Archives de catégorie : N°141 de juillet 2015

Sylvain Brocquet a lu pour vous « Ulysse en Ithaque » de René Peyrous

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article neuf)✯✭✭

Compte-rendu de l’ouvrage de René PEYROUS : Ulysse en Ithaque. Essai sur la localisation de son royaume et de son palais. Paris : Société des écrivains, 2013. 316 p. (Sylvain Brocquet, Université d’Aix-Marseille, UMR 7297).

Couverture du livre : Ulysse en Ithaque, de René Peyrous
Couverture du livre : Ulysse en Ithaque, de René Peyrous

Ce livre se veut la suite de celui que l’auteur a publié deux années plus tôt : Retour d’Ulysse de Troie vers Ithaque. Hypothèses sur la seconde partie du parcours depuis le cap Malée. Paris : Publibook, 2011 (compte-rendu dans le numéro de Lukhnos de juillet 2014). Le sous-titre énonce très clairement le projet de l’ouvrage : il s’agit cette fois non plus de reconstituer une partie du parcours d’Ulysse entre la Troade et Ithaque, mais de localiser le royaume sur lequel il régnait et le palais qu’il y habitait. Après une « Introduction et remarques préliminaires » (p. 9-10), qui précisent la démarche de l’auteur, et une notule (p. 11-16) rappelant les principes sur lesquels repose celle-ci – en particulier son postulat historicisant –, une sorte de préface (p. 17-23) intitulée « Point sur la situation actuelle du problème posé » expose la problématique à laquelle l’ensemble de l’ouvrage entend se confronter. Les étapes en sont détaillées avec beaucoup de précision, les différents chapitres du livre annoncés, les conclusions résumées, ainsi que les articulations de chacune des descriptions. Cette première partie constitue en effet un « sommaire » au sens propre du terme et pourrait tenir lieu de table des matières. Les sept chapitres qui constituent le corps de l’ouvrage ne font que reprendre, mais cette fois de manière détaillée, ce qu’annoncent les pages 19 sqq. :

  1. Position géographique du royaume d’Ulysse et de l’île d’Ithaque (p. 25-81).
  2. Astéris et le port du retour de Télémaque (p. 83-98).

III. Port de Phorkis, du retour d’Ulysse (p. 99-116).

  1. La demeure d’Eumée (p. 117-126).
  2. Port « de la ville » du retour de Télémaque et des prétendants (127-136).
  3. Le port d’arrivée d’Athéna : le port « de la Ravine » (p. 137-140).

VII. Le « palais » d’Ulysse et ses dépendances (p. 141-165).

Une « conclusion » (p. 167-174) récapitule ensuite les démonstrations proposées en matière de localisation de ces différents lieux et leurs résultats. Enfin, l’ouvrage est complété par plusieurs « notes » : « Notes sur le massacre des prétendants » (p. 175-177), « Notes relatives à la période possible d’arrivée en Ithaque » (p. 179-182), « Notes sur le Chant XXIV » (p. 183-188). Suit la Bibliographie (p. 189-194), qui sépare nettement les études des sources antiques mais ne comporte que des ouvrages en langue française (la liste en est d’ailleurs très brève et notoirement incomplète) et a tendance à placer sur le même plan des travaux scientifiques et des articles de vulgarisation d’une fiabilité douteuse. Enfin, vient un dernier chapitre intitulé « De Corcyre (Corfou) en Eubée par bateau en un jour ? Une tentative d’explication » (p. 195-262), qui précède une « Conclusion générale » (p. 263-281) exposant en réalité les conclusions de ce seul chapitre, et une seconde bibliographie qui lui est exclusivement consacrée (p. 283-285). En manière d’appendice, le livre s’achève par une section qui porte le titre de « Quelques notes sur les conceptions morales et religieuses et sur le comportement social tiré du texte » (p. 287-299). Des « Annexes » (301-313) évoquent ensuite les Curètes, les Cabyres et les Dactyles puis les « types de bateaux » avant de proposer la traduction de l’hymne à Apollon Pythien par Leconte de Lisle. La dernière section de l’ouvrage est constituée de « Notes sur les vents chez les différents auteurs » (p. 315-316).

 

Il serait trop long de résumer dans ce compte-rendu les diverses hypothèses proposées dans ce livre : il y en a beaucoup, car l’auteur cherche à résoudre un très grand nombre de problèmes, essentiellement de localisation. On ne peut que recommander au lecteur curieux de lire l’ouvrage, dans son intégralité ou chapitre par chapitre, en fonction des questions qui l’intéressent. Qu’il suffise de dire ceci : aucune de ces hypothèses n’est, à proprement parler, ni démontrable ni réfutable, mais beaucoup se révèlent astucieuses et intéressantes, parce qu’elles prennent en compte des paramètres qui ont parfois été négligés dans la bibliographie antérieure. Tout amoureux d’Homère et du monde que décrit l’Odyssée, surtout s’il connaît la Grèce et a souvent voyagé dans ses îles, y trouvera donc matière à réflexion.

 

En ce qui concerne la démarche intellectuelle et la méthodologie de l’ouvrage, elles appellent les mêmes remarques que le précédent – les mêmes critiques et les mêmes éloges. Les mêmes critiques : l’auteur, de son propre aveu, n’est ni  helléniste, ni archéologue, ni spécialiste de l’Antiquité grecque, ce qui lui interdit d’étudier le texte homérique par lui-même, de mener des études lexicales et toponymiques – essentielles dans le cadre d’une tentative de localisation –, de comparer les sources, matérielles et littéraires, avec la rigueur nécessaire. Il est tributaire des seules traductions françaises de l’Odyssée et des autres sources littéraires antiques qu’il utilise, ce qui limite considérablement ses capacités d’investigation et entache ses conclusions d’une constante incertitude, puisqu’elles ne sont jamais fondées sur une appréhension des textes eux-mêmes, dont les conditions de transmission, donc les variantes éventuelles, ne sont jamais seulement évoquées. Le choix de deux traductions françaises du poème homérique, celle de Victor Bérard et celle de Philippe Jaccottet, qui sont systématiquement données en parallèle, sur deux colonnes, est par lui-même arbitraire et ne fait l’objet d’aucune justification autre que celle de leur renom. À ces lacunes méthodologiques s’ajoutent d’incontestables défauts épistémologiques : on ne reprochera pas à l’auteur le postulat exclusivement historicisant qu’il adopte, puisque ce choix est explicite et parfaitement assumé (tout au plus pourrait-on lui faire remarquer qu’un argument auquel il recourt fréquemment pour le justifier, à savoir sa prétendue fécondité lorsque des pionniers tels que Schliemann firent, au XIXe siècle, les découvertes qui devaient donner naissance à l’archéologie mycénienne, n’est pas totalement recevable : c’est oublier un peu vite les destructions de sites dont ces mêmes pionniers, au nom d’une interprétation univoque, se sont rendus souvent responsables !). Mais dans le cadre même de ce postulat, la démarche de l’auteur reste entachée de faiblesses gênantes, telles que son ignorance de la géographie historique et l’acceptation implicite du présupposé selon lequel les paysages et les conditions météorologiques n’auraient pas changé depuis l’Antiquité – ou encore l’absence de toute prise en compte de l’histoire de la recherche et de ses étapes, qui le conduisent à juxtaposer arbitrairement des citations de savants sans jamais les situer dans leur contexte épistémologique, et à les confronter sans tenir compte du moment dans le développement des études homériques où elles ont été formulées. L’oubli de toute la bibliographie non francophone relève évidemment du même défaut. Mais l’ouvrage mérite aussi les même éloges que le précédent : en particulier, il convient de louer la très grande honnêteté de l’auteur, qui ne prétend jamais être ce qu’il n’est pas ni réaliser ce qu’il ne réalise pas. Tout est parfaitement clair et explicite dans sa démarche, jusqu’à ses lacunes, qu’il énonce et assume avec une franchise totale. Il ne prétend à aucun moment faire œuvre de spécialiste ni enrichir les études homériques de conclusions scientifiquement démontrées – il revendique simplement le droit d’occuper une marge de la recherche et, dans le cadre de cette marge, celui de procéder en fonction de son point de vue historicisant et de proposer les hypothèses que sa libre réflexion lui inspire. Cette démarche est légitime et, comme on l’a souligné, elle donne lieu à des propositions susceptibles d’intéresser un esprit curieux.

 

Reste la question de la rédaction de l’ensemble de l’ouvrage. On avait noté, s’agissant du livre précédent, une certaine sécheresse dans l’exposition des idées, qui conduisait l’auteur à procéder bien trop souvent par simple juxtaposition de citations extraites tantôt des textes antiques, tantôt de la littérature secondaire. Cette sécheresse se retrouve ici. Mais elle est aggravée par un incontestable défaut de construction. La seule consultation de la table des matières est à ce titre révélatrice : après un ensemble cohérent d’hypothèses de localisation, qui occupe les sept « chapitres » et représente à peu près la moitié du livre, vient une première conclusion, puis toute une série de « notes » traitant des sujets les plus divers – la dernière très longue – suivies d’une « Conclusion générale » dont rien n’indique qu’elle porte en réalité sur la dernière de ces « notes ». Et ce n’est pas tout : l’auteur accumule encore toutes sortes d’« annexes », souvent parfaitement inutiles, comme s’il lui était décidément impossible de conclure. La dernière d’entre elles, la « Note sur les vents… », tend à ridiculiser l’ensemble du livre en citant en caractères grecs (sans accent) le nom des vents dont elle dresse la liste… mais en remplaçant le –s final des ces noms par un –z ! Tout cela donne à l’ouvrage l’aspect d’un recueil de notules et d’articles divers traitant de géographie et portant sur la partie de l’Odyssée qui se déroule dans le royaume d’Ulysse, plutôt que celui d’un livre cohérent traitant d’un problème donné. Un parti qui aurait pu être pris et assumé, mais ce n’est malheureusement pas celui qu’affiche l’auteur en introduction. La lecture s’en ressent : elle éveille la curiosité mais devient vite fastidieuse, et donne souvent le sentiment soit d’interminables répétitions soit, au contraire, d’un éparpillement incontrôlé.

Sylvain Brocquet,

professeur de sanskrit à l’Université d’Aix-Marseille.

Editorial et sommaire du n°141 de juillet 2015 (Marie-Noëlle Agniau)

Le grec ancien pour tous !

 

Rhodendron ferrugineux, par Jean-Pol Grandmont (wikicommons)
Rhodendron ferrugineux, par Jean-Pol Grandmont (wikicommons)

 

Temps difficiles ! Une ministre promet le grec et le latin pour tous ! Mais avec quels professeurs ? En tout cas, et même s’il ne s’agit que d’un coup de bluff, nous disons : Chiche ! Car c’est notre devise depuis 1977 avec le cours de Connaisance hellénique : le grec pour tous de 17 à 77 ans, pour 50 euros d’inscription.

Temps heureux ! On n’a jamais autant parlé du grec et du latin, un élan de solidarité s’est manifesté dans le pays. Même si l’Education nationale choisit de se suicider avec le prétexte maoïste de faire un grand bond en avant, il existera toujours des renaissances, des résurrections, des histoires individuelles qui ne font pas de bruit mais qui remplissent de joie.

Nous avons choisi pour cet éditorial, de donner la parole à Marie-Noëlle Agniau, professeur de philosophie en lycée et poète, qui nous livre son expérience bouleversante :

 

De même chair que rhododendron

 

Je me suis prise de passion pour une langue morte. Le grec ancien. Cela a peut-être à voir avec le désir de mieux comprendre la philosophie. Peut-être le désir d’en être plus proche. Comme à la source. Mais la source, étrangement, recule. Elle se cache. Elle-même est une héritière. Une sorte de filiation. Qui essaime. Qui a essaimé. Descartes, dans l’architecture des savoirs, se serait pris de passion pour un arbre. Un bel et grand arbre. Avec ses branches. Son tronc solide. Son arborescence. Il nous faudrait – afin de mieux comprendre – renverser l’arbre sur ses feuilles et puis scruter ses racines. Elles se donnent ensemble. Elles ont essaimé. Elles ont hérité. De la langue grecque aussi. Dit-on, une langue morte.

Cela me touche. Une langue morte. Je me suis prise de passion pour elle. Je ne sais plus précisément comment. Comment c’est venu. Avec quelle force ! Avec quelle évidence ! C’est venu. Voilà tout. Il a fallu acheter les livres. L’ouvrage de référence. Celui pour les grands débutants. Oui. Même à mon âge. L’on peut être un grand débutant. Comme quelqu’un qui soudain voudrait nager. Ne plus avoir peur de l’eau. Voudrait se baigner. Longtemps. Aller loin. Sans poser le pied par terre. Sur un sol mou, fuyant, liquide. Quelqu’un qui voudrait s’amuser. S’amuser à se faire peur. Nager. S’arrêter. Tester la profondeur de l’eau. Savoir qu’ici, il n’y a plus pied. Que le sol est loin. D’une hauteur de tête. Peut-être plus. Étendre les orteils. Sentir le vide. La puissance humaine faiblir. S’amuser de cette faiblesse. Éprouver peut-être un début de panique. Savoir enfin que l’on sait nager. Que le sol peut se dérober. Que les pieds et tout le corps peuvent flotter. Et battre tout doucement et plus fort pour ne pas sombrer. Oui. Se dérober ainsi soi-même. Avancer. Puis revenir. Toucher terre. Enfin le sable tout au fond de l’eau. Oui. Bipèdes. Quelqu’un qui voudrait savoir ce que c’est. Revenir à soi. Par tout le corps. Oui. Grands débutants que nous sommes. Même à notre âge. Et même si  cet âge semble avoir épuisé tous les apprentissages. Peut-être même un gros lot d’épreuves.

Alors, on s’y met. Une fois par semaine. Plusieurs fois. Avec régularité. Patience et labeur. Même à notre âge. Oui. Une langue morte. Comme le grec ancien. Elle n’est plus morte. Dans mes efforts pour aller vers elle, l’appréhender, dans mon désir de la lire et de la déchiffrer, elle n’est pas morte. Bien vivante à travers moi. J’entre en elle. Les raisons que j’ai d’aller vers elle se confondent avec l’exercice. J’ouvre le livre de référence. Je l’ai ouvert un jour d’été. Un beau jour de vacances. Comme un grand débutant. Alpha. Bêta. Gamma. Etc. Chaque jour, un peu de grec ancien. La constitution d’une sorte de vie secrète. À la manière de Quignard. Chaque jour, un rendez-vous avec la langue. Une langue qui est à tous. Chaque jour, un étrange plaisir. Peut-être – sans doute – quelque chose comme le goût de l’étude. Un goût de solitude. Être là – plongée au cœur du livre. Se déshabituer du monde. De ce monde difficile. Difficile parce que usant tout ce qu’il touche. Être là. Seule avec le livre. Les mots. N’être même plus vraiment soi-même. Une manière de poser le nom. Le prénom. Le visage. Toutes les fonctions. La mère. La femme. La compagne. Le professeur de philosophie. Personne ne nous voit. Je suis seule. Dans une salle de classe. Seule dans la nuit d’une cuisine. Avec une petite lumière. Un petit feu sur ma propre langue maternelle. Le sentiment d’un volume dans chaque mot. Comme avec rhododendron. C’est lui qui pousse. Tò rodon : la rose. Tò dendron : l’arbre. C’est lui mon printemps perpétuel. Il pousse sa sève de très loin. Elle explose dans chaque phrase. À travers mon être même. D’une vie intense derrière la si mal nommée langue morte. Petit feu deviendra grand.

Il y faudra de la patience et du labeur. De la solitude. Comme elle est bonne avec moi. Je ne suis plus personne. Les attaches tombent l’une après l’autre. Me voilà entièrement disponible. C’est comme un trésor d’enfant qu’on découvre sous des empilements d’autres choses. Un trésor qui s’adresse mystérieusement à nous. Qui éclaire. Qui jette son halo de lumière et rassure en nous toutes les mauvaises grâces. Les ratés. Les défauts. Les malentendus. J’ouvre le livre. Je peine. J’avance plus lentement que la grosse tortue dans le sable de naissance. Je désespère. La tâche est immense. Elle est peut-être ingrate. Non. Après, je pourrai lire. Dire. Oui. Dire cette langue malgré sa mort. Parce qu’elle chante en moi. De la manière la plus inexplicable qui soit. J’ouvre le livre et je suis seule. La petite lumière vacille. Elle est si petite. D’autres m’ont précédée. Je ne les connais pas. J’avance avec eux. Ma vie secrète est en partage. Ils m’ignorent. Ils ont raison de m’ignorer. C’est la solitude qui me plaît. Cet étrange rapport  à soi-même qui décrète que ce silence a plus de valeur que le monde. Je mime peut-être un passage. Quand il a fallu déchiffrer cette réalité à laquelle, une première fois, nous sommes venus. Soudainement venus. On ne s’en souvient pas mais ce passage fut jubilation. Affamée.

On ne s’en souvient pas. La joie qui fut la nôtre d’apprendre. De nommer. De mettre un nom sur les choses et que ce monde nous devienne lisible. Je mime peut-être cela. Mais c’est une illusion. Mon être est déjà dans la langue. Le monde est déjà lisible pour moi. Déjà mien à travers ma langue. Alors, je m’écarte. Je fais un bond. Je quitte la route. Je viens de ramasser un vieil objet. Un objet qui émeut. Par sa vieillesse. Sa désaffection. Le fait qu’il soit là comme un détritus. Un petit caillou qui émeut par sa petitesse et la force de sa présence. Inimaginable. Voilà qu’il est dans ma poche et qu’ensemble, nous marchons. À chaque pas, c’est un rhododendron qui pousse. C’est le printemps de deux petits mots grecs. Ensemble, à travers moi, ils sont ma langue.

Marie-Noëlle Agniau

Et voici notre sommaire :

1 Thierry Murcia : Marie de Magdala, mère de Jésus ?

http://ch.hypotheses.org/1278

2 Paul Challobos : Solon, la dette grecque et l’économiste Gaël Giraud.

http://ch.hypotheses.org/1284

3 Max Pourkier : L’armée byzantine du milieu du septième siècle àau milieu du neuvième siècle

http://ch.hypotheses.org/1291

4 Janine Kaminski traduit “Suite pour violon et flûte” de P. Markaris

http://ch.hypotheses.org/1294

5 Janine Kaminski traduit deux poèmes de Th. Zaphiriou

http://ch.hypotheses.org/1299

6 Giuseppe Frappa présente : www.poesialatina.it

http://ch.hypotheses.org/1303

7 Jean-Victor Vernhes : une étymologie pour ὁ κῆπος ?

http://ch.hypotheses.org/1309

8 Christian Boudignon : Comme un aimant (Où il sera question de l’étymologie d’aimant & diamant)

http://ch.hypotheses.org/1316

9 Sylvain Brocquet a lu pour vous « Ulysse en Ithaque » de René Peyrous

http://ch.hypotheses.org/1348

 

 

Bonne lecture à tous et bel été. Le prochain numéro paraîtra le 1er novembre 2015.

C. Boudignon

Christian Boudignon « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n° 31)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article huit)

“Comme un aimant”

(où il sera question de l’étymologie de  diamant et aimant)

 

“Je suis de ceux qui traînent tard

à squatter les bancs

tel le fer et l’aimant.”

Les chiens de paille

 

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de diamants de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons). 

Longtemps j’ai cru comme tout le monde que le mot aimant venait de la comparaison de sa force d’attraction avec l’amour. Quoi de plus beau d’ailleurs, quoi de plus parlant que ce magnétisme évocateur. Et pourtant, chose surprenante, ce ne sont pas des aimants qu’on offre à sa belle mais bien des diamants ! J’aurais bien vu pourtant une bague aimantée aux doigts d’une belle qui attirerait l’anneau de fer de son amant. Peut-être d’ailleurs exista-t-elle jadis. Le poète alexandrin Posidippe dont Yannick Durbec vient de publier une superbe traduction, décrit dans une épigramme une pierre merveilleuse qui “d’un côté attire le fer qui lui fait face / comme un aimant (μάγνης οἷα λίθος) ; de l’autre, le repousse / provoquant un effet contraire.”

Aimant et diamant viennent du même mot

Le mot aimant vient du grec ancien où il désigne alors tout autre chose que l’aimant. “Aimant” se dit en grec : μάγνης λίθος [magnès lithos ] “pierre de Magnésie”. De là vient le magnétisme qui n’est rien d’autre que la force d’un aimant. En fait aimant et diamant viennent du même mot grec ἀδάμας [adámas], « terme magique puis technique tiré de δάμνημι»[1], verbe qui signifie «dompter». L’ἀ-δάμας [a-dámas], avec son a- privatif, c’est littéralement l’ “in-domptable”.

Ainsi Hésiode, dans les Travaux et les jours (v.145-148) décrit les races des hommes. La première est d’or, la seconde d’argent, la troisième de bronze et la quatrième de fer. La race de bronze ne s’interesse qu’à la guerre :

οἷσιν Ἄρηος

ἔργ᾽ ἔμελεν στονόεντα καὶ ὕβριες: οὐδέ τι σῖτον

ἤσθιον, ἀλλ᾽ ἀδάμαντος ἔχον κρατερόφρονα θυμόν,

ἄπλαστοι.

«  Ceux-là ne songeaient qu’aux travaux gémissants d’Arès et aux actes de violence. Ils ne mangeaient pas non plus de pain, mais, inflexibles, ils avaient en eux un cœur d’acier, ferme dans ses pensées… »

Cette description des soldats cuirassés de bronze, intrépides et insensibles dans les combats, incapables de sentir la faim, est bien loin du romantisme que nous évoquions tout à l’heure, encore que le prestige de l’uniforme (de bronze) et l’intrépidité héroïque se fraient facilement leur chemin dans le cœur de certaines donzelles.Le mot désigne ici un métal indomptable, le « fer le plus dur », ce que nous avons traduit par acier.

