Archives par mot-clé : histoire de connaissance hellénique

J.V. Vernhes : « L’expérience de Connaissance hellénique » (archive mai 1977)

★ ARCHIVE ★  n° 1, mai 1977 ★

HISTOIRE D’UNE EXPÉRIENCE

[ A l’occasion des quarante ans, nous publions cet article de J.V. Vernhes qui ouvrait le premier Bulletin de l’Association Connaissance hellénique, n° 1, mai 1977. Il a été gracieusement numérisé par Dominique Blanc]

L’Académie de Platon, mosaïque de Pompeï,  Villa of T. Siminius Stephanus, premier siècle ap. J.-C. (wikicommons)

En novembre 1975, j’ai proposé à la Presse le communiqué suivant : « Dans un esprit d’Université ouverte, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence offrent un service bénévole de corrections par correspondance à quiconque désire consacrer des loisirs à s’initier au grec ancien. Les personnes intéressées sont invitées à écrire à Jean-Victor VERNHES (Faculté des Lettres, 13621 AIX-EN-PROVENCE), en joignant une enveloppe timbrée à leur adresse. » Parue en entrefilets dans Le Monde, Le Figaro, Archeologia et Question de, cette information a suscité plus de cent cinquante demandes : un public insolite, passionné et passionnant, allant de l’instituteur au pilote de ligne, en passant par le cultivateur, le médecin, le psychanalyste, avec un bon nombre de retraités. Je lançais les demandeurs dans l’étude de mon Initiation au grec ancien, que j’avais publiée chez Ophrys en songeant à la commodité de ceux qui travaillent seuls.

Une vingtaine d’entre eux ont persévéré, m’adressant de temps en temps, chacun selon son rythme propre (tous les dix jours, toutes les trois semaines, tous les mois…) de exercices grecs élémentaires. Quelques-uns ont progressé rapidement et, après avoir achevé le manuel d’initiation, ont accédé au cours supérieur organisé par Albert MACHIN.

En septembre 1976, en liaison avec le Centre de Formation Continue et d’Éduca­tion Permanente, j’ai de nouveau proposé mes communiqués à la Presse, en y joignant un bref compte-rendu de l’expérience. Cette fois le retentissement a dépassé mon attente. Un article de Danièle GRANET a paru dans l’Express ; d’autres, plus sommaires, dans Femmes d’aujourd’hui et dans Notre Temps. En quelques mois, nous avons reçu plus de mille demandes de formation ; il y a eu plus de cinq cents inscriptions. L’éventail s’élargit : des ingénieurs, des employés de banque, des libraires, des hôtesses de l’air (au pluriel !), des antiquaires, des artistes, etc. Cela réalise en petit ce qui, réalisé en grand, serait une heureuse mutation de notre vie culturelle : le savoir largement partagé, au lieu de rester canalisé dans les circuits conçus par l’administration, les nécessaires médiations étant assurées par la Presse. Que le pouvoir de celle-ci est redoutable ! Si nos communiqués avaient été négligés par la totalité des soixante publications qui en étaient destinataires, notre tentative était tuée dans l’œuf ou condamnée à rechercher des cheminements underground !

De nombreuses collaborations amicales se sont offertes pour accueillir toutes ces demandes. Une équipe d’une trentaine de correcteurs bénévoles s’est formée et a pu faire face à l’événement ; il ne s’agit pas seulement d’enseignants ou d’étudiants de grec : l’un de ces correcteurs est un des élèves que l’an dernier nous avons initié au grec par correspondance, et dont les progrès ont été particulièrement rapides ; il s’agit d’un diplomate ! Combattue dans l’enseignement officiel, la culture grecque va-t-elle se diffuser par des voies entièrement nouvelles ?

En décembre 1976 s’est constituée l’association culturelle « Connaissance hellé­nique ». Son but : offrir au plus large public l’accès aux études grecques. Elle regroupe ceux qui désirent s’initier au grec ancien et ceux qui s’offrent à les y aider. Comité de patronage : Jacques LACARRIÈRE, écrivain ; Frédéric LIONEL, écrivain ; Mme Jacqueline DE ROMILLY, professeur au Collège de France, membre de l’Institut ; Paul VEYNE, professeur au Collège de France.

Les associations pour l’étude des langues anciennes sont généralement des associations de professeurs ; la nôtre a ceci d’original qu’elle intéresse l’ensemble du public et que les enseignants y sont une minorité.

Diverses possibilités non scolaires s’offrent à qui veut étudier la langue de Goethe ou celle de Tolstoï. Mais pour celle de Platon ? Pourtant, la preuve en est faite, la demande potentielle est forte. C’est l’offre qui laisse encore à désirer. On a beaucoup fait, et on fait beaucoup pour maintenir l’offre du grec en quatrième et en seconde, malgré les difficultés administratives, et pour en maintenir la demande, malgré les réticences et le manque d’information des parents. Ces efforts sont excellents. Mais pourquoi ne pas répondre aussi à la demande existante, celle qui est diffuse dans l’ensemble du public, par une offre que nous pouvons organiser sans entraves ? Beaucoup me disent avoir tenté seuls l’étude du grec, mais avoir rapidement renoncé, à cause de leur isolement, ou parce que les manuels sont le plus souvent exclusivement en vue du travail de classe. La création de notre Association répond vraiment à un besoin.

