Archives de catégorie : Billets

éditorial et sommaire du numéro 138 (juillet 2014) de Connaissance Hellénique

Les langues zombies de Victor Porkhomovski

Hadès (à droite) avec sa corne d'abondance et Perséphone (à gauche). Musée du Louvre, Wikicommons
Hadès (à droite) avec sa corne d’abondance et Perséphone (à gauche). Musée du Louvre, Wikicommons

Il y a tant de choses à dire, par quoi commencer… ?

D’abord par une rencontre. Ce mois de juillet 2014 à Digne, lors de l’Académie des Langues Anciennes, Victor Porkhomovski, grand linguiste de l’Académie des Sciences de Moscou revenait pour la seconde fois faire un séminaire d’introduction à la comparaison des langues. Il nous fit faire une belle promenade linguistique, devant une vingtaine d’auditeurs, nullement spécialistes mais amoureux des langues, avec quelques moments géniaux, comme sa reconstruction du système verbal des langues sémitiques. Un grand moment aussi fut sa présentation des langues zombies : ni tout à fait mortes, ni tout à fait vivantes. Les langues mortes, ou comme Remo Mugnaioni me le signalait : ultra mortes, sont par exemple le sumérien ou l’akkadien qui n’ont plus d’existence du tout, pas même dans un petit monde de locuteurs savants. Pour les langues vivantes, signalons le basque, le provençal, le breton et accessoirement l’idiome dans lequel cet éditorial est écrit (et qui n’est qu’une forme abâtardie du latin populaire, ajouterai-je par pur esprit de provocation).

Victor Porkhomovski prenait comme exemple de langue zombie le latin depuis la Renaissance, le sanskrit, ou le guèze, cette langue savante d’Ethiopie. Trois langues savantes, qui sans être plus des langues maternelles, ont un surcroît d’existence dans une communauté, souvent bien plus étendue que celle de la centaine de locuteurs de certaines langues de l’Océan indien. Et ces langues vivent et évoluent. Peut-on ajouter aux trois exemples, le grec ancien ? N’y a-t-il pas encore quelques clercs grecs qui parlent la langue savante, sous sa forme « puriste » ? En tout cas, l’excellente traduction en grec ancien du premier tome d’Harry Potter par  Andrew Wilson : ΑΡΕΙΟΣ ΠΟΤΗΡ καὶ ἡ τοῦ φιλοσόφου λίθος, Londres 2004 montre que le grec ancien, atticisant, appartient bien au groupe des langues zombies. Je ne suis pas loin d’ailleurs de penser que cette traduction est bien meilleure que l’original.

La discussion à propos des langues zombies a été passionnée. Parfois le zombie ressuscite et devient un Frankenstein ou un golem comme pour le cas exceptionnel de l’hébreu moderne. Souvent le zombie finit par mourir comme le sumérien qui a eu longtemps cours comme langue savante à Babylone.

Je laisse le soin au lecteur d’apprécier la pertinence du concept de langue zombie. Ajoutons tout de suite que c’est la langue qui est zombie, et non ceux qui la pratiquent, qui eux, sont bien vivants, comme on le verra dans ce numéro 138 de juillet. En voici le sommaire :

1: Janine Kaminski traduit une nouvelle inédite de Petros Markaris : À fleur de peau. ➽ http://ch.hypotheses.org/898

2: Jean Antoine Caravolas : L’helléniste Jules David, la belle grecque et leurs enfants. ➽ http://ch.hypotheses.org/907

3 : Bernard Boyaval : Confusions dans l’Au-delà.  ➽ http://ch.hypotheses.org/916

4: Christian Boudignon : tragédie et épopée.  ➽ http://ch.hypotheses.org/925

5 : Sylvain Brocquet a lu pour vous : “Retour d’Ulysse…” de René Peyrous.  ➽ http://ch.hypotheses.org/932

6 : Janine Kaminski traduit 6 nouveaux poèmes grecs de “Fruits secs” de Théodore P. Zaphiriou.     ➽http://ch.hypotheses.org/956

7 : Christian Boudignon :  Réflexions intempestives sur le mot clitoris.  ➽ http://ch.hypotheses.org/962

8 : Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris.  ➽ http://ch.hypotheses.org/976

9 : Ariel Chopard a lu pour vous Pascal Quignard : « Sur l’image qui manque à nos jours. »  ➽ http://ch.hypotheses.org/992

Bonne lecture à tous.

Christian Boudignon,

rédacteur en chef de Connaissance Hellénique

 

 

 

 

Mireille Habert étudie la fermeté du coeur de Médée dans la « Médée » de Corneille

Littérature et mythologie ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article huit)

Médée et l’imaginaire,

analyse de quelques aspects de la Médée de Pierre Corneille (1635)

 par Mireille Habert

F. Sandys, Medea, Birmingham Museum and Art Gallery (Wikicommons)
F. Sandys, Medea, Birmingham Museum and Art Gallery (Wikicommons)

La vengeance de Médée à Corinthe, sujet de la pièce grecque d’Euripide, fait l’objet dans sa version romaine d’une analyse détaillée de Florence Dupont dans l’ouvrage intitulé Les Monstres de Sénèque. Le processus tragique qui fait passer le personnage du dolor au furor puis au scelus nefas s’y trouve mis en évidence. Cette dynamique essentielle à toute mise en scène du séjour de Médée à Corinthe constitue également l’élément clé de la première tragédie de Corneille. Déjà auteur de comédies à succès au théâtre du Marais (Mélite 1629), Corneille fait jouer Médée au début de l’année 1635 sur la scène du même théâtre, en même temps qu’il signe au côté de quatre autres auteurs la Comédie des Tuileries, écrite à la demande du Cardinal de Richelieu. Nous nous proposons de montrer comment, dans ces années charnières où s’élabore une nouvelle conception du théâtre en accord avec le désir des doctes d’imposer les règles de bienséance et de vraisemblance, la pièce de Corneille interroge et approfondit les données initiales du mythe de Médée, pour conjuguer au goût du spectaculaire, encore caractéristique de la période, l’amorce d’une réflexion typiquement cornélienne sur la fermeté des grands cœurs comme ressort principal de la tragédie.

La dramaturgie des passions

Parmi les données héritées des Anciens se trouve la situation tragique de la femme abandonnée par l’homme qu’elle aime. Le double affrontement de Médée au roi de Corinthe, qui la condamne à l’exil, et à Jason, son époux, venu en personne lui dire adieu avant son mariage avec la fille du roi, éveillent en elle le désir de vengeance et déclenchent un double meurtre, avant l’envol final de l’héroïne sur le char ailé de son aïeul le Soleil. L’apport de Corneille réside principalement dans l’amplification des moyens propres à susciter le pathétique, « premier but de la tragédie » depuis Aristote[1] : non seulement Corneille, imitant Sénèque, n’hésite pas à amplifier la figure de Médée en magicienne, dotant par exemple le personnage d’une baguette magique et d’un discours en accord avec ses pouvoirs surnaturels, mais il amplifie la représentation de la violence en offrant directement aux yeux et à l’imagination du spectateur le spectacle de la combustion atroce des victimes de Médée, usuellement rapportée par l’intermédiaire des récits. La complexification de l’intrigue amoureuse grâce à l’introduction sur la scène du personnage de la jeune Créüse, demandée en mariage par le vieil Egée, permet de faire périr dans une scène pathétique la rivale de Médée. Comme ses prédécesseurs, Corneille construit d’abord l’image de Médée comme un personnage qui subit : plongée dans une situation extrême, Médée est la victime de la trahison de Jason, de son ingratitude, du mépris arrogant des Grecs auxquels elle inspire tour à tour envie et répulsion. Epouse non légitime de Jason, en Grèce elle n’est plus rien, malgré les deux enfants qu’elle lui a donnés, son statut est celui d’une simple concubine. Coupable de plusieurs crimes commis par amour, elle n’est qu’une femme orientale, une « barbare » dangereuse aux yeux d’une société d’hommes qui fait noblement du « logos » sa pierre de touche. Au milieu de sa solitude, l’effort de Médée consiste à rappeler à tous qui elle est : son origine, sa puissance, son ancien statut de fille de roi et de petite-fille du Soleil, relèvent d’un autre espace, la terre orientale et fabuleuse de Colchide, ancien lieu des prouesses de Jason venu conquérir la Toison d’or. La richesse des images que cherche à susciter Médée face à ses ennemis relève du « ressouviens t’en » : il s’agit de faire revenir à la mémoire des Grecs la représentation du passé oublié, le souvenir de ce qui n’est plus, de faire reprendre aux images figées leur statut de scènes vivantes.

La « passion » de Médée

La représentation théâtrale permet d’opposer différentes manières d’évoquer le passé. Lorsque Jason parle de Médée, avec l’arrogance toute masculine qui caractérise son personnage dès la première scène de l’acte I, le souvenir n’est plus chez lui qu’une somme d’images détachées et « mortes », qu’il évoque sans émotion et contemple à la façon dont on contemple une vieille peinture aux couleurs ternies. Cette sorte d’évocation correspond à la « banalisation » du mythe. Il en va de même lorsque Créon affronte Médée, acte II, scène 2 : « Va te plaindre à Colchos », ainsi que dans la scène 4 de l’acte II, lorsque Créüse évoque avec convoitise le fabuleux voile de Médée, ou encore, dans la même scène, lorsque Jason promet à Créüse de faire son possible auprès de « [sa] jalouse ». De même, Jason se livre au récit complaisant des forfaits imputables à Médée, tel le meurtre de Pélias, car lui-même n’en a retenu que l’effet, son propre salut. Pourtant, l’effet de son récit retentit avec horreur dans l’âme de Pollux (I, 1, 69-96) et fournit au spectateur une image très vive de Médée en monstre. Justement, la force du personnage de Médée vient de la façon différente dont son propre discours parvient à faire revivre le passé mythique. Les souvenirs du passé chéri sont l’objet d’un véritable culte de sa part, dû à l’aveuglement de la logique amoureuse. Non seulement la passion de Médée pour Jason se nourrit du ressassement des épisodes qui ont vu naître leur amour, mais le souvenir des crimes commis est pour elle une suite d’épreuves affrontées pour l’amour de Jason et encore mieux un ensemble d’événements traumatiques subis plutôt que voulus, dont le souvenir ne cesse de la torturer. Le premier récit que Médée fait à Créon des principaux événements survenus en Colchide est destiné à redresser l’injustice du jugement de Créon et des Grecs en général (v. 388). Le sentiment de n’être pas comprise conduit Médée à un rappel précis des faits, introduit, selon la technique de l’enargeia, par la formule : « Apprenez » aux vers 409 et suivants. Paradoxalement, chacun des exploits accomplis par Jason, de même que chacun des crimes commis pour lui par Médée, se trouve renversé par Médée comme une occasion de dette contractée par les Grecs envers elle-même. Utilisant à son profit la topique amoureuse, elle s’applique à réduire la distance entre crimes et exploits : « Il est mon crime seul, si je suis criminelle[2] ». La gloire de Jason, donc de la Grèce, repose sur l’action salvatrice de Médée. Le second récit de Médée, adressé directement à Jason, a pour point de départ l’impératif « Ressouviens t’en, ingrat », v. 785, ou « Revois », nécessité par le désir de faire revivre à Jason les périls d’autrefois, dans l’espoir de faire renaître en lui le sentiment de reconnaissance, et, par-delà, le sentiment amoureux. Même si l’idée du « Tendre sur reconnaissance » n’est pas à dédaigner, on peut remarquer la chute que constitue cette représentation affaiblie de l’amour par rapport à l’incandescence originelle de la passion partagée avec Jason. La domination des forces naturelles et surnaturelles, la trahison du père, le sacrifice du frère, l’oubli du devoir font l’objet d’une énumération véhémente qui aboutit au bilan des vers 814-815, dans lesquels les participes passés permettent l’inscription ironique des événements accomplis au bénéfice du héros. L’attachement de Médée aux images du passé fait ressortir le sentiment déchirant de son impuissance présente. L’aveuglement étrange dont Médée persiste à faire preuve par rapport à Jason contredit sa lucidité cruelle envers elle-même : « Jason m’a trop coûté pour le vouloir détruire », v. 358 ; « Je crois qu’il m’aime encore », v. 361. A la fois pathétique et tragique, Médée n’a d’autre refuge que l’appel à la reconnaissance de l’homme qu’elle aime, comme le prouve l’exclamation pathétique : « Et garde au moins ta foi, si tu n’as plus d’amour » (v. 891). Son impuissance est à son comble dans la scène 3 de l’acte III, v. 907 et suivants : « Misérable ! […] ». La passion telle que la subit Médée explique qu’elle refuse de tout son être l’idée que Jason puisse, pour sa part, préférer oublier les détails de ce passé tumultueux. La résolution qu’elle affirme dans la scène 4 de l’acte III : « Je la saurai graver en tes esprits glacés » correspond à un véritable défi : arrêter, ou renverser le cours du temps, « réchauffer » le souvenir, lui faire quitter la gangue de glace où il est emprisonné, est sa seule riposte, sa ligne de défense et d’attaque. L’impuissance du personnage à faire renaître l’amour en Jason par le rappel des circonstances de leur rencontre produit en elle un autre effet. De par l’étymologie de son nom, « Médée » est une calculatrice, capable de soumettre sa volonté à l’effort de sa raison. Pour rappeler à tous qui elle est, pour renouer avec sa nature profonde, il lui faut abandonner aux hommes ingrats l’histoire de son passé amoureux, et rechercher en elle-même la permanence d’un ordre capable de combattre la mobilité et la fuite de l’écoulement temporel. Le renoncement à l’illusoire éternité de la passion lui impose un effort inouï de détachement par rapport aux images du passé, qui sont en train de devenir pour elle une force de mort. La reconstruction de soi passe par la capacité à se penser comme unité, dans l’acceptation du temps, en écartant les souvenirs qui font obstacle à la transformation de soi. La nécessité pour Médée de reconquérir une identité face à la trahison de l’objet aimé l’amène à accomplir un effort surhumain : distinguer son histoire de sa nature, localiser volontairement ses souvenirs en en faisant la source d’une action nouvelle, au lieu de se laisser sans cesse submerger par eux. La libération de Médée passe par le deuil du passé, le renversement de l’amour en haine (v. 242-243), métaphorisé par l’appel aux puissances célestes et infernales. La sollicitation de l’imaginaire du sacré permet à Médée-victime de faire revivre en elle-même Médée-prêtresse, comme si la représentation du passé, inefficace chez Jason, faisait renaître dans les profondeurs de son être cette nature oubliée. Loin de renier définitivement, comme Jason, l’épisode colchidien, Médée en revit une à une les étapes, pour en faire le point de départ de son être actuel, qu’elle se prépare à faire exprimer une revendication de justice au-delà des normes. La pièce de théâtre fait épouser au spectateur la douleur inexprimable, le désespoir de la femme trahie, qui se dégage peu à peu de son passé pour renouer avec elle-même, non plus femme, mais divinité solaire, en relation avec les forces cosmiques. Décidée à confondre l’univers dans la grandeur et l’excès de sa haine (v. 253-272), Médée substitue la vengeance au châtiment. Les images rhétoriques se succèdent comme autant de visions hallucinées, dans l’emportement de la colère. Par elles, dans la haine, s’opère la reconstitution de l’identité perdue dans l’amour, comme en témoigne la rime « forfaits »/« bienfaits » des vers 231-232. La complaisance dans l’évocation atroce des membres du frère tué et dépecé volontairement pour arrêter le père dans sa fuite (v. 236) semble le moyen utilisé par Médée pour accentuer sa culpabilité et trouver la force nécessaire pour surmonter la perte de l’amour. On notera l’ironie tragique des vers 370, II, 1 : « Eux seuls termineront toute la tragédie », dont le spectateur se demande s’il s’agit de provocation ou de bruit inutile.

La dramaturgie du spectaculaire

Comme les pièces antiques, la pièce de Corneille use abondamment du monologue pour renforcer l’émotion et le pathétique du personnage principal. La puissance de Médée apparaît dans son appel aux dieux (I, 4), souligné par le monologue de Nérine (III, 1). Elle se renforce des images de Médée peinte en déesse de la vengeance, commandant aux forces élémentaires, v. 701-708, puis des paroles de Médée elle-même : « Oui, tu vois en moi seule et le fer et la flamme, Et la terre et la mer et l’enfer et les cieux, Et le sceptre des rois et la foudre des dieux[3] ». La même puissance jaillit dans son discours à Jason : […] Je puis adoucir des taureaux La flamme m’obéit, et je commande aux eaux, L’enfer tremble, et les cieux, sitôt que je les nomme […] ».   Comme chez Sénèque, la représentation de la magie donne lieu au milieu de la pièce à une scène de conjuration magique dont le cadre est un lieu tout à fait improbable de l’imaginaire baroque, « la grotte magique ». Comme chez Sénèque, les incantations prononcées sont autant de moyens de terrifier le spectateur, ainsi dans l’hypotypose du v. 975 : Vois combien de serpents à mon commandement D’Afrique jusqu’ici n’ont tardé qu’un moment. » Corneille renoue ainsi avec la version littéraire de la magicienne, transmise par l’Idylle II de Théocrite et par Horace, v. 983-984, annonçant ce qui deviendra la « scène des philtres », avec des personnages allégoriques incarnant la Jalousie et la Vengeance, des éclairs et des grondements de tonnerre, dans l’adaptation lyrique réalisée en 1693 par son frère Thomas, en collaboration avec le musicien Marc-Antoine Charpentier. De nombreux procédés, exclusivement liés à la représentation des pouvoirs surnaturels de Médée, constituent dans la pièce de Corneille une manière « facile » d’enchanter le spectateur. Il en va ainsi de la mise en évidence des pouvoirs surnaturels de Médée, qui entrave ou libère à son gré la volonté d’autrui (Theudas), emploie par deux fois une baguette magique, use d’un anneau magique pour rendre ses complices invisibles (stratagème encore plus largement utilisé dans la version de l’abbé de Longepierre). Une autre illustration se trouve dans la fureur délirante de Créon chez Thomas Corneille, qui aboutit à un massacre de tous les personnages entourant le roi, jusqu’au suicide de celui-ci. La mise à exécution du projet de vengeance de Médée passe par la perfidie calculatrice de l’héroïne, capable de déjouer la méfiance de ses ennemis en rendant l’instrument de sa vengeance, la robe magique, inefficace sur toute autre femme que la victime désignée, Créüse. L’embrasement final des adversaires de Médée sur la scène est un ingrédient de choix du spectaculaire de la pièce de Corneille : spectacle jouissif pour Médée (IV, 5, 1277 : « Je dois à mon courroux l’heur d’un si doux spectacle »), il est l’occasion d’une scène pathétique, qui, avec la mort de Créüse, détourne provisoirement l’attention de l’action principale pour offrir le spectacle d’une mort noble et gracieuse, un chant du cygne dans lequel la jeune fille s’accuse de coquetterie et offre à Jason une occasion de se racheter, par la contagion de la générosité.

La dramaturgie de l’admiration

La générosité des héros cornéliens, dont une première ébauche se dessine dans Médée, se distingue de celle de Descartes qui dénonce la mauvaise orientation de la volonté lorsqu’elle est incapable de se guider selon une raison vertueuse. L’admiration est ici la surprise de l’âme qui se porte à considérer avec attention les objets rares et extraordinaires, c’est la première des passions dans le système des passions cartésien. Descartes ne bannit pas les passions, contrairement aux stoïciens, car leur usage est d’inciter l’âme à consentir et contribuer aux actions qui peuvent servir à conserver le corps ou le rendre plus parfait. La volonté « nous rend en quelque façon semblables à Dieu, nous faisant maîtres de nous-mêmes ». Aussi la générosité est-elle le propre de ceux qui sont entièrement maîtres de leurs passions, mais n’entreprennent que ce qu’ils jugent être le meilleur. A. 156 : « Ils n’estiment rien de plus grand que de faire du bien aux autres ». La passion est ainsi une occasion paradoxale d’exercer la vertu, comme chez Saint François de Sales, qui souligne l’importance de la vertu de modération, conformément à la critique du stoïcisme à laquelle on assiste au début du XVIIe siècle : l’orgueil n’est pas une qualité du Christ, qui est au contraire a donné l’exemple de l’humilité. Les chrétiens comme Coeffeteau, Senault, insistent sur la nécessité de la grâce. Or, Médée déclare en I, 5 : « Et dans ce grand malheur que vous reste-t-il ? — Moi, moi, dis-je, et c’est assez ». L’orgueil caractéristique de cette proclamation accompagne la manifestation de la volonté, déterminée à affronter noblement la mort. On voit alors se succéder les vers sentencieux dans la bouche de Médée : « L’âme doit se roidir », v. 309-314. La même fermeté se manifeste aussi chez Créon, Jason, Egée. La joie de trouver dans l’amour pour les enfants le point sensible de Jason (III, 4) justifie la résolution de Médée de mettre fin à leurs jours, pour porter à son comble sa vengeance envers leur père, tandis que le monologue pathétique qu’elle prononce montre en elle le combat que se livrent passion et tendresse, jalousie mortelle et amour maternel, jusqu’à la résolution finale : v. 1355 : « Je n’exécute rien, et mon âme éperdue Entre deux passions demeure suspendue. N’en délibérons plus, mon âme en résoudra. » La scène 6 de l’acte V place à nouveau face à face les deux héros, Jason et Médée, mais accorde à cette dernière la position de supériorité « en son char de triomphe », le poignard devenant le symbole de l’action tragique et de la transgression, la raillerie mordante de Médée accompagnant le sacrifice et sa transformation. La béance est soulignée : « place vide », « personne », « ne plus », « manque », « Enfin je n’ai pas mal employé la journée ». Le plaisir accompagne une dernière vision : « Avec cette douceur j’en accepte le blâme ». La rupture symbolique, le refus du temps humain, la purification sacrificielle illustrent le retour au temps et à l’espace du mythe, du mystère, tout comme l’envol spectaculaire de Médée au-dessus du toit de la maison. Cette disparition consacre l’amoralité de la pièce et en fait ressortir le caractère monstrueux, tout en consacrant l’accès de l’héroïne à un présent d’éternelle souveraineté.

La vérité contenue dans le cas extrême et provoquant du monstre

Le plaisir de l’excès, le goût du spectacle, la richesse et l’abondance des images constituent l’espace dramatique virtuel de la pièce, avec dans le lointain la Colchide et l’Orient, et la présence verticale des éléments cosmiques, ciel, enfers, tonnerre : tels sont les éléments constitutifs de la geste de Médée la magicienne, dont l’habileté surnaturelle se double d’une rare éloquence rhétorique. Le spectateur ressent les émotions de terreur et de pitié déclenchées par les passions déchainées, le règlement de compte entre époux, cas limite de catharsis réussie. Dans Médée comme dans Rodogune, tandis que l’« on admire la source d’où provient la générosité », l’imaginaire baroque offre au spectateur l’occasion d’accéder à la vérité contenue dans le cas extrême et provoquant du monstre ✶

 Mireille Habert


[1] Voir François Hédelin d’Aubignac, Pratique du théâtre,  1657. 
[2] P. Corneille, Médée, v. 446.
[3] P. Corneille, Médée, v. 323-324.

Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article huit)

Une étymologie pour ἡ κλειτορίς, ίδος, le clitoris ?

par Jean-Victor Vernhes

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).

 

À Monique L. Cardell

 

Voilà un terme qui a souvent été absent des traités d’anatomie les plus détaillés. Ainsi il n’apparaît pas dans le Rémy Perrier, qui dans les années 20 et 30 du XXe siècle était un des manuels de base des études de biologie. Ces derniers temps a été rompu le silence, et on a vu paraître plusieurs livres approfondis sur la question.  Lorsque Christian Boudignon m’annonça son intention de prendre le mot κλειτορίς, clitoris, comme thème de sa chronique lexicale, en prolongeant une intuition étymologique de Chantraine, je sentis qu’il allait dans le sens de l’histoire. Et je pris à cœur incontinent d’étudier l’origine de ce mot.

Et honni soit qui mal y pense! En lexicologie et lexicographie scientifiques, les mots sont tous scrutés avec une équitable sollicitude. Il n’en est point d’ incongrus. Ainsi dans l’immense Dictionnaire Français-grec  de Jean-Jacques Courtaud-Diverneresse (1re partie, 1847 – 2e partie, 1857), conçu pour le bonheur des praticiens du thème grec, et destiné « à l’usage des établissements de l’Instruction Publique, des séminaires, des maisons d’éducation, etc. », vous trouverez tout, tout, tout… pour exprimer avec précision, en faisant un thème grec ou en écrivant une page en grec ancien, pour vous-même ou pour vos amis, en prose ou en vers, ce que vous souhaitez dire au sujet de l’objet qui nous occupe aujourd’hui. Or les dates qui viennent de vous être indiquées vous montrent que la rédaction de ce dictionnaire se situe à l’époque et dans la société qui fit à Baudelaire et à Flaubert les ennuis judiciaires que vous savez ! En revanche, dans l’Abrégé du même dictionnaire (abrégé à peu près aussi substantiel tout de même que le Bailly), destiné aux classes de quatrième, troisième, seconde, il n’y a pas d’entrée pour ce mot.

 

Sa Majesté Kleitôr 

Puisque notre quête concerne les origines, commençons par consulter les dictionnaires étymologiques du grec.

Dans le vieux Boisacq, rien. Frisk reprend une hypothèse du savant slovène Grošelj, qui voit dans ce mot une dérivation d’un mot *κλείτωρ dont on nous affirme qu’il signifiait « Hügel » (coteau, colline), ce qui permet de le rapprocher de κλειτύς, qui signifie justement « coteau, colline », et de le rattacher à la racine de κλίνω, « incliner ». Ce *κλείτωρ n’est pas attesté comme nom commun, mais il y a eu en Arcadie une ville nommée Κλείτωρ.

Cette étymologie est reprise dans le Robert (Dictionnaire historique de la langue française): la voilà qui risque de devenir officielle dans toute la francophonie.

Elle est reprise aussi très affirmativement dans le dictionnaire de Beekes.

Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, a fait état de ladite étymologie sur un ton vraiment pas convaincu, et a conclu sa notice en disant simplement, sans nous dévoiler plus amplement sa pensée secrète, qu’il préférerait une dérivation de κλείειν, « fermer ». Cela nous incite à explorer cette voie, à mettre nos pas dans les pas du maître.

Mais revenons d’abord sur l’hypothèse acceptée par Frisk. Elle tiendrait la route si nous pouvions nous assurer que le toponyme arcadien Κλείτωρ  désignait bien une ville située sur une éminence, une Hauteville. Mais nous lisons dans la Description de la Grèce du géographe du IIe siècle après J.-C., Pausanias (VIII, IV, 5) que cette ville tient son nom non pas d’une particularité géographique, mais de son fondateur, le puissant roi Κλείτωρ. Donc pas question de colline!

De plus nous lisons, toujours dans Pausanias (VIII, XXI, 3), que cette ville de Κλείτωρ était située « en terrain plat »(ἐν ὁμαλῷ) et entourée des montagnes de hauteur moyenne. Donc dans une dépression !

L’hypothèse de la colline n’était qu’une idée en l’air. Laissons donc Sa Majesté Κλείτωρ en sa bonne ville éponyme, et cherchons ailleurs.

Mais non, n’allons pas trop vite. Puisque notre recherche nous a fait rencontrer en chemin ce royal nom de Κλείτωρ, regardons comment ce mot est formé. C’est un nom d’agent en -τωρ (une formation bien connue). Si on cherche à le rattacher à la racine de κλίνω, cela signifiera l’Inclineur. Curieux titre pour un roi! Mais si on le rattache à κλειω, fermer, les choses vont mieux. Il n’est pas étonnant  qu’un nom de roi renvoie à la notion de fermer, de verrouiller, c’est à dire à la maîtrise des clefs, au pouvoir d’ouvrir et de fermer.. Qu’on songe aux clefs de Janus, aux clefs de Saint Pierre…[1]

 

La poule et le fermoir

Nous avons mené de concert et de conserve, Christian Boudignon et  moi, les réflexions  qu’exprime le présent paragraphe. Ce mot κλείτωρ qui n’est pas attesté dans les textes comme nom commun,  a parfaitement pu être employé dans la langue pour désigner celui qui ferme, le portier. Et tout doucement nous arrivons à l’étude de la formation de κλειτορίς. Cette finale -τορίς est claire. C’est une dérivation féminine en -ίς sur un nom d’agent en -τωρ (Benveniste, Noms d’agent…, p. 34, Chantraine,  Formation des noms …, p. 341). On trouve cette dérivation dans un mot désignant la poule : ἀλεκτορίς. Ce terme est le féminin de ἀλέκτωρ, le coq, nom d’agent formé sur une racine αλεκ signifiant défendre. Le coq est « le défenseur ».  Ces données nous permettent de poser:

κλείω → *κλείτωρ →  κλειτορίς.

Ce dernier terme signifiera donc étymologiquement la femme qui ferme, la fermeuse, ou bien l’objet qui ferme, la clef, le fermoir. Ces dérivés féminins en -ίς sont souvent des termes techniques ou populaires désignant des objets ou des parties du corps (Chantraine, Formation des noms …, p. 336-338).  Il est intéressant de noter en outre que ce type de dérivés s’est prêté à fournir des diminutifs et à désigner de petits objets (Chantraine, Formation des noms …, p. 342, § 277).

Mais pourquoi ce terme pour désigner ce dont il est question ? Le mot θύρα, la porte  a servi à  désigner le sexe féminin (Aristophane, L’Assemblée des Femmes, 990). Cette porte fut un jour munie d’un πρόθυρον (porche ou vestibule), qui est décrit comme « tout ruisselant de parfums » dans un poème de l’Anthologie palatine (V, 198)Dans un autre poème (V, 241),  il est question de « franchir entre les deux parois le sol humide du vestibule. » Il est normal qu’on ait songé à ajouter à de telles représentations l’image d’une clef, cette clef étant la représentation stylisée du petit organe. Mais il y a mieux.

 

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué… »

En effet un très paillard passage d’Aristophane (Lysistrata  408-413) va nous apporter d’intéressantes lumières. Pour illustrer le soutien complaisant des maris à la perversité de leurs épouses, le personnage du Proboulos (le « commissaire du peuple », dit la traduction Van Daele) imagine un Athénien entrant dans la boutique d’un orfèvre pour faire réparer le fermoir du collier de sa femme. Dans ce texte apparaît le mot ἡ βάλανος, le gland (le mot est féminin en grec, mais ce détail importe peu ici). Ce mot peut désigner aussi des choses en forme de gland, ou munies d’une protubérance rappelant la forme d’un gland, par exemple une cheville terminée par une protubérance, et qu’on engage dans un trou ad hoc. Dans notre passage d’Aristophane, on a, en miniature, un dispositif de ce genre. Le fermoir du collier comporte une tige nommée βάλανος à cause de sa partie renflée  et pour la fermeture du bijou on l’introduit  dans un trou (τρῆμα). Je n’imagine pas les choses  de façon assez précise pour vous faire un dessin. Voici donc ce que dit l’Athénien à l’artisan :

Ὦ χρυσοχόε, τὸν ὅρμον ὃν ἐπεσκεύασας,

ὀρχουμένης μου τῆς γυναικὸς ἑσπέρας

ἡ βάλανος ἐκπέπτωκεν ἐκ τοῦ τρήματος.

Ἐμοὶ μὲν οὖν ἔστ’ εἰς Σαλαμῖνα πλευστέα·

σὺ δ’ ἢν σχολάσῃς, πάσῃ τέχνῃ πρὸς ἑσπέραν

ἐλθὼν ἐκείνῃ τὴν βάλανον ἐνάρμοσον.

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué,

quand ma femme dansait l’autre soir,

le gland est tombé du trou.

Moi, j’ai à prendre le bateau pour Salamine.

Mais toi, si tu as le temps, viens ce soir

lui ajuster bien artistement le gland. »

Il faut préciser ici que le mot βάλανος a en anatomie le même sens que le mot « gland » en français, et  les scolies qui nous sont parvenues  à propos de ce passage indiquent qu’Aristophane joue sur cette signification. Du fait de la valeur de l’article grec, τὴν βάλανον peut ici signifier « le gland » ou « ton gland ». Quant au mot τρῆμα, il peut désigner le sexe féminin (cf. L’Assemblée des Femmes, 906); il en est de même du terme de sens voisin  τρύπημα (L’Assemblée des Femmes, 624). Quant au verbe ὀρχεῖσθαι, danser, — je m’inspire ici d’une note à propos de ce passage dans l’édition Loeb —, il a quelque chose qui, si on s’y prend comme il faut (par une certaine manière d’articuler le mot ou par une certaine mimique de l’acteur) peut faire penser aux ὄρχεις, les testicules. Il s’agirait alors d’une « danse » vraiment bien spéciale !

 

Le jeu des images

Voilà pour l’examen du double sens de ces vers d’Aristophane. Mais le plus intéressant ici, c’est l’analyse du jeu des images. Nous y voyons l’évocation du sexe de la femme se faire à travers l’image du renflement que comporte le fermoir précieux d’un bijou de joaillerie !

Nous venons donc de voir ce qu’a pu être en grec la valeur d’évocation anatomique de l’image de la clef ou du fermoir. Cela nous explique comment  κλειτορίς, dont la valeur étymologique générale est celle de clef ou de fermoir, a pu devenir le mot pour désigner cela.

Sur ce, on pourrait aussi disserter sur les connotations érotiques ou paillardes de l’orfèvrerie: « Trois orfèvres… ». Comment ! Vous ne connaissez pas? Comme j’entends rester convenable, je ne vous inciterai pas à chercher sur l’internet, par où vous pourriez entendre cette vieille chanson de notre patrimoine très spécial chantée par Pierre Perret. Mais, fort sagement, nous en resterons là ✪

 

Jean-Victor Vernhes

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 Remarque : Suite à cet article, M. Jean Viredaz a signalé par courriel le 27 novembre 2014 l’information suivante :

Le nom propre Κλείτωρ doit à vrai dire être laissé de côté, car sa forme ancienne est Κλήτωρ, d’étymologie différente (voir Laurent Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, 1988, II, 207-208). La forme κλείω du verbe « fermer » est du reste purement attique (l’arcadien aurait *ᾱϊ ou *ᾳ). Mais ces remarques n’affaiblissent pas la démonstration.

[1] Il y a, à ce propos, une savoureuse et frustrante note dans René Guénon, Autorité spirituelle et pouvoir temporel (p. 65, note 4), où il nous fit savoir qu’il en sait long sur la question, mais ne nous dira rien…

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°28)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article sept)

 

Réflexions intempestives sur le clitoris

(où il sera question de l’étymologie de clitoris)

 

« Luisant comme un bijou sur le torse d’un dieu »

Pierre Louÿs, La femme (1889-1891)

 

Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)
Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)

 

Le censeur pornographe

Je le sens, on va me dire que je cède à la pornographie ambiante. C’est un vieux reproche que déjà se jetaient à la figure les sophistes du Banquet des sages (13, 567b) d’Athénée de Naucratis (IIe / IIIe s. ap. J.-C.): οὐκ ἂν ἁμάρτοι δέ τίς σε καὶ πορνογράφον καλῶν « on ne se tromperait pas en t’appelant pornographe »

Je répondrai en ces termes. D’abord, il faut se réjouir de cette insulte, parce qu’elle est bien grecque. Elle signifie littéralement “peintre de p…” De ce reproche sont sortis le mot de pornographie et tout un genre littéraire puis cinématographique. C’est un peu comme si l’anathème avait engendré ou propagé la pornographie

Une petite anecdote sera révélatrice. Il y a quelques années, à Damas, à l’entrée des cinémas où l’on diffusait des films américains de “série B” (et nullement X), il y avait des photos de “scènes” qui passaient pour “osées” et montraient un baiser, une caresse, ou quelque partie dénudée du corps d’une actrice. Un jour de grand ennui, j’assistai à une projection d’un “série B” et je fus tout surpris de constater que le “chef d’oeuvre” en question ne présentait pas les quelques “scènes” qui étaient en photo à l’entrée pour aguicher le client. Je compris alors le petit jeu du censeur pornographe. Il coupait dans les pellicules les “scènes osées” et les donnait aux gérants du cinéma pour qu’ils les développent et les affichent à l’entrée. La censure ne crée-t-elle pas la pornographie ?

 

“piercing au clito”

On pourrait me faire le reproche également que le terme de clitoris serait savant. A ce titre, il n’entrerait pas dans ma chronique sur les mots grecs du français courant. Je répondrai que le mot a connu une simplification toute populaire en “clito” tout comme “photographie”, “pornographie” et “vélocipède” s’abrègent en “photo”, “porno” et “vélo”. C’est là le signe évident que le terme est adopté dans la langue de tous les jours. J’en veux pour preuve ce titre de la page internet du journal Voici au 19 septembre 2011 : “Lady gaga, son piercing au clito en photo”.

Et puis si le mot n’est pas de formation populaire, il est d’un emploi suffisamment vulgaire pour entrer dans cette chronique !

 

Apparition du mot en français.

En fait, comme le signale Michèle Clément (« De l’anachronisme et du clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, pp. 27-45), le mot fut introduit en français en 1575 sous la forme cleitoris par le médecin Ambroise Paré dans l’édition de ses Œuvres. Comme la censure ou l’auto-censure est toujours à l’œuvre, Ambroise Paré supprima ce passage dans la réédition de 1585. Mais le mal était fait ! C’était la grande époque des progrès scientifiques dans la description du corps humain qui se reflétaient dans les traités anatomiques des italiens Matteo Realdo Colombo et Gabriele Falloppio, plus connu, si je ne me trompe, en français, sous le nom de Fallope.  Colombo en 1559 prétendait être le premier à découvrir ce lieu du plaisir féminin, tandis que Fallope, lui, en 1561, renvoyait à la médecine arabe, à Avicenne notamment, qui appelait la chose [al-baẓr] ou [al-baẓar] “chose saillante”, et aux Grecs qui, selon Fallope, la nommaient κλητορίδα.

 

D’où vient ce mot ?

Mais d’où vient ce mot ? Le mot remonte au médecin grec du Ier /IIe siècle ap. J.-C., Rufus d’Ephèse, dans son traité Du nom des parties du corps humain. Il est associé au verbe kleitoriazein/kleitorizein (éd. Daremberg-Ruelle, 1879, p. 147) :

τὸ δὲ μυῶδες ἐν μέσῳ σαρκίον νύμφη καὶ μύρτον· οἱ δὲ ὑποδερμίδα, οἱ δὲ κλειτορίδα ὀνομάζουσιν, καὶ τὸ ἀκολάστως τούτου ἅπτεσθαι κλειτοριάζειν λέγουσιν

ce qui est traduit ainsi :

« la nymphe ou le myrte est le petit morceau de chair musculeuse qui pend au milieu (de la fente), d’autres l’appellent hypodermis, d’autres clitoris, et l’on dit clitoriser pour exprimer l’attouchement lascif de cette partie. »

Il faut être Grec pour inventer un verbe comme clitoriser, κλειτοριάζειν [kleitoriazein] ! Cela a marqué l’imagination de Rufus d’Ephèse et c’est sans doute à cause de ce verbe que Fallope a choisi le terme de clitoris plutôt que celui d’hypodermis ou encore de myrte ou de nymphe, mots ambigus qui peuvent aussi désigner la vulve.

Précisons les choses. A l’époque de la Renaissance, on n’avait pas encore réformé la prononciation du grec ancien et avait cours la prononciation moderne du grec, marquée par ce qu’on appelle le iotacisme. C’est la tendance à transformer en  i les voyelles et diphtongues. Les graphies ει, η, ι, υ  étaient prononcées i. Cela induisit une faute d’orthographe chez Fallope (ou sa source). Il écrivit en caractère grec dans son traité en latin : κλητορίδα que l’on prononcerait à l’érasmienne [klètorida] mais qui se disait [klitorida]. Le problème est que cette mauvaise orthographe renvoie à une autre racine, celle de καλέω : «inviter» et non à la racine de κλείω « fermer »… Malgré les mauvais esprits, le clitoris n’est pas une «inviteuse», mais bien un bouton-«fermoir»… Mais, chut ! je n’en dis pas plus, on se reportera à l’article de J.V. Vernhes dans ce numéro de la revue.

 

Un problème de genre

Ambroise Paré introduit la forme correcte cleitoris. Le –ei- grec de cleitoris était bien prononcé –i- (selon le phénomène du iotacisme qui avait déjà cours partiellement chez les Latins dans l’Antiquité, puisque la muse Κλειώ [Kleio] s’appelle en latin Clio).

Mais ce qui est étrange c’est que le français a figé ce mot au nominatif en is, et aussi au masculin (en fait une sorte de neutre indifférencié) parce que c’est un mot hors contexte, dont on se délecte oralement (sans réfléchir à sa forme originelle en grec !). On parle de « génie de la langue française », mais là, il faudra que l’on m’explique ce qu’il y a de génial à transformer ce nom féminin en masculin !… ou inversement à faire du substantif moustache un mot féminin en français.

Les Italiens, eux, ont suivi la coutume de tirer le mot d’une forme d’accusatif et ont : clitóride. Et pour eux, le mot est féminin, comme le déclare la 4e édition du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1729-1738). Mais eux aussi commencent à s’embrouiller !

Il y a d’autres hésitations sur ce mot puisque dans un dictionnaire franco-anglais,  A Dictionarie of the French and English Tongues, de Randle Cotgrave, paru à Londre en 1611, le mot apparaît à la fois à l’entrée “clitoris” et à l’entrée “clytoris” (qui renvoie à la première entrée). Cette incertitude d’écriture montre bien que l’auteur ne sait pas trop comment l’orthographier, parce qu’il avait cours oralement, comme ces insultes dont on est parfois bien en peine de trouver comment elles s’écrivent. Cependant, aucune hésitation sur son genre, puisqu’il est bien noté comme m.  c’est-à-dire masculin ! Il y est traduit par “A Woman’s Privities”, ce qui signifie, bien vaguement : “parties intimes d’une femme”. Pourquoi l’auteur du dictionnaire qui fait preuve de tant de pruderie dans cette traduction approximative n’a-t-il pas censuré ce mot ? C’est qu’il était peut-être utile à quelques gentilshommes d’outre-Manche désireux de “fleuretter” avec le beau sexe de chez nous. Cela prouve en tout cas que le mot avait cours dans les alcôves françaises !

 

Je me plais en tout cas à imaginer le voyage de ce mot qui commence en Grèce, est retrouvé ensuite par des médecins humanistes italiens via la médecine arabe, se popularise en France et se répand ensuite chez les Anglais qui s’en délectent d’abord en français avant de l’introduire dans leur langue…✸

 

 Christian Boudignon

 

Janine Kaminski traduit 6 nouveaux poèmes grecs de « Fruits secs » de Théodore P. Zaphiriou

➤ POESIE GRECQUE MODERNE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article six)

 

« Miroir mon beau miroir

Montre-moi que j’ai encore du passé. »

 

"Fruits secs" de P. Zaphiriou traduit en français par J. Kaminski
« Fruits secs » de Th. P. Zaphiriou traduit en français par J. Kaminski

 

Nous retrouvons Théodore P. ZAPHIRIOU, avec une nouvelle série d’extraits de son recueil poétique Fruits secs, traduits par Janine Kaminski (une première série d’extraits de ce même recueil a été mise en ligne dans  λύχνος n° 136, novembre 2013, article six, accompagnée d’une courte présentation de l’auteur).

