Christian Boudignon a lu pour vous : Les épigrammes de Posidippe traduits par Yannick Durbec

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 143, mars 2016, article quatre

Avez-vous lu Posidippe ?

Apollon et le corbeau (v. 460 av. J.C.) Musée archéologique de Delphes, Wikicommons
Apollon et le corbeau (v. 460 av. J.C.) Musée archéologique de Delphes, Wikicommons

 

De même que les musiciens nous font sentir par leur interprétation la partition qui est écrite, de même, les traducteurs nous font ressentir par l’alchimie de la transposition d’une langue à l’autre, la beauté d’une poésie perdue. Y eût-il un César de la traduction, un Oscar de l’interprétation, un Homère de la version française, qu’il reviendrait, j’en suis sûr, à Yannick Durbec pour son petit livre Μουσέων εἵνεκα, Les épigrammes de Posidippe, édition Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 2014.

Si vous ne connaissez pas Posidippe, rassurez-vous, ce n’est pas nullement un défaut de votre culture, mais chose nouvelle, puisque dans le domaine des antiquités grecques et romaines, on fait du nouveau : on vient de découvrir les papyrus de Posidippe, un papyrus qui a servi de cartonnage pour une momie et fut acheté par l’Université de Milan en 1992 et publié en 2001. De Posidippe (310-240 avant J.-C.) vécut à la cour d’Alexandrie sous Ptolémée I Lagos et Ptolémée II Philadephe, on connaissait déjà une partie de l’œuvre dans ce recueil de poèmes qu’est l’Anthologie Palatine : désormais, une centaine d’épigrammes, extraordinaires, découverts dans ce papyrus de Milan (Vogl. VIII 309) viennent l’enrichir.

Posidippe et Francis Ponge

A en juger par le papyrus de Milan, Posidippe serait le Francis Ponge de la poésie alexandrine, car lui aussi a pris le parti des choses puisque ses épigrammes sur le papyrus se divisent en neuf sections de choses (la dixième étant perdue) : 1 Pierres précieuses, 2 Présages d’oiseau, 3 Ex-voto, 4 Epitaphes funéraires, 5 Statues, 6 Chevaux de courses, 7 Naufrages, 8 Guérisons miraculeuses, 9 Caractères.

Comment ne pas comparer à Posidippe, Ponge, admirateur de Malherbe, (poète de la mesure par excellence), et auteur du Monument à Malherbe (16) ?

“Où trouver, dans quelle carrière

D’assez forte et durable pierre

Pour bâtir un monument

Que nous devrions à Malherbe ?”

L’Alexandrin n’a-t-il pas le même amour de l’équilibre et de la mesure humaine (X, 8-10) quand il magnifie l’art du sculpteur Lysippe qui rompt avec le style colossal ?

“Imitez ces œuvres, mais les règles archaïques des colosses

Sculpteurs, maintenant, dépassez-les !” ?

Même goût de l’équilibre, même goût de la matière chez Posidippe (X, 16-21) qui vante la sculpture en bronze réalisée par un certain Hécatée qui épousa, jusqu’au réalisme le plus cru, la figure du poète Philitas de Cos, ce maniaque du détail (ἀκρομέριμνος) :

“Ce bronze semblable à Philitas jusqu’au bout des ongles, Hécatée

Avec soin le façonna dans ses moindres détails,

Suivant pour la statue et sa conformation les mesures

Appropriées à l’homme ; il ne lui mêla rien de l’image des héros,

Mais avec tout son art il modela le vieux

Perfectionniste, avec le juste canon de la vérité…”

« Ce bronze égal en tout point à Philitas qu’Hécatée / façonna exact jusqu’au bout des ongles » (τὸνδε Φιλίτᾳ χαλκὸν ἴσον κατὰ πανθ᾽ Ἑκαταῖος / ἀκριβὴς ἄκρους ἔπλασεν εἰς ὄνυχας) évoque pour moi ce que dit Ponge de l’exactitude de la matière qui en vient à exprimer la poétique d’un poète, toujours dans son Monument à Malherbe : « Où prendre les moellons pour une construction en l’honneur de Malherbe, et qui soit digne de lui ? Il faudrait de ces grandes pierres de taille (pierre de Caen), longues comme des adverbes en ment. De la pierre taillée en cubes ou parallélépipèdes, pour leur ajustement sobre et pratique. » On pourrait penser aussi à la fin du Tombeau à Edgar Poe de Mallarmé :

« Calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur

Que ce granit du moins montre à jamais sa borne

Aux noirs vols du Blasphème épars dans le futur. »

