’il est souvent difficile de réunir et de mettre en place à temps et fait tenir les points d’eau; dès que possible il prépare le verrouillage des défilés qu’empruntera l’ennemi à son retour. Il doit aussi deviner quels sont les villages menacés par le raid et en évacuer les habitants avec leurs animaux et leurs biens. Ces évacuations d’urgence sont effectuées par un corps spécialisé, les expellatores, disposant de bêtes de somme. Les habitants sont repliés dans un site montagneux ou à l’abri d’une forteresse.

Il est recommandé alors au stratège de mener une guerre de guérilla très mobile à base de harcèlements et d’embuscades, d’éviter toute action frontale sauf en cas de très nette supériorité, de ne pas s’enfermer dans les places fortes ce qui laisse le reste du pays ouvert aux pillages mais de s’appuyer sur celles-ci pour mener le combat, de disposer de liaisons constantes avec le tourmarque qui piste l’ennemi et reste à son contact en cherchant à deviner ses objectifs. Le combat de nuit est préconisé en utilisant le maximum d’infanterie disponible qui peut s’en prendre sans danger à des cavaliers et disparaître sans être poursuivie.

Perdre le contact, ignorer la position exacte de l’ennemi, se tromper sur son importance numérique condamnent le stratège à l’impuissance et l’exposent au danger d’une surprise.

Les cleisoures, créées à la fin du VIIIe siècle et au début du IXe, permettront de mener une guérilla encore plus énergique de harcèlements, embuscades et poursuite des envahisseurs rendant les expéditions de pillage plus risquées et moins rentables et pourront même dissuader l’ennemi local de mener certains raids trop légers.

A l’époque qui nous concerne, ce sont essentiellement les Arabes qui mènent l’offensive, les Byzantins se bornant à mobiliser contre eux des forces parfois assez disparates allant du paysan jetant des pierres au cavalier rompu au combat. Mais tous les soldats, recrutés dans la zone du thème, la défendent avec énergie et comme nous l’avons déjà dit, sont dans cette période des combattants d’une valeur presque équivalente à celle des soldats des tagmata. Lorsque, rarement, existe un coordinateur de l’action des stratèges, tel un monostratège, des raids d’ampleur contre les territoires arabes de Syrie du nord peuvent être menés avec succès. Mais cet organe coordinateur capable de conduire une défense plus offensive contre les envahisseurs arabes n’existe en général pas.

Les stratèges peuvent se montrer dangereux pour le pouvoir impérial…

Les stratèges sont donc des chefs militaires qui peuvent disposer de forces importantes et donc se montrer dangereux pour le pouvoir impérial. Des mesures préventives sont donc instituées.

En principe le stratège ne peut pas être nommé dans son pays d’origine et de résidence bien que l’empereur puisse décider du contraire. Il est désigné en général pour une durée limitée de trois ou quatre ans, période renouvelable ou prolongée au gré de l’empereur. Durant son commandement, il ne peut se rendre à Constantinople sans autorisation spéciale et ne peut quitter son thème sauf pour des raisons militaires ou religieuses. La division des grands thèmes initiaux en thèmes plus petits sera aussi une mesure destinée à amoindrir la puissance militaire des stratèges.

En outre le stratège ne dispose pas et ne disposera jamais de tous les pouvoirs dans son thème. Ses officiers supérieurs sont nommés par l’empereur Tout ce qui est perception des impôts lui échappe. A l’échelon central le logothète du stratiôtikon, apparu au VIIe siècle, a la main sur le recrutement et le financement des forces armées. Son office tient à jour les rôles militaires, gère les exemptions, fournit la solde des soldats tous les trois ou quatre ans à chaque thème à tour de rôle. Ce logothète dispose dans chaque thème du chartulaire qui fait des rapports périodiques, des optiones chargés de la distribution de la solde. Quant au logothète du Drôme, apparu en 760, il contrôle le service de la poste (relais, messagers etc), est à la tête d’un service d’espionnage qui renseigne en particulier sur l’état des provinces et des thèmes et sur les contacts entre ceux-ci et les pays voisins hostiles.

On constate donc que les stratèges, comme pareillement les commandants des tagmata, sont étroitement encadrés, ont à leurs ordres un personnel d’état-major chargé aussi d’adresser des rapports à l’autorité centrale qui dispose également de personnel la renseignant directement.

A SUIVRE

Colonel Max Pourkier

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Janine Kaminski a lu pour vous : Hervé Mazurel, « Vertiges de la guerre ».

► Lu pour vous λύχνος n° 142, novembre 2015, article trois

Les philhellènes

Nauplie, Monument à la mémoire des Philhellènes. Gravure de M. Forlot extraite de l’album Monuments au fil du temps, Éditions Galerie d’Art de Nauplie et Ikona, Nauplie, 1996,
Nauplie, Monument à la mémoire des Philhellènes. Gravure de M. Forlot extraite de l’album Monuments au fil du temps, Éditions Galerie d’Art de Nauplie et Ikona, Nauplie, 1996.

 

Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre. Byron, les philhellènes et le mirage grec, Les Belles Lettres, collection Histoire, Paris, 2013. 

 

Lors de mes séjours à Nauplie, ancienne capitale de la Grèce libérée, je me suis souvent arrêtée sur la grande place qui longe le golfe d’Argos, devant le « Monument aux Français » : une pyramide de marbre érigée en 1903 par un magistrat grec Nikos Kotsakis, « À la mémoire du maréchal Maison, du général Fabvier, de l’amiral de Rigny et des soldats et marins français morts pour l’indépendance hellénique, la Patrie et la Liberté ». Sur le socle un médaillon représente la Grèce et la France. Plus tard je découvrais dans l’église catholique de la Transfiguration un monument élevé en 1841 par un combattant philhellène français, Hilarion Touret, à la mémoire des volontaires morts pour l’indépendance : cette sorte d’arc de triomphe miniature porte les noms de 268 philhellènes avec mention de leur nationalité et du lieu où ils périrent.

Qui étaient donc ces philhellènes ?

Qui étaient donc ces philhellènes, quelles furent leurs motivations, que représentait le philhellénisme dans les années de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830) ? Toutes questions qui ont trouvé leur réponse, et bien au-delà, dans la somme d’Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre[1].

Bien auparavant déjà, des patriotes grecs comme Rhigas Velestinas[2] ou Alexandre Ypsilanti, chef de l’hétairie[3], n’avaient cessé par leurs écrits et leurs actions de promouvoir l’indépendance de leur pays[4].

Le philhellénisme cependant fut un mouvement paneuropéen s’étendant même jusqu’aux États-Unis et né avant la guerre d’indépendance proprement dite.

« Nous sommes tous des Grecs »

Il nous faut suivre ici ce qu’Hervé Mazurel appelle la « cristallisation philhellène », c’est-à-dire comment d’un bout à l’autre de l’Europe et des États-Unis les mêmes idées, les mêmes sentiments surgissent comme spontanément parmi les partisans des Grecs.

Dès le milieu du XVIIIe siècle il y eut un renouveau de l’hellénisme avec Winckelmann découvrant la splendeur de l’art grec, Goethe le sublime des ruines antiques ; les poèmes d’André Chénier, l’immense poème d’Hölderlin « Hypérion », le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’Abbé Barthélémy, qui connut un extraordinaire succès et fut même traduit en grec ; bref, ce qu’Hervé Mazurel appelle l’hellénisme des romantiques qui culmine avec le Pèlerinage de Childe Harold (1812), relation poétique du voyage en Orient qu’entreprit Byron entre 1809 et1810.

En même temps, de grands universitaires allemands comme W. von Humbolt (« Notre histoire commence avec les Grecs »), F.A. Wolf, Niebuhr développent l’« Altertumwissenschaft », une science globale de l’antiquité avec primauté donnée à la philologie. Les « gymnasium », nom donné alors aux établisse­ments d’enseignement secondaire, deviennent les foyers d’un nouvel humanisme.

Il se crée ainsi peu à peu dans les classes cultivées le sentiment de tout devoir à la Grèce, dans la littérature, l’art, la politique, l’histoire… « L’Hellade est perçue comme un lieu mythique, une référence commune, un répertoire d’exemples » (H. Mazurel).

Dès lors la dette intellectuelle et morale de l’Occident à l’égard de la Grèce impose le devoir de la libérer du joug des barbares : « Nous sommes tous des Grecs » (Shelley[5]).