Notre action aura d’ailleurs des conséquences heureuses sur les choix scolaires. Je ne fais qu’effleurer ce problème, car il est statutairement hors de nos compétences. On construit sur du sable si on veut faire survivre les classes de grec en « se battant » à coups de circulaires ou en développant des arguments en faveur de cette étude, sans travailler aussi à assurer la présence de l’étude de la LANGUE grecque dans notre vie culturelle. C’est à cette présence culturelle que nous travaillons.

            Quel est notre programme d’action ?

  1. D’abord développer le service d’initiation par correspondance que nous organisons en liaison avec la Formation Permanente.

Voici comment il fonctionne actuellement. À tous ceux qui s’adressent à nous pour une demande de formation nous envoyons quelques feuilles polycopiées donnant des indications générales (références du manuel, éclaircissement sur la première leçon) et comportant une fiche d’inscription en double exemplaire – un exemplaire à retourner au siège social de l’Association, un exemplaire à envoyer avec les premiers exercices au correcteur indiqué. Ceux qui nous retournent la fiche d’inscription reçoivent une série de polycopiés destinés à les guider dans l’étude du manuel jusqu’à la quatorzième leçon, ainsi que la proposition d’adhérer à l’Association. Cette adhésion n’est pas obligatoire pour l’inscription au cours. Des attestations de la Formation Continue sont délivrées à ceux qui suivent cet enseignement.

Avec Ivan ILLICH, qui analyse « le style éducatif d’une contre-culture en voie d’apparition », nous souhaitons que le rapport de l’enseignant et de l’enseigné ne soit pas celui « d’un fournisseur et d’un consommateur », mais que se constitue « un réseau souple, un tissu vivant où chaque personne désireuse de s’instruire serait à même de trouver les contacts nécessaires, de participer à sa propre croissance ». Nous souhaitons que l’élaboration de notre pédagogie ne résulte pas simplement d’une observation de l’enseigné par l’enseignant, mais que chacun de nos correspondants, par ses remarques et ses suggestions, participe à sa propre croissance, travaille avec nous à parfaire l’outil pédagogique, en ce qui concerne surtout les polycopiés explicatifs, qui devraient, par remaniements successifs, devenir une sorte de guide de l’autodidacte.

Le mouvement d’intérêt pour l’étude du grec va s’amplifier, pourvu que des hellénistes en nombre suffisant (professeurs de Lettres classiques, en activité ou en retraite, étudiants avancés, etc.) acceptent de s’intéresser chacun à un PETIT NOMBRE, car je sais à quel point chacun est pris par ses diverses activités. Il ne s’agit pas de distribuer des paquets de copies ! Je songe en particulier à ce que pourrait être l’apport de retraités. Ils pourraient participer à l’oxygénation culturelle de la société. Ce serait sympathique.

  1. Il serait souhaitable que nos adhérents entrent en relation entre eux. Pour cela nous établissons un annuaire, avec leurs noms, adresses et éventuellement numéros de téléphone. Ici encore nous rejoignons Ivan ILLICH, qui préconise « une sorte de réseau de communications culturelles que tout le monde pourrait utiliser, afin que ceux qui s’intéressent à une question particulière puissent entrer en rapport avec d’autres personnes qui manifestent, pour l’heure, le même intérêt. » C’est un réseau de ce genre que nous avons entrepris de constituer en ce qui concerne le grec !
  2. Enfin il faudrait créer un bulletin de culture grecque. Il est des revues pour le public intéressé par l’histoire, la géographie, la psychologie, l’art, l’archéologie, la physique, la biologie, la pensée orientale… Il n’y a rien pour le public intéressé par la culture grecque. Ce public est pourtant vaste. Les seules publications consacrées à la Grèce sont celles de haut niveau, qui servent de trait d’union entre les spécialistes.

On aimerait que certains de ces spécialistes acceptent de parler au public aussi de leurs recherches et de leurs découvertes, en phrases lisibles. Ce serait là tout autre chose que la banale vulgarisation d’un savoir tout fait. La liaison entre l’enseignement et la recherche est déjà bien développée. Celle entre le chercheur et le public l’est beaucoup moins.

On aimerait aussi que tous ceux qui ont réfléchi à tel ou tel aspect de la Grèce se mettent à s’exprimer, même et surtout s’ils ne sont pas des hellénistes patentés. Nus donnerions avec joie la parole dans notre bulletin à un médecin lecteur d’Hippocrate, à un homme de théâtre ami de Sophocle, à un psychanalyste intéressé par l’interprétation de la mythologie, à un juriste qui aurait étudié le droit antique…

Ce bulletin existera si on nous fait parvenir des projets d’articles (courts, de préférence : maximum cinq ou six pages).

 

L’Association « Connaissance hellénique » est, soulignons-le bien, une association culturelle à but non lucratif régie par la loi de 1901. Nos membres actifs sont des bénévoles dont la motivation est le goût de ce type d’action culturelle.

Il va de soi que l’action culturelle bénévole a son rôle spécifique à jouer, et ne saurait se substituer aux services qui sont (ou devraient être) assurés par les établissements d’enseignement secondaire ou supérieur. Nous ne pouvons que répondre négativement aux professeurs de Lettres qui, dans l’impossibilité de faire ouvrir une classe de grec, nous demandent de prendre en charge les élèves intéressés. En revanche nous leur communiquons volontiers nos polycopiés pédagogiques. Agir autrement serait d’ailleurs entraver les efforts de ceux qui s’efforcent de maintenir ou de créer des classes de grec.

 

Maintenant je m’adresse à tous les hellénistes pour leur demander s’ils sont d’accord pour collaborer avec nous :

– en prenant en charge par correspondance quelques débutants ?

