Archives par mot-clé : traducteur

J.-V. Vernhes et C. Boudignon : Renée Jacquin nous a quittés !

Y a-t-il un paradis pour les poètes et leurs traducteurs ?

 

Carlos Schwabe (1903) Les champs élyséens (wikimedia commons)
Carlos Schwabe (1903) Les champs élyséens (wikimedia commons)

On nous apprend le décès de Renée Jacquin à l’âge de 97 ans le 22 septembre 2016. Renée Jacquin fut longtemps présidente et cheville ouvrière de l’association « Connaissance hellénique »  jusqu’à ce qu’elle se mît en retrait quand sa vue commença à terriblement diminuer. C’est à elle que l’on doit l’ouverture de la revue « Connaissance hellénique » à la dimension moderne de la poésie grecque contemporaine.

La tristesse nous envahit et en même temps le sentiment d’une vie bien remplie nous console. S’il y a un paradis ou des Champs élyséens pour les poètes et leur traducteurs, on peut être sûr que notre Renée y est renée sous des ciels moins brouillés que les nôtres.

On nous pardonnera de ne pas développer davantage ces quelques notes, bien trop succinctes, sur la vie et l’oeuvre de Renée Jacquin.

Jean-Victor Vernhes et Christian Boudignon

Renée naît  le 10 février 1919 à Alger, sous le nom de Guébin.
Ses parents habitent à Constantine, puis déménagent, quand elle a 5 ans, pour Casablanca.
Elle va à Aix-en-Provence à 16 ans pour faire ses études. Elle étudie au lycée de jeunes filles, place des Prêcheurs. Puis à la Faculté des Lettres : français, latin et grec. Elle y obtient sa licence.
1939 : elle est enseignante de lettres classiques au Maroc (Lycée Lyautey de Casablanca) en remplacement des professeurs mobilisés pour la guerre.
Elle rencontre son mari Félix Jacquin au Maroc en faisant du tennis. Elle insiste pour rentrer en France. Félix, issu d’une famille parisienne, est d’accord, mais ne souhaite pas rentrer à Paris. 
Installation à Aix-en-Provence à l’âge de 27 ans (1946). Félix aime beaucoup la ville.
Elle enseigne à Carpentras pendant deux ans.
Elle reprend ses études et obtient le CAPES (lettres classiques) en 1955. 
Professeur au lycée Cézanne à Aix.
Durant ses années d’enseignement, elle se lance dans l’étude du grec moderne, qui fut une de ses passions.
Nombreux séjours en Grèce, surtout à partir de sa retraite, où elle se lie d’amitié avec diverses personnalités du monde de la culture. Elle devient membre de l’association des traducteurs littéraires de France.
Thèse d’État sur Anghelos Sikelianos (Lyon, 1987, sous la direction de Colette Lus). 
Elle participe aux activités de « Connaissance hellénique », lancée en 1977 dans le cadre du Centre de Formation Continue de l’Université de Provence, et en est la Présidente de 1985 à 2003. À ce titre, elle  prend en charge le fonctionnement des deux activités de cette association: a) le cours par correspondance de grec ancien à destination de tous publics  b) la revue trimestrielle de culture grecque « Connaissance hellénique », le λύχνος.
Elle s’éteint le 22 septembre 2016 après de longues souffrances.
 

Oeuvres de Renée Jacquin :

1. Livres

L’esprit de Delphes :  Anghélos Sikélianos (1988). 304 p. Cet ouvrage est fait d’après sa thèse. C’est la première fois que paraît en France une étude biographique et littéraire approfondie sur ce grand poète grec (1884-1951), qui s’attacha à faire revivre l’esprit de Delphes. L’auteur était spécialiste de ce poète et amie de sa veuve Anna. Cet ouvrage est destiné à tous ceux qui s’intéressent à la littérature grecque contemporaine.
 
Anghélos Sikélianos : Dédale en Crète (tragédie). Édition bilingue (1989). 95 p.
Anghélos Sikélianos : Le Dithyrambe de la rose. Édition bilingue (1989). 65 p.
 
Une voix orphique : choix de poèmes d’Anghélos Sikélianos (1990). 122 p.
Hélène Tagkalaki : Phœbi Sidus (choix de poèmes). Édition bilingue (1991). 90 p.
Nikos Kazantzaki, Le Maître Maçon (traduit par Dimitri Filias et Renée Jacquin). Édition bilingue (1994). 103 p.
 
Hymnes Homériques. Traduction Renée Jacquin, texte grec mis au point par Jean-Victor Vernhes (1997). 161 p.

2. Articles

 
À cela s’ajoutent ses nombreuses contributions au λύχνος (nouvelles, traductions de poètes grecs contemporains et de nouvelles) dont voici la liste  :

— La musique grecque, (λύχνος,  n°) *1a : (page) 12.

—  Odysséas (Ulysse) Elytis, 2 : 4.

—  ”, rectificatif, *3 : 2.

— Stratis Tsirkas, *3 : 7.

— Marguerite Yourcenar, *3 : 31.

— Andromaque, je pense à vous, *7 : 29.

—  Anghélos Sikélianos, *9 : 19.

— Pandélis Prévélakis, *15 : 3.

— Le héros de la Grécité : Digénis Akritas, *15 : 16.

— Ménandre à Thasos, *15 : 21.

— À propos d’une réédition de Constantin Karyotakis, *16 : 18.

— Roger Milliex et la Grèce, *17 : 5.

Il y a 150 ans mourait à Paris Adamantios Coray, *17 : 7.

Nikos Kazantzakis, *18 : 3.

Pierre Charis, *19 : 3.

Euthyphron et la théâtralité de Platon, *21 : 30.

Constantin Cavafis, 23 : 8.

La Nékuïa au XXe siècle, *27 : 8.

Le théâtre d’Anghélos Sikélianos, *32 : 57.

L’exil, 34 : 27.

Théâtre antique à Delphes, 34 : 31.

L’humanisme, 40 : 62.

Notes sur le carnaval de Skyros, 41 : 14.

À propos d’une anthologie des poètes de Siphnos, *42 : 70.

— ”, corrections, 43 : 9.

— Marie (nouvelle), 56 : 21.

Hommage à Elytis, 68 : 8.

Célébration de Déméter : les Hymnes homériques et Callimaque, I, 83 : 71.

Olga Votsi et son recueil  : Le dernier ange, 85 : 49.

La veuve, 93 : 62.

— Résumé d’un article d’Hélène Iliopoulos-Zaharopoulos sur Georges Carter, 94 : 46.

Le voyage à Corfou, 97 : 60.

Le roman hellénistique, I, 100 : 38.

—, ”, II, 101 : 20.

Ariadne à Naxos, 102 : 22.

Le bruit en soi, 104 : 45.

Cinq grands poètes du XXe siècle, 104 : 58.

Les « esprits », 110 : 63.

Paix à ton âme !