Archives de catégorie : Actualités / News

Giuseppe Frappa présente un site extraordinaire sur la poésie grecque et latine

► POESIE GRECQUE ANCIENNE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article six) ✮✮✮

Homère et Virgile sans peine sur internet

www.poesialatina.it

 

Ingres, L'apothéose d'Homère, 1827, Musée du Louvre  (Wikicommons)
Ingres, L’apothéose d’Homère, 1827, Musée du Louvre (Wikicommons)

 

[Par le plus grand des hasards nous avons rencontré à Aix-en-Provence un linguiste proprement génial spécialisé dans les débuts des langues romanes, Giorgio Cadorini. Au cours de discussions passionnantes, il nous a fait découvrir l’incroyable site internet d’un professeur de Lettres classiques italien à la retraite, à Udine : Giuseppe Frappa. Eblouis, nous lui avons réclamé illico une présentation  Urbi et Orbi, pour ainsi dire,  de ce site dont la particularité est l’amour de la poésie grecque et latine.]

Présentation du site internet : www.poesialatina.it

 

Le site internet www.poesialatina.it se propose comme objectif de diffuser la connaissance de la littérature grecque et romaine en utilisant les ressources offertes par la technologie de l’internet.

Dans les limites du possible, le site s’adresse autant à un public écolier et universitaire qu’à toutes les personnes qui veulent approfondir leur connaissance de la langue et de la littérature grecque et romaine par pur intérêt culturel.

Voici une présentation synthétique des contenus proposés dans les diverses section qui composent le site.

La section dédiée à la Poésie latine propose une ample collection de textes poétiques de la latinité (plus de 60 auteurs), enrichis en général d’un apparat métrique qui permet de visualiser soit le schéma métrique des différentes compositions poétiques soit la quantité brève ou longue de chaque syllabe. L’usager a aussi la possibilité de faire apparaître certains phénomènes phonétiques caractéristiques (élision, allitération, homéotéleute, monosyllabes finaux). Il ne s’agit en principe que d’un point de départ pour la construction d’une base de données qui permettrait de mettre en parallèle de façon approfondie les tendances stylistiques, conscientes ou non, des différents auteurs à l’intérieur d’un même genre poétique.

La section dédiée à la Langue latine est constituée d’une série de pages interactives qui permettent à l’usager de vérifier sa propre connaissance de certains aspects de la morphologie (déclinaison des substantifs, pronoms et adjectifs, conjugaison des verbes). D’autres pages utilisent le langage Javascript pour exposer de façon dynamique et interactive certains aspects de la culture romaine (nombres, heures, dates).

La section Langue grecque propose une alternance de pages à seul titre d’exemple et de pages interactives avec des exercices d’autovérification de la connaissance personnelle de certains aspects de la morphologie ou du lexique du dialecte attique. En principe, cette section devrait être complétée par une série de pages dédiées au système verbal, en plus d’une présentation sommaire des dialectes littéraires différents de l’attique.

La section Textes interactifs, divisée en deux sections dédiées respectivement aux textes latins et aux textes grecs, est constituée d’une centaine de pages contenant chacun un bref texte en prose ou en vers. Chaque texte est accompagné d’une traduction italienne à visée purement didactique ; l’usager peut se rendre compte des correspondances entre texte et traduction en cliquant sur n’importe quel mot du texte original ou de la traduction : les mots ou groupes de mots correspondants apparaissent alors. Dans certains cas, apparaissent des notes qui expliquent des points de linguistique ou des questions de sens. Les textes en prose permettent aussi un vérification du niveau de conscience des correspondances. Les textes en vers sont munis d’un apparat métrique et offrent la possibilité d’écouter une lecture métrique elle aussi à seule visée didactique.

La section Textes grecs propose actuellement toutes les œuvres conservées en hexamètres dactyliques de la littérature grecque (à l’exception des œuvres fragmentaires). Comme les textes de la section dédiée à la poésie latine, eux aussi sont munis d’un apparat métrique : l’usager peut donc visualiser l’indication de la quantité au-dessus de chaque syllabe. Toutes les anomalies prosodiques (abrègement en hiatus, correptio attica, synizèse etc. ) sont mises en évidence et renvoient, par le biais d’un lien, à la section métrique dans laquelle ces phénomènes sont présentés. L’usager peut visualiser une série de données statistiques relatives à chaque œuvre ou section d’œuvre (fréquence des différents phénomènes prosodiques, pourcentage de la présence de différents types d’hexamètres dactyliques). La partie consacrée au corpus homérique (Iliade, Odyssée, Hymnes, Batrachomyomachie) présente aussi deux pages contenant les données statistiques globales relatives aux phénomènes phonétiques, en vue de faciliter la comparaison entre les différentes sections.

Une section spécifique est consacrée à la Métrique grecque et latine. Après une partie introductive qui se propose de rendre compréhensible la façon de composer la poésie des Grecs et Romains d’autrefois, vient une série de pages consacrées aux mètres les plus fréquents de la littérature grecque et latine. Presque toutes ces pages contiennent des exemples tirés de vers grecs ou latins avec indication des quantités brèves ou longues des syllabes. A la fin de la section, trois pages permettent à l’usager de s’exercer sur différents aspects de l’analyse métrique des vers latins les plus fréquents.

Giuseppe Frappa

(traduction française : Christian Boudignon)

 

✪  ✪  ✪

Presentazione del sito www.poesialatina.it

 

Il sito web www.poesialatina.it si propone lo scopo di diffondere la conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana utilizzando le possibilità offerte dalle tecnologie web.

Nei limiti del possibile il sito si rivolge sia ad un pubblico scolastico che a tutte le persone che intendono approfondire la propria conoscenza della lingua e della letteratura greca e romana per puro interesse culturale.

Ecco una sintetica esposizione dei contenuti proposti nelle diverse sezioni in cui si articola il sito.

La sezione dedicata alla Poesia latina propone un’ampia raccolta di testi poetici della latinità (oltre 60 autori), quasi tutti arricchiti di un apparato metrico che consente di visualizzare sia lo schema metrico delle varie composizioni sia le quantità di lunga o breve delle singole sillabe. All’utente è anche offerta la possibilità di evidenziare la presenza di alcuni fenomeni fonetici caratteristici (elisione, allitterazione, omeoteleuto, monosillabi finali). Nelle intenzioni questo è solo il punto di partenza in vista della costruzione di una base di dati che permetterebbe di approfondire il confronto tra le tendenze stilistiche, consapevoli o meno, dei diversi autori nell’ambito degli stessi generi poetici.

La sezione dedicata alla Lingua latina è costituita da una serie di pagine interattive che consentono all’utente di verificare la propria conoscenza di alcuni aspetti della morfologia (declinazioni di sostantivi e aggettivi, pronomi, verbi). Qualche altra pagina sfrutta il linguaggio JavaScript allo scopo di esporre in maniera dinamica e interattiva alcuni aspetti della cultura romana (numerali, ore, data).