– en acceptant d’entrer en relation avec ceux de nos adhérents qui habitent leur région ? Dans ce cas, nous indiquerons leur adresse (avec éventuellement leur numéro de téléphone) dans l’annuaire de l’Association.

Il est d’autres façons de collaborer avec nous. Vous pouvez, par exemple, nous proposer des articles pour ce bulletin, ou nous adresser des suggestions, des matériaux pour la pédagogie du grec, des documents photographiques… Il faudrait dresser une bibliographie commentée pour l’initiation à la civilisation et à la pensée grecques, des origines à nos jours ; le mieux sur ce point serait que nous fassions la synthèse de projets multiples qui nous seraient présentés. Ce qyi serait particulièrement précieux serait que les usagers de mon Initiation au grec ancien me fassent part, avec le maximum de précision, de leurs critiques et propositions ; cela contribuerait à améliorer la prochaine édition et à réaliser le « guide de l’autodidacte » dont il a été question plus haut. Je signale, en passant, que la publication et la diffusion de ce manuel, à compte d’auteur, n’ont vraiment rien de lucratif ! Si vous ne désirez pas être membre actif de l’Association, vous pouvez y adhérer en tant que membre sympathisant (cotisation normale : 30 F ; membre donateur : 100 F).

Si nous le voulons bien, l’étude du grec peut avoir une place de choix dans les formes officielles de culture qui aujourd’hui se développent ou se cherchent.

Si nous le voulons bien…

Tous ceux qui désirent participer à notre action sont cordialement invités à se mettre en rapport avec nous.

Jean-Victor VERNHES

 

Voici quelques-unes des lettres que nous avons reçues :

 

(d’un psychanalyste parisien)

Il m’est particulièrement agréable de répondre avec empressement à l’encouragement que vous apportez en vue d’une initiation au grec ancien. Votre ouverture, comme toute rupture du signifié, me paraît élevée à l’espoir d’une promesse.

            Je me permets de vous faire connaître que je ne sais guère lire l’alphabet grec et vous demande donc de tenir compte de ce niveau zéro de connaissance dans l’appréciation de vos conseils pédagogiques.

            Veuillez mesurer à mon enthousiasme la gratitude que vous méritez et recevez l’assurance de ma sympathie et de mon appui dans ma participation à votre initiative.

***

            C’est avec surprise que j’ai lu dans le journal Le Figaro d’hier, lundi 12 janvier, cette extraordinaire annonce proposant de guider gratuitement les premiers pas de personnes qui désireraient prendre contact (si je puis dire) avec le grec ancien.

            À notre époque matérialiste de rendement maximum, de recherche du profit personnel, on n’est pas habitué à une telle sollicitude amoureuse à l’égard des Belles Lettres, à tel point que j’ai cru à un splendide canular d’étudiants de la Faculté des Lettres d’Aix. Avouerai-je que je balance encore ?

            La meilleure façon de savoir est de vous écrire. Voilà qui est fait.

            Je suis retraité, j’ai 67 ans, j’ai passé mon baccalauréat Latin-Sciences-Mathématiques il y a un demi-siècle et je dispose de loisirs que je pourrais consacrer au grec ancien, éventuellement.

            Quelle que soit la nature de votre offre, canular ou réelle proposition, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes sincères salutations. 

***

            Officier en retraite, pour m’occuper, j’ai commencé l’étude du grec – seul– depuis quelques semaines.

            Votre annonce, lue dans Le Figaro, m’offre l’occasion de bénéficier d’un service gratuit par correspondance et m’incite à proposer à vos correcteurs mes modestes travaux. 

*** 

            J’apprends à la lecture du dernier numéro d’Archeologia l’ouverture d’un cours de grec ancien par correspondance.

            Cette initiative répond pour moi à un désir latent depuis plusieurs années de m’initier à cette langue, sans trop savoir jusqu’ici comment m’y prendre.

            J’ai un bac latin-langues et deux certificats de licence (psychologie, morale et sociologie). J’ai 52 ans.

            Mon activité professionnelle (dans les services du personnel à la SNCF) me permet des loisirs de week-end que je consacre surtout à l’archéologie. Je pourrai consacrer un peu de temps chaque jour à cette initiation au grec.

***

            Le petit article paru dans Le Figaro sur la possibilité d’une initiation au grec ancien m’a vivement intéressée.

            J’ai toujours regretté de ne pas avoir étudié le grec au cours de mes études secondaires. J’ai poursuivi des études d’enseignement supérieur dans le Droit (j’ai trois D.E.S., Droit privé, Droit public, Histoire du Droit et Droit romain, et le diplôme technique de bibliothécaire…) et ces études n’ont fait qu’accroître le désir d’un contact avec la culture hellénique. C’est dire avec quelle joie je profiterais volontiers du service que vous organisez.

***

             Je serais très intéressé par vos cours par correspondance de grec ancien. Professeur agrégé de russe, j’ai commencé une thèse sur la poésie de O. Mandelstam, qui était lui-même un hellénisant passionné. J’aimerais le suivre dans ses lectures. Cela rejoindrait d’ailleurs un vieux rêve. Si je n’ai jamais regretté d’avoir choisi le russe en 2e langue, j’ai toujours déploré que ce choix m’ait coupé de l’étude du grec.

            Je n’aurai pas énormément de temps à consacrer à ces cours, mais je pense que je pourrais peut-être faire au moins un minimum.

***

(d’un professeur de médecine)

            J’ai lu avec intérêt dans L’Express n° 1319 la relation de vos efforts pour la promotion du grec ancien.

