Archives par mot-clé : hellénisme

Editorial du n°144 de « Connaissance hellénique » de juillet 2016

Des cerises et des jeux

 

Ouverture des jeux olympiques de Londres en 2012, cliché de Matt Lancashire (Wikimedia Commons)
Ouverture des jeux olympiques de Londres en 2012, cliché de Matt Lancashire (Wikimedia Commons)

 

Le lecteur attentif aura remarqué notre retard à publier cet éditorial en cette quarantième année de Connaissance hellénique. Nous étions occupés à fêter le temps des cerises… mais à quelque chose ce retard est bon. Car les jeux olympiques ont commencé à Rio ! Les grincheux peuvent bien se lamenter, s’ils le veulent, devant cet événement de la culture capitaliste mondialisée, je n’y vois que des raisons de me réjouir.

Oui, l’hellénisme a triomphé grâce aux pionniers de la fin du XIXe siècle, passionnés d’Antiquité et désireux de faire revivre cet idéal. Il imprègne encore notre monde et en particulier une marque de chaussure de sport japonaise : ASICS, dont le lecteur sait peut-être que le nom vient de : Anima Sana In Corpore Sano. Evidemment, tout n’est pas rose, dopage, corruption et cetera… mais on oublie trop vite que dans l’Antiquité aussi les jeux olympiques n’étaient pas toujours parfaits, — Néron n’a-t-il pas acheté ses victoires aux jeux olympiques ? Et surtout, quelle plus belle occasion de voir les nations s’affronter dans un combat amical, par le biais d’athlètes qui consacrent leur jeunesse à se dépasser,  pour une gloire souvent plus qu’éphémère ?

Il reste encore du chemin à parcourir aux jeux olympiques et j’ai un rêve : promouvoir une trêve olympique en invitant les belligérants de tous pays, de tous conflits, à assister gratuitement aux jeux olympiques. Belligérants de tous pays, unissez-vous dans le stade ! Belle utopie, mais les jeux olympiques n’en étaient-ils pas une, il y a plus de cent-vingt ans, avant les jeux d’Athènes de 1896 ?

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef

 

Voici, en tout cas, le contenu de notre numéro 144 de juillet 2016 :

  1. Daniel Arnould : peut-on penser une épopée sans le destin ?

https://ch.hypotheses.org/1582

  1. Petros Diatsentos a lu pour vous : « la Grèce et les Balkans » d’Olivier Delorme

https://ch.hypotheses.org/1589

  1. Laurent Force : les Schtroumpfs , des « animaux politiques » ?

https://ch.hypotheses.org/1594

  1. Un conte pour enfant de traduit du grec par Janine Kaminski : « le petit pilote » de Stavros Zaphiriou.

https://ch.hypotheses.org/1598

5 Jean-Victor Vernhes : les racines *amei et *ameu en grec ancien.

https://ch.hypotheses.org/1605

6 Ariel Chopard a lu pour vous : Bernard Grasset « Hellade ».

https://ch.hypotheses.org/1612
7 Janine Kaminski a traduit pour vous un poème grec de Thomas Ioannou.

https://ch.hypotheses.org/1617

8 Bernard Boyaval rend leur nom à deux momies égyptiennes.

https://ch.hypotheses.org/1620

9 Christian Boudignon, vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°34).

https://ch.hypotheses.org/1634

 

Bonne lecture à tous.

 

Petite histoire de l’hellénisme, par Pierluigi Lanfranchi

« Ils reflétaient la beauté de la Grèce »,

une petite histoire de l’hellénisme

➤  λύχνος n° 139, novembre 2014, article premier ✮✭✭

 

Opéra d'Etat de Prague, cliché Andreas Praefcke
Opéra d’Etat de Prague, cliché Andreas Praefcke

 

« Le fertile génie » de « la race hellénique »

Dans son L’Hellénisme en France : leçons sur l’influence des études grecques dans le développement de la langue et de la littérature française, publié en 1869, Emile Egger, professeur de grec ancien à la Sorbonne et membre de l’Institut, explique ainsi les raisons de la longue tradition de l’étude du grec en France :

« Cette éducation de toute la jeunesse qui se destine aux professions libérales, cette préparation de jeunes intelligences à l’aide des modèles et des préceptes de la Grèce antique, n’a pu se propager et se soutenir chez nous que parce qu’elle développe dans les esprits et dans les âmes un fonds d’idées et de sentiments qui nous est commun avec la race hellénique. Par leurs qualités, en effets, et par leurs défauts les Français et les Grecs se ressemblent en bien de points, malgré la distance des temps et des lieux, et cette analogie profonde nous prédispose à rester en communion fidèle avec les générations depuis si longtemps éteintes, mais qui nous ont laissé tant de monuments de leur fertile génie » (p. 11).

