Archives par mot-clé : étymologie grecque

Jean-Victor Vernhes éveille son Egérie

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 145, novembre 2016, article huit.

Une étymologie pour Egeria, Égérie ?

À Arielle Chopard

Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)
Nicolas Poussin, Numa et la nymphe Egérie, musée de Condé (wikicommons)

Dans la mythologie romaine, la nymphe Egeria se rattache au culte des sources et était l’inspiratrice du roi Numa.

Mais, me direz-vous, Egeria est un nom latin. Quelle place a cet article dans une série d’études consacrées à l’étymologie grecque ? Vous allez voir…

 

1. Consultons les auteurs latins.

Tite-Live, Histoire romaine, I, I9 dit que Numa voulait instaurer la crainte des dieux. « Mais comme celle-ci ne pouvait descendre dans les âmes sans la fiction de quelque miracle, il faisait semblant d’avoir des rencontres nocturnes avec la déesse Égérie. »

Ovide, Métamorphoses, XV, 547-621, à propos du chagrin d’Égérie à la mort de Numa : « Cependant le deuil d’Égérie ne peut s’affaiblir dans le récit de malheurs étrangers. Couchée au pied d’une montagne, elle ne cesse de fondre en larmes, jusqu’à ce que, touchée de sa pieuse douleur, la soeur d’Apollon fasse de son corps une fontaine, et change ses membres mortels en ondes éternelles. »

Ovide, Fastes III, 260 et suivants : « Nymphe, instruis-moi, toi qui officias au bois et au lac de Diane. Nymphe, épouse de Numa, viens à moi pour ce qui est de tes actes…

Dans la vallée d’Aricie, entouré d’une épaisse forêt, il est un lac, objet d’un culte antique…

Y coule, sur un lit de cailloux, un ruisseau au murmure confus ; j’y ai bu souvent, mais à petites gorgées. Égérie offre ces eaux, déesse chérie des Camènes, épouse et génie de Numa. »

 

2. Consultons les auteurs grecs.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 60 parle à propos de Numa d’une nymphe Égérie (νύμφην τινὰ Ἐγερίαν : notez le ε initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un e bref initial dans le nom latin) : « Une légende dit qu’une certaine nymphe Égérie le fréquentait assidûment en lui enseignant la sagesse royale. Selon d’autres, ce n’était pas une nymphe, mais l’une des Muses. » La chose devint publique, dit le récit, ce dont Numa ne fut point fâché, et voici comment il procéda, sur une suggestion d’Égérie, pour convaincre les sceptiques. Il fit un jour visiter son domicile, et en particulier sa salle à manger, à des notables de Rome. Tout y était simple et ordinaire. Il les convia à revenir le soir, et ils revinrent : tout était d’un luxe si éclatant qu’une telle transformation en si peu de temps ne pouvait avoir été œuvre humaine, et révélait une inter­vention surnaturelle.

Voici maintenant comment Plutarque, Vie de Numa, 4, 1-2, évoque la vie de ce roi après la mort de son épouse Tatia en signalant la démone Égérie (Ἠγερίᾳ δαίμονι : notez le η initial indiquant que nous avons ici la transcription d’un η initial dans le nom latin) :

« Abandonnant les habitudes qu’il avait à la ville, Numa voulut vivre le plus souvent à la campagne en errances solitaires, séjournant dans les bois divins, les prairies sacrées et les lieux déserts. De là surtout vint le bruit que ce fameux Numa n’abandonnait pas la vie sociale par dérangement de l’esprit et par égarement, mais parce qu’ayant goûté à une plus noble fréquentation pour avoir été jugé digne d’une union divine, et passant son temps avec la démone Égérie, qui l’aimait (Ἠγερίᾳ δαίμονι συνὼν ἐρώσῃ καὶ συνδιαιτώμενος), il était devenu un homme bienheureux, instruit des choses divines. ».

Dans la suite du texte Plutarque n’exclut pas que des divinités fré­quentent des humains, mentionnant le cas de Sophocle, dont on sait par de nombreux témoignages qu’il a reçu chez lui Asclépios. Sur ce point, nous laissons le lecteur se faire son opinion.

Mais en continuant notre lecture de la Vie de Numa nous lisons en 8, 5 que tout cela était un scénario (δρᾶμα). Interprétation rationaliste.

De même dans La fortune des Romains, 9, où Plutarque écrit : « Le récit selon lequel une certaine Égérie, une des nymphes dryades, démone pleine de sagesse (δαίμονα σοφήν) devenue par amour sa compagne, fut sa formatrice et mit sur pied avec lui les institutions est tout à fait mythique. »

3. Mais d’où peut venir ce nom d’Egeria ?

En latin, on ne lui voit pas d’étymologie. Les dictionnaires étymologiques du latin (Walde-Hofmann et Ernout-Meillet) évoquent, en désespoir de cause, une possible origine étrusque ou sabine et se bornent à signaler une étymologie populaire transmise par Festus, et dont il sera question plus loin.

Nous allons étudier les données sémantiques et les problèmes formels.

Dans les textes que nous avons cités, nous avons pu voir que ce qu’évoque le nom d’Egeria s’organise autour de deux thèmes :

1- L’inspiration venant d’un influx divin. Cela fait penser à l’inspiration poétique telle que nous la présente l’Ion de Platon.

2- Le thème de la source et de l’eau vive.

Ce second thème s’associe volontiers au premier, en vertu de « la croyance, surabondamment attestée dans l’histoire de la divination, que l’eau possède un pouvoir magique, la propriété d’éveiller chez l’être intelligent le sens prophétique. » (A. Bouché-Leclerc, dans l’article « Camenae » du Daremberg et Saglio). Pensons par exemple à la fontaine Hippocrène, dont l’eau donne l’inspiration à ceux qui la boivent. On peut voir l’inversion de ce symbolisme dans l’eau du fleuve Léthé, qui apporte aux âmes l’oubli de leur vie passée.

Ce thème de l’inspiration nous fait penser au verbe grec ἐγείρω, éveiller, sur racine εγερ < *h1ger ? Égérie, l’inspiratrice, porterait-elle un nom d’origine grecque ?

Cette racine εγερ exprime de façons très variées tout ce qui tourne, au propre et au figuré, autour de la notion de se dresser, ou de faire se dresser. Les exemples abondent dans les dictionnaires.

Il peut s’agir d’un conflit : ἀδικούμενοι τὸν πόλεμον ἐγείρομεν, lésés, nous éveillons la guerre (Thucydide, 1, 121, 1). Il peut s’agir d’un son : εὔχορδον ἔγειρε λύραν, éveille ma lyre aux cordes excellentes (Pindare, Néméennes, 10, 39). Ou encore d’un sentiment : ὁ οἶνος τὰς φιλοφροσύνας, ὥσπερ ἔλαιον φλόγα, ἐγείρει, le vin exalte les sympathies, comme l’huile exalte la flamme (Xénophon, Banquet, 2, 24).

Il peut s’agir aussi, et c’est ce qui nous concerne ici, d’un esprit qui se dresse ou qu’on fait se dresser dans l’éveil : καὶ ἐφρόνει καὶ ἐγρηγόρει, il était intelligent et éveillé (Xénophon, Éducation de Cyrus, 1, 4, 20). Il peut s’agir de cet éveil particulier qu’est l’inspiration poétique : Ἔγειρε δὲ νῦν, Μοῦσα, κρητικὸν μέλος, Et maintenant, Muse, éveille en moi un chant de Crète (Cratinos, poète comique). Nous en avons un exemple dans l’Ion de Platon (535-536). Ion est possédé par Homère, qui le met en relation magnétique avec la Muse. Alors, lui dit Socrate, « ἐπειδὰν τούτου τοῦ ποιητοῦ φθέγξηταί τις μέλος, εὐθὺς ἐγρήγορας καὶ ὀρχεῖταί σου ἡ ψυχή. », lorsque quelqu’un fait entendre un chant de ce poète, te voilà aussitôt en état d’éveil et ton âme danse.

Égérie est-elle nymphe, est-elle démone, est-elle femme, est-elle déesse, ou bien est-elle Muse, comme le pensent certains, au dire Denys d’Halicarnasse dans le passage que nous avons cité ? Quoi qu’il en soit, elle est l’entité féminine qui fait du roi un inspiré. On peut dire d’Égérie qu’elle ἐγείρει l’esprit du roi Numa.

4. Sommes-nous le premier à envisager de rapprocher Égéria du verbe ἐγείρω ?

En cherchant bien, on découvre qu’un auteur du nom de Pedro Felipe Monlau y Roca a publié à Madrid en 1856 un Diccionario etimológico de la lengua castellana. On y lit : « Egeria : del griego egeirô, yo excito, yo muevo, yo despierto. » (Egeria : du grec egeirô, ‘j’éveille, j’excite, je mets en mouvement, je réveille’).

Mais cet auteur ne développe aucune considération à l’appui de cette étymologie, et ne dit rien des difficultés qu’elle soulève, et que nous allons voir.

Les dictionnaires latins donnent Ēgeria avec un ē initial : ēgeria. Or nous ne pouvons faire le rapprochement avec ἐγείρω qu’en partant d’une forme à e bref initial. Selon Ernout-Meillet, le ē initial pourrait être secondaire, et venir d’une étymo­logie populaire, que nous connaissons par une glose transmise par Festus : « Egeriae nymphae sacrificabant praegnantes, quod eam putabant facile conceptum alvo egerere » (Les femmes enceintes faisaient des sacrifices à la nymphe Egeria, car elles pensaient qu’elle faisait sortir aisément le bébé du ventre). Il y a là un rapprochement familier entre le nom Egeria et le verbe ēgerere, ‘porter en dehors’, et la longue initiale peut être due à ce rapprochement.

Saint Augustin, dans La cité de Dieu, VII, 25, (p. 179 de l’édition du Corpus Christianorum, Brepols) se référant à un traité de Varron, nous montre ce même rapprochement verbal exploité dans un autre contexte : « Du fait que Numa emportait de l’eau (Quod ergo aquam egesserit), c’est à dire en prélevait pour faire de l’hydromancie, on a dit qu’il eut la nymphe Égérie comme épouse. »

Cette forme à ē initial convient aux poètes, car elle permet de faire entrer le mot dans l’hexamètre, ce qui ne serait pas possible avec une forme à e bref initial. Ainsi dans Virgile, Énéide, VII, 763 ; Ovide, Fastes III, 154 et 275.

5. Par ailleurs il existe une forme masculine Egerius.

Tite Live parle d’un personnage de famille royale à qui ce nom d’Egerius a été donné « ab inopia » (‘à cause de son dénuement’). Il y a ici rapprochement avec le verbe egeo, ‘être pauvre, être dans le besoin’ ; or le verbe egeo a un e initial bref ! Nous sommes ici dans un niveau de langue supérieur à celui des rapprochements familiers, ce qui donne à penser que la forme à e bref est celle qui n’a pas été remaniée.

Voyons les données grecques. Nous avons trouvé la forme Ἐγερία chez Denys d’Halicar­nasse. Mais chez Plutarque nous avons Ἠγερία. À qui se fier ?

Denys d’Halicarnasse vécut longuement à Rome à partir de 30 av. J.-C. et il était tout imprégné de la culture des élites romaines. Plutarque (environ 46-120) a certes fait des séjours à Rome, où il a donné des conférences. Mais il n’avait pas la culture romaine du précédent. Pour décider entre Ἐγερία et Ἠγερία, on l’imagine bien consultant Virgile et Ovide dans sa bibliothèque, et observant la scansion des vers où il trouve Egeria… avec ē initial. Fions-nous donc à Denys d’Halicarnasse.

6. N’hésitons donc pas à tenter le rapprochement de Egeria avec la racine εγερ-

Il est intéresssant de noter que nous avons la trace d’une variante Ἐγερίς, -ίδος, qui est également de facture grecque (qu’on se rappporte dans l’édition Budé à l’apparat critique du texte de Denys d’Halicanasse ), avec ce suffixe -ίς, -ίδος qui a donné tant de dérivés féminins. Nous sommes en ambiance grecque !

Notre Ἐγερία serait une formation en -ία sur racine verbale. Cf. Chantraine, Formation, p. 81. Exemples : μανία (cf. μαίνομαι), πενία (cf. πένομαι)… Mais ce type de dérivation «…n’a pas été productif ; c’est pour former des dérivés de noms que le suffixe s’est développé. » (σοφία sur σοφός, etc.). Voilà donc un type de formation à inventaire clos, ce qui caractérise des formations archaïques.

Il arrive que l’onomastique soit le conservatoire d’éléments que par ailleurs la langue a abandonnés ou de possibilités qu’elle n’a pas exploitées. Ainsi dans le nom Θερσίτης, Thersite, personnage insolent de l’Iliade, nous avons le degré e, abandonné par ailleurs, de la racine θερσ- de θρασύς, impudent. Notre Ἐγερία pourrait être un exemple de ce phénomène bien courant.

Nous voilà donc en présence d’un mot dont la morphologie et la sémantique sont d’une belle et archaïque grécité, mais dont le grec que nous connaissons n’a pas fait usage, le laissant à l’état de virtualité.

Nous pouvons donc penser que Ἐγερία et peut-être sa variante Ἐγερίς ont existé dans les franges occidentales du grec, et que de là ces mots seraient passés en latin, où ils auraient été affectés à l’onomastique pour désigner celle qui donne les niveaux supérieurs de l’inspiration.

7. La légende de Numa et d’Égérie ne serait pas étrangère aux contacts des Latins avec la Grande Grèce.

Ces contacts, nous pouvons nous risquer à les préciser. On situe le règne de Numa en 715-673 av. J.-C. Ce fut une importante époque pour la colonisation grecque en Italie du Sud et en Sicile.

La plus ancienne colonie grecque en Italie du Sud, est la ville de Cumes. Fondée par des Eubéens peu après 750 av. J.-C., elle fut rapidement prospère, en particulier grâce à la production et au commerce du vin, par lesquels elle atteignit non seulement ses voisins, mais aussi des populations situées au delà des Alpes. Elle entretint de bonnes relations avec Rome et exerça une grande influence sur les peuples voisins. Le règne de Numa fut contem­porain de cet essor, et cela suppose des contacts linguistiques, qui ont pu être plus ou moins approfondis selon les personnalités entrant en relation.

On conçoit aisément qu’à l’occasion de ces contacts le nom d’ Ἐγερία ait pu être attribué à l’entité inspiratrice avec laquelle Numa était ou se prétendait en relation.

Autre possibilité : le nom d’ Ἐγερία aurait été créé pour Numa par adjonction à la racine εγερ- du suffixe -ia si courant en latin dans les noms de femmes.

On ne peut faire allusion à Cumes sans songer à la Sibylle (voir l’article précédent). Aurait-elle été pour Numa un modèle de la personnalité féminine en contact avec le plan divin ? Cependant elle est bien différente. La Sibylle profère des oracles obscurs, tandis qu’Égérie est éclairante pour Numa. La Sibylle est inspirée, mais non inspirante. Égérie est le canal par où s’opère l’éveil du plan humain par une communication avec le plan divin.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

 

 

 

 

Christian Boudignon : « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n°35)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article un)

« Mais que ce soit hors cymetieres ! »

 

Van Gogh, Les Alyscamps (Arles) wikicommons
Van Gogh, Les Alyscamps (Arles) wikicommons

 

On ne devrait pas pleurer aux enterrements. On ne devrait pas… Jean Chrysostome nous le dit : « Hé bien donc, quand tu amènes un mort [au cimetière], ne te frappe pas : ce n’est pas pour la mort, mais pour le sommeil que tu le conduis là. »

Un drôle de dortoir

Je dédie cet article à Renée Jacquin, ancienne présidente de Connaissance hellénique, qui nous a quittés et à Aurélie Alphonso, jeune helléniste emportée par une leucémie foudroyante dans la fleur de l’âge. Maintenant, là-haut, leur connaissance est parfaite, je ne leur apprends plus rien, elles le savent, le cimetière où elles reposent, c’est un mot grec… Précisément κοιμητήριον [koimètèrion], ce qui signifie « dortoir ». Car à cause de leur foi en la résurrection de la chair, les chrétiens de langue grecque ont adopté ce terme qui est parvenu jusqu’à nous.

Une des premières attestations du mot en grec se trouve chez Origène (Homélie sur Jérémie, 4,3) qui après 244 à Césarée de Palestine se souvient de sa jeunesse et regrette le temps béni des persécutions, quand les chrétiens, encore peu nombreux, se rassemblaient autour de ces fameux koimètèria, c’est-à-dire autour des tombes des martyrs[1] :

« Mais alors, [les chrétiens] avaient la foi, quand se produisaient de nobles martyres, que nous sortions des koimètèria, au retour des processions avec les martyrs en tête, pour aller aux assemblées, que toute l’église qui n’avait pas été persécutée était là, que les catéchumènes étaient catéchisés sur le martyre et la mort de ceux qui avaient confessé la vérité jusqu’à la mort, sans être ni effrayés ni troublés, pour le Dieu vivant. Alors nous savons que nous avons vu aussi des signes étonnants et prodigieux. Alors, peu avaient la foi, mais ils l’avaient vraiment. »

ἀλλὰ τότε ἦσαν πιστοί, ὅτε τὰ μαρτύρια τὰ γενναῖα ἐγίνοντο, ὅτε ἀπὸ τῶν κοιμητηρίων προπέμψαντες τοὺς μάρτυρας ἠρχόμεθα ἐπὶ τὰς συναγωγάς, καὶ ὅλη ἡ ἐκκλησία μὴ θλιβομένη παρεγίνετο, καὶ οἱ κατηχούμενοι ἐπὶ τοῖς μαρτυρίοις κατηχοῦντο καὶ ἐπὶ τοῖς θανάτοις τῶν ὁμολογούντων τὴν ἀλήθειαν « μέχρι θανάτου », « μὴ πτυ- ρόμενοι » μηδὲ ταρασσόμενοι ἐπὶ τὸν ζῶντα θεόν’. Τότε οἴδαμεν καὶ σημεῖα ἑωρακότας παράδοξα καὶ τεράστια, τότε ἦσαν πιστοὶ ὀλίγοι μὲν πιστοὶ δὲ ἀληθῶς.

Miracle au cimetière

Cette foi têtue des chrétiens de langue grecque a fait triompher le mot, qui est passé en latin. La première attestation du mot en latin se lit quelques décennies auparavant chez Tertullien, dans son traité De l’âme qu’on peut dater environ de 210. Il raconte que l’âme à la mort est séparée du corps, mais Tertullien bute sur un miracle, ou plutôt deux, qui semblent contredire cette idée de la séparation des deux éléments. Le récit est surprenant : « J’ai connu une femme, née de parents chrétiens, morte dans la fleur de l’âge et de la beauté, peu de temps après un mariage unique. Elle s’était endormie dans la paix du Seigneur. Avant que l’on procédât à sa sépulture, au moment où le prêtre prononçait les prières, au premier souffle de l’oraison, elle écarta les mains de sa poitrine, les croisa dans l’attitude d’une suppliante, et ne les laissa retomber à leur place qu’après que les prières eurent été achevées. Il court chez les nôtres un autre récit. On veut que dans un coemeterium un corps se soit retiré pour céder l’espace à un autre corps que l’on plaçait auprès de lui. » Est et illa relatio apud nostros, in coemeterio corpus corpori iuxta collocando spatium recessu communicasse.

Il est bien clair que le mot coemeterium désigne la tombe d’un chrétien. Le mot est écrit avec –oe- pour marquer la prononciation savante et ancienne du οι grec, mais on trouve dans les inscriptions la graphie cimeterium, ce qui prouve que la prononciation populaire et « moderne » du οι grec était –i-. Pareillement la prononciation savante et ancienne du η grec était –ê- mais dans le peuple on hésitait entre –i- et –ê- : d’où la double graphie cimiterium ou cimeterium dans les inscriptions. Mais on gardait toujours la prononciation du second η : -ê-.

Le mot prend un sens plus général au IVe siècle, quand on passe du sens de « tombe » d’un chrétien au sens qu’il a aujourd’hui de « lieu de sépultures, où se trouvent plusieurs tombes ». On distingue alors le πολυάνδριον [polyandrion], cimetière païen ou juif (littéralement, « le lieu de la foule des hommes ») du κοιμητήριον [koimètèrion], le cimetière chrétien à proprement parler. J’ai cité plus haut un extrait du texte de Jean Chrysostome, son écrit Sur le cimetière et la croix (Patrologie Grecque, tome 49, colonne 394), où il atteste de cet emploi de κοιμητήριον [koimètèrion] pour désigner un lieu et non plus une tombe.

Ὅρα πανταχοῦ ὕπνον καλούμενον τὸν θάνατον· διὰ τοῦτο καὶ ὁ τόπος κοιμητήριον ὠνόμασται· χρήσιμον γὰρ ἡμῖν καὶ τὸ ὄνομα, καὶ φιλοσοφίας γέμον πολλῆς. Ὅταν τοίνυν ἄγῃς ἐνταῦθα νεκρὸν, μὴ κατάκοπτε σαυτόν· οὐ γὰρ πρὸς θάνατον, ἀλλὰ πρὸς ὕπνον αὐτὸν ἄγεις.

« Vois que partout (dans la Bible) on appelle la mort sommeil. A cause de cela, le lieu aussi s’appelle koimètèrion (« dortoir »). Car ce nom est pour nous utile et plein d’une belle philosophie. Hé bien donc, quand tu y amènes un mort, ne te frappe pas : ce n’est pas pour la mort, mais pour le sommeil que tu le conduis là. »

Des filles de joie au cimetière

Le mot cimiterium ou cimeterium prononcé avec attaque palatale du c-: [kjimitérium] ou [kjimetérium] a donné le sarde cimitériu, l’italien cemetero, l’anglais cemetery et, comme souvent, une belle variété de formes en vieux français allant de cimitire à cimatière ou cimentiere, en passant par notre cimetière. Le c- initial après avoir été prononcé kj avec la langue sur le palais, s’est adouci en une sifflante (le c- est en fait prononcé [s] en français). Le –é– de –térium lui a été traité comme tous les –e- brefs sous un accent d’intensité devenus en français –ie- puis -iè-. Quant au –rium, après le –r-, le –i– a été prononcé comme une consonne -y- avant de disparaître en laissant le –e muet final. Ainsi est entré le mot grec en français.

Mais le cimetière n’a pas été toujours aussi sage qu’on imagine. Au Moyen-Age, il s’y passe des choses qui pourraient, peut-être, troubler son repos. De certaines dames y font un certain commerce… Villon nous le fait comprendre dans son Testament. Après avoir distribué toutes ses œuvres à ses amis, à la fin, le bon poète donne sa Bible à la jolie veuve d’un tenancier d’hôtel, Mademoiselle de Bruyères, pour qu’elle aille prêcher avec ses aguichantes disciples (les bachelières). Elle doit prêcher une retraite (tout sauf évangélique ?) aux femmes de joie (les villotières) célèbres pour leur langue de p… « Mais que ce soit hors cymetieres ! » car le poète s’imagine déjà enterré et perturbé par de certains spectacles, qui pourraient, comme on dit, réveiller un mort.

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec au département des Sciences de l’Antiquité

Aix-Marseille Université

[1] E. Rebillard, « Koimetérion et Coemeterium : tombe, tombe sainte, nécropole », Mélanges de l’Ecole française de Rome, Antiquité, 105/2 (1993) p. 975-1001

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°34)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 144, juillet 2016, article neuf)

 

Les dieux du stade

 

Stade vélodrome lors du match Marseille Caen, cliché Cédric SF (Common medias)
Stade vélodrome lors du match Marseille Caen en 2015-2016, cliché Cédric SF (Creative Commons)

 

Mon frère m’a offert une place l’autre jour dans le nouveau Stade vélodrome pour l’Euro de football 2016. Tout était dans l’ambiance au fil du match ! Je n’ai pu m’empêcher de penser que j’assistais là à une grande messe moderne, toute une liturgie bien organisée, avec chorégraphie en entrée, hymne national et antiennes reprises en choeur (bien qu’assez peu mélodieuses)… Mais qui sont les dieux du stade auxquels on voue ce culte ? Nos braves joueurs ? Bien qu’ils fassent parfois la une de certains calendriers, qu’ils touchent parfois des salaires divins et qu’ils marquent parfois des buts célestes, je sais trop combien leur gloire est éphémère, un jour adulés, l’autre honnis… Non, à mon avis, les dieux du stade, ce sont ces arbitres presque anonymes qui font plier les joueurs à leurs règles et imposent leur loi dans le stade !