Le granit sculpté par sa masse calme préserve du blasphème du temps la gloire de l’écrivain Edgar Poe dont les Nouvelles extraordinaires nous montrent toujours l’inquiétude devant le vol noir de je ne sais quel corbeau de mauvais augure. Le bloc est saisi dans sa chute, détaché de la carrière, comme cette pierre précieuse venue d’Arabie décrite par Posidippe (I, 30-35) saisie pour ainsi dire dans le fleuve qui la roule :

“Faisant rouler les raclures dorées vers la mer depuis les montagnes arabes

Un fleuve impétueux emportait rapidement cette pierre

Couleur de miel que la main de Cronios

Grava ; …”

La suite, elle, est plus érotique, avec le délicieux contraste entre la candeur de la peau et la pierre ambrée :

“… monté sur or scintille

Un collier ciselé pour la douce Niconoè : sur son sein

Brille avec la peau blanche l’éclat couleur de miel.”

Alexandre le grand, le devin et le corbeau

Restons cependant dans les tombeaux avec celui du devin Strymon (VI, 5-8) qui prophétisa les trois victoires d’Alexandre le grand sur les Perses (au Granique en 334 avant J.C., à Issos en 333, et à Gaugamèle en 331), ce qui lui valut un superbe tombeau :

Μάντις ὁ τῷ κόρακι Στρύμων ὑποκείμενος ἥρως

Θρήιξ ὀρνίθων ἀκρότατος ταμίης,

ᾧ τόδ᾽ Ἀλέξανδρος σημήνατο, τρὶς γὰρ ἐνίκα

Πέρσας τῷ τούτου χρησάμενος κόρακι.

“Un devin, le héros qui gît sous le corbeau, Strymon

Le Thrace, est le meilleur arbitre des présages.

Alexandre marqua son tombeau de ce signe, car trois fois il vainquit

Les Perses après avoir consulté son corbeau.”

Je me délecte de cette histoire de corbeau de pierre qu’on imagine trôner sur le tombeau, instrument de divination par Apollon et symbole en même temps des morts (dévorés par les corbeaux). Pour une si belle pièce, comparons l’interprétation de Yannick Durbec (publiée en 2014) avec la première traduction française de l’œuvre en 2003 par Benoît Laudenbach (http://laudenb.free.fr/travaux/Posidippe.html) :

« Strymon, le héros qui gît sous ce corbeau était devin,

Maître suprême des auspices en Thrace :

Voilà le titre qu’Alexandre lui a donné, pour avoir par trois fois vaincu

Les Perses après avoir consulté son corbeau. »

Certes, je préfère la traduction du premier vers par Laudenbach qui suit mieux la syntaxe du grec : « Strymon [était] devin, héros soumis au corbeau », mais j’admire le délicat enjambement offert par Durbec : « Strymon /le Thrace » ; et d’ailleurs l’adjectif « Thrace » de Durbec correspond mieux au grec qu’ « en Thrace » de Laudenbach, puisque ce n’est pas en Thrace qu’ont été prophétisées les victoires d’Alexandre. Surtout, Durbec, profitant d’études publiées en 2005, a pu interpréter plus justement le troisième vers qui ne porte pas sur le titre de « maître suprême des auspices » qu’Alexandre aurait octroyé au devin Strymon, mais bien sur le corbeau qu’Alexandre a fait sculpté sur le tombeau du devin. Tel est le signe posé par Alexandre nous explique Durbec dans ses notes. Dans un geste d’humour posthume, Alexandre devient faiseur de signe (σημήνατο) pour son faiseur de signe, Strymon, en mettant sur son tombeau (σῆμα) un signe (σῆμα) de son art divinatoire (le corbeau) et, en même temps, au delà de ce signe, quel hommage ! Y a-t-il plus grande gloire que celle d’être la cause des victoires d’Alexandre ? Et pourtant encore une fois, quel humour ! Les grandes victoires du conquérant ne sont dues qu’à un simple volatile, véritable héros du poème puisqu’il est cité deux fois, au début et à la fin. Car Posidippe est le petit Homère d’Alexandre. Il en chante la gloire par le menu, pour ainsi dire, petitement et ironiquement, selon la logique propre à l’épigramme. L’épopée est transformée, c’est le devin qui devient le héros, et au-dessus du héros, comme celui qui en aurait triomphé, un corbeau ! Bref, ce corbeau nous entraîne dans les vertiges de la poésie alexandrine pour notre plus grand plaisir.

Christian Boudignon

 

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Christian Boudignon a lu pour vous : Les épigrammes de Posidippe traduits par Yannick Durbec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.