Archives par mot-clé : Apollonios fils de Ptolemaios

B. Boyaval nous présente une famille de bienfaiteurs de père en fils

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 146, mars 2017, quarantième année, article trois)

UNE TRACE D’ÉCHANGE ÉVERGÉTIQUE EN ÉGYPTE HELLÉNISTIQUE

 

Le pylone d’Edfou, décoré en 57 av. J.-C. par Ptolémée XII, père de Cléopâtre (cliché Harm Frielink, wikicommons)

 

Dans un poème funéraire nilotique dont le plus récent éditeur français a été E. Bernand, Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1969, n°5 p. 53-58 et pl. 56, j’ai trouvé matière à un petit addendum aux pages de S. Bardet sur « Flavius Josèphe et l’évergétisme » ainsi qu’à sa bibliographie très détaillée dans Kentron 28, 2012, p. 89-110.

Cette épitaphe commémore un officier lagide de haut rang, Apollônios fils de Ptolémaios. Elle a été trouvée à Hassaia (sud d’Edfou) parmi d’autres stèles également funéraires et métriques. Ce groupe comprend sûrement les nos 6, 7 et 35 du même volume, mais peut-être pas les nos 8 et 38 (o.l. p. 69 note 8 et 189 note 5). Bernand les date de la « basse époque hellénistique » ; les noms conservés sont helléniques (Apollônios fils de Ptolémaios en 5, Apollônios en 6, Aphrodisia fille d’Evagoras et femme de Ptolémaios en 35), sans qu’on puisse établir entre eux de liens généalogiques assurés ni fournir la preuve que leurs porteurs étaient bien des Grecs et non des indigènes hellénisés (o.l. p. 179 commentaire à 35 v. 7) ; de quelques détails biographiques, il ressort que les personnages ont joué des rôles importants auprès du pouvoir royal (5 v. 9-14 ; 6 v. 25-26 ; 35 v. 5-6).

Voici la traduction Bernand du n° 5, dont je ne retiens que les v. 1-14, seuls utiles à mon propos :

« Viens apprendre quelle est ma patrie, qui je suis, quel est mon père, étranger, avant de poursuivre ton chemin avec bonheur. Oui, je suis Apollônios, le fils de l’illustre Ptolémaios, auquel des Bienfaiteurs ont donné l’éclat du bandeau, apanage sacré de la gloire qui appartient aux “parents” du roi. Son dévouement (eunoia), en effet, l’a conduit à l’intérieur des terres, jusqu’à l’Océan. C’est pourquoi, en moi qui contemplais le magnifique renom de mon père, s’est aiguisé le désir de parvenir à la même valeur et de choisir le noble essaim de ma belle patrie, cette cité sacrée, escarpée, de Phébus [= Edfou], en prenant la mer avec les amis de mon père, brave étranger, lorsque la Guerre des Sceptres vint en Syrie. Je fus un homme dévoué (eunous) et je respectai la douce fidélité (glykeran pistin), et par ma lance et mon audace je l’emportai sur tous ».

Les éditeurs successifs de cette épitaphe, P. Jouguet le pionnier, U. von Wilamowitz-Moellendorf, U. Wilcken, J.G. Milne, J. Geffken, W. Peek, Bernand enfin, ont évoqué divers aspects du document, gravure, langue et style etc. , mais aucun n’a signalé que ses v. 5 (eunoia) et 13 (eunous, pistis) portaient des mots typiques du vocabulaire-standard de l’échange évergétique. Les hautes distinctions du père (bandeau et titre de « parent » du roi) ont un lien avec son expédition à travers le dangereux désert oriental, du Nil à la Mer Rouge. La participation du fils, au nom de l’eunoia, à l’une des guerres de Syrie s’inscrit dans la suite : l’expression « avec les amis de mon père » souligne fortement, en effet, la continuité des échanges de services. Le fils ne détenant apparemment aucun des titres paternels, Bernand, o.l. p. 56, a soulevé le problème, jamais résolu, de l’éventuelle hérédité des titres auliques (ibid. notes 6-7). Mais, à propos de ce texte, on pourrait plutôt songer au cas précis d’une transmission héréditaire des engagements évergétiques.

Les derniers mots du v. 13 ajoutent un conseil pour que la relation évergétique fonctionne bien : il faut « respecter » la confiance des parties prenantes (pistis), afin de créer une relation apaisée (glykeros). Cette fin de vers révèle ce qu’on attendait de l’évergétisme à tous les niveaux de la société : créer du liant et apaiser les tensions.

Bernard Boyaval

Université de Lille III