 

A défaut de dieux, Flavius Philostrate, au IIe ou IIIe siècle après J.-C., dans son traité De Gymnastica, 5-6, en fait des prêtres :

“Ainsi fut inventé le stade : comme les habitants d’Elis (où se trouve Olympie) faisaient leur sacrifice habituel, les victimes étaient sur l’autel mais il n’y avait pas encore de feu pour elles. Les coureurs étaient éloignés de l’autel de la distance d’un stade et un prêtre se tenait debout devant l’autel avec une torche comme arbitre, le vainqueur mit le feu aux victimes et s’en alla comme vainqueur Olympique.” Στάδιον δὲ ὧδε εὕρηται· θυσάντων Ἠλείων ὁπόσα νομίζουσι, διέκειτο μὲν ἐπὶ τοῦ βωμοῦ τὰ ἱερά, πῦρ δὲ αὐτοῖς οὔπω ἐνέκειτο. στάδιον δὲ οἱ δρομεῖς ἀπεῖχον τοῦ βωμοῦ καὶ εἱστήκει πρὸ αὐτοῦ ἱερεὺς (ξὺν) λαμπαδίῳ βραβεύων, καὶ ὁ νικῶν ἐμπυρίσας τὰ ἱερὰ Ὀλυμπιονίκης ἀπῄει.

Ce récit très pieux et très joli fait naître la course du stade de la distance du stade. De fait, quelle que soit l’origine fort obscure du mot grec στάδιον [stádion][1], l’important est que le sens premier du terme est celui d’une mesure : un stade, c’est-à-dire un peu moins de deux cents mètres, mesure encore utilisée dans la campagne grecque, il y a quelques décennies. Elle devint l’unité de distance qu’il fallait courir (et non l’inverse) comme aujourd’hui on court le cent mètres ou le mille mètres. Ensuite, stádion a désigné la piste de la course de deux cents mètres ou presque, telle qu’elle a été organisée dans les jeux helléniques.

 

C’est vers le premier siècle que l’on voit apparaître le sens de stade comme « bâtiment construit autour d’une piste de course » dans les textes. Saint Paul dans sa Première lettre aux Corinthiens 9, 24, loin de partager la répugnance de certains moralistes, fait l’éloge de la course à pied dans le stade qu’il propose comme modèle aux chrétiens :

« Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix ? Courez donc ainsi afin de le recevoir. »  Οὐκ οἴδατε ὅτι οἱ ἐν σταδίῳ τρέχοντες πάντες μὲν τρέχουσιν, εἷς δὲ λαμβάνει τὸ βραβεῖον; οὕτως τρέχετε ἵνα καταλάβητε.

C’est très moderne. Cela me fait penser aux champions sportifs qui deviennent des modèles universels et même publicitaires ! En tout cas, le stade est dans ce passage ce bâtiment oblong connu de tous, comme on peut en voir encore à Aphrodisias en Turquie et ailleurs.

 

Le mot était déjà passé à Rome, grande imitatrice des Grecs, sous la forme latinisée stádium au triple sens de la distance, de la course et du bâtiment lui-même. Cicéron dans ses Tusculanes (2,56), donnait déjà lui aussi les coureurs comme modèles au sage :

« Que jamais non plus le fort ou le sage ne gémisse, sinon peut-être pour se donner du courage, comme les athlètes qui crient le plus fort possible dans le stade”. Nec vero umquam ne ingemescit quidem vir fortis ac sapiens, nisi forte ut se intendat ad firmitatem, ut in stadio cursores exclamant quam maxime possunt.

On retrouve le mot en vieux français sous la forme plutôt féminine d’estage, d’estade ou de stade au sens d’une mesure de cent-quatre-vingt mètres environ. Nicolas Oresme vers 1370, dans sa traduction de l’Ethique à Nicomaque d’Aristote, nous parle ainsi de Milon de Crotone :

« Les hystoires dient que Milon mengeoit un beuf en un jour et que il le portoit tout le cours d’une estade sans arrester ».

Aurait-on là la version antique de la corrida ?

Cependant ni estage ni estade ne se sont maintenus (sinon dans le provençal estàdi) : l’influence du mot latin stádium a été décisive pour faire triompher la forme savante de stade en français.

Le stade panathénaïque d'Athènes au premier jour des jeux olympiques d'Athènes en 1896
Le stade panathénaïque d’Athènes au premier jour des jeux olympiques d’Athènes en 1896

Si les deux autres sens de distance et de piste de course sont anciens, le sens d’enceinte aménagée pour le sport n’a connu son succès que récemment. Il n’apparaît en français qu’en 1896, date des premiers jeux olympiques à Athènes. L’architecte Métaxas y construisit le stade olympique sur le  site  antique et sur un modèle antique, c’est à dire celui d’une piste entourée de trois côtés et ouverte sur le dernier… où la gloire olympique ne dure qu’un jour. Car comme le chante Leconte de Lisle dans ses Libations (1855) :

La vie est d’un jour sous le ciel antique ;

C’est un char qui roule au stade olympique.

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de langue et de littérature grecque à l’Université d’Aix-Marseille.

[1] Le nom στάδιον [stádion] nous apprend le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Chantraine, est rapporté :

  • soit à un mot du dialecte d’Argos connu seulement par les dictionnaires anciens : σπάδιον [spádion] étendue (tiré du verbe σπῶ, σπᾷς, σπᾷ [spô] tirer, étendre) qui aurait été déformé en στάδιον [stádion],
  • soit au verbe ἵστημι [histêmi] être debout, mettre debout, établir et à son dérivé στάδιος [stádios] droit, solide, ferme au sens de mesure établie, fixée.

Jean-Victor Vernhes : Les racines *amei et *ameu en grec ancien

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 144, juillet 2016, article cinq.

Les meilleurs des chants amébées

Les racines *ἀμει et *ἀμευ

avec une étymologie pour ἀμείνων « meilleur ».

 

Nicolas Poussin, Les bergers d'Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)
Nicolas Poussin, Les bergers d’Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)

 

Nous allons voir que l’idée générale exprimée par ces deux racines, qu’on pourrait qualifier de racines jumelles, c’est ne pas rester là ou ne pas en rester là, dépasser, passer ou faire passer d’une position à une autre, faire aller au-delà.

Commençons par la forme *ἀμει. Nous la trouvons dans des mots que dans l’approche habituelle du vocabulaire grec on rattache ordinairement à la notion d’échange : ἀμείβειν, échanger ; ἡ ἀμοιβή, l’échange, d’où l’adjectif ἀμοιβαῖος, caractérisé par un échange, célèbre par les ἀμοιβαῖα μέλη, les chants amébées de la littérature d’inspiration bucolique qui remonte à Théocrite, ou plutôt que Théocrite a reprise d’une vieille tradition dont il a fait un genre littéraire. Ces chants amébées sont une joute poétique entre deux bergers qui tour à tour improvisent deux vers sur un certain thème ou sur deux thèmes contrastés. On définit souvent ces chants amébées comme un échange de couplets. Mais essayons de jouer le jeu en nous mettons dans la peau des jouteurs ou des témoins de cet affrontement poétique. L’un des deux concurrents vient d’improviser deux vers. Son rival doit lui répliquer incontinent en improvisant à son tour deux vers sur le thème choisi. Il s’agit pour lui de ne pas rester coi, de ne pas rester sec, de ne pas se creuser la tête dans un silence embarrassé. Et le premier à son tour doit aller plus loin en montrant avec quelle virtuosité il improvise. Ils sont contraints tous deux à un dépassement permanent.

Ce scénario, même s’il relève largement de l’imagination littéraire, fait bien sentir ce que veulent dire ἀμοιβαῖος, ἀμοιβή, ἀμείβειν.

Ἀμείβειν, c’est passer d’une position à une autre, dépasser. De cette idée générale vont découler les effets de sens usuels : échanger des objets, des paroles ; alterner ; répondre. Il s’agit parfois de passer d’un lieu à un autre : πόλιν ἐκ πόλεως ἀμείβειν, passer d’une ville à une autre.

ἡ ἀμοιβή, c’est le don fait en retour. Un don a été fait. Mais on n’en reste pas là, on va au delà…

Nous invitons nos lecteurs à reprendre dans le Bailly les mots ἀμείβειν, ἀμοιβή, ἀμοιβαῖος et à examiner leurs emplois divers en référence à l’idée générale que nous proposons comme fil conducteur de leur sémantique.

Et maintenant nous allons faire un audacieux pas en avant en proposant de rattacher ἀμείνων, meilleur (un des comparatifs de ἀγαθός) à notre racine ἀμει- avec la valeur fondamentale que nous lui attribuons (être ἀμείνων, c’est dépasser, c’est aller au delà).

Le dictionnaire étymologique de Chantraine nous apporte une seule donnée positive sur ἀμείνων : le εί y est une diphtongue d’origine, et ne repose pas sur l’allongement d’un ε. Le dictionnaire de Beekes nous dit : no etymology.

Éric Dieu, dans son ouvrage sur Le supplétisme dans les formes de gradation en grec ancien et dans les langues indo-européennes (Genève, Droz, 2011) nous offre une étude approfondie d’ ἀμείνων (p. 29-54).

En ce qui concerne l’étymologie, il nous indique les deux pistes principales : 1) rapprochement avec le latin amoenus, ‘agréable’ ; 2) analyse en un ἀ- privatif suivi d’un second élément exprimant la notion de petitesse. Et il nous montre les difficultés qu’on rencontre dans les deux cas.

Notre hypothèse ne pose pas de problème sémantique, mais voyons l’aspect morphologique de la question. Ιl n’y a pas de formations en racine + -νων. Il nous faut donc chercher quel remaniement a pu intervenir.

Sur la racine ἀμει- peut s’être formé un thème verbal en -ν- (comme on en trouve dans πλύνω, laver, κρίνω, juger, etc.). Et des formations nominales en -ων peuvent dériver de thèmes verbaux, comme τρίβων sur τρίβω. Ainsi se serait formé ἀμείνων qui du fait de son sens aurait pris place dans la catégorie des comparatifs, en adoptant la flexion.

Autre possibilité. Des adjectifs en -νος peuvent être formés sur une racine au degré e : δεινός, terrrible (sur *dwei), σεμνός, vénérable (sur σέβομαι, vénérer) On peut donc supposer un *ἀμεινός.

Voyons maintenant la forme *ἀμευ-. Nous la trouvons à l’état de trace dans l’aoriste ἀμεύσασθαι, dépasser qu’on trouve chez Pindare et dans quelques autres termes peu usuels en ἀμευ- .

Nous la trouvons surtout dans ἀμύνω, écarter un danger ou un ennemi. 

Ce verbe est formé sur un thème ἀμῠ-ν- (degré zéro de ἀμευ- + suffixe -ν-. Le υ ne reste bref qu’au futur ἀμῠνῶ. Il s’allonge à l’imperfectif (ἀμύνω < * ἀμῠνyω) et à l’aoriste (ἤμυνα < *ἤμυνσα).

Dans l’idée d’écarter un danger nous percevons aisément la notion de faire aller au delà (donc re-pousser) que nous avons indiquée à propos de ἀμει-

Pour remonter au niveau indo-européen on peut poser ἀμεί- < *h2mey et ἀμευ- <*h2mew.

Une laryngale initiale devant consonne ne laisse de trace qu’en grec et en arménien sous forme d’une voyelle ‘prothétique’.

 

Quels sont les correspondants possibles (en latin et en sanskrit) sur *h2mey ? On a vu dans le latin migrare, émigrer (aller dans un espace au delà) le correspondant de ἀμείβω au sens de changer de lieu, en posant un thème *h2mey-gw. Ce gw est passé à β en grec. Mais cette suffixation en *gw pose problème.

On a en sanscrit mayate, changer (may < *mey). On rapproche le latin meare, ‘passer, traverser’ (disparition du y entre voyelles).

Quels sont les correspondants possible sur *h2mew ? On a le latin moveo, mettre en mouvement, avec structure causative, comme dans moneo, mettre dans l’esprit (racine *men).

Ces considérations étymologiques seraient à développer. Nous nous sommes contentés ici de quelques exemples, car nous avons préféré scruter les données grecques.

 

            Jean-Victor Vernhes

            maître de conférences retraité

de l’Université de Provence

J.-V. Vernhes revient sur l’étymologie d’ἄσμενος [ásmenos] donnée jadis par J. Wackernagel

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 143, mars 2016, article six.

Autour de la racine *nes, sauver :

le sens et l’étymologie de ἄσμενος, joyeux

et les verbes νέομαι et νίσομαι, revenir.

 

Jakob Wackernagel (1853-1938) linguiste suisse spécialiste d'indo-européen.
Jakob Wackernagel (1853-1938) linguiste suisse spécialiste d’indo-européen.

 

L’emploi de l’adjectif ἄσμενος est limité par des contraintes syntaxiques particulières. Il ne peut s’employer que :

  1. a) dans des tournures où on peut le rendre par avec plaisir : Ἄσμενος ἂν τοῦτο ὁρῴην, Je verrais cela avec plaisir. Il a alors une valeur adverbiale.
  2. b) dans des tournures au datif du type Τοῦτό μοι ἀσμένῳ ἂν εἴη, Cela me ferait plaisir.

Traditionnellement, on rattache ἄσμενος au thème *σϜᾰδ qu’on a dans le groupe de ἥδομαι, être joyeux.

Une autre hypothèse, proposée par Palmer (Sprache 5, 1959, 131-136), en fait un participe d’une racine *as (<*h2es), celle du hittite hasas, rassasiement. Cette idée de rassasiement aurait pu, selon cet auteur, se développer soit vers l’idée de bonheur, soit vers celle de saturation.

Autre hypothèse encore, à laquelle nous allons nous attacher ici : celle de Wackernagel, qui dans une note en page 6 de ses Vermischte Beiträge zur griechischen Sprachkunde (1897), en s’appuyant en particulier sur les emplois ho­mériques, estime que la signi­fication la plus ancienne de ἄσμενος était sauvé, et, pour l’étymologie, propose le rattachement à la racine *nes, sauver, en posant un thème *ṇs-s-. Cette racine a donné en gotique nasjan, guérir, sauver. Elle est aussi à l’origine de l’allemand nähren, nourrir.

 

Emplois de ἄσμενος

Voyons les attestations citées par Wackernagel à l’appui de sa proposition étymologique.

Odyssée, IX 62-63 : Ἔνθεν δὲ προτέρω πλέομεν, ἀκαχημένοι ἦτορ, /ἄσμενοι ἐκ θανάτοιο, φίλους ὀλέσαντες ἑταίρους, Nous poursuivîmes notre navigation au delà, le cœur lourd, sauvés de la mort, après la perte de nos compagnons. Il est difficile de traduire ici ἄσμενοι par joyeux. Sauf en ajoutant au texte un hypothétique πεφυγμένοι sous-entendu, signifiant ayant échappé, comme l’indique la note à ce vers donnée par l’édition Pierron (Paris, 1911). Et encore ce joyeux jouxterait curieusement l’expression qui précède : le cœur lourd. En outre, il serait syntaxiquement curieux de faire de ἐκ θανάτοιο le complément de πλέομεν ou d’un adjectif signifiant ‘joyeux’. Mais la phrase est d’une construction tout à fait limpide si on voit dans ἄσμενοι un participe à part entière signifiant sauvés, avec une valeur circonstancielle à la fois temporelle et causale, et accompagné d’un complément au génitif avec ἐκ signifiant de quoi on est sauvé.

Iliade, XX, 350 : Φύγεν ἄσμενος ἐκ θανάτοιο, Il est trop heureux d’avoir échappé à la mort. C’est Achille qui s’exprime ainsi, à propos d’Énée, qui vient d’échapper à sa lance, protégé par Poseidon. La joie exprimée par ἄσμενος est ici encore celle d’avoir échappé à la mort.

Eschyle, Perses, 736 : (Ξέρξην φασί)… ἄσμενον μολεῖν γέφυραν γαῖν δυοῖν ζευκτηρίαν, Xerxès, dit-on, a été trop heureux d’atteindre la pont qui joignait les deux continents (traduction Mazon). Le traducteur a su faire sentir que la joie de Xerxès vaincu était celle d’échapper au pire et d’être sauvé.

Sophocle, Philoctète 271. Philoctète raconte comment il fut abandonné par le Grecs : Tότ᾽ὡς ἄσμενοί μ᾽ὡς εἶδον… εὕδοντ᾽ἐπ᾽ἀκτῆς…, λιπόντες ᾤχοντο, Alors bien contents de me voir dormir sur le rivage ils m’abandonnèrent là et partirent. Les Grecs sont soulagés de voir Philoctète dormir. Cela leur permet de l’abandonner sans problème, en échapant à une pénible confrontation. Il y a du ‘bon débarras’ dans ce ἄσμενοι.

Même dans des passages où Wackernagel voit la simple signification de joyeux, nous pouvons voir l’association de ἄσμενος à une situation de danger ou d’embarras à laquelle on a échappé.

Iliade, XIV, 108. La situation des Achéens est critique, et Agamemnon se dit prêt à donner l’ordre de rembarquer. Ulysse le critique violemment. Agamemnon, ébranlé, dans une sorte d’appel au secours, demande que se manifeste celui qui pourra donner le meilleurs avis, et ajoute : ἐμοὶ δέ κεν ἀσμένῳ εἴη, et se serait pour moi un bonheur. On pourrait traduire par et cela me tirerait de ce mauvais pas. Ici ἀσμένῳ exprime le soulagement qu’apporterait à Agamemnon celui qui saurait résoudre le problème crucial qui se pose à lui.

Aristophane, La Paix, 582 : Χαῖρε, χαῖρ’, ὡς ἀσμένοισιν (ἡμῖν) ἦλθες, ὦ φιλτάτη, Salut, salut, comme nous sommes heureux de ta venue, très chère ! Ce propos s’adresse à la Paix personnifiée. Le bonheur consiste ici à être délivré des souffrances et des dangers de la guerre.

Il est curieux de constater que le mot ἄσμενος, attesté six fois chez Aristophane, se trouve 5 fois dans La Paix, c’est à dire dans un contexte de sécurité retrouvée après les épreuves de la guerre (outre l’exemple que nous venons de voir : 540, 557, 582, 600), et une fois dans Les Acharniens (vers 267), où le personnage de Dicéopolis se présente à nous en ces termes : εἰς τὸν δῆμον ἐλθὼν ἄσμενος /… πραγμάτων τε καὶ μαχῶν/ καὶ Λαμάχων ἀπαλλαγείς, de retour avec joie dans mon dème, … délivré des tracas et des combats et des Lamachoi. On voit que ce bonheur est lié à une délivrance salutaire.

Sophocle, Les Trachiniennes, 18 : Au début de cette tragédie, Déjanire nous dit l’effroi que lui causa son premier prétendant, le fleuve Achélôos. Mais par bonheur, nous dit-elle, Χρόνῳ δ᾽ἐν ὑστέρῳ μέν, ἀσμένῃ δέ μοι/ ὁ κλεινὸς ἦλθε Ζηνὸς Ἀλκμήνης τε παῖς, En un temps qui tarda, mais me fut un bonheur, vint l’illustre enfant de Zeus et d’Alcmène (Héraclès). Ce dernier élimina Achélôos, et ce fut la délivrance : ἀσμένῃ s’associe ici aussi à un bonheur lié à une délivrance.

Au vers 755 de la même tragédie, Hyllos, fils de Déjanire et d’Héraclès, fait le récit de la mort de ce dernier, dont il fut le témoin oculaire. Il situe la scène en un certain lieu de l’Eubée, et déclare : … oὗ νιν τὰ πρῶτ᾽ἐσεῖδον ἄσμενος πόθῳ, … et là tout d’abord je fus comblé dans mon désir de le revoir. Déjanire nous a dit dans quelles affres elle était lorsqu’Héraclès était absent pour ses rudes travaux. La joie d’Hyllos est d’être soulagé de telles affres.

Euripide, Phéniciennes 1043. Ici ἀσμένοις exprime la joie qui fut, dans un premier temps, celle des Thébains lorqu’Œdipe les eut délivrés du monstre.

La situation à laquelle succède l’état ἄσμενος n’a pas toujours cette intensité dramatique. Le contraste peut être fort atténué. Voyons, chez Lysias, le paragraphe 12 du discours Sur le meurtre d’Ératosthène. Le plaideur est rentré chez lui après une journée de labeur aux champs. Son épouse (hypocritement, mais peu importe pour l’analyse sémantique) se dit ἀσμένη de le revoir : il lui a manqué si longtemps ! Quant à lui, c’est de dormir qu’il est ἄσμενος : après l’effort, le réconfort.

Mais le mot a fini par signifier simplement ‘joyeux’, la référence à une situation dramatique ou désagréable ayant tendu à s’effacer dans les emplois post-homériques. Elle commençait sans doute à dèjà s’effacer du temps des aèdes. Elle n’a finalement laissé aucun souvenir chez les plus érudits. Eustathe de Salonique, commen­tant au XIIe siècle les vers 62-63 du chant IX de l’Odyssée, que nous avons vus plus haut, nous dit simplement que les termes ἀκαχημένοι ἦτορ et ἄσμενοι sont des équivalents de λυπούμενοι et de χαίροντες, et que nous avons là un ἀντιθετικὸν ῥητορικὸν σχῆμα, une antithèse rhétorique !

 

Réflexions sur la morphologie de ἄσμενος

Sur la base du rattachement à la racine *nes, sauver, voyons la maintenant la morphologie. Wackernagel pose *ṇs-s-menos, sans dire explici­tement ce qu’est le -s- de ce *ṇs-s- ; « participe aoriste (?) » dit Chantraine, avec un beau point d’interro­gation. Le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), qui fait état l’étymologie de Wackernagel, y voit aussi une forme d’aoriste.

Ce -s- a bien entendu été mis là pour raison phonétique. En effet, selon les lois de la phonétique grecque, nous aurions, après vocalisation du ṇ en a, un *asmenos contenant un groupe -sm- intervocalique, lequel serait traité par chute du -s- et allongement de la voyelle précédente, comme dans le cas de εἰμί < *es-mi. Wackernagel a voulu consolider la sifflante pour lui éviter l’effacement[1].

Le LIV, en page 455, dans l’article *nes, de Thomas Zehnder, indique une autre voie : ἄσμενος peut fort bien être le participe d’un aoriste radical, le maintien du σ devant μ étant dû à l’influence des formes où le σ se maintenait phonétiquement, comme *ἆστο (3S de l’indicatif). Il y aurait là un aoriste radical athématique de voix moyenne régu­lièrement formé sur degré zéro (*ṇs-menos), de même structure que δόμενος < *dh3-menos, participe aoriste moyen de δίδωμι. Du fait de l’accen­tuation, la voie impossible serait d’y voir un parfait sans redoublement (un participe parfait serait en -μένος).

Il est bien d’autres exemples d’un tel maintien de -σμ-. Songeons par exemple au parfait médio-passif de ἀμφιέννυμι, vêtir. Ce verbe repose sur une racine *wes, et dans des formes comme ἠμφίεσμαι, ἠμφιεσμένος, nous voyons le -s- maintenu dans un groupe -σμ- intervocalique

C’est que dans des formes comme ἠμφίεσται, ἠμφίεσθε, ἠμφιέσθαι le σ se maintenait phonétiquement, et de là, par analogie, s’est maintenu là où le seul jeu de la phonétique l’aurait fait disparaître : d’où ἠμφίεσμαι, ἠμφιεσμένος…

Un processus semblable, sur la racine *h1es, être, maintient la sifflante dans ἐσμέν (analogie de ἐστί, ἐστέ).

La structure de *ṇs-menos, avons-nous dit, avec son degré zéro, est la même que celle de δόμενος < *dh3-menos, participe aoriste moyen de δίδωμι. Mais elle est aussi la même que celle de φάμενος < *bhh2-menos, seul débris subsistant, avec φάτο, des formes moyennes de φημί, formées sur le degré zéro de la racine *bheh2. Nous sommes là dans la catégorie des imperfectifs radicaux athématiques sans redou­blement, catégorie morphologique dont il reste peu de témoins.

Est-ce que ἄσμενος est imperfectif ou aoriste ?

Alors, imperfectif ou aoriste ? Statistiquement, l’imperfectif a peu de chances, puisqu’il s’agit d’une catégorie morphologique très marginale. Mais voyons plutôt les valeurs d’aspect, qui sans doute pourront nous éclairer. La valeur durative qu’on sent souvent dans divers contextes où il s’agit d’un état joyeux (relisez les citations ci-dessus) tendrait à nous faire pencher pour l’imperfectif plutôt que pour l’aoriste.

Mais il est aussi des contextes où ἄσμενος qualifie une réaction affective, le surgissement d’un état psychologique : il a alors une valeur aoristique. En voici quelques exemples relevés chez Euripide. Dans Les Suppliantes 392-393 : (c’est Thésée qui parle) ἑκοῦσά γ᾽ἀσμένη τ᾽ἐδέξατο πόλιν πόνον τόνδε, c’est de bon cœur et avec joie que la cité a accueilli cette épreuve. Il s’agit de la volonté annoncée par Thésée d’être ferme avec les Thébains et même d’entrer en guerre : ἀσμένη qualifie la réaction de la cité à cette annonce. Iphigénie à Aulis, 360 : (Chalcas parle à Agamemnon) ἄσμενος θύσειν ὑπέστης παῖδα, tu as joyeusement promis de sacrifier ta fille : ἄσμενος qualifie ici un mouvement de l’âme, celui qui envahit celle d’Agamemnon à l’annonce que le sacrifice d’Iphigénie va offrir à la flotte les vents favorables qui la mèneront vers Troie. Il peut s’agir aussi de la réaction au fait de voir soudain une certaine personne ; ainsi dans Ion, 1438 : ἄσμενος σ᾽ἰδὼν…, c’est tout joyeux que, te voyant… C’est ainsi que volontiers ἄσμενος s’associe à ce thème d’aoriste : Iphigénie à Aulis, 360, 640, 644 ; Les Bacchantes, 609. Nous avons déjà vu cela plus haut dans Sophocle, Trachiniennes, 755. Finalement on emploie ἄσμενος surtout pour faire sentir une réaction joyeuse. Et cela nous fait penser que ce mot est issu du système de l’aoriste.

