Archives par mot-clé : grec

L’Académie des langues anciennes reprend du service à Pau en juillet 2017.

Apprendre le grec ancien cet été à Pau ?

Académie des langues anciennes 2017

L’équipe de Connaissance Hellénique est heureuse de signaler que l’université d’été de l’Académie des Langues Anciennes (ALA) a déménagé. Fondée il y a plus de trente ans, autrefois à Saintes, plus récemment à Digne, l’ALA est maintenant hébergée au campus de Pau (UFR des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Elle aura lieu du 17 au 28 juillet 2017.

Il y aura (en plus du latin, de l’arabe, de l’hébreu, de l’akkadien et de l’occitan) trois niveaux de grec ancien : un niveau débutant pour ceux qui n’en ont jamais fait (assuré par Capucine Agard, chargée de cours à l’Université d’Aix-Marseille). Un niveau moyen pour ceux qui ont besoin de finir une première approche de la grammaire (assuré par Anne Petrucci, docteur ès lettres). Un niveau avancé pour ceux qui ont besoin d’aide pour commencer à aborder les textes (assuré par Eric Dieu, Maître de conférences de l’Université de Toulouse).

Pour les inscriptions, il faut s’adresser à l’Institut d’Etudes Françaises pour Etudiants étrangers (IEFE) de Pau :

05 59 40 73 85

iefe@univ-pau.fr

Et voilà le programme :

Brochure recto de l’Académie des Langues Anciennes 2017
Brochure verso de l’Académie des langues anciennes

Bonne chance à cette université d’été.

Christian Boudignon

Un conte pour enfant de traduit du grec par Janine Kaminski : « Le petit pilote » de Stavros Zaphiriou

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 144, juillet 2016, article quatre)

Stavros Zaphiriou

Le Petit Pilote

 

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)
Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

 

[S’attaquer au conte pour enfants le plus lu… par des adultes, c’était un défi. Dans le conte de Stavros Zaphiriou, le petit prince n’est plus aussi éthéré et romantique que dans le conte de Saint-Exupéry. Il prend même des allures de jeune révolté contre l’autorité de son père le Roi et des autres représentants du pouvoir officiel : comité des sages, services secrets, précepteurs… dont Stavros Zaphiriou moque la bêtise infatuée.

Toutefois, il a préservé la poésie : s’il n’y a plus de rose ni de renard, il y a encore l’éternelle écharpe, il y a un pilote imaginaire, un petit prince qui rêve d’être pilote sans avion… et qui s’envole avec ses rêves.

Et la séparation du pilote et du petit prince nous serre encore le cœur.

Janine Kaminski, traductrice du conte]

 

Il était une fois un petit prince. Mais cela ne l’ennuyait pas du tout. Ni qu’il fût petit ni qu’il fût prince. Ce qui l’ennuyait, c’était qu’il ne fût pas… pilote. Maintenant vous vous demanderez : quelle sorte de pilote aurait-il été, puisqu’à l’époque où il y avait des princes – des princes normaux c’est-à-dire comme lui-même – il n’y avait pas d’aéroplanes ! Moi aussi je me le demande ! Ce qu’il y a de certain en tout cas, c’est que le petit prince, bien qu’il fût prince, avait beaucoup réfléchi au sujet des pilotes. Et tandis que les spécialistes avaient encore du mal à décider si l’absence d’aéroplane avait un rapport ou non avec des pilotes ou des princes qui voulaient être pilotes, lui-même était déjà arrivé à sa propre conclusion : il n’est pas nécessaire qu’il y ait des aéroplanes pour que quelqu’un puisse voler ! Tiens, comme les oiseaux.

Mais voilà que tout de suite les contradicteurs le rattraperaient ! Oui, bien sûr ! Comme les oiseaux (diraient-ils) ! Mais les oiseaux ne sont pas des pilotes ! Quel énorme problème !

« Ah ! mais il faut absolument que je discute avec quelqu’un de mes problèmes », pensa le petit prince.

Et suivant fidèlement le protocole, il s’adressa tout d’abord au roi son père.

« Mon fils et successeur », le rabroua celui-ci, légèrement énervé, « est-il possible que tu me déranges avec des problèmes de ce genre ? Sais-tu quels soucis a dans la tête un roi ? Je désignerai cependant une commission parmi mes sages conseillers et je la chargerai de réfléchir sur le sujet. Et de te communiquer directement sa conclusion. »

 

Conclusion de la commission des sages du roi :

« Répondant à la volonté du successeur à la couronne d’examiner un éventuel rapport entre les oiseaux et les pilotes, et après l’enquête approfondie que nous avons effectuée, nous avons constaté et déposons que : malgré la version séduisante d’une analogie entre oiseaux et pilotes – version qui relève plus des sentiments et des intentions – nous sommes certains que l’activité aérienne des oiseaux n’a jamais eu de rapport avec la personnalité énigmatique des pilotes. Nous sommes arrivés unanimement à cette conclusion, en observant pendant des heures et des jours la conduite absolument honorable des moineaux, chardonnerets, aigles, rouges-gorges, martinets, bergeronnettes, merles, becfigues, coqs de bruyère, torchepots, tandis que malgré nos efforts assidus et les pièges que nous avons tendus, nous n’avons pas réussi un seul instant à repérer un pilote, pour observer son comportement. En conséquence, nous proposons au petit prince de répondre volontiers aux coups de bec des oiseaux sur les vitres de sa fenêtre. D’autre part nous l’incitons à être circonspect envers toute tentative de soi-disant pilotes pour s’approcher de l’espace aérien de ses désirs. »

 

Le petit prince lut la conclusion de la commission des sages conseillers du roi et, déçu, secoua la tête. Sur aucune de ses interrogations elle ne jetait la lumière qu’il attendait

Il laissa donc de côté la sagesse des sages et se risqua à se confier aux connaissances et au jugement de son maître.

