Archives par mot-clé : péripatéticiennes

Coline Ferrant : « Péripatéticiens, péripatéticiennes de tous pays, unissez-vous ! »

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article neuf

Περιπατέω, péripatétisme et péripatéticiennes*

 

Aristote chevauché par une courtisane, Liberal da Verona, Trionfo dell’amore, della castità, Musée Catelvecchio de Vérone (cliché N. Barakat)

[Coline Ferrant  fait le point sur une certaine « philosophie de la marche » pour reprendre un titre d’ouvrage à la mode : le péripatétisme]

Le verbe grec περιπατέω signifie « circuler, aller et venir, se promener » et par extension « se comporter, se conduire, vivre de telle ou telle manière »[1]. La philosophie péripatéticienne a pour origine l’école fondée par Aristote. La tradition rapporte qu’Aristote enseignait dans le lieu où se réunissait son école, le Lycée, en se promenant. Cicéron, dans les Académiques, explique : « qui erant cum Aristotele Peripatetici dicti sunt, quia disputabant inambulantes in Lycio » (« ceux qui suivaient Aristote, furent nommés péripatéticiens, parce qu’ils discouraient en se promenant dans le Lycée »[2]).

Distinguons alors aristotélisme et péripatétisme. L’aristotélisme est, historiquement, la doctrine élaborée par Aristote (384 avant notre ère – 322 avant notre ère), telle qu’elle nous est connue par les écrits conservés et publiés par le philosophe péripatéticien Andronicos de Rhodes au Ier siècle avant notre ère. Pour rendre compte de la tradition aristotélicienne à des époques qui ne sont pas contemporaines à Aristote, des épithètes sont apposés au terme initial. Par exemple, l’expression aristotélisme médiéval désigne le rôle de la pensée d’Aristote à l’époque médiévale, avec trois phases : l’aristotélisme éclectique (œuvres païennes du XIIIe siècle), l’aristotélisme radical ou hétérodoxe (l’« averroïsme latin », selon l’expression d’Ernest Renan[3]) et l’aristotélisme chrétien (notamment le thomisme).

Le péripatétisme désigne les courants philosophiques qui considèrent que les écrits d’Aristote ont valeur de vérité ; ce sont des fondements que les philosophes doivent désormais commenter et expliciter. Les péripatéticiens, notamment Alexandre d’Aphrodise (IIe siècle de notre ère) et Thémistius (IVe siècle de notre ère), réécrivent les œuvres d’Aristote en éclairant les points ambigus. Aristote est appelé « le Philosophe » dans les écrits scolastiques du Moyen-Age ; Averroès, surnommé « le Commentateur » écrivit un Grand Commentaire[4] de De l’âme[5], l’un des textes d’Aristote les plus commentés par les péripatéticiens. A la Renaissance, plusieurs philosophes humanistes s’inspirent du péripapétisme thomiste, par exemple Jean Pic de la Mirandole. A l’époque moderne, le péripapétisme inspire les néothomistes, comme Franz Bertano et Antonin-Gilbert Sertillanges, et les averroïstes contemporains, notamment Ernst Bloch.

Ainsi, tandis que l’aristotélisme signifie la pensée d’Aristote et, quand complété par un adjectif, l’héritage de celle-ci dans les courants philosophiques ultérieurs, le péripatétisme fait référence, à l’époque d’Aristote, à son école philosophique, et plus tard, aux efforts de prolongement de sa pensée par des gloses, commentaires et exégèses. On peut aristotélicien sans être péripatéticien, mais on ne peut pas être péripatéticien sans être aristotélicien.

L’adjectif péripatéticien a été importé par le jargon étudiant pour désigner ce qui se fait en marchant. Substantivé, par parenté de signification avec l’expression faire le trottoir, le terme a fini par désigner les prostituées.

 

Coline Ferrant

Northwestern University

Sciences Politiques

 

 

* Je remercie chaleureusement Charles Delattre pour son enseignement et ses suggestions.

[1]   Bailly, Anatole (2000) [1985], Le grand Bailly dictionnaire grec-français, Paris : Hachette, p. 1533.

[2]   Cicéron (1848) [-45], Œuvres complètes, sous la direction de Désiré Nisard, Paris : J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp., p. 427.

[3]   Renan, Ernest (2004) [1852], Averroès et l’averroïsme, Rennes : Ennoïa.

[4]   Averroès (1998), L’intelligence et la pensée : Sur le De anima, traduction de Alain de Libera, Paris : Flammarion.

[5]   Aristote (2005), De l’âme, traduction de Pierre Thillet, Paris : Gallimard.

Bibliographie citée

Aristote (2005), De l’âme, traduction de Pierre Thillet, Paris : Gallimard.

Averroès (1998), L’intelligence et la pensée : Sur le De anima, traduction de Alain de Libera, Paris : Flammarion.

Bailly, Anatole (2000) [1985], Le grand Bailly dictionnaire grec-français, Paris : Hachette.

Cicéron (1848) [-45], Oeuvres complètes, sous la direction de Désiré Nisard, Paris : J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp.

Renan, Ernest (2004) [1852], Averroès et l’averroïsme, Rennes : Ennoïa.

Bibliographie additionnelle

Bloch, Ernst (2008) [1949], Avicenne et la gauche aristotélicienne, Paris : Premières Pierres.

De Libera, Alain (2009), La philosophie médiévale, Paris : PUF.

Van Steenberghen, Fernand (1955), The Philosophical Movement in the Thirteenth Century, Edimbourg : Thomas Nelson & Sons.