            Helléniste passionné du secondaire, je n’ai eu ni le temps ni les moyens jusqu’ici de repratiquer cette langue effectivement négligée actuellement.

            Je me suis toujours élevé contre l’obligation de coupler l’étude du grec à celle du latin. Ces deux langues sont pourtant totalement différentes, différence qui s’exprime essentiellement selon moi au niveau de la sensibilité individuelle. On peut fort bien détester le latin et se révéler en grec, ce fut mon cas.

            Depuis plusieurs années je rêve de me procurer le successeur du Bailly perdu, des Allard et autres Georgin pour me détendre intellectuellement quelques heures par semaine. Mais hélas j’ai fort peur d’avoir tout oublié.

            Votre initiative, très tardive, hélas, me séduit, et je vous demande de bien vouloir m’indiquer la procédure à suivre, les ouvrages à se procurer…

***

            La lecture de l’article « Le grec à la portée de tous » m’a rendu l’espérance. Je n’osais plus penser (66 ans) qu’il pourrait m’être encore donné de combler un vide que j’ai ressenti tout au long de ma vie d’homme. J’espère que les renseignements que vous voudrez bien m’adresser me permettront en effet de m’inscrire au nombre de vos élèves. Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

*** 

(d’un médecin de Villejuif)

Je lis dans L’Express du 18 octobre « Le grec à la portée de tous ». La méconnaissance du grec ancien m’a bien souvent posé des problèmes au cours de l’exercice de ma profession. Bien qu’en fin de carrière, j’aimerais bénéficier de votre enseignement et je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’inscrire au nombre de vos élèves…

***

            Attiré par un article paru dans L’Express du 18 octobre, qui révèle l’existence sous votre égide de cours de grec par correspondance, je me permets de vous écrire, tout d’abord pour louer votre initiative et le dévouement des personnes qui s’occupent de ces cours, et ensuite pour demander tous renseignements au sujet de l’inscription et du déroulement de l’apprentissage.

            J’aurais l’intention de m’inscrire à ces cours, qui me donnent l’occasion inattendue de découvrir une langue dont j’ai toujours déploré l’absence au lycée.

            J’ai 18 ans et suis en Terminale. J’ai fait du latin quatre ans avec intérêt. Mais j’aurais préféré étudier le grec. Hélas, rares sont les lycées actuellement qui offrent cette possibilité, la rentabilité des matières primant sur la vraie culture.

            Admiratif de votre initiative, je vous remercie d’avance de votre réponse et vous prie d’accepter l’expression de ma profonde sympathie (συμπάθεια).

*** 

            À la suite de l’article paru dans l’Express, je vous serais très obligée de bien vouloir me faire parvenir tous renseignements nécessaires sur l’enseignement du grec ancien.

            J’habite Paris, j’ai obtenu une maîtrise d’anglais et je suis hôtesse de l’air.

***

            J’ai lu un article… à propos du désir de plusieurs personnes de lire le grec ancien. Je suis dans ce cas car je m’intéresse beaucoup à la philosophie, la philosophie grecque et le vocabulaire en lui-même étant, à mon avis, une nécessité pour mieux saisir les différents philosophes qui y font constamment allusion.

            D’autre part je suis employé de commerce et mon travail ne me permet pas de suivre des cours dans un établissement. Aussi cet article m’a-t-il vivement intéressé. C’est pourquoi, bien que l’année scolaire soit avancée, je sollicite mon inscription à vos cours…

            [On peut s’y inscrire à n’importe quel moment de l’année scolaire !]

***

            Après quelques jours d’hésitation, je me décide à vous écrire. La projection d’À la recherche d’Ulysse à la télévision m’a poussé aujourd’hui, et si chacun de nous a son voyage, j’ai choisi le voyage intérieur Πρὸς τί ποτε ἄρα νῦν χρῶμαι τῇ ἐμαυτοῦ ψυχῇ ; (Marc-Aurèle, V, 11).

            Il y a un an, voulant assouvir l’ancien désir de ne pas m’éteindre sans avoir pu lire dans le texte une page des Pensées, je décidai de consacrer mon temps à l’étude du grec ancien. Je fus heureusement aiguillé vers votre livre par un marchand du boulevard Saint-Michel. Et j’ouvris le premier cahier.

            Quelques mois après (θαυμαστὰ ἐποίησε τύχη), un de mes voisins (et néanmoins ami) me remit l’article paru dans l’Express le 18 octobre 1976. Je voulais aussitôt m’adresser à vous, mais j’ai préféré attendre afin de m’assurer de ma persévérance (βουλεύσασθαι προσήκει πρὶν τούτου τοῦ ἔργου…).

            J’expédie, par ce courrier, ma demande d’inscription à votre cours par correspondance, ainsi qu’une photo d’identité… Professeur honoraire, me revoilà enchanté de retrouver ma place, après trente ans d’estrade, et d’être ἐπὶ τὸ πολὺ πέλαγος τετραμμένος τοῦ καλοῦ καὶ θεωρῶν (Platon, Banquet 210d), en espérant ne pas m’y noyer car je barbote allègrement dans les aoristes irréguliers de la 16e leçon. Et, si le lexique est la clé du grec, les serrures sont innombrables. Quant aux tours de clé ! Mais à 57 ans j’ai toute ma vie devant moi et comme la route est longue (μακροτάτη ἐστὶν ἡ εἰς τὴν ἀλήθειαν ὁδός), ne perdons pas de temps ! Aussi, tous les matins, pédalant dès l’aurore dans le bois de Vincennes, je récite la prière à Pan, Ὦ φίλε Πάν… Et après ἴωμεν… et déclinons !