 

Interlife

 

Toute une vie de voyage

En rapide

Assis à contresens

J’arrive à voir

Toutes les gares

Que je traverse à toute allure

Et qui disparaissent devant moi.

 

Derrière moi, le reste du trajet

Que je distingue à peine

Quand je me tourne

Et penché à la fenêtre

Regarde à nouveau devant moi.

Plus loin des gares

Invisibles, m’attendent immobiles.

 

*

 

Interlife

 

Μιὰ ζωὴ ταξιδεύοντας

Μὲ γρήγορο τραῖνο

Καθισμένος ἀντίθετα

Προλαβαίνω νὰ δῶ

Ὁλόκληρους τοὺς σταθμοὺς

Ποὺ ταχύτατα ἀνάμεσά τους περνῶ

Καὶ χάνονται ἀπὸ μπροστά μου.

 

Πίσω μου, ἡ ὑπόλοιπη διαδρομὴ

Ποὺ λίγη της διακρίνω

Ὅταν γυρίσω

Κι ἀπ᾽ τὸ παράθυρο ἔξω

Μπροστά μου πάλι κοιτάξω.

Πέρα ἀθεατοι

Σταθμοί, μὲ περιμένουν ἀκίνητοι.

 

***

 

Le ballon

 

 

 

Je dormais

À l’intérieur d’un grand ballon.

J’aspirais son air

Mais celui que j’expirais

Le gonflait toujours plus

D’où venait

Tout cet air, superflu

Qui sortait de mes entrailles

Et où allait le ballon

Qui le dirigeait où l’emmenait-il

Avec la corde attachée étroitement

Autour de son orifice

A-t-on jamais pensé

Que Dieu est un enfant ?

Qui joue ?

Les enfants ont peur mais

En même temps

Ils aiment que les ballons éclatent

Avec un bruit effroyable.

À moins que j’aie de la chance

Et que la corde se relâche peu à peu

De sorte que l’air sorte

Insensiblement, sans que

Même l’enfant s’aperçoive

Que son ballon s’est dégonflé

Et lui est resté dans les mains

Une chair plissée

Chair de ma chair

Au lieu de la sienne

Tandis que moi

Comme un ange déchu

Tous mes os intacts

Je dormais.

*

 

Τὸ μπαλόνι

 

Κοιμόμουν

Μέσα σ᾽ ἕνα μεγάλο μπαλόνι.

Εἰσέπνεα τὸν ἀέρα του

Ἀλλὰ ἡ ἐκπνοή μου

Τὸ φούσκωνε ὁλοένα περισσότερο

Ἀπὸ ποῦ ἐρχόταν

Ὅλος αὐτὸς ὁ ἀέρας

Ποὺ ἔβγαινε ἀπ᾽ τὰ σωθικά μου

Ὁ περιττὸς

Καὶ ποῦ ταξίδευε τὸ μπαλόνι

Ποιός τὸ κρατοῦσε ποῦ τὸ πἠγαινε

Μὲ τὸ σκοινὶ σφιχτὰ δεμένο

Γύρω ἀπὸ τὸ στόμιό του.

Σκέφθηκε ποτὲ κανεὶς

Πὼς ὁ Θεὸς εἶναι ἕνα παιδί;

Ποὺ παίζει;

Τρομάζουν τὰ παιδιὰ ἀλλὰ

ταυτόχρονα

Διασκεδάζουν νὰ σκᾶνε μπαλόνια

Μὲ κρότο φοβερό.

Ἐκτὸς ἂν ἤμουν τυχερὸς

Καὶ τὸ σκοινὶ σιγὰ λασκάριζε

Ἔτσι ὥστε ὁ ἀέρας νὰ ἔφευγε

ἀνεπαίσθητα, χωρὶς

Οὔτε τὸ παιδὶ νὰ καταλάβει

Γιὰ πότε τὸ μπαλόνι του ξεφούσκωσε

Κι ἔμεινε στὰ χέρια του

Μιὰ ζαρωμένη σάρκα

Σάρκα ἀπὸ τὴ σάρκα μου

Ἀντὶ γιὰ τὴ δική του

Ἐνόσω ἐγὼ

Σὰν ἄγγελος πεπτωκὼς

Μὲ ὅλα τὰ ὀστᾶ μου ἀνέπαφα

Κοιμόμουν.

 

***

 

Le résultat compte

 

Désintoxication d’urgence.

Régime et exercice avant tout.

 

Voilà pour les médecins en général.

Mais nous, spécialement les morts

 

Nous savons que l’immobilité

A le même résultat

Mais nous n’en faisons pas toute une histoire

Pour rien.

 

*

 

Τὸ ἀποτέλεσμα μετράει

 

Ἀποτοξίνωση ἐπειγόντως.

Δίαιτα καὶ κίνηση προπαντός.

 

Αὐτὰ γενικὰ οἱ γιατροί.

Ἀλλ᾽ ἐμεῖς, εἰδικὰ οἱ νεκροὶ

 

Ξέρουμε πὼς ἡ ἀκινησία

Ἔχει τὸ ἴδιο ἀποτέλεσμα

 

Ἀλλὰ καὶ δὲν τὸ κάνουμε ζήτημα

Ἐκ τοῦ μὴ ὄντος.

 

***

Photographie d’un enfant

qui agonise quelque part en Afrique

 

Tu ne supportes pas son regard ?

Ah ! ne crains rien : il n’aura pas le temps

De reconnaître son assassin.

 

*

 

Φωτογραφία παιδιοῦ

Ποὺ ψυχορραγεῖ κάπου στὴν Ἀφρικὴ

 

Δὲν ἀντέχεις τὸ βλέμμα του;

Ἄ, μὴ φοβᾶσαι: Δὲν θὰ προλάβει

Ν᾽ ἀναγνωρίσει τὸν δολοφόνο του.

 

***

 

Oignons

 

Comme je pelais

Sur toi les années

Et commençai par cinquante neuf ans

 

Mes yeux soudain s’embuèrent.

Ce n’est pas un hasard semble-t-il

Si en vieillissant nos têtes

 

Ressemblent à des oignons.

Et plus j’enlevais de peaux

À la tienne, plus j’ajoutais de larmes

 

À la mienne. Mes lunettes noires

Ne me suffiraient pas

Si je te revoyais à dix-neuf ans.

 

*

 

Κρεμμύδια

 

Καθὼς ξεφλούδιζα

Ἀπὸ πάνω σου τὰ χρόνια

Κι ἄρχισα ἀπ᾽ τὰ πενήντα ἐννιὰ

 

Θόλωσαν ξαφνικὰ τὰ μάτια μου.

Τυχαῖο δὲν εἶναι φαίνεται

Πὼς γερνώτας μοιάζουν

 

Τὰ κεφάλια μας κρεμμύδια.

Κι ὅσο ἀφαιροῦσα ἀπ᾽ τὸ δικό σου

Φλοῦδες, πρόσθετα στὸ δικό μου

 

Δάκρυα. Δὲν θὰ μοῦ ἀρκοῦσαν

Τὰ μαῦρα μου γυαλιὰ

Ἄν σὲ ξανάβλετα στὰ δεκαεννιά.

 

***

 

Le miroir

 

C’était une journée extraordinaire.

Ensoleillée, calme.

Printanière en plein hiver.

Regarde le temps qu’il a choisi.

 

Qui a choisi ? Tranquille

Tranquille tu ne posais pas de question.

Ainsi je me suis tranquillisé moi aussi.

Mais comme je te regardai

 

Dans ton cercueil

J’ai vu l’image

De mon avenir.

Et alors il a fallu que tu sois enterré.

 

Et que moi je retourne la nuit

À mon miroir.

Miroir mon beau miroir

Montre-moi que j’ai encore du passé.

 

*

 

Ὁ καθρέφτης

 

Ἦταν μιὰ μέρα ἐξαιρετική.

Ἡλιόλουστη, ἥσυχη.

Μὲς στὸν χειμώνα ἀνοιξιάτικη.

Γιὰ δὲς καιρὸ ποὺ διάλεξε.

 

Ποιός διάλεξε; Ἥσυχος

Ἥσυχος δὲν ρωτοῦσες.

Ἔτσι ἡσύχασα κι ἐγώ.

Ἀλλ᾽ ὅπως σὲ κοίταζα

 

Μέσα στὸ φέρετρό σου

Εῖδα τὸ εἴδωλο

Τοῦ μέλλοντός μου.

Καὶ τότε ἔπρεπε νὰ ταφεῖς.

 

Κι ἐγὼ νὰ γυρίσω νύχτα

Στὸν καθρέφτη μου.

Καθρέφτη καθρεφτάκι μου

Δεῖξε μου πὼς ἔχω ἀκόμα παρελθόν.

 

 Théodore P. Zaphiriou

(traduction Janine Kaminski) ✮

Christian Boudignon : tragédie et épopée.

➤ Littérature classique ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article quatre)

L’Iliade et la bataille de Salamine dans les Perses d’Eschyle

par Christian Boudignon,

Ajax portant le corps d'Achille, protégé par Hermès (à gauche) et Athéna (à droite). Amphore à col attique à figures noires, v. 520-510 av. J.-C., Musée du Louvre, Wikicommons
Ajax portant le corps d’Achille, protégé par Hermès (à gauche) et Athéna (à droite). Amphore à col attique à figures noires, v. 520-510 av. J.-C., Musée du Louvre, Wikicommons

 

[En 472 avant J.-C., huit ans après la victoire navale des Grecs sur les Perses près de l’île de Salamine, Eschyle met en scène dans sa tragédie Les Perses l’attente angoissée du retour du roi des rois, par la reine Atossa et les vieillards du choeur. Après le dévoilement du funeste songe de la reine, paraît sur scène un messager qui révèle soudain le désastre : l’armée perse a été anéantie à Salamine par les Grecs. Le récit du messager fourmille d’allusions à Homère et à l’Iliade.]

 

Quel est le sens de la référence à l’Iliade dans le récit de la bataille de Salamine fait par le messager dans les Perses d’Eschyle (v. 249-514) ?[1]

L’usage d’éléments homériques dans le discours du messager est-il seulement d’ordre linguistique ou met-il en place une intertextualité qui fait sens dans la construction dramatique de la pièce ?

 

Le livre d’A. Sideras, Aeschylus Homericus[2] n’est qu’un point de départ d’études purement linguistiques ; on aurait aimé y trouver une introduction à l’interprétation du sens que prend chez Eschyle la référence à Homère. Sur les traces de Sideras, qui pense que la référence homérique ne donne au texte d’Eschyle qu’un coloris archaïque (“archaisches Kolorit”[3]), certains supposent que “les échos homériques contribuent significativement à l’élévation du style d’Eschyle”[4]. C’est peut-être vrai, mais s’arrêter là n’est-ce pas le signe d’une certaine paresse interprétative ? D’autres ont tenté de creuser ce filon. S. Saïd[5] a tracé un parallèle entre le luxe des Perses et la splendeur épique, entre la foule immense des Perses et le catalogue épique des navires… E. Flintoff[6] a prouvé que le vêtement double appelé διπλάξ (Perses, v. 277) devait sans doute être lu comme une transposition épique de la robe d’honneur mède appelée κάνδυς. Auparavant, A.H. Coxon[7] avait fait une fine analyse des v. 115-116 des Perses, où l’expression de la douleur et de l’anxiété du choeur se référait à la peine qu’endure Hector dans l’Iliade (17, 83). Coxon notait que les commentateurs “ne remarquent pas que la douleur d’Hector est due à la mort d’Euphorbe, un guerrier qui porte des armes d’or, comme les capitaines perses (…) ce qui donne à l’épithète μελαγχίτων [“sombre tunique”] chez Eschyle, sur les lèvres des vieillards perses, remplis de crainte pour l’armée, une touche individuelle et subtile à leur pathos.” Pourtant R. Garner[8] conteste cette interprétation d’A.H. Coxon : “certaines de ses allégations sont fondées sur des combinaisons de passages qui me semblent plutôt complexes, même à les considérer comme de simples échos” ; il limite en effet toute allusion aux seules citations. Pourtant, il reconnaît que certaines allusions méconnues avancées par Coxon sont intéressantes et nous guident dans le processus de création de l’auteur[9] !

 

Il faut réfléchir à la tragédie comme un genre qui se construit en se distinguant de l’épopée. Je me suis appuyé pour cela sur trois recherches récentes sur la différenciation de genre qui se réalise par la performance. G. Nagy, dans Pindar’s Homer[10] signale la concurrence de genres, entre l’épopée, la lyrique et le drame. Il décrit la vie littéraire à Athènes au début du Ve siècle av. J.-C. Les deux grandes fêtes panhelléniques organisées par les Pisitratides au VIe siècle étaient les Panathénées pour la déclamation épique et les Dionysies urbaines pour les représentations dramatiques, “ce qui donnait le contexte concret dans lequel allaient se différencier ces genres poétiques majeurs”[11]. De son côté, J. Herington, dans Poetry into Drama[12] montre comment Homère demeure pour Eschyle le modèle de création d’épisodes sérieux qui s’engendrent mutuellement dans un certain suspense. Mais Eschyle ajoute une nouvelle dimension au raffinement verbal de la poésie, la dimension visuelle. Cependant, selon Herington, bien qu’Eschyle ait pu être pleinement conscient de  « l’énorme potentiel du modèle homérique » (« the enormous potential of the Homeric model » ), soudain il se serait abstenu d’en tirer la moindre leçon pour sa pratique dramaturgique[13]. Ainsi, « le suspense et la catastrophe ne sont pas le fruit d’une action qui se produit ici et maintenant » comme chez Homère, mais « tout se produit par des paroles, et presque tout se trouve là-bas et alors… »[14] . P. Judet de la Combe, dans une intervention orale à l’atelier sur la poésie archaïque dans la tragédie grecque à Harvard en avril 1992, a proposé une autre théorie de la relation d’Eschyle à Homère. Il l’a définie « comme une forme de classicisme ». « Si d’un côté, disait-il, l’épopée est encore valable comme schéma directeur de la fiction, de l’autre côté, ce modèle est presque tout le temps utilisé d’une façon négative. » « La tragédie, disait-il, soumet l’épopée, en tant que forme de discours, à une analyse critique très sévère : elle lui dénie la légitimité d’un récit qui ne prend pas en compte le fait que tout discours est relié à une situation particulière, concrète, et à un locuteur particulier et que cela fait sens parce que cela est prononcé ici et maintenant. »

 

Je commencerai donc par les conditions de performance par le messager de son récit, autrement dit, par sa situation discursive.

 

1. La situation discursive du messager.

Au début, au moment où il entre, le messager paraît ne s’adresser à personne sinon au palais. La reine néanmoins réussit à devenir la meneuse du dialogue à travers son silence. C’est pourquoi, lorsqu’elle rompt ce silence, elle reprend la phrase du messager (Perses[15], v. 254) :

ὅμως δ’ ἀνάγκη πᾶν ἀναπτύξαι πάθος

« Pourtant il est nécessaire de dévoiler tout le malheur »

Ce vers devient dans sa bouche (Perses, v. 293-295) :

ὅμως δ’ ἀνάγκη πημονὰς βροτοῖς φέρειν

θεῶν διδόντων· πᾶν δ’ ἀναπτύξας πάθος

λέξον καταστάς, κεἰ στένεις κακοῖς ὅμως·

« Pourtant il est nécessaire  aux mortels de supporter les peines

quand les dieux les donnent : dévoile tout le malheur

vas-y, parle, même si tu dois gémir pourtant. »

Elle divise en deux le discours du messager :

–       la lamentation, soulignée par le chœur

–       et le récit, moins chargé d’émotion, dit et non pas chanté.

Mais par ces mots : λέξον καταστάς « vas-y, parle », elle traite le messager comme un aède homérique[16]. Le messager raconte l’histoire qu’il a vécue (Perses, v. 266) d’une façon qui rappelle Ulysse, quand, parmi les Phéaciens, il met de côté son chagrin (Odyssée 9, 12-13). En plus, le palais d’Alcinoos décrit dans l’Odyssée 7, 84-90, peut être présenté en trois mots comme un « grand havre de richesse » πολὺς πλούτου λιμήν, (Perses, v. 250).

 

Bien qu’il soit vrai que le messager d’Eschyle réponde aux questions de la reine et ne parle pas de lui-même longuement comme un aède le ferait, pourtant les questions de la reine ont un caractère homérique. Par exemple, quand la reine lui demande quel fut le commencement du combat (Perses,  v. 350)

ἀρχὴ δὲ ναυσὶ συμβολῆς τίς ἦν, φράσον·

“Le commencement de l’affrontement des navires, quel fut-il, dis-le moi”,

cette question rappelle l’invocation d’Homère aux Muses. Ainsi au chant XVI de l’Iliade[17] (16, 112-113):

Ἔσπετε νῦν μοι Μοῦσαι Ὀλύμπια δώματ’ ἔχουσαι,

ὅππως δὴ πρῶτον πῦρ ἔμπεσε νηυσὶν Ἀχαιῶν.

“Dites-moi maintenant, Muses, qui tenez demeures olympiennes,

comment donc d’abord le feu tomba sur les navires des Achéens.”

ou bien au chant XIV de l’Iliade quand on vient ramasser les morts (14, 508-510) :

Ἔσπετε νῦν μοι Μοῦσαι Ὀλύμπια δώματ’ ἔχουσαι

ὅς τις δὴ πρῶτος βροτόεντ’ ἀνδράγρι’ Ἀχαιῶν

ἤρατ’, ἐπεί ῥ’ ἔκλινε μάχην κλυτὸς ἐννοσίγαιος.

“Dites-moi maintenant, Muses, qui tenez demeures olympiennes,

lequel donc des Achéens le premier emporta les dépouilles sanglantes,

depuis l’instant où le glorieux Ebranleur de la terre fit pencher le combat”

Donc le messager présent à Salamine joue le rôle des Muses dans la mesure où elles sont invoquées pour rappeler ce que l’aède n’a pu voir. C’est pourquoi le messager est dans la situation de construire un discours épique complet. Il répond deux fois aux questions de la reine. D’abord à un niveau théologique, il note seulement l’action d’un dieu (Perses, v. 353-354) :

ἦρξεν μέν, ὦ δέσποινα, τοῦ παντὸς κακοῦ

φανεὶς ἀλάστωρ ἢ κακὸς δαίμων ποθέν.

“Ma maîtresse, celui qui a commencé tout ce mal,

c’est un Vengeur apparu d’on ne sait où, un mauvais démon.”

Secundo, il narre le commencement concret de la bataille (Perses, v. 409-410) :

ἦρξε δ’ ἐμβολῆς Ἑλληνικὴ

ναῦς,

“Celui qui commença l’affrontement, c’est un navire grec…”

Cette double entame, ce double principe (ἀρχή) rappelle la double causalité de l’Iliade, divine et humaine. Pourtant le dieu n’a pas de nom. Le discours du messager est purement factuel et refuse toute théorie théologique. Son épopée est fondée sur sa propre expérience.

 

Le récit, à proprement parler, délivré par le messager à la reine se divise en quatre parties :

–       le catalogue des morts (Perses, v. 302-330)

–       la ruse et la bataille navale (Perses, v. 353-432)

–       la bataille sur la petite île et la fuite de Xerxès (Perses, v. 447-471)

–       et le retour à travers le continent (Perses, v. 480-514).

Sauf pour la troisième partie, tous ces récits se terminent par des formules semblables (Perses, v. 330) :

πολλῶν παρόντων ὀλίγ’ ἀπαγγέλλω κακά.

“De nombreux malheurs, je n’en annonce que peu”

Le second récit finit ainsi (Perses, v. 429-430) :

κακῶν δὲ πλῆθος, οὐδ’ ἂν εἰ δέκ’ ἤματα

στοιχηγοροίην, οὐκ ἂν ἐκπλήσαιμί σοι.

“La foule des malheurs, parlerais-je dix jours à la suite,

je n’en viendrais pas à bout devant toi.”

Enfin, on lit à la fin de son discours ( Perses, v. 513-514) :

ταῦτ’ ἔστ’ ἀληθῆ· πολλὰ δ’ ἐκλείπω λέγων

κακῶν ἃ Πέρσαις ἐγκατέσκηψεν θεός.

“En parlant, je laisse de côté bien des malheurs

qu’un dieu a fait fondre sur les Perses.”

Par de telles déclarations, le messager exprime son incapacité à être exhaustif parce que la réalité derrière le récit défie toute narration. Cette attitude est typique de l’épopée homérique (Iliade 2, 488-492) :

πληθὺν δ’ οὐκ ἂν ἐγὼ μυθήσομαι οὐδ’ ὀνομήνω,

οὐδ’ εἴ μοι δέκα μὲν γλῶσσαι, δέκα δὲ στόματ’ εἶεν,

φωνὴ δ’ ἄρρηκτος, χάλκεον δέ μοι ἦτορ ἐνείη,

εἰ μὴ Ὀλυμπιάδες Μοῦσαι Διὸς αἰγιόχοιο

θυγατέρες μνησαίαθ’ ὅσοι ὑπὸ Ἴλιον ἦλθον·

“La foule, je ne saurais la raconter ni la nommer

même si j’avais dix langues, même si j’avais dix bouches,

même si une voix inaltérable, un cœur de bronze étaient en moi

à moins que les Muses Olympiennes, filles de Zeus porte-égide,

ne me remémorent combien ils étaient à être venus sous Ilion.”

Bien qu’il ait été témoin de la bataille, le messager n’est qu’un simple mortel, qui n’a pas le pouvoir des Muses et qui par conséquent est incapable d’atteindre à l’exhaustivité.

Le premier résultat de ces trois éléments est que la reine, en écoutant et en posant des questions met en place une scénographie où elle laisse au messager le soin de jouer le rôle d’un aède parfaitement conscient de sa tâche.

 

Telles sont les circonstances de ce discours. Le deuxième et le troisième récits qui racontent toute la bataille de Salamine depuis le v. 345 jusqu’au v. 464 seront au cœur de mon enquête parce qu’ils présentent de nombreux parallèles avec l’Iliade. A l’intérieur de cette perspective, j’analyserai trois types d’homérismes :

–       une répétition fondée sur une formule,

–       une image,

–       la figure d’un héros.

Je construirai ainsi une typologie de la référence d’Eschyle à Homère et j’en donnerai une interprétation.

 

2. Le refrain du crépuscule

D’une façon remarquable, le messager mentionne la tombée de la nuit trois fois[18] au début de son second récit. La première fois, le faux traître grec vient à Xerxès et lui révèle l’intention des Grecs de fuir “dès qu’arrivera la ténèbre de la nuit noire”

ὡς εἰ μελαίνης νυκτὸς ἵξεται κνέφας (Perses, v. 357).

Dès que Xerxès a appris le plan de ses ennemis, il ordonne à ses amiraux de mettre leurs navires en ordre de bataille “à partir du moment où le soleil cessera de brûler la terre de ses rayons, et que l’enceinte sacrée de l’éther recevra la ténèbre”

εὖτ’ ἂν φλέγων ἀκτῖσιν ἥλιος χθόνα

λήξῃ, κνέφας δὲ τέμενος αἰθέρος λάβῃ (Perses, v. 364-365).

Puis, pour la troisième fois, les marins reçoivent l’ordre d’obéir à Xerxès, “alors que l’éclat du soleil avait péri et que la nuit survenait”

ἐπεὶ δὲ φέγγος ἡλίου κατέφθιτο

καὶ νὺξ ἐπῄει (Perses, v. 377-378).

La simple répétition de ces phrases ou expressions suggère la qualité épique du récit du messager, puisque de tels éléments sont des traits typiquement épiques. Bien plus, puisque l’Iliade est tout particulièrement structurée par l’alternance du jour et de la nuit, de telles variations poétiques sur le thème de l’arrivée de la nuit ou du jour jouent le rôle de cadre temporel de l’action. Ainsi non seulement la forme de l’action (comme cela a déjà été dit) mais aussi le contenu du récit reçoit une structure épique marquée par cette alternance propre du jour et de la nuit. Plus précisément, on retrouve deux fois dans l’Iliade[19] ce distique :

… εἰς ὅ κε νῆας ἐϋσσέλμους ἀφίκηται

δύῃ τ’ ἠέλιος καὶ ἐπὶ κνέφας ἱερὸν ἔλθῃ.

“Jusqu’à parvenir aux navires bien pontés,

jusqu’à ce que s’enfonce le soleil et que là-dessus vienne la ténèbre sacrée.”

Dans ces vers 194-195 du onzième chant de l’Iliade, on conseille à Hector d’attendre pour intervenir dans la bataille qu’Agamemnon s’en aille, et alors il sera victorieux “jusqu’à parvenir aux navires bien pontés, jusqu’à ce que s’enfonce le soleil…” Ce conseil est répété en 11, 208-209. Il fixe les bornes du combat : le rivage où sont les navires, la nuit.

Dans les Perses, l’utilisation du mot “ténèbre” κνέφας dans le contexte du coucher du soleil invite le public à se rappeler cette journée de combat homérique, mais de façon inversée. Dans l’Iliade, la formule indique la fin de la bataille alors que dans les Perses, elle signifie précisément le début du combat. De la même façon, alors que dans l’Iliade, les navires sur la plage forment la limite spatiale de l’affrontement, dans les Perses, la mer est désormais le champ de bataille. Cette inversion est un indice qui guidera mon interprétation.

 

La variation dans la répétition est aussi significative que la répétition elle-même, car elle révèle la réaction de chacun des personnages à l’évènement. Dans la bouche du faux traître, l’expression n’est qu’une indication stratégique, sans autre développement. La «ténèbre» κνέφας n’est qu’un moyen pour atteindre une fin : la «nuit noire» permettra aux navires grecs de s’enfuir sans être aperçus. La valeur mythique exprimée par l’adjectif «sacré» ἱερόν chez Homère « ténèbre sacrée » κνέφας ἱερὸν (Iliade, 15,195) a disparu.

D’autre part, le messager laisse Xerxès développer fièrement l’expression homérique avec le rejet du verbe λήξῃ qui fait écho à son contraire, le verbe λάβῃ, à l’autre extrémité du vers. Eschyle semble ne plus considérer que le soleil se couche dans l’Océan comme Homère. Le soleil est plutôt vu comme une torche enflammée, dont la splendeur s’évanouit quand ses rayons cessent de briller, comme s’il était un élément permanent immobile. L’éther de son côté semble être le champ de bataille de deux forces physiques (la ténèbre et les rayons du soleil). Alors que c’est le domaine réservé de Zeus et de sa lumière chez Homère, il est ici à l’inverse voué aux forces de la nuit. La valeur sacrée de la ténèbre est ainsi expliquée : elle est sacrée parce qu’elle entre dans le «temple» (τέμενος) de l’éther. Ainsi la nuit n’est plus sainte par elle-même mais à cause de l’espace sacré qu’elle remplit.

La modernisation de la vieille formule homérique par Eschyle est peut-être une tentative pour faire apparaître Xerxès, selon le mot de Descartes, comme maître et possesseur de la nature, en lui conférant un langage emprunté aux théories cosmologiques contemporaines[20]. Xerxès paraît ainsi combattre par delà les limites naturelles de la nuit et de la mer : alors qu’Hector au chant XV s’arrête à la nuit et devant la mer, Xerxès veut combattre de nuit et sur mer. Si mon interprétation est juste, ce vers suggère l’hybris[21] de Xerxès et insiste sur son aveuglement extrême face à cette ruse.

Bien plus l’expression du messager (Perses, v. 377) :

“alors que l’éclat du soleil avait péri”

ἐπεὶ δὲ φέγγος ἡλίου κατέφθιτο

peut paraître menaçante. Il utilise le verbe dépérir, périr (κατέφθιτο) qui finissait déjà le vers 319, où il décrivait la mort des chefs perses. On pourrait lire une allusion à Xerxès derrière les mots d’«éclat du soleil» (φέγγος ἡλίου) dans la mesure où dans son dialogue avec le messager, la reine compare Xerxès à « la blancheur du jour sorti du noir temps de la nuit »

καὶ λευκὸν ἦμαρ νυκτὸς ἐκ μελαγχίμου (Perses, v. 301).

La répétition est ainsi réécrite pour développer une signification adaptée à la situation propre ; une épopée est ainsi construite par le messager avec des bribes de l’Iliade, plus précisément avec ses marges, ses repères chronologiques.

 

3. Le dieu et la balance

Pour mieux voir le rôle de la causalité divine dans le récit du messager, examinons son explication au début de son compte-rendu de la bataille de Salamine (Perses, v. 345-347) :

ἀλλ’ ὧδε δαίμων τις κατέφθειρε στρατόν,

τάλαντα βρίσας οὐκ ἰσορρόπῳ τύχῃ.

θεοὶ πόλιν σῴζουσι Παλλάδος θεᾶς.

“Mais ainsi un certain daimôn a détruit l’armée,

pesant dans la balance d’un sort qui ne penche pas de façon égale ;

les dieux sauvent la ville de la déesse Pallas.”

Cette image[22] de la balance est empruntée à la scène homérique de la pesée des kères, les destins collectifs, qui ne se produit qu’une fois dans l’Iliade (8, 69-72):

καὶ τότε δὴ χρύσεια πατὴρ ἐτίταινε τάλαντα·

ἐν δ’ ἐτίθει δύο κῆρε τανηλεγέος θανάτοιο

Τρώων θ’ ἱπποδάμων καὶ Ἀχαιῶν χαλκοχιτώνων,

ἕλκε δὲ μέσσα λαβών· ῥέπε δ’ αἴσιμον ἦμαρ Ἀχαιῶν.

“Et alors le Père déployait la balance ;

il y mettait deux kères de mort douloureuse

celle des Troyens dompteurs de cavales et celle des Achéens à la tunique de bronze ;

il tira la balance par son milieu : le jour fatal des Achéens pencha.”

Le messager adopte cette image mais résume en une seule les différentes actions de Zeus qui met les sorts dans les plateaux de la balance et les pèse. Par cette fusion, le messager fait apparaître que le dieu, quand il met les sorts sur les plateaux, ne peut pas ne pas se rendre compte de leur poids, de sorte que la pesée n’est qu’un spectacle : la décision s’est déjà faite dès que les poids ont été dans la main du dieu. Pour Homère, la balance est simplement une fonction du destin, de la moira, qui est l’objet de la volonté de Zeus. Au huitième chant de l’Iliade, la victoire des Troyens est le résultat de la volonté de Zeus d’honorer Achille, comme, Thétis, sa mère, l’avait demandé. Homère objectivise en une pesée ce que Zeus décide. Chez Eschyle, au contraire, l’action d’un dieu anonyme, d’un daimôn est présentée comme s’il n’y avait plus d’objectivité dans la pesée des sorts : le dieu lui-même trafique la balance et la fait pencher où il veut. Le jugement qu’est la balance dépend entièrement de la volonté des dieux de sauvegarder Athènes. L’expression οὐκ ἰσορρόπῳ « qui ne penche pas de façon égale », comme souvent chez Eschyle, résume toute une action épique avec un seul adjectif, mais la forme négative souligne l’absence de toute impartialité. Cette réinterprétation d’une image d’Homère nous donne un indice dans la relecture de l’Iliade par Eschyle[23].

 

Bien plus, dans la bouche du messager, en considération de la taille de la flotte, les Perses auraient dû l’emporter, n’était l’action d’un dieu qui cause leur défaite. La place de cette image à elle seule est significative : le messager vient juste de dire le nombre des navires des deux camps, ce qui rend la décision du dieu d’autant plus surprenante. L’image se trouve en plus au commencement du récit, de sorte que le résultat ne peut pas être expliqué comme le fruit d’un conflit entre deux flottes. En somme, bien que l’image soit la même, la concision eschyléenne et l’ordre narratif fait ressortir l’iniquité divine qu’Homère laissait dans l’ombre. Le texte d’Eschyle n’est pas seulement une reformulation de l’épopée homérique, mais aussi une réécriture de son sens.

 

4. Ajax le héros.

Comment la bataille de Salamine pourrait-elle être héroïque s’il n’y a nul héros du côté grec ? Tandis que les Perses sont nommés à profusion dans différents catalogues, il ne semble y avoir aucun héros grec qui vienne les affronter. Notre intention est montrer que les Grecs à Salamine sont dans une situation similaire à celle des Argiens qui combattent au quinzième chant de l’Iliade, et plus particulièrement dans la situation d’Ajax.

La reine Atossa, qui conduit le dialogue, demande au messager si Athènes est encore une “ville qui a échappé au pillage” (ἀπόρθητος πόλις, Perses v. 348). Cela rappelle le vers d’Homère sur le mur de défense construit par les Achéens qui resterait en place « tant que la cité du roi Priam aurait échappé au pillage  (ἀπόρθητος πόλις  ἔπλεν,  Iliade 12, 11). Athènes est ainsi subtilement mise en comparaison avec ce mur de défense construit pour protéger les bateaux, qui ne servira de rien quand Hector attaquera avec les Troyens.

 

Eschyle met cette habile réponse à la reine dans la bouche du messager (Perses, v. 349) :

ἀνδρῶν γὰρ ὄντων ἕρκος ἐστὶν ἀσφαλές.

“Tant qu’il y a des hommes, le rempart est sûr.”

Ce vers qui donne sa tonalité au reste du rapport est une paraphrase du vers proverbial du poète lyrique de Mytilène des VII/VIe siècle, Alcée (éd. Bergk 23, éd. Campbell, 112,10) : ἄνδρες γὰρ πόλιος πύργος ἀρεύιος « car les hommes sont la forteresse militaire de la cité ». Pourtant Eschyle change le mot πύργος (« tour, fortification ») en ἕρκος («palissade, rempart»), en référence à l’usage homérique du mot ἕρκος[24], comme par exemple au quinzième chant de l’Iliade.

La situation des Grecs à Salamine est en fait étonnamment semblable à celle des Achéens dans ce chant XV. Les Achéens se sont enfuis autour de leurs vaisseaux et ils doivent résister à la vague troyenne. Homère dit qu’ «ils remparèrent les navires d’une palissade de bronze»

… φράξαντο δὲ νῆας

ἕρκεϊ χαλκείῳ (Iliade, 15, 566-567)[25].

Ils sont avec leurs boucliers le dernier rempart (ἕρκει). C’est ce que disait le messager à la reine. Ailleurs, il reprend le phrasé homérique (Perses, v. 454-457) :

… ὡς γὰρ θεὸς

ναῶν ἔδωκε κῦδος Ἕλλησιν μάχης,

αὐθημερὸν φράξαντες εὐχάλκοις δέμας

ὅπλοισι ναῶν ἐξέθρῳσκον· ἀμφὶ δὲ

κυκλοῦντο πᾶσαν νῆσον

«… car lorsqu’un dieu

eut donné prestige aux Grecs dans le combat des navires,

ce même jour, remparant leur corps d’armes de bronze solide,

ils sautèrent de leurs vaisseaux et alentour cernèrent l’île entière.»

Le discours du messager fait allusion à l’Iliade quand le mot typiquement homérique de κῦδος[26] « prestige, gloire » est employé. De plus, l’expression ναῶν μάχης «combat de/aux navires» au lieu de ναυμαχίας «combat naval» pourrait dans ce contexte renvoyer à la bataille autour des navires à la fin du quinzième chant de l’Iliade. La référence à ce contexte homérique est renforcée par une création verbale d’Eschyle : l’adjectif χαλκόστομος « à la bouche de bronze » dans l’expression  ἐμβολαῖς χαλκοστόμοις «par des éperonnages à bec de bronze» (Perses, v. 414) renvoie aux assauts navals des Grecs. Cette expression se rapporte aux longues gaffes «coiffées d’une pointe de bronze» κατὰ στόμα εἱμένα χαλκῷ (Iliade 15, 389) que manient les Achéens contre les Troyens (et plus tard Ajax, en Iliade 15, 677). Ces gaffes pour le combat naval avec leur pointe en bronze deviennent chez Eschyle des navires «armés d’une bouche de bronze» ou plutôt «d’un bec de bronze», leur proue renforcée de métal !

Le parallélisme entre le récit du messager et le quinzième chant nous aide à comprendre l’absence de tout nom de guerrier grec dans la bataille de Salamine. En réalité, le seul nom grec qui apparaisse est celui d’Ajax dans l’expression «île d’Ajax» (νῆσον Αἴαντος Perses 307 et 368) parce que Salamine était le lieu de culte d’Ajax[27]. Le narrateur utilise l’expression une seconde fois quand Xerxès envoie «d’autres navires tout autour de l’île d’Ajax»

ἄλλας δὲ κύκλῳ νῆσον Αἴαντος πέριξ (Perses, v. 368)

A la vérité, ce sont les Grecs qui encercleront l’île, comme on l’a déjà mentionné. Le renversement de situation paraît être l’œuvre du héros défunt, divinisé, en tant que «vengeur» ἀλάστωρ ou «mauvais daimôn» κακὸς δαίμων (Perses v. 354). Car Ajax est défini dans l’Iliade comme le «rempart des Achéens» (ἕρκος Ἀχαιῶν, Iliade 3, 229) ; c’est le dernier héros à résister à Hector après la retraite des Achéens (Iliade  15, 674-675). On peut donc bien penser que la référence à son nom associé à l’île de Salamine chez Eschyle connote aussi le rappel de ce modèle héroïque de défense ultime.

Les Grecs et notamment les Athéniens seraient alors placés implicitement sous la protection d’Ajax[28]. La tactique des Athéniens qui consista à abandonner la ville fortifiée pour combattre sur les navires, puis à jouer la fuite, cette fois-ci avec leurs navires, reprendrait celle d’Ajax dans l’Iliade qui (une fois vaincu le rempart et les Achéens mis en fuite) combat depuis les bateaux de sa longue gaffe de vingt-deux coudées. Ainsi, le messager exprime quel héritage les Grecs reçoivent de l’Iliade à Salamine. Ajax est à la fois leur modèle et leur divin protecteur. Mais chez Eschyle, il n’y a plus de héros individuel, il n’y a plus qu’un héros collectif[29], à savoir les hommes qui font la cité. Ces gens-là, en 472 avant J.-C. lors de la représentation de la pièce, formaient le public auquel Eschyle s’adresse.

 

 

Il me faut à présent tirer les conclusions de cette moisson et énoncer les résultats qui s’en dégagent. Eschyle ne se contente pas de donner une couleur homérique au récit de la bataille de Salamine. Il transforme le messager en nouvel aède en le mettant dans la situation des Muses face à la reine Atossa, même si lui-même revendique plutôt la situation de l’aède, mortel incapable de tout dire. Dans ce contexte, le récit du messager est ponctué du refrain épique évoquant la ténèbre nocturne, mais cette allusion est réinterprétée dans un sens nouveau. La ténèbre n’a plus rien de sacré : le monde reçoit une organisation scientifique, où l’éther joue le rôle de temple, et où l’ordre des choses, les limites du jour et de la nuit, de la mer et de la terre ne doivent pas être transgressées, sous peine de sanction, comme l’éprouvera Xerxès qui veut combattre de nuit et sur mer. L’anthropomorphisme de l’expression « l’éclat du soleil dépérit » est caduc dans ce nouveau contexte scientifique : ces mots peuvent donc être désormais appliqués à un mortel, au roi Xerxès, qui de jour éclatant de blancheur devient un soleil flétri. Dès lors, l’action de la divinité n’est plus de suivre l’ordre du monde imposé par le destin comme chez Homère, mais au contraire de rétablir l’ordre, y compris par l’injustice. Et pour ce faire, la divinité peut modifier l’équilibre des forces, d’une façon qui ne peut que paraître inique aux victimes de cet arbitrage. Plus précisément, le récit du messager apparaît comme la reprise du chant XV de l’Iliade : le combat autour des navires devient un combat naval. Les gaffes de combat naval à pointe de bronze utilisées par les Achéens et Ajax deviennent les rostres de bronze des navires à Salamine. Dans l’Iliade, le rempart des Achéens n’était d’aucune efficacité devant les Troyens, seuls les boucliers de bronze servaient de rempart, et encore… ; dans les Perses, seuls les hommes et leurs navires servent de rempart. Bien plus, dans l’Iliade, Ajax était le véritable rempart des Achéens et il les sauve au chant XV en combattant sur les bateaux avec sa longue gaffe. Dans les Perses, l’insistance à définir Salamine comme l’île d’Ajax, le fait que ce soit le seul nom qui apparaisse du côté grec, qu’un daimôn soit apparu d’on ne sait où (alors qu’on est justement du côté de Salamine, lieu de culte du héros Ajax), et qu’intervienne un vengeur, être divin indéfini qui vient défendre éventuellement son domaine profané, tout cela laisse supposer qu’Ajax, héros divinisé, est de nouveau mais divinement, à l’œuvre dans la bataille de Salamine du côté des Grecs. Mais alors que dans l’Iliade, les Achéens étaient incapables de se défendre et que seul Ajax pouvait assurer la protection des navires, ici collectivement et anonymement les Grecs rejouent théâtralement le chant XV de l’Iliade, mais en en inversant l’issue. Xerxès donc qui se rêvait comme un nouvel Hector (à qui dans l’Iliade est promise la victoire jusqu’à ce que le soleil se couche), parce qu’il transgresse l’ordre des choses en voulant combattre de nuit,  est désormais vaincu. Il pourra, à la fin de la pièce, apparaître, vivant mais déshonoré, à la cour de Suse. La référence à Homère sert donc bien au messager à construire le drame tragique et l’effondrement du « héros » vaincu, Xerxès.

 

Christian Boudignon,

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris

Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille


[1] Cet article est le remaniement d’une intervention au workshop CorHaLi « Archaïc poetry in Greek Tragedy », présentée à Harvard (Massachussets, Etats-Unis) le 27 avril 1992. Je suis grandement reconnaissant à Pierre Judet de la Combe, grand spécialiste d’Eschyle, avec qui, élève à l’Ecole Normale Supérieure de Paris, je travaillais cette année-là.

[2] (Hypomnemata 31) Göttingen, 1971.

[3] Op. cit., p. 265.

[4] « Homeric echoes contribute most tellingly to the elevation of Aeschylus’s text » écrit W. Garson, « Aspect of Aeschylus ‘s Homéric usage », Phoenix 39 (1985), p. 1-5. Cela complète le livre de Sideras. Un exemple des oublis de Sideras est la comparaison homérique de la parure de cheval, un mors de pourpre qui donne couleur aux joues du cheval comme le sang baigne Ménélas (Iliade, 4, 141-147) à laquelle se réfère Eschyle dans les Perses (v. 316-317).

[5] « Tragédie et renversement, l’exemple des Perses » Mètis 3 (1988), p. 321-341 et particulièrement p. 329.

[6] “Διπλάκεσσιν at Aeschylus’s Persians 277 » Mnemosyne 27 (1974), p. 231-237.

[7] “(Scholars) do not observe that Hector’s grief is for the death of Euphorbus, a fighter who wore ornament of gold, like the Persian captains (…) which gives the epithet in Aeschylus, on the lips of the Persian elders fearful for the army, an individual and subtle pathos.” « Persica » The Classical Quarterly 8 (1958), p. 45-53

[8] “Some of his claims are based on combinations of passages which seems to me rather complex even to consider as echoes”, From Homer to Tragedy, Londres 1990, p. 226, n. 6.

