Jean-Louis Charrière : Et si les Phéniciens réclamaient l’Europe ?

CRI DU COEUR (ὁ λύχνος n° 134, article deux)

LE NOUVEAU BILLET DE CINQ EUROS : UNE CATASTROPHE !

Jean-Louis Charrière
président de l’Association Archéologique Entremont
Tête d’Europe

Les médias ont présenté le nouveau billet de 5 euros qui comporte en filigrane la tête d’Europe, d’après un vase grec (cratère attique du IVe siècle avant notre ère) conservé au Louvre. Ce choix s’explique, nous dit-on, par le fait que cette « princesse de la mythologie grecque séduite et enlevée par le dieu Zeus métamorphosé en taureau … a donné son nom au continent ». Ce serait donc une figure « consensuelle et transnationale ». Voire

 

Je passe sur la bisexualité de Zeus…

Premièrement, aller chercher son inspiration dans la mythologie grecque est très risqué : vous y trouverez d’innombrables exemples de polygamie, d’inceste, d’adultère, d’assassinats politiques ou passionnels, de tortures, tueries et autres diableries. Barbe Bleue est une modeste gaminerie à côté. Je passe sur la bisexualité de Zeus, puisque non seulement elle ne dérange plus personne mais commence à faire très chic. Normal, Zeus était le roi des dieux. Et il y a pire : cette mythologie nous raconte des conflits entre l’Europe et l’Asie (la guerre de Troie) ou l’Afrique (l’affreux massacre perpétré par les 50 Danaïdes sur leurs 50 cousins germains égyptiens), dans lesquels ce sont les Européens qui sont les plus atroces.

 

Nous voilà tous ivrognes

Deuxièmement, choisir pour portrait d’Europe celui qui orne un cratère est fort peu enthousiasmant. En effet, les cratères étaient les vases où l’on mettait le vin avant de servir : et nous voilà tous ivrognes ! D’accord, j’exagère, les cratères étaient plus exactement les vases où l’on mettait de l’eau dans son vin, mais le symbole ne vaut guère mieux, même s’il est plus approprié, c’est celui du renoncement !

 

Les 5 Europes

Troisièmement, comme l’indique à l’article « Europe » le Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre Grimal (PUF, 1ère édit. 1951, régulièrement réédité), il existe au moins 5 personnages féminins de ce nom dans la mythologie :

1 – une fille du géant Tityos, qui fut la mère d’Euphémos, l’un des Argonautes, lequel est l’ancêtre des Grecs qui colonisèrent la Cyrénaïque. Vous avez dit « coloniser » ? Oh oh…

2 – une Océanide, fille née de l’inceste (oh oh…) du Titan Océan avec sa sœur Téthys. Laquelle est sans doute l’exemple le plus épouvantable des femmes-objets, puisque Océan l’engrossa sans cesse et sans scrupule, afin qu’elle enfante tous les fleuves et cours d’eau de la terre.

3 – la mère de Niobé, du moins selon certaines sources… Cette Niobé-là, qui se confond plus ou moins avec la fille homonyme de Tantale, fut la première femme mortelle, une sorte d’Ève grecque, sur laquelle Zeus s’empressa de sauter.

4 – la fille de Nil ; elle épousa Danaos, lequel Danaos, roi de Libye (c’est-à-dire de l’Afrique dans le vocabulaire des Grecs), émigra en Grèce où il fut un remarquable exemple d’intégration puisqu’il y devint roi d’Argos. D’ici à ce que les Africains proclament leurs droits d’héritage sur la Grèce…

5 – la plus connue, la fille d’Agénor (rien à voir avec les pruneaux, c’était un roi de Syrie, un prédécesseur de Bachar al-Assad si vous voulez). Alors qu’elle se baignait près de Tyr (ou de Sidon), sur une plage phénicienne (on dirait aujourd’hui libanaise – la Syrie couvrait alors ce territoire et il en reste des habitudes, si je puis dire), Zeus la trouve à son goût et, pour la séduire, se transforme en superbe taureau blanc. Comment savait-il que la belle princesse syrienne avait des penchants zoophiles ? Bref, elle craque, il l’emporte sur les flots, elle a la plus fameuse trouille de sa vie, il l’installe en Crète et la console en lui faisant trois fils. L’un de ces fils fut Minos, qui après avoir vaincu Athènes à la guerre, réclamait chaque année, en guise de tribut, l’envoi de sept jeunes garçons et sept jeunes filles d’Athènes, qu’il sacrifiait au Minotaure. On ne nous dit pas ce que maman pensait de la conduite de son Mimi de fils ! Puis, un peu lassé, le roi des dieux finit par marier Europe à Astérion, roi de Crète. Un frère d’Europe, Cadmos, part à sa recherche, en vain, et finit par fonder la ville de Thèbes en Grèce. En somme, la belle Europe était une étrangère immigrée (remarquablement intégrée elle aussi) et ces Syriens-là ont aussi des droits sur la Grèce.

