Archives par mot-clé : Fabvier

Emmanuel Poucet : qui est le général Fabvier qui aida les Grecs contre les Ottomans ?

► histoire grecque et française  (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article cinq)

Le général Charles FABVIER (1782- 1855), héros de la cause grecque. 

 

Portrait de Charles Nicolas Fabvier, Musée de la guerre, Athènes (wikicommons)
Portrait de Charles Nicolas Fabvier, Musée de la guerre, Athènes (wikicommons)

« Commande-nous, Fabvier, comme un prince invoqué !

Toi qui seul fus au poste où les rois ont manqué,

Chef des hordes disciplinées :

Parmi les Grecs nouveaux ombre d’un vieux Romain,

Simple et brave soldat qui, dans ta rude main,

D’un peuple as pris les destinées ! »

Victor Hugo, Les Orientales

Qui est donc ce Fabvier cité par Victor Hugo ?

Le général d’artillerie Charles, Nicolas Fabvier est encore connu aujourd’hui pour avoir été un des signataires de la capitulation de Paris le 30 mars 1814. Vers 1825-1830, il a été célèbre pour avoir été un philhellène, héros de la guerre d’indépendance de la Grèce. C’est un officier légitimiste et conspirateur, c’est aussi un homme politique libéral et conservateur à la fois. Son profil est typique des officiers jeunes et brillants dont la carrière s’interrompt avec la chute de l’Empire. Il fait partie de ceux qui vont répandre des idées issues de la Révolution et de l’Empire en s’appuyant sur la puissance de la légende napoléonienne et l’influence que l’Empire a exercé sur maints esprits.

Victor Hugo le décrit ainsi dans ses Choses vues : « Assez grand, tête énorme, chevelure, moustaches noires, épaisses, un masque mâle, héroïque et formidable qu’on eût dit pétri et tripoté par la main d’un géant ; une expression à la fois dure et bienveillante, de la finesse dans le sourire, un débit rapide et saccadé. Une grande sauvagerie homérique telle que l’on eût plutôt dit qu’il sortait de la tente d’Achille que du camp de Napoléon. »

 

1 Fabvier officier d’artillerie et aide de camp de Marmont  (1804-1815) : une carrière rapide et bien remplie, un officier audacieux et avide d’action.

D’origine bourgeoise, né à Pont-à-Mousson en Lorraine, il déroge à la tradition familiale : il ne se tourne pas vers le droit mais vers les sciences et l’état de militaire. Polytechnicien, il choisit l’artillerie en 1804, arme qui promet tout de suite de l’action.

Lieutenant d’artillerie, il rejoint le camp de Boulogne en 1805, affecté au Vème corps de Mortier, division Gazan, et participe à la campagne de 1805.  Il se révèle au combat de Dürrenstein (ou Diernstein) le 11 novembre où, chargé de commander l’artillerie, légèrement blessé, il se fait remarquer et couvrir d’éloges par le maréchal Mortier et le général Gazan. Il y gagne la Légion d’honneur (il en est le plus jeune détenteur). Il ne participe pas à Austerlitz. Puis, en garnison à Vienne où «  il vit comme un chanoine chez un bon pékin fort à son aise », il s’occupe à expédier les prises de la bataille d’Austerlitz et apprend l’allemand. Il passe l’hiver en Bavière où il s’ennuie et manque d’action.

Il ne participe pas à la campagne contre la Prusse car il est affecté en Dalmatie. Il rejoint le maréchal Marmont à Zara (Zadar) en août 1806. Affecté à Raguse (Dubrovnik), il prend part aux combats contre les Monténégrins à Castel Nuovo. C’est à nouveau la routine de la vie de garnison qui l’ennuie. Il peste de savoir que ses camarades se couvrent de gloire à Iéna. Il fréquente les jolies ragusaines, apprend la langue locale, explore la région et creuse des routes. Grand gaillard athlétique de 6 pieds de haut, il se défoule physiquement. A Spalato (Split) il se morfond bien qu’il soit dans les faveurs de Marmont.

En mai 1807, il saisit l’occasion de la mission du Général Mathieu Gardane (1766-1818) envoyée vers Constantinople et la Perse dans le cadre du jeu diplomatique de Napoléon entre la Russie, l’Angleterre, l’Empire Ottoman et la Perse (traité de Finckenstein 4 mai 1807) .

