Archives par mot-clé : Les nuits blanches de Pythéas le Marseillais

Christian Boudignon a lu pour vous « Le nuits blanches de Pythéas le Marseillais », de François Herbaux.

 

« C’est de la folie d’entreprendre un tel voyage, Pythéas ! »

 

Couverture du roman
Couverture du roman

 

François Herbaux, Les nuits blanches de Pythéas le Marseillais, Mémoires millénaires, Saint-Laurent-du-Var, 2016, 512 p., 22 euros

François Herbaux récidive. Après sa belle enquête historique sur Pythéas, le découvreur de la Grande Bretagne et de Thulé au IVe siècle avant J.-C. (Puisque la Terre est ronde, Paris, 2008), il se lance dans un roman sur le même Pythéas et son œuvre, perdue, retrouvée et reperdue. A trois époques différentes, un rival, une secte ou un professeur fou s’acharnent sur le livre « De l’Océan » du grand astronome explorateur…

Je dirai d’abord que l’on trouve la même qualité de ce style très fluide et agréable qui faisait la beauté du précédent livre. C’est une langue  belle, simple, équilibrée (surtout si on la compare à celle si hachée du dernier roman de Houellebecq). Prenons un exemple :

“Parmi les personnalités qui suivaient les magistrats, Pythéas reconnut Démétria. Elle cheminait à part, avec les femmes de la noblesse qu’elle dominait de sa haute silhouette animée d’une joyeuse démarche. Elle croisa, de loin, le regard du héros du jour et son visage s’illumina d’un merveilleux sourire. Lorsqu’il passa près d’elle à la cérémonie du temple, elle lui posa la main sur l’avant-bras qu’elle serra très fort.” (p. 169)

On ne peut pas s’empêcher de penser à Nausicaa qui dans l’Odyssée domine d’une tête, comme une déesse, ses compagnes. Et ce geste d’une ambiguïté toute féminine de prendre le bras est caractéristique des histoires d’amour très fleur bleue du roman…

Ce roman bien écrit est en même temps parfaitement documenté. Il bénéficie de tout le savoir accumulé dans le précédent livre et de la relecture attentive du grand spécialiste des papyrus antiques, Daniel Delattre[1]. On se plonge dans le quatrième siècle marseillais comme si l’on y était ! Les Celtes sauvages, les esclaves, les querelles de pouvoir, on s’y croit. A la différence d’autres romans sur Pythéas, l’auteur se concentre ici sur les intrigues qui ont précédé son expédition vers le grand Nord et le soleil de minuit qu’il n’évoque qu’à la fin du roman.

Enfin, ce roman est un roman très moderne, une sorte de thriller scientifique. C’est du Dan Brown marseillais, a-t-on dit. Il y a trois histoires en une : celle de Pythéas au IVe siècle avant J.-C., celle de Denys au IIe siècle après J.-C., enfin celle du journaliste Fabien aujourd’hui. L’auteur se délecte des guéguerres entre savants qui font l’essentiel de l’intrigue. Il réussit à créer une belle caricature de “mandarin” universitaire à travers le personnage du professeur Chavelle, plus vrai que nature (quasiment aussi réussi que l’universitaire de Soumission de  Houellebecq).

Mais le cheval de bataille de l’auteur, c’est l’athéisme. J’ai ressenti une certaine lassitude de voir que Pythéas, Denys et Fabien partagent ce même athéisme quelque peu sectaire. Je n’y ai pas trouvé la même jubilation que celle d’un Lucien de Samosate quand il se moque des philosophes ou des dieux…

Enfin, on se perd parfois entre les trois intrigues, surtout si on le lit au lit avant de dormir (tout un programme, pour des Nuits blanches !) Le lecteur un peu paresseux pourrait parfaitement lire en continu les trois histoires à la suite, en enchaînant les chapitres 1, 4, 7, 10 etc. pour Pythéas, 2, 5, 8, 11 etc. pour Denys, et 3, 6, 9, 12 etc. pour Fabien.

Mais ces critiques n’enlèvent rien de la qualité de ce roman qui se boit comme du petit lait…

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien

à l’Université d’Aix-Marseille.

[1] Ma contribution est plus modeste. A la page 144, on trouve le texte que j’ai traduit en grec d’un papyrus imaginaire.