Bernard Boyaval : Confusions dans l’Au-delà.

Epigraphie  ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article trois)

L’épitaphe d’Ailia Prôtè de Rome

 par Bernard Boyaval

Jean-Baptiste Tiepolo, l'Olympe, musée du Prado, Madrid (wikicommons)
Jean-Baptiste Tiepolo, l’Olympe, musée du Prado, Madrid (wikicommons)

 

Cette épitaphe, qui date du Haut-Empire, figure dans W. Peek, Greek Verse Inscriptions 1, 1955, n° 1830 et L. Moretti, Inscriptiones Graecae Urbis Romae 3, 1979, n° 1146. Elle a été longuement commentée depuis par Mme Élodie Cairon dans la Revue des Etudes Grecques 119, 2006, pp. 776-781 (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reg_0035-2039_2006_num_119_2_4681).

Ses huit vers évoquent « une vie bienheureuse dans l’au-delà » (E. Cairon) et sont suivis d’une courte séquence en prose où le père de la défunte indique son âge au décès, 7 ans 11 mois 27 jours.

Voici la traduction Cairon des vers :

« Tu n’es pas morte, Prôtè, mais tu es passée vers un meilleur pays

Et tu habites les îles des Bienheureux dans beaucoup d’abondance,

Là, à l’intérieur des plaines de l’Élysée, te réjouissant, tu bondis,

Parmi les fleurs délicates, loin de tous les maux.

Ni l’hiver, ni la chaleur ardente ne te sont pénibles, ni la maladie ne te trouble,

Tu n’as ni faim ni soif ; même le regret de la vie des hommes

Tu ne l’éprouves plus ; tu vis irréprochablement

Dans les lumières pures, en réalité près de l’Olympe. »

 

La traductrice trouve la description de l’au-delà « dessinée par l’épigramme en touches successives » (p. 777). Je souhaite revenir sur ce point, parce que ses détails ne s’additionnent pas mais se contredisent.

 

Les îles des Bienheureux à l’intérieur des plaines de l’Élysée (v. 3) étaient placées, par la croyance commune, au bord de l’océan, à l’horizon des terres de l’ouest, au niveau des vivants, sous un soleil éternel qui nourrissait arbres, fleurs et prairies (Homère, Odyssée 4, 561-569 ; Hésiode, Travaux et Jours, 170-173 ; Pindare, Olympiques 2, 123-149, Thrènes, fragment 1)[1]. Les écrivains postérieurs les ont placées plus précisément au large de la péninsule ibérique (Strabon, Géographie 1, 1, 4-5 ; 3, 2, 13 ; Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 6, 37, 202-205 ; Plutarque, Vie de Sertorius, 8-9). Que ce texte ait situé Prôtè à l’ouest des terres et, à l’est, « près de l’Olympe » (v. 8) suffit à montrer le désordre des esprits quand ils cherchaient à se représenter l’au-delà. Car si, comme l’a noté E. Cairon (p. 778), « rejoindre l’Olympe, c’est rejoindre le ciel », comment imaginer la défunte à la fois à l’horizon occidental du monde et, en même temps, en ascension dans le massif de l’Olympe ?

 

J’ai évoqué d’identiques contradictions à Naucratis (Ὁ Λύχνος 73, 1997, pp. 40-42) et à Smyrne (Cahiers de Recherches de l’Institut de Papyrologie et d’Egyptologie de Lille 27, 2008, pp. 127-128). L’épitaphe de Prôtè en est un exemple de plus parmi d’autres dont la liste n’est pas dressée.

Dans cette confusion, un détail surprend. Aux vv. 7-8, le poète écrit

ζώεις

Ὀλύμπου πλησίον ὄντως,

« tu vis […] en réalité près de l’Olympe. »

 

L’adverbe y privilégie le séjour olympien, introduisant un doute malencontreux sur la précédente localisation de la défunte. E. Cairon a tenté de trouver « une distinction opératoire » entre ναίεις (v. 2), « tu habites (les îles des Bienheureux) », et ζώεις (v. 7), « tu vis (près de l’Olympe) » ; je ne sais pas ce qu’est une « distinction opératoire » ; ces deux verbes, me semble-t-il, ne servent qu’à éviter une répétition.

 

Ultime réserve sur le commentaire de E. Cairon : p. 778 note 15, elle a rapproché la stèle de Prôtè d’une série d’épigrammes des Greek Verse Inscriptions 1, nos 595, 909, 1146, 1773, 1829, 1978 et 1996, qui ont en commun de séparer les destins des corps (enfermés dans les tombes) de ceux des âmes (montées vers les régions célestes). Mais, dans ces cas, c’est la séparation des âmes d’avec le corps qui explique deux destinations opposées, l’une, à l’horizontale, l’autre, à la verticale[2]. Le devenir posthume d’une Prôtè non scindée ne peut pas leur être comparé ✸

Bernard Boyaval

Université de Lille III

 

[1] Cf. Revues des Etudes Classiques 56, 1988, pp. 225-240, sur cette représentation.

[2] Un exemple de la scission corps-âme (δέμας-ψυχή) et de leurs destinations opposées nous est donnée par le n° 42 p. 196, vv. 9-10 des Inscriptions métriques d’E. Bernand, 1969 : la tombe recouvre et cache le corps (κρύπτει), l’âme « s’en est allée vers les justes » (ἕπεται).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.