Avec un petit détachement, il connait une traversée aventureuse de la Turquie via Erzeroum et le Kurdistan, vers la Perse et Téhéran où il trouve un marchand, ancien soldat de l’armée d’Egypte, prisonnier et esclave des Turcs. En janvier 1808, il est chargé de la création de l’arsenal et de l’artillerie à Ispahan pour le Shah. Il n’y a tout simplement pas le moindre ouvrier ni les outils ni les matières premières, tout est à faire. Tout au long de cette rude mission, il est confronté à la traîtrise des Perses, à leur lenteurs, à la concussion. Il se multiplie dans tous les sens, se démène envers et contre tout, réussit à fondre une vingtaine de canons imitant un modèle russe. Il fêtera la saint Napoléon le 15 août au son des canons qu’il a fondus. Il ramène ces pièces à Téhéran au prix de mille difficultés dans une région sans routes. La mission de Gardane est un demi-succès car le Shah se tourne alors vers les Anglais.

De Perse, Fabvier rentre vers la France via la Géorgie, la Russie et la Pologne où, ne pouvant rejoindre la Grande Armée, il s’engage brièvement aux côtés des Polonais de Poniatovski en juillet 1809. Il retrouve Marmont à Vienne sans avoir pu participer à Wagram.

Au cours de toutes ses pérégrinations en Europe et en Perse, Fabvier note et observe précisément les pays, les habitants, les mœurs qu’il retranscrit dans sa volumineuse correspondance. Il étudie tout particulièrement sur ordre de l’Empereur les itinéraires de Perse et de Turquie en vue d’une expédition vers l’Inde. Il aura eu ainsi un contact prolongé avec les peuples des Balkans et du Moyen-Orient, ce qui lui servira plus tard.

C’est en 1811, après un épisode de vie de garnison et de loisirs du temps de paix en France qu’il devient aide de camp de Marmont. Il est alors capitaine, progression lente, loin des yeux de l’Empereur.

Il fait la campagne d’Espagne avec Marmont, se fait remarquer à la bataille de Salamanque, il est blessé aux Arapiles le 22 juillet 1812. Début août, il part de Burgos rendre compte à Napoléon de la bataille des Arapiles. Il le rejoint en Russie le 6 septembre et participe à la bataille de la Moskowa où il est blessé grièvement à la Grande Redoute. Sa rencontre avec Napoléon est relevée par Léon Tolstoï dans « Guerre et Paix »[1]. Il est nommé chef d’escadron. Evacué sur Smolensk puis Berlin, il est à Paris en décembre.

Toujours souffrant de sa blessure, il ne peut prendre part aux premiers combats de la campagne de 1813. Il rejoint Marmont à Lützen, s’y distingue, il est fait officier de la Légion d’honneur. Le 22 mai, il assiste à la mort de son ami, le grand maréchal du palais, Duroc (1772-1813) à Reichenbach. Il est en Silésie avec Marmont et il est nommé colonel à 31 ans. C’est le plus jeune colonel, sa carrière s’accélère. Puis c’est Dresde et Leipzig et la retraite vers le Rhin.

A Mayence, devenu chef d’état-major, il réorganise le VIème corps de Marmont. Il est fait baron d’Empire en décembre 1813. Il est de nouveau aide de camp. Et, c’est la campagne de France. Il voit avec tristesse la Lorraine dévastée. Il participe à tous les combats du VIème corps, 47 en 62 jours.

Il est signataire malgré lui de la capitulation de Paris : « en signant la capitulation j’attacherai mon nom à un acte trop malheureux et remettre les barrières à l’ennemi est une mission qui me répugne ». Il est à regret acteur de la « ragusade »[2] mais comprend la situation du maréchal Marmont. Il est aussi obligé d’être témoin de l’entrée des alliés dans Paris et de l’indignité des royalistes, pourtant il ne méprise pas Louis XVIII, du moins pas encore.

Il ne regrette pas la chute de l’Empire ; mais, il voit les alliés et les royalistes humilier son pays. Grâce à Marmont il obtient une place dans les compagnies de gardes du corps du roi. Progressivement il penche politiquement vers un régime libéral, respectueux des acquis de la Révolution, et, fidèle, défend Marmont sur le sujet des évènements d’Essonne.

Durant les Cent-Jours, il répugne à servir Napoléon et se met à la tête d’un corps de volontaires en Lorraine, son pays natal. Assiégé dans Metz, il résiste aux Prussiens jusqu’à la fin août 1815. Vient alors un dégoût progressif du régime de la Seconde Restauration. La fusillade de Ney et de La Bédoyère le choque, la terreur blanche l’écœure. Convaincu de bonapartisme, il est écarté de l’avancement alors qu’il s’était détaché de l’Empereur. Il fréquente Lafayette. Caractère fort, il se refuse à accepter quoi que ce soit du nouveau régime. Son amitié pour Marmont reste indéfectible.

