Archives par mot-clé : Etymologie

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ « un terme technique d’origine peu claire ». Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba « la coupole, le dôme, le dais… ».

Babylone, ses voitures couvertes, ses « prostituées »

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. « La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques. »

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un « char à voûte » (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de « voûte, arche », et notamment de « voûte en berceau ». Il ne prend apparemment le sens de « pièce, chambre » qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe « chambrer » qui signifie à l’origine « loger dans une même chambre des camarades » puis aujourd’hui « faire ce qu’on fait entre camarades de chambre », c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, « chambre noire », utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : « jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre » ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°33)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 143, mars 2016, article deux)

C’est la zone !

 

Zoniers d'Ivry (1913) (Wikicommons)
Zoniers d’Ivry (1913) (Wikicommons)

 

S’il y a un mot “populaire”, c’est bien ce mot de “zone”. Zone, c’est le lieu où zonent les zonards. Un mot trop “vulgaire” que la “novlangue” du ministère de la prétendue Education nationale a décidé de supprimer de son vocabulaire. La Zone d’Education Prioritaire (ZEP) qui désignait les établissements scolaires difficiles est devenue le Réseau d’Education Prioritaire (REP) ! Heureusement, il y a les écrivains ! Matthias Enard, que j’ai eu le plaisir de connaître en Syrie, et qui est le dernier récipiendaire du prix Goncourt, a écrit un beau livre intitulé : Zone. Il raconte l’histoire d’un franco-croate, ancien soldat dans la dernière guerre de Yougoslavie, devenu fonctionnaire aux Renseignements généraux. Pour lui, la Zone, c’est sa zone d’enquête, le Proche Orient et l’Afrique du Nord, où il collecte des renseignements pour l’Etat français sur toutes les guerres en cours. Chez lui, cette “zone” devient le lieu d’une nouvelle épopée : Beyrouth, Alger en guerre sont de nouvelles Ilion, de nouvelles Troie !

L’épopée chez les zonards ! En même temps, rien d’étonnant, puisque le mot se trouve déjà dans l’Iliade (I, 429), qui chante Thétis, « femme à la belle ceinture » (ἐυζώνοιο γυναικός) venue supplier Zeus de donner la gloire à son fils. Car le mot : ζώνη [zonè] signifie la « ceinture », celle qui était portée par les femmes. Ainsi la première femme que voit Ulysse aux Enfers est Tyro, victime d’une ruse de Poséidon qui prit l’aspect de son amant : « et lui dénoua sa ceinture de vierge et l’endormit » λῦσε δὲ παρθενίην ζώνην, κατὰ δ᾽ ὕπνον ἔχευεν (Odyssée 11, 245). J’admire l’euphémisme ! Quel contraste avec toutes ces scènes X, grossières et maladroites, qui remplissent le dernier roman de Michel Houellebecq ! En un vers : « il lui délia sa ceinture de jeune femme et versa sur elle le sommeil », le tour est joué, si l’on peut dire. Et Poséidon de lui promettre qu’elle produira de splendides enfants !

 

Plus tard, ce ne sont plus les femmes qui portent ceinture mais notre mère la Terre, que nos astronomes découperont en autant de « ceintures » qu’ils voudront. C’est le poète-philosophe « Parménide, qui le premier divisa la terre en cinq zones », apprend-on chez le géographe du Ier siècle, Strabon (Géographie, 2, 2, 2) : τῆς εἰς πέντε ζώνας διαιρέσεως ἀρχηγὸν γενέσθαι Παρμενίδην. La terre est sphérique, et ses cinq « ceintures » sont la zone torride (du côté de l’Equateur), les deux zones tempérées au-delà des tropiques, et les deux zones polaires… Strabon en vient d’ailleurs à accuser le marseillais Pythéas de mensonge parce que Pythéas rétrécissait la zone polaire en étendant la zone tempérée (et habitable !) jusqu’à Thulè (sise au 66e parallèle nord, au niveau de l’Islande). Car pour Strabon (Géographie, 2, 5, 8), « les habitants [d’Irlande] complétement sauvages mènent déjà la vie la plus misérable à cause du froid » : on ne pouvait donc habiter plus au nord ! Notre explorateur marseillais a dû se retourner dans sa tombe !

 

Le bon Virgile quand il reprend dans ses Géorgiques (I, 233) la théorie des cinq zonae décrit les zones polaires comme « bleutées, prises par les glaces et les noires pluies » caerulae, glacie concretae atque imbribus atris. Mais le latin conserve aussi le sens de « ceinture », puisqu’il invente la zonula, ou la « petite ceinture » que défont les vierges au plus beau jour de leur vie. Ainsi dans cet poème de Catulle (61,53) au dieu du mariage, Hymen : « pour toi les vierges dénouent leur ceinture et ouvrent leur poitrine» tibi virgines
 zonula solvunt sinus.

 

On trouve le double sens géographique et concret en vieux français, mais il semble que dans les deux cas, ce soit des emprunts savants au latin. Revenons aux belles ceintures des femmes. Le poète champenois du XIVe siècle, Eustache Deschamps (Les miroirs du mariage, v. 5931-5934) cite le prophète Isaïe (3,24) qui s’en prend au luxe des femmes : « Au lieu de parfum, ce sera la pourriture ; au lieu de ceinture, une corde ; au lieu de savantes tresses, la tête chauve ». Ce que Deschamps avec une délectation misogyne intense :

« Pour la belle zone averont

Or funicle et s’en couverront. »

(Elles auront pour belle ceinture / Désormais une corde et elles s’en pareront)

Cette zone au sens de « ceinture » eut ses dérivés. Les « zonaires » étaient les coupeurs de bourses (portées à la ceinture) et les « zoniers », les fabricants de ceinture ! Deux métiers en symbiose ! Mais c’est le sens géographique de zone qui triompha.

Du sens de zone climatique, on passa par un rétrécissement qui aurait fait fulminer Strabon, au sens de « région, contrée », et même par une réduction encore plus grande au sens d’ « espace » assez petit, comme la « zone militaire fortifiée » autour de Paris, sorte de terrain vague autour des anciennes fortifications, habité par les pauvres gens au début du XXe siècle. De là vient l’expression : « c’est la zone ! ».

Heureusement les poètes sont là ! Apollinaire la transfigure dans le célèbre poème du même nom, cette ode à la modernité qui commence par le rejet de l’académisme poétique : « A la fin tu es las de ce monde ancien / Bergère ô Tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin / Tu en as assez de vivre dans l’antiquité grecque et romaine. » Il évoque sur la fin la « zone » en deux vers presque alexandrins, comme si la misère méritait au moins ça : « Tu es debout devant le zinc d’un bar crapuleux
/ Tu prends un café à deux sous parmi les malheureux », avec cette étrange schizophrénie de l’alcoolique qui s’adresse à lui-même comme à un double : « Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie /
Ta vie que tu bois comme une eau-de-vie », avant de sombrer dans le délire : « Adieu Adieu / Soleil cou coupé ». Ainsi finissent ceux qui en ont assez de vivre dans l’antiquité grecque et romaine !

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec à l’Université d’Aix-Marseille

Christian Boudignon « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n° 31)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article huit)

“Comme un aimant”

(où il sera question de l’étymologie de  diamant et aimant)

 

“Je suis de ceux qui traînent tard

à squatter les bancs

tel le fer et l’aimant.”

Les chiens de paille

 

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de diamants de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons). 

Longtemps j’ai cru comme tout le monde que le mot aimant venait de la comparaison de sa force d’attraction avec l’amour. Quoi de plus beau d’ailleurs, quoi de plus parlant que ce magnétisme évocateur. Et pourtant, chose surprenante, ce ne sont pas des aimants qu’on offre à sa belle mais bien des diamants ! J’aurais bien vu pourtant une bague aimantée aux doigts d’une belle qui attirerait l’anneau de fer de son amant. Peut-être d’ailleurs exista-t-elle jadis. Le poète alexandrin Posidippe dont Yannick Durbec vient de publier une superbe traduction, décrit dans une épigramme une pierre merveilleuse qui “d’un côté attire le fer qui lui fait face / comme un aimant (μάγνης οἷα λίθος) ; de l’autre, le repousse / provoquant un effet contraire.”

Aimant et diamant viennent du même mot

Le mot aimant vient du grec ancien où il désigne alors tout autre chose que l’aimant. “Aimant” se dit en grec : μάγνης λίθος [magnès lithos ] “pierre de Magnésie”. De là vient le magnétisme qui n’est rien d’autre que la force d’un aimant. En fait aimant et diamant viennent du même mot grec ἀδάμας [adámas], « terme magique puis technique tiré de δάμνημι»[1], verbe qui signifie «dompter». L’ἀ-δάμας [a-dámas], avec son a- privatif, c’est littéralement l’ “in-domptable”.

Ainsi Hésiode, dans les Travaux et les jours (v.145-148) décrit les races des hommes. La première est d’or, la seconde d’argent, la troisième de bronze et la quatrième de fer. La race de bronze ne s’interesse qu’à la guerre :

οἷσιν Ἄρηος

ἔργ᾽ ἔμελεν στονόεντα καὶ ὕβριες: οὐδέ τι σῖτον

ἤσθιον, ἀλλ᾽ ἀδάμαντος ἔχον κρατερόφρονα θυμόν,

ἄπλαστοι.

«  Ceux-là ne songeaient qu’aux travaux gémissants d’Arès et aux actes de violence. Ils ne mangeaient pas non plus de pain, mais, inflexibles, ils avaient en eux un cœur d’acier, ferme dans ses pensées… »

Cette description des soldats cuirassés de bronze, intrépides et insensibles dans les combats, incapables de sentir la faim, est bien loin du romantisme que nous évoquions tout à l’heure, encore que le prestige de l’uniforme (de bronze) et l’intrépidité héroïque se fraient facilement leur chemin dans le cœur de certaines donzelles.Le mot désigne ici un métal indomptable, le « fer le plus dur », ce que nous avons traduit par acier.

 

Une pierre indomptable

Le mot en vient très vite à désigner également une pierre indomptable, en l’occurrence le diamant. C’est ce que nous dit Pline l’Ancien, dans le dernier livre de son Histoire naturelle (XXXVII, ch. XV, § 57) :

« L’essai de tous ces diamants se fait sur l’enclume; et ils résistent si bien aux coups, que le fer rebondit et que l’enclume même se fend. En effet, la dureté en est incroyable : de plus, ils triomphent de l’action du feu et ne s’échauffent jamais ; c’est cette force ‘indomptable’ (adamas) qui leur a fait donner le nom qu’ils portent en grec. » (trad. Littré)

Mais, et c’est là le début de l’embrouille, l’aimant n’aime pas le diamant. Pline rapporte en effet un peu plus loin (ibidem, § 61) :

« Le diamant a une si grande antipathie pour l’aimant (adamas dissidet cum magnete lapide), que mis auprès il ne lui permet pas d’attirer le fer, ou bien si l’aimant a déjà attiré le métal, le diamant saisit le fer et le lui enlève. »(trad. Littré)

 

Le diamant incestueux de Bérénice

Le mot latin adámas se trouve aussi sous la forme populaire adamans comme on le lit dans les Satires de Juvénal (6, 156-158) où il est question du diamant qui ornait le doigt de la reine de Judée, Bérénice, cadeau “incestueux”, insinue le perfide poète, de son frère Agrippa :

adamans notissimus et Beronices

in digito factus pretiosior: hunc dedit olim

barbarus incestae, dedit hunc Agrippa sorori.

« … un diamant très célèbre et devenu encore plus précieux au doigt de Bérénice : un barbare l’avait donné à son frère Agrippa, l’incestueux le donna à sa sœur. »

On a donc un doublet, une forme savante, prononcée à la grecque, qui garde son accent sur le second a : adámas, une forme populaire, qui selon toute probabilité a pris un accent latin, sur le premier a : ádamans.