« Mon honoré élève », lui dit celui-ci, « c’est une énorme faute de logique de comparer les notions “oiseau” et “pilote”. Et je vais vous expliquer tout de suite ce que j’entends : un oiseau, par exemple, peut très bien atterrir sur la tête d’un pilote, mais un pilote peut-il atterrir sur la tête d’un oiseau ? De même un oiseau peut construire son nid sur le balcon d’un pilote, mais un pilote ne peut d’aucune façon construire son balcon sur le nid d’un oiseau. Et d’autre part un pilote peut attraper des oiseaux dans l’air, mais un oiseau est incapable d’attraper des pilotes dans l’air. D’ailleurs mon cher, puisque présentement il n’existe pas d’aéroplane, tandis qu’il est avéré qu’il existe des oiseaux, toutes vos interrogations sont hors de saison. »

Comme vous avez pu le constater vous aussi : paroles et paroles en l’air dans la bouche du maître. Ainsi, le petit prince tourna désormais ses derniers espoirs vers son meilleur ami.

« C’est tout simple et ne te fais pas de bile », lui répondit celui-ci. « Le plus sûr moyen d’être pilote, c’est de ne pas mêler les oiseaux à tes pensées. Tu sais bien que celui qui se mêle aux oiseaux se remplit la cervelle de duvet. D’ailleurs les oiseaux sont seulement des oiseaux, tandis que les pilotes ne sont pas seulement des pilotes. »

Ces paroles parurent au petit prince plus conciliantes. Il prit donc la décision de chasser les oiseaux de ses pensées, mais en aucune façon aussi les pilotes. Il croyait, voyez-vous, que même s’il n’était pas indispensable pour un pilote d’être aussi un prince, il était absolument indispensable pour un prince d’être pilote.

 

Cependant, « comment est-ce, un pilote ? » se demanda-t-il, c’est-à-dire demanda à lui-même le petit prince. Et il fut obligé de s’interroger lui-même, puisque autour de lui, soit à la cour royale soit dans le royaume, il n’y avait personne au courant du sujet pour l’interroger. Il commença donc à prendre différentes poses, puisque tu dois être d’une façon quand toi-même tu te demandes quelque chose et d’une autre quand tu te réponds. Il s’asseyait et se levait, changeant de place, accentuait sa phrase tantôt sur un mot tantôt sur un autre, il donnait à sa voix parfois un timbre grave et parfois léger ou remplaçait le point d’interrogation de son ignorance par le point d’exclamation de son doute.

Mais avec tout cela, malgré toutes les méthodes qu’il essayait, malgré l’état d’acharnement émouvant et de surexcitation consciencieuse où il se trouvait constamment, le temps passait sans qu’il réussisse à recevoir de lui-même une réponse.

Jusqu’à ce qu’enfin l’idée lui vînt comme un éclair : il inventerait un pilote. C’est-à-dire qu’il laisserait de côté les poses de sa logique et mettrait en train les poses de son imagination.

Et tout d’abord il imagina qu’un pilote a son âge ou à la rigueur est un peu plus jeune. Deuxièmement, qu’un pilote porte un uniforme, pour qu’on voie qu’il est pilote. Troisièmement, qu’un pilote doit savoir comment décoller de quelque part et comment atterrir là où il a pour but d’arriver. Quatrièmement, qu’un pilote ne doit pas oublier le point d’où il a décollé, ni le trajet qu’il a suivi, pour pouvoir retourner si par hasard c’est nécessaire. Cinquièmement – puisqu’il y a aussi un cinquièmement – un pilote doit pouvoir distinguer du premier coup d’œil qu’un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa n’est pas la même chose qu’un boa qui a avalé un éléphant tout entier.

Certes il aurait été capable d’imaginer le sixièmement et le septièmement et le huitièmement de « comment est-ce, un pilote », mais alors pourquoi ne pas imaginer aussi le neuvièmement et le dixièmement et le cent-quarante-troisièmement ?

Arrêtez-vous maintenant et comptez les lignes que nous avons dépensées et dites-moi s’il y en a peu ou beaucoup, ou s’il valait la peine d’en dépenser davantage pour décrire les fantaisies d’un petit prince ; lequel, et il faut le souligner car cela a une importance particulière, avait un don rare pour son âge : il n’avait aucune idée du dessin ; et une qualité encore plus rare : il n’aimait pas tenir un journal. Ainsi ce qu’il imaginait, il l’oubliait très vite. Et quand il essayait de s’en souvenir il s’embrouillait. Et voilà le résultat :

1° Un prince a son âge, 2° et il porte un uniforme taillé à ses mesures, 3° pour se rappeler où il a l’intention d’arriver, 4° de sorte qu’il peut distinguer un boa qui a avalé un éléphant tout entier de quelque chose qui ressemble à un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa, 5° et qui peut n’être ni un éléphant ni un boa, 6° mais le chapeau que porte un pilote, pour réussir à retourner là d’où il est parti.

À cet endroit l’écrivain doit faire une déclaration sur l’honneur : une quelconque ressemblance avec d’autres petits princes, d’autres pilotes et d’autres éléphants dans le ventre d’un boa est fortuite et il n’est pas exclu qu’elle soit due à la manie des éléphants d’être avalés tout entiers par le premier boa qu’ils trouvent devant eux. Elle peut être due aussi à la mauvaise habitude des pilotes, à peine rencontrent-ils des petits princes, de vouloir écrire des livres sur leur vie.

 

Mais voilà qu’avec ces embrouillaminis, le petit prince arriva de nouveau à une impasse. Au moment où il disait « ainsi est un pilote », l’instant d’après le pilote était autrement.

« Mais peut-être que finalement », se demanda-t-il, « un pilote est ainsi que l’imagine quelqu’un selon son humeur chaque fois ? » Peut-être que je perds mon temps avec tant d’imagination et qu’il vaut mieux que je renonce à l’aspect physique d’un pilote et que je m’attache à sa vie intérieure ? Qui de toute façon n’apparaît pas ! »

Idée naïve, me direz-vous, et vous aurez raison. Vous aurez raison parce que le petit prince ne réfléchit pas que si l’aspect physique d’un pilote changeait si souvent de formes dans son esprit, combien de métamorphoses différentes peuvent se produire dans sa vie intérieure !

Grâce à cette réflexion qu’il ne fit pas, notre héros crut qu’il se débarrassait d’un grand embêtement et que dorénavant il réussirait facilement, et sans beaucoup de descriptions et de détails, à trouver pour de bon la réponse qu’il cherchait.

Ainsi, après tant de jours et de nuits passés dans la confusion et les doutes, il s’endormit enfin ce soir-là tranquillement.

Imaginez alors comme sa tranquillité fut troublée quand, en s’éveillant le lendemain matin, il vit debout à la fenêtre de sa chambre un pilote en chair et en os…

A suivre.

[La suite sera publiée, si vous le réclamez, le 1er novembre 2016]

UN PETIT JEU : testez votre vocabulaire grec ancien !

Les 401 mots les plus fréquents du grec classique

((d’après les Tables fréquentielles du grec classique, dir. J.-C. Carrière, Besançon-Paris, 1985 (plus de 200 occurrences) et G. Gauquil & J.-Y.Guillaumin, Vocabulaire de base du grec, ARELAB, 1985, à partir d’Antiphon, Andocide, Démosthène, Euripide, Isocrate, Lysias et Xénophon.))

J.A.D. Ingres, Oedipe et le Sphinx, Louvres-Lens, 1808,1827 (wikicommons)
J.A.D. Ingres, Oedipe et le Sphinx, Louvres-Lens, 1808,1827 (wikicommons)

→Imprimez cette feuille et notez  à côté du mot le sens que vous donnez à chaque mot,

→ou bien prenez un papier à côté de votre écran et notez en face de chaque traduction française le numéro du mot,

puis reportez-vous ensuite à la SOLUTION tout à la fin, en seconde partie,  après le quatre-cent-unième mot. 

Notez le nombre de mots connus exactement. On vous dira ensuite votre niveau de grec ancien.

A vous de jouer ! ἀνερρίφθω κύϐος [Que le dé soit jeté !]

1 ἀγαθός

γω

γών

δελφός

5 δικέω

εί

αρέω

ασχρός

ατία

10 ατιος

κούω

ληθής

λλά

λλήλους

15 λλος

μα

μαρτάνω

μείνων / ριστος

μφότερος

20 ν

ναγιγνώσκω

ναγκάζω

νάγκη

νήρ

25 νθρωπος

ντί

ξιος

ξιόω

παλλάττω

30 πας

πό

ποδίδωμι

ποθνσκω

ποκτείνω

35 πόλλυμι

ποστερέω

ρα

ρα

ργύριον

40 ρετή

ρχή

ρχω

α

ατός / ατόν

45 φ-αιρέω

φ-ίημι

φ-ικνέοομαι

βάρβαρος

βασιλεύς

50 βελτίων / βέλτιστος

βίος

βοηθέω

βουλεύω

βουλή

55 βούλομαι

γάμος

γάρ

γε

γένος

60 γ

γίγνομαι

γιγνώσκω

γνώμη

γράφω

65 γυνή

δανείζω

δέ

δέδοικα / δέδια

δε

70 δείκνυμι

δεινός

δέομαι

δέχομαι

δή

75 δμος

δήπου

διά

διά-κειμαι

δια-λέγομαι

80 δια-φέρω

δια-φθείρω

διδάσκω

δίδωμι

δικάζω

85 δίκαιος

δικαίως

δικαστήριον

δικαστής

δίκη

90 δι-οικέω

δοκέω

δόξα

δολος

δράω

95 δύναμαι

δύναμις

δωρεά

άν

αυτόν / ατόν

100 άω

γώ / γωγε

θέλω / θέλω

ε

εκότως

105 εμί

εμι

επερ

ερήνη

ες

110 ες

ετα / κτα

κ

καστος

κενος

115 λάττων / λάχιστος

λπίς

μαυτόν

μός

ν

120 ναντίος

ν-ειμι

νεκα / ονεκα

νθάδε

ν-θυμέοομαι

125 ξ-απατάω

ξ-ελέγχω

ξ-εστι

οικα / εκός

π-αινέω

130 πεί

πειδή

πειτα

πί

πι-δείκνυμι

135 πι-θυμέω

πίσταμαι

πι-χειρέω

ργάζομαι

ργον

140 ρχομαι

τερος

τι

τος

ε

145 εθύς

ερίσκω

χθρός

χω

ζήω

150 ζητέω

γέοομαι

δη

155 κω

μες

μέρα

μέτερος

ττον / κιστα

160 θάνατος

θαυμάζω

θεός

θυγάτηρ

διος

165 κανός

να

σος

στημι

ἴσως

170 καθ-ίστημι

καί

καιρός

καίτοι

κακός

175 κακῶς

καλέω-ῶ

καλός

καλῶς

κατά

180 κατα-λείπω

κατ-ηγορέω-ῶ

κεῖμαι

κελεύω

κινδυνεύω

185 κίνδυνος

κοινός

κομίζω

κόρη / κούρος

κρατέω-ῶ

190 κρείττων / κράτιστος

κρίνω

κτάο-ῶμαι

κύριος

κωλύω

195 λαγχάνω

λαμβάνω

λανθάνω

λέγω

λείπω

200 λόγος

λοιπός

μᾶλλον / μάλιστα

μανθάνω

μαρτυρέω-ῶ

205 μαρτυρία

μάρτυς

μέγας

μέλλω

μέν

210 μέντοι

μένω

μέρος

μετά

μετ-έχω

215 μή

μηδέ

μηδείς

μήν

μήτε

220 μήτηρ

μικρός

μιμνῄσκομαι

μισέω-ῶ

μνᾶ

225 μόνον

μόνος

ναῦς

νέος

νικάω-ῶ

230 νομίζω

νόμος

νοῦς

νῦν / νυνί

ξένος

235 ὁ

ὅδε

οἶδα

οἰκεῖος

οἰκέω-ῶ

240 οἰκία

οἶκος

οἶμαι

οἷος

ὀλίγος

245 ὄμνυμι

ὁμοίως

ὁμολογέω-ῶ

ὅμως

ὄνομα

250 ὅπως

ὁράω-ῶ

ὀρθῶς

ὅρκος

ὅς

255 ὅσος

ὅσπερ

ὅστις

ὅταν

ὅτε

260 ὅτι

οὐ

οὐδέ

οὐδείς

οὐκέτι

265 οὐκοῦν

οὖν

οὐσία

οὔτε

οὗτος / οὑτοσί

270 οὕτως / οὑτωσί

ὀφείλω

παῖς

πάλιν

παρά

275 παρα-δίδωμι

παρα-σκευάζω

πάρ-ειμι / πάρα

παρ-έχω

πᾶς

280 πάσχω

πατήρ

πατρίς

παύω

πείθω

285 πειράω-ῶ

πέμπω

περί

πιστεύω

πλείων / πλεῖστος

290 πλῆθος

πλήν

ποιέω-ῶ

ποῖος

πολεμέω-ῶ

295 πολέμιος

πόλεμος

πόλις

πολιτεία

πολιτεύομαι

300 πολίτης

πολλάκις

πολύ

πολύς

πονηρός

305 πόνος

ποτέ

πότερον

πούς

πρᾶγμα

310 πρᾶξις

πράττω

πρίν

πρό

πρόγονος

315 πρός

προσ-ήκω

πρότερον

πρῶτον

πρῶτος

320 πυνθάνομαι

πώποτε

πῶς

ῥᾴδιος

σαφῶς

325 σκοπέω-ῶ

σός

σοφός

στρατηγός

σύ

330 συμ-βαίνω

συμ-βουλεύω

σύμμαχος

συμ-φέρω

συμφορά

335 σύν

συνθήκη

σφεῖς / σφε

σῴζω

σῶμα

340 σωτηρία

τάλαντον

τε

τέκνον

τελευτάω-ῶ

345 τηλικοῦτος

τίθημι

τίκτω

τιμάω-ῶ

τιμή

350 τις

τίς

τοι

τοίνυν

τοιοῦτος

355 τολμάω-ῶ

τοσοῦτος

τότε

τρόπος

τυγχάνω

360 τύχη

ὑβρίζω

υἱός

ὑμεῖς

ὑμέτερος

365 ὑπ-άρχω

ὑπέρ

ὑπό

ὑπο-λαμβάνω

ὕστερον

370 φαίνω

φανερός

φέρω

φεύγω

φημί / φάσκω

375 φίλος

φόνος

φρονέω-ῶ

φυλάττω

φύσις

380 φύω

χαίρω

χάρις

χείρ

χθών

385 χρή / χρεών

χρῆμα

χρηστός

χρήω-ῶμαι

χρόνος

390 χώρα

ψευδής

ψεύδομαι

ψηφίζομαι

ψήφισμα

395 ψῆφος

ψυχή

ὡς

ὥσπερ

400 ὥστε

ὠφελέω


SOLUTION :

Voici ma traduction des 401 mots les plus fréquents du grec classique ((plus de 200 occurrences, d’après les Tables fréquentielles du grec classique (dir. J.-C. Carrière, Besançon-Paris, 1985) et le Vocabulaire de base du grec (G. Gauquil & J.-Y.Guillaumin, ARELAB, 1985).)) 

Comparez les sens que vous avez trouvé pour chaque mot, comptabilisez les mots que vous connaissiez et voyez votre niveau en grec ancien.

 [M = Moyen (voix)]

ἀγαθός bon, brave, noble

ἄγω mener, conduire

ἀγών assemblée, concours, lutte

ἀδελφός frère

5 ἀδικέω-ῶ être injuste, coupable

ἀεί toujours, successivement

αἱρέω-ῶ prendre, M. choisir

αἰσχρός honteux, laid

αἰτία cause, accusation

10 αἴτιος responsable, coupable

ἀκούω entendre, entendre dire

ἀληθής vrai, sincère

ἀλλά mais

ἀλλήλους les uns les autres

15 ἄλλος autre, différent

ἅμα ensemble, en même temps

ἁμαρτάνω échouer, se tromper

ἀμείνων / ἄριστος meilleur / le meilleur

ἀμφότερος l’un l’autre

20 ἄν le cas échéant

ἀνα-γιγνώσκω reconnaître, lire

ἀναγκάζω contraindre, obliger

ἀνάγκη nécessité, contrainte, destin

ἀνήρ homme (mâle), mari

25 ἄνθρωπος homme (humain), bonhomme

ἀντί en face de, contre, au lieu de

ἄξιος digne (de)