Le grec, langue subtile, sait jouer de ces deux aspects, aoristique et imperfectif. Quant à nous, laissant une traduction et notre propre organisation langagière s’interposer entre nous et le texte grec, bien souvent nous ne savons pas faire notre bonheur de ces subtilités. Relisons encore, chez Lysias, le savoureux paragraphe 12 du discours Sur le meurtre d’Ératosthène. Le plaideur est rentré chez lui inopinément. Son épouse, déconte­nancée de soudain le revoir, réagit en se disant ἀσμένη : voilà qui est diablement aoristique ! Quant au mari, fatigué de sa journée, c’est la perspec­tive d’un bon sommeil qui le rend ἄσμενος : n’est-ce pas là de l’imperfectif ? Voilà deux manières bien différentes d’être ἄσμενος !

On sait que Lysias trouvait parfois quelque amusement dans son travail de logo­graphe. Cela se sent dans le discours Pour l’invalide. Ici, il a peut-être pris un malin plaisir à mettre dans la plaidoirie de son client (qui sans doute, le balourd, n’y a vu que du feu) quelques mots qui ont peut-être faire sourire les juges. Voilà en effet un mari qui réagit aux élans aoristiques (même un peu simulés) de son épouse par une placidité imperfective bien étrangère à l’affection conjugale. Si sa femme lui a été infidèle, n’y est-il pas un peu pour quelque chose ?

Mais laissons là ces maris qui rentrant fatigués du boulot s’affalent incon­tinent devant la télé. Revenons à la constatation que ἄσμενος, à tendance aspectuelle princi­palement aoristique, peut avoir aussi, si le contexte s’y prête, des effets de sens imperfectifs. Cela est étrange pour une forme verbale. Nous pouvons en conclure que ce mot, qui a, comme le montre sa forme, son origine dans le système verbal, l’a quitté pour devenir simple adjectif.

 

Contexte verbal de ἄσμενος

Pour tenter d’aller plus loin, voyons comment il se situait dans l’ensemble verbal dont il faisait partie. Nous avons noté que ἄσμενος < *ṇs-menos est structuré tout comme l’aoriste δόμενος < *dh3-menos. Ce dernier est en rapport avec l’imperfectif δίδωμι. Voyons avec quels imperfectifs ἄσμενος < *ṇs-menos est en rapport. Le grec a deux imperfectifs sur la racine *nes. Il a νέομαι (< *νέσομαι), revenir, imperfectif radical thématique sur degré e (type λέγω).

Et il a νίσομαι (avec ί long), de sens analogue. On sent bien la parenté de ce verbe avec νέομαι < *νέσομαι, mais sa structure est une énigme pour les étymo­logistes. On a posé *ni-ns-toi (même structure que *di-dh3-toi > δίδοται), qui aurait donné *νισται, et cette forme aurait été, selon un processus courant, thématisée, devenant νίσεται (cf. le dictionnaire de Beekes et le LIV). La difficulté est que cela n’explique pas le ῑ long. En effet dans les groupes nasale + s + consonne, le grec fait dis­pa­raître la nasale sans allongement de la voyelle qui précède : ainsi *κόνσμος > κόσμος (racine *kens, situer en juste place) : Lejeune, Phonétique, § 134, p. 138-139.

Autre hypothèse : νίσομαι < *ni-ns-o-mai (imperfectif de type τίκτω). Objection présentée par Chantraine (Dictionnaire) et d’autres auteurs : le traitement ancien de *-ns- entre voyelles consiste en l’effacement du s et l’allongement de la voyelle précédente. Ainsi dans les aoristes sigmatiques : μένω fait à l’aoriste ἔμεινα (< *ἔμενσα). L’aboutissement de *ni-ns-o-mai serait *νίνομαι avec un ῑ long. Dans une note au bas de la page 441 de sa Grammaire homérique (tome I), Chantraine, faisant allusion à Schwyzer — qui dans sa Griechishe Grammatik (p. 230) fait venir νίσομαι de *νίνσομαι (sans d’ailleurs donner d’explication phonétique) — envisage la possibilité que -ns- ait subi dans ce mot non pas le traitement ancien, mais le traitement récent de ce groupe. Pour celui-ci, en effet, il existe un traitement plus récent que celui dont nous venons de parler, et qui consiste dans l’effacement du n avec allongement de la voyelle précédente (Lejeune, Phonétique, § 124, p. 129-130). Ainsi la finale -ουσι de formes comme la 3P d’indicatif φέρουσι s’explique de la façon suivante : -οντι (conservé en dorien) > -*ονσι (assibilation du τ en σ) > -ουσι (effacement du ν et allongement du o en ου). Chantraine ne devait pas être bien satisfait de cette idée, car on ne la retrouve pas dans son dictionnaire ; pourquoi en effet le traitement récent ?

Cependant, c’est peut-être bien là qu’est la bonne explication. Dans l’histoire du grec (comme dans celle des autres langues) il est des conflits entre la morphologie et la phonétique : il y a des évolutions phonétiques qui tendent à détruire certaines structures morphologiques. Ainsi le phénomène de la chute du σ intervo­calique ancien aurait détruit celui du futur λύσω si la morphologie n’y avait pas résisté : elle avait besoin de maintenir ce σ pour carac­tériser le futur (et était aidée en cela par les formes comme δείξω où ce σ se maintient phonétiquement). Ces bras de fer opposant phonétique et morphologie peuvent créer des doublets : ainsi ἐδυνάμην, prétérit de δύναμαι, a deux formes  à la 2S : ἐδύνω et ἐδύνασο. La première est phonétique (chute du σ intervo­calique et contraction), mais elle a perdu la désinence -σo ; la seconde, résistant à la phonétique, a préservé cette caractéristique. Il est difficile de percevoir les facteurs qui ont fait triompher tantôt la phonétique, tantôt le conservatisme morphologique.

Il faut aussi noter le fait que chacune des lois régissant l’évolution phonétique d’une langue n’est en vigueur que pendant un certain laps de temps. Le σ que nous avons dans les finales d’indicatif de type φέρουσι n’a jamais risqué d’être affecté par la chute du σ intervocalique. Ce n’est pas parce qu’il serait plus solide que les σ anciens. C’est parce qu’il σ résulte de l’assibilation (transfor­mation en sifflante) d’un τ devant ι, et que ce phénomène s’est produit à une époque où la loi de la chute du σ intervocalique ne fonctionnait plus.

Munis de ces principes, reprenons notre *ni-ns-o-mai. Arrive le temps où dans un groupe -ns- intervocalique le s disparaît avec allongement de la voyelle précédente. Mais voilà que la morphologie de *ni-ns-o-mai résiste à la phonétique, et la forme se maintient. Pourquoi ? Peut-être pour maintenir sensible le lien avec νόστος, comme est sensible le lien de τίκτω avec τόκος. Mais, au fil des décennies, cette résistance s’affaiblit. Pourquoi ? Ce sont là des choses qu’il est difficile de saisir. Et voilà qu’enfin la morphologie cède à la phonétique. Mais entre temps la langue est passée sous une nouvelle législation des changements phonétiques : dans un groupe intervo­ca­lique -ns-, ce n’est plus le s, mais le n qui disparaît avec allongement de la voyelle précédente. Et voilà νίσομαι (avec ί long) !

De telles résistances conservatrices à l’évolution phonétique peuvent avoir aussi une explication sociolinguistique. Littré, par exemple à l’article ‘briller’, précise : « bri-llé, ll mouillées, et non bri-yé », maintenant le l mouillé, qui à son époque était en train d’être remplacé par un yod. Les personnes soucieuses de beau langage suivaient certainement cette recommandation[2]. Le monde des aèdes fut certainement, lui aussi, un conser­vatoire de traditions. Pour eux chaque mot de l’épopée était un bibelot sonore et ils veillaient à ce que rien n’y fût aboli. Jean Taillardat expliquait par là le traitement labial de la labio­vélaire dans πέλομαι (sur racine *kwel), au lieu du traitement dental de type *kwe > τε (cf. latin -que). Ce *kw aurait été maintenu par conservatisme dans la diction des aèdes… jusqu’au temps où le traitement dental des labiovélaires disparut, tous les *kw subsis­tants devenant des π. Or νίσομαι est un mot de la langue épique à l’abri de l’influ­ence du langage courant, qui ne l’a pas retenu. On peut penser que dans la trans­­mission épique un *νίνσομαι a pu être maintenu un certain temps… jusqu’à l’appa­rition du traitement récent de *ns intervocalique. Cela nous renverrait à une époque bien antérieure au traitement des labiovélaires : les groupes *ns intervocaliques étaient déjà en cours de traitement à époque mycénienne (Lejeune, Phonétique, § 123, p. 128-129). Mais la tradition grecque de l’épopée a des racines qui remontent à la nuit des temps.

En examinant ce système qui comporte deux imperfectifs, νίσομαι et νέομαι, signifiant tous deux revenir, face à un débris d’aoriste *ṇs-menos > ἄσμενος, nous y observons un éclatement du système, tant morphologique que sémantique. Morpho­logiquement, les traitements phonétiques ont effacé dans les signifiants la parenté originelle des thèmes. Sémantiquement, nous voyons que s’est manifestée une certaine indépendance archaïque entre les différents thèmes verbaux : à l’imperfectif, la racine *nes, sauver a servi, comme dans νόστος, à désigner le retour (notion qui à l’origine comporte la notion de salut) ; à l’aoriste, elle a servi à qualifier l’état joyeux qu’on éprouve quand on est sauvé (puis l’état joyeux en général) .

 

 

Nous avons mentionné le rattachement traditionnel de ἄσμενος au thème *σϜᾰδ. Morphologiquement, il est possible. Le groupe initial *σϜ a pu disparaître, et le δ a pu faire place à un σ, comme dans les parfaits passifs des verbes à dentales (ex. πέπεισμαι, de πείθω). Pensons aussi à ἡ ὀσμή, la senteur, sur la racine οδ- qu’on voit dans le parfait ὄδωδα (cf odor en latin).

La théorie de Palmer fait appel à une racine très peu attestée, et dont ἄσμενος serait la seule manifestation en grec.

Quant à la sémantique, ces deux théories ne nous ont pas satisfait. Le ratta­chement à la racine *nes proposé par Wakernagel nous a paru plus convaincant. Il s’appuie sur l’examen des emplois les plus anciens, et même d’emplois plus récents. Nous avons trouvé chez cet auteur notre point de départ.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

 

[1] En réalité, elle se serait tout de même effacée, car « Lorsqu’un *ss théorique se trouve dans un groupe de consonnes (p. ex. *ssm, *nss), il se confond en réalité avec *s primaire dès l’indo-européen », me dit Rémy Viredaz.

[2] Ils n’avaient sans doute pas tort. Relisons ces vers de l’Invitation au voyage de Baudelaire en respectant la prononciation de l’époque, avec ses r roulés et ses l mouillés, et nous en retrouverons l’esthétique originelle : « Les soleils mouillés/ De ces ciels brouillés/ Pour mon esprit ont les charmes/ Si mystérieux/ De tes traîtres yeux,/ Brillant à travers leurs larmes. »

 

Jean Victor Vernhes et les origines du mot « rhapsode »

 ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 142, novembre 2015, article sept.

Une étymologie pour ῥάπτω [rhaptô] coudre ?

 

Chinoise cousant à Yangshou en 2008, cliché Stougard (wikimedia)
Chinoise cousant à Yangshuo , cliché Stougard, (Wikimedia)

Le rhapsode ou le couseur de chants.

Ce verbe ῥάπτω signifie coudre, piquer ensemble. Le sens premier semble être celui d’assemblage. Ce terme s’emploie aussi, depuis l’Odyssée, au sens de comploter, machi­ner, selon une matrice métaphorique qu’on retrouve dans tramer, ourdir. Il est formé sur un thème ῥαφ, comme on le voit dans des mots comme ἡ ῥαφή, la couture, la jointure.

Le plus célèbre des mots de la famille est ὁ ῥαψῳδός, le rhapsode qui récite des poèmes épiques. Le second élément est ἡ ᾠδή, le chant : le mot signifie donc littéralement le couseur de chants.

Il faut nécessairement poser une initiale *ϝρ ou *σρ. L’étymo­lo­gie anciennement admise posait une initiale *ϝρ et rapprochait notre ῥάπτω de mots baltiques comme le lituanien verpiù, filer. Cette étymologie est aban­donnée, car les données mycéniennes excluent un ϝ initial, et le mot a rejoint ainsi la cohorte des mots sans étymologie.

Les mots-valises

Dans un article ancien paru dans l’avant-dernier numéro papier de Connaissance Hellénique n°131 (avril 2012), p. 74-75, remanié dans mon site (1) : j’ai tenté d’expliquer l’origine du mot θησαυρός, trésor en tirant parti de la notion de « mot-valise ». Il s’agit des mots formés par agglomération de deux mots. Ainsi, en français, virevolter, tourne­bouler, bouleverser… Les deux paragraphes qui suivent sont repris de cet article.

Remontant bien plus haut dans l’histoire, on peut noter les origines de l’anglais bring, formé du cumul de deux racines signifiant porter ; br- représente la racine *bher, qui est à l’origine également de l’anglais bear, du grec φέρω, du latin fero ; et -ing représente la racine que nous avons dans ἤν-εγκ-ον (aoriste de φέρω).

Le verbe de la langue poétique κερτομέω, blesser par des injures, peut s’expliquer par un cumul de la racine κερ de κείρω, raser, tondre, ravager et de la racine τεμ de τέμνω, couper ; il pourrait être à l’origine un terme expressif signifiant ratiboiser-hacher. On peut multiplier les exemples. Cf. Jean-Louis Perpillou, Recherches lexicales en grec ancien (Peeters, Louvain-Paris, 1996), 5.8, p. 118-120.

Pour l’étymologie de ῥάπτω, j’opte pour une initiale *σρ et pense à la juxtaposition de deux thèmes signifiant attacher.

Et je pose un ensemble *hrhaph-, fait de *hr- + haph- dans lequel :

*hr- représente, au degré zéro, et après traitement du s initial, la racine *ser de εἴρω, attacher, lier en file. Notez, chez Aristote, l’expression λέξις εἰρομένη, discours lié, continu. À la même racine appartient ὁ εἱρμός, l’enchaînement, la connexion.

haph- représente le thème ἁφ- sur lequel sont formés, comme l’indique Chantraine dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, les mots du groupe de ἅπτω, attacher ; nous l’obser­vons dans ἡ ἁφή, le fait de saisir, le toucher ou la jointure.

Dans notre *hrhaph-, le h initial va naturellement se postposer au r, rejoignant le second h. D’où rhaph- : le thème ῥαφ- du groupe de ῥάπτω.

Une difficulté et sa solution

Ce thème ἁφ pose problème. En effet, selon R. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Leyde-Boston, 2010, il remonterait à une racine *h2ep > ap et les deux aspirées, initiale et finale, seraient secondaires.

Cela n’infirme pas l’hypothèse proposée : la juxta­­position des deux éléments serait de l’époque où le grec aurait muni ce thème de ces deux aspirées.

Mais les vues de Beekes peuvent être contestées. Dans ce qui suit, j’utilise largement les indications que m’a données Rémy Viredaz au sujet de l’arménien lors des discussions que nous avons eues par courriels lorsque le présent article était en préparation.

« D’après le Wiktionnaire, le grec ἅπτω serait parent du mot arménien ap‘ : ‘paume de la main’. La source citée est : Hrach MartirosyanEtymological Dictionary of the Armenian Inherited Lexicon, Leyde-Boston, 2010, p. 158. »

Dans le ap‘ cité plus haut, le signe ‘, inspiré de l’esprit rude, note une aspiration. On pourrait transcrire par aph.

Cette correspondance possible entre grec et arménien a déjà envisagée, avec un point d’interrogation, dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Boisacq. Il n’en est plus question chez ses successeurs : Hofmann, Frisk, Chantraine, Beekes.

Si on admet cette correspondance, si notre ἅπτω est en relation avec un terme désignant la paume de la main, il pourrait avoir été à l’origine un mot expressif comparable à un verbe français désuet : empaumer.

Cherchons-le dans le Littré : empaumer 1° recevoir une balle… dans la paume de la main… 3° Fig. empaumer une affaire, la bien saisir, la bien conduire. Empaumer quelqu’un, se rendre maître de son esprit…

Resterait à reconstituer l’étymon qui serait l’origine de l’arménien aph et du grec ἁφ-, et éventuellement des termes sanscrit, hittite, et tokharien que cite le Wiktionnaire.

Au risque de décevoir nos lecteurs, nous n’allons pas ici nous lancer dans cette exploration. Il nous a paru intéressant de signaler cette piste oubliée pour l’étymologie de ἅπτω. Mais quelle que soit cette étymologie, il suffit, pour notre hypothèse sur ῥάπτω, de prendre le thème ἁφ- tel qu’il apparaît en grec.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

(1) https://www.academia.edu/10621880/An_etymology_for_une_étymologie_pour_θησαυρός_the_treasure_le_trésor_

 

Jean-Victor Vernhes explique l’origine de κῆπος [kêpos] « le jardin »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article sept)✭✭✭

Une étymologie pour ὁ κῆπος ?

 

Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)
Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)

 

Ce mot κῆπος, jardin, verger, toujours présent en grec moderne (mais surtout pour désigner un parc, un jardin public), a pour forme ancienne κᾶπος (forme conservée dans les dialectes autres que l’ionien-attique).

Le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine nous indique qu’on a l’habitude de rapprocher une série de mots germaniques signifiant « pièce de terre, arpent » et supposant *kâpâ au niveau indo-européen : vieux haut allemand huoba, vieux saxon hôba, allemand Hufe, Hube.

R. Beekes, dans son Etymological Dictionary of Greek, mentionne lui aussi, dans son article κῆπος, ces mots germaniques. Au début de cet article, il envisage avec un point d’interro­gation, un rapprochement avec la racine indo-européenne *keh2p (avec laryngale 2 notée h2). C’est une racine signifiant saisir (*kh2p > κᾱπ en grec). Le degré zéro *kh2p a donné en grec κάπτω (qui s’est spécialisé au sens de happer, gober), et en latin capio, prendre (parfait cēpi), captivus, captif, etc. Mais malheureusement R. Beekes n’explicite ni ce qui peut étayer cette hypothèse, ni pourquoi il la mentionne de façon dubitative,  la rangeant parmi les mises en relation qui sont « either uncertain or wrong » et concluant en disant : « Could the word be from a European substrate language ? »

Voyons de plus près ce rapprochement κῆπος/capio. Il a déjà été proposé, anciennement, comme le signalait Boisacq dans son maintenant séculaire Dictionnaire étymologique de la langue grecque (1907-1916). Mais selon cet auteur, il ne s’impose pas sémantiquement et se heurte à la phonétique : en effet le ē qu’on voit dans le parfait cēpi, ne peut avoir la même origine que le ā de la forme ancienne κᾶπος.

Le Dictionnaire étymologique de la langue latine de A. Ernout et A. Meillet pose aussi une forme *kēp de la racine à la source de ce parfait. À la suite de quoi P. Monteil, dans ses Éléments de phonétique et de morphologie du latin (1970), page 64, pose une racine *keh1p (avec laryngale 1 notée h1), le degré zéro *kh1p donnant régulièrement le radical cap- de capio. Même doctrine, avec un formalisme différent, dans l’article κάπτω du dictionnaire de Chantraine.

Cet obstacle phonétique et morphologique est maintenant levé ; nous notons, en consultant l’Etymological Dictionary of Latin de Michiel de Vaan, que capio y est rattaché à *keh2p, et que le parfait cēpi « was probably formed on the model of fēci ». Des difficultés de ce genre sont souvent dues à des remaniements morpho­logiques. Ainsi rien ne nous empêche plus, du point de vue formel, de rattacher capio, comme κᾶπος, à un étymon *keh2p.

Reste à voir la question sémantique.

Pour montrer la validité sémantique de l’étymologie rattachant κῆπος à la racine *keh2p de capio, nous allons montrer comment toute une série de mots désignant un espace destiné à tel ou tel usage particulier (il peut s’agir de jardin, de ville, de forteresse…) se rattachent étymologiquement à la notion de saisir ou de délimiter un certain espace.

Une racine *gher, saisir, délimiter, apparaît dans le grec ὁ χόρτος, l’enceinte (chez Homère), puis la prairie (idée de délimitation appliquée à un certain espace champêtre). Nous faisons entrer ce mot χόρτος, avec Chantraine (La formation des noms en grec ancien, p. 300), dans la série des substantifs en -τος formés sur le degré o de la racine, avec accent sur le radical νόστος, φόρτος…

C’est le même mot que le latin hortus, l’enclos, le jardin, et que l’ancien français gort, la haie (supposant un mot gaulois gorto-).

Autres mots se rattachant à la même racine *gher : le russe gorod, la ville (en vieux slave gradu : cf. Volgograd, etc) ; l’anglais garden, le jardin (= allemand Garten).

De même en grec moderne τὸ περιβόλι, qui a tendu à remplacer κῆπος  pour désigner le jardin, signifie étymologiquement l’enclos, se rattachant à la famille de περιβάλλω, entourer. En entourant un certain espace d’une clôture on l’a délimité, on l’a saisi pour un usage particulier.

Il y a lieu également, à notre avis, de rattacher à la racine *gher le terme ὁ χορός, la danse. Dans le dictionnaire de Chantraine (où χορός est dans la partie dont s’est chargé Jean-Louis Perpillou après le décès de Chantraine), il est dit de l’éty­mologie de ce mot : « Incertaine, parce que la signification première est elle-même incertaine. » Cette étymologie a donné lieu à bien des spéculations. Nous n’allons pas entreprendre d’en faire ici le tour, nous bornant aux observations suivantes. Chez Homère, ce terme peut désigner le lieu où l’on danse. À Sparte, il peut équivaloir à ἀγορά et désigner une place publique (cf. Pausanias, 3, 11, 9). Cela nous incite à penser que le sens premier est celui d’un espace sur lequel on a opéré une saisie pour un usage particulier.

À la source étymologique de tous ces mots nous avons perçu l’idée d’un espace qu’on tient pour un usage particulier.

Il est intéressant de rapprocher de tout cela le terme tenure du droit féodal. Une tenure est en particulier une pièce de terre que l’on tient de son supérieur en féodalité.

L’appartenance de κῆπος à la racine *keh2p signifiant saisir nous semble donc amplement justifiée sémantiquement. Nous pouvons également rattacher sans problème à cette racine les termes germaniques auxquels il est fait allusion dans notre deuxième paragraphe. La seule différence est que ces termes germaniques, comme nous l’avons noté en consultant le Chantraine, se rattachent à un *kāpā, tandis que notre κῆπος se rattache à un *kāpo à voyelle thématique.

Dans un tout autre domaine nous retrouvons l’emploi de *keh2p pour désigner un espace qu’on a saisi pour un usage particulier. Nous songeons ici au nom du port : en anglais haven. Ce mot remonte régulièrement à un prototype *kapnos. Ici *k > h et p > v en vertu de la loi de Grimm. Rien à voir avec ὁ καπνός, la fumée, qui remonte à *κϜαπνός. C’est le Hafen de l’allemand. Notre mot havre (cf. un havre de paix) est un emprunt médiéval au néerlandaishaven , le port. Mais ce dernier mot pose à l’étymologiste (cf. Jan de Vries, Nederlands Etymologish Woordenboek) des problèmes que nous nous abstiendrons d’évoquer.

On peut parfois se demander, à propos de ces mots, si on a affaire à un nom d’action (la saisie, d’où ce qu’on saisit) ou à un nom d’agent (ce qui tient, contient). Ainsi pour Calvert Watkins (The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, p. 37) haven est « perhaps “place that holds ships” ». De même χορός, avec son accentuation de nom d’agent, pourrait être un lieu qui contient. Mais de tels problèmes de détail n’affectent en rien le rattachement possible de ces mots à des racines signifiant tenir, contenir.

Reste à étudier le degré vocalique. Nous avons fait remonter κῆπος et les mots apparentés (qu’ils représentent *kāpā ou *kāpo) à la forme *keh2p de la racine, c’est-à-dire au degré plein de timbre e. C’est le degré o de la racine que nous attendons dans de telles formations en ā ou o : ainsi dans ἡ κώπη, la poignée par où l’on saisit une épée ou une rame. Mais en matière d’alternance vocalique le grec a largement mis à mal le vieux système d’alternance vocalique, surtout dans les formations nominales. C’est plutôt sa persistance dans κώπη qui a quelque chose de singulier. La sémantique suffit pour rendre plausible le rattachement de κῆπος à la racine *keh2p de capio.