Mais pas seulement, car cet asservissement des Grecs qui dure depuis quatre cents ans est ressenti profondément par tous les philhellènes et même dans les classes populaires : le Grec est appelé par les Turcs ραγιάς (esclave), ρωμιός et non έλληνας[6] et soumis à toutes les humiliations et cruautés de ses maîtres.

 

« Les temps héroïques renaissent, l’Âge d’or revient »

Or, même si après les guerres napoléoniennes, c’est le règne en Europe des gouvernements conservateurs, les idées de liberté et d’indépendance de la Révolution française sont encore très vivaces : soulèvements dans les États d’Allemagne du Sud, insurrections libérales en France, en Italie (les Carbonari), en Espagne, dans le continent sud-américain (Simon Bolivar), etc.[7]

Redonner la liberté aux Grecs c’est aussi pour les philhellènes les régénérer, car tombés dans une effroyable pauvreté, ignorants même pour la plupart de leur passé glorieux, il faut leur redonner leur identité : relever les ruines, reconstruire leur langue.

Une des émotions les plus fortes des volontaires à leur arrivée sur le sol grec, ce fut d’y trouver une population dont la tenue vestimentaire (chez les hommes, à l’albanaise), les armes (pistolets, poignards, yatagans), la langue (mêlée de mots turcs) étaient tout à fait étrangères aux représentations qu’ils se faisaient de la Grèce classique. Était-ce encore des autochtones ?

Aussi certains philhellènes s’attachèrent-ils à retrouver chez les Grecs modernes des marques de leur authenticité. Ainsi Fauriel qui recueillit toutes les ballades populaires encore chantées en Grèce[8], montrant qu’ils avaient toujours le sens de la poésie orale, que leur langue pouvait être pure et qu’ils rejoignaient les anciens rhapsodes.

Beaucoup parmi les plus romantiques comme Byron ou Shelley espéraient encore dans l’avenir des Grecs, une fois libérés : « En dépit des innombrables jougs qu’elle supporta,/ la gloire de cette terre et de ses habitants demeure encore » (Byron) ; « Les temps héroïques renaissent, l’Âge d’or revient » (Shelley).

Le destin tragique de ces deux grands philhellènes voulut qu’ils meurent avant même d’avoir combattu et vu la libération de la Grèce, Shelley en 1822, Byron[9] en avril 1824.

 

Chio : 20 000 victimes et 40 000 esclaves

À cette guerre pour la liberté fut très vite associée l’idée de croisade, de lutte séculaire du monde chrétien contre le monde islamique.

Plusieurs événements révélant la barbarie et le fanatisme des Turcs enflam­mèrent l’Occident : la pendaison publique du patriarche de Constantinople, Grégoire, au porche de son église, son corps traîné dans les rues puis noyé (21 mars 1821), quelques jours après le massacre des Grecs de la ville, leurs maisons brûlées, pillées ; en 1822 le massacre inouï de Chio où les Turcs firent 20 000 victimes et emmenèrent 40 000 esclaves, laissant l’île déserte ; les exactions du terrible Ali Pacha, gouverneur de Ioannina, qui noyait dans le lac les femmes grecques qui lui résistaient…

Certes les Grecs commirent aussi des atrocités mais sans commune mesure avec celles des Turcs, d’ailleurs coutumiers de l’enlèvement des jeunes filles pour leur sérail, du viol des captives et de la razzia des jeunes garçons grecs, le παιδομάζωμα, pour en faire, entre autres, des janissaires. L’Occident ne pouvait plus tolérer à ses portes le martyre de tout un peuple chrétien. Le mouvement philhellène s’enrichit alors de la solidarité religieuse qui traversa toutes les couches de la société et même les conservateurs. Ainsi Chateaubriand[10] reprochait au pape Pie VII de ne pas s’être déclaré « le chef d’une croisade pour le moins aussi sainte que les premières ». Le symbole de la croix était d’ailleurs présent sur toutes les représentations[11] des combattants grecs : étendards, gravures, sceaux, objets divers…

 

On vit alors dans l’insurrection grecque un moyen de s’illustrer

Il y avait donc une sensibilité générale aux malheurs des Grecs ; mais qui furent les hommes qui s’engagèrent pour combattre à leurs côtés ?

Hervé Mazurel analyse ici très finement « le mythe de guerre » dans la jeunesse masculine (essentiellement de France, d’Allemagne, d’Italie) marquée par les guerres révolutionnaires, l’épopée napoléonienne et qui, en 1815, se trouvait frustrée de toutes ses aspirations à l’héroïsme. Elle vit alors dans l’insurrection grecque un moyen de s’illustrer et pour une noble cause. Aussi la majorité des volontaires[12] en 1822 était-elle composée d’étudiants venus surtout des universités allemandes et de militaires, anciens officiers ou sous-officiers qui avaient servi dans la Grande Armée et qui, restés fidèles pour la plupart à Napoléon, n’avaient pas renoncé à la gloire des armes, tel le plus célèbre d’entre eux, le colonel Fabvier.

Le 4 janvier 1824, l’arrivée de Byron à Missolonghi fit accourir des volontaires étrangers de toutes nations, tous désireux d’intégrer la Brigade de Byron. La mort en avril de la même année du plus illustre des philhellènes et le martyre de Missolonghi[13] assiégée par des troupes turco-égyptiennes vingt fois plus nombreuses que les défenseurs et qui ne tomba en 1826 qu’après une résistance de trois ans, furent le point d’orgue de la mobilisation européenne.

Il ne faut pas négliger d’autre part ce qu’Hervé Mazurel nomme le « tropisme oriental » : découvrir l’Orient mystérieux, sensuel, métaphysique comme le dépeignaient les Contes orientaux de Byron (1813-1814) fit aussi partie des motivations des jeunes Européens. D’ailleurs le Grand Tour pratiqué surtout par les jeunes lords britanniques en était déjà un aspect.

 

Des « coureurs d’aventure » et des conspirateurs.

L’image flamboyante de tous ces héros pourrait éclipser facilement le rôle des comités de soutien : de Paris, Stuttgart, Munich, Londres, Genève, Boston… qui fournirent une aide à la fois matérielle et morale aux volontaires : facilitant, par exemple, leur passage en Grèce, par des sommes d’argent, des lettres de recommandation, un itinéraire… Il y eut même une route philhellène à travers les États du sud de l’Allemagne, la Suisse, la vallée du Rhône jusqu’à Marseille où ils embarquaient. Car il ne faut pas oublier que la police de la Restauration en France et celle de Metternich en Allemagne voyaient d’un très mauvais œil la turbulence et la théâtralité de ces jeunes gens de toute nationalité qu’elles considéraient comme des « coureurs d’aventure » et des conspirateurs.

Ces comités s’engageaient aussi dans des actions philanthropiques comme la prise en charge d’orphelins grecs, le rachat d’esclaves, l’envoi de médecins, de soins et de vivres sur place. Sur ce point, les plus efficaces furent les comités américains qui acheminèrent en 1827-28 pas moins de huit bateaux chargés de vêtements, de nourriture, de matériel sanitaire et de médicaments. Le philanthrope le plus actif fut l’américain Samuel Howe.

À Paris les dames de la bonne société organisaient quêtes et ventes de charité, comme madame Récamier et madame Victor Hugo, mettaient leurs bijoux aux enchères. Même les classes populaires participaient généreusement aux souscriptions.

Il y eut dans la vie ordinaire à cette époque une sorte d’engouement pour tout ce qui touchait à la Grèce : vogue des lithographies à sujet grec reproduisant par exemple « Le jeune Grec défendant son père blessé » (Scheffer) ou « Les Massacres de Scio » (Delacroix) ; de l’Almanach des Grecs pour 1823 juxtaposant des scènes de l’histoire grecque, antiques et modernes. La représentation en 1825 de la tragédie Léonidas interprété par Talma, devant tous les philhellènes de la capitale amassés, fut un triomphe, malgré les réticences des autorités.

Pour H. Mazurel ce moment de « sensibilité collective » aux malheurs des Grecs inaugure ce qui sera « la solidarité universelle des peuples », et plus tard l’humanitarisme moderne et le droit à l’ingérence.

