Archives par mot-clé : médecine

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie du grec « nosos », « maladie »

► ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 148, novembre 2017, quarantième année, article huit.

Une étymologie pour ἡ νόσος,

‘la maladie’ ?

 

Couverture de l’hebdomadaire littéraire et satirique Loukomorié, n°11, 1916 (Wikicommons)

 

Pour ce mot, « aucune étymologie en vue », nous dit Chantraine dans son DELG (Dictionnaire étymologique de la langue grecque) ; « <?> », dit Beekes, dans son Etymological dictionary of Greek, en ajoutant : «There is no good etymology. » On a la forme νοῦσος chez Homère et Hérodote.

1. Préliminaires.

Nous allons avoir besoin, pour ce qui suit, de garder à l’esprit les traite­ments du groupe *-sw- (ou *-σF[1]-) en grec ancien. Il y a à distinguer deux époques :

Époque I. Elle concerne les -σ- primaires hérités de l’indo-européen. Un groupe intervocalique *σF avec -σ- primaire s’efface avec allongement de la voyelle précédente. Ainsi le nom du temple repose sur un étymon *νασFός, d’où νᾱός (conservé en dorien), d’où νηός (ionien), d’où νεώς (attique), avec métathèse (c’est à dire interversion) des longueurs des voyelles[2].

Époque II. Elle concerne le groupe intervocalique *σF avec -σ- secondaire : un -σ- créé par le grec, non indo-européen, et donc d’apparition plus tardive. Nous en avons un bon exemple dans ἴσος ‘égal’, dont la forme ancienne (attestée en béotien) est FισFος. Chez Homère on a ἶσος : notez le ῑ long. À l’origine de ces formes on pose souvent *widswos (en supposant une parenté avec *weid- ‘voir’). Ici donc le s vient de *-ds- : c’est un sigma secondaire. La forme ancienne FισFος est traitée par effacement du F (avec allongement du ι dans la langue épique).

2. Reprise d’une hypothèse envisagée et abandonnée.

Michel Lejeune[3] a envisagé (« avec hésitation », dit Chantraine) de poser pour νόσος un étymon *νοσFος[4] avec un -σ- secondaire qui serait issu de dentale + σ (*τσ ou *δσ). Ceci dit, le mot reste pour lui « sans étymologie » : en effet, on ne voit ni à quelle famille étymologique ni à quelle structure morphologique on pourrait rattacher *notswos ou *nodswos.

Cette hypothèse pose nécessairement un -σ- secondaire créé par le grec et non un -σ- primaire hérité de l’indo-européen, car un groupe intervo­calique *σF avec -σ- primaire serait traité comme nous l’avons vu : il s’effacerait avec allongement de la voyelle précédente.

Le -σF- de l’étymon *νοσFος avec un -σ- secondaire proposé par Lejeune sera traité de la même façon que celui du FισFος que nous avons vu : effacement du F, d’où νόσος (avec allongement dans la langue épique : νοῦσος[5]).

Nous nous contenterons de ces indications pour montrer l’état actuel de la question. Il ne serait pas bien utile d’en esquisser tout un historique. Passons plutôt à l’exposé de l’hypothèse que nous proposons.

Nous proposons de poser, à l’origine de νόσος, un étymon *noswos, construit sur la racine *nes[6], qui signifie ‘le salut’, et qui associe cette notion à divers contextes. Nous la trouvons dans ὁ νόστος, ‘le retour’ : dans un monde dangereux, le retour dans sa patrie ou dans sa maison, c’est le salut.

Voyons comment se posent, dans notre hypothèse, les problèmes de morphologie, de sémantique et de phonétique.

3. La morphologie.

Un *noswos formé sur la racine *nes- appartiendrait à un type de formation bien connu : il s’agit du petit groupe de formes nominales à suffixe -*wos sur degré o de la racine. Ainsi :

μόνος ‘seul’ < *μόνFος, sur la racine de μένω ‘rester’ ; ionien μοῦνος. Il a été montré par Michèle Biraud, sur exemples homériques, que ce mot « caractérise l’élément qui reste quand on a retiré tous les autres, en particulier le guerrier qui continue à combattre après le repli de ses alliés (Iliade, 11, 405, 467 et 17, 472, etc.)[7] » Il y a là du « Εt s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là. »

ὅλος ‘tout entier’ < *solwos ; ionien οὖλος. Sanscrit salva-, latin salvus, ‘sain et sauf’:

ὁ κόρος < κορFος ‘le garçon’ (la forme κορF- du radical est attestée en arcadien). Féminin κόρη ; ionien κοῦρος et κούρη.