Pour Egger, qui se sentait à la fois profondément hellène et profondément français, même si sa famille était d’origine autrichienne, les traits communs entre les Gaulois et les Grecs doivent être cherchés dans le courage, l’esprit belliqueux, le mépris de la mort, le patriotisme, la passion pour l’éloquence, l’idéal de la liberté civique et politique, que les Grecs ont inventés les premiers et que les Français ont définitivement proclamés en 1789.

Cet ensemble d’idéaux inventés par les Grecs de l’époque classique et dont l’ « Européen civilisé de notre Occident », pour reprendre une expression d’Egger, est l’héritier légitime, forme ce qu’à partir du XIXe siècle on appelle « Hellénisme ». Quelques générations plus tard, Gilbert Murray, regius professor de grec à l’Université d’Oxford, dans la préface à un volume collectif significativement intitulé The Legacy of Greece (Oxford 1921), résumait l’idéal de l’Hellénisme dans « la quête de la Vérité, de la Liberté, de la Beauté et de l’Excellence ».

 

L’Hellénisme ou l’art de bien parler

On chercherait en vain cette signification du mot « Hellénisme » dans les dictionnaires du XVIIIe siècle. Dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie Française de 1762, sous l’entrée « hellénisme » nous lisons : «Tour, expression, manière de parler empruntée du Grec, ou qui tient au génie de cette Langue ». Hellénisme, dont la première attestation en français date de 1580, n’indique que ce que nous appelons aujourd’hui un « grécisme ». Il faut attendre l’édition du Littré de 1872-1877 pour trouver une définition non seulement linguistique mais aussi culturelle de l’Hellénisme en tant qu’ «ensemble des idées et des mœurs de la Grèce », définition qui sera intégrée dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie de 1932-35.

Le mot « Hellénisme » vient bien évidemment du grec Ἑλληνισμός. Comme en français, de même en grec, le mot possède une signification linguistique et une signification culturelle. Diogène Laërce nous informe que le philosophe stoïcien Diogène de Babylone (IIIe-IIe siècles a.n.è.) distinguait cinq qualités du discours : « Les qualités du discours sont au nombre de cinq : l’hellénisme, la clarté, la concision, la convenance et l’ornement. L’hellénisme est mode d’expression correct pour sa conformité au bon usage et non pas à l’usage vulgaire »  Ἀρεταὶ δὲ λόγου εἰσὶ πέντε, Ἑλληνισμός, σαφήνεια, συντομία, πρέπον, κατασκευή. Ἑλληνισμὸς μὲν οὖν ἐστι φράσις ἀδιάπτωτος ἐν τῇ τεχνικῇ καὶ μὴ εἰκαίᾳ συνηθείᾳ (Vies des philosophes VII, 59). L’hellénisme est le fait de parler la langue grecque d’une façon correcte. Des traités περὶ Ἑλληνισμοῦ sont attribués à différents grammairiens et rhéteurs: Séleucos, Ptolémée d’Aschalon, Philoxène et Tryphon.

 

L’Hellénisme contre le Judaïsme

L’emploi d’Hellénisme pour indiquer les mœurs grecques se trouve pour la première fois dans la Septante, précisément dans le Deuxième livre des Macchabées, qui se présente comme un résumé d’un ouvrage écrit par l’historien juif Jason de Cyrène sur la guerre de Judas Macchabée et de ses fils contre les Séleucides jusqu’à la victoire remportée par les insurgés juifs en 161 avant notre ère.[1] A l’époque du roi Antiochos IV, à Jérusalem un certain Jason, qui a usurpé le pontificat, demande au roi séleucide l’autorisation d’établir un gymnase et une éphébie et de transformer la ville en une cité grecque. Le roi accepte et Jason « change le mode de vie traditionnel des ses compatriotes avec le mode de vie hellénique » (II Macc. 4, 10 : πρὸς τὸν Ἑλληνικὸν χαρακτῆρα τοὺς ὁμοφύλους μετέστησε), « il abroge les institutions légitimes et introduit des usages contraires à la Loi » (II Macc. 4, 11 : τὰς μὲν νομίμους καταλύων πολιτείας παρανόμους ἐθισμοὺς ἐκαίνιζεν). Cela ne semble pas déplaire à l’élite de Jérusalem :

« L’hellénisme et la pénétration étrangère atteignirent un tel degré par suite de l’excessive perversité de Jason, un impie et non un grand prêtre, que les prêtres ne montraient plus aucun empressement pour le service de l’autel, mais que méprisant le Temple et négligeant les sacrifices, ils se hâtaient de participer dans la palestre aux distribution d’huile, prohibées par la Loi, dès que l’appel du gong avait sonné. Ils ne faisaient aucun cas des honneurs de leur patrie, et ils estimaient au plus haut point les gloires helléniques. Aussi est-ce pour ces raisons qu’ils se trouvèrent ensuite dans une situation pénible et qu’en ceux-là mêmes dont ils cherchaient à copier les façons de vivre et auxquels ils voulaient ressembler en tout, ils rencontrèrent des ennemis et des bourreaux. On ne viole pas sans inconvénient les lois divines, c’est ce que la période qui suit va montrer » (II Macc. 4, 13-17, trad. TOB).