La sezione Lingua greca alterna pagine puramente espositive a pagine interattive contenenti esercizi di autoverifica relativi ad alcuni aspetti della morfologia e alla conoscenza del lessico del dialetto attico. Nelle intenzioni questa sezione dovrebbe essere completata da una serie di pagine dedicate al sistema verbale, oltre che da una presentazione sommaria dei dialetti letterari diversi dall’attico.

La sezione Testi interattivi, divisa in due sezioni dedicate rispettivamente ai testi latini e greci, è costituita da qualche centinaio di pagine contenenti ciascuna un breve testo di prosa o di poesia. Ogni testo è accompagnato da una traduzione italiana improntata a criteri strettamente didascalici. L’utente può rendersi conto delle corrispondenze tra testo e traduzione cliccando su qualsiasi parola del testo o della traduzione: le parole o i gruppi di parole corrispondenti saranno evidenziati. In qualche caso sono visualizzate delle note esplicative di carattere linguistico o contenutistico. I testi in prosa consentono anche una verifica del livello di consapevolezza delle corrispondenze. I testi in poesia sono arricchiti di apparato metrico e offrono la possibilità di ascoltare una lettura metrica ispirata pure essa a criteri esclusivamente didascalici.

La sezione Testi greci attualmente propone tutte le opere superstiti in esametri dattilici della letteratura greca (escluse le opere frammentarie). Come i testi della sezione dedicata alla poesia latina, anche questi sono arricchiti di apparato metrico; l’utente può cioè visualizzare l’indicazione di quantità sopra le singole sillabe. Tutte le anomalie prosodiche (abbreviamento in iato, correptio attica, sinizesi, ecc…) sono evidenziate e rimandano, tramite un link, alle pagine della sezione metrica in cui tali fenomeni sono presentati. L’utente può visualizzare anche una serie di dati statistici relativi alla singola opera o sezione di opera (ricorrenze dei vari fenomeni prosodici, percentuale di presenza dei diversi tipi di esametro dattilico). La zona dedicata al corpus omerico (Iliade, Odissea, Inni, Batracomiomachia) presenta anche due pagine contenenti i dati statistici complessivi relativi ai fenomeni fonetici in vista di una più facile comparazione tra le diverse sezioni.

Una sezione specifica è dedicata alla Metrica greca e latina. Ad una parte introduttiva che si propone di rendere comprensibile il modo di comporre degli antichi Greci e Romani segue una serie di pagine dedicate ai metri più frequentemente praticati nelle letteratura greca e latina. Quasi tutte le pagine contengono qualche esempio costituito da versi greci o latini con indicazione di sillabe brevi e lunghe. Di questi esempi è possibile ascoltare una lettura metrica ispirata a criteri esclusivamente didattici. Alla fine della sezione tre pagine consentono all’utente di esercitarsi in diversi aspetti dell’analisi metrica dei versi latini più frequenti.

Giuseppe Frappa

 

 

La crise grecque selon Paul Challobos

► ACTUALITE ET ANTIQUITE (ὁ λύχνος, numéro 141, juillet 2015, article deux) ✮✮✮

Solon,  la dette grecque et l’économiste Gaël Giraud

 

Solon législateur par W. Crane, dans le manuel anglais : L'histoire de la Grèce raconté aux enfants.
Solon législateur par W. Crane, dans le manuel anglais : L’histoire de la Grèce raconté aux enfants.

 

En ces temps d’interrogation, Connaissance hellénique ne pouvait rester indifférente à la crise grecque et ne saurait manquer de témoigner son soutien à tous les Grecs.

Soyons et demeurons fidèles à l’esprit de Solon, qui est  le père fondateur de la démocratie grecque par la σεισάχθεια (seisachteia). Le premier, à Athènes au début du sixième siècle, il  « secoua le fardeau » comme le dit le mot grec. Il abolit l’esclavage pour dettes, comme l’écrit Plutarque, dans la Vie de Solon (15, 2) :

« Car il établit cette première constitution, en légiférant par écrit pour  la remise des dettes présentes et l’interdiction désormais faite à tout créancier de se payer sur les corps [des débiteurs en les rendant esclaves] »

τοῦτο γὰρ ἐποιήσατο πρῶτον πολίτευμαγράψας τὰ μὲν ὑπάρχοντα τῶν χρεῶν ἀνεῖσθαιπρὸς δὲ τὸ λοιπὸν ἐπὶ τοῖς σώμασι μηδένα δανείζειν.

2600 plus tard, le poète Théodore Zaphiriou écrit un étonnant petit poème sarcastique avec pour titre σεισάχθεια (seisachteia) traduit plus loin par J. Kaminski et Gael Giraud, économiste, explique en 1mn 52 sur France info comment traiter la dette grecque, loin de toute langue de bois :

« L’austérité budgétaire, quand on est en période de déflation, est la plus mauvaise des solutions. On peut continuer à saigner les Grecs à blanc, ça ne fera qu’aggraver le mal. »

Vous pouvez écouter l’entretien en entier sur France info

(Si ce lien ne fonctionne pas, entrez l’adresse suivante : http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-eco/2014-2015/l-economiste-gael-giraud-nous-sommes-complices-des-mensonges-grecs-04-02-2015-19-46)

Paul Challobos,

journaliste à Connaissance hellénique

 

Numériser les archives en Grèce… Une rencontre le 10 juin 2015, 14h à Aix-en-Provence

Archives, image, vidéo et internet en Grèce aujourd’hui

Si vous êtes intéressé par les problématiques numériques liées à la recherche en Grèce, le LabexMed poursuit son tour des Digital Humanities en Méditerranée en organisant cette année un atelier portant sur Les Digital Humanities en Méditerranée : la Grèce le 10 juin.

Amaryllis Raouzaiou
Amaryllis Raouzaiou

 

Nous accueillerons Amaryllis Raouzaiou, chercheure au laboratoire « Image, Video and Multimedia Systems » de l’ICCS-NTUA (Institute of Communication and Computer Systems – National Technical University of Athens) en salle Duby de la MMSH, 5 rue du château de l’horloge, Aix en Provence de 14h à 17h.

Son exposé portera principalement sur :

– La situation de la numérisation des archives de la Grèce dans les domaines scientifiques et culturels: musées, sites archéologiques, institutions culturelles, cinéma, bibliothèques, télévision, tourisme ;
–  La participation de la Grèce au sein du portail culturel Europeana;
–  Les initiatives numériques en Grèce et en particulier l’intérêt croissant du grand public pour des projets scientifiques ;
–  La formation au sein des universités et des instituts de recherche grecs ;
–  Les axes de recherche du laboratoire Image, Video and Intelligent Multimedia Systems de ICCS-NTUA.

Cette intervention sera également l’occasion de présenter différentes initiatives développées en Grèce sur le web.