4. Lever de bras au ciel.

Je vois, cher lecteur, que déjà vous levez les bras au ciel en repérant deux gros problèmes dans ce qui vient d’être avancé.

D’abord comment faire dériver d’une racine signifiant le salut un mot désignant la maladie ?

Ensuite, notre étymon *noswos ne comporte-t-il pas un -s- primaire ? Or nous avons vu, illustré par l’exemple de νᾱός, que dans ce cas le traitement du groupe intervocalique *-sw- est la disparition de la sifflante avec allongement de la voyelle précédente. Ne sommes-nous pas en train d’appliquer étourdiment à notre hypothétique *noswos le traitement, plus tardif, de *-sw- avec -s- secondaire, comme dans le cas de ἴσος < FισFος ? Ou bien de transposer sur *-sw-, tout aussi étourdiment, les traitements que nous avons vus pour *-nw-, *-lw-, *-rw ?

Nous voici en effet avec sur les bras un gros problème sémantique et un problème phonétique plus gros encore. Nous allons étudier les deux.

  1. La sémantique.

Construit sur la racine *nes, le mot serait originellement en rapport avec la notion de salut. Cette notion, quand il s’agit d’état de santé, exprime l’idée de guérison. On aurait donc eu, dans νόσος, un glissement d’un sens lié à l’idée de santé vers le sens de maladie.

Or nous observons un glissement comparable en latin dans le terme valetudo, dérivé de valeo, ‘être fort, bien portant’. Ce nom a signifié d’abord ‘bonne santé’, puis ‘état de santé’, bon ou mauvais, et même, finalement, ‘mauvais état de santé, maladie’. En dérive, avec ce dernier sens, valetudinarius ‘malade chronique, valétudinaire’. Si les aléas de l’évolution de la langue ne nous avaient conservé de cette famille que le mot valetudinarius, rien ne nous permettrait de soupçonner que son origine étymologique est un mot signifiant ‘santé’.

Et sur notre mot ‘santé’ on peut faire des observations analogues. Il représente le latin sanitas, dérivé de sanus ‘sain’. Il en a le sens positif quand on lève son verre en criant « Santé ! », ou quand à l’occasion des vœux de nouvel an on souhaite à ses amis toutes sortes de bonnes choses « …et surtout la santé ! ». Le sens est plus neutre quand on parle d’un ‘état de santé’. Mais quand à une personne mal en point on dit « Et votre santé ? » ou quand sur la devanture d’un magasin on lit « Fermé pour raison de santé », c’est de maladie qu’il est question. Même dérive sémantique que pour valetudo.

Une dérive sémantique analogue va peut-être nous apparaître en étudiant en russe la racine бол- bol-.

Dans une série de mots, dont certains sont bien connus, cette racine exprime l’idée de grandeur : большой bol’šoï ‘grand’ (qui ne connaît le Bolchoï, le grand théâtre de Moscou ?) ; большевик bol’ševik ‘bolchevik’ (au sens premier ‘majoritaire’), etc.

Or dans une autre série de mots russes, бол- exprime l’idée de souffrir : боль bol’ ‘douleur’, болеть bolet’ ‘souffrir’, etc.

En russe contemporain il y a bien sûr simple homonymie entre бол- ‘grandeur’ et бол- ‘souffrir’. Mais, historiquement, on peut se demander s’il n’y a pas une parenté étymologique entre les deux.

La question a été étudiée par Éric Dieu dans un article sur «L’étymologie du comparatif vieux-slave болии boljii »[8]. Ce comparatif signifie ‘plus grand’. Il se rattache, bien entendu, au groupe de большой bol’šoï ‘grand’, etc.

L’auteur montre la fragilité de l’étymologie qu’on en donne habituellement, qui est le rapprochement avec le sanscrit bálam ‘force’, et propose, de façon plus convaincante, « une parenté de болии boljii avec les formes grecques et arméniennes issues de la racine *h3bhel- ‘augmenter, accroître’, à savoir la famille de gr. ὀφέλλω ‘augmenter, accroître, faire grossir, faire prospérer’… » (p. 262).

