Archives par mot-clé : Apprendre le grec

Elizabeth Michel présente l’Ecole Ouverte du Grec Ancien

► ὁ λύχνος n° 145, novembre 2016, article six

Avis aux hellénistes du monde entier

 

Aphrodite sortant de l'eau, Pompéi, (wikicommons)
Aphrodite sortant de l’eau, Pompéi, (wikicommons)

 

[Connaissance hellénique dont la vocation est l’apprentissage du grec par correspondance pour tous, ne peut que se réjouir de la création d’un nouveau site et d’une nouvelle association, l’Ecole Ouverte de Grec Ancien,  pour aider les hellénistes à continuer leur pratique du grec ancien. En son temps, Marie-Janine Salé dans les anciens numéros papier de Connaissance hellénique, présentait des textes en traduction et commentaire. La relève est là]

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien (EOGA) est une école associative, à but non lucratif, créée en octobre 2016 à Bordeaux par une jeune enseignante de lettres classiques passionnée de grec, pour promouvoir le développement de l’apprentissage et de la pratique du grec ancien dans tous les pays francophones, via un site Internet.

Pourquoi avoir créé l’Ecole Ouverte de Grec Ancien ?

Bien des personnes ayant appris le grec ancien n’ont pas le loisir de le pratiquer. En effet, si quelques cours sont proposés à ceux qui le débutent, rares sont les occasions, à partir du niveau intermédiaire ou avancé, de traduire des textes grecs tout en étant accompagné, en dehors des formations universitaires de lettres classiques. Ainsi, tous ceux qui ont achevé leurs études de grec se retrouvent, s’ils souhaitent malgré tout continuer à traduire des textes en langue originale, livrés à eux-mêmes. Ces hellénistes désormais solitaires cessent souvent peu à peu de pratiquer cette belle langue, et finissent par l’oublier, parfois à leur grand regret.

Or, à l’heure où les élèves et les étudiants hellénistes sont de moins en moins nombreux, si même ceux de leurs aînés qui ont appris le grec l’oublient parce qu’ils n’ont pas l’occasion de le pratiquer, d’ici peu, il n’y aura presque plus de transmission de cette langue, qui ne sera plus lue que par quelques rares universitaires. Quel dommage quand on songe à la beauté de ces textes qui peuvent toucher chacun de nous !

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien entend donc donner à tous une possibilité de poursuite d’étude dans l’apprentissage et la pratique du grec ; c’est pourquoi elle propose, chaque mois et gratuitement, une version grecque à traduire ainsi que de brefs exposés sur des notions de vocabulaire.

 

Comment participer à l’Ecole Ouverte de Grec Ancien ?

Chaque mois, les inscrits peuvent envoyer leur version par courriel à l’EOGA et poser, si besoin, des questions de grec en rapport avec le texte. A la fin du mois, les diverses traductions sont réunies en un article publié sur le site, et un rendez-vous Skype est proposé pour réfléchir aux meilleures traductions possibles du texte du mois. Les participants pouvant être de niveau fort divers et le but de l’école étant également de permettre aux « timides en grec » d’oser traduire, les versions ne sont pas notées et le tout a lieu dans une atmosphère conviviale.

 

L’Ecole Ouverte de Grec Ancien, un lieu de partage d’une passion !

L’EOGA se veut un lieu ouvert à chacun (qu’il soit lycéen, étudiant, débutant, intermédiaire, avancé, passionné ou spécialiste), un lieu où le savoir est synonyme de partage et de gaieté.

Bienvenue à tous, donc, et pour que vive le grec, faisons-en !

                                                                                                                                          Elizabeth Michel, enseignante agrégée de lettres classiques

 

Stage de grec ancien à Paris les 29 & 30 octobre 2015

Les Humanités classiques sont bien vivantes au Collège Sévigné

 

[L’association à but non lucratif Sévigné, une association amie de Connaissance Hellénique, nous envoie cette invitation à participer à un stage à Paris fin octobre 2015 : c’est avec plaisir que nous la relayons]

Le Collège Sévigné vous propose un stage de grec pendant les vacances de la Toussaint avec Madame Joëlle Bertrand, qui a longtemps été professeur en Classes Préparatoires au Lycée Louis-le-Grand. Ce stage est ouvert à ceux qui préparent les concours de l’enseignement mais aussi à ceux qui, dans le cadre de leur formation continue ou par intérêt personnel veulent approfondir leur connaissance du grec ancien. Attention, le nombre de places est limité !
Ulysse et les Sirènes. Détail d'un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.
Ulysse et les Sirènes. Détail d’un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.