On voit qu’ici le terme Ἑλληνισμός n’indique pas simplement une situation linguistique, mais une réalité culturelle, un style de vie, qui est synonyme de perversion, de débauche, de violence, d’idolâtrie. A la différence de l’usage moderne exclusivement positif du terme, sous le calame de l’auteur du Deuxième livre des Macchabées, l’hellénisme représente tout ce qu’il y a de plus mauvais et abominable, par opposition au Ἰουδαϊσμὸς – un néologisme de notre auteur forgé par analogie avec Ἑλληνισμός – pour lequel le docteur de la Loi Ezéchias, les sept frères et leur mère subissent le martyre et pour lequel Judas Macchabées et ses fils se battent héroïquement. Il peut paraître curieux que l’auteur de II Macchabées exprime sa critique à l’Hellénisme dans la langue même des ennemis du Judaïsme et dans le genre littéraire typiquement hellénistique de l’historiographie pathétique. Pour paraphraser Horace on pourrait dire : Hellenismus captus ferum victorem cepit[2]. Si les Macchabées ont su s’opposer avec succès à la domination étrangère, ils n’ont pas pu empêcher l’hellénisation de la Judée. Le grec est devenu l’une des langues parlées par les juifs non seulement en Diaspora, mais aussi en Palestine et une littérature juive en grec a fleuri, qui parfois – comme dans le cas des livres des Macchabées – a exprimé une opposition farouche aux valeurs de l’Hellénisme. Dans des temps moins reculés, on a vu les colonisés utiliser la langue du colonisateur pour exprimer l’opposition à l’impérialisme politique et culturel européen et revendiquer sa propre culture, son histoire et ses racines. La « négritude » d’Aimé Césaire n’est-elle pas un néologisme français ?

 

Hellénisme : le paganisme

Les chrétiens ont repris la signification négative d’Hellénisme élaborée par le judaïsme hellénistique. Pour les chrétiens, ἕλλην désigne le païen par opposition au Juif et au chrétien. A partir de la fin du IVe siècle, les auteurs latins traduiront constamment le terme ἕλλην par paganus (par ex. Rufin traduit le titre de l’ouvrage perdu de Justin Πρὸς Ἕλληνας par Contra paganos ; Marius Victorinus dans De homoousio recipiendo 1 écrit :  Graeci, quos Ἕλληνας vel paganos vocant, multos deos dicunt, Iudaei vel Hebraei unum, nos, quia posterior veritas et gratia est, adversum paganos unum deum dicimus adversum Iudaeos patrem et filium : « Les Grecs que l’on appelle Ἕλληνας ou païens, affirment l’existence de plusieurs dieux ; les juifs ou Hébreux, d’un seul ; nous, parce que la vérité est advenue même après la grâce, nous affirmons l’existence d’un seul dieu contre les païens, et qu’il est Père et Fils, contre les juifs » ). De même, dans la vision tripartite de l’humanité typique de la pensée chrétienne, l’« Hellénisme » indique le paganisme, par opposition au judaïsme et au christianisme (cf. par ex. Eusèbe, Vie de Constantin 2, 44 ; Praeparatio Evangelica 1, 5, 12). L’empereur Julien essayera de soustraire aux chrétiens le monopole sur le mot Hellénisme. En écrivant à Arsace, grand prêtre païen de la Galatie, Julien se plaint du fait que « l’Hellénisme ne fait pas encore les progrès que l’on devait attendre » (Lettre 84). Pour Julien l’Hellénisme est l’héritage de la civilisation classique que l’ « athéisme » des chrétiens menace de détruire et que l’empereur se propose de restaurer. La tentative de la part de l’empereur Julien de redonner un sens positif à l’Hellénisme était destinée à échouer ainsi que son projet de ‘revival’ de la religion polythéiste. La signification d’Hellénisme en tant que paganisme va s’imposer. C’est ainsi que les Byzantins, qui se considéraient non pas comme des Ἕλληνες, mais comme des Ῥωμαῖοι, pouvaient tranquillement qualifier un Sarrasin de ἕλλην (cf. Jean Moschos, Pratum spirituale 133). Les Perses, les Zoroastriens, les Arabes, les Russes avant leur conversion au christianisme et même les Chinois sont considérés par les Byzantins comme des Hellènes, un mot auquel on n’attribuait donc aucune valeur ethnique, mais exclusivement religieuse.[3]

 