A l’accusatif, le mot fait de toute façon : adamántem et il s’est maintenu tel quel jusqu’au IIe siècle dans le latin vulgaire. En effet, cette forme s’est gardée en sarde (dialecte logudorais) : adamante, et en roumain : adamánt où il est la forme populaire correspondant à diamánt.

 

D’où vient le dia de diamant ?

Après le deuxième siècle les deux formes ont évolué séparément dans le latin vulgaire : la première forme adámas a perdu son a initial et est devenue *dámas. On a déjà vu un tel phénomène avec boutique qui vient d’(a)pothêkê avec chute du a initial non accentué.

Cette première forme *dámas a encore évolué en *diámas. Les raisons de cette évolution sont obscures : on suggère en général l’influence de la préposition grecque διά [dia]… mais on est bien avare d’explication ! Précisons comment cela a pu se passer. On doit évoquer les mots latins empruntés au grec où en fait le dia marquait la composition d’un produit médicinal. Par exemple le diameliton était en fait un onguent à base de miel, le diamirton une décoction à base de myrte, le diamoron un sirop de mûres sauvages, etc. On a sans doute voulu inconsciemment imiter cette construction grecque qui fait chic. On trouve ainsi depuis Pétrarque, la forme italienne caractéristique dïaspro pour dire le «jaspe» et celle de diamante pour une pierre très dure, notre «diamant». En français, la forme dyamant passe étrangement au féminin diamande en anglo-normand, et de là, à l’anglais diamond.

 

D’où vient le  d’aimant ?

La seconde forme ádamans , elle, a vu son second a, bref, se fermer en i comme cela arrive par exemple dans le mot français : baume qui vient de βάλσαμον / bálsamum devenu *báls(i)mum, ancêtre de l’italien populaire bálsimo. Cette seconde forme ádamans est donc devenue *ádimans (accusatif : *adimántem). Dans le dictionnaire Provençal-français de S.J. Honnorat, Digne, 1846, nous trouvons le mot provençal : aziman « diamant, aimant » qui nous permet de bien reconstituer cette forme primitive : *adimántem. Aziman viendrait en effet d’une première transformation du d en dj devant le –i puis d’une seconde transformation en z : *adimántem > *adjimánt > *azimán. En ancien français, par contre, d se serait assimilé à un y avant de disparaître comme dans le latin gaudia > joie où le d s’évanouit ; on aurait eu : *adimántem > *ayyimánt > aÿmánt > aimant

En français, on trouve une variante, aÿmant qui deviendra aimant qui a le sens originellement de “diamant”. Au Moyen-Age, on connaît ainsi le proverbe “A trop poindre faut l’aimant”, ce qui signifie que “le diamant s’émousse à force de couper”. Mais au XIVe siècle le mot a évolué, on parle d’aymans qui “arrête”, qui fixe le fer.

 

 Plus dure qu’un dyamant / Ne que pierre d’aÿmant

Guillaume de Machaut, en 1377, écrit un superbe poème où il reproche à sa belle de le tuer (de l’occire : « vous qui m’occiez ») en lui refusant (« désirant ») son amour (son « amitié »). On notera la subtilité de la rime qui associe dyamant, aÿmant, amant et désirant :

« Plus dure qu’un dyamant

Ne que pierre d’aÿmant

Est vo durté,

Dame, qui n’avez pité

De vostre amant

Qu’ociés en desirant

Vostre amitié. »

Ainsi en va-t-il de l’amour qui hésite entre les feux de la passion et la dureté du diamant.

Dyamant et aÿmant sont associés au titre de pierre dure. La distinction se fait peu à peu : pour Guillaume de Machaut, le dyamant et la pierre d’aÿmant sont deux choses différentes. Les deux variantes en viennent à se spécialiser selon une loi linguistique définie par Benvéniste pour qui les doublets ont toujours tendance à se distinguer. Ainsi pâtre et pasteur désignent chacun un métier différent alors qu’ils viennent à l’origine tous les deux de pástorem : “berger”. De la même façon, diamant en est venu à signifier la pierre précieuse, tandis qu’aimant a pris le sens de matériau qui attire le fer. Et tandis que les belles aiment les diamants, elles dédaignent les aimants !

 

Christian Boudignon.

[1] Chantraine, Dictionnaire Etymologique de la langue grecque, Paris, 19992, p. 18

Christian Boudignon : vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 30)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 140, mars 2015, article trois)

Comment déclarer sa flemme ?

(où il sera question de l’étymologie de flemme)

“Mais il me faut un bon lit, une bonne table, un vêtement chaud en hiver, un vêtement frais en été, du repos, de l’argent et beaucoup d’autres choses que je préfère d’acquérir par la bienveillance, plutôt que de les acquérir par le travail.”

Diderot, Le neveu de Rameau

 

Gaston Lagaffe, Franquin
Gaston Lagaffe, Franquin

 

D’abord, il faut être bref et économiser ses mots. Ensuite il faut accepter, lorsqu’on avoue sa flemme, de passer dans un premier temps pour un paresseux, un tire-au-flanc, ou pire encore un “Corse” (injuste reproche fait sans aucun fondement à des gens admirables) alors que lorsque les Anglais montrent leur flegme, on leur trouve je ne sais quel sang-froid, —injuste admiration là encore sans aucun fondement !

Il s’agit pourtant du même mot : le mot masculin flegme (ou phlegme) est un réaménagement savant de la Renaissance du vieux mot français fleume ou flume, tandis que le mot féminin flemme est un emprunt fait à la fin du XVIIIe siècle à l’italien flemma. Cela remonte à la vieille théorie empruntée à la médecine grecque antique des humeurs : la bile (la colère en fait), le sang, le fleume ou flegme et la mélancolie. A ces quatre humeurs étaient associés des caractères : le colérique, le sanguin, le flegmatique, et le mélancolique. Le mot n’est que la reprise du latin phlegma emprunté au grec φλέγμα [phlégma] qui désigne, semble-t-il, un liquide lymphatique que le cerveau aurait produit… Le mot grec veut dire à l’origine « inflammation », comme si ce liquide était produit d’une inflammation.

On trouve une anecdote surprenante rapportée par Hérodote dans son Enquête (4, 187, 2-3)  sur un traitement que les nomades Libyens faisaient subir à leurs enfants :

τῶν παιδίων τῶν σφετέρων, ἐπεὰν τετραέτεα γένηται, οἴσπῃ προβάτων καίουσι τὰς ἐν τῇσι κορυφῇσι φλέβας, μετεξέτεροι δὲ αὐτῶν τὰς ἐν τοῖσι κροτάφοισι, τοῦδε εἵνεκα ὡς μή σφεας ἐς τὸν πάντα χρόνον καταρρέον φλέγμα ἐκ τῆς κεφαλῆς δηλέηται. [3] Καὶ διὰ τοῦτο σφέας λέγουσι εἶναι ὑγιηροτάτους·

« Quand les enfants atteignent l’âge de quatre ans, ils leur brûlent les veines du crâne, parfois celles des tempes avec une mêche de laine non dessuintée, dans l’intention de leur éviter à l’avenir le phlegme qui découle de la tête, et cela leur assure, prétendent-ils, une santé parfaite. » (trad. A. Barguet)

Je vous laisse le soin de décider si vous appliquerez ce procédé sur vos enfants !

C’est là chez Hérodote sans doute la première attestation du phlegme dans son sens médical, au Ve siècle avant J.-C. Le mot est passé en latin médical au IVe siècle après J.-C., et a dû être prononcé par le peuple avec un : [flégma]. En italien, le g s’est assimilé au m et a donné flemma. Le mot, neutre en grec et en latin, est passé au féminin à cause du –a final, senti comme une marque du féminin. En italien, le terme désigne le flegme, la placidité ou l’indolence, qui peut aller jusqu’à la paresse. En empruntant le mot, le français a progressivement spécialisé ce vocable au cours du XIXe siècle au sens de « paresse » : était-ce par un certain sentiment de condescendance vis-à-vis des Italiens et des méridionaux jugés paresseux, par une secrète admiration de leur droit au farniente ou pour une autre raison ? Je vous laisse juger.

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien à l’Université d’Aix-Marseille.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 29)

« Rue des boutiques obscures »

(où il sera question de l’étymologie de boutique & bodega)

  Chronique linguistique des mots grecs du français populaire ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article quatre)✮✮✮

 

Rue des boutiques obscures, à Rome.
Rue des boutiques obscures, à Rome.

 

On ne peut que se réjouir de la gloire qui soudain frappe Patrick Modiano avec ce prix Nobel de littérature. Le titre de l’un de ses romans m’a frappé : Rue des boutiques obscures. Il s’agit en fait de la Via delle botteghe scure à Rome. Le nom de cette petite rue m’a toujours fait rêver, avec son parfum très médiéval… J’imaginais des échoppes sombres avec des artisans qui travaillent dans la pénombre. Je voyageais dans le temps.

 Et si le lecteur le veut bien, je l’inviterai au voyage.

 

Invitation au voyage

Il était une fois l’Orient. Le jour se lève. Nous sommes au IVe siècle après J.C. en Asie mineure, c’est-à-dire en Turquie actuelle. Plus précisément à Nysse, une bourgade de Cappadoce.

Le jour se lève, et les commerçants se précipitent pour aller dans le souk, ou plutôt, pour le dire en grec, dans l’ἐμπόριον [empórion]. L’appât du gain ! proteste l’évêque de l’époque, Grégoire de Nysse dans ses sermons sur le Notre Père. A l’aube, messieurs les commerçants, vous ne mettez pas tant d’énergie à prier, écrivait Grégoire de Nysse en substance, qu’à ouvrir votre entrepôt, ou pour le dire en grec, votre ἀποθήκη [apothêkê].

Cela rappelle une parabole de l’évangile à propos d’un gentleman farmer dont les propriétés agricoles sont florissantes : la récolte est tellement abondante qu’il n’a plus où l’engranger ! Que faire ? se demande-t-il. Καθελῶ μου τὰς ἀποθήκας καὶ μείζονας οἰκοδομήσω «Je détruirai mes granges et j’en construirai de plus grandes» (Luc 12,18). L’appât du gain, toujours ! Manque de chance, Dieu vient réclamer son âme à notre heureux propriétaire, cette nuit même.

En fait, le terme ἀποθήκη [apothêkê] veut dire tout simplement dépôt. La seconde partie du mot : -θήκη [thêkê] vient du verbe τίθημι ἔθηκα : «je pose», comme la βιβλιοθήκη [bibliothêkê] est un dépôt de livres. Le préfixe ἀπο- [apo] marque l’éloignement consistant à -poser à l’écart quelque chose.

 

Un dépôt de livre

 Grange, entrepôt, dépôt, on peut hésiter sur la traduction du mot. Dans un pamphlet, Lucien de Samosate, au IIe siècle après J.C., s’en prend à un ignorant qui achète des livres. L’idiot en question achète des livres parce qu’il croit, par son seul achat, pouvoir posséder ce savoir que détiennent les dépôts eux-mêmes de livres, c’est-à-dire les librairies : fétichisme consumériste très moderne (§ 5) :

τίνος οὖν ἀγαθοῦ ὠνῇ ταῦτα, εἰ μὴ καὶ τὰς ἀποθήκας αὐτὰς τῶν βιβλίων ἡγῇ πεπαιδεῦσθαι τοσαῦτα περιεχούσας παλαιῶν ἀνδρῶν συγγράμματα;

« A quoi bon achètes-tu ces (livres), sinon parce que tu penses que ces dépôts eux-mêmes de livres sont fort instruits puisqu’ils contiennent tant de traités des anciens ? » 

Il s’agit bien dans le contexte de librairie (et non de bibliothèque qui se dit βιβλιοθήκη) : il est question juste avant, au paragraphe 4, de grossistes de livres (ἐμπόροις) et de détaillants de livres (βιβλιοκαπήλοις). Il s’agit donc bien d’achat et de vente. On peut donc se demander si les commerçants du petit matin que blâme notre Grégoire de Nysse n’ouvrent pas leur échoppe, tout simplement, plutôt que leur entrepôt. Car dans le commerce de détail, le magasin est à la fois lieu de dépôt et lieu de vente. 