 

Relisons Hérodote

Quatrièmement, comme disait Sempé, « rien n’est simple ». Relisons Hérodote, le« père de l’histoire » (Ve siècle avant J-C.) ; je cite la traduction d’A. Barguet, La Pléiade, 1964, livre IV, chap. 45 : « Pour l’Europe, on ne sait (…) d’où lui vient son nom, ni qui le lui a donné, à moins d’admettre qu’elle ait pris celui de la Tyrienne Europe – ce qui voudrait donc dire qu’auparavant elle n’avait pas de nom (…). Cependant on sait bien que cette femme, Europe, était une Asiatique, et qu’elle n’est jamais venue dans le pays que les Grecs appellent aujourd’hui Europe ; elle passa seulement de Phénicie en Crète et de Crète en Lycie. »Le lien étymologique entre la princesse et le continent européen est donc très incertain, déjà dans l’Antiquité. Quant à l’origine réelle du mot Europe pour le continent, même les savants actuels y perdent leur latin, leur grec et leur phénicien.

 

Et si les Phéniciens réclamaient l’Europe ?

En conclusion, il me semble que le choix d’Europe pour le billet de 5 euros (le plus petit billet, l’Europe ne vaut manifestement pas très cher en ce moment) est une coupable imprudence. Et j’entends déjà les ricanements sur nos origines scabreuses et les revendications territoriales qui vont pleuvoir. Vous souriez (du moins je l’espère), mais prenez garde : c’est en se fondant sur la Bible hébraïque que les Juifs revendiquent aujourd’hui leurs droits sur la Palestine, Bible dont les livres relatifs à Moïse puisent leurs origines à l’époque où il est censé avoir vécu (XIIIe siècle avant notre ère), c’est-à-dire l’époque de la guerre de Troie, dont les récits homériques (VIIIe – VIIe siècles) constituent une des plus grandes sources de la mythologie grecque.

Cela dit, ce serait bien consolant si l’Europe d’aujourd’hui pouvait être aussi charmante que l’Europe du Louvre…

Jean-Louis Charrière

Laurent Force a lu pour vous la BD : Alix senator

LU POUR VOUS (ὁ λύχνος n° 134, article un)

Alix senator

Laurent Force

Ingénieur.

couverture de la bande dessinée

Valérie Mangin (scénario) & Thierry Démarez (dessin et couleur), Alix senator, t. 1, Les aigles de sang, Casterman, 2012, 48 p. ISBN 978-203604566-8, prix : 18, 95 €

 La vie est plutôt agréable pour les Gaulois qui se sont ralliés aux Romains.

Nous sommes en 12 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Oui, toute et nous n’entendrons pas parler de nos irréductibles amis qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. Les événements importants se passent à Rome et en Campanie. La vie est plutôt agréable pour les Gaulois qui se sont ralliés aux Romains. Prenez le jeune Alix, que nous avions déjà connu proche du pouvoir et de César. Maintenant qu’il a une petite cinquantaine, il est devenu un intime d’Auguste et d’Agrippa. Désormais sénateur, il arbore fièrement sa toge laticlave dans les rues de Rome. Enak a disparu depuis longtemps et Alix élève son fils Kephren avec son propre fils Titus : deux adolescents qui manifestent un goût un peu trop prononcé pour les plaisirs d’une Rome déjà portée vers la décadence.

 

Un complot contre Auguste ?

Nous sommes en 12 avant Jésus-Christ et coup sur coup viennent de mourir deux géants de la vie politique : Lépide et Agrippa. Morts dans leur lit selon la version officielle ; en fait assassinés par un aigle aux serres d’or. Alors, vengeance de Jupiter mécontent de ne plus avoir de prêtre dans Rome depuis la mort du dernier flamen dialis dans les circonstances sacrilèges que l’on sait ? Complot contre Auguste ? Mais qui aurait intérêt à voir disparaître ses deux rivaux potentiels, sinon Auguste ? Il n’en faut pas plus pour lancer Alix sur une nouvelle enquête, accompagné de Titus et de Kephren : bon chien chasse de race.

 

Un coup de vieux qui rajeunit 

En donnant un coup de vieux à Alix, Valérie Mangin et Thierry Démarez redonnent un coup de jeune à une série qui en avait bien besoin. Le nouvel Alix est, comme l’ancien, épris de justice, mais il est devenu plus courageux qu’intrépide, moins naïf  et plus subtil : il se rend compte que son ami Auguste est peut-être en train de le manipuler. Il vit dans un univers peu conforme à la loi de 1949 sur la protection de la jeunesse, où l’on boit, où l’on couche (et pas forcément avec son ou sa légitime), où l’on peut avoir des sentiments ambivalents… Il n’y a pas qu’Alix qui vieillisse, Alix senator est visiblement destiné à un public plus mûr.