Sa carrière est déjà bien remplie mais pas suffisante pour un homme d’action âgé de 33 ans en 1815, et il est amer de ne pas être général. Toutefois, il ne partira ni en Amérique du Nord avec le Champ d’Asile de Lallemand (Metz 1774- Paris 1839) ni en Amérique du Sud avec San Martin (Argentine 1778 – Boulogne sur Mer 1850), Brayer (Douai 1769 – Paris 1840) et autres, bien qu’il parle anglais, allemand et espagnol. Il reste en France.

Les évènements de Lyon en 1817 vont faire de lui un opposant au régime des Ultras et un conspirateur.

2 Fabvier conspirateur opposé à la Seconde Restauration (1815-1823) : sa participation à des conspirations le rend suspect au pouvoir en place.

L’affaire de Lyon est un  complot des Ultras mené par le général Canuel (1767-1840), commandant militaire de Lyon, ancien révolutionnaire au passé douteux, rallié aux royalistes. Le but du complot est de renforcer la position des Ultras en simulant un faux soulèvement avec des agents provocateurs. Des émeutes meurtrières secouent le Lyonnais. Le gouvernement demande une enquête, Marmont aidé de Fabvier reçoit pour mission de démêler le  vrai du faux. Canuel est dénoncé par Fabvier. Les Ultras contre-attaquent et mènent une campagne de calomnies contre Fabvier qui rédige un opuscule : « Lyon en 1817 ». Le retentissement de cette brochure est éclatant et lui vaut la haine des Ultras. Mme de Vitrolles dira « le duc de Raguse (Marmont) est un drôle et Fabvier, un impertinent et un insolent. » Refusant de se soumettre, il poursuit la polémique, il est envoyé devant la justice pour diffamation et s’en suit une injuste condamnation de principe. C’est la disgrâce. Il est placé en demi-solde en juillet 1818. Condamné à une peine légère, Canuel revient en appel soutenu par les Ultras et gagne, en dépit de tout, en avril 1819. Fabvier est condamné à une lourde amende. Ayant servi la Restauration à regret, Fabvier bascule définitivement dans l’opposition. C’est alors qu’il reprend contact avec Lafayette.

Officier en demi-solde, Fabvier devient un comploteur mi-libéral mi-bonapartiste et anti-Bourbon, camouflé sous l’habit d’un marchand de vins comme de nombreux officiers ou sous-officiers de l’Empire qui se réunissaient à Paris au « Bazar Français ». Il voyage beaucoup entre la France, l’Angleterre, la Belgique et l’Espagne.

La notion de révolution libérale fait son chemin, le monde espagnol est secoué par les idées d’indépendance et de libéralisme. Fabvier se lie à Lafayette, au député Manuel, au chansonnier Béranger, au général Foy (qu’il avait croisé en Espagne), à De Tracy (ancien condisciple de Polytechnique), au capitaine Nantil (lui aussi polytechnicien de la Meurthe), et suscite un soulèvement militaire pour prendre le pouvoir à Paris. L’idée serait de promouvoir une république. Fabvier est très actif en Lorraine, sa région d’origine, il y recrutera de nombreux affidés. Mais le 5 août 1820, le projet est trahi. Fabvier est arrêté en septembre ; sans preuves tangibles, il est condamné à une faible peine en août 1821 après un long procès politique. Fabvier a su garder le silence et protéger ses amis.

C’est alors que Fabvier fréquente les Ventes des Carbonari comme Lafayette. Il est également franc-maçon, ce qui facilitera ses déplacements et la construction de ses réseaux. Il s’associe à divers complots militaires à Saumur, Belfort, Marseille qui avortent. En août 1822, il semble avoir été acteur de l’affaire des quatre sergents de la Rochelle avec l’idée de les faire évader. Inquiété, recherché, il se joue de la police ; arrêté, il n’est pas condamné, car il bénéficie de ses appuis.

