Editorial du n°144 de « Connaissance hellénique » de juillet 2016

Des cerises et des jeux

 

Ouverture des jeux olympiques de Londres en 2012, cliché de Matt Lancashire (Wikimedia Commons)
Ouverture des jeux olympiques de Londres en 2012, cliché de Matt Lancashire (Wikimedia Commons)

 

Le lecteur attentif aura remarqué notre retard à publier cet éditorial en cette quarantième année de Connaissance hellénique. Nous étions occupés à fêter le temps des cerises… mais à quelque chose ce retard est bon. Car les jeux olympiques ont commencé à Rio ! Les grincheux peuvent bien se lamenter, s’ils le veulent, devant cet événement de la culture capitaliste mondialisée, je n’y vois que des raisons de me réjouir.

Oui, l’hellénisme a triomphé grâce aux pionniers de la fin du XIXe siècle, passionnés d’Antiquité et désireux de faire revivre cet idéal. Il imprègne encore notre monde et en particulier une marque de chaussure de sport japonaise : ASICS, dont le lecteur sait peut-être que le nom vient de : Anima Sana In Corpore Sano. Evidemment, tout n’est pas rose, dopage, corruption et cetera… mais on oublie trop vite que dans l’Antiquité aussi les jeux olympiques n’étaient pas toujours parfaits, — Néron n’a-t-il pas acheté ses victoires aux jeux olympiques ? Et surtout, quelle plus belle occasion de voir les nations s’affronter dans un combat amical, par le biais d’athlètes qui consacrent leur jeunesse à se dépasser,  pour une gloire souvent plus qu’éphémère ?

Il reste encore du chemin à parcourir aux jeux olympiques et j’ai un rêve : promouvoir une trêve olympique en invitant les belligérants de tous pays, de tous conflits, à assister gratuitement aux jeux olympiques. Belligérants de tous pays, unissez-vous dans le stade ! Belle utopie, mais les jeux olympiques n’en étaient-ils pas une, il y a plus de cent-vingt ans, avant les jeux d’Athènes de 1896 ?

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef

 

Voici, en tout cas, le contenu de notre numéro 144 de juillet 2016 :

  1. Daniel Arnould : peut-on penser une épopée sans le destin ?

https://ch.hypotheses.org/1582

  1. Petros Diatsentos a lu pour vous : « la Grèce et les Balkans » d’Olivier Delorme

https://ch.hypotheses.org/1589

  1. Laurent Force : les Schtroumpfs , des « animaux politiques » ?

https://ch.hypotheses.org/1594

  1. Un conte pour enfant de traduit du grec par Janine Kaminski : « le petit pilote » de Stavros Zaphiriou.

https://ch.hypotheses.org/1598

5 Jean-Victor Vernhes : les racines *amei et *ameu en grec ancien.

https://ch.hypotheses.org/1605

6 Ariel Chopard a lu pour vous : Bernard Grasset « Hellade ».

https://ch.hypotheses.org/1612
7 Janine Kaminski a traduit pour vous un poème grec de Thomas Ioannou.

https://ch.hypotheses.org/1617

8 Bernard Boyaval rend leur nom à deux momies égyptiennes.

https://ch.hypotheses.org/1620

9 Christian Boudignon, vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°34).

https://ch.hypotheses.org/1634

 

Bonne lecture à tous.

 

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°34)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 144, juillet 2016, article neuf)

 

Les dieux du stade

 

Stade vélodrome lors du match Marseille Caen, cliché Cédric SF (Common medias)
Stade vélodrome lors du match Marseille Caen en 2015-2016, cliché Cédric SF (Creative Commons)

 

Mon frère m’a offert une place l’autre jour dans le nouveau Stade vélodrome pour l’Euro de football 2016. Tout était dans l’ambiance au fil du match ! Je n’ai pu m’empêcher de penser que j’assistais là à une grande messe moderne, toute une liturgie bien organisée, avec chorégraphie en entrée, hymne national et antiennes reprises en choeur (bien qu’assez peu mélodieuses)… Mais qui sont les dieux du stade auxquels on voue ce culte ? Nos braves joueurs ? Bien qu’ils fassent parfois la une de certains calendriers, qu’ils touchent parfois des salaires divins et qu’ils marquent parfois des buts célestes, je sais trop combien leur gloire est éphémère, un jour adulés, l’autre honnis… Non, à mon avis, les dieux du stade, ce sont ces arbitres presque anonymes qui font plier les joueurs à leurs règles et imposent leur loi dans le stade !

 

A défaut de dieux, Flavius Philostrate, au IIe ou IIIe siècle après J.-C., dans son traité De Gymnastica, 5-6, en fait des prêtres :

“Ainsi fut inventé le stade : comme les habitants d’Elis (où se trouve Olympie) faisaient leur sacrifice habituel, les victimes étaient sur l’autel mais il n’y avait pas encore de feu pour elles. Les coureurs étaient éloignés de l’autel de la distance d’un stade et un prêtre se tenait debout devant l’autel avec une torche comme arbitre, le vainqueur mit le feu aux victimes et s’en alla comme vainqueur Olympique.” Στάδιον δὲ ὧδε εὕρηται· θυσάντων Ἠλείων ὁπόσα νομίζουσι, διέκειτο μὲν ἐπὶ τοῦ βωμοῦ τὰ ἱερά, πῦρ δὲ αὐτοῖς οὔπω ἐνέκειτο. στάδιον δὲ οἱ δρομεῖς ἀπεῖχον τοῦ βωμοῦ καὶ εἱστήκει πρὸ αὐτοῦ ἱερεὺς (ξὺν) λαμπαδίῳ βραβεύων, καὶ ὁ νικῶν ἐμπυρίσας τὰ ἱερὰ Ὀλυμπιονίκης ἀπῄει.

Ce récit très pieux et très joli fait naître la course du stade de la distance du stade. De fait, quelle que soit l’origine fort obscure du mot grec στάδιον [stádion][1], l’important est que le sens premier du terme est celui d’une mesure : un stade, c’est-à-dire un peu moins de deux cents mètres, mesure encore utilisée dans la campagne grecque, il y a quelques décennies. Elle devint l’unité de distance qu’il fallait courir (et non l’inverse) comme aujourd’hui on court le cent mètres ou le mille mètres. Ensuite, stádion a désigné la piste de la course de deux cents mètres ou presque, telle qu’elle a été organisée dans les jeux helléniques.

 

C’est vers le premier siècle que l’on voit apparaître le sens de stade comme « bâtiment construit autour d’une piste de course » dans les textes. Saint Paul dans sa Première lettre aux Corinthiens 9, 24, loin de partager la répugnance de certains moralistes, fait l’éloge de la course à pied dans le stade qu’il propose comme modèle aux chrétiens :

« Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix ? Courez donc ainsi afin de le recevoir. »  Οὐκ οἴδατε ὅτι οἱ ἐν σταδίῳ τρέχοντες πάντες μὲν τρέχουσιν, εἷς δὲ λαμβάνει τὸ βραβεῖον; οὕτως τρέχετε ἵνα καταλάβητε.

C’est très moderne. Cela me fait penser aux champions sportifs qui deviennent des modèles universels et même publicitaires ! En tout cas, le stade est dans ce passage ce bâtiment oblong connu de tous, comme on peut en voir encore à Aphrodisias en Turquie et ailleurs.

 

Le mot était déjà passé à Rome, grande imitatrice des Grecs, sous la forme latinisée stádium au triple sens de la distance, de la course et du bâtiment lui-même. Cicéron dans ses Tusculanes (2,56), donnait déjà lui aussi les coureurs comme modèles au sage :

« Que jamais non plus le fort ou le sage ne gémisse, sinon peut-être pour se donner du courage, comme les athlètes qui crient le plus fort possible dans le stade”. Nec vero umquam ne ingemescit quidem vir fortis ac sapiens, nisi forte ut se intendat ad firmitatem, ut in stadio cursores exclamant quam maxime possunt.

On retrouve le mot en vieux français sous la forme plutôt féminine d’estage, d’estade ou de stade au sens d’une mesure de cent-quatre-vingt mètres environ. Nicolas Oresme vers 1370, dans sa traduction de l’Ethique à Nicomaque d’Aristote, nous parle ainsi de Milon de Crotone :

« Les hystoires dient que Milon mengeoit un beuf en un jour et que il le portoit tout le cours d’une estade sans arrester ».

Aurait-on là la version antique de la corrida ?

Cependant ni estage ni estade ne se sont maintenus (sinon dans le provençal estàdi) : l’influence du mot latin stádium a été décisive pour faire triompher la forme savante de stade en français.

Le stade panathénaïque d'Athènes au premier jour des jeux olympiques d'Athènes en 1896
Le stade panathénaïque d’Athènes au premier jour des jeux olympiques d’Athènes en 1896

Si les deux autres sens de distance et de piste de course sont anciens, le sens d’enceinte aménagée pour le sport n’a connu son succès que récemment. Il n’apparaît en français qu’en 1896, date des premiers jeux olympiques à Athènes. L’architecte Métaxas y construisit le stade olympique sur le  site  antique et sur un modèle antique, c’est à dire celui d’une piste entourée de trois côtés et ouverte sur le dernier… où la gloire olympique ne dure qu’un jour. Car comme le chante Leconte de Lisle dans ses Libations (1855) :

La vie est d’un jour sous le ciel antique ;

C’est un char qui roule au stade olympique.

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de langue et de littérature grecque à l’Université d’Aix-Marseille.

[1] Le nom στάδιον [stádion] nous apprend le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Chantraine, est rapporté :

  • soit à un mot du dialecte d’Argos connu seulement par les dictionnaires anciens : σπάδιον [spádion] étendue (tiré du verbe σπῶ, σπᾷς, σπᾷ [spô] tirer, étendre) qui aurait été déformé en στάδιον [stádion],
  • soit au verbe ἵστημι [histêmi] être debout, mettre debout, établir et à son dérivé στάδιος [stádios] droit, solide, ferme au sens de mesure établie, fixée.