Connaissance hellénique vous offre deux cadeaux pour l’an nouveau.

 

Santé, vie, joie, paix, bonne humeur, espérance !

 

Mosaïque du IVe siècle trouvée à Halicarnasse et conservée au Musée national britannique.
Mosaïque du IVe siècle trouvée à Halicarnasse et conservée au Musée national britannique. Cliché du British Museum (droits réservés)

 

Premier cadeau

Cette mosaïque d’époque romaine tardive découverte à la fin du XIXe siècle à Halicarnasse (aujourd’hui Bodrum en Turquie) se trouve au Musée national britannique ; les côtés sont de 1,14 m. On peut en voir une copie à Thessalonique, dans le square Aristote. Elle nous présente six mots :
ΥΓΙΑ (= ὑγίεια), la santé ;   ΖΟΗ (= ζωή), la vie ;  ΧΑΡΑ, la joie ;  ΕΙΡΗΝΗ, la paix ; ΕΥΘΥΜΙΑ , la bonne humeur ;  ΕΛΠΙC  ( = ἐλπίς ), l’espérance.
Vous notez quelques différences avec les formes qui nous sont familières :
Dans ὑγίεια, nous avons un ει, diphtongue qui dès l’époque classique commençait à évoluer vers la prononciation i. Cela fait qu’ici elle ne se distingue plus du ι précédent. Nous sommes en route vers l’exclamation moderne « ya ! » qui accompagne joyeusement le geste de trinquer.
Dans ZOH nous avons O au lieu de Ω. C’est un phénomène qu’on observe quelquefois dans les inscriptions d’époque classique, où il peut être un souvenir du plus ancien alphabet attique, qui ne comportait pas de Ω ; cela se généralisera ensuite avec la disparition progressive de l’opposition des brèves et des longues.
Le mot ΕΛΠΙC est terminé par un C : c’est une variante de Σ, dénommée sigma lunaire.
Mais prenons de l’altitude par rapport à tout ce que ces détails techniques ont de terre à terre, et faisons de ces six mots notre  programme de vie pour la nouvelle année.

Second cadeau

Et voici un autre cadeau de nouvel an : c’est une fable qui, si on la médite, aide à réussir malgré toutes les voix, intérieures ou extérieures qui tendent à nous décourager, en nous disant que nous ne parviendrons jamais à atteindre nos objectifs, parce que ceci, parce que cela.

Ἔδραμόν ποτε βάτραχοι… Il était une fois une course de grenouilles dont l’arrivée se trouvait en haut d’une tour particulièrement haute.

De nombreux curieux se rassemblèrent pour assister à l’épreuve, mais peu croyaient possible que les grenouilles puissent grimper aussi haut. Ainsi on pouvait entendre dans le public : « C’est impossible, elles n’y arriveront jamais ! ». Ἀδύνατά γε ! Οὐ μὴ ἀφίκωνται !

Influencées par les cris, découragées par l’effort qu’il restait à faire, les grenouilles commencèrent à abandonner, sauf une qui continuait de grimper. Les spectateurs lui disaient : « Tu n’atteindras jamais le sommet, c’est beaucoup trop haut. Tu ferais mieux d’abandonner ! » Οὐ μὴ ἀφικνῇ ! Ὑψηλότερα γὰρ πολύ ! Λῷον μὲν δή ἐστί σοι ἀπολιπεῖν !

Mais la grenouille, imperturbable, continuait sa course. À la fin, il ne restait qu’elle, et au terme d’un effort considérable, elle gagna le sommet de la tour. Les autres grenouilles voulurent savoir comment elle avait fait mais quand l’une d’elles lui posa la question, elles découvrirent… que la gagnante était sourde !  Οὐκ ἀπεκρίνατο. Κωφὸς γὰρ ἦν ὁ νικῶν !

l’équipe de Connaissance hellénique.