Nous regrettons donc que R. Beekes ne se soit pas arrêté à ce ratta­chement, qui nous semble valable, et ait conclu sa présentation de κῆπος par des perspectives pré­helléniques.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

Je remercie M. Rémy Viredaz, qui a bien voulu prendre connaissance d’une première version de cet article, et dont les observations m’ont évité de dire quelques bêtises.

Jean-Victor Vernhes revient sur l’étymologie de ΠΟΛΙΣ [polis] « lieu d’habitation » et de ΠΤΟΛΙΣ [ptolis] « ville forte »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 140, mars 2015, article six)✭✭✭

 

Retour sur l’étymologie de πόλις et πτόλις (II)

Hermès, la punaise et Ougarit

Hermès et sa mère Maia, peintre Nikixenos, Staatliche Antikensammlungen
Hermès et sa mère Maia, peintre Nikoxenos, Staatliche Antikensammlungen, Munich (wikicommons).

 

 

Cet article fait suite à celui que j’ai fait paraître dans le numéro 135 de Connaissance hellénique (Juillet 2013), et dans lequel j’ai proposé :

1- De poser πόλις < *kwolis, en rattachant le mot à la racine *kwel, qui, à partir du sens fondamental de tourner, tourner autour d’un centre, a développé les sens de s’occuper de quelque chose, et de habiter un lieu, le cultiver.

2- De disjoindre πόλις de πτόλις, le premier terme désignant tout lieu d’habitation, le second la ville forte.

Cet article de juillet 2013, vous le trouvez sur : ch.hypotheses.org/556

 

1 Une question de chronologie

À propos de la différence d’emploi que je vois dans la langue homérique entre πτόλις et πόλις, Rémy Viredaz m’écrit :

« Au sujet de la mixité dialectale de la langue épique et de votre question “quid de la différence d’emploi”: les différentes composantes dialectales ne sont pas sur pied d’égalité mais remontent à des dates différentes (il a dû exister une tradition épique achéenne au 2e millénaire, puis, issue d’elle, une tradition épique éolienne, puis, sans doute à la suite de l’immigration ionienne en Asie, cette tradition s’est poursuivie en territoire ionien. Plus tard encore, recension attique.) Tout cela a laissé des traces dans la langue épique ou dans les formules. C’est par cette différence de chronologie que je me demande si l’on peut expliquer la différence de sens que vous avez observée entre πτόλις et πόλις dans la langue épique. Suggestion qui devrait naturellement être contrôlée…Dans les dialectes, il y a plutôt eu succession que coexistence… »

Nous allons tirer parti de ces indications. Ainsi le terme πτόλις nous renvoie à la zone chronologique la plus ancienne, celle qui représente la tradition épique achéenne du IIe millénaire. À cette tradition se rattachent les éléments arcado-chypriotes de la langue épique, et πτόλις en fait partie. Le mot est attesté en chypriote. En arcadien, il subsiste comme vieux nom de Mantinée. Ce millénaire fut pour la Grèce marqué en son début par l’irruption violente de bandes ioniennes qui submergèrent les populations installées précédemment, puis en son milieu par la venue des envahisseurs « achéens », qui s’imposèrent par la force. Nous sommes là dans la civilisation de la πτόλις. On voit se dresser alors des πτόλιες, à partir desquelles on peut intervenir énergiquement, et vers lesquelles on court se réfugier en cas de danger. Laissons donc πτόλις dans cet arrière-plan achéen, et voyons venir la suite des temps.

Peu à peu la vie paisible reprend ses droits. On peut sans crainte créer des lieux d’activité plus ou moins importants, hameaux, bourgades, centres urbains fortifiés ou non. C’est une phase de développement de l’habitat. On peut s’installer en un lieu et y *kwέλειν (au sens du latin versari), pour y être un incola (un habitant), pour être un *kwoλος de chèvres (αἰπόλος) ou de bœufs (βουκόλος), c’est à dire leur « tourner autour » pour les soigner. La description du bouclier d’Achille, au chant XVIII de l’Iliade, fait allusion à ces travaux. Nous voilà dans la civilisation des πόλεις (des *kwόλεις dans mon hypothèse).  Le mot a pu avoir des débuts ruraux, comme le suggèrent les termes qui viennent d’être cités.

À propos de πέλειν / πέλομαι et de sa racine

On m’a objecté que je suis bien aventureux en ce qui concerne la valeur de *kwέλειν > πέλειν en rapprochant sémantiquement ce verbe du latin versari, qui, à partir de la notion première de tourner, a pris le sens de circuler à l’intérieur d’un lieu, l’habiter !

Nous lisons en effet dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, à l’article πέλομαι : « Le verbe simple n’est attesté que dans le sens affaibli de « se produire, exister, être », parfois avec un adjectif prédicat, donc substitut du verbe εἰμί. » Donc pas question d’une notion de versari !

Or je m’inscris doublement en faux contre cette affirmation.

En effet nous lisons en Odyssée XXIV, 211 : ἐν δὲ γυνὴ Σικελὴ γρηὶς πέλεν, une Sicilienne âgée y habitait. Attestation peut-être unique de ce sens (?) ; mais les faits de parole que sont les attestations peuvent être des affleurements de faits de langue dont l’importance n’apparaît pas toujours dans les statistiques. Cette référence est un élément important pour établir l’emploi ancien en grec de la racine *kwel pour la notion d’être quelque part de façon permanente, d’habiter. Ce qui incite à penser que  cet emploi ne se limitait pas à ce seul exemple, mais qu’il fut usuel, c’est qu’il est un nécessaire maillon sémantique entre la notion première de  « tourner » et le sens « affaibli » sur lequel nous allons maintenant réfléchir.

L’étude de ce verbe πέλω/πέλομαι pourrait bien être à reprendre à fond. Au sens « affaibli », il n’est pas un substitut exact de εἰμί ; ainsi il ne peut prendre le sens de exister qu’a εἰμί dans οἱ θεοί εἰσιν, les dieux existent. Les dictionnaires, il est vrai, donnent le sens de exister, mais en se reportant aux références indiquées, on voit qu’il s’agit d’un être là. Ainsi dans Iliade, IV, 450 : οἰμωγὴ καὶ εὐχωλὴ πέλεν, ou dans Iliade, XII, 271 : νῦν ἔπλετο ἔργον ἅπασιν, voilà que maintenant il y a du travail pour tous. Employé comme copule, ce verbe semble signifier que le sujet est de façon permanente ce que signifie l’attribut. Il est installé dans son rapport avec l’attribut. Ce sens « affaibli », ou plutôt abstrait et grammaticalisé dans une tournure attributive, ne saurait dériver directement de la notion de « tourner », mais dérive aisément de la notion d’ « être quelque part, résider »  dont nous savons par ailleurs (latin versari, incola, etc.) comment elle peut dériver de celle de « tourner, faire des allées et venues autour d’un point fixe ». Le sens abstrait et grammaticalisé s’est développé en évinçant pratiquement le sens concret, sens que nous ne devons pas oublier, et dont nous pouvons penser qu’il était bien vivant lorsque naquit πόλις.

Cela fait songer à des emplois de estar en espagnol, qui partage avec ser les valeurs de notre verbe être. Dans cette perspective, la relation qu’il y a entre l’emploi local de πέλω/πέλομαι que je signale dans Odyssée 24, 211 et son emploi pour relier un sujet à un attribut  est comparable à celle qu’il y a entre le latin stare et l’espagnol estar ;  πέλω/πέλομαι n’est pas « un substitut du verbe εἰμί », de même que estar n’est pas un substitut de ser. Dans les deux langues, une dérive sémantique a fait d’un verbe de localisation ce que nous percevons comme une variété de verbe être. Ceci dit, nous n’allons pas nous lancer dans une mise en parallèle du couple homérique εἰμί /πέλομαι et du couple espagnol ser/estar : la dérive sémantique en question peut ne pas aboutir à une identique distribution complémentaire dans les deux langues.

Ces éléments renforcent ce qui a déjà été esquissé dans mon article en ligne sur πόλις au sujet de l’emploi en grec de la racine *kwel pour signifier la notion d’installation en un lieu, donc d’habitation (πολεύω, etc.)

La suite de l’histoire de πόλις peut se schématiser de la façon suivante:

1- Le mot va tendre à désigner des agglomérations d’une certaine importance, et non plus d’importance très diverse.

2- De la notion d’agglomération on va passer à la notion de cité proprement dite, avec des institutions, des lois, des droits et des devoirs. La célébration des grands législateurs (Lycurgue, Dracon, Solon) est le souvenir de cette mutation.

Le dérivé πολίτης peut se référer à 1 avec le sens d’habitant ou à 2 avec le sens de citoyen.

Quant aux dérivés de πολίτης (πολιτεύω, πολιτεία), ils se réfèrent exclusi­vement à 2. Ces termes appartiennent au temps du développement de la pensée politique.

Mais il ne s’agit pas ici de faire l’historique du mot πόλις et de ses dérivés, des origines à nos jours. Indiquons simplement le livre de Jacqueline Bordes : POLITEIA dans la pensée grecque jusqu’à Aristote (Paris, Les Belles Lettres, 1982).

Des femmes bien en chair dans l'allégorie de la paix, Jacob jordaens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)
Des femmes « bien en chair » dans l’Allégorie de la Paix et de la Félicité, atelier de Rubens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)

2 Les mystères du type en ó–ις

a) Hermès et la punaisitude

Après avoir mieux établi la parenté sémantique entre πόλις et la racine *kwel, il faut aussi songer à la morphologie et étudier de plus près la valeur de ce type en ó–ις sur vocalisme o.

J’ai, dans l’article précédent, mis en rapport πόλις, sans autre précision, avec un petit groupe de mots en -ις à vocalisme o : τρόπις, κόρις, τρόχις, τρόφις. C’est là, je le reconnais, un point faible de mon article. Un type de formation digne de ce nom doit être porteur d’une valeur définie. Or nous voyons ici un nom d’objet (ἡ τρόπις, la quille d’un navire), deux noms d’agent (ἡ κόρις, la punaise, celle qui κείρει, qui mord et ὁ τρόχις, le messager, celui qui  qui court) et un adjectif (τρόφις, bien en chair, bien nourri): un vrai bric-à-brac ! Peut-on trouver un fil conducteur ?

J’ai été mis sur la voie en lisant ce que dit Chantraine de τρόπις, dans l’article τρέπω de son dictionnaire. Je pensais que la parenté de τρόπις avec τρέπω tient aux mouvements de rotation qu’elle a dans sa lutte avec la mer pour stabiliser le navire. Or elle tient plus probablement, selon l’interprétation approuvée par Chantraine, à ce que « la quille était incurvée. » La « rotation » est alors dans la forme qui suggère un mou­ve­ment tournant, forme inhérente à l’objet.

Alors je me suis demandé si cette notion de caractéristique inhérente n’était pas ce dont est porteur ce type de formation. Vérifions cela dans les autres mots du petit groupe.

Ainsi τρόφις ne renvoie pas à un état passager, mais à un habitus. On n’est pas τρόφις occasion­nellement. Notons un emploi expressif en Iliade, XI, 307, où l’expression πολλὸν τρόφι κῦμα donne aux flots quelque chose de charnel et en fait un instant oublier l’impermanence.

Pour κόρις, la situation est nette. La punaise n’est pas l’animal qui κείρει à l’occasion. Cette activité de morsure est inhérente à sa nature de punaise, elle la définit, elle constitue l’essence de sa punaisitude (je n’ai pas résisté à la tentation de ce néologisme !).

Reste ὁ τρόχις, le coureur, le messager. Le terme ne m’étant pas familier, j’ai fait une plongée dans la base informatique de données de toute la littérature grecque ancienne qu’est le Thesaurus Linguae Graecae (TLG), en espérant découvrir, désigné par ce terme, quelque personnage qui, de par son code génétique, aurait pour caractéristique inhérente ancrée dans sa nature de courir porter des messages ! Alors serait confirmée mon idée sur la valeur dont ce type de formation est porteur. Dans tout le corpus je n’ai trouvé que quatre exemples, dont deux seulement ne sont pas post-classiques :  Eschyle, Prométhée enchaîné, v. 941, et Sophocle, Fragment 269c, v. 21. Or dans les deux cas il s’agit (mais μὰ τὸν Δία ! j’aurais dû m’y attendre !), il s’agit… d’Hermès. Et l’essence d’Hermès est bien de courir pour transmettre les messages.

Sur ces bases devenues plus solides je pense pouvoir avancer de façon plus convaincante que ce lieu qu’est la πόλις est, étymologiquement, un lieu ayant pour caractéristique inhérente d’être un lieu de *kwel (aux sens, que nous avons vus, d’habitation et d’activité).

b) Hermès rabaissé

Jetons encore un regard sur ce petit groupe en ό–ις. Avec des termes comme τρόπις et κόρις, nous sommes dans le domaine de la vie concrète et même triviale : celui des chantiers maritimes, celui de la literie, celle surtout des gens modestes, que vient infester le pénible insecte. Tρόφις, gros et gras, est un mot qui trouve facilement sa place dans la conversation familière et malicieuse. Mais est-ce que τρόχις pourrait appartenir au même niveau de langue ? On peut en douter, en voyant des références à Eschyle et à Sophocle. Mais consultons les textes.

Dans le passage du Prométhée enchaîné, nous avons une altercation entre Hermès et Prométhée. Prométhée cherche à rabaisser Hermès. Le terme τρόχις n’est certainement pas élogieux. Dans ce contexte, il sert plutôt à ravaler le messager divin au rang d’un simple garçon de courses. Dans le fragment de Sophocle, très endommagé, il y a dérision envers un Hermès transmettant les messages amoureux de Zeus : le voilà rétrogradé au niveau du trivial.

On a encore deux attestations de τρόχις. Dans Oppien, Halieutica, 2, 634, il s’agit d’un dauphin qui est l’humble messager de Poséidon. Enfin dans l’Alexandra de Lycophron (Fragment V, 1471) il s’agit d’un serviteur qui parle de lui-même dans sa fonction de transmetteur d’information : contexte d’humilité, de conscience de sa position sociale d’homme du peuple.

Ces considérations valent-elles pour πόλις ? Nous avons vu plus haut que le mot pourrait avoir eu des débuts ruraux, et avoir alors été du registre des activités banales et concrètes de la vie quotidienne. Parti de ce niveau, le mot a pu prendre l’ascenseur social et sémantique, pour finalement désigner, par une évolution que nous avons esquissée, la cité grecque.

 

3 Finalement, que faire de πτόλις ?

Ougarit, porte d'entré du palais, cliché Disdero (wikicommons)
Ougarit, porte d’entrée du palais, cliché Disdero (wikicommons)

Reste à tenter d’élucider le problème de πτόλις. Des efforts divers furent faits pour rapprocher de πόλις cette forme au πτ embarrassant. On a songé (théorie  qui vient de Benveniste) à une «occlusive à explosion sifflante» ps qui se serait renforcée en pt. Mais personne ne croit plus aux occlusives à explosion sifflante. Enfin on a imaginé une forme plus ancienne qui serait *τπόλις (cf. le dictionnaire de Beekes).

Ayant proposé de disjoindre πόλις de πτόλις, je suis libre de chercher pour ce dernier terme une origine toute différente. Ce pourrait être un terme de substrat (malgré le scepticisme de Chantraine) ou un emprunt.

Lancé sur cette piste, j’ai appelé un jour à l’aide mon collègue Remo Mugnaioni, de l’Université d’Aix-Marseille, spécialiste de sumérien et autres langues fascinantes de la haute antiquité moyen-orientale. Je lui ai demandé si dans ces langues on trouve des mots désignant la forteresse et comportant une séquence consonan­tique p t l. Il me fit observer qu’il pourrait s’agir tout aussi bien d’une séquence p t r, étant donné la proximité articulatoire du r (roulé, bien entendu) et du l.

Nous allâmes incontinent dans son bureau, où sa recherche aboutit rapide­ment.

Il repéra, dans A dictionnary of the Ugaritic language in the alphabetic tradition, de Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin (Brill, 2001) l’entrée pdr (I). Nous y trouvons que cela signifie «town, city», puis les auteurs font allusion au mycénien po-to-ri, avec renvoi au Diccionario Micénico de Francisco Aura Jorro (Madrid, 1993). Dans ce dernier ouvrage, nous trouvons un po-to-ri-jo, interprété par les mycénologues comme le nom d’un personnage qui serait un *Πτολίων.

Puis, toujours dans l’entrée p d r du dictionnaire ougaritique consulté, nous trou­vons mention de l’urartéen pâtari. De cela nous allons reparler dans les lignes qui suivent.

En outre, dans le glossaire de l’ouvrage de Joseph Tropper Ugaritish (Ugarit-Verlag), ouvrage qui se trouve aussi sur les rayons de Remo, nous lisons :

« p d r (befestige) Stadt… urartäisch pâtari », c’est-à-dire :

« p d r ville (fortifiée)… en urartéen pâtari

L’adjonction de la précision «fortifiée» nous est précieuse, car elle corrobore le rapprochement avec πτόλις.

Le royaume d’Ougarit se situait, en gros, sur le territoire de l’actuelle Syrie. Sa capitale, du même nom, se situe sur la mer près de l’actuelle Lattaquié, qui fut du temps des Gréco-Macédoniens Λαοδίκεια ἡ πάραλος, Laodicée proche de la mer. Nous connaissons l’histoire de ce royaume à partir du milieu du XIVe siècle av. J.-C. Sa splendeur est contemporaine des temps où se formait chez les Grecs la plus ancienne tradition épique. Et Remo Mugnaioni me dit que les relations étaient importantes entre Ougarit et Chypre. On a découvert à Ougarit des tablettes en écriture chypriote.

Quant à l’urartéen, c’est un dialecte du hourrite, langue caucasienne. Nous lisons dans Wikipedia : « La séparation entre l’urartéen et le hourrite semble être récente, et dater des environs de –2000. La civilisation urartéenne telle qu’on la connaît par la suite prend naissance dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. dans la région du lac de Van. »  Mais c’est seulement au début du IXe siècle av. J.-C. que va se constituer un royaume urartéen organisé.

C’est donc du côté d’Ougarit et de ses relations avec les Grecs qu’il faudrait peut-être chercher l’origine de πτόλις. Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin, dans leur dictionnaire ugaritique, ont fait le rapprochement. Mais l’information ne semble pas s’être répandue chez les hellénistes : nous n’en trouvons nulle trace dans l’Etymological Dictionary of Greek de Robert Beekes. Il y a là pourtant une piste à signaler.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

 

 

Jean-Victor Vernhes : Retour sur l’étymologie de σοφός [sophos]

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article huit)✭✭✭

Retour sur σοφός

ou Le marteau et le sabot

 

 

Outils de sabotier (wikicommons)
Outils de sabotier (wikicommons)

 

À M. Rémy Viredaz

Dans notre numéro de mars 2014 nous avons tenté d’explorer une voie nouvelle pour l’étymologie du terme σοφός, qui est ordinairement considéré comme d’origine inconnue. En voici un résumé. Mais nous souhaitons bien entendu que le lecteur se reporte à cet article de mars (voir http://ch.hypotheses.org/834).

 

1 Résumé de l’article de mars 2014 : l’étymologie proposée de σοφός.

Notre point de départ a été, comme il convient, d’étudier les sens les plus anciens de σοφός, qui concernent une habileté technique. Le sens de sage est postérieur. Ainsi la σοφία opérative précéda la σοφία spéculative.

Nous référant à un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was geistige Tätigkeit ist, et qui consacre deux pages à  σοφός, nous nous sommes intéressé à la parenté sémantique entre ce terme et le verbe τεύχειν, qui signifie fabriquer. On a considéré ce verbe (ce que je n’ai pas contesté) comme apparenté à τυγχάνειν, obtenir, atteindre un objectif et à ἡ τύχη, le hasard, la chance. Pour la sémantique, il y aurait des choses à dire, des choses à approfondir. J’en dirai un peu dans ce qui suit.

On rattache ces mots τεύχειν, τυγχάνειν, τύχη à une racine *dhewgh.

J’ai noté que, du point de vue phonétique, on peut tout aussi bien, tant pour les mots grecs de cette famille que pour ceux qu’on a repérés dans d’autres langues comme relevant de cette racine, poser pour celle-ci une racine indo-européenne *dhewgwh, avec une occlusive labiovélaire finale.

À partir de là j’ai voulu prolonger la parenté sémantique de τεύχειν  et de σοφός en m’efforçant d’établir une parenté morphologique, en rattachant ce dernier terme à la même racine. Pour cela j’ai posé *dhwogwh-ós. Nous avons là le vocalisme o et l’accentuation d’un nom d’agent.

Puis j’ai expliqué que, phonétiquement, *dhwogwh-ós > σοφός. En effet le *dh indo-européen donne th (θ) en grec. Ce θ va passer à τ en perdant son « aspiration »  en vertu de la loi de Grassmann, loi de dissimilation des « aspirées »  (peut-être avez-vous, jadis ou naguère, rencontré cette loi pour la première fois dans ἕρμαιον à la page 174). Quant à la labiovélaire *gwh, devant o elle donne φ.

Dans la terminologie d’Émile Benveniste, qui est commode, *dhewgwh est un « thème I » (voyelle e ou o en seconde position) et *dhwogwh un « thème II » (voyelle e ou o en troisième position).

Lorsqu’une racine indo-européenne présente à la fois un thème I et un thème II, on désigne ce phénomène par le terme gracieux de Schwebeablaut.

Mais il peut arriver qu’un thème II provienne de la modification d’un thème I. J’ai envisagé cette possibilité pour mon *dhwogwh-ós en imaginant que mon thème II *dhwogwh pourrait être une altération d’un thème I *dhowgwh, en vertu d’une certaine inimitié du grec pour des degrés o de forme ου.

D’où la séquence suivante :

*dhowgwh-ós  > *dhwogwh-ós > *thwogwh-ós > *twogwh-ós > σοφός

 

2 Les objections de M. Viredaz

Le 7 juin 2014, Monsieur Rémy Viredaz a déposé sur notre blog le commentaire suivant :

« Le point de départ est le bon (les sens anciens de σοφός) mais l’étymologie *dhwogwhos n’est pas possible, hélas. D’une part, l’alternance vocalique supposée n’est pas plausible. (L’aversion grecque pour l’alternance eu : ou n’est pas ancienne, cf. homérique εἰλήλουθα, et elle n’a pas d’effets plus spectaculaires que la simple généralisation de l’alternant ευ ou υ. On ne peut pas non plus invoquer le Schwebeablaut, cet élément défunt de la boîte à outils néogrammairienne.) D’autre part, le sens grec de τεύχειν n’appartient pas à la racine indo-européenne *dhewgh, mais à *tewk, c’est-à-dire doit résulter (d’après le Lexicon der Indogermanischen Verben (LIV), cf. déjà le dictionnaire de Bailly) d’une confusion entre la racine de τυγχάνω, ἔτυχον «rencontrer, atteindre, toucher le but» [allemand «treffen»], «obtenir (par chance)», etc. et celle de *τεύκω (>τεύχω) τέτυκον «façonner, fabriquer, construire». L’étymologie de σοφός reste donc un mystère.»

Suite à cet avis j’ai envoyé un courrier à son auteur, et il s’en est suivi pendant l’été (et pas seulement sur ce sujet) une correspondance cordiale et (du moins pour moi) instructive.

Son petit texte très dense incite à approfondir plusieurs points.

 

3 Faut-il se mettre martel en tête ?

Voyons d’abord le problème du rattachement de τεύχειν à la racine de τυγχάνειν (*dhewgh selon la théorie usuelle, *dhewgwh selon mon hypothèse, qui apporte une retouche à la consonne finale).

Il existe aussi une racine i.-e. *tewk signifiant frapper. Elle est attestée dans diverses langues. On en a trace en grec dans quelques mots comme ὁ τύκος, le marteau, le ciseau pour tailler la pierre. On entrevoit un défunt *τεύκειν signifiant donner des coups de ciseau ou de marteau. Défunt, mais qui a pu, lui et sa famille, être bien vivant.

Selon le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), p. 149 et p.640, cette racine, signifiant stossen, schlagen, se trouverait mélangée (vermischt) avec celle de τυγχάνειν, lui empruntant son aspirée finale, aboutissant ainsi à τεύχειν.

On peut citer d’autres cas d’amalgames entre deux racines. Ainsi le nom grec du loup (ὁ λύκος) vient d’un amalgame entre deux racines indo-européennes désignant cet animal : cf. Lejeune, § 31, p. 43. Celui qui se serait produit entre *τεύκειν et τυγχάνειν est à examiner du point de vue  morphologique et du point de vue sémantique.