 

« Et vous ? qui vous a demandé de venir ? nous ne voulons pas d’étrangers ici. »

« Du rêve à la réalité », c’est ainsi qu’on pourrait intituler le parcours des volontaires depuis leur départ jusqu’à l’arrivée sur le sol grec et l’expérience de la guerre. Après l’enthousiasme du départ et l’émotion devant la beauté des sites et les souvenirs qu’ils suscitaient, ils découvrirent un pays inhospitalier : le Péloponnèse, au cœur des combats, rocailleux, montagneux, au climat difficile ; les marais fiévreux de Missolonghi ; et un accueil plutôt hostile des habitants. À leurs doléances l’un d’eux répondit : « Et vous ? qui vous a demandé de venir ? nous ne voulons pas d’étrangers ici. »

La misère et le dénuement matériel de la Grèce frappèrent de plein fouet les nouveaux arrivants : rien n’était assuré, ni le gîte ni la nourriture, ni les soins médicaux. Car il n’y avait pas en Grèce d’armée régulière, malgré la rumeur[14] ; les combats étaient le fait de bandes organisées, pouvant néanmoins représenter jusqu’à 35 000 hommes, recrutés par différents chefs, les capétans[15], anciens klephtes habitués au brigandage dans les montagnes et forêts reculées de Grèce et fréquemment en désaccord entre eux. Sans ordre, sans discipline, sans tactique, mais d’un courage et d’une endurance exceptionnels, les pallicares habitués à mener une guerre d’embuscades, de harcèlement contre les Turcs depuis des années, n’étaient pas disposés à accepter les méthodes de la guerre régulière qu’essayèrent de leur inculquer les « Francs »[16].

Cependant il y eut des alliances et des amitiés durables entre eux : l’exemple le plus connu en est celui de Trelawny qui partageait le refuge du fameux Odysseus dans une grotte du mont Parnasse et combattait aux côtés de ses hommes. Un autre Britannique, Jarvis, commanda une troupe de 400 pallicares – dont il avait adopté le costume, les manières et même appris la langue.

Mais, de manière générale, les volontaires européens furent épouvantés par l’atrocité des combats (Grecs comme Turcs coupaient les têtes de leurs victimes, les mutilaient de toutes les façons) et les pillages.

Dans ce contexte, ils ne participèrent jamais aux batailles glorieuses dont ils avaient rêvé : « Combattre sous les drapeaux d’Achille, avec les héros du siège de Troie ».

Nourris de littérature antique, ils rêvaient de « la belle mort » des héros homériques ; en revanche, ils vécurent le siège de Tripolitza (1821), le massacre de toute la population turque, femmes, enfants et vieillards (40 000 personnes), le pillage de la ville, la terrible épidémie qui s’ensuivit ; la sanglante défaite de Péta (1822) à laquelle survécurent seulement 25 hommes du bataillon des philhellènes… Ils connurent l’angoisse de la décapitation, les philhellènes étant la cible privilégiée des Turcs. Comme cet officier qui, ayant appris que les Turcs offraient 1 500 piastres pour chaque tête de Franc, repartit sur-le-champ…

Beaucoup connurent un sort misérable, mourant littéralement de faim, de toutes sortes de privations, quand ils ne succombaient pas aux fièvres et épidémies. Ceux qui le purent prirent le chemin du retour (plus difficile que l’aller car ils n’avaient ni argent, ni soutien). « On vit des dizaines de philhellènes misérables errant à travers le Levant à la recherche d’un bateau ou d’un bienfaiteur » (certains consuls, malgré l’interdiction de leur gouvernement, en sauvèrent quelques-uns).

Le désenchantement fut presque total. Toutefois…

Bref, le désenchantement fut presque total. Si l’on excepte les militaires aguerris comme le colonel Fabvier qui força le siège turc de l’Acropole (1826), le général Maison qui reconquit la Morée (le Péloponnèse) avec un corps expéditionnaire (1828), l’amiral de Rigny qui commandait l’escadre française à la bataille de Navarin et quelques brillants officiers de marine britanniques comme Hastings et Cochrane, les philhellènes ne connurent pratiquement aucun succès militaire[17]. Ce n’est pas d’eux que vint le salut de la Grèce[18] mais bien des grandes puissances, lorsque le 20 octobre 1827, les escadres française, britannique et russe coulèrent la flotte turco-égyptienne dans la baie de Navarin.

Toutefois leur engagement eut une portée symbolique et politique énorme ; sans eux la communauté internationale se serait-elle engagée dans le conflit ? Aurait-elle pris part à la libération des Grecs ?

 

L’aura de courage et d’idéalisme qui entourait les philhellènes subjugua encore longtemps les « héros aventuriers » du XXe siècle : T.E. Lawrence, G. Orwell, Hemingway, Malraux…

En Grèce, leur souvenir est encore palpable pour le voyageur attentif, non seulement à Nauplie, à Athènes dans son Musée historique, ses monuments, le nom de ses rues (οδός Βύρωνος, οδός Φαβιέρου, οδός Μαιζώνος, οδός Δεριγνύ et, les regroupant tous… οδός των Φιλελλἠνων), mais encore à Missolonghi dans son émouvant « Jardin des Héros ».

Janine Kaminski

[1] Vertiges de la guerre. Byron, les philhellènes et le mirage grec, Les Belles Lettres, collection Histoire, Paris, 2013. Toutes les citations du texte proviennent de l’ouvrage d’Hervé Mazurel.

[2] 1757-1798, le premier martyr de la révolution grecque.

[3] « Η Φιλική Εταιρία », la Société des Amis – société secrète fondée en 1814 pour libérer la « Mère Patrie » et dont le mot d’ordre était « Η Ελευθερία η Θάνατος », « La Liberté ou la Mort ».

[4] Ainsi que beaucoup d’exilés grecs en Europe, tel Coraïs à Paris.

[5] Auteur du drame Hellas (1822).

[6] « romain et non hellène ».

[7] Le colonel Fabvier, le plus célèbre des engagés français, faisait partie d’un réseau de conspirateurs.

[8] Chants populaires de la Grèce, 1824-1825.

[9] Byron avait formé une armée privée payée par ses soins, à Missolonghi.

[10] Note sur la Grèce, 1825.

[11] Et il l’est resté sur le drapeau national.

[12] Leur nombre total au cours des neuf années de conflit est estimé à 1 200 hommes. Et si en majorité ce furent des Allemands, des Français, des Italiens, des Britanniques, « pas une seule nation d’Europe n’a omis de donner au moins un volontaire à la Grèce » (H.M.).

[13] Le siège de Missolonghi inspira en 1823 au premier poète de la Grèce moderne, Dionysios Solomos, son Hymne à la liberté qui, traduit en plusieurs langues étrangères, donna une voix lyrique au philhellénisme. C’est aujourd’hui l’hymne national.

[14] L’armée d’Ypsilanti (450 hommes) ne vécut qu’une vingtaine de mois ; le Bataillon des Philhellènes de Mavrocordato fut tout de suite décimé.

[15] Colocotronis, Nikitas, Odysseus, Votzaris, Macriyannis… sont les plus célèbres.

[16] Seul le colonel Fabvier réussit à former un embryon d’armée régulière, le « Tacticon » qui compta jusqu’à 3 700 hommes.

[17] Malgré cet échec relatif, H.M. souligne que plus d’un homme sur trois a perdu la vie des suites de son engagement.

[18] Devenue indépendante en 1830 par le Traité de Londres (3 février). Mais la discorde des chefs de guerre dura encore plusieurs années, le premier gouverneur de la Grèce libre, Capodistria, étant assassiné en 1831. Le calme ne revint que lorsqu’un roi fut imposé à la Grèce par ses alliés occidentaux : Othon de Bavière (1835).

Que devinrent alors les philhellènes ? Rentrés au pays, on perd la trace de la plupart d’entre eux, excepté Fabvier, accueilli en France en véritable héros national et qui eut encore une longue carrière politique. Les plus reconnus reçurent la nationalité grecque, occupèrent des postes importants dans l’armée et dans le nouvel État (surtout des Allemands et des Britanniques). La carrière la plus remarquable fut sans doute celle de George Finlay qui devint un érudit de renom, participa à la fondation de l’université d’Athènes et de la Bibliothèque nationale.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Daniel di Meglio : Réconcilier le grec ancien et l’informatique

►  λύχνος n° 142, novembre 2015, article deux

Comment expliquer le grec ancien à une machine ?

