Archives par mot-clé : musée

Laurent Force a lu pour vous l’album pour enfants « Fadia Nicé » de L. Humbel et J. Cubaud

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 147, juillet 2017, quarantième année article quatre

La vie de Nicé, petite esclave grecque

 

Couverture de « Fadia Nicé » de Laure Humbel et Jean Cubaud

 

Laure Humbel et Jean Cubaud,  Fadia Nicé ou l’histoire inventée d’une vraie esclave romaine, édition Sansouire, Nîmes, 2016, 84 p., 22euros, ISBN 979-10-91985-17-8

Les musées sont des endroits terribles. On y entre, et, à moins d’être accompagné d’enfants à qui l’on a promis un goûter, un tour de manège ou un plongeon à la piscine, on ne sait pas quand on en sort (le gardien qui ferme, lui, le sait très bien : c’est maintenant car son service est fini). Mon amie Laure Humbel est comme moi, et même pire que moi : je peux rester quelques instants à contempler une œuvre qui a attiré mon regard quand Laure est capable de faire tout un roman à partir d’un tesson de poterie. L’histoire de Fadia Nicé est née d’une urne funéraire exposée au Musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille, ornée de masques, de têtes de béliers, de guirlandes et d’une épitaphe bien lisible :

D.M.

FADIAE NICE

CONIVGI – KARIS

SEX – FADIVS – PRIAMVS

(aux dieux mânes, à Fadia Nicé son épouse très chère, Sextus Fadius Priamus)

On nous raconte donc la vie de Nicé, petite esclave grecque, vendue sur le port du Pirée, élevée dans la maison de Sextus Fadius Secundus Musa, riche armateur de Narbonne, mariée à Priam, son esclave puis son affranchi. La vie d’une petite esclave n’est pas facile, mais vivre dans la maison du maître offre bien plus d’occasions d’améliorer son sort que de travailler dans les champs. Nous voici ainsi plongés dans la vie quotidienne des habitants de la Narbonnaise, puis d’Ostie au IIe siècle. Un récit vivant, et documenté qui permet de se faire une idée de ce qu’a pu être la vie des habitants de l’empire romain. Le ton didactique et l’explication des mots difficiles mettent le récit à la portée des enfants et ne doivent pas rebuter les adultes même s’ils auront parfois l’impression de lire un manuel scolaire.

Le dessin de Jean Cubaud, réaliste, en noir et blanc, dépouillé, est à l’image du texte : on y retrouve le souci de documentation et d’exactitude. Le trait est fort, appuyé comme le soleil qui tape sur les paysages méridionaux. La vie de Fadia Nicé n’a pas toujours été drôle et sa mise en image nous plongerait presque dans un film italien néoréaliste. Le grand format carré de l’album (30 cm x 30 cm environ) permet une mise en page originale avec de grandes marges latérales propices aux commentaires ou à de petits dessins annexes.

Voilà donc un album sérieux, trop sérieux pour faire les têtes de gondoles de nos supermarchés (je crois savoir que cela n’a jamais été son but !), mais qui fera la joie de tous les amateurs de lettres classiques espérant initier leurs enfants, neveux, petits-neveux aux joie de la civilisation gréco-latine.

Laurent Force

Ingénieur à France Télécom