Archives de catégorie : N°139 de novembre 2014

éditorial et sommaire du numéro 139 (novembre 2014) de Connaissance Hellénique

COMMENT S’EST DECLARE L’INCENDIE DE LA BIBLIOTHEQUE D’ALEXANDRIE ?

 

Couverture du livre "Farenheit 451" de R. Bradbury (Wikicommons)
Couverture du livre « Farenheit 451 » de R. Bradbury (Wikicommons)

 

Après l’effondrement du plancher de l’annexe, Cosmas le scholastique, archibibliothécaire de l’auguste et vénérable bibliothèque fondée neuf siècles auparavant, dépensait toute son énergie à trouver des fonds qui lui permissent de reconstruire cette dépendance et de réparer le toit de la bibliothèque elle-même qui, les jours de pluie, laissait passer l’eau du ciel jusqu’à l’antique salle des rouleaux. Il se rendit d’abord chez Stéphane, économe du patriarche d’Alexandrie, Cyrus, et, malgré son titre d’archibibliothécaire, fit longtemps antichambre entre les moines déguenillés et les réfugiés dépenaillés de Syrie-Palestine, avant d’avoir enfin le droit d’entrevoir le trésorier du patriarcat qui lui fit comprendre que les caisses étaient vides depuis le pillage des Perses, que les pauvres à secourir étaient légions, que les dons et les aumônes se faisaient rares, que le peuple était depuis longtemps passé à l’hérésie et que les riches avaient trouvé refuge à Constantinople…

— Mais, s’écria Cosmas, le Nil ne coule-t-il plus en Egypte ? N’avez-vous plus vos domaines sur les berges du fleuve ? A-t-on oublié le grec, le grand Alexandre et les soixante-dix traducteurs de la Bible ? Allez-vous donc laisser se ruiner le phare de la civilisation, la merveille de l’esprit, la source de la science ? Voulez-vous donc que la bibliothèque devienne la pâture de moutons bêlants écervelés béats ? Les Alexandrins ne vivent-ils plus désormais que pour boire, manger et dormir ?

L’économe le fit mettre dehors et s’en alla lui-même compter les moutons, les chèvres, les vaches, les paniers de poissons, les sacs de farine, les caisses de dattes, et toutes les provisions que l’on accumulait pour le petit banquet anniversaire du patriarche.

Ecœuré, Cosmas se rendit chez Constantin le sacellaire. Les gardes le firent entrer et il fut reçu aussitôt. Cosmas se jeta, malgré son orgueil, aux genoux du financier impérial et lui exposa la situation critique de la bibliothèque d’Alexandrie.

— Trop de livres nuit, lui répondit Constantin. La lecture rend impropre à la guerre. Il nous faut du soldat ignorant, endurant et obéissant, pas du scholastique ! Jérusalem est tombée à l’ennemi, l’empereur est malade, et vous nous parlez de vos livres ! Mais qu’on les brûle !

L’entrevue s’interrompit, et Constantin se plongea, inquiet, dans la lecture du courrier qui lui était arrivé de Constantinople : la mort annoncée de l’empereur Héraclius allait-elle mettre fin à sa carrière ?

Il se mit à pleuvoir. Cosmas était furieux. Il partit se détendre aux bains, tandis que roulait le tonnerre sur la ville. Le lendemain, il faisait beau temps mais l’orage avait fait s’effondrer le toit de la salle antique des rouleaux. Il réunit Elias et Georges, les copistes et leur dit : Aujourd’hui, nous allons rallumer le phare d’Alexandrie !

Ils ne comprirent pas, (il était si fantasque ce Cosmas !) et ils ne comprenaient toujours pas quand ils le virent plus tard amener du bois et de la poix. Le soir venu, ils rentrèrent chez eux, mais au milieu de la nuit, on vint les réveiller. La bibliothèque d’Alexandrie brûlait.

 

Ce qui est arrivé autrefois à la bibliothèque d’Alexandrie, se passe aujourd’hui, toutes proportions gardées, pour la petite bibliothèque de grec moderne de la prétendue université d’Aix-Marseille, une bibliothèque amoureusement constituée pendant plusieurs décades grâce à l’argent de l’Etat grec, aujourd’hui réquisitionnée : les livres ont été dispersés ou bien enfermés dans une salle inaccessible. Y eût-on mis le feu que le résultat n’eût pas été différent…

Sur ces mots, voici le sommaire de Connaissance hellénique ὁ λύχνος n° 139, novembre 2014 :

1 : P. Lanfranchi, « Ils reflétaient la beauté de la Grèce », une petite histoire de l’hellénisme ☛ http://ch.hypotheses.org/1006

2 : J.-Cl. Rolland, «Etymologie» : Sambuque ☛ http://ch.hypotheses.org/1015

3 : J. Kaminski, «Poésie grecque moderne» : S. Zaphiriou, « Le lion de Dresde » ☛  http://ch.hypotheses.org/1028

4 : C.  Boudignon, «Vous parlez grec et vous ne le saviez pas» : « Rue des boutiques obscures » ☛ http://ch.hypotheses.org/1037

5 : C. Boudignon, «Lu pour vous» : Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. ☛ http://ch.hypotheses.org/1044

6 : B. Franceschetti – A. Chopard, De l’institution des enfants ès lettres grecques ☛ http://ch.hypotheses.org/1051

7 : 9ème Festival Européen Latin Grec (FELG) ☛ http://ch.hypotheses.org/1063

8 : J.-V. Vernhes, «Etymologie grecque», Retour sur σοφός ,☛ http://ch.hypotheses.org/1070

Bonne lecture. Le prochain numéro paraîtra en mars 2015.

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef de Connaissance Hellénique

Jean-Victor Vernhes : Retour sur l’étymologie de σοφός [sophos]

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article huit)✭✭✭

Retour sur σοφός

ou Le marteau et le sabot

 

 

Outils de sabotier (wikicommons)
Outils de sabotier (wikicommons)

 

À M. Rémy Viredaz

Dans notre numéro de mars 2014 nous avons tenté d’explorer une voie nouvelle pour l’étymologie du terme σοφός, qui est ordinairement considéré comme d’origine inconnue. En voici un résumé. Mais nous souhaitons bien entendu que le lecteur se reporte à cet article de mars (voir http://ch.hypotheses.org/834).

 

1 Résumé de l’article de mars 2014 : l’étymologie proposée de σοφός.

Notre point de départ a été, comme il convient, d’étudier les sens les plus anciens de σοφός, qui concernent une habileté technique. Le sens de sage est postérieur. Ainsi la σοφία opérative précéda la σοφία spéculative.

Nous référant à un article de B. Snell paru dans The Journal of Hellenic Studies, 1973, p. 172-184, intitulé Wie die Griechen lernten, was geistige Tätigkeit ist, et qui consacre deux pages à  σοφός, nous nous sommes intéressé à la parenté sémantique entre ce terme et le verbe τεύχειν, qui signifie fabriquer. On a considéré ce verbe (ce que je n’ai pas contesté) comme apparenté à τυγχάνειν, obtenir, atteindre un objectif et à ἡ τύχη, le hasard, la chance. Pour la sémantique, il y aurait des choses à dire, des choses à approfondir. J’en dirai un peu dans ce qui suit.

On rattache ces mots τεύχειν, τυγχάνειν, τύχη à une racine *dhewgh.

J’ai noté que, du point de vue phonétique, on peut tout aussi bien, tant pour les mots grecs de cette famille que pour ceux qu’on a repérés dans d’autres langues comme relevant de cette racine, poser pour celle-ci une racine indo-européenne *dhewgwh, avec une occlusive labiovélaire finale.

À partir de là j’ai voulu prolonger la parenté sémantique de τεύχειν  et de σοφός en m’efforçant d’établir une parenté morphologique, en rattachant ce dernier terme à la même racine. Pour cela j’ai posé *dhwogwh-ós. Nous avons là le vocalisme o et l’accentuation d’un nom d’agent.

Puis j’ai expliqué que, phonétiquement, *dhwogwh-ós > σοφός. En effet le *dh indo-européen donne th (θ) en grec. Ce θ va passer à τ en perdant son « aspiration »  en vertu de la loi de Grassmann, loi de dissimilation des « aspirées »  (peut-être avez-vous, jadis ou naguère, rencontré cette loi pour la première fois dans ἕρμαιον à la page 174). Quant à la labiovélaire *gwh, devant o elle donne φ.

Dans la terminologie d’Émile Benveniste, qui est commode, *dhewgwh est un « thème I » (voyelle e ou o en seconde position) et *dhwogwh un « thème II » (voyelle e ou o en troisième position).

Lorsqu’une racine indo-européenne présente à la fois un thème I et un thème II, on désigne ce phénomène par le terme gracieux de Schwebeablaut.

Mais il peut arriver qu’un thème II provienne de la modification d’un thème I. J’ai envisagé cette possibilité pour mon *dhwogwh-ós en imaginant que mon thème II *dhwogwh pourrait être une altération d’un thème I *dhowgwh, en vertu d’une certaine inimitié du grec pour des degrés o de forme ου.

D’où la séquence suivante :

*dhowgwh-ós  > *dhwogwh-ós > *thwogwh-ós > *twogwh-ós > σοφός

 

2 Les objections de M. Viredaz

Le 7 juin 2014, Monsieur Rémy Viredaz a déposé sur notre blog le commentaire suivant :

« Le point de départ est le bon (les sens anciens de σοφός) mais l’étymologie *dhwogwhos n’est pas possible, hélas. D’une part, l’alternance vocalique supposée n’est pas plausible. (L’aversion grecque pour l’alternance eu : ou n’est pas ancienne, cf. homérique εἰλήλουθα, et elle n’a pas d’effets plus spectaculaires que la simple généralisation de l’alternant ευ ou υ. On ne peut pas non plus invoquer le Schwebeablaut, cet élément défunt de la boîte à outils néogrammairienne.) D’autre part, le sens grec de τεύχειν n’appartient pas à la racine indo-européenne *dhewgh, mais à *tewk, c’est-à-dire doit résulter (d’après le Lexicon der Indogermanischen Verben (LIV), cf. déjà le dictionnaire de Bailly) d’une confusion entre la racine de τυγχάνω, ἔτυχον «rencontrer, atteindre, toucher le but» [allemand «treffen»], «obtenir (par chance)», etc. et celle de *τεύκω (>τεύχω) τέτυκον «façonner, fabriquer, construire». L’étymologie de σοφός reste donc un mystère.»

Suite à cet avis j’ai envoyé un courrier à son auteur, et il s’en est suivi pendant l’été (et pas seulement sur ce sujet) une correspondance cordiale et (du moins pour moi) instructive.

Son petit texte très dense incite à approfondir plusieurs points.

 

3 Faut-il se mettre martel en tête ?

Voyons d’abord le problème du rattachement de τεύχειν à la racine de τυγχάνειν (*dhewgh selon la théorie usuelle, *dhewgwh selon mon hypothèse, qui apporte une retouche à la consonne finale).

Il existe aussi une racine i.-e. *tewk signifiant frapper. Elle est attestée dans diverses langues. On en a trace en grec dans quelques mots comme ὁ τύκος, le marteau, le ciseau pour tailler la pierre. On entrevoit un défunt *τεύκειν signifiant donner des coups de ciseau ou de marteau. Défunt, mais qui a pu, lui et sa famille, être bien vivant.

Selon le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), p. 149 et p.640, cette racine, signifiant stossen, schlagen, se trouverait mélangée (vermischt) avec celle de τυγχάνειν, lui empruntant son aspirée finale, aboutissant ainsi à τεύχειν.

On peut citer d’autres cas d’amalgames entre deux racines. Ainsi le nom grec du loup (ὁ λύκος) vient d’un amalgame entre deux racines indo-européennes désignant cet animal : cf. Lejeune, § 31, p. 43. Celui qui se serait produit entre *τεύκειν et τυγχάνειν est à examiner du point de vue  morphologique et du point de vue sémantique.

Du point de vue morphologique, cet amalgame entre les deux racines peut expliquer la sourde κ qu’on trouve dans quelques formes de τεύχειν : aoriste actif τετυκεῖν, aoriste moyen τετύκοντο, τετυκέσθαι. Mais une telle alternance κ/χ en fin de racine peut s’expliquer par une assimilation à un élément morphologique suivant. C’est ainsi que par exemple δέκομαι, je reçois (forme ancienne, gardée en ionien) est devenu δέχομαι en attique.

Du point de vue sémantique, on peut trouver un peu lâche, et même bien problématique le rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but (τυγχάνειν) et celle de fabriquer (τεύχειν). On peut alors juger bon de bien s’immerger dans le concret en ajoutant, grâce à *τεύκειν, quelques coups de marteau à la racine de τυγχάνειν, assurant ainsi l’exécution concrète des objets sortant des ateliers.

 

4 L’exemple du sabotier

Mais ce rapport entre l’idée d’obtenir quelque chose, d’atteindre un but et l’idée de fabriquer peut s’éclairer en restant dans le τυγχάνειν, sans faire appel à *teuk. Permettez-moi d’égayer l’austérité de ces propos en évoquant quelques souvenirs d’enfance.

Lorsque j’étais un gamin de 6-7 ans, je passais de longs moments, en compagnie souvent d’autres gamins du même âge, à regarder le sabotier du village exercer son métier. Par les beaux jours il s’installait devant sa maison pour travailler. Il fixait un bloc de bois. Il avait un marteau dans la main droite, un ciseau (il en avait de plusieurs sortes) dans la main gauche. Bientôt le sol se jonchait de copeaux de bois odorants, tandis qu’au fil d’une succession de gestes rapides et précis, on voyait peu à peu apparaître le sabot, pied droit ou pied gauche, de la pointure voulue, souvent d’une forme élégante et même orné de motifs sculptés. J’étais dans l’admiration devant la maîtrise du geste par laquelle cet artisan parvenait à faire naître du bois l’objet dont il avait le projet en tête. Il avait une visée (un σκοπός) dans l’esprit, et il l’atteignait (ἐτύγχανε τοῦ σκοποῦ, selon l’expression de Platon en Lois 717a). C’est ainsi qu’il fabriquait (ἔτευχε) les objets de son métier, métier quasi disparu qui relève de la τέχνη dans toute la plénitude sémantique du terme.

 

5 L’exemple du chantier naval

Plus tard, autour de mes dix ans, j’ai été un familier d’un  chantier de construction navale où des charpentiers de marine créaient des langoustiers et des thoniers. Une fois la quille posée sur le sol, je voyais se dresser une à une les membrures, comme des côtes sur une colonne vertébrale. Et le galbe de ces membrures, qui s’agrandissent de la poupe jusqu’au milieu, puis deviennent plus petites en continuant vers la proue, obéit à une subtile homothétie qui interfère de façon précise avec le modelé global du navire. Il faudrait sans doute des formules mathématiques de haut niveau pour en faire la description exacte. Or je voyais, médusé, les charpentiers de marine réaliser cela. Ils y parvenaient : ἐτύγχανον τοῦ σκοποῦ, eux aussi. Et ainsi ἔτευχον τὴν ναῦν. Dans les niveaux supérieurs de l’univers artisanal, fabriquer un objet, c’est réussir à le fabriquer.