On remarquera à ce propos que le mot français magasin vient de l’arabe makhzan qui signifie littéralement entrepôt, du verbe khazana « stocker ». On aurait donc la même évolution de sens d’ « entrepôt » à « échoppe » dans deux cas parallèles : ἀποθήκη [apothêkê] et  magasin.

 

Pharmacie et cabaret

Le mot est passé au latin dès Cicéron, au Ier siècle avant J.C., sous la forme apothéca, avec le sens de « grange, grenier, cave, cellier… ». Bref, pas de changement notable, sauf peut–être un, une spécialisation qui va lentement émerger. L’homme qui était préposé à l’apothéca, était l’apothecarius. Le mot donnera en français l’apothicaire, c’est-à-dire celui qui à l’origine garde le dépôt des plantes médicinales à partir desquelles on fait un médicament. Mais, en français, le mot désigne « celuy dont la profession est de preparer les drogues pour la guerison des malades» comme le dit le premier dictionnaire de l’Académie française (1694). Et il cite une expression du temps : « Faire de son corps une boutique d’Apothicaire, pour dire, Prendre trop de remedes. » On ne s’étonnera pas que le mot apothéca se soit spécialisé dans le sens de « pharmacie » quand on connaît la tendance du corps médical  à chérir la langue d’Hippocrate et de Galien. Aujourd’hui encore, l’Apotheke en allemand signifie la « pharmacie ».

En espagnol, on dit cela : botica, « la boutique d’Apothicaire » pour reprendre les mots du dictionnaire précédent. Et on a un autre mot pour désigner un débit de boisson. C’est la bodega. Et cela deviendra chez les Négresses vertes une sorte d’équivalent de Dionysos dans la fameuse chanson « Sous le soleil de Bodega ». Evidemment, on a plus envie de chanter sous le soleil de Cabaret, que sous la pluie de Pharmacie. Mais cette personnification de Bodega, je l’avoue, je suis bluffé ! Dionysos les a inspirés, c’est sûr. Restons dans cette ambiance espagnole sans chercher tout de suite à expliquer le mot boutique du français.

 

Première difficulté : la chute du a initial.

Les deux mots botica et bodega forment un doublet, comme pâtre et pasteur en français, issus tous deux du latin : pastore(m) « berger ». Botíca et bodéga supposent que l’on a confondu le a- initial avec celui de l’article, quand il est apparu à la fin de l’Antiquité : illa apothéca est devenu (il)la *pothéca. Le même phénomène explique que l’on parle de l’arène en français («Galamment de l’arène à la tour Magne à Nîmes… ») tandis que l’on dit en italien la rena (qui signifie « le sable »). Jusque là rien que de banal.

 

Deuxième difficulté : le passage de p- à b-

Les choses se corsent un peu pour expliquer le passage de *pothéca à *bothéca. Frédérique Biville dans son livre Les emprunts du latin au grec, une approche phonétique, Louvain, 1990-1995, suppose ici l’influence d’un parler grec d’Italie du sud, peut-être de Tarente. Nous avons déjà rencontré ce phénomène avec la pyxis « la boîte » qui devait être prononcée [búxis][1] (comme nous l’avions expliqué dans le Lychnos n° 115, avril 2008, p. 74) ou avec Pyrrhus qui était dit Burrus.

Dans ce cas, il faut supposer que la chute du a- initial d’apothéca aurait eu lieu en grec. Or primo cela n’a pas laissé de trace en grec, on ne connaît pas de forme ποθήκη à ma connaissance. Secundo, en grec l’article est ἡ [ê] ou [i] et c’est plutôt un η initial qui a tendance à tomber, comme dans ἡμέρα [hêméra] qui devient μέρα [méra] dans l’expression καλὴ μέρα prononcée aujourd’hui [kalí méra] « bon jour ».

Il me semble plus simple de supposer qu’on a en latin tardif à la fois la disparition de l’a- initial et la transformation de p en b, comme on l’a déjà rencontré pour epíscopus « évêque »  qui devient obispo en espagnol et bishop en anglais avec chute du e- initial et sonorisation du p- en b- (voir Lychnos n° 120, juillet 2009, p. 31).

 

Troisième difficulté : le passage du e  au i

Cela se complique encore. Lecteur, fais une pause ici. On atteint le niveau expert… Voilà maintenant l’énigme : comment expliquer le i de botica en face du e de bodega ? Ajoutons que la boutico du provençal est exactement semblable à la botica espagnole. Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, tome II, p. 34-35 suppose que c’est l’influence grecque où le η était déjà prononcé [i].  Il faudrait donc supposer qu’on a eu une réaction savante qui a lutté pour prononcer le mot apothéca à la grecque : apothíca. Cette réaction aurait réussi à créer des doublets pas seulement en espagnol mais aussi dans les dialectes italiens : bottegha, bodiga, buttiga. Sur le même modèle tapis en français vient d’une réinterprétation à la grecque de ταπήτιον prononcé [tapition] alors que le mot latin tapetum a été emprunté à une époque où l’on pronoçait ce mot [tapition] et a donné l’italien tappete.

J’avoue que je ne comprends pas bien, si ce phénomène s’est produit ainsi, pourquoi l’on n’est pas carrément revenu à une forme grecque apothica.

Ne serait-il pas plus simple d’imaginer l’influence d’un mot très proche de botíca à savoir *buttícula qui a donné le français bouteille et l’italien bottiglia, l’anglais bottle etc.? De là viendrait tout simplement le i  de boutico,  botica ou buttiga… Si l’on accepte cela, la troisième difficulté est résolue.

 

Sur la taie de l’oreiller

Finissons maintenant en beauté par le français. Si le mot latin avait suivi son cours naturel dans le parler du Nord de la Gaule, on aurait dû avoir **boutaie au lieu de boutique. Posons mollement notre tête sur la taie de l’oreiller et réfléchissons. Du latin theca est issu le français taie. Le terme vient  à l’origine du grec θήκη [thêkê] « boîte, coffre ». Et le mot latin qui en est issu : théca prononcé populairement [téca] a donné lieu en dans le parler bas-latin du Nord de la Gaule à une diphtongue *teica.

A partir de la fin du IVe siècle le –c- intervocalique se sonorise en –g-. La consonne disparaît même après le Ve siècle : *teia. Le –a final laisse place à un -e (avant de disparaître) : teie. Le mot ensuite s’orthographie en toie puis en taie. Or on n’a pas en français **boutaie mais boutique.

Donc le mot est emprunté. A qui ? au provençal boutico où le o final est en fait relativement affaibli et équivaut au e  muet du français. Quant au ou, il est habituel : qu’on pense à la corona. Je parle de la couronne, pas de la bière. En français comme dans le provençal couronno, le o  se ferme en ou.  Boutico  est donc bien le produit en provençal de la forme botíca. En fait la première attestation en français a la forme de bouticle. Le mot désigne aussi bien selon Du Cange, Dictionnaire françois…, Niort, 1829 une « boutique » (en fait un étal de vendeur) qu’« un lieu de débauche » (sans doute un cabaret…) : déjà, voyez-vous, j’en suis sûr, sévissait le dieu Bodega !

Christian Boudignon

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 

 

 


[1] En transcription phonétique, u note le son ou du français et y le son u du français.

Sambuque, par Jean-Claude Rolland

SAMBUQUE

Où il sera question du sureau, d’instruments de musique,

d’une machine de guerre, de sabots, et de selles d’amazones[1]

 

 ETYMOLOGIE  ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article deux) ✭✭✭

 

La sambuca, un alcool de sureau italien (Wikicommons)
La sambuca, un alcool à base de fleurs de sureau italien (Wikicommons)

Une certaine confusion règne chez les lexicographes et étymologistes autour du mot sambuque. C’est ainsi que Le Petit Robert (1972) écrit sans sourciller que le mot est issu de sambuca « sorte de flûte », du latin sambuca, du grec σαμβύκη [sambúkê], et que la première acception du mot est « instrument de musique à cordes pincées, sorte de harpe en usage dans la Grèce antique » ! L’instrument à vent, au fil du temps, se serait donc métamorphosé en un instrument à cordes ! Quant au Dictionnaire historique de la langue française (Robert, 1992), dans l’article consacré à ce mot, il ajoute la forme sambue et le sens de «housse de selle » ! Trois sens aussi distants les uns des autres pour une même forme sont pourtant, en général, un indice fort d’une homonymie précédée d’une paronymie. Nous allons le vérifier assez facilement pour les deux premiers.

Et d’abord, quel est le genre de ce mot, masculin ou féminin ? De tous les ouvrages consultés, le Dictionnaire de l’armée de terre ou recherches historiques sur l’art et les usages militaires des anciens et des modernes, par les généraux Etienne Alexandre Bardin et Oudinot de Regio, Volume 8, p. 4774, est le seul à établir clairement la différence entre les deux homonymes : cet ouvrage distingue en effet entre LA sambuque, qui désigne aussi bien la harpe que la machine de guerre qui en a la forme, et LE sambuque, qui désigne le sureau et la flûte. Il suffisait de respecter les genres des étymons latins.[2]

I. Le sureau et la flûte (ou le sambuque)

Oui, le nom masculin sambuque – qu’il aurait mieux valu continuer d’écrire sambuc comme on le faisait encore en moyen français – désigne effectivement le sureau, tout comme son étymon latin sabūcus ou sambūcus « sureau ». Voyons ce qu’en dit Littré :

Le latin est sambucus, donnant le provençal sambuc, le portugais sabugo et l’italien sambuco. Mais à côté est sabucus, qui a donné régulièrement l’ancien français seü. Les patois y concordent : Berry, seû, seue, suis, suyau ; wallon, sawe, sawon, sahon ; namurois seusse ; picard, séu ; poitou, seu ; génevois saü, saiu ; vaudois, suau, sahu, sau ; Franche-Comté, saivu, seu ; normand et Maine, seur. Comment les patois ont-ils de seu fait seur, par l’addition d’une r, on ne le sait ; mais le fait est là. De seur il a été facile de passer au diminutif sureau ; on y a passé dès le XIVe siècle.[3]

Dans le bois de sureau, on a taillé une flûte, appelée le sambuc ou sambuque en français, la sambuca en provençal. À partir des fleurs de sureau on fait toujours en Italie une liqueur appelée sambuca [dont on voit une bouteille dans la première illustration]. Et comme on pourra le vérifier dans l’ouvrage d’André Pégorier, Les noms de lieux en France, 2006, p. 417, le mot perdure en toponymie sous de très nombreuses formes selon les régions, dont celles vues plus haut données par Littré.

Mais d’où vient donc le latin sa(m)būcus ? Ernout et Meillet, dans leur Dictionnaire étymologique de la langue latine, l’ignorent et se contentent d’un laconique : «Sans correspondant, sauf peut-être le dace σεβα [seba] .»

Notre hypothèse personnelle est qu’il vaudrait la peine d’envisager la piste persane, compte tenu du pehlevi zanbak, zambag et du persan zambak, “huile de jasmin ;“flûte, tuyau”, qui a donné l’arabe zanbaq ou zanbiq (prononcé zambak ou zambik), “lys, iris ; tulipier”[4].