[9] Garner, op. cit., p. 24, définit ces allusions comme collusions. Il y a chez les poètes grecs « des éléments complexes de leurs œuvres dont il est difficile d’imaginer que le public les ait aperçus. Pour autant, comme dans le cas des imitations, de tels détails dans la composition poétique sont intéressants, à la fois comme guide dans le processus de création du poète et fréquemment comme indice des allusions environnantes » (« complicated features of their works which is difficult to imagine their audiences could have noticed. Moreover, as with imitations, such details in poetic composition are interesting both as guide to the author’s creative process and frequently as an index to accompanying allusions »). Il appelle collusions  « ces allusions qui ne suscitent pas de déclic (dans la tête des spectatuers) ou alors un faible déclic » (« such allusions which have no trigger or a weak one »).

[10] Baltimore, 1990. Voir surtout p. 21 sur les Panathénées et le chapitre treizième “The Genesis of Athenian State Theater and the Survival of Pindar’s Poetry”, p. 382-413.

[11] « which provided the actual context for the differentiation of major poetic genre », op. cit., p. 391.

[12] Berkeley, 1985. Voir surtout la troisième partie “Tragic poetry”.

[13] Cf. op. cit., p. 143.

[14] Ibidem , p. 142.

[15] Nous suivons le texte de M.L. West, Aeschyli Tragœdiæ, Stuttgart, 1990.

[16] Je pense ici à l’analyse de P. Pucci, Odysseus Polutropos, Cornell, 1987, sur l’aède Phémius, p. 199, n. 6 et au dix-huitième chapitre dans son entier. Je laisserai de côté la discussion introduite par G. Nagy entre « maître de parole » et « maître de chant ».

[17] Nous suivons le texte de T.W. Allen, Homeri Ilias, Oxford, 1931.

[18] Cf. A. Sideras, op. cit., p. 213.

[19] Cette formule épique apparaît en 11,194 ; on la retrouve en 11, 209 avec la forme de 2e personne du singulier : ἀφίκηαι, et en 17, 455 avec la forme de 3e personne du pluriel :  ἀφικῶνται.

[20] Cf. J. Bollack, Empédocle I, introduction à l’ancienne physique, Paris, 1965, p. 277 et suiv.

[21] Cf. A. Schlögl, Der Geschichtbegriff der aischyleischen Tragödie, Vienne, 1991, p. 113. L’auteur insiste sur la similarité entre le roi barbare et les héros homériques, ce qui fait de l’Agamemnon un remake des Perses.

[22] Cf. A. Sideras, op. cit., p. 211.

[23] A. Schlögl, op. cit. , p. 20, insiste sur le fait que le chœur est intéressé à la dimension morale de l’action (Sittlichkeit) tandis que les héros homériques, eux, s’occupent des faits.

[24] Cf. A. Sideras, op. cit., p. 24. On a sans doute une référence également au deuxième oracle de Delphes promulgué aux Athéniens avant l’invasion de Xerxès. Cet oracle évoque le «mur de bois» τεῖχος ξύλινον, qui permettra à Athènes «d’échapper au pillage», comme le rapporte plus tard Hérodote, Histoire, 7, 141 : τεῖχος Τριτογενεῖ ξύλινον διδοῖ εὐρύοπα Ζεὺς / μοῦνον ἀπόρθητον τελέθειν « Zeus à  la voix immense accorde à Tritogénie une muraille de bois, qui seule échappera au pillage ». Tritogénie est le nom d’Athèna qui ici symbolise sa ville, Athènes.

[25] Le chant finira d’ailleurs par une exhortation d’Ajax à l’ardeur faute d’une ville fortifiée pour se défendre. Il faudrait analyser tout ce discours qui pourrait être lu comme une paraphrase du proverbe d’Alcée. Il finit par ces mots qui dans le contexte de la fausse fuite des Perses prennent un relief inattendu : “ainsi la lumière est dans nos mains, pas dans l’abandon de la guerre” (Iliade 15, 741).

[26] Cf. A. Sideras, op. cit., p. 145.

[27] Selon Hérodote, Histoire, 8, 64, les Grecs prièrent même Ajax avant le combat.

[28] Comme le signale Hérodote, Histoire, 5, 66 et 6, 35, Ajax est le nom d’une des dix tribus d’Athènes et certains nobles Athéniens se prétendant ses descendants. On aimerait posséder encore la trilogie perdue d’Eschyle consacrée à Ajax : l’Attribution des armes, les Femmes thraces, les Salaminiennes.

[29] Cf. A. Schlögl, op. cit., p. 43-48, qui présente l’exemple d’Achille dans les Myrmidons : le héros hoémrique doit faire face à un “groupe de guerriers” (“Kollektiv der Krieger”) qui apparaît comme une sujet connaissant et un sujet désirant. Voir aussi J. Herington, op. cit., p. 146 qui pense que dans la tradition d’Hésiode, de Pindare et surtout d’Eschyle, “l’être humain individuel, isolé et auto-suffisant n’est presque plus pensable”.

Bernard Boyaval : Confusions dans l’Au-delà.

Epigraphie  ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article trois)

L’épitaphe d’Ailia Prôtè de Rome

 par Bernard Boyaval

Jean-Baptiste Tiepolo, l'Olympe, musée du Prado, Madrid (wikicommons)
Jean-Baptiste Tiepolo, l’Olympe, musée du Prado, Madrid (wikicommons)

 

Cette épitaphe, qui date du Haut-Empire, figure dans W. Peek, Greek Verse Inscriptions 1, 1955, n° 1830 et L. Moretti, Inscriptiones Graecae Urbis Romae 3, 1979, n° 1146. Elle a été longuement commentée depuis par Mme Élodie Cairon dans la Revue des Etudes Grecques 119, 2006, pp. 776-781 (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reg_0035-2039_2006_num_119_2_4681).

Ses huit vers évoquent « une vie bienheureuse dans l’au-delà » (E. Cairon) et sont suivis d’une courte séquence en prose où le père de la défunte indique son âge au décès, 7 ans 11 mois 27 jours.

Voici la traduction Cairon des vers :

« Tu n’es pas morte, Prôtè, mais tu es passée vers un meilleur pays

Et tu habites les îles des Bienheureux dans beaucoup d’abondance,

Là, à l’intérieur des plaines de l’Élysée, te réjouissant, tu bondis,

Parmi les fleurs délicates, loin de tous les maux.

Ni l’hiver, ni la chaleur ardente ne te sont pénibles, ni la maladie ne te trouble,

Tu n’as ni faim ni soif ; même le regret de la vie des hommes

Tu ne l’éprouves plus ; tu vis irréprochablement

Dans les lumières pures, en réalité près de l’Olympe. »

 

La traductrice trouve la description de l’au-delà « dessinée par l’épigramme en touches successives » (p. 777). Je souhaite revenir sur ce point, parce que ses détails ne s’additionnent pas mais se contredisent.

 

Les îles des Bienheureux à l’intérieur des plaines de l’Élysée (v. 3) étaient placées, par la croyance commune, au bord de l’océan, à l’horizon des terres de l’ouest, au niveau des vivants, sous un soleil éternel qui nourrissait arbres, fleurs et prairies (Homère, Odyssée 4, 561-569 ; Hésiode, Travaux et Jours, 170-173 ; Pindare, Olympiques 2, 123-149, Thrènes, fragment 1)[1]. Les écrivains postérieurs les ont placées plus précisément au large de la péninsule ibérique (Strabon, Géographie 1, 1, 4-5 ; 3, 2, 13 ; Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 6, 37, 202-205 ; Plutarque, Vie de Sertorius, 8-9). Que ce texte ait situé Prôtè à l’ouest des terres et, à l’est, « près de l’Olympe » (v. 8) suffit à montrer le désordre des esprits quand ils cherchaient à se représenter l’au-delà. Car si, comme l’a noté E. Cairon (p. 778), « rejoindre l’Olympe, c’est rejoindre le ciel », comment imaginer la défunte à la fois à l’horizon occidental du monde et, en même temps, en ascension dans le massif de l’Olympe ?

 

J’ai évoqué d’identiques contradictions à Naucratis (Ὁ Λύχνος 73, 1997, pp. 40-42) et à Smyrne (Cahiers de Recherches de l’Institut de Papyrologie et d’Egyptologie de Lille 27, 2008, pp. 127-128). L’épitaphe de Prôtè en est un exemple de plus parmi d’autres dont la liste n’est pas dressée.

Dans cette confusion, un détail surprend. Aux vv. 7-8, le poète écrit

ζώεις

Ὀλύμπου πλησίον ὄντως,

« tu vis […] en réalité près de l’Olympe. »

 

L’adverbe y privilégie le séjour olympien, introduisant un doute malencontreux sur la précédente localisation de la défunte. E. Cairon a tenté de trouver « une distinction opératoire » entre ναίεις (v. 2), « tu habites (les îles des Bienheureux) », et ζώεις (v. 7), « tu vis (près de l’Olympe) » ; je ne sais pas ce qu’est une « distinction opératoire » ; ces deux verbes, me semble-t-il, ne servent qu’à éviter une répétition.

 

Ultime réserve sur le commentaire de E. Cairon : p. 778 note 15, elle a rapproché la stèle de Prôtè d’une série d’épigrammes des Greek Verse Inscriptions 1, nos 595, 909, 1146, 1773, 1829, 1978 et 1996, qui ont en commun de séparer les destins des corps (enfermés dans les tombes) de ceux des âmes (montées vers les régions célestes). Mais, dans ces cas, c’est la séparation des âmes d’avec le corps qui explique deux destinations opposées, l’une, à l’horizontale, l’autre, à la verticale[2]. Le devenir posthume d’une Prôtè non scindée ne peut pas leur être comparé ✸

Bernard Boyaval

Université de Lille III

 

[1] Cf. Revues des Etudes Classiques 56, 1988, pp. 225-240, sur cette représentation.

[2] Un exemple de la scission corps-âme (δέμας-ψυχή) et de leurs destinations opposées nous est donnée par le n° 42 p. 196, vv. 9-10 des Inscriptions métriques d’E. Bernand, 1969 : la tombe recouvre et cache le corps (κρύπτει), l’âme « s’en est allée vers les justes » (ἕπεται).

Jean Antoine Caravolas : L’helléniste Jules David, la belle grecque et leurs enfants.

 λύχνος n° 138, juillet 2014, article deux.

 L’helléniste Jules David (1783-1854), la belle grecque et leurs enfants

Le Gymnase de Chio où enseigna Jules David
Le « gymnase » de Chio où enseigna Jules David.

 

Jean Antoine Caravolas,

Université du Québec à Montréal (UQAM)

[J.A. Caravolas est l’auteur d’une étude remarquable : Jules David et les études grecques (1783-1854), L’Harmattan, Paris, 2009. Il offre au lecteur de Connaissance hellénique ce passionnant portrait de l’helléniste, mais aussi de sa famille qui s’est illustrée au XIXe siècle : on redécouvre ainsi tout un pan oublié de l’hellénisme et du philhellénisme.]  

La famille du peintre Jacques Louis David (1748-1825) joua un rôle de premier plan dans l’histoire culturelle, politique et militaire de la France et cela pendant plus d’un siècle. Les informations sur la contribution du patriarche étant abondantes et facilement accessibles, nous concentrons notre attention principalement sur celles de son fils aîné, Jules David (1783-1854) et de son petit-fils Jérôme David (1823-1882).

Jules David

Jules David reste à ce jour peu connu, non seulement dans son pays, qu’il servit honorablement comme diplomate, philologue et pédagogue mais également en Grèce, à laquelle il rendit des services précieux comme philhellène, professeur de français et helléniste. Son père était Louis David, membre influent de l’Assemblée législative (1791) et de la Convention (1792-1794), ami et collaborateur étroit de Robespierre, avec qui il vota en faveur de l’exécution de Louis XVI (1793), peintre de la Révolution française et de Napoléon Bonaparte. Sa mère, Charlotte Pécoul (1765-1826), était la fille de Charles-Pierre Pécoul, riche entrepreneur de Bâtiments du roi.

Jules naquit et grandit au temps où le mouvement philhellène se répandait dans toute l’Europe et même en Amérique (États-Unis, Haïti) et où la grécomanie atteignait en France son apogée[1]. Il a pour ainsi dire tété l’amour de la Grèce avec le lait maternel. Son père, qui était un grand admirateur de la civilisation grecque, un des principaux initiateurs du néoclassicisme[2]. Il croyait « que l’Antiquité était la source par excellence où il fallait puiser pour réaliser de grandes œuvres […] » et reconnaissait que son style évoluait avec les années « plus décidément dans le goût simple et énergique de l’antique Grèce[3] ». Il fréquentait le salon d’Elizabeth Lomaca, Grecque très instruite, épouse du consul général de France à Constantinople et mère du poète André Chénier[4]. Il avait presque certainement rencontré Adamantios Coray(s) (1748-1833)[5], le père des lumières grecques (voir infra), et certainement d’autres Grecs aussi.

Introduit dans ce milieu philhellène depuis son enfance, Jules était de plus en plus attiré par la Grèce, la langue et la culture grecques. Il apprit l’ancien grec au Prytanée[6] avec (apparemment) Jean-Baptiste Gail, suivit ensuite les cours de grec de l’illustre helléniste Ansse de Villoison (1750-1805)[7], et finalement alla étudier la langue d’Homère à l’université de Göttingen avec l’insigne helléniste du XVIIIe siècle Christian Gottlieb Heyne (1729-1812).

Au retour d’Allemagne, il dut laisser de côté le grec et accepter d’abord le poste d’auditeur au Conseil d’État, puis, en 1805, passer au service diplomatique de Napoléon. Il servit comme vice-consul à Citavecchia (1805) et à Otrante (1808) puis comme sous-préfet à Stade dans les Bouches de l’Elbe (1810). En 1815, l’empereur, en route pour Waterloo, lui offrit une préfecture, mais J. David n’eut pas le temps d’assumer ses nouvelles fonctions, le retour des Bourbons, la Terreur blanche qui s’ensuivit et le bannissement des régicides, mettant fin à sa carrière diplomatique. Il décida alors d’accompagner ses parents dans leur exil à Bruxelles.

 

Jules David et Coray (1748-1833)

Il arriva à Bruxelles le 27 janvier 1816 et se mit immédiatement à chercher, sans succès, un emploi, de préférence dans une université comme professeur de grec. Soudain, un mois plus tard, il retourna à Paris et entra en rapport avec Coray. Coray, était né à Smyrne où son père était un prospère négociant en soieries, toutefois il se considérait comme originaire de Chio, « l’île des vins » (V. Hugo)[8], le lieu de naissance de son père. Lorsqu’il termina le collège grec local, il demanda la permission de poursuivre ses études en Europe, tant par amour des lettres que pour ne plus vivre sous le joug turc, mais son père avait besoin de lui. Il passa ainsi de longues années à travailler dans la firme familiale, d’abord à Smyrne puis à Amsterdam. Dans ses heures libres cependant il apprenait, seul ou avec des professeurs privés, les langues et les sciences.

Ce n’est qu’en 1782 qu’il put venir en France et s’inscrire à la Faculté de médecine de l’université de Montpellier. En 1786, il soutint avec éclat deux thèses, comme le prescrivaient les règlements, et obtint son diplôme avec les éloges du jury. Pourtant il n’exerça jamais la médecine, sa passion étant la philologie et son rêve le plus cher de voir sa patrie politiquement indépendante et culturellement l’égale de la Grèce ancienne et des pays d’Europe les plus avancés.

Déjà comme étudiant ses traductions et ses publications le firent connaître comme philologue aux compétences exceptionnelles. Il attira ainsi l’attention des spécialistes, notamment celle de l’illustre helléniste Ansse de Villoison (1750-1805), qui l’invita à venir à Paris travailler avec lui. Il y arriva en 1788, fut immédiatement ravi par la « nouvelle Athènes » et s’établit au no 5 de la rue Madame, près du Jardin de Luxembourg. Il ne retourna plus à Smyrne et ne visita jamais la Grèce, même après l’indépendance (1830) à laquelle il avait tant contribué.

Sa collaboration avec Villoison fut brève, leurs caractères étant incompatibles et le savant français s’étant exprimé publiquement avec mépris à propos des Grecs modernes. Privé de revenu stable, Coray apprit à vivre modestement de ses traductions littéraires et scientifiques (Longus, Strabon, Beccaria, Selle, etc.). En 1805, il fonda la fameuse Bibliothèque grecque où il publiait ses traductions commentées des auteurs classiques de l’Antiquité grecque pour instruire ses compatriotes, éveiller leur fierté nationale et stimuler leur patriotisme. Ces éditions lui valurent une réputation internationale mais pas assez d’honoraires pour vivre quelque peu confortablement. Cela ne l’empêcha pas cependant de continuer son combat pour l’émancipation spirituelle et politique du peuple grec.

Coray pensait que le premier pas dans cette direction devait être la transformation du gymnase de l’île de Chio en un collège de type européen où enseigneraient des professeurs grecs, formés dans les grandes universités de l’Europe occidentale.  Il confia la tâche impossible de les trouver à son compatriote, protégé et collaborateur Néophytos Vamvas (1776-1855)[9]. Celui-ci accepta volontiers, réussit à recruter plusieurs spécialistes hautement qualifiés et partit pour Chio préparer l’inauguration de la « petite université » grecque qu’il allait diriger (1815-1821). Peu après Jules David arrivait de Bruxelles à Paris.

 

Coray et la langue française

Coray souhaitait qu’une des leçons principales du programme d’études au Gymnase de Chio soit le français, la langue universelle de l’époque. Il croyait que celui qui ignorait la langue de Molière ne pouvait prétendre avoir reçu une éducation libérale solide[10]. Il affirmait aussi que la langue des Français suffisait en elle-même à semer dans toute l’Europe les graines de la liberté et à abolir le pouvoir absolu de l’Antéchrist[11] (des Turcs). Il lui fallait donc absolument embaucher un maître de français instruit, de préférence natif et, disposé à aller enseigner sa langue dans un pays encore sous domination étrangère. L’expérience pédagogique n’était pas une condition. Au contraire[12].

La chance lui sourit. Jules David venait d’être dispensé de ses fonctions par le gouvernement des Bourbons et cherchait du travail. Coray l’apprit, trouva le moyen de se mettre en rapport avec lui et l’invita à venir le rencontrer à Paris. Le « fils du peintre » présentait beaucoup d’atouts : il était Français, baron, appartenait à l’une des plus célèbres familles de France, était ancien élève du Prytanée et avait étudié la philologie grecque avec le grand Heine. Surtout, il « était poussé par la volonté enthousiaste de se rendre utile à ceux qui l’invitaient » (Coray, 1979, t. 3, p. 494). Sa présence au gymnase de Chio augmenterait le prestige de l’école dans tous les Balkans, sinon dans toute l’Europe.

La rencontre eut lieu chez Coray, en juillet 1816, et dura plusieurs jours. Les négociations furent ardues et se tinrent dans le plus grand secret, la France étant l’alliée traditionnelle du sultan et le gouvernement de la Restauration l’ennemi juré de tout mouvement révolutionnaire, patriotique ou autre. Finalement les deux hommes se mirent d’accord sur tous les points et le 24 août ils signèrent le contrat. J. David se mit alors en route pour la Grèce, via Vienne et Constantinople,  avec de fréquents arrêts, parfois assez longs. Entre-temps, un événement imprévu faillit annuler le contrat à peine signé entre J. David et Coray et forcer le premier à rebrousser chemin, ruinant ainsi les plans du second pour le gymnase de Chio. En effet, le 14 septembre, un messager apportait de Bruxelles au 5, rue Madame une lettre de Charlotte David, adressée à Coray[13]. La mère de Jules David priait l’éminent philologue grec de lui écrire un certificat confirmant la compétence de son fils en langue grecque, afin qu’il obtienne un poste de professeur en Belgique. Comment sortir de cet imbroglio ? Après réflexion, Coray décida de ne pas en informer Jules, de ne pas répondre à Madame David par écrit ni lui envoyer le certificat demandé mais de simplement lui annoncer par le même messager, que son fils était déjà parti pour la Grèce où il allait « jouir d’honneurs et de moyens de subsistance » (Δημαράς, Coray, 1979, t. 3, p. 494)

 

Jules David à Chio

J. David débarqua à Chio tard le soir du 10 décembre 1816. Sur le quai l’attendaient le directeur Vamvas, les notables et une foule de curieux. Profondément touché par l’accueil que les Grecs lui réservèrent et leur empressement à rendre son séjour agréable, il commença ses cours tout de suite après les fêtes de la fin d’année. La classe comptait trente élèves d’âge différent, tous débutants absolus. Grâce à leur assiduité et au talent pédagogique de J. David, les progrès furent rapides. Déjà le 23 février 1817, il informait Coray à Paris qu’il ouvrait une nouvelle classe de débutants. C’était, ajoutait-il, sa façon de contribuer à la renaissance de la « Grèce sacrée ».

Parallèlement à l’enseignement du français, Jules David consacrait tout son temps libre à l’étude du grec moderne et préparait pour publication trois livres savants : un essai sur la parenté du grec ancien avec le grec moderne, pour l’information des philologues classiques ; un manuel de la langue grecque moderne, pour les besoins des francophones sans instruction supérieure ; et un dictionnaire complet de la langue grecque pour les besoins des Grecs et des étrangers cultivés. Ainsi passa un an et demi sans qu’il s’en aperçoive trop. Soudain, l’été 1818, J. David abandonna, pour des raisons non dévoilées, son poste au gymnase de Chio, prit le bateau, traversa le détroit de Tsesmé (six milles nautiques) et passa à Smyrne.

 

Jules David à Smyrne

Smyrne était alors une ville portuaire cosmopolite, grouillante d’activité, avec une population de 100 000 habitants   (Grecs, Juifs, Arméniens, Français, Anglais, Américains, Turcs et autres). À peine débarqué   il trouva un poste de professeur de français au gymnase grec de la ville et déjà fin octobre il se mariait. Il avait 35 ans et son épouse Maria (Marigo) dix-sept ! Elle était la fille de Michel Capinakis (ou Kapinakis), marchand prospère de Smyrne, et de Theodora Ma(nt)zourani. Marigo apportait à son mari, hors sa grande beauté et la fraîcheur de sa jeunesse, une dot considérable en espèces et en objets utiles pour le domicile. En échange, elle devenait baronne[14] et faisait dorénavant partie de la haute aristocratie française.

Il s’agissait sans doute d’un mariage arrangé, comme le voulait à cette époque la tradition, non seulement au Levant mais dans toute l’Europe[15].  L’implication de Coray dans cette union ne serait pas, nous semble-t-il à exclure. Nous savons que le sage Grec (comme l’appelait J. David) encourageait le mariage des femmes grecques avec des Français et qu’il rêvait de l’avènement prochain d’une « nation franco-grecque » :

IX (dernier chant)

Nation généreuse & digne d’admiration,                   Θαυμαστοί Γενναίοι Γάλλοι,

ô François ! les Grecs seuls                                      Κατ’ εσάς δεν είναι άλλοι

peuvent vous égaler en courage ;                              Πλην Γραικών, ανδρειωμένοι

Supporter, comme vous, les fatigues                        Κ’εις τους κόπους γυμνασμένοι.

et les privations de toute espèce.                             Φίλους της ελευθερίας

Les Grecs réunis aux amis,                                       Των Γραικών της Σωτηρίας

aux défenseurs de leur liberté,                                   Όταν έχωμεν τους Γάλλους

aux intrépides François,                                            Τις η χρεία από άλλους ;

N’ont besoin d’aucun autre secours

Liés par une amitié indissoluble,                              Γάλλοι και Γραικοί δεμένοι

Les deux peuples n’en font plus qu’un ;                  Με φιλίαν ενωμένοι,

Ce ne sont plus des Grecs ou des François              Δεν είναι Γραικοί η Γάλλοι,

qui combattent pour la cause de la liberté ;

c’est la nation Gallo-grecque                                 ΑλλενέθνοςΓραικογάλλοι,         

Tous ensemble ils s’écrient :                                    Κράζοντες, « Αφανισθήτω

« que l’horrible servitude disparoisse de la terre !              Κεκτης γης εξαλειφθήτω

Que son nom même soit à jamais anéanti !              Η κατάρατος δουλεία!

VIVE LA LIBERTÉ! »                                                           ΖΗΤΩ Η ΕΛΕΥΘΕΡΙΑ! »

A. Coray, Άσμα πολεμιστήριον (Chant de guerre des Grecs), Aθήνα : ΕΛΙΑ 1982. p 16 (souligné par J.C.).

 Il comprenait également qu’un professeur étranger marié avec une Grecque serait moins tenté de quitter la Grèce et retourner dans son pays d’origine[16]. Dans le cas de Marigo, il pouvait avoir aussi des raisons plus personnelles de souhaiter ce mariage. Son cousin Joseph à Smyrne s’appelait Man[nt]zouranis. Était-il parent de la mère de Marigo ? Quoiqu’il en soit, le mariage religieux eut lieu en octobre (?) 1818, en présence de nombreux parents et amis de la famille Capinaki et de quelques aristocrates français, amis de la famille David qui se trouvaient alors à Smyrne[17] qui ne manquèrent pas de transmettre leurs impressions à Paris et à Bruxelles.

La cérémonie de mariage. 

Bien informé sur la mariée et sa famille, Louis David envoya, le 1er janvier 1819, à son fils aîné à Smyrne une longue lettre dans laquelle il bénissait, en son nom et au nom de Mme David, le mariage, en ajoutant, quelques mots aimables pour sa belle-fille[18] et quelques phrases de circonstance pour les parents de celle-ci[19]. Il terminait sa missive par cette vague promesse :

«Tu peux toujours compter sur les quinze cents francs par an, sauf quand je rentrerai en France et qu’on m’aura payé le prix que je demande pour mes deux grands tableaux d’histoire des Sabines et des Thermopyles, sauf à moi dis-je à vous en faire tous participer ».

Pas de cadeau de mariage. Jules David fut profondément déçu. Il arrivait difficilement à joindre les deux bouts, surtout depuis la naissance de son fils Eugène, le 27 juillet 1819.

 

Jules David helléniste 

A Smyrne Jules David partageait son temps libre entre ses recherches sur la langue grecque, la rédaction de ses livres et ses activités politiques. Totalement immergé dans le milieu hellénique, il apprit le grec moderne parfaitement, ce qui lui facilitait considérablement la rédaction de trois ouvrages envisagés. Le premier, intitulé Συνοπτικός Παραλληλισμός της ελληνικής και γραικικής η απλοελληνικής γλώσσης (Le parallèle des langues grecques ancienne et moderne)[20] fut publié à Paris, en 1820. Le second, Méthode pour étudier la langue Grecque Moderne[21], parut en 1821, également à Paris. Il s’agissait de deux ouvrages remarquables, réédités la même décennie et traduits en anglais et en allemand. En France toutefois, ils n’attirèrent pas, au temps de la Restauration, l’attention qu’ils méritaient, principalement pour des raisons politiques. J. David était non seulement « fils du peintre régicide » mais aussi bonapartiste, libéral et démocrate impénitent.

 

Charles Nodier et Jules David

Néanmoins, il se trouva un membre de l’Académie française, Charles Nodier (1780-1844), écrivain et poète prolifique, un des fondateurs du mouvement romantique, qui en pleine Restauration, eut le courage de saluer la contribution de Jules David à l’avancement des études grecques et en même temps de rappeler les mérites de son illustre père, le peintre proscrit. Dans un article paru en 1823 dans les Annales de la littérature et des Arts, publiées par la Société des bonnes lettres, il caractérise Συνοπτικός Παραλληλισμός […] comme « un ouvrage remarquable » et ajoute :

 

Je ne sais rien de plus clair, de plus fort de logique grammaticale, de plus riche d’érudition classique, que ces recherches si simples en apparence sur la voix, les modes et les temps, dont la stérilité a souvent rebuté et souvent découragé nos premières veilles, mais auxquelles une élocution brillante et animée a communiqué beaucoup de charmes à l’ouvrage de M. David.

Il définit l’auteur du livre, qui doit résider contrairement à sa volonté à l’étranger, comme : « un homme supérieur et tout à fait maître de la matière », qui avec son père, le peintre Louis David, représente deux grands talents qui élèvent sur deux points très éloignés de l’Europe deux monuments immortels à la Grèce : le père qui consacre dans un chef d’œuvre le dévouement de Léonidas, et le fils qui va sur la terre de Léonidas relever par un travail utile et mémorable l’ancienne réputation des Francs.

L’académicien achève son article en recommandant aux autorités françaises de fonder une chaire de grec ancien et moderne comparés et d’en confier la direction à Jules David, « un talent que l’Asie envie à l’Europe » car c’est une honte « qu’un François qui a honoré le nom de François chez les Grecs,  n’est pas respectée ; il faudrait solliciter une chaire à Smyrne ou compiler un dictionnaire[22] à Bucharest ? ».

 

Jules David, bonapartiste et philhellène

            À Smyrne, J. David maintenait de bons rapports avec la communauté française. Naturellement, il se sentait plus proche des émigrés bonapartistes. Il en connaissait plusieurs personnellement, du temps qu’il vivait en Europe. Certains d’entre eux complotaient contre les Bourbons et préparaient le retour au trône de l’Empereur ou du moins d’un de ses frères. Il était aussi ami avec le consul de France et dans la Méthode pour étudier la langue grecque moderne, il lui consacre toute une page (109) du Dialogue III. Le consul s’appelait aussi Jules David, était écrivain, poète et grand philhellène et pour cela on le confond très souvent avec le mari de Marigo Capinaki. À tort, car le consul venait d’une famille de diplomates, sans aucun lien de parenté avec le peintre David.

Philhellène ardent, le fils du peintre suivait l’évolution des affaires grecques attentivement. Il était très bien informé sur tout ce qui se passait dans les Balkans et au Levant[23]. Il parlait le grec moderne mieux que la majorité des Grecs de l’époque et il avait beaucoup d’amis et de collègues qui le tenaient au courant de derniers événements. Plusieurs d’entre eux étaient initiés aux secrets de la Filiki Etaireia (Société amicale), l’organisation patriotique qui préparait la révolution nationale qui devait éclater d’un moment à l’autre.

 

Départ pour Trieste

En effet, le 26 février 1821, le prince Alexandre Ypsilantis déclarait à Jassy, en Roumanie, le début de la Révolution. La réaction turque ne se fit pas attendre : massacres à Smyrne et en d’autres villes de l’Asie Mineure, pendaison publique du patriarche œcuménique Grégoire E’ à Constantinople et des centaines de religieux et de laïcs assassinés un peu partout en Turquie. J. David comprit alors que le temps était venu de quitter le Levant. Sa sûreté personnelle et celle de sa famille étaient en grand danger, surtout après la publication à Paris, en 1821, de son Appel en faveur des Grecs, un des premiers et des plus éloquents témoignages de solidarité avec le peuple grec révolté.

La crainte de représailles turques n’était pas l’unique raison qui poussa J. David à vouloir quitter Smyrne. Il avait certainement la nostalgie de l’Europe. De plus sa situation économique demeurait aléatoire. La poursuite de ses recherches sur les rapports de la langue néo-hellénique avec le grec ancien devenait, avec le soulèvement, impossible. Le travail sur le dictionnaire grec de même. Enfin, le tour des événements politique en France, en Italie, en Espagne et ailleurs en Europe, ne laissaient pas indifférent l’ancien diplomate de Napoléon Bonaparte. Michel Capinakis pensait aussi partir. Il craignait certainement pour la sécurité de sa famille et l’avenir de son fils Nicolas. Ses affaires aussi allaient plutôt mal.

Les deux hommes décidèrent de chercher refuge à Trieste. « La perle de l’Adriatique » les attirait pour des raisons différentes. Le beau-père savait que dans cette importante ville portuaire s’était développée, après 1782, une colonie hellénique très dynamique, qui évolua vite en un des principaux centres économiques, politiques, culturels et sociaux de la diaspora grecque. Trieste tentait Jules David aussi. La ville n’est pas si loin des frontières françaises ; de nombreux bonapartistes s’y étaient établis ; surtout, à Trieste vivait en exil depuis 1816 le prince Jérôme Bonaparte. Le frère cadet de l’empereur et le fils aîné du peintre avaient le même âge, se connaissaient bien du temps du règne de Napoléon et partageaient beaucoup de souvenirs heureux de cette époque.

 

Le péché de Marigo

            Jules David avec Marigo et leur fils Eugène arrivèrent à Trieste, fin 1821. À peine installé, il courut chez le Prince lui présenter ses respects et son épouse grecque. La rencontre fut cordiale. D’autres visites suivirent. Ils ne s’étaient pas vus depuis des années et avaient beaucoup à se raconter, après tout ce qui s’était passé depuis la bataille de Waterloo. Le sujet principal de leurs discussions était naturellement l’actualité politique en France. Un autre sujet les intéressait au plus haut point : le sort de la Grèce qui venait de se révolter.

J. David avait dressé un plan pour faire de l’ambitieux Jérôme Bonaparte le futur roi de Grèce. L’ex-roi de Westphalie écoutait son ami lui expliquer de quelle manière il pourrait ceindre la couronne de la Grèce ressuscitée. Simultanément, pendant toute la visite, il ne quitta pas Marigo des yeux. Il était ébloui par sa beauté. Jeune, beau, élégant, aucune femme ne lui résistait longtemps. Le nombre de ses enfants illégitimes ne se comptait plus. Tout indique que la fille de Michel Capinakis succomba aussi à son charme (voir infra).

 

Les David à Rome

Le plan de Jules David de faire monter le Prince Jérôme sur le trône de Grèce n’avait, comme tout lecteur sérieux le comprend, absolument aucune chance de se matérialiser. Trieste était un port autrichien. Metternich ne permettrait jamais à un Bonaparte de devenir roi de Grèce ou de n’importe quel autre pays en Europe. D’ailleurs les services secrets du chancelier autrichien surveillaient tous les mouvements du Prince et de tous ceux qui le fréquentaient. En ce qui concerne J. David les autorités autrichiennes ne perdirent pas de temps : elles lui interdirent l’entrée en Autriche.

Le prince souhaitait s’établir avec sa famille à Rome. Il dut attendre très longtemps. Il n’obtint la permission qu’en 1823. Il arriva dans la ville éternelle le 23 avril 1823, acheta un palais délabré près de la Piazza di Spagna et reprit la même vie insouciante. À sa suite débarquait J. David avec Marigo. Elle était enceinte. Le 30 juin elle donnait naissance à un second fils. Le prince offrit de le baptiser et de le nommer … Jérôme (parrain de son fils ?). Le mari de Marigo   n’y vit pas d’inconvénient. Il était sans emploi, sans économies ni espoir aucun d’améliorer bientôt son niveau de vie. L’aide qu’il recevait de Bruxelles était modeste et arrivait irrégulièrement, et la contribution de son beau-père maigre, ses affaires à Trieste ne prospérant pas.

Comme si tout cela ne suffisait pas, le couple David vivait une tragédie : leur fils ainé Eugène souffrait d’une maladie très grave (voir infra). Alors, lorsque le Prince proposa à Jules de le prendre à son service et de lui louer un appartement dans son palais, il accepta sans trop hésiter, même si le salaire était absolument risible (1 500 francs par an). Il semble que le prince volage ne s’intéressait plus aux appâts de Marigo.         En outre, la situation politique en Europe évoluait différemment de ce que Jules avait espéré : à Paris, le gouvernement de la Restauration restait fort, en dépit de tous les efforts de l’opposition libérale de le renverser. Les nouvelles qui arrivaient de Grèce étaient encore plus affligeantes. La révolution qu’il avait accueillie avec tant d’enthousiasme était en danger mortel. La guerre civile (1823-1825) entre les chefs de l’armée de terre, de la marine et des dirigeants politiques faisait rage. Le rêve d’une Grèce libre, indépendante et démocratique s’évanouissait. Heureusement, le séjour des David à Rome dura peu de temps.

 

Les David en France

La santé du père de Jules demeurait chancelante et après son accident[24] elle ne cessa de se détériorer. Il mourut le 29 décembre 1825, entouré des membres de sa famille et il fut enterré à Bruxelles, le gouvernement de la Restauration ayant refusé le transport de sa dépouille en France. La mère était gravement malade et paralytique. Comme elle avait besoin de soins continus, Eugène, son fils cadet, l’amena chez lui à Paris. C’est alors que J. David prit la décision de retourner avec sa famille à Paris également. Charlotte David avait ainsi la possibilité de   mieux connaître sa bru Marigo et ses deux petits-fils : le malade Eugène et l’illégitime (?) Jérôme. Il semble qu’elle n’exprima jamais le désir de les voir. D’ailleurs, elle mourut à peine quelques mois après son mari, le 9 mai 1826.

            À son retour à Paris, J. David loua un appartement au 12, rue Mabillon, près de l’église Saint-Sulpice, pas loin de la rue Madame où habitait Coray[25]. Avec la mort de ses riches parents, ses problèmes d’argent disparurent. Lui, qui au service de Jérôme Bonaparte à Rome, ne gagnait que 1 500 francs par an, héritait, comme son frère et ses deux sœurs, 234 660 frs. Aussitôt les formalités de succession réglées, il s’empressa d’acheter une maison à Montmartre, qu’il louait au prix de douze mille francs par an. Puis il s’occupa de légaliser le statut de ses deux fils et le 12 décembre 1827 de signer, avec Marigo, leur contrat de mariage par lequel ils acceptaient qu’il y aurait entre eux une simple communauté d’acquêts.

 

Jules David reprend ses travaux sur la langue grecque.

Ce n’est qu’alors que J. David put reprendre la rédaction de son Dictionnaire de la langue grecque qu’il avait dernièrement tellement négligée. Parallèlement, il entreprenait des démarches pour retourner à la fonction publique. Il croyait qu’après la Révolution de 1830 et la prise du pouvoir par un gouvernement libéral, cela ne serait pas difficile. Nombre de nouveaux dirigeants étaient des amis de son père ou des personnes qu’il connaissait personnellement. Il postula donc un poste au Conseil de l’Éducation publique. Sa candidature fut cependant poliment rejetée de même que sa demande d’un poste de professeur de grec à l’université. Il ne fut pas réintégré dans le corps diplomatique, comme l’avait espéré son père ; n’obtint pas le poste de préfet que lui avait offert l’empereur quelques semaines avant sa chute, en 1815 et il ne fut pas nommé professeur à l’Université de Paris comme il présumait.

 

Les dernières années de Jules David

             Les gouvernements de la Restauration n’oubliaient pas qu’il était le fils du « peintre régicide » et le gouvernement libéral qui prit le pouvoir après la révolution de juillet 1830, se trouvait dans l’impossibilité de satisfaire ses demandes, soit parce que le nombre des candidats aux postes visés était très grand, soit parce que J. David ne répondait pas aux critères de sélection. Il dut donc se contenter du poste de « suppléant » du professeur Jean François Boissonade (1774-1857), un des hellénistes les plus respectés de son temps et ami étroit de Coray.

Après sa nomination, J. David, pour être plus près de l’Université, déménagea de la rue Mabillon dans un appartement plutôt modeste, à la Place Saint André des Arts. Mais son contrat de suppléant était annuel et non pas permanent. Pendant dix ans (1830-1840), il fut renouvelé, plus ou moins automatiquement. Où la Sorbonne aurait-elle trouvé un autre helléniste qui possédât aussi parfaitement que lui non seulement le grec ancien mais le grec moderne aussi ?

Tout changea en 1840 avec l’introduction de nouveaux règlements proposés par le ministre libéral de l’Instruction publique, Victor Cousin. Dorénavant, pour être nommé suppléant à l’Université, il fallait passer le concours d’agrégation. J. David refusa de participer au concours. Son contrat ne fut donc pas renouvelé et son poste fut attribué au jeune Émile Egger (1813-1885), brillant philologue et un des premiers agrégés.

J. David n’avait que 57 ans et était encore en bonne santé, sauf pour ses yeux qui s’étaient affaiblis, de sorte qu’il ne pouvait plus travailler le soir à la lumière de la lampe à huile. Il savait qu’il avait encore beaucoup à offrir. Il souhaitait qu’on lui permette de continuer à enseigner, sinon à l’Université au moins à l’École des langues orientales vivantes ou dans une autre institution d’éducation supérieure. Il s’adressa au ministre qu’il connaissait personnellement, approcha des amis influents, pria des personnalités haut placées d’intervenir en sa faveur. En vain. Il devait partir. Sa carrière universitaire était terminée.

Il continua toutefois à participer activement aux travaux du Comité hellénique de Paris,à encourager tout effort visant à la renaissance spirituelle de la Grèce et à peaufiner son Dictionnaire français et grec ancien[26]. Il le considérait comme sa principale contribution à la philologie grecque et ne cessa jusqu’à sa mort de se battre pour le faire imprimer. Sans succès. Il mourut le 25 janvier 1854 à l’âge de 71 ans et fut enterré au cimetière du Père-Lachaise dans la tombe familiale des David, à côté de ses parents[27], de son frère et de ses deux sœurs … mais pas à côté de Marigo, son épouse !

 

La vie de Marigo à Paris

En France, une vie nouvelle commença pour Marigo, pleine de soucis et de chagrins. Elle devait s’adapter à sa nouvelle patrie, où elle allait passer le reste de sa vie au milieu d’étrangers ; apprendre la langue et s’habituer à côtoyer, ne serait-ce qu’occasionnellement, une société distinguée dont les intérêts et les préoccupations la laissaient complètement indifférente. Surtout, elle devait s’occuper de ses deux garçons, Eugène et Jérôme, une tâche épuisante. Ceux qui ont écrit sur J. David et sa famille ne parlent d’habitude que du fils cadet, Jérôme. Pourtant, l’existence d’Eugène est indéniable. Nous possédons non seulement son certificat de naissance mais aussi bien d’autres documents le concernant. Alors, pourquoi ce silence ?

 

Eugène David, le fils aîné de Marigo

             Le petit Eugène était né avec de sérieux problèmes de santé et avait besoin de la présence permanente de sa mère ou de sa nourrice. Tout indique que les parents tardèrent à s’en rendre compte. Quand ils apprirent la vérité, ils la gardèrent longtemps secrète. Finalement, ils placèrent le malheureux Eugène dans la maison de Santé du Docteur Brière de Dorimont[28], « espérant que les médicaments et les soins dont il était entouré pourraient amener sa guérison, mais […] aucune amélioration n’était survenue […]. Le père,  ayant « perdu tout espoir de voir cesser le pénible état de son fils  […], proposa alors au Tribunal de convoquer un conseil familial en présence du juge de paix et de déclarer Eugène interdit. Le 19 décembre 1843, le Tribunal approuva la proposition du père unanimement et nomma, « conformément à la loi […] pour administrateur provisoire Mons. Le Baron, David, son père […]. Il n’y a pas eu d’opposition à ce jugement ni appel ».

Eugène entra donc à l’asile de Charenton[29], l’établissement psychiatrique le plus moderne d’Europe. Il souffrait d’imbécillité et d’idiotisme complet. Selon E. Esquirol (1772-1840), fondateur de l’école psychiatrique française, souffre d’imbécillité celui qui n’est capable que de quelques pensées, a une capacité limitée de parler, de se souvenir et de faire quelques actes logiques ; d’idiotie souffre celui qui est totalement ou presque totalement incapable de penser. Tant l’imbécillité que l’idiotie se présentent sous des formes multiples. Les causes de ces maladies sont presque toujours physiologiques. D’habitude le mal se manifeste dès la naissance de l’enfant.