Aujourd’hui je ne saurais dire avec certitude quelle maison était celle du sabotier, et le chantier de constructions navales a cédé la place à un parking. Mais je porte toujours en moi les évidences qu’ici je cherche à vous faire partager. Peut-être sont-elles plus accessibles à l’enfant qu’à l’adulte, surtout intellectuel. Je maintiens donc qu’il n’est pas indispensable pour expliquer le rapport entre τεύχειν et τυγχάνειν d’avoir recours à *τεύκειν.

Mais il est un vers d’Aristophane (Acharniens 190) qui m’est une madeleine de Proust.  Le passage présente des projets de trêves qui « sentent le goudron et les constructions navales » (ὄζουσι πίττης καὶ παρασκευῆς νεῶν). Cette  πίττα évoque en moi l’odeur du coaltar qu’on faisait chauffer sur le chantier pour le calfatage, Alors me revient toute l’ambiance de ce chantier, avec ses senteurs et ses sons, et je me remémore bien des choses.

Ainsi un jour…  Mais trêve de confidences autobiographiques. Je les écrirai ailleurs, à l’intention de mes biographes !

L’essentiel est ma remémoration de l’ambiance sonore. Les sons étaient surtout le bruit des marteaux (il y en avait beaucoup, avec des manches de diverses longueurs) que maniaient énergiquement les charpentiers. Il y avait aussi de cela chez le sabotier, quoique plus discrètement. Au niveau du vécu, comme on dit en jargon d’aujourd’hui, le τεύχειν-τυγχάνειν se combinait avec le *τεύκειν pour former une unité d’expérience. Je n’exclus donc pas absolument, nuançant ce que j’ai dit plus haut, que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν.

 

6 Un hymne à la joie. Et comment cette joie n’a pas demeuré.

Il s’agit ici de la question du Schwebeablaut (alternance apophonique). Suite à la publication par Émile Benveniste en 1936 de son Origines de la formation des noms en indo-européen, ouvrage qui a renouvelé les études de grammaire comparée, on a considéré l’opposition Thème I/Thème II comme essentielle. Des disciples y  ajoutèrent la notion de Thème III (double degré zéro). Cette terminologie est commode, elle a été largement employée dans des ouvrages de base, et j’estime qu’il est pratique de la conserver.

La communication de Jean Taillardat dans le recueil Émile Benveniste aujourd’hui, paru en 1984 (tome II, p. 186) est un véritable hymne à la joie, à la joie de manier le système Thème I/Thème II.

Aujourd’hui, à la suite de travaux ultérieurs, on estime que la plupart des racines ne présentent qu’une seule de ces deux formes. Il pourrait cependant y avoir quelques exceptions, des cas où on a à la fois Thème I et Thème II (donc Schwebeablaut)

M’autorisant de l’existence de telles exceptions, je me suis demandé si le *dhwogwh (Thème II avec degré o) que j’avais posé face à *dhewgwh pour expliquer σοφός ne pourrait pas être admis parmi ces exceptions. J’en ai parlé (électroniquement) à M. Rémy Viredaz, qui m’a répondu :

«  La question du Schwebeablaut est effectivement délicate et, je l’avoue, j’ai pris le risque de l’enterrer sans attendre le certificat de décès. La théorie classique du Schwebeablaut voulait qu’il soit parfaitement normal pour une racine de présenter les deux vocalismes TeRK et TReK (par exemple). Sous cette forme, elle est fausse: la plupart des racines ne présentent qu’une seule des deux formes. »
J’ai fait connaître aussi mon hypothèse sur σοφός à M. Éric Dieu, de l’Université de Toulouse, en ne lui cachant pas mes tourments apophoniques. Il m’a répondu:

«  Oui, effectivement, il y a la difficulté du Schwebeablaut, qui semble plus rare en grec que dans d’autres langues, … je pense par exemple à la racine *kweH- « gonfler » (celle de κυέω « être enceinte », κῦμα « vague [gonflée] »), qui, en grec, se présente sans doute aussi sous la forme *kewH- (degré o *kowH-) dans κοῖλος  « creux » (gonflement vu de l’intérieur); mais pour ce mot, c’est un Schwebeablaut qui se retrouve bien dans d’autres langues (par ex. dans latin cauus). » Personnellement j’apprécie ce qui est dit ici de la racine *kweH-. M. Viredaz est plus réservé. Question de feeling, comme on dit en jargon d’aujourd’hui…

Je vois que persister dans mon thème II, c’est m’engager dans un chemin qui s’il n’est pas celui de l’impossible, est celui de l’improbable, du pas normal (pour ne pas dire du paranormal), et c’est m’exposer à bien du scepticisme: « Mais pourquoi donc un Thème II ? »

 

Ce qui en revanche ne pose aucun problème, c’est l’existence, à côté de Thèmes I, de ce qu’on pourrait appeler des «  Thèmes II secondaires », c’est-à-dire des formes qui ont acquis une structure de Thème II par suite d’une transformation.   Ainsi dans -γνητός, second élément de κασίγνητος, frère ou sœur et adjectif verbal de la racine *genh1 nous avons un Thème II secondaire issu de *gnh1 (degré zéro de l’adjectif verbal en -τός, ici sous forme de Thème III, et dégagement d’un η par le h1 au contact de la sonante n), en face du thème I de γενέτωρ, géniteur (γενε < *genh1 : degré e attendu dans un nom d’agent en -τωρ). On a aussi, m’a indiqué M. Viredaz, «  les cas de Schwebeablaut secondaire du type *CerC > *CreC <qui> sont des métathèses dues à des causes phonétiques ou analogiques, mais une telle métathèse n’est possible que pour *r et peut-être *l. »

 

7 Le mycénien (ou même le prémycénien) tel qu’on le causait

La voie rationnelle qui me reste ouverte est de ne pas poser ainsi, au débotté, un *dhwogwh-ós, mais de partir d’une forme à Thème I *dhowgwh-ós, et de découvrir quels facteurs altérants ont pu la transformer en une forme à Thème II secondaire *dhwogwh-ós. Alors plus de Schwebeablaut et tout va bien, du moins pour l’alternance. Les facteurs signalés dans le paragraphe précédent pour le passage de I à II ne font pas l’affaire. Cherchons donc autre chose.

N’oublions pas que σοφός est un terme qui relève, à l’origine, des milieux populaires et artisanaux. Il nous est donc permis de songer aux caractéristiques universelles des niveaux populaires ou familiers du langage.

Une de ces caractéristiques est une certaine instabilité du signifiant. Qui n’a entendu dire obnibuler pour obnubiler ? Ce genre de métathèse relève de cette labilité et n’a rien à voir avec aucune  des lois phonétiques de la langue : nous sommes en marge de celles-ci. On pourrait multiplier les exemples.

En grec, pour le nom du sillon, nous avons une série de formes apparentées entre elles :  αὔλαξ (acc. ὦλκα, εὐλάκᾱ), ἄλοξ, ὦλαξ. Ces variantes, on ne les peut faire dériver d’un étymon bien établi : labilité du signifiant pour un objet de la catégorie la plus ordinaire.

Voici deux exemples empruntés à Lejeune (§ 54, p. 67) : Le nom du boulanger est ἀρτοκόπος, mais étymologiquement on devrait avoir *ἀρτοπόκος : la séquence τ-κ-π a été préférée à τ-π-κ. Le terme ὁ σκοπός, le veilleur ou la cible  se rattache à une racine *spek : la séquence σκ-π a été préférée à σπ-κ.

On ne parvient pas à établir de façon cohérente un étymon commun au grec γυμνός, au latin nudus, et aux termes apparentés des autres langues indo-européennes. On a expliqué cela par un « tabou linguistique »  ayant obligé à déformer de façons diverses ce terme qu’il ne sied pas de prononcer. Je me suis toujours esbaudi de cette explication, qui me paraît plutôt révéler la mentalité de style victorien (Aoh! shocking !) de ses tenants. M’est avis qu’il s’agit plutôt d’un certaine labilité du signifiant pour l’expression d’une notion familière.

On observe aussi, en étudiant les inscriptions, des phénomènes de labilité : ainsi κιθών pour χιτών, καλχός pour χαλκός, etc. Cf. Leslie Threatte, The Grammar of  Attic Inscriptions (I Phonology), 38.022, p. 464-465.

Encore de l’autobiographie.  Il est un motif celtique fréquent dans la joaillerie armoricaine : le triskel, représentant trois jambes (τρία σκέλη) disposées autour d’un axe et suggérant un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Or autour de moi j’ai souvent entendu dire triklès (forme qu’un bijoutier ou un marchand de brimborions ne mettrait pas dans sa vitrine ou dans son catalogue). C’est que kl a quelque chose de plus coulant que sk : la séquence k-l-s a été préférée à s-k-l. Ces préférences articulatoires jouent un rôle important dans la labilité du signifiant. Elles sont un facteur de mobilité dans l’ordre des phonèmes.

On pourrait faire tout un livre là-dessus. On pourrait collectionner les phénomènes de simplification, comme ἀμφορεύς pour ἀμφιφορεύς. Mais ce qui vient d’être dit suffit à notre propos. Ajoutons que cette relative instabilité, surtout populaire et familière, ouvre la voie à des contaminations de racines, comme celle dont nous avons parlé à propos de *dhewgwh et *tewk.

Ces phénomènes, je le redis, sont en marge des lois phonétiques et n’en ont pas la rigidité. Elles sont à situer dans ce que M. Viredaz, dans un de ses messages, a appelé les « zones grises » de la langue.

 

8 Préférences articulatoires

C’est en m’appuyant sur cette notion de préférences articulatoires que je vais expliquer le passage d’un *dhowgwh-ós à Thème I  à un *dhwogwh-ós à Thème II secondaire. Je vois ici le jeu de deux problèmes de cet ordre.

1- Dans notre *dhowgwh-ós il y a une diphtongue ow. Il y a d’abord la tendance du grec  (j’en ai parlé rapidement à la fin de mon premier article), à éliminer des alternances la diphtongue ου. Mais je ne me suis pas exprimé de façon assez précise, et M. Viredaz a eu bien raison de me remonter les bretelles en faisant remarquer, dans son texte rappelé au début de cet article, que l’aversion grecque pour un degré o de forme ου n’a pas l’air ancienne : cf. le parfait homérique εἰλήλουθα (voué à la disparition) de ἔρχομαι (en attique ἐλήλυθα). Ces formes de parfait sont apparentées à un thème *ελευθ qui a donné le futur ἐλεύσομαι. Pour bien m’expliquer, j’aurais dû faire apparaître la distinction, dans l’évolution de la langue, entre une loi et une tendance. Une loi comme la chute du σ intervocalique s’applique de façon universelle et contraignante, tandis qu’une tendance, comme par exemple la tendance à remplacer des formes athématiques par des formes thématiques, peut se développer progressivement durant des siècles de l’histoire de la langue et ne jamais arriver à terme : le grec n’a jamais éliminé totalement les athématiques. De même les ου des alternances ont dans le mot σπουδή, zèle, empressement (à côté de σπεύδω) résisté jusqu’au bout (jusqu’à ce que ου > [u:]), mais la tendance à les éliminer a pu être très précoce, surtout dans le langage familier et populaire, qui est toujours en avance dans les évolutions.

Pourquoi ce désamour du grec pour ces degré o de forme ow ? Dans un nom d’agent thématique fait sur degré o, comme ἡ τροφός, la nourrice, le vocalisme du radical apparaît de façon nette, car le o contraste parfaitement avec les phonèmes qui l’encadrent. Mais si on pose un *dhowgwh-ós, le o qui caractérise le radical contraste peu avec le w qui ferme la syllabe : il est articulatoirement et auditivement proche, et cela cadre mal avec la netteté articulatoire du grec.

2- Dans notre *dhowgwh-ós le groupe *wgwh met en contact deux phonèmes vélaires, le w fermant et la labiovélaire *kwh. Qu’il s’agisse de w ou de u (placés avant ou après l’occlusive labiovélaire), nous avons là des séquences que le grec n’a pas aimées. Avant même le mycénien la labiovélaire de tels groupes a, par différenciation, perdu son caractère labiovélaire. Ainsi le nom du loup *lukwos est devenu λύκος. Cf. Lejeune, § 30-31, p. 43.

Ainsi le *gwh n’aime pas avoir à son contact le w, et le o n’aime pas l’avoir à sa suite. La combinaison de ces deux facteurs a pu faire passer le w avant le o : alors le groupe *wgwh n’a pas subsisté, et la labiovélaire, préservée du contact avec w, a pu subsister jusqu’aux jours de son traitement labial qui allait en faire un φ. Nous pouvons donc estimer que la séquence *dhwogwh a été préférée à la séquence *dhowgwh.

 

9 De la dissimilation des aspirées

Suis-je au bout de mes peines ?

Hélas non ! Dans la séquence qui fait ci-dessus la dernière ligne du résumé de mon article de mars, il est supposé que la loi de Grassmann a agi précocement, antérieurement à l’époque où en grec un *tw initial passe à s. Je me suis basé sur cette appréciation de Lejeune : «  Il y a… des indices invitant à penser que la dissimilation des « aspirées » serait intervenue, au plus tôt, tout à la fin du IIe millénaire ; ce serait un phénomène « grec commun » récent. » (§ 45, p. 57). Nous sommes là à une époque où le ϝ est encore solide.

Mais de nouveaux travaux indiquent une date plus tardive pour cette loi.  «  La loi de Grassmann, me dit M. Viredaz, n’est pas ancienne en grec, puisqu’on trouve encore des graphies du type φαρθένος (pour παρθένος) dans les plus anciennes inscriptions alphabétiques. »   Leslie Threatte, o.c. p. 456,  relève, outre φαρθένος,  des formes comme hέχω (pour ἔχω), θροφός (pour τροφός), θίθημι (pour τίθημι), ἐθέθην (pour ἐτέθην), etc. Il estime qu’une forme comme hέχω peut s’expliquer par l’influence analogique du futur ἕξω, qui a gardé régulièrement l’aspiration initiale. D’accord. Pour les autres, il estime qu’il ne s’agit pas de la conservation des formes anciennes, mais plutôt d’un phénomène d’assimilation, l’aspirée communiquant ce caractère à la sourde (produite par la loi de Grassmann) qui précède (τίθημι > θίθημι). L’assimilation reconstituerait ainsi des formes antérieures au jeu de ladite loi. Ensuite les aspirées issues de cette assimilation seraient de nouveau dissimilées.

M. Viredaz est en désaccord avec ces explications : « Concernant la date de la dissimilation d’aspiration, il n’y a pas de preuves qu’elle soit antérieure à l’adoption de l’alphabet, et c’est donc une complication inutile d’admettre 1° une désaspiration préalphabétique, 2° une (ré)aspiration par assimilation, coïncidant justement avec le début de l’époque alphabétique, 3° une nouvelle dissimilation. » Cela incite à penser que dans ces formes d’inscriptions attiques à deux aspirées nous avons la conservation de formes anciennes.

Je suis bien d’accord en ce qui concerne le caractère peu convaincant de la série de phénomènes 1°-2°-3°. Mais je vois une explication qui concilierait les doubles aspirées que nous venons de voir avec une datation préalphabétique de la loi de Grassmann.

 

10 De la douceur en phonétique.

Lejeune, au § 42 de sa Phonétique, en se référant au Traité de Phonétique de Maurice Grammont (1933) expose une notion importante dans le domaine de la phonétique des occlusives. Elles ne se définissent pas seulement par les critères dont l’helléniste débutant trouve un exposé pédagogique dans ἕρμαιον au § 25, p.11. Elles se différencient aussi par leur force articulatoire, c’est-à-dire par la tension musculaire mise en jeu lors de leur prononciation.