Intéressé par la révolution anti-Bourbon en Espagne, comme Lallemand, Foy et Vaudoncourt, Fabvier profite des troubles entre Ferdinand VII (Bourbon) et les libéraux, afin de tenter de provoquer par réaction une révolte antiroyaliste au sein de l’armée française en agitant l’Aigle. Les conjurés espèrent faire ainsi tomber le régime de la Restauration. Il s’introduit clandestinement en Espagne, s’abouche avec le commandant Caron et y retrouve le Capitaine Nantil, originaire de Pont-à-Mousson. Il tente de s’appuyer sur l’opposition espagnole anti-Bourbon. Aidé par un réseau antiroyaliste dans l’armée de Louis XVIII dont le général Guilleminot, il suscite et rassemble des mécontents. Il va tenter un retournement, dans le style « Laffrey »[3], de l’armée d’observation commandée par le duc d’Angoulême qui s’aligne sur la Bidassoa avant d’entrer en Espagne pour venir en appui de Ferdinand VII. Mais il est abandonné par ses soutiens espagnols, jalousé par d’autres Français, en particulier par Vaudoncourt. Il est soumis aux luttes internes des libéraux espagnols. Avec un faible détachement de 150 volontaires, « le bataillon Napoléon II », anciens des armées impériales, il va au-devant de l’armée du duc d’Angoulême. Mais, il fait échec au pont de Béhobie sur la Bidassoa près de Saint Jean de Luz en avril 1823. Là, avec une centaine d’hommes habillés comme la Garde impériale et portant drapeau et cocardes tricolores, il essaye de rallier une division française. Il se refuse à tirer un coup de feu sur les Français du général Vallin (1770-1854) qui canonnent et fusillent brièvement son détachement. Il est obligé de céder le terrain. Le général Lamarque parlera d’un « nouveau Waterloo ». Il garde encore quelques illusions ; mais pour lui, l’aventure espagnole se termine à l’été 1823.

Fabvier ne peut alors rentrer dans le rang, entre l’Amérique et la Grèce, il choisit la Grèce qui tente de secouer le joug ottoman. Il y a là un peuple à aider, il y accourt alors que le gouvernement français le croit en train de comploter en Belgique.

3 Fabvier, héros de la guerre d’indépendance grecque (1823 – 1830) : par son audace Fabvier s’élève au rang de héros de la cause grecque.

Depuis 1821, profitant de la révolte d’Ali de Tebelen, Pacha de Janina qui s’était révolté contre la Sublime Porte, les chrétiens grecs et des membres d’une société secrète (Hétairie) tentent de secouer à leur tour le joug ottoman et constituent un Etat indépendant avec Nauplie pour capitale. Fabvier va s’engager et soutenir la Révolution grecque comme Byron et d’autres.

A l’époque, le voyage en Orient est à la mode et la Grèce est idéalisée[4]. On redécouvre l’histoire grecque et l’héritage grec. De nombreux intellectuels s’enflamment pour la cause grecque. Ils se regroupent au sein du Mouvement philhellène : « nous sommes tous des Grecs ». Chateaubriand reproche au pape Pie VII de ne pas faire de croisade pour sauver les chrétiens de Grèce. On est dans le contexte du siège de Missolonghi qui tombera en 1826 après trois ans de lutte aux mains des Turco-Egyptiens. Byron y trouve la mort en 1824. Un poème grec écrit à l’occasion sera la source de l’hymne national.

Des volontaires polonais, des Anglais, des Autrichiens, des Suisses et beaucoup d’anciens militaires français, dont Voutier, officier et collectionneur qui sera l’acheteur de la Vénus de Milo, partent se battre en Grèce. Paul Bonaparte, né en 1806, fils de Lucien Bonaparte, mourra aux côtés des Anglais à Nauplie en 1927.

Fin 1823, en libéral comploteur impénitent, Fabvier débarque en Grèce sous un faux nom (De Borel) et se lance à corps perdu dans l’aventure. Il prend quelques mois pour évaluer la situation, rentre en Angleterre et à Bruxelles, en liaison avec les réseaux francs-maçons bonapartistes et libéraux dont Marbot fait partie, il recrute des volontaires, revient en Grèce en 1825. Ayant analysé le défaut d’organisation des bandes armées, il met en chantier la création du Taktikon, sorte de première armée régulière grecque. Il met sur pied le recrutement des Taktikoï. En cela il reprend la démarche du Colonel Baleste qui dès 1821 avait créé le 1er régiment grec. Baleste ou Bareste (1790-1822) était un Corse, ancien lieutenant de l’Empire, établi pendant six ans comme commerçant à Héraklion en Crète. Il sera tué en Crète en 1822.

Fabvier conduit leur formation militaire à la française et dote ses soldats d’une tenue uniforme bleue et blanche. Rigoureux, il a du mal à envisager les avantages de la guerre de partisans à la grecque, ce qui le conduira à des déboires sur le terrain. Par exemple, le débarquement à Negrepont (Eubée) avec 2000 hommes se soldera par un échec sanglant, faute de coordination avec les bandes armées grecques. Refusant un salaire, il prend le titre de syntagmatarque (chef de bataillon) et s’habille à la grecque. Il parle couramment le grec moderne et vit avec ses soldats, ce qui lui vaut leur considération indéfectible. Jamais, il ne sera trahi par ses hommes.