Vive l’optatif oblique !

Après le stage de juillet qui a permis aux étudiants présents de renouer avec la morphologie grecque, il vous est proposé, pendant deux jours, de rafraîchir vos connaissances en syntaxe grecque.
Ce stage s’adresse particulièrement aux étudiants qui se présentent aux concours : CAPES, Agrégations interne et externe, mais il est ouvert aussi à tous ceux qui désirent retrouver le plaisir de lire ce grec que l’on oublie si vite.

Il se déroulera le jeudi 29 octobre et le vendredi 30 octobre 2015.

  • Tarif : 200 euros (ou 150 euros si vous êtes déjà inscrits à l’une de nos formations). Le stage sera ouvert à partir de 9 inscrits.
  • Pour tout renseignement : jpdegiorgio@yahoo.fr

Brigitte Franceschetti et Ariel Chopard : Comment apprendre le grec aux enfants.

De l’institution des enfants ès lettres grecques

ou Comment Nausicaa offre conseil et estimable recommandation aux  honestes lecteurs d’icelui Λύχνος

 λύχνος n° 139, novembre 2014, article six ✯✭✭ 

 

Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)
Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)

 

En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé

Grec langaige n’est pas doulz au françois (1) . Jamais titre n’a plus été d’actualité. Nous nous permettons donc de l’emprunter à Pascal Boulhol. Mais notre objectif est d’arriver à le contredire amicalement.

Les diverses réformes qui se succèdent dans l’enseignement secondaire réduisent de plus en plus l’apprentissage du grec jusqu’à le faire sortir de l’intitulé du cursus  (Langues de l’Antiquité et de la Latinité), de plus le nouveau CAPES risque de ne plus fournir d’enseignants de grec et il est vraisemblable que la maîtrise de cette langue se perde. En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé qui permettra une nouvelle floraison d’hellénistes, Nausicaa continue son combat  et vous propose de la rejoindre dans la résistance.

 

L’association Nausicaa

Les lecteurs du Λύχνος et tous les membres de Connaissance Hellénique sont évidemment convaincus du fait qu’il existe des possibilités de pallier les carences du système éducatif. Grâce à ἕρμαιον (2)  les adultes qui en ont le désir ont pu ou peuvent apprendre le grec et découvrir « le fertile génie de la race hellénique » (3).

On ne peut que regretter qu’il ne soit rien mis en place de semblable pour les enfants. Rien ?

Pas tout à fait n’oublions pas Nausicaa !

Nausicaa, Nausicaa ? Mais qu’est ce donc ? Une association qui propose une initiation au grec ancien en maternelle et en primaire.

Pourquoi donc n’apprendrait-on pas aux enfants les rudiments de la langue grecque ? Oui, tout le monde peut s’initier au grec de 2 à 120 ans. Alors que les langues vivantes sont devenues obligatoires en primaire, il nous a paru évident voire essentiel de proposer une initiation au grec ancien.

 

Ecriture et mythologie

Ce qui nous a fait choisir le grec c’est la nouveauté de son écriture, sa séduction et bien sûr sa mythologie.

L’écriture : le graphisme est nouveau, l’écriture n’est pas cursive, il est aisé pour tous de reproduire les lettres, car les enfants en perçoivent instinctivement  l’origine picturale. Par exemple l’α représente la tête de taureau couchée, ou  pour certains un poisson…Il n’y a pas de piège orthographique : on écrit tout ce que l’on prononce ! Les enfants ont l’impression d’entrer dans un univers mystérieux dont tout le monde n’a pas les clefs. Cela  permet à tous de se retrouver à égalité et d’oublier les origines sociales comme les difficultés scolaires.

Sa séduction : les mythes grecs ouvrent aux enfants un champ de découverte culturel qui rentre en résonance avec leur monde actuel : le cinéma n’hésite pas à exploiter les aventures des grands héros ou des dieux, il faut voir la satisfaction des enfants quand ils sont capables de relever et d’expliquer les différences avec le mythe originel à leur entourage de plus, dans le parcours scolaire qui les attend, ils retrouveront ces « histoires » qui sont en fait, très souvent, les bases de la littérature.