«  Dans la plupart des langues, les occlusives « sourdes » sont des fortes, les occlusives sonores sont des douces… D’autre part, dans les occlusives sourdes aspirées, souvent l’occlusion n’est pas forte comme dans la sourde correspondante, mais douce, sous l’action de la spirante  avec laquelle elle est combinée. » Je supprimerais volontiers le souvent. 

On trouve souvent que les « aspirées » sont curieusement nommées, puisqu’en réalité on n’aspire rien du tout, car il s’agit d’occlusives où l’explosion est suivie de l’émission d’un bref souffle h. Leur dénomination nous vient, par l’intermédiaire des grammairiens latins, du latin aspirare, qui signifie souffler. L’ « aspiration » dont elles sont pourvues est en réalité un souffle.

Les caractères notant les « aspirées » (φ, θ, χ) notent non pas des sourdes douces avec « aspiration », mais de simples sourdes douces sans « aspiration » quand elles sont premier élément des groupes χθ et φθ, qui représentent [kth] et [pth] (avec un k et un p  représentant une sourde adoucie sous l’influence de l’«aspirée» qui suit , et avec un souffle unique à la fin du groupe), et non [khth] et [phth], qui exigeraient de l’acrobatie articulatoire : Lejeune, § 56, p. 69. Intéressant aussi est dans le même ouvrage le § 61, p. 72. Il y est question d’inscriptions archaïques en des dialectes dont l’alphabet ne comporte pas ψ et ξ. Il y est suppléé par φσ et χσ (plutôt que par πσ et κσ) : il n’y a aucun souffle dans ces groupes, le φ et le χ servant simplement à noter des occlusives sourdes adoucies par la sifflante qui suit.

À l’époque (mais laquelle?) où joue la loi de Grassmann, l’«aspirée»  qui se trouve par elle dépouillée de son «  aspiration »  ne va pas pour autant cesser incontinent d’être une sourde douce et se trouver dotée de force articulatoire. Ces « aspirées »  désaspirées vont donner des sourdes douces. On peut trouver un parallèle dans certains parlers germaniques où des sonores (donc des douces) ont perdu leur sonorité, devenant des sourdes. Cette perte ne les a pas munies de la force articulatoire qui caractérise les sourdes standard : elles sont devenues des sourdes douces (Grammont, opus citatum,  p. 51-52).

Je crois donc plausible d’interpréter dans φαρθένος, θίθημι, etc. la première « aspirée » comme la notation d’une sourde douce issue d’une désaspiration pouvant se situer dans un passé plus ou moins lointain.

Cet usage que je fais de l’usage que fait Lejeune de la notion de sourde douce n’a pas convaincu M. Viredaz. Je n’ai donc pas été convaincant.

Quoi qu’il en soit, l’important pour mon hypothèse n’est pas de démontrer que la loi de Grassmann  a une certaine ancienneté. Ce qu’il me faudrait, c’est pouvoir montrer qu’elle est antérieure au traitement de τϝ, que par elle on a eu θϝ > τϝ avant l’époque où *τϝ > σ. Et là, je sèche.

Trouverai-je une porte de sortie en m’intéressant au traitement du groupe θϝ ? Nous savons qu’à l’intérieur d’un mot le ϝ de ce groupe s’efface. Ainsi ὀρθός < *ϝορθϝός. Mais qu’en est-il à l’initiale ? Est-ce que par hasard il n’aurait pas eu la bonne idée de donner un σ ? Les très rares exemples, clairs ou douteux, qu’on puisse trouver sont réunis dans deux lignes de la Griechische Grammatik de Schwyzer (erste Lieferung, p. 301). Ils indiquent que là aussi il y a effacement du ϝ. C’est le cas par exemple pour le mot θολός, eau bourbeuse. Les termes germaniques qui s’y apparentent sémantiquement invitent à poser θϝολός (cf. Chantraine). Ma porte de sortie était illusoire.

Et maintenant, que vais-je faire ? Où courir ? Où ne pas courir ?

Mais… voici que j’entrevois une solution.

 

11 Je me mets martel en tête.

Nous n’avons pas exclu  (cf. supra) que dans certains cas *τεύκειν ait pu influencer des formes du groupe τεύχειν-τυγχάνειν, que la racine *tewk, celle des coups de marteau ou d’autres outils frappants ou taillants, ait pu se combiner avec *dhewgwh. Dans ce cas notre *dhowgwh-ós a pu recevoir un coup de marteau dans les ateliers et les chantiers du monde mycénien, c’est à dire subir l’influence de *tewk.

Par cette combinaison il a pu s’altérer en *towgwh-ós.

La séquence sera alors  *towgwh-ós > *twogwh-ós > σοφός.

Nous avons tiré parti, mais d’une autre manière, de l’idée découverte dans le LIV d’un amalgame possible de ces deux racines.

Qu’en pensez-vous ?

 

Jean-Victor Vernhes

Ancien maître de conférences de grec ancien à l’Université de Provence

 

PS : Je reçois un message de M. Viredaz me disant : André Sauge a proposé dans Syntaktika 47, 2014, une étymologie de sophos proche de la vôtre, qu’il ne connaissait pas. Voir au § 44, note 10 sur http://syntaktika.revues.org/203#ftn10.

 

Le festival européen latin grec à Lyon les 19-21 mars 2015 : Savants, magiciens et devins

ANNONCE ➤  λύχνος n° 139, novembre 2014, article sept ✯✭✭

 

9ème Festival Européen Latin Grec (FELG)

« Savants, Magiciennes, Devins »

 

[« Connaissance hellénique » est heureuse de faire part de l’activité d’une association amie « Fortuna juvat ». Notez-le sur vos tablettes ! Allez-y ! Entre autres choses pour écouter Pythagore expliqué en musique ou comprendre le paradoxe de Zénon. Et racontez-nous ce que vous aurez vu et vécu.]

Festival européen  latin grec 2015
Festival européen latin grec 2015

 

produit par l’Association Fortuna Juvat ; coordinateurs du programme : Elizabeth Antébi, historienne et auteur, licenciée ès Lettres Classiques et Histoire de l´art, docteur EPHE en histoire des sciences religieuses, et Albert Foulon, professeur émérite de Latin à l’Université Rennes II.

Marraine éternelle : Jacqueline de Romilly

 Comité de conception des programmes et d’aide à la mise en place : Laurent Chopard, médiateur culturel du Musée gallo-romain, Michel Deygas, directeur d’Athéna, Marie-Hélène Elghozi, professeur de Lettres Classiques, Didier Froesel, fondateur d’un groupe de reconstitution historique sur les Hoplites, Fabienne Nicolet, professeur de Lettres classiques au Lycée du Parc, Anne Pignolet, professeur de Lettres classiques au collège Fénelon-La Trinité, Catherine Psilakis, docteur en langue et littérature grecque, enseignante à Lyon I.

Programme toujours susceptible de modification ; bien vérifier si lon a les bons horaires à la veille du FELG.

Jeudi 19 mars 2015

10h : Accueil en musique, avec hoplites.

10h 30 : « Mise en bouche » avec des extraits de spectacles du 1er Festival enregistré, en 2006 : (projection 🙂 Journal télévisé « d’époque » présenté par P.P.D.A, extraits de poèmes chantés d’Horace et d’une pièce de Plaute par un lycée de Hongrie, Elvis Presley en latin par le Dr Ammondt venu de Finlande, l’actrice grecque Anastassia Politi de la Compagnie Erinna dit et chante la poétesse Sapho, Marie-Hélène Delavaud-Roux, Professeur à l’Université de Brest et spécialiste des danses antiques, danse le crabe des Guêpes d’Aristophane, Antigone joué par Philippe Brunet et sa troupe, la musicologue Agathe Amzallag et l’ensemble La Maurache, Catulli Carmina par une chorale rennaise.

10h 45 : Albert Foulon, Professeur émérite de Latin, Université de Rennes II, présente, avec Elizabeth Antébi, docteur en sciences des religions et systèmes de pensée, le sujet du Festival : « Science, magie, futurologie, réalité augmentée, notre héritage ? »

11h 10 : Présentation-surprise par des élèves de leurs réalisations sur le thème du Festival.

11h 50 : Projection d’un entretien vidéo avec l’écrivain V. Vassilikos sur la science grecque.

12h : Extraits de textes à plusieurs voix, sur le thème du Festival : d’Homère à Hypatie, d’Héraclite à Vitruve, d’Alcuin à Thomas More. Avec la science-fiction de Lucien à Philip Dick, jusqu’aux « Marvel ».

12h 20 : Évelyne Bourgeois-Lagardette, chanteuse lyrique, chante un extrait de La Belle Hélène d’Offenbach.

 

Pause déjeuner libre (pique-nique autorisé dans le parc)

14h 30 : Séquence des baisers ou l´amour n´est-il pas sorcier ? Poèmes de Sappho, Catulle, Louise Labé, et chant de Cupidon dans Orphée aux Enfers (chœur des baisers dans la salle) suivi de l´air d´Aricie dans Hippolyte et Aricie de Rameau, par Évelyne Lagardette.

15h 15 : Guignol et Gnafron avec Gérard Truchet : « Chignachilus prophète à Lugdunum : Veni, Vidi, Wiki(pedia) »

15h 45 : Marina Fumagalli, Professeur d’Italien, Latin, Grec ancien, Histoire et Géographie au Lycée Classique Arnaldo de Brescia (Italie) et les élèves du Liceo Classico Arnaldo de Brescia, Italie : présentation du travail sur Eros et Psyché des Métamorphoses – ouvrage aussi appelé L´Âne d´Or – de l’écrivain berbère de langue latine, Apulée.

16h 10 : Alessio Loreti, Master (Master of Arts) en études du Proche et Moyen-Orient, Doctorat en Langue et Littérature françaises, enseignant en lycée : Apulée, la magie et le Maghreb « latin » dans l’imaginaire littéraire européen de Virgile à Flaubert.

16h 30-17h  : Rocco Schembra, professeur de Langues Classiques au Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie, Professeur de Littérature Chrétienne Antique à l’Université de Catane : «L’univers de la sorcellerie dans l’Antiquité Carmina uel caelo possunt deducere lunam » (en français) .

 

Vendredi 20 mars 2015

10h : Quatre fois Médée, pièce montée par le groupe théâtral du Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie (metteur en scène : Davide Pulvirenti ; vocal coach : Tommaso Guzzone ; directeurs artistiques : Federica Di Marco, Rocco Schembra). Après une brève présentation de la pièce, à partir de quatre auteurs – le Grec Eschyle, l’Italien Alvaro, l’Autrichien Grillparzer, l’Allemande Crista Wolf – on découvrira les nuances et différences d’interprétation du caractère de ce personnage féminin si controversé et, pourtant, toujours actuel. Médée devient ainsi l’emblème de la complexité de l’âme féminine, partagée entre haine, amour, sorcellerie, remords et vengeance.

Projection d’Extraits de Festivals filmés : Le conservateur en chef du Musée du Louvre « Antiquités égyptiennes » C. Barbotin sur la science antique, concert de Stéphane Guillou avec la formation « A vous sans autre » sur Pythagore expliqué en musique.

12h 15 : Marie-Hélène Delavaud-Roux, Maître de conférences en Histoire grecque à l’Université de Bretagne occidentale, conférence-spectacle de danse « Les Bacchantes d’Euripide.

 

Pause déjeuner libre

14h 30 : Thérèse Eveilleau, professeur agrégée de mathématiques et webmestre de « Mathématiques magiques » (http://therese.eveilleau.pagesperso-orange.fr/) : « Énigmes mathématiques : le paradoxe de Zénon et quelques autres.« 

15h 15 : Luca Desiata, responsable de la stratégie internationale et du développement nucléaire du groupe ENEL en Italie : « De l’industrie du nucléaire aux énigmes en latin », ou comment un industriel en vient-il à publier le petit magazine de jeux Hebdomada Aenigmatum ?

16h-17h 30 : Le Procès des Humanités, avec à l’accusation l’avocat général Philippe Bilger, à la défense Maître Frédéric Doyez, avocat au Barreau de Lyon ; précédé de textes courts à charge (Régis Messac qui écrivit « Pour en finir avec le latin« , mais aussi Molière et quelques autres) et à décharge (Goethe et Tocqueville, Byron pour la Grèce, un court extrait des Plaideurs de Racine, le Jugurtha en latin de Rimbaud et le début de la thèse en latin de Marx sur Auguste avec commentaire peu amène du professeur). Avec aussi plaidoyers d´élèves à charge ou à décharge.

21h 30 : À la découverte des étoiles et constellations aux noms mythologiques avec Hubert Maigre, chercheur au CNRS, sur les bords du Rhône (quai devant l’Université Lyon II).

 

Samedi 21 Mars 2015

10h 30 : Catherine Psilakis, agrégée de Lettres classiques, Docteur en langue et littérature grecques de l’université Lille III, enseignante à l´Université Lyon I :

« Sagesse(s) vagabonde(s) en Grèce antique. » Voyage des savoirs, voyages des savants à la découverte des autres cultures, itinérance en particulier chez Hérodote, « père des historiens et journalistes » ; savoir multiple sans distinction entre Sciences et Philosophie ou littérature – ainsi les calculs savants de Solon sur le calendrier vont-ils de pair avec une réflexion sur le bonheur humain : est-il lié à la richesse ou bien à une vie heureuse et bien remplie ?

https://univ-lille3.academia.edu/CatherinePsilakis

Puis, présentation des chercheurs londoniens qui travaillent sur un projet genre « Google Map » de l´Antiquité, « Mapping Antiquity », dont les responsables sont le directeur du projet, Dr. Leif Isaksen de l’ université de Southampton, le directeur des recherches universitaires Dr. Elton Baker de The Open University et le directeur technique, Dr Rainer Simon de l’Austrian Institute of Technology. Cf. le site : http://pelagios-project.blogspot.fr/p/about-pelagios.html

11h 15 : Textes médicaux gréco-romains d’Hippocrate à Celse, présentés par Isabelle Boehm, professeur de linguistique et littérature grecque, Lyon 2, spécialiste de textes techniques médicaux, en particulier de Galien, et lus par des étudiants de Lettres classiques mais aussi d’histoire, économie, psychologie…

11h 45 : Brève musicale : Phiphi de Cristiné par E. Lagardette.

11h 55 : Jean-François Pradeau, Professeur de philosophie antique à l’Université Lyon III « La démocratie grecque dans le langage politique d´aujourd´hui »

12h 20 : conversation-conclusion avec Abraham Bengio, agrégé de Lettres Classiques, Elizabeth Antébi, auteur de plusieurs livres sur la Palestine ottomane, sur le thème : « Prométhée versus Golem – les deux courants de l’héritage »

 

13h : pique-nique gréco-latin organisé par le Festival

 

14h45-15h 30 : clôture en musique par E. Lagardette : extraits de Platée de Rameau, d’Alcina de Haendel (personnage inspiré de Circé), Eurydice d´Orphée aux Enfers, Thérèse alias Tirésias des Mamelles de Tirésias, et quelques autres …

Dimanche 22 mars

Libre : visite gratuite du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière organisée avec Laurent Chopard, médiateur culturel.

Et Aussi …

 

EXPOSITIONS :

– 10 ans du Festival Européen Latin-Grec – Bécherel (Théâtre, salle des fêtes, bouquinistes), Nantes (Manufacture des Tabacs, Musée des Beaux-Arts, Lycée Clémenceau), Luxembourg (Abbaye de Neumunster), Paris (Chancellerie et Grand Amphithéâtre de la Sorbonne), Lyon (Université Lyon II : grand amphi, salle de réception, petite salle).

– « Bavardes épitaphes » de Robert Delord (Académie de Grenoble, webmestre du remarquable « Arrête ton char » http://www.arretetonchar.fr/author/robert/) et ses élèves du collège de Die dans la Drôme : Quelques épitaphes auxquelles nous rendons la parole et l’image (3D) avec le projet « Debout les morts » sur lequel nous travaillons actuellement. Il s’agit d’épitaphes romaines de Die accompagnées d’un Qr-code qui permettent d’accéder à une vidéo dans laquelle le/la défunt(e) lis puis explique sa propre épitaphe.

– Photos de Monnaies antiques, par le Cercle Lyonnais de Numismatique.

ATELIERS :

– Jeux, avec mise à disposition des jeux proposés au concours (à noter par les joueurs, avec commentaires)

– Histoire organisé par Laurent Chopard. (thème à venir)

Pour plus de renseignements et la liste des participants, vous aurez le bonheur de contacter :

Elizabeth Antébi, présidente d’honneur de l’association Fortuna Juvat

 

 

Brigitte Franceschetti et Ariel Chopard : Comment apprendre le grec aux enfants.

De l’institution des enfants ès lettres grecques

ou Comment Nausicaa offre conseil et estimable recommandation aux  honestes lecteurs d’icelui Λύχνος

 λύχνος n° 139, novembre 2014, article six ✯✭✭ 

 

Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)
Nausicaa, huile sur toile de Frederick Leighton, vers 1878 (Wikicommons)

 

En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé

Grec langaige n’est pas doulz au françois (1) . Jamais titre n’a plus été d’actualité. Nous nous permettons donc de l’emprunter à Pascal Boulhol. Mais notre objectif est d’arriver à le contredire amicalement.

Les diverses réformes qui se succèdent dans l’enseignement secondaire réduisent de plus en plus l’apprentissage du grec jusqu’à le faire sortir de l’intitulé du cursus  (Langues de l’Antiquité et de la Latinité), de plus le nouveau CAPES risque de ne plus fournir d’enseignants de grec et il est vraisemblable que la maîtrise de cette langue se perde. En attendant la venue d’un nouveau Guillaume Budé qui permettra une nouvelle floraison d’hellénistes, Nausicaa continue son combat  et vous propose de la rejoindre dans la résistance.

 

L’association Nausicaa

Les lecteurs du Λύχνος et tous les membres de Connaissance Hellénique sont évidemment convaincus du fait qu’il existe des possibilités de pallier les carences du système éducatif. Grâce à ἕρμαιον (2)  les adultes qui en ont le désir ont pu ou peuvent apprendre le grec et découvrir « le fertile génie de la race hellénique » (3).

On ne peut que regretter qu’il ne soit rien mis en place de semblable pour les enfants. Rien ?

Pas tout à fait n’oublions pas Nausicaa !

Nausicaa, Nausicaa ? Mais qu’est ce donc ? Une association qui propose une initiation au grec ancien en maternelle et en primaire.

Pourquoi donc n’apprendrait-on pas aux enfants les rudiments de la langue grecque ? Oui, tout le monde peut s’initier au grec de 2 à 120 ans. Alors que les langues vivantes sont devenues obligatoires en primaire, il nous a paru évident voire essentiel de proposer une initiation au grec ancien.

 

Ecriture et mythologie

Ce qui nous a fait choisir le grec c’est la nouveauté de son écriture, sa séduction et bien sûr sa mythologie.

L’écriture : le graphisme est nouveau, l’écriture n’est pas cursive, il est aisé pour tous de reproduire les lettres, car les enfants en perçoivent instinctivement  l’origine picturale. Par exemple l’α représente la tête de taureau couchée, ou  pour certains un poisson…Il n’y a pas de piège orthographique : on écrit tout ce que l’on prononce ! Les enfants ont l’impression d’entrer dans un univers mystérieux dont tout le monde n’a pas les clefs. Cela  permet à tous de se retrouver à égalité et d’oublier les origines sociales comme les difficultés scolaires.

Sa séduction : les mythes grecs ouvrent aux enfants un champ de découverte culturel qui rentre en résonance avec leur monde actuel : le cinéma n’hésite pas à exploiter les aventures des grands héros ou des dieux, il faut voir la satisfaction des enfants quand ils sont capables de relever et d’expliquer les différences avec le mythe originel à leur entourage de plus, dans le parcours scolaire qui les attend, ils retrouveront ces « histoires » qui sont en fait, très souvent, les bases de la littérature.

La mythologie : outre la connaissance « intellectuelle » que procurent les mythes, la mythologie en elle-même offre aux enfants, comme les contes, la possibilité d’extérioriser leurs peurs. Les histoires les plus horribles les font délicieusement frémir : tuer son père et épouser sa mère, se crever les yeux, sacrifier sa fille, tuer les enfants de son frère et les lui donner à manger…S’imaginer combattre est aussi exaltant surtout s’il s’agit de monstres que l’on ne rencontrera pas dans la vie réelle : un être mi-homme mi-taureau, une vieille qui vous transforme en pierre rien qu’en vous regardant, un serpent aux multiples têtes qui repoussent dès qu’on les coupe…

En ce qui concerne l’étymologie et l’orthographe, nous nous permettons de reprendre, en l’actualisant, un article que nous avions déjà présenté dans le numéro 60 du Λύχνος papier (épuisé)

– Dans nos séances, nous apprenons toujours aux enfants un ou des mot-clef : Massalia, ville grecque, sera reliée au thème de 1a mer; le mot-clef sera : θάλασσα. Autour du mot-clef, nous allons regrouper un certain nombre de mots ou d’expressions. Ils seront choisis parfois en fonction d’une étude orthographique, par exemple explication du ph (φ), du th (θ), de certains ch, ceux qui se prononcent comme [k], (χ), parfois en fonction de la sémantique.

Les enfants cherchent par exemple des mots qui s’écrivent avec: un ph et citent : pharmacie, Philippe …ce qui à côté du mot-clef φαίνειν nous permettra d’étudier : φάρμακον (4), φιλεῖν et ἵππος. Nous nous permettons des détours que l’étymologie nous suggère. Après avoir appris ἵππος les enfants voient le rapport avec hippopotame et hippodrome. Ils découvrent que « ce joli signe qui porte le nom merveilleux d’esprit rude » donne un « h » en français. Après avoir appris le mot θάλασσα et remarqué que le θ donne « th », nous découvrons les mots

θέατρον et ὁρθός, ce dernier nous permet de parler d’orthographe, d’orthophonie …

Nous enrichissons notre vocabulaire : à chaque séance nous apprenons le mot difficile du jour (thalassocratie / θάλασσα, diaphane / δια-φαίνειν, anthropophage/ἄνθρωπος, φαγεῖν …) ce qui permet aussi de valoriser les enfants par le savoir : ils comprennent des mots qui sont parfois mal connus chez eux et sont ainsi les possesseurs d’un merveilleux savoir.

 

La magie des cours

Ce qui renforce la magie de ces cours c’est qu’il n’y aucune évaluation : on apprend pour apprendre et pour le plaisir et là du coup cette « gratuité  de l’apprentissage» ouvre la porte de la réussite. Peut-être parce que nous utilisons le cadre scolaire sans en faire un synonyme de contrainte. Nous travaillons en collaboration avec le professeur des écoles qui inscrit nos séances dans son programme.  Il prend une part active dans ces heures de grec. De plus le fait de voir leur maître en apprentissage du grec comme eux ravit les enfants.

L’intervenant de grec, suivant ses envies et ses capacités, peut avoir recours à des disciplines annexes :

–       musique : chant de la farandole des fourmis « μύρμηκες, μύρμηκες, μύρμηκες » …

–       théâtre : il est possible de couper le récit du mythe par des improvisations théâtrales réalisées par les enfants, ce qui permet de travailler l’expression orale en français et parfois en grec.

–       Les ressources de la technologie nous permettent des visites virtuelles en Grèce et même une initiation à l’archéologie.

 

Combattez avec nous

Ce tour d’horizon non exhaustif des pratiques de Nausicaa permet de montrer à quel point l’étude du grec et ce dès le plus jeune âge  offre, outre le savoir, un véritable épanouissement : certains élèves en échec ont repris goût à l’école (cf l’histoire d’André sur le site de Nausicaa http://nausicaa13.free.fr rubrique articles savants pédagogie article « remédiation par le grec ») Si nous devions résumer notre action par un slogan ce serait « L’excellence pour tous » !

Si l’on ne veut pas qu’il ait à nouveau comme mention : « c’est du grec, on ne lit pas » (Voir l’opus cité de P. Bouhlol), combattez avec nous : donner envie aux enfants pour survivre, semer pour que vive le Grec c’est notre cause ! Venez nous rejoindre pour que cette expérience puisse s’étendre dans un premier temps à la France entière !

 

 

                                                                                  Arielle Chopard et Brigitte Franceschetti

 

(1)    Titre de l’ excellent ouvrage de Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois-l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IV siècle- 1530) Héritages méditerranéens, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2014

(2)    Incontournable manuel de grec de Jean-Victor Vernhes, Ἕρμαιον, Initiation au grec ancien, Ophrys, Gap-Paris, 1ère édition 1984

(3)    « Petite histoire de l’hellénisme », par Pierluigi Lanfranchi, ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article premier

(4)    Pour une étude plus savante mais ludique nous vous renvoyons à « Rue des boutiques obscures », chronique linguistiques des mots grecs du français populaire, Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas,  ὁ λύχνος n°139, novembre 2014, article quatre

 

 

 

Christian Boudignon a lu pour vous le livre de François Herbaux sur Pythéas

Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais.

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article cinq)✯✭✭

Couverture de "Puisque la terre est ronde..."
Couverture de « Puisque la terre est ronde… »

 

François Herbaux, Puisque la terre est ronde. Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. Vuibert, Paris, 2008, 170 p., 20 euros.

 

Si notre revue décernait le prix de la vulgarisation scientifique, elle l’aurait décerné (en retard) à ce petit ouvrage qui se lit comme un roman policier et qui est profond comme un livre d’histoire de l’Antiquité.

L’auteur, journaliste scientifique, mène une enquête passionnante autour des fragments de l’astronome et géographe marseillais Pythéas, qui a vécu au IVe siècle avant J.C., un contemporain donc du grand Alexandre. Pour valider son analyse que la terre est bien ronde et les conséquences astronomiques qui en découlent, Pythéas longe notre Bretagne, découvre la Grande Bretagne comme plus tard Christophe Colomb découvrira l’Amérique et s’approche de Thulé, île située sur le cercle polaire, là où s’observe le soleil de minuit.

 

Le premier Marseillais accusé de mensonge

Auteur d’un ouvrage perdu De l’océan, conservé uniquement par quelques citations d’auteurs antiques, Pythéas est le premier Marseillais accusé d’être menteur, tout simplement parce que ses découvertes remettaient en cause les idées toute faites d’esprits étroits comme Strabon au Ier siècle ou Cosmas Indicopleustès, au VIe siècle, qui soutint l’idée que la terre était plate.

Il faut le souligner : le livre de François Herbaux est un modèle de vulgarisation scientifique. A la fois précis et parfaitement documenté, il traite de l’ensemble du dossier Pythéas, sous tous ses aspects, à la fois scientifiques et littéraires, en interviewant un à un tous les spécialistes de la question. Cherchant désespérément à prendre en faute le livre, je n’y ai trouvé qu’une microscopique peccadille, puisqu’il situe (p. 22) l’empereur Aurélien au IVe siècle après J.C. et non au IIIe siècle.  Bref, on peut dire l’ouvrage scientifiquement parfait. Du point de vue littéraire, le style coule agréablement, et l’on suit l’auteur dans les dédales de ses voyages. Il a l’œil pour situer chaque fois le scientifique qu’il rencontre dans son “milieu écologique” et résumer sa pensée avec la plus grande clarté. Sans jamais se substituer aux savants, humblement, François Herbaux cisèle leur pensée.

 

Mieux qu’une monographie érudite

Mieux encore qu’une monographie où un érudit développerait sa propre analyse, ici, l’auteur fait entrer en relation voire en contradiction les points de vue des différents intervenants, notamment celui de l’hérétique Pascal Arnaud qui soutient que Pythéas n’a jamais fait le voyage qu’il relate. On a donc un panorama complet de la difficile question Pythéas. On a même un choix des principales citations de son œuvre à la fin, traduites en français. Nous eussions été aux anges si l’on y eût inclus leur original grec. Après tout le grec n’est pas réservé aux érudits. L’auteur ne se prive pas d’ailleurs de signaler les problèmes de traduction quand il dit que la fantastique comparaison de la mer gelée dans le brouillard avec le “poumon marin” est tout simplement une comparaison avec la “méduse”.

Peut-être le seul oubli de l’auteur, ou bien de ses interlocuteurs, serait ce roman grec du deuxième siècle après J.-C., écrit par un certain Antoine Diogène, qui s’intitule Merveilles incroyables au-delà de Thulé. Nous le tenons pour le premier roman de science-fiction de tous les temps. Il se rapporte immanquablement à Pythéas en mettant dans son titre une référence à “Thulé”.

 

Ménentaupe

Nous avons beaucoup appris en lisant cet ouvrage. Il serait trop long de détailler nos découvertes. On connaît beaucoup Thulé. On connaît moins Corbilo, port de commerce antique sur la Loire, mentionné par Pythéas. L’auteur nous livre un portrait absolument extraordinaire de l’archéologue Loïc Ménenteau qui va partout fouillant Nantes et ses environs à la recherches de la ville oubliée de Corbilo. Les jardiniers du château d’Ancenis, excédés des fouilles intempestives de Ménenteau, l’ont même surnommé “Ménentaupe” (p. 92). Le personnage prend alors petit à petit un aspect mythique, entre le centaure et le Titan, et fait entrer le livre dans une autre dimension. Dès lors, ce n’est plus simplement de la vulgarisation géniale, c’est aussi, soyons Marseillais ! de la littérature, avec un grand L.

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 29)

« Rue des boutiques obscures »

(où il sera question de l’étymologie de boutique & bodega)

  Chronique linguistique des mots grecs du français populaire ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article quatre)✮✮✮

 

Rue des boutiques obscures, à Rome.
Rue des boutiques obscures, à Rome.

 

On ne peut que se réjouir de la gloire qui soudain frappe Patrick Modiano avec ce prix Nobel de littérature. Le titre de l’un de ses romans m’a frappé : Rue des boutiques obscures. Il s’agit en fait de la Via delle botteghe scure à Rome. Le nom de cette petite rue m’a toujours fait rêver, avec son parfum très médiéval… J’imaginais des échoppes sombres avec des artisans qui travaillent dans la pénombre. Je voyageais dans le temps.

 Et si le lecteur le veut bien, je l’inviterai au voyage.

 

Invitation au voyage

Il était une fois l’Orient. Le jour se lève. Nous sommes au IVe siècle après J.C. en Asie mineure, c’est-à-dire en Turquie actuelle. Plus précisément à Nysse, une bourgade de Cappadoce.

Le jour se lève, et les commerçants se précipitent pour aller dans le souk, ou plutôt, pour le dire en grec, dans l’ἐμπόριον [empórion]. L’appât du gain ! proteste l’évêque de l’époque, Grégoire de Nysse dans ses sermons sur le Notre Père. A l’aube, messieurs les commerçants, vous ne mettez pas tant d’énergie à prier, écrivait Grégoire de Nysse en substance, qu’à ouvrir votre entrepôt, ou pour le dire en grec, votre ἀποθήκη [apothêkê].

Cela rappelle une parabole de l’évangile à propos d’un gentleman farmer dont les propriétés agricoles sont florissantes : la récolte est tellement abondante qu’il n’a plus où l’engranger ! Que faire ? se demande-t-il. Καθελῶ μου τὰς ἀποθήκας καὶ μείζονας οἰκοδομήσω «Je détruirai mes granges et j’en construirai de plus grandes» (Luc 12,18). L’appât du gain, toujours ! Manque de chance, Dieu vient réclamer son âme à notre heureux propriétaire, cette nuit même.

En fait, le terme ἀποθήκη [apothêkê] veut dire tout simplement dépôt. La seconde partie du mot : -θήκη [thêkê] vient du verbe τίθημι ἔθηκα : «je pose», comme la βιβλιοθήκη [bibliothêkê] est un dépôt de livres. Le préfixe ἀπο- [apo] marque l’éloignement consistant à -poser à l’écart quelque chose.

 

Un dépôt de livre

 Grange, entrepôt, dépôt, on peut hésiter sur la traduction du mot. Dans un pamphlet, Lucien de Samosate, au IIe siècle après J.C., s’en prend à un ignorant qui achète des livres. L’idiot en question achète des livres parce qu’il croit, par son seul achat, pouvoir posséder ce savoir que détiennent les dépôts eux-mêmes de livres, c’est-à-dire les librairies : fétichisme consumériste très moderne (§ 5) :

τίνος οὖν ἀγαθοῦ ὠνῇ ταῦτα, εἰ μὴ καὶ τὰς ἀποθήκας αὐτὰς τῶν βιβλίων ἡγῇ πεπαιδεῦσθαι τοσαῦτα περιεχούσας παλαιῶν ἀνδρῶν συγγράμματα;

« A quoi bon achètes-tu ces (livres), sinon parce que tu penses que ces dépôts eux-mêmes de livres sont fort instruits puisqu’ils contiennent tant de traités des anciens ? » 

Il s’agit bien dans le contexte de librairie (et non de bibliothèque qui se dit βιβλιοθήκη) : il est question juste avant, au paragraphe 4, de grossistes de livres (ἐμπόροις) et de détaillants de livres (βιβλιοκαπήλοις). Il s’agit donc bien d’achat et de vente. On peut donc se demander si les commerçants du petit matin que blâme notre Grégoire de Nysse n’ouvrent pas leur échoppe, tout simplement, plutôt que leur entrepôt. Car dans le commerce de détail, le magasin est à la fois lieu de dépôt et lieu de vente. 

On remarquera à ce propos que le mot français magasin vient de l’arabe makhzan qui signifie littéralement entrepôt, du verbe khazana « stocker ». On aurait donc la même évolution de sens d’ « entrepôt » à « échoppe » dans deux cas parallèles : ἀποθήκη [apothêkê] et  magasin.

 

Pharmacie et cabaret

Le mot est passé au latin dès Cicéron, au Ier siècle avant J.C., sous la forme apothéca, avec le sens de « grange, grenier, cave, cellier… ». Bref, pas de changement notable, sauf peut–être un, une spécialisation qui va lentement émerger. L’homme qui était préposé à l’apothéca, était l’apothecarius. Le mot donnera en français l’apothicaire, c’est-à-dire celui qui à l’origine garde le dépôt des plantes médicinales à partir desquelles on fait un médicament. Mais, en français, le mot désigne « celuy dont la profession est de preparer les drogues pour la guerison des malades» comme le dit le premier dictionnaire de l’Académie française (1694). Et il cite une expression du temps : « Faire de son corps une boutique d’Apothicaire, pour dire, Prendre trop de remedes. » On ne s’étonnera pas que le mot apothéca se soit spécialisé dans le sens de « pharmacie » quand on connaît la tendance du corps médical  à chérir la langue d’Hippocrate et de Galien. Aujourd’hui encore, l’Apotheke en allemand signifie la « pharmacie ».

En espagnol, on dit cela : botica, « la boutique d’Apothicaire » pour reprendre les mots du dictionnaire précédent. Et on a un autre mot pour désigner un débit de boisson. C’est la bodega. Et cela deviendra chez les Négresses vertes une sorte d’équivalent de Dionysos dans la fameuse chanson « Sous le soleil de Bodega ». Evidemment, on a plus envie de chanter sous le soleil de Cabaret, que sous la pluie de Pharmacie. Mais cette personnification de Bodega, je l’avoue, je suis bluffé ! Dionysos les a inspirés, c’est sûr. Restons dans cette ambiance espagnole sans chercher tout de suite à expliquer le mot boutique du français.

 

Première difficulté : la chute du a initial.

Les deux mots botica et bodega forment un doublet, comme pâtre et pasteur en français, issus tous deux du latin : pastore(m) « berger ». Botíca et bodéga supposent que l’on a confondu le a- initial avec celui de l’article, quand il est apparu à la fin de l’Antiquité : illa apothéca est devenu (il)la *pothéca. Le même phénomène explique que l’on parle de l’arène en français («Galamment de l’arène à la tour Magne à Nîmes… ») tandis que l’on dit en italien la rena (qui signifie « le sable »). Jusque là rien que de banal.

 

Deuxième difficulté : le passage de p- à b-

Les choses se corsent un peu pour expliquer le passage de *pothéca à *bothéca. Frédérique Biville dans son livre Les emprunts du latin au grec, une approche phonétique, Louvain, 1990-1995, suppose ici l’influence d’un parler grec d’Italie du sud, peut-être de Tarente. Nous avons déjà rencontré ce phénomène avec la pyxis « la boîte » qui devait être prononcée [búxis][1] (comme nous l’avions expliqué dans le Lychnos n° 115, avril 2008, p. 74) ou avec Pyrrhus qui était dit Burrus.

Dans ce cas, il faut supposer que la chute du a- initial d’apothéca aurait eu lieu en grec. Or primo cela n’a pas laissé de trace en grec, on ne connaît pas de forme ποθήκη à ma connaissance. Secundo, en grec l’article est ἡ [ê] ou [i] et c’est plutôt un η initial qui a tendance à tomber, comme dans ἡμέρα [hêméra] qui devient μέρα [méra] dans l’expression καλὴ μέρα prononcée aujourd’hui [kalí méra] « bon jour ».

Il me semble plus simple de supposer qu’on a en latin tardif à la fois la disparition de l’a- initial et la transformation de p en b, comme on l’a déjà rencontré pour epíscopus « évêque »  qui devient obispo en espagnol et bishop en anglais avec chute du e- initial et sonorisation du p- en b- (voir Lychnos n° 120, juillet 2009, p. 31).

 

Troisième difficulté : le passage du e  au i

Cela se complique encore. Lecteur, fais une pause ici. On atteint le niveau expert… Voilà maintenant l’énigme : comment expliquer le i de botica en face du e de bodega ? Ajoutons que la boutico du provençal est exactement semblable à la botica espagnole. Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, tome II, p. 34-35 suppose que c’est l’influence grecque où le η était déjà prononcé [i].  Il faudrait donc supposer qu’on a eu une réaction savante qui a lutté pour prononcer le mot apothéca à la grecque : apothíca. Cette réaction aurait réussi à créer des doublets pas seulement en espagnol mais aussi dans les dialectes italiens : bottegha, bodiga, buttiga. Sur le même modèle tapis en français vient d’une réinterprétation à la grecque de ταπήτιον prononcé [tapition] alors que le mot latin tapetum a été emprunté à une époque où l’on pronoçait ce mot [tapition] et a donné l’italien tappete.

J’avoue que je ne comprends pas bien, si ce phénomène s’est produit ainsi, pourquoi l’on n’est pas carrément revenu à une forme grecque apothica.

Ne serait-il pas plus simple d’imaginer l’influence d’un mot très proche de botíca à savoir *buttícula qui a donné le français bouteille et l’italien bottiglia, l’anglais bottle etc.? De là viendrait tout simplement le i  de boutico,  botica ou buttiga… Si l’on accepte cela, la troisième difficulté est résolue.

 

Sur la taie de l’oreiller

Finissons maintenant en beauté par le français. Si le mot latin avait suivi son cours naturel dans le parler du Nord de la Gaule, on aurait dû avoir **boutaie au lieu de boutique. Posons mollement notre tête sur la taie de l’oreiller et réfléchissons. Du latin theca est issu le français taie. Le terme vient  à l’origine du grec θήκη [thêkê] « boîte, coffre ». Et le mot latin qui en est issu : théca prononcé populairement [téca] a donné lieu en dans le parler bas-latin du Nord de la Gaule à une diphtongue *teica.

A partir de la fin du IVe siècle le –c- intervocalique se sonorise en –g-. La consonne disparaît même après le Ve siècle : *teia. Le –a final laisse place à un -e (avant de disparaître) : teie. Le mot ensuite s’orthographie en toie puis en taie. Or on n’a pas en français **boutaie mais boutique.

Donc le mot est emprunté. A qui ? au provençal boutico où le o final est en fait relativement affaibli et équivaut au e  muet du français. Quant au ou, il est habituel : qu’on pense à la corona. Je parle de la couronne, pas de la bière. En français comme dans le provençal couronno, le o  se ferme en ou.  Boutico  est donc bien le produit en provençal de la forme botíca. En fait la première attestation en français a la forme de bouticle. Le mot désigne aussi bien selon Du Cange, Dictionnaire françois…, Niort, 1829 une « boutique » (en fait un étal de vendeur) qu’« un lieu de débauche » (sans doute un cabaret…) : déjà, voyez-vous, j’en suis sûr, sévissait le dieu Bodega !

Christian Boudignon

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 

 

 


[1] En transcription phonétique, u note le son ou du français et y le son u du français.

Janine Kaminski traduit un poème grec de « Vers où (Une histoire de guerre) » de Stavros Zaphiriou

« Le lion de Dresde »

 

► POESIE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 139, novembre 2014, article trois) ✮✮✮

Couverture du recueil Προς τα πού "Vers où" de Z. Stavros
Couverture du recueil Πρὸς τὰ ποῦ « Vers où » de Stavros ZAPHIRIOU

Stavros ZAPHIRIOU, Πρός τά ποῦ (Μιά πολεμική ἱστορία)—  Vers où (Une histoire de guerre), éditions Νεφέλη, Athènes, 2012. Traduction française par Janine Kaminski parue chez L’Harmattan, coll. Témoignages poétiques, Paris, 2014 (ISBN 978-2-343-03965), 64 pages, 10,50 €).

 

Stavros Zaphiriou est né à Thessalonique où il vit. Des poèmes et des œuvres en prose ainsi que des notes critiques et des études ont été publiés dans presque toutes les revues littéraires et circulent librement sur internet. Ses poèmes ont été traduits et publiés en italien, allemand, français (la revue O Λύχνος a publié quelques traductions de Χωρικά), anglais, espagnol et en langues balkaniques.

Πρός τά ποῦ, onzième ouvrage d’une œuvre poétique exigeante autant par la pensée que par l’expression, a reçu le 12 juin 2013 le prix de poésie décerné par la revue électronique Ο Αναγνώστης (Le Lecteur) — qui a succédé à Διαβάζω (Je lis).

Ce long poème en cinq chapitres est une méditation sur la guerre, sur l’histoire, sur l’homme, autour d’œuvres phare de la pensée germanique comme Faust, ou Le déclin de l’Occident, 1918-1922 d’Oswald Spengler, mais aussi en relation avec la crise actuelle de l’Europe, les tendances hégémoniques de l’Allemagne et la montée du néonazisme, particulièrement en Grèce.

Un de ces chapitres, « Le lion de Dresde », s’inspire de l’épisode le plus terrible et le plus polémique[1] de la seconde guerre mondiale : le bombardement de Dresde dans la nuit du 13 au 14 février 1945[2].

Ses sources historiques sont nombreuses, entre autres le célèbre ouvrage de David Irving, Le bombardement de Dresde[3], dont l’auteur n’utilise que la documentation et non les thèses très controversées.

Mais ce qui retient son attention, c’est le passage d’un roman de Martin Walser, Die Verteidigung der Kindheit[4]. Le récit d’une scène bouleversante : un lion échappé d’un cirque[5] cette nuit-là (comme tous les autres animaux) erre dans la ville incendiée, flaire les cadavres mais, arrivé auprès du corps d’un homme qui gît parmi eux, « il comprit que là-dessous quelqu’un était encore vivant et il se coucha tout de suite près de lui, se collant même étroitement à lui. »

« Le psychisme du lion, voilà mon thème » écrit S. Z. dans ces notes qui éclairent le poème sans lui enlever sa beauté terrifiante.

En réalité, il s’agit d’un lion qui erre dans le cimetière et se nourrit des cadavres sans sépulture. Dans la version romanesque cet instinct de survie se transforme en une nécessité de symbiose et de sympathie (« souffrir avec ») avec un autre être vivant. Le lion qui appartient à une civilisation primitive, la nature, est confronté à la civilisation technique de l’homme dont un des résultats les plus extrêmes peut-être est la guerre : l’innocence de l’instinct naturel est profané et se change en connaissance et reconnaissance de la vie et de la mort (c’est la conception « post-édénique » de Walser) – une connaissance qui conduit à la peur consciente. En acquérant cette connaissance, le lion entre en possession en même temps d’une intelligence des sentiments, il reconnaît les émotions : la peur, la sienne et celle de l’autre.

 

Statue allégorique du bien sur la Tour du Rathaus de Dresde, cliché R. Peter (1945), Wikicommons
Statue allégorique du bien sur la Tour du Rathaus de Dresde, cliché R. Peter (1945), Wikicommons

 

✮✮✮

 

Le lion de Dresde

I

Clara Singer, enterrée ici sous les décombres.

Henri Singer, vivant au numéro 7 de la Gartenstrasse, Koswig.

Mère, nous te cherchons, Ernst et Clara.

Franz, es-tu vivant ? Ton Elsi.

Où se trouve madame Brauner ?

Écrits à la craie sur un mur de Dresde.[6]

Nous devons nous attendre au retour de la folie,

à la venue d’une Apocalypse sous le travestissement du triomphe le plus absurde,

à la cohabitation de la nostalgie effrayante avec l’anormal.

 

Sous les horloges déprogrammées et entre les nefs du vide

– un nuage rouge opaque attache à ses franges les restes d’un vélo d’enfant ;

 

ce n’est pas un espace ici mais seulement de la chair et des bouches qui encore vivantes palpitent ;

 

ce qui reste d’une ville reflété dans les eaux instables des fleuves,

dans les hautes températures de l’air épuisé,

dans ces mots résistants au feu qui sont tressés comme une chevelure nuptiale :

 

JE VOUS PROMETS DU SANG, DE LA PEINE, DE LA SUEUR ET DES LARMES

JE VOUS PROMETS LA MORT[7]

 

Vous, qui ?[8]

Qui promet l’avenir intermédiaire,

l’avenir qui pendu au présent déjà s’effiloche ?

 

Devant qui fermerez-vous les yeux,

prenant part au jeu de la nuque qui se penche au bord d’un abîme vain,

apprenant que la lumière verticale ne peut produire aucune ombre ?[9]

 

Paysage dévasté de votre victoire,

éclats fichés dans les formes qui ornent les portes de la discorde ;

 

un homme ennemi fait rouler la roue,

tourne à l’envers la pesanteur des choses suspendues ;

 

ce même ennemi,

figure jumelle dans le moule de la justice[10],

éblouissement du char qui pétrifie sa face[11] ;

 

non l’ennemi mais la face indissociable,

la terreur d’une rhétorique qui rachète son arrogance verbale par sa réalisation :

 

NE RATEZ PAS LA CIBLE.[12]

NE RATEZ PAS LA CIBLE,

 

les engrenages concentriques qui font tourner à l’intérieur d’une tornade une autre tornade.

La nuit tout devient fin et cendre ;

un ange devant la vie[13],

pas de ciel ;

 

tout ce qu’il a annoncé

se trouve déjà en place.

 

 

II

 

Un ange voletant devant lui-même,

entendant seulement le bruit des moteurs.

 

Je n’avais pas du tout imaginé que même les cryptes des églises n’en réchapperaient pas,

et il a ri.

 

Jamais non plus il ne m’est passé par l’esprit qu’on liquide si simplement l’histoire,

et il a ri.

 

Un ange volète doucement,

survolant la vue de ses morts ;

 

lesquels ?

Quels sont ceux qui se glissent dans les profondeurs obscures de son rire ?

Qui les appelle et lesquels lui répondent ?

Quelles paroles enfouissent la voix sous d’autres paroles ?

 

 

III

 

Paysage dévasté de votre victoire ;

au même acte brûlent la scène et les spectateurs sous sa coquille.

La mort les a gardés au chaud en les recouvrant,

en pliant en deux le feu

en tirant jusqu’à leur front son voile plein de tendresse.

 

Lesquels ?

Lesquels a sauvés la grue des dieux ex machina,

qui papotent avec complaisance sur leurs solutions divines ?

Et auxquels le chœur fait-il prêter serment sur le sang de la race,

dans leur langue hantée par la rengaine des mythes ?

 

EIN VOLK, EIN REICH, EIN FÜHRER[14]

 

Un ange traverse ses sujets souriant,

selon les écritures,

pour offrir, comme il est d’usage, les consolations du lys.

 

Ein Volk, ein Reich, ein Führer

 

Un ange devant les murs dirigeant

la visée du souffle terrestre,

le regard continuel et inexpressif de ses dieux.

 

Qui ?

Qui a chanté les louanges de son désir édénique,

du démon qui a exalté l’âme du temps[15] ?

Et qui accorde depuis le début sa même foi

à l’avènement prédestiné de  la nouvelle succession ?

 

 

IV

 

Le jardin fleurira

sous les méandres des ossements,

lot indivisible donné à des membres divisés ;

 

la spire s’ouvrira[16],

dépensant toute la matière dans la courbe de son effort,

dotant chaque instant d’un temps nouveau.

 

Paysage dévasté de votre victoire ;

le ballet maladroit du lion,

se méprenant toute la nuit sur le rythme des mètres,

sur la liberté effrayée qui s’apprivoise

dans la surprise de sa reconnaissance ;

 

harmonisant les pas désordonnés de la peur,

peur dans la peur qui s’est soumise au cours d’un monde intermittent,

essayant de résoudre l’énigme de la frontière entre le sanglot et l’univers.

 

Les jointures se sont dispersées en poussière, le scintillement en scintillement,

chaleur prise au piège dans la fumée qui a ondulé au-dessus de la crinière,

amenant le pouls plus près de sa respiration,

le pas incertain de la fêlure des instincts ;

 

amenant plus près le diapason de l’horizon,

quand vibrent les battements du pouls en sons implorants,

gammes qui unissent le halètement de la vie effroyable à sa direction,

 

là, au creux asymétrique des cadavres,

dans la césure illisible de l’intemporalité ;

là où le cœur sauvage instruit du monde s’abandonne à la poitrine tremblante.

 

Là, où ?

Où le silence a-t-il acquis son étendue ?

Dans quelle rencontre muette a mûri la nécessité ?

 

Paysage dévasté de votre victoire ;

vide où résonnent les béquilles d’ombres lymphatiques ;

 

il y aura l’astre

qui regardera plus haut que son propre éblouissement ;

haut, haut, très haut,

jusqu’au rire ancien des anges.

 

Traduction et présentation Janine Kaminski

 

***

 

Τὸ λιοντάρι τῆς Δρέσδης

 

Ι.

Κλάρα Ζίνγκερ, θαμμένη εδώ

κάτω από τα χαλάσματα.

Χάινριχ Ζίνγκερ, ζωντανός στον αριθμό 7

της Γκάρτεν Στράσε, Κόσβιγκ.

Μητέρα, σε ψάχνουμε, Ερνστ και Κλάρα.

Φραντζ, είσαι ζωντανός; Η Έλσι σου.

Πού βρίσκεται η κυρία Μπράουνερ;

Γραμμένα μὲ κιμωλία σὲ τοῖχο στὴ Δρέσδη

 

 

Πρέπει νὰ περιμένουμε τὴν ἐπιστροφὴ τῆς μανίας,

τὸν ἐρχομὸ μιᾶς Ἀποκάλυψης παρενδυμένης τὸν πιὸ ἀσυνάρτητο θρίαμβο,

τὴ συγκατοίκηση τῆς τρομακτικῆς νοσταλγίας μὲ τὸ ἀνοίκειο.

 

Κάτω ἀπὸ τ᾽ ἀποχρονισμένα ρολόγια καὶ ἀνάμεσα στὰ κλίτη τοῦ κενοῦ

–ἕνα κόκκινο ἀδιαπέραστο σύννεφο δένει στὰ κρόσσια του τὰ λείψανα ἑνὸς παιδικοῦ ποδηλάτου·

 

δὲν εἶναι χῶρος ἐδῶ παρὰ μονάχα σάρκα καὶ στόματα ποὺ δονοῦνται ἀκόμη ζωντανά·

 

ὅ,τι σώθηκε ἀπὸ μιὰ πολιτεία καθρεφτισμένο στ᾽ ἀνερμάτιστα νερὰ τῶν ποταμῶν,

στὶς ὑψηλὲς θερμοκρασίες τοῦ ἐξαντλημένου ἀέρα,

σ᾽ αὐτὲς τὶς πυρίμαχες λέξεις ποὺ πλέκονται σὰν γαμήλια κόμη:

 

ΣΑΣ ΥΠΟΣΧΟΜΑΙ ΑΙΜΑ, ΛΥΠΗ, ΙΔΡΩΤΑ ΚΑΙ ΔΑΚΡΥΑ

 

ΣΑΣ ΥΠΟΣΧΟΜΑΙ ΘΑΝΑΤΟ

 

Ἐσᾶς, ποιός;

Ποιός ὑπόσχεται τὸ ἐνδιάμεσο μέλλον,

τὸ μέλλον ποὺ ἤδη κρέμεται ξεφτίδι στὸ παρόν;

 

Μπροστὰ σὲ ποιόν θὰ κλείσετε τὰ μάτια σας,

μετέχοντας στὸ παιχνίδι τοῦ τραχήλου ποὺ γέρνει στὸ χεῖλος μιᾶς κενόδοξης ἀβύσσου,

μαθαίνοντας πὼς τὸ κάθετο φῶς δὲν μπορεῖ νὰ σκιάσει καμιὰ δυνατότητα;

 

Ρημαγμένο τοπίο τῆς νίκης σας,

θραύσματα σφηνωμένα στὶς μορφὲς ποὺ κοσμοῦν τοὺς πυλὼνες τοῦ νείκους·

 

ἕνας ἄντρας ἐχθρὸς κυλᾶ τὸν τροχό,

στρέφει ἀνάποδα τὴ βαρύτητα τῶν κρεμασμένων·

 

ὁ ἴδιος ἐκεῖνος ἐχθρός,

πρόσωπο δίδυμο στὸ ἐκμαγεῖο τῆς κρίσης,

λάμψη τοὺ ἅρματος ποὺ πετρώνει τὴν ὄψη του·

 

ὄχι ὁ ἐχθρὸς μὰ ἡ ἀξεχώριστη ὄψη,

ὁ τρόμος μιᾶς ρητορικῆς ποὺ ἐξιλεώνει τὴ γλωσσική της ἔπαρση μὲ τὴν πραγμάτωσή της:

 

ΝΑ ΜΗ ΧΑΣΕΙΣ ΤΟΝ ΣΤΟΧΟ.

ΝΑ ΜΗ ΧΑΣΕΙΣ ΤΟΝ ΣΤΟΧΟ,

 

τὰ ὁμόκεντρα γρανάζια ποὺ γυρνοῦν μέσα στὴ μία λαίλαπα μιὰν ἄλλη.

 

Τὴ νύχτα ὅλα γίνονται κατάληξη κι αἰθάλη·

ἕνας ἄγγελος πρὸ τῆς ζωῆς,

καθόλου οὐρανός·

 

καθετὶ ποὺ ἔχει ἐξαγγείλει

βρίσκεται κιόλας στὴ θέση του.

 

 

ΙΙ.

 

Ἕνας ἄγγελος πρὸ τοῦ ἑαυτοῦ φτερουγίζοντας,

ἀκούγοντας μονάχα τὴ βουὴ τῶν κινητήρων.

 

Δὲν εἶχα διόλου φανταστεῖ πὼς οὔτε οἱ κρύπτες τῶν ναῶν θὰ τοὺς γλυτὠσουν,

καὶ γέλασε.

 

Οὔτε ποτὲ μοῦ πέρασε ἀπ᾽ τὸν νοῦ πὼς ξεπαστρεύεις τόσο ἁπλὰ τὴν ἱστορία, καὶ γέλασε.

 

Ἕνας ἄγγελος φτερουγίζει ἅπαλά,

ὑπεριπτάμενος τῆς θέας τῶν νεκρῶν του·

 

αὐτῶν, ποιῶν;

Ποιοί εἶναι αὐτοὶ ποὺ γλιστροῦνε στ᾽ ἀφώτιστα βάθη τοῦ γέλιου του;

Ποιός τοὺς φωνάζει καὶ ποιοί τοῦ ἀπαντοῦν;

Ποιά λόγια θάβουν τὴ φωνὴ κάτω ἀπὸ ἄλλα λόγια;

 

 

ΙΙΙ.

 

Ρημαγμένο τοπίο τῆς νίκης σας·

στὴν ἴδια πράξη φλέγονται ἡ σκηνὴ κι οἱ θεατὲς κάτω ἀπ᾽ τὸ κέλυφός της.

Ὁ θάνατος τοὺς φύλαξε ζεστοὺς σκεπάζοντάς τους,

διπλώνοντας στὰ δύο τὴ φωτιά,

τραβώντας ὣς τὸ μἐτωπο τὸ στοργικό της πέπλο.

 

Αὐτούς, ποιούς;

Ποιούς λύτρωσε ὁ γερανὸς τῶν ἀπὸ μηχανῆς,

ποὺ φλυαροῦν αὐτάρεσκα τὶς θεϊκές τους λύσεις;

Καὶ ποιούς ὁρκίζει ὁ χορὸς στὸ αἶμα τῆς φυλῆς,

στοιχειώνοντας στὴ γλώσσα τους τὴν ἐπωδὸ τῶν μύθων;

 

EIN VOLK, EIN REICH, EIN FÜHRER

 

Ἕνας ἄγγελος διασχίζει τὰ ὄντα του εὔχαρις,

κατὰ τὶς γραφές,

γιὰ νὰ προσφέρει, ὡς εἴθισται, τὰ νηπενθῆ του κρίνα:

 

Ein Volk, ein Reich, ein Führer

 

Ἕνας ἄγγελος πρὸ τῶν τειχῶν κατευθύνοντας

τὴ σκόπευση τῆς χοϊκῆς πνοῆς,

τὸ διαρκὲς κι ἀνέκφραστο κοίταγμα τῶν θεῶν του.

 

Αὐτός, ποιός;

Ποιός ἔψαλε τὰ ἐγκώμια τοῦ ἐδεμικοῦ του πόθου,

τοῦ δαίμονα ποὺ ψήλωσε τὴ χρονικὴ ψυχή;

Καὶ ποιός χαρίζει ἀπ᾽ τὴν ἀρχη τὴν ὅμοιά του πίστη

στὴν πεπρωμένη ἔλευση τῆς νέας διαδοχῆς;

 

 

IV.

 

Θ᾽ ἀνθίσει ὁ κῆπος

κάτω ἀπὸ τοὺς μαιάνδρους τῶν ὀστῶν,

κλῆρος δοσμένος ἀδιαίρετα στὰ διαιρεμένα μέλη·

 

θ᾽ ἀνοίξει ἡ σπείρα,

ξοδεύοντας ὅλη τὴν ὕλη στὴν καμπύλη τοῦ μόχθου της,

προικίζοντας κάθε στιγμὴ μ᾽ ἕναν καινούριο χρόνο.

 

Ρημαγμένο τοπίο τῆς νίκης σας·

ὁ ἀδέξιος χορὸς τοῦ λιονταριοῦ,

λαθεύοντας ὁλόνυχτα τῆν τονικὴ τῶν μέτρων,

τὴν τρομαγμένη ἐλευθερία ποὺ ἡμερώνεται

ἀπὸ τὸ ξάφνιασμα τῆς ἀναγνώρισής της·

 

ταιριάζοντας τ᾽ ἀνεμικὰ πατήματα τοῦ φόβου,

φόβου μέσα στὸν φόβο ποὺ ὑποτάχθηκε στὴ ροὴ ἑνὸς διαλείποντος κόσμου,

προσπαθώντας νὰ λύσει τὸ αἴνιγμα τοῦ ὁρίου ἀνάμεσα στὸν λυγμὸ καὶ στὸ σύμπαν.

 

Σὲ σκόνη σκόρπισαν οἱ ἁρμοὶ, σὲ στίλβη ἡ στίλβη,

θέρμη παγιδευμένη στὸν καπνὸ ποὺ λιχνὶστηκε πάνω ἀπ᾽ τὴ χαίτη,

φέρνοντας πιὸ κοντὰ τὸν σφυγμὸ στὴν ἀνάσα του,

τὸ ἀβέβαιο πέλμα στὴ ρωγμὴ τῶν ἐνστίκτων·

 

φέρνοντας πιὸ κοντὰ τὴ διαπασῶν τοῦ ὁρίζοντα,

καθὼς ριγοῦν οἱ παλμοὶ σὲ παράκλητους φθόγγους,

κλίμακες ποὺ ἑνώνουν τὸ λαχάνιασμα τῆς τρομερῆς ζωῆς μὲ τὴν κατεύθυνσή της,

 

ἐκεῖ, στὸ ἀσύμμετρο κούφωμα τῶν σορῶν,

στὴ δυσανάγνωστη τομὴ τῆς ἀχρονίας·

ἐκεῖ ὅπου ἡ ἄγρια καρδιὰ διδαγμένη τὸν κόσμο ἀφήνεται στὸν τρεμάμενο κόρφο.

 

Ἐκεῖ, ποῦ;

Ποῦ μέσα δέχτηκε ἡ σιωπὴ τὴν ἔκτασή της;

Σὲ ποιά βουβὴ συνάντηση ὡρίμασε ἡ ἀνάγκη;

 

Ρημαγμένο τοπίο τῆς νίκης σας·

ἄδειο ποὺ ἠχοῦν τὰ ξύλινα ποδάρια λυμφατικῶν σκιῶν·

 

θὰ ὑπάρξει τὸ ἄστρο

ποὺ θὰ κοιτάξει πιὸ ψηλὰ ἀπ᾽ τὸ δικό του θάμβος·

ψηλά, ψηλά, πολὺ ψηλά,

μέχρι τὸ ἀρχαῖο γέλιο τῶν ἀγγέλων.

 

 

 


[1]  D’où le double sens du titre grec, πολεμική voulant aussi bien dire « de guerre » que « polémique ».

[2]  Je cite les notes de S.Z. à ce sujet :

« Dresde, ville ouverte – trois bombardements alliés successifs

1 400 bombardiers et escorteurs

3 760 tonnes de bombes (explosives, incendiaires, au phosphore)

75 358 maisons détruites

135 000 morts (les estimations varient du chiffre minimum de 60 000 jusqu’au maximum de 250 000. »

[3]  1963.

[4]  1991 (non traduit en français).

[5]  Scène qui s’appuie sur des témoignages oculaires : un cirque se trouvait bien sur une des rives de l’Elbe et des animaux, dont un lion, s’en échappèrent. On donna l’ordre plus tard de les tuer sur place.

[6]  Documents photographiques du livre d’Irving.

[7]  Message de Churchill dans son premier discours de Premier Ministre au début de la guerre (mars 1940). (N.d.A.)

[8]  En écrivant ce poème, j’avais toujours à l’esprit le fait que, dans une guerre, les crimes sont également des crimes, quel que soit le côté où ils sont commis : la question « Vous, qui ? » est pour chacun qui se trouve l’arme à la main et est piégé sans autre possibilité que tuer ou être tué. (N.d.A.)

[9]  L’image du soleil vertical qui ne produit pas d’ombre sous laquelle s’abriter, comme l’ordre absolu ne laisse pas de marge. (N.d.A.)

[10]  Les adversaires constituent la version jumelle de la guerre. (N.d.A.)

[11]  Par référence au mythe de Persée et de Méduse, qui fut pétrifiée en se regardant dans le bouclier-miroir de Persée. Ici les adversaires sont pétrifiés en se regardant l’un l’autre dans l’éclat du « char » (les avions, les bombes) qui mène au « territoire dévasté de la victoire ».) (N.d.A.)

[12]  C’est-à-dire les habitations…

[13]  L’ange provient d’une association d’idées avec la Vierge à l’enfant tout entourée d’anges, une des plus célèbres Madones de Raphaël, ayant appartenu à la ville de Dresde, tombée aux mains des soviets à la chute de la ville et revenue aujourd’hui au Zwinger, dans la salle des peintures. (N.d.A.)

[14]  « Un peuple, un empire, un chef » : slogan des nazis apparu pour la première fois sur une affiche de propagande en mars 1938, immédiatement après l’annexion de l’Autriche. [N.d.A.]

[15]   L’optique du poème porte maintenant sur le temps après la défaite : la mémoire historique, propre à l’âme occidentale (d’après Spengler), ironiquement nommée ici par l’auteur « l’âme du temps » (l’âme dans le temps) est à nouveau exaltée par le génie (le démon) du destin de la race dans la croyance que, malgré sa défaite, l’empire vaincu renaîtra encore plus fort (d’où la même phraséologie néonazie). (N.d.A.)

[16]  La spire, symbole du temps cyclique (qui est la conception des anciens Grecs, toujours d’après Spengler), en s’ouvrant détruit son symbole, dotant le temps d’un nouveau départ et un recommencement à partir de rien. (N.d.A.)

Sambuque, par Jean-Claude Rolland

SAMBUQUE

Où il sera question du sureau, d’instruments de musique,

d’une machine de guerre, de sabots, et de selles d’amazones[1]

 

 ETYMOLOGIE  ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article deux) ✭✭✭

 

La sambuca, un alcool de sureau italien (Wikicommons)
La sambuca, un alcool à base de fleurs de sureau italien (Wikicommons)

Une certaine confusion règne chez les lexicographes et étymologistes autour du mot sambuque. C’est ainsi que Le Petit Robert (1972) écrit sans sourciller que le mot est issu de sambuca « sorte de flûte », du latin sambuca, du grec σαμβύκη [sambúkê], et que la première acception du mot est « instrument de musique à cordes pincées, sorte de harpe en usage dans la Grèce antique » ! L’instrument à vent, au fil du temps, se serait donc métamorphosé en un instrument à cordes ! Quant au Dictionnaire historique de la langue française (Robert, 1992), dans l’article consacré à ce mot, il ajoute la forme sambue et le sens de «housse de selle » ! Trois sens aussi distants les uns des autres pour une même forme sont pourtant, en général, un indice fort d’une homonymie précédée d’une paronymie. Nous allons le vérifier assez facilement pour les deux premiers.

Et d’abord, quel est le genre de ce mot, masculin ou féminin ? De tous les ouvrages consultés, le Dictionnaire de l’armée de terre ou recherches historiques sur l’art et les usages militaires des anciens et des modernes, par les généraux Etienne Alexandre Bardin et Oudinot de Regio, Volume 8, p. 4774, est le seul à établir clairement la différence entre les deux homonymes : cet ouvrage distingue en effet entre LA sambuque, qui désigne aussi bien la harpe que la machine de guerre qui en a la forme, et LE sambuque, qui désigne le sureau et la flûte. Il suffisait de respecter les genres des étymons latins.[2]

I. Le sureau et la flûte (ou le sambuque)

Oui, le nom masculin sambuque – qu’il aurait mieux valu continuer d’écrire sambuc comme on le faisait encore en moyen français – désigne effectivement le sureau, tout comme son étymon latin sabūcus ou sambūcus « sureau ». Voyons ce qu’en dit Littré :

Le latin est sambucus, donnant le provençal sambuc, le portugais sabugo et l’italien sambuco. Mais à côté est sabucus, qui a donné régulièrement l’ancien français seü. Les patois y concordent : Berry, seû, seue, suis, suyau ; wallon, sawe, sawon, sahon ; namurois seusse ; picard, séu ; poitou, seu ; génevois saü, saiu ; vaudois, suau, sahu, sau ; Franche-Comté, saivu, seu ; normand et Maine, seur. Comment les patois ont-ils de seu fait seur, par l’addition d’une r, on ne le sait ; mais le fait est là. De seur il a été facile de passer au diminutif sureau ; on y a passé dès le XIVe siècle.[3]

Dans le bois de sureau, on a taillé une flûte, appelée le sambuc ou sambuque en français, la sambuca en provençal. À partir des fleurs de sureau on fait toujours en Italie une liqueur appelée sambuca [dont on voit une bouteille dans la première illustration]. Et comme on pourra le vérifier dans l’ouvrage d’André Pégorier, Les noms de lieux en France, 2006, p. 417, le mot perdure en toponymie sous de très nombreuses formes selon les régions, dont celles vues plus haut données par Littré.

Mais d’où vient donc le latin sa(m)būcus ? Ernout et Meillet, dans leur Dictionnaire étymologique de la langue latine, l’ignorent et se contentent d’un laconique : «Sans correspondant, sauf peut-être le dace σεβα [seba] .»

Notre hypothèse personnelle est qu’il vaudrait la peine d’envisager la piste persane, compte tenu du pehlevi zanbak, zambag et du persan zambak, “huile de jasmin ;“flûte, tuyau”, qui a donné l’arabe zanbaq ou zanbiq (prononcé zambak ou zambik), “lys, iris ; tulipier”[4].

II. La harpe et le sabot (ou la sambuque σαμβύκη)

Qu’en est-il du nom féminin sambuque ? Ici les choses sont beaucoup plus claires et il y a peu à redire à l’article du Trésor de la Langue Française qui lui est consacré, sauf qu’on est en droit de s’étonner de l’ordre des acceptions :

A (Art militaire) Machine de guerre en forme de grande échelle mobile surmontée d’une plate-forme,utilisée pour faire le siège des fortifications, des châteaux forts. Ex. On avança les échelles de corde, les échelles droites et les sambuques, c’est-à-dire deux mâts d’où s’abaissaient, par des palans, une série de bambous que terminait un pont mobile. (Flaubert, Salammbô)

B (Musique) Petite harpe triangulaire à quatre ou cinq cordes, produisant un son aigu.

On se serait attendu, en conformité avec l’étymologie, à voir logiquement apparaître d’abord l’instrument de musique, puis la machine de guerre. En effet, aussi bien le grec σαμβύκη [sambúkê] que sa forme latinisée sambuca ont tous deux d’abord désigné un instrument de musique, une sorte de harpe triangulaire, avant de désigner une machine de guerre qui lui ressemblait, comme on peut en juger par les illustrations ci-dessous :

 

harpe antique
harpe antique

 

Machine de guerre appelée sambuque.
Machine de guerre appelée sambuque.

En ce qui concerne l’origine du mot grec, « emprunt oriental certain, dit Chantraine dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, mais dont l’origine est inconnue. »

Notre hypothèse personnelle, précédée de deux nouvelles illustrations :

sabot d'enrayage
sabot d’enrayage

 

sabot de cheval
sabot de cheval

L’illustration du haut représente un sabot d’enrayage, outil de «cheminot », et celle du bas, la partie frontale du sabot d’un équidé. On aura compris où nous voulons en venir : oui, il nous semble légitime, pour cette raison d’analogie de forme, de rapprocher le grec σαμβύκη [sambúkê] du persan sumbuk, “sabot de cheval”, lequel est issu du pehlevi sumb, “ongle, sabot des quadrupèdes”, apparenté à l’avestique safa, au sanskrit saphah, à l’anglais hoof, qui tous remontent à la racine indo-européenne *kapho-, “sabot de quadrupède”. L’emprunt s’est probablement fait indirectement, par l’intermédiaire de l’araméen sabbekha, nom d’un instrument à cordes (Bible, Daniel, III, 5, 7, 10).

Il serait ici hors sujet d’aborder le problème de l’étymologie du mot sabot lui- même qui, après avoir déjà fait couler beaucoup d’encre, n’est toujours pas résolu. Nous nous permettrons néanmoins, sans autre commentaire, d’attirer l’attention sur la ressemblance morphosémantique troublante entre sabot et la petite liste de mots donnée dans le paragraphe précédent.

 

III. La selle de cheval de Madame (ou la sambue).

Reste à élucider l’origine de cette forme sambue, «couverture de cheval; selle de femme» à laquelle Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXème au XVème siècle, Paris, 1880-1895, consacre un assez long article, qu’il complète par une petite notice sur un homonyme utilisé –suite à une évidente attraction paronymique – avec le sens de sambuque, (ce qui est bien différent de dire, comme on peut le lire dans le Dictionnaire historique de la langue française, que le mot sambuque a eu le sens de “housse de selle”). Quoi qu’il en soit, le mot a disparu des dictionnaires usuels contemporains mais il reste vivant en tant que terme d’équitation historique, comme on s’en convaincra en le tapant dans un moteur de recherche.

selle de dame (médiévale) ou sambue
selle de dame (médiévale) ou sambue

Notre hypothèse personnelle : nous ne savons pas encore quel mot arabe a pu servir d’intermédiaire entre l’Orient et l’Occident, mais nous pouvons légitimement rapprocher sambue d’un autre mot persan, zīn-pōš, «couverture de selle», où zīn =selle, et pōš =couverture (cf. babouche «couverture du pied » et tarbouche «couverture de la tête). Le mot –qui devait normalement se prononcer zīmpōš –a très bien pu être emprunté par l’arabe sous la forme *sambūš. Des correspondants germaniques de sambue, à savoir sambuoh, sambiih, sambuch, accréditent, semble-t-il, notre hypothèse. Comment ce mot arabe, que l’espagnol et l’italien ignorent, est-il parvenu jusqu’en Europe ? Nous ne serions pas autrement étonné que les Croisés français et allemands l’aient rapporté, probablement avec quelques autres, de leurs fameuses expéditions moyen-orientales.

Jean-Claude Rolland


[1] Remerciements, pour leurs contributions, à Philippe Zimmermann, Hervé Barrier et Didier Bertrand.

[2] Voir dans le dictionnaire latin de F. Gaffiot, les articles sambuca et sambucus.

[3] Merci à Michel Masson de nous permettre d’ajouter à cette liste le mot seuillon, courant dans son enfance en Champagne (Forêt d’Othe).

[4] Il est notoire qu’avant Linné, en passant d’une langue à une autre, les mêmes termes de botanique ou de zoologie ont le plus souvent désigné des espèces différentes.

Petite histoire de l’hellénisme, par Pierluigi Lanfranchi

« Ils reflétaient la beauté de la Grèce »,

une petite histoire de l’hellénisme

➤  λύχνος n° 139, novembre 2014, article premier ✮✭✭

 

Opéra d'Etat de Prague, cliché Andreas Praefcke
Opéra d’Etat de Prague, cliché Andreas Praefcke

 

« Le fertile génie » de « la race hellénique »

Dans son L’Hellénisme en France : leçons sur l’influence des études grecques dans le développement de la langue et de la littérature française, publié en 1869, Emile Egger, professeur de grec ancien à la Sorbonne et membre de l’Institut, explique ainsi les raisons de la longue tradition de l’étude du grec en France :

« Cette éducation de toute la jeunesse qui se destine aux professions libérales, cette préparation de jeunes intelligences à l’aide des modèles et des préceptes de la Grèce antique, n’a pu se propager et se soutenir chez nous que parce qu’elle développe dans les esprits et dans les âmes un fonds d’idées et de sentiments qui nous est commun avec la race hellénique. Par leurs qualités, en effets, et par leurs défauts les Français et les Grecs se ressemblent en bien de points, malgré la distance des temps et des lieux, et cette analogie profonde nous prédispose à rester en communion fidèle avec les générations depuis si longtemps éteintes, mais qui nous ont laissé tant de monuments de leur fertile génie » (p. 11).

Pour Egger, qui se sentait à la fois profondément hellène et profondément français, même si sa famille était d’origine autrichienne, les traits communs entre les Gaulois et les Grecs doivent être cherchés dans le courage, l’esprit belliqueux, le mépris de la mort, le patriotisme, la passion pour l’éloquence, l’idéal de la liberté civique et politique, que les Grecs ont inventés les premiers et que les Français ont définitivement proclamés en 1789.

Cet ensemble d’idéaux inventés par les Grecs de l’époque classique et dont l’ « Européen civilisé de notre Occident », pour reprendre une expression d’Egger, est l’héritier légitime, forme ce qu’à partir du XIXe siècle on appelle « Hellénisme ». Quelques générations plus tard, Gilbert Murray, regius professor de grec à l’Université d’Oxford, dans la préface à un volume collectif significativement intitulé The Legacy of Greece (Oxford 1921), résumait l’idéal de l’Hellénisme dans « la quête de la Vérité, de la Liberté, de la Beauté et de l’Excellence ».

 

L’Hellénisme ou l’art de bien parler

On chercherait en vain cette signification du mot « Hellénisme » dans les dictionnaires du XVIIIe siècle. Dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie Française de 1762, sous l’entrée « hellénisme » nous lisons : «Tour, expression, manière de parler empruntée du Grec, ou qui tient au génie de cette Langue ». Hellénisme, dont la première attestation en français date de 1580, n’indique que ce que nous appelons aujourd’hui un « grécisme ». Il faut attendre l’édition du Littré de 1872-1877 pour trouver une définition non seulement linguistique mais aussi culturelle de l’Hellénisme en tant qu’ «ensemble des idées et des mœurs de la Grèce », définition qui sera intégrée dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie de 1932-35.

Le mot « Hellénisme » vient bien évidemment du grec Ἑλληνισμός. Comme en français, de même en grec, le mot possède une signification linguistique et une signification culturelle. Diogène Laërce nous informe que le philosophe stoïcien Diogène de Babylone (IIIe-IIe siècles a.n.è.) distinguait cinq qualités du discours : « Les qualités du discours sont au nombre de cinq : l’hellénisme, la clarté, la concision, la convenance et l’ornement. L’hellénisme est mode d’expression correct pour sa conformité au bon usage et non pas à l’usage vulgaire »  Ἀρεταὶ δὲ λόγου εἰσὶ πέντε, Ἑλληνισμός, σαφήνεια, συντομία, πρέπον, κατασκευή. Ἑλληνισμὸς μὲν οὖν ἐστι φράσις ἀδιάπτωτος ἐν τῇ τεχνικῇ καὶ μὴ εἰκαίᾳ συνηθείᾳ (Vies des philosophes VII, 59). L’hellénisme est le fait de parler la langue grecque d’une façon correcte. Des traités περὶ Ἑλληνισμοῦ sont attribués à différents grammairiens et rhéteurs: Séleucos, Ptolémée d’Aschalon, Philoxène et Tryphon.

 

L’Hellénisme contre le Judaïsme

L’emploi d’Hellénisme pour indiquer les mœurs grecques se trouve pour la première fois dans la Septante, précisément dans le Deuxième livre des Macchabées, qui se présente comme un résumé d’un ouvrage écrit par l’historien juif Jason de Cyrène sur la guerre de Judas Macchabée et de ses fils contre les Séleucides jusqu’à la victoire remportée par les insurgés juifs en 161 avant notre ère.[1] A l’époque du roi Antiochos IV, à Jérusalem un certain Jason, qui a usurpé le pontificat, demande au roi séleucide l’autorisation d’établir un gymnase et une éphébie et de transformer la ville en une cité grecque. Le roi accepte et Jason « change le mode de vie traditionnel des ses compatriotes avec le mode de vie hellénique » (II Macc. 4, 10 : πρὸς τὸν Ἑλληνικὸν χαρακτῆρα τοὺς ὁμοφύλους μετέστησε), « il abroge les institutions légitimes et introduit des usages contraires à la Loi » (II Macc. 4, 11 : τὰς μὲν νομίμους καταλύων πολιτείας παρανόμους ἐθισμοὺς ἐκαίνιζεν). Cela ne semble pas déplaire à l’élite de Jérusalem :

« L’hellénisme et la pénétration étrangère atteignirent un tel degré par suite de l’excessive perversité de Jason, un impie et non un grand prêtre, que les prêtres ne montraient plus aucun empressement pour le service de l’autel, mais que méprisant le Temple et négligeant les sacrifices, ils se hâtaient de participer dans la palestre aux distribution d’huile, prohibées par la Loi, dès que l’appel du gong avait sonné. Ils ne faisaient aucun cas des honneurs de leur patrie, et ils estimaient au plus haut point les gloires helléniques. Aussi est-ce pour ces raisons qu’ils se trouvèrent ensuite dans une situation pénible et qu’en ceux-là mêmes dont ils cherchaient à copier les façons de vivre et auxquels ils voulaient ressembler en tout, ils rencontrèrent des ennemis et des bourreaux. On ne viole pas sans inconvénient les lois divines, c’est ce que la période qui suit va montrer » (II Macc. 4, 13-17, trad. TOB).

On voit qu’ici le terme Ἑλληνισμός n’indique pas simplement une situation linguistique, mais une réalité culturelle, un style de vie, qui est synonyme de perversion, de débauche, de violence, d’idolâtrie. A la différence de l’usage moderne exclusivement positif du terme, sous le calame de l’auteur du Deuxième livre des Macchabées, l’hellénisme représente tout ce qu’il y a de plus mauvais et abominable, par opposition au Ἰουδαϊσμὸς – un néologisme de notre auteur forgé par analogie avec Ἑλληνισμός – pour lequel le docteur de la Loi Ezéchias, les sept frères et leur mère subissent le martyre et pour lequel Judas Macchabées et ses fils se battent héroïquement. Il peut paraître curieux que l’auteur de II Macchabées exprime sa critique à l’Hellénisme dans la langue même des ennemis du Judaïsme et dans le genre littéraire typiquement hellénistique de l’historiographie pathétique. Pour paraphraser Horace on pourrait dire : Hellenismus captus ferum victorem cepit[2]. Si les Macchabées ont su s’opposer avec succès à la domination étrangère, ils n’ont pas pu empêcher l’hellénisation de la Judée. Le grec est devenu l’une des langues parlées par les juifs non seulement en Diaspora, mais aussi en Palestine et une littérature juive en grec a fleuri, qui parfois – comme dans le cas des livres des Macchabées – a exprimé une opposition farouche aux valeurs de l’Hellénisme. Dans des temps moins reculés, on a vu les colonisés utiliser la langue du colonisateur pour exprimer l’opposition à l’impérialisme politique et culturel européen et revendiquer sa propre culture, son histoire et ses racines. La « négritude » d’Aimé Césaire n’est-elle pas un néologisme français ?

 

Hellénisme : le paganisme

Les chrétiens ont repris la signification négative d’Hellénisme élaborée par le judaïsme hellénistique. Pour les chrétiens, ἕλλην désigne le païen par opposition au Juif et au chrétien. A partir de la fin du IVe siècle, les auteurs latins traduiront constamment le terme ἕλλην par paganus (par ex. Rufin traduit le titre de l’ouvrage perdu de Justin Πρὸς Ἕλληνας par Contra paganos ; Marius Victorinus dans De homoousio recipiendo 1 écrit :  Graeci, quos Ἕλληνας vel paganos vocant, multos deos dicunt, Iudaei vel Hebraei unum, nos, quia posterior veritas et gratia est, adversum paganos unum deum dicimus adversum Iudaeos patrem et filium : « Les Grecs que l’on appelle Ἕλληνας ou païens, affirment l’existence de plusieurs dieux ; les juifs ou Hébreux, d’un seul ; nous, parce que la vérité est advenue même après la grâce, nous affirmons l’existence d’un seul dieu contre les païens, et qu’il est Père et Fils, contre les juifs » ). De même, dans la vision tripartite de l’humanité typique de la pensée chrétienne, l’« Hellénisme » indique le paganisme, par opposition au judaïsme et au christianisme (cf. par ex. Eusèbe, Vie de Constantin 2, 44 ; Praeparatio Evangelica 1, 5, 12). L’empereur Julien essayera de soustraire aux chrétiens le monopole sur le mot Hellénisme. En écrivant à Arsace, grand prêtre païen de la Galatie, Julien se plaint du fait que « l’Hellénisme ne fait pas encore les progrès que l’on devait attendre » (Lettre 84). Pour Julien l’Hellénisme est l’héritage de la civilisation classique que l’ « athéisme » des chrétiens menace de détruire et que l’empereur se propose de restaurer. La tentative de la part de l’empereur Julien de redonner un sens positif à l’Hellénisme était destinée à échouer ainsi que son projet de ‘revival’ de la religion polythéiste. La signification d’Hellénisme en tant que paganisme va s’imposer. C’est ainsi que les Byzantins, qui se considéraient non pas comme des Ἕλληνες, mais comme des Ῥωμαῖοι, pouvaient tranquillement qualifier un Sarrasin de ἕλλην (cf. Jean Moschos, Pratum spirituale 133). Les Perses, les Zoroastriens, les Arabes, les Russes avant leur conversion au christianisme et même les Chinois sont considérés par les Byzantins comme des Hellènes, un mot auquel on n’attribuait donc aucune valeur ethnique, mais exclusivement religieuse.[3]

 

L’Hellénisme contre les Occidentaux latins

Les choses commencent à changer à partir du Xe siècle, avec l’éclosion de ce qu’on appelle l’humanisme byzantin, lorsqu’on assiste à une progressive réhabilitation du terme Ἑλληνισμός. Mais c’est seulement après la conquête de Constantinople par les croisés en 1204 et la fondation dans la capitale byzantine d’un Empire et d’un Patriarcat latins, que ce terme sera repris par les Byzantins pour indiquer leur identité ethnique. Comme les Λατῖνοι – c’est-à-dire les Occidentaux – revendiquaient aussi leur « Romanité »,  les Byzantins furent obligés de trouver un terme alternatif pour indiquer leur identité nationale dans un Empire qui avait désormais perdu son caractère multiethnique et s’étendait seulement sur des territoires hellénophones. Ils récupérèrent donc le mot Ἕλληνες qui renvoyait à une tradition glorieuse.[4]

Ce sens ethnique demeure dans le grec moderne et il prend une teinte nationaliste dans la notion de « néohellénisme », l’idéologie d’une culture nationale grecque, qui émerge au XIXe siècle dans la lutte contre la domination ottomane. Le mot qui pour les intellectuels européens était synonyme d’universalisme, pour les nationalistes grecs est indissolublement lié à une dimension territoriale, à la topographie même de l’Hellas, la réalité géopolitique fondée comme royaume dans les année 30 du XIXe siècle et transformé en Etat républicain par un référendum en 1974[5]. Mais comme il y a des Grecs aussi en dehors des frontières nationales, on a dû tenir compte aussi de la dimension de l’hellénisme. Ainsi dans un dictionnaire de grec moderne à l’entrée Ελληνισμός on lit : το σύνολο των Ελλήνων, ως φορέας κοινής πολιτιστικής παραδοσής και δημιουργίας  (« l’ensemble des Grecs, en tant que porteurs d’une tradition et d’une création culturelle commune »), sans référence à une dimension territoriale. Mais le grec a gardé aussi le terme Ρωμιοσύνη, « romanité » pour indiquer plus proprement la Grèce moderne.

 

Le monde contemporain a-t-il encore besoin du mythe de la Grèce ancienne ?

Mais qu’en est-il aujourd’hui de l’hellénisme en tant qu’ensemble des valeurs et d’idéaux que la tradition européenne aurait hérité de la Grèce ancienne ? Comme beaucoup d’autres « grandes narrations » que la modernité a forgées, l’idée d’hellénisme n’a pas échappé aux critiques post-modernes, post-coloniales et féministes. Au lieu de représenter les valeurs de l’humanisme et les vertus éthiques universelles, il incarnerait les pires défauts de la tradition occidentale : l’impérialisme, l’ethnocentrisme et le provincialisme européen, la justification morale de l’esclavage et de la domination du mâle sur la femme, etc.[6] On dirait qu’on est revenu à la critique que l’auteur du livre des Maccabées adressait à l’hellénisme en tant que culture et mode de vie des colonisateurs indifférents aux traditions de l’Autre. James Porter a récemment souligné la faiblesse du concept d’hellénisme, son caractère rétrospectif et nostalgique, le fait qu’il ne se réfère à rien de réel et qu’il ne constitue qu’une mythologie dont la modernité a eu besoin pour s’auto-définir, comme Nietzsche l’avait déjà compris[7]. Trop liée à une vision européocentrique de la culture qui oppose les dépositaires de la civilisation aux barbares qui la menacent de l’extérieur, la mythologie de l’hellénisme ne peut pas être partagée par tous les membres de notre société multiculturelle, dont un nombre de plus en plus important provient d’autres traditions, étrangères à la gréco-romaine. Il semble inévitable de conclure que l’hellénisme ne se porte pas très bien en ce moment et que le monde contemporain n’a plus besoin désormais du mythe de la Grèce ancienne pour bâtir sa propre identité et trouver des réponses aux questions qui le hantent.

 

« Ils reflétaient la beauté de la Grèce »

Qu’est-ce qui nous reste à faire ? Devons-nous nous associer à ce de profundis de l’hellénisme ? Tandis que j’écrivais ces quelques pages, il m’est venu à l’esprit un passage d’Une trop bruyante solitude (1965) de l’écrivain tchèque Bohumil Hrabal. Le roman raconte l’histoire de Hanta, un ouvrier qui depuis 35 ans dans le sous-sol d’un vieil immeuble presse des vieux livres à mettre au pilon. Mais dans chaque parallélépipède que la machine forme avec les vieux volumes, Hanta cache un livre ouvert sur une page avec une phrase d’un philosophe ou d’un poète. Un jour en marchant dans les rues de Prague pour regagner son souterrain, après avoir aperçu dans les égouts, avec ses yeux « tels des rayons X », les armées des rats qui rongent tout, Hanta soulève vers le ciel son regard rempli de larmes et voit ce qu’il n’avait jamais remarqué : « les façades, les frontons des immeubles, des bâtiments publics offraient un miroir à toutes mes aspirations, à tous les rêves de Goethe et de Hegel, ils reflétaient la beauté de la Grèce, l’hellénisme, modèle et but ; j’y voyais l’ordre dorique, ses colonnes, ses triglyphes et ses corniches, les frises et les volutes ioniques, les feuilles d’acanthe corinthiennes, des vestibules de temple, des cariatides, des balustrades jusqu’aux toits des maison (…) Si Prague regorge tant d’esprit grec sur ses façades mais surtout dans la tête de ses habitants, c’est seulement grâce aux lycées classiques et aux facultés de lettres qui gonflèrent de la Grèce et de Rome des millions de cerveaux tchèques. Et, pendant que dans les égouts de la capitale deux clans de rats se repoussent dans une guerre apparemment absurde, des anges déchus travaillent dans les caves, des hommes cultivés, vaincus dans une bataille qu’ils ne menèrent jamais, mais qui malgré tout, ne cessent de perfectionner la description du monde » (trad. Anne-Marie Ducreux-Palenicek). Je laisse au lecteur la tâche d’interpréter à son goût l’allégorie de Hrabal. Je signale seulement que dans l’édition italienne que j’ai lue, la dernière phrase est traduite différemment : « mais qui malgré tout, ne cessent de travailler pour une image plus humaine du monde ».

 

Pierluigi Lanfranchi

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille.

 

 


[1] Sur la signification du mot dans la Septante, cf. G. Dorival, « The Septuagint Between Judaism and Hellenism », in W. Kraus, S. Kreuzer (éds.), Die Septuaginta – Text, Wirkung, Rezeption, Tübingen 2014, 27-29.

[2] « L’hellénisme vaincu prit l’épée de la victoire » paraphrase : Graecia capta ferum victorem cepit « la Grèce vaincue prit l’épe de la victoire » (malgré sa défaite, la Grèce sort culturellement victorieuse de son affrontement avec Rome).

[3] Cf. A. Kaldellis, Hellenism in Byzantium. The Transformations of Greek Identity and the Reception of the Classical Tradition, Cambridge 2007, 122.

[4] Cf. K. Lechner, Hellenen und Barbaren im Weltbild der Byzantiner, München 1954, 65.

[5] Cf. A. Leontis, Topographies of Hellenism. Mapping the Homeland, Ithaca (NY) 1995.

[6] Cf. par ex. V. Lambropoulos, The Rise of Eurocentrism. Anatomy of Interpretation, Princeton 1993.

[7] J. Porter, « Hellenism and Modernity » in B. Graziosi, P. Vasunia, G. Boys-Stones, Oxford Handbook of Hellenic Studies, Oxford 2009.