 

Une pierre indomptable

Le mot en vient très vite à désigner également une pierre indomptable, en l’occurrence le diamant. C’est ce que nous dit Pline l’Ancien, dans le dernier livre de son Histoire naturelle (XXXVII, ch. XV, § 57) :

« L’essai de tous ces diamants se fait sur l’enclume; et ils résistent si bien aux coups, que le fer rebondit et que l’enclume même se fend. En effet, la dureté en est incroyable : de plus, ils triomphent de l’action du feu et ne s’échauffent jamais ; c’est cette force ‘indomptable’ (adamas) qui leur a fait donner le nom qu’ils portent en grec. » (trad. Littré)

Mais, et c’est là le début de l’embrouille, l’aimant n’aime pas le diamant. Pline rapporte en effet un peu plus loin (ibidem, § 61) :

« Le diamant a une si grande antipathie pour l’aimant (adamas dissidet cum magnete lapide), que mis auprès il ne lui permet pas d’attirer le fer, ou bien si l’aimant a déjà attiré le métal, le diamant saisit le fer et le lui enlève. »(trad. Littré)

 

Le diamant incestueux de Bérénice

Le mot latin adámas se trouve aussi sous la forme populaire adamans comme on le lit dans les Satires de Juvénal (6, 156-158) où il est question du diamant qui ornait le doigt de la reine de Judée, Bérénice, cadeau “incestueux”, insinue le perfide poète, de son frère Agrippa :

adamans notissimus et Beronices

in digito factus pretiosior: hunc dedit olim

barbarus incestae, dedit hunc Agrippa sorori.

« … un diamant très célèbre et devenu encore plus précieux au doigt de Bérénice : un barbare l’avait donné à son frère Agrippa, l’incestueux le donna à sa sœur. »

On a donc un doublet, une forme savante, prononcée à la grecque, qui garde son accent sur le second a : adámas, une forme populaire, qui selon toute probabilité a pris un accent latin, sur le premier a : ádamans.

A l’accusatif, le mot fait de toute façon : adamántem et il s’est maintenu tel quel jusqu’au IIe siècle dans le latin vulgaire. En effet, cette forme s’est gardée en sarde (dialecte logudorais) : adamante, et en roumain : adamánt où il est la forme populaire correspondant à diamánt.

 

D’où vient le dia de diamant ?

Après le deuxième siècle les deux formes ont évolué séparément dans le latin vulgaire : la première forme adámas a perdu son a initial et est devenue *dámas. On a déjà vu un tel phénomène avec boutique qui vient d’(a)pothêkê avec chute du a initial non accentué.

Cette première forme *dámas a encore évolué en *diámas. Les raisons de cette évolution sont obscures : on suggère en général l’influence de la préposition grecque διά [dia]… mais on est bien avare d’explication ! Précisons comment cela a pu se passer. On doit évoquer les mots latins empruntés au grec où en fait le dia marquait la composition d’un produit médicinal. Par exemple le diameliton était en fait un onguent à base de miel, le diamirton une décoction à base de myrte, le diamoron un sirop de mûres sauvages, etc. On a sans doute voulu inconsciemment imiter cette construction grecque qui fait chic. On trouve ainsi depuis Pétrarque, la forme italienne caractéristique dïaspro pour dire le «jaspe» et celle de diamante pour une pierre très dure, notre «diamant». En français, la forme dyamant passe étrangement au féminin diamande en anglo-normand, et de là, à l’anglais diamond.

 

D’où vient le  d’aimant ?

La seconde forme ádamans , elle, a vu son second a, bref, se fermer en i comme cela arrive par exemple dans le mot français : baume qui vient de βάλσαμον / bálsamum devenu *báls(i)mum, ancêtre de l’italien populaire bálsimo. Cette seconde forme ádamans est donc devenue *ádimans (accusatif : *adimántem). Dans le dictionnaire Provençal-français de S.J. Honnorat, Digne, 1846, nous trouvons le mot provençal : aziman « diamant, aimant » qui nous permet de bien reconstituer cette forme primitive : *adimántem. Aziman viendrait en effet d’une première transformation du d en dj devant le –i puis d’une seconde transformation en z : *adimántem > *adjimánt > *azimán. En ancien français, par contre, d se serait assimilé à un y avant de disparaître comme dans le latin gaudia > joie où le d s’évanouit ; on aurait eu : *adimántem > *ayyimánt > aÿmánt > aimant

En français, on trouve une variante, aÿmant qui deviendra aimant qui a le sens originellement de “diamant”. Au Moyen-Age, on connaît ainsi le proverbe “A trop poindre faut l’aimant”, ce qui signifie que “le diamant s’émousse à force de couper”. Mais au XIVe siècle le mot a évolué, on parle d’aymans qui “arrête”, qui fixe le fer.

 

 Plus dure qu’un dyamant / Ne que pierre d’aÿmant

Guillaume de Machaut, en 1377, écrit un superbe poème où il reproche à sa belle de le tuer (de l’occire : « vous qui m’occiez ») en lui refusant (« désirant ») son amour (son « amitié »). On notera la subtilité de la rime qui associe dyamant, aÿmant, amant et désirant :

« Plus dure qu’un dyamant

Ne que pierre d’aÿmant

Est vo durté,

Dame, qui n’avez pité

De vostre amant

Qu’ociés en desirant

Vostre amitié. »

Ainsi en va-t-il de l’amour qui hésite entre les feux de la passion et la dureté du diamant.

Dyamant et aÿmant sont associés au titre de pierre dure. La distinction se fait peu à peu : pour Guillaume de Machaut, le dyamant et la pierre d’aÿmant sont deux choses différentes. Les deux variantes en viennent à se spécialiser selon une loi linguistique définie par Benvéniste pour qui les doublets ont toujours tendance à se distinguer. Ainsi pâtre et pasteur désignent chacun un métier différent alors qu’ils viennent à l’origine tous les deux de pástorem : “berger”. De la même façon, diamant en est venu à signifier la pierre précieuse, tandis qu’aimant a pris le sens de matériau qui attire le fer. Et tandis que les belles aiment les diamants, elles dédaignent les aimants !

 

Christian Boudignon.

[1] Chantraine, Dictionnaire Etymologique de la langue grecque, Paris, 19992, p. 18

Jean-Victor Vernhes explique l’origine de κῆπος [kêpos] « le jardin »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article sept)✭✭✭

Une étymologie pour ὁ κῆπος ?

 

Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)
Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)

 

Ce mot κῆπος, jardin, verger, toujours présent en grec moderne (mais surtout pour désigner un parc, un jardin public), a pour forme ancienne κᾶπος (forme conservée dans les dialectes autres que l’ionien-attique).

Le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine nous indique qu’on a l’habitude de rapprocher une série de mots germaniques signifiant « pièce de terre, arpent » et supposant *kâpâ au niveau indo-européen : vieux haut allemand huoba, vieux saxon hôba, allemand Hufe, Hube.

R. Beekes, dans son Etymological Dictionary of Greek, mentionne lui aussi, dans son article κῆπος, ces mots germaniques. Au début de cet article, il envisage avec un point d’interro­gation, un rapprochement avec la racine indo-européenne *keh2p (avec laryngale 2 notée h2). C’est une racine signifiant saisir (*kh2p > κᾱπ en grec). Le degré zéro *kh2p a donné en grec κάπτω (qui s’est spécialisé au sens de happer, gober), et en latin capio, prendre (parfait cēpi), captivus, captif, etc. Mais malheureusement R. Beekes n’explicite ni ce qui peut étayer cette hypothèse, ni pourquoi il la mentionne de façon dubitative,  la rangeant parmi les mises en relation qui sont « either uncertain or wrong » et concluant en disant : « Could the word be from a European substrate language ? »

Voyons de plus près ce rapprochement κῆπος/capio. Il a déjà été proposé, anciennement, comme le signalait Boisacq dans son maintenant séculaire Dictionnaire étymologique de la langue grecque (1907-1916). Mais selon cet auteur, il ne s’impose pas sémantiquement et se heurte à la phonétique : en effet le ē qu’on voit dans le parfait cēpi, ne peut avoir la même origine que le ā de la forme ancienne κᾶπος.

Le Dictionnaire étymologique de la langue latine de A. Ernout et A. Meillet pose aussi une forme *kēp de la racine à la source de ce parfait. À la suite de quoi P. Monteil, dans ses Éléments de phonétique et de morphologie du latin (1970), page 64, pose une racine *keh1p (avec laryngale 1 notée h1), le degré zéro *kh1p donnant régulièrement le radical cap- de capio. Même doctrine, avec un formalisme différent, dans l’article κάπτω du dictionnaire de Chantraine.

Cet obstacle phonétique et morphologique est maintenant levé ; nous notons, en consultant l’Etymological Dictionary of Latin de Michiel de Vaan, que capio y est rattaché à *keh2p, et que le parfait cēpi « was probably formed on the model of fēci ». Des difficultés de ce genre sont souvent dues à des remaniements morpho­logiques. Ainsi rien ne nous empêche plus, du point de vue formel, de rattacher capio, comme κᾶπος, à un étymon *keh2p.

Reste à voir la question sémantique.

Pour montrer la validité sémantique de l’étymologie rattachant κῆπος à la racine *keh2p de capio, nous allons montrer comment toute une série de mots désignant un espace destiné à tel ou tel usage particulier (il peut s’agir de jardin, de ville, de forteresse…) se rattachent étymologiquement à la notion de saisir ou de délimiter un certain espace.

Une racine *gher, saisir, délimiter, apparaît dans le grec ὁ χόρτος, l’enceinte (chez Homère), puis la prairie (idée de délimitation appliquée à un certain espace champêtre). Nous faisons entrer ce mot χόρτος, avec Chantraine (La formation des noms en grec ancien, p. 300), dans la série des substantifs en -τος formés sur le degré o de la racine, avec accent sur le radical νόστος, φόρτος…

C’est le même mot que le latin hortus, l’enclos, le jardin, et que l’ancien français gort, la haie (supposant un mot gaulois gorto-).

Autres mots se rattachant à la même racine *gher : le russe gorod, la ville (en vieux slave gradu : cf. Volgograd, etc) ; l’anglais garden, le jardin (= allemand Garten).

De même en grec moderne τὸ περιβόλι, qui a tendu à remplacer κῆπος  pour désigner le jardin, signifie étymologiquement l’enclos, se rattachant à la famille de περιβάλλω, entourer. En entourant un certain espace d’une clôture on l’a délimité, on l’a saisi pour un usage particulier.

Il y a lieu également, à notre avis, de rattacher à la racine *gher le terme ὁ χορός, la danse. Dans le dictionnaire de Chantraine (où χορός est dans la partie dont s’est chargé Jean-Louis Perpillou après le décès de Chantraine), il est dit de l’éty­mologie de ce mot : « Incertaine, parce que la signification première est elle-même incertaine. » Cette étymologie a donné lieu à bien des spéculations. Nous n’allons pas entreprendre d’en faire ici le tour, nous bornant aux observations suivantes. Chez Homère, ce terme peut désigner le lieu où l’on danse. À Sparte, il peut équivaloir à ἀγορά et désigner une place publique (cf. Pausanias, 3, 11, 9). Cela nous incite à penser que le sens premier est celui d’un espace sur lequel on a opéré une saisie pour un usage particulier.

À la source étymologique de tous ces mots nous avons perçu l’idée d’un espace qu’on tient pour un usage particulier.

Il est intéressant de rapprocher de tout cela le terme tenure du droit féodal. Une tenure est en particulier une pièce de terre que l’on tient de son supérieur en féodalité.

L’appartenance de κῆπος à la racine *keh2p signifiant saisir nous semble donc amplement justifiée sémantiquement. Nous pouvons également rattacher sans problème à cette racine les termes germaniques auxquels il est fait allusion dans notre deuxième paragraphe. La seule différence est que ces termes germaniques, comme nous l’avons noté en consultant le Chantraine, se rattachent à un *kāpā, tandis que notre κῆπος se rattache à un *kāpo à voyelle thématique.

Dans un tout autre domaine nous retrouvons l’emploi de *keh2p pour désigner un espace qu’on a saisi pour un usage particulier. Nous songeons ici au nom du port : en anglais haven. Ce mot remonte régulièrement à un prototype *kapnos. Ici *k > h et p > v en vertu de la loi de Grimm. Rien à voir avec ὁ καπνός, la fumée, qui remonte à *κϜαπνός. C’est le Hafen de l’allemand. Notre mot havre (cf. un havre de paix) est un emprunt médiéval au néerlandaishaven , le port. Mais ce dernier mot pose à l’étymologiste (cf. Jan de Vries, Nederlands Etymologish Woordenboek) des problèmes que nous nous abstiendrons d’évoquer.

On peut parfois se demander, à propos de ces mots, si on a affaire à un nom d’action (la saisie, d’où ce qu’on saisit) ou à un nom d’agent (ce qui tient, contient). Ainsi pour Calvert Watkins (The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, p. 37) haven est « perhaps “place that holds ships” ». De même χορός, avec son accentuation de nom d’agent, pourrait être un lieu qui contient. Mais de tels problèmes de détail n’affectent en rien le rattachement possible de ces mots à des racines signifiant tenir, contenir.

Reste à étudier le degré vocalique. Nous avons fait remonter κῆπος et les mots apparentés (qu’ils représentent *kāpā ou *kāpo) à la forme *keh2p de la racine, c’est-à-dire au degré plein de timbre e. C’est le degré o de la racine que nous attendons dans de telles formations en ā ou o : ainsi dans ἡ κώπη, la poignée par où l’on saisit une épée ou une rame. Mais en matière d’alternance vocalique le grec a largement mis à mal le vieux système d’alternance vocalique, surtout dans les formations nominales. C’est plutôt sa persistance dans κώπη qui a quelque chose de singulier. La sémantique suffit pour rendre plausible le rattachement de κῆπος à la racine *keh2p de capio.

Nous regrettons donc que R. Beekes ne se soit pas arrêté à ce ratta­chement, qui nous semble valable, et ait conclu sa présentation de κῆπος par des perspectives pré­helléniques.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

Je remercie M. Rémy Viredaz, qui a bien voulu prendre connaissance d’une première version de cet article, et dont les observations m’ont évité de dire quelques bêtises.

Giuseppe Frappa présente un site extraordinaire sur la poésie grecque et latine

► POESIE GRECQUE ANCIENNE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article six) ✮✮✮

Homère et Virgile sans peine sur internet

www.poesialatina.it

 

Ingres, L'apothéose d'Homère, 1827, Musée du Louvre  (Wikicommons)
Ingres, L’apothéose d’Homère, 1827, Musée du Louvre (Wikicommons)

 

[Par le plus grand des hasards nous avons rencontré à Aix-en-Provence un linguiste proprement génial spécialisé dans les débuts des langues romanes, Giorgio Cadorini. Au cours de discussions passionnantes, il nous a fait découvrir l’incroyable site internet d’un professeur de Lettres classiques italien à la retraite, à Udine : Giuseppe Frappa. Eblouis, nous lui avons réclamé illico une présentation  Urbi et Orbi, pour ainsi dire,  de ce site dont la particularité est l’amour de la poésie grecque et latine.]

Présentation du site internet : www.poesialatina.it

 

Le site internet www.poesialatina.it se propose comme objectif de diffuser la connaissance de la littérature grecque et romaine en utilisant les ressources offertes par la technologie de l’internet.

Dans les limites du possible, le site s’adresse autant à un public écolier et universitaire qu’à toutes les personnes qui veulent approfondir leur connaissance de la langue et de la littérature grecque et romaine par pur intérêt culturel.

Voici une présentation synthétique des contenus proposés dans les diverses section qui composent le site.

La section dédiée à la Poésie latine propose une ample collection de textes poétiques de la latinité (plus de 60 auteurs), enrichis en général d’un apparat métrique qui permet de visualiser soit le schéma métrique des différentes compositions poétiques soit la quantité brève ou longue de chaque syllabe. L’usager a aussi la possibilité de faire apparaître certains phénomènes phonétiques caractéristiques (élision, allitération, homéotéleute, monosyllabes finaux). Il ne s’agit en principe que d’un point de départ pour la construction d’une base de données qui permettrait de mettre en parallèle de façon approfondie les tendances stylistiques, conscientes ou non, des différents auteurs à l’intérieur d’un même genre poétique.

La section dédiée à la Langue latine est constituée d’une série de pages interactives qui permettent à l’usager de vérifier sa propre connaissance de certains aspects de la morphologie (déclinaison des substantifs, pronoms et adjectifs, conjugaison des verbes). D’autres pages utilisent le langage Javascript pour exposer de façon dynamique et interactive certains aspects de la culture romaine (nombres, heures, dates).

La section Langue grecque propose une alternance de pages à seul titre d’exemple et de pages interactives avec des exercices d’autovérification de la connaissance personnelle de certains aspects de la morphologie ou du lexique du dialecte attique. En principe, cette section devrait être complétée par une série de pages dédiées au système verbal, en plus d’une présentation sommaire des dialectes littéraires différents de l’attique.

La section Textes interactifs, divisée en deux sections dédiées respectivement aux textes latins et aux textes grecs, est constituée d’une centaine de pages contenant chacun un bref texte en prose ou en vers. Chaque texte est accompagné d’une traduction italienne à visée purement didactique ; l’usager peut se rendre compte des correspondances entre texte et traduction en cliquant sur n’importe quel mot du texte original ou de la traduction : les mots ou groupes de mots correspondants apparaissent alors. Dans certains cas, apparaissent des notes qui expliquent des points de linguistique ou des questions de sens. Les textes en prose permettent aussi un vérification du niveau de conscience des correspondances. Les textes en vers sont munis d’un apparat métrique et offrent la possibilité d’écouter une lecture métrique elle aussi à seule visée didactique.

La section Textes grecs propose actuellement toutes les œuvres conservées en hexamètres dactyliques de la littérature grecque (à l’exception des œuvres fragmentaires). Comme les textes de la section dédiée à la poésie latine, eux aussi sont munis d’un apparat métrique : l’usager peut donc visualiser l’indication de la quantité au-dessus de chaque syllabe. Toutes les anomalies prosodiques (abrègement en hiatus, correptio attica, synizèse etc. ) sont mises en évidence et renvoient, par le biais d’un lien, à la section métrique dans laquelle ces phénomènes sont présentés. L’usager peut visualiser une série de données statistiques relatives à chaque œuvre ou section d’œuvre (fréquence des différents phénomènes prosodiques, pourcentage de la présence de différents types d’hexamètres dactyliques). La partie consacrée au corpus homérique (Iliade, Odyssée, Hymnes, Batrachomyomachie) présente aussi deux pages contenant les données statistiques globales relatives aux phénomènes phonétiques, en vue de faciliter la comparaison entre les différentes sections.

Une section spécifique est consacrée à la Métrique grecque et latine. Après une partie introductive qui se propose de rendre compréhensible la façon de composer la poésie des Grecs et Romains d’autrefois, vient une série de pages consacrées aux mètres les plus fréquents de la littérature grecque et latine. Presque toutes ces pages contiennent des exemples tirés de vers grecs ou latins avec indication des quantités brèves ou longues des syllabes. A la fin de la section, trois pages permettent à l’usager de s’exercer sur différents aspects de l’analyse métrique des vers latins les plus fréquents.

Giuseppe Frappa

(traduction française : Christian Boudignon)

 

✪  ✪  ✪

Presentazione del sito www.poesialatina.it

 

Il sito web www.poesialatina.it si propone lo scopo di diffondere la conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana utilizzando le possibilità offerte dalle tecnologie web.

Nei limiti del possibile il sito si rivolge sia ad un pubblico scolastico che a tutte le persone che intendono approfondire la propria conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana per puro interesse culturale.

Ecco una sintetica esposizione dei contenuti proposti nelle diverse sezioni in cui si articola il sito.

La sezione dedicata alla Poesia latina propone un’ampia raccolta di testi poetici della latinità (oltre 60 autori), quasi tutti arricchiti di un apparato metrico che consente di visualizzare sia lo schema metrico delle varie composizioni sia le quantità di lunga o breve delle singole sillabe. All’utente è anche offerta la possibilità di evidenziare la presenza di alcuni fenomeni fonetici caratteristici (elisione, allitterazione, omeoteleuto, monosillabi finali). Nelle intenzioni questo è solo il punto di partenza in vista della costruzione di una base di dati che permetterebbe di approfondire il confronto tra le tendenze stilistiche, consapevoli o meno, dei diversi autori nell’ambito degli stessi generi poetici.

La sezione dedicata alla Lingua latina è costituita da una serie di pagine interattive che consentono all’utente di verificare la propria conoscenza di alcuni aspetti della morfologia (declinazioni di sostantivi e aggettivi, pronomi, verbi). Qualche altra pagina sfrutta il linguaggio JavaScript allo scopo di esporre in maniera dinamica e interattiva alcuni aspetti della cultura romana (numerali, ore, data).

La sezione Lingua greca alterna pagine puramente espositive a pagine interattive contenenti esercizi di autoverifica relativi ad alcuni aspetti della morfologia e alla conoscenza del lessico del dialetto attico. Nelle intenzioni questa sezione dovrebbe essere completata da una serie di pagine dedicate al sistema verbale, oltre che da una presentazione sommaria dei dialetti letterari diversi dall’attico.

La sezione Testi interattivi, divisa in due sezioni dedicate rispettivamente ai testi latini e greci, è costituita da qualche centinaio di pagine contenenti ciascuna un breve testo di prosa o di poesia. Ogni testo è accompagnato da una traduzione italiana improntata a criteri strettamente didascalici. L’utente può rendersi conto delle corrispondenze tra testo e traduzione cliccando su qualsiasi parola del testo o della traduzione: le parole o i gruppi di parole corrispondenti saranno evidenziati. In qualche caso sono visualizzate delle note esplicative di carattere linguistico o contenutistico. I testi in prosa consentono anche una verifica del livello di consapevolezza delle corrispondenze. I testi in poesia sono arricchiti di apparato metrico e offrono la possibilità di ascoltare una lettura metrica ispirata pure essa a criteri esclusivamente didascalici.