Eugène passera donc à Charenton plus de trente ans de sa vie. À la mort de sa mère en 1879, il se trouvait toujours à l’asile. Son état était resté pendant tout ce temps «absolument stationnaire». Dans les registres de l’asile de l’année 1873, dans la colonne Remarques médicales on continue à répéter : « Démence absolue, aucune manifestation intellectuelle. Existence végétative ». Dans le rapport daté du 11 janvier 1873 y est ajouté : « malpropreté : même état » et en janvier 1874 : « dément complet, malpropre, végète. Pension 142 frs.[30] ».

 

Jérôme David (1823-1882), fils cadet de Marigo

Avec leur fils cadet, les David avaient des problèmes d’un ordre différent. Dès sa naissance, dans les salons de Trieste et de Paris, les commères chuchotaient que le père de l’enfant n’était autre que Jérôme Bonaparte, le frère cadet de feu l’empereur Napoléon. C’est aussi ce qu’affirment la plupart des historiens[31]. De toute évidence les rumeurs atteignirent les oreilles du frère et des sœurs jumelles de J. David à Paris qui, vraisemblablement, en informèrent leurs parents à Bruxelles. À partir de ce moment, les relations de Louis et de Charlotte David avec leur fils aîné se refroidirent[32] et leur intérêt pour Marigo et le nouveau-né disparut complètement.

Marigo devait être, comme la plupart des femmes grecques et orientales de cette époque, docile, effacée, soumise à son mari. À Smyrne, à Trieste, à Rome et à Paris, elle restait à l’ombre. Les décisions étaient prises par les hommes de la famille : son père, son frère et plus tard par son époux. Elle ne parlait pas beaucoup. Elle se taisait sur ce qui s’était passé à Trieste entre elle et le Prince. Était-elle innocente ? Cachait-elle son secret ? Lui avait-on commandé de garder le silence ? Probablement on ne saura jamais la vérité. De même, personne ne sait ce que son époux pensait de tout cela. Les rapports de J. David avec Marigo et le petit Jérôme en avaient-ils été affectés ? Rien ne le prouve. Il a toujours maintenu être le père légitime de deux garçons, d’Eugène et de Jérôme.

Sur la petite enfance de Jérôme, on est aussi très peu informés. Il devait être un enfant difficile à élever. À treize ans, ses parents l’embarquèrent à Bordeaux sur un cargo qui se dirigeait vers l’Amérique du Sud. On ne sait pas pourquoi exactement. On dit que les conditions de vie sur le bateau étaient particulièrement rudes et la discipline très dure et que pour cela quand le navire fit escale à Montevideo, en Uruguay, l’adolescent en profita pour s’enfuir. Pour survivre, il exerça toutes sortes de métiers[33] jusqu’au jour où un émigré français eut pitié de lui et l’aida à retourner chez ses parents, en France. Marigo devait être heureuse de l’avoir de nouveau près d’elle.

 

La carrière prodigieuse de Jérôme David

À Paris, Jérôme reprit ses études secondaires et, en 1842, il entra à Saint-Cyr d’où il sortit en 1844 avec le grade de sous-lieutenant. Il servit pendant plusieurs années en Afrique, à l’époque des conquêtes coloniales, retourna par la suite en France et s’établit à Paris au n° 30, rue Saint Guillaume, non loin de l’appartement de ses parents. À l’âge de trente ans, il épousa Larissa Merle, une très belle femme de vingt-sept ans, fille d’une famille riche et honorable de Langon qui lui donnera deux enfants : Jérôme Napoléon (!), en 1853 et Marie-Joséphine, en 1855. Ils mourront jeunes, le fils à vingt ans, la fille à seize ans. Ainsi s’éteignit la descendance directe de Jules David et de Marigo Capinaki[34] .

Contrairement à son père, Jérôme fit une carrière spectaculaire, en grande partie grâce à l’aide de son parrain (de son père ?) le prince Jérôme Bonaparte.  Elle commença après le coup d’État du 2 décembre 1851 et l’accession de Louis Napoléon Bonaparte au trône impérial (1852-1870). Jérôme Bonaparte, oncle du nouvel empereur, fut alors nommé Président du Sénat et prit son « filleul » (son fils illégitime ?), le sous-lieutenant Jérôme David pour aide de camp. Peu après, il le plaça au service de son fils légitime Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte (1822-1891), dit Plon-Plon. Les deux demi-frères (?) partirent ensemble faire la Guerre de Crimée (1854-1856). Au retour de Crimée cependant, le fils de Marigo décida de quitter l’armée pour se consacrer à la politique.

La carrière politique de Jérôme David débuta en 1857, quand il fut élu maire de Langon, petite ville pas loin de Bordeaux, d’où venait sa riche épouse. En 1859, il fut élu aussi député de la Gironde et réélu plusieurs fois jusqu’à 1870, Pendant ces années, il siégeait avec les députés de l’extrême droite bonapartiste, dont il était un des chefs. Homme de confiance de Napoléon III et protégé de l’impératrice Eugénie, il fut généreusement récompensé pour sa fidélité absolue à la Maison Bonaparte : en 1860, il obtint le titre héréditaire de baron, en 1867; il fut nommé vice-président du Corps législatif ; en 1869, il entra au Conseil privé et en 1870, il fut nommé ministre des Travaux publics. Après la chute de l’Empire (1852-1870), il suivit l’impératrice en son exil en Angleterre et quand il revint en France, il se fit réélire député de la Gironde (1876-1881)[35]. Bien que gravement malade, il resta à son poste jusqu’à la veille de sa mort (27 janvier 1882).

 

Jérôme David auteur

Jérôme David ne se contenta pas de ses réussites politiques, il aspirait aussi à la gloire littéraire. Il est l’auteur du Bien d’autrui (1857), une comédie en un acte et de La Revanche du mari (1858), une comédie en deux actes, deux pièces aujourd’hui complètement oubliées. Il publia également une brochure intitulée Actualités et souvenirs politiques (1874), où il donne sa version de la guerre de 1870, et de nombreux discours, dont l’un, prononcé lors de la discussion « du projet de loi sur le recrutement de l’armée, a été tiré à 100 000 exemplaires sur ordre de l’Empereur » (Sapaly, 1978, p.11)[36] ! Il s’intéressait également au pays et à la langue de sa mère, pour l’étude et la diffusion de laquelle son père avait tant contribué[37]. Il était un des membres fondateurs de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, créée à Paris en 1867 mais nous ignorons le rôle qu’il y joua.

Toutefois, ce ne sont pas ses publications qui le rendirent millionnaire. Sa fortune provenait, en partie, de la dot de sa riche épouse et, en partie, selon les dires de l’opposition, des sommes accumulées pendant les vingt années que lui et les autres budgétivores dévorèrent impunément.

 

 Marigo veuve

            Marigo, comme épouse de Jules David et mère du baron Jérôme David, appartenait à l’une des plus éminentes familles de France. Elle avait nécessairement des rapports directs, mais surtout indirects, avec l’élite sociale française (le palais impérial, la haute noblesse, les ministres, les politiciens, les académiciens, les écrivains, les artistes et les journalistes) mais elle n’en profita guère. Elle resta une simple femme grecque de Smyrne, sans ambitions ni intérêts spirituels supérieurs. Elle continuait à écrire son nom avec difficulté en grec comme en français et pas toujours sans faute. Le niveau de son instruction ne s’améliora pas substantiellement, ni pendant le temps qu’elle vivait avec son mari J. David ni ensuite quand elle resta veuve.

En cela Marigo ne différait pas beaucoup de la plupart des femmes françaises, italiennes ou grecques de l’époque. L’éducation n’était pas encore dans ces pays obligatoire ni pour les garçons ni pour les filles. Ce qui la distinguait des autres femmes, c’était sa beauté. De l’aveu de tous ceux qui ont parlé de Marigo, elle était très jolie. Son neveu, Louis David-Chassagnoles, qui dut la connaître personnellement, la décrit comme une « femme d’une beauté remarquable »[38] Mais elle n’exploita pas ce cadeau précieux que lui offrit la nature. Elle n’était point coquette. Sa garde-robe et les bijoux trouvés après sa mort montrent qu’elle n’était point attirée par la mode et les frivolités. La vie mondaine de Paris ne l’intéressait pas du tout. Les salons, les réceptions, les bals la laissaient indifférente. Elle ne se sentait pas à l’aise dans ces milieux mondains et les évitait.

À la mort de son mari, « la belle grecque » avait 53-54 ans. Avait-elle été heureuse avec lui ? Ce n’est pas sûr. Jules et Marigo appartenaient à deux mondes très différents. Pourtant, elle ne se remaria pas. Elle passa le reste de sa vie à Paris seule. Elle changea seulement d’appartement. Elle déménagea du carré Saint André au 17, rue de Grenelle. Revit-elle ses parents ou son frère Nicolas ? Est-elle jamais retournée à Smyrne, la ville où elle était née et où elle avait grandi ?  Ce n’était pas en ces années si facile, pour une femme, surtout pour une femme comme Marigo de voyager seule, si loin. On ignore aussi si elle avait à Paris un(e) ami(e), un compatriote avec qui échanger quelques mots, raconter ses peines, partager ses souvenirs.

Eugène, son fils ainé, était toujours enfermé à Charenton. Jérôme, son fils cadet avait sa famille et occupait des fonctions très élevées qui ne lui permettaient pas de passer beaucoup de temps avec sa mère, même s’il le souhaitait. D’ailleurs, ils n’avaient pas beaucoup à se dire : lui, était un homme du monde, intellectuel, grande personnalité politique du pays ; elle, une émigrante peu instruite, sans intérêts particuliers. Mais qui sait ? Quant à Jérôme, il semble qu’en dépit de ses hautes fonctions et de ses nombreuses obligations sociales, il maintenait des relations correctes avec ses parents, surtout avec sa mère. En effet, on le rencontre aux côtés de Marigo dans tous les moments difficiles de sa vie : c’est lui qui s’occupa des funérailles de Jules David et des formalités légales concernant l’héritage, lui qui remplaça son père dans le rôle de tuteur du malheureux Eugène, etc.

 

Les dernières années de la baronne Marie David-Capinaki

En tous les cas, la vie de Marigo, après le trépas de son mari, devait être bien terne. Vingt-cinq ans veuve, seule dans un pays étranger, dans un environnement qu’elle ne comprenait pas. Elle mourut en son domicile, très probablement seule, le 4 mars 1879 à six heures du matin, à l’âge de 79 ans. C’est son fils Jérôme qui s’occupa des funérailles. Étrangement, il ne l’enterra pas dans le tombeau familial des David au Père-Lachaise, à côté de Jules David, son mari, ni dans le colossal caveau de sa famille à Langon.

Où repose-t-elle ? Impossible de le savoir. Le cimetière du Père-Lachaise garde l’information secrète. Elle ne peut, semble-t-il, être divulguée qu’aux membres de la famille ! Est également tenu secret le contenu de son testament.   Ses héritiers devaient être ses deux enfants. Nous ignorons ce qu’elle leur a laissé. Eugène n’avait besoin que de 142 frs pour payer sa pension à Charenton. Il ne s’est jamais marié et n’avait pas de progéniture. Jérôme était très riche. Ses enfants étaient morts jeunes et lui-même décéda trois ans après sa mère, la belle Grecque de Smyrne, l’épouse de l’helléniste Jules David, la baronne Marie Capinaki-David ✷

 


[1].  Par philhellénisme nous entendons ici, le mouvement idéologique qui se développe en Europe à la fin du XVIIIe siècle, en faveur de la lutte du peuple grec pour son émancipation politique et culturelle. Par grécomanie nous entendons l’engouement des Européens pour la culture de la Grèce ancienne et moderne (architecture, mode, mobilier, cuisine, langue, littérature, etc.) qui se développe à la veille de et pendant la guerre d’indépendance (1821-1830).

[2]. Le néoclassicisme prônait le retour aux valeurs de l’Antiquité, surtout grecque.

[3] Lettre de L. David à son fils Jules du 1er janvier 1819 – Voir J.A. Caravolas, 2009, annexe 4.

[4]. Au début de la Révolution ils étaient amis. Le tableau de David Jeu de Paume inspira à Chénier un poème qui porte le même titre.

[5].  Coray admirait Louis David et l’appelait « premier des Apellés contemporains » (Ibid. p.177)

[6]. À l’origine l’établissement s’appelait Collège de Clermont (1563) ; en1682 il fut renommé Collège Louis le Grand et en 1802 Prytanée. La mission de cette école vénérable était toujours la formation des fils de l’élite sociale française.

[7]. En 1799, Villoison ouvrit un cours de grec ancien et moderne et en 1800 un cours de grec moderne. Nous ne savons pas lequel des deux J. David suivit.

[8]. V. Hugo L’enfant de Chio, Les Orientales, Paris, Gosselin, 1829.

[9].Vamvas, était un des Grecs les plus instruits de son époque : prêtre, pédagogue, philosophe, universitaire, auteur prolifique, nommé « διδάσκαλος του γένους » (précepteurs de la nation).

[10]. Α. Κοραή, Άτακτα, t. Β. Paris.1829, p.90.

[11]. Cité in Teissonnière, Γραμματική της γαλλικής γλώσσης […], Ermoupolis, 1837.

[12]. Coray exigeait que le candidat qui obtiendrait le poste applique la méthode mutuelle (lancastrienne). Il offrait de la lui enseigner, au cas où il n’en serait pas familier.

[13]. Très probablement ils se connaissaient personnellement de Paris.

[14]. Jules David avait hérité le titre de baron de son père, qui le reçut directement de l’empereur. Notons que ni le peintre David, ni son fils aîné, ni Marigo ne s’en servirent jamais.

[15]. Le mariage du peintre Louis David et de Charlotte Pécoul, par exemple, était arrangé aussi.

[16]. Voir sa lettre aux notables de Chio, Valetas, 1982 T.4 :107.

[17]. Le mariage de J. David, citoyen français, pour être valable devait nécessairement être complété d’un mariage civil au consulat de France. Il fut célébré le 23 avril 1919 à Smyrne, par le consul J. David et une deuxième fois, le14 septembre 1827 à la mairie du onzième arrondissement de Paris.

[18]. « J’espère d’avoir un jour le bonheur d’embrasser ma belle-fille, elle verra en moi un partisan du pays qui lui a donné le jour et que si son nouveau père ne parle pas sa langue, il a celle de cette sensibilité qu’il a puisée dans la lecture des auteurs de cette terre classique et passionnée […] ».

[19]. « Présentez mon estime à la maison avec laquelle vous venez de faire alliance. Assurez bien les père et mère de votre épouse que si le sort veut que leur fille habite le même pays que moi, elle retrouvera en nous, ma femme et moi, une nouvelle famille. Nous ne pouvons et ne devons nous flatter de lui faire oublier la première mais nous ferons nos efforts pour l’en dédommager ».

[20]. Jules DAVID, Συνοπτικός Παραλληλισμός της ελληνικής και γραικικής η απλοελληνικής γλώσσης. Paris, M. Eberart, 1820.

[21] Jules DAVID, Jules, Méthode pour étudier la langue grecque moderne. Paris, Lequien, libraire, 1821.

[22]. Dès son arrivée à Chio, J. David accumulait de la matière pour la composition d’un dictionnaire général et complet de la langue grecque, principalement du grec moderne.

[23]. Voir le dialogue III dans la Méthode pour étudier la langue grecque moderne, 1821, p. 107-110.

[24]. Le 24 février 1824, en sortant du théâtre, il fut sérieusement blessé par un cocher ivre.

[25]. On ne sait s’ils se sont jamais revus, dans la rue ou aux réunions de la Société (ou Comité) hellénique de Paris.  C’est très possible et même probable.

[26]. Le Dictionnaire français et grec ancien consiste en 143 cahiers de dimensions inégales, d’environ 70 pages chacun, reliés en quinze volumes. Le manuscrit se trouve depuis 150 ans maintenant aux dépôts de la Bibliothèque Nationale d’Athènes et attend toujours que quelqu’un subventionne son édition.

[27]. Seul le cœur de Louis David repose au Père-Lachaise. Le corps du peintre régicide est enterré au cimetière d’Evere à Bruxelles.

[28]. Voir : l’Acte après décès de Charles Louis Jules David, établi le18 février 1854 par Me Dreux, ET/CVIII/1186 pages 26-28).

[29]. E. Esquirol (1838) Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, médecin en chef de la Maison royale d’aliénés de Charenton, ancien inspecteur-général de l’Université, membre de l’Académie impériale de médecine, etc. ; chez Albert Baillière, Paris, Albert Lehalle (1972) Contribution à l’histoire de lα médecine « La maison de Charenton ». Thèse pour le doctorat en médecine, Paris.

[30]. La date exacte de sa mort n’est pas signalée ni le lieu où il fut enterré.

[31]. Voir J. A. Caravolas, 2009, p. 56

[32]. Louis David a laissé plusieurs portraits de son épouse, de son fils Eugène, de ses filles Émilie et Pauline et de leurs époux. De Jules, son fils aîné, et de Marigo Capinaki, même pas une esquisse, sauf peut-être un médaillon de Jules quand il avait quatre ans.

[33]. Il travailla dans une menuiserie, chez un cordonnier, comme comptable, etc.

[34]. J’ignore si elle fut invitée au mariage de Jérôme, et si elle eut le plaisir d’embrasser au moins une fois ses petits-enfants. Langon est loin de Paris. De plus, la fille du commerçant grec de Smyrne Michel Capinakis appartenait à un autre univers.

[35]. Il est enterré à Langon, dans un immense caveau familial, à côté de son épouse et de ses enfants.

[36]. Sapaly, A., Le Baron Jérôme David, maire de Langon (1860-1861. Les Cahiers du Bazadais, No no 42/3, p.3-11)

[37]. Ainsi, quand en 1867 fut créée à Paris l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, Jérôme David devint un de ses membres fondateurs.

[38]. Le peintre Louis David 148-1825. Souvenirs et documents inédits par son petit-fils. Paris, V. Havard, 1880, p.82).

 

Janine Kaminski traduit une nouvelle inédite de Petros Markaris : À fleur de peau.

➤ UNE NOUVELLE TRADUITE DU GREC MODERNE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article premier)

Petros Markaris
Petros Markarisun des plus grands auteurs grecs de romans policiers

Petros Markaris* est internationalement connu pour ses romans policiers dont les trois derniers, La trilogie de la crise**, dépeignent une Athènes devenue la scène d’incroyables crimes en série. La peinture, qui témoigne d’une observation très critique de la société grecque, est cependant adoucie par l’humour et la bonhomie du détective Charitos.

Le ton est tout autre dans le recueil de nouvelles Athènes capitale des Balkans, antiphrase qui exprime bien la violence faite à une ville où convergent tous les migrants de la péninsule… et d’ailleurs.

La nouvelle choisie est exemplaire à cet égard : le réalisme ignoble, la sécheresse du style, la distanciation du narrateur mettent parfaitement en valeur la déshumanisation de la victime (le migrant) autant que des bourreaux (les autres, migrants et Grecs).

Récit âpre, difficile, qui nous montre une ville patrie de l’humanisme tombée dans le plus infâme racisme. Âme sensible s’abstenir !

Couverture : Petros Markaris "Athènes capitale des Balkans"
Couverture : Petros Markaris « Athènes capitale des Balkans » 

[* P. Markaris, né à Constantinople en 1937, est auteur dramatique, scénariste, en particulier du célèbre cinéaste Théo Angelopoulos, traducteur de Brecht et de Goethe. Ses romans policiers, traduits en quatorze langues et publiés dans vingt pays, ont reçu plusieurs prix internationaux.

** Deux des romans de la trilogie ont été traduits en français par M. Volkovitch : Liquidations à la grecque et Le justicier d’Athènes (éditions du Seuil).]

 

****

 

Petros MARKARIS, Athènes capitale des Balkans, éd. Gavrilidis, Athènes, 2010.

 

 

 

À fleur de peau

 

Les deux mains enserrent les cageots de poires. Les paumes tournées vers l’extérieur doigts joints servent pour ainsi dire de base, tandis que les pouces serrent sur le dessus le dernier cageot, comme des crochets. À partir du poignet les bras se perdent dans deux manches couleur noir et blanc comme un échiquier. Le bouton de la gauche manque et les deux bouts brinquebalent dans tous les sens.

Les pieds ont trouvé abri dans une paire de chaussures de sport en toile. Dessous la toile est grenat, dessus c’est un mélange de noir et de brun, selon la boue qu’elle transporte.

« Pas là ! À l’autre pile où il y a la première qualité ! Je te l’ai déjà dit cent fois ! Qu’est-ce qui m’a fichu un abruti pareil ! »

Le pied gauche pivote précipitamment, pour changer de direction, et tombe dans une flaque qu’il trouve sur son chemin. L’eau fuse comme un jet d’eau qui jaillit pour la première fois. Le jean noir n’absorbe pas les gouttes, il les rejette et elles coulent l’une après l’autre, lentement au début, en éclaireuses, puis accélèrent comme si elles glissaient sur une rampe raide et cirée. Les plus faibles s’accrochent au genou droit, où le tissu est usé, mais avec l’élan qui les entraîne, elles dépassent facilement l’obstacle et continuent vers les chaussures en toile.

« Si tu me salis les poires, tu me les paieras, eh connard ! »

Le pied droit fait un saut brusque vers la droite et reste en l’air, pour éviter la flaque, tandis que les bras essaient désespérément de résister. Les cageots perdent un instant l’équilibre et oscillent sur leur base, mais les pouces-crochets tiennent bon et rétablissent l’équilibre.

Les pieds se posent maintenant avec fermeté sur le pavé, sans rencontrer d’autres obstacles. À un moment seulement ils font un pas en arrière, quand ils trouvent quelques oranges qui se sont écrasées sur le sol. Ils les évitent adroitement et continuent d’approcher d’une pile de cageots. Les bras se lèvent, les cageots sont en suspens, puis s’abaissent avec précaution et s’appuient sur les autres poires. Les pouces se détachent et les mains commencent à se dévoiler par les interstices entre deux cageots.

Leur surface rappelle la peau d’un poisson, comme le mulet ou le poisson à queue noire[1]. Leur couleur est d’un blanc sale qui finit en gris depuis le centre jusqu’aux doigts, avec des coupures qui deviennent plus profondes à mesure qu’elles approchent de la jointure des doigts. Les ongles ne constituent pas une prolongation des doigts mais un ajout d’écailles tricolores : noires à leur extrémité, blanches au centre et jaunâtres à la racine. La teinte jaune s’étend aussi aux deuxième et troisième doigts de la main droite, tandis qu’à la main gauche le pouce est sans ongle.

Les mains avancent lentement vers les poches du pantalon. La gauche s’enfonce directement dans son refuge. La droite se repent au dernier moment et revient aux cageots de poires.

Les doigts commencent à parcourir le bois de haut en bas doucement, légèrement, presque comme s’ils le caressaient. Ils arrivent au quatrième cageot et s’enfoncent en un éclair dans l’interstice. Quand ils ressortent, ils serrent dans la paume une poire à demi enveloppée de sa pochette blanche. Ils la tiennent, avec le pouce et le petit doigt, collée au pantalon, tandis que le haut de la main gauche forme un paravent qui cache la poire.

La main droite s’enfonce rapidement dans la poche droite du pantalon, comme la bête sauvage qui trouve refuge avec sa proie dans une grotte. Les pieds recommencent leur marche, plus nonchalamment maintenant, plus mollement – pas de promeneur et non de travailleur. Le droit pivote lentement, le gauche le suit. Ils avancent en rasant les piles de cageots vides, jetés pêle-mêle, les uns droits, les autres couchés et d’autres cassés.

Ils s’arrêtent là où finissent les piles et commence un mur nu. À son pied pousse çà et là un peu d’herbe, tantôt jaune, tantôt piétinée. Les pieds pivotent à quatre-vingt dix degrés devant l’herbe, le gauche devance le droit qui le suit. Les genoux fléchissent en même temps et convergent vers le sol, jusqu’à ce qu’ils s’alignent sur lui. Ensuite ils se séparent, le bout du pied droit regardant un bâtiment et le bout du pied gauche les piles de cageots vides qu’il vient de dépasser.

La main droite sort lentement de la poche du pantalon avec la poire. Elle se secoue un peu, pour faire tomber l’enveloppe, et ensuite commence à porter la poire vers la bouche lentement, comme si elle voulait retarder le premier moment d’y mordre. Une deuxième paire de pieds apparaît se dirigeant perpendiculaire­ment à la première. Ils marchent à un rythme rapide et tout droit, sans s’écarter. La collision se produit quand le nouveau pied gauche fait un pas irrévocable en avant et heurte la cheville du premier pied. Le nouveau pied droit perd l’équilibre et vacille en l’air. Il semble un instant devoir finir sur l’autre paire de pieds, réussit pourtant à les dépasser et atterrit en entraînant avec lui la main droite qui tient la poire. La paume est surprise et laisse glisser la poire. Celle-ci s’arrête sur l’herbe maigre, et la trace des dents baise la terre.

Le nouveau pied gauche se traîne sur l’autre pied gauche, comme s’il le labourait, s’accroche dans l’intervalle entre les deux pieds, réussit à se libérer, mais trébuche sur le pied droit opposé et l’entraîne avec lui. Enfin il finit à côté du pied droit, quoique avec son genou légèrement plié.

« Eh bon à rien ! Comme ça tu flemmardes à onze heures du matin ! Qu’est-ce que tu crois, que tu es encore dans ton pays où le parti te nourrissait ? »

La deuxième paire de pieds s’éloigne plus vite maintenant, excitée par la colère. Les doigts de la main droite s’ouvrent et saisissent la poire. La marque des dents est noire. Les doigts soulèvent la poire et l’amènent au pantalon, mais se repentent au milieu du trajet, changent de direction et se dirigent vers la manche de la main gauche. Ils posent la poire du côté où elle est mordue sur l’échiquier et se mettent à la frotter en diagonale, comme se déplacent les fous aux échecs. Le mouvement se répète plusieurs fois, puis les doigts se lèvent et portent la poire à la bouche. En même temps les deux pieds se retirent ensemble vers les genoux, pour laisser plus de place et éviter d’autres collisions.

« Eh le Borgne, va prendre cinq cageots de melons chez Stamatakos, et apporte-les moi à la camionnette. »

« Pourquoi donne toi travail toujours à lui et donne pas à nous ? »

« Parce qu’il prend la moitié de vous. Réveille-toi mon vieux, c’est la mondialisation ! Tu sais ce que ça veut dire mondialisation ? Qu’ici débarquent les romanos de tous les pays de merde des Balkans et qu’ils me font le travail pour un morceau de pain. Et moi je donne le travail à celui qui prend le plus petit morceau. C’est ça la mondialisation, mon vieux ! »

« Lui pas avec nous. »

« Je m’en tape ! Eh le Borgne, tu es toujours là ? »

La poire à demi mangée glisse de la paume et tombe par terre, tandis que les deux mains font un mouvement en arrière. Les doigts se collent au mur et commencent à grimper. Le corps se soulève appuyé sur la plante des pieds. Quand il s’est complè­tement dressé, les pieds pivotent d’un demi-tour, jusqu’à ce qu’ils soient en droite ligne avec le bâtiment qui se trouve devant eux. Maintenant ils gardent une direction fixe vers leur but, comme un navire qui va accoster.

Le sol du bâtiment est jonché de légumes : salades, choux, tomates, choux-fleurs, un potager piétiné. Les pieds circulent adroitement entre les légumes, marchent sur ceux qui sont solides, avec de grandes feuilles, et évitent ceux qui sont glis­sants, et peuvent les entraîner. Autour d’eux se déroule une guerre verbale sur tous les fronts, les uns vantant la qualité des légumes, les autres leur prix et d’autres incitant les acheteurs à admirer les produits.

Les pieds s’approchent de plus en plus des cageots de melons, mais s’arrêtent brusquement à quelque distance. La main gauche entre dans la poche du pantalon tandis que la droite se met à frotter le bras gauche sous la manche avec l’échiquier – une friction qui marque l’attente et l’hésitation.

« Donne à moi cageots avec melons. »

« Comment je peux les donner à toi, puisque Theophanidis veut le Borgne ? »

« Moi aller avec le même argent. »

« Dis-le à Theophanidis. Moi je fais ce qu’il me dit et j’ai pas envie d’embrouilles avec les mafieux. Viens, le Borgne. »

Le pied droit se remet le premier en mouvement, le gauche suit, les pas s’accélèrent, tandis que les deux mains s’étendent droit devant, comme si elles étaient pressées de saisir les cageots de loin, avant qu’un autre ait le temps de les saisir. Les pieds arrivent et s’arrêtent devant les cageots de melons. Les mains se collent et se ferment tout de suite sur les cinq premiers cageots. Les pieds s’accordent et font chacun un pas en arrière de façon à donner aux mains la distance nécessaire pour prendre de l’élan et tirer avec force les cageots. Mais la charge est lourde et, quand les cageots décollent du reste de la pile, ils amorcent une plongée vers le sol. Les mains sont entraînées avec eux et ne peuvent arrêter la chute, tandis que les genoux fléchissent, sans pouvoir apporter une aide aux mains. Les cageots échouent sur le pied droit, qui n’est pas arrivé à reculer avec la même vitesse que le gauche. Les mains restent un instant immobiles, incapables de réagir. Mais elles se reprennent quand le premier cageot penche et que les melons risquent de glisser sur le sol. Elles descendent toutes les deux ensemble, forment une grille devant les cageots et retiennent les melons. Elles restent ainsi plusieurs secondes, ensuite le corps se redresse, quoique avec difficulté, tandis que les mains tirent les cageots et les collent contre lui. Les pieds font

un demi-tour lentement, prudemment comme des aveugles qui tâtent le sol à la recherche d’obstacles. Le gauche avance normalement, mais le droit traîne un peu, il peine à faire le pas suivant et force le gauche à ralentir et à l’attendre.

La camionnette stationne hors du bâtiment, à moitié chargée de tomates, choux-fleurs et sacs de pommes de terre et d’oignons. Les pieds sont fatigués. À mesure qu’ils approchent de la camionnette, le traînement du droit dure plus, tandis que le saut du gauche diminue de plus en plus. Les mains tremblent et les cageots se détachent de la poitrine et vacillent. Le pied gauche fait un dernier petit saut, le droit se traîne encore une fois et ils se rencontrent au ras de la plateforme. La tension des mains se relâche d’un coup et les cageots tombent sur la plateforme avec un craquement étrange.

« Ne les laisse pas là devant les cageots du vieux ! Vous êtes tous des parasites ! Dégoûtés de vivre ! Monte et pousse-les au fond. »

Mains et pieds restent un instant immobiles, comme s’ils ne pouvaient pas décider s’il fallait obéir ou se lever pour partir. Les mains cèdent d’abord. Elles s’attrapent aux crochets de la plateforme et commencent à tirer le corps vers le haut, forçant les pieds à obéir. Les mains poussent les cageots à droite et de biais et ils remplissent l’espace libre dans le coin de la plateforme. Mains et pieds attendent un instant, au cas où viendrait un autre ordre, et quand il ne vient pas, les pieds arrivent au bord de la plateforme et sautent en bas, sans rencontrer de résistance de la part des mains.

« Theophanidis est dans les bureaux. Il a dit que tu passes dans un moment pour qu’il te paie. »

De nouveau le demi-tour et les pieds reprennent la direction du bâtiment. Maintenant ils marchent lentement, décontractés, avec la plante des pieds qui traîne insensiblement sur le sol. Les mains pendent et remuent de façon saccadée comme si elles étaient désorientées. Les pieds hésitent un peu devant le bâtiment, puis ils obliquent à droite et  vont à une porte où est écrit « Hommes ». Le pied droit pousse la porte et la retient, faisant place au gauche qui passe en premier. Ensuite il lâche la porte et la laisse se fermer derrière lui.

Le sol est une fosse de dimensions moyennes. Les pieds pataugent dans les eaux, peut-être pour laver les chaussures de sport grenat, et se dirigent vers les premières toilettes libres, auxquelles manque la porte comme à toutes les autres. Les eaux ont couvert de boue le sol des toilettes. Des traces noires de pas, l’une sur l’autre, dessinent une étrange mosaïque. Les deux côtés de la cuvette sont pleins de feuilles de papier hygiénique, de mouchoirs en papier et de journaux. Sur les uns il y a les marques de salissures, d’autres sont tombés sur l’envers et les cachent.

Les pieds s’approchent de la cuvette et s’écartent brusquement, comme s’ils échangeaient des injures et prenaient des routes séparées. Les saletés sont fraîches dans le peu d’eau, sèches sur les parois autour, et deux grosses mouches les inspectent sans arrêt. La main droite cherche la fermeture éclair du pantalon et commence à la descendre. La gauche s’enfonce dans l’ouverture et sort le pénis, en le tenant serré entre le pouce et l’index, comme dans un anneau. L’anneau glisse lentement, forçant le pénis à se tendre au-dessus de la cuvette. Quand la main gauche arrive au bord du pénis, la droite vient pour le tenir à l’instant où l’urine se met à jaillir. Elle est jaune foncé et gicle avec force sur la paroi arrière de la cuvette, éclaboussant tout autour. Sa force diminue progressivement, elle tombe de plus en plus près, jusqu’à ce qu’elle émette quelques dernières gouttes et se tarisse. La main droite touche le pénis de la paume, pour le pousser de nouveau dans le pantalon, mais il ne semble pas disposé à obéir, il commence à se raidir et perd sa souplesse. La main n’insiste pas, se retire et laisse le pénis libre. Il commence à tomber, mais l’érection arrête la chute sur une ligne presque parallèle au sol. La paume gauche passe sous le pénis et se met à le caresser doucement, tendrement, pendant que le corps s’incline légère­ment en avant. Le pénis reste un moment sur une ligne parallèle au sol, jusqu’à ce qu’il achève son érection, alors il change de direction et commence à monter doucement, pas à pas, comme s’il en avait assez de regarder toujours la cuvette et voulait voir un peu le plafond. La paume gauche s’est retirée et les mains ne font aucune tentative pour stopper le trajet du pénis.

« C’est ici que tu te planques, eh connard ! Theophanidis te cherche. Grouille toi, il est pressé de partir. »

Brusquement, la main gauche ouvre la fente du pantalon, pendant que la droite saisit le pénis et essaie de faire deux mouvements à la fois : pousser le pénis vers le bas et changer sa direction vers le centre pour entrer dans la fente. Mais le pénis est dur et décidé : il préfère sa direction vers le haut et les mains sont prises de panique. La gauche laisse l’ouverture de la fente et presse le pénis, tandis que la droite le pousse vers le centre. Mais la fente s’est fermée et la main gauche est obligée de renoncer à aider la main droite et de rouvrir la fente. Le pénis ne peut résister à tant de pression, il cède et entre, quoique de mauvais gré, dans la fente, pendant que la main gauche ferme rapidement la fermeture éclair.

Les pieds sortent des toilettes d’un pas rapide, presque sur le rythme d’une marche. De loin, ils voient la camionnette chargée de cageots et accélèrent leur pas.

« Qu’est-ce que tu fiches, je suis pressé de partir ! Connard ! Je devrais pas te payer ! »

La main droite fait un mouvement en avant, la paume s’ouvre, prête à recevoir les billets.

« Demain j’ai besoin de toi à six heures. Fais gaffe à pas t’endormir et me laisser en plan. »

Les billets glissent lentement un par un dans la paume. Le pouce se soulève et tombe comme un ressort, se fermant sur chaque billet. La chute des billets s’arrête et la paume se ferme, pour les serrer tous ensemble. Le pied gauche tourne à gauche et se met à avancer, attendant que le droit fasse le pas suivant. La main droite avec les billets se dirige vers la poche du pantalon.

Soudain une nouvelle paire de pieds arrive de nulle part et s’arrête devant l’autre paire. Deux paires de mains et de pieds restent un instant immobiles, face à face. Ensuite la nouvelle main droite disparaît derrière le dos. Quand elle ressort, un couteau brille entre ses doigts.

« Eh vieux, le type tire un couteau ! »

« Occupe-toi de tes affaires, il le tire pas contre nous. Ces types sont comme ça. Ils tirent le couteau pour un rien. »

La main droite avec les billets s’arrête avant de s’enfoncer dans la poche du pantalon. La paume qui tient l’argent se serre encore plus, pendant que la gauche, la paume tournée vers l’extérieur, se met devant la poitrine pour la protéger.

Les pieds font insensiblement un pas en arrière, ils sont prêts à faire volte-face et à courir, quand la main avec le couteau, directement et avec adresse, comme si elle l’avait fait des milliers de fois, se plante dans l’autre ventre.

« Eh connard, il le poignarde ! »

« Monte dans la voiture et t’occupe pas. »

« Il le poignarde parce qu’il te transporte les cageots. »

« J’en trouverai un autre qui les transportera à meilleur marché, et même s’il le tue aussi, j’en trouverai un autre qui me les transportera pour encore moins cher. Personne ne s’en prend aux lois de l’économie. »

 

Le couteau se plante à nouveau. La paume droite s’ouvre et les billets glissent lentement au sol, sur quelques oranges pourries. La main qui ne tient pas le couteau se penche et ramasse les billets. Les pieds pivotent et se perdent là d’où ils sont venus, nulle part.

D’abord la paume droite se pose sur la blessure de droite. Ensuite la gauche sur celle de gauche. Les deux paumes se tournent vers le haut en même temps, toutes rouges. Deux gouttes de la paume gauche coulent sur le soulier en toile grenat, qui boit la peinture, comme assoiffé. Les paumes restent ouvertes et légèrement arrondies, comme des objets exposés. Les jambes commencent à fléchir lentement au début, puis à la vitesse d’un écroulement. Elles s’appuient sur la terre et se raidissent, tandis que les deux mains s’allongent sur les côtés, les paumes toujours tournées vers le haut et toutes rouges. La pointe du pied droit regarde en haut vers le ciel, tandis que le pied gauche continue de se pencher à l’oblique, comme s’il jalousait l’inclination de la tour de Pise, et reste là. Immobile.

 

Présentation et traduction Janine Kaminski

 


[1] Το μελανοὐρι.

Editorial et sommaire du numéro 137 de Connaissance Hellénique (mars 2014)

« Tourbillon est roi »

Hiroshige, Tourbillon (wikicommons)
Hiroshige, Tourbillon (wikicommons)

Δῖνος; τουτί μ’ ἐλελήθει, ὁ Ζεὺς οὐκ ὤν, ἀλλ’ ἀντ’ αὐτοῦ Δῖνος νυνὶ βασιλεύων.

« Tourbillon ?  Cela m’avait échappé que  Zeus n’existait plus mais qu’à sa place c’est Tourbillon qui règne »

 

D’humeur vagabonde avec l’arrivée du printemps, permettez moi, une fois n’est pas coutume, à l’invitation d’une association amie que nous saluons, nommée “Arrête ton char”[1], eh bien d’arrêter mon  char pour écouter l’air du temps, et me réjouir d’entendre quelques rossignols contemporains nous chanter grec…

 

Je suis un amateur inconditionnel de la bande dessinée Quai d’Orsay dont on a tiré un excellent film avec Thierry Lhermitte et Niels Arestrup notamment. Or le scénariste de la bande dessinée, qui se fait appeler du joli nom d’Abel Lanzac a inventé un personnage savoureux, Taillard de Worms, ministre des affaires étrangères, espèce de Minotaure génial qui tyrannise ses collaborateurs et cite Héraclite à tout bout de champ. Et même, il cite Héraclite pour tyranniser ses collaborateurs, ce dont ils savent se venger en inventant de délicieuses citations insolites et inconnues où l’anchois devient le héros des fragments d’Héraclite.

 

En même temps, on ne sait plus bien si c’est le héros de l’histoire, alias De Villepin, qui cite tout le temps Héraclite, ou si ce n’est pas le scénariste Abel Lanzac, puisque chaque séquence de la bande dessinée commence par une citation d’Héraclite. Là encore, on ne pourra que se réjouir de voir aujourd’hui le poète d’Ephèse, Héraclite, irriguer de ses fulgurances obscures la politique et la diplomatie (deux mots et deux réalités grecques, voire byzantines).

 

On ne pourra que frapper des mains et applaudir quand on voit le même scénariste conclure un entretien avec l’Express du 2 décembre 2011[2] en citant Aristophane (poète comique du Ve s.) qu’il appelle joliement le cousin d’Héraclite (poète-philosophe du VIe s.). Quand le journaliste Romain Rosso lui demande pourquoi l’album Quai d’Orsay a eu du succès, il répond humblement que c’est grâce au dessinateur, Christophe Blain, et ensuite à sa chance et à son étoile : « Tourbillon est roi », dit Aristophane, un cousin d’Héraclite.

 

C’est beau de ne pas se laisser griser par le succès. C’est encore plus beau de le faire en citant ce beau vers des Nuées d’Aristophane (v. 380-381) : Socrate enseigne à Tourneboule que Zeus n’existe pas : la pluie ? c’est les Nuages ; le tonnerre ? c’est un tourbillon de l’éther !

—   « Tourbillon ? » s’écrie Tourneboule qui croit qu’il s’agit du nom d’un Monsieur Tourbillon, « je n’avais pas la moindre idée de cela : alors Zeus, y en a pas ? Et à sa place, c’est Tourbillon qui règne à cette heure… »

—   Δῖνος; τουτί μ’ ἐλελήθει, ὁ Ζεὺς οὐκ ὤν, ἀλλ’ ἀντ’ αὐτοῦ Δῖνος νυνὶ βασιλεύων.

 

A cette heure, où le rêve du pouvoir, du succès, de l’argent facile, des filles faciles fait tourner notre petit monde, oui, « Tourbillon est roi ! » Et Blaise Pascal le dit à sa façon : « Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie que de n’être pas fou ».

A notre façon, donc, nous vous avons assaisonné un numéro de folie avec ce n°137 de Connaissance Hellénique de mars 2014, d’abord et avant tout grâce à :

à Pénélope, Index de tous les articles parus dans Connaissance Hellénique (version papier) depuis les origines,

http://ch.hypotheses.org/850

 

mais aussi grâce à :

 

1 Christian Boudignon, Chômage et calme,« Il fait trop chaud pour travailler » (vous parlez grec et vous ne le saviez pas n° 27)

http://ch.hypotheses.org/721

2 Janine Kaminski, 11 poèmes grecs traduits en français de « L’agora » de Panos Drakopoulos,

http://ch.hypotheses.org/738

3 Pascal Boulhol, Brèves notes sur les scènes de reconnaissance dans l’Odyssée, http://ch.hypotheses.org/747

4 Marie- Noëlle Naulin, Compte-rendu de « L’empoisonneuse d’Istanbul » de Petros Markaris,

http://ch.hypotheses.org/799

5 Robert Wallace, Conférence exceptionnelle sur « l’Œdipe à Colone » de Sophocle, http://ch.hypotheses.org/811

6 Bernard Boyaval, Quels arbres poussaient à l’oasis de Siwah ? http://ch.hypotheses.org/820

7 Jean–Victor Vernhes, une étymologie pour σοφός [sophos] ?

http://ch.hypotheses.org/834

 

Bonne lecture à tous !

Christian Boudignon, Rédacteur en chef

 

 

 

 


[1] http://www.arretetonchar.fr

[2] http://www.lexpress.fr/culture/livre/abel-lanzac-la-diplomatie-c-est-d-abord-l-art-de-parler-a-ses-ennemis_1057226.html

Index de tous les articles parus dans « Connaissance hellénique » (version papier) depuis les origines, par Pénélope

➤ INDEX GENERAL ( λύχνος n° 137, mars 2014) 

le logo de Connaissance hellénique
le logo de Connaissance hellénique

INDEX DES NOMS D’AUTEURS

de Connaissance hellénique (version papier)

par Pénélope

Une autre Pénélope, mais qui n'est pas l'auteur de cet index.
Une autre Pénélope, mais qui n’est pas l’auteur de cet index.

