Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°32)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 142, novembre 2015, article six)

Rêve de coup d’Etat

 

François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d'État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)
François Bouchot, Orangerie du parc de Saint-Cloud — Coup d’État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799. musée du château de Versailles (Wikimedia)

 

En cette nuit du 18 brumaire an CCXXIII, dans mon lit, j’ai rêvé que je faisais un coup d’Etat. Je déplaçais le pouvoir à Marseille, je rétablissais la démocratie participative, la vraie, l’unique, sur la place de Lenche, et j’offrais le pastis à tout le monde — il faut savoir parfois être généreux. Le grec devenait la langue officielle d’enseignement de la maternelle à l’université, le ministère de l’Education nationale était supprimé, la ministre envoyée au cirque Bouglione y présenter son numéro et ses conseillers enfermés au château d’If jusqu’à ce qu’ils aient récité l’Odyssée par cœur, — il faut savoir parfois être sévère.

 

L’art de la gifle

Voilà « pour l’amour du grec » et de la démocratie, mon coup d’Etat. En disant ce mot, mon programme commence de facto. Car le vocable coup vient du grec. Le mot vient du grec κόλαφος [kólaphos]. Le terme n’est pas fréquent dans les textes, il appartient au grec populaire. Il faut attendre la fin de l’Antiquité pour qu’un certain Mélétius, Sur la nature humaine, (éd. J. Cramer, p. 122), définisse ainsi le κόλαφος [kólaphos] :

ἡ δὲ μετὰ τῶν δακτύλων γινομένη πληγή, ἢ κατὰ σιαγόνος, ἢ κατά τινος ἄλλου τόπου τοῦ σώματος, κόλαφος λέγεται·

« Le coup qui se fait avec les doigts, soit sur la joue soit sur une autre partie du corps est appelé kólaphos. »

Il s’agit donc d’une baffe, d’une beigne, d’une tarte, d’une taloche, d’une torgnole, tous mots au demeurant volontiers absents des grands auteurs de la littérature. Le mot a donné un verbe : κολαφίζω [kolaphízô] qu’on doit traduire par « baffer, donner une baffe ». On trouve ce terme dans les mauvais traitements infligés au Christ par les soldats au début de la Passion, dans l’évangile de Marc (14, 65) :

Καὶ ἤρξαντό τινες ἐμπτύειν αὐτῷ καὶ περικαλύπτειν αὐτοῦ τὸ πρόσωπον καὶ κολαφίζειν αὐτὸν καὶ λέγειν αὐτῷ, Προφήτευσον. On traduira : « et certains commencèrent à lui cracher dessus, à lui couvrir le visage, à lui donner des baffes et à lui dire : prophétise donc. »

Les soudards ne font pas dans la dentelle. Bizarrement, les traducteurs préfèrent de nos jours rendre le verbe plus élégamment par « gifler » (Bible de Jérusalem, Bible Bayard) « donner des coups » (Traduction œcuménique de la Bible) ou même « souffleter » (Etienne Trocmé, Genève, 2000, p. 352). Assurément on perd le côté populaire, argotique du terme !

Tuer à coup de gifles ?

Très tôt, en tout cas deux siècles avant le Christ, le mot était déjà emprunté par les Latins sous la forme cólaphus. Plaute, dans sa comédie Persa, 846, met en scène une rencontre avec un prétendu proxénète nommé Dardalo accusé de prostituer une jeune fille libre. On lui tombe dessus, il s’écrie : 

Quae haec res est ? Hei colaphum icit /malum uobis dabo

« C’est quoi ça ? Aïe, il me donne une baffe. Je vais vous faire voir… »

Tout est dans le jeu de scène qui tient plutôt de la farce. Le mot reste populaire.

Les Francs reprennent le mot au VIe siècle dans ce code de loi écrit en latin qu’on appelle la loi salique. Le chapitre XXI (éd. K. A. Eckhardt, Hanovre, 1969, p. 63) traite de « quelqu’un qui aurait voulu tuer autrui mais dont le coup aurait manqué »: si quis alterum uoluerit occidere sed colaphus fallierit. Mais on trouve dans un manuscrit colpus au lieu de colaphus.

« Si quelqu’un a tenté de donner la mort à un autre, mais que son coup (colaphus/colpus) ait manqué ; ou s’il a voulu le percer d’une flèche empoisonnée, il sera condamné à payer 62 sous d’or et demi. »

Comme on meurt rarement d’une gifle, il est certain que l’on est passé du sens de « baffe » à celui de « coup » proprement dit (action de heurter), voire d’ « attaque ». Mais revenons à notre coup raté. Que s’est-il passé ? Depuis longtemps l’aspiration grecque, l’h de colaphus n’était plus prononcée en latin populaire, mais en plus sous l’effet de l’accent initial, la voyelle intérieure a s’était fermée en o ou e, et même avait disparu. De là vient le colpus de la loi salique et l’italien cólpo.

L’art du coup d’Etat

En ancien français, la désinence tombe : colp, cop qui avait dû prendre le sens de « tentative » (comme dans la loi salique ?) a la signification de « fois » comme dans l’expression « à tous les coups ». Le p final ne s’est plus prononcé vers le XIe siècle, et le l qui était devenu vélaire (comme dans l’anglais Bill) s’accrochait à la voyelle précédente et donnait une diphtongue ow devenue ensuite ou. De là vient que l’on est passé de colp à coup, par une évolution qui est propre au français. Le sens évolue aussi. Le dictionnaire de l’Académie (1694) atteste le sens suivant :

« Coup, Se prend aussi pour une action qui esclate, qui fait bruit. (…) Coup d’Estat, c’est à dire, Qui est utile au bien de l’Estat. »

On en revient au coup d’Etat. Il est défini par nos Académiciens comme « une action qui éclate, qui fait du bruit » et « qui est utile au bien de l’Estat ». On sent bien tout le dix septième-siècle dans cette définition : c’est un coup de théâtre, un action qui fait du bruit. Mais peut-être ce qui fait encore plus de bruit c’est le contre-coup d’Etat, la fuite du tyran, la chute de sa statue, la liesse populaire dans la rue. Dans mon rêve, ou plutôt mon cauchemar, c’est ce qui m’arrivait : après avoir attiré à moi toute la haine populaire, je m’enfuyais déguisé en gueux, tandis que le peuple libéré retrouvait enfin la joie de la démocratie. Mais on me rattrapait, on m’arrêtait, on me rouait de coups et on me jetait en prison au château d’If, jusqu’à ce que j’apprenne par cœur l’Odyssée, — il faut qu’on soit parfois bien cruel!

Christian Boudignon

Maître de Conférences de langue et littérature grecque

Université d’Aix-Marseille


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.