La mythologie : outre la connaissance « intellectuelle » que procurent les mythes, la mythologie en elle-même offre aux enfants, comme les contes, la possibilité d’extérioriser leurs peurs. Les histoires les plus horribles les font délicieusement frémir : tuer son père et épouser sa mère, se crever les yeux, sacrifier sa fille, tuer les enfants de son frère et les lui donner à manger…S’imaginer combattre est aussi exaltant surtout s’il s’agit de monstres que l’on ne rencontrera pas dans la vie réelle : un être mi-homme mi-taureau, une vieille qui vous transforme en pierre rien qu’en vous regardant, un serpent aux multiples têtes qui repoussent dès qu’on les coupe…

En ce qui concerne l’étymologie et l’orthographe, nous nous permettons de reprendre, en l’actualisant, un article que nous avions déjà présenté dans le numéro 60 du Λύχνος papier (épuisé)

– Dans nos séances, nous apprenons toujours aux enfants un ou des mot-clef : Massalia, ville grecque, sera reliée au thème de 1a mer; le mot-clef sera : θάλασσα. Autour du mot-clef, nous allons regrouper un certain nombre de mots ou d’expressions. Ils seront choisis parfois en fonction d’une étude orthographique, par exemple explication du ph (φ), du th (θ), de certains ch, ceux qui se prononcent comme [k], (χ), parfois en fonction de la sémantique.

Les enfants cherchent par exemple des mots qui s’écrivent avec: un ph et citent : pharmacie, Philippe …ce qui à côté du mot-clef φαίνειν nous permettra d’étudier : φάρμακον (4), φιλεῖν et ἵππος. Nous nous permettons des détours que l’étymologie nous suggère. Après avoir appris ἵππος les enfants voient le rapport avec hippopotame et hippodrome. Ils découvrent que « ce joli signe qui porte le nom merveilleux d’esprit rude » donne un « h » en français. Après avoir appris le mot θάλασσα et remarqué que le θ donne « th », nous découvrons les mots

θέατρον et ὁρθός, ce dernier nous permet de parler d’orthographe, d’orthophonie …

Nous enrichissons notre vocabulaire : à chaque séance nous apprenons le mot difficile du jour (thalassocratie / θάλασσα, diaphane / δια-φαίνειν, anthropophage/ἄνθρωπος, φαγεῖν …) ce qui permet aussi de valoriser les enfants par le savoir : ils comprennent des mots qui sont parfois mal connus chez eux et sont ainsi les possesseurs d’un merveilleux savoir.

 

La magie des cours

Ce qui renforce la magie de ces cours c’est qu’il n’y aucune évaluation : on apprend pour apprendre et pour le plaisir et là du coup cette « gratuité  de l’apprentissage» ouvre la porte de la réussite. Peut-être parce que nous utilisons le cadre scolaire sans en faire un synonyme de contrainte. Nous travaillons en collaboration avec le professeur des écoles qui inscrit nos séances dans son programme.  Il prend une part active dans ces heures de grec. De plus le fait de voir leur maître en apprentissage du grec comme eux ravit les enfants.

L’intervenant de grec, suivant ses envies et ses capacités, peut avoir recours à des disciplines annexes :

–       musique : chant de la farandole des fourmis « μύρμηκες, μύρμηκες, μύρμηκες » …

–       théâtre : il est possible de couper le récit du mythe par des improvisations théâtrales réalisées par les enfants, ce qui permet de travailler l’expression orale en français et parfois en grec.

–       Les ressources de la technologie nous permettent des visites virtuelles en Grèce et même une initiation à l’archéologie.

 

Combattez avec nous

Ce tour d’horizon non exhaustif des pratiques de Nausicaa permet de montrer à quel point l’étude du grec et ce dès le plus jeune âge  offre, outre le savoir, un véritable épanouissement : certains élèves en échec ont repris goût à l’école (cf l’histoire d’André sur le site de Nausicaa http://nausicaa13.free.fr rubrique articles savants pédagogie article « remédiation par le grec ») Si nous devions résumer notre action par un slogan ce serait « L’excellence pour tous » !

Si l’on ne veut pas qu’il ait à nouveau comme mention : « c’est du grec, on ne lit pas » (Voir l’opus cité de P. Bouhlol), combattez avec nous : donner envie aux enfants pour survivre, semer pour que vive le Grec c’est notre cause ! Venez nous rejoindre pour que cette expérience puisse s’étendre dans un premier temps à la France entière !

 

 

                                                                                  Arielle Chopard et Brigitte Franceschetti

 

(1)    Titre de l’ excellent ouvrage de Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois-l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IV siècle- 1530) Héritages méditerranéens, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2014

(2)    Incontournable manuel de grec de Jean-Victor Vernhes, Ἕρμαιον, Initiation au grec ancien, Ophrys, Gap-Paris, 1ère édition 1984

(3)    « Petite histoire de l’hellénisme », par Pierluigi Lanfranchi, ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article premier

(4)    Pour une étude plus savante mais ludique nous vous renvoyons à « Rue des boutiques obscures », chronique linguistiques des mots grecs du français populaire, Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas,  ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article quatre

 

 

 

Une université d’été pour apprendre le grec ancien dans les meilleures conditions.