Du point de vue morphologique, cet amalgame entre les deux racines peut expliquer la sourde κ qu’on trouve dans quelques formes de τεύχειν : aoriste actif τετυκεῖν, aoriste moyen τετύκοντο, τετυκέσθαι. Mais une telle alternance κ/χ en fin de racine peut s’expliquer par une assimilation à un élément morphologique suivant. C’est ainsi que par exemple δέκομαι, je reçois (forme ancienne, gardée en ionien) est devenu δέχομαι en attique.

Du point de vue sémantique, on peut trouver un peu lâche, et même bien problématique le rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but (τυγχάνειν) et celle de fabriquer (τεύχειν). On peut alors juger bon de bien s’immerger dans le concret en ajoutant, grâce à *τεύκειν, quelques coups de marteau à la racine de τυγχάνειν, assurant ainsi l’exécution concrète des objets sortant des ateliers.

 

4 L’exemple du sabotier

Mais ce rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but et l’idée de fabriquer peut s’éclairer en restant dans le τυγχάνειν, sans faire appel à *teuk. Permettez-moi d’égayer l’austérité de ces propos en évoquant quelques souvenirs d’enfance.

Lorsque j’étais un gamin de 6-7 ans, je passais de longs moments, en compagnie souvent d’autres gamins du même âge, à regarder le sabotier du village exercer son métier. Par les beaux jours il s’installait devant sa maison pour travailler. Il fixait un bloc de bois. Il avait un marteau dans la main droite, un ciseau (il en avait de plusieurs sortes) dans la main gauche. Bientôt le sol se jonchait de copeaux de bois odorants, tandis qu’au fil d’une succession de gestes rapides et précis, on voyait peu à peu apparaître le sabot, pied droit ou pied gauche, de la pointure voulue, souvent d’une forme élégante et même orné de motifs sculptés. J’étais dans l’admiration devant la maîtrise du geste par laquelle cet artisan parvenait à faire naître du bois l’objet dont il avait le projet en tête. Il avait une visée (un σκοπός) dans l’esprit, et il l’atteignait (ἐτύγχανε τοῦ σκοποῦ, selon l’expression de Platon en Lois 717a). C’est ainsi qu’il fabriquait (ἔτευχε) les objets de son métier, métier quasi disparu qui relève de la τέχνη dans toute la plénitude sémantique du terme.

 

5 L’exemple du chantier naval

Plus tard, autour de mes dix ans, j’ai été un familier d’un  chantier de construction navale où des charpentiers de marine créaient des langoustiers et des thoniers. Une fois la quille posée sur le sol, je voyais se dresser une à une les membrures, comme des côtes sur une colonne vertébrale. Et le galbe de ces membrures, qui s’agrandissent de la poupe jusqu’au milieu, puis deviennent plus petites en continuant vers la proue, obéit à une subtile homothétie qui interfère de façon précise avec le modelé global du navire. Il faudrait sans doute des formules mathématiques de haut niveau pour en faire la description exacte. Or je voyais, médusé, les charpentiers de marine réaliser cela. Ils y parvenaient : ἐτύγχανον τοῦ σκοποῦ, eux aussi. Et ainsi ἔτευχον τὴν ναῦν. Dans les niveaux supérieurs de l’univers artisanal, fabriquer un objet, c’est réussir à le fabriquer.

Aujourd’hui je ne saurais dire avec certitude quelle maison était celle du sabotier, et le chantier de constructions navales a cédé la place à un parking. Mais je porte toujours en moi les évidences qu’ici je cherche à vous faire partager. Peut-être sont-elles plus accessibles à l’enfant qu’à l’adulte, surtout intellectuel. Je maintiens donc qu’il n’est pas indispensable pour expliquer le rapport entre τεύχειν et τυγχάνειν d’avoir recours à *τεύκειν.

Mais il est un vers d’Aristophane (Acharniens 190) qui m’est une madeleine de Proust.  Le passage présente des projets de trêves qui « sentent le goudron et les constructions navales » (ὄζουσι πίττης καὶ παρασκευῆς νεῶν). Cette  πίττα évoque en moi l’odeur du coaltar qu’on faisait chauffer sur le chantier pour le calfatage, Alors me revient toute l’ambiance de ce chantier, avec ses senteurs et ses sons, et je me remémore bien des choses.

Ainsi un jour…  Mais trêve de confidences autobiographiques. Je les écrirai ailleurs, à l’intention de mes biographes !

L’essentiel est ma remémoration de l’ambiance sonore. Les sons étaient surtout le bruit des marteaux (il y en avait beaucoup, avec des manches de diverses longueurs) que maniaient énergiquement les charpentiers. Il y avait aussi de cela chez le sabotier, quoique plus discrètement. Au niveau du vécu, comme on dit en jargon d’aujourd’hui, le τεύχειν-τυγχάνειν se combinait avec le *τεύκειν pour former une unité d’expérience. Je n’exclus donc pas absolument, nuançant ce que j’ai dit plus haut, que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν.

 

6 Un hymne à la joie. Et comment cette joie n’a pas demeuré.

Il s’agit ici de la question du Schwebeablaut (alternance apophonique). Suite à la publication par Émile Benveniste en 1936 de son Origines de la formation des noms en indo-européen, ouvrage qui a renouvelé les études de grammaire comparée, on a considéré l’opposition Thème I/Thème II comme essentielle. Des disciples y  ajoutèrent la notion de Thème III (double degré zéro). Cette terminologie est commode, elle a été largement employée dans des ouvrages de base, et j’estime qu’il est pratique de la conserver.

La communication de Jean Taillardat dans le recueil Émile Benveniste aujourd’hui, paru en 1984 (tome II, p. 186) est un véritable hymne à la joie, à la joie de manier le système Thème I/Thème II.

Aujourd’hui, à la suite de travaux ultérieurs, on estime que la plupart des racines ne présentent qu’une seule de ces deux formes. Il pourrait cependant y avoir quelques exceptions, des cas où on a à la fois Thème I et Thème II (donc Schwebeablaut)

M’autorisant de l’existence de telles exceptions, je me suis demandé si le *dhwogwh (Thème II avec degré o) que j’avais posé face à *dhewgwh pour expliquer σοφός ne pourrait pas être admis parmi ces exceptions. J’en ai parlé (électroniquement) à M. Rémy Viredaz, qui m’a répondu :

«  La question du Schwebeablaut est effectivement délicate et, je l’avoue, j’ai pris le risque de l’enterrer sans attendre le certificat de décès. La théorie classique du Schwebeablaut voulait qu’il soit parfaitement normal pour une racine de présenter les deux vocalismes TeRK et TReK (par exemple). Sous cette forme, elle est fausse: la plupart des racines ne présentent qu’une seule des deux formes. »
J’ai fait connaître aussi mon hypothèse sur σοφός à M. Éric Dieu, de l’Université de Toulouse, en ne lui cachant pas mes tourments apophoniques. Il m’a répondu:

«  Oui, effectivement, il y a la difficulté du Schwebeablaut, qui semble plus rare en grec que dans d’autres langues, … je pense par exemple à la racine *kweH- « gonfler » (celle de κυέω « être enceinte », κῦμα « vague [gonflée] »), qui, en grec, se présente sans doute aussi sous la forme *kewH- (degré o *kowH-) dans κοῖλος  « creux » (gonflement vu de l’intérieur); mais pour ce mot, c’est un Schwebeablaut qui se retrouve bien dans d’autres langues (par ex. dans latin cauus). » Personnellement j’apprécie ce qui est dit ici de la racine *kweH-. M. Viredaz est plus réservé. Question de feeling, comme on dit en jargon d’aujourd’hui…

Je vois que persister dans mon thème II, c’est m’engager dans un chemin qui s’il n’est pas celui de l’impossible, est celui de l’improbable, du pas normal (pour ne pas dire du paranormal), et c’est m’exposer à bien du scepticisme: « Mais pourquoi donc un Thème II ? »

 

Ce qui en revanche ne pose aucun problème, c’est l’existence, à côté de Thèmes I, de ce qu’on pourrait appeler des «  Thèmes II secondaires », c’est-à-dire des formes qui ont acquis une structure de Thème II par suite d’une transformation.   Ainsi dans -γνητός, second élément de κασίγνητος, frère ou sœur et adjectif verbal de la racine *genh1 nous avons un Thème II secondaire issu de *gnh1 (degré zéro de l’adjectif verbal en -τός, ici sous forme de Thème III, et dégagement d’un η par le h1 au contact de la sonante n), en face du thème I de γενέτωρ, géniteur (γενε < *genh1 : degré e attendu dans un nom d’agent en -τωρ). On a aussi, m’a indiqué M. Viredaz, «  les cas de Schwebeablaut secondaire du type *CerC > *CreC <qui> sont des métathèses dues à des causes phonétiques ou analogiques, mais une telle métathèse n’est possible que pour *r et peut-être *l. »

 

7 Le mycénien (ou même le prémycénien) tel qu’on le causait

La voie rationnelle qui me reste ouverte est de ne pas poser ainsi, au débotté, un *dhwogwh-ós, mais de partir d’une forme à Thème I *dhowgwh-ós, et de découvrir quels facteurs altérants ont pu la transformer en une forme à Thème II secondaire *dhwogwh-ós. Alors plus de Schwebeablaut et tout va bien, du moins pour l’alternance. Les facteurs signalés dans le paragraphe précédent pour le passage de I à II ne font pas l’affaire. Cherchons donc autre chose.

N’oublions pas que σοφός est un terme qui relève, à l’origine, des milieux populaires et artisanaux. Il nous est donc permis de songer aux caractéristiques universelles des niveaux populaires ou familiers du langage.

Une de ces caractéristiques est une certaine instabilité du signifiant. Qui n’a entendu dire obnibuler pour obnubiler ? Ce genre de métathèse relève de cette labilité et n’a rien à voir avec aucune  des lois phonétiques de la langue : nous sommes en marge de celles-ci. On pourrait multiplier les exemples.

En grec, pour le nom du sillon, nous avons une série de formes apparentées entre elles :  αὔλαξ (acc. ὦλκα, εὐλάκᾱ), ἄλοξ, ὦλαξ. Ces variantes, on ne les peut faire dériver d’un étymon bien établi : labilité du signifiant pour un objet de la catégorie la plus ordinaire.

Voici deux exemples empruntés à Lejeune (§ 54, p. 67) : Le nom du boulanger est ἀρτοκόπος, mais étymologiquement on devrait avoir *ἀρτοπόκος : la séquence τ-κ-π a été préférée à τ-π-κ. Le terme ὁ σκοπός, le veilleur ou la cible  se rattache à une racine *spek : la séquence σκ-π a été préférée à σπ-κ.

On ne parvient pas à établir de façon cohérente un étymon commun au grec γυμνός, au latin nudus, et aux termes apparentés des autres langues indo-européennes. On a expliqué cela par un « tabou linguistique »  ayant obligé à déformer de façons diverses ce terme qu’il ne sied pas de prononcer. Je me suis toujours esbaudi de cette explication, qui me paraît plutôt révéler la mentalité de style victorien (Aoh! shocking !) de ses tenants. M’est avis qu’il s’agit plutôt d’un certaine labilité du signifiant pour l’expression d’une notion familière.

On observe aussi, en étudiant les inscriptions, des phénomènes de labilité : ainsi κιθών pour χιτών, καλχός pour χαλκός, etc. Cf. Leslie Threatte, The Grammar of  Attic Inscriptions (I Phonology), 38.022, p. 464-465.

Encore de l’autobiographie.  Il est un motif celtique fréquent dans la joaillerie armoricaine : le triskel, représentant trois jambes (τρία σκέλη) disposées autour d’un axe et suggérant un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Or autour de moi j’ai souvent entendu dire triklès (forme qu’un bijoutier ou un marchand de brimborions ne mettrait pas dans sa vitrine ou dans son catalogue). C’est que kl a quelque chose de plus coulant que sk : la séquence k-l-s a été préférée à s-k-l. Ces préférences articulatoires jouent un rôle important dans la labilité du signifiant. Elles sont un facteur de mobilité dans l’ordre des phonèmes.

On pourrait faire tout un livre là-dessus. On pourrait collectionner les phénomènes de simplification, comme ἀμφορεύς pour ἀμφιφορεύς. Mais ce qui vient d’être dit suffit à notre propos. Ajoutons que cette relative instabilité, surtout populaire et familière, ouvre la voie à des contaminations de racines, comme celle dont nous avons parlé à propos de *dhewgwh et *tewk.

Ces phénomènes, je le redis, sont en marge des lois phonétiques et n’en ont pas la rigidité. Elles sont à situer dans ce que M. Viredaz, dans un de ses messages, a appelé les « zones grises » de la langue.

 

8 Préférences articulatoires

C’est en m’appuyant sur cette notion de préférences articulatoires que je vais expliquer le passage d’un *dhowgwh-ós à Thème I  à un *dhwogwh-ós à Thème II secondaire. Je vois ici le jeu de deux problèmes de cet ordre.

1- Dans notre *dhowgwh-ós il y a une diphtongue ow. Il y a d’abord la tendance du grec  (j’en ai parlé rapidement à la fin de mon premier article), à éliminer des alternances la diphtongue ου. Mais je ne me suis pas exprimé de façon assez précise, et M. Viredaz a eu bien raison de me remonter les bretelles en faisant remarquer, dans son texte rappelé au début de cet article, que l’aversion grecque pour un degré o de forme ου n’a pas l’air ancienne : cf. le parfait homérique εἰλήλουθα (voué à la disparition) de ἔρχομαι (en attique ἐλήλυθα). Ces formes de parfait sont apparentées à un thème *ελευθ qui a donné le futur ἐλεύσομαι. Pour bien m’expliquer, j’aurais dû faire apparaître la distinction, dans l’évolution de la langue, entre une loi et une tendance. Une loi comme la chute du σ intervocalique s’applique de façon universelle et contraignante, tandis qu’une tendance, comme par exemple la tendance à remplacer des formes athématiques par des formes thématiques, peut se développer progressivement durant des siècles de l’histoire de la langue et ne jamais arriver à terme : le grec n’a jamais éliminé totalement les athématiques. De même les ου des alternances ont dans le mot σπουδή, zèle, empressement (à côté de σπεύδω) résisté jusqu’au bout (jusqu’à ce que ου > [u:]), mais la tendance à les éliminer a pu être très précoce, surtout dans le langage familier et populaire, qui est toujours en avance dans les évolutions.

Pourquoi ce désamour du grec pour ces degré o de forme ow ? Dans un nom d’agent thématique fait sur degré o, comme ἡ τροφός, la nourrice, le vocalisme du radical apparaît de façon nette, car le o contraste parfaitement avec les phonèmes qui l’encadrent. Mais si on pose un *dhowgwh-ós, le o qui caractérise le radical contraste peu avec le w qui ferme la syllabe : il est articulatoirement et auditivement proche, et cela cadre mal avec la netteté articulatoire du grec.

2- Dans notre *dhowgwh-ós le groupe *wgwh met en contact deux phonèmes vélaires, le w fermant et la labiovélaire *kwh. Qu’il s’agisse de w ou de u (placés avant ou après l’occlusive labiovélaire), nous avons là des séquences que le grec n’a pas aimées. Avant même le mycénien la labiovélaire de tels groupes a, par différenciation, perdu son caractère labiovélaire. Ainsi le nom du loup *lukwos est devenu λύκος. Cf. Lejeune, § 30-31, p. 43.

Ainsi le *gwh n’aime pas avoir à son contact le w, et le o n’aime pas l’avoir à sa suite. La combinaison de ces deux facteurs a pu faire passer le w avant le o : alors le groupe *wgwh n’a pas subsisté, et la labiovélaire, préservée du contact avec w, a pu subsister jusqu’aux jours de son traitement labial qui allait en faire un φ. Nous pouvons donc estimer que la séquence *dhwogwh a été préférée à la séquence *dhowgwh.

 

9 De la dissimilation des aspirées

Suis-je au bout de mes peines ?

Hélas non ! Dans la séquence qui fait ci-dessus la dernière ligne du résumé de mon article de mars, il est supposé que la loi de Grassmann a agi précocement, antérieurement à l’époque où en grec un *tw initial passe à s. Je me suis basé sur cette appréciation de Lejeune : «  Il y a… des indices invitant à penser que la dissimilation des « aspirées » serait intervenue, au plus tôt, tout à la fin du IIe millénaire ; ce serait un phénomène « grec commun » récent. » (§ 45, p. 57). Nous sommes là à une époque où le ϝ est encore solide.

Mais de nouveaux travaux indiquent une date plus tardive pour cette loi.  «  La loi de Grassmann, me dit M. Viredaz, n’est pas ancienne en grec, puisqu’on trouve encore des graphies du type φαρθένος (pour παρθένος) dans les plus anciennes inscriptions alphabétiques. »   Leslie Threatte, o.c. p. 456,  relève, outre φαρθένος,  des formes comme hέχω (pour ἔχω), θροφός (pour τροφός), θίθημι (pour τίθημι), ἐθέθην (pour ἐτέθην), etc. Il estime qu’une forme comme hέχω peut s’expliquer par l’influence analogique du futur ἕξω, qui a gardé régulièrement l’aspiration initiale. D’accord. Pour les autres, il estime qu’il ne s’agit pas de la conservation des formes anciennes, mais plutôt d’un phénomène d’assimilation, l’aspirée communiquant ce caractère à la sourde (produite par la loi de Grassmann) qui précède (τίθημι > θίθημι). L’assimilation reconstituerait ainsi des formes antérieures au jeu de ladite loi. Ensuite les aspirées issues de cette assimilation seraient de nouveau dissimilées.

M. Viredaz est en désaccord avec ces explications : « Concernant la date de la dissimilation d’aspiration, il n’y a pas de preuves qu’elle soit antérieure à l’adoption de l’alphabet, et c’est donc une complication inutile d’admettre 1° une désaspiration préalphabétique, 2° une (ré)aspiration par assimilation, coïncidant justement avec le début de l’époque alphabétique, 3° une nouvelle dissimilation. » Cela incite à penser que dans ces formes d’inscriptions attiques à deux aspirées nous avons la conservation de formes anciennes.

Je suis bien d’accord en ce qui concerne le caractère peu convaincant de la série de phénomènes 1°-2°-3°. Mais je vois une explication qui concilierait les doubles aspirées que nous venons de voir avec une datation préalphabétique de la loi de Grassmann.

 

10 De la douceur en phonétique.

Lejeune, au § 42 de sa Phonétique, en se référant au Traité de Phonétique de Maurice Grammont (1933) expose une notion importante dans le domaine de la phonétique des occlusives. Elles ne se définissent pas seulement par les critères dont l’helléniste débutant trouve un exposé pédagogique dans ἕρμαιον au § 25, p.11. Elles se différencient aussi par leur force articulatoire, c’est-à-dire par la tension musculaire mise en jeu lors de leur prononciation.

«  Dans la plupart des langues, les occlusives « sourdes » sont des fortes, les occlusives sonores sont des douces… D’autre part, dans les occlusives sourdes aspirées, souvent l’occlusion n’est pas forte comme dans la sourde correspondante, mais douce, sous l’action de la spirante  avec laquelle elle est combinée. » Je supprimerais volontiers le souvent. 

On trouve souvent que les « aspirées » sont curieusement nommées, puisqu’en réalité on n’aspire rien du tout, car il s’agit d’occlusives où l’explosion est suivie de l’émission d’un bref souffle h. Leur dénomination nous vient, par l’intermédiaire des grammairiens latins, du latin aspirare, qui signifie souffler. L’ « aspiration » dont elles sont pourvues est en réalité un souffle.

Les caractères notant les « aspirées » (φ, θ, χ) notent non pas des sourdes douces avec « aspiration », mais de simples sourdes douces sans « aspiration » quand elles sont premier élément des groupes χθ et φθ, qui représentent [kth] et [pth] (avec un k et un p  représentant une sourde adoucie sous l’influence de l’«aspirée» qui suit , et avec un souffle unique à la fin du groupe), et non [khth] et [phth], qui exigeraient de l’acrobatie articulatoire : Lejeune, § 56, p. 69. Intéressant aussi est dans le même ouvrage le § 61, p. 72. Il y est question d’inscriptions archaïques en des dialectes dont l’alphabet ne comporte pas ψ et ξ. Il y est suppléé par φσ et χσ (plutôt que par πσ et κσ) : il n’y a aucun souffle dans ces groupes, le φ et le χ servant simplement à noter des occlusives sourdes adoucies par la sifflante qui suit.

À l’époque (mais laquelle?) où joue la loi de Grassmann, l’«aspirée»  qui se trouve par elle dépouillée de son «  aspiration »  ne va pas pour autant cesser incontinent d’être une sourde douce et se trouver dotée de force articulatoire. Ces « aspirées »  désaspirées vont donner des sourdes douces. On peut trouver un parallèle dans certains parlers germaniques où des sonores (donc des douces) ont perdu leur sonorité, devenant des sourdes. Cette perte ne les a pas munies de la force articulatoire qui caractérise les sourdes standard : elles sont devenues des sourdes douces (Grammont, opus citatum,  p. 51-52).

Je crois donc plausible d’interpréter dans φαρθένος, θίθημι, etc. la première « aspirée » comme la notation d’une sourde douce issue d’une désaspiration pouvant se situer dans un passé plus ou moins lointain.

Cet usage que je fais de l’usage que fait Lejeune de la notion de sourde douce n’a pas convaincu M. Viredaz. Je n’ai donc pas été convaincant.

Quoi qu’il en soit, l’important pour mon hypothèse n’est pas de démontrer que la loi de Grassmann  a une certaine ancienneté. Ce qu’il me faudrait, c’est pouvoir montrer qu’elle est antérieure au traitement de τϝ, que par elle on a eu θϝ > τϝ avant l’époque où *τϝ > σ. Et là, je sèche.

Trouverai-je une porte de sortie en m’intéressant au traitement du groupe θϝ ? Nous savons qu’à l’intérieur d’un mot le ϝ de ce groupe s’efface. Ainsi ὀρθός < *ϝορθϝός. Mais qu’en est-il à l’initiale ? Est-ce que par hasard il n’aurait pas eu la bonne idée de donner un σ ? Les très rares exemples, clairs ou douteux, qu’on puisse trouver sont réunis dans deux lignes de la Griechische Grammatik de Schwyzer (erste Lieferung, p. 301). Ils indiquent que là aussi il y a effacement du ϝ. C’est le cas par exemple pour le mot θολός, eau bourbeuse. Les termes germaniques qui s’y apparentent sémantiquement invitent à poser θϝολός (cf. Chantraine). Ma porte de sortie était illusoire.

Et maintenant, que vais-je faire ? Où courir ? Où ne pas courir ?

Mais… voici que j’entrevois une solution.

 

11 Je me mets martel en tête.

Nous n’avons pas exclu  (cf. supra) que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν, que la racine *tewk, celle des coups de marteau ou d’autres outils frappants ou taillants, ait pu se combiner avec *dhewgwh. Dans ce cas notre *dhowgwh-ós a pu recevoir un coup de marteau dans les ateliers et les chantiers du monde mycénien, c’est à dire subir l’influence de *tewk.

Par cette combinaison il a pu s’altérer en *towgwh-ós.

La séquence sera alors  *towgwh-ós > *twogwh-ós > σοφός.

Nous avons tiré parti, mais d’une autre manière, de l’idée découverte dans le LIV d’un amalgame possible de ces deux racines.

Qu’en pensez-vous ?

 

Jean-Victor Vernhes

Ancien maître de conférences de grec ancien à l’Université de Provence

 

PS : Je reçois un message de M. Viredaz me disant : André Sauge a proposé dans Syntaktika 47, 2014, une étymologie de sophos proche de la vôtre, qu’il ne connaissait pas. Voir au § 44, note 10 sur http://syntaktika.revues.org/203#ftn10.

 

Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article huit)

Une étymologie pour ἡ κλειτορίς, ίδος, le clitoris ?

par Jean-Victor Vernhes

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).

 

À Monique L. Cardell

 

Voilà un terme qui a souvent été absent des traités d’anatomie les plus détaillés. Ainsi il n’apparaît pas dans le Rémy Perrier, qui dans les années 20 et 30 du XXe siècle était un des manuels de base des études de biologie. Ces derniers temps a été rompu le silence, et on a vu paraître plusieurs livres approfondis sur la question.  Lorsque Christian Boudignon m’annonça son intention de prendre le mot κλειτορίς, clitoris, comme thème de sa chronique lexicale, en prolongeant une intuition étymologique de Chantraine, je sentis qu’il allait dans le sens de l’histoire. Et je pris à cœur incontinent d’étudier l’origine de ce mot.

