Archives par mot-clé : Grèce

Petros Diatsentos a lu pour vous : « La Grèce et les Balkans » d’Olivier Delorme

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 144, juillet 2016, article deux.

Olivier Delorme, La Grèce et les Balkans. Du Ve siècle à nos jours, Gallimard, Folio histoire, 3 volumes, Paris, 2013, 2298 pages.

Couverture du troisième tome
Couverture du troisième tome

[C’est avec plaisir que nous publions  le compte-rendu de cette somme d’Olivier Delorme, qui s’est initié au grec ancien avec Connaissance hellénique.]

Les événements de portée internationale qui ont bouleversé les Balkans dans les années 1990 ont mis sur le devant de la scène médiatique occidentale les Etats et les sociétés de l’Europe du Sud-Est, pendant une décennie. A cette époque, le grand public — journalistes, intellectuels, militants associatifs, acteurs politiques — a été confronté à des situations inédites (transitions politiques, guerres, génocides, crises humanitaires…), très souvent peu ou pas intelligibles, d’autant plus que les études d’anthropologie, de géographie ou d’histoire balkaniques étaient rares. A partir de cette même décennie, et par la force des événements, la recherche portant sur l’espace post-ottoman dans sa partie européenne a connu un nouvel élan. Cet intérêt s’est focalisé notamment sur les Etats slaves des Balkans. Dès lors ont vu le jour de nombreuses études qui ont permis aux chercheurs et au grand public d’avoir accès aux connaissances nécessaires pour se familiariser avec l’histoire des Etats et des sociétés d’une partie importante des Balkans.

L’extrême sud des Balkans, sans doute moins connu des chercheurs francophones, revient à l’actualité de façon récurrente depuis le début des années 2010, avec ce que l’on a coutume d’appeler « la crise grecque », tandis que la récente « crise de réfugiés » a mis de nouveau sur le devant de la scène les Etats et les sociétés qui ont émergé au fil des recompositions des années 1990. Toutefois, l’intérêt du grand public pour la situation socio-économique grecque et le besoin d’aborder ses causes à travers un prisme socio-historique s’est heurté à l’absence quasi totale de travaux synthétiques de qualité, qui auraient permis de déterminer les justes dimensions de la situation actuelle en Grèce, mais aussi dans les Balkans. Même si les deux dernières décennies ont vu paraître des ouvrages portant sur l’histoire et la société grecque d’après 1945, la grande majorité d’entre eux concerne des travaux s’adressant aux spécialistes des sciences sociales.

L’ouvrage d’Olivier Delorme, La Grèce et les Balkans : du Ve siècle à nos jours, constitue un travail qui a l’ambition de combler cette lacune. Parue en 2013 aux éditions Gallimard, cette somme de 2298 pages en trois volumes constitue l’aboutissement d’un projet amorcé en 2008 à l’initiative de Martine Allaire. L’auteur, agrégé d’histoire et ancien maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, est un historien engagé qui se définit comme un médiateur culturel, voire un passeur de savoirs. Il s’inscrit dans la lignée de Paul Veyne, qui considère que l’historien est avant tout un narrateur, un romancier du vrai. Avec sa trilogie, Olivier Delorme souhaite « faire une synthèse de l’état des connaissances au plus près possible de la recherche, sans toutefois prétendre apporter quelque chose d’original ».

L’auteur porte un regard a priori bienveillant sur la Grèce, tout en souhaitant proposer un ouvrage bien documenté. Au fil des pages, la trilogie s’enrichit de notes et de cartes, ainsi que d’un glossaire, d’une bibliographie thématique et d’un index nominum. Cet ouvrage est avant tout une histoire politique, en ce sens que sont traitées en priorité les questions concernant les relations internationales, la géopolitique, la construction de l’Etat et les rapports entre la société et l’Etat. Elle couvre principalement deux siècles et demi d’histoire grecque et balkanique, même si le point de départ se place à la période qui a transformé définitivement l’Empire romain d’Orient. A l’autre bout de cette frise chronologique on retrouve les quatre décennies qui ont suivi la chute de la dictature des colonels en 1974 ; ce « laps de temps » est en effet exposé de manière assez étoffée dans le troisième volume qui se clôt sur l’émergence de la crise économique et sociale sévissant dans ce pays, depuis 2010. De ce point de vue, la somme d’Olivier Delorme répond à un réel besoin concernant non seulement l’histoire, mais également le trajectoire de ce pays, durant les vingt-cinq dernières années.