 Voici la liste des auteurs classée par ordre alphabétique avec leur(s) article(s) paru(s) dans « Connaissance hellénique » Λύχνος depuis le fameux été de l’an de grâce 1976.

N.B. Les chiffres flanqués d’un (a) désignent les numéros de la première série.

L’index comprend les articles parus du n° 1a au n° 132 inclus (c’est-à-dire dans la version papier avant mise en ligne).

Un * précède dans l’index les n° épuisés.

Voici la liste des N° épuisés :   (ancienne série)       1a    2a      3a      4a    5a      6a      7a    9a  et (nouvelle série)  1   3      4      6      7        8        9     10      11      12      13    14      15      16    17      18      19  20      21      22     27

30      32     37      38   42      45      46    47      48      49    50      51      52    60      61      62     64      65      66    69  76    88  91   92

 

La vraie Pénélope
La vraie Pénélope

EN     PREMIER     FIGURE     LE    numéro   du    Lychnos   ET    EN    SECOND   LA    page

ACHARD Marine, Antigone d’Henry Buchau : une réécriture romanesque, 106 : 42.

Alaux Jean, Antigone et Niobé entre deux mondes, 71 : 45.

ALEXIOU Hellé, Les trois frères, 44 : 11.

ALLARD Maurice, L’hébreu, langue de culture, *2a : 21.

ALTANI, Poèmes, 63 : 2.

AMPHOUX Christian-B., L’évangile secret de Marc, 55 : 54.

ANAGNOSTOU Tassos, Poème, 39 : 10.

ANDRÉ L., Le silphium, 84 : 51.

Angelis Dimitri, Deux poèmes du recueil Eaux mythiques, 102 : 12.

Anonyme, Deux poèmes : Résistance, Transparences, *61 : 15.

ANTROPIUS Claude, Un Grec, ça ne meurt jamais, *3 : 6.

—, Le vieux Pétros, *10 : 21.

—, Écoute, *18 : 5.

—, ““ (rectificatif), *19 : 66.

ARCY (d’) Nicole, Épaphos, ou l’effleuré du père, 24 : 6.

Argoud Gilbert, Les concours en Grèce, I, 116 : 5.

—, ”, II, 117 : 12.

ARISTOTE, Hymne à la vertu, 44 : 80.

ARNOULD Dominique, L’épisode des Lestrygons dans l’Odyssée (X, 80-124), 77 : 55.

—, Hérodote philologue : le mot juste, 87 : 68.

ARVANITIS Jean, Célébrations de Déméter. Les hymnes homériques et Callimaque. II. L’hymne à Déméter de Callimaque (suite de l’article de R. Jacquin), 84 : 28.

ARVANITIS J.M., Diachronie de Thucydide, 86 : 63.

ARVANITIS Yoannis, Le musée de l’Europe, 89 : 17.

ARVANITI-SOTIROPOULOU Maria, Éloge de la sagesse du non-savoir, 76 : 59.

—, À l’Albanais inconnu, 86 : 7.

—, Si tu as des enfants, profites-en ; si tu n’en as pas, réjouis-toi !, 96 : 2.

ARZANO S. (voir GEORGELIN Y)..

ASSAËL Jacqueline, Plus forts que Moïra, 24 : 40.

—, La muse d’Euripide : définition d’une inspiration tragique, I, 82 : 68.

—, ”, II, 83 : 54.

—, À travers « le labyrinthe des eaux », la grécité de Gaston Baissette, 96 : 65.

—, Maurice Clavel réécrivant les Bacchantes d’Euripide, I, 98 : 15.

—, ”, II, 99 : 33.

Audisio H., CR du mémoire Le De Bello Gallico traduit et annoté en grec, 107 : 78.

AURIOL Ingrid, Pour servir d’introduction au chant XXII de l’Iliade, 80 : 47.

AVRIL Yves, Péguy et l’enseignement du grec, 54 : 47.

AYMARD André et AUBOYER Jeannine, Les sophistes, *5a : 15.

 

 

BABATSIKOS Al., Trois poèmes : À l’aveuglette ; Dans la plaine de Skala ; Public relation, 26 : 3.

BABRIOS, Deux fables, *64 : 4.

Bailly Jean-Louis, Goerges Colomb, dit Christophoros, 117 : 66.

BAILLY Louise, Maria Néphéli et les présocratiques, *30 : 34.

—, Karyotakis et la symbolique, ou le farceur confondu, 69 : 58.

Bakounakis Nikos / JK, L’Institut français d’Athènes, 112 : 42.

Barbéris Yannis, L’homme seul, poèmes (prés. et trad. J. Kaminski), 128 : 46.

BARGELLINI Piero, Le filet mythique, ou : du temple grec, 44 : 4.

BARRAU R., À propos de la Transfiguration, 72 : 61.

BASTAIRE Hélène, Portraits de chiens de la Grèce antique, *19 : 26.

BATFROI Séverin, Un passage d’Alchimie et Révélation chrétienne, *2a : 15.

BARRISTINI Y., Théocrite, Idylle XIII : Hylas, 58 : 42.

Baslez Marie-Françoise, Le cosmopolitisme hellénistique, 121 : 46.

BELLON Michel, Quelques considérations sur l’évolution des occlusives du grec ancien, 2 : 16.

BENEDETTO Albertine, Pénélope songeait, 70 : 78.

BENEZECH Michel, Lettre ouverte d’un médecin légiste à l’auteur de l’Iliade, 80 : 41.

BERGSON Henri, Un texte inédit, 99 : 71.

BERNARD Roger, Qui est-ce ?, *32 : 55.

—, Clef et commentaires, 33 : 67.

Bernardi Anne-Marie, CR de comm. Le corps rêvé, 118 : 69.

BÉTRY V., Un érudit du siècle des Lumières : Villoison (1750-1805). I, 98 : 69.

—, ”, II, 99 : 64.

BIKOS Pierre, La faim des anges. Smaragdoula, 71 : 76.

—, Onze fenêtres (nouvelles). Les trains et moi. Seconde image : Nikitas, 74 : 64.

—, La chemise de l’Albanais, 75 : 59.

—, Les sacoches, récit, 85 : 55.

—, Avec les « marginaux », 89 : 72.

—, La danse devant Dieu. I, 91 : 72.

—, ”, II, 92 : 18.

—, Sonia, 96 : 54.

—, Le « père ». I, 98 : 75.

—, ”, II, 99 : 80.

—, Pour une partie de cartes au café (trad. J. kaminski), 128 : 72.

BION Chant funèbre en l’honneur d’Adonis (fragment), 82 : 6.

BIRAUD Michèle, Le mariage à Athènes à l’époque classique, *15 : 35.

—, Les romans grecs de l’Antiquité, I, 39 : 57.

—, ”, II, 40 : 42.

—, ”, III, 41 : 16.

—, Étude de la structure et du symbolisme du récit des épreuves de Psyché dans les Métamorphoses d’Apulée, *64 : 50.

—, Le mythe de Bellérophon, ou la double initiation du héros grec adolescent, *66 : 28.

Blétry Sylvie, Les religions de Palmyre, 120 : 64.

Bligné Romain, La dépouille politisée d’Alexandre, 117 : 70.

BOIVINEAU Jacques, À quoi sert le grec ancien ?, *3 : 20.

BON Georges, Bibliographie pratique : l’amour en Grèce, *15 : 58.

—, Les monnaies grecques. Bibliographie pratique, *16 : 47.

—, La psychanalyse et la Grèce. Bibliographie pratique, *17 : 64.

—, L’alchimie. Ses origines grecques et arabes. L’œuvre de Marcellin Berthelot. Biblio­graphie pratique, *19 : 21.

BONGARS Yves, La fondation hellénique, 39 : 45.

Bonet Valérie, La représentation de l’utérus dans les textes médicaux antiques, 124 : 42.

BONNET Flore (voir RICHELMY-BONNET Flore)..

BONTEMPS Patrick, Le héros et le monstre, ou la représentation d’un meurtre sacré. Étude comparative de textes grecs et chinois. I, 53 : 57.

—, ”, II, 54 : 21.

BOQUERAT Pierre, Paris-Athènes en autocar, *16 : 52.

BORDES Jacqueline, Politeia, *14 : 45.

BOUCHARD Jacques, Andréas Embiricos, l’initiateur du surréalisme en Grèce, 94 : 66.

—, La traduction est création !, 96 : 49.

Boudignon Christian, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! 1. Paroles, paroles, 111 : 12.

—, VPG 2. Place aux bavards, 112 : 75.

—, VPG 3, Passe-moi le flous !, 113 : 63.

—, VPG 4, « Espèce de mangeur de beurre ! », 114 : 59.

—, VPG 5, Une boîte et du poison, 115 : 73.

—, VPG 6, Le galbe des jambes, 116 : 71.

—, VPG 7, La police est-elle bien policée ?, 117 : 24.

—, VPG 8, Bras de fer avec les forts-à-bras, 118 : 55.

—, VPG 9, Jackpot et jacqueries, 119 : 56.

—, VPG 10, Évêque est-il un nom populaire ?, 120 : 30.

—, VPG 11, Épaule, épée, spadassin et Cendrillon, 121 : 65.

—, VPG 12, Ségo-Sarko, 122 : 63.

—, VPG 13, Par les moustaches, 123 : 56.

—, VPG 14, Machin machine, 124 : 56.

—, VPG 15, Les fantômes existent-ils ?, 125 : 47.

—, VPG 16, Sommelier, sommier, bête de somme, 126 : 61.

—, VPG 17, Faire bonne chère en temps de crise, 127 : 61.

—, VPG 18, La dure vie des bâtons de chaise, 128 : 66.

—, VPG 19, Quel est l’if du château d’If ?, 129 : 67.

—, VPG 20, Taxi taxa, 130 : 63.

—, L’Iliade selon Brunet, compte-rendu de l’Iliade, trad. Philippe Brunet, 131 : 22.

—, VPG 21, Ô mon trésor !, 131 : 76.

—, VPG 22, La colère de Morbus, 132 : 29.

Boulhol Pascal, CR Amalia Mégapanou, Prosographie, 115 :4.

—, Idoles, démons, fictions : les dieux du paganisme dans les Acta Martyrum (IIe-VIe siècles), 1, 118 : 8.

—, ”, 2, 119 : 16.

—, CR de Joëlle Bertrand, Vocabulaire grec. Du mot à la pensée, 120 : 61.

—, Le pacte avec le diable : un vieux thème religieux dans l’hagiographie protobyzan­tine (IVe-VΙΙe siècles), 122 : 34.

—, Georges le Grec, ou le fabuleux destin d’un prince byzantin exilé en France, 124 : 34.

—, Les début de l’impression grecque en France (de Louis XI à la création du Collège des lecteurs royaux, 1530), I, 125 : 19.

—, ”, II, 126 : 7.

—, La connaissance de la langue grecque chez les rois de France, 127 : 17.

—, Les premiers hellénistes français (XVIe siècle), 131 : 62.

—, Légendes des saintes à la tour, 132 : 89.

BOULOUMIÉ Bernard, Saint-Blaise : comptoir étrusque et ville massaliote, *46 : 52.

BOYAVAL B., Diodore de Sicile, I, 74 et Aristote, Hist. Anim., VI, 2, *38 : 18.

—, Note sur une forme de génitif abrégé dans le grec d’Égypte, *38 : 72.

—, SBI, 4971 : une falsification probable, *38 : 73.

—, SBV, 8694, *38 : 75.

—, La douane de Schedia au sud d’Alexandrie (Strabon, XVIII, 800), 39 : 68.

—, Une restitution contestable (O. TAIT II, 1086), 40 : 60.

—, Sur les formulaires douaniers de l’Égypte gréco-romaine, 43 : 46.

—, Nephero-Nepheros, 44 : 47.

—, SBX, un faux hapax ?, *45 : 74.

—, Note d’onomastique sur une épitaphe grecque d’Akôris (Moyenne Égypte), *47 :50.

—, EPHTHON, *48 : 49.

—, Un cas probable d’hypercorrection, *50 : 32.

—, Note sur un ostracon mathématique grec d’Égypte, *51 : 74.

—, P. IFAO III, 18, 54 : 65.

—, Un datif possible, 56 : 75.

—, La réédition Bernand du tarif de Coptos, 57 : 73.

—, Où la grammaire éclaire peut-être un point de droit, 58 : 79.

—, « … il les mena au pinakion… », 59 : 69.

—, L’épitaphe juive de Théon, ou l’importance d’un aoriste, *60 : 79.

—, Sur la traduction d’un distique, *62 : 79.

—, Une ou deux défuntes ? Remarques sur une stèle d’Akôris, 63 : 65.

—, Les deux douanes gréco-romaines d’Alexandrie, *64 : 63.

—, Sur deux épitaphes funéraires grecques d’Égypte, *65 : 35.

—, Sur quelques rubriques du tarif de Coptos, 68 : 28.

—, Sur un soupçon centenaire, 70 : 61.

—, Sur un sens « égyptien » de γυμνός, 71 : 59.

—, Un souvenir épigraphique de Sophocle ?, 72 : 20.

—, Les prairies de l’au-delà sur deux épitaphes grecques d’Égypte, 73 : 40.

—, Sur quelques commentaires anciens et récents de l’épitaphe d’Eubios, 75 : 55.

—, CEML 125, probablement un faux, *76 : 43.

—, Sur l’épitaphe de Pappion, 77 : 37.

—, Sur une traduction de l’épitaphe grecque de Makaria, 78 : 36.

—, Sur deux distiques de l’épitaphe de Diazelmis, 79 : 48.

—, Un souvenir d’Hésiode ?, 81 : 36.

—, Sur l’épitaphe métrique d’Arsinoé, fille d’Alinè et de Théodosios, 82 : 44.

—, Un emploi funéraire de μικρός, 83 : 69.

—, Sur un hapax injustifié, αἱμογενής, 84 : 54.

—, La « route noire » de Stratonikè, 85 : 18.

—, Un souvenir probable d’Euripide, 86 : 12.

—, Sur un quatrain funéraire, 87 : 36.

—, Faute de langue ou effet de style ? L’épitaphe d’Apollonios fils de Ptolémaios, *88 : 79.

—, De nouveau Makaria, 89 : 70.

—, Ἄβημος, 90 : 56.

—, « Malheureuse Héroïs », 91 : 57.

—, Σπιλάδος μέλαθρον, 92 : 37.

—, De l’avantage de mourir jeune : deux épitaphes grecques d’Égypte, 93 : 28.

—, Menus amendements sur un menu fragment, 94 : 54.

—, Le mort avait-il cinq ou vingt-cinq ans ?, 95 : 18.

—, Erratum de 95, 99 : 23.

—, Aorosynè, 96 : 38.

—, « Que la terre te soit légère ! » Note sur une variante égyptienne, 97 : 24.

—, L’épitaphe double de Sérapous et Hiérax, 98 : 53.

—, Deux « étiquettes-stèles » d’Égypte sur bois, 99 : 19.

—, « À quoi bon peiner pour des enfants ? »La stèle de Lysandrè, 100 : 65.

—, La stèle d’Ammônia, 101 : 67.

—, Retour sur l’épitaphe de Pappion, 102 : 65.

—, L’épitaphe de Dôsas, 103 : 72.

—, Deux expressions épigraphiques de l’âge du décès, 104 : 65.

—, Un portrait de momie du Musée des Beaux-Arts de Dijon, 105 : 58.

—, Orthographe et métrique, 106 : 54.

—, Séquences métriques ou rencontres de mots ?, 107 : 67.

—, Sur l’octroi d’un tombeau, 108 : 66.

—, De nouveau l’épitaphe métrique d’Ammônia, 109 : 70.

—, La momie de Politikè, 110 : 38.

—, L’épitaphe d’Aphrodisia, 111 : 48.

—, La vaillance de Ptolémaios, 112 : 74.

—, L’épitaphe de Nikolaos, 113 : 61.

—, Sur un faux berlinois, 114 : 34.

—, L’épitaphe métrique de Sérapias, 115 : 65.

—, Une cicatrice sûrement localisée, 116 : 51.

—, La stèle de Samuel fils de Doras, 117 : 62.

—, Notes à propos e deux articles antérieurs, 118 : 44.

—, L’épitaphe alexandrine d’Agathokleia, 119 : 48.

—, ΤΥΜΒΟΣ ΩΔΕ ΚΑΤΕΧΕΙ ΚΑΛΟΝ ΔΕΜΑΣ, 120 : 59.

—, Une affaire de dette, 121 : 57.

—, Une épigramme funéraire de Chios, 122 : 49.

—, Note sur l’épitaphe de Krokodilos (Saqqarah), 123 : 39.

—, P.IFAO I, 15, 124 : 54.

—, Deux étiquettes de momies du Cabinet des Médailles, 125 : 38.

—, L’épitaphe métrique de Juliana, 126 : 59.

—, Notes sur quelques épigrammes funéraires, I-1 L’épitaphe d’Hédéia ; 2 Une épitaphe juive de Tell el-Yahoudijeh (delta du Nil) ; 3 L’épitaphe de Casios (Saqqarah) ; 4 L’épitaphe de Zènobios fils de Zénon ; 5 L’épitaphe de Dèmètria à Steiri ; 6 L’épigramme funéraire d’Agathokléia de Chios ; 7 L’épitaphe du Crétois Hiaron, 127 : 55.

—, ”, II- 8 Questions sur l’épitaphe de l’athlète Hermès ; 9 Un emploi de στυγνός ; 10 L’épitaphe égyptienne d’Arès ; 11 L’épitaphe d’Alexandros (Marcianopolis) 12 La colère de Menoitios ; 13 L’épitaphe d’Aïkhmon (Sébastopol), 128 : 59.

—, Senharyotis « la cadette », 129 : 66.

—, Notes sur quelques épigrammes funéraires, III-14 Trop de corrections peut nuire ; 15 L’épitaphe de Nilos fils de Pasion ; 16 Un formulaire chrétien ; 17 MIKKOΣ, 130 : 19.

—, ”, IV-18 Où la logique retrouve ses droits ; 19 Épitaphe de Marcella (delta du Nil) ; 20 ETH, ETWN, L. ; 21 Les épigrammes de Maaga, 131 : 41.

—, ”, V-22 Sur un point de prosodie ; 23 De l’hexamètre au pentamètre : quelques effets de style ; 24 Une épitaphe de Ramat Gan (Israël) ; 25 L’épitaphe de Stlakkiè, 132 : 60.

BRÉCY Pierre, Platon, censeur d’art I, 93 : 68.

—, ”, II, 94 : 16.

—, ”, III, 95 : 74.

—, ”, IV, 96 : 13.

—, ”, V, 97 : 41.

BRÉMONT-FINOT Mireille (v. aussi MIRÈIO), Prométhée et les autres civilisateurs de la mythologie grecque I, *45 : 56.

—, ”, II, *50 : 15.

—, ”, III, *51 : 49.

—, ”, IV, *52 : 4.

—, Ulysse d’Homère, Ulysse de Giono, 67 : 32.

—, Les voyages d’Ulysse, 74 : 42.

—, Mais où sont passés les monstres ? Réflexions sur le Sphinx de J. Cocteau et le Minotaure de M. Yourcenar, 77 : 65.

—, Jean Anouilh et les dieux grecs, 85 : 59.

—, La Fontaine et la guerre de Troie, I, 104 : 50.

—, ”, II, 105 : 38.

—, Quatre successeurs de l’Odyssée : deux antiques (Argonautiques, Énéide), et deux modernes (Giono, Giraudoux), I,   110 : 8.

—, ”, II, 111 : 38.

—, Une mythologie de la parole (Cocteau, Giono, Giraudoux), 116 : 60.

—, Mythe, théâtre, temps, 1, 123 : 61.

—, ”, 2, 124 : 72.

—, Femmes mythiques et fantasmes masculins, 125 : 59.

BRENET Antoinette, Foyer et métropole de toute la Celtique (à propos d’un texte de Diodore de Sicile), *5a : 10.

—, Les Mandubiens de l’Auxois furent-ils les ancêtres des Poldèves ?, *3 : 8.

BRETON André (v. aussi CHELIDON Andréas), Le billet du correspondant, *20 : 57.

—, Le billet du correspondant, *22 : 15.

—, ”, 44 : 45.

—, ”, *48 : 52.

—, ”, *50 : 77.

—, ”, 53 : 6.

—, ”, 55 : 35.

—, ”, 56 : 51.

—, ”, 59 : 5.

—, Billet grec du correspondant national Andréas au pays des héros et des dieux, I            , 70 : 57.

—, ”, II, 71 : 54.

—, ”, III, 72 : 80.

—, ”, IV, 73 : 64.

—, ”, V, 74 : 80.

—, ”, VI, *76 : 61.

—, Péan visionnaire, 91 : 7.

—, Jeux olympiques 2008, 116 : 80.

—, Voyage au pays des hellénistes (quelques anecdotes d’André Breton), 132 : 50.

BRIX Michel, La France romantique et le « modèle » grec, 56 : 35.

BROCHE Pierre de, De l’importance de la voirie dans le mythe d’Œdipe, selon Ernst Curtius, 28 : 39.

—, Le carrefour d’Œdipe et du gendarme Mégas, *45 : 36.

—, Jacques Polylas, I, *48 : 53.

—, ”, II, *49 : 7.

—, L’Athéna Parthénos de Phidias : une hypothèse de restitution, I, 56 : 13.

—, ”, II, 57 : 31.

—, ”, III, 58 : 20.

—, Les quatre colonnes ioniques fantômes de l’opisthodome du Parthénon, I          , *60 : 21.

—, ”, II, *61 : 17.

—, ”, III, *62 : 45.

—, ”, IV, 63 : 36.

—, ”, V, *64 : 37.

—, ”, VI et fin, *65 : 10.

—, Euripide, les triglyphes et les métopes, I, 69 : 31.

—, ”, II, 70 : 24.

—, ”, III, 71 : 15.

—, L’autel de Zeus à Olympie, d’après une réflexion de W.M. Leake, I, 77 : 6.

—, ”, II, 78 : 3.

BROSGOL Charline, Anna Kindynis, 8a : 15.

—, La Grèce à bâtons rompus, 5 : 23.

BRUNO Monique, L’accouchement dans la Grèce antique. Eileithyia. Une nouvelle lecture iconographique de la naissance d’Athéna, I, 41 : 36.

—, ”, II, *42 : 11.

BURRET Suzanne, La femme dans l’Iliade et l’Odyssée. I, L’Iliade, le monde de la guerre, la femme écrasée, 23 : 53.

—, II, L’Odyssée, temps de paix, la femme prédominante, 24 : 59.

—, III, suite, 25 : 19.

—, IV, L’Odyssée fut-elle un poème destiné aux femmes ?, 26 : 74.

—, V, Survivance dans l’Odyssée du monde égéen et sa religion dominée par la grande déesse-mère, *27 : 50.

 

Cabouret Bernadette, L’art de la correspondance au IVe siècle : les lettres du rhéteur Libanios d’Antioche, 125 : 71.

Cairon Élodie, Eustathe et la Chimère (Iliade, XVI, 328-329), 111 : 44.

CAMARINAKIS Jean, Trois poèmes : Les loups ; Femme que j’ai aimée ; Jours et nuits d’été, *15 : 26.

—, Un homme, 24 : 21.

CANESSA André, Du bon usage des poètes dans les procès : autour de l’ambassade à Philippe, 75 : 23.

CARATZAS Hélène (v. aussi KARATZAS), Dame Chariclée et les chemises de Kema, *3a : 12.

CARCAVITSAS Andréas, Vision divine, 86 : 50.

CARDELL Robert H., L’Inde, la Grèce et les Barbares, 25 : 77.

— et Monique, Rôle de la langue française dans le parler américain de nos jours, 2 : 28.

CARDELL-BORG Monique, Notion de pureté chez les peuples anciens, *6a : 9.

—, Parallèle entre la médecine ayurvédique et la médecine hippocratique, *7 : 18.

Cardell Monique, Deux empereurs à l’affiche : Alexandre et Ashoka, 107 : 7.

—, Les édits de l’empereur Ashoka, 109 : 47.

—, Gandhara, Gandhara, I, 110 : 68.

—, II, 111 : 64.

—, CR Ranajit Pal, Indologie non-jonésienne et Alexandre, 112 : 67.

—, Taxila 1, 113 : 68.

—, Taxila 2, 114 : 76.

—, Taxila 3, 115 : 77.

—, Séleucos Nicator, I, Séleucos et Aama/Apamée, 116 : 73.

—, ”, II, Séleucos et les éléphants de guerre, 117 : 5.

—, ”, III, La rencontre d’un grand chef indien et d’un grand chef grec, 1, 118 : 72.

—, ”, III, 2, 119 : 72.

—, ”, Séleucos I Nicator, IV-1 (Séleucie), 120 : 72.

—, ”, ”, IV-2 (Bambycè, Antioche), 121 : 69.

Carrive Mathilde, Ars Moriens ? La peinture murale romaine des iie et iiie siècles apr. J.-C. à la lumière des sources littéraires, 128 : 3.

CARTER (Karter) Georges, Sept poèmes, 94 : 38.

—, Trois poèmes (de l’Univers compact), 106 : 38.

—, Quatre poèmes (In modo di preghiera), trad. J. Kaminski, 109 : 22.

CASSANMAGNANO LONGA Cesare, L’égoïsme dans l’Éthique à Nicomaque d’Aristote : la solution d’une aporie, 39 : 79.

—, ” (rectificatif)        , 41 : 57.

CAVAFIS (= CAVAFY) Constantin, Ithaque (trad. Yourcenar et Dimaras), *6a : 1.

—, Poèmes sur l’empereur Julien : Julien et les gens d’Antioche, Julien à Nicomédie…, *6 : 33.

—, La ville ; Fenêtres, *42 : 7.

—, Poème 101 ; J’ai apporté à la poésie, 53 : 6.

—, Poème inédit, *66 : 3.

—, Darius, 97 : 73.

CAVALIER O., Présence de la Grèce. À propos de la collection Sallier d’Aix-en-Provence, *46 : 18.

Cazelles Nicolas, Le moment d’Alcibiade, pièce en un acte d’après Platon, I, 104 : 33.

—, ”, II, 105 : 46.

C.H., À propos de la situation linguistique en Grèce (documents), 2 : 19.

—, Architecture et sculptures du Parthénon, 26 : 36.

—, À l’Université de Saint-Étienne les 13-15.04.94, *60 : 16.

CHABOT Louis, Byzance semeuse, aussi, d’écritures, 31 : 59.

CHARIS Pierre (= Petros), Un désert devient une ville, *19 : 3.

—, Autour d’un rosier, 35 : 78.

CHARRIÈRE J.-L., À Thasos, l’an dernier, *6a : 12.

—, Bizarre, vous avez dit bizarre, *46 : 6.

CHELIDON Andréas (v. aussi BRETON André), Les premières brindilles de Chelidon, *6a : 24.

—, Aventures d’un helléniste autodidacte (feuilleton), I, *7a : 11.

—, ”, II, 8a : 14.

—, ”, III, 8a : 22.

—, ”, IV, *9a : 24.

—, ”, V, *1 :12.

—, ”, VI, 2 : 25.

—, ”, VII, *3 2.

CHERQUI Guy, Pour un nouvel hellénisme : du grec… au grec !, *7a : 4.

Chionis Argyris /J. Kaminski, La voix du silence, 120 : 2.

—, La statue, 126 : 74.

—, La beauté qui naissait et mourait inaperçue et qui pourtant ne se découragea jamais, 131 : 78.

CHRISTODOULOU Dimitra, Faim, 5 poèmes, 126 : 66.

CHRISTIDIS Lénos, Poissons-taloches. Microbes, 90 : 77.

CHUVIN Pierre, Mythologie grecque et opéra baroque : autour de la Sémélé de Congrave     , *62 : 56.

CILICK (ps. SANTAMARIA), Cécile.

—, Poèmes : cheveux longs ; Athinas ; Si j’avais, *49 : 70.

—, Blancs-bleus ; “C’est vrai”, poème, 81 : 6.

COLLIN B., Monnaie et symbolique dans le monde grec, 5 : 30.

Collina-Girard Jacques, Gibraltar et l’Atlantide : du témoignage géologique au vestige littéraire ?, 100 : 9.

—, L’“Atlantide” sous le regard d’un géologue ?, 122 : 16.

COLLOMBET Laurent, GENESTE Catherine, GENESTE François et PRESUMEY Pierre, À propos de l’Évangile de Jean, *51 : 24.

Colloque Aristophane, La langue. La scène. La Cité (Toulouse, 17-19.03.1994), *60 : 7.

CONSTANTINIDIS Th., Les montagnes dans les tragédies d’Eschyle, I, *47 : 52.

—, ”, II, *48 : 70.

—, ”, III, *49 : 42.

—, ”, IV, *50 : 42.

—, ”, V, *51 : 8.

CONTOSSOPOULOS Nicolas G., L’influence du français sur le grec (en français), extraits, 91 : 8.

COOLS Geneviève, Diogène : sa vie et sa pensée, I, 5 : 3.

—, ”, II, *7 : 3.

Cosmopoulos Dimitris, Quelques poèmes de Latomie, 102 : 16.

COSTANTINI Michel, Du contre-sens en art byzantin et pour en finir avec lui, 40 : 64.

COULOMB Jean, Une erreur d’Arthur Evans à Knossos, 25 : 27.

COUSIN Catherine, Les colonnes de la demeure de Styx (Hésiode, Théogonie, 777-779), 75 : 51.

COUTSOUMARIS Bernadette, Notes prises lors de la conférence de Paul Demond sur Œdipe-Roi de Sophocle, *14 : 52.

—, Notes sur la conférence de Raymond Weil, « La notion de barbare dans la Grèce antique », *20 : 58.

CUSSET Christophe, Un épisode merveilleux de l’enfance d’Héraklès chez Théocrite, 72 : 10.

—, Y a-t-il un genre de l’idylle ?, *76 : 13.

—, Introduction à la poésie alexandrine, I, 80 : 60.

—, ”, II, 81 : 8.

—, ”, III, 82 : 13.

 

DALÈGRE Joëlle, Un sanctuaire des morts : le Nécromantéion de l’Achéron, en Épire, *5a : 3.

—, ” (réédition), *16 : 49.

—, Le Magne, *4 : 20.

DALKA Thymios, Hosios-Loukas et son monastère, I           , *76 : 62.

—, ”, II, 77 : 14.

DAMOULI Evangelia, Mes étés d’enfance à Gastouni, 89 : 57.

DANOU Eleftéria, Poèmes : Dans la vallée ; Nous ne sommes que des spectateurs ; Quête ; Marche forcée, *60 : 2.

DANQUIGNY Pierre-Marie, La ville d’Avignon à travers les textes grecs et latins, *37 : 21.

DARAKI Zéphi, Deux poèmes, 71 : 4.

—, Le corps sans passe-partout (trad. et prés. J. Kaminski), 108 : 10.

—,  Comme des mots (JK), 4 poèmes, 113 : 42.

—,  Comme des mots 2 (JK) 4 poèmes, 117 : 40.

Debouy Estelle, L’Antiquité au cinéma à travers un exemple : Ulysse et les frères Coen, 132 : 66.

DE CUYPER Alain, Poème : Au magicien Orphée, 59 : 78.

DÉDÉ Vassili (Phate), Deux poèmes, 83 : 2.

—, Trois poèmes, *88 : 16.

—, L’éternel son de cloche de la vérité ; Socrate, 92 : 52.

DELAVAUD-ROUX Marie-Hélène, La Géranos en Grèce antique, 53 : 39.

—, La pyrrhique en Grèce antique, *32 : 5.

—, La gestuelle de l’absence dans la tragédie grecque : un exemple extrait d’Iphigénie à Aulis d’Euripide, 92 : 70.

—, L’énigme des danseurs barbus au parasol et les vases « des Lénéennes », I, 101 : 48.

—, ”, II, 102 : 48.

—, ”, III, 103 : 5.

DELIANNIS-ANASTASIADIS Georgia, Quatre poèmes (in Élégie), *12 : 28.

DELIANNIS-IMBERT A., Syriote et étrangère, *51 : 21.

DELILLE Sven, Périclès et les citoyens athéniens de 432 à 429 av. J.-C., *64 : 59.

DELPIERRE Guy, La conscience tragique : l’être et le conflit, *9 : 11.

DEMARET Jean, Platon et la révélation, *45 : 53.

—, Le bien privé de Poséidon dans l’Iliade et l’Odyssée, *50 : 78.

DEMONAX, Dialogue entre deux esprits, *1 : 30.

DEMONT Paul, Œdipe-Roi de Sophocle : notes de la conférence du 15.05.1982, *14 : 52.

—, À propos du Banquet de Platon au musée Guimet, 25 : 5.

—, À propos du serment d’Hippocrate, 25 : 16.

—, L’idéal de la tranquillité dans l’Athènes classique, *47 : 1.

—, La « peste d’Athènes », *50 : 60.

—, Les découvertes de la médecine grecque I, 120 : 50.

—, ”, II, 121 : 59.

Deroy Georges, Trad. Extraits du journal de G. Séféris, 119 : 49.

DEROY Louis, Le nom de l’Europe, son origine et son histoire, I, 89 : 10.

—, ”, II, 90 : 4.

DEVELOUX Janine, Le sac de Constantinople par les Croisés. Ses conséquences sur l’art et l’empire byzantins. La Crète devient colonie vénitienne, 74 : 53.

—, Le commerce des Grecs avec les Celtes dans l’est et le nord de la France. La princesse celte et sa collection de vases grecs, 81 : 47.

DEVELOUX M., Influence crétoise dans l’art contemporain français : « Le Minotaure », 43 : 5.

DIAMANTOPOULOS Alexis, Noble et maligne Eris dans les grands centres culturels de la Grèce. Révolution au théâtre de Dionysos, I, 78 : 40.

—, ”, II, 79 : 22.

—, ”, III, 80 : 29.

Dimoula Kiki, Les souliers rouges, 105 : 10.

DIMOULIS Spergios, Poème : Cabane brûlée, *42 : 8.

DORIVAL Gilles, La Bible d’Alexandrie, 43 : 12.

—, Hellénisme et patristique grecque : continuité et discontinuité, I, 57 : 25.

—, ”, II, 58 : 10.

—, L’apologétique grecque des premiers siècles, *88 : 16.

—, Les chrétiens de l’Antiquité face à la culture classique et à l’hellénisme, I, 93 : 31.

—, ”, II, 94 : 5.

DOROS Anghélos, Deux poèmes, *61 : 6.

DROUGAS Antoine, De la patrie, deux poèmes, 74 : 2.

DUFOUR Madeleine, À Agrigente, sur les traces d’Empédocle, *10 : 3.

—, Orphée et l’orphisme, *11 : 36.

—, Pythagore de Samos, I, *14 : 41.

—, ”, II, *15 : 28.

—, Héraclite d’Éphèse, *19 : 36.

—, Constantin Cavafy, 23 : 19.

—, À propos des Oiseaux : Aristophane et nous, 29 : 30.

DUMOULIN Philippe, Encore à propos du Gorgias, *16 : 66.

—, L’œuvre de Mario Meunier, *38 : 3.

—, Hölderlin et la Grèce, I, *47 : 36.

—, ”, II, *48 : 36.

DURAND Danièle, Les formes ludiques de la philosophie grecque, *5a : 14.

DURAND Jannic, Byzance : continuité et rupture, I, 101 : 40.

—, ”, II, 102 : 31.

—, ”, III, 103 : 19.

DURAND Marc, Agon, 68 : 66.

—, La gymnastique dans les Lois de Platon : une éducation physique à visée résolument politique, 69 : 42.

—, Un sport méconnu de l’Antiquité grecque : la course de chars, 67 : 47.

DUTEL J.R., Olympie, berceau des Jeux Grecs, *52 : 50.

 

ELEFTHÉRIADIS T., Bureau d’état-civil, I, 91 : 50.

—, ”, II, 92 : 6.

ELYTIS Odysséas, Trois poèmes : Au petit vent du nord ; Marina ; L’avez-vous vu ? L’avez-vous su ?, *22 : 10.

—, Quelques poèmes : Le Monogramme ; Épigraphe, 28 : 14.

—, Le Monogramme IV et VII, 57 : 53.

—, L’été grec selon E. Tériade, 74 : 79.

—, Quatre poèmes, 93 : 46.

ESTORD Jean-Michel, Marcher pour le plaisir du dieu, *27 : 3.

—, Liakoura, hourrah !, 33 : 76.

—, Plus fort que le Sultan, 81 : 63.

—, Crêtes de Crète, 85 : 39.

EUZEN Marie-Geneviève, Une expérience d’enseignement du grec, *30 : 22.

EXARCHOU-GENSONNET Catherine, Maria-Esmé, *15 : 11.

 

FABRE Paul, Réflexions sur l’Odyssée : géographie et symbolisme. I, 58 : 57.

—, ”, II, 59 : 6.

—, ”, III, *60 : 32.

—, ”, IV, *61 : 36.

—, ”, V, *62 : 30.

—, Le sentiment religieux en Grèce, 73 : 53.

FAURE Paul, Le linéaire A aux origines de la langue grecque, 77 : 39.

—, Joseph le Tobiade, inspirateur de l’Ecclésiaste ? (Flavius Josèphe, Ant. Jud., XII, 160-224), 81 : 38.

—, Les hiéroglyphes crétois aux origines de la langue grecque, 92 : 24.

—, Écritures préhelléniques dans dix cavernes de Crète, 96 : 71.

—, Ils étaient aux parfums, 104 : 7.

—, Ὀδυσσεύς, l’équivalent crétois du Petit Poucet, 106 : 69.

—, Errata [corrections reportées], 107 : 17.

Federspiel Michel, Petite physiognomonie portative, 119 : 35.

Fermi Patrick, Un helléniste singulier : Georges Devereux, 107 : 72.

FERRIER-MAYEN Andrée, Les gorges de Samarie, 53 : 74.

—, Hector, 58 : 73.

—, Encore une Odyssée, I, *65 : 66.

—, ”, II et fin, *66 : 22.

FILIAS Dimitri, Les « Frères ennemis » et le père Yannaros de Nikos Kazantzaki, *20 : 15.

—, Regard sur la littérature grecque de la période de la dictature (1967-1974) : le Maître et le Prêtre, *32 : 64.

—, Figures de prêtres dans la littérature néo-hellénique au tournant du siècle, *50 : 72.

FLOROS Paul, Clazomènes et les îles du golfe de Clazomènes, 5 : 15.

—, Deux poèmes : Nocturne ; Insoluble énigme, *7 : 14.

FORESTIN Ambroise, Euripide, Alceste, 280-325. Observations « musicales » en complément de l’étude effectuée par M.-J. Salé (n° 78, p. 74), 81 : 26.

—, Épisode des Lotophages et celui du Cyclope (Odyssée, IX) : étude musicale, 87 : 29.

—, L’outre d’Éole (Odyssée, X, 17-55) : commentaire musical, 95 : 37.

—, Théognis, Élégie 2 : L’Espérance, 106 : 57.

—, Le départ de Briséis (Iliade I, 345-363), 117 : 48.

—, Si j’avais à refaire le vers de l’Iliade…, 130 : 32.

Fostiéris Antonis, Amour ténébreux, Le diable a chanté juste, Mort à venir, La pensée appartient au deuil, 115 : 34.

—, Poésie, 1970-2005 (prés. & trad. J. Kaminski) , 127 : 24.

FRANCE Anatole, Excellence éducative des études latines, 97 : 13.

Françoise, Et si nous parlions un peu d’autre chose ? (ou : les communications du professeur Tournesol), *2a : 20.

—, ” (même titre), *3a : 24.

FRANKLOU-KOLITSIDA Vassiliki, Plongée, 57 : 42.

—, Leda col cigno, 57 : 43.

—, Poèmes, *61 : 8.

FRAZIER Françoise, La figure du poète, 95 : 48.

—, À propos de la sortie de l’Ajax de Sophocle dans la collection Classiques en poche, 107 :41.

FROIDEFOND Christian, Les études grecques et le nouvel humanisme, *1a : 17.

Fromentin Valérie, Les historiens grecs à Rome I , 120 : 33.

—, ” II , 121 : 26.

 

GALAZI Pisa, Arthur Rimbaud en l’île de Chypre. L’arrivée (fragments), 83 : 4.

Gamalova N., Les Antiquités grecques en Russie : quelques remarques , 127 : 66.

—, L’enseignement du grec ancien en Russie au xixe siècle , 129 : 53.

Garnier Romain, Autour du nom d’Héraclès, 110 : 35.

—, Sur l’étymologie du grec φοιτάω, 129 : 50.

Garnier Sébastien, La communauté grecque de Venise et le Concile de Trente , 131 : 52.

GASTERATOS Panayotis, Poèmes : L’agnelet ; Le grillon, 55 : 2.

GEFFRAY Catherine, Les mémoires du général Macriyannis, *38 : 63.

GENSANE Georges, De la Terre Mère au patriarcat triomphant, 77 : 26.

Georgallidis Andreas, Quelques poèmes du recueil Mers enfermées, 102 : 8.

GEORGELIN Paul, Contribution à l’étude du collectif : le nom collectif dans les langues chamito-sémitiques, *30 : 47.

—, Contribution à l’étude du collectif : le nom collectif dans les langues indo-européennes d’Europe, I, 54 : 70.

—, ”, II, 55 : 16.

GEORGELIN Y. et ARZANO S., Pythéas le Massaliote, le plus ancien des doctes de tout l’Occident, 85 : 69.

GEORGIADIS V., Poème : Le retour d’Éole, 34 : 8.

GEORGIADIS-LAMPIRIS Héro, Les arbres à mastic (Chio), *4 : 13.

—, Nouvelle (in Hiver), *12 : 32.

—, Sur le Pélion, *20 : 7.

GEORGIN Ch., La légende d’Œdipe, *20 : 34.

GEORGOPOULOS-CARON Marika, v. Marika.

GEORGOUDIS Vangelis, Six poèmes : Cauchemar ; Le déserteur ; La beauté est Dieu ; Pro­messe ; Tristesse ; Rodin, *8 : 25.

GÉRONTAS Anghélos, Nuit en haillons. Le nain, 73 : 65.

—, Le rêve parisien d’Antoine le surréaliste, *76 : 31.

—, À la gare (cheval ?), du recueil Te souvient-il de Mimi-la-Rose ?, 95 : 63.

—, La neurologie en littérature. Un cas, une note, 97 : 75.

GHIRON-BISTAGNE Paulette, Pour un Centre du théâtre antique, *12 : 12.

—, Le Mont Athos, montagne sacrée, montagne prédestinée, *14 : 26.

—, Centre du théâtre antique, *14 : 13.

—, ” (même titre), *16 : 27.

—, La tragédie grecque, I, *21 : 21.

—, ”, II, *22 : 35.

—, repris in121 : 10.

—, Lysistrata d’après Aristophane, 25 : 8.

—, Phèdre, ou l’amour interdit, à travers les œuvres antiques, notamment celles d’Arles et d’Avignon, 33 : 7.

—, Promenades en Épire, 39 : 3.

—, Initiation à l’épigraphie grecque, I, 38 : 77.