Se pose le problème de son vocalisme o. Du point de vue formel, celui-ci s’expliquerait bien, dit l’auteur, par une adéquation du vocalisme de cette forme à celui du verbe dont nous avons vu plus haut la forme actuelle : болеть bolet’ ‘souffrir’, « qui se présente pour la forme comme un ancien parfait (dans lequel le vocalisme o est la norme[9]), et qui en constituerait l’assise verbale. » (p.268).

Encore faut-il que le groupe de болеть bolet’ ‘souffrir’ soit un rameau de celui de большой bol’šoï ‘grand’. On se demande quelle évolution séman­tique lui a fait prendre ce sens de ‘souffrir’ « et rien dans les textes ne nous laisse entrevoir quelle pourrait être l’origine de ce sens » (p. 269)[10].

« On a parfois pensé à un tabou euphémistique[11], par lequel le verbe signifiant ‘être malade’ serait issu d’un sens positif… Cette idée de tabou n’emporte pas la conviction. » (p. 269).

Éric Dieu suggère une autre hypothèse dans les pages 271 et suivantes de son article : le sens de ‘grand’ dériverait vers un sens péjoratif en passant par celui de ‘trop grand, excessif’. Le verbe болеть bolet’ aurait pu évoluer ainsi, « en partant de l’idée d’abondance, d’où de surabondance, d’excès, et en passant de là à celle de mal, puis, par spécialisation, à celle de maladie. » L’auteur indique des parallèles typologiques, comme nos expressions ‘c’est un comble’, ou ‘ça dépasse les bornes’, etc…

Sur ce point nous suivrons un autre chemin, car, si de tels glissements sémantiques existent, en ce qui concerne bol- on constate plutôt, à partir du sens de ‘grand’, des passages à une valeur méliorative. Nous tirons parti, ici, d’indications données par le même auteur dans sa thèse. En serbo-croate et en slovène le comparatif de l’adjectif signifiant ‘bon’ est formé sur ce thème bol-. De plus, « en vieux slave, болии boljii est fréquemment employé… en un sens proche de celui de ‘meilleur’[12]. »

Faut-il, à partir de cela, revenir à l’explication par un redoutable tabou linguistique ? Nous pensons plutôt, du fait qu’on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu, comme dit le proverbe, que le verbe болеть bolet’ a dû suivre une évolution comparable à celle, que nous avons vue plus haut, du mot santé : en rendant visite à un malade, on ne lui dit pas : « Et votre maladie ? » ; on lui dit : « Et votre santé ? » ou « Est-ce que vous allez mieux ? ». Par son association, établie par l’usage, à de tels contextes situationnels, le mot en vient à signifier allusivement la maladie. La différence est que pour болеть bolet’ on n’a pas d’attestation du sens positif qui serait le sens le plus ancien, et qui aurait été complètement gommé : mais n’avons-nous pas remarqué la même chose pour le latin valetudinarius ?

Il m’est arrivé d’être hospitalisé quelques semaines. Tous les matins passait une infirmière qui posait les questions rituelles, demandant si on a bien dormi, si on souffre, etc. L’une des infirmières était d’origine russe. Remarquant que j’avais apporté un manuel de russe, elle me posait ces questions en cette langue, me disant : « болете bolet’e ‘vous souffrez’?[13] »

Alors je me suis mis à imaginer qu’il y a des siècles cette formule signifiait ‘vous allez bien ?’ ou ‘vous allez mieux ?’, et qu’à force d’être tout spécialement associée à de telles situations elle a évolué vers le sens actuel. Les parallèles que nous avons vus en français et en latin invitent à le penser.

On peut concevoir une évolution semblable pour νόσος, sur la racine *nes-, dont le sens de base est ‘sauver’, avec, ici également, effacement de toute trace d’un sens ancien qui serait celui de ‘sauver de la maladie, ramener à la santé’. Cette racine a bien eu cet emploi. On le trouve en germanique : on a en gotique gánisan ‘être guéri, sauvé’ (allemand genesen).