 

Le style du dessin est également en rupture avec la ligne claire d’Hergé dont Jacques Martin était le disciple. Le dessin et sa mise en couleur, agréables au premier coup d’œil, sont franchement réalistes, accentuant l’impression de regarder un reportage sur la vie à Rome au temps d’Auguste. Cela ne nous empêchera pas de nous livrer à notre jeu favori avec tous les albums d’Alix et de chercher à identifier les anachronismes et incohérences. Alix ayant embauché une chartiste comme scénariste, le jeu promet d’être plus difficile… Marcus Aemilius Lepidus est-il bien mort en 12 av. J.-C. ? Ou plutôt en 13 ? Pouvait-on, comme le premier augure, dire à Auguste que César était sont grand-oncle sans attaquer sa légitimité de fils du divin César ? Y avait-il à Rome un Premier augure ? Le pontifex maximus pouvait-il être inauguré par un augure ?   Par un flamine majeur (alors que c’est lui qui les nommait)? Ou alors par ses collègues pontifes ?

 

Ce premier album est une réussite, qui renouvelle la série sans la trahir. Nous attendons avec impatience le prochain opus.

Laurent Force

 

 

La littérature au kärcher ou Œdipe à Sarcelles.

« TU VAS KILL TON PERE ET KENE TA MERE WALAAAA »

Arielle Chopard, membre de l’équipe de Connaissance Hellénique, vous signale un blog particulièrement décoiffant sur la littérature mondiale.

Nous vous invitons à aller lire une présentation de l’Oedipe Roi de Sophocle faite par deux étudiants de lettres de Rennes (à la date du 19 septembre 2012), à l’adresse suivante :

http://bolossdesbelleslettres.tumblr.com/page/6

En voici les premiers mots :

 » y a un ptit baby qui naquit dans l’égypte de l’antiquité et ses darons ils appellent 3646 voyance pour savoir la destiny du ptit baby et là gros drama en fait le baby il va faire des trucs de gros crado mais je vous dis pas quoi pour préserver le suspense façon se7en. du coup ses parents ils donnent le baby à des clodos et après le baby devient grand badboy et il appelle 3646 voyance et là la fatwa à la fat boule de cristal façon dragon ball z elle lui dit TU VAS KILL TON PERE ET KENE TA MERE WALAAAA le badboy c’est oedipe il commence à péter son complexe il dit c’est pas possible j’peux pas kène ma mère c’est pas une milf !!!! du coup il prend ses clics et ses clacs il se taille en deux deux. »

 

Les Bacchantes, 7 juillet 2013, 20h à Vaison-la-Romaine

La Semaine de Théâtre Antique de Vaison-la-Romaine et Hadrien 2000 nous signalent la représentation des Bacchantes d’Euripide, le 7 juillet 2013 à 20h (prix du billet : 20 euros).

affiche des Bacchantes d’Euripide

Il nous adressent le message de Philippe Brunet, fondateur et metteur en scène du Théâtre DEMODOCOS :

« Pour donner les Bacchantes le 7 juillet 2013 dans le théâtre grandiose de Vaison-la-Romaine , il faudrait être déjà deux mille personnes. Quand on sait que même les stars de la variété ont parfois du mal à remplir les gradins… Pour pouvoir jouer dans un tel lieu qui impose une assistance d’au moins mille personnes et bloquer la réservation, nous devons assurer la prévente de 500 billets avant le 31 décembre.  Pourquoi faut-il jouer impérieusement dans un théâtre antique ? Le rite de la tragédie, pensaient les Anciens, comme celui de leurs procès de criminels, ne supporte pas la souillure apportée par l’assassin dans un espace clos. Il faut l’ouverture du ciel, le vent et les oiseaux, la proximité de la Nature.  Pourquoi se serrer à 50 à Avignon dans une salle obscure quand on pourrait être 2000 dans un lieu accessible au sublime ? Où le moindre geste, grossi par la loupe du théâtre, s’en trouve amplifié à une puissance inouïe. Où les masques transforment l’expérience humaine des acteurs en mythologie vivante et sublime.  On vous dit que le théâtre grec est une chose scolaire ou à rendre « contemporaine » le plus vite possible. N’y croyez pas. Le théâtre de Dionysos est l’expérience de la vie, de la mort, et du renaître. C’est plus fort que tout. Le chant s’élève, le verbe martèle sa poésie plus que jamais nouvelle, la danse métamorphose le Choeur des Bacchantes initiées au mystère de Dionysos en panthères sauvages. La musique antique retrouvée, sur des instruments de type archaïque, déferle sans bande-son. Sans artifice. Avec toute la puissance du théâtre. Devant vous. »

Philippe Brunet

Plus d’information sur le site : hadrien2000-vaisontheatreantique.net