éditorial et sommaire du numéro 139 (novembre 2014) de Connaissance Hellénique

COMMENT S’EST DECLARE L’INCENDIE DE LA BIBLIOTHEQUE D’ALEXANDRIE ?

 

Couverture du livre "Farenheit 451" de R. Bradbury (Wikicommons)
Couverture du livre « Farenheit 451 » de R. Bradbury (Wikicommons)

 

Après l’effondrement du plancher de l’annexe, Cosmas le scholastique, archibibliothécaire de l’auguste et vénérable bibliothèque fondée neuf siècles auparavant, dépensait toute son énergie à trouver des fonds qui lui permissent de reconstruire cette dépendance et de réparer le toit de la bibliothèque elle-même qui, les jours de pluie, laissait passer l’eau du ciel jusqu’à l’antique salle des rouleaux. Il se rendit d’abord chez Stéphane, économe du patriarche d’Alexandrie, Cyrus, et, malgré son titre d’archibibliothécaire, fit longtemps antichambre entre les moines déguenillés et les réfugiés dépenaillés de Syrie-Palestine, avant d’avoir enfin le droit d’entrevoir le trésorier du patriarcat qui lui fit comprendre que les caisses étaient vides depuis le pillage des Perses, que les pauvres à secourir étaient légions, que les dons et les aumônes se faisaient rares, que le peuple était depuis longtemps passé à l’hérésie et que les riches avaient trouvé refuge à Constantinople…

— Mais, s’écria Cosmas, le Nil ne coule-t-il plus en Egypte ? N’avez-vous plus vos domaines sur les berges du fleuve ? A-t-on oublié le grec, le grand Alexandre et les soixante-dix traducteurs de la Bible ? Allez-vous donc laisser se ruiner le phare de la civilisation, la merveille de l’esprit, la source de la science ? Voulez-vous donc que la bibliothèque devienne la pâture de moutons bêlants écervelés béats ? Les Alexandrins ne vivent-ils plus désormais que pour boire, manger et dormir ?

L’économe le fit mettre dehors et s’en alla lui-même compter les moutons, les chèvres, les vaches, les paniers de poissons, les sacs de farine, les caisses de dattes, et toutes les provisions que l’on accumulait pour le petit banquet anniversaire du patriarche.

Ecœuré, Cosmas se rendit chez Constantin le sacellaire. Les gardes le firent entrer et il fut reçu aussitôt. Cosmas se jeta, malgré son orgueil, aux genoux du financier impérial et lui exposa la situation critique de la bibliothèque d’Alexandrie.

— Trop de livres nuit, lui répondit Constantin. La lecture rend impropre à la guerre. Il nous faut du soldat ignorant, endurant et obéissant, pas du scholastique ! Jérusalem est tombée à l’ennemi, l’empereur est malade, et vous nous parlez de vos livres ! Mais qu’on les brûle !

L’entrevue s’interrompit, et Constantin se plongea, inquiet, dans la lecture du courrier qui lui était arrivé de Constantinople : la mort annoncée de l’empereur Héraclius allait-elle mettre fin à sa carrière ?

Il se mit à pleuvoir. Cosmas était furieux. Il partit se détendre aux bains, tandis que roulait le tonnerre sur la ville. Le lendemain, il faisait beau temps mais l’orage avait fait s’effondrer le toit de la salle antique des rouleaux. Il réunit Elias et Georges, les copistes et leur dit : Aujourd’hui, nous allons rallumer le phare d’Alexandrie !

Ils ne comprirent pas, (il était si fantasque ce Cosmas !) et ils ne comprenaient toujours pas quand ils le virent plus tard amener du bois et de la poix. Le soir venu, ils rentrèrent chez eux, mais au milieu de la nuit, on vint les réveiller. La bibliothèque d’Alexandrie brûlait.

 

Ce qui est arrivé autrefois à la bibliothèque d’Alexandrie, se passe aujourd’hui, toutes proportions gardées, pour la petite bibliothèque de grec moderne de la prétendue université d’Aix-Marseille, une bibliothèque amoureusement constituée pendant plusieurs décades grâce à l’argent de l’Etat grec, aujourd’hui réquisitionnée : les livres ont été dispersés ou bien enfermés dans une salle inaccessible. Y eût-on mis le feu que le résultat n’eût pas été différent…

Sur ces mots, voici le sommaire de Connaissance hellénique ὁ λύχνος n° 139, novembre 2014 :

1 : P. Lanfranchi, « Ils reflétaient la beauté de la Grèce », une petite histoire de l’hellénisme ☛ http://ch.hypotheses.org/1006

2 : J.-Cl. Rolland, «Etymologie» : Sambuque ☛ http://ch.hypotheses.org/1015

3 : J. Kaminski, «Poésie grecque moderne» : S. Zaphiriou, « Le lion de Dresde » ☛  http://ch.hypotheses.org/1028

4 : C.  Boudignon, «Vous parlez grec et vous ne le saviez pas» : « Rue des boutiques obscures » ☛ http://ch.hypotheses.org/1037

5 : C. Boudignon, «Lu pour vous» : Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. ☛ http://ch.hypotheses.org/1044

6 : B. Franceschetti – A. Chopard, De l’institution des enfants ès lettres grecques ☛ http://ch.hypotheses.org/1051

7 : 9ème Festival Européen Latin Grec (FELG) ☛ http://ch.hypotheses.org/1063

8 : J.-V. Vernhes, «Etymologie grecque», Retour sur σοφός ,☛ http://ch.hypotheses.org/1070

Bonne lecture. Le prochain numéro paraîtra en mars 2015.

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef de Connaissance Hellénique

Jean-Victor Vernhes : Retour sur l’étymologie de σοφός [sophos]

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article huit)✭✭✭

Retour sur σοφός

ou Le marteau et le sabot

 

 

Outils de sabotier (wikicommons)
Outils de sabotier (wikicommons)

 

À M. Rémy Viredaz

Dans notre numéro de mars 2014 nous avons tenté d’explorer une voie nouvelle pour l’étymologie du terme σοφός, qui est ordinairement considéré comme d’origine inconnue. En voici un résumé. Mais nous souhaitons bien entendu que le lecteur se reporte à cet article de mars (voir http://ch.hypotheses.org/834).

 

1 Résumé de l’article de mars 2014 : l’étymologie proposée de σοφός.

Notre point de départ a été, comme il convient, d’étudier les sens les plus anciens de σοφός, qui concernent une habileté technique. Le sens de sage est postérieur. Ainsi la σοφία opérative précéda la σοφία spéculative.

Nous référant à un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was geistige Tätigkeit ist, et qui consacre deux pages à  σοφός, nous nous sommes intéressé à la parenté sémantique entre ce terme et le verbe τεύχειν, qui signifie fabriquer. On a considéré ce verbe (ce que je n’ai pas contesté) comme apparenté à τυγχάνειν, obtenir, atteindre un objectif et à ἡ τύχη, le hasard, la chance. Pour la sémantique, il y aurait des choses à dire, des choses à approfondir. J’en dirai un peu dans ce qui suit.

On rattache ces mots τεύχειν, τυγχάνειν, τύχη à une racine *dhewgh.

J’ai noté que, du point de vue phonétique, on peut tout aussi bien, tant pour les mots grecs de cette famille que pour ceux qu’on a repérés dans d’autres langues comme relevant de cette racine, poser pour celle-ci une racine indo-européenne *dhewgwh, avec une occlusive labiovélaire finale.

À partir de là j’ai voulu prolonger la parenté sémantique de τεύχειν  et de σοφός en m’efforçant d’établir une parenté morphologique, en rattachant ce dernier terme à la même racine. Pour cela j’ai posé *dhwogwh-ós. Nous avons là le vocalisme o et l’accentuation d’un nom d’agent.

Puis j’ai expliqué que, phonétiquement, *dhwogwh-ós > σοφός. En effet le *dh indo-européen donne th (θ) en grec. Ce θ va passer à τ en perdant son « aspiration »  en vertu de la loi de Grassmann, loi de dissimilation des « aspirées »  (peut-être avez-vous, jadis ou naguère, rencontré cette loi pour la première fois dans ἕρμαιον à la page 174). Quant à la labiovélaire *gwh, devant o elle donne φ.

Dans la terminologie d’Émile Benveniste, qui est commode, *dhewgwh est un « thème I » (voyelle e ou o en seconde position) et *dhwogwh un « thème II » (voyelle e ou o en troisième position).

Lorsqu’une racine indo-européenne présente à la fois un thème I et un thème II, on désigne ce phénomène par le terme gracieux de Schwebeablaut.

Mais il peut arriver qu’un thème II provienne de la modification d’un thème I. J’ai envisagé cette possibilité pour mon *dhwogwh-ós en imaginant que mon thème II *dhwogwh pourrait être une altération d’un thème I *dhowgwh, en vertu d’une certaine inimitié du grec pour des degrés o de forme ου.

