Editorial 1 : Invitation au voyage

EDITORIAL 1 : CONTENU DE LA REVUE N°133, DÉCEMBRE 2013 (Λύχνος n° 133, article onze)

 

« Et les Enfers dans tout ça ? Je n’ai jamais pu savoir exactement. J’étais conscient que ça allait très mal. »

 

Guerrier grec /centre C. Jullian

 

À QUELQUES JOURS de la fin du monde selon un certain calendrier maya, nous avons le plaisir de mettre en ligne le numéro 133 de la revue Connaissance hellénique, ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) de décembre 2012.

Si vous voulez tout savoir sur cette revue, nous vous invitons à lire une belle réflexion sur notre projet écrite à quatre mains par J.-V. Vernhes et P. Boulhol :

✏ Qui sommes-nous ? Ou l’aventure de Connaissance hellénique.

Vous trouverez dans cette première revue en ligne beaucoup d’imperfections, mais aussi, nous l’espérons, un nouveau souffle et un bel enthousiasme … Nous sommes tous comme le Janus bifrons, le dieu romain au deux visages : nous regrettons la formule papier, mais nous nous réjouissons de cette diffusion désormais planétaire !

 

 

Invitation au voyage

Puisque nous mettons sur la Toile notre revue, pour la première fois vous trouverez un passionnant article étymologique du fondateur, J.-V. Vernhes sur la Toile d’Araignée, ou son filet…

✏ Etymologie grecque : autour de la racine *ark.

Et vous pourrez aussi réfléchir avec la chronique étymologique de Ch. Boudignon sur ce mot de « jaloux » qui certes rime avec choux, bijoux et genoux, mais surtout vient du grec, du latin et du provençal, au terme d’un voyage rocambolesque :

✏ Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°23) : L’amant, la femme et le mari jaloux.

Notre revue vous conduira ensuite avec C. Dobias-Lalou (professeur émérite à l’université de Bourgogne), en Libye antique, où plusieurs reines ont connu une histoire surprenante, digne des romans les plus mouvementés :

✏ Figures féminines en Libye antique : les reines.

Un autre professeur, P. Boulhol, vous racontera les histoires de Racine avec sa femme et les Picards de Montdidier, sous le titre offenbachique de :

✏ Orphée en Béotie ?

De là, un train magique vous transportera en Russie, grâce à Natalia Gamalova, de l’université de Lyon, qui nous donne ici un article passionnant (s’il y en a un à lire dans la revue, c’est celui-là) :

✏ L’enseignement du grec en Russie après 1917.

Et le voyage continue, sur mer cette fois, grâce aux extraits, traduits en français pour la première fois par J. Kaminski, de cette magnifique épopée moderne qu’est

✏ Πλούς « Navigation ».

C’est l’œuvre du poète grec contemporain R. Papangélou.

Comme toute Odyssée, nous aurons une descente aux enfers. « Et les Enfers dans tout ça ? Je n’ai jamais pu savoir exactement. J’étais conscient que ça allait très mal. » Ce sont les mots du narrateur de l’envoûtante nouvelle que nous offre F. Pascal, écrivain étudiante à l’université d’Aix-Marseille :

✏ Nouvelle à l’antique : Chanter les muses, haïr les dieux.

« Et les Enfers dans tout ça ? » Les mêmes mots qui désignent les Enfers peuvent s’appliquer à la crise grecque, dont J. Kaminski nous présente une lecture, celle de Takis Théodoropoulos et d’autres :

Yπó τo μηδέν (Au-dessous de zéro. Quatre commentaires sur la crise).

Un auteur qui a humblement préféré garder l’anonymat et signe « le Comte de Monte-Cristo » vous plongera dans les délices de l’enfer gynécocratique, par la lecture en grec d’un petit passage de la Vie d’Antoine de Plutarque :

✏ De la gynécocratie, ou comment dresser son mari ?

Voilà nos neuf muses ! Et nous vons invitons à lire

Le prochain numéro paraîtra le 1er mars 2013 (si les Mayas se sont trompés !)✷

 

Christian BOUDIGNON,

rédacteur en chef provisoire.

 

 

 

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Editorial 1 : Invitation au voyage »

  1. Cette version numérique m’enthousiasme.

    Les caractères peuvent-ils être plus gros? Presbytie oblige.

    Sto kalo!

Répondre à de goiffon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.