Archives par mot-clé : NUma

Jean-Victor Vernhes éveille son Egérie

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 145, novembre 2016, article huit.

Une étymologie pour Egeria, Égérie ?

À Arielle Chopard

Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)
Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)

Dans la mythologie romaine, la nymphe Egeria se rattache au culte des sources et était l’inspiratrice du roi Numa.

Mais, me direz-vous, Egeria est un nom latin. Quelle place a cet article dans une série d’études consacrées à l’étymologie grecque ? Vous allez voir…

 

1. Consultons les auteurs latins.

Tite-Live, Histoire romaine, I, I9 dit que Numa voulait instaurer la crainte des dieux. « Mais comme celle-ci ne pouvait descendre dans les âmes sans la fiction de quelque miracle, il faisait semblant d’avoir des rencontres nocturnes avec la déesse Égérie. »

Ovide, Métamorphoses, XV, 547-621, à propos du chagrin d’Égérie à la mort de Numa : « Cependant le deuil d’Égérie ne peut s’affaiblir dans le récit de malheurs étrangers. Couchée au pied d’une montagne, elle ne cesse de fondre en larmes, jusqu’à ce que, touchée de sa pieuse douleur, la soeur d’Apollon fasse de son corps une fontaine, et change ses membres mortels en ondes éternelles. »

Ovide, Fastes III, 260 et suivants : « Nymphe, instruis-moi, toi qui officias au bois et au lac de Diane. Nymphe, épouse de Numa, viens à moi pour ce qui est de tes actes…

Dans la vallée d’Aricie, entouré d’une épaisse forêt, il est un lac, objet d’un culte antique…

Y coule, sur un lit de cailloux, un ruisseau au murmure confus ; j’y ai bu souvent, mais à petites gorgées. Égérie offre ces eaux, déesse chérie des Camènes, épouse et génie de Numa. »

 

2. Consultons les auteurs grecs.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 60 parle à propos de Numa d’une nymphe Égérie (νύμφην τινὰ Ἐγερίαν : notez le ε initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un e bref initial dans le nom latin) : « Une légende dit qu’une certaine nymphe Égérie le fréquentait assidûment en lui enseignant la sagesse royale. Selon d’autres, ce n’était pas une nymphe, mais l’une des Muses. » La chose devint publique, dit le récit, ce dont Numa ne fut point fâché, et voici comment il procéda, sur une suggestion d’Égérie, pour convaincre les sceptiques. Il fit un jour visiter son domicile, et en particulier sa salle à manger, à des notables de Rome. Tout y était simple et ordinaire. Il les convia à revenir le soir, et ils revinrent : tout était d’un luxe si éclatant qu’une telle transformation en si peu de temps ne pouvait avoir été œuvre humaine, et révélait une inter­vention surnaturelle.

Voici maintenant comment Plutarque, Vie de Numa, 4, 1-2, évoque la vie de ce roi après la mort de son épouse Tatia en signalant la démone Égérie (Ἠγερίᾳ δαίμονι : notez le η initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un η initial dans le nom latin) :

« Abandonnant les habitudes qu’il avait à la ville, Numa voulut vivre le plus souvent à la campagne en errances solitaires, séjournant dans les bois divins, les prairies sacrées et les lieux déserts. De là surtout vint le bruit que ce fameux Numa n’abandonnait pas la vie sociale par dérangement de l’esprit et par égarement, mais parce qu’ayant goûté à une plus noble fréquentation pour avoir été jugé digne d’une union divine, et passant son temps avec la démone Égérie, qui l’aimait (Ἠγερίᾳ δαίμονι συνὼν ἐρώσῃ καὶ συνδιαιτώμενος), il était devenu un homme bienheureux, instruit des choses divines. ».

Dans la suite du texte Plutarque n’exclut pas que des divinités fré­quentent des humains, mentionnant le cas de Sophocle, dont on sait par de nombreux témoignages qu’il a reçu chez lui Asclépios. Sur ce point, nous laissons le lecteur se faire son opinion.

Mais en continuant notre lecture de la Vie de Numa nous lisons en 8, 5 que tout cela était un scénario (δρᾶμα). Interprétation rationaliste.

De même dans La fortune des Romains, 9, où Plutarque écrit : « Le récit selon lequel une certaine Égérie, une des nymphes dryades, démone pleine de sagesse (δαίμονα σοφήν) devenue par amour sa compagne, fut sa formatrice et mit sur pied avec lui les institutions est tout à fait mythique. »

3. Mais d’où peut venir ce nom d’Egeria ?

En latin, on ne lui voit pas d’étymologie. Les dictionnaires étymologiques du latin (Walde-Hofmann et Ernout-Meillet) évoquent, en désespoir de cause, une possible origine étrusque ou sabine et se bornent à signaler une étymologie populaire transmise par Festus, et dont il sera question plus loin.

Nous allons étudier les données sémantiques et les problèmes formels.

Dans les textes que nous avons cités, nous avons pu voir que ce qu’évoque le nom d’Egeria s’organise autour de deux thèmes :

1- L’inspiration venant d’un influx divin. Cela fait penser à l’inspiration poétique telle que nous la présente l’Ion de Platon.