Il recrute de nombreux anciens militaires de Napoléon, des fils de familles de Roumélie, d’Athènes et des membres du mouvement philhellène. Il a pour compagnon d’armes entre autres un fils du général Dentzel. Parmi ses recrues, on peut citer Denis Bourbaki, originaire de Céphalonie, Saint-Cyrien, colonel au service de Napoléon, puis carbonaro, qui sera tué au siège d’Athènes en 1827. Son fils sera le général Bourbaki du Second Empire. Le commandant vénitien Morandi, qui sera général de la gendarmerie grecque, est un de ses seconds. Présent aussi dans les rangs, le commandant Regnaud de Saint-Jean d’Angély, instructeur de la cavalerie du Taktikon, se couvrira de gloire à Magenta et sera maréchal. On note aussi la présence de Paulies, artilleur et fondateur de l’école militaire grecque sur le modèle de Polytechnique.

Fabvier est confronté à des difficultés innombrables et pour s’éloigner de l’ambiance de conspiration qui règne à Nauplie, il crée une base et un arsenal sur la presqu’île insalubre de Méthana face à Athènes. Favieropolis ou Taktikopolis sera le refuge de son Taktikon. Son action est restée dans la mémoire des Grecs de Méthana. En tout et pour tout, il constitue une force de 3700 hommes qui manœuvrent comme des soldats réguliers : trois bataillons, deux escadrons et de l’artillerie.

Fabvier reste en liaison avec le comité philhellène de Paris, « les dépêches de M. Fabvier faisaient souffrir le comité ; il nous grognait fort » (Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, Tome II, Le comité grec). Il participe financièrement à la construction de cette armée et publie un « chant lyrique sur la Grèce » en 1826. D’autres Européens dont Mme Récamier et Victor Hugo subviennent aux besoins ; mais le financement et le matériel viennent surtout des Américains du nord.

Il a la confiance et le soutien du général grec Macriayannis (1797-1864) dont les mémoires sont un témoignage brut de la férocité des combats et de la duplicité des Grecs entre eux, tout autant que de l’infamie de la guerre civile interne. Ce général qui admire « le grand Napoléon » lui voue une admiration sans bornes. Le rigoureux et droit Fabvier s’affronte à la complexité des ambitions locales, des politiciens qui s’enrichissent sur la guerre civile, des chefs de guerre prévaricateurs, indisciplinés, mi-bandits mi-soldats. Il est obligé de déplorer les atrocités commises dans les deux camps, turcs et grecs. Il découvre les méthodes de guérilla des Klephtes, mélange de coups de mains audacieux, d’embuscades, de massacres sans pitié. Un bataillon du Taktikon, fait prisonnier, est massacré par les Turcs, 450 philhellènes ou volontaires grecs y perdent la vie. De leur côté les Grecs font des piles avec les crânes de leurs prisonniers…

Fabvier se heurte aussi au jeu diplomatique des puissances étrangères qui cherchent à profiter des faiblesses de l’Empire ottoman. La France voudrait placer un membre de la famille d’Orléans, le Royaume-Uni et la Russie sont intéressés par l’accès aux détroits de la mer Noire. Les acteurs sont multiples. Mehmet-Ali, Pacha d’Egypte, vient en appui des Turcs avec des troupes et une flotte (où l’on retrouve entre autres anciens militaires français : Soliman Pacha, ex-officier du nom de Joseph Seve).

Deux faits d’armes sont à mettre au crédit de Fabvier.

Depuis août 1826, malgré la bataille conduite en partie par les Taktikoï de Fabvier, Athènes est reconquise par les Turcs ; la population et des soldats grecs se réfugient dans la citadelle, l’Acropole. A l’occasion de cette bataille, le commandant Robert, Nancéien d’origine, perd la vie ; un bastion du fort Palamède à Nauplie porte son nom. En novembre l’Acropole faute de munitions menace de tomber aux mains des Turcs. Mais, par un coup d’audace qui lui vaut l’admiration des Grecs, Fabvier débarque le 13 décembre à proximité d’Athènes avec 500 volontaires porteurs de sacs de poudre et d’une arme blanche, pénètre de nuit dans les lignes turques, et ravitaille la garnison. Il y reste bloqué par l’insistance des assiégés et leur duplicité qui rendent vaines les tentatives de sortie. Fin mai 1827, à bout de forces, la garnison risque d’être capturée. Par chance, l’amiral français De Rigny, Lorrain de Toul, commandant une escadre d’intervention, négocie une reddition dans l’honneur et sauve Fabvier et ses hommes. Quelques semaines après, une Triple Alliance est signée entre la France, l’Angleterre et la Russie. La bataille navale de Navarin (20 octobre 1827) parachèvera la renaissance de la Grèce. Ce siège de l’Acropole est fondateur de l’identité nationale de la Grèce, symbole de la résistance face aux Turcs.