L’Hellénisme contre les Occidentaux latins

Les choses commencent à changer à partir du Xe siècle, avec l’éclosion de ce qu’on appelle l’humanisme byzantin, lorsqu’on assiste à une progressive réhabilitation du terme Ἑλληνισμός. Mais c’est seulement après la conquête de Constantinople par les croisés en 1204 et la fondation dans la capitale byzantine d’un Empire et d’un Patriarcat latins, que ce terme sera repris par les Byzantins pour indiquer leur identité ethnique. Comme les Λατῖνοι – c’est-à-dire les Occidentaux – revendiquaient aussi leur « Romanité »,  les Byzantins furent obligés de trouver un terme alternatif pour indiquer leur identité nationale dans un Empire qui avait désormais perdu son caractère multiethnique et s’étendait seulement sur des territoires hellénophones. Ils récupérèrent donc le mot Ἕλληνες qui renvoyait à une tradition glorieuse.[4]

Ce sens ethnique demeure dans le grec moderne et il prend une teinte nationaliste dans la notion de « néohellénisme », l’idéologie d’une culture nationale grecque, qui émerge au XIXe siècle dans la lutte contre la domination ottomane. Le mot qui pour les intellectuels européens était synonyme d’universalisme, pour les nationalistes grecs est indissolublement lié à une dimension territoriale, à la topographie même de l’Hellas, la réalité géopolitique fondée comme royaume dans les année 30 du XIXe siècle et transformé en Etat républicain par un référendum en 1974[5]. Mais comme il y a des Grecs aussi en dehors des frontières nationales, on a dû tenir compte aussi de la dimension de l’hellénisme. Ainsi dans un dictionnaire de grec moderne à l’entrée Ελληνισμός on lit : το σύνολο των Ελλήνων, ως φορέας κοινής πολιτιστικής παραδοσής και δημιουργίας  (« l’ensemble des Grecs, en tant que porteurs d’une tradition et d’une création culturelle commune »), sans référence à une dimension territoriale. Mais le grec a gardé aussi le terme Ρωμιοσύνη, « romanité » pour indiquer plus proprement la Grèce moderne.

 

Le monde contemporain a-t-il encore besoin du mythe de la Grèce ancienne ?

Mais qu’en est-il aujourd’hui de l’hellénisme en tant qu’ensemble des valeurs et d’idéaux que la tradition européenne aurait hérité de la Grèce ancienne ? Comme beaucoup d’autres « grandes narrations » que la modernité a forgées, l’idée d’hellénisme n’a pas échappé aux critiques post-modernes, post-coloniales et féministes. Au lieu de représenter les valeurs de l’humanisme et les vertus éthiques universelles, il incarnerait les pires défauts de la tradition occidentale : l’impérialisme, l’ethnocentrisme et le provincialisme européen, la justification morale de l’esclavage et de la domination du mâle sur la femme, etc.[6] On dirait qu’on est revenu à la critique que l’auteur du livre des Maccabées adressait à l’hellénisme en tant que culture et mode de vie des colonisateurs indifférents aux traditions de l’Autre. James Porter a récemment souligné la faiblesse du concept d’hellénisme, son caractère rétrospectif et nostalgique, le fait qu’il ne se réfère à rien de réel et qu’il ne constitue qu’une mythologie dont la modernité a eu besoin pour s’auto-définir, comme Nietzsche l’avait déjà compris[7]. Trop liée à une vision européocentrique de la culture qui oppose les dépositaires de la civilisation aux barbares qui la menacent de l’extérieur, la mythologie de l’hellénisme ne peut pas être partagée par tous les membres de notre société multiculturelle, dont un nombre de plus en plus important provient d’autres traditions, étrangères à la gréco-romaine. Il semble inévitable de conclure que l’hellénisme ne se porte pas très bien en ce moment et que le monde contemporain n’a plus besoin désormais du mythe de la Grèce ancienne pour bâtir sa propre identité et trouver des réponses aux questions qui le hantent.

 

« Ils reflétaient la beauté de la Grèce »

Qu’est-ce qui nous reste à faire ? Devons-nous nous associer à ce de profundis de l’hellénisme ? Tandis que j’écrivais ces quelques pages, il m’est venu à l’esprit un passage d’Une trop bruyante solitude (1965) de l’écrivain tchèque Bohumil Hrabal. Le roman raconte l’histoire de Hanta, un ouvrier qui depuis 35 ans dans le sous-sol d’un vieil immeuble presse des vieux livres à mettre au pilon. Mais dans chaque parallélépipède que la machine forme avec les vieux volumes, Hanta cache un livre ouvert sur une page avec une phrase d’un philosophe ou d’un poète. Un jour en marchant dans les rues de Prague pour regagner son souterrain, après avoir aperçu dans les égouts, avec ses yeux « tels des rayons X », les armées des rats qui rongent tout, Hanta soulève vers le ciel son regard rempli de larmes et voit ce qu’il n’avait jamais remarqué : « les façades, les frontons des immeubles, des bâtiments publics offraient un miroir à toutes mes aspirations, à tous les rêves de Goethe et de Hegel, ils reflétaient la beauté de la Grèce, l’hellénisme, modèle et but ; j’y voyais l’ordre dorique, ses colonnes, ses triglyphes et ses corniches, les frises et les volutes ioniques, les feuilles d’acanthe corinthiennes, des vestibules de temple, des cariatides, des balustrades jusqu’aux toits des maison (…) Si Prague regorge tant d’esprit grec sur ses façades mais surtout dans la tête de ses habitants, c’est seulement grâce aux lycées classiques et aux facultés de lettres qui gonflèrent de la Grèce et de Rome des millions de cerveaux tchèques. Et, pendant que dans les égouts de la capitale deux clans de rats se repoussent dans une guerre apparemment absurde, des anges déchus travaillent dans les caves, des hommes cultivés, vaincus dans une bataille qu’ils ne menèrent jamais, mais qui malgré tout, ne cessent de perfectionner la description du monde » (trad. Anne-Marie Ducreux-Palenicek). Je laisse au lecteur la tâche d’interpréter à son goût l’allégorie de Hrabal. Je signale seulement que dans l’édition italienne que j’ai lue, la dernière phrase est traduite différemment : « mais qui malgré tout, ne cessent de travailler pour une image plus humaine du monde ».