Et honni soit qui mal y pense! En lexicologie et lexicographie scientifiques, les mots sont tous scrutés avec une équitable sollicitude. Il n’en est point d’ incongrus. Ainsi dans l’immense Dictionnaire Français-grec  de Jean-Jacques Courtaud-Diverneresse (1re partie, 1847 – 2e partie, 1857), conçu pour le bonheur des praticiens du thème grec, et destiné « à l’usage des établissements de l’Instruction Publique, des séminaires, des maisons d’éducation, etc. », vous trouverez tout, tout, tout… pour exprimer avec précision, en faisant un thème grec ou en écrivant une page en grec ancien, pour vous-même ou pour vos amis, en prose ou en vers, ce que vous souhaitez dire au sujet de l’objet qui nous occupe aujourd’hui. Or les dates qui viennent de vous être indiquées vous montrent que la rédaction de ce dictionnaire se situe à l’époque et dans la société qui fit à Baudelaire et à Flaubert les ennuis judiciaires que vous savez ! En revanche, dans l’Abrégé du même dictionnaire (abrégé à peu près aussi substantiel tout de même que le Bailly), destiné aux classes de quatrième, troisième, seconde, il n’y a pas d’entrée pour ce mot.

 

Sa Majesté Kleitôr 

Puisque notre quête concerne les origines, commençons par consulter les dictionnaires étymologiques du grec.

Dans le vieux Boisacq, rien. Frisk reprend une hypothèse du savant slovène Grošelj, qui voit dans ce mot une dérivation d’un mot *κλείτωρ dont on nous affirme qu’il signifiait « Hügel » (coteau, colline), ce qui permet de le rapprocher de κλειτύς, qui signifie justement « coteau, colline », et de le rattacher à la racine de κλίνω, « incliner ». Ce *κλείτωρ n’est pas attesté comme nom commun, mais il y a eu en Arcadie une ville nommée Κλείτωρ.

Cette étymologie est reprise dans le Robert (Dictionnaire historique de la langue française): la voilà qui risque de devenir officielle dans toute la francophonie.

Elle est reprise aussi très affirmativement dans le dictionnaire de Beekes.

Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, a fait état de ladite étymologie sur un ton vraiment pas convaincu, et a conclu sa notice en disant simplement, sans nous dévoiler plus amplement sa pensée secrète, qu’il préférerait une dérivation de κλείειν, « fermer ». Cela nous incite à explorer cette voie, à mettre nos pas dans les pas du maître.

Mais revenons d’abord sur l’hypothèse acceptée par Frisk. Elle tiendrait la route si nous pouvions nous assurer que le toponyme arcadien Κλείτωρ  désignait bien une ville située sur une éminence, une Hauteville. Mais nous lisons dans la Description de la Grèce du géographe du IIe siècle après J.-C., Pausanias (VIII, IV, 5) que cette ville tient son nom non pas d’une particularité géographique, mais de son fondateur, le puissant roi Κλείτωρ. Donc pas question de colline!

De plus nous lisons, toujours dans Pausanias (VIII, XXI, 3), que cette ville de Κλείτωρ était située « en terrain plat »(ἐν ὁμαλῷ) et entourée des montagnes de hauteur moyenne. Donc dans une dépression !

L’hypothèse de la colline n’était qu’une idée en l’air. Laissons donc Sa Majesté Κλείτωρ en sa bonne ville éponyme, et cherchons ailleurs.

Mais non, n’allons pas trop vite. Puisque notre recherche nous a fait rencontrer en chemin ce royal nom de Κλείτωρ, regardons comment ce mot est formé. C’est un nom d’agent en -τωρ (une formation bien connue). Si on cherche à le rattacher à la racine de κλίνω, cela signifiera l’Inclineur. Curieux titre pour un roi! Mais si on le rattache à κλειω, fermer, les choses vont mieux. Il n’est pas étonnant  qu’un nom de roi renvoie à la notion de fermer, de verrouiller, c’est à dire à la maîtrise des clefs, au pouvoir d’ouvrir et de fermer.. Qu’on songe aux clefs de Janus, aux clefs de Saint Pierre…[1]

 

La poule et le fermoir

Nous avons mené de concert et de conserve, Christian Boudignon et  moi, les réflexions  qu’exprime le présent paragraphe. Ce mot κλείτωρ qui n’est pas attesté dans les textes comme nom commun,  a parfaitement pu être employé dans la langue pour désigner celui qui ferme, le portier. Et tout doucement nous arrivons à l’étude de la formation de κλειτορίς. Cette finale -τορίς est claire. C’est une dérivation féminine en -ίς sur un nom d’agent en -τωρ (Benveniste, Noms d’agent…, p. 34, Chantraine,  Formation des noms …, p. 341). On trouve cette dérivation dans un mot désignant la poule : ἀλεκτορίς. Ce terme est le féminin de ἀλέκτωρ, le coq, nom d’agent formé sur une racine αλεκ signifiant défendre. Le coq est « le défenseur ».  Ces données nous permettent de poser:

κλείω → *κλείτωρ →  κλειτορίς.

Ce dernier terme signifiera donc étymologiquement la femme qui ferme, la fermeuse, ou bien l’objet qui ferme, la clef, le fermoir. Ces dérivés féminins en -ίς sont souvent des termes techniques ou populaires désignant des objets ou des parties du corps (Chantraine, Formation des noms …, p. 336-338).  Il est intéressant de noter en outre que ce type de dérivés s’est prêté à fournir des diminutifs et à désigner de petits objets (Chantraine, Formation des noms …, p. 342, § 277).

Mais pourquoi ce terme pour désigner ce dont il est question ? Le mot θύρα, la porte  a servi à  désigner le sexe féminin (Aristophane, L’Assemblée des Femmes, 990). Cette porte fut un jour munie d’un πρόθυρον (porche ou vestibule), qui est décrit comme « tout ruisselant de parfums » dans un poème de l’Anthologie palatine (V, 198)Dans un autre poème (V, 241),  il est question de « franchir entre les deux parois le sol humide du vestibule. » Il est normal qu’on ait songé à ajouter à de telles représentations l’image d’une clef, cette clef étant la représentation stylisée du petit organe. Mais il y a mieux.

 

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué… »

En effet un très paillard passage d’Aristophane (Lysistrata  408-413) va nous apporter d’intéressantes lumières. Pour illustrer le soutien complaisant des maris à la perversité de leurs épouses, le personnage du Proboulos (le « commissaire du peuple », dit la traduction Van Daele) imagine un Athénien entrant dans la boutique d’un orfèvre pour faire réparer le fermoir du collier de sa femme. Dans ce texte apparaît le mot ἡ βάλανος, le gland (le mot est féminin en grec, mais ce détail importe peu ici). Ce mot peut désigner aussi des choses en forme de gland, ou munies d’une protubérance rappelant la forme d’un gland, par exemple une cheville terminée par une protubérance, et qu’on engage dans un trou ad hoc. Dans notre passage d’Aristophane, on a, en miniature, un dispositif de ce genre. Le fermoir du collier comporte une tige nommée βάλανος à cause de sa partie renflée  et pour la fermeture du bijou on l’introduit  dans un trou (τρῆμα). Je n’imagine pas les choses  de façon assez précise pour vous faire un dessin. Voici donc ce que dit l’Athénien à l’artisan :

Ὦ χρυσοχόε, τὸν ὅρμον ὃν ἐπεσκεύασας,

ὀρχουμένης μου τῆς γυναικὸς ἑσπέρας

ἡ βάλανος ἐκπέπτωκεν ἐκ τοῦ τρήματος.

Ἐμοὶ μὲν οὖν ἔστ’ εἰς Σαλαμῖνα πλευστέα·

σὺ δ’ ἢν σχολάσῃς, πάσῃ τέχνῃ πρὸς ἑσπέραν

ἐλθὼν ἐκείνῃ τὴν βάλανον ἐνάρμοσον.

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué,

quand ma femme dansait l’autre soir,

le gland est tombé du trou.

Moi, j’ai à prendre le bateau pour Salamine.

Mais toi, si tu as le temps, viens ce soir

lui ajuster bien artistement le gland. »

Il faut préciser ici que le mot βάλανος a en anatomie le même sens que le mot « gland » en français, et  les scolies qui nous sont parvenues  à propos de ce passage indiquent qu’Aristophane joue sur cette signification. Du fait de la valeur de l’article grec, τὴν βάλανον peut ici signifier « le gland » ou « ton gland ». Quant au mot τρῆμα, il peut désigner le sexe féminin (cf. L’Assemblée des Femmes, 906); il en est de même du terme de sens voisin  τρύπημα (L’Assemblée des Femmes, 624). Quant au verbe ὀρχεῖσθαι, danser, — je m’inspire ici d’une note à propos de ce passage dans l’édition Loeb —, il a quelque chose qui, si on s’y prend comme il faut (par une certaine manière d’articuler le mot ou par une certaine mimique de l’acteur) peut faire penser aux ὄρχεις, les testicules. Il s’agirait alors d’une « danse » vraiment bien spéciale !

 

Le jeu des images

Voilà pour l’examen du double sens de ces vers d’Aristophane. Mais le plus intéressant ici, c’est l’analyse du jeu des images. Nous y voyons l’évocation du sexe de la femme se faire à travers l’image du renflement que comporte le fermoir précieux d’un bijou de joaillerie !

Nous venons donc de voir ce qu’a pu être en grec la valeur d’évocation anatomique de l’image de la clef ou du fermoir. Cela nous explique comment  κλειτορίς, dont la valeur étymologique générale est celle de clef ou de fermoir, a pu devenir le mot pour désigner cela.

Sur ce, on pourrait aussi disserter sur les connotations érotiques ou paillardes de l’orfèvrerie: « Trois orfèvres… ». Comment ! Vous ne connaissez pas? Comme j’entends rester convenable, je ne vous inciterai pas à chercher sur l’internet, par où vous pourriez entendre cette vieille chanson de notre patrimoine très spécial chantée par Pierre Perret. Mais, fort sagement, nous en resterons là ✪

 

Jean-Victor Vernhes

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 Remarque : Suite à cet article, M. Jean Viredaz a signalé par courriel le 27 novembre 2014 l’information suivante :

Le nom propre Κλείτωρ doit à vrai dire être laissé de côté, car sa forme ancienne est Κλήτωρ, d’étymologie différente (voir Laurent Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, 1988, II, 207-208). La forme κλείω du verbe « fermer » est du reste purement attique (l’arcadien aurait *ᾱϊ ou *ᾳ). Mais ces remarques n’affaiblissent pas la démonstration.

[1] Il y a, à ce propos, une savoureuse et frustrante note dans René Guénon, Autorité spirituelle et pouvoir temporel (p. 65, note 4), où il nous fit savoir qu’il en sait long sur la question, mais ne nous dira rien…

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie inattendue pour σοφός.

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article sept)

Une étymologie pour σοφός ?

par J.V. Vernhes

… le cordeau assure la droiture d’une quille de navire

aux mains d’un charpentier expert  

connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Iliade, XV, 410-412

Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)
Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)

Dans plusieurs numéros du λύχνος (λύχνος papier ou λύχνος en ligne), il m’est arrivé de proposer une étymologie pour des mots grecs habituellement considérés comme étant d’étymologie inconnue. Et il est arrivé à telle ou telle de ces miennes propositions d’être accueillies avec faveur. Enhardi par cette gloire, j’ai annoncé à mes amis que j’allais m’attaquer à l’étymologie de σοφός, mot important puisqu’il qualifie tout ce qui est de l’ordre de la sagesse, notion qui est un des fils conducteurs de la pensée grecque.

 

Pas d’étymologie ?

« Pas d’étymologie », dit le dictionnaire de Chantraine, qui considère comme non satisfaisant le rapprochement qui a été fait avec σάφα, clairement ;  » unexplained « , dit celui de Beekes, qui ajoute, conformément à sa tendance, que cela pourrait avoir pour origine  » a substrate word « , un terme de substrat, c’est à dire appartenant à une langue parlée en Grèce avant les Grecs.

Mais n’ai-je pas été fanfaron en laissant espérer que j’allais faire mieux ? Et voici que le présent rédacteur de Connaissance hellénique, Christian Boudignon, qui a une épée, me la met dans les reins pour que j’apporte ma contribution sur ce sujet au λύχνος de mars 2014 ! Je ne sais quel lapin je vais pouvoir tirer de mon chapeau, mais je vais tout de même essayer de faire quelque chose.

L’édition 2009 du Chantraine donne en page 1353, dans les Chroniques d’étymologie grecque qui en constituent le supplément, une proposition de J. Puhvel. Ce savant réhabilite le rapprochement avec le grec σάφα et pose à l’origine une racine indo-européenne ayant donné le nom hittite de l’œil. La chaîne sémantique serait « œil ; clair ; avisé ». Le σοφός serait celui qui a la vision claire des choses. Métaphore usuelle : quand on dit « je vois », cela veut souvent dire « je comprends ».

L’arrière-plan sémantique de cette étymologie, axée sur la notion de vision, est la conception classique du σοφός : celui qui s’est élevé à la vision pénétrante des choses, et dont le regard sur le monde est d’une lucidité supérieure.

 

Les plus anciens emplois du mot

Mais l’investigation étymologique doit se baser sur la valeur des mots dans leurs plus anciens emplois.

L’attestation la plus ancienne de σοφός nous est donnée à travers son dérivé σοφία (ionien σοφίη) nous est donnée au chant XV de l’Iliade, vers 410-412 :

… στάθμη δόρυ νήϊον ἐξιθύνει

τέκτονος ἐν παλάμῃσι δαήμονος ὅς ῥά τε πάσης

εὖ εἰδῇ σοφίης ὑποθημοσύνῃσιν Ἀθήνης,

le cordeau assure la droiture d’une quille de navire / aux mains d’un charpentier expert  /connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Voici un passage du Margitès, poème du VIIe siècle qu’on attribuait à Homère, et dont il nous reste quelques lambeaux :

τὸν δ’ οὔτ’ ἂρ σκαπτῆρα θεοὶ θέσαν οὔτ’ ἀροτῆρα

οὔτ’ ἄλλως τι σοφόν, πάσης δ’ ἁμάρτανε τέχνης.

Les dieux ne firent de lui ni un bêcheur ni un laboureur, ni un σοφός en quelque autre façon, et il échouait en tout métier.

Hésiode : Travaux, 649-650. Hésiode dit à Persès :

δείξω δή τοι μέτρα πολυφλοίσβοιο θαλάσσης,

οὔτε τι ναυτιλίης σεσοφισμένος οὔτε τι νηῶν.

Je te montrerai les mesures de la mer toute bouillonnante, moi qui n’ai nulle maîtrise de la navigation ni des navires

Mais σοφία/σοφίη ne tarda pas à concerner des domaines plus proches des activités de l’esprit :

« La fortune du mot croît avec les progrès de l’activité humaine s’exerçant à la fois sur la matière et dans le domaine de l’esprit. Se faisant l’écho d’une antique tradition religieuse, Pindare englobe, sous le nom de σοφίη, tous les arts dans lesquels Athéna a donné aux fils d’Hélios le privilège de l’emporter sur les hommes. C’est ainsi que le mot σοφίη recouvre tour à tour la poésie, la musique, la médecine. » Anne-Marie Malingrey, « Philosophia » (Paris 1961).

Dans tout cela, le savoir est un savoir faire, la maîtrise d’une activité, d’un processus, sans allusion à une quelconque vision.

 

Σοφός, un mot de l’artisanat…

Un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was Geistige Tätigkeit ist consacre deux pages à σοφός (178-179).

L’auteur indique, outre les vers de l’Iliade et ceux du Margitès que nous avons cités plus haut, un passage de Pausanias (5, 25, 10) où nous est présentée une statue d’Idoménée, descendant de Minos. Sur le bouclier se trouve une inscription indiquant l’identité de l’artiste :

πολλὰ μὲν ἄλλα σοφοῦ ποιήματα καὶ τόδ’ Ὀνάτα

Entre bien d’autres créations, celle-ci est du σοφός Onatas.

On pourrait ici traduire σοφός par habile artiste.

Abordant l’onomastique, en laquelle bien souvent se révèlent les strates les plus anciennes de la langue, B. Snell attire notre attention sur le nom propre Χειρίσοφος, qui signifie littéralement « manuellement σοφός », et qui dans un autre passage de Pausanias, est le nom d’un artiste crétois (ce nom nous est surtout connu par l’Anabase de Xénophon,où il est celui d’un général). Une note de l’article nous renvoie à une étude de H. D. Zimmermann sur les noms de personnes parue en 1963 où il est montré que ceux qui comportent le radical de σοφός dans leur formation font partie d’un groupe de noms provenant en général du milieu des travailleurs manuels (« im allgemeinen aus handwerklichem Milieu stammen »). On peut penser à Σοφοκλῆς, Sophocle, me suggère un ami qui vient justement de passer par ici : Sophocle, dont le père fabriquait des armures.

Approfondissant ces idées, B. Snell fait un rapprochement entre la valeur primitive de σοφός qui a été ainsi dégagée et le verbe τεύχειν, fabriquer, confectionner (et plus généralement faire être : τεύχειν πόλεμον, susciter une guerre). Il s’agit bien entendu du champ sémantique, car du point de vue de la forme on ne voit vraiment pas quelle parenté on pourrait trouver entre ces deux mots. Non, vraiment pas. Poursuivons l’investigation des formes et des emplois sur la voie indiquée par cet auteur.

 

La famille des mots τεύχειν, τεῦχος, τύχη…

Par le processus du τεύχειν on aboutit à un τεῦχος, un objet fabriqué. L’adjectif verbal τυκτός (formé normalement sur le degré zéro de la racine) se rencontre avec le sens de bien fait, travaillé avec art, réussi dans Iliade 12, 105 et Odyssée IV, 627.

À la même racine se rattache τυγχάνειν, obtenir, atteindre, toucher le but. C’est le contraire de ἁμαρτάνειν, ne pas toucher le but, échouer. C’est aussi (je reprends l’excellente définition du dictionnaire de Magnien et Lacroix), « arriver à sa réalisation, se réaliser ». S’ajoute souvent l’idée d’un caractère fortuit, idée qui est souvent l’idée essentielle..

Proche de τυγχάνειν est ἡ τύχη, appartenant à un petit groupe de noms d’action, ou plutôt exprimant un processus ou ce en quoi il se concrétise. Ce sont des féminins de la première déclinaison à accent sur le radical ; ainsi ἡ μάχη, la bataille, ἡ νίκη, la victoire, ἡ βλάβη, le dommage, ἡ πάθη, l’épreuve, ἡ δύη, la souffrance, ἡ φρίκη, le frisson, ἡ λήθη, l’oubli. Chantraine se borne à noter que parmi les noms d’action féminins de la première déclinaison « quelques substantifs présentent une place aberrante du ton. » (La formation des noms en grec ancien, p. 22).

Le sens de τύχη est difficile à cerner en quelques mots. Il s’agit d’une réalisation qui se fait par l’action du destin. Ce peut être l’accomplissement d’une volonté divine : τύχῃ δαίμονος, de par la volonté agissante d’une divinité (Pindare, 8ème Olympique, vers 67); τύχῃ θεῶν, de par la volonté agissante des dieux (Pindare, Huitième Pythique, vers 53): c’est une divinité qui τεύχει, ce sont les dieux qui τεύχουσι l’événement dont il est question. Il peut y avoir action de forces impersonnelles : τέθνηκ’ Ὀρέστης ἐξ ἀναγκαίας τύχης, Oreste est mort par un acte du destin (Sophocle, Électre, 48).

 

Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Les dictionnaires étymologiques donnent des correspondants en balto-slave, en sanscrit, en germanique, en celtique. Ainsi lituanien daûg, beaucoup, sanscrit dogdhi, tirer avantage, traire, anglais (désuet) doughty, valeureux, efficace, compétent, allemand tüchtig, qui a du talent, du savoir-faire et taugen, être apte à quelque chose, irlandais tocad, chance, breton tonkadur, fatalité (suffixe -adur d’abstrait, comme dans plijadur, plaisir).

Ces données permettent de poser une racine *dhewgh >*dheugh. On aura régulièrement, en conformité avec les principes de la morphologie et de la phonétique grecque, *dhewghô > τεύχω.

Mais pour la sémantique de cette racine, nos instruments de travail nous satisfont moins. Les dictionnaires étymologiques de Boisacq, Frisk, Chantraine posent cette racine *dheugh sans chercher à cerner sa signification. Celui de Hofmann propose taugen, que nous avons vu plus haut. Dans le merveilleux répertoire de Calvert Watkins (The american heritage dictionary of indo-european roots), c’est « to produce something of utility ». Dans le dictionnaire de Beekes, c’est « hit the mark, meet ». Dans le LIV (Lexicon der indogermanischen Verben), c’est « treffen », trouver… Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Mais en réfléchissant sur les mots de diverses langues indo-européennes cités plus haut, nous y retrouvons tout de même cette idée, que nous avons dégagée pour le grec, d’un accomplissement, d’une plénitude, ou d’un processus allant vers un accomplissement. Ainsi être doughty, c’est être quelqu’un d’accompli et savoir accomplir des choses, etc. Quant à l’application de cette notion à un événement, ou à une destinée, nous la retrouvons en celtique. C’est donc probablement un élément très ancien. Mais nous n’allons pas développer ces vues de niveau indo-européen, l’essentiel étant ici ce que nous avons trouvé en grec.

 

Le nom d’agent de la racine *dhewgh/*dhewgw

Mais, me direz-vous, que devient σοφός dans toute cette histoire ? On verra bien…

Pour l’instant, puisque nous avons cette racine *dhewgh sous la main, nous pouvons peut-être essayer d’en tirer quelque chose.

On l’a reconstruite pourvue d’un gh. Mais que se passerait-il si au lieu d’un gh, on posait un gwh ? Si au lieu d’une racine *dhewgh on posait une racine *dhewgwh ? Un gwh est une occlusive « labiovélaire » (gw se prononce comme gu dans guano).

Il se passerait qu’on aboutirait en grec au même résultat. En effet, en phonétique grecque, au voisinage de w (qui se vocalise en υ), les occlusives labiovélaires perdent ce caractère labiovélaire (ainsi gwh > gh).

En somme, au lieu de poser  *dhewghô  >  τεύχω, on poserait :

*dhewgwhô  >  *dhewghô >  τεύχω

Mais est-ce que les mots apparentés dans les autres langues indo-européennes s’accommodent de cette hypothèse d’une racine avec labiovélaire ? Le tableau de la p. 110 de Robert S.P. Beekes Comparative Indo-European Linguistics nous permet de conclure qu’elle nous donne les mêmes résultats.

Et maintenant qu’allons-nous faire de cette racine *dhewgwh ? Nous pouvons par exemple bâtir sur elle un nom d’agent de la deuxième déclinaison du type τομός, qui coupe, τροφός, qui nourrit, etc. (vocalisme o de la racine et accent sur la finale).

Ce sera *dhowgwhós, et désignera ou qualifiera celui ou celle qui τεύχει, qui par sa maîtrise mène à un heureux aboutissement ce dont il a entrepris la réalisation.

Mais -ow- aboutirait à -ου-, et les mots grecs n’aiment pas avoir cette diphtongue dans leur radical. De ce point de vue, un mot comme ἡ σπουδή, l’empressement, le zèle est tout à fait exceptionnel. Un verbe comme φεύγειν, fuir fait au parfait πέφευγα, alors que dans le système alternant on attend ici un degré o (dit aussi degré fléchi).

Compte tenu de cette répugnance, nous poserons donc de préférence *dhwogwhós. Les aficionados de la théorie de la racine d’Émile Benveniste (j’avoue en faire plus ou moins partie) diront que c’est là un thème II (tandis que *dhewgwh ou *dhowgwh sont des thèmes I) : telle était la terminologie de ce savant. Et à quoi aboutira ce *dhwogwhós ?

Tout comme dans *dhewghô  >  τεύχω, le *dh initial va perdre sa sonorité et son aspiration, et aboutir à t.

*dhw va donc donner *tw. Or  le traitement de *tw à l’initiale devant voyelle aboutit à un σ, comme dans σέ (< *twe), accusatif de σύ : Lejeune, Phonétique, p. 110.

Quant à la finale *gwhós, nous y aurons le traitement labial d’une labiovélaire devant o : cela donnera la labiale aspirée φ, comme dans φόνος, le meurtre (<*gwhónos, sur une racine *gwhen, frapper) : Lejeune, Phonétique, p. 52-53.

Mais alors…

… comme on dit de nos jours, j’hallucine !

En vertu des éléments de phonétique historique du grec que nous venons de voir,  *dhwogwhós  >  σοφός  !!!

Aurais-je, par un heureux hasard (ἀγαθῇ τύχῃ) mis la main sur l’étymologie de σοφός ?

De plus savants que moi me le diront sans doute.

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°27)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article un)

 

« Il fait trop chaud pour travailler »

(où il sera question de l’étymologie de chômage)

 

La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade(La célèbre réclame des années 80 pour une citronnade)

 

 

On trouve sur la Toile des choses extraordinaires. Tenez, par exemple, savez-vous que les “Brebis gueuleuses” (j’ignore qui se cache derrière ce nom) tiennent une gazette, un blog, où, ma foi ! elles proposent une solution originale pour le chômage : revenir à la préhistoire ! Mais oui, comme il n’y avait pas de chômage chez les hommes de Néanderthal, hé bien, écrivent-elles, sélectionnons une cinquantaine de chômeurs, installons-les au fin fond de l’Auvergne avec quelques outils, et hop là, on aura une unité productive efficace ! (http://www.brebisgueuleuses.fr/2013/07/le-mystere-du-chomage)

Ce qui est beau avec l’utopie, c’est qu’elle nous fait rêver… Mais est-ce bien la solution ? Avant même l’avènement de notre économie industrialisée, n’y avait-il pas de chômeurs ?