La sezione Testi greci attualmente propone tutte le opere superstiti in esametri dattilici della letteratura greca (escluse le opere frammentarie). Come i testi della sezione dedicata alla poesia latina, anche questi sono arricchiti di apparato metrico; l’utente può cioè visualizzare l’indicazione di quantità sopra le singole sillabe. Tutte le anomalie prosodiche (abbreviamento in iato, correptio attica, sinizesi, ecc…) sono evidenziate e rimandano, tramite un link, alle pagine della sezione metrica in cui tali fenomeni sono presentati. L’utente può visualizzare anche una serie di dati statistici relativi alla singola opera o sezione di opera (ricorrenze dei vari fenomeni prosodici, percentuale di presenza dei diversi tipi di esametro dattilico). La zona dedicata al corpus omerico (Iliade, Odissea, Inni, Batracomiomachia) presenta anche due pagine contenenti i dati statistici complessivi relativi ai fenomeni fonetici in vista di una più facile comparazione tra le diverse sezioni.

Una sezione specifica è dedicata alla Metrica greca e latina. Ad una parte introduttiva che si propone di rendere comprensibile il modo di comporre degli antichi Greci e Romani segue una serie di pagine dedicate ai metri più frequentemente praticati nelle letteratura greca e latina. Quasi tutte le pagine contengono qualche esempio costituito da versi greci o latini con indicazione di sillabe brevi e lunghe. Di questi esempi è possibile ascoltare una lettura metrica ispirata a criteri esclusivamente didattici. Alla fine della sezione tre pagine consentono all’utente di esercitarsi in diversi aspetti dell’analisi metrica dei versi latini più frequenti.

Giuseppe Frappa

 

 

La Grèce en crise : Janine Kaminski traduit 2 poèmes de Théodore Zaphiriou

► POESIE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article cinq) ✮✮✮

Les chariots

&

 Annulation des dettes

 

Des trois recueils de poèmes que Théodore Zaphiriou a fait paraître simultanément en 2014 (Entropie de la chair, Les chariots, Méchants poèmes), Les chariots est certainement le plus intéressant, car il se situe surtout dans la thématique de la crise traversée par la Grèce ces dernières années : le poète n’a pas craint de mettre comme « en allégories » les situations absurdes dans lesquelles se débattent ses compatriotes et lui-même, ou de revenir sur les épisodes tragiques qui ont accompagné la débâcle.

Ironie, sarcasmes qui s’élargissent à notre société tout entière, à notre monde. Et posent la question de la responsabilité : « À qui la faute ? à qui la faute ? »

 

Publicité fin 1950 (wikicommons)
Publicité fin 1950 (wikicommons)

 

Les chariots

 

Il tire son chariot

Avec tous ses biens

Sur le trottoir.

Visiblement c’est un SDF.

 

Il n’a pas de toit mais il a réservé

Un abri pas loin d’ici.

En route il croise

Une voiture d’enfant.

 

Une jeune et jolie maman la pousse.

Et le bébé dort comme un bienheureux.

Lui aussi va vers son avenir sans le connaître.

 

Le SDF lui souhaite bonne chance

Mais lui aussi n’est plus l’absolu

Malchanceux, puisque lui non plus,

Comme aucun de nous, ne connaît l’avenir.

 

Ensuite il croise

Un fauteuil roulant.

Les regards du SDF et de l’infirme

Se croisent aussi.

 

Lequel souhaite bonne chance à l’autre.

Nous ne le saurons pas

Et ne pouvons même pas le supposer.

Peut-être pouvons-nous imaginer

 

Que se croisent les chariots

Du présent SDF

Et d’un certain ministre, avec des problèmes de motricité,

Qui, comme de l’au-delà

 

Tire les ficelles de la politique

Et de l’économie ? Et comment se traiteraient-ils

L’un l’autre mentalement

Sans doute l’un de « clochard »,

 

L’autre d’« estropié ». Il est cependant improbable

Que leur soit venu à l’idée

D’échanger leurs rôles

Même s’il s’agit évidemment

 

De leur propre vie.

L’estropié achèterait

Les biens du clochard

Avec l’économie mondiale

 

Qu’il dirige. Mais en même temps

Il lui mettrait sur le dos son infirmité.

Et le SDF s’abriterait

Sur les terrasses du pouvoir.

 

On peut tout dominer

Sauf sa propre vie.

Et s’il s’agit de vivre avec des hypothèses

Mieux vaut être ministre et en bonne santé

Que SDF et estropié. Et

Lieber tot als rot*. Mais enfin,

Un ministre ne rougit-il jamais ?

Même quand, bébé, il pleurait ?

 

Le SDF est resté sûrement SDF.

Et l’handicapé – non le ministre – infirme.

Sur leur route ils ont croisé

D’autres chariots.

 

Les uns au marché, d’autres aux supermarchés.

Les mêmes hommes leur faisaient faire la navette

Bien portants et cossus ceux-là.

Et pourtant inquiets eux aussi.

 

Bien que tant de ministres se préoccupent

De leur prospérité et de leur sécurité.

Et un surtout, celui de l’autre

Pays grand comme l’au-delà

 

Les soigne aux petits oignons

Même s’ils ne l’ont jamais croisé –

Lui de son pays important

De la croix de son martyre

 

Leur parle toujours pour leur bien

Mais comme un voleur ou comme le Christ ?

Ils ne comprennent pas, parce que la croix roule

Et le crucifié sur la roue

 

Est un étranger. À sa langue

– Qui n’est pas ordinaire – ils comprennent pourtant

Que lui aussi vient de les crucifier

Comme immigrés clandestins, dans leur propre pays

 

A des chariots vides.

Vides avec leur permission.

Vides des provisions et des biens

Du bon chef de famille et de l’argent

 

Prêté à fonds perdus au fraudeur du fisc et au riche SDF

Vides des nécessités générales et particulières

D’hommes, que je ne connais ni n’ai vus.

Vides aussi de tout vain espoir.

 

(Ensuite – était-ce un cauchemar ? – je me

Trouvai dans un chariot souricière

Qui avait deux portes – comme la vie** –

Une à droite et une à gauche.

 

Par l’une j’entrai, mais par où sortir.

Elles se fermèrent toutes deux en même temps.

Et je me voyais traîner – vers où ? – par ceux

Qui avaient mis – et mangé aussi – le fromage.

 

Ils faisaient les hommes

Et disaient que je suis leur semblable.

Sauf qu’ils n’ont pas dit qui avait mis le fromage

Mais uniquement que tous ensemble nous nous sommes gavés***).

 

 

* « Plutôt mort que rouge », slogan anticommuniste très répandu dans l’Allemagne de l’après-guerre, divisée en deux blocs, la R.F.A. et la R.D.A.

** « La vie a deux portes », chanson populaire, musique et chants Stelios Kazantzidis, paroles Evtychia Papayannopoulou.

*** Reprend la phrase de Th. Pangalos répondant aux critiques de corruption faites au personnel politique. (Assemblée Nationale grecque, 21 septembre 2010 : – Πῶς τὰ φάγατε τὰ λεφτά ; [Comment vous vous êtes rempli les poches ?] – Τὰ φάγαμε ὅλοι μαζί. [Tous ensemble nous nous sommes rempli les poches ! Littéralement : φάγατε = vous avez mangé.

 

 

 

Τὰ καροτσάκια

 

Σέρνει τὸ καροτσάκι του

Μ᾽ ὅλα τὰ ὑπάρχοντά του

Στὸ πεζοδρόμιο.

Εἶν᾽ ἐμφανῶς ἕνας ἄστεγος.

 

Δὲν ἔχει στέγη ἀλλὰ ἕνα στέγαστρο

Ἔχει καπαρώσει κάπου ἐδῶ κοντά.

Καθ᾽ ὁδὸν διασταυρώνεται

Μ᾽ ἕνα καροτσάκι μωρουδιακό.

 

Τὸ σπρώχνει μιὰ νέα ὡραία μαμά.

Καὶ τὸ μωρὸ κοιμᾶται τοῦ καλοῦ καιροῦ.

Πάει κι αὐτὸ στὸ μέλλον του

Ποὺ δὲν τὸ ξέρει.

 

Ὁ ἄστεγος τὸ καλοτυχίζει

Ἀλλὰ κι αὐτὸς δὲν εἶναι πιὰ κι ὁ ἀπόλυτα

Κακότυχος, ἀφοῦ οὔτε αὐτός,

Ὅπως κανένας μας, δὲν ξέρει τὸ μέλλον.

 

Μετὰ διασταυρώνεται

Μ᾽ ἕνα καροτσάκι ἀναπηρικό.

Διασταυρώνονται καὶ τὰ βλέμματα

Τοῦ ἄστεγου καὶ τοῦ ἀνάπηρου.

 

Ποιὸς καλοτυχίζει ποιόν.

Αὐτὸ δὲ θὰ τὸ μάθουμε

Οὔτε νὰ τὸ ὑποθέσουμε μποροῦμε.

Μήπως μποροῦμε νὰ φαντασθοῦμε

 

Νὰ διασταυρώνονται τὰ καροτσάκια

Αὐτοῦ ἐδῶ τοῦ ἄστεγου

Καὶ κάποιου μὲ κινητικὰ προβλήματα

Υπουργοῦ, ποὺ σὰν ἀπὸ τὸ ὑπερπέραν

 

Κινεῖ τὰ νήματα καὶ τῆς πολιτικὴς

Καὶ τῆς οἰκονομίας; Καὶ πῶς θ᾽ ἀποκαλοῦσε

Ὁ ἕνας τὸν ἄλλον μέσα στὸ μυαλό του.

Πιθανὸν «ἀλήτης», ὁ ἕνας,

 

«Σακάτης», ὁ ἄλλος. Ἀπίθανο ὅμως εἶναι

Νὰ τοὺς περνοῦσε ἀπ᾽ τὸ μυαλὸ

Ν᾽ ἀνταλλάξουνε τοὺς ρόλους τους

Κι ἂς πρόκειται βέβαια

 

Γιὰ τὴν ἴδια τὴ ζωή τους.

Τὰ ὑπάρχοντα τοῦ ἀλήτη

Ν᾽  ἀγόραζε ὁ σακάτης

Μὲ τὴν παγκόσμια, ποὺ διαφεντεύει

 

Οἰκονομία. Ἀλλὰ μαζὶ

Νὰ τοῦ φόρτωνε καὶ τὸ σακατιλίκι.

Κι ὁ ἄστεγος νὰ στεγαζόταν

Στὰ δώματα τῆς ἐξουσίας.

 

Ὅλα μπορεῖ κανεὶς νὰ τὰ ἐξουσιάσει

Ἐκτὸς ἀπὸ τὴν ἴδια τὴ ζωή του.

Κι ἂν εἶναι νὰ ζοῦμε μὲ ὑποθέσεις,

Καλύτερα ὑπουργὸς καὶ ὑγιὴς

 

Παρὰ ἄστεγος καὶ σακάτης. Καὶ

Lieber tot als rot. Ἀλλ᾽ ἐπιτέλους,

Ἕνας ὑπουργὸς ποτὲ δὲν κοκκινίζει;

Οὔτε ὅταν ἔκλαιγε, μωρό;

 

Ὁ ἄστεγος ἔμεινε ἄστεγος ἀσφαλῶς.

Κι ὁ ἀνάπηρος -ὄχι ὁ ὑπουργὸς- σακάτης.

Στὸ δρόμο τους διασταυρώθηκαν

Καὶ μ᾽ ἄλλα καροτσάκια.

 

Ἄλλα στὴ λαϊκὴ κι ἄλλα στὰ supermarket.

Οἱ ἴδιοι ἄνθρωποι τὰ πηγαινόφερναν

Οἱ ἀρτιμελεῖς καὶ οἰκονομένοι.

Κι ὡστόσο ἀνασφαλεῖς κι αὐτοί.

 

Παρότι τόσοι γιὰ τὴν εὐημερία τους καὶ

Τὴν ἀσφάλειά τους φροντίζουν ὑπουργοί.

Καὶ μάλιστα ἕνας, αὐτὸς ἀπὸ τὴν ἄλλη

Τὴ χώρα σὰν τὸ ὑπερπέραν τὴ μεγάλη

 

Τοὺς ἔχει πῶς καὶ πῶς

Κι ἂς μὴ διασταυρώθηκαν ποτὲ μαζὶ του-

Αὐτὸς ἀπ᾽ τὴ σπουδαία χώρα του,

Ἀπ᾽ τὸν σταυρὸ τοῦ μαρτυρίου του

 

Γιὰ τὸ καλό τους πάντα τοὺς μιλάει,

Μὰ σὰ ληστὴς ἢ σὰ Χριστός;

Δὲν καταλαβαίνουν, γιατὶ ὁ σταυρὸς τσουλάει

Κι ὁ ἐσταυρωμένος στὸν τροχὸ

 

Εἶναι ἀλλοδαπός. Ἀπὸ τὴ γλῶσσα του

-Ποὺ δὲν εἶναι ὅποια κι ὅποια- ὅμως τὸ νιώθουν

Ὅτι πρὶν λίγο τοὺς σταύρωσε κι ἐκεῖνος

Στὴν ἴδια τους, σὰ λαθρομετανάστες, τὴν πατρίδα

 

Σὲ καροτσάκια ἄδεια.

Μὲ τὴν ἄδειά τους ἄδεια.

Ἄδεια ἀπὸ ψώνια καὶ ὑπάρχοντα

Τοῦ καλοῦ οἰκογενειάρχη δανεικὰ -κι ἀγύριστα

 

Τοῦ φοροφυγᾶ καὶ τοῦ ἄστεγου ἄρχοντα.

Ἄδεια ἀπὸ γενικὲς καὶ εἰδικὲς ἀνάγκες

Ἀνθρώπων, ποὺ οὔτε ξέρω οὔτε εἶδα.

Ἄδεια κι ἀπὸ τὴν κάθε κούφια συνελπίδα.

 

(Κι ἔπειτα -σ᾽ ἐφιάλτη;- μὲ εἶδα

Σ᾽ ἕνα καροτσάκι ποντικοπαγίδα

Ποὖχε δυὸ πόρτες -ὅπως ἡ ζωή-

Μιὰ δεξιὰ καὶ μιὰν ἀριστερή.

 

Ἀπὸ τὴ μία εἶχα μπεῖ, ἀλλ᾽ ἀπὸ ποῦ νὰ βγῶ.

Ταυτόχρονα ἔκλεισαν κι οἱ δυό.

Κι ἔβλεπα νὰ μὲ σέρνουν –πρὸς τὰ ποῦ;-

Ποντίκια ποὺ μιλούσανε τὴ γλῶσσα μου.

 

Ἔκαναν τοὺς ἀνθρώπους

Κι ἔλεγαν πὼς εἶμαι ὅμοιός τους.

Δὲν εἶπαν μόνο ποιὸς εἶχε βάλει τὸ τυρὶ

Παρὰ μονάχα πὼς τὸ φάγαμε ὅλοι μαζί.)

 

 

 

 

 

 

Annulation des dettes *

 

Lui, vivant mais d’une rigidité cadavérique

Qui achète des corps

Pour les prêter

Aux vendeurs eux-mêmes,

Réclame en gage leur âme

Et comme intérêt leurs enfants.

Nous, nous déshéritons nos enfants

 

Et nous paierons un intérêt aussi léger

Que la terre qui découvrira nos os.

Et si nous préférons le feu,

Des étrangers reprendront notre âme.

Puisque lui achète aussi des cendres,

Pour les éparpiller,

Et vendre plus cher l’air.

 

 

Σεισάχθεια

 

Μὲ νεκρικὴ ἀκαμφία ἐν ζωῇ

Ἐκεῖνος, ποὺ σώματα ἀγοράζει

Στοὺς πωλητὲς τοὺς ἴδιους

Γιὰ νὰ τὰ δανείσει,

Ἐνέχυρο τὴν ψυχή τους ἀπαιτεῖ.

Καὶ τὰ παιδιά τους τόκο.

Ἐμεῖς θ᾽ ἀποκληρώσουμε τὰ παιδιά μας

 

Καὶ θὰ πληρώσουμε τόκο τόσο ἐλαφρὺ

Ὅσο τὸ χῶμα ποὺ θὰ ξεσκεπάσει τὰ ὀστᾶ μας.

Κι ἂν προτιμήσουμε τὴ φωτιά,

Ξένοι θὰ πάρουν πίσω τὴν ψυχή μας.

Ἀφοῦ Ἐκεῖνος καὶ στάχτες ἀγοράζει,

Γιὰ νὰ τὶς σκορπίσει,

Καὶ τὸν ἀέρα νὰ πουλήσει πιὸ ἀκριβά.

 

* Référence à l’action de Solon l’Athénien (la seisakhteia) au début du VIe siècle qui fonda symboliquement la première constitution démocratique par l’interdiction de l’esclavage pour dette : voir l’article de Paul Challobos dans ce n° d’ὁ λύχνος [NdE]

Traduction française de Janine Kaminski

Janine Kaminski traduit pour vous une nouvelle de Petros Markaris

➤ UNE NOUVELLE TRADUITE DU GREC MODERNE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article quatre)

Petros MARKARIS, Athènes capitale des Balkans, Éd. Gavrielidis, Athènes, 2010.

« Suite pour violon et flûte »

 

Couverture : Petros Markaris "Athènes capitale des Balkans"
Couverture : Petros Markaris « Athènes capitale des Balkans » 

[Dans cette nouvelle de P. Markaris, on retrouve le thème des migrants devenus si nombreux à Athènes. Moins dramatique qu’« À fleur de peau » (voir Λύχνος n° 138), parce que l’auteur y apporte une touche de tendresse et qu’avec son humour malicieux il pointe aussi bien le racisme des migrants entre eux que l’étanchéité de ses compatriotes à la musique classique. Toutefois le drame est là : la haine raciste mutile les deux jeunes musiciens, désormais incapables de jouer. P.Markaris arrivera-t-il à les sauver ?]

 

La violoniste Maïté Louis par Mickaël Emieux (wikicommons)
La violoniste Maïté Louis par Mickaël Emieux (wikicommons)

 

Il était posté sur le trottoir de la rue Chateaubriand, entre la rue de Patissia et la rue du 3 Septembre. Curieux emplacement pour un cireur de chaussures. Le peu qu’il en reste à Athènes s’installe rue de l’Université entre la rue de Bucarest et la rue Sina. Qui dans le secteur d’Omonia se ferait cirer les chaussures par un cireur ? Si j’en jugeais à son attitude, personne. Il était assis les bras appuyés sur les genoux, les yeux mi-clos et écoutait de la musique sur un lecteur de cassettes démodé, vestige des années 80. Le son m’arrivait voilé et je ne pouvais pas distinguer ce qu’il écoutait. En tout cas ce n’était sûrement pas des chansons grecques qui ne demandent d’ailleurs pas tant de concentration. Ce n’est qu’en m’approchant de lui que je distinguais les sons et commençais à reconnaître la première partie du concerto pour violon de Mendelssohn.

 

À Athènes on en voit de toutes les couleurs, mais certainement pas un taxi sans radio allumée et un cireur qui écoute du Mendelssohn. C’est peut-être ce qui m’a poussé à faire cirer mes chaussures et non quelque nostalgie pour un lustrage à l’ancienne ou l’envie de soutenir économiquement une profession en voie d’extinction.

Quand je posai mon pied sur le barreau en fer, le cireur baissa par discrétion le volume de son magnéto. Les médius de ses deux mains pendaient aux articulations comme s’ils souffraient d’une arthrite déformante. Il tenait les brosses avec le pouce, l’index et le petit doigt, tandis que les médius restaient inertes. Mais il était entraîné, car les brosses caressaient le cuir en cadence et avec une grande vélocité. Au moment où l’orchestre entamait la deuxième partie du concerto, il avait terminé et avec sa brosse il frappa la semelle pour que je descende mon pied.

Mon chemin ne me mène pas souvent rue Chateaubriand. Ma vie quotidienne se limite au trajet Maroussi-Mésogée, tantôt une fois, tantôt deux fois par jour. Ainsi plus d’un mois passa avant que je me retrouve sur ce trottoir. Je trouvais le cireur à la même place, avec sa boîte et à côté son magnéto. La musique cette fois était plus forte et plus brouillée. Et de nouveau juste à un pas j’arrivai à distinguer les mesures du concerto pour violon de Beethoven. Quand il me vit poser le pied sur le barreau de fer, il baissa le volume, comme la fois précédente.

« Tu n’as pas besoin de baisser, ça ne me dérange pas » lui dis-je. « Quoiqu’à vrai dire le grand orchestre est assourdi par le magnétophone. Et surtout en plein air. »

Il arrêta le brossage et me jeta un regard plein de curiosité.

« Comment sais-tu que le concerto pour violon de Beethoven est pour un grand orchestre ? »

« Comme je sais que les concertos de Vivaldi et de Mozart ne le sont pas. »

Il allait dire quelque chose, mais il changea d’avis et retourna au brossage. Son air montrait pourtant qu’il ne daignait pas discuter avec moi de musique.

« Tu es étonné que je sache que le concerto pour violon de Beethoven est pour un grand orchestre ? » insistais-je, parce que son attitude avait commencé à m’énerver.

« Je suis étonné de trouver un Grec qui s’y connaît en musique classique. »

« Pourquoi ? Nous avons des orchestres symphoniques, des ensembles musicaux et tout un Auditorium[1]. »

Il se mit à rire. « Vous avez tout ça, mais vous n’avez pas l’amour de la musique. Nous en Bulgarie nous aimons la musique classique plus que vous. Tu ne me crois pas bien sûr, mais c’est ainsi. » Il parlait bien le grec, avec l’accent du nord de la Grèce.

« Pourquoi je ne te croirais pas ? »

« Parce que vous les Grecs vous vous croyez en tout les meilleurs. »

Son ton était redevenu provocant, mais cette fois j’essayais de l’affronter avec calme.

« D’accord, il se peut que nous n’aimions pas la musique classique autant que vous, mais elle ne nous donne pas des boutons. En tout cas pas à tous. »

« Comment vous dites… Celui qui s’est brûlé souffle même sur le fromage ? »

« Non, sur le yaourt. Celui qui s’est brûlé souffle même sur le yaourt[2]. Pourquoi, tu t’es brûlé ? »

Il préféra ne pas répondre et s’occuper du cirage de mes chaussures. Je le regardais serrer le chiffon avec les deux doigts de la main droite, tandis que les deux médius pendaient incapables de l’aider.

« De quoi tu jouais, du piano ? »

« Du violon », répondit-il du bout des lèvres.

« Et qu’est-ce qui t’a fait arrêter ? L’arthrite déformante ? » Et je montrais ses médius.

Il laissa le morceau de velours et me regarda avec un sourire ironique.

« Ça je n’y avais pas pensé. Maintenant je dirai que je souffre… comment tu as dit ? »

« D’arthrite déformante. Pourquoi, ce n’est pas à cause d’une maladie ? »

Il rit à nouveau. « Non, c’est à cause de la mafia. C’est elle qui m’a brisé les doigts, pour que je ne joue plus. »

Pourquoi la mafia briserait les doigts d’un musicien ? Ce n’était ni un parrain de la nuit ni un patron de boîte. C’était un violoniste. J’en conclus qu’il me mentait. Les immigrés clandestins le font souvent soit parce qu’ils veulent obtenir quelque chose, soit parce qu’ils se composent une autre personnalité à la mesure du nouveau pays.

Tout en prenant l’argent il saisit mon regard soupçonneux, mais il ne dit rien. Il sortit seulement du tiroir avec la monnaie un papier plié en quatre. Il me le donna sans aucun commentaire.

C’était la photocopie d’un diplôme du Conservatoire National de Sofia avec agrafé au dos la traduction officielle du Ministère des Affaires Étrangères. On pouvait lire que Kristos Stoežev avait terminé la classe de violon classique du Conservatoire National de Sofia avec la mention très bien. Cela certifiait qu’il n’était pas un imposteur, mais n’expliquait pas pourquoi la mafia lui avait brisé les doigts, à moins qu’il n’ait si mal joué, ce qui était plutôt improbable.

Je lui rendis ses papiers, moi aussi sans commentaire. En les plaçant avec soin dans le tiroir il en tira une petite carte et me la donna. Il avait écrit dessus à la main en majuscules hésitantes son nom et un numéro de portable. Et dessous, aussi en majuscules : « Professeur de violon ».

« Si tu entends parler d’un enfant qui veut prendre des leçons », me dit-il. « Pour apprendre à quelqu’un le violon, tu n’as pas besoin de tes doigts. Il suffit que tu lui donnes les bonnes indications. »

Il n’avait pas tort, mais on ne prend pas un professeur de violon aux doigts brisés, pas plus qu’on ne prend un professeur d’escrime à la main coupée. Mais je ne voulais pas le vexer et je préférais rester dans le vague.

« D’accord, si l’occasion se présente, je t’informerai. »

[Quelque temps après, curieux de connaître l’histoire de ce cireur-musicien, P. Markaris l’invite dans une rôtisserie du coin et Kristos raconte…]

« Je suis arrivé en Grèce en 92. J’ai cherché du travail dans les orchestres symphoniques, mais des violons ils en avaient à revendre. Il leur manquait d’autres instruments : hautbois, tubas, bassons… D’ailleurs même en Bulgarie je ne jouais pas dans de grands orchestres mais dans des orchestres de danse. Tu sais en Bulgarie à l’époque de Živkov[3], les gens dansaient le tango, la valse et le fox-trot. Des cabarets où on jouait du rock, il y en avait un ou deux dans tout Sofia. Il y avait bien sûr des orchestres de jazz, mais avec un violon tu ne joues pas du jazz. J’ai essayé d’entrer à l’orchestre de musique légère de l’ERA[4]. Ils ont pris mon nom et mon adresse et ne m’ont jamais appelé. Alors j’ai fait ce que font tous les musiciens du monde. Le matin je jouais sur les places ou dans les galeries et le soir je tournais de tavernes en restaurants et de restaurants en tavernes… »

[Il rencontre un jour dans une galerie une jeune Albanaise, Frida, musicienne elle aussi, mais qui joue de la flûte et de la clarinette…]

« On a convenu de jouer à tour de rôle. Un jour moi du matin à midi, et elle de midi au soir, le lendemain l’inverse. Ainsi on n’était pas dans les jambes l’un de l’autre. On se rencontrait seulement à midi, un peu comme un tour de garde, et on se disait s’il y avait du monde dans la galerie et comment marchait la recette. Un ou deux mois ont passé ainsi, j’ai vu qu’elle respectait notre accord et je lui proposais de travailler ensemble. Pas le matin, parce que là nous y perdrions. Le passant, s’il veut te donner quelque chose, il te donnera pareil que tu joues seul ou avec un autre. Le soir au contraire, dans les tavernes où entrent des Blancs, des Noirs pour vendre n’importe quoi, il n’y a pas intérêt à jouer séparément, l’un après l’autre. Les gens sont furieux d’être sans cesse dérangés et ne mettent pas la main à la poche. Ainsi nous avons commencé à jouer ensemble le soir… Des morceaux grecs et étrangers, tangos… valses… souvent Frida apportait sa clarinette et nous jouions aussi des chansons populaires. »

[Ils décident de vivre ensemble car, comme le dit Kristos, « pour des immigrés c’est plus pratique de vivre à deux comme c’est plus pratique de jouer en duo. » Mais deux musiciens dans une garçonnière… ?]

« Non, deux musiciens dans la même cage ! » me corrige Kristos…

« Tu as entendu parler de Simanowski ? […] Simanowski était un grand musicien. Je te dis cela parce qu’avec Simanowski a commencé ma vie et avec lui elle a fini. […]

Moi j’ai obtenu mon diplôme avec mention très bien en musique de chambre avec la sonate pour violon en ré mineur de Simanowski. Quand les examens ont été terminés, les professeurs sont venus un par un me féliciter. Depuis je jouais de temps en temps cette sonate […]. Un soir, avant de sortir pour nous rendre dans les tavernes, j’eus envie de jouer la deuxième partie de la sonate. Frida repassait. Je te le répète, ce que faisait l’un, l’autre le voyait et l’entendait, on ne pouvait pas y échapper, à moins de prendre le large. Donc elle arrête le repassage et me demande, comme ça un peu ironiquement, si le tempo du morceau est moderato. « Non, je lui ai répondu. Il est andantino tranquillo e dolce. » « Mais toi tu le joues moderato, » a-t-elle insisté. Tu comprends maintenant, une musicienne qui vient d’Albanie, qui a appris la flûte dans un conservatoire de Tiranna, te dire comment tu dois jouer la sonate de Simanowski, qui t’a valu le diplôme avec mention très bien et félicitations. Tu n’acceptes pas, que faire ! Une grande dispute éclata et alors nous avons compris que chacun des deux considérait l’autre comme un musicien à la gomme, mais pour la première fois nous le disions ouvertement. Nous fûmes forcés d’arrêter la dispute pour aller travailler, mais je ne l’avais pas digéré et j’attendais mon tour. Un soir qu’elle jouait la première flûte de la sonate pour deux flûtes de Teleman, je lui dis que ce qu’elle jouait n’était pas grazioso mais andante. Une nouvelle dispute éclata et nous nous disions des mots très durs : moi je lui dis qu’elle ne s’appelait pas Frida mais Féridé et qu’elle était turco-albanaise, c’est pourquoi elle jouait mieux de la clarinette et les airs populaires, alors que sur la flûte et en musique de chambre elle gâchait tout. C’était une faute, je n’aurais pas dû le dire, mais c’était une querelle de musiciens et j’avais perdu la mesure…

[Peu après, ils sont engagés par un ensemble de musiciens des rues mais ils continuent de se chamailler, sont finalement renvoyés tous les deux et se séparent.]

« Je suis retourné à mes vieilles habitudes et je jouais seul les czardas, la Paloma, une valse parfois. Un soir où j’avais commencé à jouer dans une taverne de Pancrati, la porte s’ouvrit et Frida entra. Elle attendait que je finisse “Reviens, je t’attends, reviens” et elle se mit à jouer l’allégro de la Fantaisie pour flûte de Fauré. Les clients l’ont pris d’abord pour une plaisanterie, mais lorsqu’après “Pour nous les oiseaux gazouillent” a suivi l’ouverture de la suite pour flûte de Teleman, ils ont commencé à nous crier d’arrêter. Un garçon nous a jetés dehors et ainsi aucun de nous deux n’a gagné un centime. Nous nous sommes séparés devant la porte sans dire un mot et sans nous regarder. Mais intérieurement nous savions qu’avait commencé la troisième mi-temps du match. À partir du soir suivant j’ai fait pareil moi aussi. Ce n’était pas difficile de nous rencontrer car nous faisions notre journée dans les mêmes tavernes. Quand elle jouait une valse à la flûte ou un air populaire à la clarinette, moi je jouais Paganini. Et quand moi je jouais un tango ou un morceau d’opérette, elle jouait Vivaldi ou Bach. Nous avions commencé à nous saboter mutuellement le travail, mais à la fin nous avons laissé le tango, les valses et les airs populaires et nous jouions tous les deux de la musique de chambre, comme si on voulait que les clients qui mangeaient leurs côtelettes d’agneau ou leurs rougets barbets nous disent lequel jouait le mieux Bach, Paganini ou Teleman. Mais les clients étaient furieux et demandaient au patron de nous jeter dehors. “On est venu pour boire un verre de vin et pas pour écouter de la musique classique” criaient-ils. “Depuis quand on boit du tsipouro avec du Bach, et en plus joué par de sales Albanais. Si encore c’était un Hatsidakis ou un Théodorakis, mais vous, vous êtes des salauds, vous nous haïssez tellement que vous refusez même de jouer des chansons grecques.” Tu comprends bien que nous n’avons pas fait un centime…

[Jusqu’au jour où…]

« un tavernier de Petralona. Il nous avait prévenus. “Cessez de venir, sinon je vais vous tabasser” nous dit-il. Mais quand on fait ce travail, on entend cent menaces par jour, c’est pourquoi on ne l’a pas pris au sérieux et on a continué à y aller deux-trois fois par semaine. D’habitude ils nous chassaient tous les deux ensemble. Nous sortions, ne disions pas un mot et par des chemins différents nous nous retrouvions dans la taverne suivante. Un soir, comme on se séparait devant la taverne de Petralona, des hommes se sont rués sur nous, nous ont empoignés et poussés dans une voiture en nous disant de la boucler. Nous avons traversé tout Athènes et sommes arrivés à un dépôt vide, je crois que c’était sous les rails du train pour le Pirée. Là ils se sont emparés de moi en premier, ont placé mes mains sur un banc en fer et m’ont brisé les doigts. Puis ils ont pris Frida, lui ont entaillé les doigts et les lui ont brûlés sur une plaque chauffante. Quand ils eurent fini, ils nous ont laissé partir. Ils savaient qu’on n’oserait rien dire. » Il fit une petite pause et conclut : « Maintenant, tu sais comment je suis devenu cireur »…

[Petros Markaris part à la recherche de Frida, devenue serveuse dans un bar…]

Kristos ne m’avait pas dit que c’était une belle fille. Peut-être par timidité, peut-être aussi parce qu’il craignait de passer pour un idiot qui avait sacrifié une femme comme elle à la différence entre un do et un do dièse…

[Il procure à chacun des deux jeunes gens, mais à l’insu l’un de l’autre, une place pour enseigner la musique dans un établissement pour enfants handicapés…]

J’organisai leur rencontre dans l’établissement. Kristos était déjà là avec ses habits du dimanche, ou ce qui en était resté. Il se tenait parmi les enfants et le personnel, directrice en tête. Elle attendait que l’équipe de télévision soit prête pour commencer le reportage en direct, quand la porte s’ouvrit et Frida entra. Ils se regardèrent et sa première réaction fut de prendre la fuite. Mais Kristos la devança et se tint devant elle. Ils restèrent un instant immobiles jusqu’à ce que Kristos lui ouvre les bras. Elle hésita au début, mais après elle fit un pas qui abolit le vide entre eux et il put ainsi la serrer contre lui. Ils relâchèrent leur étreinte et des larmes commencèrent à couler. Était-ce des larmes d’amour ? Des larmes d’exilés ? Ou des larmes de musiciens, comme celles qui remplissent nos yeux lorsqu’au final nous écoutons la mort de la Tosca ?

La directrice, que ces émotions laissaient indifférente, s’approcha de moi d’un air ennuyé.

« Mais que signifie tout ça devant les enfants et avant même qu’ils les connaissent ? » a-t-elle protesté.

« Ne vous inquiétez pas, ça ne se reproduira pas » lui ai-je répondu sèchement.

Elle n’osa pas insister. Elle craignait que je rassemble l’équipe et parte, faisant perdre à l’établissement et à elle personnellement la publicité télévisée.

Le travail de Frida et de Kristos n’était pas en danger tant que je faisais moi-même des émissions à la télé. Aucun responsable ne risque un scandale télévisé, et surtout pas l’expulsion raciste de deux musiciens étrangers handicapés. Si moi je perdais mon poste sur les chaînes[5], ils partiraient eux aussi le lendemain. Sans le savoir, leur destin était lié à mon propre avenir professionnel.

 

Présentation et traduction Janine Kaminski

 

 

[1] Le fameux Μέγαρο Μουσικής (Palais de la Musique) à Athènes.

[2] Proverbe qui correspond à notre « chat échaudé craint l’eau froide ».

[3] Homme politique bulgare, chef de l’État en 1971.

[4] Station de radio grecque, Ελληνική Ραδιοφωνία.

[5] P. Markaris a écrit des scénarios pour des séries grecques télévisées.

Colonel Max Pourkier : « Les Arabes copiaient les Romains dans la plupart de leur pratique militaire »

➤ Histoire militaire ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article trois)✩✩✩

             L’armée byzantine du milieu du VIIe siècle au milieu du IXe siècle 

(1ère partie)

        Histoire de la stratégie dans la guerre byzantino-arabe

 

Siège d'Armorium (838) wikicommons
Siège d’Armorium (838) Madrid, Gr. Vitr. 26-2, wikicommons

L’empire byzantin au septième siècle

La période qui s’étend de la fin du règne d’Héraclius (610-641) à celui de Michel III (842-867) est une époque difficile pour l’empire romain d’Orient. Attaqué constamment par les Arabes qui en recherchent l’anéantissement, il doit aussi contenir des envahisseurs moins dangereux pour sa survie, c’est-à-dire les Slaves et les Bulgares dans les Balkans et les Lombards et les Francs en Italie. A ces difficultés s’ajoutent des problèmes internes tels que les usurpations et les révoltes, souvent conséquences des querelles religieuses.

Après une guerre de 24 ans menée par Héraclius contre les Perses et les Avars, la situation économique, financière et démographique est mauvaise. D’une part les Perses ont occupé la Mésopotamie et la Syrie pendant dix-neuf ans, la Palestine durant quinze ans et l’Égypte durant plus d’une dizaine d’années ce qui a empêché ces provinces de commercer avec le reste du monde et les a appauvries; en outre leurs armées ont traversé à plusieurs reprises l’Asie Mineure où leurs dévastations et pillages ont souvent provoqué l’abandon des campagnes au profit de cités refuges fortifiées. Des mesures sont donc nécessaires pour aider les populations campagnardes, repeupler les terres désertées et remettre en marche l’économie rurale. D’autre part la péninsule balkanique, presque complètement abandonnée dans sa partie septentrionale, subit les raids des bandes avaro-slaves puis une pénétration slave lente et continue qui rendent les communications peu sûres et le commerce inexistant si bien que le rendement des impôts y est presque nul.

La longue guerre contre les Perses a vidé le trésor public car il a fallu des sommes considérables pour s’assurer l’assistance d’alliés tels que les Lazes, les Ibères ou les Khazars, pour acheter la paix aux Avars ou pousser des tribus slaves ou les Francs à les combattre ainsi que pour lever et entretenir des troupes. Pour ce faire, l’état a emprunté des sommes énormes à l’Église qui en exige maintenant un remboursement rapide. Le butin ramené de Perse ne suffisant pas, il faut donc prendre des mesures sévères, telles que la suppression des tributs versés aux alliés des régions frontalières, le paiement des impôts par des provinces qui les ont déjà versés aux Perses, la diminution rapide des effectifs militaires partout où les menaces ne sont pas vitales.

En même temps nous assistons à une rétraction de l’économie monétaire qui se manifeste par une réduction des monnaies émises et par un changement dans leur nature. L’invasion arabe en s’emparant définitivement de la Palestine, de la Syrie et de la Mésopotamie et en occupant toute la Perse coupent les routes par lesquelles l’état importe l’or indispensable au maintien de la valeur de la monnaie, au payement des matières premières et à tout ce qui est nécessaire pour son commerce et son fonctionnement. Certes la monnaie, essentiellement d’argent à partir de la deuxième moitié du VIIe siècle, est maintenue grâce à l’exploitation des mines d’argent, de plomb et d’étain d’Asie Mineure (Bithynie, Paphlagonie, Pont et Taurus) et des Balkans mais, pour pallier le manque d’argent chez les contribuables, les impôts perçus en nature vont devoir prendre beaucoup plus d’importance dans une population en diminution.

C’est que l’empire subit, durant toute la période étudiée, une crise démographique grave. Elle est la conséquence des guerres et surtout des épidémies de peste qui ravagent l’empire. Celle de 540 aurait réduit la population de 20% à 30% et peut-être de 50% dans les villes. De là et en tenant compte aussi de la terrible épidémie de 747 et des pertes de territoires, les chercheurs donnent des estimations, très incertaines, très imprécises et souvent hautement hypothétiques, attribuant à l’empire une population de 30 millions d’habitants sous Justinien Ier (527-565), de 17 à 21 millions vers 600 et de seulement 7 à 11 millions vers le début du IXe siècle. Pour Constantinople la population est estimée à 400000 habitants au début du VIe siècle et seulement entre 40000 et 70000 habitants au milieu du VIIIe siècle. Cette dépopulation est renforcée par les pertes militaires et civiles dues aux campagnes et invasions des Lombards en Italie, Avars et Slaves dans les Balkans, Perses et Arabes en Orient. Le seul facteur positif sur le plan démographique proviendra de l’installation sur les terres impériales de nombreux prisonniers ou transfuges et de populations refusant de rester sous la coupe de l’ennemi.

Sur le plan militaire, après le désastreux affrontement frontal du Yarmouk en 636 contre l’armée arabe, toutes les forces byzantines se retirent en Syrie du nord et Mésopotamie, puis, après la perte de cette dernière, derrière la ligne montagneuse du Taurus et de l’Anti-Taurus, une barrière coupée de peu de passes. Cette réaction d’Héraclius à l’invasion arabe s’avère une réussite vitale pour la survie future de l’empire. En effet, tout en opposant une résistance honorable, il songe davantage à sauver le plus possible de ses soldats en les retirant à l’abri des montagnes bordant l’Anatolie plutôt qu’à conserver des provinces assez hostiles à sa politique religieuse. Cette mesure lui permet d’éviter de risquer toutes ses forces dans une difficile défense de la Mésopotamie et de les réorganiser en sécurité avec l’objectif de reprendre ultérieurement l’offensive pour reconquérir les provinces perdues. C’est qu’en effet les victoires arabes n’ont pas provoqué un effondrement militaire puisque beaucoup d’unités conservent une certaine cohésion et puisque les pertes subies sont assez rapidement comblées.

Enfin les oppositions religieuses ont affaibli durant cette période l’unité de l’empire. La politique religieuse d’Héraclius avait dressé contre lui les provinces de Palestine et de Syrie qui s’accommoderont vite de l’occupation arabe. Plus tard la crise iconoclaste, qui sévit du règne de Philippikos Bardanes (711-713) à celui deThéophile (829-842), met aux prises les iconoclastes partisans de la suppression du culte des images saintes et du refus de la représentation du Christ, de la Vierge et des saints et les iconodules refusant ces interdictions soutenus par les papes, les orthodoxes et avec vigueur par les moines. Elle amène de nombreuses révoltes provoquant l’alternance de souverains iconoclastes et iconodules, divisant les populations : orientaux contre occidentaux, partageant l’armée : armée des tagmata et de certains thèmes contre armées d’autres thèmes, scindant la marine : flottes impériale et thématique contre flottes provinciales etc.

L’empire romain d’Orient, du VIIe siècle jusqu’au milieu du IXe siècle, va donc devoir se défendre souvent difficilement contre divers ennemis avant de pouvoir reprendre une attitude plus offensive. Toutefois durant une grande partie de cette période, ce sont surtout les opérations des Arabes qui menacent son existence même. Ce constat nous conduit par conséquent, après avoir exposé la stratégie et les moyens du califat, à étudier, en fonction de la nouvelle stratégie impériale, l’organisation fortement remaniée des forces terrestres et maritimes et à montrer au niveau local avec quels moyens et comment le stratège mène la lutte. Plus brièvement, seront décrites les réactions de l’empire et de ses armées face à leurs adversaires slaves, bulgares, lombards et francs qu’il s’agit de chasser des territoires impériaux qu’ils occupent indûment et dont la conséquence sera l’extension du système des thèmes à certains territoires occidentaux.

La guerre byzantino-arabe

Jusque vers le milieu du VIIIe siècle l’écrasement de l’empire romain d’Orient, que la prise de Constantinople concrétisera, est l’objectif principal du califat. Pour y parvenir sa stratégie consiste à réduire en Asie Mineure, avec tous les moyens militaires disponibles, le potentiel de l’empire par la recherche du combat frontal destiné à anéantir ses armées, par les destructions, le pillage et les rafles d’habitants en vue d’affaiblir sa résistance, son économie et sa démographie, par l’occupation du plateau anatolien et de bases maritimes ce qui permettrait d’amener les forces terrestres et maritimes nécessaires à la prise de la capitale impériale.

Dès 643 le gouverneur de la Syrie, Mu’âwiya, mène depuis son territoire et à travers la Cilicie une série d’attaques terrestres ininterrompues n’épargnant aucune région du plateau anatolien, tandis que le califat termine la conquête de l’Égypte en 642 et lance, à partir de la Tripolitaine en 647, des expéditions contre l’Afrique byzantine.