—, ”, II, 39      : 4.

—, ”, III, 40 : 52.

—, ”, IV, 41 : 48.

—, ”, IV (suite), *42 : 46.

—, ”, IV (suite), 43 : 59.

—, ”, V, 44 : 61.

—, ”, V (suite), *45 : 71.

—, ”, V (suite), *47 : 24.

—, ”, V (suite), *48 : 46.

—, ”, V (suite), *49 : 46.

—, ”, VI, *50 : 55.

—, Le culte de Zeus dans la Provence antique, *46 : 31.

GIBERT Henri, La vie privée d’un dieu : les amours d’Apollon, 57 : 64.

—, Asklépios, dieu guérisseur et sauveur, *65 : 23.

—, Les philosophes présocratiques, I, 70 : 73.

—, ”, II, 71 : 38.

—, ”, III, 72 : 34.

Gin Jean-François, Alexandre le Grand, une décision difficile, 109 : 36.

GINÉ Émile-Robert, Claude Ptolémée, arpenteur des étoiles, *48 : 51.

GIONO Jean, Naissance de l’Odyssée, *46 : 79.

GIORDANIS-LAMPIRIS Héro, Couleurs, *64 : 73.

GIRY Charlie, Le Minotaure, 97 : 10.

—, La couronne de Narcisse, 106 : 63.

—, Du Nord au Sud , 127 : 48.

—, Le voyage interrompu , 132 : 82.

GODART Louis, Les écritures crétoises et le bassin méditerranéen, I, 90 : 41.

—, II,  91 : 41.

GODART Louis et TZÉDAKIS Yannis, Les royaumes mycéniens de Crète, 83 : 29.

GOETHE Johann-Wolfgang von, L’apprenti-sorcier, 53 : 54.

GOFFRE Annie, Hubert Pernot et la chanson populaire grecque. I, 98 : 44.

—, [Errata], 99 : 63.

—, ”, II, 99 : 58.

—, ”, III, 100 : 22.

GOLFIN Emmanuel, Divergences et convergences : la guerre de Troie vue par Hérodote et Thucydide, I, 84 : 56.

—, ”, II, 85 : 9.

—, ”, III, 86 : 14.

—, Visions de l’espace chez Sophocle, I, 98 : 5.

—, ”, II, 99 : 24.

—, ”, III, 100 : 53.

GOMBERT Noëlle, Mythologie lunaire, *60 : 17.

—, Les Grecs et l’Univers, ou l’aube de l’astronomie, 63 : 12.

—, Des dauphins et des hommes dans la Grèce antique, *66 : 39.

GOMBERT Régis, Archimède, cet inconnu, 70 : 39.

GONZALEZ-SERRANO Pilar, La tombe d’Orphée à Lesbos, 44 : 33.

GOSSET Hugues, Sappho (Psápfa) est un miracle de la foi, 55 : 3.

Gourmelen Laurent, Voir le serpent dans l’Iliade, I, 107 : 24.

—, ”, II, 108 : 47.

—, ”, III, 109 : 13.

GOYENS-SLEZAKOWA Christine, Naissance et disparition d’îles dans la tragédie grecque, *27 : 24.

—, À propos de comètes et autres curiosités météorologiques : sur l’interprétation des vers 134 à 140 du VIe péan de Pindare, 33 : 44.

—, L’hymne à Délos et l’insularité, 43 : 63.

GRASSET Bernard, Deux poèmes, 63 : 11.

—, Deux poèmes, 70 : 11.

—, Poèmes, 77 : 19.

—, Poèmes, 82 : 3.

—, Trois poèmes, 84 : 14.

—, Poème dédié à van Gogh, 90 : 3.

—, Trois poèmes bilingues, 95 : 41.

—, Poèmes bilingues, 104 : 32.

—, Poèmes bilingues, 111 : 62.

—, Poèmes bilingues , 122 : 72.

GRATAS Marc, Poème, *22 : 14.

GRÉGOIRE saint, le Thaumaturge, Quelques extraits des Homélies, 31 : 47.

GRIGORI Gérasime, Les godillots neufs, 39 : 74.

GRITSI-MILLIEX Tatiana, Le puits, *8 : 4.

—, Les clous, *11 : 18.

—, La mort en été, *18 : 14.

—, Faisons-nous l’échange ?, *22 : 53.

—, Pavillons en berne, *32 : 69.

—, Hélène-Perséphone (in Sur l’échelle du ciel), *47 : 65.

—, Messagers, *49 : 76.

GROSMARY Sterenn, Le grain de sel (à propos du disque de Phaistos), *5a : 8.

GROSSEL Marie-Geneviève, Le voyage d’un dieu sur la terre. Remarques sur la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate, I, *65 : 45.

—, ”, II, *66 : 5.

GUÉNON René, À propos des « mystères », *3a : 7.

—, … et la Grèce, *4 : 3.

GUILLAUMET Anne-Marie, La chanson populaire grecque, I, 25 : 62.

—, ”, II, 26 : 63.

—, ”, III, *27 : 37.

—, ”, complément, 28 : 61.

—, Biographie de Markos Vamvakaris, *27 : 48.

 

Hale W.G., « Lire le latin en appliquant la méthode de Hale », 114 : 68.

HATZIS Dimitris, Le baptême, 25 : 73.

—, Symboles effrités, 36 : 69.

—, Combattants sans défense (épisodes au cours de la guerre civile, 1947-49, en Grèce), I, 40 : 75.

—, ”, II, 41 : 77.

—, ”, III, *42 : 80.

—, Petit commentaire sur Iphigénie en Aulide, *64 : 17.

HERMARY Antoine, Marseille grecque, 87 : 46.

HERR François-Joseph, Les Juifs de Laconie. Notes de lecture et traductions autour d’un voyage dans le Magne, I, 75 : 4.

—, ”, II, *76 : 6.

—, ”, III, 77 : 20.

—, Antissa, 113 : 65.

HERRERO CAJAS Hector, Les peuples des steppes et la formation de l’art byzantin : de la yourte à l’église chrétienne, 80 : 53.

HIBON Roland, Pour une approche de J.M. Panayotopoulos, du poète surtout, *21 : 48.

—, ”, rectificatif, *22 : 34.

—, Le poète grec Costis Palamas et le conte de Lisle, 29 : 7.

—, Prière de Bacchis à Dionysos, 29 : 12.

—, Léthé, poème, 44 : 39.

Hoos Muriel, La christianisation des campagnes d’Afrique romaine : une histoire impossible à écrire ? Le cas de l’église d’Henchir Deheb, 128 : 12.

HUMBERT M., Notice sur Aristote, 44 : 81.

HUVET René, Cacoyannis et ses Bacchantes, *2a : 8.

 

IAKOVIDI Lily, Six poèmes : Ainsi tout venait et repartait, 8a : 1.

—, (suite), Un enfant est né dans les ténèbres ; Forces indécises ; Combat ; Les responsabilités ; Extase, 8a : 12.

Iatromanolakis G., « Chronique de la Bêtise », 114 : 20.

Ikonomou Christos, Pour les gens pauvres (trad. J. Kaminski) , 129 : 72.

ILIOPOULOS Armelle, La poule de Mycènes, 53 : 26.

—, Le journal de Pan, 59 : 40.

—, L’arc-en-ciel, 68 : 48.

—, Poème, 71 : 2.

—, Un rêve, 82 : 78.

—, À tous vents… ; Le jugement, 85 : 79.

ILIOPOULOS-ZAHAROPOULOS Hélène, Réciprocité du transport, deux poèmes, 85 : 28.

—, Sortie de la bonace. Trois poèmes, 93 : 42.

IMBERT Caroline (v. J.-V. VERNHES).

IOANNOU Jean, Le traité de Sèvres « mort-né » (10.08.1920) et le naufrage de la « Grande Idée » des Hellènes, 35 : 55.

—, Chronique de mon village natal à la fin du XIXe siècle. L’enfance de mon père, *45 : 76.

—, Devoir du souvenir (50 ans après la guerre d’Albanie), *50 : 50.

—, Géopolitique de la contrée macédonienne, 68 : 25.

— et IOANNOU Amélie, Dimitris Hatzis, écrivain contemporain, 25 : 72.

 

JACQUIN Renée, La musique grecque, *1a : 12.

—, Odysséas (Ulysse) Elytis, 2 : 4.

—, ”, rectificatif, *3 : 2.

—, Stratis Tsirkas, *3 : 7.

—, Marguerite Yourcenar, *3 : 31.

—, Andromaque, je pense à vous, *7 : 29.

—, Anghélos Sikélianos, *9 : 19.

—, Pandélis Prévélakis, *15 : 3.

—, Le héros de la Grécité : Digénis Akritas, *15 : 16.

—, Ménandre à Thasos, *15 : 21.

—, À propos d’une réédition de Constantin Karyotakis, *16 : 18.

—, Roger Milliex et la Grèce, *17 : 5.

—, Il y a 150 ans mourait à Paris Adamantios Coray, *17 : 7.

—, Nikos Kazantzakis, *18 : 3.

—, Pierre Charis, *19 : 3.

—, Euthyphron et la théâtralité de Platon, *21 : 30.

—, Constantin Cavafis, 23 : 8.

—, La Nékuïa au XXe siècle, *27 : 8.

—, Le théâtre d’Anghélos Sikélianos, *32 : 57.

—, L’exil, 34 : 27.

—, Théâtre antique à Delphes, 34 : 31.

—, L’humanisme, 40 : 62.

—, Notes sur le carnaval de Skyros, 41 : 14.

—, À propos d’une anthologie des poètes de Siphnos, *42 : 70.

—, ”, corrections, 43 : 9.

—, Marie (nouvelle), 56 : 21.

—, Hommage à Elytis, 68 : 8.

—, Célébration de Déméter : les Hymnes homériques et Callimaque, I (v. suite, II, sous Jean ARVANITIS), 83 : 71.

—, Olga Votsi et son recueil Le dernier ange, 85 : 49.

—, La veuve, 93 : 62.

—, Résumé d’un article d’Hélène Iliopoulos-Zaharopoulos sur Georges Carter, 94 : 46.

—, Le voyage à Corfou, 97 : 60.

—, Le roman hellénistique, I, 100 : 38.

—, ”, II, 101 : 20.

—, Ariadne à Naxos, 102 : 22.

—, Le bruit en soi, 104 : 45.

—, Cinq grands poètes du XXe siècle, 104 : 58.

—, Les « esprits », 110 : 63.

JOANNIDES Clitos, Poèmes, *62 : 4.

—, Deux poèmes, 71 : 70.

JOANNIDES Jean-Claude, Regards sur l’identité d’un peuple. Le mythe, identité culturelle. 1re partie : les difficultés de l’interprétation, 106 : 26.

—, 2e partie : Le corpus mythologique comme carte d’identité culturelle, 107 : 62.

JOUAN François, Héros comique, héros tragique, héros satyrique, 77 : 71.

—, Trois contre-héros chez Sophocle : Chrysothémis, Teucer, Créon, 82 : 56.

Jouanno Corinne, L’Odyssée de Nikos Kazantzaki : un voyage sans retour ?, 122 : 74.

Journalistes grecs et la guerre en Irak (Les), 97 : 70.

JOURNÈS Hugues, Pythéas le Massaliote, I, 70 : 50.

—, ”, II, 71 : 26.

JOUSSOT D., Une autre approche des personnages féminins dans le théâtre d’Euripide, *37 : 37.

JUBELIN Amiral, Thémistocle, tacticien et stratège, *1 : 3.

JULIEN Philippe, Notes sur l’intrusion des nombres irrationnels dans la mathématique grecque, *47 : 58.

JULIEN l’empereur, dit l’Apostat, Lettre à l’archiâtre Zénon, 71 : 12.

 

KAFTANTZIS G., Poèmes : La gare de Hatzi-Beïlik ; Le visiteur ; Alceste et Admète, 44 : 22.

—, Récits d’une ville étrangère, *52 : 23.

KAKRIDIS Ioannis T., Gygès le Lydien, 82 : 46.

Kalambokis Périclès, Poèmes, Allusion de la mer, Exilé dans le silence, Un instant, 111 : 50.

KALASH (Les Amis des), La tribu des Kalash, 96 : 32.

KAMARINOS Georges, Le grec, langue fondatrice, 87 : 25.

KAMARIS Siphis, et TZIKAS, Kostas, Pierre, poème, 85 : 32.

KAMINSKI Janine, Hydra, 72 : 76.

—, La Nékyia chez Séféris, 75 : 37.

—, Les épitaphes de l’Anthologie Palatine, 79 : 50.

—, Le Styx, 82 : 40.

—, Les cygnes chantent-ils ?, *88 : 77.

—, La Meurtrière d’Alexandre Papadiamantis, 103 : 54.

—, Vu pour vous, 300, 112 : 52.

—, Kazantzakis, Capitaine Michalis, 113 : 21.

—, La restauration du temple d’Athéna Niké sur l’Acropole, 115 : 27.

—, Le nouveau musée de l’Acropole, 122, 2.

—,  LPV, W. Dalrymple, Dans l’ombre de Byzance…, 131 : 33.

—,  LPV, Témoignages , 131 : 35.

—,  Grèce, le complexe du Parthénon, CR conférence de Takis Théodoropoulos , 132 : 64.

KANTAS Kostas, L’hellénisme après la mort d’Alexandre le Grand, 93 : 59.

KAPSOMENOS Eratosthénis, Mythes littéraires et modèles culturels, I, 57 : 46.

—, ”, II, À la recherche de la culture européenne perdue, 58 : 34.

KARA-AMARANTOU Elpida, Quatre poèmes : Hirondelles ; Phaéton ; Sans Ithaque ; Salon snob, *4 : 24.

—, Deux poèmes : Variante du second mythe ; Variante du troisième mythe, *11 : 30.

—, Deux poèmes : Pour monter ; Derrière la fenêtre, *12 : 26.

—, Son dernier poème, 25 : 81.

KARAGIORGA Olympia, Deux poèmes : Iphigénie, *7a : 1.

—, suite : Meltémi 72, *7a : 22.

—, Rectificatif, 8a : 3.

KARATZAS Hélène (v. aussi CARATZAS), Les chemises de Kemal, *3a : 12.

—, To zarzovatiko, *9a : 25.

—, Depuis quand j’aime la soupe, *10 : 17.

—, Ma tante Ismène, *16 : 11.

—, L’“hymen”, *19 : 8.

—, Une visite d’outre-tombe, 26 : 31.

—, Pour une assiette de nourriture, 34 : 46.

—, Le maître-berger, *37 : 56.

—, La Lysistrata de l’île, *45 : 10.

—, Eupraxie, *51 : 75.

Karavelos Nikos, Lieu d’origine, 4 poèmes, 112 : 20.

KARNESIS Panos, De Petites malhonnêtetés, « Jérémiade », 101 : 69.

—, Errata, 102 : 64.

Karter G.N. (voir aussi Carter) Contre tous les responsables, 121 : 34.

KARYOTAKIS Constantin, Deux poèmes : Fête delphique ; Prévéza, *47 : 48.

—, ”, rectificatif, *48 : 45.

—, Trois grandes joies, 54 : 67.

Karyotakis Kostas, Marche funèbre verticale – Tréponème pâle, Spleen (Baudelaire), 126 : 40.

KATSAVOS Basile, La poésie de Cavafis et son opportunité dans l’enseignement, 25 : 11.

—, Le dit du figuier, 58 : 16.

KATSIANAKI Chrysanthe (v. TSIKRISTI-KATSIANAKI)..

KAVVADIA Nikos, Sept poèmes, 63 : 22.

KELERMENOS Nikos, Lettre à Julien l’archiâtre Zénon, poème, 71 : 13.

—,     Parole d’approche, trois poèmes, 75 : 74.

KISSEL Myriam, Sarpédon *50 : 23.

—, Les sophistes, 58 : 3.

—, Les sophistes, 68 : 74.

—, Un Byzantin oublié : Michael Psellos, 86 : 26.

—, Les sources gréco-latines du Cauchemar de W.H. Rosher, 92 : 54.

—, Les Purifications d’Empédocle, I, 112 : 10.

—,  Les Purifications d’Empédocle, II, 113 : 12.

—, Traduire, (ré)écrire : Les Anacréontiques d’A. Lacaussade , 120 : 40.

Knight Roy Clement, L’enseignement du grec au xviie siècle, 124 : 60.

KNOCKER Pierre, Mais qui donc était Κτησίβιος ?, 94 : 56.

KOMIANOU-ALAMANOU  Hélène, Deux poèmes, 68 : 4.

KONSTANTINOU Kostis et OLINGUE Jean-Marie, Napoléon Lapathiotis, *38 : 45.

KOSMOPOULOS Dimitri, Latomies, cinq poèmes, 95 : 42.

Kossaifi Christine, Un temple aux vivants piliers. La nature dans les Idylles bucoliques de Théocrite, I, 103 : 61.

—, ”, II, 104 : 18.

—, ”, III, 105 : 60.

KOTSONIS Ileana C., Lettre inédite de Sophie Marbois, duchesse de Plaisance, 53 : 64.

KOUGEAS Vassilis, Sept poèmes, 79 : 65.

—, Quatre poèmes, 82 : 10.

—, Jadis habité, La nuit prend forme, 99 : 10.

KOURSI Maria, On croit que je suis absent, poèmes, 91 : 18.

KRUMBACHER Karl, Romanos le Mélode, *6 : 24.

Kubiak Zygmunt, La poésie grecque, 1re partie, 107 : 10.

—, ”, 2e partie, 108 : 24.

KUZOULIS R., Le roi d’Ahata, 77 : 61.

 

LABRANDE Pauline, Clairvoyance et non-voyance dans le mythe d’Œdipe, 94 : 78.

—, Quelle chronologie dans la Grèce antique ?, 115 : 16.

—, Pythagore, Les vers dorés, 116 : 22.

—, Les adieux d’Andromaque (Euripide, Troyennes, 740-760), 117 : 36.

—, Une figure emblématique de l’homosexualité féminine : Sapho, 118 : 33.

—, Le diseur de riens (Théophraste, Caractères, 3,2,2), 124 : 22.

LACARRIÈRE Jacques, Citation, *1a : 16.

LAFFORGUE Henri, Les oliviers d’Athéna (nouvelles), 44 : 48.

—, Le manuscrit retrouvé, *52 : 19.

—, Le serment d’Hippocrate, 88 : 60.

—, Autour d’un article (questions à G. Nicoletséa), 117 : 62.

LAMPSIDIS G., Le moment est-il venu de supprimer les accents et les esprits ?, *13 : 18.

Lancelot Claude (1615-1695), Préface à la méthode de grec de Port-Royal, notes P. Boulhol, I, 126 : 21.

—, ”, II , 127 : 34.

LANGE Ersé, Prélude du temps, *9 : 28.

—, Prière, *10 : 15.

—, Le jardin d’Astaroth, *10 : 25.

—, La fille aux aiguilles, *21 : 63.

—, Mer, amère Mer, 32 : 77.

LANSON Gustave, Choix de lettres du XVIIIe siècle. Charles Collé (1709-1783), 83 : 78.

LAPATHIOTIS Napoléon, Poèmes : Je suis seul ; Nocturne ; De profundis ; Le garçon simple que j’aime, *38 : 46.

LASALLE Roger, « En finir avec le chefs-d’œuvre » de la dramaturgie grecque ?, *5a : 16.

LE CHEVALLIER J., Graphismes, 8a : 2.

LECOMTE Simone, Les trente derniers mois de la vie d’Alexandre le Grand, *42 : 49.

—, Aristote, les Barbares et le meurtre d’Alexandre, *45 : 67.

—, L’enfant royal, *47 : 75.

—, Alexandre, fils de Philippe. Regard posé sur une fresque antique, *52 : 35.

—, Alexandre et l’Iliade, 59 : 48.

—, Le philosophe et le Souverain (sur un texte de Plutarque intitulé « De Fortuna aut Virtute Alexandri »),  I, 63 : 59.

—, ”, II, *64 : 6.

—, ”, III,  *65 : 16.

—, ”, IV, *66 : 14.

—, La psychostasie chez deux philosophes grecs : Platon (Gorgias) et Plutarque (De Fortuna), 79 : 38.

Le Guennec Marie-Adeline, Un aubergiste italien au début de l’Empire ? L’inscription et la stèle d’Aesernia (CIL, IX, 2689), 128 : 22.

LEMAÎTRE Christiane, De la prétendue misogynie d’Euripide, 8 : 20.

LE NOAN Gilles, L’Ithaque de la brune ou du couchant, 41 : 70.

Léo Jean, Les fondements historiques de la guerre de Troie, 119 : 2.

Léondaris Byron, En terre saline, quatre poèmes, 112 : 44.

LEROUX Hélène & MOUCHOT, Jean-Marie, La collection des Antiques du musée de Karlsruhe, *8 : 29.

—, La Grèce antique vue de Bâle, *12 : 35.

LEROY Patrice, Œdipe-Roi, *10 : 13.

—, Oracles et destin dans l’Œdipodie, *12 : 16.

—, La Sphinge et son énigme, *20 : 32.

LEVANTIS Georges, Hymnes byzantins de Noël, *6 : 3.

LEVANTIS Gisèle, Hymnes à la Nativité, *6 : 6.

—, Gâteaux de Noël, *6 : 10.

—, Calendes de Noël, *6 : 11.

LEVET Jean-Pierre, Le proto-nostratique. Hypothèses et perspectives, *76 : 53.

LIANTINIS D., Gemma. Ici Missolonghi !, 87 : 56.

LIAROU-ARGYRIOU Eva, Ombres et éclat, poème, *65 : 8.

—, Trois poèmes, 72 : 70.

—, Cinq poèmes, 78 : 58.

—, De L’intervalle des unions, deux poèmes, 85 : 38.

LIONEL Frédéric, Le miracle grec : une humaine aventure, *2a : 5.

—, Réflexions sur le combat de l’homme avec la bête, *2a : 16.

—, Vision pythagoricienne d’une civilisation fraternelle, *9a : 19.

LIVADITIS Tassos, Six textes : Un grand passé ; En mémoire ; Voyageurs ; Entretiens, recherches ; Bilan, *22 : 3.

LIVRY Anatoli, La Hache de Lycurgue chez Callimaque, 129 : 15.

—, Errances, poème, 84 : 5.

LONNOY Marie-George, Les bienfaits de la folie, *27 : 33.

LORIOT E., Les cryptochrétiens, *7a : 13.

LOUKAS D., À Anghélos Sikélianos, *50 : 2.

LOUKATOS Démétrios, Fleurs et plantes dans les églises orthodoxes grecques, *51 : 62.

LOURENÇO Frederico, L’aède et le héros, 55 : 36.

—, La φιλία dans l’Alceste d’Euripide, 78 : 68.

LUST Colette, Hommage à l’écrivain Aris Alexandrou, *20 : 9.

LYGEROS Nik[os], Sur les connaissances scientifiques dans Erotocritos, *62 : 63.

—, Sur la présence du chiffre 4 dans Erotocritos, 67 : 29.

—, Le drapeau, poème, 70 : 13.

—, Serra, poème, 73 : 45.

—, Sur la symbolique des devises dans le tournoi de l’Erotocritos, I, 78 : 21.

—, ”, II, 79 : 13.

—, Le nœud du destin, poème, 82 : 4.

 

MACÉ Hubert, Les échanges culturels franco-helléniques (en feuilletant la presse grecque), *6a : 22.

—, À propos du disque de Phaistos, I, *5a : 6.

—, ”, II, *9a : 14.

—, À propos du suicide. Notes sur la conférence de madame Jacqueline de Romilly sur le thème « Pour ou contre le suicide : scènes de la tragédie grecque », 2 : 23.

—, Introduction à la numismatique, I, *1 : 13.

—, ”, II, *8 : 6.

—, ”, III, *9 : 3.

—, ”, IV, *11 : 12.

—, ”, V, *13 : 32.

MACHIN Albert, Antigone et Électre, *12 : 3.

—, Le temps chez Marc-Aurèle, *30 : 10.

—, Les révélations d’Hyllos à Héraklès, I, 78 : 52.

—, ”, II, 79 : 4.

—, Deux héroïnes tragiques : Déjanire dans les Trachiniennes de Sophocle et la comtesse Livia dans le film Senso de Visconti, 90 : 59.

—, Temps et serments dans le théâtre de Sophocle, 107 : 36.

MALLAN Claude, De Parménide à Platon. L’ouverture de la voie. I : L’homme de lumière , 90 : 38.

—, ”, II : L’axe de lumière, 91 : 30.

—, ”, III : L’entrée dans le royaume, 92 : 10.

—, De Parménide à Platon : quelques remarques sur le sumbolon, 111 : 14.

Malosse Pierre-Louis, Héliodore a-t-il inventé le cinéma ?, 122 : 65.

—, Les Grecs ont-ils écrit des romans ? (Convergence de forme et littérature grecque – 2), 130 : 9.

MARANGOU Niki, Au Cap grec, 78 : 79.

MARAS S., La personnalité de Nikos Kazantzaki d’après son œuvre poétique Tercets, 75 : 44.

MARCEAU Marc, Sur le tombeau de Philippe II de Macédoine, *2a : 19.

—, ”, *3a : 7.

Marika (= GEORGOPOULOS-CARON Marika), Fiches de cuisine : Halva de Rhinas (de Pâques), *7a : 16.

—, ”, Mousaka, 2 : 22.

—, ”, Sauce aux œufs et au citron, *10 : 28.

—, ”, Sauce au concombre, *10 : 28.

Marinaki Hélène, Du sang maintenant, Ici dans le petit rien, poèmes, trad. JK, 130 : 24.

Markopoulos Georges, L’attaquant masqué, trad. JK, 132 : 33.

Maronitis D.N., Sacrifice aux Muses (LPV JK), 108 : 5.

MAROUDIS Georges, Deux poèmes : L’étoile de l’amour ; Enfant de l’occupation, *10 : 8

Martin Michaël, Circé, la dernière métamorphose, 109 : 71.

MARTIN Paul, Loin du gland, loin du blé, ou : chat échaudé craint l’eau froide, *17 : 57.

—, La « pudeur » d’Ulysse et de quelques autre, *21 : 13.

—, Coup d’essai, coup de maître, *32 : 75.

—, De l’Eros de Diotime au génie de Rimbaud (fantaisie), *51 : 68.

—, L’ingénu chez les Grecs, I, *66 : 44.

—, ”, II, 67 : 5.

MARY G., La cave et la caverne, ou : Ritsos lu par Platon, I, *60 : 72.

—, ”, II, *61 : 10.

MASSON Jacqueline, Notes de lecture sur quelques poèmes d’Hélène Tagkalaki, 41 : 58.

—, Lecture d’un poème de Takis Sinopoulos, « Jeanne », I, *48 : 17.

—, ”, II, *49 : 18.

—, Tragédie et roman dans une œuvre de Vénézis, 69 : 72.

—, Démétrios de Phalère, un homme qui vit avec son temps, 79 : 60.

—, Les métamorphoses d’Elpénor, 86 : 65

MASTROMARCO Giuseppe, Public et mémoire théâtrale dans l’Athènes d’Aristophane , *60 : 8.

MATHIEU Marie-Ange et GHIRON-BISTAGNE, Paulette, Platon à la scène, *14 : 9.

—, Gorgias…, ce n’est pas fini, *19 : 24.

—, L’Apologie de Socrate à la scène, 34 : 33.

MAURY Françoise, Le retour à Ithaque, *7a : 8.

MEGAPANOU Amalia, Poèmes, 55 : 12.

—, La transparence de l’ampoule, *60 : 52.

—, Le larcin et l’amant, 68 : 45.

—, Le pain, *88 : 26.

—, La femme de Prague, nouvelle, 94 : 59.

—, … Prosographie, CR Pascal Boulhol, 115 : 4.

“MEMOR”, anonyme, Mare nostrum et précisions, *4 : 29.

MERAKLIS Michel, Le langage du théâtre d’ombres, I, 67 : 59.

—, ”, II, 68 : 20.

Merkenidou Hélène, Les mignonnes, trad. JK, Lpv, 115 : 2.

MILLER Timothy S., Naissance de l’hôpital dans l’empire byzantin, I, 82 : 30.

—, ”, II, 83 : 12.

—, ”, III, 84 : 15.

MILLIEX Roger, De la découverte de l’espace grec à l’élaboration littéraire de la périégèse : le cas d’Edgar Quinet (1829-30), 44 : 16.

—, Autour de l’“Inne gregau” de Mistral, *48 : 74.

Mirèio (= BRÉMOND Mireille), Cléonai, *3 : 18.

—, Un univers nommé Chypre, *4 : 28.

—, Libres propos, *5 : 26.

—, Et si nous parlions un peu de l’Égypte ?, *14 : 22.

MISTRAL Frédéric, “Inne gregau” : hymne pour la Grèce, *46 : 65.

—, ”, addendum, *48 : 74.

MITZALIS Alexandre, Poèmes : Endymion ; La statue ; Exorcismes, *50 : 26.

—, Poèmes : Après J.-C. ; La fin de la route de Thomas Münzer ; Les nouveaux testaments ; Messe en sous-sol, 55 : 46.

—, Calendes sans frontières (poème), 59 : 72.

—, Poème, *64 : 49.

—, Solomos et Cavafis entre l’idée et la matière, *66 : 63.

—, Anthropomorphisme de la mort dans la civilisation occidentale, 67 : 53.

—, Andréas Embirikos, ou « Je est un autre », et Constantin Cavafis : Alexandrie, début XXe siècle, 85 : 26.

—, Deux poèmes, *88 : 56.

—, Kostis Palamas, Alexandre Papadiamantis, Andréas Calvos, trois poèmes, 93 : 36.

—, Trois poèmes, 96 : 20.

—, Poèmes : Tirésias, Rigas, Ritsos, Fin d’Œdipe (trad. J. Kaminski), 104 : 10.

—, La francophonie en Grèce, 109 : 11.

—, Le Message du Nord, L’apôtre Paul, 111 : 18.

—, Plaidoyer pour le retour des frises du Parthénon, 121 : 55.

Molev E.A. & Naumov A.V., L’archéologie hellénique à l’Université d’État de Nižnij Novgorod (trad. du russe A. Fraysse), 127 : 6.

MONTANA J.-M., Les Muses et l’inspiration poétique, 34 : 12.

—, La lyre d’Achille et les pleurs d’Ulysse, *49 : 48.

MORANI Moreno, À propos de l’hellénisme, *37 : 71.

—, L’Antigone de Sophocle et ses lectures modernes, 56 : 52.

MOREAU Alain, Introduction à la mythologie, 1. Avant-Propos, *15 : 49.

—, 2. Le mythe et le conte, *16 : 28.

—, 3. Les mythes : nos sources, *17 : 44.

—, 4. Attitude des Grecs à l’égard des mythes. Première partie : la mythologie vivante , *18  : 48.

—, ”, erratum, *19 : 52.

—, 5. (suite), Connivences, *19 : 42.

—, 6. (suite), Ménélas le mou, *20 : 54.

—, 7. Deuxième partie : Platon contempteur des mythes, *21 : 5.

—, 8. Troisième partie : Platon créateur de mythes, *22 : 43.

—, 9. Quatrième partie : La place des mythes dans l’argumentation platonicienne, 23 : 36.

—, 10. Les 1001 facettes de Médée. Avant-propos et première partie : Textes, etc., 24 : 25.

—, ”, rectificatif, 25 : 61.

—, 11. Deuxième partie : théories solaires, psychologie, histoire : l’interprétation et ses pièges, 25 : 42.

—, 12. Troisième partie : À la recherche des origines ; recensement des épreuves initiatiques, 26 : 16.

—, 13. Quatrième partie : À la recherche des origines ; Jason et les épreuves initiatiques , *27 : 67.

—, 14. Cinquième partie : À la recherche des origines ; Médée la déesse, 28 : 65.

—, 15. Sixième partie : Étude diachronique : Jason, 29 : 44.

—, 16. Septième partie : Étude diachronique : Médée, d’Hésiode à Euripide, *30 : 69.

—, 17. Huitième partie : Étude diachronique : Médée, d’Apollonios de Rhodes à Dracontius, 31 : 71.

—, 18. Neuvième partie : Diodore le rationaliste, *32 : 30.

—, 19. Dixième partie : Jason, Médée et Vladimir Propp, 33 : 28.

—, 20. Athéna, Catilina, Judas, 36 : 8.

—, 21. Le labyrinthe et la grue, *37 : 7.

—, 22. Suite, *38 : 24.

—, 23. Lupus duplex. Première partie : l’énigme de Lycomède, 41 : 26.

—, 24. Deuxième partie : Les hommes-loups de la mythologie grecque, *42 : 32.

—, 25. Troisième partie : Du mythe au conte, 43 : 49.

—, 26. La Clytemnestre d’Eschyle, 44 : 65.

—, ”, errata, *46 : 50.

—, La mythologie à l’université, 20 : 51.

—, Eschyle : l’épopée dans la tragédie, 35 : 5.

—, À qui se fier ? (sur le mot « syncrétisme », etc.), 36 : 19.

—, Paroles à double sens, paroles magiques en Grèce antique, I, *47 : 15.

—, ”, II, *48 : 6.

—, Du monde antique au XVIIe s. : Méduse et l’œil maléfique. Le mythe détourné, I, *50 : 6.

—, ”, II, *51 : 42.

—, ”, III, *52 : 10.

—, Une réponse à l’article de madame Marie-Hélène Delavaud-Roux, 54 : 3.

—, L’Orestie d’Eschyle : un justicier ou un initié ? I, 56 : 43.

—, ”, II, 57 : 6.

—, Le loup-garou. I. Les origines ; les rituels, 73 : 69.

—, II. Croyances, théories, contes, 74 : 6.

—, Variations sur le mythe de Jason et Médée, 96 : 44.

—, Naissance de Clytemnestre, 97 : 14.

—, Les femmes viriles dans la mythologie grecque : un fantasme du mâle athénien. I, 98 : 35.

—, ”, II, 99 : 50.

—, Arrière-plan mythique et création personnelle dans l’Hippolyte Porte-Couronne d’Euripide, I, 101 : 11.

—, ”, II, 102 : 38.

—, CR de Gourmelen, Kékrops, le Roi-Serpent, 104 : 5.

—, Démesure et barbarie des chefs argiens dans les Sept contre Thèbes, 112 : 54.

—, Sanglantes Érynies (Eschyle, Euménides, 255-275), 114 : 24.

Moreu Carlos, voir Léo Jean.

MORIN Denis, Psychanalyse et culture hellénique, *19 : 19.

—, Signes de langage et évolution des marquages, 23 : 48.

MOSCHOS, Épitaphe de Bion (fragment), 82 : 6.

MOUTSOPOULOS E.A., Le droit de cité de la culture grecque dans l’univers culturel européen : pérennité ou survie ?, *52 : 27.

 

NATSOULIS Takis, La mère dans la chanson populaire, 39 : 26.

NAUDY M., Retour à Toulouse de Jean-Pierre Vernant, *19 : 16.

NAZLOGLOU Catherine, La dormition de la Vierge dans la peinture byzantine, *6 : 35.

NEUMANN Christian, Le Christus Patiens de saint Grégoire de Nazianze à la lumière des Bacchantes d’Euripide, 31 : 63.

—, ”, rectificatif, *32 : 82.

Nicoletsea Georgia, L’inversion des rôles chez Hérodote : l’exemple d’Artémise, 105 : 22.

—, Les variations sémantiques du terme barbare chez les Grecs, 112 : 64.

—, Le paradoxe du chapitre 38 de l’Epitaphios : la religion au service du « divertissement » des citoyens, 115 : 67.

—, Réponse à M. Henri Lafforgue, 118 : 46.

Nicoletsea Martha, Clytemnestre : la femme dans toute sa « mauvaise gloire ». Le thème de l’anti-modèle féminin, 106 : 6.

—, Électre d’Euripide : la digne fille de Clytemnestre, 109 : 63.

—, Le pouvoir féminin dans l’Assemblée des femmes d’Aristophane, 115 : 29.

NIKAKIS Georges, Deux poèmes : Antipathie ; À la mémoire de Jutta morte, *22 : 8.

—, Recherche (poème), 23 : 62.

NOURRY Jean Dr, La Pierre et le Roc, 31 : 13.

—, Saints guérisseurs dans l’ancien monde byzantin. Hellénisme et médecine, 31 : 22.

—, Quelle prononciation pour le grec ancien ?, 36 : 21.

—, L’origine et la langue  des Anciens Macédoniens, 91 : 59.

—, La résurrection de la fille de Jaïre : réveil ou résurrection ?, 103 : 44.

NOVAIS FARIA Maria do Céu, La cécité humaine : voir/ne pas voir, *42 : 29.

 

OMATOS Olga, Constantin Paléologue, *38 : 51.

ORY Thérèse, L’organisation de l’espace dans un épisode de Daphnis et Chloé de Long , *18 : 17.

OURANIS Costas, Le Gréco, dieu de Tolède, *64 : 77.

 

PAISSE Jean-Marie, À propos de Tirésias le devin aveugle, 106 : 40.

PAIZANIS Claude, Extrait de La Patrie perdue, *65 : 40.

PAÏZANIS Vassilis, Bateaux pourris, poème, 85 : 33.

PANAGOPOULOS Andreas, L’expédition de Sicile dans l’histoire et dans la poésie, 98 : 62.

PANAGOULOPOULOS Georges, Poèmes : Frappant aux portes disparues ; Les dames du vent ; Encore un petit peu, 35 : 72.

PANAYOTOPOULOS I.M., L’adorateur d’images, *66 : 58.

PAPACHRISTIS-PANOS Evangelia, Cinq poèmes, 89 : 28.

PAPADAKOS Vassilios, Thèses médicales sur la maladie et la santé chez les hippocratiques : conception ancienne et actualité contemporaine, 68 : 57.

PAPADIAMANTIS Alexandre, L’église du Christ au Kastro, *6 : 21.

—, L’amour dans la neige, 34 : 3.

PAPALEONARDOU Maria, Six poèmes : La ville étrangère ; Le cheval blanc ; Les vaincus ; Je ne voudrais pas ; À quoi bon ; Le miroir, 40 : 26.

PAPAMANOLI-GUEST Anna, Le Sphinx, 57 : 62.

—, Sentiers rouges. Le loup et la Française, 83 : 64.

—, Deux chansons populaires et un fragment de Souffrances d’amour, la tragédie crétoise de Georges Chertatzis, 95 : 59.

—, Poésie populaire grecque, 100 : 30.

—, Le volcan de Théra et les échos de l’Atlantide, 108 : 31.

—, Grèce antique, Grèce actuelle : quel chemin ?, 110 : 41.

—, Grèce antique, Grèce moderne : chemins de pérennité Daphné : les lauriers de la lumière naissante, 111 : 6.

—, GA, GM, Klidonas : les voix célestes du solstice d’été, 112 : 5.

—, ”, Cavernes et grottes, archives d’identité, 113 : 34.

—, ”, L’Hiver sous l’aile de Dionysos, 114 : 5.

—, ”, Le Printemps au parfum d’Artémis, 115 : 6.

—, ”, Saint Élie : le prophète des sommets, 116 : 13.

—, ”, Grottes, lieux de guérison, 117 : 20.

—, ”, Notre mère la Terre, 118 :3.

—, ”, Le carnaval marin de Skyros, 122 : 4.

—, ”, Des Néréides aux… Néraïdes, 124 : 9.

—, ”, Gorgone immortelle. Du monstre à la protectrice, 125 : 15.

—, ”, De Gorgone à Skylla… entre terre et mer, 126 : 2.

—, ”, La Gorgone entre Sirènes, Skylla et Néréides, 127 : 3.

—, ”, La Gorgone et Alexandre le Grand, 128 : 10.

—, ”, Les « Pagana », esprits païens, 130 : 3.

—, ”, Gorgone le monstre et… Vierge la Gorgone, 131 : 3.

PAPANDONIOU Zacharias, La femme de Malis, 86 : 60.

PAPANGELOU Roy, Poèmes (in Lanières) : Miracle ; Élégie ; Fontaine, 49 : 66.

—, Clepsydre, cinq poèmes, 90 : 70.

—, Transparences, 107 : 18.

—, De la terre, 108 : 16.

—, Atlantide, 114 : 72.

—, Mai amoureux (3 poèmes), 123 : 20.

PAPASTRATOU Danaé, Diogène, une physionomie étonnante, *3 : 29.

—, Céphalonie, enchantement de la mer Ionienne, *4 : 7.

—, ”, précisions, 5 : 32.

—, Le Pélion ; Volos, 5 : 19.

—, Samos, l’île verdoyante de Pythagore, *18 : 6.

—, Le dilemme d’une mère à Chypre, *21 : 59.

—, L’hellénisme, un message pour l’homme, 34 : 79.

—, Samothrace. Au sanctuaire des Grands Dieux, *37 : 65.

—, Le nuage, *65 : 41.

—, Deux poèmes, 89 : 8.

PAPAYANNI-LAMBROS Alexandra, L’archipel grec dans la littérature, 71 : 61.

PAPPA Léna, Deux poèmes : Adolescence ; Progrès, 26 : 6.

PAPPAS Théodoros, Contribution à une étude anthropologique de la Comédie grecque : structure des exodoi dans les comédies d’Aristophane, 34 : 36.

—, Rite agraire et comédie ancienne. Approche anthropologique, I, 40 : 8.

—, ”, II, 41 : 7.

PARROD Jacques, Genèse de l’atome de Démocrite, *2a : 11.

Pascalin Peire, Réjouis-toi ! De Luc… à Parménide, 125 : 45.

PASCHOS P.V., Orthodoxie byzantine et littérature, 31 : 3.

PENNAOD Goulven, Grec et celtique, *9a : 10.

PERENDITIS Stavros, Une traduction latente de l’Hymne de la Liberté de Dionysios Solomos (1897), 35 : 67.

PernÉe Lucien, La concordance des temps existe-t-elle en grec ancien ?, 1, 119 : 22.

—, … ”, 2, 120 : 20.

—, … Ἄν et le participe, 129 : 40.

Perodaskalis Dimitris, En noir et blanc, poèmes, 125 : 32.

PERRET P., La soif de connaître, 43 : 3.

PETIT André-Paul, frère A.P., Les épithètes morales de Virgile à l’égard d’Ulixes et d’Aeneas, *7a : 17.

—, Homère et le monde moderne, I, *17 : 38.

—, ”, II, *18 : 41.

—, Le Christ, hébreu… ou grec… ou hellénisé ?, 29 : 13.

—, Thucydide et la guerre, 39 : 23.

PETRALIS DIOMIDIS Th., Les Mavrolyki (appréciation et traduction d’un passage), 55 : 43.

PETROPOULOS Georges, Trois chansons critiques du Pont, 86 : 55.

—, Les mimes en vers iambiques d’Hérondas, 95 : 69.

Pétrucci Anne, Un autre regard sur la guerre de Troie : « Dictys le Crétois », 123 : 41.

—, Une vision originale de l’expédition des Argonautes : le récit de l’Eclogê hisyotiôn, 128 : 33.

—, Achille et Ulysse dans les chroniques byzantines : comment rater sa mort, 132 : 19.

Peyrous René, Où se trouvent les Lotophages d’Ulysse ?, 132 : 5.

PEYSSARD-MILLIEX Louis, Xénophon, l’homme privé, le grand propriétaire, *7 : 24.

Phaklaris Panayiotis B., Le cothurne, le vent et l’Euripe dans la politique, 103 : 3.