Nous n’en trouvons pas trace en ce qui concerne νόσος. Il se serait complètement effacé, tout comme s’est effacée dans valetudinarius l’idée originelle de santé.

Y a-t-il des parallèles dans d’autres langues ? Que nos lecteurs, s’ils en connaissent, nous le fassent savoir.

  1. La phonétique.

Nous allons commencer ici par un excursus.

Voyons l’Introduction du Dictionnaire de Dauzat[14]. En page XI, il nous présente un aspect de la phonétique historique du français : « La langue a réagi contre diverses évolutions. Les forces conservatrices, représentées par le barreau, les grammairiens… s’efforcent d’en enrayer un certain nombre. »  Dauzat donne comme exemple le passage à é du wé issu du e fermé accentué (ainsi dans monnaie). Cela s’est produit au XIVe siècle. Mais la prononciation wé a presque partout été volontairement restaurée ou maintenue, sous l’influence des couches supérieures de la société, et a subsisté jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Nous voyons par là comment des phénomènes socio-linguistiques contrarient le jeu de la phonétique.

Nous avons en grec un bel exemple d’enraiement de l’évolution phonétique sous l’effet de forces conservatrices, à propos de la prononciation du η. On signale souvent que, dès l’époque classique, on observe la tendance du η à passer à la prononciation i. Les fameuses ardoises de l’Académie sont remarquables sur ce point. Il s’agit de seize plaques de schiste où des écoliers athéniens ont fait des exercices d’écriture. On les date de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. On remarque des mots où ils ont écrit I au lieu de H : ΑΘΙΝΑ, ΑΡIΣ, ΔΙΜΟΣ au lieu de ΑΘΗΝΑ, ΑΡΗΣ, ΔΗΜΟΣ. Cela révèle une prononciation populaire. Les processus phonologiques étaient en place au cœur de la langue pour le passage à i. Ils commençaient à se manifester, mais la norme sociale a mis le holà et leur a opposé un coup d’arrêt. Le dossier a été bien analysé par Claude Brixhe[15].

Ce phénomène d’enraiement du jeu de la phonétique, avec préservation d’un état ancien sous l’effet de facteurs sociaux, peut concerner non pas un phonème maintenu sous l’influence des classes dominantes, il peut aussi concerner un mot, et être le fait de divers groupes sociaux.

Ainsi, pour le nom du porc, nous avons en grec ὗς et σῦς ; cette dernière forme, tout comme le latin sus, représente le prototype indo-européen *sûs. La forme grecque régulière est ὗς, la sifflante initiale étant devenue un souffle noté par l’esprit rude. Dans σῦς nous avons le maintien irrégulier de cette sifflante. On peut penser ici à un facteur socio-linguistique : dans des milieux ruraux on avait toute la journée maintes et maintes occasions de parler du porc, et de prononcer le mot σῦς ; dans cette incessante pragmatique du cochon, le mot se maintenait sous cette forme[16]. En outre ces milieux, plus ou moins à l’écart des évolutions de la société, en ces temps étrangers aux unifications médiatiques actuelles, étaient souvent conser­vateurs de choses anciennes. Les dictionnaires étymologiques, ne prenant pas en compte ces phénomènes d’enraiement et de conservation, se perdent en supputa­tions sur l’origine de σῦς.

Des étymologies s’éclairent quand on admet ces phénomènes de conservation par enraiement des mécanismes phonétiques réguliers, même si on ne voit pas toujours quelles circonstances en sont la cause.

Prenons le cas de νίσομαι ‘revenir’ (avec -ί- long), apparenté à νέομαι (même sens), à νόστος ‘retour’, etc. Ces mots appartiennent à notre racine *nes-. On a proposé de faire venir ce verbe νίσομαι de *νί-νσ-ομαι : formation thématique de type τίκτω, γίγνομαι, avec redoublement en i, et degré zéro de la racine. Cet étymon est morphologiquement et sémantiquement parfait, mais la phonétique semble poser une difficulté insurmontable : le traitement ancien d’un -νσ- intervocalique est la chute du -σ- et l’allongement de la voyelle précédente[17]; on aurait donc *νί-ν-ομαι avec -ί- long. Mais le traitement récent est la chute du -ν-, toujours avec allongement de la voyelle précédente[18].