            Je vous prie d’excuser ces citations pédantes, mais je n’ai pu résister au plaisir de les tracer.

            Que les dieux et les vents vous soient favorables.

***

Jean-Victor Vernhes : On a rencontré Socrate à Gardanne…

► NOUVELLE (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article trois)

Une étrange rencontre

 

Buste de Socrate, copie romaine d'un orignial grec du IVe siècle, Musée archéologique de Palerme, cliché W. Delgado, Wikicommons
Buste de Socrate, copie romaine d’un orignial grec du IVe siècle, Musée archéologique de Palerme, cliché W. Delgado, (Wikicommons)

 

[Cette nouvelle fantastique figurera sous une forme raccourcie en ouverture du prochain numéro collector pour les quarante ans de Connaissance Hellénique]

 

En visite tout récemment chez Pascal Boulhol, je le trouvai songeur et préoccupé. Après un long silence que je n’osai rompre, il se décida à parler, et me fit le récit que voici :

L’autre jour, en sortant de la gare de Gardanne pour rentrer chez moi, je me suis arrêté un instant, le regard attiré par un personnage assis sur un banc. Son regard était perçant, son visage me faisait penser au célèbre buste romain qui représente Socrate. Il portait sur les épaules une cape qui semblait être d’une sorte de bure. Sa main gauche tenait un long bâton noueux dont un bout reposait sur le sol. Son aspect avait aussi un je ne sais quoi qui me faisait penser à la caricature antique qui représenterait Socrate.

Remarquant que je l’avais remarqué, il fit un geste vers moi en s’écriant : « Ὦ οὗτος »[1]

Une exclamation en grec ancien ! Étais-je invité à un jeu de lettrés ? Je me suis assis près de lui et je lui ai dit :

— Τίς εἶ, καὶ πόθεν ἡμῖν ἐλήλυθας ;[2]

— Σωκράτης ὁ Ἀθηναῖός εἰμι, καὶ ἐξ Ἅιδου ἀφῖγμαι.[3]

J’étais étonné par la musicalité de son élocution, par le jeu des longues et des brèves, et par la précision de ses intonations, toutes choses que j’avais étudiées du point de vue théorique. Mais c’est surtout la teneur de son propos qui appelait quelques explications. Alors s’approcha de nous un personnage que j’ai vu bien des fois traîner dans les rues de Gardanne: « Un renseignement… un renseignement… » Simple entrée en matière pour demander de l’argent.

Voyant mon air contrarié, mon Socrate se tourna vers lui, l’air sombre, et lui cria, avec un geste énergique :

— Ἔρρ᾽ἐς κόρακας. Va t’en aux corbeaux !

Le fâcheux s’éloigna, terrifié par cette exclamation insolite. Mais Socrate venait de s’exprimer en français ! Un Socrate francophone ? Je n’ai pas tardé à avoir des explications :

— Hadès, le Seigneur Hadès, le maître du royaune des ombres, m’a accordé d’en remonter pour passer une journée dans le monde ensoleillé des vivants. Il m’a donné de connaître la langue et la civilisation de la contrée où j’allais arriver. C’est lui qui m’a fringué comme ça…

Intrigué, j’ai décidé de jouer le jeu :

— Je suis Pascal Boulhol, et j’enseigne le latin à l’Université d’Aix-Marseille. Mais je suis également helléniste. Je suis même le président d’une association nommée «Connaissance hellénique», dont le but est d’aider dans l’étude du grec tous ceux qu’intéresse cette langue superbe que tu parlais si bien jadis à Athènes, cher Socrate.

— Parle-moi de cette association, me dit Socrate. Cela m’intéresse beaucoup. Chez Hadès j’en ai quelquefois entendu parler.

— Ah ! Ce fut toute une aventure. Tout a commencé en novembre 1975 par l’envoi à des journaux du communiqué dont je vais te dire le texte, que je sais par cœur à force de l’avoir cité. Voici : « Dans un esprit d’Université ouverte, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence proposent un service bénévole d’initiation au grec ancien par correspondance à quiconque désire, en dehors de tout cursus scolaire ou universitaire, consacrer des loisirs à cette étude ». Suivait l’adresse pour les demandes de renseignements.

Je ne quittais pas Socrate des yeux. Son regard attentif et intelligent me montrait qu’il saisissait parfaitement tout cela.

— Dis-moi, Pascal, pourquoi souriais-tu en disant : ‘des enseignants’ ?

— En réalité c’était mon ami Jean-Victor Vernhes qui, tout seul, avait eu l’idée – on pourrait dire le culot – de proposer ce texte à la presse. Il avait publié quelques années auparavant une Initiation au grec ancien. Elle se nomme aujourd’hui ἕρμαιον.

— Ἕρμαιον ! La trouvaille providentielle ! Pas mal !

Il y eut du bruit autour de nous. J’ai alors proposé à Socrate de venir chez moi. Nous y serions plus à l’aise pour discuter.

Nous avons quitté notre banc pour nous diriger vers le boulevard central de Gardanne. La circulation était intense. Sans doute devais-je expliquer à Socrate ce qu’est une voiture automobile.

— Αὐτόματά γε πάντα ταῦτα, lui dis-je.