PILLARD-CATSIDONIS Christiane, Nikos Kavadias, *17 : 9.

PINON Jacques, Vagabondages grecs. Folagandros, 81 : 59.

PINON Jean, Loutro, 75 : 63.

PITYKAKIS Manolis, Article « diktamos » dans son dictionnaire de la langue crétoise orientale, 96 : 53.

PLATANOS Vassilis, Concerto pour une oliveraie, poème (fragments), 88 : 34.

—, Concerto pour une oliveraie, I, 111 : 78.

—, ’’, 2, 112 : 77.

PLATIS Eleuthérios N., La poésie des Sonnets et d’Aphrodite céleste de Sikélianos, 26 : 45.

—, Une cause de tragique dans les Trachiniennes et le Philoctète de Sophocle : l’hubris de l’intellect, 34 : 20.

—, La transsubstantiation de l’histoire dans la poésie grecque antique et dans la poésie néo-hellénique traditionnelle, *49 : 34.

—, Examen d’esthétique générale des longs poèmes de Ritsos, 57 : 16.

—, La poésie populaire grecque moderne, 59 : 26.

—, La personnalité de Socrate, 75 : 78.

PLORITIS Marios, Les Cléons et leur engeance, 71 : 8.

—, Obscurité et clarté, 82 : 8.

—, Politique, théâtre et mass media, 86 : 9.

—, Les reliques des dépouilles, 96 : 46.

POLÉNAKIS Léandre, Huit poèmes, 73 : 22.

—, C’est arrivé à Godvana. Intermezzo pour Hélène, *76 : 41.

POLI Jean-Dominique, Présence d’Héraclite dans l’œuvre de René Char, 75 : 67.

—, D’un principe esthétique qui sous-tend la création de l’Aeria de Strabon à l’Aerea de René Char, 86 : 22.

Pouderon Bernard, Judas réhabilité ? (à propos de l’Évangile de Judas), 117 : 55.

POURKIER Max, col., Sur une formule mathématique de Héron d’Alexandrie, *10 : 12.

—, Trébizonde, dernier empire grec d’Asie, 24 : 48.

—, La protection des empereurs byzantins, du IVe au VIIe siècle. I et II, 35 : 22.

—, ”, III, 36 : 48.

—, ”, IV, *37 : 17.

—, La protection des empereurs byzantins du VIIe siècle à la réforme de Constantin V au milieu du VIIIe siècle, *45 : 18.

—, La protection des empereurs, de Constantin V à Alexis Ier, I, *52 : 42.

—, ”, II, 53 : 7.

—, ”, III, 54 : 29.

—, ”, IV, 55 : 23.

—, La protection des empereurs byzantins d’Alexis Ier (1081) à la chute de l’Empire (1453), 67 : 43.

—, Le Danube, frontière de l’empire byzantin de Constantin Ier à Maurice (306-602), I, 87 : 12.

—, ”, II, *88 : 35.

—, ”, III, 89 : 36.

—, ”, IV, 90 : 22.

—, L’armée byzantine. Création et organisation initiale de l’armée dans l’Antiquité tardive (284-337), I, 94 : 22.

—, ”, II, 95 : 26.

—, L’armée byzantine. L’évolution de l’armée de l’Antiquité tardive de 337 à 364, de la mort de Constantin Ier au début du règne de Valentinien I : rupture de l’équilibre entre armées frontalière et mobile, début de la régionalisation de l’armée mobile, 103 : 48.

—, L’armée byzantine. Les armées romaines d’Occident et d’Orient de 364 à 395, I, 104 : 73.

—, ”, ”, II, 105 : 74.

—, ’’, IV. Les armées romaines d’Occident et d’Orient au Ve siècle, 111 : 54.

—, “, V. L’armée d’Anastase et de Justinien, 1, 118 : 57.

—, “, V. L’armée d’Anastase et de Justinien, 2, 119 : 60.

—, ”, VI. Dernières mutations. Fin de l’organisation dioclétiano-constantinienne (2e moitié du VIe siècle-2e moitié du VIIe siècle) 1, 122 : 51.

—, ”, VI. 2, 123 : 68.

—, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Dioclétien à Constantin IV, 1, 130 : 43.

—, ”, 2, 131 : 46.

—, ”, 3, 132 : 77.

PRALON Didier, Homère, Odyssée XI : ce que disent les Ombres, I, 25 : 53.

—, ”, II, 26 : 54.

—, La légende de la fondation de Marseille, *46 : 23.

—, Homère et la poésie orale, I, 73 : 30.

—, ”, II, 74 : 18.

—, ”, III, 75 : 11.

—, Le corps signifiant : la physiognomonie aristotélicienne (CR), 119 : 41.

PRESTIPINO L., L’Erechtée d’Euripide et le temple de l’Erechtéion, 43 : 36.

PROKOS A.I., Sonnets : Le fleuve ; Notre très cher ami Hector, 36 : 6.

PROVOTAKIS Théokharis, Le dictame de Crète, 96 : 52.

PULQUERIO FUTRE Marilia, L’enseignement du grec : un « marketing » de séduction, 55 : 75.

 

RACOL-FRANCESCHETTI Brigitte, Enseigner le grec en primaire, *60 : 13.

RADAR Edmond, Provence, terre grecque, *48 : 4.

—, Le souffle aux lèvres (poèmes grecs choisis et traduits), *48 : 34.

RAFI-ZADEH, Épitaphes I. Aristodème le Tremblant, 63 : 76.

—, ”, II, *64 : 32.

RAYNAUD Marcel, Mont Athos, *7 : 22.

—, Métaponte, de Pythagore aux légendes médiévales, *21 : 44.

—, Mario Meunier (1880-1960), 28 : 62.

Renaud M., La tradition épique avant Homère : l’apport de l’infinitif εἶναι, 102 : 66.

—, Reprise du même, 103 : 32.

REYBAUD Louis, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale (extrait), 2 : 14.

REYNAUD Gaston, Initiation à la numismatique grecque, 8a : 23.

RICCI Marie-Christine, L’enfant grec, *1 : 27.

RICHELMY-BONNET Flore, Un aperçu sur la vie et l’œuvre de madame Dacier, 2 : 8.

—, Madame Dacier contre Houdar de la Motte, *3 : 23.

—, Un diplomate poète et philologue : Constantin Nigra, *20 : 25.

—, Juliette Adam, femme de lettres dynamique, passionnée par la Grèce, 72 : 63.

RIGAS Léonide, L’enfant de l’autre jour, *16 : 3.

—, L’embellissement du village, 28 : 80.

—, Les Mémoires, *38 : 59.

RIGATOS Gérasimos, Sur Nikos Kavadia, 57 : 58.

—, Aventures d’un après-midi. Équité, 70 : 58.

—, ”. L’été, devant la porte, 73 : 62.

—, Cet autre moi-même, *76 : 69.

—, L’amour de la fuite, 84 : 64.

—, Le dictame dans la médecine antique, 96 : 51.

—, Athlétisme et santé. La santé par le sport dans la Grèce antique, I, 98 : 30.

—, ”, II, 99 : 45.

RITSOS Yannis, Sans défense (poème), *38 : 22.

—, Quelles drôles de choses !, Mes ficelles (trad. JK), 110 : 4.

ROBIANO P., Littérature grecque classique et romans français des années 50, 28 : 5.

ROBOLY Dimitri, La Grèce d’Alexis de Valon, 84 : 74.

ROMEUF Jean, Le grec avec ou sans latin ?, *3a : 4.

ROMILLY Jacqueline de, Aimer la Grèce et la Provence, *46 : 3.

—, À propos d’ogres, 81 : 52.

—, Médecine et politique dans la Grèce antique, 100 : 4.

ROPARS Jean-Michel, Poséidon et Hadès, 106 : 72.

—, Poséidon et Apollon, I, 110 : 17.

—, ”, II, 111 : 27.

—, La Fortune et la Nécessité, I, 112 : 26.

—, … La Fortune et la Nécessité, II, 113 : 48.

—, Le dieu Hermès dans l’Hymne homérique à Hermès, I, 114 : 36.

—, ”, II, 115 : 19.

—, ”, La roue et l’oiseau, I, 116 : 25.

—, ”,   ”, II, 117 : 26.

—, ”,   ”, III, 118 : 18.

—, Héphaïstos et Hypnos I, 122 : 23.

—, ”, II, 123 : 26.

—, ”, III, 124 : 14.

—, Céyx, 126 : 46.

—, Autour de Céyx et de l’alcyon, I, 130 : 48.

—, ”, II, 131 : 24.

—, ”, III, 132 : 53.

Roqueplo Thérèse, Poétique du baiser, 8a : 20.

Rossi Lucia, L’histoire économique antique à travers différentes sources : les navires de transport du blé sur le Nil, 128 : 39.

Rotman J., Conte du soir (poème), *22 : 13.

Rousseau Yvonne, Sagesse (poème), *7a : 26.

 

SAKELLARIOS Charis, Inflation (poème), *16 : 59.

SALÉ Marie-Jeannine, Jean Cocteau et la Grèce : la machine infernale, 8a : 59.

—, L’empereur Julien : rêveur ou homme d’État ?, *6 : 28.

—, ”, réédition, 54 : 59.

—, Rôles respectifs de l’homme et de la femme (Xénophon, Économique VII), *12 : 22.

—, ”, réédition, 106 : 22.

—, Un Ulysse camarguais, *13 : 9.

—, Ajax et Don Quichotte, pourfendeurs de troupeaux ! (Sophocle, Ajax), *15 : 44.

—, Ajax et Don Quichotte pourfendeurs de troupeaux ! (Sophocle, Ajax, v. 51-70), *64 : 26.

—, Chœur de Satyres (Euripide, le Cyclope), *16 : 21.

—, ”, réédition, 107 : 48.

—, Entre lecteurs du Gorgias, *16 : 45.

—, Les disciples d’Emmaüs (Év. selon saint Luc), *17 : 20.

—, Le pélican (Aristote, Élien), *18 : 20.

—, Le chant du cygne (Platon, Phédon), *19 : 31.

—, … ”, réédition, 109 : 54.

—, Mots croisés, *20 : 3.

—, ”, *20 : 18.

—, Terre des dieux, *20 : 4.

—, Olympie ou le triomphe de la jeunesse (Pindare, 14e Olympique), *20 : 45.

—, Le mythe de l’Aimant (Platon, Ion), *21 : 37.

—, ”, rectificatif, 23 : 52.

—, De l’usage des lettres grecques dans le roman (Henri Bosco), *22 : 18.

—, Une déesse parmi les hommes (Odyssée VII), *22 : 19.

—, Le serment d’Hippocrate, 23 : 28.

—, Démosthène et la bataille de Chéronée (Plutarque, Vie de Démosthène), 24 : 11.

—, Le lion de Chéronée, 24 : 17.

—, Débarquement en Sicile (Thucydide, Guerre du Péloponnèse, VI, 65, 66), *27 : 15.

—, ”, réédition, 98 : 55.

—, La parole et l’action jugées par un soldat d’Athènes (Platon, Lachès), 28 : 28.

—, ”, réédition, 108 : 58.

—, Carrousels (Xénophon, Le commandant de cavalerie), *30 : 56.

—, ”, réédition, 110 : 28.

—, La parabole des talents (Év. de saint Matthieu), 31 : 41.

—, Quelques réflexions à propos de « Littérature grecque et romans français des années 50 » de P. Robiano, 31 : 66.

—, Thersite (Iliade II), *32 : 45.

—, L’art de commander (Xénophon, Économique), conclusion, 33 : 68.

—, Les Garamantes (Hérodote IV), 34 : 55.

—, Le semeur (Év. de saint Luc), 35 : 17.

—, Qui a tué Pyrrhus ? (Euripide, Andromaque), 36 : 26.

—, Dans les mers polaires (Lucien, Histoire véritable), *37 : 75.

—, Le testament de la princesse Aménartas, *38 : 34.

—, Le cœur et le trésor (Év. de saint Matthieu), 39 : 40.

—, Ion, l’Éliacin de Delphes (Euripide, Ion), 40 : 32.

—, Xénophon et les 10 000 : une « légion étrangère » ? (Xénophon, Anabase III), 41 : 52.

—, Le plus aveugle des dieux (Sophocle, Œdipe-Roi), *42 : 21.

—, Les rameaux (Év. de saint Matthieu), 43 : 30.

—, Les poètes de la nuit : Sappho (fragments) ; Hymne à la nuit (attribué à Orphée), 44 : 26.

—, Un dieu très occupé : Hermès, dieu des voleurs ou des gendarmes ? (Lucien, Dialogues des dieux), *45 : 43.

—, ”, réédition, 113 : 24.

—, Une belle histoire marseillaise (Lucien, Toxaris ou l’amitié), *46 : 70.

—, Pour l’amour de Dieu (Paul, I Corinthiens, XIII), *47 : 70.

—, ’’ réédition, 111 : 22.

—, Un philosophe dont il est impossible de dire qu’il n’a pas les pieds sur terre (Platon, Banquet), *48 : 64.

—, « Guerre et Paix » ou « Tartarin-Quichotte » et « Tartarin-Pança » (Aristophane, Les Acharniens), *49 : 58.

—, ” réédition, 115 : 48.

—, Théocrite, « La quenouille », *50 : 34.

—, Les Béatitudes (Év. de saint Luc et de saint Matthieu), *51 : 15.

—, ” réédition, 114 : 12.

—, Argos le chien (Homère, Odyssée XVII), *52 : 58.

—, L’apprenti-sorcier (Lucien, Philopseudès), 53 : 48.

—, La femme adultère (Év. de saint Jean), 55 : 7.

—, Antigone, la gardienne du foyer (Sophocle, Antigone), 56 : 68.

—, Priam ou la douleur d’un père (Iliade XXIV), 57 : 77.

—, Pénélope (Odyssée XXIII), 58 : 46.

—, Notre Père qui êtes aux cieux (Év. de saint Luc), 59 : 20.

—, La parole est aux chevaux (Iliade XIX), *60 : 59.

—, La maison hantée (Lucien, Philopseudès, 30-31), *61 : 50.

—, Xanthippe : mégère mal apprivoisée ou épouse calomniée ? (Xénophon, Banquet, 2, 10), *62 : 20.

—, La Transfiguration (Luc, 9, 28-36), 63 : 53.

—, L’homme aux serpents (Lucien, Philopseudès, 11-12), *65 : 72.

—, Au pays du dieu-chat (Hérodote, II, 66-68), *66 : 34.

—, Les disciples d’Emmaüs (Luc, 24, 13-35), 67 : 10.

—, Au jardin de Laërte (Odyssée, XXIV, 205-255), 68 : 12.

—, La fête des moissons (Théocrite, Les Thalysies, 132-157), 69 : 25.

—, Noël (Luc, 2, 1-20), 70 : 14.

—, Rendez à César (Matthieu, 22, 15-22), 71 : 55.

—, Zalmoxis le Dace, ou la santé par les Sages (Platon, Charmide, 156d-157c), 72 : 55.

—, Le pélican (Aristote, Hist. des êtres animés, IVe s. av. J.-C.), 73 : 46.

—, Les vers d’or, 74 : 32.

—, Ce qu’il en coûte d’être disciple du Christ (Luc, 14, 25-35), 75 : 31.

—, Drôle de héros (Lucien, De la danse, 27-28), *76 : 35.

—, Alceste, épouse dévouée ou femme amoureuse ? (Euripide, Alceste, 280-325), 78 : 74.

—, Le bon Samaritain (Luc, 10, 25-37), 79 : 32.

—, Le mystère de la ville perdue (Strabon, Géographie, 4-1, 11), 80 : 21.

—, L’outre d’Éole (Odyssée, X, 17-55), 81 : 30.

—, Si nous avions l’anneau qui rend invisible (Platon, République, 35-c-360c), 82 : 50.

—, Propos de table… Où Jésus donne leçon de savoir-vivre (Luc, 14, 1-14), 83 : 6.

—, Un condiment réservé aux riches et qu’il ne serait peut-être pas souhaitable de démocratiser (Aristophane, Les Oiseaux, 525-538 et 1579-1590 ; Les Cavaliers, 894-901), 84 : 44.

—, Une belle histoire marseillaise (Lucien, Toxaris ou l’Amitié, 24-26), 85 : 19.

—, « Bêtes, hommes et dieux » : Arion et le dauphin (Plutarque, Banquet des sept sages, 161b-e), 86 : 44.

—, Les deux maîtres et le lys des champs (Matthieu, 6, 24-34), 87 : 40.

—, Hymnes au soleil. I : L’hymne homérique, *88 : 46.

—, La bataille d’Aix (Plutarque, Vie de Marius, XVIII, 3-4 ; XIX, 1-2), I, 89 : 50.

—, ”, II, 90 : 32.

—, Résurrection (Év. de Pierre apocryphe, 35-45 et 50-57), 91 : 34.

—, Ma chère Lutèce (Julien, Misopogon, 340D-342A), 92 : 30.

—, Les cailloux de la Crau, ou Héraklès en Provence (Strabon, IV, 1, 7 ; Eschyle, Prométhée délivré, fragment), 93 : 12.

—, L’éclipse ou l’art d’expliquer (Plutarque, Périclès, XXXV), 94 : 48.

—, Ave Maria (Luc, I, 26-42), 95 : 5.

—, La colombe voyageuse, poème anacréontique, 96 : 6.

—, Les « Voceri » homériques (Iliade, XXIV, 723-775), 97 : 26.

—, Glaucos le marin (Diodore de Sicile, IV, 48, 6-49, 3 ; Euripide, Oreste, v. 360-367), 99 : 12.

—, L’ouvrier de la onzième heure (Matt. 20, 1-16), 100 : 47.

—, Comment la démocratie se change en tyrannie (Platon, Rép. VIII, 562e-563d), 101 : 27.

—, Sisyphe heureux ? , 102 : 56.

—, La tour de Babel (Genèse, 11, 1-9), 103 : 75.

—, Le chant envoûtant des cigales (Platon, Phèdre, 258e-259d), 104 : 68.

—, Elpénor l’oublié (Od. X, 551-560), 105 : 30.

SALTAPIDAS Christos, La langue grecque et trois grands poètes, *21 : 56.

—, Une œuvre cryptographique d’Oddysséas Elytis, 28 : 10.

—, Elytis et Lautréamont, *38 : 42.

—, Argo ou le voyage en ballon d’Andréas Embiricos, 39 : 71.

—, Georges Séféris et André Gide, *42 : 3.

—, Karaghiozis le Grec, *42 : 60.

—, Deux « poèmes-cadeaux d’argent » d’Odysséas Elytis, *45 : 27.

—, Nikos Kazantzakis et Albert Camus, *61 : 64.

SALVIAT François, Glanum, *46 : 39.

SAMOUILIDIS Christos, La lutte, 23 : 64.

—, L’ourse de Samuel, 36 : 76.

—, ” (rectificatif), *37 : 74.

—, Le sosie, *64 : 69.

—, Les ossements, nouvelle, *76 : 73.

—, Du recueil Entre chien et loup (1959), Décision ; Horloge. Du recueil Signes tristes, Nous partirons ; La ville. Du recueil Vertige (1958), Tu n’arrives pas ; Mélancolie, 97 : 50.

SAPPHO, Volupté, *51 : 6.

Sarakis Sotiris, Mosaïque de tesselles invisibles – La cérémonie  (4 poèmes), 124 : 26.

—, La cérémonie, Stérile rencontre…, Lettre ouverte à mon chien… (trad. JK), 131 : 10.

SARANTIS Galatée, À l’ombre du grand arbre, *66 : 52.

—, Pour un arbousier et pour un lentisque, 72 : 4.

SAVVOPOULOS G., Le poète G. Vizyinos, nouvelliste d’avant-garde de la Grèce moderne, 67 : 72.

SCHAEFER Georges, La musique grecque, *6a : 7.

—, La musique chez les Grecs anciens, *14 : 31.

SCHOULER B., L’exaltation du travail dans l’hellénisme tardif, 25 : 33.

—, L’autobiographie de Flavius Josèphe, I, 105 : 13.

—, ”, II, 106 :13.

SCHWYZER Édouard, La prononciation du grec ancien en Allemagne, 8a : 7.

Scolan Yannick, Les voyages des sophistes : athénotropisme ou athénocentrisme ?, 116 : 39.

SCOZZARI Gérald, Comme un œil de chouette (avant l’aube), *51 : 55.

SÉFÉRIS Georges, Deux poèmes : Trois mules ; Salamine de Chypre, *5a : 20.

—, Cahier d’exercices n° 2 : La colline des chevaux ; Le dernier chœur ; Olympie, XXe s. apr. J.-C. ; Par-dessus les armes, les uniformes, 28 : 21.

—, Cahier d’exercices n° 2 : Selva oscura ; Sans titre ; Argo, *32 : 42.

—, Penthée ; Euripide, Athénien ; Mémoire ; II, Éphèse, 43 : 22.

—, Les chats de Saint-Nicolas, *51 : 58.

—, Deux lettres d’Albanie, *66 : 48.

—, … Extraits de son journal (Irak), 119 : 49.

SERRA José Pedro, La mort héroïque : transfigurer la vie par la méditation de la mort (trad. MJ Salé), 126 : 33.

SIÉ Henry, Kos, 40 : 19.

—, Santorin, 44 : 54.

SIKÉLIANOS Anghélos, La vie et l’œuvre de Pindare, *20 : 36.

—, Au monastère du Bienheureux Luc, 43 : 26.

—, Le sommeil de Mistral, *46 : 68.

—, Je voyage avec Dionysos, 54 : 6.

—, Lettre à son cousin, 80 : 26.

—, Étude de la mort, poème lyrique, 87 : 4.

—, La cime de Nisyros, poème, 96 : 26.

—, Himère, « Suprême leçon », I, 100 : 68.

—, ”, II, 101 : 34.

SIKÉLIANOS Anna, Une table se souvient, 68 : 53.

Silvi Christine, Le recours au grec dans quelques encyclopédies du XIIIe s. en français, 108 : 68.

SIMONNET Anne, La place du Logos chez Jean Damascène, 29 : 57.

—, Marie, Mère de la Parole. Théologie mariale de saint Jean Damascène, 31 : 26.

—, ”, rectificatif, *32 : 82.

SIMOPOULOS Elias, La barque des souvenirs, *9a : 1.

—, Le rideau de la forêt : les marteaux de la pluie, *9a : 28.

—, Poèmes : L’archer invisible ; Exclus ; L’énigme ; La fenêtre, *37 : 50.

—, Poèmes : La mort de la belle ; Le bois des oiseaux, *52 : 68.

—, Poèmes : Mystra ; La musique ; Les poèmes ; Un buisson ; La cellule, 56 : 6.

SINOPOULOS Takis, Deux poèmes : Elpénor ; Banquet funèbre pour Elpénor, 26 : 9.

SIRINELLI Jean, Julien et l’histoire de l’humanité, 83 : 41.

SKLAVENITIS Dimitrios, Les mirologues grecs, 69 : 54.

SKOULA-PÉRIFÉRAKI Marlène, Six poèmes, 70 : 4.

—, Carnaval, poème, 74 : 62.

—, Vaine attente, poème, *76 : 80.

—, À la lumière de la lampe, poème, 85 : 38.

—, Récital de l’abnégation. Passage dangereux, 87 : 78.

—, Dans le décor du destin, deux poèmes, 92 : 66.

—, Dans le décor du destin, deux poèmes, 99 : 6.

SKOURTI S., Jusqu’à ce qu’il fasse jour, *20 : 19.

Schnapp-Gourbeillon A., CR Aux origines de la Grèce, 114 : 61.

SOLOMOS Dionysios, Hymne à la Liberté, 35 : 69.

SOULLIER Jane, L’hospitalité antique dans l’Odyssée, *30 : 27.

—, L’orthodoxie, 35 : 33.

—, Un exemple de comédie nouvelle : Epitrepontes. Mieux vaut un médiateur, ou : L’arbitrage de Ménandre, *38 : 67.

SOYEZ Agnès, L’utilisation du lézard en magie, *65 : 77.

SPANAKI Cleio, Deux poèmes : L’orpheline ; La grammaire, *14 : 49.

SPINEDI Carlos, Elytis et la Méditerranée, 81 : 17.

SPYRIDAKIS Georges, Affinité (poème), 39 : 47.

SPYRIDAKIS Manos, Promenade en Provence, *46 : 81.

—, Deux poèmes : Au monastère du Sinaï ; Cléopâtre, *47 : 32.

—, Poèmes : Deux îles-légendes ; En voyageant sur la mer Égée ; Santorin, *60 : 48.

STAPHYLOPATIS Nikos, Calendes de 1952, poème, 86 : 2.

STASSINOPOULOS Michel D., Montaigne connaissait-il le grec ?, *7a : 2.

—, Voltaire et les Grecs ; allégorie satirique, *3 : 3.

STRABON, La Crau, *46 : 77.

 

TACHYDROMOS 0 (hebdomadaire), À propos du disque de Phaistos, *5a : 6.

TAGALAKI Hélène, Six poèmes : Janus ; Alma Mater ; Hier, tu as souffert ; Le temps fut comblé ; Il mourra à Troie ; Alliances sacrées, 5 : 8.

—, Deux poèmes : Miroirs ; J’attends, *13 : 14.

—, Poème : Pour l’âme de mon âme, *19 : 12.

—, Poème : Ma belle amie, *30 : 8.

—, Poème : Offre spéciale, 41 : 68.

—, Poème : Passage par la Bretagne, 56 : 4.

—, Sceau, poème, 96 : 4.

TAMBRUN Brigitte, La philosophie byzantine au XVe s. : Georges Gémiste Pléthon, 31 : 55.

TATSIS Catherine, Poème : La nuit les a surpris, *51 : 2.

TERRIS Michèle, Problème d’assimilation en grec moderne, 8a : 10.

—, Il était une fois le Minotaure, *1 : 26.

—, Rabelais et le grec, *14 : 35.

Théâtre (comptes-rendus), Platon à la scène, *14 : 9.

—, Lysis, *14 : 11.

—, ”, *14 : 13.

—, Le Banquet, 25 : 5.

—, Lysistrata, 25 : 8.

—, Électre, 28 : 35.

—, Gorgias, 36 : 66.

—, Iphigénie, 36 : 68.

—, Alceste, 43 : 11.

—, Médée, *47 : 13.

—, Prométhée enchaîné, *47 : 14.

—, Io, *48 : 4.

—, Phédon, *48 : 5.

—, Septembre 1991 à Athènes, *50 : 4.

—, Électre, *50 : 5.

—, Protagoras, *52 : 2.

—, Électre, 58 : 2.

THÉOCRITE, La Magicienne (fragment), 82 : 5.

THÉODOROU Spiros, Deux poèmes en français, *5a : 26.

THÉOHARIS Georges, Synaxaire de Nicolas le Brigand de Distomon, 75 : 53.

—, Assolement, cinq poèmes, *76 : 46.

THÉONAS Maria, trois poèmes, 69 : 40.

THÉOTOKIS Constantin, Encore ?, 70 : 46.

Tillard Michèle, Parménide (fin du VIe siècle-milieu du Ve) un poète oublié ?, 118 : 26.

TOKA-KARACHALIOU Mélita, Trois poèmes, *76 : 1.

—, De Théocrite au logogramme, I, 77 : 46.

—, ”, II, 78 : 28.

—, Incendie de l’horizon, poème, 86 : 58.

TONNAC Jean-Philippe de, et DI PASQUALE, Marie-Laure, Platon en bandes dessinées ? , *11 : 25.

—, Pour une adaptation graphique du Banquet de Platon, *13 : 3.

—, Interprétation graphique du Banquet de Platon, *14 : 15.

—, Le banquet de Platon, I, *16 : 40.

—, ”, II, *17 : 27.

—, ”, III, *18 : 27.

—, Après Astérix en latin, Platon en bandes dessinées, *22 : 31.

—, Pythagore, cuisse d’or, *20 : 63.

TOPALOV Kiril, Motifs, personnages et éléments grecs antiques et byzantins dans la littérature bulgare, *60 : 67.

Trajber Frédéric, Sur les emplois du verbe ἔοικα dans les épopées archaïques, 128 : 54.

TRAVLANTONIS A.K., Apologie du misanthrope (nouvelle), *6a : 17.

TREBBIA L., Des fleurs d’une prairie préservée, *3 : 21.

—, Socrate et l’escarpolette, *14 : 3.

—, Si une momie rompait ses bandelettes, *22 : 25.

—, L’éternel retour, *32 : 62.

—, Guerre et paix (suite ; à propos du vers 1133 des Acharniens, n° 49, p. 61), *52 : 56.

—, De l’utilité pratique des études grecques, 73 : 43.

—, À propos de τὰ κενέβρια (un condiment réservé aux riches, v. n° 84, p. 47), 87 : 23.

TRIANDAPHYLLIDIS Kostas, Paysages de vertiges dans l’œuvre de Papadiamantis ou « Le Macrocosme du microcosme », 63 : 69.

—, La poésie de la pierre, ou élégie et louange, *65 : 63.

—, L’immortalité du sourire, 67 : 70.

—, Enseignement et liberté, 70 : 63.

—, Acrobaties (essais) ; l’actualité de Ménandre, 72 : 18.

—, Le principe des ensembles fermés dans l’esthétique grecque, 74 : 29.

—, La dynamique du silence, 89 : 47.

—, Approches du ciel dans la poésie de Takis Varvitsiotis, 103 : 25.

—, La poésie érotique (lpv JK), 108 : 2.

TSIBLIS Elias D., Anabase, six poèmes, 94 : 32.

—, La ballade des barbares, 103 : 39.

—, Anabase, cinq poèmes (Retour…), 109 : 28.

TSIKRISTI-KATSIANAKI Chrysanthe, Affinités électives, deux poèmes en français, 91 : 2.

—, J’aime les pierres, poèmes, 92 : 4.

—, Souffrances, cinq poèmes, 92 : 63.

—, Trois poèmes, 95 : 72.

TSOPANAKIS Agapitos, L’apport grec à l’Europe, 81 : 41.

TUCOO-CHALA Jean, L’hellénisme d’Edgar Quinet, 29 : 69.

—, Lucien Davesiès de Pontès, un marin philhellène en Grèce (1822-1833), *52 : 72.

TURRETTES Cécile, Survivance d’un mythe, 74 : 68.

—, Le deuil sied à Électre et La réunion de famille : travestissement du mythe d’Oreste dans deux pièces anglo-saxonnes, *76 : 25.

—, Les héroïnes antiques et l’image de la mère dans le théâtre de Jean Anouilh, 79 : 76.

—, Les héroïnes antiques de Jean Anouilh et le concept du bonheur, 84 : 70.

—, L’attachement d’André Suarès (1868-1948) au monde grec, 85 : 44.

—, Le masque et le mythe d’Oreste au XXe siècle, 87 : 75.

—, Trois tragédies policières contemporaines fondées sur le mythe d’Oreste, 93 : 77.

TZELEPIS Nicolas, Les architectes populaires grecs, *16 : 62.

TZIKAS Kostas (v. KAMARIS Siphis).

 

VÁCHA Jaroslav, Pénélope, 58 : 51.

—, Xanthippe, *62 : 24.

—, Ulysse, 84 : 36.

—, Sisyphe, 102 : 59.

—, Elpénor, 105 : 33.

VAÏS Théodore, Signes de ponctuation, huit poèmes, 91 : 22.

—, Sept poèmes, 95 : 10.

—, Haï-kou, 97 : 58.

—, Bleu cobalt, Collectionneur, Piano à queue…, 9 poèmes, trad. JK, 110 : 54.

—, … Minotaure aveugle…, 7 poèmes (tr. JK), 114 : 52.

—, (LPV), Court métrage, Haïkus, 125 : 53.

VALASSIS Zoé, L’eau et le sel, petit conte, 91 : 80.

VARNALIS K., La véritable apologie de Socrate, 91 : 65.

VASSILIKOS Vassilis, Si un pigeon, un jour, *48 : 75.

VEÏS Georges, À l’encre de Chine, 80 : 79.

VÉNÉZIS Ilias, De Terre éolienne, Le numéro 31328, 98 : 26.

VERNHES Jean-Victor, Histoire d’une expérience, *1a : 1.

—, Introduction sur le titre de la revue, *2a : 1.

—, Introduction, *3a : 1.

—, Annuaire, *4a : 1.

—, Éditorial au cinquième numéro, *5a : 1.

—, Notre tendance, *5a : 13.

—, Les tribulations d’un fou du grec ancien, *6a : 3.

—, Une mise au point sur la prononciation du grec, 8a : 4.

—, Étude sur l’histoire du verbe grec, *9a : 2.

—, La prononciation du zêta, 2 : 18.

—, À propos de sanskrit, 2 : 26.

—, Théologie orthodoxe, *6 : 12.

—, La prononciation des groupes ET et OY en attique, *7 : 6.

—, Notre mouvement, *11 : 3.

—, Singulier et pluriel. Collectif et singulatif . I, *13 : 25.

—, ”, rectificatif, *14 : 2.

—, ”, II, *19 : 53.

—, La loi de Grimm, 15 : 54.

—, Dix ans déjà, *30 : 3.

—, Notes sur l’orthodoxie, 35 : 41.

—, Mise au point sur la prononciation du grec ancien, 36 : 25.

—, Le système des cas en grec ancien, I, 55 : 63.

—, ”, II, 56 : 28.

—, Du nouveau rue de Grenelle, 56 : 77.

—, À propos du grec ancien en éducation permanente, 57 : 14.

—, La lettre 7 de Platon, *60 : 66.

—, Vingt ans déjà !, 70 : 2.

—, Une tentative de reconstruction informatisée de la prononciation de l’attique classique, 70 : 19.

—, Réflexions sur le subjonctif et l’optatif, 80 : 6.

—, L’esprit d’une recherche. L’investigation linguistique peut-elle découvrir l’âme du grec ?, 83 : 21.

—, Notre stratégie pour les classes de grec, 86 : 4.

—, À la découverte de la préhistoire du grec, 86 : 33.

—, Un groupement étymologique, 86 : 39.

—, Une étymologie pour σοφός ?, 87 : 39.

—, Vers des « cours d’héritage » ?, *88 : 23.

—, Des cases vides dans la grammaire grecque, I, 89 : 25.

—, ”, II

—, Une étymologie pour νόσφι ?, 90 : 76.

—, Une étymologie pour ἀκροάομαι ?, 91 : 55.

—, L’ironie socratique : une étymologie pour εἴρων, εἰρωνεία ?, 93 : 48.

—, Quel est l’impact de « Connaissance hellénique » ?, 94 : 15.

—, Exploration d’une racine : *skel, oblique, de travers. Une étymologie pour σκαληνός, scalène ?, 94 : 74.

—, et Caroline IMBERT, Le préfixe méconnu  ὑ (<*ud) et son correspondant anglais, out. À propos ἡ ὕβρις, la violence orgueilleuse, et de ὑγιής, sain, 95 : 21.

—, Une étymologie pour ἡ ἀλωή, τὸ ἄλσος, ἡ Ἄλτις ?, 96 : 40.

—, Faut-il brûler les livres de latin et de Grec ? Ou l’enseignement méconnu de Ferdinand de Saussure, 97 : 34.

—, ζ = dz ou zd ?, 99 : 72.

—, Vers une bonne prononciation restituée du grec classique, 100 : 74.

—, La prononciation des groupes ει et ου en attique, I, 101 : 73.

—, ”, II, 102 : 73.

_,…… Le grec ancien est-il d’actualité ?, 104 : 2.

—, Une étymologie pour ὁ ἀσκός et pour ἀσκέω ?, 105 : 57.

—, … Note sur l’étymologie du nom de Perséphone, 113 : 59.

—, Une étymologie pour ἁμαρτάνω ?, 120 : 29.

—, Une étymologie pour μύσταξ ?, 123 : 59.

—, À propos des genres grammaticaux, 125 : 40.

—, Une étymologie pour τάσσω/τάξις, 130 : 57.

—, Madame de Romilly et nous, 130 : 67.

—, Une étymologie pour θησαυρός ?, 131 : 74.

—, Une étymologie pour ἡ μῆνις, la colère, 132 : 27.

Veyne Paul, L’empire gréco-romain, CR de conférence par Ch. Vulliard, 115 : 56.

VIDAL-NAQUET Pierre, Macriyannis et la Grèce antique, I, 89 : 61.

—, ”, II, 90 : 14.

VILLON André, Électre, *19 : 15.

—, Œdipe à midi juste, I, 70 : 67.

—, ”, II, 71 : 32.

—, ”, III, 72 : 42.

—, Le retour, 80 : 69.

—, ”, 81 : 71.

—, Ulysse de tous les vents, 86 : 77.

—, La rame sur l’épaule, 91 : 77.

—, C’est en Grèce que je suis né, 96 : 61.

—, L’année de M. Émile, 109 : 59.

VINCENT Lucienne, L’oracle de Delphes, poème, *52 : 66.

VINCENT-BERNARDI Anne-Marie, L’onirocritique. Rêve et interprétation des rêves dans l’Antiquité tardive et byzantine, I, *65 : 53.

—, ”, II, *66 : 69.

—, ”, III, 67 : 17.

—, ”, IV, 68 : 35.

—, ”, V, 69 : 10.

Vix Jean-Luc, L’Épitaphios logos : le discours pour les morts en Grèce ancienne, 123 : 7.

VLACHOS Anghélos (†), Thucydide, quatrième Tragique, 53 : 16.

—, Cinq sonatines en prose, 72 : 50.

—, Cinq autres sonatines en prose, 73 : 8.

—, Ouvrages littéraires. Notations, *88 : 29.

—, L’évasion  pièce en deux actes. Adaptation pour le théâtre de l’Apologie de Socrate et de Criton, les Dialogues de Platon. Acte I, 92 : 40.

—, ”, Acte II, 93 : 19.

VOTSI Olga, Andromède, poème, 28 : 79.

—, Les flèches de la solitude, *30 : 64.

—, Dans le firmament infini de la nuit, *38 : 22.

—, L’estrade, recueil de poèmes : Polyphème ; Œdipe ; Rachat ; L’estrade ; Tu as coupé la branche du paradis ; L’intact, 43 : 14.

—, Le poids du merveilleux, *45 : 24.

—, Le temps te regardait, six poèmes, *61 : 56.

—, Deux poèmes, 67 : 66.

—, Les Himères d’Anghélos Sikélianos, 69 : 64.

—, Vérités, 72 : 78.

VRANOPOULOS E., Les bibliothèques dans la Grèce antique, I, 72 : 23.

—, ”, II, 73 : 13.

VRANOUSSIS M.L., L’hellénisme post-byzantin et l’Europe. Manuscrits, livres et maisons d’édition. I, 33 : 55.

—, ”, II, 34 : 63.

—, ”, III, 35 : 43.

—, ”, IV, 36 : 3.

—, ”, V, 36 : 35.

—, Les Grecs de Constantinople et la vie intellectuelle à l’âge des Drogmans, 39 : 48.

 

Wolff Étienne, Polyvalence du Minotaure, 116 : 37.

— ;… ”, Martial et la sculpture grecque, 131 : 18.

WÜLFING Peter, Le mythe de Cassandre et le récit de Christa Wolf, *47 : 27.

—, La fascination de l’Ouest dans l’Antiquité et après, 82 : 23.

 

XANOUSIS Michel, L’homme en moi, *4 : 5.

Xénarios Georges, Dans quel camp était le garçon de sept ans ?, 125 : 13.

Xionis (Chionis) Argiris, Le caméléon, L’Ombrivore, 114 : 2.

—, [Soirée poésie grecque], 120 : 2.

—, Le jour où la chimère, 120 : 11.

—, La hauteur horizontale, 120 : 16.

—, Le bonsaï, 120 : 19.

 

YANNACOPOULOU Hélène, Français, Républicains et Impériaux aux Sept Îles ioniennes : quelques aspects de leur présence, *61 : 70.

 

ZAPHIROU (Zapheiriou) Théodore, Copies sans original. Deux poèmes, 90 : 52.

—, ”, Revoir, récit en prose, et six poèmes, 91 : 11.

—, Demi-mesures, 107 : 54.

—, Le nombre manquant 1, 116 : 52.

—, Le nombre manquant, 2 (Guerre et paix), 118 : 38.

—, 1, 2, 3, délivrance, 122 : 8.

—, Chorika, poèmes (prés. et trad. J. Kaminski), 129 : 30.

—, … Autokinésie, nouvelle (prés. et trad. JK), 130 : 73.

Zateli Zyranna, « La route du cirque », 114 : 48.

—, « La cravate noire », trad. JK, 124 : 2.

ZOGRAFOU Marina, Brefs poèmes : Chanson ; Fils invisibles ; La ville ; Beauté de la nuit, 56 : 2✸

 

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie inattendue pour σοφός.

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article sept)

Une étymologie pour σοφός ?

par J.V. Vernhes

… le cordeau assure la droiture d’une quille de navire

aux mains d’un charpentier expert  

connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Iliade, XV, 410-412

Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)
Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)

Dans plusieurs numéros du λύχνος (λύχνος papier ou λύχνος en ligne), il m’est arrivé de proposer une étymologie pour des mots grecs habituellement considérés comme étant d’étymologie inconnue. Et il est arrivé à telle ou telle de ces miennes propositions d’être accueillies avec faveur. Enhardi par cette gloire, j’ai annoncé à mes amis que j’allais m’attaquer à l’étymologie de σοφός, mot important puisqu’il qualifie tout ce qui est de l’ordre de la sagesse, notion qui est un des fils conducteurs de la pensée grecque.

 

Pas d’étymologie ?

« Pas d’étymologie », dit le dictionnaire de Chantraine, qui considère comme non satisfaisant le rapprochement qui a été fait avec σάφα, clairement ;  » unexplained « , dit celui de Beekes, qui ajoute, conformément à sa tendance, que cela pourrait avoir pour origine  » a substrate word « , un terme de substrat, c’est à dire appartenant à une langue parlée en Grèce avant les Grecs.

Mais n’ai-je pas été fanfaron en laissant espérer que j’allais faire mieux ? Et voici que le présent rédacteur de Connaissance hellénique, Christian Boudignon, qui a une épée, me la met dans les reins pour que j’apporte ma contribution sur ce sujet au λύχνος de mars 2014 ! Je ne sais quel lapin je vais pouvoir tirer de mon chapeau, mais je vais tout de même essayer de faire quelque chose.

L’édition 2009 du Chantraine donne en page 1353, dans les Chroniques d’étymologie grecque qui en constituent le supplément, une proposition de J. Puhvel. Ce savant réhabilite le rapprochement avec le grec σάφα et pose à l’origine une racine indo-européenne ayant donné le nom hittite de l’œil. La chaîne sémantique serait « œil ; clair ; avisé ». Le σοφός serait celui qui a la vision claire des choses. Métaphore usuelle : quand on dit « je vois », cela veut souvent dire « je comprends ».

L’arrière-plan sémantique de cette étymologie, axée sur la notion de vision, est la conception classique du σοφός : celui qui s’est élevé à la vision pénétrante des choses, et dont le regard sur le monde est d’une lucidité supérieure.

 

Les plus anciens emplois du mot

Mais l’investigation étymologique doit se baser sur la valeur des mots dans leurs plus anciens emplois.