Le deuxième fait d’armes est le débarquement à Chio. On se rappelle le massacre de 1822 qui avait ému l’opinion internationale : 20 000 tués, 40 000 esclaves enlevés par les Turcs. En dépit de l’interdiction de débarquer, Fabvier décide d’attaquer la citadelle de Chio à la fin 1827. Avec quelques centaines d’hommes il prend pied à Chio mais, trahi par les habitants, par les bandes grecques, attaqué par des milliers de Turcs, il échoue. Il trouve refuge sur un rocher avec les Taktikoï survivants où il est sauvé par un navire de l’amiral De Rigny.

La portée symbolique de l’action des philhellènes est très forte même si la décision militaire a été le fait des puissances étrangères, à la bataille de Navarin.

Obstiné, Fabvier tente de reconstituer son Taktikon. Il affronte Jean Capo d’Istria (1776-1831), originaire de Corfou, ancien ministre d’Alexandre Ier, opposé à Napoléon Ier (il avait négocié le passage des alliés en Suisse en 1813), et ministre russe au traité de Paris en 1815. Ce prétendant à la présidence du gouvernement grec, selon certains, jouait un double jeu en faveur des Russes. Dégoûté, Fabvier quitte la Grèce en août 1828.

Enfin, toujours enfiévré, Fabvier revient à la charge et le gouvernement français tente de le reprendre sous contrôle par le truchement du maréchal Maison, commandant l’expédition de Morée. Fabvier après avoir plaidé sa cause auprès de Charles X revient en Grèce, constate que Capo d’Istria a confié le Taktikon à Heideck, un Bavarois, ancien général d’Empire ayant déserté en 1813. Profondément déçu, il rentre en France où il est accueilli avec les honneurs. Le Taktikon sera repris plus tard par le Français Trezel. Capo d’Istria, nommé gouverneur de la Grèce en 1828, sera assassiné en 1831. Othon de Bavière deviendra roi de Grèce en 1835 sous l’égide des puissances européennes et de la Russie.

 

Fabvier a marqué l’histoire de la Grèce. Dans l’église de la Transfiguration à Nauplie, une stèle en bois datée de 1841 en serait une première trace. C’est l’initiative du philhellène et compagnon de Fabvier, le sous-lieutenant de hussards Hilarion Touret, originaire de Sarreguemines, qui sera colonel grec et responsable des hôpitaux militaires. La stèle cite 268 noms des volontaires morts pour l’indépendance dont 61 Français. Touret obtiendra qu’une rue d’Athènes soit baptisée Fabvier, elle se situe entre la gare et la place Omonia. En 1855, le décès de Fabvier est salué par le gouvernement d’Athènes qui fixe un deuil de 3 jours. Le discours de Mr Ranagabe, représentant la ville d’Athènes, célèbre celui qui est « un des anneaux précieux … qui nous rattache à la France ». Touret lui rendit hommage le même jour à Nauplie. Un monument aux Français est érigé en 1903 à Nauplie par initiative de l’avocat Kotsakis. En juillet 1917, le général Sarrail, chef du corps expéditionnaire français, appose une plaque au stade d’Athènes. Un article du journal le Gaulois le 13 décembre 1922 cite encore une cérémonie en l’honneur de Fabvier sur l’Acropole. En décembre 1926, l’érection d’une stèle sur l’Acropole près de l’odéon d’Hérode Atticus marque le centenaire du siège. Cette stèle vandalisée en juin 2015 est en cours de restauration. Enfin, on observe une émission de trois timbres en 1927. A Munich, le monument de l’indépendance grecque élevé vers 1860 porte son nom entre autres philhellènes. A Chaïdari, banlieue d’Athènes, se trouve le reliquat d’une stèle, souvenir des combats d’août 1826, et un buste de Fabvier est installé dans la mairie.

