Archives par mot-clé : Macron Macrone

Paul Challobos : Que signifie le nom de « Macron » ?

Salut à toi, Macron !

 

Coupe du peintre Macron : Achille gardant le corps d’Hector. Tondo d’une coupe attique à figures rouges, v. 490–480 av. J.-C. Musée du Louvre (wikicommons)

 

Connaissez-vous ce petit poème parodique de l’Anthologie palatine (11,95), du poète Lucilius, contemporain de Néron, sur un certain Macron, dont je laisse le lecteur juge de l’actualité ?

« Une souris trouva le petit Macron, un été, endormi,

et par son petit pied, elle le tira dans un trou.

Mais lui, dans le trou, de ses mains nues, étouffa la souris

Et dit : ‘Zeus, mon père, je suis ton nouvel Héraclès’. »

Τὸν μικρὸν Μάκρονα θέρους κοιμώμενον εὑρὼν

εἰς τρώγλην μικροῦ τοῦ ποδὸς εἰλκυσε μῦς

ὃς δ῾ἐν τῇ τρώγλῃ ψίλος τὸν μῦν ἀποπνίξας

Ζεῦ πάτερ, εἶπεν, ἔχεις δεύτερον Ἡρακλέα.

Comme je lisais ce poème, il m’est soudain venu une révélation. Je m’étais amusé à caricaturer le candidat ( ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article huit) et soudain, j’ai vécu ce qu’avait vécu le poète grec Stésichore après avoir calomnié la belle Hélène : Hélène lui apparut et il comprit que s’il persistait dans cette voie-là, il deviendrait aveugle comme Homère. En conséquence de quoi, Stésichore se dédit dans ce qui devint dès lors la palinodie, ou l’art de se contredire.

J’ai compris que je faisais fausse route et que le nom de Macron était poétiquement grec, car il existe des étymologies réelles et des étymologies poétiques, comme celle du verbe connaître qui vient en réalité du latin cognoscere. Mais Victor Hugo l’associe poétiquement à naître : « dans connaître, il y a naître » (Carnets intimes). L’étymologie réelle de Macron vient du verbe néerlandais maken, « faire », ou makeln « faire des affaires », voire de drôles d’affaires comme le font les maquereaux [1]. Mais je ne sais quel dieu ou quelle Muse me souffle de lui donner une étymologie grecque, celui de Μάκρων [Makron], « le grand » ou  «l’homme à la tête longue» :

 

PALINODIA SPERANZOSA

 

Salut à toi, Makron, « l’homme à la longue tête »,

Qui vainquis les Hammons, Mellanchons et Phillons,

Puis sous l’urne écrasas la pâle et blonde Bête,

Viens, et mérite enfin qu’à toi nous nous fiions !

 

Fais oublier Najath, l’inculte midinette

Rêvant, comme Pol Pot, d’enseignants aux sillons,

Qui mina les accès aux flancs purs de l’Hymette

Et des Humanités priva nos oisillons.

 

Le « grec pour tous », Ulysse, est le grec pour personne.

Foin du discours menteur qui chaque fois résonne !

Y mettras-tu donc fin, l’oseras-tu, Makron ?

 

Que fleurissent cent fleurs : d’accord, mais sur le Pinde,

Que l’alcyon des mers nous vienne, et non la dinde,

Et qu’Athéna bientôt sorte de ton grand front !

 

COLAPHUS BALLO (Κολάφους βάλλω),

alias PAUL CHALLOBOS

[1] Voir A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 2010, p. 1268, et aussi le site : http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/macron-emmanuel/