Archives par mot-clé : Yannick Durbec

Editorial et sommaire du n° 148 de novembre 2017 de « Connaissance hellénique »

Le plus beau vers de la langue grecque

Thésée et le taureau de Marathon, par le peintre d’Édinburg vers 500. Musée archéologique national, Athènes (NAMA; wikicommons)

 

Ami lecteur, un petit cadeau pour les fêtes ? On pourra bien sûr commander le numéro florilège des 40 ans. Mais en attendant, la rédaction vous régale d’un cadeau précieux mais qui ne lui coûte guère : un vers de poésie… Quel est le plus beau vers de la langue grecque ? On pourra hésiter, mais, il n’y a aucune ambiguïté, le voici.

C’est un vers de « l’Hécalè » de Callimaque, une pièce de poésie perdue racontant l’accueil par une vieille femme, Hécalè, du héros Thésée avant qu’il ne parte tuer le taureau de Marathon. S’il revenait sain et sauf, Hécalé promettait un sacrifice à Zeus. Elle mourut avant son retour. Thésée, victorieux du taureau, l’honora en donnant son nom à un des dèmes d’Athènes et en offrant des banquets en son nom.

Le fragment 280 de Callimaque ou 98 de l’Hécalè nous donne le plus beau vers de la langue grecque :

καὶ δόνακι πλήθοντα λιπὼν ῥόον Ἀστερίωνος

Ce vers nous est sauvegardé par un dictionnaire à l’article « roseau » (δόναξ). On ne connaît pas le contexte. Mon ami Yannick Durbec dans Callimaque, Fragments poétiques, Paris, 2006, p. 226, traduit :

« laissant le cours de l’Astériôn, où abondent les roseaux »

Je propose de traduire :

« Et, plein de joncs, il quittait le cours de l’Astérion »

ou si l’on veut un alexandrin :

« et quittant l’Astérion au cours plein de roseaux »

C’est un magnifique hexamètre dactylique, le grand vers épique mais aussi celui de la petite poésie alexandrine, que l’on peut découper ainsi :

καὶ δόνα / κι πλή / θοντα λι / πὼν :  ῥόον / Ἀστερί / ωνος.

Pourquoi est-ce le plus beau vers ? On ne sait pas qui parle ni qui est l’homme qui quitte le cours, plein de roseaux, d’Astérion. C’est probablement Thésée qui fait quelque détour par Mycènes en route vers Athènes depuis Trézène. Il tombe sur ce cours d’eau, asséché l’été, dans la plaine entre les montagnes, du côté du sanctuaire d’Héra en descendant vers Argos en contre bas.

Le vers commence par la description du lit « en roseau abondant ». C’est là végétation signe de cours d’eau, mais marque peut-être aussi de la rivière asséchée. Puis on en vient au ruisseau, plutôt qu’un fleuve, un simple filet d’eau qui se perd dans la plaine, et l’on est entraîné par ce cours d’eau jusqu’à son nom : Astérion. Et là c’est la déflagration du vers. Ce petit ruisseau de rien est le grand Astérion, c’est-à-dire l’étoilé. Ce ruisseau nous porte vers les étoiles, celles des fleurs qui étoilent les champs et répondent aux étoiles du ciel.

Mais Astérion, c’est aussi le nom du roi de Crète qui s’unit avec Europe, une fois emportée en Crète par Zeus taureau. Astérion, c’est donc le père de Minos. Ce cours d’eau n’est pas qu’un cours d’eau, c’est le père du juge des Enfers. Et même, dit-on, c’est le nom du Minotaure, celui là même que Thésée tuerait, plus tard, en Crète, dans le labyrinthe.

Mais illuminé par son destin, le héros ne peut pas s’arrêter à cette rivière : il voit les roseaux, il suit son cours, il se perd dans la plaine étoilée de fleurs et il quitte ce fleuve devenu invisible qui pourrait bien être un autre Achéron qui se jette dans les enfers.

Nous aussi, quittons les cours d’eau qui s’assèchent, ne nous laissons pas envoûter par le frêle murmure au vent des roseaux, oublions les promesses d’étoiles qui nous fascinent et nous perdent, passons notre chemin.

Abreuvons-nous en passant, redressons la tête, sans nous arrêter.

Il y a un taureau  à vaincre à Marathon !

Le sommaire

Et voici le sommaire du n°148 de novembre 2017 :

  1. Ch. Boudignon : « Troubadour, un mot d’origine grecque ou un mot d’origine arabe ? » https://ch.hypotheses.org/1981

2. B. Boyaval : « Personne n’est immortel en ce bas monde » https://ch.hypotheses.org/1985

3. J. Kaminski traduit la recette des kollyva par Argyrios Chionis https://ch.hypotheses.org/1991

4. J. Kaminski traduit 4 poèmes extraits de « Porteurs » de Th. Zaphiriou https://ch.hypotheses.org/1995

5. J.-Cl. Dutto : S. Paul contre Eschyle, ou sur la résurrection https://ch.hypotheses.org/2003

Le numéro florilège des 40 ans est paru ! https://ch.hypotheses.org/2018

Archive mai 1977 n° 1, J.V. Vernhes : « L’expérience de Connaissance hellénique » https://ch.hypotheses.org/2052

Archive mai 1977 n° 2, R. Jacquin + : La musique grecque antique https://ch.hypotheses.org/2058

Archive mai 1977 n° 3, Ch. Froidefond : « Les études grecques sont florissantes ! » https://ch.hypotheses.org/2066

6. A. Chopard : Xanthippe parviendra-t-elle à sauver Socrate ? https://ch.hypotheses.org/2024

7. J.V. Vernhes : Une étymologie pour ἡ νόσος « la maladie » ? https://ch.hypotheses.org/2035

8. J.V. Vernhes :  » Voyage au pays des genres » (à propos de l »écriture inclusive) https://ch.hypotheses.org/2040

Bonne lecture !

Christian Boudignon

Rédacteur en chef