 

Pierluigi Lanfranchi

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille.

 

 


[1] Sur la signification du mot dans la Septante, cf. G. Dorival, « The Septuagint Between Judaism and Hellenism », in W. Kraus, S. Kreuzer (éds.), Die Septuaginta – Text, Wirkung, Rezeption, Tübingen 2014, 27-29.

[2] « L’hellénisme vaincu prit l’épée de la victoire » paraphrase : Graecia capta ferum victorem cepit « la Grèce vaincue prit l’épe de la victoire » (malgré sa défaite, la Grèce sort culturellement victorieuse de son affrontement avec Rome).

[3] Cf. A. Kaldellis, Hellenism in Byzantium. The Transformations of Greek Identity and the Reception of the Classical Tradition, Cambridge 2007, 122.

[4] Cf. K. Lechner, Hellenen und Barbaren im Weltbild der Byzantiner, München 1954, 65.

[5] Cf. A. Leontis, Topographies of Hellenism. Mapping the Homeland, Ithaca (NY) 1995.

[6] Cf. par ex. V. Lambropoulos, The Rise of Eurocentrism. Anatomy of Interpretation, Princeton 1993.

[7] J. Porter, « Hellenism and Modernity » in B. Graziosi, P. Vasunia, G. Boys-Stones, Oxford Handbook of Hellenic Studies, Oxford 2009.

 

L’hellénisme en France : Orphée en Béotie ?

Mosaïque de Vienne (Musée de Saint-Romain-en-Gal)

 

►L’HELLÉNISME EN FRANCE (Λύχνος n° 133, article quatre)

ORPHÉE EN BÉOTIE ?

Les rapports de Jean Racine avec Montdidier et le plateau picard

            

[Racine est sans doute le plus grand helléniste poète de la langue française. Il lisait et annotait Euripide en grec. Notre Orphée français cependant avait des fermes à Mondidier, en Picardie, dont les habitants lui semblent de vrais béotiens… A moins que ce ne soit une lecture superficielle de ses lettres et qu’il n’y faille voir une passion secrète pour Montdidier ?]

                           Orphée jouant de la lyre.                                   Mosaïque de Saint-Romain en Gall

 

 

Le mariage n’est pas un cloaque sans fond : Racine et son épouse

‒  JE NE DOUTE POINT, Madame Racine, que votre époux n’obtienne un beau succès avec Esther.

‒ Vous cherchez en vain à m’inquiéter. Jean est incapable de me tromper, je le connais bien[1].

Près du chœur de l’église Saint-Étienne-du-Mont, sur l’antique Montagne Sainte-Geneviève, dans ce quartier de Paris devenu latin après avoir été romain, repose sous la dalle de marbre le plus inégal et le plus uni des couples. Jean et Catherine, la lumière et l’ombre, le poète solaire et l’obscure ménagère : en un mot, Racine et son épouse, née Mademoiselle de Romanet. Deux cœurs et un seul esprit, celui de Jean, pourraient ironiser les mauvaises langues. Un seul cœur pour deux, faut-il répondre, et non celui de l’un ou de l’autre, mais un mélange intime qui n’a pas attendu l’œuvre de confusion de la mort pour offrir l’image d’un mariage heureux. S’il fut de raison, qu’importe ? La vie sentimentale du Racine de la maturité semble démentir la thèse essentielle de son théâtre : la raison peut parfois être ce qui règle l’amour. Merci donc, Montdidier, d’avoir, grâce à l’une de tes filles, ramené l’auteur d’Andromaque de l’enfer des passions à la terre de la tendre estime, et de lui avoir fait faire la nique à Monsieur Pascal en prouvant que le mariage n’était pas un cloaque sans fond !