— Tu connais bien ton vocabulaire homérique, me dit Socrate avec animation, et en martelant le sol de son bâton. Cet adjectif αὐτόματος, me dit-il, dont vous avez tiré en français ‘automate’ et ‘automatique’, qualifie dans l’Iliade les portes du ciel, qui s’ouvrent toutes seules, et les merveilleux trépieds que fabrique Héphaïstos dans sa forge, et qui se meuvent d’eux-mêmes. Ton érudition, Pascal, m’épate, mais pas ces engins bruyants et polluants. Car, vois-tu, d’année en année, de siècle en siècle, les âmes arrivant chez Hadès nous mettent au courant de ce qu’il y a de nouveau sous le soleil. Et puis tu dois savoir, pour avoir lu la Table d’Émeraude, ce court texte grec alchimique, que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Oui, le monde d’en bas est le reflet de celui d’ici-haut, et évolue avec lui. Le vieux Charon ne fait plus avancer sa barque avec une gaffe. Elle est bien plus grande, elle est motorisée. Et une musique d’ambiance rend plus agréable aux âmes la traversée du Styx.

Nous voilà arrivés devant la Maison de la Presse. Socrate y entra et s’attarda à examiner les diverses publications.

— C’est à des journaux comme ceux-là qu’a été proposé le communiqué dont tu me parlais.

— Ils l’ont publié ?

— Quelques-uns l’ont publié. Quelques-uns aussi ont pris contact pour en savoir plus …

Nous avons alors interrompu notre conversation, attentifs au labyrinthe de ruelles à traverser pour arriver chez moi.

Sur ma table, j’ai disposé de quoi grignoter, pour donner plus d’agrément à la conversation. Mais Socrate n’y toucha pas, se contentant de s’asseoir.

— Quel fut le résultat de ces parutions dans des journaux ?

— Étonnant. Du courrier affluait de toutes les régions : des commer­çants, des postiers, des instituteurs, des médecins, des ingénieurs, des psychanalystes, des artisans, des artistes, des secrétaires, des pilotes, des informaticiens, etc. Des jeunes, des moins jeunes… Une révélation ! On n’imaginait pas que l’intérêt pour l’étude du grec existait à ce point un peu partout.

— Je suis tout à fait en harmonie avec vous. Car moi aussi, à Athènes, je ne m’adressais pas au public habituel des études philoso­phiques. J’allais chez les coiffeurs, les chaudronniers, les charpentiers, chez tous les artisans, dans les gymnases, et je ne dédaignais pas, comme tu le sais, les banquets. Mais, dis-moi, que faisiez vous de tous ces gens avides de s’instruire qui venaient à vous ?

— Nous les lancions, munis de polycopiés explicatifs, dans le manuel ἕρμαιον dont je t’ai parlé tout à l’heure, sur le banc.

— Mais que faut-il entendre par ce « nous » que tu viens de prononcer plusieurs fois ? J’imagine qu’il a fallu une petite équipe pour faire face à ce raz de marée, à ce tsunami.

— En effet. Quelques bénévoles ont improvisé un petit secrétariat pour traiter le courrier. Il s’agissait d’enregistrer les inscriptions, d’envoyer à chaque inscrit les polycopiés, et de le mettre en relation avec un ‘correcteur’ chargé de le guider dans son étude, bénévolement, par amour du grec.

— Qui étaient ces ‘correcteurs’ ?

— Le plus souvent des professeurs, en activité ou en retraite, qui avaient eu vent de la chose, et offraient avec enthousiasme leur collabo­ration. Je dis ‘le plus souvent’, car il y eut aussi des correcteurs qui ne venaient pas du monde enseignant. L’un d’eux était un ancien diplomate, un autre était représentant en cognac ! Authentique ! Il y a des hellénistes un peu partout, et on fait du grec dans tous les coins !

— J’ai connu quelques-uns de ces correcteurs, quand il sont arrivés dans le monde d’en bas.

— Je ne saurais t’expliquer en détail comment cette organisation a surgi de terre, car en ces temps-là je n’étais pas dans le coup.

— Καὶ πόσου διδάσκετε ;

— Ah ! Tu me demandes le tarif de cet enseignement. J’ai bien compris que ce πόσου est un génitif de prix. Nous enseignons bénévolement et gratuitement. Nous demandons simplement quelques oboles pour les frais divers (correspondance, reproduction de documents, etc.)

— Tout cela m’emplit de joie, mon cher Pascal, car moi aussi j’enseignais gratui­tement, contrairement à bien des sophistes qui exigeaient de grosses sommes de ceux qui voulaient être leurs élèves. Ils n’acceptaient que des jeunes gens des milieux les plus favorisés, les plus friqués. Ils étaient vraiment élitistes, tandis que moi, tout comme vous avec votre système d’initiation au grec, je m’adressais à tous.

— Un universitaire, Albert Machin, eut la bonne idée d’associer notre système à la Formation Continue de notre Université.

— Je le connais, il est venu me rendre visite. Il était fier d’avoir intégré ce cours à la Formation Continue. Il m’en a expliqué l’organisation en cinq degrés, sanctionnés par des attestations. Avant de venir me voir, il avait rendu visite à Sophocle, dont il est spécialiste.

— Ensuite, pour faire fonctionner tout cela, fut créée fin 1976 l’association « Connaissance hellénique ». Jean-Victor en fut le premier président. Il est aujourd’hui Président d’honneur. Bientôt une revue fut lancée, la revue « Connaissance hellénique » qu’on appelle aussi le λύχνος (ce qui en grec signifie, n’est-ce pas, ‘la lanterne’). Elle publie des articles sur les divers aspects de la Grèce, de l’Antiquité à nos jours : histoire, religion, mythologie, philosophie, linguistique, etc., sous forme de fascicules trimestriels à couverture jaune.