☛ Cette année, lors de la seconde quinzaine de juillet, aura lieu à Digne, dans les Alpes de Hautes Provence (04),  pour la 33e année consécutive :

L’ACADEMIE DES LANGUES ANCIENNES.

affiche-5[4][9][6] Cette université d’été est depuis longtemps partenaire de Connaissance hellénique, parce qu’elle poursuit le même objectif de diffusion de la connaissance du grec. Ce stage intensif, organisé par le CNRS et l’UNIVERSITE D’AIX-MARSEILLE s’adresse à TOUT LE MONDE, à tous ceux qui ont envie, dans une ambiance détendue et conviviale, d’apprendre une langue ancienne (le grec ancien, le latin, l’hébreu, l’arabe classique, le sanskrit, et même le syriaque ou l’araméen, le hittite, l’akkadien, le sumérien le copte ou le slavon) sur 2 semaines (47 heures de cours). On commence au niveau 1 (débutant) par l’apprentissage de l’alphabet, de la lecture et du début de la grammaire; le niveau 2 (moyen) est pour ceux qui connaissant déjà l’alphabet et ont quelques rudiments de grammaire ; le niveau 3 (continuant) est pour ceux qui connaissent déjà la grammaire de base, grosso modo, et veulent commencer à se lancer dans la littérature ancienne, accompagné d’un enseignant. Pour le grec : ✷ Sébastien Garnier, Docteur ès lettres de l’Université, enseignant dans le secondaire, donnera le cours de grec niveau 1 (débutant) avec le manuel d’Ellul & Flichy, Apprendre le grec biblique par les textes (première partie) ✷ Magali Coullet, Docteur ès lettres de l’Université, enseignante dans le secondaire,  continuera au niveau 2 (moyen) avec le même manuel (seconde partie) ✷ Christian Boudignon, Docteur ès lettres de l’Université, Maître de Conférences, donnera le niveau 3 (continuant) et étudiera avec les participants des extraits des ROMANS GRECS (Daphnis & Chloé, le Roman d’Alexandre…). Le prix est de 320 euros (étudiants /minima sociaux) ou 420 euros (plein tarif). Il est possible de trouver un hébergement en résidence universitaire sur place. N’hésitez pas à vous rendre sur le site : www.academie-des-langues-anciennes.fr ✷

Christian Boudignon

ALA Brochure-recto1-4[4][9][7]

Brochure-verso1-4[4][9][7]

Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013

L’évènement se produira tous les 1ers mars, juillet et novembre de chaque année

 

Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)
Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)

 Camus : « Aucune défaite n’est éternelle »

En 1946, dans Hommage à la Grèce, Camus écrit à propos de la résistance grecque contre le fascisme et le nazisme ces mots qui prennent tout leur sens dans la crise actuelle  :

“C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait savoir au monde que les hommes de la liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’est éternelle.”[1]

Mais Camus rêvait cette Grèce plus qu’il ne la connaissait. Et pour cause ! Une interview du journal grec Τα Νέα du 19 mars 1955 lors de la première visite en Grèce d’Albert Camus nous en révèle la cause… Camus avait acheté un billet de bateau depuis Alger pour la Grèce qui portait la date fatidique… du 2 septembre 1939! Ce jour-là la guerre éclatait, il ne vint pas, et transforma pour ainsi dire en Grèce sa Kabylie dont il écrit dans son Carnet I, p. 90 :

“C’est comme si tout d’un coup, à des siècles de distance, l’Hellade tout entière transportée entre la mer et les montagnes renaissait dans sa splendeur antique, à peine accusée dans sa paresse et son respect du Destin par le voisinage de l’Orient.” [2]

Nous aussi, nous vous invitons au rêve, au voyage, ce mois-ci en Kabylie ou plutôt en terre berbère où est née la culture de l’olivier, il y a fort longtemps, comme nous le rappelle Salem Chaker dans son article…

 