 

Le chômage dans l’Antiquité

On lit dans l’évangile selon saint Matthieu (20, 1-16), la fameuse parabole des ouvriers de la onzième heure : un grand propriétaire cherche des vignerons pour les vendanges. Il trouve le matin des ouvriers qu’il embauche,

καὶ ἐξελθὼν περὶ τρίτην ὥραν εἶδεν ἄλλους ἑστῶτας ἐν τῇ ἀγορᾷ ἀργούς·

“et il sortit à la troisième heure et vit d’autres debout, sur l’agora, désoeuvrés.”

Vous connaissez la suite, le propriétaire paie tout le monde pareil, un denier, qu’on ait travaillé toute la journée et supporté “le poids du jour et la chaleur” ou juste une heure. L’histoire ne dit pas si les ouvriers de la première heure se sont mis en grève, ont sequestré le propriétaire, l’ont assigné aux prud’hommes ou pas… La seule chose qu’on sache c’est que le grand propriétaire trouva à chaque sortie des chômeurs sur la place publique et  qu’il les engagea. Donc le chômage existait déjà. Rien de nouveau sous le soleil…

 

Une ancienne réclame pour une citronnade

Ou plutôt si, du nouveau il y en a, car le français a une façon en fait très spéciale d’exprimer le chômage, très différente de celle qu’on trouve en grec ancien. Le chômeur, dans l’évangile se disait : ἀργός [argos] c’est-à-dire ἀ-εργός [a-ergos], le «désoeuvré», l’  «inactif». En grec moderne, αργία [arghia] signifie bien : «désoeuvrement», «chômage». En français, chômage, c’est le fait de chômer, ou selon une graphie archaïque chommer  voire chaumer. Ainsi Montaigne dans ses Essais III, IX (éd. Villey, p. 946) rappelle « que la justice a cognoissance et animadvertion aussi sur ceux qui chaument », c’est-à-dire qu’il y a des lois qui dénoncent et contraignent les vagabonds et les fainéants au travail.  Déjà les arrêté anti-mendicité existaient-ils ? En tout cas Montaigne proposait, non sans humour, des arrêtés anti-scribouillards puisqu’il voulait étendre ces lois aux écrivains « ineptes et inutiles ». Vaste programme !

En tout cas ce mot n’a aucun rapport avec le chaume, la paille dont on fait les chaumières. Le verbe vient probablement du provençal caumare en provençal signifie à la fois : «suffoquer de chaleur» et «se reposer, chômer». Car en provençal, pour parler d’une grande chaleur, on dit : fai un bel caumo, «il fait une sacré chaleur». Et dans le Rouergue, éstre de-caumo, littéralement :  «être de chaleur», signifie : «ne rien faire, chômer». Pour être plus précis, la forme française semble venir  de la forme provençale chaumare, variante palatalisée (avec la langue contre le palais) de caumare. Le mot désigne le fait que les brebis (encore elles !) quand vient une forte chaleur, arrêtent de manger et cherchent de l’ombre pour leur tête, comme le dit le Trésor du félibrige de Mistral.   Cela me fait penser à une ancienne réclame pour une citronnade. Elle mettait en scène un homme avachi sous son chapeau mexicain qui lançait : «il fait trop chaud pour travailler». C’est tout à fait ça.

De là vient notre chômage.  Mais ce verbe  chaumare/ caumare, d’où venait-il ?

 

«et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur »

Du grec bien sûr, car vous parlez grec, mais vous ne le saviez pas ! De καῦμα [kauma] qui signifie «chaleur», «brûlure» et qui a donné le provençal caumo.

On a même un verbe dérivé καυματίζω [kaumatizô] «brûler (de chaleur)». Ainsi dans l’Apocalypse (16,8-9), parmi les fléaux de la fin des temps,

«un quatrième ange versa sa coupe sur le soleil et il fut donné au soleil de brûler les hommes par le feu, et les hommes furent brûlés d’une grande chaleur»

καὶ ὁ τέταρτος ἄγγελος ἐξέχεεν τὴν φιάλην αὐτοῦ ἐπὶ τὸν ἥλιον, καὶ ἐδόθη αὐτῷ  καυματίσαι τοὺς ἀνθρώπους ἐν πυρί, καὶ ἐκαυματίσθησαν οἱ ἄνθρωποι καῦμα μέγα.

Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons(Eruption solaire avec panache en anneau, NASA, Wikimedia commons)

Voilà exactement la plaie qui arrive à notre société qui, hélas, bat tous les records de chômage de masse. Comme on le sait, l’Apocalypse parlait de façon figurée de la grande crise actuelle…

Trêve de bavardage. Le mot a été emprunté au grec par le latin sous la forme cauma à partir du IVe siècle après J.-C. dans un sens médical. Ainsi saint Jérôme traduit-il dans la Bible ce verset du livre de Job (30,30) :

cutis mea denigrata est super me et ossa mea aruerunt prae caumate

«ma peau a noirci sur moi et mes os ont séché en raison de leur inflammation»

Le traducteur latin d’un traité du médecin grec Oribase du IVe siècle, la Synopse à Eustathe (6, 26) écrit dans sa traduction :

 In pestilentia cauma est in thorax et lingua combusta

“En cas de peste, il y a une inflammation du thorax et la langue brûle”.

On doit donc comprendre le terme médical cauma comme désignant la chaleur que l’on ressent en cas d’inflammation, et donc l’inflammation elle-même. Le même traducteur aurait forgé le verbe caumare.

 

« Ça cogne »

C’est sans doute cet emploi savant qui explique l’usage métaphorique du mot dans le sud de la Gaule. Il faut avoir connu le soleil de Provence, celui qui fit mourir d’insolation la belle Mireille, pour savoir combien il est terrible et rigoureux. L’Apocalypse ne s’y est pas trompé qui considère ce soleil brûlant comme une plaie. Parfois, l’été, on ne peut plus dire seulement « il fait chaud ! », on doit dire « il brûle », caumat  en latin. Si l’on dit aujourd’hui l’été en plein midi, avec une belle métaphore : « ça cogne », pourquoi ne dirait-on pas : « ça brûle » ? Car ce n’est plus de la chaleur, c’est un incendie, une inflammation, tellement il fait chaud. Par ce biais on désigne non seulement la chaleur extérieure, mais surtout la chaleur ressentie, celle qui oblige, sous peine de mort ou presque, à se tenir coi.

Imaginons notre Mexicain de tout à l’heure ; quand il dit : « il fait trop chaud », il ne signifie pas seulement qu’il fait quarante degrés à l’ombre, il signifie également la conséquence de cet état de fait : « il fait trop chaud pour travailler : je m’arrête ». Dans le nord de la France, en pays d’oil, il ne faisait peut-être pas assez chaud pour qu’on garde l’usage de ce verbe chômer au sens provençal de « suffoquer de chaleur » : on n’en a gardé que le sens secondaire…

Le calme plat

Puisqu’on parle d’un Mexicain, signalons qu’en espagnol, le sentiment d’une chaleur qui vous fait suffoquer se dit justement calma. Dans le langage maritime, cette grande chaleur est en général accompagnée d’une absence de vent : c’est le calme plat. Le mot a été emprunté à l’espagnol ( ou au catalan) en français dans ce sens d’ « absence de vent », mais on lui a fait subir une étrange opération, puisque la calma est devenu le calme. Peut-on supposer que les marins français ont emprunté ce mot dans une expression comme en calma, « dans un calme plat » et qu’ils ont choisi par ignorance du genre, le genre non marqué en français, le masculin ?

Or calma dérive bien du grec καῦμα [kauma] via le latin cauma sauf qu’un étrange phénomène linguistique s’est produit. En général, le son –alm– devient –aum comme justement le « roseau » κάλαμος [kálamos] devient en latin calamus puis *calmus, forme en –alm- qui aboutit en français à chaume, forme en –aum-. Ce phénomène du passage d’un l que les latins appellent «gras», articulé en arrière près de la racine de la langue, à u se retrouve en Gaule et en Italie ; mais dans la pénisule ibérique il y a eu une hésitation entre les formes en l et celles en u. Ainsi saltum «saut» a donné la forme espagnole soto mais devant une consonne sonore, caldum «chaude» est resté caldo autrefois «chaud» aujourd’hui «liquide chaud, plat chaud», et a évolué plus tard en calido. Il y a eu donc hésitation entre les formes en o et les formes en al. Dans ce climat d’incertitude, sans doute aussi sous l’influence justement de caldo «chaud», proche du point de vue du sens, la forme latine cauma, prononcé déjà en latin d’Espagne : [coma], est devenue calma dans la pénisule ibérique et de là s’est répandue grâce aux marins espagnols ou catalans en France et en Italie.

La boucle est bouclée, le chômage est bien dû au «calme plat» que connaît le navire de notre économie, en ce temps de crise qui dure depuis quarante ans !

J’arrête ici cet article, parce que je crains, si je continue sur cette lancée, que la gazette des « Brebis Gueuleuses » n’aille réclamer pour les chômeurs qu’ils soient envoyés travailler en Sibérie, où assurément, ils n’auront pas trop chaud ! ✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.

Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie et le sens véritable du mot grec νοῦς [noûs] « intellect »

 Etymologie ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article quatre)

Une étymologie pour νόος > νοῦς [nóos > noûs]?

Ulysse et les Sirènes. Détail d'un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.
Ulysse et les Sirènes. Détail d’un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci. (Wikicommons)

 

 Nestor, le sauveur

LA RACINE  *nes a été traditionnellement considérée comme exprimant la notion de retour, plus précisément celle de retour favorable. C’est elle qu’on voit dans ὁ νόστος “le retour”.

En vertu de quoi Νέστωρ (Nestor, roi de Pylos) a pu être défini — je cite ici le dictionnaire étymologique du grec de Hofmann (1950) — comme « der immer wiederkehrende, celui qui revient toujours ».

Cette racine *nes est aujourd’hui perçue différemment. On lui attribue, (et il sera revenu plus bas sur ce point) comme sens originel celui de sauver. Ainsi νόστος signifie le retour parce que revenir (d’une expédition maritime bien souvent), c’était être sauvé de toutes les embûches d’un monde souvent dangereux.

Quant à Νέστωρ, son nom est à comprendre comme signifiant “le sauveur”.

Cela entraîne plusieurs conséquences en matière d’étymologie grecque.

Ainsi, dans le n° 90 de Connaissance hellénique (2002), p. 76, nous avons proposé de rattacher à cette racine l’adverbe épique νόσφι (ν) “à l’écart”. (ce qu’on met à l’écart, c’est souvent ce qu’on veut épargner, sauver). Est paru dans le sens de cette proposition un article approfondi d’Éric Dieu dans la Revue de Philologie, tome 84, Fascicule 1 (2010), p. 51-80.

 

Νόος et la racine *nes

L’objet du présent article est l’étude du rattachement du mot νόος à ladite racine *nes.

Dans le plus récent des dictionnaires étymologiques du grec, celui de Robert Beekes (2010), nous lisons : « Formally, connexion with *nes is possible, but the semantics seem to be difficult ».

Une solution à cette difficulté a pourtant été proposée par C. J. Ruigh dans ses Études sur la grammaire et le vocabulaire du grec mycénien (Amsterdam 1967), § 337, p. 371 :

« Nous sommes tentés de voir dans νόος un nom d’action (type φόβος) et dans νοέω le verbe dérivé (type φοβέω) qui appartiennent au thème ne(s) ‘sauver’. En outre une évolution sémantique de ‘sauver, conserver’ vers ‘observer’ est bien concevable : qu’on pense à τηρέω ‘veiller sur, conserver, observer’ ou à latin servo ‘conserver, observer’, tueor ‘protéger, regarder’. Il s’agit originellement de l’action surveillante des yeux (de l’esprit). Le sens ‘s’apercevoir’ est attesté notamment pour l’aoriste de νοέω et s’explique à partir du sens ‘observer’ par la valeur ingressive de l’aoriste. Le sens de ‘penser’ repose également sur ‘observer’ : l’activité de la pensée était originellement considérée comme un procès d’observation intérieure, d’intuition. »

Une étude de P. Frei, allant de façon indépendante dans le même sens, est parue en 1968.

Voici ce que dit Françoise Létoublon dans Il allait, pareil à la nuit (p. 175-176) de la proposition de ces deux auteurs :

« L’hypothèse la plus cohérente avec l’ensemble des faits en grec et dans les autres langues indo-européennes serait de partir en indo-européen d’un sens ‘sauver’ qui expliquerait l’emploi actif intransitif (gotique ganisan ‘être guéri, sauvé’…, le moyen (νέομαι, ‘se sauver’, d’où à cause de la fréquence d’emplois comme οἴκαδε νέεσθαι ‘se sauver chez soi’, le sens ‘retourner, revenir’…) et le factitif (gotique nasjan ‘sauver’, … sanscrit Nâsatyâ ‘les deux divinités salvatrices’…). Selon C.J. Ruigh et P. Frei, on pourrait alors rattacher aussi à cette racine  *nes le substantif νόος ‘esprit’, qui serait donc un nom d’action radical de vocalisme o comme λόγος est à λέγω, avec le sens premier de ‘plan d’action’, ‘plan pour sortir d’une difficulté’, ‘plan de sauvetage’. » Selon F. Létoublon, la notion d’esprit exprimée par νόος se serait développée à partir de celle de plan.

À l’appui de ce qui vient d’être dit sur οἴκαδε νέεσθαι, il est intéressant de noter chez Platon (Lois 961a) le rôle attribué à des émissaires dépêchés à l’étranger en mission de renseignement, et qu’on accueille σωθέντας οἴκαδε « de retour chez eux” (littéralement “sauvés chez eux”). Nous avons ici, avec l’emploi du verbe σώζειν, une modernisation de la formule homérique, avec maintien de l’équation retour = salut qui, nous l’avons vu, éclaire l’étymologie de νόστος. Nous remarquons au passage que la connexion entre la notion de salut et celle de retour était restée restée présente à travers les siècles, dans l’esprit des anciens Grecs.

Tout en étant d’accord avec les auteurs cités ci-dessus en ce qui concerne le rattachement de νόος à la racine *nes porteuse du sens de sauver, nous ne sommes pas convaincu par les évolutions sémantiques proposées. La notion d’esprit nous semble pouvoir se rattacher à celle de salut d’une façon plus directe et plus logique.

 

Le retour et le salut

Une précision d’abord, communiquée par Romain Garnier, sur le sens de la racine en question. Il s’agit d’un salut consistant en la préservation de l’intégrité de l’individu ou du groupe. Le νόστος d’un navire est son heureux retour au port, sans avoir perdu rien ni personne : c’est OK au sens étymologique (zero killed). L’équipage est au complet, il n’y a aucun dégât.

Nous proposons pour ce mot νόος < *nósos le sens premier, au contact de sa source étymologique, d’activité mentale salvatrice. La notion de salut est la caractéristique marquante de cette activité, tout comme elle est la caractéristique marquante du retour au port désigné par νόστος.

Écoutons, dans l’hymne homérique à Aprodite (vers 249-254), les lamentations de la déesse s’apercevant qu’elle est enceinte d’un mortel, Anchise:

« (Les Immortels) autrefois redoutaient mes minauderies et mes artifices, par lesquels j’ai uni tous les Immortels à des femmes mortelles. Mon astuce les dominait tous. Maintenant ma bouche ne s’ouvira plus pour mentionner tout cela chez les Immortels, car j’ai commis une faute bien misérable et inqualifiable, et j’ai erré loin du νόος [nóos]. »

οἳ πρὶν ἐμοὺς ὀάρους καὶ μήτιας, αἷς ποτε πάντας

ἀθανάτους συνέμιξα καταθνητῇσι γυναιξί,

τάρβεσκον· πάντας γὰρ ἐμὸν δάμνασκε νόημα.

νῦν δὲ δὴ οὐκέτι μοι στόμα χείσεται ἐξονομῆναι

τοῦτο μετ’ ἀθανάτοισιν, ἐπεὶ μάλα πολλὸν ἀάσθην

σχέτλιον οὐκ ὀνοταστόν, ἀπεπλάγχθην δὲ νόοιο,

 

On croirait entendre une dame de la bonne société, à la belle époque, qui s’écrie : « Ah ma faute ! ma faute ! J’ai perdu la tête ! » Elle voit venir des consquences délétères pour son statut social, s’étant écartée de l’attitude mentale qui la préservait de tout dommage.

 

« Qu’une femme ne te fasse pas perdre le νόος [nóos] »

Remarquons aussi le conseil d’Hésiode au cultivateur (Les travaux et les jours, vers 374-375) : « Qu’une femme agile de la fesse ne te fasse pas perdre le νόος [nóos]. Elle aguiche en baratinant, tout en lorgnant vers ta fermette. » Le νόος  est ici l’état d’esprit salvifique qui protège le patrimoine des convoitises qui sur lui feraient volontiers main basse, ou du moins l’écorneraient.

Nous trouvons aussi chez Platon l’affirmation que le νοῦς est ce qui assure le salut, la σωτηρία : « Il mérite en toute justice de porter le titre de σωτηρία de chacun. » (Lois, 951d). Même idée en 951e : le νοῦς « fait la σωτηρία des navires dans les tempêtes et dans le beau temps. » Remarquons au passage qu’ici Platon situe en ambiance maritime cette liaison entre νοῦς et σωτηρία: il y a là encore quelque chose de l’ambiance du νόστος dans le monde homérique.

L’expression νοῦν ἔχειν ne signifie pas simplement avoir un bon QI et avoir l’esprit juste. C’est aussi bien souvent avoir la tête sur les épaules, être avisé et se comporter de façon à tirer le meilleur profit des circonstances et à éviter les nuisances. Ainsi un esclave νοῦν ἔχων ne cherchera pas à complaire à ses compagnons d’esclavage, mais plutôt à des maîtres bons (Platon, Phèdre  273d-274a).

Quant aux termes négatifs comme ἄνοια, plutôt qu’à des troubles de type psychiatrique, ils renvoient à des comportements qui nuisent à notre sauvegarde et ont des conséquences fâcheuses. Ainsi dans Thucydide II, 61, 1 : « Si on a le choix et que le reste va bien, c’est une grande folie (πολλὴ ἄνοια) que d’entrer en guerre. »

Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples. On sent bien cela pour peu qu’on ait quelque habitude de lire du grec.

 

Réponse à une objection

On peut ici me faire une objection. Il est vrai que νοῦς et les mots de sa famille ont souvent cette tonalité, mais ils ont un ensemble bien plus général de significations. La valeur sur laquelle je m’appuie est-elle la valeur première, celle qu’il faut cerner dans toute investigation étymologique ? Est-ce cette valeur que nous révèlent les plus anciens textes, les textes homériques principalement, auxquels il convient toujours de se reporter ?

Je ne méconnais pas ce principe, et toujours pour de telles investigations je me reporte d’abord à mon Dictionnaire complet d’Homère et des homérides, par N. Theil, professeur au collège royal de Nancy, et Hipp. Hallez d’Arros, juge suppléant au tribunal de Bar-le-Duc, publié chez Hachette en 1841.

Or à l’article νόος je vois que ce terme se présente avec déjà un beau cortège de significations : “vue de l’esprit, sens intime, conscience de soi-même, faculté d’intuition réfléchie, raison, prudence, manière de voir, façon de penser, dessein, intention, projet, décret…”

Difficile de saisir là-dedans l’extrémité d’un fil d’Ariane. C’est qu’entre le vieil indo-européen au cœur duquel on cherche l’origine de ce mot bien usuel, des siècles se sont écoulés, durant lesquels l’éventail des valeurs essentielles et des effets de sens n’a pas manqué de s’élargir.

Dans un tel cas, la méthode est de chercher, en ne perdant pas de vue les textes, le type d’emploi qui, sur un type bien déterminé de formation des mots, peut se rattacher sémantiquement à une racine indo-européenne bien identifiée. Ce type d’emploi sera alors à considérer comme révélateur de la signification d’origine, celle à partir de laquelle les autres ont foisonné.

C’est une telle recherche que nous avons ici esquissée✭

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

jeanvictor.vernhes@wanadoo.fr

Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie de πόλις « la ville » et de πτόλις « la forteresse »

  λύχνος n° 135, article neuf

Une étymologie (hérétique?) pour πόλις ?

Ruines du mur de Tirynthe (Wikicommons)

 [Murs cyclopéens de Tirynthe, Grèce, Wikicommons]

CE MOT ΠΟΛΙΣ, QUI A, SURTOUT DANS LA LANGUE EPIQUE, UN DOUBLET ΠΤΟΛΙΣ (génitif πόλεως en attique, πόλιος dans le plupart des autres dialectes), désigne la cité. C’est un des mots grecs les plus connus. Mais il soulève des difficultés lorsqu’on étudie ce qu’en disent les étymologistes. La doctrine communément admise (Boisacq, Frisk, Chantraine) consiste à voir dans ce terme le correspondant grec de mots désignant la citadelle dans d’autres langues indo-européennes : en lituanien pilìs, en sanscrit pûr (ce dernier mot étant ce que nous trouvons en second élément de composé dans des noms de lieu comme Singapour, la « citadelle du lion »). Cette doctrine a fait l’unanimité des étymologistes les plus prestigieux. Certains ont rattaché le tout à la racine *pleh1 (celle de πίμπλμηι, « emplir », en latin plenus, « plein« , etc.) en considérant que la construction d’un rempart a pu être anciennement un travail de remplissage consistant à accumuler des matériaux, ce qui pour un préhistorien n’est pas dépourvu de pertinence. Je songe au « cap barré » de Lost Mac’h, dans le Finistère, sur la commune de Crozon, où l’on voit les vestiges d’un rempart préhistorique fait de terre et de pierres, malencontreusement éventré pour donner passage aux charettes des coupeurs de lande.

Mais ne rêvons pas, et examinons cela du point de vue du sens et du point de vue de la forme. Comme nous allons le voir, la sémantique a été l’objet d’une sollicitation pressante. Et en ce qui concerne la forme, on a oublié de se méfier des ressemblances formelles, souvent trompeuses, et la phonétique, dont ordinairement on respecte scrupuleusement les exigences, a été contrainte de courber l’échine.

Du point de vue du sens, on allègue à l’appui de cette doctrine que πόλις devait signifier anciennement « citadelle », en se référant à un passage de Thucydide (II, 15, 3) où il dit que « Ce qui est maintenant l’acropole était la πόλις » Mais quelques lignes plus loin Thucydide nous dit : « Parce qu’elle fut la partie la plus anciennement habitée les Athéniens appellent encore l’acropole πόλις » (II, 15, 6). Il ne s’agit pas, dans ce passage, de fortification : cet endroit d’Athènes étant celui où se produisit la plus ancienne concentration d’habitants, en ces temps-là ceux qui s’y rendaient disaient : « je vais en ville ». Sur cette question, on peut malicieusement prendre en flagrant délit de circularité les meilleurs auteurs. Ainsi Chantraine, dans l’article πόλις nous dit que « l’étymologie et certains emplois indiquent que πόλις a d’abord signifié la forteresse ». Or l’étymologie dont il est question ne peut être invoquée pour démontrer cela, puisque justement elle présuppose que tel était le sens premier du mot.

Du point de vue de la structure formelle et du traitement phonétique, la question a été exposée de façon précise par Charles de Lamberterie dans le cadre de la doctrine que nous venons d’indiquer : Les adjectifs grecs en ύς  (Louvain-la-Neuve, 1990), § 219.

L’auteur, approfondissant une idée de K. Strunk, avance une hypothèse complexe pour ramener la forme grecque πόλις au même étymon que la forme sanscrite pûr : il faudrait admettre qu’anciennement devant consonne *lh1 > oli en grec. Alors un thème *plh1 (qui en sanscrit donne de façon régulière pûr) nous permettrait de poser πόλις<*plh1-s.

Pour appuyer cela on ne peut faire état que d’un seul autre exemple, ou plutôt de l’interprétation d’un seul autre exemple : δολιχός, « long ». Nous voici donc contraint de scruter cet exemple ; δολιχός nous renvoie au sanscrit dîrgháh (même sens). On a aussi en grec ἐνδελεχής, « continuel ». En posant *delh1gh, on rend compte de -δελεχ- ; le degré zéro *dlh1gh rend compte régulièrement du sanscrit dîrgháh, et rend compte de δολιχ- si on admet *lh1 > oli. Par ailleurs nous avons, avec le même sens, dalug- en hittite, et en latin longus (<*dlongus?), mots que ce système n’explique pas. Il n’explique pas non plus le rapprochement qui a été proposé avec ἡ λόγχη, « la lance ».

Or tout cela s’explique commodément en complétant quelque peu la théorie de la racine indo-européenne.