L’auteur place donc l’histoire de la Grèce moderne au centre de cette rétrospective à la fois fluide et vivante, même si le titre nous indique qu’elle n’est pas l’objet exclusif de l’ouvrage. Il intègre en effet la Grèce dans son environnement géopolitique direct (les Balkans) et international, en donnant une vision synthétique des interactions entre elle et l’ancienne aire byzantino-ottomane, au fil des siècles. Il se donne pour objectif de faire connaître la Grèce après le « moment » antique, en vue de proposer les outils nécessaires pour déchiffrer la situation politico-sociale actuelle. Il se détache ainsi du schéma de l’histoire tripartite (Antiquité, Byzance, Grèce moderne) forgé par l’historiographie grecque au XIXe et repris par les historiens occidentaux tout au long du XXe siècle.

 

L’essentiel du premier tome porte sur le long XIXe siècle balkanique qui commence au lendemain de la Révolution française pour se terminer la veille de la révolution jeune-turque (1908). Toutefois, dans le premier tiers de ce volume, l’auteur s’attache à étudier les origines de la Grèce moderne, en abordant rapidement ce que furent les Empires byzantin et ottoman. Il s’agit en effet de tracer la « préhistoire » de la Grèce moderne, son passé byzantin et ottoman, où l’on voit comment le destin des élites qui forgent l’identité grecque moderne au XVIIIe siècle est scellé par son contact avec le pouvoir ottoman et les autres peuples balkaniques. L’auteur souligne l’héritage politique et culturel qu’ont légué les deux Empires, ainsi que la place particulière des Grecs au sein de ces deux ensembles. Au terme de cet aperçu, l’auteur se focalise sur « le siècle des nations » dans le Sud-Est européen. Il vise à mettre en lumière les facteurs qui ont préparé le terrain sur lequel ont germé les projets nationaux dans les Balkans, y compris les différents projets turcs. L’accent est mis sur la place des élites grecques en tant qu’intermédiaires entre l’Europe et la Méditerranée orientale ainsi que leur rôle dans la circulation des idées des Lumières. Olivier Delorme s’arrête alors sur le processus d’émergence des identités nationales et de projets politiques qui ont conduit à la guerre de l’indépendance grecque et à l’émergence des autres États-nations balkaniques. Parallèlement, il examine le sort de l’Empire ottoman au XIXe siècle et l’impact des réformes engagées notamment après 1850. Dans ce premier tome, nous suivons aussi les étapes initiales de la construction de l’Etat et les tentatives visant à mettre en place, puis à consolider une république parlementaire.

Le deuxième volume est d’abord centré sur l’évolution du contexte géopolitique dans les Balkans au début du XXe siècle, contexte qui est marqué par l’effondrement de l’Empire ottoman et par la mise en place progressive du nouveau statu quo dans les Balkans. Le lecteur suit ainsi les épisodes successifs des hostilités, où se trouvent impliqués les Etats et les sociétés balkaniques depuis 1912, entraînant des recompositions à la fois territoriales et démographiques. Par ailleurs, l’auteur rend compte de la présence et de l’implication de chacune des puissances européennes dans les trois événements majeurs qui ont marqué la péninsule balkanique dans les années 1912-1922 : les guerres balkaniques, la première guerre mondiale, vue comme le prolongement des hostilités de 1912-1913, ainsi que la campagne grecque en Asie Mineure. Les dix années de guerres et la défaite grecque de 1922 (« la Grande Catastrophe ») auront de multiples conséquences, allant des nettoyages ethniques aux déplacements de populations et aux crises politiques successives qui s’amorcent au sein de l’Etat grec, bien avant la fin de la première guerre mondiale. A l’issue de la campagne d’Asie Mineure, la société grecque ne sera plus comme avant. Après l’évanouissement du projet national (la « Grande Idée ») et malgré les réformes sociales et institutionnelles, introduites depuis 1911 par Venizelos, l’Etat grec est confronté à une instabilité politique constante, ainsi qu’au problème de l’intégration des réfugiés. La crise économique mondiale de 1929 se répercute en Grèce et creuse davantage les fractures, tandis que la radicalisation des couches populaires s’exprime à travers une montée de la contestation sociale, dans les années 1930. Les tensions et les fractures au sein de la société grecque, d’une part, et l’instabilité politique d’autre part, conduiront à la dictature de 1936. Cette première partie du deuxième tome se termine par un chapitre consacré à la montée des régimes autoritaires dans les autres pays balkaniques, ce qui évoque la proximité entre les Balkans et le destin des autres Etats européens à l’entre-deux-guerres.

La seconde partie du Tome II traite de l’entrée des pays balkaniques dans la seconde guerre mondiale et de l’avancée militaire des pays de l’Axe, dans la péninsule. Olivier Delorme présente le nouveau partage des territoires parmi les vainqueurs allemands, italiens et bulgares et il expose les effets de l’Occupation pour se pencher tout particulièrement sur le cas des Résistances grecque et yougoslave. L’auteur suit de près la mise en place de la Résistance grecque dans les centres urbains, puis dans l’arrière-pays grec et il traite des rapports de force qui se développent entre les diverses organisations armées. Le contrôle et la nouvelle organisation politique d’une partie non négligeable du pays par la principale organisation de la résistance créent un pouvoir politique de facto, face à un gouvernement grec en exil. Durant toutes ces années, les Britanniques jouent un rôle déterminant en se posant comme intermédiaires entre les divers protagonistes. Les conditions de la guerre civile, qui éclatera dès le départ de l’occupant, y sont déjà présentes, même si l’on ne peut pas parler de déterminisme. La guerre civile qui se déroulera en deux actes aura un impact catastrophique à tous les niveaux sur la société grecque : persécutions de toute sorte, crimes, exactions, mise en place de camps de concentration, déplacements forcés de populations, réfugiés… Elle creusera davantage les fractures sociales d’avant 1940 et laissera des plaies ouvertes jusqu’au milieu des années 1970.

Le troisième volume, qui commence au lendemain de la guerre civile pour arriver à nos jours, est divisé en quatre parties. Dans la première partie, le lecteur suit les deux grandes phases d’un processus qui a conduit à « la lente démocratisation » de la Grèce. Pendant la première période, qui va jusqu’à la dictature des colonels (1967-1974), la république grecque est frappée d’un fort déficit démocratique, d’un manque de stabilité politique et d’une ingérence constante de la cour royale et des Etats-Unis dans les affaires politiques. Dans une seconde phase, à savoir après la transition de 1974 (Metapolitefsi), le processus démocratique et les réformes sociales s’accélèrent, tandis que le pays se tourne résolument vers le continent européen.

La deuxième partie du tome III porte sur les transitions politiques dans les Balkans, depuis la chute du rideau de fer jusqu’au début du XXIe siècle. Elle traite en effet de nouvelles recompositions territoriales, des transitions politiques et de la mise en place de nouvelles structures et institutions dans chacun des anciens pays communistes. L’auteur examine les faits dans leur dimension européenne et internationale. Ainsi, dans les années 1990, les Balkans constituent le carrefour où se rencontrent les acteurs régionaux, les autres Etats du continent européen mais aussi les Etats-Unis et les organismes internationaux.

Dans la troisième partie, l’auteur examine le devenir des Etats qui ont succédé aux anciennes Républiques populaires au terme de dix années des transitions ou des guerres. Il constate que la gestion globale des crises, voire l’ingérence des pays européens, de l’Union Européenne dans son ensemble ou des Etats-Unis n’ont guère eu d’efficacité et ont très souvent conduit à des résultats complètement opposés à ce que l’on prônait dans les années 1990.

La dernière partie de ce tome couvre l’évolution du pays grec après les événements majeurs survenus dans les Balkans et en Europe, entre 1985 et 1995. Plusieurs pages sont consacrés aux réformes des institutions et de l’Etat, aux performances de l’économie grecque, ainsi qu’à l’intégration dans la zone euro. Quant au contexte géo-politique, l’auteur se penche sur le rapprochement gréco-turc et sur ses limites, ainsi que sur la question chypriote. Enfin, Olivier Delorme s’attache à la question de la crise économique et sociale qui sévit en Grèce depuis 2010. Son approche va au-delà d’une simple énumération de faits. A travers une analyse bien documentée, il expose un ensemble de facteurs (inhérents à la société et à l’Etat grecs ou exogènes) qui ont mené à la crise. Dans cette dernière partie, l’auteur revient sur les idées reçues, et sur les stéréotypes culturalistes qui ont été utilisés pour expliquer la situation des dernières années. Il exprime son point de vue de façon explicite et porte des jugements assumés, en prenant une position claire concernant les acteurs, les facteurs et les situations qui ont conduit à cette crise.