D’où la séquence suivante :

*dhowgwh-ós  > *dhwogwh-ós > *thwogwh-ós > *twogwh-ós > σοφός

 

2 Les objections de M. Viredaz

Le 7 juin 2014, Monsieur Rémy Viredaz a déposé sur notre blog le commentaire suivant :

« Le point de départ est le bon (les sens anciens de σοφός) mais l’étymologie *dhwogwhos n’est pas possible, hélas. D’une part, l’alternance vocalique supposée n’est pas plausible. (L’aversion grecque pour l’alternance eu : ou n’est pas ancienne, cf. homérique εἰλήλουθα, et elle n’a pas d’effets plus spectaculaires que la simple généralisation de l’alternant ευ ou υ. On ne peut pas non plus invoquer le Schwebeablaut, cet élément défunt de la boîte à outils néogrammairienne.) D’autre part, le sens grec de τεύχειν n’appartient pas à la racine indo-européenne *dhewgh, mais à *tewk, c’est-à-dire doit résulter (d’après le Lexicon der Indogermanischen Verben (LIV), cf. déjà le dictionnaire de Bailly) d’une confusion entre la racine de τυγχάνω, ἔτυχον «rencontrer, atteindre, toucher le but» [allemand «treffen»], «obtenir (par chance)», etc. et celle de *τεύκω (>τεύχω) τέτυκον «façonner, fabriquer, construire». L’étymologie de σοφός reste donc un mystère.»

Suite à cet avis j’ai envoyé un courrier à son auteur, et il s’en est suivi pendant l’été (et pas seulement sur ce sujet) une correspondance cordiale et (du moins pour moi) instructive.

Son petit texte très dense incite à approfondir plusieurs points.

 

3 Faut-il se mettre martel en tête ?

Voyons d’abord le problème du rattachement de τεύχειν à la racine de τυγχάνειν (*dhewgh selon la théorie usuelle, *dhewgwh selon mon hypothèse, qui apporte une retouche à la consonne finale).

Il existe aussi une racine i.-e. *tewk signifiant frapper. Elle est attestée dans diverses langues. On en a trace en grec dans quelques mots comme ὁ τύκος, le marteau, le ciseau pour tailler la pierre. On entrevoit un défunt *τεύκειν signifiant donner des coups de ciseau ou de marteau. Défunt, mais qui a pu, lui et sa famille, être bien vivant.

Selon le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), p. 149 et p.640, cette racine, signifiant stossen, schlagen, se trouverait mélangée (vermischt) avec celle de τυγχάνειν, lui empruntant son aspirée finale, aboutissant ainsi à τεύχειν.

On peut citer d’autres cas d’amalgames entre deux racines. Ainsi le nom grec du loup (ὁ λύκος) vient d’un amalgame entre deux racines indo-européennes désignant cet animal : cf. Lejeune, § 31, p. 43. Celui qui se serait produit entre *τεύκειν et τυγχάνειν est à examiner du point de vue  morphologique et du point de vue sémantique.

Du point de vue morphologique, cet amalgame entre les deux racines peut expliquer la sourde κ qu’on trouve dans quelques formes de τεύχειν : aoriste actif τετυκεῖν, aoriste moyen τετύκοντο, τετυκέσθαι. Mais une telle alternance κ/χ en fin de racine peut s’expliquer par une assimilation à un élément morphologique suivant. C’est ainsi que par exemple δέκομαι, je reçois (forme ancienne, gardée en ionien) est devenu δέχομαι en attique.

Du point de vue sémantique, on peut trouver un peu lâche, et même bien problématique le rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but (τυγχάνειν) et celle de fabriquer (τεύχειν). On peut alors juger bon de bien s’immerger dans le concret en ajoutant, grâce à *τεύκειν, quelques coups de marteau à la racine de τυγχάνειν, assurant ainsi l’exécution concrète des objets sortant des ateliers.

 

4 L’exemple du sabotier

Mais ce rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but et l’idée de fabriquer peut s’éclairer en restant dans le τυγχάνειν, sans faire appel à *teuk. Permettez-moi d’égayer l’austérité de ces propos en évoquant quelques souvenirs d’enfance.

Lorsque j’étais un gamin de 6-7 ans, je passais de longs moments, en compagnie souvent d’autres gamins du même âge, à regarder le sabotier du village exercer son métier. Par les beaux jours il s’installait devant sa maison pour travailler. Il fixait un bloc de bois. Il avait un marteau dans la main droite, un ciseau (il en avait de plusieurs sortes) dans la main gauche. Bientôt le sol se jonchait de copeaux de bois odorants, tandis qu’au fil d’une succession de gestes rapides et précis, on voyait peu à peu apparaître le sabot, pied droit ou pied gauche, de la pointure voulue, souvent d’une forme élégante et même orné de motifs sculptés. J’étais dans l’admiration devant la maîtrise du geste par laquelle cet artisan parvenait à faire naître du bois l’objet dont il avait le projet en tête. Il avait une visée (un σκοπός) dans l’esprit, et il l’atteignait (ἐτύγχανε τοῦ σκοποῦ, selon l’expression de Platon en Lois 717a). C’est ainsi qu’il fabriquait (ἔτευχε) les objets de son métier, métier quasi disparu qui relève de la τέχνη dans toute la plénitude sémantique du terme.

 

5 L’exemple du chantier naval

Plus tard, autour de mes dix ans, j’ai été un familier d’un  chantier de construction navale où des charpentiers de marine créaient des langoustiers et des thoniers. Une fois la quille posée sur le sol, je voyais se dresser une à une les membrures, comme des côtes sur une colonne vertébrale. Et le galbe de ces membrures, qui s’agrandissent de la poupe jusqu’au milieu, puis deviennent plus petites en continuant vers la proue, obéit à une subtile homothétie qui interfère de façon précise avec le modelé global du navire. Il faudrait sans doute des formules mathématiques de haut niveau pour en faire la description exacte. Or je voyais, médusé, les charpentiers de marine réaliser cela. Ils y parvenaient : ἐτύγχανον τοῦ σκοποῦ, eux aussi. Et ainsi ἔτευχον τὴν ναῦν. Dans les niveaux supérieurs de l’univers artisanal, fabriquer un objet, c’est réussir à le fabriquer.

Aujourd’hui je ne saurais dire avec certitude quelle maison était celle du sabotier, et le chantier de constructions navales a cédé la place à un parking. Mais je porte toujours en moi les évidences qu’ici je cherche à vous faire partager. Peut-être sont-elles plus accessibles à l’enfant qu’à l’adulte, surtout intellectuel. Je maintiens donc qu’il n’est pas indispensable pour expliquer le rapport entre τεύχειν et τυγχάνειν d’avoir recours à *τεύκειν.

Mais il est un vers d’Aristophane (Acharniens 190) qui m’est une madeleine de Proust.  Le passage présente des projets de trêves qui « sentent le goudron et les constructions navales » (ὄζουσι πίττης καὶ παρασκευῆς νεῶν). Cette  πίττα évoque en moi l’odeur du coaltar qu’on faisait chauffer sur le chantier pour le calfatage, Alors me revient toute l’ambiance de ce chantier, avec ses senteurs et ses sons, et je me remémore bien des choses.

Ainsi un jour…  Mais trêve de confidences autobiographiques. Je les écrirai ailleurs, à l’intention de mes biographes !

L’essentiel est ma remémoration de l’ambiance sonore. Les sons étaient surtout le bruit des marteaux (il y en avait beaucoup, avec des manches de diverses longueurs) que maniaient énergiquement les charpentiers. Il y avait aussi de cela chez le sabotier, quoique plus discrètement. Au niveau du vécu, comme on dit en jargon d’aujourd’hui, le τεύχειν-τυγχάνειν se combinait avec le *τεύκειν pour former une unité d’expérience. Je n’exclus donc pas absolument, nuançant ce que j’ai dit plus haut, que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν.

 

6 Un hymne à la joie. Et comment cette joie n’a pas demeuré.

Il s’agit ici de la question du Schwebeablaut (alternance apophonique). Suite à la publication par Émile Benveniste en 1936 de son Origines de la formation des noms en indo-européen, ouvrage qui a renouvelé les études de grammaire comparée, on a considéré l’opposition Thème I/Thème II comme essentielle. Des disciples y  ajoutèrent la notion de Thème III (double degré zéro). Cette terminologie est commode, elle a été largement employée dans des ouvrages de base, et j’estime qu’il est pratique de la conserver.

La communication de Jean Taillardat dans le recueil Émile Benveniste aujourd’hui, paru en 1984 (tome II, p. 186) est un véritable hymne à la joie, à la joie de manier le système Thème I/Thème II.

Aujourd’hui, à la suite de travaux ultérieurs, on estime que la plupart des racines ne présentent qu’une seule de ces deux formes. Il pourrait cependant y avoir quelques exceptions, des cas où on a à la fois Thème I et Thème II (donc Schwebeablaut)

M’autorisant de l’existence de telles exceptions, je me suis demandé si le *dhwogwh (Thème II avec degré o) que j’avais posé face à *dhewgwh pour expliquer σοφός ne pourrait pas être admis parmi ces exceptions. J’en ai parlé (électroniquement) à M. Rémy Viredaz, qui m’a répondu :

«  La question du Schwebeablaut est effectivement délicate et, je l’avoue, j’ai pris le risque de l’enterrer sans attendre le certificat de décès. La théorie classique du Schwebeablaut voulait qu’il soit parfaitement normal pour une racine de présenter les deux vocalismes TeRK et TReK (par exemple). Sous cette forme, elle est fausse: la plupart des racines ne présentent qu’une seule des deux formes. »
J’ai fait connaître aussi mon hypothèse sur σοφός à M. Éric Dieu, de l’Université de Toulouse, en ne lui cachant pas mes tourments apophoniques. Il m’a répondu:

«  Oui, effectivement, il y a la difficulté du Schwebeablaut, qui semble plus rare en grec que dans d’autres langues, … je pense par exemple à la racine *kweH- « gonfler » (celle de κυέω « être enceinte », κῦμα « vague [gonflée] »), qui, en grec, se présente sans doute aussi sous la forme *kewH- (degré o *kowH-) dans κοῖλος  « creux » (gonflement vu de l’intérieur); mais pour ce mot, c’est un Schwebeablaut qui se retrouve bien dans d’autres langues (par ex. dans latin cauus). » Personnellement j’apprécie ce qui est dit ici de la racine *kweH-. M. Viredaz est plus réservé. Question de feeling, comme on dit en jargon d’aujourd’hui…

Je vois que persister dans mon thème II, c’est m’engager dans un chemin qui s’il n’est pas celui de l’impossible, est celui de l’improbable, du pas normal (pour ne pas dire du paranormal), et c’est m’exposer à bien du scepticisme: « Mais pourquoi donc un Thème II ? »

 

Ce qui en revanche ne pose aucun problème, c’est l’existence, à côté de Thèmes I, de ce qu’on pourrait appeler des «  Thèmes II secondaires », c’est-à-dire des formes qui ont acquis une structure de Thème II par suite d’une transformation.   Ainsi dans -γνητός, second élément de κασίγνητος, frère ou sœur et adjectif verbal de la racine *genh1 nous avons un Thème II secondaire issu de *gnh1 (degré zéro de l’adjectif verbal en -τός, ici sous forme de Thème III, et dégagement d’un η par le h1 au contact de la sonante n), en face du thème I de γενέτωρ, géniteur (γενε < *genh1 : degré e attendu dans un nom d’agent en -τωρ). On a aussi, m’a indiqué M. Viredaz, «  les cas de Schwebeablaut secondaire du type *CerC > *CreC <qui> sont des métathèses dues à des causes phonétiques ou analogiques, mais une telle métathèse n’est possible que pour *r et peut-être *l. »

 

7 Le mycénien (ou même le prémycénien) tel qu’on le causait

La voie rationnelle qui me reste ouverte est de ne pas poser ainsi, au débotté, un *dhwogwh-ós, mais de partir d’une forme à Thème I *dhowgwh-ós, et de découvrir quels facteurs altérants ont pu la transformer en une forme à Thème II secondaire *dhwogwh-ós. Alors plus de Schwebeablaut et tout va bien, du moins pour l’alternance. Les facteurs signalés dans le paragraphe précédent pour le passage de I à II ne font pas l’affaire. Cherchons donc autre chose.

N’oublions pas que σοφός est un terme qui relève, à l’origine, des milieux populaires et artisanaux. Il nous est donc permis de songer aux caractéristiques universelles des niveaux populaires ou familiers du langage.

Une de ces caractéristiques est une certaine instabilité du signifiant. Qui n’a entendu dire obnibuler pour obnubiler ? Ce genre de métathèse relève de cette labilité et n’a rien à voir avec aucune  des lois phonétiques de la langue : nous sommes en marge de celles-ci. On pourrait multiplier les exemples.

En grec, pour le nom du sillon, nous avons une série de formes apparentées entre elles :  αὔλαξ (acc. ὦλκα, εὐλάκᾱ), ἄλοξ, ὦλαξ. Ces variantes, on ne les peut faire dériver d’un étymon bien établi : labilité du signifiant pour un objet de la catégorie la plus ordinaire.

Voici deux exemples empruntés à Lejeune (§ 54, p. 67) : Le nom du boulanger est ἀρτοκόπος, mais étymologiquement on devrait avoir *ἀρτοπόκος : la séquence τ-κ-π a été préférée à τ-π-κ. Le terme ὁ σκοπός, le veilleur ou la cible  se rattache à une racine *spek : la séquence σκ-π a été préférée à σπ-κ.

On ne parvient pas à établir de façon cohérente un étymon commun au grec γυμνός, au latin nudus, et aux termes apparentés des autres langues indo-européennes. On a expliqué cela par un « tabou linguistique »  ayant obligé à déformer de façons diverses ce terme qu’il ne sied pas de prononcer. Je me suis toujours esbaudi de cette explication, qui me paraît plutôt révéler la mentalité de style victorien (Aoh! shocking !) de ses tenants. M’est avis qu’il s’agit plutôt d’un certaine labilité du signifiant pour l’expression d’une notion familière.

On observe aussi, en étudiant les inscriptions, des phénomènes de labilité : ainsi κιθών pour χιτών, καλχός pour χαλκός, etc. Cf. Leslie Threatte, The Grammar of  Attic Inscriptions (I Phonology), 38.022, p. 464-465.

Encore de l’autobiographie.  Il est un motif celtique fréquent dans la joaillerie armoricaine : le triskel, représentant trois jambes (τρία σκέλη) disposées autour d’un axe et suggérant un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Or autour de moi j’ai souvent entendu dire triklès (forme qu’un bijoutier ou un marchand de brimborions ne mettrait pas dans sa vitrine ou dans son catalogue). C’est que kl a quelque chose de plus coulant que sk : la séquence k-l-s a été préférée à s-k-l. Ces préférences articulatoires jouent un rôle important dans la labilité du signifiant. Elles sont un facteur de mobilité dans l’ordre des phonèmes.

On pourrait faire tout un livre là-dessus. On pourrait collectionner les phénomènes de simplification, comme ἀμφορεύς pour ἀμφιφορεύς. Mais ce qui vient d’être dit suffit à notre propos. Ajoutons que cette relative instabilité, surtout populaire et familière, ouvre la voie à des contaminations de racines, comme celle dont nous avons parlé à propos de *dhewgwh et *tewk.

Ces phénomènes, je le redis, sont en marge des lois phonétiques et n’en ont pas la rigidité. Elles sont à situer dans ce que M. Viredaz, dans un de ses messages, a appelé les « zones grises » de la langue.

 

8 Préférences articulatoires

C’est en m’appuyant sur cette notion de préférences articulatoires que je vais expliquer le passage d’un *dhowgwh-ós à Thème I  à un *dhwogwh-ós à Thème II secondaire. Je vois ici le jeu de deux problèmes de cet ordre.

1- Dans notre *dhowgwh-ós il y a une diphtongue ow. Il y a d’abord la tendance du grec  (j’en ai parlé rapidement à la fin de mon premier article), à éliminer des alternances la diphtongue ου. Mais je ne me suis pas exprimé de façon assez précise, et M. Viredaz a eu bien raison de me remonter les bretelles en faisant remarquer, dans son texte rappelé au début de cet article, que l’aversion grecque pour un degré o de forme ου n’a pas l’air ancienne : cf. le parfait homérique εἰλήλουθα (voué à la disparition) de ἔρχομαι (en attique ἐλήλυθα). Ces formes de parfait sont apparentées à un thème *ελευθ qui a donné le futur ἐλεύσομαι. Pour bien m’expliquer, j’aurais dû faire apparaître la distinction, dans l’évolution de la langue, entre une loi et une tendance. Une loi comme la chute du σ intervocalique s’applique de façon universelle et contraignante, tandis qu’une tendance, comme par exemple la tendance à remplacer des formes athématiques par des formes thématiques, peut se développer progressivement durant des siècles de l’histoire de la langue et ne jamais arriver à terme : le grec n’a jamais éliminé totalement les athématiques. De même les ου des alternances ont dans le mot σπουδή, zèle, empressement (à côté de σπεύδω) résisté jusqu’au bout (jusqu’à ce que ου > [u:]), mais la tendance à les éliminer a pu être très précoce, surtout dans le langage familier et populaire, qui est toujours en avance dans les évolutions.

Pourquoi ce désamour du grec pour ces degré o de forme ow ? Dans un nom d’agent thématique fait sur degré o, comme ἡ τροφός, la nourrice, le vocalisme du radical apparaît de façon nette, car le o contraste parfaitement avec les phonèmes qui l’encadrent. Mais si on pose un *dhowgwh-ós, le o qui caractérise le radical contraste peu avec le w qui ferme la syllabe : il est articulatoirement et auditivement proche, et cela cadre mal avec la netteté articulatoire du grec.

2- Dans notre *dhowgwh-ós le groupe *wgwh met en contact deux phonèmes vélaires, le w fermant et la labiovélaire *kwh. Qu’il s’agisse de w ou de u (placés avant ou après l’occlusive labiovélaire), nous avons là des séquences que le grec n’a pas aimées. Avant même le mycénien la labiovélaire de tels groupes a, par différenciation, perdu son caractère labiovélaire. Ainsi le nom du loup *lukwos est devenu λύκος. Cf. Lejeune, § 30-31, p. 43.

Ainsi le *gwh n’aime pas avoir à son contact le w, et le o n’aime pas l’avoir à sa suite. La combinaison de ces deux facteurs a pu faire passer le w avant le o : alors le groupe *wgwh n’a pas subsisté, et la labiovélaire, préservée du contact avec w, a pu subsister jusqu’aux jours de son traitement labial qui allait en faire un φ. Nous pouvons donc estimer que la séquence *dhwogwh a été préférée à la séquence *dhowgwh.

 

9 De la dissimilation des aspirées

Suis-je au bout de mes peines ?

Hélas non ! Dans la séquence qui fait ci-dessus la dernière ligne du résumé de mon article de mars, il est supposé que la loi de Grassmann a agi précocement, antérieurement à l’époque où en grec un *tw initial passe à s. Je me suis basé sur cette appréciation de Lejeune : «  Il y a… des indices invitant à penser que la dissimilation des « aspirées » serait intervenue, au plus tôt, tout à la fin du IIe millénaire ; ce serait un phénomène « grec commun » récent. » (§ 45, p. 57). Nous sommes là à une époque où le ϝ est encore solide.

Mais de nouveaux travaux indiquent une date plus tardive pour cette loi.  «  La loi de Grassmann, me dit M. Viredaz, n’est pas ancienne en grec, puisqu’on trouve encore des graphies du type φαρθένος (pour παρθένος) dans les plus anciennes inscriptions alphabétiques. »   Leslie Threatte, o.c. p. 456,  relève, outre φαρθένος,  des formes comme hέχω (pour ἔχω), θροφός (pour τροφός), θίθημι (pour τίθημι), ἐθέθην (pour ἐτέθην), etc. Il estime qu’une forme comme hέχω peut s’expliquer par l’influence analogique du futur ἕξω, qui a gardé régulièrement l’aspiration initiale. D’accord. Pour les autres, il estime qu’il ne s’agit pas de la conservation des formes anciennes, mais plutôt d’un phénomène d’assimilation, l’aspirée communiquant ce caractère à la sourde (produite par la loi de Grassmann) qui précède (τίθημι > θίθημι). L’assimilation reconstituerait ainsi des formes antérieures au jeu de ladite loi. Ensuite les aspirées issues de cette assimilation seraient de nouveau dissimilées.

M. Viredaz est en désaccord avec ces explications : « Concernant la date de la dissimilation d’aspiration, il n’y a pas de preuves qu’elle soit antérieure à l’adoption de l’alphabet, et c’est donc une complication inutile d’admettre 1° une désaspiration préalphabétique, 2° une (ré)aspiration par assimilation, coïncidant justement avec le début de l’époque alphabétique, 3° une nouvelle dissimilation. » Cela incite à penser que dans ces formes d’inscriptions attiques à deux aspirées nous avons la conservation de formes anciennes.

Je suis bien d’accord en ce qui concerne le caractère peu convaincant de la série de phénomènes 1°-2°-3°. Mais je vois une explication qui concilierait les doubles aspirées que nous venons de voir avec une datation préalphabétique de la loi de Grassmann.

 

10 De la douceur en phonétique.

Lejeune, au § 42 de sa Phonétique, en se référant au Traité de Phonétique de Maurice Grammont (1933) expose une notion importante dans le domaine de la phonétique des occlusives. Elles ne se définissent pas seulement par les critères dont l’helléniste débutant trouve un exposé pédagogique dans ἕρμαιον au § 25, p.11. Elles se différencient aussi par leur force articulatoire, c’est-à-dire par la tension musculaire mise en jeu lors de leur prononciation.

«  Dans la plupart des langues, les occlusives « sourdes » sont des fortes, les occlusives sonores sont des douces… D’autre part, dans les occlusives sourdes aspirées, souvent l’occlusion n’est pas forte comme dans la sourde correspondante, mais douce, sous l’action de la spirante  avec laquelle elle est combinée. » Je supprimerais volontiers le souvent. 

On trouve souvent que les « aspirées » sont curieusement nommées, puisqu’en réalité on n’aspire rien du tout, car il s’agit d’occlusives où l’explosion est suivie de l’émission d’un bref souffle h. Leur dénomination nous vient, par l’intermédiaire des grammairiens latins, du latin aspirare, qui signifie souffler. L’ « aspiration » dont elles sont pourvues est en réalité un souffle.

Les caractères notant les « aspirées » (φ, θ, χ) notent non pas des sourdes douces avec « aspiration », mais de simples sourdes douces sans « aspiration » quand elles sont premier élément des groupes χθ et φθ, qui représentent [kth] et [pth] (avec un k et un p  représentant une sourde adoucie sous l’influence de l’«aspirée» qui suit , et avec un souffle unique à la fin du groupe), et non [khth] et [phth], qui exigeraient de l’acrobatie articulatoire : Lejeune, § 56, p. 69. Intéressant aussi est dans le même ouvrage le § 61, p. 72. Il y est question d’inscriptions archaïques en des dialectes dont l’alphabet ne comporte pas ψ et ξ. Il y est suppléé par φσ et χσ (plutôt que par πσ et κσ) : il n’y a aucun souffle dans ces groupes, le φ et le χ servant simplement à noter des occlusives sourdes adoucies par la sifflante qui suit.

À l’époque (mais laquelle?) où joue la loi de Grassmann, l’«aspirée»  qui se trouve par elle dépouillée de son «  aspiration »  ne va pas pour autant cesser incontinent d’être une sourde douce et se trouver dotée de force articulatoire. Ces « aspirées »  désaspirées vont donner des sourdes douces. On peut trouver un parallèle dans certains parlers germaniques où des sonores (donc des douces) ont perdu leur sonorité, devenant des sourdes. Cette perte ne les a pas munies de la force articulatoire qui caractérise les sourdes standard : elles sont devenues des sourdes douces (Grammont, opus citatum,  p. 51-52).

Je crois donc plausible d’interpréter dans φαρθένος, θίθημι, etc. la première « aspirée » comme la notation d’une sourde douce issue d’une désaspiration pouvant se situer dans un passé plus ou moins lointain.

Cet usage que je fais de l’usage que fait Lejeune de la notion de sourde douce n’a pas convaincu M. Viredaz. Je n’ai donc pas été convaincant.

Quoi qu’il en soit, l’important pour mon hypothèse n’est pas de démontrer que la loi de Grassmann  a une certaine ancienneté. Ce qu’il me faudrait, c’est pouvoir montrer qu’elle est antérieure au traitement de τϝ, que par elle on a eu θϝ > τϝ avant l’époque où *τϝ > σ. Et là, je sèche.

Trouverai-je une porte de sortie en m’intéressant au traitement du groupe θϝ ? Nous savons qu’à l’intérieur d’un mot le ϝ de ce groupe s’efface. Ainsi ὀρθός < *ϝορθϝός. Mais qu’en est-il à l’initiale ? Est-ce que par hasard il n’aurait pas eu la bonne idée de donner un σ ? Les très rares exemples, clairs ou douteux, qu’on puisse trouver sont réunis dans deux lignes de la Griechische Grammatik de Schwyzer (erste Lieferung, p. 301). Ils indiquent que là aussi il y a effacement du ϝ. C’est le cas par exemple pour le mot θολός, eau bourbeuse. Les termes germaniques qui s’y apparentent sémantiquement invitent à poser θϝολός (cf. Chantraine). Ma porte de sortie était illusoire.

Et maintenant, que vais-je faire ? Où courir ? Où ne pas courir ?

Mais… voici que j’entrevois une solution.

 

11 Je me mets martel en tête.

Nous n’avons pas exclu  (cf. supra) que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν, que la racine *tewk, celle des coups de marteau ou d’autres outils frappants ou taillants, ait pu se combiner avec *dhewgwh. Dans ce cas notre *dhowgwh-ós a pu recevoir un coup de marteau dans les ateliers et les chantiers du monde mycénien, c’est à dire subir l’influence de *tewk.

Par cette combinaison il a pu s’altérer en *towgwh-ós.

La séquence sera alors  *towgwh-ós > *twogwh-ós > σοφός.

Nous avons tiré parti, mais d’une autre manière, de l’idée découverte dans le LIV d’un amalgame possible de ces deux racines.

Qu’en pensez-vous ?

 

Jean-Victor Vernhes

Ancien maître de conférences de grec ancien à l’Université de Provence

 

PS : Je reçois un message de M. Viredaz me disant : André Sauge a proposé dans Syntaktika 47, 2014, une étymologie de sophos proche de la vôtre, qu’il ne connaissait pas. Voir au § 44, note 10 sur http://syntaktika.revues.org/203#ftn10.

 

Le festival européen latin grec à Lyon les 19-21 mars 2015 : Savants, magiciens et devins

ANNONCE ➤  λύχνος n° 139, novembre 2014, article sept ✯✭✭

 

9ème Festival Européen Latin Grec (FELG)

« Savants, Magiciennes, Devins »

 

[« Connaissance hellénique » est heureuse de faire part de l’activité d’une association amie « Fortuna juvat ». Notez-le sur vos tablettes ! Allez-y ! Entre autres choses pour écouter Pythagore expliqué en musique ou comprendre le paradoxe de Zénon. Et racontez-nous ce que vous aurez vu et vécu.]

Festival européen  latin grec 2015
Festival européen latin grec 2015

 

produit par l’Association Fortuna Juvat ; coordinateurs du programme : Elizabeth Antébi, historienne et auteur, licenciée ès Lettres Classiques et Histoire de l´art, docteur EPHE en histoire des sciences religieuses, et Albert Foulon, professeur émérite de Latin à l’Université Rennes II.

Marraine éternelle : Jacqueline de Romilly

 Comité de conception des programmes et d’aide à la mise en place : Laurent Chopard, médiateur culturel du Musée gallo-romain, Michel Deygas, directeur d’Athéna, Marie-Hélène Elghozi, professeur de Lettres Classiques, Didier Froesel, fondateur d’un groupe de reconstitution historique sur les Hoplites, Fabienne Nicolet, professeur de Lettres classiques au Lycée du Parc, Anne Pignolet, professeur de Lettres classiques au collège Fénelon-La Trinité, Catherine Psilakis, docteur en langue et littérature grecque, enseignante à Lyon I.

Programme toujours susceptible de modification ; bien vérifier si lon a les bons horaires à la veille du FELG.

Jeudi 19 mars 2015

10h : Accueil en musique, avec hoplites.

10h 30 : « Mise en bouche » avec des extraits de spectacles du 1er Festival enregistré, en 2006 : (projection 🙂 Journal télévisé « d’époque » présenté par P.P.D.A, extraits de poèmes chantés d’Horace et d’une pièce de Plaute par un lycée de Hongrie, Elvis Presley en latin par le Dr Ammondt venu de Finlande, l’actrice grecque Anastassia Politi de la Compagnie Erinna dit et chante la poétesse Sapho, Marie-Hélène Delavaud-Roux, Professeur à l’Université de Brest et spécialiste des danses antiques, danse le crabe des Guêpes d’Aristophane, Antigone joué par Philippe Brunet et sa troupe, la musicologue Agathe Amzallag et l’ensemble La Maurache, Catulli Carmina par une chorale rennaise.

10h 45 : Albert Foulon, Professeur émérite de Latin, Université de Rennes II, présente, avec Elizabeth Antébi, docteur en sciences des religions et systèmes de pensée, le sujet du Festival : « Science, magie, futurologie, réalité augmentée, notre héritage ? »

11h 10 : Présentation-surprise par des élèves de leurs réalisations sur le thème du Festival.

11h 50 : Projection d’un entretien vidéo avec l’écrivain V. Vassilikos sur la science grecque.

12h : Extraits de textes à plusieurs voix, sur le thème du Festival : d’Homère à Hypatie, d’Héraclite à Vitruve, d’Alcuin à Thomas More. Avec la science-fiction de Lucien à Philip Dick, jusqu’aux « Marvel ».

12h 20 : Évelyne Bourgeois-Lagardette, chanteuse lyrique, chante un extrait de La Belle Hélène d’Offenbach.

 

Pause déjeuner libre (pique-nique autorisé dans le parc)

14h 30 : Séquence des baisers ou l´amour n´est-il pas sorcier ? Poèmes de Sappho, Catulle, Louise Labé, et chant de Cupidon dans Orphée aux Enfers (chœur des baisers dans la salle) suivi de l´air d´Aricie dans Hippolyte et Aricie de Rameau, par Évelyne Lagardette.

15h 15 : Guignol et Gnafron avec Gérard Truchet : « Chignachilus prophète à Lugdunum : Veni, Vidi, Wiki(pedia) »

15h 45 : Marina Fumagalli, Professeur d’Italien, Latin, Grec ancien, Histoire et Géographie au Lycée Classique Arnaldo de Brescia (Italie) et les élèves du Liceo Classico Arnaldo de Brescia, Italie : présentation du travail sur Eros et Psyché des Métamorphoses – ouvrage aussi appelé L´Âne d´Or – de l’écrivain berbère de langue latine, Apulée.

16h 10 : Alessio Loreti, Master (Master of Arts) en études du Proche et Moyen-Orient, Doctorat en Langue et Littérature françaises, enseignant en lycée : Apulée, la magie et le Maghreb « latin » dans l’imaginaire littéraire européen de Virgile à Flaubert.

16h 30-17h  : Rocco Schembra, professeur de Langues Classiques au Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie, Professeur de Littérature Chrétienne Antique à l’Université de Catane : «L’univers de la sorcellerie dans l’Antiquité Carmina uel caelo possunt deducere lunam » (en français) .

 

Vendredi 20 mars 2015

10h : Quatre fois Médée, pièce montée par le groupe théâtral du Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie (metteur en scène : Davide Pulvirenti ; vocal coach : Tommaso Guzzone ; directeurs artistiques : Federica Di Marco, Rocco Schembra). Après une brève présentation de la pièce, à partir de quatre auteurs – le Grec Eschyle, l’Italien Alvaro, l’Autrichien Grillparzer, l’Allemande Crista Wolf – on découvrira les nuances et différences d’interprétation du caractère de ce personnage féminin si controversé et, pourtant, toujours actuel. Médée devient ainsi l’emblème de la complexité de l’âme féminine, partagée entre haine, amour, sorcellerie, remords et vengeance.

Projection d’Extraits de Festivals filmés : Le conservateur en chef du Musée du Louvre « Antiquités égyptiennes » C. Barbotin sur la science antique, concert de Stéphane Guillou avec la formation « A vous sans autre » sur Pythagore expliqué en musique.

12h 15 : Marie-Hélène Delavaud-Roux, Maître de conférences en Histoire grecque à l’Université de Bretagne occidentale, conférence-spectacle de danse « Les Bacchantes d’Euripide.

 

Pause déjeuner libre

14h 30 : Thérèse Eveilleau, professeur agrégée de mathématiques et webmestre de « Mathématiques magiques » (http://therese.eveilleau.pagesperso-orange.fr/) : « Énigmes mathématiques : le paradoxe de Zénon et quelques autres.« 

15h 15 : Luca Desiata, responsable de la stratégie internationale et du développement nucléaire du groupe ENEL en Italie : « De l’industrie du nucléaire aux énigmes en latin », ou comment un industriel en vient-il à publier le petit magazine de jeux Hebdomada Aenigmatum ?

16h-17h 30 : Le Procès des Humanités, avec à l’accusation l’avocat général Philippe Bilger, à la défense Maître Frédéric Doyez, avocat au Barreau de Lyon ; précédé de textes courts à charge (Régis Messac qui écrivit « Pour en finir avec le latin« , mais aussi Molière et quelques autres) et à décharge (Goethe et Tocqueville, Byron pour la Grèce, un court extrait des Plaideurs de Racine, le Jugurtha en latin de Rimbaud et le début de la thèse en latin de Marx sur Auguste avec commentaire peu amène du professeur). Avec aussi plaidoyers d´élèves à charge ou à décharge.

21h 30 : À la découverte des étoiles et constellations aux noms mythologiques avec Hubert Maigre, chercheur au CNRS, sur les bords du Rhône (quai devant l’Université Lyon II).

 

Samedi 21 Mars 2015

10h 30 : Catherine Psilakis, agrégée de Lettres classiques, Docteur en langue et littérature grecques de l’université Lille III, enseignante à l´Université Lyon I :

« Sagesse(s) vagabonde(s) en Grèce antique. » Voyage des savoirs, voyages des savants à la découverte des autres cultures, itinérance en particulier chez Hérodote, « père des historiens et journalistes » ; savoir multiple sans distinction entre Sciences et Philosophie ou littérature – ainsi les calculs savants de Solon sur le calendrier vont-ils de pair avec une réflexion sur le bonheur humain : est-il lié à la richesse ou bien à une vie heureuse et bien remplie ?

https://univ-lille3.academia.edu/CatherinePsilakis

Puis, présentation des chercheurs londoniens qui travaillent sur un projet genre « Google Map » de l´Antiquité, « Mapping Antiquity », dont les responsables sont le directeur du projet, Dr. Leif Isaksen de l’ université de Southampton, le directeur des recherches universitaires Dr. Elton Baker de The Open University et le directeur technique, Dr Rainer Simon de l’Austrian Institute of Technology. Cf. le site : http://pelagios-project.blogspot.fr/p/about-pelagios.html

11h 15 : Textes médicaux gréco-romains d’Hippocrate à Celse, présentés par Isabelle Boehm, professeur de linguistique et littérature grecque, Lyon 2, spécialiste de textes techniques médicaux, en particulier de Galien, et lus par des étudiants de Lettres classiques mais aussi d’histoire, économie, psychologie…

11h 45 : Brève musicale : Phiphi de Cristiné par E. Lagardette.

11h 55 : Jean-François Pradeau, Professeur de philosophie antique à l’Université Lyon III « La démocratie grecque dans le langage politique d´aujourd´hui »

12h 20 : conversation-conclusion avec Abraham Bengio, agrégé de Lettres Classiques, Elizabeth Antébi, auteur de plusieurs livres sur la Palestine ottomane, sur le thème : « Prométhée versus Golem – les deux courants de l’héritage »

 

13h : pique-nique gréco-latin organisé par le Festival

 

14h45-15h 30 : clôture en musique par E. Lagardette : extraits de Platée de Rameau, d’Alcina de Haendel (personnage inspiré de Circé), Eurydice d´Orphée aux Enfers, Thérèse alias Tirésias des Mamelles de Tirésias, et quelques autres …

Dimanche 22 mars

Libre : visite gratuite du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière organisée avec Laurent Chopard, médiateur culturel.

Et Aussi …

 

EXPOSITIONS :

– 10 ans du Festival Européen Latin-Grec – Bécherel (Théâtre, salle des fêtes, bouquinistes), Nantes (Manufacture des Tabacs, Musée des Beaux-Arts, Lycée Clémenceau), Luxembourg (Abbaye de Neumunster), Paris (Chancellerie et Grand Amphithéâtre de la Sorbonne), Lyon (Université Lyon II : grand amphi, salle de réception, petite salle).

– « Bavardes épitaphes » de Robert Delord (Académie de Grenoble, webmestre du remarquable « Arrête ton char » http://www.arretetonchar.fr/author/robert/) et ses élèves du collège de Die dans la Drôme : Quelques épitaphes auxquelles nous rendons la parole et l’image (3D) avec le projet « Debout les morts » sur lequel nous travaillons actuellement. Il s’agit d’épitaphes romaines de Die accompagnées d’un Qr-code qui permettent d’accéder à une vidéo dans laquelle le/la défunt(e) lis puis explique sa propre épitaphe.

– Photos de Monnaies antiques, par le Cercle Lyonnais de Numismatique.

ATELIERS :

– Jeux, avec mise à disposition des jeux proposés au concours (à noter par les joueurs, avec commentaires)

– Histoire organisé par Laurent Chopard. (thème à venir)

Pour plus de renseignements et la liste des participants, vous aurez le bonheur de contacter :

Elizabeth Antébi, présidente d’honneur de l’association Fortuna Juvat

 

 

Brigitte Franceschetti et Ariel Chopard : Comment apprendre le grec aux enfants.

De l’institution des enfants ès lettres grecques

ou Comment Nausicaa offre conseil et estimable recommandation aux  honestes lecteurs d’icelui Λύχνος

 λύχνος n° 139, novembre 2014, article six ✯✭✭ 

 

Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)
Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)

 

En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé

Grec langaige n’est pas doulz au françois (1) . Jamais titre n’a plus été d’actualité. Nous nous permettons donc de l’emprunter à Pascal Boulhol. Mais notre objectif est d’arriver à le contredire amicalement.

Les diverses réformes qui se succèdent dans l’enseignement secondaire réduisent de plus en plus l’apprentissage du grec jusqu’à le faire sortir de l’intitulé du cursus  (Langues de l’Antiquité et de la Latinité), de plus le nouveau CAPES risque de ne plus fournir d’enseignants de grec et il est vraisemblable que la maîtrise de cette langue se perde. En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé qui permettra une nouvelle floraison d’hellénistes, Nausicaa continue son combat  et vous propose de la rejoindre dans la résistance.

 

L’association Nausicaa

Les lecteurs du Λύχνος et tous les membres de Connaissance Hellénique sont évidemment convaincus du fait qu’il existe des possibilités de pallier les carences du système éducatif. Grâce à ἕρμαιον (2)  les adultes qui en ont le désir ont pu ou peuvent apprendre le grec et découvrir « le fertile génie de la race hellénique » (3).

On ne peut que regretter qu’il ne soit rien mis en place de semblable pour les enfants. Rien ?

Pas tout à fait n’oublions pas Nausicaa !

Nausicaa, Nausicaa ? Mais qu’est ce donc ? Une association qui propose une initiation au grec ancien en maternelle et en primaire.

Pourquoi donc n’apprendrait-on pas aux enfants les rudiments de la langue grecque ? Oui, tout le monde peut s’initier au grec de 2 à 120 ans. Alors que les langues vivantes sont devenues obligatoires en primaire, il nous a paru évident voire essentiel de proposer une initiation au grec ancien.

 

Ecriture et mythologie

Ce qui nous a fait choisir le grec c’est la nouveauté de son écriture, sa séduction et bien sûr sa mythologie.

L’écriture : le graphisme est nouveau, l’écriture n’est pas cursive, il est aisé pour tous de reproduire les lettres, car les enfants en perçoivent instinctivement  l’origine picturale. Par exemple l’α représente la tête de taureau couchée, ou  pour certains un poisson…Il n’y a pas de piège orthographique : on écrit tout ce que l’on prononce ! Les enfants ont l’impression d’entrer dans un univers mystérieux dont tout le monde n’a pas les clefs. Cela  permet à tous de se retrouver à égalité et d’oublier les origines sociales comme les difficultés scolaires.

Sa séduction : les mythes grecs ouvrent aux enfants un champ de découverte culturel qui rentre en résonance avec leur monde actuel : le cinéma n’hésite pas à exploiter les aventures des grands héros ou des dieux, il faut voir la satisfaction des enfants quand ils sont capables de relever et d’expliquer les différences avec le mythe originel à leur entourage de plus, dans le parcours scolaire qui les attend, ils retrouveront ces « histoires » qui sont en fait, très souvent, les bases de la littérature.

La mythologie : outre la connaissance « intellectuelle » que procurent les mythes, la mythologie en elle-même offre aux enfants, comme les contes, la possibilité d’extérioriser leurs peurs. Les histoires les plus horribles les font délicieusement frémir : tuer son père et épouser sa mère, se crever les yeux, sacrifier sa fille, tuer les enfants de son frère et les lui donner à manger…S’imaginer combattre est aussi exaltant surtout s’il s’agit de monstres que l’on ne rencontrera pas dans la vie réelle : un être mi-homme mi-taureau, une vieille qui vous transforme en pierre rien qu’en vous regardant, un serpent aux multiples têtes qui repoussent dès qu’on les coupe…

En ce qui concerne l’étymologie et l’orthographe, nous nous permettons de reprendre, en l’actualisant, un article que nous avions déjà présenté dans le numéro 60 du Λύχνος papier (épuisé)

– Dans nos séances, nous apprenons toujours aux enfants un ou des mot-clef : Massalia, ville grecque, sera reliée au thème de 1a mer; le mot-clef sera : θάλασσα. Autour du mot-clef, nous allons regrouper un certain nombre de mots ou d’expressions. Ils seront choisis parfois en fonction d’une étude orthographique, par exemple explication du ph (φ), du th (θ), de certains ch, ceux qui se prononcent comme [k], (χ), parfois en fonction de la sémantique.

Les enfants cherchent par exemple des mots qui s’écrivent avec: un ph et citent : pharmacie, Philippe …ce qui à côté du mot-clef φαίνειν nous permettra d’étudier : φάρμακον (4), φιλεῖν et ἵππος. Nous nous permettons des détours que l’étymologie nous suggère. Après avoir appris ἵππος les enfants voient le rapport avec hippopotame et hippodrome. Ils découvrent que « ce joli signe qui porte le nom merveilleux d’esprit rude » donne un « h » en français. Après avoir appris le mot θάλασσα et remarqué que le θ donne « th », nous découvrons les mots

θέατρον et ὁρθός, ce dernier nous permet de parler d’orthographe, d’orthophonie …

Nous enrichissons notre vocabulaire : à chaque séance nous apprenons le mot difficile du jour (thalassocratie / θάλασσα, diaphane / δια-φαίνειν, anthropophage/ἄνθρωπος, φαγεῖν …) ce qui permet aussi de valoriser les enfants par le savoir : ils comprennent des mots qui sont parfois mal connus chez eux et sont ainsi les possesseurs d’un merveilleux savoir.

 

La magie des cours

Ce qui renforce la magie de ces cours c’est qu’il n’y aucune évaluation : on apprend pour apprendre et pour le plaisir et là du coup cette « gratuité  de l’apprentissage» ouvre la porte de la réussite. Peut-être parce que nous utilisons le cadre scolaire sans en faire un synonyme de contrainte. Nous travaillons en collaboration avec le professeur des écoles qui inscrit nos séances dans son programme.  Il prend une part active dans ces heures de grec. De plus le fait de voir leur maître en apprentissage du grec comme eux ravit les enfants.

L’intervenant de grec, suivant ses envies et ses capacités, peut avoir recours à des disciplines annexes :

–       musique : chant de la farandole des fourmis « μύρμηκες, μύρμηκες, μύρμηκες » …

–       théâtre : il est possible de couper le récit du mythe par des improvisations théâtrales réalisées par les enfants, ce qui permet de travailler l’expression orale en français et parfois en grec.

–       Les ressources de la technologie nous permettent des visites virtuelles en Grèce et même une initiation à l’archéologie.

 

Combattez avec nous

Ce tour d’horizon non exhaustif des pratiques de Nausicaa permet de montrer à quel point l’étude du grec et ce dès le plus jeune âge  offre, outre le savoir, un véritable épanouissement : certains élèves en échec ont repris goût à l’école (cf l’histoire d’André sur le site de Nausicaa http://nausicaa13.free.fr rubrique articles savants pédagogie article « remédiation par le grec ») Si nous devions résumer notre action par un slogan ce serait « L’excellence pour tous » !

Si l’on ne veut pas qu’il ait à nouveau comme mention : « c’est du grec, on ne lit pas » (Voir l’opus cité de P. Bouhlol), combattez avec nous : donner envie aux enfants pour survivre, semer pour que vive le Grec c’est notre cause ! Venez nous rejoindre pour que cette expérience puisse s’étendre dans un premier temps à la France entière !

 

 

                                                                                  Arielle Chopard et Brigitte Franceschetti

 

(1)    Titre de l’ excellent ouvrage de Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois-l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IV siècle- 1530) Héritages méditerranéens, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2014

(2)    Incontournable manuel de grec de Jean-Victor Vernhes, Ἕρμαιον, Initiation au grec ancien, Ophrys, Gap-Paris, 1ère édition 1984

(3)    « Petite histoire de l’hellénisme », par Pierluigi Lanfranchi, ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article premier

(4)    Pour une étude plus savante mais ludique nous vous renvoyons à « Rue des boutiques obscures », chronique linguistiques des mots grecs du français populaire, Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas,  ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article quatre

 

 

 

Christian Boudignon a lu pour vous le livre de François Herbaux sur Pythéas

Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais.

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article cinq)✯✭✭

Couverture de "Puisque la terre est ronde..."
Couverture de « Puisque la terre est ronde… »

 

François Herbaux, Puisque la terre est ronde. Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. Vuibert, Paris, 2008, 170 p., 20 euros.

 

Si notre revue décernait le prix de la vulgarisation scientifique, elle l’aurait décerné (en retard) à ce petit ouvrage qui se lit comme un roman policier et qui est profond comme un livre d’histoire de l’Antiquité.

L’auteur, journaliste scientifique, mène une enquête passionnante autour des fragments de l’astronome et géographe marseillais Pythéas, qui a vécu au IVe siècle avant J.C., un contemporain donc du grand Alexandre. Pour valider son analyse que la terre est bien ronde et les conséquences astronomiques qui en découlent, Pythéas longe notre Bretagne, découvre la Grande Bretagne comme plus tard Christophe Colomb découvrira l’Amérique et s’approche de Thulé, île située sur le cercle polaire, là où s’observe le soleil de minuit.

 

Le premier Marseillais accusé de mensonge

Auteur d’un ouvrage perdu De l’océan, conservé uniquement par quelques citations d’auteurs antiques, Pythéas est le premier Marseillais accusé d’être menteur, tout simplement parce que ses découvertes remettaient en cause les idées toute faites d’esprits étroits comme Strabon au Ier siècle ou Cosmas Indicopleustès, au VIe siècle, qui soutint l’idée que la terre était plate.

Il faut le souligner : le livre de François Herbaux est un modèle de vulgarisation scientifique. A la fois précis et parfaitement documenté, il traite de l’ensemble du dossier Pythéas, sous tous ses aspects, à la fois scientifiques et littéraires, en interviewant un à un tous les spécialistes de la question. Cherchant désespérément à prendre en faute le livre, je n’y ai trouvé qu’une microscopique peccadille, puisqu’il situe (p. 22) l’empereur Aurélien au IVe siècle après J.C. et non au IIIe siècle.  Bref, on peut dire l’ouvrage scientifiquement parfait. Du point de vue littéraire, le style coule agréablement, et l’on suit l’auteur dans les dédales de ses voyages. Il a l’œil pour situer chaque fois le scientifique qu’il rencontre dans son “milieu écologique” et résumer sa pensée avec la plus grande clarté. Sans jamais se substituer aux savants, humblement, François Herbaux cisèle leur pensée.

 

Mieux qu’une monographie érudite

Mieux encore qu’une monographie où un érudit développerait sa propre analyse, ici, l’auteur fait entrer en relation voire en contradiction les points de vue des différents intervenants, notamment celui de l’hérétique Pascal Arnaud qui soutient que Pythéas n’a jamais fait le voyage qu’il relate. On a donc un panorama complet de la difficile question Pythéas. On a même un choix des principales citations de son œuvre à la fin, traduites en français. Nous eussions été aux anges si l’on y eût inclus leur original grec. Après tout le grec n’est pas réservé aux érudits. L’auteur ne se prive pas d’ailleurs de signaler les problèmes de traduction quand il dit que la fantastique comparaison de la mer gelée dans le brouillard avec le “poumon marin” est tout simplement une comparaison avec la “méduse”.

Peut-être le seul oubli de l’auteur, ou bien de ses interlocuteurs, serait ce roman grec du deuxième siècle après J.-C., écrit par un certain Antoine Diogène, qui s’intitule Merveilles incroyables au-delà de Thulé. Nous le tenons pour le premier roman de science-fiction de tous les temps. Il se rapporte immanquablement à Pythéas en mettant dans son titre une référence à “Thulé”.

 

Ménentaupe

Nous avons beaucoup appris en lisant cet ouvrage. Il serait trop long de détailler nos découvertes. On connaît beaucoup Thulé. On connaît moins Corbilo, port de commerce antique sur la Loire, mentionné par Pythéas. L’auteur nous livre un portrait absolument extraordinaire de l’archéologue Loïc Ménenteau qui va partout fouillant Nantes et ses environs à la recherches de la ville oubliée de Corbilo. Les jardiniers du château d’Ancenis, excédés des fouilles intempestives de Ménenteau, l’ont même surnommé “Ménentaupe” (p. 92). Le personnage prend alors petit à petit un aspect mythique, entre le centaure et le Titan, et fait entrer le livre dans une autre dimension. Dès lors, ce n’est plus simplement de la vulgarisation géniale, c’est aussi, soyons Marseillais ! de la littérature, avec un grand L.

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 29)

« Rue des boutiques obscures »

(où il sera question de l’étymologie de boutique & bodega)

  Chronique linguistique des mots grecs du français populaire ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article quatre)✮✮✮

 

Rue des boutiques obscures, à Rome.
Rue des boutiques obscures, à Rome.

 

On ne peut que se réjouir de la gloire qui soudain frappe Patrick Modiano avec ce prix Nobel de littérature. Le titre de l’un de ses romans m’a frappé : Rue des boutiques obscures. Il s’agit en fait de la Via delle botteghe scure à Rome. Le nom de cette petite rue m’a toujours fait rêver, avec son parfum très médiéval… J’imaginais des échoppes sombres avec des artisans qui travaillent dans la pénombre. Je voyageais dans le temps.

 Et si le lecteur le veut bien, je l’inviterai au voyage.

 

Invitation au voyage

Il était une fois l’Orient. Le jour se lève. Nous sommes au IVe siècle après J.C. en Asie mineure, c’est-à-dire en Turquie actuelle. Plus précisément à Nysse, une bourgade de Cappadoce.

Le jour se lève, et les commerçants se précipitent pour aller dans le souk, ou plutôt, pour le dire en grec, dans l’ἐμπόριον [empórion]. L’appât du gain ! proteste l’évêque de l’époque, Grégoire de Nysse dans ses sermons sur le Notre Père. A l’aube, messieurs les commerçants, vous ne mettez pas tant d’énergie à prier, écrivait Grégoire de Nysse en substance, qu’à ouvrir votre entrepôt, ou pour le dire en grec, votre ἀποθήκη [apothêkê].

Cela rappelle une parabole de l’évangile à propos d’un gentleman farmer dont les propriétés agricoles sont florissantes : la récolte est tellement abondante qu’il n’a plus où l’engranger ! Que faire ? se demande-t-il. Καθελῶ μου τὰς ἀποθήκας καὶ μείζονας οἰκοδομήσω «Je détruirai mes granges et j’en construirai de plus grandes» (Luc 12,18). L’appât du gain, toujours ! Manque de chance, Dieu vient réclamer son âme à notre heureux propriétaire, cette nuit même.

En fait, le terme ἀποθήκη [apothêkê] veut dire tout simplement dépôt. La seconde partie du mot : -θήκη [thêkê] vient du verbe τίθημι ἔθηκα : «je pose», comme la βιβλιοθήκη [bibliothêkê] est un dépôt de livres. Le préfixe ἀπο- [apo] marque l’éloignement consistant à -poser à l’écart quelque chose.

 

Un dépôt de livre

 Grange, entrepôt, dépôt, on peut hésiter sur la traduction du mot. Dans un pamphlet, Lucien de Samosate, au IIe siècle après J.C., s’en prend à un ignorant qui achète des livres. L’idiot en question achète des livres parce qu’il croit, par son seul achat, pouvoir posséder ce savoir que détiennent les dépôts eux-mêmes de livres, c’est-à-dire les librairies : fétichisme consumériste très moderne (§ 5) :

τίνος οὖν ἀγαθοῦ ὠνῇ ταῦτα, εἰ μὴ καὶ τὰς ἀποθήκας αὐτὰς τῶν βιβλίων ἡγῇ πεπαιδεῦσθαι τοσαῦτα περιεχούσας παλαιῶν ἀνδρῶν συγγράμματα;

« A quoi bon achètes-tu ces (livres), sinon parce que tu penses que ces dépôts eux-mêmes de livres sont fort instruits puisqu’ils contiennent tant de traités des anciens ? » 

Il s’agit bien dans le contexte de librairie (et non de bibliothèque qui se dit βιβλιοθήκη) : il est question juste avant, au paragraphe 4, de grossistes de livres (ἐμπόροις) et de détaillants de livres (βιβλιοκαπήλοις). Il s’agit donc bien d’achat et de vente. On peut donc se demander si les commerçants du petit matin que blâme notre Grégoire de Nysse n’ouvrent pas leur échoppe, tout simplement, plutôt que leur entrepôt. Car dans le commerce de détail, le magasin est à la fois lieu de dépôt et lieu de vente. 

On remarquera à ce propos que le mot français magasin vient de l’arabe makhzan qui signifie littéralement entrepôt, du verbe khazana « stocker ». On aurait donc la même évolution de sens d’ « entrepôt » à « échoppe » dans deux cas parallèles : ἀποθήκη [apothêkê] et  magasin.

 

Pharmacie et cabaret

Le mot est passé au latin dès Cicéron, au Ier siècle avant J.C., sous la forme apothéca, avec le sens de « grange, grenier, cave, cellier… ». Bref, pas de changement notable, sauf peut–être un, une spécialisation qui va lentement émerger. L’homme qui était préposé à l’apothéca, était l’apothecarius. Le mot donnera en français l’apothicaire, c’est-à-dire celui qui à l’origine garde le dépôt des plantes médicinales à partir desquelles on fait un médicament. Mais, en français, le mot désigne « celuy dont la profession est de preparer les drogues pour la guerison des malades» comme le dit le premier dictionnaire de l’Académie française (1694). Et il cite une expression du temps : « Faire de son corps une boutique d’Apothicaire, pour dire, Prendre trop de remedes. » On ne s’étonnera pas que le mot apothéca se soit spécialisé dans le sens de « pharmacie » quand on connaît la tendance du corps médical  à chérir la langue d’Hippocrate et de Galien. Aujourd’hui encore, l’Apotheke en allemand signifie la « pharmacie ».

En espagnol, on dit cela : botica, « la boutique d’Apothicaire » pour reprendre les mots du dictionnaire précédent. Et on a un autre mot pour désigner un débit de boisson. C’est la bodega. Et cela deviendra chez les Négresses vertes une sorte d’équivalent de Dionysos dans la fameuse chanson « Sous le soleil de Bodega ». Evidemment, on a plus envie de chanter sous le soleil de Cabaret, que sous la pluie de Pharmacie. Mais cette personnification de Bodega, je l’avoue, je suis bluffé ! Dionysos les a inspirés, c’est sûr. Restons dans cette ambiance espagnole sans chercher tout de suite à expliquer le mot boutique du français.

 

Première difficulté : la chute du a initial.

Les deux mots botica et bodega forment un doublet, comme pâtre et pasteur en français, issus tous deux du latin : pastore(m) « berger ». Botíca et bodéga supposent que l’on a confondu le a- initial avec celui de l’article, quand il est apparu à la fin de l’Antiquité : illa apothéca est devenu (il)la *pothéca. Le même phénomène explique que l’on parle de l’arène en français («Galamment de l’arène à la tour Magne à Nîmes… ») tandis que l’on dit en italien la rena (qui signifie « le sable »). Jusque là rien que de banal.

 

Deuxième difficulté : le passage de p- à b-

Les choses se corsent un peu pour expliquer le passage de *pothéca à *bothéca. Frédérique Biville dans son livre Les emprunts du latin au grec, une approche phonétique, Louvain, 1990-1995, suppose ici l’influence d’un parler grec d’Italie du sud, peut-être de Tarente. Nous avons déjà rencontré ce phénomène avec la pyxis « la boîte » qui devait être prononcée [búxis][1] (comme nous l’avions expliqué dans le Lychnos n° 115, avril 2008, p. 74) ou avec Pyrrhus qui était dit Burrus.

Dans ce cas, il faut supposer que la chute du a- initial d’apothéca aurait eu lieu en grec. Or primo cela n’a pas laissé de trace en grec, on ne connaît pas de forme ποθήκη à ma connaissance. Secundo, en grec l’article est ἡ [ê] ou [i] et c’est plutôt un η initial qui a tendance à tomber, comme dans ἡμέρα [hêméra] qui devient μέρα [méra] dans l’expression καλὴ μέρα prononcée aujourd’hui [kalí méra] « bon jour ».

Il me semble plus simple de supposer qu’on a en latin tardif à la fois la disparition de l’a- initial et la transformation de p en b, comme on l’a déjà rencontré pour epíscopus « évêque »  qui devient obispo en espagnol et bishop en anglais avec chute du e- initial et sonorisation du p- en b- (voir Lychnos n° 120, juillet 2009, p. 31).

 

Troisième difficulté : le passage du e  au i

Cela se complique encore. Lecteur, fais une pause ici. On atteint le niveau expert… Voilà maintenant l’énigme : comment expliquer le i de botica en face du e de bodega ? Ajoutons que la boutico du provençal est exactement semblable à la botica espagnole. Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, tome II, p. 34-35 suppose que c’est l’influence grecque où le η était déjà prononcé [i].  Il faudrait donc supposer qu’on a eu une réaction savante qui a lutté pour prononcer le mot apothéca à la grecque : apothíca. Cette réaction aurait réussi à créer des doublets pas seulement en espagnol mais aussi dans les dialectes italiens : bottegha, bodiga, buttiga. Sur le même modèle tapis en français vient d’une réinterprétation à la grecque de ταπήτιον prononcé [tapition] alors que le mot latin tapetum a été emprunté à une époque où l’on pronoçait ce mot [tapition] et a donné l’italien tappete.

J’avoue que je ne comprends pas bien, si ce phénomène s’est produit ainsi, pourquoi l’on n’est pas carrément revenu à une forme grecque apothica.

Ne serait-il pas plus simple d’imaginer l’influence d’un mot très proche de botíca à savoir *buttícula qui a donné le français bouteille et l’italien bottiglia, l’anglais bottle etc.? De là viendrait tout simplement le i  de boutico,  botica ou buttiga… Si l’on accepte cela, la troisième difficulté est résolue.

 

Sur la taie de l’oreiller

Finissons maintenant en beauté par le français. Si le mot latin avait suivi son cours naturel dans le parler du Nord de la Gaule, on aurait dû avoir **boutaie au lieu de boutique. Posons mollement notre tête sur la taie de l’oreiller et réfléchissons. Du latin theca est issu le français taie. Le terme vient  à l’origine du grec θήκη [thêkê] « boîte, coffre ». Et le mot latin qui en est issu : théca prononcé populairement [téca] a donné lieu en dans le parler bas-latin du Nord de la Gaule à une diphtongue *teica.

A partir de la fin du IVe siècle le –c- intervocalique se sonorise en –g-. La consonne disparaît même après le Ve siècle : *teia. Le –a final laisse place à un -e (avant de disparaître) : teie. Le mot ensuite s’orthographie en toie puis en taie. Or on n’a pas en français **boutaie mais boutique.

Donc le mot est emprunté. A qui ? au provençal boutico où le o final est en fait relativement affaibli et équivaut au e  muet du français. Quant au ou, il est habituel : qu’on pense à la corona. Je parle de la couronne, pas de la bière. En français comme dans le provençal couronno, le o  se ferme en ou.  Boutico  est donc bien le produit en provençal de la forme botíca. En fait la première attestation en français a la forme de bouticle. Le mot désigne aussi bien selon Du Cange, Dictionnaire françois…, Niort, 1829 une « boutique » (en fait un étal de vendeur) qu’« un lieu de débauche » (sans doute un cabaret…) : déjà, voyez-vous, j’en suis sûr, sévissait le dieu Bodega !

Christian Boudignon

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 

 

 


[1] En transcription phonétique, u note le son ou du français et y le son u du français.