 

À propos des structures de racines

Dans les exemples qui suivent, les racines étudiées sont décomposées en trois éléments séparés par des traits d’union (racine proprement dite, suffixe radical, élargissement). Faute de pouvoir nous référer à une théorie plus récente de la racine, nous nous en tenons à ces notions benvénistiennes. L’important à noter dans ce complément que nous proposons à l’étude des structures de racines est que les variantes d’une racine peuvent s’organiser selon le système suivant : maintien, dans les diverses variantes, de la racine proprement dite et de l’élargissement, mais variation du suffixe radical, lequel peut être un zéro, symbolisé ici par Ø.

 

*h2w-ei-d- dans ἀϝείδω, « chanter » (attique ᾄδω)

*h2w-oi-d- dans ἀϝοιδός, « aède »

*h2w-Ø-d- dans αὐδή, « le chant », « la voix »

 

 

*wr-y-p-yo > ϝρίπτω (ῥίπτω), « jeter »

*wer-Ø-p- dans all. werfen, « jeter »

 

*h1l-ew-dh > ελευθ (ἐλεύσομαι, « j’irai »)

*h1l-w-dh > ελυθ (ἤλυθον, « j’allai »)

*h1l-Ø-dh > ελθ (ἦλθον, « j’allai »)

 

On peut expliquer par de telles variations sur le suffixe radical (suivies d’un élargissement identique) le grec δολιχός et les formes certainement ou possiblement apparentées que nous avons vues plus haut :

 

*dol-y-gh-os > δολιχός

*del-h1-gh-es > (ἐν)δελεχεσ-

*dol-u-gh-o- > daluga- en hittite

*dl-h1-gh-o-s > dīrgháḥ  en sanscrit

*dl-on-gh-o-s > longus en latin

*dl-on-gh-â > ἡ λόγχη, « la lance » (?)

Ce qui m’enhardit à soutenir cette idée (restée depuis douze ans sur un de mes disques durs!), c’est que M. Mayrhofer en son Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, I, p. 728-729, dans l’article dīrgháḥ va  dans ce sens en parlant de “Suffix-Varianten”.

 

Ainsi nous voyons s’éloigner l’hypothèse qui s’appuie sur un traitement *lh1 > oli. Cherchons donc une autre étymologie. Nous allons nous inspirer d’une étymologie oubliée, mentionnée encore dans le dictionnaire de Boisacq. Il s’agit d’une hypothèse de Fick, auteur qu’on ne cite plus guère, qui dans une publication parue à Göttingen de 1977 à 1906, « rattache à tort π(τ)όλις en tant que *quolis à gr. πέλομαι, lat. colo, inquilinus »

En ce qui concerne le doublet πτόλις, dont nous parlerons plus loin, Fick a certainement tort (la phonétique rigoureuse à laquelle nous sommes parvenus nous interdit de le suivre. Mais nous proposons bel et bien de poser πόλις < *kwolis (en nous conformant aux usages actuels de notation).

Il s’agit de la racine *kwel, dont le sens de base est « tourner », « circuler autour ».

Elle a donné tout un groupe de mots en latin, avec évolutions vers les sens de « habiter, cultiver, soigner » : un lieu qu’on habite, c’est un lieu où on circule, et ce que l’on soigne ou honore est quelque chose autour de quoi on tourne. D’où les mots colo, « cultiver, habiter » ; incola, « habitant » ; an-cil-la, « servante » (celle qui « tourne autour » de ses maîtres).

Le mot latin versari présente une évolution semblable du sens de « tourner » au sens de demeurer dans un certain espace ou de s’occuper de quelque chose.

De la même façon, lorsqu’il est question d’un navire qui reste dans une certaine zone, nous disons avec une pointe d’humour qu’il « fait des ronds dans l’eau ».

Qu’en est-il en ce qui concerne les représentants grecs de cette racine *kwel?

Nous avons le substantif ὁ πόλος (<*kwol-os) qui désigne un axe de rotation. Le terme est surtout connu pour son emploi dans le vocabulaire de l’astronomie : c’est le pôle autour duquel on voit tourner la voûte céleste. Pour ce mot on n’observe pas de glissement vers le sens, débouchant sur une idée statique, de « circuler dans un lieu », « y demeurer », « s’y occuper de quelque chose ». Mais dans plusieurs mots on a -πόλος nom d’agent en second terme de composé avec ce glissement de sens : ainsi dans ὁ αἰπόλος, « le chevrier », celui qui « tourne autour » des chèvres (αἶγες), les soigne et ne s’en éloigne pas.

Le verbe πέλω (on a le plus souvent πέλομαι) repose sur *kwel-ô. C’est à l’origine « se mouvoir en rond ». Mais le mot a évolué vers le sens de être en passant par celui de « être là » ; cf. Eschyle, Les sept contre Thèbes, 768 : τὰ δ᾽ὀλοὰ πελόμεν᾽οὐ παρέρχεται, « Les choses funestes, quand elles sont là, ne s’en vont pas« . Le glissement sémantique a été au delà de l’idée de résider, mais le mot peut s’employer en ce sens; ainsi dans Odyssée, XXIV, 211, à propos de la maison de Laerte: « Une vieille femme de Sicile s’y trouvait (πέλεν) ».

On a aussi πωλέομαι, « aller et venir dans un lieu, y circuler » et πωλέω (même sens): Πωλεῖταί τις δεῦρο γέρων ἅλιος, « Un vieillard de la mer fréquente ces lieux » (Odyssée, IV, 384); Ἰθάκης κατὰ ἄστυ πολεύειν, « résider dans la ville d’Ithaque » (Odyssée, XXII, 223). Ajoutons πολέω et πολέομαι, « aller et venir dans un espace, y résider ».

Ainsi l’utilisation de la racine *kwel pour désigner ce autour de quoi s’organise une activité ou un lieu où l’on réside se trouve bien attestée en grec, même si elle l’est moins qu’en latin.

Pour en terminer avec ce point de sémantique, consultons l’Etymologicum Magnum à l’article πόλις. Tout en faisant une petite place à un rapprochement avec πόλυς, cet article met en avant une autre hypothèse étymologique : Γίνεται ἐκ τοῦ πέλω, τὸ ἀναστρέφομαι ˙ παρὰ τὸ πολεῖν ἐν αὐτῇ, ἐν ᾗ ἀναστρέφονται οἱ ἄνθρωποι κατὰ τὸ αὐτό (« πόλις vient du verbe πέλω, aller et venir, parce qu’on y circule, et que les gens y vont et viennent en restant dans le même lieu »). Nous n’avons certes pas à prendre pour une autorité étymologique cet ouvrage byzantin du XIIe siècle, mais il est tout de même le dépositaire d’une antique tradition savante de sensibilité à la langue grecque.

Notre hypothèse c cadre donc bien avec la sémantique des représentants grecs de la racine *kwel.

Passons à l’étude du type de formation. Le mot entre dans un petit groupe de substantifs en -ις (génitif -ιος ou -εως) ou d’adjectifs présentant le degré o de la racine. Ce sont des termes de faible fréquence, mais ils n’en attestent pas moins nettement l’existence de ce type de formation. On a ἡ τρόπις, la quille (d’un bateau), ἡ φρόνις, « la sagesse », ἡ κόρις, « la punaise » (cf. κείρω, « couper », « ratiboiser« ), ὁ τρόχις, « le coureur », τρόφις, « bien nourri », στρόφις, « retors » (chez Aristophane).

Notre hypothèse *kwol-is intègre donc bien πόλις dans un des types de formation des mots grecs.

Passons à l’étude du doublet πτόλις, qu’on trouve chez Homère et dans quelques dialectes, ainsi que dans les Tragiques, sous l’influence d’Homère. On en fait habituellement une simple variante métrique. Nous allons voir qu’un examen attentif des faits révèle autre chose.

Nous laisserons de côté ce que nous trouvons dans le dictionnaire de Beekes, qui fait venir πτόλις de *τπόλις : le magicien ne nous a pas dit comment il a fait sortir ce t initial de son chapeau.

Nous ne nous attarderons pas sur l’hypothèse de Michel Lejeune, qui proposait d’expliquer de tels doublets p/pt par une variante articulatoire *ps du p initial. Ce serait une « occlusive à explosion sifflante » (cf. Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 28). Outre que l’hypothèse des occlusives à explosion sifflante tend à être abandonnée, elle ne nous serait d’aucun secours dans la difficulté que nous allons rencontrer.

Cette difficulté nous est apportée par les documents mycéniens, où nous avons trace de πτόλις par le biais de l’onomastique : on a relevé un po-to-ri-jo (= Πτολίων, Ptolion, nom d’homme : quelque chose comme M. Laville). C’est la seule trace que nous ayons en mycénien des mots qui nous occupent. Mais si les mycénologues ont des informations à nous apporter, qu’ils n’hésitent pas à le faire par ce blog.

Cet élément ne détruirait-il pas notre hypothèse *kwol-is ? En effet en mycénien le traitement labial de la labiovélaire *kw(l’évolution *kw>p) n’est pas encore réalisé. En mycénien une séquence *kwo ne donne pas po, mais ko. Ainsi le second élément -πόλος (<*kwol-os) que nous avons vu ci-dessus dans des mots comme ὁ αἰπόλος, « le chevrier », est représenté en mycénien par -qo-ro (cf. Lejeune, o.c., § 21).

Ainsi le p initial de Πτολίων, donc celui de πτόλις ne peut venir d’un *kw. Nous n’avons donc pas à nous préoccuper ici du problème du renforcement du p par un t. Nous avons à nous demander si ce fait est conciliable avec l’étymologie que nous proposons.

La solution nous paraît être dans le fait qu’assez fréquemment deux mots qui semblent très proches l’un de l’autre sont en réalité d’origines différentes. C’est le cas pour le couple habit/habiller : « habit » vient du latin habitus, tandis que « habiller » a anciennement signifié préparer une « bille », c’est-à-dire un bloc de bois (cf. « billot »), et le mot semble être d’origine gauloise.C’est le cas aussi pour le couple erreur/errements: « erreur » représente le latin error, tandis que « errements » dérive d’un vieux verbe errer, signifiant « voyager », « se déplacer » (cf. « le navire court sur son erre »), puis « se comporter de telle ou telle façon » et venant du latin itinerare. Aurions-nous un semblable cas de figure pour le couple πόλις/πτόλις ? Regardons de plus près les emplois de ces deux termes.

On a beaucoup parlé de la différence entre πόλις et ἄστυ. Ainsi la revue Ktema dans son n° 8 (1983) présente un dossier sur la question, avec des articles de E. Lévy, M. Cazevitz, M. Woronoff, R. Lonis (p. 55 à 109). Mais a-t-on souvent songé à comparer les emplois de πόλις et de πτόλις ? Il conviendrait, pensons-nous, d’ouvrir le dossier. Nous indiquerons simplement quelques points de repère.

Dans l’Iliade, la πτόλις, c’est Troie. Dans l’Odyssée, c’est le plus souvent Ithaque. Il peut s’agir aussi de la capitale des Phéaciens (en Odyssée, XIII,  156) ou de Sparte (en Odyssée, XV,  183). Dans tous les cas, il s’agit d’une ville importante, d’une capitale, nécessairement fortifiée. Quant au dérivé ptol¤eyron, il désigne toujours une ville forte.

Et qu’en est-il de πόλις ? Dans le dossier cité plus haut, R. Lonis (p. 101) note que l’emploi de πόλις n’est pas réservé à des agglomérations importantes : « Cette habitude d’appeler polis toute agglomération de quelque importance… n’est pas rare à l’époque classique. Hérodote et Thucydide y sacrifient volontiers. » L’étude des textes homériques n’infirme pas cette remarque. Pour l’étude de ces textes, dans le même dossier, une aide appréciable nous sera fournie par l’article de E. Lévy (Astu et Polis dans l’Iliade, p. 55-73). C’est bien entendu à πόλις que nous allons nous intéresser. Certes, ce mot est parfois associé à τεῖχος, πύργοι ou πύλαι (note 26, p. 57), ce qui indique qu’il s’agit alors d’une ville forte, comme l’est une πτόλις. Mais, selon E. Lévy, « il n’est pas impossible que polis désigne parfois de simples villages » chez Homère (note 17, p. 56). Et il n’est pas sans intérêt de voir quelles notions peuvent s’associer à ce mot (note 121, p. 65) : en Iliade, XVIII 342, il s’agit de πόλεις fertiles ; en IX, 152 et 294, une πόλις est couverte de vignes ; elle est riche en prairies en IX, 150 et en bétail en IX, 154. Dans le Catalogue des vaisseaux (Iliade II, 561-757) on voit associées à πόλις des vignes (507 et 537), de l’herbe (503 et 697), des fleurs (695), des pommes (605 et 696). Il ne s’agit plus alors de ville forte, mais on est renvoyé à des activités diverses de mise en valeur d’un lieu de vie, ou à des caractéristiques qui le rendent agréable ou fécond. Cela cadre bien, du point de vue sémantique, avec ce que nous avons observé à propos des mots de la famille de *kwel.

Dans le couple πόλις/πτόλις, nous ne sommes pas comme dans le cas du nom de la guerre : πόλεμος/πτόλεμος, où la variation de la forme ne correspond à aucune différence de sens. Dans πόλις/πτόλις, le premier terme nous apparaît comme non marqué, et pourvu de la valeur la plus générale, tandis que le second terme est marqué, réservé à la désignation d’une ville forte. Du fait de cette dissymétrie sémantique, on peut penser que les deux termes ne sont pas de même origine. Alors la difficulté rencontrée à propos de πόλις ne peut être une objection contre notre hypothèse πόλις < *kwol-is, qui sémantiquement, phonétiquement et morphologiquement, nous semble « tenir la route ».

Nous espérons avoir contribué à renouveler la question d’une part en proposant cette hypothèse, d’autre part en disjoignant πόλις de πτόλις. En ce qui concerne ce dernier terme, nous ne lui voyons pas d’explication indo-européenne. Peut-être faut-il y voir un terme de substrat.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

➽➽ VOIR LA SUITE SUR : http://ch.hypotheses.org/1181

Réaction en janvier 2015 de :

Dr. David Mescheloff
———————————-
Thank you for this interesting suggestion.  Please permit me to suggest a different (heretical) etymology, pointing to earlier eastern Mediterranean languages. This is only a preliminary suggestion, which requires further investigation.  Nevertheless, I believe it will prove fruitful. I suggest that the etymology of ΠΟΛΙΣ may be found in the Hebrew Biblical word פלס (peles) and its eastern Mediterranean cognates. Peles is a balance scale, an instrument for measuring weight by balancing one object of unknown weight against an other (or against an object of known, conventionally agreed upon weight), adding to one side or the other until the pans on each side of the scale are at the same height, so the scale is horizontal. Thus in contemporary Hebrew, this is what is called in English a level, an instrument for measuring whether an object or a structure is truly horizontal (as when two items balance on a balance scale).  Thus a ΠΟΛΙΣ was a place of human gathering where a proper (social) balance could be achieved (perhaps a balance of views on the question to be addressed, perhaps a balance of the social « weight » of the public figures gathered there – note that the Hebrew words for « heavy » and « honorable/dignified » come from the same root, kvd). Indeed, initially, perhaps, ΠΟΛΙΣ may have referred to a public gathering where there was agreement about the concrete action of balancing weights and values on a scale, in a conventional fashion, as in the public gathering and weighing described in Genesis 23:16 (in this context, it is interesting to suggest that your suggested etymology of *kwol-is is reminiscent of the earlier eastern Mediterranean שקל, to weigh, cf. ibid.).  About « peles » see Isaiah 40:12, Proverbs 4:26, and ibid 16:11.  It is possible that the three letter root « peles » is a combination of two two-letter roots, « pl » (to think, to expect, to judge) and « ls » (= »sl », to make an elevated road by compressing hard material along the path).  Please email me if you would like more details and/or to pursue this idea further.

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°25)

CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 135, article un)

POULPE-FICTION

(où il sera question de l’étymologie de poulpe & pieuvre)

 

File:Kanne Meeresstil asb 2004 PICT3393.JPG 

 (Poulpes sur vase minoen, musée d’Héraklion, Crète, Wikicommons)

 

 

 

J’AI UN AMI D’ENFANCE qui depuis quelques années tient un restaurant fort sympathique à Marseille du côté de la Madrague de Montredon : “Au bord de l’eau” est son nom. Je me souviens surtout d’y être allé un jour d’automne, avec ma chère et tendre, manger une délicieuse salade de poulpes. C’est un de mes plats préférés. Avec de la coriandre, de l’ail et un peu de citron, j’en raffole.

Je vais donc vous raconter l’histoire du poulpe, qui, vous vous en doutez, est un mot d’origine grecque.

 

Ulysse est un poulpe…

Commençons par le prince des poètes, Homère. Au chant V, (v. 432-435) de l’Odyssée, Ulysse est victime de la colère de Poséidon et se retrouve naufragé et jeté contre les rochers par les flots :

 

Ὡς δ᾽ὅτε πουλύποδος θαλάμης ἐξελκομένοιο

πρὸς κοτυληδονόφιν πυκιναὶ λάιγγες ἔχονται,

ὣς τοῦ πρὸς πέτρῃσι θρασειάων ἀπὸ χειρῶν

ῥινοὶ ἀπέδρυφθεν˙ τὸν δὲ μέγα κῦμα κάλυψεν

“Comme quand on arrache à sa retraite un poulpe

de nombreux cailloux s’accrochent à ses tentacules,

de même, au contact des rochers, des lambeaux

 avaient été arrachés aux mains vaillantes d’Ulysse ; le flot les recouvrit”

 

Ulysse est un poulpe ! Et pas seulement à cause de ses mains qui s’accrochent aux rochers comme des tentacules… Il est aussi polymorphe qu’un poulpe quand on voit à quelles métamorphoses le malheureux est astreint dans le « très-inventif » feuilleton télévisuel actuellement diffusé sur Arte qui n’a de rapport avec Ulysse que le nom.

 Mais revenons à nos poulpes. Le mot des gens de la mer : πουλύπους [poulúpous] avec un ou initial bien ionien, signifie littéralement « nombreux pieds » : c’est en quelque sorte un mille pattes des mers !

 

Bas les poulpes

Le mot est normalisé en prose sous la forme attique πολύπους [polúpous] et s’acclimate à Rome dès les débuts de la langue latine.  On le trouve chez Plaute (env. 254-184 avant J.-C.), dans sa comédie La Marmite : l’avare Euclion a trouvé une marmite pleine d’or, il est donc persuadé que tout le monde en veut à sa marmite, y compris le riche Mégadore qui vient le voir et ne peut être qu’une sorte de pieuvre avide de son or :

« Il convoite mon or, il veut le dévorer (…). Nous connaissons ces poulpes, qu’on ne peut plus arracher, une fois qu’ils se sont pris quelque part ».

Ego istos novi polypos, qui ubi quidquid tetigerunt tenent (v. 198).

On remarquera que le mot est entré accompagné de son sens métaphorique de « ventouse », « pieuvre » et qu’il a pris la forme d’un mot de la seconde déclinaison polypus, polypi. De plus, il a perdu son accent grec [polúpous] et reçu un accent latin qui se porte sur le o, puisque la seconde syllabe est brève.

 

Ne mangez pas de poulpe la nuit des noces !

Dans la langue populaire latine, le y est rendu par le son i, et l’on  prononce le mot [pólipous]. La tendance dans la langue latine tardive à faire disparaître la seconde syllabe non accentuée a conduit aux formes italienne polpo et espagnole pulpo. Dans cette langue, « être un poulpe », ser pulpo, c’est avoir les mains baladeuses. En provençal, le mot devient póupro et l’on se moque des gens de Toulon, nous apprend le Dictionnaire du Félibrige, comme des mange-poulpe, ou manjo-póupro. Il est probable que l’on ait d’abord eu un passage de pólpo à póulpro (puis à póupro) puisque Rabelais, dans son Tiers livre atteste une vieille forme poulpre. En effet, le mot semble emprunté à une vieille forme provençale póulpro avec évolution du o en ou (que l’on voit dans le latin amor devenu en provençal amour), forme qui donne en français de Marseille : pourpre.  Dans le Tiers livre (ch. XIII), Pantagruel conseille à Panurge en matière de repas d’être modéré avant son mariage pour garder toute sa vigueur sexuelle :

« Vous mangerez a soupper non febves, ne lievres, ne 
aultre chair, non Poulpre, (qu’on nomme Polype) non choulx, ne aultres viandes
qui peussent vos espritz animaulx troubler & obfusquer (…) Vous mangerez bonnes poyres Crustumenies, & Ber- 
guamottes, une pomme de Court pendu,
quelques pruneaulx de Tours, quelques cerizes de mon vergier. »

Ici visiblement, poulpre a le sens général de « mollusque » qui s’oppose à chair au sens de « viande ». Panurge devra se contenter de bons fruits ! Avis aux jeunes mariés !

Cette forme de poulpre s’explique par la répétition harmonisante du son liquide l/r (pólpo > póulpro) que l’on trouve aussi, mais en sens inverse, dans trésor (tésoro> trésor). L’influence du mot savant polype donné par Rabelais et tiré du grec a probablement conduit le locuteur français à abandonner ce second son liquide –r de fin de mot.

 

Le poulpe qu’on appelle la pieuvre

Il existe dans le dialecte normand un mot que l’on peut rapprocher de poulpe, c’est puerve, nom féminin qui désigne le même animal et métaphoriquement, une femme insatiable (on se demande bien pourquoi !) En dialecte anglo-normand, on a la pieuvre, mot popularisé en français par Victor Hugo lors de son séjour à Guernesey. Dans les Travailleurs de la Mer (livre IV, ch. II), notre grand écrivain utilise le mot pieuvre au sens de « grand poulpe » : « Ce monstre est celui que les marins appellent poulpe, que la science appelle céphalopode, et que la légende appelle kraken. (…) Dans les îles de la Manche on le nomme la pieuvre. »

Plus loin (livre IV, ch. III), il vous transforme la pêche à la pieuvre en corrida :

 « Pour la pieuvre comme pour le taureau il y a un moment qu’il faut saisir ; c’est l’instant où le taureau baisse le cou, c’est l’instant où la pieuvre avance la tête ; instant rapide. Qui manque ce joint est perdu. »

 Autant expliquer le passage de polypus à poulpe était un jeu d’enfant, autant comprendre comment on en est arrivé à pieuvre est plus délicat… Que le lecteur s’accroche donc de toutes ses tentacules ! Commençons par le plus simple. Prenons l’exemple d’œuvre qui vient du latin ópera : ópera donne *ópra, *úobra puis *úovre, * ẅoevre  et œuvre. On a le même traitement devant –r de la labiale p qui passe à b puis à v  dans pieuvre. On aurait eu pólpa > *popra > *púobra >  *púovre. Le traitement du ó ressemble à celui que l’on trouve dans œuvre : le ó se diphtongue en úo (ópra > úobra) puis le u se prononce quelque chose comme dju (la langue sur le palais) avant, en français, de se transformer en la semi-voyelle (qui est écrite u dans huit), puis de disparaître. En anglo-normand, le son palatal dju serait devenu la semi-voyelle y (écrite i dans pieuvre) : on aurait donc eu l’évolution *púovre > *pdjueuvre > pieuvre. En tout cas le traitement n’est pas surprenant ; prenons le mot de « cuisinier », en latin coquus/cocus d’où viennent notre maître queux, l’anglais cook et l’italien cuoco. Eh bien, on trouve dans une sorte de dictionnaire latin / anglo-normand du XIIIe siècle, l’équivalence cocus : kieu ! Le ó latin est bien devenu ieu en anglo-normand. CQFD.

 

Reste une épineuse question à propos de ces mots transsexuels, si l’on peut dire : comment est-on passé d’un masculin polypus / poulpe au féminin pieuvre ? Première hypothèse, Jean-Victor Vernhes me suggère qu’il se serait passé la même chose qu’avec folia, neutre pluriel de folium et qui a été interprété en français comme un singulier féminin : la feuille. Peut-être que le nom masculin polypus, entendu par des populations se latinisant dans des phrases où on avait l’accusatif polypum (polypum vidi « j’ai vu un poulpe »)  a été pris pour un mot neutre de type templum, d’où serait venu un pluriel neutre *polypa, subissant le même sort que folia… Seconde hypothèse, peut-être qu’il en va aussi de la vision subjective qu’on a du poulpe, qui peut être féminin quand en Normandie, on associe la puerve (la pieuvre) à une « femme méprisable » ( une p… ?), et masculin, dans le Midi, quand on le voit comme un « couillon » ? Ainsi  ces deux vers inoubliables d’un certain R. Serre : « sies trento cinq còup plus couioun / que l’aigo-sau del póuprilhon », ce qui se traduit prosaïquement : « tu es trente-cinq fois plus couillon qu’un petit poulpe en saumure »…  Belle image, non ?

 

Christian Boudignon

Maître de Conférence de langue & littérature grecques

Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM-CPAF (Centre Paul-Albert Février), UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France