ἀξιόω-ῶ juger digne de, demander

ἀπ-αλλάττω écarter, M. se débarasser de

30 ἅπας tout entier, chacun

ἀπό de, en s’éloignant de

ἀπο-δίδωμι rendre, M. vendre

ἀποθνῄσκω mourir

ἀποκτείνω tuer

35 ἀπ-όλλυμι faire périr, M. périr

ἀπο-στερέω-ῶ priver de

ἄρα alors, donc

ἆρα est-ce que

ἀργύριον argent

40 ἀρετή vertu, mérite

ἀρχή commencement, commandement

ἄρχω commander, M. commencer

αὖ de nouveau

αὐτός / αὐτόν lui-même / lui

45 ἀφ-αιρέω-ῶ enlever, ôter

ἀφ-ίημι laisser, lâcher, tolérer

ἀφ-ικνέο-οῦμαι arriver

βάρβαρος barbare, étranger

βασιλεύς roi

50 βελτίων / βέλτιστος meilleur / le meilleur

βίος vie, moyen d’existence

βοηθέω-ῶ aider, venir au secours

βουλεύω délibérer

βουλή conseil

55 βούλομαι vouloir

γάμος mariage, union sexuelle

γάρ car, en effet

γε du moins

γένος famille, clan, genre

60 γῆ terre

γίγνομαι devenir, naître

γιγνώσκω connaître, décider

γνώμη avis, sentence

γράφω écrire, M. assigner en justice

65 γυνή femme

δανείζω prêter, M. emprunter

δέ d’auttre part, mais

δέδοικα / δέδια craindre

δεῖ il faut

70 δείκνυμι montrer

δεινός terrible, habile

δέομαι avoir besoin de, demander

δέχομαι recevoir

δή à la vérité, précisément

75 δῆμος peuple, démocratie

δήπου sans doute, j’imagine

διά à travers, à cause de

διά-κειμαι être dans tel ou tel état

δια-λέγομαι dialoguer, converser

80 δια-φέρω être différent, l’emporter sur

δια-φθείρω détruire, corrompre

διδάσκω enseigner, apprendre à

δίδωμι donner

δικάζω juger, M. être en procès

85 δίκαιος juste

δικαίως justement

δικαστήριον tribunal

δικαστής juge

δίκη justice, procès, châtiment

90 διοικέω-ῶ administrer, M. régler

δοκέω-ῶ sembler, penser, juger bon de

δόξα opinion, réputation

δοῦλος esclave

δράω-ῶ faire

95 δύναμαι pouvoir, être puissant, signifier

δύναμις puissance, faculté, sens

δωρεά don gratuit

ἐάν si, au cas où

ἑαυτόν / αὑτόν soi-même

100 ἐάω-ῶ permettre

ἐγώ / ἔγωγε moi / moi je

ἐθέλω / θέλω vouloir, vouloir bien

εἰ si

εἰκότως normalement

105 εἰμί être

εἶμι aller

εἴπερ si précisément

εἰρήνη paix

εἰς à, vers, pour

110 εἷς un, un seul

εἶτα / κᾆτα ensuite / et après

ἐκ de, hors de, par suite de

ἕκαστος chacun, chaque

ἐκεῖνος celui-là, ce fameux

115 ἐλάττων / ἐλάχιστος inférieur / le plus petit

ἐλπίς espoir, attente

ἐμαυτόν moi-même

ἐμός mien

ἐν dans, pendant

120 ἐναντίος adversaire, opposé

ἔν-ειμι être dans, être possible

ἕνεκα / οὕνεκα à cause de / à cause de quoi

ἐνθάδε ici, en ce moment

ἐν-θυμέο-οῦμαι réfléchir, avoir en tête

125 ἐξ-απατάω-ῶ tromper complètement

ἐξ-ελέγχω confondre, réfuter

ἔξ-εστι il est permis, il est possible

ἔοικα / εἰκός ressembler / naturel

ἐπ-αινέω-ῶ faire l’éloge, louer

130 ἐπεί lorsque, puisque

ἐπειδή dès lors que

ἔπειτα ensuite

ἐπί sur, près de, vers

ἐπι-δείκνυμι montrer, prouver

135 ἐπι-θυμέω-ῶ désirer

ἐπίσταμαι savoir

ἐπι-χειρέω-ῶ entreprendre, tenter

ἐργάζομαι travailler, produire,

ἔργον œuvre, travail, réalité

140 ἔρχομαι venir, aller

ἕτερος autre (de deux), l’un

ἔτι encore, de plus

ἔτος an

εὖ bien

145 εὐθύς droit, direct, aussitôt

εὑρίσκω trouver, découvrir

ἐχθρός ennemi personnel, odieux

ἔχω avoir, tenir

ζήω-ῶ vivre

150 ζητέω-ῶ chercher, étudier

ἤ ou bien

ἦ est-ce que

ἡγέο-οῦμαι penser, croire, commander

ἤδη déjà

155 ἥκω être arrivé, concerner

ἡμεῖς nous

ἡμέρα journée

ἡμέτερος notre

ἧττον / ἥκιστα moins / le moins

160 θάνατος mort

θαυμάζω s’étonner de, admirer

θεός dieu, déesse

θυγάτηρ fille

ἴδιος particulier, privé, propre

165 ἱκανός suffisant, capable

ἵνα afin que

ἴσος égal

ἵστημι mettre debout, installer

ἴσως peut-être, équitablement

170 καθ-ίστημι établir, disposer

καί et, aussi, même

καιρός moment opportun, occasion

καίτοι cependant, or

κακός mauvais, méchant,

175 κακῶς misérablement

καλέω-ῶ appeler, inviter

καλός beau, bon

καλῶς bien, avec beauté

κατά en descendant de, selon, contre

180 κατα-λείπω laisser, abandonner

κατ-ηγορέω-ῶ accuser

κεῖμαι être allongé, être situé

κελεύω ordonner

κινδυνεύω courir un danger, risquer

185 κίνδυνος danger

κοινός commun, public

κομίζω emporter, gagner

κόρη / κούρος jeune fille / jeune homme

κρατέω-ῶ saisir, être maître de

190 κρείττων / κράτιστος plus fort, meilleur / le plus fort, le meilleur

κρίνω juger, discerner

κτάο-ῶμαι acquérir

κύριος maître (d’un esclave)