 

Les noces de Racine et de Mademoiselle de Romanet

L’an de grâce 1677 représenta un tournant dans la carrière et dans la vie affective de Racine. La tempête soulevée par Phèdre avait décidé son auteur à renoncer au théâtre. S’étant publiquement réconcilié avec Port-Royal, le poète n’aspirait plus dès lors qu’à une existence rangée. Las des amours tumultueuses il éprouvait le besoin pressant d’un tranquille bonheur domestique. L’ami dévoué des bons et des mauvais moments, Nicolas Vitart, cousin de son père et intendant du duc de Luynes, lui trouva sans tarder l’épouse qu’il lui fallait.

Catherine de Romanet, orpheline âgée de vingt-cinq ans, était issue d’une famille languedocienne établie depuis plus d’un siècle dans la cité picarde de  Montdidier (aujourd’hui sous-préfecture du département de la Somme). Son père avait été maire de la ville avant d’acquérir, en 1658, l’office de trésorier général de France à Amiens. Par trois fois, en 1647, 1649 et 1657, on avait jugé ce bon bourgeois digne d’offrir l’hospitalité au jeune Louis XIV et à la reine régente. La demoiselle vivait à Paris, chez son tuteur Louis Le Mazier, greffier en chef des requêtes de l’Hôtel du Roi [2].

Le contrat de mariage, signé le 30 mai 1677 par le grand Condé et son fils, sept membres de la famille Colbert, le duc de Luynes, le duc de Chevreuse et plusieurs Lamoignon, montre les puissants soutiens dont jouissait le poète [3] . Les noces furent célébrées le 1er juin 1677 en l’église Saint-Séverin, paroisse de Mlle de Romanet. Parmi les témoins du marié figurait son vieil ami et compagnon de plaisir, Boileau. Le témoignage de ce complice des frasques raciniennes fut probablement assez sélectif  [4]. La publication de l’événement échut au Mercure galant de Donneau de Visé, lequel se montra, à cette occasion, plus soucieux de justifier le titre de sa gazette que de prouver son objectivité. Son portrait de l’épousée est en effet des plus avantageux : (Mlle de Romanet) a du bien, de l’esprit et de la fortune, et M. Racine méritait bien de trouver tous ces avantages dans une aimable personne [5]. A l’érudit qui explore les archives de la famille Racine, le bien de la jeune fille se révèle relativement modeste : une ferme à Variville, d’autres terres près de Montdidier et 3500 livres de rente sur la gabelle : au total, 5000 livres de revenu [6]. De l’esprit, nous reparlerons tantôt. Quant à l’aspect aimable de la personne, il est difficile d’en juger, faute du moindre portrait ou même d’une quelconque description physique émanant d’un contemporain.

Le couple s’établit à Paris, changeant fréquemment de domicile : rue des Ursins, île Saint-Louis, rue du Cimetière, rue des Maçons, enfin un hôtel particulier sis dans la rue des Marais [7]. Mais n’allons pas y voir un signe d’instabilité. Le ménage fut apparemment des plus heureux. Il ne nous reste presque rien de sa correspondance intime : les deux lettres conservées de Racine à son épouse [8] ne traitent que de questions matérielles et quotidiennes, mais l’attention de l’écrivain pour ses enfants et son affectueuse estime pour sa compagne y apparaissent clairement. Catherine ne déçut pas les espérances de son mari et se montra féconde : sept enfants se succédèrent entre 1678 et 1692. Tous furent élevés avec grand soin et reçurent une éducation religieuse des plus scrupuleuses : sur les cinq jeunes filles (Marie-Catherine, Anne, Élisabeth, Jeanne et Madeleine), trois devaient plus tard prendre le voile, et le dernier-né, Louis, s’affirma comme l’un des principaux apologistes laïcs de la religion au XVIIIe siècle.

Catherine survécut à son illustre mari, mort d’une tumeur au foie en 1699. Aussi exemplaire dans le veuvage qu’elle l’avait été dans le mariage, elle se consacra à l’établissement de ses enfants et s’éteignit paisiblement le 11 novembre 1732 [9].

 

Elle ignora toute sa vie ce que c’est qu’un vers

Madame Racine n’était pas une intellectuelle. Ayant reçu l’éducation pratique d’une jeune fille de la bourgeoisie provinciale, elle resta toute sa vie étrangère au monde poétique où évoluait son époux. Les Mémoires sur la vie de Jean Racine rédigés par son fils Louis ne font pas mystère de ce contraste : L’un n’avait jamais eu de passion plus vive, y lit-on, que celle de la poésie ; l’autre porta l’indifférence pour la poésie jusqu’à ignorer toute sa vie ce que c’est qu’un vers ; et m’ayant entendu parler, il y a quelques années, de rimes masculines et féminines, elle m’en demanda la différence : à quoi je répondis qu’elle avait vécu avec un meilleur maître que moi. Elle ne connut ni par la représentation, ni par la lecture, les tragédies auxquelles elle devait s’intéresser ; elle en apprit seulement les titres par la conversation [10]. Catherine compensait sans doute sa simplicité par le soin qu’elle avait de son ménage et de son époux, ou, pour parler comme Molière, par son aptitude à distinguer un pourpoint d’un haut-de-chausse. N’était-ce pas l’essentiel ? Racine ne devait point désapprouver les propos tenus par Chrysale dans Les femmes savantes (acte II, scène VII) :

Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,

Qu’une femme étudie et sache tant de choses.