2- Le thème de la source et de l’eau vive.

Ce second thème s’associe volontiers au premier, en vertu de « la croyance, surabondamment attestée dans l’histoire de la divination, que l’eau possède un pouvoir magique, la propriété d’éveiller chez l’être intelligent le sens prophétique. » (A. Bouché-Leclerc, dans l’article « Camenae » du Daremberg et Saglio). Pensons par exemple à la fontaine Hippocrène, dont l’eau donne l’inspiration à ceux qui la boivent. On peut voir l’inversion de ce symbolisme dans l’eau du fleuve Léthé, qui apporte aux âmes l’oubli de leur vie passée.

Ce thème de l’inspiration nous fait penser au verbe grec ἐγείρω, éveiller, sur racine εγερ < *h1ger ? Égérie, l’inspiratrice, porterait-elle un nom d’origine grecque ?

Cette racine εγερ exprime de façons très variées tout ce qui tourne, au propre et au figuré, autour de la notion de se dresser, ou de faire se dresser. Les exemples abondent dans les dictionnaires.

Il peut s’agir d’un conflit : ἀδικούμενοι τὸν πόλεμον ἐγείρομεν, lésés, nous éveillons la guerre (Thucydide, 1, 121, 1). Il peut s’agir d’un son : εὔχορδον ἔγειρε λύραν, éveille ma lyre aux cordes excellentes (Pindare, Néméennes, 10, 39). Ou encore d’un sentiment : ὁ οἶνος τὰς φιλοφροσύνας, ὥσπερ ἔλαιον φλόγα, ἐγείρει, le vin exalte les sympathies, comme l’huile exalte la flamme (Xénophon, Banquet, 2, 24).

Il peut s’agir aussi, et c’est ce qui nous concerne ici, d’un esprit qui se dresse ou qu’on fait se dresser dans l’éveil : καὶ ἐφρόνει καὶ ἐγρηγόρει, il était intelligent et éveillé (Xénophon, Éducation de Cyrus, 1, 4, 20). Il peut s’agir de cet éveil particulier qu’est l’inspiration poétique : Ἔγειρε δὲ νῦν, Μοῦσα, κρητικὸν μέλος, Et maintenant, Muse, éveille en moi un chant de Crète (Cratinos, poète comique). Nous en avons un exemple dans l’Ion de Platon (535-536). Ion est possédé par Homère, qui le met en relation magnétique avec la Muse. Alors, lui dit Socrate, « ἐπειδὰν τούτου τοῦ ποιητοῦ φθέγξηταί τις μέλος, εὐθὺς ἐγρήγορας καὶ ὀρχεῖταί σου ἡ ψυχή. », lorsque quelqu’un fait entendre un chant de ce poète, te voilà aussitôt en état d’éveil et ton âme danse.

Égérie est-elle nymphe, est-elle démone, est-elle femme, est-elle déesse, ou bien est-elle Muse, comme le pensent certains, au dire Denys d’Halicarnasse dans le passage que nous avons cité ? Quoi qu’il en soit, elle est l’entité féminine qui fait du roi un inspiré. On peut dire d’Égérie qu’elle ἐγείρει l’esprit du roi Numa.

4. Sommes-nous le premier à envisager de rapprocher Égéria du verbe ἐγείρω ?

En cherchant bien, on découvre qu’un auteur du nom de Pedro Felipe Monlau y Roca a publié à Madrid en 1856 un Diccionario etimológico de la lengua castellana. On y lit : « Egeria : del griego egeirô, yo excito, yo muevo, yo despierto. » (Egeria : du grec egeirô, ‘j’éveille, j’excite, je mets en mouvement, je réveille’).

Mais cet auteur ne développe aucune considération à l’appui de cette étymologie, et ne dit rien des difficultés qu’elle soulève, et que nous allons voir.

Les dictionnaires latins donnent Ēgeria avec un ē initial : ēgeria. Or nous ne pouvons faire le rapprochement avec ἐγείρω qu’en partant d’une forme à e bref initial. Selon Ernout-Meillet, le ē initial pourrait être secondaire, et venir d’une étymo­logie populaire, que nous connaissons par une glose transmise par Festus : « Egeriae nymphae sacrificabant praegnantes, quod eam putabant facile conceptum alvo egerere » (Les femmes enceintes faisaient des sacrifices à la nymphe Egeria, car elles pensaient qu’elle faisait sortir aisément le bébé du ventre). Il y a là un rapprochement familier entre le nom Egeria et le verbe ēgerere, ‘porter en dehors’, et la longue initiale peut être due à ce rapprochement.

Saint Augustin, dans La cité de Dieu, VII, 25, (p. 179 de l’édition du Corpus Christianorum, Brepols) se référant à un traité de Varron, nous montre ce même rapprochement verbal exploité dans un autre contexte : « Du fait que Numa emportait de l’eau (Quod ergo aquam egesserit), c’est à dire en prélevait pour faire de l’hydromancie, on a dit qu’il eut la nymphe Égérie comme épouse. »

Cette forme à ē initial convient aux poètes, car elle permet de faire entrer le mot dans l’hexamètre, ce qui ne serait pas possible avec une forme à e bref initial. Ainsi dans Virgile, Énéide, VII, 763 ; Ovide, Fastes III, 154 et 275.