L’atelier est libre et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

 

Informations complémentaires sur le carnet de Labexmed : http://labexmed.hypotheses.org/1449

Dix Grecs en crise

 

Un portrait photographique

 

Nous voudrions saluer un bel article dans Médiapart. La photographe Amélie Poinssot fait avec pudeur et précision le portrait photographique et social de dix Grecs dans la situation de crise actuelle.

L’adresse est la suivante :

www.mediapart.fr/portfolios/portraits-de-grecs-transformes-par-cinq-ans-de-crise

 

L'école d'Athènes de Raphaël
L’école d’Athènes de Raphaël, ou les Grecs philosophes

Bonne lecture.

Christian Boudignon, rédacteur en chef.

Il était une fois l’humour

« Sans liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

 

Le poète licencieux  Sotadès au début du IIIe siècle avant J.-C. attaquait les souverains hellénistiques, chaque fois depuis le camp d’un roi ennemi. Notamment, on rapporte de lui ce vers qui blâme Ptolémée II (justement nommé le « Philadelphe ») d’avoir épousé sa soeur Arsinoé II :

Εἰς οὐχ ὁσίην τρυμαλιὴν τὸ κέντρον ὠθεῖς.

« Tu  pousses ton dard dans un trou qui ne t’est pas permis » !

Pour cela il fut mis  en prison où il moisit longtemps selon Plutarque (De l’éducation des enfants, éd. Bernardakis, Leipzig, 1888, 11a).

Plus tard, il devait s’être enfui de prison, car le général Patrocle, pour le compte de Ptolémée II, l’arrêta, vraisemblablement dans la ville de Caune, en Carie. Il l’attacha, semble-t-il, à une grande tuile de plomb (εἰς μολυβῆν κεραμίδα ἐμβαλών) et le fit jeter en mer, selon Athénée de Naucratis (Le Banquet des sages, éd. Kaibel, Leipzig, 1887, livre 14, ch. 13).

C. Boudignon

L'invention de l'humour
L’invention de l’humour 

 

Le festival européen latin grec à Lyon les 19-21 mars 2015 : Savants, magiciens et devins

ANNONCE ➤  λύχνος n° 139, novembre 2014, article sept ✯✭✭

 

9ème Festival Européen Latin Grec (FELG)

« Savants, Magiciennes, Devins »

 

[« Connaissance hellénique » est heureuse de faire part de l’activité d’une association amie « Fortuna juvat ». Notez-le sur vos tablettes ! Allez-y ! Entre autres choses pour écouter Pythagore expliqué en musique ou comprendre le paradoxe de Zénon. Et racontez-nous ce que vous aurez vu et vécu.]

Festival européen  latin grec 2015
Festival européen latin grec 2015

 

produit par l’Association Fortuna Juvat ; coordinateurs du programme : Elizabeth Antébi, historienne et auteur, licenciée ès Lettres Classiques et Histoire de l´art, docteur EPHE en histoire des sciences religieuses, et Albert Foulon, professeur émérite de Latin à l’Université Rennes II.

Marraine éternelle : Jacqueline de Romilly

 Comité de conception des programmes et d’aide à la mise en place : Laurent Chopard, médiateur culturel du Musée gallo-romain, Michel Deygas, directeur d’Athéna, Marie-Hélène Elghozi, professeur de Lettres Classiques, Didier Froesel, fondateur d’un groupe de reconstitution historique sur les Hoplites, Fabienne Nicolet, professeur de Lettres classiques au Lycée du Parc, Anne Pignolet, professeur de Lettres classiques au collège Fénelon-La Trinité, Catherine Psilakis, docteur en langue et littérature grecque, enseignante à Lyon I.

Programme toujours susceptible de modification ; bien vérifier si lon a les bons horaires à la veille du FELG.

Jeudi 19 mars 2015

10h : Accueil en musique, avec hoplites.

10h 30 : « Mise en bouche » avec des extraits de spectacles du 1er Festival enregistré, en 2006 : (projection 🙂 Journal télévisé « d’époque » présenté par P.P.D.A, extraits de poèmes chantés d’Horace et d’une pièce de Plaute par un lycée de Hongrie, Elvis Presley en latin par le Dr Ammondt venu de Finlande, l’actrice grecque Anastassia Politi de la Compagnie Erinna dit et chante la poétesse Sapho, Marie-Hélène Delavaud-Roux, Professeur à l’Université de Brest et spécialiste des danses antiques, danse le crabe des Guêpes d’Aristophane, Antigone joué par Philippe Brunet et sa troupe, la musicologue Agathe Amzallag et l’ensemble La Maurache, Catulli Carmina par une chorale rennaise.

10h 45 : Albert Foulon, Professeur émérite de Latin, Université de Rennes II, présente, avec Elizabeth Antébi, docteur en sciences des religions et systèmes de pensée, le sujet du Festival : « Science, magie, futurologie, réalité augmentée, notre héritage ? »

11h 10 : Présentation-surprise par des élèves de leurs réalisations sur le thème du Festival.

11h 50 : Projection d’un entretien vidéo avec l’écrivain V. Vassilikos sur la science grecque.

12h : Extraits de textes à plusieurs voix, sur le thème du Festival : d’Homère à Hypatie, d’Héraclite à Vitruve, d’Alcuin à Thomas More. Avec la science-fiction de Lucien à Philip Dick, jusqu’aux « Marvel ».

12h 20 : Évelyne Bourgeois-Lagardette, chanteuse lyrique, chante un extrait de La Belle Hélène d’Offenbach.

 

Pause déjeuner libre (pique-nique autorisé dans le parc)

14h 30 : Séquence des baisers ou l´amour n´est-il pas sorcier ? Poèmes de Sappho, Catulle, Louise Labé, et chant de Cupidon dans Orphée aux Enfers (chœur des baisers dans la salle) suivi de l´air d´Aricie dans Hippolyte et Aricie de Rameau, par Évelyne Lagardette.

15h 15 : Guignol et Gnafron avec Gérard Truchet : « Chignachilus prophète à Lugdunum : Veni, Vidi, Wiki(pedia) »

15h 45 : Marina Fumagalli, Professeur d’Italien, Latin, Grec ancien, Histoire et Géographie au Lycée Classique Arnaldo de Brescia (Italie) et les élèves du Liceo Classico Arnaldo de Brescia, Italie : présentation du travail sur Eros et Psyché des Métamorphoses – ouvrage aussi appelé L´Âne d´Or – de l’écrivain berbère de langue latine, Apulée.

16h 10 : Alessio Loreti, Master (Master of Arts) en études du Proche et Moyen-Orient, Doctorat en Langue et Littérature françaises, enseignant en lycée : Apulée, la magie et le Maghreb « latin » dans l’imaginaire littéraire européen de Virgile à Flaubert.

16h 30-17h  : Rocco Schembra, professeur de Langues Classiques au Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie, Professeur de Littérature Chrétienne Antique à l’Université de Catane : «L’univers de la sorcellerie dans l’Antiquité Carmina uel caelo possunt deducere lunam » (en français) .