II. La harpe et le sabot (ou la sambuque σαμβύκη)

Qu’en est-il du nom féminin sambuque ? Ici les choses sont beaucoup plus claires et il y a peu à redire à l’article du Trésor de la Langue Française qui lui est consacré, sauf qu’on est en droit de s’étonner de l’ordre des acceptions :

A (Art militaire) Machine de guerre en forme de grande échelle mobile surmontée d’une plate-forme,utilisée pour faire le siège des fortifications, des châteaux forts. Ex. On avança les échelles de corde, les échelles droites et les sambuques, c’est-à-dire deux mâts d’où s’abaissaient, par des palans, une série de bambous que terminait un pont mobile. (Flaubert, Salammbô)

B (Musique) Petite harpe triangulaire à quatre ou cinq cordes, produisant un son aigu.

On se serait attendu, en conformité avec l’étymologie, à voir logiquement apparaître d’abord l’instrument de musique, puis la machine de guerre. En effet, aussi bien le grec σαμβύκη [sambúkê] que sa forme latinisée sambuca ont tous deux d’abord désigné un instrument de musique, une sorte de harpe triangulaire, avant de désigner une machine de guerre qui lui ressemblait, comme on peut en juger par les illustrations ci-dessous :

 

harpe antique
harpe antique

 

Machine de guerre appelée sambuque.
Machine de guerre appelée sambuque.

En ce qui concerne l’origine du mot grec, « emprunt oriental certain, dit Chantraine dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, mais dont l’origine est inconnue. »

Notre hypothèse personnelle, précédée de deux nouvelles illustrations :

sabot d'enrayage
sabot d’enrayage

 

sabot de cheval
sabot de cheval

L’illustration du haut représente un sabot d’enrayage, outil de «cheminot », et celle du bas, la partie frontale du sabot d’un équidé. On aura compris où nous voulons en venir : oui, il nous semble légitime, pour cette raison d’analogie de forme, de rapprocher le grec σαμβύκη [sambúkê] du persan sumbuk, “sabot de cheval”, lequel est issu du pehlevi sumb, “ongle, sabot des quadrupèdes”, apparenté à l’avestique safa, au sanskrit saphah, à l’anglais hoof, qui tous remontent à la racine indo-européenne *kapho-, “sabot de quadrupède”. L’emprunt s’est probablement fait indirectement, par l’intermédiaire de l’araméen sabbekha, nom d’un instrument à cordes (Bible, Daniel, III, 5, 7, 10).

Il serait ici hors sujet d’aborder le problème de l’étymologie du mot sabot lui- même qui, après avoir déjà fait couler beaucoup d’encre, n’est toujours pas résolu. Nous nous permettrons néanmoins, sans autre commentaire, d’attirer l’attention sur la ressemblance morphosémantique troublante entre sabot et la petite liste de mots donnée dans le paragraphe précédent.

 

III. La selle de cheval de Madame (ou la sambue).

Reste à élucider l’origine de cette forme sambue, «couverture de cheval; selle de femme» à laquelle Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXème au XVème siècle, Paris, 1880-1895, consacre un assez long article, qu’il complète par une petite notice sur un homonyme utilisé –suite à une évidente attraction paronymique – avec le sens de sambuque, (ce qui est bien différent de dire, comme on peut le lire dans le Dictionnaire historique de la langue française, que le mot sambuque a eu le sens de “housse de selle”). Quoi qu’il en soit, le mot a disparu des dictionnaires usuels contemporains mais il reste vivant en tant que terme d’équitation historique, comme on s’en convaincra en le tapant dans un moteur de recherche.

selle de dame (médiévale) ou sambue
selle de dame (médiévale) ou sambue

Notre hypothèse personnelle : nous ne savons pas encore quel mot arabe a pu servir d’intermédiaire entre l’Orient et l’Occident, mais nous pouvons légitimement rapprocher sambue d’un autre mot persan, zīn-pōš, «couverture de selle», où zīn =selle, et pōš =couverture (cf. babouche «couverture du pied » et tarbouche «couverture de la tête). Le mot –qui devait normalement se prononcer zīmpōš –a très bien pu être emprunté par l’arabe sous la forme *sambūš. Des correspondants germaniques de sambue, à savoir sambuoh, sambiih, sambuch, accréditent, semble-t-il, notre hypothèse. Comment ce mot arabe, que l’espagnol et l’italien ignorent, est-il parvenu jusqu’en Europe ? Nous ne serions pas autrement étonné que les Croisés français et allemands l’aient rapporté, probablement avec quelques autres, de leurs fameuses expéditions moyen-orientales.

Jean-Claude Rolland


[1] Remerciements, pour leurs contributions, à Philippe Zimmermann, Hervé Barrier et Didier Bertrand.

[2] Voir dans le dictionnaire latin de F. Gaffiot, les articles sambuca et sambucus.

[3] Merci à Michel Masson de nous permettre d’ajouter à cette liste le mot seuillon, courant dans son enfance en Champagne (Forêt d’Othe).

[4] Il est notoire qu’avant Linné, en passant d’une langue à une autre, les mêmes termes de botanique ou de zoologie ont le plus souvent désigné des espèces différentes.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°28)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article sept)

 

Réflexions intempestives sur le clitoris

(où il sera question de l’étymologie de clitoris)

 

« Luisant comme un bijou sur le torse d’un dieu »

Pierre Louÿs, La femme (1889-1891)

 

Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)
Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)

 

Le censeur pornographe

Je le sens, on va me dire que je cède à la pornographie ambiante. C’est un vieux reproche que déjà se jetaient à la figure les sophistes du Banquet des sages (13, 567b) d’Athénée de Naucratis (IIe / IIIe s. ap. J.-C.): οὐκ ἂν ἁμάρτοι δέ τίς σε καὶ πορνογράφον καλῶν « on ne se tromperait pas en t’appelant pornographe »

Je répondrai en ces termes. D’abord, il faut se réjouir de cette insulte, parce qu’elle est bien grecque. Elle signifie littéralement “peintre de p…” De ce reproche sont sortis le mot de pornographie et tout un genre littéraire puis cinématographique. C’est un peu comme si l’anathème avait engendré ou propagé la pornographie

Une petite anecdote sera révélatrice. Il y a quelques années, à Damas, à l’entrée des cinémas où l’on diffusait des films américains de “série B” (et nullement X), il y avait des photos de “scènes” qui passaient pour “osées” et montraient un baiser, une caresse, ou quelque partie dénudée du corps d’une actrice. Un jour de grand ennui, j’assistai à une projection d’un “série B” et je fus tout surpris de constater que le “chef d’oeuvre” en question ne présentait pas les quelques “scènes” qui étaient en photo à l’entrée pour aguicher le client. Je compris alors le petit jeu du censeur pornographe. Il coupait dans les pellicules les “scènes osées” et les donnait aux gérants du cinéma pour qu’ils les développent et les affichent à l’entrée. La censure ne crée-t-elle pas la pornographie ?

 

“piercing au clito”

On pourrait me faire le reproche également que le terme de clitoris serait savant. A ce titre, il n’entrerait pas dans ma chronique sur les mots grecs du français courant. Je répondrai que le mot a connu une simplification toute populaire en “clito” tout comme “photographie”, “pornographie” et “vélocipède” s’abrègent en “photo”, “porno” et “vélo”. C’est là le signe évident que le terme est adopté dans la langue de tous les jours. J’en veux pour preuve ce titre de la page internet du journal Voici au 19 septembre 2011 : “Lady gaga, son piercing au clito en photo”.

Et puis si le mot n’est pas de formation populaire, il est d’un emploi suffisamment vulgaire pour entrer dans cette chronique !

 

Apparition du mot en français.

En fait, comme le signale Michèle Clément (« De l’anachronisme et du clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, pp. 27-45), le mot fut introduit en français en 1575 sous la forme cleitoris par le médecin Ambroise Paré dans l’édition de ses Œuvres. Comme la censure ou l’auto-censure est toujours à l’œuvre, Ambroise Paré supprima ce passage dans la réédition de 1585. Mais le mal était fait ! C’était la grande époque des progrès scientifiques dans la description du corps humain qui se reflétaient dans les traités anatomiques des italiens Matteo Realdo Colombo et Gabriele Falloppio, plus connu, si je ne me trompe, en français, sous le nom de Fallope.  Colombo en 1559 prétendait être le premier à découvrir ce lieu du plaisir féminin, tandis que Fallope, lui, en 1561, renvoyait à la médecine arabe, à Avicenne notamment, qui appelait la chose [al-baẓr] ou [al-baẓar] “chose saillante”, et aux Grecs qui, selon Fallope, la nommaient κλητορίδα.

 

D’où vient ce mot ?

Mais d’où vient ce mot ? Le mot remonte au médecin grec du Ier /IIe siècle ap. J.-C., Rufus d’Ephèse, dans son traité Du nom des parties du corps humain. Il est associé au verbe kleitoriazein/kleitorizein (éd. Daremberg-Ruelle, 1879, p. 147) :

τὸ δὲ μυῶδες ἐν μέσῳ σαρκίον νύμφη καὶ μύρτον· οἱ δὲ ὑποδερμίδα, οἱ δὲ κλειτορίδα ὀνομάζουσιν, καὶ τὸ ἀκολάστως τούτου ἅπτεσθαι κλειτοριάζειν λέγουσιν

ce qui est traduit ainsi :

« la nymphe ou le myrte est le petit morceau de chair musculeuse qui pend au milieu (de la fente), d’autres l’appellent hypodermis, d’autres clitoris, et l’on dit clitoriser pour exprimer l’attouchement lascif de cette partie. »

Il faut être Grec pour inventer un verbe comme clitoriser, κλειτοριάζειν [kleitoriazein] ! Cela a marqué l’imagination de Rufus d’Ephèse et c’est sans doute à cause de ce verbe que Fallope a choisi le terme de clitoris plutôt que celui d’hypodermis ou encore de myrte ou de nymphe, mots ambigus qui peuvent aussi désigner la vulve.

Précisons les choses. A l’époque de la Renaissance, on n’avait pas encore réformé la prononciation du grec ancien et avait cours la prononciation moderne du grec, marquée par ce qu’on appelle le iotacisme. C’est la tendance à transformer en  i les voyelles et diphtongues. Les graphies ει, η, ι, υ  étaient prononcées i. Cela induisit une faute d’orthographe chez Fallope (ou sa source). Il écrivit en caractère grec dans son traité en latin : κλητορίδα que l’on prononcerait à l’érasmienne [klètorida] mais qui se disait [klitorida]. Le problème est que cette mauvaise orthographe renvoie à une autre racine, celle de καλέω : «inviter» et non à la racine de κλείω « fermer »… Malgré les mauvais esprits, le clitoris n’est pas une «inviteuse», mais bien un bouton-«fermoir»… Mais, chut ! je n’en dis pas plus, on se reportera à l’article de J.V. Vernhes dans ce numéro de la revue.

 

Un problème de genre

Ambroise Paré introduit la forme correcte cleitoris. Le –ei- grec de cleitoris était bien prononcé –i- (selon le phénomène du iotacisme qui avait déjà cours partiellement chez les Latins dans l’Antiquité, puisque la muse Κλειώ [Kleio] s’appelle en latin Clio).

Mais ce qui est étrange c’est que le français a figé ce mot au nominatif en is, et aussi au masculin (en fait une sorte de neutre indifférencié) parce que c’est un mot hors contexte, dont on se délecte oralement (sans réfléchir à sa forme originelle en grec !). On parle de « génie de la langue française », mais là, il faudra que l’on m’explique ce qu’il y a de génial à transformer ce nom féminin en masculin !… ou inversement à faire du substantif moustache un mot féminin en français.

Les Italiens, eux, ont suivi la coutume de tirer le mot d’une forme d’accusatif et ont : clitóride. Et pour eux, le mot est féminin, comme le déclare la 4e édition du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1729-1738). Mais eux aussi commencent à s’embrouiller !