Le projet Exeuresis

 

Machine d'Anticythère, premier calculateur astronomique (IIIe/ IIe siècle av. J. C.) wikicommons
Machine d’Anticythère, premier calculateur astronomique (IIIe/ IIe siècle av. J. C.) wikicommons

[Daniel di Meglio, helléniste marseillais et informaticien passionné et passionnant, nous livre sa réflexion sur les instruments qui permettent d’écrire le grec ancien sur nos ordinateurs. Il a créé un  site en anglais  (pour informaticiens) : EXEURESIS, où il développe ces outils informatiques.]

Que signifie le nom Exeuresis ?

Cet article a pour objet le projet Exeuresis, à travers un bref aperçu de son fonctionnement. En guise d’exorde, je souhaiterais préciser le sens et les raisons du choix de ce vocable. Ceux qui sont rompus aux humanités auront sûrement saisi qu’il s’agit du mot grec ἐξεύρεσις que l’on peut traduire par « découverte » ou « invention ». Ce terme m’est apparu non seulement idoine mais surtout libre de droits. En effet, trouver un nom à mon projet fut une gageure. Si d’aucuns estiment que l’intérêt pour le grec ancien tombe en désuétude, ce que je me refuse à croire animé peut-être d’une naïveté fieffée, force est d’admettre que beaucoup de concepts, marques ou idées commerciales tirent encore leurs noms d’un étymon grec, voire de sa translittération plus ou moins heureuse. Les exemples abondent et si je devais m’autoriser une touche d’humour, je ne citerais que le titre du dernier opus de la célèbre saga Terminator, appelé Genisys (sic) au lieu de Genesis!

Archimède peint par Planella Coromina, Josep ou Jose (1804-90) wikicommons
Archimède peint par Planella Coromina, Josep ou Jose (1804-90) wikicommons

Qu’est-ce que le projet Exeuresis ?

Pour une première approche, on peut dire que le projet Exeuresis est un logiciel pour le grec ancien. Le fait est qu’il existe déjà de nombreux programmes en la matière. On songera notamment au projet Perseus qui offre en ligne un excellent outil d’analyse morphologique. Ceci étant, l’idée du projet Exeuresis m’est venue il y a quelques années avec l’intention de créer une passerelle entre informaticiens et hellénistes afin de faciliter la communication entre deux univers à priori hermétiques l’un à l’autre. Ainsi, mon ambition est de fournir une boîte à outils logiciels qui permette de faciliter et d’optimiser des applications pour le grec ancien. J’ai commencé à travailler sur ce projet dans mon temps libre et à ce jour, il n’en est qu’à ses balbutiements.

En toute rigueur, le logiciel dont il est question ici s’appelle un composant. Pour la suite de notre propos, il va être nécessaire, à plusieurs reprises, d’entrer dans quelques considérations théoriques et tout d’abord de s’attarder quelques instants sur ce qu’est un composant. C’est un truisme que de dire que les ordinateurs ont grandement évolué depuis l’époque où l’utilisateur avait face à lui un écran noir et devait saisir des mots dans un langage sibyllin afin d’exécuter les tâches les plus élémentaires. Aujourd’hui, grâce aux interfaces graphiques, même un petit enfant est à même d’utiliser intuitivement un ordinateur. Les personnes qui ont développé toutes ces applications n’ont pas eu à chaque fois à remonter aux origines de l’informatique et tout réécrire. Les développeurs s’appuient sur l’existant et l’enrichissent au fur et à mesure avec leurs propres logiciels. Pour ce faire, ils peuvent parfois utiliser ou créer un composant qui est en quelque sorte une bibliothèque de fonctions programmatiques dédiées à une opération particulière. Ce composant pourra être réutilisé à loisir et constitue « une brique» qui viendra agrandir un vaste édifice logiciel. A titre d’illustration, considérons les modules de cartes géographiques de Google que l’on trouve dans de nombreux programmes. Grâce au composant mis à disposition par Google, un développeur peut implémenter dans son application un service cartographique élaboré et ce de façon très simple, par le biais des fonctions que contient ce composant. Dans le même ordre d’idées, le projet Exeuresis s’articule autour d’un composant logiciel appelé ClassicalGreekLinguisticFramework, lequel embarque des fonctions qui permettent de manipuler des éléments de la langue grecque.

Comment expliquer à une machine les choses du monde réel ?

A partir de ces quelques éléments liminaires, nous pouvons aller plus avant et détailler le mode opératoire du ClassicalGreekLinguisticFramework. Celui-ci est basé sur la programmation orientée objets. Là encore, il est besoin de s’arrêter brièvement et de faire une mise au point terminologique, même si cela n’est pas aisé. Si vous deviez écrire un programme, la première question qui vous viendrait à l’esprit serait probablement de savoir comment expliquer à une machine les choses du monde réel. S’il s’agit d’un jeu de cartes, comment faire comprendre à un ordinateur ce qu’est un roi, une reine ou un as ? A cette fin, la programmation orientée objets propose un système très élaboré de modélisation virtuelle. (Je ne résisterai pas à la tentation d’un petit aparté. A mon sens, il serait instructif d’approfondir la notion d’objet en informatique et de montrer qu’à bien des égards elle fait écho aux idées platoniciennes. C’est bien la preuve que la Grèce antique demeure d’actualité et a encore beaucoup à nous apprendre ! Mais cela dépasse le cadre du présent article.)

Un objet peut être la représentation virtuelle d’à peu près tout ce que l’on peut imaginer. Pour sa mise en ouvre, il faut créer une classe d’objets qui est une définition globale de l’entité à modéliser. Par la suite, à partir de cette classe, il sera possible de créer une infinité d’objets qui sont des instances, autrement dit des cas particuliers de la classe dont elles sont issues. Cela peut être comparé aux mots du dictionnaire. Si je cherche le mot « chien », je vais trouver une définition qui s’applique à tous les chiens. Cette définition peut être assimilée à la classe d’objets « chien ». Si maintenant je désigne « le chien de mon voisin », qui est un cas particulier et concret du mot du dictionnaire, je peux dire que « le chien de mon voisin » est une instance de la classe « chien ». En premier lieu, une classe comporte des propriétés, qui constituent ses attributs. Par exemple, la classe « être humain » pourrait avoir une foule de propriétés telles que : sexe, taille, nom, prénom, etc. En second lieu, une classe a des méthodes qui correspondent à ce qu’elle peut faire. Dans notre exemple, la classe « être humain » aurait entre autres méthodes : respirer, voir, parler, manger, dormir etc. Enfin, une classe peut gérer des événements. La classe « être humain» pourrait réagir à l’événement « il fait nuit » en enclenchant la méthode « dormir ». Enfin, il est possible de créer une classe à partir d’une autre déjà existante, par dérivation. C’est ce qui s’appelle l’héritage. En sus de ses propres propriétés et méthodes, une classe qui hérite d’une autre classe a de facto toutes les propriétés et méthodes de la classe qui lui est superordonnée. Par exemple, par héritage, la classe « être vivant » peut donner les classes « végétal » et « animal » et cette dernière donner les classes « vertébré » et « invertébré » et l’on pourrait aller bien plus loin…

Comment fonctionne le composant logiciel Classical Greek Linguistic Framework ?

Le Classical Greek Linguistic Framework englobe cinq classes d’objets. La première se nomme Generic Character et correspond de façon abstraite à tout caractère que l’on peut rencontrer dans un texte grec. Cette classe a une méthode Name qui est le nom du caractère. De cette classe sont héritées trois autres classes : Greek Punctuation Mark (signe de ponctuation), Varied Greek Character (divers caractères grecs telle la coronis) et enfin Greek Letter (lettre grecque). Nous allons examiner cette dernière. La classe Greek Letter possède dix propriétés : Name (nom, héritée de GenericCharacter), Accent (accent : doux, rude ou pas d’accent), Breathing (esprit : doux, rude, ou pas d’esprit), CaseType (la « casse », majuscule ou minuscule), Order (le rang dans l’ordre alphabétique), Type (le type de lettre : majuscule ou minuscule), Vowel Length (quantité vocalique : brève, longue, ou pas de quantité dans le cas des consonnes par exemple) et enfin trois propriétés binaires, c’est-à-dire qui ont pour valeur « vrai » ou « faux », à savoir, Has Diaeresis (a ou n’a pas d’accent circonflexe), Has Iota Subscript (a ou n’a pas d’iota souscrit/adscrit) et Mid End Position Shape (la lettre a un allographe lorsqu’elle est en positon médiane ou finale, comme c’est le cas pour le bêta et le sigma). La classe Greek Letter a une méthode, Pick qui permet de cibler une lettre en prenant en compte les signes diacritiques y afférents. Pour finir ce tour d’horizon, il faut signaler la présence d’une autre classe Converting Tool qui servira entre autres choses à gérer l’affichage du grec polytonique à l’écran.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le fonctionnement du logiciel, veuillez vous rendre à l’adresse suivante : http://www.exeuresis.com. Je travaille actuellement sur une nouvelle version du programme en vue d’une modélisation plus avancée de la langue grecque. D’ici-là, n’hésitez pas à télécharger le composant et à l’intégrer à vos applications. Cela participera peut-être à la promotion des études helléniques, et à mon sens, c’est là l’essentiel.