Après une guerre civile et l’assassinat du calife Ali (656-661), gendre de Mahomet, Mu’âwiya Ier (661-680), devenu seul calife, transfère la capitale du califat de Médine à Damas et met ainsi l’accent, alors que le royaume perse a définitivement été conquis vers 650, sur la lutte contre l’empire byzantin. Après s’être emparé de la Cilicie, de Tarse et de Rhodes, après avoir basé dès 670 une flotte à Cyzique chargée de mener des raids destructeurs contre les régions proches de Constantinople, après avoir multiplié les expéditions en Asie mineure, il fait assiéger de 674 à 678 la capitale impériale. Sous les ordres de son fils y participent une armée qui a traversé toute l’Anatolie et une puissante flotte. De fortes pertes sur terre et sur mer, ces dernières dues à l’emploi du feu grégeois par les Byzantins, obligent les Arabes à lever le siège. Ils éprouvent, lors de leur retraite, de nouveaux désastres sur terre en retraversant l’Anatolie et sur mer où les restes de leur flotte sont en grande partie détruits par une tempête.

Plus tard, ayant donc soumis la Palestine, la Syrie, la Mésopotamie et l’Égypte, contrôlé l’Arménie, l’Ibérie et la Lazique, conquis totalement en 709 l’Afrique du nord, chassé définitivement les Byzantins de Cilicie au début du VIIIe siècle, les Arabes ne parviennent pourtant pas à s’installer en Asie Mineure malgré leur obstination, les moyens mis en oeuvre, leurs succès parfois foudroyants et l’aide que leur apportent les conflits internes à l’empire entre 694 et 717. L’échec subi à nouveau lors du siège de Constantinople de 717/718 suivi de l’éclatante victoire de Léon III (717-741) en 740 près d’Amorium puis de celles de Constantin V (741-775) aux frontières orientales au milieu du VIIIe siècle et le remplacement du califat omeyyade par le califat abbasside conduisent alors les Arabes à modifier leur stratégie initiale.

Au milieu du VIIIe siècle, alors que les frontières du califat se sont stabilisées en atteignant au nord la mer Noire, la Caspienne et la mer d’Aral, à l’est l’Indus, la dynastie omeyyade est renversée par une révolte partie de l’Iran et de l’Irak et est remplacée par la dynastie abbasside qui transfère la capitale du califat de Damas à Bagdad marquant par là la priorité donnée aux territoires asiatiques les plus intéressants économiquement. En raison de nombreux problèmes internes et se rendant compte de leur incapacité à prendre Constantinople, les Arabes délaissent alors partiellement le bassin méditerranéen sans renoncer, en particulier pour des raisons de prestige vis à vis de leur population, à la lutte sur leur frontière la plus difficile. Là, leur stratégie est alors à la fois offensive et défensive, s’appuyant dans les deux cas sur une double ligne de forteresses de la Cilicie à l’Arménie organisée à partir de 750 et achevée dans l’essentiel vers 809 sur une frontière qui s’est stabilisée et varie peu. Leurs offensives, en général limitées tout en restant parfois si puissantes que les armées réunies des thèmes d’Orient ne peuvent les arrêter, ont pour but de faire du butin et de maintenir ainsi sur la défensive un empire parfois capable de réactions offensives — tel sera le cas sous Constantin V ou sous Théophile — qu’ils espèrent arrêter sur leurs lignes fortifiées.

Si la guerre byzantino-arabe se situe essentiellement en Asie Mineure, ne doivent pas être occultées des actions arabes parfois indépendantes du califat. Au début du IXe siècle à partir du continent africain où l’empire byzantin a perdu toutes ses possessions en 699, de la partie orientale de l’Afrique devenue autonome la dynastie Aghlabide prend pied en Sicile byzantine, s’empare de Palerme en 839, puis de Messine en 843, la conquête de l’île ne se terminant qu’en 902. Grâce à leur importante flotte les Aghlabides attaquent, dès 843, les cités des Pouilles, la Calabre, la Campanie et occupent les îles de Ponza et d’Ischia. En 846 ils pillent saint Pierre de Rome et la Campanie et occupent Bénévent et Tarente. La Crète, elle aussi, devient, vers 827, un centre de piraterie arabe après le débarquement d’émigrés musulmans originaires d’Espagne et venus d’Égypte.

 

« Les Arabes copiaient les Romains dans la plupart de leur pratique militaire »                                                                        

L’armée qui, partie d’Arabie, conquiert à partir de 632 d’une part les terres byzantines de la Palestine, de la Syrie, de la Mésopotamie, d’Égypte et d’autre part la Perse, est constituée de volontaires poussés essentiellement par le désir de convertir les infidèles à la connaissance de la vérité révélée par le prophète Mahomet (571-632). Elle se caractérise par le fanatisme de ses combattants, la rapidité des manoeuvres de sa cavalerie et une logistique très primitive.

Mu’awiya Ier, premier calife omeyyade, transforme cette armée en une force militaire disciplinée, bien équipée, fidèle à la dynastie et organise la première marine musulmane. Dans le califat omeyyade (661-744) l’armée de terre joue un rôle essentiellement militaire et oeuvre à assurer l’expansion musulmane. C’est une armée semi-professionnelle de volontaires de recrutement uniquement arabe dont l’accès, jusqu’à la fin de cette dynastie, reste en principe interdit aux convertis. Cependant en raison du départ de l’armée de militaires pourvus de terres dans les territoires conquis, de la variation des soldes et de la régression de l’esprit de guerre sainte, l’armée omeyyade perd beaucoup de son mordant. A partir du VIIIe siècle elle est de plus en plus difficilement recrutée bien que bien payée et la garde personnelle des califes, encore arabe, se montre maintenant exigeante quant à ses droits.

Les Arabes ne créent jamais une grande armée professionnelle centrale, les seules troupes permanentes à ce niveau étant les gardes des califes. Les troupes sont placées sous le commandement des gouverneurs de province, responsables civils et militaires, qui en nomment les chefs. La Syrie Palestine, placée sous l’autorité du gouverneur de Damas, est organisée en thèmes (djoûnd), circonscriptions à la fois militaires et financières, subordonnés chacun à un émir équivalent du stratège byzantin. Dans la zone frontière byzantino-arabe où se maintient le goût de l’action armée source de revenus, des garnisons permanentes occupent les principales villes frontalières et de nombreuses petites forteresses.

Suivant les besoins il est fait appel à des volontaires venant de toutes les provinces du califat. Ils sont répartis en groupes correspondant aux cadres habituels des Bédouins c’est-à-dire en clans, tribus, familles, chacun de ces groupes étant placé sous les ordres de son chef naturel, d’où leur habitude de combattre ensemble ce qui entraîne la souplesse de leur manoeuvre et un prodigieux automatisme à tous les échelons.

Si, lors de la conquête de la Syrie et de l’Égypte, les Arabes ont dû leurs victoires non pas à la supériorité de leurs armes ni à l’excellence de leur organisation mais principalement à leur courage fanatique de propagateurs d’une foi nouvelle, rapidement ils s’inspirent du modèle de l’armée byzantine. Ils en adoptent alors les divisions tactiques : le régiment de 1000 hommes, commandé par un caïd, est subdivisé en groupes de 100 hommes eux-mêmes divisés en escouades de 10 hommes. On trouve normalement dix tels régiments aux ordres d’un émir.

Lors de leurs expéditions les forces arabes disposent d’une infanterie composée d’Éthiopiens armés de grands arcs qui sont placés devant la cavalerie ou de fantassins armés d’une épée, plus tard de javelines et protégés par un bouclier. Les cavaliers sont équipés de l’épée, de la lance, de la hache d’armes, d’arcs et sont protégés par des cuirasses, casques, gantelets, bottines fourrées. La cavalerie comprend aussi des archers montés très mobiles. Les Arabes surpassent les Byzantins en tant que cavaliers et archers. Pour leur train d’équipages ils utilisent, au début de leurs invasions, essentiellement les chameaux dont l’aspect et l’odeur épouvantent les chevaux ennemis qu’ils effraient en outre par des bruits de timbales et cymbales auxquels ils ont accoutumé les leurs. Ils placent en général toutes leurs bêtes de charge au milieu de leurs troupes et, pour faire paraître celles-ci plus nombreuses, leur attachent flammes et étendards.

Leur formation de bataille est un carré renforcé de partout et très difficile à entamer. Leurs fantassins combattent serrés les uns contre les autres, couverts par leurs boucliers. Rangés en bataille et en présence de l’ennemi, ils ne se pressent pas de charger, patientant jusqu’à ce que leurs adversaires se fatiguent en lançant à distance de nombreux javelots. Ils attendent alors le premier choc auquel ils réagissent avec vigueur. Toutefois si la victoire accroît une audace décuplée par leur avidité à s’emparer de butin, les revers abattent leur courage et une fois en désordre ils sont difficiles à rallier car ils ne pensent plus qu’à sauver leur vie. Comme les Romains qu’ils imitent dans beaucoup d’usages de guerre et manières de combattre, ils établissent en campagne systématiquement des camps fortifiés pour éviter les surprises.

Craignant les rigueurs de l’hiver, le froid, la pluie, c’est donc de préférence par grande chaleur qu’ils mènent leurs attaques. Venant principalement de Tarse, Adana et autres villes de Cilicie, leurs incursions ont lieu au printemps durant le mois de mai lorsque les chevaux sont en forme et peuvent trouver des pâturages en terre byzantine, en été à partir de la mi-juillet et jusqu’en septembre, plus rarement en hiver vers la fin février époque où leurs incursions sans pénétration profonde ne dépassent pas trois semaines. Celles-ci peuvent être terrestres ou maritimes mais rarement les deux à la fois en raison de l’effectif insuffisant que peut fournir cette province seule.

Dans leurs opérations leur commandement agit d’une façon avisée et avec une grande prudence, copiant les Romains dans la plupart de leurs pratiques militaires. Dans sa progression une expédition importante comprend une avant-garde, une arrière-garde, deux ailes entourant un centre où se tient le chef de l’expédition. Leurs raids sont de plusieurs types. Le simple raid de pillage est mené d’une seule traite sur un groupe de villages proches ou assez proches de la frontière par un petit nombre de cavaliers d’élite pouvant être accompagnés de fantassins montés ou en croupe des cavaliers; il se compose d’une force d’environ 300 hommes. Le raid combinant l’emploi de la cavalerie et de l’infanterie met en jeu la cavalerie qui franchit les passes puis se livre au pillage et l’infanterie qui s’installe au delà de celles-ci en territoire romain pour la recueillir avec son butin et l’aider à repasser le Taurus où les Byzantins peuvent les attendre en embuscade. Une troisième sorte de raid plus complexe mais plus fréquent consiste à franchir la frontière avec une force mixte qui campe chaque soir en terre byzantine jusqu’à portée de l’objectif. Les cavaliers, qui constituent en général les deux tiers de l’effectif, sont alors détachés à partir d’un camp soit fixe soit mobile où demeurent l’infanterie, les bagages, le ravitaillement en vivres et en armes. Dans ces deux derniers cas l’effectif du raid peut tourner autour de 9000 hommes dont 3000 fantassins ou cavaliers en recueil ou occupant un camp fortifié. Enfin de véritables expéditions avec des forces pouvant dépasser 30000 hommes ont pour but de dévaster une région entière, de procéder à des destructions systématiques, voire même à un siège. Dans ce cas un rassemblement des forces a lieu en Cilicie, à Antioche ou à Alep au début de l’été; les contingents de combattants arabes viennent de Syrie, Palestine, Égypte et de toutes les régions du califat. La durée d’une telle expédition peut être longue, l’ennemi s’incrustant en hivernant parfois sur place, changeant fréquemment de camps pour des raisons de ravitaillement et de sécurité et aussi pour réaliser son plan de destruction.   .

Avec les Abbassides (750-1075), l’armée devient un instrument destiné à faire appliquer une politique surtout dans les provinces orientales agitées par des querelles internes, tout en continuant à jouer un rôle essentiellement militaire sur terre comme sur mer contre les Byzantins. Les armées sont de plus en plus régionalisées et le recrutement de musulmans non arabes devient alors la règle. On y trouve d’abord des Khorasaniens (Arabes et Iraniens) qui ont assuré le succès des Abbassides, puis des Iraniens et des Turcs qui y entrent en proportion de plus en plus grande. Il s’agit maintenant d’armées entièrement professionnelles. Dès le temps d’al-Mamoun (813-833), les troupes se font exigeantes et les califes, menacés par les révoltes, s’entourent, à partir d’al-Moutasim (833-842), d’une garde  » prétorienne » importante où voisinent principalement Turcs, Slaves et Noirs.

Aucun changement n’intervient dans l’organisation de l’armée. Toutefois à la fin du VIIIe siècle, les califes al-Mahdi (775-785) et Haroun al-Rashid (786-809) détachent de la Syrie nord orientale les places frontalières (thughûrs), situées dans un no man’s land continuellement disputé, qu’ils rattachent à un gouvernement spécial dont elles forment les avant-postes et d’où partent les incursions en territoire byzantin. Plus en arrière, des cités fortifiées assurent la protection du territoire du califat.

Pour razzier les côtes et les îles impériales et assiéger Constantinople, le gouverneur de Syrie, le futur Mu’awiya Ier, crée en Syrie en 648 la première flotte arabe et sera suivi dans cette voie par le gouverneur de l’Égypte. Sa flotte comprend en 652, lors d’une expédition de pillage de la Sicile 200 navires. Celle de l’Égypte comptera de 200 à 300 navires en 700 et est organisée en une escadre offensive qui procède à des expéditions de pillages en général une fois par an et en une escadre de protection côtière en service permanent. Ces deux flottes disposent de matelots et de barreurs syriens et coptes et d’équipages de guerre arabes. A part le pillage de toutes les côtes et îles de l’empire, la flotte arabe se signale particulièrement par sa victoire sur la flotte byzantine commandée par Constant II (641-668) en 655 et par sa participation aux deux sièges de Constantinople. L’arrivée des Abbassides au VIIIe siècle amène une période plus calme sur mer en raison de leurs difficultés internes. Toutefois l’insécurité règne dans toute la Méditerranée avec les raids des flottes syrienne et égyptienne dans sa partie orientale, de la flotte de Tunis dont les objectifs sont la Sicile et l’Italie du Sud, de la flotte des Arabes d’Espagne contre les possessions franques des Baléares et contre le littoral provençal.

Durant toute la période étudiée les armées impériales ne peuvent s’opposer à la puissance des armées arabes dont les effectifs auraient atteint 120 000 hommes lors du siège de Constantinople en 717, 95 000 hommes en 782, 135 000 hommes en 806, 80 000 hommes en 838 lors d’expéditions importantes et souvent plusieurs milliers d’hommes pour les raids qui, en général ne dépassent normalement pas 10 000 cavaliers et en comprennent souvent bien moins. Cette puissance est issue du fait que les califes ont su justifier la guerre par la religion, trouver un système intégrant la guerre à la vie administrative et économique du pays, organiser pour leurs grandes expéditions l’incorporation de nombreux volontaires venus de tout le monde musulman alléchés par les soldes payées aux combattants et par une répartition du butin très strictement réglementée. Ils disposent en outre d’une superficie, d’une démographie et d’une économie bien supérieures à celles de l’empire byzantin; d’après Treadgold, au VIIIe siècle, par rapport à l’empire romain, leur territoire est dix fois plus étendu et leurs revenus sont dix-huit fois supérieurs. La campagne arabe de 838, qui se traduit par la défaite d’une armée byzantine et le sac d’Ancyre et d’Amorion, montre encore à Théophile toujours l’incapacité d’une armée byzantine à s’opposer en rase campagne à une armée arabe à effectifs toujours bien supérieurs.

 

La réponse byzantine : la guérilla     

C’est donc seulement avec une nouvelle stratégie et de nouvelles tactiques en résultant, dont découlent l’organisation militaire progressivement mise en place à partir de la fin du règne de Constant II et une réforme administrative adaptée peu à peu aux besoins prioritaires de celle-ci, que l’empire va faire face à la menace arabe.

Durant une courte période les empereurs de la deuxième partie du VIIe siècle ont espéré pouvoir reconquérir les territoires perdus ou au moins bloquer l’offensive arabe sur le Taurus et l’Anti-Taurus. Leur stratégie est alors d’empêcher les Arabes de franchir les passes de cette chaîne de montagnes entre la mer et l’Arménie et de mener des contre-attaques en Syrie. Mais, après une courte stabilisation sur cette frontière montagneuse, ils n’ont pu faire face à la politique de constants harcèlements des districts frontaliers inaugurée par Mu’awiya disposant de nombreux effectifs; elle les empêche en effet de retirer des troupes d’un front moins menacé ou tranquille pour les amener vers un autre en danger. De plus ils ont dû éparpiller leurs troupes sur des provinces pouvant satisfaire leurs besoins logistiques et donc situées à distance des districts frontaliers trop pauvres en ressources, si bien que la zone frontalière ne dispose que de forces insuffisantes. Cette situation délicate sur la frontière est aggravée par le manque, au niveau national, de moyens en argent et en personnel dû à la situation économique, financière et démographique de l’état décrite ci-dessus.

Devant l’échec presque total de leur stratégie initiale et la puissance de certaines invasions arabes, l’objectif premier des empereurs devient la protection à tout prix de leur capitale. Dans ce but ils interdisent donc à leurs armées tout combat frontal d’importance qui pourrait amener leur anéantissement et les incitent à contrecarrer toute installation arabe permanente en Asie Mineure qui d’une part menacerait directement Constantinople et d’autre part affaiblirait le potentiel économique et démographique de l’état. Profitant d’un terrain qui leur est plutôt favorable, ils vont passer, avec l’installation des armées des stratèges dans des zones délimitées dont elles ont seules à assurer la sauvegarde, du concept de défense linéaire à celui de défense en surface.

Sur le plan tactique les combats d’arrêt se transforment en engagements de guérilla ne causant que des pertes supportables aux troupes et permettant d’assurer la protection des populations et en partie de leurs biens. On en vient donc à une tactique, menée à l’échelon local, de traque continue des envahisseurs après leur pénétration à l’intérieur du territoire impérial accompagnée de harcèlements constants. Si cette tactique est bénéfique en partie grâce aux garnisons des fortins et forteresses implantés le long des routes principales et des carrefours et aux approvisionnements stockés à l’avance dans certains endroits, ses inconvénients sont de substantiels dommages subis par l’arrière-pays frontalier et l’établissement d’un no man’s land entre les deux adversaires.

Peut-être pour améliorer cette situation sont créées, à la fin du VIIIe siècle et au début du IXe siècle à une époque où la prise de Constantinople n’est plus l’objectif du califat, les cleisouries (« passes de montagne »), chargées de barrer les passes et d’arrêter ou décourager les raids musulmans à l’exception des quelques invasions très importantes, dans le but de limiter les dommages.

A partir de Constantin V, quelques attaques limitées sont lancées en direction des territoires arabes par une armée que les derniers empereurs de notre période ont commencé à préparer à une attitude plus offensive en vue de profiter des difficultés internes des califes; mais les réactions arabes resteront puissantes ce dont Théophile se rendra compte à ses dépens.

De la stratégie de l’empire et des tactiques nouvelles préconisée ainsi que de l’éparpillement des troupes à travers l’Asie Mineure découle donc la nécessité d’adapter à un combat en surface des armées impériales organisées jusqu’alors pour affronter l’ennemi en batailles rangées.

 

L’organisation de l’armée en thèmes

Au début de l’offensive arabe, les armées byzantines se composent d’une armée praesentalis en Bithynie, des armées des magistri militum d’Orient et d’Arménie en Asie Mineure, de l’armée du magister militum de Thrace probablement restaurée dans les Balkans et transférée en Orient suite aux attaques arabes. Par contre tout le système, rétabli par Héraclius en 630, des commandements régionaux des ducs dans les provinces reprises aux Perses, des alliés arabes le long de la frontière et des limitanei s’effondre et ce qui en reste se réfugie sur le plateau anatolien en s’intégrant sans doute aux différentes armées qui se replient dans des aires qui leur sont affectées.

En raison de l’hellénisation de l’état byzantin, voulue par Héraclius et poursuivie par Constant II, apparaît alors le mot « thema » déjà connu du Stratégicon, le manuel militaire rédigé par Maurice (582-602), pour désigner une unité d’une certaine importance. Les thèmes sont alors uniquement des formations purement militaires constituées des différentes armées des magistri militum dont les appellations sont   grécisées et désignées du nom des vastes zones où elles se trouvent rassemblées. Ainsi l’armée du magister militum per Orientem prend le nom d’Anatolikon, celle du magister militum per Armeniam d’Armeniakon. L’armée du magister militum praesentalis  appelée aussi Obsequium, devient l’Opsikion. Peu à peu elles donnent leur nom à la région où elles se sont installées. Il semble déjà qu’en 670 et peut-être même plus tôt une identité se soit développée entre le nom grécisé des armées repliées par Héraclius et les zones qu’elles occupent. Le mot thema, employé toujours pour désigner des troupes, ne se rencontre que rarement jusqu’au milieu du VIIIe siècle, remplacé constamment par les termes stratos et exercitus; dans les années quarante de ce siècle on le trouve plus fréquemment et sous le règne de Constantin V, il signifie la plupart du temps armée et seulement quelquefois province. Cependant, dans le dernier quart du siècle, il désigne toujours la province mais fréquemment aussi les troupes provinciales. Ainsi l’application du mot thème aux différentes zones où les forces sont basées n’a pas lieu avant la première moitié du VIIIe siècle ; jusque-là le mot thème ne s’applique seulement qu’aux forces des stratèges, l’appellation nouvelle des magistri militum.

Celles-ci, vers la fin des années 630, se retirent en Asie Mineure. Le processus de retrait et de distribution dans les nouvelles garnisons est probablement accompli au milieu des années 640. L’installation se fait en tenant compte des zones où ces armées ont l’habitude d’évoluer et des possibilités pour les groupes de provinces concernés de subvenir à leurs besoins.