κωλύω empêcher

195 λαγχάνω obtenir par le sort

λαμβάνω prendre, recevoir

λανθάνω faire à l’insu de, M. oublier

λέγω dire, parler

λείπω laisser, être de reste

200 λόγος parole, compte, raison

λοιπός restant

μᾶλλον / μάλιστα plus / le plus

μανθάνω apprendre, comprendre

μαρτυρέω-ῶ témoigner, attester

205 μαρτυρία témoignage

μάρτυς témoin

μέγας grand

μέλλω être sur le point de, tarder

μέν d’une part

210 μέντοι cependant, certes

μένω rester, attendre

μέρος partie, part

μετά avec, après

μετ-έχω avoir part, participer à

215 μή ne… pas (eventualité)

μηδέ et ne… pas, même pas

μηδείς personne, aucun

μήν assurément

μήτε ni

220 μήτηρ mère

μικρός petit

μιμνῄσκομαι rappeler, M. mentionner

μισέω-ῶ haïr, détester

μνᾶ «mine» (=100 drachmes)

225 μόνον seulement

μόνος seul

ναῦς navire

νέος nouveau, jeune

νικάω-ῶ vaincre

230 νομίζω penser, être habituel

νόμος loi, coutume

νοῦς esprit, intellect

νῦν / νυνί maintenant

ξένος hôte, étranger

235 ὁ le

ὅδε celui-ci, ce

οἶδα savoir

οἰκεῖος propre, familier

οἰκέω-ῶ habiter

240 οἰκία maison

οἶκος maison

οἶμαι penser

οἷος tel que, quel

ὀλίγος peu nombreux,

245 ὄμνυμι jurer

ὁμοίως semblablement

ὁμολογέω-ῶ reconnaitre, être d’accord

ὅμως pourtant

ὄνομα nom

250 ὅπως comme, comment, de façon que

ὁράω-ῶ voir, regarder

ὀρθῶς correctement

ὅρκος serment

ὅς qui

255 ὅσος aussi grand que, autant

ὅσπερ qui (précisément)

ὅστις (celui) qui, quiconque

ὅταν lorsque, chaque fois que

ὅτε quand

260 ὅτι que, parce que

οὐ ne… pas (réalité), non

οὐδέ et ne… pas, même pas

οὐδείς personne, aucun

οὐκέτι ne… plus

265 οὐκοῦν en conséquence, donc

οὖν donc

οὐσία substance, fortune

οὔτε ni

οὗτος / οὑτοσί celui-ci

270 οὕτως / οὑτωσί ainsi, tellement

ὀφείλω devoir

παῖς enfant, serviteur

πάλιν de nouveau, à l’inverse

παρά auprès de, chez, au-delà de

275 παρα-δίδωμι livrer, transmettre

παρα-σκευάζω préparer, apprêter

πάρ-ειμι / πάρα être présent / il est possible

παρ-έχω fournire, se montrer tel

πᾶς tous, tous

280 πάσχω éprouver, subir, souffrir

πατήρ père

πατρίς patrie

παύω faire cesser, M. cesser de

πείθω persuader, M. obéir

285 πειράω-ῶ essayer, s’efforcer de

πέμπω envoyer, escorter

περί au sujet de, autour de

πιστεύω se fier à, croire

πλείων / πλεῖστος plus nombreux / le plus nombreux

290 πλῆθος foule, grande quantité de

πλήν excepté, sauf

ποιέω-ῶ faire, fabriquer, rendre tel

ποῖος quel

πολεμέω-ῶ faire la guerre

295 πολέμιος ennemi public

πόλεμος guerre

πόλις cité, république

πολιτεία régime, constitution

πολιτεύομαι être citoyen, mener une politique

300 πολίτης citoyen

πολλάκις souvent

πολύ beaucoup

πολύς nombreux

πονηρός mauvais, défectueux

305 πόνος travail, peine, souffrance

ποτέ un jour

πότερον est ce que … (ou bien)

πούς pied, jambe

πρᾶγμα affaire, problème

310 πρᾶξις action

πράττω faire, agir

πρίν avant, avant que

πρό devant, avant

πρόγονος ancêtre

315 πρός vers, envers, à côté de

προσ-ήκω concerner, convenir

πρότερον auparavant, d’abord

πρῶτον tout d’abord

πρῶτος premier

320 πυνθάνομαι s’informer, apprendre

πώποτε jamais encore

πῶς comment

ῥᾴδιος facile

σαφῶς clairement, certainement

325 σκοπέω-ῶ observer, examiner

σός tien

σοφός habile, savant, sage

στρατηγός général, stratège

σύ toi

330 συμ-βαίνω se rencontrer, survenir

συμ-βουλεύω conseiller

σύμμαχος allié

συμ-φέρω aider, être utile

συμφορά malheur, évènement

335 σύν avec, en comprenant

συνθήκη convention, traité

σφεῖς / σφε eux-mêmes

σῴζω conserver, sauver

σῶμα corps

340 σωτηρία salut

τάλαντον «talent» (= 6 000 drachmes)