 

Daniel Di Meglio

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Jean-Louis Charlet : qu’est-ce que l’éducation humaniste ?

►  λύχνος n° 142, novembre 2015, article premier

Plaidoyer pour une éducation humaniste

Mondialisation et professionnalisation : la leçon de l’éducation humaniste

 

Portrati de Vittorino da Feltre par Pedro Berruguete, Louvre, Wikicommons
Portrait de Vittorino da Feltre par Pedro Berruguete, Musée du Louvre, Wikicommons

 

[Connaissance hellénique est heureuse de publier l’intervention de Jean-Louis Charlet au colloque «Internationalisation et professionnalisation de l’enseignement supérieur» organisé par l’Association Internationale des Professeurs et Maîtres de Conférences des Université sous le patronage de l’UNESCO à Chisinau (Moldavie) le 23 avril 2015]

Résumé

            En ce début du XXIe siècle, à l’heure de la mondialisation et alors que presque tous les gouvernements du monde ne songent qu’à la professionnalisation des enseignements universitaires, il y aurait sans aucun doute quelque profit à ne pas oublier les leçons d’une éducation humaniste (celle qu’on est en train de détruire au nom d’une certaine mondialisation et d’une professionnalisation mal comprise). Elle est née en Italie dans la première moitié du Quattrocento, avec Vittorino da Feltre et Guarino de Vérone, puis Politien et bien d’autres pédagogues humanistes. Ils attiraient à Mantoue ou à Ferrare, puis à Florence, dans leurs écoles, des étudiants venant pratiquement de toute l’Europe (de la Grande Bretagne à Chypre, de la Pologne et de la Hongrie au Portugal) pour leur donner une instruction visant à former des hommes, avant de former des techniciens ou spécialistes de tel ou tel domaine de l’activité humaine (donc avant de leur apprendre un métier particulier). Ils développaient chez leurs élèves ce qui fait l’homme, ce qui le différencie de l’animal, à savoir ce qu’en grec ancien on appelle le logos, le discours raisonnable.

 

En ce début du XXIe siècle, à l’heure de la mondialisation et alors que presque tous les gouvernements du monde ne songent qu’à professionnaliser les enseignements universitaires, il y aurait sans aucun doute quelque profit à ne pas oublier les leçons d’une éducation humaniste … qu’on est précisément en train de détruire au nom d’une certaine mondialisation et d’une professionnalisation mal comprise. Mon discours pourra, au premier abord, paraître provocateur. En réalité, je pense qu’il n’y a pas de contradiction réelle entre une vision humaniste (au vrai sens du terme) et une mondialisation et une professionnalisation bien comprises et intelligemment mises en œuvre.

 Qu’est-ce que l’éducation humaniste ?

L’éducation humaniste est née en Italie dans la première moitié du Quattrocento, avec deux pédagogues d’exception, Vittorino de’ Rambaldoni da Feltre (c. 1378-1446) qui a enseigné à Padoue, puis, de 1423 à sa mort, à Mantoue dans la célèbre Ca’ Zoiosa (Casa Gioiosa) et Guarino de Vérone (1374-1460) qui, après être allé apprendre le grec à Constantinople (1403-1408), l’a enseigné avec le latin à Florence, Venise, et Vérone et finalement Ferrare (de 1429 à sa mort). En dépit de leurs différences — Vittorino est plus pédagogue (attentif à la spécificité de chaque élève), plus religieux et social, et plus scientifique, Guarino plus philologue, plus laïc (il tend à séparer le savoir humain de la science divine, la philosophie n’étant plus pour lui une simple auxiliaire de la théologie) et plus littéraire —, ces deux maîtres se rejoignent sur ce qui sera la base de l’éducation humaniste. En rupture avec l’éducation médiévale spécialisée, ils ont prôné une éducation intégrale visant à former des êtres humains. Dans la ligne d’Isocrate, Cicéron (De oratore)[1] et Quintilien[2], sans oublier Plutarque[3], ils voulaient, avant de songer à l’apprentissage d’un métier particulier, développer chez leurs élèves ce qui fait l’homme, ce qui le différencie de l’animal, à savoir ce qu’en grec ancien on appelle le logos, le discours raisonnable. La base de leur formation était donc linguistique et littéraire : par une approche directe des textes classiques grecs et latins lus de façon critique[4], amener leurs élèves à un niveau de dignitas et d’excellence morale qui en fasse des hommes libres et des citoyens propres à s’intégrer de façon responsable dans la vie de leur cité. Il est significatif que les études humanistes (les “humanités”) se soient définies comme litterae humanae, liberalia studia, studia humanitatis : « lettres humaines, études libérales, études d’humanité », c’est-à-dire des études qui par la maîtrise de la langue (latine, en tant que véhicule de la communication « cultivée » et clé d’accès aux trésors de la pensée antique) et par les lettres rendent libres et plus humains. Il faut bien sûr entendre le mot « lettres » au sens général que ce mot a jusqu’au XVIIIe siècle : la philosophie fait partie des lettres, et la philosophie englobe encore toutes les sciences qui vont progressivement s’émanciper d’elle. On étudie bien sûr les poètes, les orateurs, les historiens, mais aussi les philosophes, y compris dans leurs œuvres scientifiques (je pense en particulier à Aristote), les mathématiques (Euclide pour Vittorino) et l’astronomie, la musique (pour Vittorino), la géographie (Strabon…) et l’encyclopédiste Pline l’Ancien (pour Guarino). Cette formation de l’esprit ne néglige pas pour autant le développement du corps par des exercices physiques (chasse, danse, natation pour Guarino, ce jeu de balle qu’on appelle palla, équitation, simulacres de combats pour Vittorino) et elle s’épanouit sous forme de dialogue entre le maître et ses élèves, dans un contubernium, une vie commune sous le même toit, à la fois école et pension de famille où la famille du maître accueille des élèves pensionnaires[5].