 

Vendredi 20 mars 2015

10h : Quatre fois Médée, pièce montée par le groupe théâtral du Liceo Classico Statale Gulli e Pennisi, Acireale, Italie (metteur en scène : Davide Pulvirenti ; vocal coach : Tommaso Guzzone ; directeurs artistiques : Federica Di Marco, Rocco Schembra). Après une brève présentation de la pièce, à partir de quatre auteurs – le Grec Eschyle, l’Italien Alvaro, l’Autrichien Grillparzer, l’Allemande Crista Wolf – on découvrira les nuances et différences d’interprétation du caractère de ce personnage féminin si controversé et, pourtant, toujours actuel. Médée devient ainsi l’emblème de la complexité de l’âme féminine, partagée entre haine, amour, sorcellerie, remords et vengeance.

Projection d’Extraits de Festivals filmés : Le conservateur en chef du Musée du Louvre « Antiquités égyptiennes » C. Barbotin sur la science antique, concert de Stéphane Guillou avec la formation « A vous sans autre » sur Pythagore expliqué en musique.

12h 15 : Marie-Hélène Delavaud-Roux, Maître de conférences en Histoire grecque à l’Université de Bretagne occidentale, conférence-spectacle de danse « Les Bacchantes d’Euripide.

 

Pause déjeuner libre

14h 30 : Thérèse Eveilleau, professeur agrégée de mathématiques et webmestre de « Mathématiques magiques » (http://therese.eveilleau.pagesperso-orange.fr/) : « Énigmes mathématiques : le paradoxe de Zénon et quelques autres.« 

15h 15 : Luca Desiata, responsable de la stratégie internationale et du développement nucléaire du groupe ENEL en Italie : « De l’industrie du nucléaire aux énigmes en latin », ou comment un industriel en vient-il à publier le petit magazine de jeux Hebdomada Aenigmatum ?

16h-17h 30 : Le Procès des Humanités, avec à l’accusation l’avocat général Philippe Bilger, à la défense Maître Frédéric Doyez, avocat au Barreau de Lyon ; précédé de textes courts à charge (Régis Messac qui écrivit « Pour en finir avec le latin« , mais aussi Molière et quelques autres) et à décharge (Goethe et Tocqueville, Byron pour la Grèce, un court extrait des Plaideurs de Racine, le Jugurtha en latin de Rimbaud et le début de la thèse en latin de Marx sur Auguste avec commentaire peu amène du professeur). Avec aussi plaidoyers d´élèves à charge ou à décharge.

21h 30 : À la découverte des étoiles et constellations aux noms mythologiques avec Hubert Maigre, chercheur au CNRS, sur les bords du Rhône (quai devant l’Université Lyon II).

 

Samedi 21 Mars 2015

10h 30 : Catherine Psilakis, agrégée de Lettres classiques, Docteur en langue et littérature grecques de l’université Lille III, enseignante à l´Université Lyon I :

« Sagesse(s) vagabonde(s) en Grèce antique. » Voyage des savoirs, voyages des savants à la découverte des autres cultures, itinérance en particulier chez Hérodote, « père des historiens et journalistes » ; savoir multiple sans distinction entre Sciences et Philosophie ou littérature – ainsi les calculs savants de Solon sur le calendrier vont-ils de pair avec une réflexion sur le bonheur humain : est-il lié à la richesse ou bien à une vie heureuse et bien remplie ?

https://univ-lille3.academia.edu/CatherinePsilakis

Puis, présentation des chercheurs londoniens qui travaillent sur un projet genre « Google Map » de l´Antiquité, « Mapping Antiquity », dont les responsables sont le directeur du projet, Dr. Leif Isaksen de l’ université de Southampton, le directeur des recherches universitaires Dr. Elton Baker de The Open University et le directeur technique, Dr Rainer Simon de l’Austrian Institute of Technology. Cf. le site : http://pelagios-project.blogspot.fr/p/about-pelagios.html

11h 15 : Textes médicaux gréco-romains d’Hippocrate à Celse, présentés par Isabelle Boehm, professeur de linguistique et littérature grecque, Lyon 2, spécialiste de textes techniques médicaux, en particulier de Galien, et lus par des étudiants de Lettres classiques mais aussi d’histoire, économie, psychologie…

11h 45 : Brève musicale : Phiphi de Cristiné par E. Lagardette.

11h 55 : Jean-François Pradeau, Professeur de philosophie antique à l’Université Lyon III « La démocratie grecque dans le langage politique d´aujourd´hui »

12h 20 : conversation-conclusion avec Abraham Bengio, agrégé de Lettres Classiques, Elizabeth Antébi, auteur de plusieurs livres sur la Palestine ottomane, sur le thème : « Prométhée versus Golem – les deux courants de l’héritage »

 

13h : pique-nique gréco-latin organisé par le Festival

 

14h45-15h 30 : clôture en musique par E. Lagardette : extraits de Platée de Rameau, d’Alcina de Haendel (personnage inspiré de Circé), Eurydice d´Orphée aux Enfers, Thérèse alias Tirésias des Mamelles de Tirésias, et quelques autres …

Dimanche 22 mars

Libre : visite gratuite du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière organisée avec Laurent Chopard, médiateur culturel.

Et Aussi …

 

EXPOSITIONS :

– 10 ans du Festival Européen Latin-Grec – Bécherel (Théâtre, salle des fêtes, bouquinistes), Nantes (Manufacture des Tabacs, Musée des Beaux-Arts, Lycée Clémenceau), Luxembourg (Abbaye de Neumunster), Paris (Chancellerie et Grand Amphithéâtre de la Sorbonne), Lyon (Université Lyon II : grand amphi, salle de réception, petite salle).

– « Bavardes épitaphes » de Robert Delord (Académie de Grenoble, webmestre du remarquable « Arrête ton char » http://www.arretetonchar.fr/author/robert/) et ses élèves du collège de Die dans la Drôme : Quelques épitaphes auxquelles nous rendons la parole et l’image (3D) avec le projet « Debout les morts » sur lequel nous travaillons actuellement. Il s’agit d’épitaphes romaines de Die accompagnées d’un Qr-code qui permettent d’accéder à une vidéo dans laquelle le/la défunt(e) lis puis explique sa propre épitaphe.

– Photos de Monnaies antiques, par le Cercle Lyonnais de Numismatique.

ATELIERS :

– Jeux, avec mise à disposition des jeux proposés au concours (à noter par les joueurs, avec commentaires)

– Histoire organisé par Laurent Chopard. (thème à venir)

Pour plus de renseignements et la liste des participants, vous aurez le bonheur de contacter :

Elizabeth Antébi, présidente d’honneur de l’association Fortuna Juvat

 

 

Une université d’été pour apprendre le grec ancien dans les meilleures conditions.

☛ Cette année, lors de la seconde quinzaine de juillet, aura lieu à Digne, dans les Alpes de Hautes Provence (04),  pour la 33e année consécutive :

L’ACADEMIE DES LANGUES ANCIENNES.

affiche-5[4][9][6] Cette université d’été est depuis longtemps partenaire de Connaissance hellénique, parce qu’elle poursuit le même objectif de diffusion de la connaissance du grec. Ce stage intensif, organisé par le CNRS et l’UNIVERSITE D’AIX-MARSEILLE s’adresse à TOUT LE MONDE, à tous ceux qui ont envie, dans une ambiance détendue et conviviale, d’apprendre une langue ancienne (le grec ancien, le latin, l’hébreu, l’arabe classique, le sanskrit, et même le syriaque ou l’araméen, le hittite, l’akkadien, le sumérien le copte ou le slavon) sur 2 semaines (47 heures de cours). On commence au niveau 1 (débutant) par l’apprentissage de l’alphabet, de la lecture et du début de la grammaire; le niveau 2 (moyen) est pour ceux qui connaissant déjà l’alphabet et ont quelques rudiments de grammaire ; le niveau 3 (continuant) est pour ceux qui connaissent déjà la grammaire de base, grosso modo, et veulent commencer à se lancer dans la littérature ancienne, accompagné d’un enseignant. Pour le grec : ✷ Sébastien Garnier, Docteur ès lettres de l’Université, enseignant dans le secondaire, donnera le cours de grec niveau 1 (débutant) avec le manuel d’Ellul & Flichy, Apprendre le grec biblique par les textes (première partie) ✷ Magali Coullet, Docteur ès lettres de l’Université, enseignante dans le secondaire,  continuera au niveau 2 (moyen) avec le même manuel (seconde partie) ✷ Christian Boudignon, Docteur ès lettres de l’Université, Maître de Conférences, donnera le niveau 3 (continuant) et étudiera avec les participants des extraits des ROMANS GRECS (Daphnis & Chloé, le Roman d’Alexandre…). Le prix est de 320 euros (étudiants /minima sociaux) ou 420 euros (plein tarif). Il est possible de trouver un hébergement en résidence universitaire sur place. N’hésitez pas à vous rendre sur le site : www.academie-des-langues-anciennes.fr ✷

Christian Boudignon

ALA Brochure-recto1-4[4][9][7]

Brochure-verso1-4[4][9][7]

Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013

L’évènement se produira tous les 1ers mars, juillet et novembre de chaque année

 

Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)
Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)

 Camus : « Aucune défaite n’est éternelle »

En 1946, dans Hommage à la Grèce, Camus écrit à propos de la résistance grecque contre le fascisme et le nazisme ces mots qui prennent tout leur sens dans la crise actuelle  :

“C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait savoir au monde que les hommes de la liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’est éternelle.”[1]

Mais Camus rêvait cette Grèce plus qu’il ne la connaissait. Et pour cause ! Une interview du journal grec Τα Νέα du 19 mars 1955 lors de la première visite en Grèce d’Albert Camus nous en révèle la cause… Camus avait acheté un billet de bateau depuis Alger pour la Grèce qui portait la date fatidique… du 2 septembre 1939! Ce jour-là la guerre éclatait, il ne vint pas, et transforma pour ainsi dire en Grèce sa Kabylie dont il écrit dans son Carnet I, p. 90 :

“C’est comme si tout d’un coup, à des siècles de distance, l’Hellade tout entière transportée entre la mer et les montagnes renaissait dans sa splendeur antique, à peine accusée dans sa paresse et son respect du Destin par le voisinage de l’Orient.” [2]

Nous aussi, nous vous invitons au rêve, au voyage, ce mois-ci en Kabylie ou plutôt en terre berbère où est née la culture de l’olivier, il y a fort longtemps, comme nous le rappelle Salem Chaker dans son article…

 

Nous serons des Prométhées heureux

Cette invitation au voyage (terme plus poétique que le mot de “vulgarisation scientifique”) anime notre revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) qui fête sa première année sur internet et sa trente-sixième année d’existence. Rappelons que notre revue a subi le destin de Prométhée : elle a voulu s’élever dans l’empyrée des revues scientifiques dans la prestigieuse collection internet “revues.org”. Mais parce que comme Prométhée, nous étions amis des hommes et que nous voulions leur transmettre le feu, parce que nous divulguions le savoir réservé aux dieux, nous avons été condamnés par les dieux ou les géants à rester enchaînés à la forme du blog “hypotheses.org”. Donc, nous ne débloguerons pas. Mais, puisque nous sommes, comme Prométhée, liés par les liens infrangibles de la Toile, nous rêverons à notre étoile. Nous serons, comme le prophétisait Camus à propos de Sisyphe, des “Prométhées heureux” et nous ferons sauter le Parthénon à coup d’hypothèses (voir l’article de J. Kaminski du n°135 de juillet dernier sur Christos Chrysopoulos, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.).

L’ÉVÈNEMENT SE PRODUIRA A CHACUNE DE NOS PARUTIONS, TOUS LES QUATRE MOIS, LES 1ERS NOVEMBRE, MARS & JUILLET DE CHAQUE ANNÉE.

 

Connaissance hellénique : le cours.

Trève de plaisanteries. Rappelons encore et toujours que cette Revue est la branche de CONNAISSANCE HELLÉNIQUE, Le Cours dont le site est toujours : http://sites.univ-provence.fr/hellen/

Son but est d’accompagner par correspondance, avec l’aide d’un correcteur attitré bénévole, tout volontaire dans l’apprentissage du grec ancien. Et cela pour trois francs six sous… En attendant le passage au numérique du Cours, la première étape du néophyte est encore l’achat du manuel de grec Hermaion et l’envoi d’une lettre à Connaissance Hellénique,  Faculté des Lettres 13621 Aix-en-Provence Cédex 1. Ou alors laissez un message en bas de cet article. Tous les lecteurs de cette revue qui le souhaitent peuvent envoyer à la même adresse et à l’ordre de Connaissance Hellénique un chèque (annuel) de soutien de 10, 50 €, afin (ce qui n’est pas un pléonasme) de numériser les anciens numéros. N’hésitez pas à proposer vos articles sur l’Antiquité grecque ou la Grèce en adressant un message après cet éditorial.

 

Sommaire du n° 136 de Connaissance Hellénique

Et voici maintenant le sommaire du numéro de novembre :

1 Christian Boudignon : La mairesse d’Aix et les crapules marseillaises (vous parlez grec et vous ne le saviez pas). http://ch.hypotheses.org/579

2 Pascal Boulhol : les Pères de l’Eglise sont-ils anarchistes ? http://ch.hypotheses.org/589

3 Salem Chaker : Enquête à propos du nom de l’olivier : grec ou berbère ? http://ch.hypotheses.org/601

4 Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour νόος > νοῦς « l’intellect » ? http://ch.hypotheses.org/626

5 Jean-Michel Ropars : Le saut de Leucade : une question de sens. http://ch.hypotheses.org/639

6 Janine Kaminski : cinq poèmes traduits de Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, Ξηροί καρποί. http://ch.hypotheses.org/648

7 Max Pourkier, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Constance II à Constantin IV (337-685). http://ch.hypotheses.org/657

8 Ariel Chopard, Lu pour vous : J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Les Belles Lettres, Paris, 2013. http://ch.hypotheses.org/691

 

 

La plus vieille chanson du monde

Et pour finir en chansons, Ariel Chopard nous communique le lien avec un article du journal Huffington Post sur la plus vieille chanson du monde, une chanson grecque découverte en 1883 à Tralles, en Asie Mineure, sur la stèle funéraire d’un certain Seikilos :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/10/plus-vielle-chanson-du-monde_n_4245328.html

Ὅσον ζῇς φαίνου,

Μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ

Πρὸς ὀλίγον ἐστί τὸ ζῆν

Τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ

”Tant que tu vis, brille !

Ne t’afflige absolument de rien !

La vie ne dure guère.

Le temps exige son tribut.” (attention au jeu de mot : τέλος signifie aussi « une fin » P.B.)

Vous pourrez comparer avec une autre version donnée sur : https://www.dailymotion.com/video/x9gdcb_musique-de-la-grece-antique-epitaph_music

Bonne écoute.

 Christian Boudignon


[1] cité dans la préface aux XXIIIe rencontres méditerranéennes, Albert Camus et la Grèce, Les écritures du Sud, 2007, p. 8.

[2] cité par André Abbou, “Albert Camus le retour à Ithaque”, dans Albert Camus et la Grèce, p. 83.

Arielle Chopard : A propos du feuilleton télévisuel ODYSSEUS sur Arte

  λύχνος n° 135, article sept :

ULYSSE ET LES DEUX SOLDATS ISRAELIENS

A propos du feuilleton télévisuel ODYSSEUS sur Arte

fouille d'Ithaque, mai 2011 (Wikicommons)

[Vestiges archéologiques à Ithaque (Wikicommons)]

NOUS NE POUVIONS passer sous silence la série péplum Odysseus qui a débuté sur Arte le 13 juin.

Cette série a reçu un accueil mitigé. On lui a reproché une certaine austérité de décor, et de là un effet théâtral. Si elle n’est pas aussi riche de détails que Rome, devenue la référence, il faut néanmoins reconnaître un réel souci d’authenticité dans les intérieurs et les vêtements, surtout masculins.

De plus Ithaque n’était pas un grand empire mais une petite île et nous sommes au XIIème siècle avant JC. Ce n’est donc ni un problème de budget, ni un choix de mise en scène mais plutôt le désir de respecter la réalité de l’époque qui semble avoir guidé Frédéric Azémar et Stéphane Giusti.

Les textes antiques sont toujours d’une actualité brûlante

De plus le parti pris ici est fort intéressant : l’attente d’Ulysse par la reine et le peuple d’Ithaque puis le difficile réapprentissage du couple et de la politique.

Les enchaînements de programmation font parfois des clins d’oeil malicieux au spectateur. Avant Odysseus, Arte avait diffusé Hatufim, une série israélienne qui raconte la réinsertion problématique, sur le plan familial et social, de deux soldats israéliens enlevés et détenus pendant 17 ans. Le retour est douloureux et les liens à renouer sont forcément complexes. Cela se passe en 2010. Odysseus, bien que programmée après Hatufim, en est en fait la prolepse. On peut donc une fois de plus vérifier que les textes antiques sont toujours d’une actualité brûlante.

Mais Odysseus est aussi très intéressante par le traitement des personnages et par ce que fait le réalisateur de la trame de l’Odyssée.

Point de merveilleux ici. On est à Ithaque, la famine menace et le peuple peine. Pénélope retrouve enfin Ulysse mais redoute le regard de l’homme sur la femme mûre qu’elle est devenue. Télémaque découvre un père autoritaire et peu enclin à la compassion. Les dieux sont honorés mais n’interviennent jamais dans le destin des humains.

Comme dans l’Andromaque de Racine…

Mais surtout la guerre de Troie est omniprésente dans le quotidien. Les esclaves sont troyennes et l’on a parfois les accents raciniens d’Andromaque dans les dialogues. La guerre fut horrible et sanguinaire. Comme Euripide qui dénonçait dans Les Troyennes la cruauté de l’esclavage, les veuves éplorées, les enfants arrachées de force à leur mère, Odysseus montre le quotidien des femmes devenues servantes de leur bourreau. Ainsi Eurynomée, l’esclave intendante de Pénélope, retrouve sa fille grandie par le hasard d’une cargaison d’esclaves. Elle a vécu à la cour d’Hector, épouse d’un cousin du sang de Priam, et porte maintenant le bracelet des esclaves. Elle ne supporte plus l’arrogance d’Ulysse qui conte ses aventures et tente de le tuer lors du récit de la prise de Troie. Comme dans l’Andromaque de Racine, sur les épaules de Cléa, la fille d’Eurynomée, et de Télémaque pèsent les conséquences de la guerre. Images et souvenirs, lignages et « nationalités » alimentent les haines et les passions. La guerre est finie mais elle continue ses ravages dans les relations. Les servantes sont pendues pour le seul fait d’être troyennes donc ennemies.

Frédéric Azémar dénonce ainsi la folie des hommes qui ne se doutent pas des séquelles qu’ils infligeront à leurs descendants ni la solitude dans laquelle ils se plongent et entraînent ceux qui les entourent.

Azémar rejoint alors Alessandro Baricco lorsque ce dernier écrit dans l’apostille d’Homère, Iliade que « c’est uniquement quand nous serons capables d’une autre beauté que nous pourrons nous passer de celle que la guerre depuis toujours nous offre. (..) Prouver que nous sommes capables d’éclairer la pénombre de l’existence, sans recourir au feu de la guerre.(…) Pouvoir changer notre propre destin sans devoir nous emparer de celui d’un autre … »

Pour toutes ces raisons, et pour le plaisir de retrouver Homère (qui est aussi un personnage de la série : un jeune archiviste du royaume) à une heure de grande écoute, il faut regarder Odysseus.

Arielle Chopard

Odysseus
(France, 2012, ARTE France, 12x46mn)
Réalisateur : Stéphane Giusti
Scénariste : Frédéric Azémar, Frédéric Krivine
Image : José António Loureiro
Musique : Bernard Grimaldi
Montage : Catherine Schwartz
Acteur : Alessio Boni (Ulysse), Caterina Murino (Pénélope), Karina Testa (Cléa), Carlo Brandt (Laerte), Niels Schneider (Télémaque)
Costumes : Catherine Rigault
Décors : Chantal Giuliani, Pierre Michon
Production : GMT Productions, Makingprod, Sunflag, Moviheart, ARTE F, RAI Fiction, RTP Radio e Televisão de Portugal, TV5 Monde
Producteur : Christophe Valette, Stéphane Drouet, Massimiliano La Pegna
Rédacteur : Arnaud Jalbert

une université d’été pour apprendre et perfectionner le grec ancien à Digne-les-bains en juillet 2013

Voilà vos prochaines vacances intellectuelles. 😎

Ca y est : encore une fois, l’ACADEMIE DES LANGUES ANCIENNES (CNRS-Université d’AIX MARSEILLE) propose POUR TOUT LE MONDE ses trois niveaux de grec ancien (biblique et classique) avec S. Garnier (niveau débutant), Ch. Boudignon (niveau moyen), E. Caire (niveau avancé ou presque).
45 h. de cours (donnés par des spécialistes) sur 10 jours dans une ambiance détendue, en Haute-Provence, DU 15 AU 26 JUILLET 2013, à l’IUT de DIGNE (04). Tarif des cours : 420 euros (ou 220 euros, voire prise en charge par l’employeur), tarif du logement en résidence universitaire de qualité : 178 euros.
CONSULTEZ LE SITE SUR : www.academie-des-langues-anciennes.fr ou TELEPHONEZ AU 04 66 22 79 38

figurine de terre-cuite du Louvre, VIIe s (commons wikimedia))
figurine de terre-cuite du Louvre, VIIe s (commons wikimedia))

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°24)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 134, article six)

Le petit écolier et les cochons d’élevage .

(où il sera question de l’étymologie d’ école)

 

leçon d'école

 

 

« Les professeurs sont obligés de délirer avec les fous.

Si leurs leçons ne sont pas composées au goût de leurs petits jeunes gens,

ils seront, comme le disait Cicéron, laissés tout seuls dans leurs écoles « 

Pétrone, Satyricon, III

 

 

« Il est arrivé une chose terrible à l’école », pour reprendre le début du Petit Nicolas : mon épouse, jamais absente, jamais malade, a dû ne pas faire cours pour assister à une réunion. Que croyez-vous qu’il se passa ? Ce fut une explosion de joie chez ses élèves ! Cette expérience est révélatrice… L’école est devenue à ce point un travail, que l’absence d’école est vécue comme un soulagement, une libération ! Et pourtant, la véritable école, c’est l’école buissonnière ! ou bien alors, l’école du temps libre ! Tel est le sens véritable du mot école, qui est, vous vous en doutez, grec. Car école veut dire “temps libre” en grec : σχολή (scholè).

 

« Il n’a pas le temps. »

Je vais prendre un exemple dans le Protagoras de Platon. Un genre d’universitaire mal fringué (Socrate) et je ne sais quel ami de la poésie et du savoir (Hippocrate) veulent aller rencontrer un intellectuel médiatique (Protagoras) descendu chez un homme politique plus ou moins véreux (Callias). Ils frappent à la porte :

—   οὐ σχολὴ αὐτῷ, « il n’a pas le temps » !

rétorque le Cerbère de service (du style des men in black) sans même en aviser le maître de maison. On voit bien là le caractère intemporel de l’intellectuel médiatique : il est pressé, il n’a pas le temps… (et pourtant il inonde les librairies de ses livres : quand  trouve-t-il le temps de les écrire ?)

Si au contraire vous avez du temps, en grec on dirait que vous avez σχολή (scholè). Si l’on a un peu d’humour et d’imagination, on se représentera les Athéniens aisés qui faisaient la vie politique d’Athènes à la façon des cheikhs d’Abou Dhabi ou du Qatar, qui ont en général trop d’argent pour travailler. A Athènes comme dans les émirats, le travail, c’est bon pour les esclaves (avec ou sans guillemets) et pour les pauvres. Platon, qui n’a pas sa langue dans sa poche, compare dans les Lois (819d) ses concitoyens aisés à des « cochons d’élevage », ὑηνῶν τινῶν θρεμμάτων : les vieux préfèrent jouer aux dames plutôt que de se poser des énigmes les uns aux autres, dans des loisirs dignes d’eux, ἐν ταῖς τούτων ἀξίαισι σχολαῖς (820c)… à savoir des loisirs consacrés aux rudiments de la mathématique géométrique ! L’école du temps libre était née ! En même temps, Platon inventait les leçons qui allaient occuper cette école du temps libre, à savoir les μαθήματα (mathèmata) d’où viennent nos mathématiques[1]. L’école, c’est donc les dignes   loisirs ! Platon prêche évidemment pour sa paroisse, je veux dire pour son Académie, dont on nous dit qu’elle était ornée de l’inscription : ἀγεωμέτρητος μηδεὶς εἰσίτω, « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! ».

 

L’école, une invention démocratique

Ce genre de temps libre semble une invention démocratique. Dans la Politique (1313b), Aristote signale qu’une tyrannie qui veut se maintenir a intérêt « à ne pas permettre qu’il y ait des écoles ou d’autres discussions d’écoles » : μήτε σχολὰς μήτε ἄλλους συλλόγους ἐπιτρέπειν γίγνεσθαι σχολαστικούς. Car les débats suscitent intelligence et confiance en soi chez les citoyens qui deviennent ainsi rebelles et désobéissants à la tyrannie.

 

« Ils sont laissés presque tout seuls dans leurs écoles »

Le mot sera acclimaté en latin par Cicéron sous la forme : schola ou scola. Ainsi les Stoïciens et leur dur apprentissage de la vertu sont aujourd’hui passés de mode, veut croire Cicéron dans son plaidoyer pour Caelius (41) : prope soli iam in scolis sunt relicti, “ils sont laissés presque tout seuls dans leurs préceptes” ! Mais le terme  prend aussi le sens de lieu d’enseignement. Le Marseillais Pétrone au début de son Satyricon (écrit au Ier siècle après J.-C.) fait dire de l’école qu’elle crétinise la jeunesse avec ses exercices de rhétorique stupides et totalement artificiels : ego adulescentulos existimo in scholis stultissimos fieri (I, 3) : « j’estime moi, dit un autre, que les adolescents deviennent de triples sots dans les écoles ». Rassurez-vous, l’école avait déjà dégénéré…

 

De scola à école.

On trouve dans les graffiti de Pompéi, avant l’éruption du Vésuve de 79 après J.-C., les formes populaires isc(h)ola avec un i bref d’appui pour mieux prononcer la double consonne initiale sc. Ce i évolue en e et donne la forme esc(h)ola. Le même phénomène s’est produit avec ispat(h)a qui donnera épée.

Le mot n’a pas beaucoup changé depuis l’Antiquité. Le a final est devenu un e muet au VIIe siècle, et à la fin du XIIe siècle, on a cessé de prononcer le s de escole. Nous avions alors notre école.

De là vient notre écolier. Du temps de François Villon, c’était encore un étudiant. Maintenant, c’est un biscuit, le petit écolier… Mais j’avoue que je me sens toujours un peu un ogre quand je le mange !   ✷

 

Christian Boudignon,

Aix-Marseille Université, CNRS, TEDMAM-CPAF, UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France

maître de conférences de grec ancien


[1] Mathématique signifie en effet : science des leçons.

Les Bacchantes, 7 juillet 2013, 20h à Vaison-la-Romaine

La Semaine de Théâtre Antique de Vaison-la-Romaine et Hadrien 2000 nous signalent la représentation des Bacchantes d’Euripide, le 7 juillet 2013 à 20h (prix du billet : 20 euros).

affiche des Bacchantes d’Euripide

Il nous adressent le message de Philippe Brunet, fondateur et metteur en scène du Théâtre DEMODOCOS :

« Pour donner les Bacchantes le 7 juillet 2013 dans le théâtre grandiose de Vaison-la-Romaine , il faudrait être déjà deux mille personnes. Quand on sait que même les stars de la variété ont parfois du mal à remplir les gradins… Pour pouvoir jouer dans un tel lieu qui impose une assistance d’au moins mille personnes et bloquer la réservation, nous devons assurer la prévente de 500 billets avant le 31 décembre.  Pourquoi faut-il jouer impérieusement dans un théâtre antique ? Le rite de la tragédie, pensaient les Anciens, comme celui de leurs procès de criminels, ne supporte pas la souillure apportée par l’assassin dans un espace clos. Il faut l’ouverture du ciel, le vent et les oiseaux, la proximité de la Nature.  Pourquoi se serrer à 50 à Avignon dans une salle obscure quand on pourrait être 2000 dans un lieu accessible au sublime ? Où le moindre geste, grossi par la loupe du théâtre, s’en trouve amplifié à une puissance inouïe. Où les masques transforment l’expérience humaine des acteurs en mythologie vivante et sublime.  On vous dit que le théâtre grec est une chose scolaire ou à rendre « contemporaine » le plus vite possible. N’y croyez pas. Le théâtre de Dionysos est l’expérience de la vie, de la mort, et du renaître. C’est plus fort que tout. Le chant s’élève, le verbe martèle sa poésie plus que jamais nouvelle, la danse métamorphose le Choeur des Bacchantes initiées au mystère de Dionysos en panthères sauvages. La musique antique retrouvée, sur des instruments de type archaïque, déferle sans bande-son. Sans artifice. Avec toute la puissance du théâtre. Devant vous. »

Philippe Brunet

Plus d’information sur le site : hadrien2000-vaisontheatreantique.net

Noël à Ithaque

Lu pour vous,  par Janine KAMINSKI.

Pour fêter Noël, J. Kaminski nous offre un petit extrait de Noël à Ithaque.

Gilles ORTLIEB, Noël à Ithaque, éd. Le temps qu’il fait, 2006. 80 pages, 13 €.

      Cet écrit est placé sous le signe de Constantin Cavafis, que le poète et prosateur Gilles Ortlieb,a naguère traduit.

       Noël, une saison idéale pour retrouver la Grèce d’autrefois, mélancolique et solitaire comme dans les films d’Angelopoulos : une chatte blanche et éclopée qui s’échappe d’une maison en travaux, une silhouette veuve et courbée qui tourne le coin de la rue sous un parapluie… ; pour ressen­tir l’émerveillement ancien devant cette langue qui, des vers d’Homère et des discours de Démosthène, est passée sur les panneaux routiers ou publicitaires et les enseignes des magasins.

       L’érudition de Gilles Ortlieb est légère : à peine une citation de l’Odyssée çà et là pour décrire par exemple la courbe profonde du port de Vathi. Il est surtout un observateur attendri et amusé du quotidien de l’île à qui son expression précise et poétique donne un réalisme magique : ainsi la nuit de Noël avec « une exubérante poussière de décorations lapones épinglées dans la nuit ionienne », ou cette réunion « au café sans nom, dans un courant d’air oblique et froid » des « Philhomères d’Ithaque », opiniâtres défenseurs de l’identité homérique de leur île. « Ulysse revenait ainsi au centre des discussions… S’était-il seulement, un seul jour, absenté ? »

Janine KAMINSKI

 

Extraits (p. 49-51, 53) :

 

(24 décembre, fin de matinée). Agitation habituelle à Vathy, mais un peu partout accrue des préparatifs de la fête. À la poste, des dames d’un certain âge, disposées en colonne patiente et inégalement habillées (fausse fourrure et bottines pour l’une, chandail trop grand et chaussures de sport pour l’autre) conversaient comme dans un salon de thé, en attendant d’affranchir leurs cartes de vœux ou de toucher au guichet la pension d’un mari et marin retraité. Dans la file devant moi, un pope s’est étonné à haute voix de voir revenir un paquet qu’il assurait avoir posté l’avant-veille, à quinze kilomètres d’ici. Le tout dans une atmosphère bon enfant à laquelle la perspective des festivités imminentes ne devait pas être étrangère.

Cette légère fièvre était sensible aussi dans les magasins et les cafés, pris d’assaut depuis le matin par des bandes de gosses chantant des ritournelles de Noël en s’accompagnant d’un triangle métallique, pour se faire un peu d’argent de poche. Rentrées, pour eux, assurées : qui refuserait de leur glisser la pièce quand ils s’époumonent de leur voix de fausset ? Journée de courses, donc, qui fait descendre des villages de curieux personnages en bonnet ou sanglés dans des manteaux croisés d’avant-guerre, des femmes en bas de laine bordeaux ou chocolat, des physionomies qu’on dirait échappées à l’instant de quelque album souvenir sur la Grèce du temps jadis.

Un coup d’œil sur les volutes d’un ciel gris étain, et l’on se dit qu’on pourrait se trouver aussi bien dans un village de Thrace ou d’Épire, dans un bourg frontalier de la Macédoine – si l’on n’était assez vite rappelé à l’ordre par le passage d’une camionnette estampillée d’un logo presque odysséen : Telemax – Systèmes de communication. Une journée toute grelottante de chansonnettes ânonnées au milieu des barils de saumure, vibrante des coups de hache assenés sur son billot par le boucher Eumée, d’apostrophes lancées en grec ou en albanais, et hantée de corniauds qui errent désœuvrés, la queue ballante, en quête de l’une ou l’autre bonne fortune que ces journées réservent parfois.

[…]

Retour à Vathy. Outre les guirlandes clignotantes, enroulées en spirale sur les réverbères du môle, et le père Noël illuminé sur la place (mais qui ne ressemblait plus, au grand jour, qu’à un obèse barbu, sculpté dans un bloc de cire écarlate et à moitié fondue), il y a aussi toutes les décorations en façade des maisons étagées sur les pentes et qui, de nuit, pourraient de loin les faire ressembler, sans même cligner les yeux, à un magasin de jouets surdimensionné : lumières courant dans les arbres, Saint-Nicolas encapuchonnés se dandinant au son de musiquettes désaccordées, brins de houx stylisés et comètes suspendues, hottes, clochettes et traîneaux accrochés par la municipalité sur les colonnes et les poteaux. Une exubérante poussière de décorations lapones épinglées dans la nuit ionienne, et qu’elles s’emploient, dirait-on, à égayer de force.

[…]

© Le temps qu’il fait, 2006.

ISBN 2.86853.466.x