Il y a d’autres hésitations sur ce mot puisque dans un dictionnaire franco-anglais,  A Dictionarie of the French and English Tongues, de Randle Cotgrave, paru à Londre en 1611, le mot apparaît à la fois à l’entrée “clitoris” et à l’entrée “clytoris” (qui renvoie à la première entrée). Cette incertitude d’écriture montre bien que l’auteur ne sait pas trop comment l’orthographier, parce qu’il avait cours oralement, comme ces insultes dont on est parfois bien en peine de trouver comment elles s’écrivent. Cependant, aucune hésitation sur son genre, puisqu’il est bien noté comme m.  c’est-à-dire masculin ! Il y est traduit par “A Woman’s Privities”, ce qui signifie, bien vaguement : “parties intimes d’une femme”. Pourquoi l’auteur du dictionnaire qui fait preuve de tant de pruderie dans cette traduction approximative n’a-t-il pas censuré ce mot ? C’est qu’il était peut-être utile à quelques gentilshommes d’outre-Manche désireux de “fleuretter” avec le beau sexe de chez nous. Cela prouve en tout cas que le mot avait cours dans les alcôves françaises !

 

Je me plais en tout cas à imaginer le voyage de ce mot qui commence en Grèce, est retrouvé ensuite par des médecins humanistes italiens via la médecine arabe, se popularise en France et se répand ensuite chez les Anglais qui s’en délectent d’abord en français avant de l’introduire dans leur langue…✸

 

 Christian Boudignon

 

Jean-Victor Vernhes propose une étymologie inattendue pour σοφός.

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 137, mars 2014, article sept)

Une étymologie pour σοφός ?

par J.V. Vernhes

… le cordeau assure la droiture d’une quille de navire

aux mains d’un charpentier expert  

connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Iliade, XV, 410-412

Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)
Épave de navire marchand grec antique retrouvé à Kyrenia (Chypre)

Dans plusieurs numéros du λύχνος (λύχνος papier ou λύχνος en ligne), il m’est arrivé de proposer une étymologie pour des mots grecs habituellement considérés comme étant d’étymologie inconnue. Et il est arrivé à telle ou telle de ces miennes propositions d’être accueillies avec faveur. Enhardi par cette gloire, j’ai annoncé à mes amis que j’allais m’attaquer à l’étymologie de σοφός, mot important puisqu’il qualifie tout ce qui est de l’ordre de la sagesse, notion qui est un des fils conducteurs de la pensée grecque.

 

Pas d’étymologie ?

« Pas d’étymologie », dit le dictionnaire de Chantraine, qui considère comme non satisfaisant le rapprochement qui a été fait avec σάφα, clairement ;  » unexplained « , dit celui de Beekes, qui ajoute, conformément à sa tendance, que cela pourrait avoir pour origine  » a substrate word « , un terme de substrat, c’est à dire appartenant à une langue parlée en Grèce avant les Grecs.

Mais n’ai-je pas été fanfaron en laissant espérer que j’allais faire mieux ? Et voici que le présent rédacteur de Connaissance hellénique, Christian Boudignon, qui a une épée, me la met dans les reins pour que j’apporte ma contribution sur ce sujet au λύχνος de mars 2014 ! Je ne sais quel lapin je vais pouvoir tirer de mon chapeau, mais je vais tout de même essayer de faire quelque chose.

L’édition 2009 du Chantraine donne en page 1353, dans les Chroniques d’étymologie grecque qui en constituent le supplément, une proposition de J. Puhvel. Ce savant réhabilite le rapprochement avec le grec σάφα et pose à l’origine une racine indo-européenne ayant donné le nom hittite de l’œil. La chaîne sémantique serait « œil ; clair ; avisé ». Le σοφός serait celui qui a la vision claire des choses. Métaphore usuelle : quand on dit « je vois », cela veut souvent dire « je comprends ».

L’arrière-plan sémantique de cette étymologie, axée sur la notion de vision, est la conception classique du σοφός : celui qui s’est élevé à la vision pénétrante des choses, et dont le regard sur le monde est d’une lucidité supérieure.

 

Les plus anciens emplois du mot

Mais l’investigation étymologique doit se baser sur la valeur des mots dans leurs plus anciens emplois.

L’attestation la plus ancienne de σοφός nous est donnée à travers son dérivé σοφία (ionien σοφίη) nous est donnée au chant XV de l’Iliade, vers 410-412 :

… στάθμη δόρυ νήϊον ἐξιθύνει

τέκτονος ἐν παλάμῃσι δαήμονος ὅς ῥά τε πάσης

εὖ εἰδῇ σοφίης ὑποθημοσύνῃσιν Ἀθήνης,

le cordeau assure la droiture d’une quille de navire / aux mains d’un charpentier expert  /connaissant bien tout son art de par les principes d’Athéna.

Voici un passage du Margitès, poème du VIIe siècle qu’on attribuait à Homère, et dont il nous reste quelques lambeaux :

τὸν δ’ οὔτ’ ἂρ σκαπτῆρα θεοὶ θέσαν οὔτ’ ἀροτῆρα

οὔτ’ ἄλλως τι σοφόν, πάσης δ’ ἁμάρτανε τέχνης.

Les dieux ne firent de lui ni un bêcheur ni un laboureur, ni un σοφός en quelque autre façon, et il échouait en tout métier.

Hésiode : Travaux, 649-650. Hésiode dit à Persès :

δείξω δή τοι μέτρα πολυφλοίσβοιο θαλάσσης,

οὔτε τι ναυτιλίης σεσοφισμένος οὔτε τι νηῶν.

Je te montrerai les mesures de la mer toute bouillonnante, moi qui n’ai nulle maîtrise de la navigation ni des navires

Mais σοφία/σοφίη ne tarda pas à concerner des domaines plus proches des activités de l’esprit :

« La fortune du mot croît avec les progrès de l’activité humaine s’exerçant à la fois sur la matière et dans le domaine de l’esprit. Se faisant l’écho d’une antique tradition religieuse, Pindare englobe, sous le nom de σοφίη, tous les arts dans lesquels Athéna a donné aux fils d’Hélios le privilège de l’emporter sur les hommes. C’est ainsi que le mot σοφίη recouvre tour à tour la poésie, la musique, la médecine. » Anne-Marie Malingrey, « Philosophia » (Paris 1961).

Dans tout cela, le savoir est un savoir faire, la maîtrise d’une activité, d’un processus, sans allusion à une quelconque vision.

 

Σοφός, un mot de l’artisanat…

Un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was Geistige Tätigkeit ist consacre deux pages à σοφός (178-179).

L’auteur indique, outre les vers de l’Iliade et ceux du Margitès que nous avons cités plus haut, un passage de Pausanias (5, 25, 10) où nous est présentée une statue d’Idoménée, descendant de Minos. Sur le bouclier se trouve une inscription indiquant l’identité de l’artiste :

πολλὰ μὲν ἄλλα σοφοῦ ποιήματα καὶ τόδ’ Ὀνάτα

Entre bien d’autres créations, celle-ci est du σοφός Onatas.

On pourrait ici traduire σοφός par habile artiste.

Abordant l’onomastique, en laquelle bien souvent se révèlent les strates les plus anciennes de la langue, B. Snell attire notre attention sur le nom propre Χειρίσοφος, qui signifie littéralement « manuellement σοφός », et qui dans un autre passage de Pausanias, est le nom d’un artiste crétois (ce nom nous est surtout connu par l’Anabase de Xénophon,où il est celui d’un général). Une note de l’article nous renvoie à une étude de H. D. Zimmermann sur les noms de personnes parue en 1963 où il est montré que ceux qui comportent le radical de σοφός dans leur formation font partie d’un groupe de noms provenant en général du milieu des travailleurs manuels (« im allgemeinen aus handwerklichem Milieu stammen »). On peut penser à Σοφοκλῆς, Sophocle, me suggère un ami qui vient justement de passer par ici : Sophocle, dont le père fabriquait des armures.

Approfondissant ces idées, B. Snell fait un rapprochement entre la valeur primitive de σοφός qui a été ainsi dégagée et le verbe τεύχειν, fabriquer, confectionner (et plus généralement faire être : τεύχειν πόλεμον, susciter une guerre). Il s’agit bien entendu du champ sémantique, car du point de vue de la forme on ne voit vraiment pas quelle parenté on pourrait trouver entre ces deux mots. Non, vraiment pas. Poursuivons l’investigation des formes et des emplois sur la voie indiquée par cet auteur.

 

La famille des mots τεύχειν, τεῦχος, τύχη…

Par le processus du τεύχειν on aboutit à un τεῦχος, un objet fabriqué. L’adjectif verbal τυκτός (formé normalement sur le degré zéro de la racine) se rencontre avec le sens de bien fait, travaillé avec art, réussi dans Iliade 12, 105 et Odyssée IV, 627.

À la même racine se rattache τυγχάνειν, obtenir, atteindre, toucher le but. C’est le contraire de ἁμαρτάνειν, ne pas toucher le but, échouer. C’est aussi (je reprends l’excellente définition du dictionnaire de Magnien et Lacroix), « arriver à sa réalisation, se réaliser ». S’ajoute souvent l’idée d’un caractère fortuit, idée qui est souvent l’idée essentielle..

Proche de τυγχάνειν est ἡ τύχη, appartenant à un petit groupe de noms d’action, ou plutôt exprimant un processus ou ce en quoi il se concrétise. Ce sont des féminins de la première déclinaison à accent sur le radical ; ainsi ἡ μάχη, la bataille, ἡ νίκη, la victoire, ἡ βλάβη, le dommage, ἡ πάθη, l’épreuve, ἡ δύη, la souffrance, ἡ φρίκη, le frisson, ἡ λήθη, l’oubli. Chantraine se borne à noter que parmi les noms d’action féminins de la première déclinaison « quelques substantifs présentent une place aberrante du ton. » (La formation des noms en grec ancien, p. 22).

Le sens de τύχη est difficile à cerner en quelques mots. Il s’agit d’une réalisation qui se fait par l’action du destin. Ce peut être l’accomplissement d’une volonté divine : τύχῃ δαίμονος, de par la volonté agissante d’une divinité (Pindare, 8ème Olympique, vers 67); τύχῃ θεῶν, de par la volonté agissante des dieux (Pindare, Huitième Pythique, vers 53): c’est une divinité qui τεύχει, ce sont les dieux qui τεύχουσι l’événement dont il est question. Il peut y avoir action de forces impersonnelles : τέθνηκ’ Ὀρέστης ἐξ ἀναγκαίας τύχης, Oreste est mort par un acte du destin (Sophocle, Électre, 48).

 

Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Les dictionnaires étymologiques donnent des correspondants en balto-slave, en sanscrit, en germanique, en celtique. Ainsi lituanien daûg, beaucoup, sanscrit dogdhi, tirer avantage, traire, anglais (désuet) doughty, valeureux, efficace, compétent, allemand tüchtig, qui a du talent, du savoir-faire et taugen, être apte à quelque chose, irlandais tocad, chance, breton tonkadur, fatalité (suffixe -adur d’abstrait, comme dans plijadur, plaisir).

Ces données permettent de poser une racine *dhewgh >*dheugh. On aura régulièrement, en conformité avec les principes de la morphologie et de la phonétique grecque, *dhewghô > τεύχω.

Mais pour la sémantique de cette racine, nos instruments de travail nous satisfont moins. Les dictionnaires étymologiques de Boisacq, Frisk, Chantraine posent cette racine *dheugh sans chercher à cerner sa signification. Celui de Hofmann propose taugen, que nous avons vu plus haut. Dans le merveilleux répertoire de Calvert Watkins (The american heritage dictionary of indo-european roots), c’est « to produce something of utility ». Dans le dictionnaire de Beekes, c’est « hit the mark, meet ». Dans le LIV (Lexicon der indogermanischen Verben), c’est « treffen », trouver… Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.