Je lui ai désigné ma collection de cette revue, bien alignée sur des étagères de ma bibliothèque.

— Encore quelques questions, Pascal. Car, vois-tu, lorsque quelqu’un ou quelque chose m’intéresse, je pose des questions et j’en repose, jusqu’à ce que je comprenne.

— Je sais. C’est ce que tu disais déjà : διαπυνθάνομαι καὶ ἐπανασκοπῶ καὶ συμβιβάζω τὰ λεγόμενα, ἵνα μάθω.[4]

— Bravo ! J’ai eu bien du plaisir, chez Hadès, à être informé des dialogues de Platon. Mais, dis-moi, combien d’étudiants de ce nouveau genre se sont inscrits à votre cours de grec ?

— Nous n’avons pas tenu de registres précis, mais j’ai fait bien des fois sur ce point un calcul global sommaire. Depuis quarante ans que cela fonctionne, nous avons initié au grec ancien plus de dix mille étudiants de ce nouveau genre, comme tu dis.

— Atteignent-ils un bon niveau ?

— Certains atteignent un niveau remarquable. Je songe par exemple à une pharmacienne qui en se reportant aux textes antiques lus dans l’original, a fait un mémoire sur la pharmacopée antique. Ou encore à un astronome qui maintenant lit en grec les textes des astronomes grecs antiques. J’ai aussi bien aimé le travail fait, toujours sur les textes originaux, par un professeur de gymnastique sur les jeux olympiques. D’autres en revanche abandonnent. Ou bien semblent seulement abandonner : nous nous sommes aperçus que beaucoup, une fois lancés, continuent tout seuls. Il n’est donc pas possible de donner un bilan chiffré précis, de dire quelle comète nous avons tracée dans notre sillage.

— Combien avez-vous de correcteurs ?

— Une centaine environ. Il y eut des départs, il y eut des nouveaux venus, mais on a été le plus souvent autour de ce chiffre.

— Quant à votre revue jaune, votre λύχνος, combien d’abonnés ?

— Elle en a eu jusqu’à deux mille. Mais nous avons été amenés à changer la formule. Je t’en reparlerai. Quelques mots encore sur l’histoire de « Connaissance hellénique » depuis sa fondation. En 1985 Renée Jacquin, professeur honoraire de Lettres classiques, qui connaissait parfaitement le grec moderne, prit la présidence l’association. Elle prit les choses en main avec efficacité, secondée durant plusieurs années par Marie-Jeanine Salé, autre professeur honoraire de lettres classiques, qui s’occupait des relations avec les correcteurs. En 2003, des problèmes de santé ont obligé Renée à passer la main et elle nous a quittés depuis peu.

— Son arrivée au royaume d’Hadès a été remarquée. Sur la barque de Charon elle a fait un bel esclandre.

— Un esclandre ??? !!!

— Parfaitement. Des âmes qui avaient été embarquées avec elle me l’ont raconté. Vers le milieu de la traversée, on entendit des cris de protestation. Charon arrêta la barque et sortit de son poste de pilotage pour aller voir ce qui se passait. C’était Renée qui déplorait la médiocrité de l’ambiance musicale. Elle exigeait que l’on fît entendre plutôt Les Oiseaux de Hadjidakis. Charon tentait de la raisonner. Toutes les âmes étaient silencieuses, attentives à ce qui se passait. Entre les éclats de voix, on entendait seulement le murmure régulier des moteurs dans la salle des machines, et parfois le clapotis des eaux noires du Styx contre la coque. Finalement, Hermès intervint et donna satisfaction à Renée. La barque put repartir et la traversée s’acheva agréablement.

— Hermès a eu bien raison. Renée avait de bonnes connaissances musicales, en particulier pour la musique grecque, tant antique que moderne.

— Elle m’a parlé des auteurs grecs contemporains dont elle traduisait pour le λύχνος des poèmes ou des nouvelles, et qu’elle rencontrait lors de ses voyages en Grèce. Quant à Marie-Jeanine Salé, qui est chez nous depuis plusieurs années, j’apprécie sa simplicité et sa culture. Elle connaît plusieurs langues. Elle vient de temps en temps me voir avec l’âme de son chat, et nous philosophons.

— Lorsqu’en 2003 Renée fut contrainte de cesser ses activités, elle m’a demandé de prendre la présidence de l’association. Elle a confié la rédaction en chef de la revue à Alain Moreau, venu de l’Université de Montpellier, et le secrétariat à Guy Raspail, qui s’est acquitté longtemps avec énergie de cette tâche parfois lourde, et qui est aujourd’hui Président d’honneur de « Connaissance hellénique ». Ce qui concerne le grec moderne fut pris en charge par Janine Kaminski.

— Alain Moreau me fait découvrir bien des choses en mythologie. Il est dommage qu’il n’ait pu s’acquitter longtemps de sa tâche auprès de vous.

— Aujourd’hui les relations avec les correcteurs sont assurées par Brigitte Franceschetti, le secrétariat et la comptabilité par Pierre et Jocelyne Martin. Le cours est devenu indépendant de la Formation Continue. Quant à la revue…

Je pris en main quelques exemplaires du λύχνος.