Humanisme et mondialisation

Nous avons vu que Guarino s’était formé en grec à Constantinople, et de nombreux jeunes humanistes italiens (Filelfo, Aurispa, Tortelli…) firent comme lui jusqu’à la chute de cette capitale. Mais inversement, de même que l’Europe avait déjà connu au Moyen Âge une certaine circulation des étudiants, l’école de Guarino à Ferrare reçut des élèves de toute l’Europe : de la Grande Bretagne à Chypre, de la Pologne et de la Hongrie jusqu’à l’Espagne et au Portugal. Et bien d’autres pédagogues humanistes italiens accueillirent au Quattrocento des étudiants étrangers, à commencer par Ange Politien à Florence, dont on sait qu’il fit d’octobre 1489 à avril 1490 un cours sur Pline l’Ancien spécifiquement destiné à des étudiants britanniques et portugais[6] et qui accueillit régulièrement des élèves venus du monde germanique, comme l’attestent les recollecta de ses cours conservées par la bibliothèque de Munich. Mais bien des humanistes italiens, moins connus mais non moins méritants, ont exporté leurs savoirs et leur pédagogie au-delà des Alpes : en Pologne, en Hongrie, dans le monde germanique, au Portugal, en Espagne, en France, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne. Je ne citerai qu’un exemple que j’ai naguère étudié : Cornelio Vitelli, humaniste vénitien, qui s’est transféré en France (à Paris), dans les Pays-Bas (Louvain), puis finalement en Angleterre[7]. Enfin, dès ses débuts, l’humanisme italien a écrit des traités pédagogiques qui ont eu une grande diffusion (et une grande influence) en Europe : on pensera en particulier aux pionniers Pier Paolo Vergerio[8], Francesco Barbaro[9] et Leonardo Bruni[10], qui a eu le mérite d’attirer l’attention sur le fait que l’éducation intellectuelle (littéraire) des filles ne devait pas être négligée, à Maffeo Vegio[11], comme Vittorino da Feltre très sensible à la dimension religieuse de l’enseignement, et à Enea Silvio Piccolomini qui allait devenir pape sous le nom de Pie II[12]. Dans ces conditions, l’éducation humaniste s’est diffusée dans toute l’Europe occidentale et centrale à partir du XVIe siècle (on songe à Juan Luis Vives, Rodolphe Agricola et surtout Érasme), avec une connotation religieuse plus marquée dans l’Europe du Nord (comme chez Vittorino), ce qui ne sera pas sans conséquences[13]. Bref, la mondialisation de l’enseignement supérieur est au centre de nos réflexions en ce début du XXIe siècle ; mais elle est déjà en acte à la Renaissance. Et c’est si vrai que l’Union européenne a donné le nom d’Erasmus aux échanges d’étudiants et d’universitaires qu’elle finance et le choix de la forme latine du nom de ce grand humaniste européen (qui, né à Rotterdam, a parcouru presque toute l’Europe et que nous français nommons Érasme) est significatif : toute l’œuvre de ce citoyen de l’Europe est écrite en latin. Il est vrai qu’il était d’autant plus facile de vivre à la Renaissance, en occident, une Europe de la culture et de l’enseignement supérieur que le latin était une langue commune, sans être le bien d’une puissance dominante (il n’était pas l’apanage de l’Église catholique)[14].

Vers une éducation déshumanisée

Ce type d’éducation humaniste, fondée sur la connaissance de la langue (récupérer le sens authentique des mots pour parvenir à l’intelligence des textes, des savoirs, des doctrines, des mentalités) a été dominant en Europe jusqu’au XVIIIe siècle et s’est encore au moins partiellement maintenu jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Mais il est aujourd’hui en train de disparaître, peut-être plus ou moins selon les pays, sous l’effet d’une mondialisation mal maîtrisée et d’une professionnalisation à court terme et à courte vue. Si je prends en effet l’exemple de mon pays, la France, sous le prétexte de l’unification européenne, mais en réalité pour s’aligner sur le prétendu modèle américain et satisfaire aux pseudo-critères du classement mondial de Shanghaï dans une mondialisation mal comprise, on fait dans le gigantisme  jusqu’à créer des universités monstrueuses dans leur énormité, déshumanisées. On les réorganise pour en faire des entreprises “rentables”, gérées de façon managériale, avec le dessein de supprimer toutes les formations jugées non rentables parce qu’à court terme elles ne débouchent pas sur un métier précis et immédiat. Et c’est là que la conjonction d’une certaine forme de mondialisation et d’une profession-nalisation à court terme est en train de détruire la formation humaniste qui visait essentiellement à former des hommes libres sachant parler et raisonner, des citoyens prêts à assumer leur rôle dans la cité, pour la remplacer par des formations qui ne cherchent qu’à mettre sur le marché des producteurs-consommateurs si possible sans esprit critique car, pour produire et pour consommer docilement, il vaut mieux ne pas trop penser, ne pas avoir trop d’esprit critique. Les disciplines de réflexion sur l’homme et la société, en particulier en lettres, sciences humaines et sociales, sont de plus en plus considérées non seulement comme inutiles, mais même comme dangereuses. À quoi sert de lire La Chanson de Roland, La princesse de Clèves, Dante, Cervantes, Shakespeare ou Goethe, pour ne pas parler des langues anciennes qu’on préfère désormais appeler langues mortes ? Quelle en est l’utilité économique immédiate ?

On veut former des  producteurs-consommateurs, et non des hommes libres

On objectera que tout mon discours porte en fait sur ce que nous appelons en France l’enseignement scolaire (premier et second cycles). Dans l’idéal, cette objection serait fondée : l’enseignement que j’ai décrit dans la ligne humaniste devrait être le cursus des futurs bacheliers avant leur entrée dans le supérieur. Mais tout le monde sait que le baccalauréat français ne garantit plus le niveau de culture générale et de maîtrise de la ou plutôt des langues qu’on serait en droit d’exiger d’un futur étudiant ; on rêve de vrais lycées classiques et scientifiques assurant une véritable formation des hommes par les lettres et les sciences associées aux lettres. Mais cette situation n’est hélas! pas unique dans le monde. S’il n’est pas possible d’obtenir des responsables politiques une vraie réforme de l’école, du collège et du lycée, disons avec des mots applicables à tous les pays, de l’enseignement primaire et secondaire, l’université devra s’adapter au public inculte et mal formé qu’on lui impose. Elle peut le faire par le bas ou par le haut. Par le bas, c’est ce que proposent en France nos ministres de l’Éducation Nationale et des universités avec leur « bac -3 et bac + 3 » qui veut créer un cycle d’études homogène entre les lycées et le premier cycle (la licence) universitaire. On voit immédiatement qu’une telle réforme achèverait la secondarisation du premier cycle universitaire, avec un accroissement important du nombre de professeurs de type second degré (Professeur Agrégé c’est-à-dire PRAG ou Professeur Certifié dans le Supérieur c’est-à-dire PRCE) au détriment des professeurs et maîtres de conférences dans des premiers cycles devenus collèges universitaires comme on en voit aux États Unis, beaucoup moins coûteux : pour un traitement analogue ou inférieur à celui d’un Maître de Conférences, un PRAG ou PRCE assure un service d’enseignement double[15] ! Autre avantage aux yeux de nos hommes politiques : remplacer un début d’initiation à la recherche assuré par des enseignants-chercheurs (Professeur et Maître de Conférences) par une professionnalisation à court terme. De tels collèges, qui n’auraient plus d’universitaire que le nom, seraient au même plan que d’autres formations supérieures courtes. Dernier “avantage” et non des moindres, ces futurs diplômés seraient de parfaits producteurs – consommateurs sans esprit critique, puisque n’ayant reçu que des formations directement utilitaires sans la conceptualisation critique qui est le fruit de la recherche. Oui, le chômage est une plaie contre laquelle il faut lutter en permanence parce qu’il dissout le corps social. Mais les solutions les plus simplistes ne sont pas nécessairement les meilleures : un jeune homme qui n’a reçu qu’une formation étroitement spécialisée aura peut-être plus de mal à trouver un emploi et surtout à le conserver qu’un jeune du même âge à l’esprit bien formé, peut-être sans qualification précise immédiate, mais avec la capacité de s’adapter et d’acquérir le surcroît de technicité nécessaire au moment où il le faudra, les entreprises étant parfaitement à même de fournir cette formation technique.

Deux poids, deux mesures.

Paradoxalement en France, alors que l’Université tend à se secondariser, ce sont les écoles, grandes et même parfois petites, qui maintiennent une exigence de culture générale et critique : on sait le poids des dissertations générales, philosophiques ou historiques dans les épreuves écrites des concours des écoles de commerce. Même l’accès à la plus prestigieuse des grandes écoles scientifiques françaises, Polytechnique, maintient ce type d’épreuves et, beaucoup de candidats ayant un niveau d’excellence dans les disciplines scientifiques, ce sont les épreuves de culture et de langue qui assurent la sélection à l’entrée. Par ailleurs, comme son nom l’indique, cette école donne à ses élèves une formation “polytechnique” ; ce n’est qu’ensuite, dans les écoles d’application (Ponts et chaussées, Mines…), que les élèves reçoivent une formation professionnelle précise. Aussi n’est-on pas surpris de retrouver les polytechniciens à des postes de responsabilité dans les domaines les plus variés : avec les bases scientifiques qu’ils ont, ils sont en mesure de suivre l’évolution des sciences et des techniques ; avec leur culture générale et “humaine”, ils sont en mesure de diriger des hommes. Je pourrais faire un parallèle avec les Ecoles de Sciences Politiques dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales : Sciences-Po n’est pas une école orientée vers un métier étroitement défini, mais commence par donner (pendant deux ans) une formation qui, complétée à partir de la troisième année ou par une autre école, prépare efficacement à tout un bouquet de professions. Car c’est là le paradoxe qui doit nous faire réfléchir : les universités, auxquelles on dénie tout droit de maîtriser l’accès des étudiants dans ses filières générales longues, ne peuvent vérifier leur niveau de culture générale comme le font les écoles, et d’autre part une formation généraliste de haut niveau, non étroitement professionnalisée, mène sans problème à quantité de professions. Il faut donc se garder d’une vision trop étroite et trop immédiate de la professionnalisation, et distinguer différents niveaux.