Si Fabvier est oublié ou presque en France, sa notoriété a été importante dans la France du romantisme : le personnage est cité par Victor Hugo, évoqué par Lamartine dans le poème « invocation pour les Grecs » en 1826. La faïencerie de Choisy-le-Roi imprime des assiettes sur le thème de la révolution grecque. Le nom de Fabvier figure sur celles-ci. Une série a été acquise récemment par la maison Chateaubriand de la Vallée-aux-Loups. Fabvier est aussi figuré sur un bas-relief de David d’Angers illustrant la tombe du général Foy (1775-1825) au père Lachaise. Des médailles de Peuvrier sont éditées en plus du médaillon sculpté par David D’Angers en 1828. La même année, A. Debay publie une ode : « l’ombre de Léonidas à Fabvier ». La manufacture Zuber de Rixheim réalise un papier peint « le combat des Grecs »[5] montrant Fabvier avec son Taktikon à l’attaque des Turcs au pied de l’Acropole et le général Karaïskakis blessé recevant des soins. En 1829, une rose « colonel Fabvier » est créée par le rosiériste Jean Laffay (1799-1887). Enfin, il est cité plus tard par des voyageurs comme Buchon et Edgar Quinet. L’académicien nancéien Alfred Mézières, ancien élève de l’école d’Athènes, qui a visité Methana en fait l’éloge lors de son discours de réception à l’académie Stanislas en 1857. En 1884, Jules Vernes le cite avec d’autres philhellènes au chapitre III de L’archipel en feu.

4 Fabvier, galant homme s’assagit (1830- 1855) : après vingt-six ans d’aventures c’est l’action politique raisonnée et le repos.

Fabvier quitte la Grèce pour trouver la France dans les affres de la révolution de Juillet qu’il observe en bon comploteur qu’il est et parce qu’il déteste le régime de Charles X. L’émeute parisienne submerge les troupes régulières, Marmont ne parvient pas à rétablir l’ordre. Une partie des révolutionnaires sont d’anciens militaires. La Fayette est de l’affaire. La Garde Nationale prend fait et cause pour une monarchie constitutionnelle. Le 30 juillet, on retrouve Fabvier aux Invalides dans un rôle indéfini. Appelé par Louis-Philippe et le maréchal Gérard qui faisait partie des réseaux libéraux, réintégré dans les cadres de l’armée, enfin nommé général, il devient commandant militaire de la ville de Paris et calme les insurgés en 6 mois sans effusion de sang. Il gardera une grande fierté de cet exploit. Mais il n’adhère pas au nouveau régime et se met à l’écart au bout de quelques mois.

Désormais général, il estime qu’il est enfin digne de se marier avec l’amour de sa vie : Madame Veuve Duroc, Maria de las Nieves Luisa Rita Domenica de Hervas, née à Madrid le 5 août 1788 et fille du marquis de Almenara, diplomate et banquier espagnol.  Duroc, né à Pont-à-Mousson, était un ami proche de Fabvier. En 1813, celui-ci sera très affligé de la mort de Duroc. Sa profonde amitié pour Duroc l’a mis en contact avec la belle espagnole. « La femme parfaite » comme il se plaît à la décrire. Aimée secrètement depuis 1805, mais épouse de l’ami Duroc, Maria de las Nieves est sacrée, intouchable. Veuve, elle reste seule et revoit épisodiquement Fabvier. Il lui rend visite à Pont-à-Mousson et à Paris, il fait preuve de délicatesse et de respect. Elle est en contact avec Nicolas Fabvier, le frère de notre général, et fait savoir que notre Charles Fabvier a toute sa faveur. Ils décident de se marier. Ils se fiancent au château de Clemery en septembre 1830 sous l’œil du maréchal Drouot, Lorrain de Nancy. Mais Maria de las Nieves perd Hortense, fille qu’elle avait eue de Duroc, en décembre 1830 et le mariage est repoussé au 10 mars 1831. Ils auront un fils, Louis Charles Eugène, qui décèdera en 1918.

Mme Fabvier vend Clemery près de Pont-à-Mousson, et Charles Fabvier achète en 1834 le château de Razay, puis en 1850 le domaine de Beauchène dans la commune de Céré-la-Ronde (Indre et Loire). Il y mène une vie de gentleman-farmer moderne et développe son domaine avec l’aide de Pierre Skawinski (1812-1902), agronome né à Lublin (Pologne), et qui sera le jardinier de la ville de Bordeaux.

Pas totalement assagi, toujours tenté par la politique, il accomplit plusieurs tentatives d’élection à la chambre mais a la réputation d’être trop raide.