Mais en réfléchissant sur les mots de diverses langues indo-européennes cités plus haut, nous y retrouvons tout de même cette idée, que nous avons dégagée pour le grec, d’un accomplissement, d’une plénitude, ou d’un processus allant vers un accomplissement. Ainsi être doughty, c’est être quelqu’un d’accompli et savoir accomplir des choses, etc. Quant à l’application de cette notion à un événement, ou à une destinée, nous la retrouvons en celtique. C’est donc probablement un élément très ancien. Mais nous n’allons pas développer ces vues de niveau indo-européen, l’essentiel étant ici ce que nous avons trouvé en grec.

 

Le nom d’agent de la racine *dhewgh/*dhewgw

Mais, me direz-vous, que devient σοφός dans toute cette histoire ? On verra bien…

Pour l’instant, puisque nous avons cette racine *dhewgh sous la main, nous pouvons peut-être essayer d’en tirer quelque chose.

On l’a reconstruite pourvue d’un gh. Mais que se passerait-il si au lieu d’un gh, on posait un gwh ? Si au lieu d’une racine *dhewgh on posait une racine *dhewgwh ? Un gwh est une occlusive « labiovélaire » (gw se prononce comme gu dans guano).

Il se passerait qu’on aboutirait en grec au même résultat. En effet, en phonétique grecque, au voisinage de w (qui se vocalise en υ), les occlusives labiovélaires perdent ce caractère labiovélaire (ainsi gwh > gh).

En somme, au lieu de poser  *dhewghô  >  τεύχω, on poserait :

*dhewgwhô  >  *dhewghô >  τεύχω

Mais est-ce que les mots apparentés dans les autres langues indo-européennes s’accommodent de cette hypothèse d’une racine avec labiovélaire ? Le tableau de la p. 110 de Robert S.P. Beekes Comparative Indo-European Linguistics nous permet de conclure qu’elle nous donne les mêmes résultats.

Et maintenant qu’allons-nous faire de cette racine *dhewgwh ? Nous pouvons par exemple bâtir sur elle un nom d’agent de la deuxième déclinaison du type τομός, qui coupe, τροφός, qui nourrit, etc. (vocalisme o de la racine et accent sur la finale).

Ce sera *dhowgwhós, et désignera ou qualifiera celui ou celle qui τεύχει, qui par sa maîtrise mène à un heureux aboutissement ce dont il a entrepris la réalisation.

Mais -ow- aboutirait à -ου-, et les mots grecs n’aiment pas avoir cette diphtongue dans leur radical. De ce point de vue, un mot comme ἡ σπουδή, l’empressement, le zèle est tout à fait exceptionnel. Un verbe comme φεύγειν, fuir fait au parfait πέφευγα, alors que dans le système alternant on attend ici un degré o (dit aussi degré fléchi).

Compte tenu de cette répugnance, nous poserons donc de préférence *dhwogwhós. Les aficionados de la théorie de la racine d’Émile Benveniste (j’avoue en faire plus ou moins partie) diront que c’est là un thème II (tandis que *dhewgwh ou *dhowgwh sont des thèmes I) : telle était la terminologie de ce savant. Et à quoi aboutira ce *dhwogwhós ?

Tout comme dans *dhewghô  >  τεύχω, le *dh initial va perdre sa sonorité et son aspiration, et aboutir à t.

*dhw va donc donner *tw. Or  le traitement de *tw à l’initiale devant voyelle aboutit à un σ, comme dans σέ (< *twe), accusatif de σύ : Lejeune, Phonétique, p. 110.

Quant à la finale *gwhós, nous y aurons le traitement labial d’une labiovélaire devant o : cela donnera la labiale aspirée φ, comme dans φόνος, le meurtre (<*gwhónos, sur une racine *gwhen, frapper) : Lejeune, Phonétique, p. 52-53.

Mais alors…

… comme on dit de nos jours, j’hallucine !

En vertu des éléments de phonétique historique du grec que nous venons de voir,  *dhwogwhós  >  σοφός  !!!

Aurais-je, par un heureux hasard (ἀγαθῇ τύχῃ) mis la main sur l’étymologie de σοφός ?

De plus savants que moi me le diront sans doute.

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie et le sens véritable du mot grec νοῦς [noûs] « intellect »

 Etymologie ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article quatre)

Une étymologie pour νόος > νοῦς [nóos > noûs]?

Ulysse et les Sirènes. Détail d'un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.
Ulysse et les Sirènes. Détail d’un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci. (Wikicommons)

 

 Nestor, le sauveur

LA RACINE  *nes a été traditionnellement considérée comme exprimant la notion de retour, plus précisément celle de retour favorable. C’est elle qu’on voit dans ὁ νόστος “le retour”.

En vertu de quoi Νέστωρ (Nestor, roi de Pylos) a pu être défini — je cite ici le dictionnaire étymologique du grec de Hofmann (1950) — comme « der immer wiederkehrende, celui qui revient toujours ».

Cette racine *nes est aujourd’hui perçue différemment. On lui attribue, (et il sera revenu plus bas sur ce point) comme sens originel celui de sauver. Ainsi νόστος signifie le retour parce que revenir (d’une expédition maritime bien souvent), c’était être sauvé de toutes les embûches d’un monde souvent dangereux.

Quant à Νέστωρ, son nom est à comprendre comme signifiant “le sauveur”.

Cela entraîne plusieurs conséquences en matière d’étymologie grecque.

Ainsi, dans le n° 90 de Connaissance hellénique (2002), p. 76, nous avons proposé de rattacher à cette racine l’adverbe épique νόσφι (ν) “à l’écart”. (ce qu’on met à l’écart, c’est souvent ce qu’on veut épargner, sauver). Est paru dans le sens de cette proposition un article approfondi d’Éric Dieu dans la Revue de Philologie, tome 84, Fascicule 1 (2010), p. 51-80.

 

Νόος et la racine *nes

L’objet du présent article est l’étude du rattachement du mot νόος à ladite racine *nes.

Dans le plus récent des dictionnaires étymologiques du grec, celui de Robert Beekes (2010), nous lisons : « Formally, connexion with *nes is possible, but the semantics seem to be difficult ».

Une solution à cette difficulté a pourtant été proposée par C. J. Ruigh dans ses Études sur la grammaire et le vocabulaire du grec mycénien (Amsterdam 1967), § 337, p. 371 :

« Nous sommes tentés de voir dans νόος un nom d’action (type φόβος) et dans νοέω le verbe dérivé (type φοβέω) qui appartiennent au thème ne(s) ‘sauver’. En outre une évolution sémantique de ‘sauver, conserver’ vers ‘observer’ est bien concevable : qu’on pense à τηρέω ‘veiller sur, conserver, observer’ ou à latin servo ‘conserver, observer’, tueor ‘protéger, regarder’. Il s’agit originellement de l’action surveillante des yeux (de l’esprit). Le sens ‘s’apercevoir’ est attesté notamment pour l’aoriste de νοέω et s’explique à partir du sens ‘observer’ par la valeur ingressive de l’aoriste. Le sens de ‘penser’ repose également sur ‘observer’ : l’activité de la pensée était originellement considérée comme un procès d’observation intérieure, d’intuition. »

Une étude de P. Frei, allant de façon indépendante dans le même sens, est parue en 1968.

Voici ce que dit Françoise Létoublon dans Il allait, pareil à la nuit (p. 175-176) de la proposition de ces deux auteurs :

« L’hypothèse la plus cohérente avec l’ensemble des faits en grec et dans les autres langues indo-européennes serait de partir en indo-européen d’un sens ‘sauver’ qui expliquerait l’emploi actif intransitif (gotique ganisan ‘être guéri, sauvé’…, le moyen (νέομαι, ‘se sauver’, d’où à cause de la fréquence d’emplois comme οἴκαδε νέεσθαι ‘se sauver chez soi’, le sens ‘retourner, revenir’…) et le factitif (gotique nasjan ‘sauver’, … sanscrit Nâsatyâ ‘les deux divinités salvatrices’…). Selon C.J. Ruigh et P. Frei, on pourrait alors rattacher aussi à cette racine  *nes le substantif νόος ‘esprit’, qui serait donc un nom d’action radical de vocalisme o comme λόγος est à λέγω, avec le sens premier de ‘plan d’action’, ‘plan pour sortir d’une difficulté’, ‘plan de sauvetage’. » Selon F. Létoublon, la notion d’esprit exprimée par νόος se serait développée à partir de celle de plan.

À l’appui de ce qui vient d’être dit sur οἴκαδε νέεσθαι, il est intéressant de noter chez Platon (Lois 961a) le rôle attribué à des émissaires dépêchés à l’étranger en mission de renseignement, et qu’on accueille σωθέντας οἴκαδε « de retour chez eux” (littéralement “sauvés chez eux”). Nous avons ici, avec l’emploi du verbe σώζειν, une modernisation de la formule homérique, avec maintien de l’équation retour = salut qui, nous l’avons vu, éclaire l’étymologie de νόστος. Nous remarquons au passage que la connexion entre la notion de salut et celle de retour était restée restée présente à travers les siècles, dans l’esprit des anciens Grecs.

Tout en étant d’accord avec les auteurs cités ci-dessus en ce qui concerne le rattachement de νόος à la racine *nes porteuse du sens de sauver, nous ne sommes pas convaincu par les évolutions sémantiques proposées. La notion d’esprit nous semble pouvoir se rattacher à celle de salut d’une façon plus directe et plus logique.

 

Le retour et le salut

Une précision d’abord, communiquée par Romain Garnier, sur le sens de la racine en question. Il s’agit d’un salut consistant en la préservation de l’intégrité de l’individu ou du groupe. Le νόστος d’un navire est son heureux retour au port, sans avoir perdu rien ni personne : c’est OK au sens étymologique (zero killed). L’équipage est au complet, il n’y a aucun dégât.

Nous proposons pour ce mot νόος < *nósos le sens premier, au contact de sa source étymologique, d’activité mentale salvatrice. La notion de salut est la caractéristique marquante de cette activité, tout comme elle est la caractéristique marquante du retour au port désigné par νόστος.

Écoutons, dans l’hymne homérique à Aprodite (vers 249-254), les lamentations de la déesse s’apercevant qu’elle est enceinte d’un mortel, Anchise:

« (Les Immortels) autrefois redoutaient mes minauderies et mes artifices, par lesquels j’ai uni tous les Immortels à des femmes mortelles. Mon astuce les dominait tous. Maintenant ma bouche ne s’ouvira plus pour mentionner tout cela chez les Immortels, car j’ai commis une faute bien misérable et inqualifiable, et j’ai erré loin du νόος [nóos]. »

οἳ πρὶν ἐμοὺς ὀάρους καὶ μήτιας, αἷς ποτε πάντας

ἀθανάτους συνέμιξα καταθνητῇσι γυναιξί,

τάρβεσκον· πάντας γὰρ ἐμὸν δάμνασκε νόημα.

νῦν δὲ δὴ οὐκέτι μοι στόμα χείσεται ἐξονομῆναι

τοῦτο μετ’ ἀθανάτοισιν, ἐπεὶ μάλα πολλὸν ἀάσθην

σχέτλιον οὐκ ὀνοταστόν, ἀπεπλάγχθην δὲ νόοιο,

 

On croirait entendre une dame de la bonne société, à la belle époque, qui s’écrie : « Ah ma faute ! ma faute ! J’ai perdu la tête ! » Elle voit venir des consquences délétères pour son statut social, s’étant écartée de l’attitude mentale qui la préservait de tout dommage.

 

« Qu’une femme ne te fasse pas perdre le νόος [nóos] »

Remarquons aussi le conseil d’Hésiode au cultivateur (Les travaux et les jours, vers 374-375) : « Qu’une femme agile de la fesse ne te fasse pas perdre le νόος [nóos]. Elle aguiche en baratinant, tout en lorgnant vers ta fermette. » Le νόος  est ici l’état d’esprit salvifique qui protège le patrimoine des convoitises qui sur lui feraient volontiers main basse, ou du moins l’écorneraient.