La concomitance de la crise économique mondiale et de son impact en Grèce, avec la sortie de la trilogie d’Olivier Delorme, en fin 2013, mériterait toutefois une observation qui ne saurait être passée sous silence. L’écriture du texte s’est faite au fil de la « crise grecque » et le lecteur ressent à plusieurs reprises que l’actualité politico-économique interfère dans le récit historique. D’après nous, l’auteur ne parvient pas à tenir la juste distance vis-à-vis de la présence allemande dans l’histoire grecque, balkanique ou européenne, ni à relativiser la place et le rôle du pouvoir politique allemand dans les divers événements qui ont marqué la seconde moitié du XXe siècle. Olivier Delorme est un historien engagé et un auteur-citoyen, ce qui nous rappelle que l’historien est certes l’homme des sciences sociales et le citoyen, à la fois. Mais dans le cadre de cette double intégration, il ne faudrait jamais perdre de vue que les engagements citoyens ne devraient pas nous empêcher d’assumer jusqu’au bout nos engagements scientifiques.

Quoi qu’il en soit, la somme historique d’Olivier Delorme réussit son pari de proposer à un public francophone de non-spécialistes une histoire synthétique de la Grèce moderne, qui tient compte de son environnement balkanique et européen. En se penchant sur l’histoire grecque moderne, l’auteur met en relief le rôle particulier et la place du monde grec dans les Balkans, ainsi que son importance dans l’histoire du continent tout entier. Tout au long de son étude, il met en exergue la singularité grecque dans l’espace ottoman et post-ottoman. Le monde grec est considéré comme un carrefour entre les mondes méditerranéen et slave, turco-musulman et occidental et, en même temps, l’interface entre l’Orient et l’Occident. Pour l’auteur, « l’hellénisme » a exercé une influence déterminante dans l’Europe du Sud-Est et a agi comme le vecteur de la modernité dans les Balkans.

Il va de soi que si nous voulons recadrer le récit de l’histoire grecque, il ne faut plus parler d’une singularité qui traverse les siècles, mais de particularités historiques du monde grec qui le distinguent des autres sociétés balkaniques, méditerranéennes ou européennes, ayant elles aussi leurs propres particularités historiques. Par ailleurs, nous devons aussi tenir compte des éléments qui marquent son rapprochement et son unité avec les autres sociétés, unité qui se dégage, au fond, d’une multitude de connexions et de contacts, d’influences mutuelles et d’osmoses qui ont opéré au fil des siècles et qui sont encore plus présents de nos jours. Ainsi, ce qui paraît nécessaire à l’heure actuelle, c’est la compilation d’une histoire sociale et culturelle pour l’ensemble de l’Europe du Sud-Est, une histoire connectée et globale, où l’on s’attacherait davantage aux influences réciproques, aux processus de transferts multi-directionnels de savoirs et d’idées et à leur remaniement, à l’interconnexion des lieux de production de savoirs, ainsi qu’à tous les éléments (personnes, espaces géographiques, projets, etc.) qui constituent des ponts et rapprochent les hommes, les sociétés et les cultures. Je parlerais même d’un véritable besoin de proposer une lecture qui déplace le regard de ce qu’on a tendance à considérer comme un épicentre (un pays, une élite, un peuple, un Etat, une capitale, etc.) vers des centres multiples et à portée différente qui, au-delà des rapports de domination politico-économique qu’ils entretiennent, développent également une multitude de connexions horizontales. Il s’agirait de passer d’une lecture qui se focalise sur les transferts unilatéraux et monodimensionnels, à l’interconnexion et aux influences mutuelles, afin de mettre en lumière les aspects socioculturels et anthropologiques communs non seulement parmi des différents peuples ou sociétés balkaniques, mais aussi entre ces derniers et les autres sociétés de l’Europe et de la Méditerranée. Rappelons que, hormis les singularités et les apports particuliers de chaque société ou culture, singularités qui ne sont que le pur produit de l’histoire, il y a ce fonds commun de la modernité, qui relie non seulement les sociétés balkaniques entre elles, mais également ces dernières aux autres sociétés de l’Europe et de la Méditerranée. Ainsi, l’intérêt du chercheur devrait s’orienter vers ce qui est commun et relie les destins des peuples de l’ancienne aire ottomane et vers les circonstances historiques qui ont produit les rapprochements, sans toutefois compromettre les particularités. Dès lors, il deviendrait nécessaire de mettre en perspective les particularités (au pluriel), ramenées à leur juste dimension historique, ce qui éviterait des lectures ou des glissements essentialistes.

Enfin, pour paraphraser A. F. Christidis, je dirai que la lumière historique nous permet de ramener les phénomènes et les événements à une échelle humaine, celle du citoyen universel qui refuse de se sacrifier à l’autel de mythes d’une particularité étanche et a-historique, mythes qui nourrissent la discorde et la division. Les circonstances actuelles en Europe, dans les Balkans ou en Méditerranée, rendent encore plus prégnant le besoin d’aborder l’étude de nos sociétés, en respectant l’historicité intrinsèque des phénomènes sur lesquels on se penche. Il ne s’agit pas là d’une simple question de déontologie académique. La dimension morale qui sous-tend cette question est d’une importance vitale pour le temps présent. Le produit de notre travail d’universitaires et de chercheurs, lu et relu constamment, repris, débattu, remanié, diffusé, constitue un des éléments fondamentaux qui appuie de près ou de loin la construction des identités et la légitimité de projets politiques allant dans des sens très différents, voire opposés. Et c’est ici qu’intervient la responsabilité de l’historien qui doit toujours mesurer l’impact et le retentissement du savoir qu’il propose, non seulement à ses pairs, mais aussi à la société civile.

Petros Diatsentos

Maître de conférences de grec moderne à l’Université d’Aix-Marseille.

Dix Grecs en crise

 

Un portrait photographique

 

Nous voudrions saluer un bel article dans Médiapart. La photographe Amélie Poinssot fait avec pudeur et précision le portrait photographique et social de dix Grecs dans la situation de crise actuelle.

L’adresse est la suivante :

www.mediapart.fr/portfolios/portraits-de-grecs-transformes-par-cinq-ans-de-crise

 

L'école d'Athènes de Raphaël
L’école d’Athènes de Raphaël, ou les Grecs philosophes

Bonne lecture.

Christian Boudignon, rédacteur en chef.

Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013

L’évènement se produira tous les 1ers mars, juillet et novembre de chaque année

 

Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)
Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)

 Camus : « Aucune défaite n’est éternelle »

En 1946, dans Hommage à la Grèce, Camus écrit à propos de la résistance grecque contre le fascisme et le nazisme ces mots qui prennent tout leur sens dans la crise actuelle  :

“C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait savoir au monde que les hommes de la liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’est éternelle.”[1]

Mais Camus rêvait cette Grèce plus qu’il ne la connaissait. Et pour cause ! Une interview du journal grec Τα Νέα du 19 mars 1955 lors de la première visite en Grèce d’Albert Camus nous en révèle la cause… Camus avait acheté un billet de bateau depuis Alger pour la Grèce qui portait la date fatidique… du 2 septembre 1939! Ce jour-là la guerre éclatait, il ne vint pas, et transforma pour ainsi dire en Grèce sa Kabylie dont il écrit dans son Carnet I, p. 90 :

“C’est comme si tout d’un coup, à des siècles de distance, l’Hellade tout entière transportée entre la mer et les montagnes renaissait dans sa splendeur antique, à peine accusée dans sa paresse et son respect du Destin par le voisinage de l’Orient.” [2]

Nous aussi, nous vous invitons au rêve, au voyage, ce mois-ci en Kabylie ou plutôt en terre berbère où est née la culture de l’olivier, il y a fort longtemps, comme nous le rappelle Salem Chaker dans son article…

 

Nous serons des Prométhées heureux

Cette invitation au voyage (terme plus poétique que le mot de “vulgarisation scientifique”) anime notre revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) qui fête sa première année sur internet et sa trente-sixième année d’existence. Rappelons que notre revue a subi le destin de Prométhée : elle a voulu s’élever dans l’empyrée des revues scientifiques dans la prestigieuse collection internet “revues.org”. Mais parce que comme Prométhée, nous étions amis des hommes et que nous voulions leur transmettre le feu, parce que nous divulguions le savoir réservé aux dieux, nous avons été condamnés par les dieux ou les géants à rester enchaînés à la forme du blog “hypotheses.org”. Donc, nous ne débloguerons pas. Mais, puisque nous sommes, comme Prométhée, liés par les liens infrangibles de la Toile, nous rêverons à notre étoile. Nous serons, comme le prophétisait Camus à propos de Sisyphe, des “Prométhées heureux” et nous ferons sauter le Parthénon à coup d’hypothèses (voir l’article de J. Kaminski du n°135 de juillet dernier sur Christos Chrysopoulos, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.).

L’ÉVÈNEMENT SE PRODUIRA A CHACUNE DE NOS PARUTIONS, TOUS LES QUATRE MOIS, LES 1ERS NOVEMBRE, MARS & JUILLET DE CHAQUE ANNÉE.

 

Connaissance hellénique : le cours.

Trève de plaisanteries. Rappelons encore et toujours que cette Revue est la branche de CONNAISSANCE HELLÉNIQUE, Le Cours dont le site est toujours : http://sites.univ-provence.fr/hellen/

Son but est d’accompagner par correspondance, avec l’aide d’un correcteur attitré bénévole, tout volontaire dans l’apprentissage du grec ancien. Et cela pour trois francs six sous… En attendant le passage au numérique du Cours, la première étape du néophyte est encore l’achat du manuel de grec Hermaion et l’envoi d’une lettre à Connaissance Hellénique,  Faculté des Lettres 13621 Aix-en-Provence Cédex 1. Ou alors laissez un message en bas de cet article. Tous les lecteurs de cette revue qui le souhaitent peuvent envoyer à la même adresse et à l’ordre de Connaissance Hellénique un chèque (annuel) de soutien de 10, 50 €, afin (ce qui n’est pas un pléonasme) de numériser les anciens numéros. N’hésitez pas à proposer vos articles sur l’Antiquité grecque ou la Grèce en adressant un message après cet éditorial.

 

Sommaire du n° 136 de Connaissance Hellénique

Et voici maintenant le sommaire du numéro de novembre :

1 Christian Boudignon : La mairesse d’Aix et les crapules marseillaises (vous parlez grec et vous ne le saviez pas). http://ch.hypotheses.org/579

2 Pascal Boulhol : les Pères de l’Eglise sont-ils anarchistes ? http://ch.hypotheses.org/589

3 Salem Chaker : Enquête à propos du nom de l’olivier : grec ou berbère ? http://ch.hypotheses.org/601

4 Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour νόος > νοῦς « l’intellect » ? http://ch.hypotheses.org/626

5 Jean-Michel Ropars : Le saut de Leucade : une question de sens. http://ch.hypotheses.org/639

6 Janine Kaminski : cinq poèmes traduits de Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, Ξηροί καρποί. http://ch.hypotheses.org/648

7 Max Pourkier, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Constance II à Constantin IV (337-685). http://ch.hypotheses.org/657

8 Ariel Chopard, Lu pour vous : J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Les Belles Lettres, Paris, 2013. http://ch.hypotheses.org/691

 

 

La plus vieille chanson du monde

Et pour finir en chansons, Ariel Chopard nous communique le lien avec un article du journal Huffington Post sur la plus vieille chanson du monde, une chanson grecque découverte en 1883 à Tralles, en Asie Mineure, sur la stèle funéraire d’un certain Seikilos :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/10/plus-vielle-chanson-du-monde_n_4245328.html

Ὅσον ζῇς φαίνου,

Μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ

Πρὸς ὀλίγον ἐστί τὸ ζῆν

Τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ

”Tant que tu vis, brille !

Ne t’afflige absolument de rien !

La vie ne dure guère.

Le temps exige son tribut.” (attention au jeu de mot : τέλος signifie aussi « une fin » P.B.)

Vous pourrez comparer avec une autre version donnée sur : https://www.dailymotion.com/video/x9gdcb_musique-de-la-grece-antique-epitaph_music

Bonne écoute.

 Christian Boudignon


[1] cité dans la préface aux XXIIIe rencontres méditerranéennes, Albert Camus et la Grèce, Les écritures du Sud, 2007, p. 8.

[2] cité par André Abbou, “Albert Camus le retour à Ithaque”, dans Albert Camus et la Grèce, p. 83.