— Quant à la revue, nous avons pu la faire paraître sous la forme que tu vois, en formule papier, que jusqu’au numéro 132, de juillet 2012. Il fallait assumer des frais d’impression, présenter à l’imprimeur une maquette aux normes. Quatre vingt pages exactement. Pour cela Dominique Blanc, qui est toujours avec nous, experte en composition typographique, n’a pas ménagé sa peine, n’hésitant pas à défaire et refaire plusieurs fois son travail. Une vraie Pénélope. Il fallait avoir un routeur pour les expéditions, et tenir un fichier des abonnés, et stocker un excédent de tirage, en vue des demandes de numéros anciens. Etc., etc. Il fallait aussi disposer d’un local, ce que nous n’avons plus.

Je me demandais si Socrate pourrait saisir toutes ces réalités actuelles. Mais il faisait des mouvements de tête signifiant qu’il comprenait parfaitement.

— Nous ne pouvions continuer comme cela. Alors…

Il s’agissait d’expliquer à Socrate que maintenant le λύχνος est en ligne. Nous voilà loin du temps où il allait chez Agathon pour un célèbre banquet… Comment faire ? Mais Socrate fit un geste vers mon ordinateur. Il avait tout compris.

— Oui, Socrate, le λύχνος continue, mais maintenant il est en ligne. Christian Boudignon a opéré cette mutation, en créant et en entretenant notre blog, avec, quand il le faut, l’assistance de Daniel Di Meglio, informaticien et helléniste. Les contributeurs ne manquent pas. Arielle Chopard apporte d’intéressantes chroniques, Christian tient une rubrique «Vous parlez grec et ne le savez pas», Janine Kaminski s’occupe toujours de la Grèce littéraire contemporaine. Quant au cours d’initiation au grec, c’est aussi par informatique que Jocelyne et Pierre Martin en assurent le fonctionnement.

Je pris quelques numéros anciens du λύχνος pour les offrir à Socrate. Il m’expliqua qu’il ne pouvait retourner chez Hadès en emportant des objets d’ici-haut. Il n’avait pas pris non plus le papier que j’avais glissé vers lui avec le lien pour notre blog : ch.hypotheses.org

— Νῦν σπεύδω ποι, dit-il en se levant, καί μοι ὥρα ἀπιέναι[5]

— Ἴωμεν[6].

Il m’avait fait un clin d’œil littéraire. J’avais répliqué par un autre ! Nous avons alors quitté ma maison, pour nous engager dans l’étroite et longue et ancienne rue Puget, en direction de la gare.

— J’aurais aimé, cher Socrate, avoir le temps de te parler de bien des personnages qui ont gravité autour de « Connaissance hellénique ». Il y eut à Paris un André Breton, grand maître dans l’art de prendre contact avec les uns et les autres, d’organiser des conférences, etc. Tu l’as certainement vu arriver. Professeur de Lettres modernes, il avait entendu parler de nous par son marchand de pneus. Hospitalisé quelques jours pour une opération bénigne, il a fait adhérer son chirurgien et son anesthésiste, en commençant par leur expliquer l’étymologie grecque des mots désignant leur profession ! Voilà comment devrait se propager dans toute la société l’amour du grec ! J’aurais aimé aussi te parler de nos merveilles médiatiques d’autrefois, tant dans la presse écrite qu’à la radio et à la télévision, y compris en Grèce. Dans nos premières années, les journalistes s’intéressaient volontiers à nous et nous faisaient connaître. « Le come-back du grec ancien », titrait un jour Libération. Et du public venait à nous pour se mettre au grec… Puis ils nous ont négligés. Souvent Presse varie…

J’avais envie de lui parler d’un apiculteur que sa correctrice avait initié au grec, et qui avait initié sa correctrice à l’apiculture, et de ceci, et de cela. Mais Socrate s’arrêta, se tourna vers moi et me dit :

— Je dois maintenant regagner les lieux d’où je suis venu. J’ai été heureux de discuter avec toi, d’être bien informé de ton association et de ton équipe. Regagne maintenant ta maison. Va sans te retourner…

Ce que je fis, pensif. Avais-je été l’objet, ou plutôt le bénéficiaire, d’une savante mystification ? Ce diable d’homme, expert en grec ancien, connaissait la personnalité de ceux de nos collaborateurs qui avaient quitté ce monde. Dans le rôle de Socrate, il avait vraiment le physique de l’emploi ! Étrange… Soudain un détail me revint à l’esprit. Lorsqu’il est entré dans ma maison, ma chatte Pouka s’est hérissée, les yeux agrandis, et s’est réfugiée je ne sais où. Puis j’ai pris conscience avec effroi d’une particularité. Cet homme marchait sans le moindre bruit. De son bâton il frappait énergiquement le sol à chaque pas, mais cela ne produisait aucun son.

Y aurait-il à Gardanne une porte des Enfers ? Je songe à certaines entrées de galeries de mines désaffectées. En particulier…

 

J’arrête ici la relation de ce que m’a confié Pascal sur cette rencontre. J’ai tenu à supprimer les derniers mots. Ces indications auraient risqué d’inciter des imprudents à se hasarder là où il ne faut pas. Ce sont là des lieux où l’on ne peut s’aventurer sans avoir été muni d’un rameau protecteur.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

[1] « O toi ! »

[2] « Qui es-tu et d’où nous viens-tu ? »

[3] « Je suis Socrate l’Athénien, et je viens de chez Hadès. »

[4] Cf. Platon, Hippias mineur 369d : « je questionne obstinément, je retourne les paroles en tout sens et je les rapproche pour comprendre. »

[5] Cf. Platon, Euthyphron, 16a « Pour le moment, je dois me hâter quelque part, et il est temps pour moi de m’en aller ».

[6] « Allons ! ». C’est là le dernier mot du Phèdre de Platon