Nous trouvons aussi chez Platon l’affirmation que le νοῦς est ce qui assure le salut, la σωτηρία : « Il mérite en toute justice de porter le titre de σωτηρία de chacun. » (Lois, 951d). Même idée en 951e : le νοῦς « fait la σωτηρία des navires dans les tempêtes et dans le beau temps. » Remarquons au passage qu’ici Platon situe en ambiance maritime cette liaison entre νοῦς et σωτηρία: il y a là encore quelque chose de l’ambiance du νόστος dans le monde homérique.

L’expression νοῦν ἔχειν ne signifie pas simplement avoir un bon QI et avoir l’esprit juste. C’est aussi bien souvent avoir la tête sur les épaules, être avisé et se comporter de façon à tirer le meilleur profit des circonstances et à éviter les nuisances. Ainsi un esclave νοῦν ἔχων ne cherchera pas à complaire à ses compagnons d’esclavage, mais plutôt à des maîtres bons (Platon, Phèdre  273d-274a).

Quant aux termes négatifs comme ἄνοια, plutôt qu’à des troubles de type psychiatrique, ils renvoient à des comportements qui nuisent à notre sauvegarde et ont des conséquences fâcheuses. Ainsi dans Thucydide II, 61, 1 : « Si on a le choix et que le reste va bien, c’est une grande folie (πολλὴ ἄνοια) que d’entrer en guerre. »

Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples. On sent bien cela pour peu qu’on ait quelque habitude de lire du grec.

 

Réponse à une objection

On peut ici me faire une objection. Il est vrai que νοῦς et les mots de sa famille ont souvent cette tonalité, mais ils ont un ensemble bien plus général de significations. La valeur sur laquelle je m’appuie est-elle la valeur première, celle qu’il faut cerner dans toute investigation étymologique ? Est-ce cette valeur que nous révèlent les plus anciens textes, les textes homériques principalement, auxquels il convient toujours de se reporter ?

Je ne méconnais pas ce principe, et toujours pour de telles investigations je me reporte d’abord à mon Dictionnaire complet d’Homère et des homérides, par N. Theil, professeur au collège royal de Nancy, et Hipp. Hallez d’Arros, juge suppléant au tribunal de Bar-le-Duc, publié chez Hachette en 1841.

Or à l’article νόος je vois que ce terme se présente avec déjà un beau cortège de significations : “vue de l’esprit, sens intime, conscience de soi-même, faculté d’intuition réfléchie, raison, prudence, manière de voir, façon de penser, dessein, intention, projet, décret…”

Difficile de saisir là-dedans l’extrémité d’un fil d’Ariane. C’est qu’entre le vieil indo-européen au cœur duquel on cherche l’origine de ce mot bien usuel, des siècles se sont écoulés, durant lesquels l’éventail des valeurs essentielles et des effets de sens n’a pas manqué de s’élargir.

Dans un tel cas, la méthode est de chercher, en ne perdant pas de vue les textes, le type d’emploi qui, sur un type bien déterminé de formation des mots, peut se rattacher sémantiquement à une racine indo-européenne bien identifiée. Ce type d’emploi sera alors à considérer comme révélateur de la signification d’origine, celle à partir de laquelle les autres ont foisonné.

C’est une telle recherche que nous avons ici esquissée✭

 

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

jeanvictor.vernhes@wanadoo.fr

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°26)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article un)

 

Mme Joyssans, mairesse d’Aix et les « crapules marseillaises »

(où il sera question de l’étymologie de crapule)

 

scène de banquet du peintre Nicias (Wikicommons)

 

EN SEPTEMBRE DERNIER de cette grande année de la culture 2013, la mairesse d’Aix-en-Provence, Madame Maryse Joissains, a prouvé l’étendue de son vocabulaire en qualifiant de “crapules marseillaises” les braqueurs cagoulés du parking Pasteur qui étaient repartis avec 90 000 euros. Je voudrais faire deux remarques. D’abord, il faut saluer le féminisme de Mme Joissains ; on se plaint souvent qu’il  n’existe pas de mot féminin pour parler des femmes qui exercent telle ou telle fonction. J’ai moi-même hésité avant d’oser employer le terme de mairesse. Hé bien, Madame le maire n’hésite pas à qualifier le quarteron de malfrats du terme féminin de “crapules marseillaises”. C’est un grand progrès vers l’égalité des sexes, en attendant les gangs véritablement féminins… Deuxièmement, je salue l’hommage qui est fait ici à la fine fleur des Marseillais et à leurs lointains ancêtres phocéens (et donc grecs), puisque la mairesse d’Aix-en-Provence fait usage d’un antique vocable grec en les qualifiant de crapules.

 

Le chou et la « gueule de bois »

Cela me donne l’occasion de revenir sur ce mot qui se disait en grec κραιπάλη [kraïpálê]. Le mot désigne ce qu’on appelle en français trivial la « gueule de bois ». Le chou a, paraît-il, de certaines vertus pour soigner ce mal. Aristote s’est même emparé de la question dans ses Problèmes (873a). Est-ce de là que vient l’expression amoureuse « mon chou », je ne sais. Toujours est-il qu’un auteur de comédie, un certain Eubule, au IVe siècle avant J.-C., nous met en scène un personnage, sans doute un amant, qui soudain s’écrie :

γύναι,

ῥάφανόν με νομίσασ’ εἰς ἐμέ σου τὴν κραιπάλην

μέλλεις ἀφεῖναι πᾶσαν, ὡς ἐμοὶ δοκεῖς.

« Femme, tu me prends pour un chou, et tu vas me passer toute ta gueule de bois, à ce qu’il semble. » (Athénée, Deipnosophistes, I, 62)

Je laisse à l’imagination de mes lecteurs toute licence pour se représenter dans quelle action théâtrale devait se trouver le personnage en question…

 

La tête qui lance…

Visiblement le mot grec κραιπάλη [kraïpálê] était aussi obscur aux Grecs que l’expression gueule de bois l’est aux Français. Galien, le célèbre médecin du second siècle après J.-C., rappelle la définition du mot et son étymologie  dans son Commentaire des aphorismes d’Hippocrate (éd. Kühn, vol. XVII-2, p. 788-789):

κραιπάλας δ’ ὅτι πάντες οἱ Ἕλληνες ὀνομάζουσι τὰς ἐξ οἴνου βλάβας τῆς κεφαλῆς εὔδηλον. Οὕτως γοῦν ἔνιοι καὶ τὴν ἐτυμολογίαν ἐποιήσαντο τῆς προσηγορίας ἀπὸ τοῦ κάρηνον πάλλεσθαι γεγονέναι φάσκοντες.

« Que tous les Grecs appellent kraïpálê les maux de tête qui viennent du vin, c’est une chose évidente. C’est ainsi en tout cas que certains ont fait également l’étymologie du mot qu’ils tiraient, disaient-ils, du fait que la tête les lançait. »

Bref, pour les Grecs κραιπάλη [kraïpálê] serait un mot composé fait de κραι- (tête) et –πάλη (élancement). Le premier élément du mot : κραι- [kraï-], renvoie à la «tête» en grec : κάρα ou κρα, avec un a final long dans ces deux formes [karā] ou [krā]. De là vient le latin crapula. Car Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, vol. II p. 321-323, a montré que le mot a été emprunté par les Romains aux Grecs sous la forme crāpula, tout comme le nom de peuple Θρᾷξ [Thrāix] qui donne en latin Thrāx « le Thrace ». Pour ce qui est du traitement en latin du deuxième élément du mot -πάλη [–palê] en –pula, il est tout à fait traditionnel avec fermeture ou apophonie de la voyelle brève intérieure du mot. Ainsi le a se ferma en u ; que l’on songe à catapulta qui vient du grec καταπάλτης [katapaltês] (où l’on retrouve d’ailleurs la même racine grecque –pal- au sens de « lancer »).

 

Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ?

J’avoue que je suis bien surpris de cet emprunt… Les Romains ne connaissaient-ils pas la gueule de bois avant les Grecs ? Ou bien n’avaient-ils pas de mots pour la dire ? Ou bien alors avaient-ils un autre mot et cela faisait plus chic de le dire en grec ? Le terme, en tout cas, est attesté dès le début de la littérature latine, avec Plaute (env. 254-184 av. J.-C.). Deux siècles plus tard, le grand Cicéron ne manque pas d’accuser Antoine d’ivrognerie dans les Philippiques (II, 30) et lui demande de cuver son vin avant de venir lui faire des reproches : edormi crapulam et exhala (littéralement, « fais dormir ta gueule de bois et exhale-la »). De fait, Antoine avait une drôle de manière de cuver son vin puisque Cicéron (II, 62) nous raconte qu’après une nuit très arrosée au mariage d’un acteur de mime, Antoine s’était rendu au forum et avait eu la bonne idée de vomir devant tout le peuple romain … O tempora, o mores !

 

« Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule… »

Le mot a disparu dans le passage au roman et au français. Il ne réapparaît qu’au milieu du XIVe siècle dans le Roman des déduits de Gace de la Buigne (v. 1991-1992) qui conseille aux maîtres fauconniers de pratiquer  « contre luxure / Continence et contre crapule /Abstinence », car « Le mestier de fauconnerie / Requiert homme de honneste vie ». Eh bien oui, si vous ne vous occupez pas de votre faucon, si vous ne le nourrissez pas, à la première occasion, il s’en ira… Ici à la gloutonnerie répond l’ivrognerie, ou plutôt luxure rime avec crapule. Cet emprunt du français au latin appartient à la littérature morale. En désignant ainsi d’un mot savant (latin) l’ivrognerie, on en faisait une sorte de monstre moral ! Evidemment, avec le vin vinrent les filles, le mot désigna toute débauche et selon l’expression habituelle, on se livra à la crapule [1]… Peut-être que le mot ne fut pas bien compris et que l’on crut que la crapule désignait les compagnons de débauche vus comme un tout peu recommandable (bien sûr !), la canaille, la fripouille et la racaille réunies. Ce dernier mot de racaille a été naguère mis à la mode par un homme célèbre,  un « lettré » de la même farine que Mme Joissains, qui aurait je crois pu citer ces vers de Victor Hugo (La légende des siècles, Le régiment du baron Madruce I, 22-23) :

Gloire aux hallebardiers, ils n’ont pas de scrupule

Contre la populace et contre la crapule…

A partir de ces mêmes termes de canaille ou de racaille, on passe facilement du collectif au singulier : ainsi on peut dire à quelqu’un « ma petite canaille ! », voire, « mon canaillou !», et même : « ma petite racaille ! ». Ainsi en Afrique, on parle d’un enfant qui fait « le crapule ». A ce propos il me vient une idée… peut-être n’avais-je rien compris quand Mme la mairesse parlait de « crapules marseillaises »  — c’était une marque de complicité affective ?… Non, non, que nenni : il n’y a rien, il ne saurait rien y avoir, il n’y aura jamais rien de commun entre Madame le maire et la « crapule marseillaise »✮

Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.


[1] A ce propos, Janine Kaminski me signale amicalement que le mot κραιπάλη signifie «débauche» aussi en grec moderne.

C. Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°23)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE. (Λύχνος n° 133, article un)

 La femme, l’amant et le mari jaloux

(où il sera question de l’étymologie de jaloux)

 

ON S’EST BEAUCOUP intéressé, dans son livre à scandales, aux galipettes de Catherine Millet. On s’est bien moins penché sur les contradictions internes de la vie libertine, qu’elle laisse filtrer au détour d’une page : “Ceux qui obéissent à des principes moraux sont sans doute mieux armés pour affronter les manifestations de jalousie que ceux que leur philosophie libertine laisse désemparés face à des explosions passionnelles.” Et de citer l’anecdote d’un jaloux qui lui a tailladé l’épaule, malgré les “codes” de la philosophie libertine…

Cette réflexion m’a marqué : n’y aurait-il pas une nature humaine qui, même quand elle se laisse aller au libertinage échevelé, se rebellerait intimement contre cette philosophie? D’où vient cette jalousie ? A défaut d’être moraliste, je voudrais seulement réfléchir sur l’étrange origine de ce mot et vous inviter à une promenade auprès des troubadours, des chrétiens latins et des Grecs.

