Bernard Boyaval rend leur nom à deux momies égyptiennes.

➤ Epigraphie  ( λύχνος n° 144, juillet 2016, article huit)

Deux étiquettes de momies corrigées

Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932
Karl Freund, La Momie, Film américain de 1932

Ces étiquettes ont été trouvées à Medinet-Habou (fouilles américaines de 1929-1930) et publiées par T.G. Wilfong, BASP 32/3-4, 1995, pp. 162 n° 2 pl. 11 et p. 170 n° 24 pl. 24.

La première porte trois lignes :

Παπῶειε θυγάτηρ | Ἀπολλῶς ἀπὸ Συκα | μείνου

que Wilfong a traduites :

« Papôeis (?), daughter of Apollôs, from Sukameinos »

et commentées ainsi :

« Παπῶεις is the most likely alternative, with the scribe having acci­dentally crossed the terminal sigma. Compare Παπῶις (NB 278), but this is normally a masculine name ».

Sur les confusions entre le préfixe égyptien masculin Πα- (ég. p3) et son paral­lèle Τα- (ég. t3), on trouve des exemples dans L.C. Youtie, ZPE 15, 1974, pp. 24-25. On peut donc supposer, ici, une erreur pour Ταπῶεις = Ταπῶις, attesté dans le Namenbuch (NB) 416[1].

On traduira donc :

« Tapôis, fille d’Apollôs, de Sukameinos ».

La seconde porte :

Recto    Σενωρίω|ν θυγάτηρ|{τηρ} Τεν-

Verso    ουσα̣ ἐβί|ωσεν| ἐτῶν) ιδ

« Senhôriôn, daughter of Tenousa, lived 14 years ».

Wilfong a rapproché Τενουσα de Τεναῦς (NB 428 et Onomasticon alterum 314), ignorant Τενοῦς pourtant plus probable (NB 428). La photo suggère un texte antérieur lavé mais non entièrement effacé : α̣πο̣ en petits caractères, à gauche de θυγάτηρ, en est témoin. L’alpha supposé après ους, plus pâle que le reste, appartenait vraisembla­blement au texte antérieur. On aurait alors affaire à l’anthroponyme connu Τενοῦς, traité en indéclinable, ce qui éliminerait l’hapax Τενουσα.

On traduira donc :

« Senhôriôn, fille de Tenous, a vécu14 ans ».

 

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

 

 

 

 

 

 

[1]. On rencontre aussi parfois des emplois fautifs de υἱός pour θυγάτηρ, ainsi sur l’étiquette de momie 774 du Sammelbuch, Θμεσιῶς υἱὸς Νεμώχιος, « Thmésiôs (fém.) fille de Némôchis ».

Janine Kaminski a traduit pour vous un poème grec de Thomas Ioannou

► POESIE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 144, juillet 2016, article sept) ✮✮✮

Quelle tempête a soulevé

Le Léviathan du malheur ?

 

Giacomo Rossignoli, Le Leviathan (Le jugement dernier), Boves, vers 1555
Giacomo Rossignoli, Le Leviathan (Le jugement dernier), Boves, vers 1555

Thomas Ioannou est né à Arta en 1979, a fait des études de médecine à Athènes et exerce comme neurologue. Son premier recueil de poésie Ιπποκράτους 15 lui a valu en 2012 le prix du Ministère de la Culture. Depuis, ses poèmes traduits en anglais, allemand et français sont publiés dans diverses revues et journaux de presse. En particulier il fait partie du comité de rédaction de la revue de poésie Τα ποιητικά .

Les éditions Desmos en France préparent pour cette année une édition bilingue de son premier recueil.

Le texte grec suit la traduction et les notes.

★★★

 Beauté de la Méditerranée

Thomas IOANNOU

Τα Ποιητικά, n° 20, déc. 2015, Ἐκδοσεις Γκοβόστη, Athènes.

Le titre est une antiphrase : la belle Méditerranée est devenue, on le sait bien, un cimetière…

Mais Thomas Ioannou ne s’en tient pas à cette constatation : en évoquant la bénédiction de la mer, l’immersion de la Sainte Croix, la coutume des Βουτηχτάδες, ou le métier ancestral des pêcheurs d’éponges, il donne à la trivialité des événements une triste ironie.

En même temps, il nous fait sentir le crime ou le sacrilège commis non seulement envers les humains, mais aussi envers la nature : tout l’univers semble participer à la catastrophe, la mer, le soleil, les astres, les îles, et le poème devient une sorte d’apocalypse :

Quelle tempête a soulevé

Le Léviathan du malheur ?

★★★

I

Dénaturées les lois de la vie

Renversent la balance de la matière

 

Et il faut que tu passes au-dessus de mines

Avec des membres en fuite

À la recherche d’une patrie bien constituée

 

Avec des bateaux pour chiens qui à ta rage

Ont passé une laisse

Pour que tu n’aboies plus à ton ombre

Même si Cerbère attend

En remuant la queue

 

Avant que monte le fleuve muet[1]

Jusqu’au cou de l’Èbre

Que l’amertume boive l’eau douce jusqu’à en éclater

Et la rejette par les poumons criblés

 

Il faut la manière

Pour débarquer sur des rivages inconnus

Dans des Amériques où tu attendais les Indes

 

II

Dans une langue éloignée

Et qui n’a pas voyagé

Tu pries maintenant

Que le corps de la mer Rouge s’ouvre

Que les eaux s’écartent

Pour que les gens marchent

 

Exanthème hémorragique d’une fuite

Qui se déchaîne avec la Canicule[2]

Et ne te laisse pas de peau pour te cacher

Dans le corps d’une vie de quadrupède

 

Faune bâtarde de mortels

Qui effarouche le corps du soleil

Avec une telle cohue dans les cieux

Frets de plongeurs qui ont recueilli

Comme une éponge toute la lumière

Et crachent à la face de la terre

Les écumes de leur naufrage

 

Ils ont plongé avec leurs habits de fête

Pour attraper la croix[3]

Peut-être que les eaux sont bénies

Bois de la Vraie Croix qui chavire vers l’ignoble

Balançoire avec des corps qui pèsent de plus en plus

Dans la charge du jusant

 

Corps gonflés tambours du silence

Puanteur d’un reflux

Que le meltemi[4] ne chasse pas

 

Quelle place dans l’infini

Pour une vie si éphémère

 

 

III

Nous avons sorti toute la nuit dans l’écume

Ceux qui n’ont pas saisi

Dans leurs mains la terre ferme

 

Quelle tempête a soulevé

Le cétacé du malheur

Et nous avons couru nous le menu fretin

Dans les pires bas-fonds de la chair

 

Maintenant des îles écument en pleine mer

Fonds inversés de tous ceux qui ont appareillé

Pour le voyage de leur race minérale

Et l’azur s’est mis à noircir

 

Morts qui ne se sont pas retenus à la terre

La mer les a vidés

Sable de clepsydre aux rivages

Sur le dos se chauffe au soleil l’oubli de la réalité

Lieu de plaisance de tous ceux qui peuvent

Croire au corps.

 

On bronze bien en cette saison

Avec de si nombreux soleils au zénith

Tant que dure notre trois-mâts

À l’époque du Proche-Occident

 

Présentation et traduction Janine Kaminski

 

[1] Ο βουϐοπόταμος , « le fleuve muet », traduction littérale d’un toponyme désignant un lieu d’Épire près duquel coule le fleuve Achéron. En l’employant le poète a en esprit l’Achéron mythique, le fleuve des Enfers, du silence… de la mort.

[2] C’est en grec « l’astre du chien ».

[3] Aux Θεοφάνια (ou Φώτα), grande fête chrétienne célébrée en Grèce le 6 janvier, il est d’usage de bénir la mer en y jetant la Sainte Croix que des plongeurs tout habillés (Βουτηχτάδες) essaient ensuite de remonter. C’est un grand honneur pour le gagnant qui, après l’avoir baisée, la promène dans les maisons et reçoit des présents.

[4] Vent du nord qui souffle chaque année en mer Égée pendant la canicule, et apporte la fraîcheur.

★★★

ΜΕΣΟΓΕΙΑΚΗ ΟΜΟΡΦΙΑ

 

I

 

Αφύσικοι οι νόμοι της ζωής

Της ύλης το μπαλάντζο ανατρέπουν

 

Και πρέπει να περνάς πάνω από νάρκες

Με μέλη αποδημητικά

Πατρίδα αρτιμελή αναζητώντας

 

Με σκυλοπνίχτες που στη λύσσα σου

Περάσανε λουρί

Να μη γαβγίζεις άλλο τη σκιά σου

Κι ας περιμένει ο κέρβερος

Κουνώντας την ουρά

 

Πριν ανεβεί ο βουβοπόταμος

Ως το λαιμό τουἘβρου

Πιει νερό γλυκό μέχρι σκασμού η πίκρα

Και ξεβραστεί με τα πνευμόνια κόσκινο

 

Θέλει τον τρόπο του

Να βγεις σε άγνωστες ακτές

Σε Αμερικές που τις περίμενες Ινδίες

 

 

II

 

Σε γλώσσα μακρινή

Και αταξίδευτη

Τώρα προσεύχεσαι

Της Ερυθράς ν᾽ ανοίξει το κορμί

Πέρα να κάνουν τα νερά

Να περπατιέται ο κόσμος

 

Φυγής εξάνθημα αιμορραγικό

Με τ᾽ άστρο του κυνός θεριεύει

Και δε σ᾽ αφήνει δέρμα να κρυφτείς

Σε μιας ζωής τετράποδης το δέμας

 

Θνητών πανίδα ημίαιμη

Του ήλιου αλαφιάζει το κορμί

Με τόσο στριμωξίδι στα ουράνια

Ναύλοι δυτών που μάζεψαν

Σφουγγάρι όλο το φως

Και φτύνουνε κατάμουτρα τη γη

Μ᾽ αφρούς από τον καταποντισμό τους

 

Με τα καλά τους βούτηξαν

Να πιάσουν το σταυρό

Μπας κι αγιαστούν τα ύδατα

Τίμιο ξύλο που μπατάρει προς το άτιμο

Τραμπάλα με κορμιά που όλο βαραίνουν

Στο ζύγι της φυρονεριάς

 

Τυμπανιαία σώματα ταμπούρλα της σιωπής

Αποφορά μιας άμπωτης

Που δε τη διώχνει το μελτέμι

 

Πώς να χωρέσει στο απέραντο

Τόση μικρόβια ζωή

 

 

III

 

Βγάξαμε όλη τη νύχτα στον αφρό

Εκείνους που δεν πιάσανε

Στα χέρια τους στεριά

 

Πόση φουρτούνα σήκωσε

Το κήτος της ανάγκης

Και τρέξαμε μαρίδα εμείς

Στα πιο ρηχά της σάρκας

 

Τώρα νησιά αφφίζουνε στο πέλαγος

Ανάστροφοι βυθοί όσων σαλπάρανε

Στης ορυκτής τους ράτσας το ταξίδι

Και πήρε να μπλαβίζει το γλαυκό

 

Νεκροί που χώμα δεν κρατήσανε

Τους άδειασε η θάλασσα

Άμμος κλεψύδρας σε ακτές

Ανάσκελη να λιάζεται η λήθη των πραγμάτων

Τόπος αναψυχής όσων μπορούν

Στο σώμα να πιστεύουν

 

Κάνεις ωραίο μαύρισμα τέτοια εποχή

Με τόσους ήλιους που μεσουρανούν

Όσο βαστά το μπάρκο μας

Σε χρόνους Εγγύς Δύσης

 

ΘΩΜΑΣ ΙΩΑΝΝΟΥ

 

 

 

Ariel Chopard a lu pour vous : Bernard Grasset « Hellade ».

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 144, juillet 2016, article six

Bernard Grasset, Hellade, Le lavoir Saint-Martin,  Paris,  2015, 122 pages.

Partez en Grèce et emportez Hellade !

 

Couverture de livre de Bernard Grasset, Hellade.
Couverture de livre de Bernard Grasset, Hellade.

Ma Bohème

 

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;

Mon paletot aussi devenait idéal ;

J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;

Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

 

Mon unique culotte avait un large trou.

– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.

– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

 

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres, je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

 

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

Il est un peu déconcertant pour le lecteur

qui attend un commentaire sur un ouvrage de voir un article qui commence sur un autre auteur, ici un poète.

Mais c’est exactement l’état d’esprit qui s’impose à la lecture d’Hellade.

Bernard Grasset nous emmène, en sa compagnie et celle de son fils, dans une déambulation poétique hors du temps, et les petits cailloux blancs qu’il « égrène » sont des vers ou des citations tirés des auteurs anciens ou modernes.

Nous sommes conviés à ce « doux frou-frou » sur les chemins de Grèce où passé et présent se mêlent pour mieux souligner que « rien de ce qui est humain ne nous est étranger ».

La chronologie est l’occasion d’une vertigineuse mise en abyme. Grasset nous conte son voyage qui eut lieu en 2005 depuis son bureau en 2010 et publie son livre en 2015. Les pensées du voyageur sur son périple et sur les réflexions de son fils ignorent, comme nous l’avons dit plus haut, tout repère dans le temps mais émergent au fil des paysages, des rencontres, des déambulations, des moyens de transport.

 

C’est un livre idéal pour les vacances,

au sens où nous n’avons plus l’esprit préoccupé, voire diverti au sens pascalien du terme, parce que ce temps nous offre la possibilité de nous transformer en réceptacles, en caves viticoles où nos lectures, nos connaissances pourront enfin apparaître en nous, comme un vin qui se bonifie dans le silence et la sérénité de son fût, avec comme seul but le plaisir de charmer notre âme, de nous faire saisir « une formule [qui] perle […], d’où l’on trouve aussitôt à s’orner. »[1]

« Je marche et me souviens »[2], nous cite Grasset (p.79) et cela semble être sa devise car c’est exactement ce que ressent le lecteur. On se promène avec son fils et lui sur les routes de Grèce et sur les chemins infinis de la réflexion à la suite des poètes, des philosophes. Il sème des citations qui nous incitent à un dialogue entre nous-même et les textes lus, les pensées retenues, tout ce qui nous permet d’avancer dans ce monde qui s’enténèbre, mais que l’auteur parvient à rendre lumineux et apaisé. La présence de l’enfant qui note également quelques réflexions ou qui recopie des données statistiques dans son Journal représente parfois le lecteur qui se laisse guider, et à d’autres moments permet un dialogue non plus avec le poète itinérant mais avec le compagnon qui s’enthousiasme avec un œil neuf et qui a l’avenir à découvrir. Nous sommes à la fois témoin de ce voyage initiatique et partie prenante dans une nouvelle mise en abyme de notre propre rôle de lecteur.

 

« Comme un feu insaisissable, le logos éclaire les rives changeantes du monde » (p. 20)

Le lecteur est guidé par ce phare à travers la lecture de cet ouvrage, qui doit devenir un vade-mecum, et cela d’autant plus aisément que son format permet de le glisser dans n’importe quel sac.

« Le XXIe siècle, avait confié Bonnefoy au Magazine littéraire en avril 2008, c’est bien possiblement celui qui verra la poésie périr, étouffée sous les ruines dont il couvre le monde naturel autant que la société. » (extrait de l’article du Monde en son hommage). Conjurons ce sombre avenir avec la bal(l)ade que nous propose Grasset et terminons avec la sagesse d’Euripide que cite l’auteur « Une vie sans beauté n’est qu’un lourd fardeau »[3].