Constant II, après l’échec d’une tentative de réoccupation de l’Égypte en 645, puis de l’Arménie en 653 et la défaite de sa flotte au large de la Lycie en 655, renonce définitivement à toute attitude offensive. Il commence alors à établir en Asie Mineure un nouveau système de défense qui sera en place avant la fin du VIIe siècle et sera étendu par la suite aux Balkans colonisés par les Slaves ou menacés par les Bulgares; toutefois les territoires non inquiétés ou non prioritaires continueront à vivre selon les formes administratives et militaires du siècle précédent. Cette nouvelle organisation se caractérise par l’établissement définitif d’importantes formations militaires dans les régions menacées, chacune d’elles assurant la défense de la zone qui lui est impartie et étant placée sous le commandement, à compétence uniquement militaire, d’un stratège. A partir de 680 des trêves successives permettent de poursuivre la réorganisation militaire commencée par Constant II. Celui-ci a mis en place le thème des Arméniaques, dont le stratège est mentionné pour la première fois en 667 et qui peut avoir été créé avant 665. Face à l’Arménie où les Arabes sont installés depuis 661, les unités impériales, en particulier celles des Arméniens restés fidèles, sont concentrées dans les provinces de l’Arménie byzantine dans l’est et le nord de l’Asie Mineure; d’après Pertusi, entre 669 et 692, le gouvernement civil y semblerait déjà exercé par le stratège. Avant 669 le thème des Anatoliques, dont le stratège est mentionné pour la première fois cette année là, est constitué, en Phrygie, Galatie, Lycaonie, Isaurie, Pamphylie, Pisidie et Lycie, régions de l’Asie mineure centrale et méridionale et dans les provinces d’Asie, Lydie et Carie dans l’ouest de l’Anatolie, avec les unités de Palestine, Syrie et Mésopotamie rescapées des combats contre les Arabes dans ces contrées; d’après Pertusi, sous le règne de Léonce (696-698), le thème administratif des Anatoliques semble entièrement instauré. Enfin le thème de l’Opsikion, attesté vers 680, est installé dans le nord ouest de l’Asie Mineure dans les provinces de l’Hellespont, de Bithynie, de Galatie I, de la Phrygie Salutaris, d’Honorias et en Thrace et est occupé par l’armée impériale de l’Opsikion.

Vers 698 il semblerait, d’après Haldon, que les forces de chacun de ces thèmes soient divisées en deux groupes distincts dont l’un est disséminé dans les garnisons et forteresses locales et dont l’autre, constitué de la cavalerie, est regroupé dans chacun des thèmes. C’est ainsi que l’on voit le monostratège Héraclius, disposant de la cavalerie des thèmes, conduire les campagnes défensives en Cilicie et Cappadoce en 698. Par la suite, avec le nouveau système de recrutement étroitement lié aux ressources locales en hommes, on se retrouve avec des forces, souvent semi-professionnelles, éparpillées sur de vastes zones et ne pouvant pas se rassembler rapidement, si bien que seules des campagnes préventives, planifiées à l’avance, sont capables d’amener des succès sur les forces arabes. Les troupes des thèmes sont donc conduites à occuper les villes fortifiées et les places fortes dans les provinces qui leur sont attribuées et de ce fait se sédentarisent peu à peu, si bien que l’organisation de la défense et dans une large mesure de l’offensive devient essentiellement du ressort du stratège. En outre cet éparpillement affecte l’efficacité militaire des armées d’Anatolie, Opsikion compris.

Enfin, alors que jusque-là l’empire n’a jamais disposé de flotte permanente, parallèlement aux grands commandements de l’armée de terre, un nouveau, uniquement maritime, celui des Caravésiens (Karabisianoi) est institué avant la fin du VIIe siècle pour lutter contre les flottes arabes et protéger les côtes les plus exposées. Sa constitution et son historique sont développés dans l’annexe I sur les marines arabes et la marine byzantine.

Par la suite de sérieuses transformations sont apportées à ce commandement maritime, comme nous le verrons dans cette même annexe, et aux thèmes initiaux. A la suite de son soulèvement victorieux contre Théodose III (716-717), Léon III dédouble l’immense thème des Anatoliques sans doute pour prévenir des tentatives futures d’usurpation mais aussi peut-être pour en améliorer le fonctionnement administratif. Cette nouvelle circonscription, dont le stratège est mentionné en 741 pour la première fois, prend le nom de thème des Thracésiens (Thrakesion). Ce nom proviendrait d’une tourme (« corps de troupe ») du thème des Anatoliques mentionnée en 711 qui aurait été constituée à l’origine d’unités de l’armée de Thrace après le repli de celle-ci d’Égypte. Cette origine, admise communément, est discutée par R.J. Lilie car il n’existe, d’après lui, aucune source du VIIe ou du VIIIe siècle qui affirme que le thème des Thracésiens ait été à un moment quelconque une tourme du thème des Anatoliques et qu’une tourme de ce nom ait existé dans ce thème. Par contre il ne peut émettre que des suppositions peu précises et non vérifiables sur l’origine du nom de ce nouveau thème qui se situe dans les riches provinces d’Asie, Lydie et Carie de l’Anatolie du centre ouest.

Le puissant et vaste thème de l’Opsikion, lui, reste inchangé car Léon estime suffisant d’en laisser le commandement à son allié et gendre Artavasde. Or son armée est la plus puissante de l’empire depuis la victoire d’Héraclius sur les Perses. En effet, en 626, celui-ci a divisé son armée de campagne; et de la partie, assez importante qu’il a amenée avec lui à Jérusalem en 629, il en a fait une force centrale de réserve installée à proximité de Constantinople. Cette armée praesentalis, comprenant en particulier les anciennes unités d’élite des Optimates et des Bucellaires, se retrouve autour de 640 en Bithynie où, en raison de l’hellénisation de l’Etat voulue par Héraclius, elle ne tarde pas à prendre le nom d’Opsikion, terme équivalent à celui de « suite de l’empereur ». De ce fait sont baptisés  » régiments du Palais  » les Scholes, unité de parade et les Excubiteurs qui en deviennent une également après 687. Le comte de l’Opsikion, successeur d’après Haldon du comte des Domestiques, est un très haut personnage installé en général à Constantinople où lui est attribué quelquefois le titre de curopalate le rendant responsable de la protection de la cour. Son quartier général provincial est à Ancyre en Bithynie où se situe la majorité de son armée. Il est aussi responsable de la défense de la Thrace où se trouve un stratège ne disposant que de faibles troupes. En outre il fournit la véritable garnison de Constantinople où une partie du corps d’élite des Optimates constitue une garde et une force de police au service de l’empereur. Les sources montrent que, déjà à l’époque des dernières années d’Héraclius puis de son fils aîné, elle est la seule armée centrale engagée habituellement aux frontières en coopération avec d’autres forces mais qu’elle est néanmoins regardée comme la réserve à la disposition de l’empereur. Il n’est pas sûr mais seulement assez probable qu’elle porte dès ses débuts le nom d’Opsikion et son chef le titre de comte. Quoi qu’il en soit en 668 et sûrement en 680 ce titre est officiellement reconnu et assimilé aux hauts grades de l’armée et, en 687 au plus tard, cette armée est mentionnée par son nouveau nom. D’un effectif sans doute d’environ 10 000 à 15 000 cavaliers, elle aurait compté, d’après Treadgold, 34 000, puis 28 000 cavaliers à partir de Constantin IV (668-685) qui lui enlève la responsabilité de la défense de la Thrace. Il faut noter toutefois que ces chiffres, souvent objet de controverses, sont uniquement des estimations de chercheurs. Elle est constituée des corps de cavalerie des Bucellaires et des Optimates et indubitablement d’autres corps, tous organisés comme l’indique le Stratégicon de Maurice (cf. Connaissance Hellénique numéro 122, p. 58) en mérè et moirai, appelés vers la fin du VIIe siècle tourmes et drongariats. L’organisation interne des régiments reste inchangée.

 

Les mutineries de l’Opsikion …

Toujours est-il que dès la mort d’Héraclius cette armée et son chef se montrent un danger pour le gouvernement. Ainsi, dès 642, Valentin, son commandant, intervient dans la succession impériale en permettant à Constant II, fils du fils aîné d’Héraclius, de monter sur le trône après l’élimination des fils de la seconde femme d’Héraclius; puis Valentin tente de devenir en 634/635 co-empereur de Constant qui parvient à le faire tuer. Plus tard, à plusieurs reprises, le comte et son armée s’en prennent avec plus ou moins de succès aux empereurs. Ainsi en 668 Constant II est assassiné en Sicile par une conspiration de son entourage qui proclame à sa place le comte de l’Opsikion lequel est vaincu au début de 669 et exécuté. Puis en 713 les troupes de l’Opsikion, appelées par l’empereur Philippikos Bardanes pour combattre le khan bulgare qui ravage les faubourgs de Constantinople, en profitent pour le renverser et le remplacer par Anastase II (713-716). Celui-ci, pour attaquer une force arabe se préparant à faire voile vers la capitale, rassemble ses troupes à Rhodes; l’Opsikion s’y révolte, passe sur le continent, proclame Théodose empereur, mène une guerre civile de six mois aboutissant à la déposition d’Anastase et à la montée sur le trône de Théodose III. L’Opsikion soutient ensuite cet empereur contre le futur Léon III qui, victorieux, nomme son gendre à la tête de ce thème et de son armée. Or dès 742 alors que son fils, Constantin V, traverse le thème de l’Opsikion en vue d’une expédition contre les Arabes, ses forces y sont surprises et mises en déroute par Artavasde qui se proclame à Constantinople empereur. Après seize mois de guerre civile, Constantin V, soutenu par les thèmes orientaux à l’exception de ceux de l’Opsikion, des Arméniaques et de Thrace, reprend son trône. Plus tard en 766 ce même empereur fait exécuter un comte de l’Opsikion opposé à sa politique religieuse iconoclaste, c’est-à-dire défavorable au culte des images, et qui, d’après Treadgold, s’est révolté contre lui.

Pour mettre fin aux diverses et multiples rébellions de cette puissante armée, faire admettre, au besoin par la force, sa politique iconoclaste et disposer d’un noyau de soldats professionnels destiné à constituer l’ossature d’une armée de campagne, Constantin V décide de transformer l’Opsikion en un simple thème de volume réduit et de créer une force dépendant directement de lui sous la forme de « tagmata » (régiments) indépendants les uns des autres. Il détache donc (cf. carte) du territoire du thème sa partie orientale qui devient le thème des Bucellaires dont le stratège est mentionné pour la première fois en 766, instaure le petit thème des Optimates en 768 et crée en 773 le thème réduit de l’Opsikion aux ordres d’un comte de rang modeste. Pour remplacer l’armée de l’Opsikion, il met sa confiance dans le thème des Thracésiens qui croît en importance et il forme des tagmata de cavalerie au nombre de deux pour Haldon suivi par la majorité des chercheurs et de trois pour Treadgold. Ces tagmata sont ceux des Scholes et des Excubiteurs, l’Arithmos survenant, semble-t-il, sous un règne ultérieur. A la même époque apparaissent trois tagmata d’Infanterie, ceux des Optimates, des Noumera et des Murs. La date de création de ces régiments n’est pas connue. Toutefois les Excubiteurs sont attestés en 766, les Scholes en 767; au plus tôt ils n’ont pu être constitués qu’après la fin de la rébellion d’Artavasde en 743.

Après Constantin V et jusqu’à Théophile, les empereurs, en position de faiblesse soit à cause de leur politique soit à cause de la manière dont ils sont arrivés au pouvoir, ont tendance à mettre sur pied des tagmata ou des corps du même genre chargés de leur protection et de la mise en oeuvre de leur politique tout en restant des troupes combattantes d’élite. Ainsi Irène (790 et 797-802), hostile à la politique iconoclaste, met en place son propre tagma de protection, l’Arithmos ou Veille et purge les tagmata des Scholes et des Excubiteurs, qui gardent ensuite un rôle prépondérant, des éléments iconoclastes qui sont renvoyés dans leurs thèmes respectifs comme soldats. Nicéphore Ier (802-811), son successeur, en raison de ses réformes financières et administratives peu populaires utilise, pour soutenir sa politique, un tagma de Fédérés qui formait une tourme du thème des Anatoliques, puis il crée le tagma des Hicanates. Par la suite Michel Ier (811-813), pour éliminer leur influence dans Constantinople, purge les Fédérés et les renvoie en Asie Mineure. Michel II (820-829) institue un corps spécial connu comme le Tessarakontarion, mais ici les raisons militaires pèsent plus que celles politiques et il donne à l’Hétairie, qui, jusque là, était une unité de soldats étrangers intégrée au tagma de la Veille, un statut indépendant. Théophile, souverain iconoclaste, se fait protéger par un bandon d’Éthiopiens, sans doute des Soudanais.

L’annexe II de cet article développe l’origine, les missions, les effectifs, l’organisation interne et les privilèges des tagmata impériaux de cavalerie et d’infanterie.

 

La création des nouveaux thèmes

Théophile, suite à un raid de pillage de pirates russes et aussi pour renforcer la présence de Byzance en Mer Noire et y interdire celle éventuelle d’une flotte musulmane alors que l’Arménie est en passe de tomber sous le contrôle total du califat, crée le thème de Paphlagonie dans la partie nord-est du thème des Bucellaires où à côté du stratège on trouve, probablement à Amastris, un catépan maritime et une escadre. A la même époque, les possessions byzantines de Crimée, dont la défense est laissée à la charge des magistrats de Cherson qui ne disposent d’aucune force byzantine, sont menacées par les pirates russes qui viennent faire des razzias en mer Noire septentrionale. Aussi vers 833, en raison de l’importance de Cherson pour le commerce avec le nord-est et pour le recueil du renseignement, Théophile institue d’abord le thème des Climata comprenant la partie méridionale de la péninsule de Crimée à l’exception de Cherson. Celui-ci deviendra entre 860 et 870 le thème de Cherson dont les magistrats seront subordonnés à son stratège; de plus, en coopération avec les Khazars, est édifiée à l’embouchure du Don la forteresse de Sarkel destinée à interdire la mer Noire aux pirates russes. Vraisemblablement en 837 il installe aussi le thème de Chaldie dans la partie nord-est du thème des Arméniaques, chargé de la surveillance de la puissante place forte arabe de Théodosiopolis.

C’est également l’époque où, pour surveiller les passes du Taurus et de l’Anti-Taurus, sont érigées de nouvelles circonscriptions militaires appelées cleisouries (= passes de montagne) du côté byzantin. Au dépens des thèmes des Anatoliques et des Arméniaques en sont aménagées trois : celle de Charsanion couvrant la passe de Mélitène, celle de Cappadoce couvrant les défilés d’Adata et d’Adana qui, d’après Oikonomidès, est déjà une sorte de commandement indépendant depuis 803 et qui devient un thème dès 830 (mais seulement vers 863 pour Ferluga), celle de Séleucie contrôlant la vallée du Lamos et Tarse. Les effectifs attribués à ces cleisouries sont, d’après Ferluga, respectivement de 4 000 hommes pour les deux premières et de 5 000 pour la dernière.

A SUIVRE : « L’organisation militaire des thèmes »

colonel Max Pourkier

Annexe I : Marines musulmane et byzantine.

En 648 le gouverneur de Syrie, le futur Mu’awiya Ier, crée en Syrie la première flotte arabe et est suivi dans cette voie par le gouverneur de l’Égypte. Il s’agit alors de défendre les côtes syriennes et égyptiennes menacées par des incursions de la flotte byzantine, telles que le soutien de la seule forteresse côtière résistant encore en Syrie ou la reprise provisoire d’Alexandrie en 645. La victoire navale arabe des Mâts en 655 puis l’accession au califat en 661 de Mu’awiya déterminent celui-ci à mettre en oeuvre une stratégie navale plus offensive qui sera celle des Omeyyades jusqu’en 747.

Leur but est double : participer au soutien des actions de l’armée de terre en s’attaquant aux îles et aux rivages de la Méditerranée orientale et prendre part à la prise de Constantinople d’une part, disputer et si possible abolir la suprématie navale de Byzance sur la Méditerranée d’autre part.

Pour réaliser leurs ambitions, les Arabes disposent des flottes de Syrie et d’Égypte et après 704 de la flotte d’Afrique du Nord. Nous avons déjà décrit dans l’article « la Marine de guerre de l’Antiquité tardive de Dioclétien à Constantin IV  » paru dans Connaissance Hellénique n° 136 le peu que nous connaissons sur l’organisation et le volume des flottes de Syrie et d’Égypte. Ces deux flottes agiront souvent ensemble tandis que la flotte africaine basée à Tunis, d’un volume plus modeste de l’ordre d’une centaine de navires, s’opposera essentiellement à la flotte byzantine de Sicile, tout en participant avec les deux autres au deuxième siège de Constantinople de 717; elle aura aussi un rôle important en couvrant le flanc maritime des troupes terrestres progressant vers l’Océan.

Si la marine omeyyade mène de nombreuses razzias contre les îles et le littoral de la Méditerranée orientale et conduit des expéditions de pillage jusqu’en Sicile, elle échoue deux fois devant Constantinople où ses pertes sont énormes et elle ne conquiert aucun territoire byzantin. Après ces échecs, elle poursuit ses razzias parfois contrées par la marine byzantine qui mène des contre-attaques contre ses rivages. En 747 une flotte de guerre égypto-syrienne très importante est complètement détruite au large de Chypre par la flotte des Cibyrrhéotes.

Cette défaite, interdisant tout espoir d’abolir l’hégémonie navale de l’empire sur mer, met en veilleuse la lutte navale en Méditerranée orientale jusque vers la fin du IXe siècle en raison de la difficulté de reconstituer une marine qui n’intéresse plus guère les califes abbassides tournés beaucoup plus vers les frontières orientales de leur état. De 752 à 800 les flottes byzantines de l’Égée, des Cibyrrhéotes et de Sicile contrôlent les îles de Crète, Chypre, Sicile, Sardaigne et peut-être encore les Baléares ainsi que les côtes hostiles de la Méditerranée par des patrouilles empêchant d’en utiliser les eaux ce qui réduit presque totalement l’activité de la marine nord africaine. Dans cette même période se dresse en Espagne, à partir de 756 face au califat abbasside, un royaume musulman hostile dirigé par un Omeyyade rescapé du massacre opéré contre sa dynastie. Sur terre, l’Égypte est au pouvoir du califat mais elle est sujette à des révoltes continuelles de la part des Arabes et des Coptes et sa puissance navale a disparu, le Maroc est devenu indépendant en 788 et les Aghlabides sur la côte tunisienne obtiennent une indépendance de fait en 800.

A partir de cette dernière date la situation évolue à cause d’une certaine négligence de Byzance vis à vis de sa flotte et d’un début de développement des flottes adverses. La Méditerranée occidentale, où opèrent la flotte arabe espagnole et la flotte franque, échappe à Byzance. La flotte syrienne, en liaison avec l’offensive terrestre d’Haroun al-Rachid, reprend l’offensive, razzie Chypre et attaque Rhodes. La flotte nord-africaine, après un demi-siècle d’impuissance, soutient en 805 les Slaves du Péloponnèse assiégeant Patras, razzie avec plus ou moins de succès la Sardaigne en 812, 813, 821 et la Sicile en 821. Une flotte créée par Charlemagne s’en prend dans l’Adriatique à Venise entre 805 et 812. Mais en dépit de l’accroissement de ces puissances navales hostiles, celle de Byzance n’est pas sur mer ébranlée sérieusement jusqu’à la révolte de Thomas le Slave, entre 821 à 823, qui entraîne la destruction des flottes provinciales le soutenant par la flotte centrale restée fidèle à l’empereur Michel II. Ceci facilite, entre 824 et 829, le débarquement en Crète de Musulmans révoltés en Espagne, exilés, réfugiés à Alexandrie qu’ils ont occupée et d’où ils sont chassés par les Abbassides. Malgré quatre expéditions maritimes infructueuses de Michel II et de Michel III, en 843 l’île est conquise et devient un centre de piraterie s’appuyant sur la forteresse de Chandax (Candie). Parallèlement débute la conquête de la Sicile par les Aghlabides par suite de la trahison de la flotte sicilienne.

*

Du côté byzantin, certes jusqu’en 678 des vaisseaux de guerre en petit nombre sont dispersés dans des bases méditerranéennes en vue d’assurer la police de la mer, mais l’empire romain d’Orient ne possède toujours pas de marine permanente. Il se contente de construire des flottes en cas de besoin comme celle qui sera détruite par la flotte égypto-syrienne à la bataille des Mâts en 655. Comme cette victoire navale n’est pas exploitée par Mu’awiya absorbé ensuite par des problèmes internes et que Constant II part pour Syracuse en vue de remettre de l’ordre dans ses possessions occidentales, il ne semble pas urgent pour les Byzantins de s’occuper d’une mer où leur hégémonie n’est pas remise en cause.

Tout change lorsque le calife Mu’awiya Ier lance, à partir de 669, ses navires à l’assaut de l’Égée puis de Constantinople où une flotte constituée par Constantin IV participe à son échec grâce à l’emploi du feu grégeois qui incendie une partie de ses vaisseaux. Il semble probable que c’est après la fin du siège de la capitale en 678 que Constantin IV met en place, parallèlement aux grands commandements de l’armée de terre, un nouveau commandement permanent uniquement maritime. Le Commandement des Karabisianoi (marins) ou des karaboi (navires) dispose d’une flotte permanente qui est augmentée par Justinien II (685-694 et 705-711) en vue d’opérations à Cherson en mer Noire septentrionale et par Léonce pour la reconquête de Carthage en 698. Son stratège, résidant sans doute dans la capitale, est l’amiral de toute la flotte byzantine et dispose de subordonnés, drongaires et tourmarques, commandant chacun des escadres plus ou moins importantes désignées sous le nom de la région qui fournit leurs équipages. Son principal subordonné est le drongaire des Cibyrrhéotes en résidence à Attaleia. Ces escadres sont basées surtout en mer Égée pour protéger les populations des îles et des côtes et interdire la Propontide aux flottes arabes, mais elles interviennent aussi sur toutes les mers (Égée, Méditerranée, Pont Euxin). Cette flotte, armée par Constantinople, est constituée de marins et de soldats recrutés dans tout l’empire et est équipée de navires de toutes sortes, dromons et navires légers. La base principale de la flotte est Kéos. Le terme « thème des Karabisianoi », souvent employé, semble impropre et est inconnu des sources.