 Quand “les femmes rêvent et que les maris deviennent jaloux”

 Selon le grand Dictionnaire étymologique du français qu’est le Französisches Etymologisches Wörterbuch de Walther von Wartburg (un nom qui fait sérieux, non ?),  le mot “jaloux” en français serait un emprunt au langage courtois provençal comme “amour”. En effet, en francais, on devrait avoir les formes “jaleux” et “ameur”, et aussi “épeux” (au lieu de : “époux”  qui, comme chacun sait, rime avec “jaloux”).

 Car la “jalousie” des maris qui font garder leur belle par des gardiens est un obstacle de taille à la fin amor provençal. Encore une rebellion des jaloux contre l’amour libre ! On en trouve un exemple chez un des premiers troubadours, Cercamon, qui eut son heure de gloire vers 1140 à la cour de Poitiers. Déjà il appelle (ironiquement, puisqu’il est lui-même troubadour) à se méfier des troubadours. Ainsi à la quatrième strophe (v. 19-24) de son poème qui commence par : “Poix nostre temps comens’ a brunezir”, il écrit :

Ist trobador, entre ver e mentir,

Afollon drutz e molhers e espos,

e van dizen qu’ Amors vay en biays,

per que˙l marit endevenon gilos

e dompnas son intradas en pantays

Cuy mout vol hom escoutar et auzir

 “Ces troubadours, entre vérité et mensonge ,

corrompent amants, épouses et époux

et vont disant qu’amour va de travers…

c’est pourquoi les maris deviennent jaloux

et les dames sont entrées en effroi !

Trop veut-on les entendre et les écouter” 

(traduction du provençal revue par Pierre Pascalin)

 A cause des amants et des troubadours (parfois réunis en une seule personne), l marit endevenon gilos, “les maris deviennent jaloux”. Le mot rime avec espos. Le cadre du vaudeville est tout tracé : la dame, l’amant et l’époux (jaloux par nature)!

 Quand le loup est jaloux des brebis

 Vingt ans après, comme dirait Alexandre Dumas, vers 1160, on trouve en français dans le roman d’Enéas (v. 8375-8380), une adaptation de l’Enéide de Virgile, le mot jalos avec le sens bien net de “jaloux” en amour. Une belle demoiselle essaie de séduire Enéas et lui dit :

 Amis, ce ne quidiez vos mie;

a toz jors serai vostre amie,

ja vostre amor ne changerai;

soiez segur: se ge vos ai,

ja n’amerai home fors vos

ne soiez ja de moi jalos.

 “Ami, cela, vous, ne le croyez nullement ;

Toujours je serai votre amie,

jamais je n’abandonnerai votre amour ;

Soyez-en sûr, si je vous ai,

jamais je n’aimerai un autre homme que vous

afin que vous ne soyez jamais de moi jaloux. “

 Mais dans un autre passage, il est question non plus d’un mari mais d’un loup (v. 5375) qui “voit les brebis dont il est jaloux” :

les berbiz voit dont est gelos.

Ici gelos a le sens plus général de “envieux”, “avide”.

L’auteur du roman d’Enéas faisait-il de subtiles distinctions quand il employait les deux formes gelos (envieux) et jalos (jaloux), chacune avec un sens différent ? Dans le jeu amoureux, il existe souvent une forme d’émulation qui rend la “dame” plus admirable. Comme si la femme était d’autant plus belle qu’elle était plus désirée… C’est là ce qui fait la différence infranchissable entre une star du cinéma et n’importe quelle jolie fille. Peut-être que la jalousie du mari repose sur le sentiment que sa femme est désirable, tout comme l’ambition, l’“envie”  de l’amant qui cherche à la séduire, repose sur le même constat… Dans ce cas-là, jalousie et envie seraient comme les deux faces d’une même pièce de monnaie, un même sentiment qui se colore différemment selon le statut, que ces dames veuillent me pardonner la brutalité de l’image, de propriétaire ou d’acquéreur (illusoire !).

 Amour, époux, jaloux

 Remarquons aussi que les formes françaises de gelos/jalos sont contemporaines des formes provençales gilos/gelos. Là où le français a tendance à ouvrir le –e- (à cause de l’influence ouvrante du –l- , comme dans * bilancea qui devient “balance” ou * silvaticum qui devient “sauvage”, ou même “savage” en anglo-normand), le provençal avait tendance à le fermer en –i-… C’est précisément la forme ouverte jalos qui a triomphé en français (“jaloux ”), forme la plus éloignée de la forme originelle gelos, et probablement la plus populaire.

En même temps, dans la seconde moitié du XIe siècle, le son noté –o-, qui se prononçait encore –ou-, passait à la prononciation –éou- puis –eu [œ]. Sans doute sous l’influence de la poésie provençale, ce passage ne s’est pas fait ou ne s’est pas généralisé pour gelos/jalos… Tout comme amor qui restait prononcé “ amour ”, on continua de prononcer : [jelous/jalous], ces mots qu’on écrivait : gelos/jalos.

Quant au son –j-, il provient de la simplification (dépalatalisation) d’un ancien son palatal (quelque chose comme –dj- ou –dch- ou -d∫-). On en trouve une trace dans la prononciation italienne de geloso [djeloso] ou dans la prononciation espagnole de celoso [∫eloso]. Ce son, disons –dj-, est le produit (palatalisation) d’un évolution propre au latin des IIe/IIIe siècle après J.C., où le son –z- passait à une prononciation où la langue se retournait vers le voile du palais : les nombreuses fautes d’orthographes de l’époque montrent une confusion révélatrice entre Z et DI (qui n’est autre que la graphie de ce son palatal –dj- ou –dch-). Notre gelos provient donc d’un ancien *zelos…

 Plus exactement, d’où vient donc ce mot ?

 Zèle et jalousie dans la sainte famille

 Par miracle, on trouve le mot source dans un commentaire à l’évangile de Matthieu écrit au Ve siècle après J.-C., l’Opus imperfectum in Matthaeum. L’auteur nous livre une petite réflexion sur le verset de l’évangile (1, 18) : “ Avant qu’ils ne vivent ensemble, elle fut trouvée enceinte.” Il se demande alors :

Cui inventa est in utero habens de Spiritu sancto ? Sine dubio, a sponso suo Ioseph, qui zeloso amore semper se admonente, vitam circumspiciebat Mariae.

“ Par qui fut-elle trouvée enceinte de l’Esprit saint ? Sans aucun doute, par son époux Joseph, qui, continuellement stimulé par son amour zélé/jaloux, épiait tous les faits et gestes de la vie de Marie. ”

 Faut-il traduire ce zeloso amore par “ amour jaloux ” ou bien “amour zélé ” ? En fait, peut-être les deux, mon général. Cette réponse de Normand s’explique par le fait qu’il existe en latin un mot emprunté au grec : zelotypus , qui signifie proprement “ jaloux ”. Pour une raison qui m’échappe, l’auteur de l’Opus imperfectum in Matthaeum a préféré employer le mot zelosus … Est-ce parce que le mot  zelotypus  était vieilli, et qu’il préférait un mot plus populaire et par là plus expressif ? Est-ce par ce qu’il voulait repousser l’idée d’une jalousie maladive et introduire l’idée d’une jalousie positive, qui convenait mieux au personnage d’un saint, en l’occurrence saint Joseph ?

 Bagarres dans les gradins entre petits amants et jaloux

 De fait, le personnage du “ jaloux ” ridicule est bien connu, puisque Pétrone, l’auteur marseillais du Ier ou IIe siècle de notre ère, dans son “roman”, les Satyrica (ch. 45), évoque des bagarres dans les gradins de l’amphithéâtre entre les “ petits amants ” (amasiunculos) et les “jaloux” (zelotypos) : associé à ce diminutif dépréciatif des “petits amants”, le terme de “ jaloux ”ne devait sans doute pas être très reluisant. Il faut dire que la cause de cette bataille de stade était un certain Glycon qui avait surpris son intendant en train de besogner et “délecter” sa femme. Pour le remercier, il l’envoyait affronter les fauves dans l’arène. Ce Glycon, conclut Pétrone, ne valait pas un sesterce !

 On comprend donc cette invention d’un amour qu’on pourrait dire “zéleux” si l’on voulait transposait  zelosus , à la fois zélé et jaloux, parce que la grossesse de Marie pouvait éveiller les soupçons ! Quel que soit l’amour prévenant et zélé qu’on pouvait lui porter, cet amour risquait tôt de se transformer en jalousie. Le mot zelosus, “ zéleux ”, avec un suffixe latin en –sus sur un mot grec, a dû avoir grande fortune.

 Deux formes de chagrin : le zèle et la jalousie

 Déjà au IIIe siècle après J.-C., Diogène Laërce dans sa Vie et doctrine des philosophes illustres (V, 111) nous proposait une habile distinction, celle des stoïciens, entre deux formes de “zèle”, l’envie (à proprement parler en grec le “ zèle ” : ζῆλος) et la jalousie (zelotypia, ζηλοτυπία). Ce sont là deux espèces parmi les neuf formes de chagrin que les stoïciens, en véritables spécialistes des passions, recensent :

Ζῆλον δὲ λύπην ἐπὶ τῷ ἄλλῳ παρεῖναι ὧν αὐτὸς ἐπιθυμεῖ, ζηλοτυπίαν δὲ λύπην ἐπὶ τῷ καὶ ἄλλῳ παρεῖναι ἃ καὶ αὐτὸς ἔχει

“ Le zèle (ils disent que c’est) le chagrin qu’il y ait pour autrui ce que l’on désire soi-même ; la jalousie, (que c’est) le chagrin qu’il y ait aussi pour autrui ce que soi-même l’on a. ”

 Bref, la jalousie apparaît comme le négatif du zèle : le zèle cherche à avoir en partage ce dont la jalousie refuse le partage. Au IVe siècle avant notre ère, Aristote, dans sa Rhétorique, définissait le zèle de façon plus positive (1388 a 30) :

 ζῆλος λύπη τις ἐπὶ φαινομένῃ παρουσίᾳ ἀγαθῶν ἐντίμων καὶ ἐνδεχομένων αὐτῷ λαβεῖν περὶ τοὺς ὁμοίους τῇ φύσει

“ le zèle est un chagrin dû au spectacle de la présence, chez des gens égaux à soi en nature, de biens estimables et qu’il est possible d’acquérir soi-même”.

 Pour Aristote, le zèle, ou l’émulation, se porte sur des biens estimables, tandis que l’envie se porte sur des choses indignes.

 A propos de la mort de Carmen

 Comme on le voit, le mot français emprunté plus tardivement de façon savante au latin : zèle, ne recouvre pas la polyphonie du mot grec ζῆλος  [zêlos] qui signifie à la fois selon le dictionnaire étymologique de Chantraine : “envie” (comme chez Diogène Laërce) et “émulation, rivalité” (comme chez Aristote).  Ambiguïté des sentiments ! Il faut dire que ce mot de ζῆ-λος [zêlos] est peut-être à rapprocher du mot ζά-λη [zalè] qui signifie “tempête”. Une oeillade de travers : c’est la tempête dans le cabochon. Et voilà Don José qui plante sa dague dans le sein de Carmen ✷

Christian Boudignon,

Aix-Marseille Université, CNRS, TEDMAM-CPAF, UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France

maître de conférences de grec ancien