L’attestation la plus ancienne de σοφός nous est donnée à travers son dérivé σοφία (ionien σοφίη) nous est donnée au chant XV de l’Iliade, vers 410-412 :

… στάθμη δόρυ νήϊον ἐξιθύνει

τέκτονος ἐν παλάμῃσι δαήμονος ὅς ῥά τε πάσης

εὖ εἰδῇ σοφίης ὑποθημοσύνῃσιν Ἀθήνης,

le cordeau assure la droiture d’une quille de navire / aux mains d’un charpentier expert  /connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Voici un passage du Margitès, poème du VIIe siècle qu’on attribuait à Homère, et dont il nous reste quelques lambeaux :

τὸν δ’ οὔτ’ ἂρ σκαπτῆρα θεοὶ θέσαν οὔτ’ ἀροτῆρα

οὔτ’ ἄλλως τι σοφόν, πάσης δ’ ἁμάρτανε τέχνης.

Les dieux ne firent de lui ni un bêcheur ni un laboureur, ni un σοφός en quelque autre façon, et il échouait en tout métier.

Hésiode : Travaux, 649-650. Hésiode dit à Persès :

δείξω δή τοι μέτρα πολυφλοίσβοιο θαλάσσης,

οὔτε τι ναυτιλίης σεσοφισμένος οὔτε τι νηῶν.

Je te montrerai les mesures de la mer toute bouillonnante, moi qui n’ai nulle maîtrise de la navigation ni des navires

Mais σοφία/σοφίη ne tarda pas à concerner des domaines plus proches des activités de l’esprit :

« La fortune du mot croît avec les progrès de l’activité humaine s’exerçant à la fois sur la matière et dans le domaine de l’esprit. Se faisant l’écho d’une antique tradition religieuse, Pindare englobe, sous le nom de σοφίη, tous les arts dans lesquels Athéna a donné aux fils d’Hélios le privilège de l’emporter sur les hommes. C’est ainsi que le mot σοφίη recouvre tour à tour la poésie, la musique, la médecine. » Anne-Marie Malingrey, « Philosophia » (Paris 1961).

Dans tout cela, le savoir est un savoir faire, la maîtrise d’une activité, d’un processus, sans allusion à une quelconque vision.

 

Σοφός, un mot de l’artisanat…

Un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was Geistige Tätigkeit ist consacre deux pages à σοφός (178-179).

L’auteur indique, outre les vers de l’Iliade et ceux du Margitès que nous avons cités plus haut, un passage de Pausanias (5, 25, 10) où nous est présentée une statue d’Idoménée, descendant de Minos. Sur le bouclier se trouve une inscription indiquant l’identité de l’artiste :

πολλὰ μὲν ἄλλα σοφοῦ ποιήματα καὶ τόδ’ Ὀνάτα

Entre bien d’autres créations, celle-ci est du σοφός Onatas.

On pourrait ici traduire σοφός par habile artiste.

Abordant l’onomastique, en laquelle bien souvent se révèlent les strates les plus anciennes de la langue, B. Snell attire notre attention sur le nom propre Χειρίσοφος, qui signifie littéralement « manuellement σοφός », et qui dans un autre passage de Pausanias, est le nom d’un artiste crétois (ce nom nous est surtout connu par l’Anabase de Xénophon,où il est celui d’un général). Une note de l’article nous renvoie à une étude de H. D. Zimmermann sur les noms de personnes parue en 1963 où il est montré que ceux qui comportent le radical de σοφός dans leur formation font partie d’un groupe de noms provenant en général du milieu des travailleurs manuels (« im allgemeinen aus handwerklichem Milieu stammen »). On peut penser à Σοφοκλῆς, Sophocle, me suggère un ami qui vient justement de passer par ici : Sophocle, dont le père fabriquait des armures.

Approfondissant ces idées, B. Snell fait un rapprochement entre la valeur primitive de σοφός qui a été ainsi dégagée et le verbe τεύχειν, fabriquer, confectionner (et plus généralement faire être : τεύχειν πόλεμον, susciter une guerre). Il s’agit bien entendu du champ sémantique, car du point de vue de la forme on ne voit vraiment pas quelle parenté on pourrait trouver entre ces deux mots. Non, vraiment pas. Poursuivons l’investigation des formes et des emplois sur la voie indiquée par cet auteur.

 

La famille des mots τεύχειν, τεῦχος, τύχη…

Par le processus du τεύχειν on aboutit à un τεῦχος, un objet fabriqué. L’adjectif verbal τυκτός (formé normalement sur le degré zéro de la racine) se rencontre avec le sens de bien fait, travaillé avec art, réussi dans Iliade 12, 105 et Odyssée IV, 627.

À la même racine se rattache τυγχάνειν, obtenir, atteindre, toucher le but. C’est le contraire de ἁμαρτάνειν, ne pas toucher le but, échouer. C’est aussi (je reprends l’excellente définition du dictionnaire de Magnien et Lacroix), « arriver à sa réalisation, se réaliser ». S’ajoute souvent l’idée d’un caractère fortuit, idée qui est souvent l’idée essentielle..

Proche de τυγχάνειν est ἡ τύχη, appartenant à un petit groupe de noms d’action, ou plutôt exprimant un processus ou ce en quoi il se concrétise. Ce sont des féminins de la première déclinaison à accent sur le radical ; ainsi ἡ μάχη, la bataille, ἡ νίκη, la victoire, ἡ βλάβη, le dommage, ἡ πάθη, l’épreuve, ἡ δύη, la souffrance, ἡ φρίκη, le frisson, ἡ λήθη, l’oubli. Chantraine se borne à noter que parmi les noms d’action féminins de la première déclinaison « quelques substantifs présentent une place aberrante du ton. » (La formation des noms en grec ancien, p. 22).

Le sens de τύχη est difficile à cerner en quelques mots. Il s’agit d’une réalisation qui se fait par l’action du destin. Ce peut être l’accomplissement d’une volonté divine : τύχῃ δαίμονος, de par la volonté agissante d’une divinité (Pindare, 8ème Olympique, vers 67); τύχῃ θεῶν, de par la volonté agissante des dieux (Pindare, Huitième Pythique, vers 53): c’est une divinité qui τεύχει, ce sont les dieux qui τεύχουσι l’événement dont il est question. Il peut y avoir action de forces impersonnelles : τέθνηκ’ Ὀρέστης ἐξ ἀναγκαίας τύχης, Oreste est mort par un acte du destin (Sophocle, Électre, 48).

 

Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Les dictionnaires étymologiques donnent des correspondants en balto-slave, en sanscrit, en germanique, en celtique. Ainsi lituanien daûg, beaucoup, sanscrit dogdhi, tirer avantage, traire, anglais (désuet) doughty, valeureux, efficace, compétent, allemand tüchtig, qui a du talent, du savoir-faire et taugen, être apte à quelque chose, irlandais tocad, chance, breton tonkadur, fatalité (suffixe -adur d’abstrait, comme dans plijadur, plaisir).

Ces données permettent de poser une racine *dhewgh >*dheugh. On aura régulièrement, en conformité avec les principes de la morphologie et de la phonétique grecque, *dhewghô > τεύχω.

Mais pour la sémantique de cette racine, nos instruments de travail nous satisfont moins. Les dictionnaires étymologiques de Boisacq, Frisk, Chantraine posent cette racine *dheugh sans chercher à cerner sa signification. Celui de Hofmann propose taugen, que nous avons vu plus haut. Dans le merveilleux répertoire de Calvert Watkins (The american heritage dictionary of indo-european roots), c’est « to produce something of utility ». Dans le dictionnaire de Beekes, c’est « hit the mark, meet ». Dans le LIV (Lexicon der indogermanischen Verben), c’est « treffen », trouver… Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Mais en réfléchissant sur les mots de diverses langues indo-européennes cités plus haut, nous y retrouvons tout de même cette idée, que nous avons dégagée pour le grec, d’un accomplissement, d’une plénitude, ou d’un processus allant vers un accomplissement. Ainsi être doughty, c’est être quelqu’un d’accompli et savoir accomplir des choses, etc. Quant à l’application de cette notion à un événement, ou à une destinée, nous la retrouvons en celtique. C’est donc probablement un élément très ancien. Mais nous n’allons pas développer ces vues de niveau indo-européen, l’essentiel étant ici ce que nous avons trouvé en grec.

 

Le nom d’agent de la racine *dhewgh/*dhewgw

Mais, me direz-vous, que devient σοφός dans toute cette histoire ? On verra bien…

Pour l’instant, puisque nous avons cette racine *dhewgh sous la main, nous pouvons peut-être essayer d’en tirer quelque chose.

On l’a reconstruite pourvue d’un gh. Mais que se passerait-il si au lieu d’un gh, on posait un gwh ? Si au lieu d’une racine *dhewgh on posait une racine *dhewgwh ? Un gwh est une occlusive « labiovélaire » (gw se prononce comme gu dans guano).

Il se passerait qu’on aboutirait en grec au même résultat. En effet, en phonétique grecque, au voisinage de w (qui se vocalise en υ), les occlusives labiovélaires perdent ce caractère labiovélaire (ainsi gwh > gh).

En somme, au lieu de poser  *dhewghô  >  τεύχω, on poserait :

*dhewgwhô  >  *dhewghô >  τεύχω

Mais est-ce que les mots apparentés dans les autres langues indo-européennes s’accommodent de cette hypothèse d’une racine avec labiovélaire ? Le tableau de la p. 110 de Robert S.P. Beekes Comparative Indo-European Linguistics nous permet de conclure qu’elle nous donne les mêmes résultats.

Et maintenant qu’allons-nous faire de cette racine *dhewgwh ? Nous pouvons par exemple bâtir sur elle un nom d’agent de la deuxième déclinaison du type τομός, qui coupe, τροφός, qui nourrit, etc. (vocalisme o de la racine et accent sur la finale).

Ce sera *dhowgwhós, et désignera ou qualifiera celui ou celle qui τεύχει, qui par sa maîtrise mène à un heureux aboutissement ce dont il a entrepris la réalisation.

Mais -ow- aboutirait à -ου-, et les mots grecs n’aiment pas avoir cette diphtongue dans leur radical. De ce point de vue, un mot comme ἡ σπουδή, l’empressement, le zèle est tout à fait exceptionnel. Un verbe comme φεύγειν, fuir fait au parfait πέφευγα, alors que dans le système alternant on attend ici un degré o (dit aussi degré fléchi).

Compte tenu de cette répugnance, nous poserons donc de préférence *dhwogwhós. Les aficionados de la théorie de la racine d’Émile Benveniste (j’avoue en faire plus ou moins partie) diront que c’est là un thème II (tandis que *dhewgwh ou *dhowgwh sont des thèmes I) : telle était la terminologie de ce savant. Et à quoi aboutira ce *dhwogwhós ?

Tout comme dans *dhewghô  >  τεύχω, le *dh initial va perdre sa sonorité et son aspiration, et aboutir à t.

*dhw va donc donner *tw. Or  le traitement de *tw à l’initiale devant voyelle aboutit à un σ, comme dans σέ (< *twe), accusatif de σύ : Lejeune, Phonétique, p. 110.

Quant à la finale *gwhós, nous y aurons le traitement labial d’une labiovélaire devant o : cela donnera la labiale aspirée φ, comme dans φόνος, le meurtre (<*gwhónos, sur une racine *gwhen, frapper) : Lejeune, Phonétique, p. 52-53.

Mais alors…

… comme on dit de nos jours, j’hallucine !

En vertu des éléments de phonétique historique du grec que nous venons de voir,  *dhwogwhós  >  σοφός  !!!

Aurais-je, par un heureux hasard (ἀγαθῇ τύχῃ) mis la main sur l’étymologie de σοφός ?

De plus savants que moi me le diront sans doute.

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

Bernard Boyaval vous fait voyager dans l’oasis d’Ammon / Siwah

➤ BOTANIQUE  ( λύχνος n° 137, mars 2014, article six)

Quels arbres poussaient dans l’oasis de Siwah ?

(à propos d’une ligne d’Arrien)

par Bernard Boyaval

 

Oasis de Siwah, cliché V. Battesti, (Wikicommons)
Oasis de Siwah, cliché V. Battesti (Wikicommons)

Il est aujourd’hui malaisé de désigner précisément les cultures pratiquées jadis dans les oasis libyques. Des déforestations maladroites et des incursions dévastatrices de nomades ont pu réduire des îlots de verdure et provoquer l’abandon de certaines espèces (cf. J. Yoyotte, article « oasis », in G. Posener, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, 1959, p. 196).

Après Théophraste, au IVe siècle av. J.-C., qui dans son Histoire des plantes, 4, 3, 1, loue notamment le palmier-dattier de Siwah, et Pline l’Ancien, au Ier siècle ap. J.-C.  qui dans son Histoire  Naturelle 13, 111, vante la grosseur et la succulence de ses dattes ; Arrien au IIe siècle ap. J.-C., dans son Anabase d’Alexandre, ajoute à propos de l’oasis d’Ammon (c’est-à-dire de Siwah), à presque six-cents kilomètres à l’ouest d’Alexandrie, qu’Alexandre le Grand a visitée :

κατάπλεώς ἐστιν ἡμέρων δένδρων, ἐλαιῶν καὶ φοινίκων.

Dans le long article qu’il a consacré aux routes de Siwah (BIFAO 49, 1950, pp. 193-253), et qui demeure, à ce jour, la plus complète synthèse sur le sujet, J. Leclant a traduit ainsi, p. 249 :

« Il y a abondance d’arbres cultivés, d’oliviers, de palmiers. »

Par là, il suggère qu’oliviers et palmiers étaient cultivés en plus d’autres espèces végétales. Or, il est évident que le groupe ἐλαιῶν καὶ φοινίκων est mis en apposition à ἡμέρων δένδρων. Cette apposition indique qu’oliviers et palmiers étaient les seules espèces cultivées.

Je propose de traduire :

« On y trouve abondance d’arbres cultivés : oliviers et palmiers. »[1]

 

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

 


[1]. Même interprétation que la mienne dans l’édition de la Loeb Classical Library (P. A. Brunt, tome 1, 1976, p. 231) : « […] is full of garden-trees, olives and palms ».

Une conférence exceptionnelle de R. Wallace sur l »’Oedipe à Colone » de Sophocle.

➤ ETUDE LITTERAIRE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article cinq)

La leçon politique de l’Œdipe à Colone,

ou Sophocle à Colone !

Manifestation à Grenade en 2011 pour la démocratie réelle, photo Javi S&M (wikicommons)
Manifestation à Grenade en 2011 pour la démocratie réelle, photo Javi S&M (wikicommons)

par Robert W. Wallace

 (Northwestern University, Evanston, Illinois USA)

[Robert Wallace a généreusement accepté de publier le texte de la brillante conférence qu’il a donnée devant une cinquantaine d’étudiants de lettres classiques survoltés et enthousiastes en automne dernier 2013 à l’Université d’Aix-en-Provence, au Département des sciences de l’Antiquité]

C’est un grand plaisir d’être parmi vous cet après-midi, pour partager mes pensées sur Sophocle et l’Œdipe à Colone. Lors d’un récent congrès à Louvain, j’étais assis à côté de deux célèbres savants anglais, Malcolm Heath et Stephen Halliwell, qui étaient d’accord pour dire que, parmi les sept drames conservés de Sophocle, l’Œdipe à Colone était le pire ! J’espère montrer que l’Œdipe à Colone, l’OC (comme nous l’appelons dans le monde anglo-américain), est aussi l’un des plus intéressants et originaux, même s’il est peut-être un peu long (voire inachevé).

 

Petite histoire de l’étude de la tragédie depuis cent ans.

Je commencerai par quelques observations préliminaires, situant ma relation entre les trois grandes modes d’interprétation de la tragédie du XXe siècle : universaliste et humaniste, puis culturelle et anthropologique, et enfin historique et politique. Un des plus célèbres humanistes-universalistes du siècle passé est l’anglais Bernard Knox (1914-2010), ancien élève de Cambridge, qui prit part à la guerre civile espagnole, puis combattit avec la Résistance française et les partigiani italiens, et qui, dans les années 50, inventa l’idée du héros sophocléen, autrement dit une personnalité inflexible et immuable, qui refuse de céder à un univers absurde mais s’effondre, existentiellement : Ajax, Antigone, Œdipe roi et enfin Œdipe de l’OC (qui n’est pas détruit, mais devient même un héros  au cours du drame). Un autre savant humaniste, l’Allemand Karl Reinhardt (1886-1958), se concentra aussi sur les questions universelles soulevées par la tragédie, par exemple celle de l’homme devant les dieux. Ces approches ne sont plus très à la mode, probablement parce que la plupart d’entre nous, nous ne pensons guère aux dieux ou à la place de l’homme dans l’univers. Puis vint l’anthropologie, en particulier le structuralisme, et ici je peux mentionner l’américain Charles Segal (1936-2002) de Harvard, originairement humaniste-universaliste, qui s’est ensuite concentré sur les oppositions binaires structuralistes (par exemple, Œdipe vient des montagnes, défend la civilisation contre la sphinx encore plus sauvage, puis retourne aux montagnes comme vagabond), et l’anthropologie en général (par exemple, l’idée de J.-P. Vernant (1914-2007) d’Œdipe comme bouc émissaire, chassé de la ville afin de la sauver). Comme le structuralisme, cette approche aussi n’est plus à la mode. Une objection qu’on lui oppose est que dans cette approche la théorie vient en premier et les drames sont interprétés pour s’y conformer ! Enfin, depuis les années soixante-dix, la plupart des savants ont prêtés l’oreille aux résonances historiques et politiques de la tragédie, les drames reflétant les années de leur mise en scène.

 

Ma leçon aujourd’hui sera donc  historique et politique — mais je suis d’accord que les autres approches à la la tragédie demeurent valables. J’ajoute que j’ai récemment illustré mon approche à l’Antigone dans une revue italienne en ligne, Erga Logoi (http://www.ledonline.it/index.php/Erga-Logoi/article/view/38/14).
L’OC a été trouvé parmi les papyrus de Sophocle à sa mort en 406, à l’âge de 90 ans. Il a été joué la première fois en 401, après la défaite d’Athènes dans la guerre du Péloponnèse — peut-être, comme nous verrons, parce que l’éloge de Thèbes, ennemi d’Athènes, par Thésée ne pouvait pas être présenté au public avant l’établissement de leurs rapports amicaux en 401.

 

Parentés de l’Oedipe à Colone avec les autres pièces de Sophocle

1. L’OC est très sophocléen, ce qui est très évident par le remploi de ce que A. J. A. Waldock (Sophocles the Dramatist) a appelé des « fantômes » des pièces antérieures. Par exemple, à la fin de l’OC, la prière de Polynice à ses deux sœurs demandant son enterrement dans la guerre contre son frère Etéocle (v.1407ff.), et les désaccords entre Ismène et Antigone qui voulait voir le tombeau d’Œdipe, ce qui est interdit (v. 1724-1733), et les références d’Antigone à la guerre entre ses frères (v. 1769-1772), sont tous incontestablement des allusions à l’Antigone, élaboré 41 ans plus tôt. Surtout, l’OC fait écho à l’Œdipe Roi (OT), produit selon moi pendant les années 430. Par exemple, dans les deux drames, l’oracle d’Apollon prédit la mauvaise conduite d’Œdipe : dans l’OC, son intrusion en terre sacrée, et dans l’Œdipe Roi (OT), le meurtre de son père et les noces avec sa mère. Au niveau des personnages, les deux Œdipes sont furieusement en colère (OT 337 sq., 405, 531, 806, 914-916; OC 411, 592, 761, 851) et implacables, et tous les deux maudissent sans retenue. Beaucoup de savants ont observé que l’OC conserve en sens inverse l’intrigue de l’OT. Dans l’OC, Œdipe commence comme un paria aveugle, et finit comme une grande figure promettant le salut. L’OT commence avec Œdipe en grand homme promettant le salut, et se termine avec lui en paria aveugle. Cependant, selon Bernard Knox, après, lorsqu’Œdipe revient en scène, aveugle et sans défense, dans l’OT, il retrouve progressivement son caractère redoutable, à la fin même donnant des ordres à Créon. L’OC est également structuré par « ring composition », en composition circulaire. Œdipe entre dans le bosquet sacré pour trouver le repos tant au début et à la fin de la pièce, avec deux sections intermédiaires traitant d’abord avec ses filles, puis avec les parents Créon et Polynice. Ces deux pièces ouvrent avec un auto-présentation par Œdipe de 13 vers, divisés en unités de 8 et 5 vers séparées par le mot alla, « mais ».  Ses premiers mots en l’OT, o tekna Kadmou … , tinas poth’edras?, résonnent dans l’OC, teknon tou … gerontos, tinas chorous?

2. En plus des échos de pièces antérieures, peut-être avec l’intention de résumer sa carrière, l’OC et autres pièces de Sophocle partagent de nombreux thèmes et intrigues. Est-ce quelqu’un a vu que l’intrigue de l’Antigone et celle de l’Ajax, écrits (selon moi) en 444 et 442, tournent autour de la même question : si un noble a essayé de détruire sa propre ville, mérite-t-il une sépulture honorable? Beaucoup ont vu que le Philoctète de Sophocle, de 409, est similaire à l’OC, toujours proche dans le temps. Philoctète et Œdipe sont tous les deux vieux, isolés, et nobles affaiblis, réduits à la pauvreté. Des hommes violents et trompeurs les supplient de retourner dans leurs communautés afin de les sauver selon les prophéties des oracles, mais dans la colère et l’amertume ils rejettent les supplications des jeunes aristocrates corrompus Néoptolème et Polynice, et de Créon.

3. En plus des intrigues, du langage, et des caractérisations, l’OC est profondément marqué par le monde des idées de Sophocle, bien qu’il s’en distingue parfois. Un thème fréquent est

–       que les ignorants découvrent la vérité mais trop tard (comme le dit Œdipe en l’OT 745, et Polynice en l’OC 1264);

–       que les protagonistes irréductibles sont détruits (mais pas Œdipe dans l’OC, car il devient un héros);

–       que pour les humains, mais pas pour les dieux, les changements arrivent avec le temps, et que donc la norme éthique grecque qui enjoint d’aider les philoi (amis/parents), mais de nuire aux ennemis, est dysfonctionnelle, car avec le temps un philos peut devenir un echthros (ennemi).

C’est le sujet d’un beau livre de Mary Whitlock Blundell, Helping Friends and Harming Enemies. A Study in Sophocles and Greek Ethics. Mais contrairement à d’autres pièces, dans l’OC, Œdipe accepte d’aider les amis et de faire du mal aux ennemis (par exemple, il promet la sécurité « pour cette ville, mais ponoi (peines) pour mes echthroi« ) parce que les héros protégent les personnes à côté de qui ils sont enterrés, et font du mal à leurs ennemis. Cependant, comme l’écrit Blundell, le fils d’Œdipe, Polynice, qui est voué par son père à la défaite, et l’appel inutile d’Antigone, montrent que dans l’OC, aider les parents ne reste pas une éthique universelle pour les mortels.

4. Mes recherches ont isolé d’autres thèmes communs aux pièces de Sophocle, tandis que chaque pièce présente un nouveau thème ou développe plus largement un thème familier : dans l’OT, le thème original serait le danger que représente un leader civique puissant, parfois tyrannique, qui se croit si intelligent et génial qu’il n’a pas besoin des dieux. Aujourd’hui, je vais parler de six idées ou thèmes (il en existe d’autres) qu’on trouve dans l’OC et dans d’autres pièces : je chercherai à expliquer ce qu’ils signifient, puis j’expliquera quatre nouveautés propres à l’OC.

 

Les six points communs entre l’Oedipe à Colone et les autres pièces de Sophocle.

5. Tout d’abord, la noblesse. Bien que dans l’Ajax, Ajax ait essayé de massacrer tous les Grecs et soit singulièrement odieux, on insiste à plusieurs reprises sur le fait qu’il est noble (eugenês, esthlos, gennaios), comme le disent aussi bien son frère Teucer que son ennemi (echthros) Ulysse. Parce qu’il est noble, il reçoit une sépulture honorable. Sa sympathique concubine Técmesse observe cependant que le noble lui aussi doit se comporter correctement (v. 523-24). Dans l’Antigone, le thème de la noblesse est mentionné mais une seule fois, aux vers 37-38, où Antigone dit à Ismène, « vous devez montrer si vous êtes par nature noble (pephukas eugenês) ou kakê (‘vile’) des esthloi, des nobles ». Encore une fois, comme Técmesse avait dit, la naissance n’est pas tout. Au début de l’OT, Œdipe est aristocratique et paternaliste ; le premier mot de Créon est esthlên, « noble » ; Laïos, Œdipe et Créon sont tous appelés aristoi (258 , 440 , 1430) ; et Créon est deux fois appelé gennaios, « noble » (1470, 1510) . D’autre part, quand Œdipe pense que son père est inconnu, il dit que cela n’a pas d’importance qu’il soit d’origine modeste : c’est là une variation intéressante. Au début de l’OC, Œdipe dit : mes souffrances et le temps et troisièmement la noblesse, gennaion, m’ont appris à  aimer, stergein. Au vers 76, l’étranger appelle Œdipe gennaios au moins en apparence, et Œdipe appele Thésée esthlos au v. 309, et gennaios aux v. 569 et 1042 ; Antigone l’appelle ariston andra au v. 1100 , et le messager l’appelle gennaios au v. 1636. Thésée se révèle un souverain éclairé et efficace d’Athènes. Au v. 1641, Œdipe conseille à Antigone d’être gennaios phreni, « noble d’esprit » : le sang aristocratique n’est pas tout.

6. Deuxièmement, dans l’Antigone et aussi dans l’Ajax, pour des raisons personnelles, un noble tente de détruire sa propre communauté, mais malgré cela, il lui est accordé une sépulture honorable. Mettre les nobles en avant par rapport à leur communauté n’est préconisé nulle part ailleurs dans la littérature attique. Sauf pour ces deux drames, tous les textes athéniens, conservateurs ou démocratiques, disent que la cité doit passer avant chaque individu. Cette histoire se retrouve dans l’OC, lorsque pour des raisons personnelles (la haine abusive de sa famille), Œdipe prie pour la destruction de sa propre ville Thèbes, et pourtant reçoit une belle sépulture. Le coup d’éclat de Sophocle dans ce drame est que si Œdipe méprise Thèbes, il soutient devant un public athénien l’ennemi de Thèbes qu’est Athènes, et reçoit donc l’honneur des Athéniens. Comme Créon dans l’Antigone, les fils d’Œdipe préfèrent leur ville à leur famille, et sont détruits.

7. Troisièmement, Sophocle critique les masses et (une fois) la démocratie comme gouvernement. Dans l’Ajax, l’armée grecque est une foule irrationnelle, prête à lyncher Teucros (v. 722-32), tandis que hoi polloi kritai,  » les masses qui jugent », avec leurs psêphoi, « votes cailloux » – références démocratiques explicites (v.1243) – ont à tort attribué les armes d’Achille à Ulysse, pas à Ajax. Dans l’OC, Athènes n’est pas une démocratie, le «discours (logos) n’est pas pour les masses», to plêthos (v. 65), et Thésée est basileus, roi (v. 67), qui logôi te kai sthenei kratei, « a le pouvoir par la parole et la force » (v. 68), il est hégémon (« chef »), il est kurios (« souverain ») (v. 288-89) et krainei, « gouverne » cette terre (v. 296, 862), il est anax (« seigneur ») d’Athènes (v. 1759). La pièce montre en Thésée un monarque efficace, qui rejette la démocratie pour Athènes. Quel est, par contraste, le gouvernement de Thèbes ? Il semble être une démocratie corrompue, les citoyens y ont le pouvoir mais aussi un tyran, qui est aux ordres de l’assemblée. Au v. 440, Œdipe dit que la ville l’avait chassé et que ses fils n’ont rien fait. Créon dit qu’il a été envoyé à Athènes « non par un, mais par tous les citoyens », astoi (v. 737-38), tout en s’appelant lui-même tyran (v. 825, 851). Polynice explique qu’Etéocle à tort le chassa de Thèbes, après « avoir persuadé la polis » (v.1298), et qu’il est un turannos à la maison, un petit tyran en chambre (v. 1338) : peut-être est-ce là la seule blague de toute l’œuvre de Sophocle… Au v. 368, Œdipe dit que ses fils ont d’abord décidé de donner le trône à Créon, mais que la folie les conduit à prendre l’archê (empire) et le kratos (pouvoir) tyrannique (v. 374, 449, 418-19). Au v. 886, Créon est dit « futé », deinos : orateur « habile », il peut faire valoir les deux côtés d’un argument, comme nous entendons ailleurs les rhéteurs le faire dans la démocratie athénienne. Au v. 926 Thésée dit que Thèbes ne serait pas heureuse de savoir que Créon a kidnappé ses filles. Au v. 1394 Œdipe dit à Polynice, « va dire à tous les Cadméens, tes alliés… ».

8. Quatrièmement, dans les drames de Sophocle, le comportement des fonctionnaires ou magistrats trop puissants dégénère souvent et devient violent et tyrannique : les Atrides dans l’Ajax, Créon dans l’Antigone, Œdipe dans l’OT, Ulysse dans le Philoctète. Créon fait la même chose dans l’OC : tyran de l’assemblée thébaine, c’est un homme violent et menteur.

9. Cinquièmement, les femmes de Sophocle sont généralement vertueuses et justes, mais méprisées ou maltraitées par les hommes. Dans l’Ajax, Técmesse est douce, tandis que Ajax est un monstre. Antigone est plus ambiguë (de nombreux savants la détestent), mais elle est maltraitée par Créon et à la fin il se révèle qu’elle avait raison. Déjanire, dans les Trachiniennes, tente de sauver son mariage avec l’horrible Héraclès, ce qui a des conséquences fatales pour tous les deux. En l’OC, Antigone est bien meilleure que son frère et son oncle. Au début de la pièce, elle est gentille envers Ismène et exprime son amour pour elle sans ambiguïté. Œdipe dit que ces femmes l’ont sauvé (v. 1367), contrairement à leurs frères qui l’ont poussé dehors et passent leur temps à la maison comme des pachas, littéralement comme des Egyptiens (v. 337), en écho à Hérodote (Histoire 2.35) qui était l’ami de Sophocle.

10. Sixièmement et dernièrement, le fossé des générations à Athènes. Dans les pièces de Sophocle, les vieux sont mauvais, les jeunes sont bons. Dans l’Antigone, on peut comparer Créon, excessif et tyrannique, avec son fils Hémon qui est raisonnable ; dans les Trachiniennes, Héraclès est fou avec son fils Hyllos, très raisonnable ; dans le Philoctète, Ulysse est amoral avec le jeune noble Néoptolème. Dans l’OC, Créon est détestable, kakistos (866), tandis que Polynice, plus jeune, est meilleur.

 

Sophocle aristocrate

11. Pourquoi Sophocle a-t-il développé ces six thèmes depuis de nombreuses années et dans nombreuses pièces de théâtre ? Vous pouvez en lire plus à ce sujet dans mon article en anglais déjà cité sur l’Antigone (http://www.ledonline.it/index.php/Erga-Logoi/article/view/38/14) ; ici, je voudrais résumer mes conclusions. Tout d’abord, Sophocle était un aristocrate de naissance et défendait l’aristocratie, à condition qu’elle se conduisît bien. Il n’aimait pas la démocratie, gouvernement par les masses et en particulier par les dirigeants des masses, qui selon lui exerçaient trop de pouvoir : ce sont les prétendus démagogues, Périclès inclus (comme Moses Finley nous le rappelle), avec qui Sophocle avait des rapports difficiles, selon le témoignage de son contemporain Ion de Chios. Les démocrates athéniens les plus passionnés sont issus de la vielle génération clisthénienne d’après 508 av. J.-C., tandis que la jeune génération des Athéniens était souvent plus conservatrice, y compris les étudiants d’élite de Socrate et aussi Thucydide. La démocratie qui se développe après 508, des hommes-citoyens-soldats, égaux ensemble, était hostile aux femmes comme aux étrangers. Les Athéniens « inventèrent » alors le «  barbare » (comme l’anglaise Edith Hall a intitulé son livre), et réclamèrent la soumission sociale des femmes, contre laquelle la Médée d’Euripide (en 431) et toutes les tragédies conservées depuis 463 (date des Suppliantes d’Eschyle) jusqu’à 431 protestèrent, alors que la culture aristocratique était fondée sur la classe, non pas sur le sexe. Dans la lyrique grecque et en dehors d’Athènes, on ne trouve pas ce sexisme, même à l’époque classique. Dans ses drames, Sophocle montrait au dêmos athénien les pires aspects de leur démocratie.

 

Les quatre différences entre l’Oedipe à Colone et les autres pièces.

12. Enfin, l’OC présente de nouveaux éléments importants. Tout d’abord, parmi les œuvres de Sophocle il est le seul drame patriotique. Au v. 260, Athènes est appelée la ville la plus pieuse envers les dieux. L’OC loue Athènes comme la plus glorieuse de toutes les villes (v. 108), la seule ville à protéger les étrangers (v. 261-63, 1705, 1712-14), elle respecte les lois (v. 1028-33, 1125-27), son territoire est loué au-delà de tous les autres (v. 720), et plusieurs fois Œdipe prédit la guerre avec Thèbes (par ex. v. 606, 1533) mais promet de sauver Athènes (par ex. v. 460, 462-63, 486-87). La défaite imminente d’Athènes dans la guerre du Péloponnèse aura contribué à cet élément de l’OC .

13. Deuxièmement, comme mon collègue Peter Burian, de l’université de Durham, l’a montré dans son superbe article « Suppliant and Saviour : Oedipus at Colonus » (Phoenix [Canada] 1971), ce drame s’oppose au genre théâtral qu’est la tragédie de suppliants, dans lequel le suppliant, fuyant un puissant ennemi, cherche refuge dans un pays étranger et doit gagner son appui, et ainsi ce pays devra combattre ses ennemis quand ils approcheront. Dans l’OC, Œdipe suppliant est transformé en futur sauveur d’Athènes, qui lui-même rejette la supplication de son propre fils Polynice, prévient Athènes de la prochaine bataille avec Thèbes et lui offre sa protection.

14. Troisièmement, les connaisseurs de Sophocle ont longtemps été intrigués par le fait que dans sa longue harangue contre Créon (v. 904-36), sur dix vers Thésée refuse de condamner Thèbes pour les péchés de Créon: «Thèbes ne vous a pas appris à être si vils, parce que Thèbes n’aime pas nourrir des hommes injustes… Vous faites honte à une ville qui ne le mérite pas» (v. 919-29). Le chœur est d’accord (v. 937-38). Pourquoi la louange de Thèbes, par un admirable roi athénien, devant un public athénien ? Les Athéniens détestaient Thèbes, qui s’était mise du côté de la Perse en 480/79 tandis que Athènes avait sauvé la Grèce, puis du côté de Sparte dans la guerre du Péloponnèse, qui avait détruit Platées, alliée d’Athènes en 427, puis, après la bataille de Délion en 424, n’avait pas permis aux Athéniens de ramasser leurs morts, qui avait envoyé une attaque de cavalerie contre Athènes près de Colone en 407, et en 405 /4, après la guerre, avait recommandé qu’Athènes fût détruite (Plutarque, Vie de Lysandre, 15). Pourquoi cet éloge de Thèbes par Thésée? Je suggère deux raisons. Primo, plus encore que la démocratie, les drames de Sophocle condamnent les politiciens trop puissants comme Créon ; secundo Sophocle détestait la guerre entre les cités, qui a ruiné la Grèce et aussi son pays.

15. Comme dernière nouveauté, contrairement à l’OT, l’Œdipe de l’OC , à quatre reprises, proteste de son innocence morale sur la question du meurtre de son père et des noces avec sa mère. Il était ignorant de ces crimes : sa faute est involontaire, une protestation relayée à la fois par Thésée et Antigone. Œdipe est rempli d’amertume, d’une rage implacable contre son destin personnel, dont il dit qu’il ne le méritait pas. Pourquoi cette protestation ? Les trois dernières pièces de Sophocle, l’Électre, le Philoctète et l’OC, sont sombres, car la guerre contre Sparte connaissait ses moments les plus graves, surtout après la défaite d’Athènes à Syracuse en 413/12 av. J.-C. Selon lui, la vie politique athénienne avait dégénéré, en particulier sous « les démagogues », quand après la mort de Périclès en 429 les jeunes aristocrates d’Athènes avaient abandonné la politique publique pour se livrer à des complots anti-démocratiques secrets. Après l’Ajax, qui date d’environ 444, Sophocle  n’avait pas critiqué directement les démocraties, mais seulement leurs dirigeants et les masses, jusqu’à 413/12, date à laquelle les Athéniens désespérèrent de leur gouvernement. En 411, en effet, ils choisirent dix « conseillers », probouloi, des personnes âgées et parmi eux, Sophocle, pour offrir de sages conseils à la ville. Ces dix hommes finirent par abolir la démocratie et livrèrent le gouvernement à 400 oligarques qui se révélèrent vite des assassins, et furent renvoyés au bout de quatre mois. Aristote (Rhétorique, 419a) rapporte qu’au tribunal, lorsqu’on demanda à Sophocle pourquoi il avait fait cela et livré la ville aux oligarques, il répondit qu’à l’époque il n’y avait pas de meilleure solution. Cette décision désastreuse, catastrophique pour Athènes, devait peser lourdement sur le vieux dramaturge. Déjà dans l’Antiquité, certains avaient vu les similarités entre l’Œdipe de l’OC et Sophocle. Tous les deux étaient des vieillards qui avaient travaillé à sauver Athènes. Tous les deux étaient intensément pieux et avaient essayé de faire bien, même si leurs actions s’étaient avérées erronées et qu’ils avaient été aveugles à l’avenir. Enfin et surtout, Sophocle était né à Colone, où s’était tenue l’assemblée établissant l’oligarchie des 400. Si Sophocle a établi ces parallèles, non seulement la profonde piété d’Œdipe, mais aussi sa rage furieuse et ses protestations d’innocence morale, soutenues par Thésée et Antigone, suggèrent qu’il se sentait peut-être à la fin de sa vie. Il n’avait pas eu l’intention de faire ce que le destin l’avait contraint de faire, mais il s’était dévoué à Athènes. Dans les premiers vers de l’OC, nous voyons Œdipe submergé par ses propres misères et par la cécité. Mais il gagne lentement tant en fureur qu’en autorité, et finit par devenir un héros capable de sauver sa ville… Tout un symbole ! ✸

par Robert W. Wallace

 (Northwestern University, Evanston, Illinois, USA)

 

Marie-Noëlle Naulin a lu pour vous « L’empoisonneuse d’Istanbul » de Petros Markaris

 LU POUR VOUS ( λύχνος n° 137, mars 2014, article quatre) :

Petros Markaris,

L’empoisonneuse d’Istanbul

(traduit du grec par Caroline Nicolas, Seuil, « Policiers », 2010)

 

Petros Markaris
Petros Markaris, photo J. Hindersmann (Wikicommons)

 

Une nonagénaire expédie ses victimes ad patres au moyen de “tyropitas” (galettes au fromage)… Quels  peuvent être ses mobiles ? Où se cache-t-elle ? Telles sont les énigmes qui tiennent le lecteur en haleine dans L’empoisonneuse d’Istanbul, de Petros Markaris.

 

L’intrigue de ce roman policier est originale : le commissaire Charitos, si populaire en Grèce, est impliqué dans une enquête lors d’un voyage organisé à Istanbul (entrepris avec son épouse Adriani pour se distraire de ses soucis familiaux). Il doit travailler avec un collègue turc. Si les tensions entre la Grèce et la Turquie rendent au départ cette coopération difficile, celle-ci évolue positivement au fil du récit, les deux hommes nouant des liens d’estime et d’amitié. Ils prennent en chasse le présumé coupable…

 

L’humour, les sarcasmes du commissaire, héros-narrateur, la veine satirique de ce roman le rendent fort plaisant. A travers ce prisme, le lecteur est projeté au coeur d’un conflit de générations : la fille du commissaire, Katerina, a refusé de se marier à l’église, au grand regret de ses parents. Le lecteur est également charmé de visiter (ou de revisiter) les sites les plus prestigieux de cette cité mythique et de s’initier à ses spécialités culinaires. Les principaux personnages inspirent la sympathie, même s’ils sont parfois un peu caricaturaux, comme le général Despotopoulos, obsédé par l’ennemi héréditaire.

 

Pourtant, sous des dehors légers, le livre ne manque pas de profondeur, car il exhume le passé de la communauté des Roums (Grecs restés à Constantinople devenue Istanbul), jadis si florissante et de nos jours en déclin. En compagnie du commissaire, nous découvrons les rues, les maisons, les églises, les écoles, progressivement désertées par les Grecs de Constantinople, contraints à l’exil par les persécutions, principalement en septembre 1955 [1] et en 1964 lors de la crise chypriote [2] (si l’on s’en tient aux dates auxquelles le récit se réfère). Comme le dit Charitos, Madame Kourtidis, une Constantinopolitaine restée dans sa ville natale : “Voilà ce que nous sommes : ‘des dommages collatéraux’ pris en sandwich. Une fine tranche de salami entre les Turcs et vous autres les Grecs.” En effet, sur les 160 000 âmes environ que comptait cette importante minorité aux alentours de 1900, il n’en restait plus qu’environ 2000 en l’année 2003 [3], tant l’exode fut massif. Markaris brosse nénamoins un tableau nuancé de cette communauté : à côté des abus commis par les autorités, des actes violents perpétrés contre elle, il évoque aussi son passé brillant et les rapports de bon voisinage qui existèrent entre elle et les Turcs. Plus largement, le problème des minorités est abordé par les deux policiers.

 

Atypique, drôle ou poignant au fil des pages, ce roman policier est centré sur l’histoire des Grecs de Constantinople, qui est aussi celle de l’auteur. Ainsi, pour Markaris, né en 1937 à Istanbul (où il a grandi et fait ses études) d’une mère grecque et d’un père arménien, ce périple à travers la Ville est un pélerinage aux sources, placé sous le signe de la nostalgie. Cette quête des origines, cette plongée au coeur d’un foyer de l’hellénisme sont, à mon sens, l’aspect le plus intéressant du livre ; elles en expliquent le titre grec : Παλιά, πολύ παλιά (« Il y a longtemps, très longtemps…) et le rendent très attachant✸

 

Marie-Noëlle Jaulin


[1] En septembre 1955, un attentat à la bombe à Thessalonique, dans le jardin du consulat de Turquie, fut imputé à tort aux Grecs et déclencha une attaque extrêmement violente de la foule turque (vraisemblablement orchestrée par le gouvernement) contre maisons, écoles et commerces grecs d’Istanbul, entre autres bâtiments… Cf. J. Dalègre, La Grèce depuis 1940. Paris, L’Harmattan, 2006, et le journal Kathimerini du 10 septembre 1995.

[2] Au début de 1964, environ 10 000 Grecs de citoyenneté hellénique, accusés de « haute trahison », furent expulsés du sol turc, le gouvernement prétendant qu’ils finançaient, grâce aux fortunes qu’ils édifiaient en Turquie, la guérilla des Chypriotes contre les musulmans de l’île. De très nombreuses familles grecques s’expatrièrent, entraînant avec elles ceux de leurs membres qui étaient citoyens turcs. Cf. M. Anastassiadou et P. Dumont, Un mémoire pour la Ville : la communauté grecque d’Istanbul en 2003, dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », n° 16 (https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_16.pdf).

[3] Chiffres fournis par M. Anastassiadou et P. Dumont, Un mémoire pour la Ville : la communauté grecque d’Istanbul en 2003.