Former aux bonnes mœurs l’esprit de ses enfants,

Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,

Et régler la dépense avec économie,

Doit être son étude et sa philosophie.

Il est sûr, en tout cas, qu’il s’abstint de faire connaître à Catherine les charmes dangereux de l’art dramatique, et cela, probablement, pour des raisons morales et personnelles : effaçant auprès de cette vertueuse ignorante les traces suspectes de son passé, il n’eût point accepté qu’elle franchit le seuil d’un théâtre, ce lieu de perdition où lui-même avait régné comme Sardanapale au milieu de ses fastueuses débauches.

Après son mariage, le poète n’écrivit plus, d’ailleurs, que deux tragédies (Esther et Athalie), pièces à sujet religieux que lui avait commandées la dévote Madame de Maintenon et qu’il fit jouer par les pieuses Dames de Saint-Cyr. Devenu historiographe du Roi en 1678 et gentilhomme ordinaire de sa chambre en 1690, le bohême turbulent, peut-être émule de la Voisin ‒ si l’on en croit les déclarations de celle-ci, confirmées sous la question, dans une « Affaire des Poisons » qu’étouffa Louis XIV, horrifié par les ramifications du scandale [11] ‒, s’était mué en respectable écrivain de cour, gloire officielle donnant l’exemple de la parfaite alliance du  talent littéraire, de la piété et de la probité de mœurs mise au service de la monarchie. Ce n’est sans doute pas au panégyriste du Roi-Soleil, mais au jeune poète agité des années 1660 que pensait Diderot lorsqu’il brossa dans son Neveu de Rameau, par l’entremise du « héros », un portrait peu flatteur du Racine quotidien [12]. Ou bien disposait-il de quelque document non hagiographique sur la maturité de l’écrivain ?

 

« Des gens qui débitent les plus sottes choses du monde »

Jean Racine se rendait régulièrement à Montdidier, où il logeait, comme il est naturel, dans la demeure familiale des Romanet. En plus de ses fermages, touchait-il là le fond de l’ennui ? C’est possible, mais permettez-moi, chers lecteurs, de chausser à présent, et jusqu’au dernier mot de ce billet, les lunettes de l’universitaire « sociologiquement correct », c’est-à-dire de faire passer les vessies pour des lanternes. Les lignes qui suivent, dois-je préciser, n’ont aucunement pour cible les Montdidériens, les Picards, les provinciaux ou tous les non-parisiens ou non-versaillais de l’époque : elles se bornent à parodier la langue de bois d’une certaine coterie académique, voire médiatique, toujours prompte à désamorcer, au moyen d’un décryptage symbolique relevant moins de la science que de la sophistique et de la mauvaise foi, une réalité qui déplaît ou, pour parler comme Télérama, qui « dérange ».

On risque fort de se méprendre sur les sentiments que l’auteur de Britannicus nourrissait envers la future patrie d’Antoine-Augustin Parmentier. En effet, certains passages de la correspondance racinienne faisant mention du pays de son épouse, pourraient donner à croire que l’auteur de Bajazet s’y ennuyait et ne trouvait pas de charme à la compagnie de ses habitants. Ce serait pourtant faire erreur et demeurer à la surface d’un phénomène bien plus complexe qu’il n’y paraît. Profondément inhibé depuis qu’il s’est racheté une conduite, c’est à l’abri de formules extérieurement neutres ou sous le masque élégant de l’antiphrase que Racine cache son amour pour le plateau picard. Comme Phèdre n’ose nommer Hippolyte, pour qui elle brûle de la plus coupable flamme, le poète ne désigne Montdidier et ses environs que par la subtile périphrase « ce pays-ci », où le vague de l’expression à la fois dissimule et suggère la violence de sa passion. La seule lettre envoyée de cette ville, dans la correspondance de Racine, nous donne, sous la forme de la litote tant aimée du grand siècle, une idée de l’état d’âme montdidérien du dramaturge [13]. Vous ne rencontrez (ici) que des gens qui débitent gravement et affirmativement les plus sottes choses du monde, confie-t-il à son fils le 9 juin 1695. Un peu plus loin, il s’excuse de ne point écrire, de sa retraite santerroise, à une dame de sa connaissance : Et d’ailleurs, que pourrais-je mander de ce pays-ci, à quoi elle pût prendre intérêt ? Ne pouvant taire tout à fait sa félicité, le poète évoque furtivement, sur un ton de feinte indifférence, les moments d’ivresse qu’il passe dans cette campagne généreuse : Nous allons cette après-dînée à Griviller. J’ai fait tous mes comptes avec mon fermier, et j’ai renouvelé bail avec lui. Voilà des nouvelles telles que l’on peut vous en mander de ce pays-ci. J’espère que je recevrai encore une lettre de vous avant que de partir ; car si nous partons demain, ce ne sera que l’après-dînée. On fait pourtant tout ce que l’on peut pour nous retenir ici. Et le prince des tragiques d’achever sa lettre par une admirable esquisse de « paysage sentimental », vibrante d’émotion contenue, où le plus ardent enthousiasme se voile sous la mention apparemment innocente du temps maussade et l’allusion antiphrastique à l’ennui : Il pleut ici et fait assez froid. Je prendrai patience, pourvu que les chemins ne soient pas gâtés