Nous serons des Prométhées heureux

Cette invitation au voyage (terme plus poétique que le mot de “vulgarisation scientifique”) anime notre revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) qui fête sa première année sur internet et sa trente-sixième année d’existence. Rappelons que notre revue a subi le destin de Prométhée : elle a voulu s’élever dans l’empyrée des revues scientifiques dans la prestigieuse collection internet “revues.org”. Mais parce que comme Prométhée, nous étions amis des hommes et que nous voulions leur transmettre le feu, parce que nous divulguions le savoir réservé aux dieux, nous avons été condamnés par les dieux ou les géants à rester enchaînés à la forme du blog “hypotheses.org”. Donc, nous ne débloguerons pas. Mais, puisque nous sommes, comme Prométhée, liés par les liens infrangibles de la Toile, nous rêverons à notre étoile. Nous serons, comme le prophétisait Camus à propos de Sisyphe, des “Prométhées heureux” et nous ferons sauter le Parthénon à coup d’hypothèses (voir l’article de J. Kaminski du n°135 de juillet dernier sur Christos Chrysopoulos, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.).

L’ÉVÈNEMENT SE PRODUIRA A CHACUNE DE NOS PARUTIONS, TOUS LES QUATRE MOIS, LES 1ERS NOVEMBRE, MARS & JUILLET DE CHAQUE ANNÉE.

 

Connaissance hellénique : le cours.

Trève de plaisanteries. Rappelons encore et toujours que cette Revue est la branche de CONNAISSANCE HELLÉNIQUE, Le Cours dont le site est toujours : http://sites.univ-provence.fr/hellen/

Son but est d’accompagner par correspondance, avec l’aide d’un correcteur attitré bénévole, tout volontaire dans l’apprentissage du grec ancien. Et cela pour trois francs six sous… En attendant le passage au numérique du Cours, la première étape du néophyte est encore l’achat du manuel de grec Hermaion et l’envoi d’une lettre à Connaissance Hellénique,  Faculté des Lettres 13621 Aix-en-Provence Cédex 1. Ou alors laissez un message en bas de cet article. Tous les lecteurs de cette revue qui le souhaitent peuvent envoyer à la même adresse et à l’ordre de Connaissance Hellénique un chèque (annuel) de soutien de 10, 50 €, afin (ce qui n’est pas un pléonasme) de numériser les anciens numéros. N’hésitez pas à proposer vos articles sur l’Antiquité grecque ou la Grèce en adressant un message après cet éditorial.

 

Sommaire du n° 136 de Connaissance Hellénique

Et voici maintenant le sommaire du numéro de novembre :

1 Christian Boudignon : La mairesse d’Aix et les crapules marseillaises (vous parlez grec et vous ne le saviez pas). http://ch.hypotheses.org/579

2 Pascal Boulhol : les Pères de l’Eglise sont-ils anarchistes ? http://ch.hypotheses.org/589

3 Salem Chaker : Enquête à propos du nom de l’olivier : grec ou berbère ? http://ch.hypotheses.org/601

4 Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour νόος > νοῦς « l’intellect » ? http://ch.hypotheses.org/626

5 Jean-Michel Ropars : Le saut de Leucade : une question de sens. http://ch.hypotheses.org/639

6 Janine Kaminski : cinq poèmes traduits de Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, Ξηροί καρποί. http://ch.hypotheses.org/648

7 Max Pourkier, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Constance II à Constantin IV (337-685). http://ch.hypotheses.org/657

8 Ariel Chopard, Lu pour vous : J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Les Belles Lettres, Paris, 2013. http://ch.hypotheses.org/691

 

 

La plus vieille chanson du monde

Et pour finir en chansons, Ariel Chopard nous communique le lien avec un article du journal Huffington Post sur la plus vieille chanson du monde, une chanson grecque découverte en 1883 à Tralles, en Asie Mineure, sur la stèle funéraire d’un certain Seikilos :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/10/plus-vielle-chanson-du-monde_n_4245328.html

Ὅσον ζῇς φαίνου,

Μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ

Πρὸς ὀλίγον ἐστί τὸ ζῆν

Τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ

”Tant que tu vis, brille !

Ne t’afflige absolument de rien !

La vie ne dure guère.

Le temps exige son tribut.” (attention au jeu de mot : τέλος signifie aussi « une fin » P.B.)

Vous pourrez comparer avec une autre version donnée sur : https://www.dailymotion.com/video/x9gdcb_musique-de-la-grece-antique-epitaph_music

Bonne écoute.

 Christian Boudignon


[1] cité dans la préface aux XXIIIe rencontres méditerranéennes, Albert Camus et la Grèce, Les écritures du Sud, 2007, p. 8.

[2] cité par André Abbou, “Albert Camus le retour à Ithaque”, dans Albert Camus et la Grèce, p. 83.