Pour une formation ouverte aux techniciens

D’abord, il faut traiter à part (sans exclure entre elles des passerelles) les formations supérieures et les formations universitaires. Des formations supérieures courtes (Brevet de Technicien Supérieur, Institut Universitaire et Technologique, certains diplômes ou “petites” écoles…) sont très utiles pour former des techniciens d’un certain niveau dont l’économie a besoin. Ces formations ne sont que rarement irriguées par la recherche, condition sine qua non pour prétendre au titre d’“universitaires”. Mais ceux qui en sortent et qui probablement, au départ, n’avaient ni la volonté ni les possibilités d’entrer dans les écoles de haut niveau ou de s’engager dans des formations universitaires longues, ne doivent pas être définitivement écartés de cette formation universitaire : sur dossier, ils peuvent intégrer en licence ou en master des formations universitaires longues et la formation continue doit, plus tard, jouer son rôle pour permettre à ceux qui auront acquis de l’expérience, des compétences et surtout une véritable motivation, d’entreprendre de véritables études universitaires au moment où ils pourront réellement en profiter.

Un pédagogisme fallacieux

Quant aux formations universitaires proprement dites, elles doivent le rester : s’il est vrai qu’il leur faut au départ remédier aux carences de l’enseignement secondaire (voire primaire !), souhaitons qu’elles le fassent dans un enseignement de haute culture générale fécondé par l’esprit critique du chercheur, un peu comme à l’Ecole Polytechnique ou à Sciences-Po, mais avec l’appui de la recherche universitaire. Un étudiant de licence bien formé sur ce modèle, sans professionnalisation précise à ce niveau, pourrait en toute liberté critique choisir en master une formation professionnelle spécifique, la recherche étant elle-même, dans le secteur privé comme dans le secteur public si je raisonne en fonction du modèle français, une voie professionnelle, et la formation des maîtres devant être maintenue (ou rétablie si je pense à la France) dans les universités : la donner entièrement aux Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education comme l’a proposé récemment un ancien ministre français de l’Éducation Nationale[16] serait réduire les futurs enseignants à des techniciens prétentieux s’efforçant de dissimuler par un pédagogisme fallacieux leur incompétence dans la discipline qu’ils sont censés enseigner ! La formation des cadres supérieurs, que l’Université doit assumer aussi bien que les grandes écoles, ne saurait se spécialiser que sur le socle très solide d’une culture générale de haut niveau, garante des possibilités d’adaptation qu’exige de nos jours la rapidité d’évolution des sciences, des techniques et des marchés.

Former des hommes libres

Enfin, on n’oubliera pas que, s’il est essentiel d’avoir un métier pour s’intégrer à la société, il est non moins nécessaire de se construire comme homme libre et responsable pour exercer pleinement son rôle de citoyen dans la cité. Et, comme l’enseignaient les humanistes, c’est toute la dignité des disciplines de lettres, en y ajoutant maintenant les sciences humaines et sociales (les studia humanitatis en un sens élargi) que de former de tels hommes capables d’une appréhension critique des textes, des documents, des statistiques, des idées…, et c’est dire leur grande utilité sociale même si leur rentabilité n’est peut-être pas visible à court terme. Au plan européen, nos hommes politiques pourront-ils comprendre un jour que, s’ils veulent dépasser la perspective limitée d’un marché unique pour construire une vraie communauté européenne, cela suppose la prise de conscience d’une certaine citoyenneté européenne ? Or sur quoi faire reposer un tel sentiment d’appartenance à une communauté politique sinon sur notre socle culturel commun, la culture gréco-latine (les humanités, cette fois au sens propre et historique du terme)[17] ? L’enseignement de cette culture commune dans tous les pays d’Europe serait le moyen le plus efficace de fonder une citoyenneté européenne sur ce qu’historiquement nous avons en commun. Et, par ailleurs, la connaissance du latin faciliterait l’apprentissage, ou au moins la (inter)compréhension de toutes les langues romanes du sud de l’Europe, du Portugal jusqu’à la Roumanie et la Moldavie. On voit donc clairement l’utilité de la langue et de la culture latines dans une perspective européenne[18]. D’autre part, même au plan de la rentabilité on pourrait argumenter : dans une négociation commerciale ou diplomatique avec des interlocuteurs étrangers, quel sera l’agent le plus efficace (et donc le plus rentable), celui qui parlera une langue étrangère basique telle que l’enseigne une officine immédiatement utilitaire comme Berlitz en France, ou celui qui aura acquis, par la lecture critique des textes littéraires, une connaissance approfondie de la langue et donc de la culture, de la civilisation et de la mentalité du pays concerné ? La connaissance de Shakespeare ne donne pas immédiatement un emploi, mais elle peut former un esprit capable de travailler efficacement avec des anglophones.

La recherche ne peut être que mondialisée

Quelques mots pour finir sur la mondialisation. Elle a un aspect tout à fait positif : la dimension internationale de l’enseignement à l’époque humaniste, avec la mobilité des maîtres et des étudiants, peut nous servir d’exemple. Les moyens modernes de communication permettent la multiplication des rencontres, des colloques et des échanges. Certains hommes politiques français voudraient stupidement classer la recherche en trois catégories : la recherche d’intérêt régional, national ou international. Mais nous, enseignants chercheurs, savons bien que si une recherche atteint le niveau d’excellence, quel que soit son objet, elle ne peut se discuter qu’au niveau international : sur des sujets pointus, on ne trouve que très peu d’interlocuteurs dans son propre pays et la discussion critique ne peut se faire qu’avec des collègues étrangers. En s’internationalisant la recherche ne pourra que se développer. Reste le problème de la ou des langues, à mon sens mal résolu dans le domaine scientifique et médical par une hégémonie de l’anglo-américain ou plutôt du « globish » (global english), signe d’un appauvrissement de la réflexion humaine[19]. Que chacun fasse l’effort d’apprendre d’autres langues que la sienne, chacun gardant sa propre langue pour y exprimer librement toutes les nuances de sa pensée. N’oublions pas que le premier sens du terme “idiot”, comme le rappelle le premier dictionnaire de la langue française, celui d’Antoine Furetière[20], désigne… « celui qui ne connaît que sa langue maternelle » !

Le moule américain

En revanche, en ce qui concerne les structures universitaires et l’organisation des enseignements, nous ne pouvons accepter le rouleau compresseur d’une mondialisation uniformisante. Chaque pays a ses traditions et des organisations qui lui sont propres : pourquoi la Grande-Bretagne devrait-elle renoncer à son organisation en collèges héritée du Moyen Âge ? Pourquoi vouloir couler toutes les universités dans le même moule, comme tend à le faire insidieusement l’Union Européenne ? Car le gigantisme (parfois monstrueux) des départements et des universités semble bien être la mise en œuvre d’une politique européenne dans le cadre d’une certaine mondialisation. Nos hommes politiques croient qu’en massifiant les universités ils les feront remonter dans le classement de Shanghaï, alors que ce classement fait apparaître dans les premières places des universités de diverses tailles, y compris de petite taille si l’on en juge par le nombre d’étudiants. Et que dire de la structuration des enseignements en 3-5-8 (3 ans : licence, 5 ans : master, 8 ans : doctorat), cette fois sous prétexte explicite d’harmonisation européenne, mais en réalité pour nous couler dans le moule américain ? En réalité le master a conduit à la suppression du Diplôme d’Etudes Approfondies comme première année de troisième cycle et il équivaut de fait à une maîtrise étalée sur deux ans, alors que le troisième cycle se voit amputé d’une année et que la norme de trois ans pour faire une thèse, assez bien adaptée à une thèse de sciences expérimentales préparée dans un laboratoire[21], ne l’est pas du tout dans le domaine des lettres, arts, sciences humaines et sociales, où le savoir est cumulatif et la bibliographie (heureusement pour l’esprit humain !) plurilingue. Pour me résumer d’une formule : oui enthousiaste à la multiplication des relations internationales dans le domaine de la recherche et à la confrontation critique des diverses pratiques pédagogiques, mais non à une uniformisation mondiale des universités, destructrice de toutes les richesses spécifiques de l’humanité !