Fabvier est un homme politique à la fois conservateur et visionnaire, à la conviction catholique marquée. Il reste indépendant d’esprit : contrairement à beaucoup, il a une attitude négative face à la colonisation de l’Algérie (où son ami le général Denys de Damrémont, cosignataire de la capitulation  de Paris en 1814, a trouvé la mort en 1837 en menant l’assaut de Constantine), il soutient Abdel Kader trahi par Louis-Philippe. Il s’intéresse toujours à la question d’Orient et s’exprime à ce sujet. Il s’inquiète à l’assemblée de l’incompétence et de l’immoralité de l’armée et en rend responsable cet environnement colonial.

Il est réintégré dans les cadres de l’armée de 1836 à 1848 et obtient le grade de général de division. Louis-Philippe le fait pair de France en 1845.

Attentif à l’évolution du monde, il entrevoit les prémices du pangermanisme et ses appétits ; il pressent dès 1848 la future guerre pour l’Alsace et la Lorraine, il critique l’état de l’armée mal préparée à affronter la Prusse. Il propose la création d’un état-major général chargé d’anticiper l’avenir.

En 1848, il se voit confier sa dernière mission officielle dans le cadre de l’affaire du Schleswig-Holstein qui oppose Prusse et Danemark. Il y fait preuve de sagacité et ses conseils seront très utiles au gouvernement danois.

Elu député de la Meurthe, il soutient Louis-Napoléon, président de la IIème République, qui libère Abdel Kader. A partir de 1852, il se retire de la vie publique et on ne sait rien de sa réaction au coup d’Etat de 1851. Est–ce l’indifférence ou l’âge ? Selon le témoignage du chroniqueur G. Claudin, il semble que cet «  homme chevaleresque et à l’esprit vif » était affecté de rhumatismes et avait du mal à se déplacer. Ses blessures et sa vie aventureuse avaient dû l’user quelque peu.

Il décède le 14 septembre 1855 suite à un dernier acte de fidélité à un vieux compagnon. En effet, en juin à Nancy, revenant de la cérémonie d’inauguration du monument du « sage de la Grande Armée », le maréchal Drouot, polytechnicien, artilleur et nancéien, il se sent mal. Blessé onze fois, il a survécu à mille avatars et dangers, il s’est exposé maintes fois, de l’Espagne à Moscou et dans la montagne grecque. Il s’éteint paisiblement, entouré des siens.

Il est inhumé au Père Lachaise, 73ème division, 2ème section. L’éloge funèbre est prononcé par son ami De Tracy. Des rues portent son nom à Nancy, Pont à Mousson et Pagny sur Moselle. Sa médaille par David D’Angers est conservée au musée du fil à papier de Pont-à-Mousson.

 

Homme d’action invétéré, « chevalier errant ou paladin » comme le dit Serieyx[6], homme de conviction libérale, doué pour l’action de par son physique, son intelligence et son caractère entier, il est représentatif des officiers encore jeunes laissés sans emploi et proscrits par la Seconde Restauration.

C’est aussi l’archétype de ces comploteurs aventureux, mi-libéraux, mi-bonapartistes, respectueux néanmoins de l’ordre, qui parcourent le monde au temps des révolutions du XIXème siècle et se jettent au service de la cause de l’anti-despotisme. C’est un membre de ces sociétés secrètes qui s’évertuent à promouvoir un nouveau système de pouvoir et à libérer les peuples de leurs occupants ou de leurs tutelles.

L’épisode grec de sa vie est un tournant important de l’histoire mondiale secouée par l’éveil des nations. Remarquable est le rôle des intellectuels et des membres du mouvement philhellène dans la diplomatie du moment, remarquable aussi l’interaction des intérêts des diverses nations et alliées de circonstance. D’autres exemples suivront qui animeront l’histoire européenne.

 

Emmanuel Poucet

 

[1] Au tome 3, 2ème partie, chapitre 25. C’est aussi ce jour–là que M. Beausset apporta le portrait du roi de Rome.

[2] C’est-à-dire de la félonie que constitue ce traité signé par Marmont, le duc de Raguse.

[3] La rencontre de Laffrey eut lieu le 7 mars 1815, quand pendant le Vol de l’Aigle, Napoléon reconquit son armée sans tirer un coup de feu.

[4] Voir à ce sujet le livre emblématique qu’est Le voyage du jeune Anarchasis de l’abbé Barthelemy.

[5] Ce papier est conservé au musée du papier peint à Rixheim.

[6] W. Serieyx, Le général Fabvier, un géant de l’action, Tallandier, 1933.