Consultons la Grammaire homérique de Chantraine, tome I. En pages 171 et 313, pour raisons phonétiques, il écarte, quoique de façon un peu dubitative, l’hypothèse *νί-νσ-ομαι, en renvoyant à un article de Meillet qui propose de poser un verbe sigmatique *n°s-so- . Mais que serait cette structure ? Un étrange désidératif sur degré zéro, avec point vocalique de timbre i ? En outre, cela donnerait un i bref[19]. Continuons à consulter la Grammaire homérique de Chantraine : en page 440, note 2, il en vient à songer pour νίσομαι à un traitement récent de *νί-νσ-ομαι. Sans doute a-t-il, dans cette note, écouté son intuition[20]. Prolongeons-la en ajoutant que si l’on admet qu’un certain facteur social a pu, enrayant la phonétique, conserver *νί-νσ-ομαι jusqu’à l’époque où a fonctionné le traitement récent du groupe -νσ-, le problème est résolu.

On peut tenter de comprendre quel fut ce facteur social. Le verbe νίσομαι est un mot poétique, étranger au vocabulaire courant, et venant du vocabulaire épique. Les aèdes, dans leur monde à part où s’effectuait la transmission de l’épopée, dans la répétition et la vénération du modèle oral offert par les maîtres, ont pu conserver longtemps le mot sous sa forme la plus ancienne. Le processus a même pu avoir lieu du temps où se constituait la langue épique.

Revenons à l’étymon *noswos que nous proposons. Le traitement régulier de -sw- avec –s- primaire (durant ce que nous avons appelé ‘Époque I’) devait le faire aboutir à *νοῦος, qui, si on se place dans notre hypothèse, doit avoir existé.

Admettons que *noswos ait pu se conserver durant cette ‘Époque I’, ait pu survivre jusqu’à l’arrivée de ce que nous avons appelé ‘Époque II’, et que se soit alors relâché l’enraiement qui en assurait la conservation. Alors cette forme sera traitée selon les lois phonétiques de cette ‘Époque II’: son -sw- sera traité de la même façon que celui, avec -s- secondaire, du FισFος que nous avons vu : effacement du F, d’où νόσος.

Mais de quel milieu social peut venir cet enraiement conservateur ? Ce ne peut être que de milieux où il est beaucoup question de νόσος, de santé, de maladie, de guérison. On peut songer à des pratiques et à des formules rituelles dans les temples d’Asclépios. L’origine de ces institutions guérisseuses remonte à la nuit des temps. Remonte également à la nuit des temps la pratique médicale, où il est sans arrêt question de νόσος. Ce sont là des contextes où l’on parle de guérison dans une ambiance de maladie.

Et qu’a-t-il pu advenir de *νοῦος, aboutissement régulier de notre hypothétique étymon *noswos ? Phonétiquement, c’est *nōos, avec une suite en hiatus de deux o fermés : le résultat serait, par contraction, un *νοῦς qui se confondrait avec le νοῦς < νόος signifiant ‘l’esprit’. Le mot ne serait pas viable.

  1. Une autre voie ?

Une autre voie est possible pour expliquer cette déviation par rapport à la phonétique grecque normale que serait *noswos > νόσος. Le mot pourrait venir d’un parler indo-européen de substrat, voisin du grec, mais dont le fonctionnement phonétique ne serait pas exactement celui du grec. Nous songeons ici à ce qui a été appelé ‘préhellénique B’ : une langue … « qui est décelée par la présence, en grec, d’un vocabulaire indo-européen, mais dont les formes ne correspondent pas à l’évolution phonétique connue du grec.[21]»

Mais nous songeons aussi, et surtout, aux recherches en cours et partiellement publiées de Romain Garnier et Benoît Sagot. Pour ces chercheurs, de façon plus vraisemblable, il ne s’agit plus d’une langue préhellénique indo-européenne de substrat, mais de plusieurs langues de cette nature. Dans un article récent, ils se sont efforcés d’identifier l’une d’elles[22].

  1. Conclusion.

Michel Lejeune avait posé pour νόσος un *noswos à s secondaire (< dentale + s). La phonétique grecque était sauve, mais aucune étymologie n’était en vue. Nous proposons un *noswos à -s- primaire, ce qui ouvre la voie à une étymologie morphologiquement valable et sémantiquement plausible, mais soulève un problème phonétique qu’on peut envisager de résoudre par l’une ou l’autre des deux voies que nous venons d’indiquer.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

[1] F note le digamma qui se prononçait w.