τε et, aussi

τέκνον enfant

τελευτάω-ῶ finir, achever, mourir

345 τηλικοῦτος aussi âgé, aussi grand

τίθημι poser, mettre

τίκτω enfanter

τιμάω-ῶ honorer, évaluer, condamner

τιμή honneur, estimation, peine

350 τις quelqu’un

τίς qui

τοι vois-tu, certes

τοίνυν eh bien donc

τοιοῦτος tel

355 τολμάω-ῶ oser

τοσοῦτος si grand, d’une telle quantité

τότε alors, autrefois

τρόπος manière, façon, caractère

τυγχάνω rencontrer, obtenir, se trouver

360 τύχη sort, fortune, hasard

ὑβρίζω se conduire avec excès, faire violence

υἱός fils

ὑμεῖς vous

ὑμέτερος votre

365 ὑπ-άρχω être là

ὑπέρ au-dessu, pour

ὑπό par, sous

ὑπο-λαμβάνω accueilir, succéder, soupçonner

ὕστερον plus tard, à la fin

370 φαίνω rendre visible, M. paraître

φανερός visible, évident

φέρω porter, supporter

φεύγω fuire, être exilé, être accusé

φημί / φάσκω dire, affirmer

375 φίλος ami

φόνος meurtre

φρονέω-ῶ être sensé, avoir tel ou tel sentiment

φυλάττω garder, surveiller, M. se garder de

φύσις nature

380 φύω faire naître, faire croître M. naître, croître

χαίρω se réjouir

χάρις grâce, bienfait

χείρ main, bras

χθών terre

385 χρή / χρεών il faut

χρῆμα chose, bien, richesse

χρηστός bon, honnête, bienfaisant

χρήω-ῶμαι se servir de, fréquenter, traiter comme

χρόνος temps

390 χώρα pays, campagne

ψευδής menteur, trompeur

ψεύδομαι mentir, tromper

ψηφίζομαι voter

ψήφισμα décret voté

395 ψῆφος vote, caillou

ψυχή âme, principe vital

ὦ ô

ὡς comme

ὥσπερ comme (précisément)

400 ὥστε de sorte que

ὠφελέωῶ aider, être utile

 

NIVEAU DU JOUEUR

Helléniste débutant, 0-100 mots connus : θάρρει ; [de l’énergie ! du courage !]

Helléniste faux débutant, 101-200 mots connus : διατέλει ὥσπερ ἤρξω ; [continue comme tu as commencé !]

Helléniste moyen, 201-300 mots connus : ἱκανὸς ἀνὴρ (ἱκανὴ γυνὴ) εἶ σύ ; [toi, , tu as des capacités !]

Helléniste avancé, 301-400 mots connus : εὖ γε ; [bravo !]

Helléniste professionnel : 401 mots connus : σ᾽ἐπῄνεσα ; [tous mes éloges !]

 

P.S. Si vous trouvez une meilleure traduction courte des mots choisis ou des erreurs, merci de me les communiquer en postant un commentaire ci dessous.

 par Christian Boudignon

Maître de conférences de langue et littérature grecques anciennes à l’université d’Aix-Marseille

Il était une fois l’humour

« Sans liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

 

Le poète licencieux  Sotadès au début du IIIe siècle avant J.-C. attaquait les souverains hellénistiques, chaque fois depuis le camp d’un roi ennemi. Notamment, on rapporte de lui ce vers qui blâme Ptolémée II (justement nommé le « Philadelphe ») d’avoir épousé sa soeur Arsinoé II :

Εἰς οὐχ ὁσίην τρυμαλιὴν τὸ κέντρον ὠθεῖς.

« Tu  pousses ton dard dans un trou qui ne t’est pas permis » !

Pour cela il fut mis  en prison où il moisit longtemps selon Plutarque (De l’éducation des enfants, éd. Bernardakis, Leipzig, 1888, 11a).

Plus tard, il devait s’être enfui de prison, car le général Patrocle, pour le compte de Ptolémée II, l’arrêta, vraisemblablement dans la ville de Caune, en Carie. Il l’attacha, semble-t-il, à une grande tuile de plomb (εἰς μολυβῆν κεραμίδα ἐμβαλών) et le fit jeter en mer, selon Athénée de Naucratis (Le Banquet des sages, éd. Kaibel, Leipzig, 1887, livre 14, ch. 13).

C. Boudignon

L'invention de l'humour
L’invention de l’humour 

 

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°26)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article un)

 

Mme Joyssans, mairesse d’Aix et les « crapules marseillaises »

(où il sera question de l’étymologie de crapule)

 

scène de banquet du peintre Nicias (Wikicommons)

 

EN SEPTEMBRE DERNIER de cette grande année de la culture 2013, la mairesse d’Aix-en-Provence, Madame Maryse Joissains, a prouvé l’étendue de son vocabulaire en qualifiant de “crapules marseillaises” les braqueurs cagoulés du parking Pasteur qui étaient repartis avec 90 000 euros. Je voudrais faire deux remarques. D’abord, il faut saluer le féminisme de Mme Joissains ; on se plaint souvent qu’il  n’existe pas de mot féminin pour parler des femmes qui exercent telle ou telle fonction. J’ai moi-même hésité avant d’oser employer le terme de mairesse. Hé bien, Madame le maire n’hésite pas à qualifier le quarteron de malfrats du terme féminin de “crapules marseillaises”. C’est un grand progrès vers l’égalité des sexes, en attendant les gangs véritablement féminins… Deuxièmement, je salue l’hommage qui est fait ici à la fine fleur des Marseillais et à leurs lointains ancêtres phocéens (et donc grecs), puisque la mairesse d’Aix-en-Provence fait usage d’un antique vocable grec en les qualifiant de crapules.

 

Le chou et la « gueule de bois »

Cela me donne l’occasion de revenir sur ce mot qui se disait en grec κραιπάλη [kraïpálê]. Le mot désigne ce qu’on appelle en français trivial la « gueule de bois ». Le chou a, paraît-il, de certaines vertus pour soigner ce mal. Aristote s’est même emparé de la question dans ses Problèmes (873a). Est-ce de là que vient l’expression amoureuse « mon chou », je ne sais. Toujours est-il qu’un auteur de comédie, un certain Eubule, au IVe siècle avant J.-C., nous met en scène un personnage, sans doute un amant, qui soudain s’écrie :

γύναι,

ῥάφανόν με νομίσασ’ εἰς ἐμέ σου τὴν κραιπάλην

μέλλεις ἀφεῖναι πᾶσαν, ὡς ἐμοὶ δοκεῖς.