Ce commandement, uniquement maritime, est dissout probablement avant 732 par Léon III. En effet le stratège des Karabisianoi ne cesse de présenter un danger permanent de révolte contre l’empereur régnant par le fait que sa formation est la seule importante pouvant facilement atteindre Constantinople. De plus, les Karabisanoi, impliqués aux côtés d’Anastase II dans la lutte opposant celui-ci à Théodose III puis à Léon III, restent ensuite en dehors des opérations engagées contre les Arabes venus assiéger la capitale en 717, sans doute parce qu’une partie de leur flotte a probablement été détruite à Héraclée lors des combats entre Anastase II et Léon III. Ce commandement, dont le stratège n’est plus mentionné depuis 710, est remplacé par une organisation nouvelle constituée de plusieurs commandements maritimes indépendants les uns des autres et relevant tous directement de l’empereur.

On trouve à partir de Léon III à Constantinople une flotte commandée par un drongaire. Il est vraisemblablement chargé de la protection navale de la capitale sous l’autorité de l’éparque de la ville et du transport des corps expéditionnaires. Il dispose d’un état-major, d’officiers de marine sur les navires (centarques et pilotes) et de rameurs, mais jusqu’au IXe siècle il ne semble pas avoir de soldats de marine en propre.

Le stratège du thème des Cibyrrhéotes est l’officier marin le plus élevé de l’époque. Il a la charge au VIIIe et au début du IXe siècle, avec la participation des flottes provinciales, de toutes les grandes expéditions maritimes, de la protection de son littoral et de celui des thèmes voisins, des raids contre les bases navales arabes de Cilicie. Il commande la flotte la plus importante de l’époque équipée et armée par ses soins. Le thème maritime des Cibyrrhéotes, créé vers 732, dont le QG est à Attaleia, comprend 2 tourmes dont les P.C. sont à Cibyra et à Rhodes. Elles disposent chacune d’un drongaire, de 1000 soldats de marine et d’environ 6000 rameurs. Le Katépanô des Mardaïtes d’Attaleia, nommé par l’empereur mais subordonné au stratège, commande ce corps de rameurs d’élite de la flotte thématique

Les drongaires sont dans la marine des amiraux régionaux et ont des commandements territoriaux et maritimes. Créés peut-être vers 687, le drongaire de la mer Égée, dont l’existence est suggérée entre 741 et 775, surveille avec sa flotte les eaux égéennes dans leur partie nord et le littoral sud de la Propontide tandis que le drongaire du Kolpos, basé à Samos et mentionné en 780, a, avec sa flotte, la charge de la partie sud de l’Égée et notamment des Cyclades. Ces drongariats sont organisés comme le thème maritime mais d’étendue et d’effectifs inférieurs, dépendent directement de l’empereur et deviendront des thèmes, le premier en 843, le second sans doute avant le règne de Léon VI.

Les tourmarques de l’Hellade, du Péloponnèse, de Céphalonie, de Calabre et de Paphlagonie commandent les flottes provinciales de thèmes non maritimes mais bordés par la mer. Aux ordres du stratège du thème, avec des escadres modestes équipées par l’état, ils sont chargés de protéger les côtes. Certains, toutefois portent le titre de drongaire comme le drongaire de Sicile subordonné au stratège de l’île et placé à la tête d’une flotte importante. Bien qu’aucune preuve n’existe, H. Ahrweiler estime probable que chaque thème bordé par une mer dispose d’un tourmarque marin commandant une flottille de gardes-côtes.

On trouve encore des archontes, officiers relevant du pouvoir central et en service dans les provinces. Ils commandent des détachements maritimes modestes parfois temporaires ou à caractère exceptionnel. Tels sont par exemple les archontes drongaires de Malte et de Corinthe, l’archonte comte des Stena de l’Hellespont et du Bosphore chargé du contrôle des détroits, les archontes de Chypre et d’Athènes. A la tête d’un service de police navale, ils ont la charge de la sécurité des eaux territoriales de l’endroit où ils sont implantés ou ont des attributions administratives et financières.

Les préfets maritimes subsistent dans les régions non menacées et donc non dotées d’un appareil thématique, mais ils disparaissent là où se crée un thème. On les trouve donc dans des bases telles que celles du Pont Euxin (Bosphore, Cherson), de Céphalonie, à Thessalonique etc.

Durant tout le VIIIe siècle, les flottes régionales thématiques et provinciales supportent la lutte contre les Arabes, se réunissant en vue des expéditions maritimes tout en défendant les régions dans lesquelles elles stationnent. Elles constituent, en général sous le commandement du stratège des Cibyrrhéotes, la flotte d’intervention de l’empire. La flotte byzantine, considérablement accrue, assure la garde des bases contrôlant les routes maritimes, défend les régions côtières menacées par les pirates arabes, entreprend des expéditions contre les bases navales arabes comme Alexandrie et Tripolis (Syrie), est souvent au service de l’armée opérant soit sur la frontière danubienne contre les Bulgares, soit en mer Noire contre les Arabes et leurs alliés arméniens dans le but de les empêcher d’y construire une flotte de guerre.

C’est sous Michel II qui veut reconquérir la Crète et Théophile qui veut défendre le thème de Sicile que débute la construction de grandes flottes qui seront ensuite développées par les empereurs macédoniens de la deuxième partie du IXe siècle. En effet, à partir de la dynastie amorienne, il faut reconstituer les flottes provinciales détruites lors de la révolte de Thomas le Slave et aussi les autres négligées depuis Irène. C’est que si la flotte impériale équipée de mercenaires byzantins ou étrangers, Khazars principalement et celle des Cybyrrhéotes sont restées fidèles aux empereurs iconoclastes, presque toutes les autres flottes sont des bastions de l’iconodoulie. Soutenant la révolte de Thomas le Slave contre Michel II, elles sont détruites devant Constantinople assiégée par ce rebelle par le feu grégeois de la flotte impériale. De ce fait les Musulmans andalous avec 40 navires n’ont eu aucune peine à débarquer en Crète à une date située entre 824 et 829 et la défense navale des côtes et des îles byzantines n’est plus guère assurée.

Le commandant de la flotte impériale porte alors le titre de drongaire du ploïmon, titre créé au début du IXe siècle par Michel II ou Théophile. Il est assisté d’un topotèrètès du ploïmon, commandant en second, d’un chartulaire du ploïmon chargé du recrutement des équipages, d’un protomandatôr. Il a sous ses ordres des comtes du ploïmon. A notre époque toutefois le drongaire du ploïmon n’est qu’un amiral d’importance modeste commandant de la flotte centrale stationnant à Constantinople; il ne prendra de l’envergure qu’à partir de la dynastie macédonienne dans la deuxième partie du IXe siècle. Cette flotte centrale détache, suivant les besoins, des escadres en province.

Vont coexister, à partir de cette époque et jusqu’au XIe siècle, trois séries de flottes dont l’importance variera suivant les nécessités politiques, militaires et économiques de l’empire. La flotte impériale centrale, composée de navires lourds, équipée, armée et entretenue par Constantinople, est une flotte de haute mer d’attaque, chargée de conserver la suprématie navale de l’empire sur les mers; cette flotte stationne à Constantinople et sur des points stratégiques du littoral. Les flottes provinciales, composées de navires légers et équipées en partie par Constantinople, sont subordonnées aux stratèges terrestres des thèmes dont elles protègent les côtes. Les flottes thématiques, composées de navires de toutes sortes, dromons, navires légers, armées et entretenues par les drongariats indépendants et par le stratège du thème des Cibyrrhéotes, protégent les régions qui les entretiennent mais peuvent aussi agir d’une façon autonome dans un certain rayon d’action. Seuls les dromons de la flotte impériale et du thème des Cibyrrhéotes disposent du feu grégeois.

D’après Treadgold il y aurait à partir de 779 environ 35000 rameurs dont environ 20000 pour la flotte impériale, 12500 pour le thème des Cibyrrhéotes et 1500 pour la flotte de l’Hellade. Pour H. Ahrweiler, au milieu du IXe siècle, l’empire devait disposer de 150 à 200 dromons, dont au moins 70 pour le thème des Cibyrrhéotes, sans compter les nombreux navires légers qui les escortent et qui constituent aussi les flottilles provinciales.

 

 

 Annexe II

Les tagmata impériaux.

 

Les deux tagmata de cavalerie des Scholes et des Excubiteurs créés par Constantin V, auxquels s’adjoindront plus tard ceux de l’Arithmos ou Veille et des Hicanates, remplacent l’armée de l’Opsikion et constituent les forces principales aux ordres directs de l’empereur qui peut compter sur leur fidélité en raison de leur mode de recrutement. De plus, par leur entraînement et leur armement, ces tagmata sont en campagne le coeur de tout corps expéditionnaire autour duquel viennent s’agglomérer des troupes, de valeur équivalente à cette époque, fournies par les thèmes.

Les deux nouveaux tagmata des Scholes et des Excubiteurs sont issus d’unités combattantes très anciennes devenues au cours du temps des corps de parade. Leurs personnels inaptes sont donc mis à la retraite ou licenciés et remplacés par de véritables soldats.

A la tête des Scholes, le maître des Offices qui depuis Constantin Ier en est le chef, est remplacé par un domestique. Le Taktikon Uspenskij, liste anonyme de 842/843 établissant un ordre de préséance dans les cérémonies, nous apprend que, sous le règne de Michel III, il est titré patrice et vient au cinquième rang dans la hiérarchie des offices, en tête de tous les chefs militaires à l’exception du stratège des Anatoliques. Toutefois, résidant à Constantinople à côté de l’empereur, il a une autorité plus haute et un crédit plus grand que celui de ce stratège. En effet, choisi en tant qu’à la fois chef de guerre de valeur et serviteur fidèle, d’une part il est en campagne le chef d’état major de l’empereur et peut recevoir le commandement de l’armée impériale en l’absence de celui-ci et d’autre part à Constantinople il a la charge de faire exécuter la politique impériale.

A la tête des Excubiteurs (ou Excubites), on trouve jusqu’en 765 un comte très haut personnage que Constantin V remplace par un domestique titré seulement spathaire, Il devient parfois ensuite protospathaire avant d’obtenir sous Léon V le titre de patrice, mais il reste en préséance inférieur à tous les stratèges de l’époque et au préfet de la Ville.

Ces deux domestiques résident à Constantinople tandis que les lieux de stationnement de leurs tagmata pourraient avoir été Héraclée de Thrace et ses alentours pour les Scholes, la rive asiatique de Constantinople pour les Excubiteurs.

Aux deux premiers tagmata de cavalerie d’élite, Constantin V adjoint une unité d’infanterie, les Optimates. Le terme Optimate ne désigne plus un soldat d’élite comme au siècle précédent mais un muletier. Cette unité, bien que constituant un thème en Bithynie, est organisée comme un tagma sur un modèle qui sera ensuite celui de l’Arithmos et des Hicanates. Cette organisation tagmatique est due à leur fonction initiale qui est de constituer à la fois le train des équipages des deux tagmata des Scholes et des Excubiteurs et celui de l’empereur. Mais tout ce qui est purement militaire a disparu de leur organigramme; pour sa gestion en tant que thème on y trouve un protochancelier. Le tagma des Optimates est placé sous le commandement d’un domestique.

Constantin V réorganise aussi les deux régiments des Nouméra et des Murs. Ces deux unités ont été formées à la fin du VIIe siècle, probablement durant le premier règne de Justinien II, à partir d’une partie de la milice civile fournie lors des crises par les corporations et les dèmes des Bleus et des Verts. Enrôlées à l’origine, pour renforcer la position fragilisée de l’empereur, leurs missions sont maintenant liées principalement au Palais et aux deux importantes prisons de Constantinople, les Nouméra et la Chalcé. Elles sont intégrées aux forces tagmatiques et sont alors transférées de l’autorité du Préfet de la Ville à celle du logothésion militaire et placées sous l’autorité de domestiques dépendant directement de l’empereur.

Le tagma des Murs, unité d’infanterie placée aux ordres d’un domestique très souvent appelé aussi comte, n’a aucun lien avec les Longs murs d’Anastase, ni avec les murs de la Cité. Son comte est responsable de la protection d’une partie des murs entourant le Palais et a la charge de la prison de la Chalcè.

Le tagma d’infanterie des Nouméra, placé aux ordres d’un domestique mentionné pour la première fois sous Michel III, a la charge de la prison des Nouméra et en général des missions de police dans et autour du palais.

Ces deux tagmata, probablement dès la fin du VIIIe siècle et durant le IXe, sont chargés, en l’absence de l’empereur et des autres tagmata en campagne, de la défense de Constantinople qu’ils ne quittent en fait jamais. On pense que ces unités étaient cantonnées soit dans la cité soit entre ses murs et les Longs murs.

Bien que des détachements peu nombreux des tagmata puissent avoir séjourné dans certaines zones du Palais, la sécurité de celui-ci est assuré par les tagmata des Nouméra et des Murs aidés, à partir d’Irène, par celui de la Veille et, à partir de Léon V, par les éléments de l’Hétairie nouvellement créée. C’est le drongaire de la Veille qui est responsable de l’organisation de la défense du palais.

La création du tagma de cavalerie de la Veille fait l’objet d’une controverse entre Haldon qui place son apparition sous l’impératrice Irène et est suivi par Cheynet et Treadgold qui voit là une erreur et le considère comme l’oeuvre de Constantin V. Toutefois s’il est fait mention pour la première fois en 765 du domestique des Excubiteurs et en 767 de celui des Scholes, le drongaire de l’Arithmos n’apparaît qu’en 791 sous le règne d’Irène. Ce tagma, appelé Arithmos (parfois Arithmoi) ou Veille, semble provenir d’une unité régulière (arithmos) se trouvant alors en Thrace mais peut-être bien originaire du thème des Thracésiens resté assez tiède à l’égard de la politique religieuse des empereurs iconoclastes. Irène fait appel à cette unité pour assurer sa protection à Constantinople au moment où elle veut rétablir une politique iconophile et où elle a réussi à envoyer en Asie Mineure les deux corps iconoclastes des Scholes et des Excubiteurs pour les purger des éléments hostiles à sa nouvelle politique. Par la suite ce drongaire n’a que peu d’influence politique contrairement aux domestiques des deux tagmata purifiés qui retrouvent la leur à la fin du règne d’Irène et sous Nicéphore Ier. En particulier le domestique des Scholes devient tout puissant sous Constantin VI.

Le drongaire, titré spathaire à la fin du VIIIe siècle puis protospathaire puis patrice avant le milieu du IXe siècle, a pour mission principale d’assurer la protection de l’empereur partout où celui-ci se trouve ce qui rend sa position très instable et provoque sa relève au moindre soupçon d’incapacité ou d’infidélité.

A Constantinople son tagma est chargé de la défense du Grand Palais du côté le plus vulnérable, celui de l’hippodrome couvert qui se trouve devant l’entrée du Grand Palais. Lorsque l’empereur part en campagne, un détachement est laissé pour sa garde mais il peut être remplacé par l’équipage d’une galère impériale. Lorsque l’empereur ne dirige pas la campagne, le drongaire demeure à ses côtés avec un détachement de son tagma dont le reste passe aux ordres du domestique des Scholes. Son poste de commandement est à l’hippodrome couvert, hippodrome destiné aux seuls empereurs jusqu’à ce que Irène le désaffecte. Son tagma semble avoir été cantonné dans Constantinople.

En campagne avec l’empereur il est chargé de la marche de l’armée sur le territoire impérial et est accompagné d’officiers des thèmes traversés qui doivent lui fournir les moyens de transport et les ressources nécessaires pour le service impérial. En territoire ennemi il lui revient de disposer l’avant-garde, l’arrière-garde et les flancs-gardes. Il assure au camp le service de la tente impériale, le service des rondes de nuit et la police générale du camp. Au moment du combat il prend le commandement de son tagma.

Le tagma des Hicanates, créé sur le modèle de l’Arithmos en 809, est à l’origine une unité de cadets âgés d’au moins quinze ans provenant de familles d’officiers et de fonctionnaires constantinopolitains que Nicéphore Ier cherche à s’attacher. Anéanti totalement par les Bulgares en 811, il devient sous Michel II un tagma régulier en relation étroite avec l’Arithmos. En effet son domestique remplit, en campagne, toutes les missions du drongaire quand celui-ci est indisponible. Son tagma est probablement cantonné alors sur la rive asiatique de Constantinople. Titré protospathaire son domestique vient assez loin dans la hiérarchie

*

Ce qui est connu de l’état byzantin au VIIIe et durant une grande partie du IXe, période de déclin de la population, de difficultés financières, de conflits internes et externes, supporte difficilement de hautes estimations d’effectifs dans les unités tagmatiques de cette époque. De plus ces tagmata sont institués en réaction contre la menace permanente de révolte de l’armée de l’Opsikion basée à proximité de la capitale. On peut donc penser que Constantin V n’a pas créé à nouveau dans Constantinople et ses environs une force importante, même répartie entre plusieurs commandants, difficile à gérer et à entretenir à l’échelon central. Enfin le personnel est rare après la dernière manifestation de la peste entre 745 et 748 qui l’a obligé à repeupler la capitale avec des habitants venus de Grèce et des îles de la mer Égée. Il a donc dû trouver les soldats nécessaires dans d’abord ce qui reste des scholaires, excubiteurs et autres gardes de la période précédente ce qui n’a pu lui fournir qu’une poignée de combattants utilisables; une partie a pu provenir du thème de l’Opsikion qu’il réduit, d’après Treadgold, à 4 000 hommes après en avoir séparé les thèmes des Bucellaires et des Optimates; pour Haldon il a fait appel à des volontaires provenant des soldats des thèmes asiatiques et en particulier de celui des Anatoliques qui lui est resté fidèle lors de la révolte d’Artavasdos et est favorable à sa politique iconoclaste.

La seule indication à peu près sûre est qu’à la fin du VIIIe et dans une grande partie du IXe à Constantinople le total des 4 tagmata des Scholes, Excubiteurs, Arithmos, Hicanates est d’environ 4 000 cavaliers et celui des tagmata des Nouméra et des Murs de 4 000 fantassins. Mais ce chiffre a pu varier grandement d’un empereur à l’autre, tombant, par exemple, si bas sous Michel III que son successeur Basile Ier (867-886) doit procéder à un intense recrutement et entraînement de nouvelles recrues. Quant aux Optimates leur effectif aurait été de 2 000 fantassins porté à 4 000 sous Théophile d’après Treadgold. Les chiffres fournis pour l’ensemble des tagmata par Treadgold de 18 000 hommes en 773 et de 24 000 hommes en 840 sont estimés exagérés par Haldon.

En ce qui concerne chaque tagma, les preuves sont insuffisantes pour rendre définitives les estimations fournies. Haldon estime à au moins 900 hommes le tagma des excubiteurs, de 400 à 1 500 celui des Scholes, peut-être autour de 1 000 celui de l’Arithmos et sans doute à moins de 500 celui des Hicanates.

*

L’organisation interne de chaque tagma est fournie par le tableau suivant :

tagmata de cavalerie :

Scholes             Excubites           Arithmos                               Hicanates

 

Domestique       Domestique         Drongaire                             Domestique

Topotèrètès       Topotèrètès         Topotèrètes                         Topotèrètes

Chartulaire         Chartulaire           Chartulaire                           Chartulaire

Comtes             Scribons                     Comtes                                 Comtes

Domestiques     Drakonarioi         Kentarques                      Kentarques

Proximos            Prôtomandatôr     Akolouthos              Prôtomandatôr

Protectores       Skeuophoroi         Bandophoroi                  Bandophoroi

Eutychophoroi   Signophoroi         Labouresioi

Skèptrophoroi                                Sèmeiophoroi                       Sèmeiophoroi

Axiômatikoi         Sinatores             Doukiniatôres                Doukiniatôres

Mandatores       Mandatores           Mandatores                   Mandatores
Legatarioi             Legatarioi

des scholes       des banda             des banda                           des banda

 

tagmata d’Infanterie :

 

Noumera                                       Mur(s)                                 Optimates

Domestique                             Domestique (comte)                 Domestique

Topotèrètès                             Topotèrètès                               Topotèrètès

Chartulaire                               Chartulaire                                Chartulaire

Tribuns                                     Tribuns                                     Comtes

Vicaires                                   Vicaires                                     Kentarques

Prôtomandatôr                         Prôtomandatôr

Mandatores                             Mandatores

Portarioi                                   Portarioi

Prôtochancelier

des banda                              des banda                                   des banda

 

A la tête de chaque tagma nous trouvons un Domestique ou un drongaire nommés par un simple édit verbal et investi par l’empereur en personne au cours d’une cérémonie aulique. En règle générale ils restent en fonction 3 ou 4 ans. A l’époque étudiée ils ne peuvent être eunuques. Chacun de ces commandants de tagma a sous ses ordres un topotèrètès, commandant en second pouvant le remplacer au commandement effectif du tagma. Ils disposent tous d’un chartulaire chef de l’administration du tagma; cet officier a aussi un rôle militaire important de commandement en opérations. Les divisions des tagmata, scholes et banda, sont commandées par les comtes, les scribons ou les tribuns. Topotèrètai, chartulaires, comtes, scribons et tribuns sont les officiers supérieurs des tagmata.

Les domestiques (Scholes), les draKonarioi (Excubites), les kentarques (Arithmos, Hicanates, Optimates), les vicaires (Nouméra et Mur) sont des officiers subalternes immédiatement subordonnés aux comtes, scribons et tribuns. Dans les tagmata de cavalerie ils pourraient avoir le commandement de 10 cavaliers dans une schole ou un bandon de 50 cavaliers.

Le chef des mandatôres (agents de liaison) est un officier subalterne portant le titre de proximos dans les Scholes, de prôtomandatôr dans les Excubites, les Hicanates, les Nouméra et les Murs, d’akolouthos dans l’Arithmos où ce dernier commande déjà au IXe siècle des mercenaires étrangers, vraisemblablement des Francs.

Les porte-drapeaux des tagmata et les porteurs de hampes surmontés d’images de la Victoire ou de la Fortune ou de Saint Michel ont des noms divers suivant les tagmata : eutychophoroi et sképtrophoroi et sans doute protectores (Scholes), skeuophoroi et signophoroi (Excubites), bandophoroi, sémeiophoroi (Arithmos et Hicanates), labourèsioi (Arithmos). Ce sont eux principalement qui participent aux cérémonies de la cour.

On suppose que les axiômatikoi (Scholes), les doukiniatôres (Arithmos et Hicanates), les sinatores (Excubites) sont probablement des sous-officiers dont le rôle n’est pas connu. Il en est de même des legatarioi dont les fonctions seraient sans doute policières. Enfin les portarioi sont les geôliers des prisons des Noumera et de la Chalcé.

Sur le nombre et les effectifs des scholes et banda peu de choses sont connues. On sait qu’il y avait à la fin du VIIIe siècle au moins 8 scholes et peut être ensuite 30 dans le tagma du même nom et au moins 18 banda dans celui des Excubiteurs. Mais si Haldon estime raisonnable le nombre de 50 cavaliers par schole ou bandon, ce n’est là qu’une supposition car nous ignorons à la fois les effectifs réels du bandon et de la schole et si ceux-ci sont semblables ou non dans les deux formations.

*

Après un recrutement initial issu en grande partie des thèmes asiatiques, comme nous l’avons vu plus haut, les recrues peuvent provenir soit de soldats confirmés volontaires mutés de leurs thèmes après accord et recommandation du stratège, soit de jeunes volontaires recrutés en fonction de critères multiples et variables tels que leur allure et leur force physique ou la renommée de leur famille par exemple. Les recruteurs proviennent de groupes d’officiers désignés par l’empereur sous l’autorité parfois du commandant du tagma recruteur. Les conditions du recrutement sont les mêmes que celles de tous les soldats mais on ignore s’il existait des conditions particulières pour les tagmata.

Les soldats des tagmata reçoivent les nombreux privilèges accordés aux autres soldats. En outre ils perçoivent une solde mensuelle plus importante qui peut peut-être différer suivant le rang de préséance des tagmata. Haldon pense que cette solde peut atteindre 4 nomismata par mois soit près de 50 nomismata par an, alors qu’un soldat des thèmes devait percevoir de 12 à 18 nomismata à partir de sa douzième année de service. Ils reçoivent aussi leurs équipements, leurs armes et leurs montures ainsi que des rations et le foin pour leurs chevaux. En outre des dons sont faits immédiatement avant et après chaque campagne pour raffermir leur moral et celui de l’armée et ils reçoivent en plus une part du butin. Évidement les tagmata prennent part presque toujours à ces campagnes et s’enrichissent plus que les troupes des thèmes qui n’y participent qu’à l’occasion. Tous ces avantages procurent au soldat tagmatique une certaine richesse privée qui lui permet, au moment de sa retraite, de nourrir sa famille en profitant de terres ou de dignités achetées, puisque alors aucune pension ne lui est attribuée.

La discipline est sévère, tout particulièrement lors des gardes au palais, mais aussi à l’intérieur des unités. Les promotions sont basées sur deux considérations principales : d’une part le mérite, les compétences militaires, la bravoure, la durée du service, d’autre part les origines sociales, les connaissances intellectuelles. L’enrôlement comme homme du rang n’implique alors que très peu de qualifications car seules sont considérées l’aptitude physique et l’adhésion à la politique iconoclaste de l’empereur. La bravoure est récompensée par des décorations plutôt que par des promotions bien que, occasionnellement sous Constantin V, un grade récompense un fort engagement politique. De même l’ancienneté permet parfois d’atteindre le grade de décarque ou de kentarque. Par contre les enrôlés instruits et de familles honorables peuvent avoir un avancement plus conséquent à condition d’être patronné.

Il est certain qu’une assez large proportion d’officiers tagmatiques obtiennent leurs postes par l’intermédiaire de réseaux de patronage et de contacts personnels à l’intérieur de la hiérarchie administrative et militaire spécialement du logothesion militaire. Les officiers supérieurs ne viennent pas nécessairement de familles puissantes mais paraissent être des officiers de carrière disposant à la fois d’éducation, d’un patron et d’expérience militaire. Quant aux domestiques, en dehors de leur absolue fidélité à l’empereur, ils paraissent souvent être passés d’abord par des commandements importants en province puis par des postes de la cour.

Pour conclure sur ces unités on doit constater que si avec celles-ci Constantin V dispose d’une force capable de le défendre lui et sa capitale contre les révoltes provinciales et possède un outil pour mettre en oeuvre sa politique iconoclaste et ses réformes, cette force représentera pour ses successeurs un danger semblable à celui de l’armée de l’Opsikion. Toutefois la forme des rébellions change : à l’exception de celle de Léon V, elles deviennent, sous Irène et Constantin.VI, Nicéphore Ier, Michel Ier et Basile Ier, de simples complots de palais. Dans les cinquante premières années de leur existence, ces tagmata jouent un rôle politique important par le fait qu’ils sont le bras exécutif dans la capitale de la politique des divers souverains. Tout changement de cette politique sans leur accord leur parait mettre en danger leurs privilèges et leur pouvoir, si bien que les empereurs n’ont d’autres solutions que de les purger, de créer de nouveaux corps ou de gagner leur soutien. Mais ils sont aussi le coeur d’une armée de campagne qui permet à l’empire de réagir plus efficacement aux attaques arabes ou bulgares et même de se montrer offensif.

La crise grecque selon Paul Challobos

► ACTUALITE ET ANTIQUITE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article deux) ✮✮✮

Solon,  la dette grecque et l’économiste Gaël Giraud

 

Solon législateur par W. Crane, dans le manuel anglais : L'histoire de la Grèce raconté aux enfants.
Solon législateur par W. Crane, dans le manuel anglais : L’histoire de la Grèce raconté aux enfants.

 

En ces temps d’interrogation, Connaissance hellénique ne pouvait rester indifférente à la crise grecque et ne saurait manquer de témoigner son soutien à tous les Grecs.

Soyons et demeurons fidèles à l’esprit de Solon, qui est  le père fondateur de la démocratie grecque par la σεισάχθεια (seisachteia). Le premier, à Athènes au début du sixième siècle, il  « secoua le fardeau » comme le dit le mot grec. Il abolit l’esclavage pour dettes, comme l’écrit Plutarque, dans la Vie de Solon (15, 2) :

« Car il établit cette première constitution, en légiférant par écrit pour  la remise des dettes présentes et l’interdiction désormais faite à tout créancier de se payer sur les corps [des débiteurs en les rendant esclaves] »

τοῦτο γὰρ ἐποιήσατο πρῶτον πολίτευμαγράψας τὰ μὲν ὑπάρχοντα τῶν χρεῶν ἀνεῖσθαιπρὸς δὲ τὸ λοιπὸν ἐπὶ τοῖς σώμασι μηδένα δανείζειν.

2600 plus tard, le poète Théodore Zaphiriou écrit un étonnant petit poème sarcastique avec pour titre σεισάχθεια (seisachteia) traduit plus loin par J. Kaminski et Gael Giraud, économiste, explique en 1mn 52 sur France info comment traiter la dette grecque, loin de toute langue de bois :

« L’austérité budgétaire, quand on est en période de déflation, est la plus mauvaise des solutions. On peut continuer à saigner les Grecs à blanc, ça ne fera qu’aggraver le mal. »

Vous pouvez écouter l’entretien en entier sur France info

(Si ce lien ne fonctionne pas, entrez l’adresse suivante : http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-eco/2014-2015/l-economiste-gael-giraud-nous-sommes-complices-des-mensonges-grecs-04-02-2015-19-46)

Paul Challobos,

journaliste à Connaissance hellénique

 

Thierry Murcia : Marie de Magdala serait-elle la mère de Jésus ?

► AUTOUR DES EVANGILES (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article premier) ✮✮✮

Marie de Magdala : la mère de Jésus ?

 

Giotto, Noli me tangere, Chapelle des Scrovegni, Padoue, Italie (wikiart)
Giotto, Noli me tangere, Chapelle des Scrovegni, Padoue, Italie (wikiart)

 

La question même a de quoi surprendre ! Marie de Magdala, alias Marie-Madeleine, n’est-ce pas cette ex-prostituée repentie mentionnée par Luc dans son évangile (Lc 7, 36-50) ? C’est bien, en effet, ce qu’affirme la tradition de l’église latine depuis la fin du vie siècle (Grégoire le Grand, 591). Mais cette tradition n’a été retenue ni par l’église grecque, ni par l’église syriaque. Et les évangiles, eux, ne disent rien de tel. Tandis que la pécheresse lucanienne est laissée dans l’anonymat, Marie de Magdala, elle, est au contraire présentée comme un témoin privilégié et un acteur de tout premier plan. Et c’est aussi le personnage féminin le plus souvent cité dans les évangiles. Au sein du groupe de celles qui suivent Jésus, la Magdaléenne occupe la préséance : lorsqu’elle se trouve en compagnie d’autres femmes, elle est toujours nommée en tête de liste. Elle est présente au Calvaire et se trouve formellement à la tête du groupe de femmes qui se rendent au tombeau. Et c’est elle qui s’acquitte alors envers le défunt de tous les devoirs qui reviennent habituellement à la mère. Chez Jean, c’est même à elle seule que Jésus apparaît au matin de Pâques. Précisons surtout que, dans les évangiles, Marie de Magdala et la mère de Jésus ne sont jamais présentes simultanément, à une exception près semble-t-il, en Jean 19, 25 : « Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala ».

 

Combien de femmes au pied de la croix ?

Les exégètes sont toujours divisés sur la question de savoir si l’évangéliste mentionne ici trois ou quatre femmes. Mais, comme souvent, la vérité est ailleurs… Car Jean ne parle en réalité ici que deux femmes : il les présente, puis il les nomme, mais en ordre inversé, car il s’agit d’un chiasme (schéma classique de type ABBA). Plusieurs commentateurs (dont Raymond E. Brown, à ne pas confondre avec Dan Brown…) avaient justement observé que, chez Jean, tout le récit de la crucifixion et de l’ensevelissement obéissait à une structure chiasmatique, non pas seulement à l’échelle des mots cette fois, mais à l’échelle des phrases, des idées – appelons-la : « macro-chiasme ». On avait également établi que cette structure s’articulait autour de Jean 19, 25-27, qui en constituait la clé et qui devait donc permettre d’en saisir tout l’ensemble. Mais nul n’était jusqu’ici parvenu à en percer le « code » car personne n’avait encore eu l’idée de pousser l’analyse au-delà de la macrostructure. Or, il se trouve que ces trois versets de Jean, situés au cœur du « macro-chiasme », répondent eux aussi, mais au niveau de la microstructure, à une construction chiasmatique, ce qui nous donne en fait :

« Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère (A)

Et la sœur de sa mère (B),

Marie, femme de Clopas (B),

Et Marie de Magdala (A).

 

Jésus donc voyant sa mère (A)

Et le disciple se tenant auprès (B),

Celui qu’il aimait (B),

Dit à sa mère (A) :

“Femme (A),

Voici ton fils (B)”.

Puis il dit au disciple (B) :

“Voici ta mère (A)”. » (Jean 19, 25-27)

En somme, l’évangéliste inscrit discrètement ici une série de croix en X sur la Croix en † (ou en T) sur laquelle Jésus est supplicié. Précisons que cette construction particulière trouve sa justification dans cet évangile mais nous n’entrerons pas dans les détails ici. La suite du récit est connue : Marie de Magdala se rend ensuite au sépulcre où Jésus lui apparaît. Le récit de Jean est donc d’une grande cohérence : de même que sa mère est présente à la Croix, elle l’est aussi au tombeau. Selon la lecture traditionnelle des sources évangéliques, Marie, la mère de Jésus, quoique présente durant le ministère public de son fils (Mt 12, 46-50 ; 13, 55 ; Mc 3, 31-35 ; 6, 3 ; Lc 8, 19-21 ; Jn 2, 1-12) aurait en effet été absente, aussi bien lors de la Passion (sauf chez Jean), de l’ensevelissement, que de la visite au tombeau. Mais avec ce nouvel éclairage, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. Elle n’a cessé d’être présente.

Si l’on compare les listes de femmes présentes lors de la Passion, qui figurent dans les Synoptiques (qui semblaient ignorer la présence de la mère de Jésus) avec celle de Jean, on constate alors qu’elles ne sont plus inconciliables (comme cela avait semblé être le cas jusqu’ici). Marc (Mc 15, 40) et Matthieu (Mt 27, 56) mentionnent trois femmes : Marie de Magdala, Marie mère de Jacques le Petit et de Joses – que Matthieu appelle aussi « l’autre Marie » (Mt 27, 61 ; 28, 1) – ainsi que Salomé (la mère de deux des apôtres Jacques et Jean). Certes, le groupe dont parlent les Synoptiques comprend encore d’autres femmes mais qu’ils ne nomment pas. Celles-ci, est-il précisé, se tiennent à distance et observent de loin. Nous sommes en focalisation externe. Chez Jean, la perspective change : la focalisation est interne et la scène est vue de près. Cette fois, les femmes ne sont plus que deux : la mère (Marie de Magdala) et la tante de Jésus (« l’autre Marie », par rapport à la précédente), autrement dit, les proches parentes. Il y a changement de point de vue. Pourquoi ? Disons, pour aller vite que Marc et Matthieu se font l’écho de la « tradition apostolique », tandis que Jean, qui exclut Salomé du cercle des intimes, se fait ici l’écho de la « tradition familiale ».

 

Que disent les sources anciennes ?

Mais comment se fait-il, si cette lecture est exacte, qu’aucune source ancienne n’en ait conservé la trace ? En réalité, et même si cela peut sembler incroyable, les sources existent et elles sont nombreuses. Avant que la tradition latine ne fasse de Marie de Magdala une ex-prostituée, la tradition syriaque, bien plus ancienne, l’avait identifiée à la mère de Jésus. Et Éphrem de Nisibe est loin d’être le seul représentant de cette tradition. On en trouve également la trace chez de nombreux autres écrivains ecclésiastiques (de langue syriaque, copte, grecque et même latine), dans les apocryphes, dans les écrits gnostiques ou assimilés et même dans le Talmud de Babylone. À ce titre, le houleux débat qui agite depuis des années les spécialistes autour de l’identité de la « Marie » des textes gnostiques – Marie mère de Jésus ou Marie de Magdala ? – est en définitive ridicule car il est sans objet. Une fois n’est pas coutume, tout le monde a raison, puisqu’il s’agit en réalité, comme dans les évangiles, d’un seul et même personnage, appelée tantôt « Marie », et tantôt « Marie la Magdaléenne » (ou « de Magdala », mais a-t-on jamais eu idée de vouloir distinguer, dans les évangiles, « Jésus » de « Jésus le Nazaréen » ou « de Nazareth » !). Notez bien ceci : dans ces documents, les deux Marie ne sont jamais présentes simultanément (prenez la Pistis Sophia par exemple), tout simplement parce qu’elles ne le peuvent pas ! Vouloir à toute force les distinguer revient ni plus, ni moins, à s’opposer sur la question de savoir si c’est plutôt « bonnet blanc » ou « blanc bonnet »… (tiens… un chiasme !). Et ceci est valable pour tous les textes gnostiques ou assimilés qui nous sont parvenus.

 

Le baiser de Marie à Jésus

On a voulu faire de Marie de Magdala l’épouse ou la compagne de Jésus en s’appuyant notamment sur ces mêmes documents, en particulier l’Évangile de Marie et l’Évangile selon Philippe. Marie de Magdala y est en effet appelé la « compagne » de Jésus, il y est dit que Jésus l’aimait plus que tout autre femme et qu’il l’embrassait souvent sur la bouche. Certes, mais ceci étaye justement cela car dans la tradition syriaque, la mère de Jésus est également qualifiée de « compagne » (au sens de complémentarité, évidemment…) de son Fils, et il est également dit que Jésus l’aimait « plus que tout autre femme ». Mais quoi de si étonnant, de la part d’un homme a priori célibataire et sans enfants, que d’aimer ainsi sa mère ? D’autant qu’ici, l’amour filial se double évidemment d’un amour mystique. Reste le baiser sur la bouche. Laissons de côté sa dimension symbolique et mystique et allons droit au but : le baiser sur la bouche était alors une pratique répandue, entre amis et entre proches, comme de nombreux documents l’attestent. Les filles embrassaient ainsi, aussi bien leur père que leurs frères, et les fils leur mère. Mais surtout, il existe une tradition bien établie (plusieurs textes), mais peu connue pour l’instant, qui veut que Marie de Magdala (la mère de Jésus dans ces récits), au moment de l’apparition de son Fils, ait voulu alors l’embrasser sur la bouche : un acte alors éminemment naturel de la part d’une mère, surtout au vu des circonstances. Voici comment elle est rapportée par le pseudo-Cyrille de Jérusalem (un texte qui nous est parvenu en copte – comme la plupart des écrits gnostiques – et modestement traduit de l’italien par mes soins…) :

« Il lui dit : “Mariham !” Elle reconnut que c’était son fils et voulut l’embrasser, s’exclamant en hébreu : “Rabboni” qui se traduit par “Maître”. Elle courut à sa rencontre, désireuse, dans sa joie, de l’embrasser et de baiser sa bouche – puisque aucun être humain ne serait capable de réfréner sa joie dans un moment pareil ! – mais lui voulut la retenir et lui dit : “Ne me touche pas…” »

Et encore, chez le même auteur (c’est Marie qui parle) :

« J’étais si heureuse que je m’approchai pour l’embrasser selon mon habitude. Lui me dit : “Ne me touche pas…” »

Il s’agit d’une amplification littéraire de l’épisode rapporté chez Jean (Jn 20, 11-18) dont il existe plusieurs variantes. Les écrits gnostiques ne font tout simplement que véhiculer cette tradition que j’ai appelée « diatessarique » : elle fut, en effet, prioritairement connue et transmise par les auteurs qui utilisaient le Diatessaron (« à travers les quatre »), une harmonie syriaque des évangiles traditionnellement attribuée à Tatien (vers 170), mais qui est sans doute plus ancienne. Mais on pourrait, en l’occurrence, tout aussi bien parler de « tradition familiale » puisque nous avons vu qu’elle est déjà présente chez Jean : Marie de Magdala est tout simplement la forme complète du nom de la mère de Jésus. Mais faut-il vraiment y voir un toponyme ?

Que signifie magdala ?

D’après l’explication la plus répandue, Marie serait originaire de la localité de Magdala, sur les bords du lac de Tibériade. Mais cette explication n’est sans doute pas la bonne et pour plusieurs raisons. En voici les deux principales : d’une part, ce n’était pas l’usage, à cette époque et dans ce milieu, de nommer une femme d’après son lieu d’origine. D’autre part, et surtout, l’emploi par Luc de hê kalouménê (ἡ καλουμένη) entre « Marie » et Magdalênê (Magdalhn») paraît exclure toute référence à un nom de lieu. Luc écrit en effet (Lc 8, 2) : Maria hê kalouménê Magdalênê (Μαρία ἡ καλουμένη Μαγδαληνή), Marie surnommée la Magdalênê. Or, dans la Bible, quand le mot kalouménos (καλούμενος) – au féminin chez Luc – sépare deux autres termes, et que le premier des deux termes est un nom propre, le second n’est jamais un nom de localité. Il s’agit toujours alors d’un surnom qui entend souligner une caractéristique physique ou morale du personnage.

Si l’on remonte à l’araméen, les termes que l’on traduit par « Marie de Magdala » peuvent avoir plusieurs sens. Ils peuvent notamment signifier Marie « la grande », voire « la tour » (magdela). Ou encore, en araméen de Palestine (megaddela) : Marie « la célébrée », « la Magnifiée », « l’Exaltée » (au sens positif du terme). Il s’agissait donc initialement d’une épithète élogieuse attribuée à Marie, destinée à la singulariser (une femme juive sur quatre, en moyenne, s’appelait Marie, en Palestine, à cette époque) et à souligner son caractère éminent. Elle a été choisie entre toutes : Luc 1, 42. En la désignant ainsi, les évangélistes n’auraient donc eu nulle raison d’être plus précis : leurs premiers destinataires savaient immédiatement de qui il s’agissait. Une fois passé en grec, le sens du vocable sémitique s’est perdu et il a fini par être faussement interprété comme un toponyme.

 

Une thèse peu romantique…

Évidemment, cette thèse est moins romantique et bien moins croustillante que celle développée par Dan Brown dans Da Vinci Code. Elle ne répond sans doute pas davantage aux préoccupations du public actuel souvent avide de sensationnel. Mais elle est largement étayée et, plutôt que d’être simplement ignorée, mériterait sans aucun doute un examen approfondi. Pour la soutenir, nul besoin en tout cas d’avoir recours à de faux papyrus…

Voici pour l’aperçu le plus rapide et le moins incomplet possible des conclusions de mes travaux en cours concernant cette question. Reste à présent à trouver un éditeur pour l’ouvrage iconoclaste (?) sur lequel je travaille depuis sept ans et dont je suis en passe d’achever la rédaction : Marie appelée la Magdaléenne – Ier – VIIIe siècle – Entre Tradition et Histoire (titre provisoire). Il devrait compter environ 500 pages. J’en suis aux dernières corrections.

 

Thierry Murcia,

Docteur ès lettres de l’Université d’Aix-Marseille

Membre associé de l’Unité Mixte de Recherche (UMR) 7297