On ne sait s’ils l’étaient alors plus ou moins que les habitants, et peu nous chaut, à la vérité. Au-delà de l’anecdote, en effet, l’épître montdidérienne de Racine prend place dans l’histoire de la littérature, sur le thème éternel de l’attachement au sol [14], comme un saisissant témoignage de la « négation affirmative » chère aux théoriciens de l’esthétique classique. Injustement ignoré par la critique jusqu’à ce jour, ce très dramatique échantillon du procédé racinien de la dissimulation révélatrice renferme en outre – et c’est là ce qui touchera au cœur le lecteur picard d’aujourd’hui ‒, la plus sincère et peut-être la plus émouvante déclaration d’amour qu’un poète ait faite au berceau de la pomme de terre ✶

Pascal BOULHOL

  

Indications bibliographiques 

Seuls sont mentionnés les ouvrages accordant quelque place à Catherine de Romanet.

I. Les Mémoires de Louis Racine.

 La principale source d’informations sur la vie privée de Racine reste les Mémoires sur la vie de Jean Racine écrits par Louis Racine, son fils (1692-1763), et publiés en 1747 à Lausanne et Genève ; édition par Luc Estang dans Racine. Œuvres complètes. Paris, Éditions du Seuil, collection L’intégrale, 1962, p. 17-66. Ce panégyrique filial, document de seconde main fondé sur les témoignages de Boileau, Brossette, Valincourt, d’Olivet (Louis n’avait que sept ans quand son père mourut), est évidemment sujet à caution.

II. Autres ouvrages.

Arnaud Chaffanjon, Jean Racine et sa descendance. Chauny, Imprimerie A. Baticle, 1964.

Pierre de Lacretelle, La vie privée de Racine. Paris, Hachette, 1949 (réédition 1970).

Raymond Picard, Corpus Racinianum. Recueil-inventaire des textes et documents du XVIIe siècle concernant Jean Racine. Vol. 1. Paris, Les Belles Lettres, 1956. 

 Id., Nouveau Corpus Racinianum. Recueil-inventaire des textes et documents du XVIIe siècle concernant Jean Racine. Paris, Éditions du CNRS, 1976.

 


[1]  Dialogue imaginaire, mais non dénué de vraisemblance, comme on verra plus loin.

[2]  Voir Lacretelle, p. 174.

 [3]  Texte du contrat dans Picard, Corpus (1956), p. 88.

 [4]  Sur l’amitié de Racine et Boileau, voir, entre autres, Jean Demeure, Racine et son ennemi Boileau, Mercure de France, 1er juillet 1928, p. 34-61 ; René Bray, Boileau, l’homme et l’œuvre. Paris, Boivin, 1942, p. 40-43 ; et surtout Pierre-Eugène Leroy (éd.), Lettres d’une amitié : correspondance, 1687-1698 / Nicolas Boileau, Jean Racine. Paris, Bartillat, 2001.

 [5]  Texte dans Picard, Nouveau Corpus (1976), p. 109.  S’il est vrai que ce mariage permit à Racine de doubler ses revenus, les conjoints étaient donc égaux, au moins quant aux ressources.

[6]  Lacretelle, p. 174. 

[7]  Id., p. 181.

[8]  Texte dans éd. Estang, p. 545-546. On peut y ajouter deux lettres de 1698 écrites conjointe-ment par Racine et son épouse : ibid., p. 575-576.

[9]  Chaffanjon, p. 26.

[10]  Éd. Estang, p. 38.

[11]  Sur le témoignage de la Voisin contre Racine dans l’Affaire des Poisons, voir Lacretelle, p. 175-178.

[12]  Diderot, Le Neveu de Rameau, éd. J. et A.-M. Chouillet, Livre de Poche, p. 22-23.

[13]  Éd. Estang, p. 552-553.

[14]  Du Prométhée enchaîné d’Eschyle à l’Atala de Chateaubriand (où Chactas, prisonnier des Muscogulges, est lié à la terre par des cordes), en passant par Swift (avec Gulliver ficelé sur une plage par les Lilliputiens), ce motif héroïque a été abondamment illustré.