Jean-Louis Charlet

Président de SupAutonome-FO

Professeur émérite de latin tardif, médiéval et humaniste à l’université d’Aix-Marseille

 

Bibliographie sommaire (suivie des notes)

  1. Biasuz (a cura di), Vittorino da Feltre nel V° Centenario della sua morte, P. Castaldi, Feltre 1946
  2. Black, « Italian Renaissance Education : Changing Perspectives and Continuing Controversies », Journal of the History of Ideas 52, 1991, p. 315-334 (avec une réponse de P. F. Grendler p. 335-337)

Guido Cappelli, L’Umanesimo italiano da Petraca a Valla, Carocci, Roma 2010

(première version en espagnol : El humanismo italiano. Un capítulo de la cultura europea entre Petrarca y Valla, Alianza Editorial, Madrid 2007), chapitre 4, La Nuova educazione, p. 125-138

Jean-Louis Charlet, « Philologus, humanitas et humanitatis studia dans le Cornu copiae de Niccolò Perotti », in La philologie humaniste et ses représentations dans la théorie et dans la fiction (Romanica Gandensia XXXII), Genève, Droz 2005, p. 69-81.

Id., « De l’humaniste à l’humanisme en passant par les humanités : histoire de mots », in Hercules latinus, Debrecen 2006, p. 29-39.

Eugenio Garin, L’Educazione umanistica in Italia, Laterza, Bari 1966 (1949)

Id., Il pensiero pedagogico dell’Umanesimo, Giuntine-Sansoni, Firenze 1958

Id., L’educazione in Europa 1400-1600, Laterza, Roma-Bari 1976 (seconde édition)

  1. Giannetto (a cura di), Vittorino e la sua scuola: umanesimo, pedagogia, arti, Olschki Firenze 1981
  2. F. Grendler, La scuola nel Rinascimento italiano, Laterza, Roma-Bari 1991

Id., The Universities of the Italian Renaissance, The John Hopkins University Press, Baltimore-London 2002

William Harrison Woodward, Vittorino da Feltre and Other Humanist Educators, Columbia University, New York 1963

Craig Kallendorff (ed.), Humanist Educational Treatises, Harvard University Press, Cambridge (MA) 2002

Luisa Rotondi Secchi Tarugi (a cura di), L’educazione e la formazione intellettuale nell’età dell’umanesimo, Guerini, Milano 1992 (en particulier Ead., « Il metodo pedagogico di Vittorino da Feltre », p. 193-204)

Remigio Sabbadini, Guariniana, vol. I Vita di Guarino veronese (1891) ; vol. II La scuola e gli studi di Guarino veronese (1896), a cura di M. Sancipriano, Bottega di Erasmo, Torino 1964

Id., Il metodo degli umanisti, Le Monnier, Firenze 1922

Cesare Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanesimo. “Invenzione” e “metodo” nella cultura del XV e XVI secolo, La Città del Sole, Napoli 2007 (1968)

Id., « Profilo di Vittorino da Feltre », in Id., Immagini umanistiche, Morano, Napoli 1983, p. 51-75

Notes

[1] Dont le texte intégral fut retrouvé, à leur époque (1421), à Lodi.

[2] Institution oratoire, texte connu de façon fragmentaire à partir de Pétrarque et retrouvé dans son intégralité par Poggio Bracciolini à Saint-Gall en 1416… et c’est à Guarino que Poggio annonce cette remarquable découverte (Opera omnia, a cura di Thomas de Tonelli, Torino 1964, vol. I, p. 25-29)

[3] Son De liberis educandis, traduit en latin par… Guarino en 1411 (!), connut une très grande diffusion.

[4] Ce point est doublement fondamental : les humanistes (= professeurs des humanités) ne veulent plus enseigner, comme au Moyen Âge une grammaire abstraite, mais dégager par la lecture directe des bons auteurs l’usage élégant de la langue (sur ce point, les Elegantie lingue latine de Lorenza Valla porteront, au milieu du Quattrocento, la réflexion humaniste à son sommet) ; d’autre part, cette lecture, orientée par le maître, doit être critique et mise en perspective historique : la réflexion philologique, amorcée par les érudits de la bibliothèque d’Alexandrie, reprend et se développe au Quattrocento (je pense en particulier à Valla, Perotti, Calderini, Barbaro et surtout Politien).

[5] Chez Vittorino da Feltre, les élèves les plus riches payaient la pension des plus pauvres.

[6] Voir Jean-Louis Charlet, Deux pièces de la controverse humaniste sur Pline, N. Perotti, Lettre à Guarnieri, C. Vitelli, Lettre à Partenio di Salò, Sassoferrato 2003, p. 20 (avec bibliographie).

[7] Voir Charlet 2003 (cité n. 6), p. 11 n. 18 et p. 65.

[8] De ingenuis moribus et liberalibus studiis adolescentiae (Les nobles mœurs et les études libérales de l’adolescence), composé vers 1402-1403.

[9] De liberorum educatione (De l’éducation des enfants), dernier chapitre de son De re uxoria, écrit dans sa jeunesse, vers 1415-1416.

[10] De studiis et litteris, dédicacé à Battista Malatesta, épouse du seigneur de Pesaro Galeazzo, et écrit entre 1422 et 1429.

[11] De educatione liberorum et eorum claris moribus (L’éducation et les mœurs distinguées des enfants), écrit en 1444.

[12] De liberorum educatione, composé à Vienne durant l’hiver 1449-1450 et dédié à Ladislas, roi de Bohème et Hongrie.

[13] Dans le contexte actuel, il y aurait à réfléchir, à partir de l’exemple humaniste (avec le développement de la Réforme et les guerres de religion du XVIe siècle), sur la question de l’éducation religieuse ou laïque, dans la ligne de Guarino.

[14] On n’oubliera pas, par exemple, que le latin a été la langue commune et fédérative du grand empire hongrois, si divers dans sa mosaïque de langues, jusqu’en 1844 et, qu’avant de préférer les langues vernaculaires, de nombreux réformés ont écrit en latin. Je reviendrai plus loin sur le problème de la langue.

[15] Quelle économie ! Mais, si l’Éducation nationale doit éviter de gaspiller l’argent public, sa finalité n’est pas de faire des économies, mais d’offrir une instruction de qualité, de bien former les élèves… ce qui assurera plus tard la compétitivité du pays et donc sa bonne santé économique !

[16] Jack Lang sur France-Info en janvier 2015.

[17] Voir mes articles « Philologus, humanitas et humanitatis studia dans le Cornu copiae de Niccolò Perotti », in La philologie humaniste et ses représentations dans la théorie et dans la fiction (Romanica Gandensia XXXII), Genève, Droz 2005, p. 69-81 ; « De l’humaniste à l’humanisme en passant par les humanités : histoire de mots », in Hercules latinus, Debrecen 2006, p. 29-39.

[18] Mais aussi africaine : je pense en particulier à l’insistance avec laquelle Léopold Sédar Senghor soulignait les rapports entre romanité et négritude et on n’oubliera pas les racines romaines de l’Afrique du Nord.

[19] Un collègue psychologue que je voyais embarrassé m’expliquait qu’il avait du mal à écrire, pour une fois, un article en français parce que d’habitude il rédigeait en anglais et que sa faible connaissance de cette langue l’amenait à simplifier, voire à schématiser sa pensée ; en français, il était gêné parce qu’il ressentait le besoin irrépressible d’exprimer des nuances. Un autre collègue, physicien, qui a fini sa carrière comme recteur, me disait qu’il était favorable à la domination de l’anglais car, me disait-il, « dans nos congrès, les non-anglophones sont majoritaires et parlent un anglais très basique ; les anglophones se sentent ainsi contraints de simplifier à l’extrême leur anglais pour se mettre à notre niveau » ! Dans cette globalisation linguistique, vers quel appauvrissement de la pensée allons-nous !

[20] Dictionnaire universel en trois tomes, publié juste après sa mort à Rotterdam-La Haye en 1690 avec une préface de Pierre Bayle (en ligne sur Gallica ; réimpression Paris, Le Robert 1978).

[21] C’est beaucoup moins vrai dans les mathématiques pures, plus proches, par le type de réflexion, du domaine des lettres, sciences humaines et sociales.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts