Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas ! (n°25)

CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 135, article un)

POULPE-FICTION

(où il sera question de l’étymologie de poulpe & pieuvre)

 

File:Kanne Meeresstil asb 2004 PICT3393.JPG 

 (Poulpes sur vase minoen, musée d’Héraklion, Crète, Wikicommons)

 

 

 

J’AI UN AMI D’ENFANCE qui depuis quelques années tient un restaurant fort sympathique à Marseille du côté de la Madrague de Montredon : “Au bord de l’eau” est son nom. Je me souviens surtout d’y être allé un jour d’automne, avec ma chère et tendre, manger une délicieuse salade de poulpes. C’est un de mes plats préférés. Avec de la coriandre, de l’ail et un peu de citron, j’en raffole.

Je vais donc vous raconter l’histoire du poulpe, qui, vous vous en doutez, est un mot d’origine grecque.

 

Ulysse est un poulpe…

Commençons par le prince des poètes, Homère. Au chant V, (v. 432-435) de l’Odyssée, Ulysse est victime de la colère de Poséidon et se retrouve naufragé et jeté contre les rochers par les flots :

 

Ὡς δ᾽ὅτε πουλύποδος θαλάμης ἐξελκομένοιο

πρὸς κοτυληδονόφιν πυκιναὶ λάιγγες ἔχονται,

ὣς τοῦ πρὸς πέτρῃσι θρασειάων ἀπὸ χειρῶν

ῥινοὶ ἀπέδρυφθεν˙ τὸν δὲ μέγα κῦμα κάλυψεν

“Comme quand on arrache à sa retraite un poulpe

de nombreux cailloux s’accrochent à ses tentacules,

de même, au contact des rochers, des lambeaux

 avaient été arrachés aux mains vaillantes d’Ulysse ; le flot les recouvrit”

 

Ulysse est un poulpe ! Et pas seulement à cause de ses mains qui s’accrochent aux rochers comme des tentacules… Il est aussi polymorphe qu’un poulpe quand on voit à quelles métamorphoses le malheureux est astreint dans le « très-inventif » feuilleton télévisuel actuellement diffusé sur Arte qui n’a de rapport avec Ulysse que le nom.

 Mais revenons à nos poulpes. Le mot des gens de la mer : πουλύπους [poulúpous] avec un ou initial bien ionien, signifie littéralement « nombreux pieds » : c’est en quelque sorte un mille pattes des mers !

 

Bas les poulpes

Le mot est normalisé en prose sous la forme attique πολύπους [polúpous] et s’acclimate à Rome dès les débuts de la langue latine.  On le trouve chez Plaute (env. 254-184 avant J.-C.), dans sa comédie La Marmite : l’avare Euclion a trouvé une marmite pleine d’or, il est donc persuadé que tout le monde en veut à sa marmite, y compris le riche Mégadore qui vient le voir et ne peut être qu’une sorte de pieuvre avide de son or :

« Il convoite mon or, il veut le dévorer (…). Nous connaissons ces poulpes, qu’on ne peut plus arracher, une fois qu’ils se sont pris quelque part ».

Ego istos novi polypos, qui ubi quidquid tetigerunt tenent (v. 198).

On remarquera que le mot est entré accompagné de son sens métaphorique de « ventouse », « pieuvre » et qu’il a pris la forme d’un mot de la seconde déclinaison polypus, polypi. De plus, il a perdu son accent grec [polúpous] et reçu un accent latin qui se porte sur le o, puisque la seconde syllabe est brève.

 

Ne mangez pas de poulpe la nuit des noces !

Dans la langue populaire latine, le y est rendu par le son i, et l’on  prononce le mot [pólipous]. La tendance dans la langue latine tardive à faire disparaître la seconde syllabe non accentuée a conduit aux formes italienne polpo et espagnole pulpo. Dans cette langue, « être un poulpe », ser pulpo, c’est avoir les mains baladeuses. En provençal, le mot devient póupro et l’on se moque des gens de Toulon, nous apprend le Dictionnaire du Félibrige, comme des mange-poulpe, ou manjo-póupro. Il est probable que l’on ait d’abord eu un passage de pólpo à póulpro (puis à póupro) puisque Rabelais, dans son Tiers livre atteste une vieille forme poulpre. En effet, le mot semble emprunté à une vieille forme provençale póulpro avec évolution du o en ou (que l’on voit dans le latin amor devenu en provençal amour), forme qui donne en français de Marseille : pourpre.  Dans le Tiers livre (ch. XIII), Pantagruel conseille à Panurge en matière de repas d’être modéré avant son mariage pour garder toute sa vigueur sexuelle :

« Vous mangerez a soupper non febves, ne lievres, ne 
aultre chair, non Poulpre, (qu’on nomme Polype) non choulx, ne aultres viandes
qui peussent vos espritz animaulx troubler & obfusquer (…) Vous mangerez bonnes poyres Crustumenies, & Ber- 
guamottes, une pomme de Court pendu,
quelques pruneaulx de Tours, quelques cerizes de mon vergier. »

Ici visiblement, poulpre a le sens général de « mollusque » qui s’oppose à chair au sens de « viande ». Panurge devra se contenter de bons fruits ! Avis aux jeunes mariés !

Cette forme de poulpre s’explique par la répétition harmonisante du son liquide l/r (pólpo > póulpro) que l’on trouve aussi, mais en sens inverse, dans trésor (tésoro> trésor). L’influence du mot savant polype donné par Rabelais et tiré du grec a probablement conduit le locuteur français à abandonner ce second son liquide –r de fin de mot.

 

Le poulpe qu’on appelle la pieuvre

Il existe dans le dialecte normand un mot que l’on peut rapprocher de poulpe, c’est puerve, nom féminin qui désigne le même animal et métaphoriquement, une femme insatiable (on se demande bien pourquoi !) En dialecte anglo-normand, on a la pieuvre, mot popularisé en français par Victor Hugo lors de son séjour à Guernesey. Dans les Travailleurs de la Mer (livre IV, ch. II), notre grand écrivain utilise le mot pieuvre au sens de « grand poulpe » : « Ce monstre est celui que les marins appellent poulpe, que la science appelle céphalopode, et que la légende appelle kraken. (…) Dans les îles de la Manche on le nomme la pieuvre. »

Plus loin (livre IV, ch. III), il vous transforme la pêche à la pieuvre en corrida :

 « Pour la pieuvre comme pour le taureau il y a un moment qu’il faut saisir ; c’est l’instant où le taureau baisse le cou, c’est l’instant où la pieuvre avance la tête ; instant rapide. Qui manque ce joint est perdu. »

 Autant expliquer le passage de polypus à poulpe était un jeu d’enfant, autant comprendre comment on en est arrivé à pieuvre est plus délicat… Que le lecteur s’accroche donc de toutes ses tentacules ! Commençons par le plus simple. Prenons l’exemple d’œuvre qui vient du latin ópera : ópera donne *ópra, *úobra puis *úovre, * ẅoevre  et œuvre. On a le même traitement devant –r de la labiale p qui passe à b puis à v  dans pieuvre. On aurait eu pólpa > *popra > *púobra >  *púovre. Le traitement du ó ressemble à celui que l’on trouve dans œuvre : le ó se diphtongue en úo (ópra > úobra) puis le u se prononce quelque chose comme dju (la langue sur le palais) avant, en français, de se transformer en la semi-voyelle (qui est écrite u dans huit), puis de disparaître. En anglo-normand, le son palatal dju serait devenu la semi-voyelle y (écrite i dans pieuvre) : on aurait donc eu l’évolution *púovre > *pdjueuvre > pieuvre. En tout cas le traitement n’est pas surprenant ; prenons le mot de « cuisinier », en latin coquus/cocus d’où viennent notre maître queux, l’anglais cook et l’italien cuoco. Eh bien, on trouve dans une sorte de dictionnaire latin / anglo-normand du XIIIe siècle, l’équivalence cocus : kieu ! Le ó latin est bien devenu ieu en anglo-normand. CQFD.

 

Reste une épineuse question à propos de ces mots transsexuels, si l’on peut dire : comment est-on passé d’un masculin polypus / poulpe au féminin pieuvre ? Première hypothèse, Jean-Victor Vernhes me suggère qu’il se serait passé la même chose qu’avec folia, neutre pluriel de folium et qui a été interprété en français comme un singulier féminin : la feuille. Peut-être que le nom masculin polypus, entendu par des populations se latinisant dans des phrases où on avait l’accusatif polypum (polypum vidi « j’ai vu un poulpe »)  a été pris pour un mot neutre de type templum, d’où serait venu un pluriel neutre *polypa, subissant le même sort que folia… Seconde hypothèse, peut-être qu’il en va aussi de la vision subjective qu’on a du poulpe, qui peut être féminin quand en Normandie, on associe la puerve (la pieuvre) à une « femme méprisable » ( une p… ?), et masculin, dans le Midi, quand on le voit comme un « couillon » ? Ainsi  ces deux vers inoubliables d’un certain R. Serre : « sies trento cinq còup plus couioun / que l’aigo-sau del póuprilhon », ce qui se traduit prosaïquement : « tu es trente-cinq fois plus couillon qu’un petit poulpe en saumure »…  Belle image, non ?

 

Christian Boudignon

Maître de Conférence de langue & littérature grecques

Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM-CPAF (Centre Paul-Albert Février), UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France