« Femme, tu me prends pour un chou, et tu vas me passer toute ta gueule de bois, à ce qu’il semble. » (Athénée, Deipnosophistes, I, 62)

Je laisse à l’imagination de mes lecteurs toute licence pour se représenter dans quelle action théâtrale devait se trouver le personnage en question…

 

La tête qui lance…

Visiblement le mot grec κραιπάλη [kraïpálê] était aussi obscur aux Grecs que l’expression gueule de bois l’est aux Français. Galien, le célèbre médecin du second siècle après J.-C., rappelle la définition du mot et son étymologie  dans son Commentaire des aphorismes d’Hippocrate (éd. Kühn, vol. XVII-2, p. 788-789):

κραιπάλας δ’ ὅτι πάντες οἱ Ἕλληνες ὀνομάζουσι τὰς ἐξ οἴνου βλάβας τῆς κεφαλῆς εὔδηλον. Οὕτως γοῦν ἔνιοι καὶ τὴν ἐτυμολογίαν ἐποιήσαντο τῆς προσηγορίας ἀπὸ τοῦ κάρηνον πάλλεσθαι γεγονέναι φάσκοντες.

« Que tous les Grecs appellent kraïpálê les maux de tête qui viennent du vin, c’est une chose évidente. C’est ainsi en tout cas que certains ont fait également l’étymologie du mot qu’ils tiraient, disaient-ils, du fait que la tête les lançait. »

Bref, pour les Grecs κραιπάλη [kraïpálê] serait un mot composé fait de κραι- (tête) et –πάλη (élancement). Le premier élément du mot : κραι- [kraï-], renvoie à la «tête» en grec : κάρα ou κρα, avec un a final long dans ces deux formes [karā] ou [krā]. De là vient le latin crapula. Car Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, vol. II p. 321-323, a montré que le mot a été emprunté par les Romains aux Grecs sous la forme crāpula, tout comme le nom de peuple Θρᾷξ [Thrāix] qui donne en latin Thrāx « le Thrace ». Pour ce qui est du traitement en latin du deuxième élément du mot -πάλη [–palê] en –pula, il est tout à fait traditionnel avec fermeture ou apophonie de la voyelle brève intérieure du mot. Ainsi le a se ferma en u ; que l’on songe à catapulta qui vient du grec καταπάλτης [katapaltês] (où l’on retrouve d’ailleurs la même racine grecque –pal- au sens de « lancer »).

 

Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ?

J’avoue que je suis bien surpris de cet emprunt… Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ? Ou bien n’avaient-ils pas de mots pour la dire ? Ou bien alors avaient-ils un autre mot et cela faisait plus chic de le dire en grec ? Le terme, en tout cas, est attesté dès le début de la littérature latine, avec Plaute (env. 254-184 av. J.-C.). Deux siècles plus tard, le grand Cicéron ne manque pas d’accuser Antoine d’ivrognerie dans les Philippiques (II, 30) et lui demande de cuver son vin avant de venir lui faire des reproches : edormi crapulam et exhala (littéralement, « fais dormir ta gueule de bois et exhale-la »). De fait, Antoine avait une drôle de manière de cuver son vin puisque Cicéron (II, 62) nous raconte qu’après une nuit très arrosée au mariage d’un acteur de mime, Antoine s’était rendu au forum et avait eu la bonne idée de vomir devant tout le peuple romain … O tempora, o mores !

 

« Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule… »

Le mot a disparu dans le passage au roman et au français. Il ne réapparaît qu’au milieu du XIVe siècle dans le Roman des déduits de Gace de la Buigne (v. 1991-1992) qui conseille aux maîtres fauconniers de pratiquer  « contre luxure / Continence et contre crapule /Abstinence », car « Le mestier de fauconnerie / Requiert homme de honneste vie ». Eh bien oui, si vous ne vous occupez pas de votre faucon, si vous ne le nourrissez pas, à la première occasion, il s’en ira… Ici à la gloutonnerie répond l’ivrognerie, ou plutôt luxure rime avec crapule. Cet emprunt du français au latin appartient à la littérature morale. En désignant ainsi d’un mot savant (latin) l’ivrognerie, on en faisait une sorte de monstre moral ! Evidemment, avec le vin vinrent les filles, le mot désigna toute débauche et selon l’expression habituelle, on se livra à la crapule [1]… Peut-être que le mot ne fut pas bien compris et que l’on crut que la crapule désignait les compagnons de débauche vus comme un tout peu recommandable (bien sûr !), la canaille, la fripouille et la racaille réunies. Ce dernier mot de racaille a été naguère mis à la mode par un homme célèbre,  un « lettré » de la même farine que Mme Joissains, qui aurait je crois pu citer ces vers de Victor Hugo (La légende des siècles, Le régiment du baron Madruce I, 22-23) :

Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule

Contre la populace et contre la crapule…

A partir de ces mêmes termes de canaille ou de racaille, on passe facilement du collectif au singulier : ainsi on peut dire à quelqu’un « ma petite canaille ! », voire, « mon canaillou !», et même : « ma petite racaille ! ». Ainsi en Afrique, on parle d’un enfant qui fait « le crapule ». A ce propos il me vient une idée… peut-être n’avais-je rien compris quand Mme la mairesse parlait de « crapules marseillaises »  — c’était une marque de complicité affective ?… Non, non, que nenni : il n’y a rien, il ne saurait rien y avoir, il n’y aura jamais rien de commun entre Madame le maire et la « crapule marseillaise »✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.


[1] A ce propos, Janine Kaminski me signale amicalement que le mot κραιπάλη signifie «débauche» aussi en grec moderne.