[2] Cf. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 130, pages 135-136.

[3] Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 131, p. 136

[4] Nous retrouvons ce *νοσFος dans le Dictionnaire grec-français de Magnien et Lacroix.

[5] Dans νοῦσος comme dans ἶσος, il n’est pas sûr que l’allongement soit de nature phonétique : il doit plutôt être dû à la nécessité de sauvegarder le rythme du vers épique après la disparition du F. Chez Hérodote, qui emploie toujours le verbe correspondant sous la forme νοσέω, la forme νοῦσος peut être considérée comme un homérisme.

[6] Νous avons, dans deux articles, rattaché en outre à cette racine :

— νόσφι ‘à l’écart’ (ce qu’on met ‘de côté’, c’est pour l’épargner, le sauver). Cet article, paru en janvier 2002 dans le numéro 90 de ‘Connaissance hellénique’, formule papier, est consultable sur :

https://www.academia.edu/19249300/An_etymology_for_νόσφι_far_from_away_from_apart_from_

— ὁ νοῦς < νόος ‘l’esprit’ qui fait qu’on échappe à toutes les embûches. Article paru en novembre 2012 sur notre λύχνος en ligne, et consultable sur : http://ch.hypotheses.org/626.

[7] Cf. la notice μόνος dans le Supplément au dictionnaire de Chantraine.

[8] Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2008, fasc. I, p. 255-282.

[9] Cf. en grec les parfaits actifs à vocalisme o : λέλοιπα, de λείπω, ‘laisser’, etc.

[10] L’adverbe больно bol’no ‘douloureusement’ peut prendre familièrement la valeur de ‘extrêmement’. On a voulu y voir la survivance d’un sens ancien de ‘grandement’. Ainsi dans Serguei Sakhno, Dictionnaire russe-français d’étymologie comparée (Paris 2001), p. 44-45. Mieux vaut sans doute y voir le même glissement sémantique que dans les emplois superlatifs familiers de furieusement, terriblement, vachement, diablement

[11] Ce tabou, dit aussi tabou linguistique est ce qui fait que, par exemple, on évite de prononcer le nom d’une divinité par crainte de mettre en jeu des forces redoutables. Nous avons effleuré la question dans un article sur l’étymologie de ἡ μῆνις, ‘la colère’, à consulter sur :

https://www.academia.edu/10621754/An_etymology_for_une_étymologie_pour_ἡ_μῆνις_anger_la_colère_

[12] Éric Dieu, Le supplétisme dans les formes de gradation en grec ancien et dans les langues indo-européennes (Genève 2011), page 338.

[13] Rassurez-vous, cher lecteur, ma réponse était niet.

[14] Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris 1938. Introduction, p. XI.

[15] Claude Brixhe, Les ‘ardoises’ de l’Académie, histoire exemplaire d’un dossier délicat, dans PHILOKYPROS, Mélanges de philosophie et d’antiquités grecques et proche-orientales dédiés à la mémoire d’Olivier Masson, Universidad de Salamanca, 2000.

[16] Dans la morphologie également, on voit le rôle de la répétition dans le freinage de l’évolution linguistique. Les verbes irréguliers qui ont gardé une structure archaïque comme l’alternance vocalique (λείπω/ἔλιπον/λέλοιπα) sont des verbes très usités. Ceux qui ont gardé la structure la plus archaïque, le supplétisme, formation des divers thèmes d’un même verbe sur des radicaux différents (λέγω/εἶπον/εἴρηκα) sont extrêmement usités.

[17] Cf. Lejeune, Phonétique, §123, p. 128.

[18] Cf. Lejeune, Phonétique, §124, p. 129.

[19] Nous laisserons de côté les autres hypothèses, qui ne sont pas plus satisfaisantes.

[20] Mais dans son dictionnaire il n’en parle plus.

[21] Bernard Sergent, Les Indo-Européens, histoire, langues, mythes (Paris 1995), page 141.

[22] Romain Garnier et Benoît Sagot « A Shared Substratum between Greek and Italic », in Indogermanische Forschungen 122/1, 2017, 29-60.