C’est du reste la démarche qui a sauvé Catherine Meurisse, qui, dans son dernier opus, La légèreté, raconte comment la beauté a réussi à la faire « revivre ».

Partez en Grèce et emportez Hellade, plutôt que n’importe quel guide. Vous approcherez le pays et l’âme des poètes. Restez tranquillement chez vous, voyagez grâce à ce merveilleux petit livre et vous approcherez le pays et l’âme des poètes, dont l’auteur.

Ariel Chopard

Professeure de lettres classiques au collège Sainte Elisabeth,

Les Pennes Mirabeau

 

[1] Francis Ponge – Le parti pris des choses (1942) – L’huître.

[2] Yorgos Thèmelis, Fenêtre nue, Sur les traces, p. 13.

[3] Euripide, Théâtre complet 2, GF 1966, Hécube, 378, p.144.

Jean-Victor Vernhes : Les racines *amei et *ameu en grec ancien

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 144, juillet 2016, article cinq.

Les meilleurs des chants amébées

Les racines *ἀμει et *ἀμευ

avec une étymologie pour ἀμείνων « meilleur ».

 

Nicolas Poussin, Les bergers d'Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)
Nicolas Poussin, Les bergers d’Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)

 

Nous allons voir que l’idée générale exprimée par ces deux racines, qu’on pourrait qualifier de racines jumelles, c’est ne pas rester là ou ne pas en rester là, dépasser, passer ou faire passer d’une position à une autre, faire aller au-delà.

Commençons par la forme *ἀμει. Nous la trouvons dans des mots que dans l’approche habituelle du vocabulaire grec on rattache ordinairement à la notion d’échange : ἀμείβειν, échanger ; ἡ ἀμοιβή, l’échange, d’où l’adjectif ἀμοιβαῖος, caractérisé par un échange, célèbre par les ἀμοιβαῖα μέλη, les chants amébées de la littérature d’inspiration bucolique qui remonte à Théocrite, ou plutôt que Théocrite a reprise d’une vieille tradition dont il a fait un genre littéraire. Ces chants amébées sont une joute poétique entre deux bergers qui tour à tour improvisent deux vers sur un certain thème ou sur deux thèmes contrastés. On définit souvent ces chants amébées comme un échange de couplets. Mais essayons de jouer le jeu en nous mettons dans la peau des jouteurs ou des témoins de cet affrontement poétique. L’un des deux concurrents vient d’improviser deux vers. Son rival doit lui répliquer incontinent en improvisant à son tour deux vers sur le thème choisi. Il s’agit pour lui de ne pas rester coi, de ne pas rester sec, de ne pas se creuser la tête dans un silence embarrassé. Et le premier à son tour doit aller plus loin en montrant avec quelle virtuosité il improvise. Ils sont contraints tous deux à un dépassement permanent.

Ce scénario, même s’il relève largement de l’imagination littéraire, fait bien sentir ce que veulent dire ἀμοιβαῖος, ἀμοιβή, ἀμείβειν.

Ἀμείβειν, c’est passer d’une position à une autre, dépasser. De cette idée générale vont découler les effets de sens usuels : échanger des objets, des paroles ; alterner ; répondre. Il s’agit parfois de passer d’un lieu à un autre : πόλιν ἐκ πόλεως ἀμείβειν, passer d’une ville à une autre.

ἡ ἀμοιβή, c’est le don fait en retour. Un don a été fait. Mais on n’en reste pas là, on va au delà…

Nous invitons nos lecteurs à reprendre dans le Bailly les mots ἀμείβειν, ἀμοιβή, ἀμοιβαῖος et à examiner leurs emplois divers en référence à l’idée générale que nous proposons comme fil conducteur de leur sémantique.

Et maintenant nous allons faire un audacieux pas en avant en proposant de rattacher ἀμείνων, meilleur (un des comparatifs de ἀγαθός) à notre racine ἀμει- avec la valeur fondamentale que nous lui attribuons (être ἀμείνων, c’est dépasser, c’est aller au delà).

Le dictionnaire étymologique de Chantraine nous apporte une seule donnée positive sur ἀμείνων : le εί y est une diphtongue d’origine, et ne repose pas sur l’allongement d’un ε. Le dictionnaire de Beekes nous dit : no etymology.

Éric Dieu, dans son ouvrage sur Le supplétisme dans les formes de gradation en grec ancien et dans les langues indo-européennes (Genève, Droz, 2011) nous offre une étude approfondie d’ ἀμείνων (p. 29-54).

En ce qui concerne l’étymologie, il nous indique les deux pistes principales : 1) rapprochement avec le latin amoenus, ‘agréable’ ; 2) analyse en un ἀ- privatif suivi d’un second élément exprimant la notion de petitesse. Et il nous montre les difficultés qu’on rencontre dans les deux cas.

Notre hypothèse ne pose pas de problème sémantique, mais voyons l’aspect morphologique de la question. Ιl n’y a pas de formations en racine + -νων. Il nous faut donc chercher quel remaniement a pu intervenir.

Sur la racine ἀμει- peut s’être formé un thème verbal en -ν- (comme on en trouve dans πλύνω, laver, κρίνω, juger, etc.). Et des formations nominales en -ων peuvent dériver de thèmes verbaux, comme τρίβων sur τρίβω. Ainsi se serait formé ἀμείνων qui du fait de son sens aurait pris place dans la catégorie des comparatifs, en adoptant la flexion.

Autre possibilité. Des adjectifs en -νος peuvent être formés sur une racine au degré e : δεινός, terrrible (sur *dwei), σεμνός, vénérable (sur σέβομαι, vénérer) On peut donc supposer un *ἀμεινός.

Voyons maintenant la forme *ἀμευ-. Nous la trouvons à l’état de trace dans l’aoriste ἀμεύσασθαι, dépasser qu’on trouve chez Pindare et dans quelques autres termes peu usuels en ἀμευ- .

Nous la trouvons surtout dans ἀμύνω, écarter un danger ou un ennemi. 

Ce verbe est formé sur un thème ἀμῠ-ν- (degré zéro de ἀμευ- + suffixe -ν-. Le υ ne reste bref qu’au futur ἀμῠνῶ. Il s’allonge à l’imperfectif (ἀμύνω < * ἀμῠνyω) et à l’aoriste (ἤμυνα < *ἤμυνσα).

Dans l’idée d’écarter un danger nous percevons aisément la notion de faire aller au delà (donc re-pousser) que nous avons indiquée à propos de ἀμει-

Pour remonter au niveau indo-européen on peut poser ἀμεί- < *h2mey et ἀμευ- <*h2mew.

Une laryngale initiale devant consonne ne laisse de trace qu’en grec et en arménien sous forme d’une voyelle ‘prothétique’.

 

Quels sont les correspondants possibles (en latin et en sanskrit) sur *h2mey ? On a vu dans le latin migrare, émigrer (aller dans un espace au delà) le correspondant de ἀμείβω au sens de changer de lieu, en posant un thème *h2mey-gw. Ce gw est passé à β en grec. Mais cette suffixation en *gw pose problème.

On a en sanscrit mayate, changer (may < *mey). On rapproche le latin meare, ‘passer, traverser’ (disparition du y entre voyelles).

Quels sont les correspondants possible sur *h2mew ? On a le latin moveo, mettre en mouvement, avec structure causative, comme dans moneo, mettre dans l’esprit (racine *men).

Ces considérations étymologiques seraient à développer. Nous nous sommes contentés ici de quelques exemples, car nous avons préféré scruter les données grecques.

 

            Jean-Victor Vernhes

            maître de conférences retraité

de l’Université de Provence

Un conte pour enfant de traduit du grec par Janine Kaminski : « Le petit pilote » de Stavros Zaphiriou

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 144, juillet 2016, article quatre)

Stavros Zaphiriou

Le Petit Pilote

 

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)
Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

 

[S’attaquer au conte pour enfants le plus lu… par des adultes, c’était un défi. Dans le conte de Stavros Zaphiriou, le petit prince n’est plus aussi éthéré et romantique que dans le conte de Saint-Exupéry. Il prend même des allures de jeune révolté contre l’autorité de son père le Roi et des autres représentants du pouvoir officiel : comité des sages, services secrets, précepteurs… dont Stavros Zaphiriou moque la bêtise infatuée.

Toutefois, il a préservé la poésie : s’il n’y a plus de rose ni de renard, il y a encore l’éternelle écharpe, il y a un pilote imaginaire, un petit prince qui rêve d’être pilote sans avion… et qui s’envole avec ses rêves.

Et la séparation du pilote et du petit prince nous serre encore le cœur.

Janine Kaminski, traductrice du conte]

 

Il était une fois un petit prince. Mais cela ne l’ennuyait pas du tout. Ni qu’il fût petit ni qu’il fût prince. Ce qui l’ennuyait, c’était qu’il ne fût pas… pilote. Maintenant vous vous demanderez : quelle sorte de pilote aurait-il été, puisqu’à l’époque où il y avait des princes – des princes normaux c’est-à-dire comme lui-même – il n’y avait pas d’aéroplanes ! Moi aussi je me le demande ! Ce qu’il y a de certain en tout cas, c’est que le petit prince, bien qu’il fût prince, avait beaucoup réfléchi au sujet des pilotes. Et tandis que les spécialistes avaient encore du mal à décider si l’absence d’aéroplane avait un rapport ou non avec des pilotes ou des princes qui voulaient être pilotes, lui-même était déjà arrivé à sa propre conclusion : il n’est pas nécessaire qu’il y ait des aéroplanes pour que quelqu’un puisse voler ! Tiens, comme les oiseaux.

Mais voilà que tout de suite les contradicteurs le rattraperaient ! Oui, bien sûr ! Comme les oiseaux (diraient-ils) ! Mais les oiseaux ne sont pas des pilotes ! Quel énorme problème !

« Ah ! mais il faut absolument que je discute avec quelqu’un de mes problèmes », pensa le petit prince.

Et suivant fidèlement le protocole, il s’adressa tout d’abord au roi son père.

« Mon fils et successeur », le rabroua celui-ci, légèrement énervé, « est-il possible que tu me déranges avec des problèmes de ce genre ? Sais-tu quels soucis a dans la tête un roi ? Je désignerai cependant une commission parmi mes sages conseillers et je la chargerai de réfléchir sur le sujet. Et de te communiquer directement sa conclusion. »

 

Conclusion de la commission des sages du roi :

« Répondant à la volonté du successeur à la couronne d’examiner un éventuel rapport entre les oiseaux et les pilotes, et après l’enquête approfondie que nous avons effectuée, nous avons constaté et déposons que : malgré la version séduisante d’une analogie entre oiseaux et pilotes – version qui relève plus des sentiments et des intentions – nous sommes certains que l’activité aérienne des oiseaux n’a jamais eu de rapport avec la personnalité énigmatique des pilotes. Nous sommes arrivés unanimement à cette conclusion, en observant pendant des heures et des jours la conduite absolument honorable des moineaux, chardonnerets, aigles, rouges-gorges, martinets, bergeronnettes, merles, becfigues, coqs de bruyère, torchepots, tandis que malgré nos efforts assidus et les pièges que nous avons tendus, nous n’avons pas réussi un seul instant à repérer un pilote, pour observer son comportement. En conséquence, nous proposons au petit prince de répondre volontiers aux coups de bec des oiseaux sur les vitres de sa fenêtre. D’autre part nous l’incitons à être circonspect envers toute tentative de soi-disant pilotes pour s’approcher de l’espace aérien de ses désirs. »

 

Le petit prince lut la conclusion de la commission des sages conseillers du roi et, déçu, secoua la tête. Sur aucune de ses interrogations elle ne jetait la lumière qu’il attendait

Il laissa donc de côté la sagesse des sages et se risqua à se confier aux connaissances et au jugement de son maître.

« Mon honoré élève », lui dit celui-ci, « c’est une énorme faute de logique de comparer les notions “oiseau” et “pilote”. Et je vais vous expliquer tout de suite ce que j’entends : un oiseau, par exemple, peut très bien atterrir sur la tête d’un pilote, mais un pilote peut-il atterrir sur la tête d’un oiseau ? De même un oiseau peut construire son nid sur le balcon d’un pilote, mais un pilote ne peut d’aucune façon construire son balcon sur le nid d’un oiseau. Et d’autre part un pilote peut attraper des oiseaux dans l’air, mais un oiseau est incapable d’attraper des pilotes dans l’air. D’ailleurs mon cher, puisque présentement il n’existe pas d’aéroplane, tandis qu’il est avéré qu’il existe des oiseaux, toutes vos interrogations sont hors de saison. »

Comme vous avez pu le constater vous aussi : paroles et paroles en l’air dans la bouche du maître. Ainsi, le petit prince tourna désormais ses derniers espoirs vers son meilleur ami.

« C’est tout simple et ne te fais pas de bile », lui répondit celui-ci. « Le plus sûr moyen d’être pilote, c’est de ne pas mêler les oiseaux à tes pensées. Tu sais bien que celui qui se mêle aux oiseaux se remplit la cervelle de duvet. D’ailleurs les oiseaux sont seulement des oiseaux, tandis que les pilotes ne sont pas seulement des pilotes. »

Ces paroles parurent au petit prince plus conciliantes. Il prit donc la décision de chasser les oiseaux de ses pensées, mais en aucune façon aussi les pilotes. Il croyait, voyez-vous, que même s’il n’était pas indispensable pour un pilote d’être aussi un prince, il était absolument indispensable pour un prince d’être pilote.

 

Cependant, « comment est-ce, un pilote ? » se demanda-t-il, c’est-à-dire demanda à lui-même le petit prince. Et il fut obligé de s’interroger lui-même, puisque autour de lui, soit à la cour royale soit dans le royaume, il n’y avait personne au courant du sujet pour l’interroger. Il commença donc à prendre différentes poses, puisque tu dois être d’une façon quand toi-même tu te demandes quelque chose et d’une autre quand tu te réponds. Il s’asseyait et se levait, changeant de place, accentuait sa phrase tantôt sur un mot tantôt sur un autre, il donnait à sa voix parfois un timbre grave et parfois léger ou remplaçait le point d’interrogation de son ignorance par le point d’exclamation de son doute.

Mais avec tout cela, malgré toutes les méthodes qu’il essayait, malgré l’état d’acharnement émouvant et de surexcitation consciencieuse où il se trouvait constamment, le temps passait sans qu’il réussisse à recevoir de lui-même une réponse.

Jusqu’à ce qu’enfin l’idée lui vînt comme un éclair : il inventerait un pilote. C’est-à-dire qu’il laisserait de côté les poses de sa logique et mettrait en train les poses de son imagination.

Et tout d’abord il imagina qu’un pilote a son âge ou à la rigueur est un peu plus jeune. Deuxièmement, qu’un pilote porte un uniforme, pour qu’on voie qu’il est pilote. Troisièmement, qu’un pilote doit savoir comment décoller de quelque part et comment atterrir là où il a pour but d’arriver. Quatrièmement, qu’un pilote ne doit pas oublier le point d’où il a décollé, ni le trajet qu’il a suivi, pour pouvoir retourner si par hasard c’est nécessaire. Cinquièmement – puisqu’il y a aussi un cinquièmement – un pilote doit pouvoir distinguer du premier coup d’œil qu’un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa n’est pas la même chose qu’un boa qui a avalé un éléphant tout entier.

Certes il aurait été capable d’imaginer le sixièmement et le septièmement et le huitièmement de « comment est-ce, un pilote », mais alors pourquoi ne pas imaginer aussi le neuvièmement et le dixièmement et le cent-quarante-troisièmement ?

Arrêtez-vous maintenant et comptez les lignes que nous avons dépensées et dites-moi s’il y en a peu ou beaucoup, ou s’il valait la peine d’en dépenser davantage pour décrire les fantaisies d’un petit prince ; lequel, et il faut le souligner car cela a une importance particulière, avait un don rare pour son âge : il n’avait aucune idée du dessin ; et une qualité encore plus rare : il n’aimait pas tenir un journal. Ainsi ce qu’il imaginait, il l’oubliait très vite. Et quand il essayait de s’en souvenir il s’embrouillait. Et voilà le résultat :

1° Un prince a son âge, 2° et il porte un uniforme taillé à ses mesures, 3° pour se rappeler où il a l’intention d’arriver, 4° de sorte qu’il peut distinguer un boa qui a avalé un éléphant tout entier de quelque chose qui ressemble à un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa, 5° et qui peut n’être ni un éléphant ni un boa, 6° mais le chapeau que porte un pilote, pour réussir à retourner là d’où il est parti.

À cet endroit l’écrivain doit faire une déclaration sur l’honneur : une quelconque ressemblance avec d’autres petits princes, d’autres pilotes et d’autres éléphants dans le ventre d’un boa est fortuite et il n’est pas exclu qu’elle soit due à la manie des éléphants d’être avalés tout entiers par le premier boa qu’ils trouvent devant eux. Elle peut être due aussi à la mauvaise habitude des pilotes, à peine rencontrent-ils des petits princes, de vouloir écrire des livres sur leur vie.

 

Mais voilà qu’avec ces embrouillaminis, le petit prince arriva de nouveau à une impasse. Au moment où il disait « ainsi est un pilote », l’instant d’après le pilote était autrement.

« Mais peut-être que finalement », se demanda-t-il, « un pilote est ainsi que l’imagine quelqu’un selon son humeur chaque fois ? » Peut-être que je perds mon temps avec tant d’imagination et qu’il vaut mieux que je renonce à l’aspect physique d’un pilote et que je m’attache à sa vie intérieure ? Qui de toute façon n’apparaît pas ! »

Idée naïve, me direz-vous, et vous aurez raison. Vous aurez raison parce que le petit prince ne réfléchit pas que si l’aspect physique d’un pilote changeait si souvent de formes dans son esprit, combien de métamorphoses différentes peuvent se produire dans sa vie intérieure !

Grâce à cette réflexion qu’il ne fit pas, notre héros crut qu’il se débarrassait d’un grand embêtement et que dorénavant il réussirait facilement, et sans beaucoup de descriptions et de détails, à trouver pour de bon la réponse qu’il cherchait.

Ainsi, après tant de jours et de nuits passés dans la confusion et les doutes, il s’endormit enfin ce soir-là tranquillement.

Imaginez alors comme sa tranquillité fut troublée quand, en s’éveillant le lendemain matin, il vit debout à la fenêtre de sa chambre un pilote en chair et en os…

A suivre.

[La suite sera publiée, si vous le réclamez, le 1er novembre 2016]

Laurent Force : Les Schtroumpfs , des « animaux politiques » ?

►  λύχνος n° 144, juillet 2016, article trois

Le système politique des Schtroumpfs

ou les schtroumpfs pensaient-ils grec ?

 

Couverture du mini-récit de Peyo & Yvan Delporte, Le faux schtroumpf, Spirou 1961
Couverture du mini-récit de Peyo & Yvan Delporte, Le faux schtroumpf, Spirou 1961

[L’homme est un animal politique, disait Aristote. Au-delà de cet universalisme, les mots de la politique sont bien grecs ! La politique, c’est l’art de vivre en cité, le despotisme, c’est la politique du maître de maison vis-à-vis de ses esclaves, la monarchie, c’est le pouvoir d’un seul et cetera… Se poser la question du système politique des Schtroumpfs, c’est bien schtroumpfer une question grecque ! L’auteur de l’article, cependant, plutôt que de s’intéresser à la politique du brave Aristote, nous conduit à travers les dédales de Montesquieu jusque vers une proposition non-aristotélicienne, une sorte de schtroumpf rabelaisien ]

 

La question est devenue d’actualité avec la parution de l’ouvrage d’Antoine Bueno[1] qui, si l’on simplifie, soutient que les Schtroumpfs sont communistes, ce qui est pour le moins surprenant pour des héros du Journal de Spirou.

Quel est donc le régime politique des Schtroumpfs ? Remarquons qu’ils vivent dans une société peu stratifiée avec seulement deux niveaux : le Grand Schtroumpf (le chef) et les Schtroumpfs tous égaux et quasi indiscernables, même si chacun a sa personnalité.

 

1ère piste

La consultation du Petit Montesquieu illustré[2] nous laisse trois possibilités : le despotisme (la tyrannie), dont le principal ressort est la peur, la monarchie, avec l’honneur et la république, avec la vertu.

Nous pouvons tout de suite éliminer le despotisme : Le Grand Schtroumpf n’a rien d’un despote et son régime ne repose pas sur la peur.

Les Schtroumpfs ne vivent pas non plus en république : Le Grand Schtroumpf n’est pas un magistrat élu ou tiré au sort parmi les Schtroumpfs. Il n’est pas l’un d’entre eux, même pas un primus inter pares : il reste irrémédiablement (et éternellement ?) au-dessus d’eux. S’ils sont naturellement gentils, les Schtroumpfs ne font pas montre de la moindre vertu républicaine.

Reste donc la monarchie : le Grand Schtroumpf exerce son pouvoir seul, en bon père de famille. Il est un parfait monarque de droit divin dont le pouvoir ne peut être remis en cause. Les Schtroumpfs vivraient donc en monarchie… Cependant la société schtroumpf ignore les corps intermédiaires caractéristiques de la monarchie ; les Schtroumpfs sont en général insensibles aux honneurs et, si on y réfléchit bien, le Grand Schtroumpf n’a pas vraiment les pouvoirs habituellement associés à la royauté : il ne bat pas monnaie, n’a pas de police, pas d’armée (l’armée Schtroumpf, c’est le peuple en armes, comme en république). Bref, le Grand Schtroumpf est à peine un monarque et la société schtroumpf une piètre monarchie.

 

2e piste

Puisque la science politique du XVIIIe siècle nous fait défaut, utilisons les ressources de la science moderne. Démocratie ou dictature ? Capitalisme ou communisme ?

Les Schtroumpfs ne vivent pas (sauf errements temporaires le temps d’un album) sous une dictature : chacun est libre de faire ce qu’il veut et de dire ce qu’il a envie de dire. Pas de censure, pas de goulag, le régime Schtroumpf serait la démocratie. Une démocratie sans élections et avec un Grand Schtroumpf à vie ? Voilà qui ne rentre pas dans le modèle, d’autant plus que la démocratie est généralement associée au capitalisme et à l’économie de marché. Et la société schtroumpf n’est pas capitaliste : elle ignore (sauf errements temporaires clairement condamnés) l’argent et à plus forte raison l’accumulation du capital et ne connaît pas de marché. Est-elle pour autant communiste ou socialiste ? Outre la liberté pleine et entière dont jouissent ses membres, la société Schtroumpf ne pratique pas la planification de son économie (chaque Schtroumpf produit ce qu’il a envie de produire), ne connaît pas la propriété collective des moyens de production (le Schtroumpf paysan semble propriétaire de son champ, le Schtroumpf bricoleur de son atelier, etc.), la seule exception semblant être le barrage qui est, de par l’ampleur de la tâche, un œuvre collective.

3e piste

En fait, parler de planification, de moyens de production, de marchés, est très exagéré pour un village d’une centaine de personnes[3]. Raymond Aaron écrivait[4] que capitalisme et socialisme ne sont en fait que deux facettes d’une même société, la société industrielle. La société schtroumpf n’est pas une société industrielle : les Schtroumpfs sont supposés vivre au Moyen-Age et font généralement usage, sauf exceptions exigées par le scénario, d’une technologie (le cas échéant, d’une magie) de cette époque ; ni même une cité grecque. Les catégories que nous avons explorées ne peuvent s’appliquer à un groupe dont la taille est proche de celle d’une grande famille ou celle d’un petit village. Le Schtroumpf est en fait très proche de l’état de nature cher à Jean-Jacques Rousseau : innocent, naturellement bon, ignorant de toute loi autre que la loi naturelle, non perverti par la société, ou plus précisément : régulièrement mais temporairement perverti par notre société, ce qui donne lieu à de nombreuses aventures. L’idée est tentante, le village schtroumpf ressemble finalement bien à une société primitive dont le modèle pourrait être un village d’Amazonie[5].

Cependant, le véritable état de nature est une fiction dans laquelle l’homme est seul, isolé. Dès qu’il se rassemble, dès qu’il se donne des règles (même implicites), dès qu’il forme une société, l’homme quitte l’état de nature pour adhérer à un contrat social. Le village schtroumpf est, qu’on le veuille ou non, une petite société avec un régime politique que le mot « naturel » ne suffit pas à décrire.

 

4e piste

Il parait douteux que Peyo ait eu en tête le modèle du village amazonien. En revanche, il existe beaucoup plus près de nous un modèle qui réunit de nombreuses caractéristiques du village schtroumpf :

  • Il n’y a que des hommes,
  • Tous sont habillés de la même manière,
  • Chacun conserve son individualité et sa liberté,
  • La vie est communautaire (repas pris en commun dans un réfectoire, etc.),
  • Il n’y a pas d’argent et encore moins d’accumulation de richesses,
  • Chacun a un rôle et contribue à la vie de la communauté,
  • Tous sont égaux sauf le chef de la communauté qui est un père pour chacun de ses membres et qui les aide à progresser.

Ce modèle, c’est celui de la communauté monastique[6]. Le ressort du régime est l’amour de son prochain. Le Grand Schtroumpf est en fait un père abbé ! Il aide les Schtroumpfs à progresser et à se garder des principales menaces pour un moine : le pouvoir (Le Schtroumpfissime, 2e album de la série), les femmes (La Schtroumpfette, qui est un agent du diable/de Gargamel, 3e album), l’Argent (Le Schtroumpf financier), raisons de ses vœux d’obéissance, de célibat et de pauvreté. Le Grand Schtroumpf est moins caractérisé par son pouvoir que par son auctoritas. Il n’est ni élu, ni nommé mais simplement reconnu comme chef par tous en raison de sa sagesse et de son grand âge (on pourrait presque parler de gérontocratie). Comme un abbé, il réunit ses petits Schtroumpfs pour que chacun puisse s’exprimer avant les décisions engageant l’avenir de la communauté.

Laurent Force

Ingénieur à France Télécom

 

 

 

 

5e piste et conclusion :

Le plus simple serait sans doute de demander au Grand Schtroumpf. Il nous dirait certainement que le régime politique des Schtroumpfs est la schtroumpf et que tout le reste n’est que débat de Schtroumpfs.

 

 

 

[1] Antoine Bueno, Le petit livre bleu : analyse critique et politique de la société des Schtroumpfs,…

[2] Montesquieu, l’Esprit des lois,…

[3] 100 Schtroumpfs exactement dans l’album le centième Schtroumpf, mais depuis on a retrouvé le Schtroumpf sauvage, etc.

[4] Raymond Aron, Dix-huit leçons sur la société industrielle,…

[5] Voir par exemple Claude Levi-Strauss, Tristes tropiques,…

[6] Le modèle politique des Schtroumpfs est donc un monastère, ce qui signifie en grec, l’habitation des solitaires (NdE).

Petros Diatsentos a lu pour vous : « La Grèce et les Balkans » d’Olivier Delorme

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 144, juillet 2016, article deux.

Olivier Delorme, La Grèce et les Balkans. Du Ve siècle à nos jours, Gallimard, Folio histoire, 3 volumes, Paris, 2013, 2298 pages.

Couverture du troisième tome
Couverture du troisième tome

[C’est avec plaisir que nous publions  le compte-rendu de cette somme d’Olivier Delorme, qui s’est initié au grec ancien avec Connaissance hellénique.]

Les événements de portée internationale qui ont bouleversé les Balkans dans les années 1990 ont mis sur le devant de la scène médiatique occidentale les Etats et les sociétés de l’Europe du Sud-Est, pendant une décennie. A cette époque, le grand public — journalistes, intellectuels, militants associatifs, acteurs politiques — a été confronté à des situations inédites (transitions politiques, guerres, génocides, crises humanitaires…), très souvent peu ou pas intelligibles, d’autant plus que les études d’anthropologie, de géographie ou d’histoire balkaniques étaient rares. A partir de cette même décennie, et par la force des événements, la recherche portant sur l’espace post-ottoman dans sa partie européenne a connu un nouvel élan. Cet intérêt s’est focalisé notamment sur les Etats slaves des Balkans. Dès lors ont vu le jour de nombreuses études qui ont permis aux chercheurs et au grand public d’avoir accès aux connaissances nécessaires pour se familiariser avec l’histoire des Etats et des sociétés d’une partie importante des Balkans.

L’extrême sud des Balkans, sans doute moins connu des chercheurs francophones, revient à l’actualité de façon récurrente depuis le début des années 2010, avec ce que l’on a coutume d’appeler « la crise grecque », tandis que la récente « crise de réfugiés » a mis de nouveau sur le devant de la scène les Etats et les sociétés qui ont émergé au fil des recompositions des années 1990. Toutefois, l’intérêt du grand public pour la situation socio-économique grecque et le besoin d’aborder ses causes à travers un prisme socio-historique s’est heurté à l’absence quasi totale de travaux synthétiques de qualité, qui auraient permis de déterminer les justes dimensions de la situation actuelle en Grèce, mais aussi dans les Balkans. Même si les deux dernières décennies ont vu paraître des ouvrages portant sur l’histoire et la société grecque d’après 1945, la grande majorité d’entre eux concerne des travaux s’adressant aux spécialistes des sciences sociales.

L’ouvrage d’Olivier Delorme, La Grèce et les Balkans : du Ve siècle à nos jours, constitue un travail qui a l’ambition de combler cette lacune. Parue en 2013 aux éditions Gallimard, cette somme de 2298 pages en trois volumes constitue l’aboutissement d’un projet amorcé en 2008 à l’initiative de Martine Allaire. L’auteur, agrégé d’histoire et ancien maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, est un historien engagé qui se définit comme un médiateur culturel, voire un passeur de savoirs. Il s’inscrit dans la lignée de Paul Veyne, qui considère que l’historien est avant tout un narrateur, un romancier du vrai. Avec sa trilogie, Olivier Delorme souhaite « faire une synthèse de l’état des connaissances au plus près possible de la recherche, sans toutefois prétendre apporter quelque chose d’original ».

L’auteur porte un regard a priori bienveillant sur la Grèce, tout en souhaitant proposer un ouvrage bien documenté. Au fil des pages, la trilogie s’enrichit de notes et de cartes, ainsi que d’un glossaire, d’une bibliographie thématique et d’un index nominum. Cet ouvrage est avant tout une histoire politique, en ce sens que sont traitées en priorité les questions concernant les relations internationales, la géopolitique, la construction de l’Etat et les rapports entre la société et l’Etat. Elle couvre principalement deux siècles et demi d’histoire grecque et balkanique, même si le point de départ se place à la période qui a transformé définitivement l’Empire romain d’Orient. A l’autre bout de cette frise chronologique on retrouve les quatre décennies qui ont suivi la chute de la dictature des colonels en 1974 ; ce « laps de temps » est en effet exposé de manière assez étoffée dans le troisième volume qui se clôt sur l’émergence de la crise économique et sociale sévissant dans ce pays, depuis 2010. De ce point de vue, la somme d’Olivier Delorme répond à un réel besoin concernant non seulement l’histoire, mais également le trajectoire de ce pays, durant les vingt-cinq dernières années.

L’auteur place donc l’histoire de la Grèce moderne au centre de cette rétrospective à la fois fluide et vivante, même si le titre nous indique qu’elle n’est pas l’objet exclusif de l’ouvrage. Il intègre en effet la Grèce dans son environnement géopolitique direct (les Balkans) et international, en donnant une vision synthétique des interactions entre elle et l’ancienne aire byzantino-ottomane, au fil des siècles. Il se donne pour objectif de faire connaître la Grèce après le « moment » antique, en vue de proposer les outils nécessaires pour déchiffrer la situation politico-sociale actuelle. Il se détache ainsi du schéma de l’histoire tripartite (Antiquité, Byzance, Grèce moderne) forgé par l’historiographie grecque au XIXe et repris par les historiens occidentaux tout au long du XXe siècle.

 

L’essentiel du premier tome porte sur le long XIXe siècle balkanique qui commence au lendemain de la Révolution française pour se terminer la veille de la révolution jeune-turque (1908). Toutefois, dans le premier tiers de ce volume, l’auteur s’attache à étudier les origines de la Grèce moderne, en abordant rapidement ce que furent les Empires byzantin et ottoman. Il s’agit en effet de tracer la « préhistoire » de la Grèce moderne, son passé byzantin et ottoman, où l’on voit comment le destin des élites qui forgent l’identité grecque moderne au XVIIIe siècle est scellé par son contact avec le pouvoir ottoman et les autres peuples balkaniques. L’auteur souligne l’héritage politique et culturel qu’ont légué les deux Empires, ainsi que la place particulière des Grecs au sein de ces deux ensembles. Au terme de cet aperçu, l’auteur se focalise sur « le siècle des nations » dans le Sud-Est européen. Il vise à mettre en lumière les facteurs qui ont préparé le terrain sur lequel ont germé les projets nationaux dans les Balkans, y compris les différents projets turcs. L’accent est mis sur la place des élites grecques en tant qu’intermédiaires entre l’Europe et la Méditerranée orientale ainsi que leur rôle dans la circulation des idées des Lumières. Olivier Delorme s’arrête alors sur le processus d’émergence des identités nationales et de projets politiques qui ont conduit à la guerre de l’indépendance grecque et à l’émergence des autres États-nations balkaniques. Parallèlement, il examine le sort de l’Empire ottoman au XIXe siècle et l’impact des réformes engagées notamment après 1850. Dans ce premier tome, nous suivons aussi les étapes initiales de la construction de l’Etat et les tentatives visant à mettre en place, puis à consolider une république parlementaire.

Le deuxième volume est d’abord centré sur l’évolution du contexte géopolitique dans les Balkans au début du XXe siècle, contexte qui est marqué par l’effondrement de l’Empire ottoman et par la mise en place progressive du nouveau statu quo dans les Balkans. Le lecteur suit ainsi les épisodes successifs des hostilités, où se trouvent impliqués les Etats et les sociétés balkaniques depuis 1912, entraînant des recompositions à la fois territoriales et démographiques. Par ailleurs, l’auteur rend compte de la présence et de l’implication de chacune des puissances européennes dans les trois événements majeurs qui ont marqué la péninsule balkanique dans les années 1912-1922 : les guerres balkaniques, la première guerre mondiale, vue comme le prolongement des hostilités de 1912-1913, ainsi que la campagne grecque en Asie Mineure. Les dix années de guerres et la défaite grecque de 1922 (« la Grande Catastrophe ») auront de multiples conséquences, allant des nettoyages ethniques aux déplacements de populations et aux crises politiques successives qui s’amorcent au sein de l’Etat grec, bien avant la fin de la première guerre mondiale. A l’issue de la campagne d’Asie Mineure, la société grecque ne sera plus comme avant. Après l’évanouissement du projet national (la « Grande Idée ») et malgré les réformes sociales et institutionnelles, introduites depuis 1911 par Venizelos, l’Etat grec est confronté à une instabilité politique constante, ainsi qu’au problème de l’intégration des réfugiés. La crise économique mondiale de 1929 se répercute en Grèce et creuse davantage les fractures, tandis que la radicalisation des couches populaires s’exprime à travers une montée de la contestation sociale, dans les années 1930. Les tensions et les fractures au sein de la société grecque, d’une part, et l’instabilité politique d’autre part, conduiront à la dictature de 1936. Cette première partie du deuxième tome se termine par un chapitre consacré à la montée des régimes autoritaires dans les autres pays balkaniques, ce qui évoque la proximité entre les Balkans et le destin des autres Etats européens à l’entre-deux-guerres.

La seconde partie du Tome II traite de l’entrée des pays balkaniques dans la seconde guerre mondiale et de l’avancée militaire des pays de l’Axe, dans la péninsule. Olivier Delorme présente le nouveau partage des territoires parmi les vainqueurs allemands, italiens et bulgares et il expose les effets de l’Occupation pour se pencher tout particulièrement sur le cas des Résistances grecque et yougoslave. L’auteur suit de près la mise en place de la Résistance grecque dans les centres urbains, puis dans l’arrière-pays grec et il traite des rapports de force qui se développent entre les diverses organisations armées. Le contrôle et la nouvelle organisation politique d’une partie non négligeable du pays par la principale organisation de la résistance créent un pouvoir politique de facto, face à un gouvernement grec en exil. Durant toutes ces années, les Britanniques jouent un rôle déterminant en se posant comme intermédiaires entre les divers protagonistes. Les conditions de la guerre civile, qui éclatera dès le départ de l’occupant, y sont déjà présentes, même si l’on ne peut pas parler de déterminisme. La guerre civile qui se déroulera en deux actes aura un impact catastrophique à tous les niveaux sur la société grecque : persécutions de toute sorte, crimes, exactions, mise en place de camps de concentration, déplacements forcés de populations, réfugiés… Elle creusera davantage les fractures sociales d’avant 1940 et laissera des plaies ouvertes jusqu’au milieu des années 1970.

Le troisième volume, qui commence au lendemain de la guerre civile pour arriver à nos jours, est divisé en quatre parties. Dans la première partie, le lecteur suit les deux grandes phases d’un processus qui a conduit à « la lente démocratisation » de la Grèce. Pendant la première période, qui va jusqu’à la dictature des colonels (1967-1974), la république grecque est frappée d’un fort déficit démocratique, d’un manque de stabilité politique et d’une ingérence constante de la cour royale et des Etats-Unis dans les affaires politiques. Dans une seconde phase, à savoir après la transition de 1974 (Metapolitefsi), le processus démocratique et les réformes sociales s’accélèrent, tandis que le pays se tourne résolument vers le continent européen.

La deuxième partie du tome III porte sur les transitions politiques dans les Balkans, depuis la chute du rideau de fer jusqu’au début du XXIe siècle. Elle traite en effet de nouvelles recompositions territoriales, des transitions politiques et de la mise en place de nouvelles structures et institutions dans chacun des anciens pays communistes. L’auteur examine les faits dans leur dimension européenne et internationale. Ainsi, dans les années 1990, les Balkans constituent le carrefour où se rencontrent les acteurs régionaux, les autres Etats du continent européen mais aussi les Etats-Unis et les organismes internationaux.

Dans la troisième partie, l’auteur examine le devenir des Etats qui ont succédé aux anciennes Républiques populaires au terme de dix années des transitions ou des guerres. Il constate que la gestion globale des crises, voire l’ingérence des pays européens, de l’Union Européenne dans son ensemble ou des Etats-Unis n’ont guère eu d’efficacité et ont très souvent conduit à des résultats complètement opposés à ce que l’on prônait dans les années 1990.

La dernière partie de ce tome couvre l’évolution du pays grec après les événements majeurs survenus dans les Balkans et en Europe, entre 1985 et 1995. Plusieurs pages sont consacrés aux réformes des institutions et de l’Etat, aux performances de l’économie grecque, ainsi qu’à l’intégration dans la zone euro. Quant au contexte géo-politique, l’auteur se penche sur le rapprochement gréco-turc et sur ses limites, ainsi que sur la question chypriote. Enfin, Olivier Delorme s’attache à la question de la crise économique et sociale qui sévit en Grèce depuis 2010. Son approche va au-delà d’une simple énumération de faits. A travers une analyse bien documentée, il expose un ensemble de facteurs (inhérents à la société et à l’Etat grecs ou exogènes) qui ont mené à la crise. Dans cette dernière partie, l’auteur revient sur les idées reçues, et sur les stéréotypes culturalistes qui ont été utilisés pour expliquer la situation des dernières années. Il exprime son point de vue de façon explicite et porte des jugements assumés, en prenant une position claire concernant les acteurs, les facteurs et les situations qui ont conduit à cette crise.

La concomitance de la crise économique mondiale et de son impact en Grèce, avec la sortie de la trilogie d’Olivier Delorme, en fin 2013, mériterait toutefois une observation qui ne saurait être passée sous silence. L’écriture du texte s’est faite au fil de la « crise grecque » et le lecteur ressent à plusieurs reprises que l’actualité politico-économique interfère dans le récit historique. D’après nous, l’auteur ne parvient pas à tenir la juste distance vis-à-vis de la présence allemande dans l’histoire grecque, balkanique ou européenne, ni à relativiser la place et le rôle du pouvoir politique allemand dans les divers événements qui ont marqué la seconde moitié du XXe siècle. Olivier Delorme est un historien engagé et un auteur-citoyen, ce qui nous rappelle que l’historien est certes l’homme des sciences sociales et le citoyen, à la fois. Mais dans le cadre de cette double intégration, il ne faudrait jamais perdre de vue que les engagements citoyens ne devraient pas nous empêcher d’assumer jusqu’au bout nos engagements scientifiques.

Quoi qu’il en soit, la somme historique d’Olivier Delorme réussit son pari de proposer à un public francophone de non-spécialistes une histoire synthétique de la Grèce moderne, qui tient compte de son environnement balkanique et européen. En se penchant sur l’histoire grecque moderne, l’auteur met en relief le rôle particulier et la place du monde grec dans les Balkans, ainsi que son importance dans l’histoire du continent tout entier. Tout au long de son étude, il met en exergue la singularité grecque dans l’espace ottoman et post-ottoman. Le monde grec est considéré comme un carrefour entre les mondes méditerranéen et slave, turco-musulman et occidental et, en même temps, l’interface entre l’Orient et l’Occident. Pour l’auteur, « l’hellénisme » a exercé une influence déterminante dans l’Europe du Sud-Est et a agi comme le vecteur de la modernité dans les Balkans.

Il va de soi que si nous voulons recadrer le récit de l’histoire grecque, il ne faut plus parler d’une singularité qui traverse les siècles, mais de particularités historiques du monde grec qui le distinguent des autres sociétés balkaniques, méditerranéennes ou européennes, ayant elles aussi leurs propres particularités historiques. Par ailleurs, nous devons aussi tenir compte des éléments qui marquent son rapprochement et son unité avec les autres sociétés, unité qui se dégage, au fond, d’une multitude de connexions et de contacts, d’influences mutuelles et d’osmoses qui ont opéré au fil des siècles et qui sont encore plus présents de nos jours. Ainsi, ce qui paraît nécessaire à l’heure actuelle, c’est la compilation d’une histoire sociale et culturelle pour l’ensemble de l’Europe du Sud-Est, une histoire connectée et globale, où l’on s’attacherait davantage aux influences réciproques, aux processus de transferts multi-directionnels de savoirs et d’idées et à leur remaniement, à l’interconnexion des lieux de production de savoirs, ainsi qu’à tous les éléments (personnes, espaces géographiques, projets, etc.) qui constituent des ponts et rapprochent les hommes, les sociétés et les cultures. Je parlerais même d’un véritable besoin de proposer une lecture qui déplace le regard de ce qu’on a tendance à considérer comme un épicentre (un pays, une élite, un peuple, un Etat, une capitale, etc.) vers des centres multiples et à portée différente qui, au-delà des rapports de domination politico-économique qu’ils entretiennent, développent également une multitude de connexions horizontales. Il s’agirait de passer d’une lecture qui se focalise sur les transferts unilatéraux et monodimensionnels, à l’interconnexion et aux influences mutuelles, afin de mettre en lumière les aspects socioculturels et anthropologiques communs non seulement parmi des différents peuples ou sociétés balkaniques, mais aussi entre ces derniers et les autres sociétés de l’Europe et de la Méditerranée. Rappelons que, hormis les singularités et les apports particuliers de chaque société ou culture, singularités qui ne sont que le pur produit de l’histoire, il y a ce fonds commun de la modernité, qui relie non seulement les sociétés balkaniques entre elles, mais également ces dernières aux autres sociétés de l’Europe et de la Méditerranée. Ainsi, l’intérêt du chercheur devrait s’orienter vers ce qui est commun et relie les destins des peuples de l’ancienne aire ottomane et vers les circonstances historiques qui ont produit les rapprochements, sans toutefois compromettre les particularités. Dès lors, il deviendrait nécessaire de mettre en perspective les particularités (au pluriel), ramenées à leur juste dimension historique, ce qui éviterait des lectures ou des glissements essentialistes.

Enfin, pour paraphraser A. F. Christidis, je dirai que la lumière historique nous permet de ramener les phénomènes et les événements à une échelle humaine, celle du citoyen universel qui refuse de se sacrifier à l’autel de mythes d’une particularité étanche et a-historique, mythes qui nourrissent la discorde et la division. Les circonstances actuelles en Europe, dans les Balkans ou en Méditerranée, rendent encore plus prégnant le besoin d’aborder l’étude de nos sociétés, en respectant l’historicité intrinsèque des phénomènes sur lesquels on se penche. Il ne s’agit pas là d’une simple question de déontologie académique. La dimension morale qui sous-tend cette question est d’une importance vitale pour le temps présent. Le produit de notre travail d’universitaires et de chercheurs, lu et relu constamment, repris, débattu, remanié, diffusé, constitue un des éléments fondamentaux qui appuie de près ou de loin la construction des identités et la légitimité de projets politiques allant dans des sens très différents, voire opposés. Et c’est ici qu’intervient la responsabilité de l’historien qui doit toujours mesurer l’impact et le retentissement du savoir qu’il propose, non seulement à ses pairs, mais aussi à la société civile.

Petros Diatsentos

Maître de conférences de grec moderne à l’Université d’Aix-Marseille.