5. Par ailleurs il existe une forme masculine Egerius.

Tite Live parle d’un personnage de famille royale à qui ce nom d’Egerius a été donné « ab inopia » (‘à cause de son dénuement’). Il y a ici rapprochement avec le verbe egeo, ‘être pauvre, être dans le besoin’ ; or le verbe egeo a un e initial bref ! Nous sommes ici dans un niveau de langue supérieur à celui des rapprochements familiers, ce qui donne à penser que la forme à e bref est celle qui n’a pas été remaniée.

Voyons les données grecques. Nous avons trouvé la forme Ἐγερία chez Denys d’Halicar­nasse. Mais chez Plutarque nous avons Ἠγερία. À qui se fier ?

Denys d’Halicarnasse vécut longuement à Rome à partir de 30 av. J.-C. et il était tout imprégné de la culture des élites romaines. Plutarque (environ 46-120) a certes fait des séjours à Rome, où il a donné des conférences. Mais il n’avait pas la culture romaine du précédent. Pour décider entre Ἐγερία et Ἠγερία, on l’imagine bien consultant Virgile et Ovide dans sa bibliothèque, et observant la scansion des vers où il trouve Egeria… avec ē initial. Fions-nous donc à Denys d’Halicarnasse.

6. N’hésitons donc pas à tenter le rapprochement de Egeria avec la racine εγερ-

Il est intéresssant de noter que nous avons la trace d’une variante Ἐγερίς, -ίδος, qui est également de facture grecque (qu’on se rappporte dans l’édition Budé à l’apparat critique du texte de Denys d’Halicanasse ), avec ce suffixe -ίς, -ίδος qui a donné tant de dérivés féminins. Nous sommes en ambiance grecque !

Notre Ἐγερία serait une formation en -ία sur racine verbale. Cf. Chantraine, Formation, p. 81. Exemples : μανία (cf. μαίνομαι), πενία (cf. πένομαι)… Mais ce type de dérivation «…n’a pas été productif ; c’est pour former des dérivés de noms que le suffixe s’est développé. » (σοφία sur σοφός, etc.). Voilà donc un type de formation à inventaire clos, ce qui caractérise des formations archaïques.

Il arrive que l’onomastique soit le conservatoire d’éléments que par ailleurs la langue a abandonnés ou de possibilités qu’elle n’a pas exploitées. Ainsi dans le nom Θερσίτης, Thersite, personnage insolent de l’Iliade, nous avons le degré e, abandonné par ailleurs, de la racine θερσ- de θρασύς, impudent. Notre Ἐγερία pourrait être un exemple de ce phénomène bien courant.

Nous voilà donc en présence d’un mot dont la morphologie et la sémantique sont d’une belle et archaïque grécité, mais dont le grec que nous connaissons n’a pas fait usage, le laissant à l’état de virtualité.

Nous pouvons donc penser que Ἐγερία et peut-être sa variante Ἐγερίς ont existé dans les franges occidentales du grec, et que de là ces mots seraient passés en latin, où ils auraient été affectés à l’onomastique pour désigner celle qui donne les niveaux supérieurs de l’inspiration.

7. La légende de Numa et d’Égérie ne serait pas étrangère aux contacts des Latins avec la Grande Grèce.

Ces contacts, nous pouvons nous risquer à les préciser. On situe le règne de Numa en 715-673 av. J.-C. Ce fut une importante époque pour la colonisation grecque en Italie du Sud et en Sicile.

La plus ancienne colonie grecque en Italie du Sud, est la ville de Cumes. Fondée par des Eubéens peu après 750 av. J.-C., elle fut rapidement prospère, en particulier grâce à la production et au commerce du vin, par lesquels elle atteignit non seulement ses voisins, mais aussi des populations situées au delà des Alpes. Elle entretint de bonnes relations avec Rome et exerça une grande influence sur les peuples voisins. Le règne de Numa fut contem­porain de cet essor, et cela suppose des contacts linguistiques, qui ont pu être plus ou moins approfondis selon les personnalités entrant en relation.

On conçoit aisément qu’à l’occasion de ces contacts le nom d’ Ἐγερία ait pu être attribué à l’entité inspiratrice avec laquelle Numa était ou se prétendait en relation.

Autre possibilité : le nom d’ Ἐγερία aurait été créé pour Numa par adjonction à la racine εγερ- du suffixe -ia si courant en latin dans les noms de femmes.

On ne peut faire allusion à Cumes sans songer à la Sibylle (voir l’article précédent). Aurait-elle été pour Numa un modèle de la personnalité féminine en contact avec le plan divin ? Cependant elle est bien différente. La Sibylle profère des oracles obscurs, tandis qu’Égérie est éclairante pour Numa. La Sibylle est inspirée, mais non inspirante. Égérie est le canal par où s’opère l’éveil du plan humain par une communication avec le plan divin.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille