Tous les articles par Connaissance Hellénique

Paul Challobos : Que signifie le nom de « Macron » ?

Salut à toi, Macron !

 

Coupe du peintre Macron : Achille gardant le corps d’Hector. Tondo d’une coupe attique à figures rouges, v. 490–480 av. J.-C. Musée du Louvre (wikicommons)

 

Connaissez-vous ce petit poème parodique de l’Anthologie palatine (11,95), du poète Lucilius, contemporain de Néron, sur un certain Macron, dont je laisse le lecteur juge de l’actualité ?

« Une souris trouva le petit Macron, un été, endormi,

et par son petit pied, elle le tira dans un trou.

Mais lui, dans le trou, de ses mains nues, étouffa la souris

Et dit : ‘Zeus, mon père, je suis ton nouvel Héraclès’. »

Τὸν μικρὸν Μάκρονα θέρους κοιμώμενον εὑρὼν

εἰς τρώγλην μικροῦ τοῦ ποδὸς εἰλκυσε μῦς

ὃς δ῾ἐν τῇ τρώγλῃ ψίλος τὸν μῦν ἀποπνίξας

Ζεῦ πάτερ, εἶπεν, ἔχεις δεύτερον Ἡρακλέα.

Comme je lisais ce poème, il m’est soudain venu une révélation. Je m’étais amusé à caricaturer le candidat ( ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article huit) et soudain, j’ai vécu ce qu’avait vécu le poète grec Stésichore après avoir calomnié la belle Hélène : Hélène lui apparut et il comprit que s’il persistait dans cette voie-là, il deviendrait aveugle comme Homère. En conséquence de quoi, Stésichore se dédit dans ce qui devint dès lors la palinodie, ou l’art de se contredire.

J’ai compris que je faisais fausse route et que le nom de Macron était poétiquement grec, car il existe des étymologies réelles et des étymologies poétiques, comme celle du verbe connaître qui vient en réalité du latin cognoscere. Mais Victor Hugo l’associe poétiquement à naître : « dans connaître, il y a naître » (Carnets intimes). L’étymologie réelle de Macron vient du verbe néerlandais maken, « faire », ou makeln « faire des affaires », voire de drôles d’affaires comme le font les maquereaux [1]. Mais je ne sais quel dieu ou quelle Muse me souffle de lui donner une étymologie grecque, celui de Μάκρων [Makron], « le grand » ou  «l’homme à la tête longue» :

 

PALINODIA SPERANZOSA

 

Salut à toi, Makron, « l’homme à la longue tête »,

Qui vainquis les Hammons, Mellanchons et Phillons,

Puis sous l’urne écrasas la pâle et blonde Bête,

Viens, et mérite enfin qu’à toi nous nous fiions !

 

Fais oublier Najath, l’inculte midinette

Rêvant, comme Pol Pot, d’enseignants aux sillons,

Qui mina les accès aux flancs purs de l’Hymette

Et des Humanités priva nos oisillons.

 

Le « grec pour tous », Ulysse, est le grec pour personne.

Foin du discours menteur qui chaque fois résonne !

Y mettras-tu donc fin, l’oseras-tu, Makron ?

 

Que fleurissent cent fleurs : d’accord, mais sur le Pinde,

Que l’alcyon des mers nous vienne, et non la dinde,

Et qu’Athéna bientôt sorte de ton grand front !

 

COLAPHUS BALLO (Κολάφους βάλλω),

alias PAUL CHALLOBOS

[1] Voir A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 2010, p. 1268, et aussi le site : http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/macron-emmanuel/

L’Académie des langues anciennes reprend du service à Pau en juillet 2017.

Apprendre le grec ancien cet été à Pau ?

Académie des langues anciennes 2017

L’équipe de Connaissance Hellénique est heureuse de signaler que l’université d’été de l’Académie des Langues Anciennes (ALA) a déménagé. Fondée il y a plus de trente ans, autrefois à Saintes, plus récemment à Digne, l’ALA est maintenant hébergée au campus de Pau (UFR des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Elle aura lieu du 17 au 28 juillet 2017.

Il y aura (en plus du latin, de l’arabe, de l’hébreu, de l’akkadien et de l’occitan) trois niveaux de grec ancien : un niveau débutant pour ceux qui n’en ont jamais fait (assuré par Capucine Agard, chargée de cours à l’Université d’Aix-Marseille). Un niveau moyen pour ceux qui ont besoin de finir une première approche de la grammaire (assuré par Anne Petrucci, docteur ès lettres). Un niveau avancé pour ceux qui ont besoin d’aide pour commencer à aborder les textes (assuré par Eric Dieu, Maître de conférences de l’Université de Toulouse).

Pour les inscriptions, il faut s’adresser à l’Institut d’Etudes Françaises pour Etudiants étrangers (IEFE) de Pau :

05 59 40 73 85

iefe@univ-pau.fr

Et voilà le programme :

Brochure recto de l’Académie des Langues Anciennes 2017
Brochure verso de l’Académie des langues anciennes

Bonne chance à cette université d’été.

Christian Boudignon

Editorial et sommaire du n° 146 de mars 2017 de « Connaissance hellénique »

Encore trois bonnes nouvelles !

 

Rhodendron ferrugineux, par Jean-Pol Grandmont (wikicommons)

 

Serions-nous le journal des bonnes nouvelles ! Dans ce monde de brutes, comme on dit, en voici, après celles de novembre, encore trois, comme des bourgeonnements de fleurs au printemps ! Que chacun les apprécie à sa convenance…

D’abord nous nous associons à la joie de Janine Kaminski, notre fidèle traductrice, qui — nous a appris en décembre dernier le poète Stavros Zaphiriou — a été récompensée par le Ministère grec de la Culture. Sa traduction de « Vers où » du même Zaphiriou a été jugée l’une des trois plus belles traductions d’une œuvre grecque en langue étrangère. Signalons que le recueil a été publié à L’Harmattan, à Paris, en 2014 (10,50 euros) et que nous en avons publié quelques pages dans un précédent numéro : https://ch.hypotheses.org/1028

Deuxième bonne nouvelle, nous nous réjouissons que quatre des « grands » candidats à la présidence de la République aient programmé la suppression de la suppression du grec et du latin au collège (appelée trompeusement en novlangue pédagogique « grec ou latin pour tous »). C’est ce qu’on trouve dans le programme du citoyen Fillon et celui du citoyen Macron. Naguère la citoyenne Le Pen avait jugé cette réforme du collège catastrophique, et le citoyen Mélenchon a promis l’abrogation de cette réforme. Seul parmi les « grands candidats », le citoyen Hamon, récent ministre de la prétendue Education Nationale, reste pour cette réforme.

Si l’un de ces quatre candidats susdits était élu, ce serait, espérons-le, la fin de l’énorme mensonge de la citoyenne Vallaud-Belkacem, ministre de l’abrutissement national, qui osait affirmer (en un français délicieux)  le 5 mai 2015 sur la radio Europe 1 :

« … je réaffirme ici que dans le collège 2016, tous les collégiens pourront avoir accès à la culture antique, à la civilisation antique et à la langue latine et grecque parce que nous avons prévu les heures qu’il faut, qui sont exactement la même quantité qu’aujourd’hui, mais pour tous les collégiens. »

(http://www.avenirlatingrec.fr/actualite/ministere/239-n-vallaud-belkacem-ce-latin-et-ce-grec-qu-on-trouve-si-formidables)

Dernière bonne nouvelle, après une année d’absence, l’université d’été qu’est Académie des langues anciennes reprend du service cette année à Pau du 17 au 27 juillet 2017, avec trois cours de grec (débutant, moyen, avancé) assurés par Capucine Agard, Anne Petrucci et Eric Dieu. Voir le site : http://www.academie-des-langues-anciennes.fr

Académie des langues anciennes 2017

Quant à notre numéro de mars, il fait onze articles, soit trois de plus que d’habitude :

1 Rose Varténi Chetanian : « Le Pasteur d’Hermas »

https://ch.hypotheses.org/1769

2 Poème grec de Panos Dracopoulos traduit par Janine Kaminski « Passage »

https://ch.hypotheses.org/1778

3 Fabien Reiter « les jetons de bière et de banquet… » (traduction J. et M.-L. Kaminski)

https://ch.hypotheses.org/1791

4 Stavros Zaphiriou : « Le petit pilote » (fin)

https://ch.hypotheses.org/1799

5 Sylvie Tisserand : « L’enseignement du grec à la Flèche »

https://ch.hypotheses.org/1811

6 Christian Boudignon : « Pénélope était-elle à la Chambre ? »

https://ch.hypotheses.org/1817

7 Bernard Boyaval : Epigrammes funéraires

https://ch.hypotheses.org/1821

8 Paul Challobos : « Micro-macron… »

https://ch.hypotheses.org/1829

9 Colline Ferrant : Le péripatétisme

https://ch.hypotheses.org/1837

10 Nouvelle grecque de Kiki Dimoula traduite par Simone Taillefer : « Le déclin de la vie »

https://ch.hypotheses.org/1844

11 Jean-Victor Vernhes : l’étymologie de τὸ ἴχνος

https://ch.hypotheses.org/1854

Bonne lecture !

Christian Boudignon

Jean-Victor Vernhes part sur la trace des ἴχνια [ikhnia] « traces »

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 146, mars 2017, article onze

Une étymologie pour τὸ ἴχνος, ‘la trace’ ?

Et le mystère du vers XIII, 71 de L’Iliade.

 

mosaïque des colombes, maison du faune, Pompéi (wikicommons)

 

Ce terme : τὸ ἴχνος, ainsi que son dérivé : τὸ ἴχνιον signifie ‘trace de pas’ ou, plus généralement, ‘trace’, avec le plus souvent l’idée de ‘piste à suivre à la trace’. Ces termes se rencontrent généralement au pluriel. On a de même ἰχνεύω, ‘suivre à la piste’, en particulier à propos de chiens ou de chasseurs avec des chiens ; ἡ ἴχνευσις, ‘l’action de suivre à la piste’…

Quant à l’étymologie : «Herkunft unklar (origine obscure)», dit Frisk ; «obscure», dit Chantraine, en ajoutant que « Le rapprochement souvent proposé avec οἴχομαι ‘s’en aller’ reste en l’air »  ; <?>, dit Beekes.

Dans des contextes de chasse ou de poursuite, les ἴχνη sont ce grâce à quoi on peut parvenir (ἱκνεῖσθαι) jusqu’à l’objet que l’on poursuit, et ce peut être la tanière de la bête. Ainsi dans l’hymne homérique composé en son honneur, nous voyons Hermès se faire voleur des vaches d’Apollon :

« Hermès arriva aux montagnes ombragées de la Piérie

où les vaches immortelles des Dieux bienheureux avaient leur étable

et paissaient dans des prairies drues et appétissantes.

Le fils de Maïa, Argeiphontès au regard perçant,

retrancha du troupeau cinquante vaches aux puissants mugissements.

Il les détourna en les poussant par un terrain sablonneux,

ayant mis les traces en sens contraire, plein de son art de la ruse,

intervertissant la place de leurs sabots : en arrière ceux de devant,

en avant ceux de derrière, lui même étant dans l’autre sens. » (v. 70-78)

C’est ainsi que ces vaches…

« sans fatigue arrivèrent à une étable à la haute voûte

et à des abreuvoirs face à une prairie superbe. »  (v. 103-104)

Pour Hermès ce n’était pas un problème que de pousser ainsi devant soi un troupeau de vaches marchant à reculons, l’essentiel étant pour lui qu’en ayant mis les traces en sens contraire (ἴχνι᾽ἀποστρέψας) il avait rendu impossible de faire ce à quoi ces ἴχνια auraient normalement servi, c’est à dire de parvenir (ἱκνεῖσθαι) à l’étable à la haute voûte où les vaches étaient installées.

Cette légende se prolonge dans le drame satyrique de Sophocle Les Limiers (Οἱ ἰχνευταί). Les Satyres, qui forment le chœur, espérant gagner la récompense promise par Apollon, s’efforcent de retrouver ces vaches en observant leurs traces.

Dans le sud de la Thessalie se trouve la ville d’Ἴχναι, dont la localisation précise est dificile, et Thémis, déesse de la Justice, y avait un sanctuaire, d’où le titre d᾽Ἰχναίη Θέμις qui lui est donné dans l’hymne homérique À Apollon Délien, vers 94. Thémis, déesse de la Justice, qui suit le coupable à la trace jusqu’à ce qu’elle arrive à lui pour le châtier, est à juste titre qualifiée d’Ἰχναίη. De même Némésis est qualifiée d’ Ἰχναίη παρθένος dans l’Anthologie Palatine, IX, 405, 1.

Voilà pour la sémantique de ἴχνος, ἴχνιον, ἰχνεύω, ἴχνευσις… Nous en tirons…

notre hypothèse étymologique

Cette relation que nous découvrons entre ἴχνη et ἱκνεῖσθαι nous suggère de rattacher τὸ ἴχνος à la racine *seyk-/*sik- de ce verbe, en posant :

*sik-snos (nous pouvons aussi écrire *σικ-σνος)

En proposant cet étymon, nous rattachons ce mot au petit groupe des substantifs neutres en -νος (Chantraine, La formation des noms en grec ancien, p. 420). Il a été souligné par Antoine Meillet que les mots de cette catégorie, qui remonte à l’indo-européen, ont souvent un sens juridique ou religieux. Ainsi en grec τὸ τέμενος, ‘l’enceinte sacrée’ ; en latin pignus, ‘le gage’, mūnus, ‘le service mutuel’, fēnus, ‘l’intérêt’… Ce que nous avons dit de la ville d’Ἴχναι et de la déesse Θέμις cadre avec cette valeur religieuse.

Dans ces mots en -νος, lorsqu’on discerne une étymologie, les degrés voca­­liques radicaux sont divers. Degré e dans τὸ ἔθνος, ‘la nation’ (racine *swedh-), degré zéro dans τὸ δάνος, ‘la portion attribuée’, de δατέομαι, ‘diviser’ (racine *deh2-). Nous avons dans *sik-snos posé un degré zéro.

En outre nous y avons introduit une variante *-σνος du suffixe, de même que l’on pose une variante *-σμα à côté de -μα (Chantraine, Formation, p. 175) et une variante *σμος- à côté de -μος (Chantraine, Formation, p. 138-139). Le traitement phonétique de -σ- est sa disparition avec dégage­ment d’une aspiration. Ainsi dans τὸ ἅρμα, ‘le char’ (<*ἀρσμα, sur la racine *ar-, ‘agencement, fabrication’) et dans ὁ πλοχμός, ‘la tresse’ (<*πλοκσμος : racine *plek, de πλέκω, ‘tresser’).

Comme dans le cas de πλοχμός, l’effacement du -σ- dans notre étymon *σικ-σνος dégage une aspiration qui fait passer le -κ- à -χ-. En outre l’aspi­ration dégagée par la sifflante initiale s’effacera sous l’influence de la seconde aspiration, celle du -χ- (loi de Grassmann, comme dans le cas de ἔχω <*seghō : voyez éventuellement ἕρμαιον, p. 174).

Objections et réponses

Il m’a été signalé par Remy Viredaz que cette proposition étymologique rejoint, mais avec des divergences sémantiques, une étude d’Oswald Panagl, parue sous le titre Zur Etymologie von griechischem ἴχνος, in Studies in Greek, Italic, and Indo-European Linguistics offered to Leonard R. Palmer…, Innsbruck 1976, 273-281 (non citée par Beekes, mais mentionnée dans le Lexicon des frügriechischen Epos).

  1. Panagl s’appuie sur un passage de l’Iliade (XIII, 71) dans lequel ἴχνιον, selon lui, ne pourrait signifier ‘trace’ mais quelque chose comme ‘démarche, allure’ de quelqu’un qu’on voit de dos, et ce serait le sens le plus ancien ; ἴχνια aurait donc signifié ‘pas, façon de marcher’ avant de signifier ‘trace’. Et l’auteur rattache, comme le faisons, le mot à ἱκνέομαι, mais en donnant à ce verbe le sens de ‘aller’.

Ces vues d’Oswald Panagl nous semblent critiquables sur deux points.

Premier point. Le verbe ἱκνέομαι n’a pas ce sens de ‘aller’. Il signifie ‘atteindre, arriver jusqu’à…’. Cela est net, au propre comme au figuré, non seulement dans ce verbe, mais aussi dans les autres mots formés sur cette racine. Nous avons ἱκανός, qu’on traduit par ‘capable’ : celui qui est ἱκανὸς μάχεσθαι,‘capable de combattre’, c’est celui qui, dans le domaine d’activité défini par μάχεσθαι, y arrive ! L’ἱκέτης, c’est ‘le suppliant’, celui qui dans sa détresse, dit à la personne qu’il supplie « ἱκνοῦμαί σε ». On traduit cela par « je te supplie » ; mieux vaudrait dire : « dans ma détresse je parviens à toi, sur qui je compte pour mon salut ». Ce fait que je parviens à toi est l’élément de cette situation physique et morale servant à exprimer la situation toute entière (ce qu’Arsène Darmesteter, linguiste du XIXe siècle, appelait le ‘déterminant’).

L’explication étymologique d’O. Panagl est donc inexacte pour cette question de sémantique.

Second point. Nous allons montrer, en étudiant avec précision le passage concerné de l’Iliade (XIII, 68-72), et en particulier du vers 71, qu’il n’y a pas lieu de donner à ἴχνια le sens de ‘façon de marcher, allure’.

Dans ce chant XIII, Poséidon, ayant pris la forme du devin Chalcas, vient encourager les Achéens qui ont subi de rudes coups de la part des Troyens. Ajax, fils d’Oïlée, l’a reconnu. Alors il s’adresse à l’autre Ajax, fils de Télamon, pour lui faire part de cette découverte (pour le passage à problème, nous donnons seulement le texte grec, sans le traduire pour le moment), en lui disant :

«Ajax ! C’est un des Dieux Olympiens qui sous les traits du devin nous ordonne à nous deux de combattre auprès des nefs, et ce n’est pas Calchas, l’augure divinement inspiré.

ἴχνια γὰρ μετόπισθε ποδῶν ἠδὲ κνημάων

ῥεῖ᾽ ἔγνων ἀπιόντος ·

Oui, les dieux sont aisés à reconnaître. »

Voici les deux types de traduction des vers laissés en grec (vers 71-72) :

1- «Les traces de ses pieds, de ses pas, je les ai facilement reconnues à son départ.» (traduction Eugène Lasserre, Garnier-Flammarion, 1965). Le traducteur a conservé le sens de traces pour ἴχνια, mais pour éviter une certaine bizarrerie, il a remplacé jambes par pas.

2- «J’ai, par derrière, sans peine reconnu, alors qu’il s’éloignait, l’allure de ses pieds, de ses jambes.» (Traduction Paul Mazon, dans la ‘Collection des Universités de France’, 1949). Voici ἴχνια traduit par allure : même position que chez O. Panagl.

L’érudit byzantin Eustathe, archevêque de Thessalonique (XIIe siècle), le lettré le plus savant de son temps, héritier d’une vaste érudition antérieure, nous a laissé des commentaires abondants sur L’Iliade et L’Odyssée. Il s’est interrogé sur ce qui donnait un caractère non-humain à la marche et aux traces du dieu dans le passage que nous étudions : «Ajax, par les seuls ἴχνη s’aperçut de la présence d’un dieu. C’est que Poséidon, dans son départ rapide et sa course légère, ou bien ne laissait même pas d’ἴχνη, la terre effaçant les empreintes de ses pas, ou bien faisait de larges enjambées et les ἴχνη étaient à de grands intervalles, non conformes à un pas humain, ou bien il faisait ἴχνη sur ἴχνη de façon extrêmement rapide, instantanée.»

Puis il ajoute: «Le mot κνημάων semble être superflu : les κνῆμαι (les jambes) n’impriment pas d’ ἴχνη, mais par la pression de leur poids donnent plus de profondeur aux ἴχνη.»

Deux choses nous apparaissent dans ce passage d’Eustathe : 1- L’auteur emploie le mot ἴχνη renvoyant aux ἴχνια du vers d’Homère, de façon répétitive, avec sens de ‘traces’ et non pas de ‘démarche’. 2- Le vers 91 est senti comme un peu bizarre, avec son allusion aux jambes du dieu, et pas seulement à ses pieds.

Voyons ce qu’en disent les éditions modernes de L’Iliade

Il suffira de quelques exemples :

Éd. W. Leaf et M.A. Bayfield (1ère éd. 1898) : « ἴχνια can hardly mean footprints here ; perhaps ‘movements’ or ‘gaits’, if, as probable, the word is connected with ἱκνεῖσθαι. »

Éd. Willcock (1984). « It is a rather awkward expression, but has no obscure meaning. »

Lexicon des frügriechischen Epos, 13e tome (1989) : ἴχνια est consi­déré comme un dérivé en -io- de *ἴχνη, ‘Gang, Schreiten’ (‘marche, allure), présenté comme une formation déverbale sur ἱκ-.

The Iliad. A commentary. éd. G.S. Kirk (1992). Les commen­taires au chant XIII sont de Richard Jenko. Voyons la note au vers 71 où nous lisons : « Aias’ recognition of a god from the ἴχνια of his ‘feet and shins’  is odd. If he is known from his footprints, why mentions his shins ? (La façon qu’a Ajax de reconnaître une divinité à partir des ἴχνια de ses ‘pieds et tibias’ est bizarre. Si elle est reconnue par ses empreintes de pieds, pourquoi mentionner ses tibias ?)»

En somme, certains comprennent ἴχνια de la façon usuelle, comme Eustathe, avec le sens de ‘traces’, tout en trouvant le vers un peu étrange, tandis que d’autres, pour donner au vers un sens parfaitement satisfaisant, donnent à ἴχνια la signification inconnue par ailleurs de ‘démarche, allure’, qui convient au mouvement des pieds et des jambes.

Certains de ces derniers, allant plus loin, dérivent ἴχνια du thème de ἱκνεῖσθαι, mais alors il leur faut, comme l’a fait fait O. Panagl. donner à ce verbe un sens ad hoc, le sens de ‘se déplacer’.

On pourrait écrire tout un article sur les commentaires qui furent faits sur ce vers, et sur les diverses traductions ! Nous nous déroberons à cette tâche oiseuse, préférant nous intéresser à ce qui aurait dû être un préalable :

L’établissement du texte et sa transmission

Au lieu de ἴχνια, Zénodote, premier directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, au IIIe siècle av. J.-C., et Aristophane de Byzance, qui eut cette fonction au début du siècle suivant, voulaient ἴχματα dans ce vers. Ces grammairiens, grâce aux documents qu’ils avaient en leur possession, avaient conclu que le terme insolite de ἴχματα avait été remplacé par l’usuel ἴχνια, qui en est un équivalent métrique. Ils ont sans doute appliqué le principe de la lectio difficilior (lorsqu’on a dans la tradition manuscrite deux variantes dont l’une est un terme usuel, l’autre un mot rare, il est probable qu’il y a eu substitution du terme usuel au terme rare, ce dernier représentant la tradition la plus ancienne).

Mais d’où vient donc ce ἴχματα, qui se comprend aisément comme une variante de ἴχνια, et a cédé sans difficulté la place à ce dernier terme ? Il pourrait être une variante de ἴχνος (suffixe -μα ai lieu de suffixe –νος). Mais on le fait venir généralement (Liddell-Scott, Chantraine, Beekes) du mot peu usuel ἴθματα par substitution de χ à θ sous l’influence de ἴχνια.

Ce mot ἴθματα est formé sur le même thème que ἰ-έναι, ‘aller’, au moyen du suffixe -θμα (variante de -μα), et signifie ‘démarche, allure’. Nous ne le connaissons qu’au pluriel ; mais ce n’est pas un pluriel de pluralité, c’est un pluriel à valeur de collectif.

On le trouve dans L’Iliade, en V, 778 : Αἳ δὲ βάτην, τρήρωσι πελειάσιν ἴθμαθ᾽ὁμοῖαι, Et les déesses (Héra et Athéna) s’en allèrent d’une démarche pareille à celle des timides colombes. Ce vers se retrouve sous une forme presque identique dans l’hymne homérique À Apollon Délien, vers 114 : Βὰν δὲ ποσί, τρήρωσι πελειάσιν ἴθμαθ᾽ὁμοῖαι. Elles s’en allèrent à pied, d’une démarche pareille à celle des timides colombes.

Εt chez Callimaque, hymne VI, À Déméter, vers 58 : (à propos de Déméter) : ἴθματα μὲν χέρσω, κεφαλὰ δὲ οἱ ἅψατ᾽Ολύμπω, ses pas touchaient la terre, et sa tête l’Olympe (dialecte dorien).

Ce mot ἴθματα, mal connu, se prêtait à des déformations : dans le vers que nous venons de voir de l’hymne À Apollon Délien, certains manuscrits donnent ἴδμαθ’, ἴσμαθ’, ἴσθμαθ’. Pour la même raison, du fait d’aèdes ou de copistes, le ἴχματα de Zénodote et d’Aristophane de Byzance a pu se substituer à un plus ancien ἴθματα dans ce vers XIII, 71 de L’Iliade.

Le premier mot de ce vers aurait été, successivement :

ἴθματα   ἴχματα   ἴχνια

Nous pouvons donc établir le texte de la façon suivante :

ἴθματα γὰρ μετόπισθε ποδῶν ἠδὲ κνημάων

ῥεῖ᾽ ἔγνων ἀπιόντος,

Dès lors la traduction Mazon n’est plus critiquable : «J’ai, par derrière, sans peine reconnu, alors qu’il s’éloignait, l’allure de ses pieds, de ses jambes. »

Les problèmes que nous avons vus venaient de ce qu’il aurait fallu à notre vers XIII, 71, pour être satisfaisant, un substantif initial signifiant ‘allure, démarche’. Avec ἴθματα, nous avons cela.

Ces considérations ne sont pas de la pure conjecture. En effet, le manuscrit A (Venetus Marcianus 454) du Xe siècle, conservé à la Biblioteca Marciana à Venise, comporte des notes brèves en marge du texte, des deux côtés, ou entre les lignes, qui viennent essentiellement — excusez du peu — d’Aristarque, le plus renommé des grammairiens grecs, qui à la tête de la Bibliothèque d’Alexandrie fut le second successeur d’Aristophane de Byzance. Et une de ces notes nous donne justement pour ce vers la leçon ἴθματα.

Conclusion

Nous espérons avoir ainsi étayé notre hypothèse présentée supra, rattachant à la racine de ἱκνεῖσθαι, ‘parvenir’ (et non ‘se déplacer’) le mot ἴχνος, ‘trace’ de pas créant une piste (et jamais ‘allure’), et avoir, chemin faisant, présenté une restauration plausible du vers XIII, 71 de L’Iliade

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

Hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

 

Simone Taillefer vous offre la traduction française d’une nouvelle de Kiki Dimoula

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 146, mars 2017, article dix)

 Le déclin de la vie

Van Gogh, Les Alyscamps (Arles) wikicommons

 

[Kiki Dimoula, née en 1931,  est une icône de la poésie grecque actuelle. Elle a reçu en 2009 le prix européen de littérature. 
Il est aujourd’hui très difficile de trouver des éditeurs pour la littérature néo-hellénique : ils répondent que les Français ne la connaissent pas et par conséquent ne l’achètent pas et qu’ils ne veulent donc pas prendre de risques. Exemple parfait de cercle vicieux !
Simone Taillefer a donc publié en 2013 et 2015, en auto-édition à compte de traducteur,  deux titres : « Femmes de Grèce » de Galatée Kazantzaki (voir https://ch.hypotheses.org/1160) et « Comme le roseau dans la plaine » de Vanguélis Kolonas, que certains d’entre vous ont peut-être lus.
Elle a franchi à présent une nouvelle étape en créant une minuscule maison d’édition : « Monemvassia » ( ce site extraordinaire dont le nom, oh combien symbolique, signifie « unique entrée » ), sous la forme d’une association Loi 1901.
Elle a publié un recueil de nouvelles intitulé « Hors programme » en vente à l’adresse suivante (Prix : 10 € + 3€ de port, franco de port à partir de deux livres commandés) :        Editions Monemvassia, n° 1071 Chemin du Nouau, 34730 Prades le Lez, 04 67 59 73 16 ]
***

On ne peut pas dire exactement ce qui se passe avec ce chien fou au poil noir et ce petit vieux hirsute et ahuri. Ils sont apparus sur la place dans un élan si brusque, comme poussés par un grand vent furieux. On ne peut dire si c’est le vieux qui promène le chien ou l’inverse. Impossible non plus de certifier à coup sûr lequel des deux porte au cou le collier de cuir. En tout cas, si c’est le chien qui le porte, le vieillard en souffre, quelque chose lui serre le cou, comme s’il étouffait.

Il ressemble à un étranger qu’on ferait entrer de force dans un salon, à un innocent dans une prison, à un égaré dans un autre monde. Et comme il affermit ses pieds sur le sol en penchant le corps en arrière pour que les bonds du chien ne le renversent pas, on dirait qu’il refuse d’entrer dans ce monde, qu’il veut rester dans le sien. Mon Dieu, fallait-il que tu donnes à chacun son monde ?

Je suis la scène assise sur un banc, le vieillard est entraîné par le chien, de vieux papiers par le vent et quelques feuilles aussi sont arrachées à leur monde.

Et soudain au moment où tout tombe dans un grand doute, le vieillard se retrouve assis sur mon banc. Hors d’haleine, il attache le chien et réussit à murmurer :

— Pourquoi m’être mis dans la tête de venir à Athènes pour me faire balader par un chien ?

Le chien attaché, furieux, déchire deux ou trois feuilles jaunies. Le vieux le gronde :
— Laisse les feuilles tranquilles…
Je suis émue par cette tendre protection de l’automne.

— Nouveau venu ? dis-je d’un ton accueillant.

— Tout à fait. Mes enfants habitent ici depuis longtemps et mouraient d’envie qu’on soit tous réunis. Ma vieille aussi en mourait d’envie : allons-y, allons-y, qu’on ait quelqu’un pour nous fermer les yeux… Et un beau matin ma fille est venue dans l’île, elle a vendu toutes nos affaires, fermé les volets, barricadé les portes, nous a traînés sur le bateau… Et on est arrivé à Athènes…

— Ça ne vous plaît pas, Athènes ?
— Ça va.
— Peut-être que le bruit vous fatigue…
— Ça va.
— C’est une autre vie ici certainement..
— Ça va.
— Vous avez perdu vos amis …
— Je m’en fiche. Je me fiche de tout. Sauf de ma table de nuit. Ils auraient pas dû la vendre… Ils pouvaient bien balancer tout le reste. Mais ma table de nuit, il fallait pas, je l’avais fabriquée… tout seul, en attachant ensemble des bouts de bois. Je l’avais à côté de mon lit, avec son petit tiroir et sa petite clé, et dedans j’enfermais ma montre, mes lunettes, ma pipe. Ma vieille râlait : pourquoi tu fermes à clé, mon pauvre ? Tu caches ta pipe ? Pourquoi tu fermes à clé ? Ça me fait plaisir, je lui disais. J’ai supplié ma fille : laisse-moi la prendre, juste ça, je te bénirai, laisse-la-moi…Rien à faire. On t’en prendra une moderne, qu’elle a répondu.

— Et alors elle vous en a pris une ?
— Pas encore. C’est pas urgent, père, qu’elle me dit. Et même si elle m’en prend une… C’était autre chose ma table de nuit, fabriquée de mes mains, avec sa petite clé, la prunelle de mes yeux… Allez, Loukas, on y va, on a assommé la dame avec nos histoires de famille. Allez, ramène-moi à la maison.

C’est le chien de mes enfants, me dit-il. Emmène-le promener, père, qu’ils m’ont dit, pour faire des connaissances… Qu’est-ce que j’en ai à faire des étrangers ? Si seulement j’avais ma table de nuit, je m’en passerais bien des connaissances… Allez, Loukas, on y va.

Coline Ferrant : « Péripatéticiens, péripatéticiennes de tous pays, unissez-vous ! »

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article neuf

Περιπατέω, péripatétisme et péripatéticiennes*

 

Aristote chevauché par une courtisane, Liberal da Verona, Trionfo dell’amore, della castità, Musée Catelvecchio de Vérone (cliché N. Barakat)

[Coline Ferrant  fait le point sur une certaine « philosophie de la marche » pour reprendre un titre d’ouvrage à la mode : le péripatétisme]

Le verbe grec περιπατέω signifie « circuler, aller et venir, se promener » et par extension « se comporter, se conduire, vivre de telle ou telle manière »[1]. La philosophie péripatéticienne a pour origine l’école fondée par Aristote. La tradition rapporte qu’Aristote enseignait dans le lieu où se réunissait son école, le Lycée, en se promenant. Cicéron, dans les Académiques, explique : « qui erant cum Aristotele Peripatetici dicti sunt, quia disputabant inambulantes in Lycio » (« ceux qui suivaient Aristote, furent nommés péripatéticiens, parce qu’ils discouraient en se promenant dans le Lycée »[2]).

Distinguons alors aristotélisme et péripatétisme. L’aristotélisme est, historiquement, la doctrine élaborée par Aristote (384 avant notre ère – 322 avant notre ère), telle qu’elle nous est connue par les écrits conservés et publiés par le philosophe péripatéticien Andronicos de Rhodes au Ier siècle avant notre ère. Pour rendre compte de la tradition aristotélicienne à des époques qui ne sont pas contemporaines à Aristote, des épithètes sont apposées au terme initial. Par exemple, l’expression aristotélisme médiéval désigne le rôle de la pensée d’Aristote à l’époque médiévale, avec trois phases : l’aristotélisme éclectique (œuvres païennes du XIIIe siècle), l’aristotélisme radical ou hétérodoxe (l’« averroïsme latin », selon l’expression d’Ernest Renan[3]) et l’aristotélisme chrétien (notamment le thomisme).

Le péripatétisme désigne les courants philosophiques qui considèrent que les écrits d’Aristote ont valeur de vérité ; ce sont des fondements que les philosophes doivent désormais commenter et expliciter. Les péripatéticiens, notamment Alexandre d’Aphrodise (IIe siècle de notre ère) et Thémistius (IVe siècle de notre ère), réécrivent les œuvres d’Aristote en éclairant les points ambigus. Aristote est appelé « le Philosophe » dans les écrits scolastiques du Moyen-Age ; Averroès, surnommé « le Commentateur » écrivit un Grand Commentaire[4] de De l’âme[5], l’un des textes d’Aristote les plus commentés par les péripatéticiens. A la Renaissance, plusieurs philosophes humanistes s’inspirent du péripapétisme thomiste, par exemple Jean Pic de la Mirandole. A l’époque moderne, le péripapétisme inspire les néothomistes, comme Franz Bertano et Antonin-Gilbert Sertillanges, et les averroïstes contemporains, notamment Ernst Bloch.

Ainsi, tandis que l’aristotélisme signifie la pensée d’Aristote et, quand complété par un adjectif, l’héritage de celle-ci dans les courants philosophiques ultérieurs, le péripatétisme fait référence, à l’époque d’Aristote, à son école philosophique, et plus tard, aux efforts de prolongement de sa pensée par des gloses, commentaires et exégèses. On peut être aristotélicien sans être péripatéticien, mais on ne peut pas être péripatéticien sans être aristotélicien.

L’adjectif péripatéticien a été importé par le jargon étudiant pour désigner ce qui se fait en marchant. Substantivé, par parenté de signification avec l’expression faire le trottoir, le terme a fini par désigner les prostituées.

 

Coline Ferrant

Northwestern University

Sciences Politiques

 

 

* Je remercie chaleureusement Charles Delattre pour son enseignement et ses suggestions.

[1]   Bailly, Anatole (2000) [1985], Le grand Bailly dictionnaire grec-français, Paris : Hachette, p. 1533.

[2]   Cicéron (1848) [-45], Œuvres complètes, sous la direction de Désiré Nisard, Paris : J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp., p. 427.

[3]   Renan, Ernest (2004) [1852], Averroès et l’averroïsme, Rennes : Ennoïa.

[4]   Averroès (1998), L’intelligence et la pensée : Sur le De anima, traduction de Alain de Libera, Paris : Flammarion.

[5]   Aristote (2005), De l’âme, traduction de Pierre Thillet, Paris : Gallimard.

Bibliographie citée

Aristote (2005), De l’âme, traduction de Pierre Thillet, Paris : Gallimard.

Averroès (1998), L’intelligence et la pensée : Sur le De anima, traduction de Alain de Libera, Paris : Flammarion.

Bailly, Anatole (2000) [1985], Le grand Bailly dictionnaire grec-français, Paris : Hachette.

Cicéron (1848) [-45], Oeuvres complètes, sous la direction de Désiré Nisard, Paris : J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp.

Renan, Ernest (2004) [1852], Averroès et l’averroïsme, Rennes : Ennoïa.

Bibliographie additionnelle

Bloch, Ernst (2008) [1949], Avicenne et la gauche aristotélicienne, Paris : Premières Pierres.

De Libera, Alain (2009), La philosophie médiévale, Paris : PUF.

Van Steenberghen, Fernand (1955), The Philosophical Movement in the Thirteenth Century, Edimbourg : Thomas Nelson & Sons.

Paul Challobos : « Micro-Macron sous le Poecile »

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article huit

Micro-Macron sous le Pœcile

(rondel)

 

Sur un thème d’Ésope revu par Voltaire ;

arrangement de Paul Challobos

 

Esope dans la Chronique de Nuremberg de 1493 (Wikicommons)

 

[ Notre fidèle  chroniqueur, Paul Challobos nous présente ici un petit poème à la façon de Voltaire et, pour la thématique, d’Esope. On pense à la fable du dauphin et du singe. Un singe embarqué sur un bateau qui fait naufrage est recueilli par un dauphin qui le prend pour un homme.  Arrivant au port du Pirée, le dauphin lui demande s’il est d’Athènes. Le singe lui déclare y avoir de glorieux parents. Le dauphin demande s’il connaît le Pirée. Le singe lui répond qu’il est un de ses vieux amis. Alors le dauphin le jette à la mer…On pense aussi  à la fable  du pêcheur jouant de la flûte. Le pêcheur se désespère de faire danser les poissons avec sa flûte mais, une fois pris dans ses filets, alors qu’il a arrêté de jouer, il s’exaspère de les voir frétiller. Challobos imagine ici notre candidat à l’élection présidentielle, le camarade Macron, à Athènes, sous le Portique aux peintures variées, ou Portique Poecile, là où se réunissaient les intellectuels dans l’Antiquité.]

 

Macron n’a rien d’un imbécile

et son babil n’est pas du vent.

Il disserte sous le Pœcile

et prononce un discours savant.

 

Ainsi, la Guyane est une île 1 :

qui s’en doutait auparavant ?

Macron n’a rien d’un imbécile

et devrait parler plus souvent.

 

Il s’expatrie (ou bien s’exile)

en Guadeloupe 2, et va rêvant

à sa France, en nous écrivant

que Villeurbanne est près de Lille 3 :

Macron n’a rien d’un imbécile.

 

1 Propos tenus par E. Macron devant les journalistes le 27 mars 2017.

2 Challobos, dans un raccourci malicieux, attribue ici à E. Macron lui-même un voyage effectué en réalité par un de ses jeunes admirateurs en partance pour la Guadeloupe, lequel s’était photographié à ses côtés et dont le politicien avait ainsi commenté l’auto-cliché, dans son Tweet du 16 décembre 2016 : « Avec Matthias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël… »

3 E. Macron, Révolution. Paris, éd. Xo, novembre 2016, p. 122 : « Lorsqu’on habite Stains en région parisienne ou Villeurbanne en région lilloise, il est plus simple de créer son entreprise…»

Bernard Boyaval redonne du rythme aux épigrammes funéraires

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 146, mars 2017, article sept)

Notes sur quelques épigrammes funéraires

 

« Il avait déjà achevé le cycle des 53 ans » : Rembrandt, Autoportrait à 53 ans, 1659, Galerie nationale, Washington

Sur une expression de la filiation

       Dans leur Bulletin épigraphique de la REG 81, 1968, p. 422, n° 7, J. et L. Robert ont reproché à certains éditeurs de stèles d’avoir ignoré la règle de grammaire qui impose à l’expression de la filiation les constructions Ἀρτέμων Ἀπολλωνίου ou Ἀρτέμωνος τοῦ Ἀπολλωνίου (Artémon, fils d’Apollonios). En bonne langue, en effet, on ne peut ajouter l’article défini devant le patronyme que si le premier nom est au génitif.

       À propos du tour fautif Ἀρτέμων τοῦ Ἀπολλωνίου, ils ont ajouté : « cela n’est pas grec ; il n’y en a aucun exemple ».

       Or, une étiquette du Louvre, CRIPEL 3, 1975, n° 579, p. 233 porte : Κόραξ τοῦ Πανᾶ{ς}.

       Dans la même littérature, on trouve aussi nom et patronyme, tous deux au génitif sans article devant le second. Vu la fréquence des errements, je ne cite que trois exemples, pour ne pas accabler le lecteur :

Sammelbuch 1   1187           Σεναπολλωνίας Πλαντᾶτος

                          1227           Ῥοδοκλείας Ποστόμου

CRIPEL 3 n° 507, p. 216     Ποσειδῶνος Σαραπίωνος.

   La règle énoncée plus haut a donc été malmenée. Faut-il voir dans ces manque­ments une évolution tardive de la langue, puisque ces étiquettes sont d’époque romaine, l’ignorance de milieux peu hellénisés, puisqu’elles émanent d’ateliers indi­gènes d’embaumement, doit-on, plus simplement, penser que cette règle de gram­maire n’était pas jugée, à l’époque, aussi contraignante que J. et L. Robert l’avaient supposé ?

Orthographe et versification

       Dans Ὁ Λύχνος 98 (2004), p. 53, 111 (2009), p. 44 et 128 (2011), p. 65, un xi rend trois vers faux si l’on se fie à l’orthographe, mais les mêmes vers sont corrects si l’on admet que le retard de l’orthographe sur l’évolution phonétique y masque l’assi­milation de l’occlusive à la sifflante[1], -s- étant la prononciation de ce qui s’écrivait encore -ksi- à la date des épigrammes.

       Voici une nouvelle source d’embarras.

       Le groupe nasale N + dentale T est fréquent en grec ancien (ex. τριάκο-ντ-α, λύο-ντ-ες). Or, la nasale a fini par s’assimiler à la dentale, disparaissant parfois de l’écriture[2]. En Égypte, on repère les premiers signes de son effacement dès l’époque hellénistique, sur des papyrus des années 165-100 av. J.-C.[3]. La liste des témoignages s’allonge aux époques ultérieures[4].

       Les Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine d’E. Bernand, 1969, en fournissent deux exemples.

       L’épitaphe de Sarapion (n° 79, p. 319) présente, au v. 4, le pentamètre

μειλείχιον πάντεσι καὶ ἤπιον ἀνθρώποισι,

(lui qui était) doux et amène envers tout le monde.

       Le premier hémistiche ne peut être tenu pour correct qu’à la condition d’y sup­poser un dactyle (— u u) prononcé onpate. Aux iie-iiie siècles, date probable de l’épigramme (o.l., p. 319, note 1), cet hémistiche était donc phonétiquement correct, mais poète et graveur en ont maintenu l’orthographe traditionnelle.

       L’épitaphe du magistrat Abraham de Tell el-Yahoudiyeh (n° 16, p. 96) com­mence par l’hexamètre

πεντήκοτα τριῶν ἐτέων κύκλον ἤδ᾽ἀνύσαντα,

il avait déjà achevé le cycle des cinquante-trois ans (trad. Bernand)

       Pour que le vers soit correct, il faut restituer πεντήκοντα. Contrairement à Ber­nand qui pense que le texte gravé « n’est pas une erreur du lapicide » (o.l. p. 97), je crois que ce poème a souffert d’une initiative intempestive de son graveur. En effet, on pourrait imaginer que le poète grec ait écrit πεντήκοντα et que le graveur, peut-être indigène, lui ait substitué une orthographe phonétique correspondant à la pronon­ciation du temps, l’époque impériale. C’est l’explication la plus vraisemblable de cette bévue, unique dans ce poème métriquement correct.

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

[1]. M. Lejeune, Traité de phonétique grecque, 2e éd. 1955, § 55 et 57, p. 63-64 ; on peut trouver une liste de témoignages dans les Jahreshefte 23, 1923, Beiblatt p. 401 (établie par J. Zingerle).

[2]. M. Lejeune, o.l. § 130, p. 125-126.

[3]. E. Mayser, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit I, 1906, § 43 (c), p. 191.

[4]. F. Th. Gignac, A Grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods I, 1976, p. 116-117, § c (2).

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ « un terme technique d’origine peu claire ». Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba « la coupole, le dôme, le dais… ».

Babylone, ses voitures couvertes, ses « prostituées »

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. « La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques. »

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un « char à voûte » (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de « voûte, arche », et notamment de « voûte en berceau ». Il ne prend apparemment le sens de « pièce, chambre » qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe « chambrer » qui signifie à l’origine « loger dans une même chambre des camarades » puis aujourd’hui « faire ce qu’on fait entre camarades de chambre », c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, « chambre noire », utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : « jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre » ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.

Sylvie Tisserand : apprendre le grec au collège royal de la Flèche et au Prytanée (1603-2016)

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article cinq

L’enseignement du grec à La Flèche

 

Henri IV par Frans Pourbus le jeune, Château de Versailles, (Wikicommons)

 

L’enseignement du grec à La Flèche naît avec la fondation du collège royal offert par Henri IV aux jésuites en 1603. Il faut remonter aux motifs du développement des collèges jésuites à l’étranger et en France ainsi qu’aux raisons du Béarnais d’une implantation à La Flèche, petite ville mal pourvue pour accueillir un collège royal, afin d’ expliquer que ce lieu de villégiature personnelle se soit transformé en premier internat jésuite de France[1] (en effet, la France n’en comptera que 15 sur 90 établissements lors de la suppression de la Compagnie, lesquels ne dépassaient pas le quart des élèves), et pour justifier une politique favorable à l’enseignement du grec dans ce lieu. Ce ressourcement au grec se trouve ravivé à la Révolution qui veut faire table rase du modèle d’enseignement d’ancien régime lié étroitement au latin, langue de l’Église, et favoriser le grec, langue de la première démocratie et qui a fait naître à la Renaissance l’esprit de libre examen. À partir de 1821, de nombreux artistes et intellectuels embrassent la cause grecque et s’engagent aux côtés des indépendantistes grecs dans le pays natal de la démocratie en s’insurgeant contre l’occupant ottoman. L’imprimeur helléniste Firmin Didot embarque des livres pour le collège de Chios et des presses sur un bateau afin d’imprimer les premiers tracts de propagande[2], Napoléon lui-même formé dans cette empreinte grecque choisira un nom grec (soufflé par Jean-Baptiste Gail)- le Prytanée – pour le futur établissement modèle d’enseignement créé en juillet 1798, et pour la création des lycées et des gymnases (1802).

Le roi Henri IV connaissait-il le grec ?

La mère du futur roi de France, Jeanne d’Albret, fut le « premier exemple sûr de princesse française frottée de grec »[3], langue acquise sous la férule de son précepteur Nicolas Bourbon, et elle contribua au développement des études grecques en France[4]. Pourtant selon l’helléniste P. Boulhol, aucun roi n’a appris le grec, pas même François Ier, le premier et plus important mécène de l’hellénisme français, bien qu’entourés de précepteurs éminents dans les lettres grecques. Néanmoins, une rumeur bienveillante propagée par des biographes crédite le bon roi Henri d’une teinture de grec confirmée par le témoignage de Palma Cayet dans sa Chronologie novénaire[5]. Ce grand capitaine et brillant humaniste se vit confier l’éducation du jeune Béarnais vers 1560. Cependant, sa pédagogie consistait essentiellement à faire apprendre par cœur des maximes grecques choisies comme « Δεῖ φυγαδεύειν τήν στάσιν ἀπὸ τῆϛ πόλεωϛ (il faut chasser de la ville la sédition)» ! Selon Auguste Poirson, Henri IV savait suffisamment le grec pour en jouer et il rappelle parmi les souvenirs de lecture de jeunesse la fréquentation de Plutarque mais peut-être en traduction.[6] Néanmoins, le soin de choisir des précepteurs royaux lettrés en grec montre la faveur persistante de l’humanisme façonné à la Renaissance et le rôle joué par la culture grecque dans la formation morale des princes. Les enseignants jésuites peu favorables de manière doctrinale au grec si l’on s’en réfère aux institutions d’Ignace de Loyola vont l’être cependant dans la pratique pour des raisons stratégiques face au philhellénisme des enseignements protestants et notamment à La Flèche. Selon F. Lebrun, l’enseignement du grec fut plus développé dans les écoles protestantes que dans les établissements jésuites.[7] Nous verrons à la fin de cet article ce qu’il en fut à La Flèche.

Pourquoi du grec à La Flèche ?

Avant l’implantation du collège royal, La Flèche n’était pas sans attache avec la renaissance des lettres anciennes car un illustre humaniste, membre de la Pléiade, y possédait un manoir à la cour des Pins, Jean-Antoine de Baïf (Venise1532-Paris 1589). Il était fils de Lazare de Baïf (La Flèche 1496 -Paris 1547) qui fut successivement Ambassadeur à Venise, Conseiller au Parlement de Paris, Ambassadeur en Allemagne, Maître des Requêtes, et abbé de Grenetière et de Charroux. Chargé du renseignement pendant son Ambassade à Venise de 1531 à 1533, et étant allé s’enquérir d’un secret d’alcôve auprès d’une « Demoiselle de condition », il en eut Jean-Antoine de Baïf, qu’il fit ensuite légitimer. Lazare était un lettré fort savant ; il était disciple de Budé, et s’était rendu exprès à Rome pour y étudier le grec auprès de Marc Musurus (Μάρκος Μουσοῦρος), un Crétois. Il traduisit l’Électre de Sophocle en 1537 puis l’Hécube d’Euripide en 1550. Soucieux d’une bonne éducation, il fit transporter son fils en France dans son manoir de La Flèche peu de temps après sa naissance[8]. Il lui donna comme maîtres en latin Charles Estienne et Bonamy, et en grec Ange Vergèce[9], le savant crétois qu’il avait rencontré à Venise et qui créa des fontes grecques pour François Ier, avant de le confier à Tussan pendant son ambassade en Allemagne. Jean-Antoine montra plus tard sa maîtrise du grec en traduisant en 1573, dans les Œuvres en rime, l’Antigone de Sophocle. Le manoir existe toujours à La Flèche : le perron est surmonté de la devise : ΑΕΙ ΣΠΕΥΔΕ ΒΡΑΔΕΩΣ (aei speûde bradéōs : toujours hâte-toi lentement) reprise d’Auguste et que Baïf a peut-être adoptée en découvrant qu’elle était aussi la marque de l’imprimeur célèbre à Venise, Alde Manuce. Cependant, cet exemple de transmission du grec resta exceptionnelle jusqu’à la création du collège de La Flèche.

Les collèges de jésuites furent créés en partie pour contrecarrer l’influence et le succès du protestantisme tant à l’étranger qu’en France : « Le collège fera plus pour l’Evangile que tous nos sermons » proclama Pierre Toussaint en 1537. Loyola a établi un plan de conquête des âmes par la culture. Il faut réformer l’enseignement pour contrer les disciples de Luther et Calvin, parer la théologie de beauté pour séduire, introduire les esprits par les sciences inférieures à la science suprême. Ainsi dans ses Constitutions, Ignace de Loyola déclarait : « on apprendra les arts et les sciences rationnelles parce qu’elles disposent les esprits pour la théologie. »[10] Il consent à introduire avec prudence les nouveautés de l’humanisme pour rénover la scolastique médiévale. Il emprunte à la civilisation grecque un philosophe principalement –Aristote-, les grands mathématiciens et les belles lettres. Il retient du génie grec son aversion pour la démesure et l’orgueil humain.

L’accent sur les langues savantes est plus particulièrement porté par quatre collèges de la province de Paris qui comprend le collège de La Flèche. Là, la Ratio studiorum (la règle des études) est adoptée et adaptée dès la fondation. Elle comprenait treize classes distinctes dont six consacrées à l’étude du latin et du grec[11]. Le développement des lettres permettait de combattre les protestants avec leurs propres armes, alors que la théologie restait, pour le fondateur Ignace de Loyola, le but de toutes les études et le sommet de toutes les sciences.[12] Le collège catholique est le bras armé de la Contre-Réforme scolaire pour lutter contre l’hérésie. Ignace veut utiliser le courant humaniste pour la rénovation de l’Eglise, et les lettres anciennes pour défendre la Vulgate[13]. Cependant, si l’on nourrit la jeunesse d’auteurs profanes, c’est au moyen d’œuvres expurgées et de morceaux choisis, enrichis de la scolastique traditionnelle. L’Église catholique reste méfiante envers l’humanisme chrétien car en discréditant l’ascétisme traditionnel, en exaltant l’individu, elle considère qu’il fait le lit du mysticisme protestant, mais les collèges jésuites entendent fournir à la bourgeoisie du temps l’enseignement rénové aux sources antiques attendu.[14] Toutes les classes d’humanité s’orientent vers l’éloquence comme vers leur pôle principal, et la culture grecque y contribue, malgré une défiance envers cette langue portée par le protestantisme : qui graecabant lutherizabant (« ceux qui faisaient du grec devenaient luthériens ») avertit Nicolas de Bobadilla[15], un des premiers compagnons de Loyola. Dès le début des études grecques, Budé lui-même dut se défendre d’hérésie dans l’étude du grec au sein de son traité De transitu hellenismi ad christianum en 1535[16]. À La Flèche, le grec ne constitue pas une classe à part mais est intégré dans le programme des classes d’humanité et de rhétorique, conformément au plan prévu par Jéronimo Nadal. Celui-ci le plaça dans les lettres humaines et non pas après la théologie comme l’avait préconisé Loyola. En effet, ayant remarqué que beaucoup d’étudiants après l’étude du grec passaient ensuite à la Réforme, Ignace de Loyola ne voulait pas qu’il fût enseigné avant la théologie mais Nadal fit confiance à chaque supérieur pour adapter le contenu selon le contexte. À côté d’Aristote, le maître par excellence, on trouve les rhéteurs et poètes grecs dont Gabriel Compayré a donné la liste.[17]

À La Flèche, le contexte est particulier. Le lieu est choisi, nous l’avons dit, par Henri IV pour fournir à l’Église catholique un double gage de sincérité de sa conversion au catholicisme. Il donne aux jésuites un bien personnel (c’est un château de famille) sis à quelques lieues de Saumur la protestante dont il avait confié la place forte à un de ses amis, Philippe Duplessis-Mornay qu’on surnommait « le pape des huguenots ». Celui-ci y avait fondé en 1599 une Académie protestante qui sera supprimée le 8 janvier 1685 dans le cadre de la révocation de l’Édit de Nantes. Mais cette seconde Genève aura formé entre-temps de grands hommes de lettres et dÉtat, grâce à l’enseignement de docteurs prestigieux. À sa rivale, le collège royal de La Flèche qui portera son nom, Henri le Grand, il lègue également son cœur par l’édit de fondation en 1603.

À Saumur, le premier professeur de grec (et docteur en médecine) fut Jean Benoist (Joannes Benedictus), auteur avec Le Fevre d’une Méthode pour commencer les humanités grecques et latines[18]. Les professeurs Marc Duncan (de 1606 à 1624) et Tanneguy Le Febvre (de 1651 à 1670) lui succéderont. Accordons un intérêt particulier à Tanneguy Le Febvre car cet helléniste (1615-1672) fit ses études au collège des jésuites de La Flèche et confirma les réticences de Loyola par son parcours. Après avoir été quelque temps contrôleur de l’imprimerie royale, ce qui lui permit de comprendre les rouages techniques et économiques de cette prodigieuse servante de la diffusion des idées[19], en 1644, il se rendit à Is-sur-Tille, près de Dijon et s’y convertit au calvinisme avant de s’installer à Saumur en 1649 où il obtint, deux ans plus tard, un poste de professeur à l’académie protestante. Il occupa avec grand renom ce poste près de vingt ans, d’abord comme régent de troisième, puis comme titulaire d’une chaire de grec créée spécialement pour lui en 1665 mais sa légèreté de mœurs (il entretenait de manière notoire une maîtresse en ville) tout comme son éloignement du calvinisme le menèrent à des querelles avec le consistoire et il dut démissionner. Il tint également pension pour les élèves de l’académie, dont André Dacier qui devait épouser sa fille. L’érudit libertin publia au moins 37 ouvrages, dont des éditions, entre autres, de divers auteurs grecs non-conformistes comme Longin, Anacréon, Sappho, Apollodore d’Athènes, Aristophane ou Lucien et latins comme Virgile, Horace, Lucrèce, Térence ou Tite-Live. Une de ses filles, Anne Dacier, devint célèbre par ses traductions (notamment de l’Iliade et de l’Odyssée ) et le commentaire d’œuvres grecques destinées à l’éducation du jeune dauphin. Son fils, Tanneguy II Le Febvre (Saumur, 1658-Saumur, 1717), fut lui aussi régent au collège de Saumur mais comme son père et sa sœur Anne Dacier, il abjura. Quelques sources avancent sans justification que Tanneguy Le Febvre apprit seul le grec[20] : peut-être songent-ils aux commentaires de l’époque révélant la difficulté des collèges à se pourvoir de (bons) professeurs de grec ou aux avertissements de plusieurs imprimeurs en grec stipulant qu’ils s’adressent aux autodidactes mais cela semble peu vraisemblable lorsque l’on sait que le collège royal de La Flèche fut pourvu dès son ouverture en 1604 d’un professeur de grec et qu’à partir de 1606, des scholastiques furent envoyés à La Flèche pour apprendre sur les mêmes bancs que les écoliers les langues savantes [21]. En témoignent aussi les livres de prix en grec remis aux élèves dès les premières années.[22]

Etat de l’enseignement du grec à La Flèche au début du XVIIe s.

Le plus illustre témoignage que l’on pourrait avoir sur la qualité de l’enseignement du grec serait celui de René Descartes, ancien élève de 1606 à 1611, qui eut probablement le père Louis Cellot ou Pétau comme professeur mais Descartes est peu reconnaissant sur la valeur de l’apprentissage des langues anciennes : « un honnête homme n’est pas plus obligé de savoir le grec et le latin que le suisse ou le bas-breton. »[23] L’idée que se fait Descartes de la culture est incompatible avec la langue de la culture. À Stockholm, en 1649, selon Adrien Baillet[24], Descartes dénigrait comme inutile l’étude passionnée que la reine consacrait au grec sous la houlette de l’humaniste Vossius. De fait, il ne commente pas l’enseignement reçu. Tout juste savons-nous par lui que l’étude d’Aristote en classe de philosophie s’accompagnait d’une lectio du texte grec. Quant à son condisciple Marin Mersenne, même silence sur son enseignement, mais plus tard, en 1626, il publie, traduites du grec en latin, des œuvres d’Euclide, d’Apollonius de Pergé, d’Archimède, et d’autres mathématiciens grecs. Pourtant, c’est Aristote lui-même qui dans sa Politique explique que « chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres. »[25] Mais Descartes a peu de respect pour l’autorité de ce maître.

Néanmoins, pour mesurer le poids de la langue dans l’enseignement, il reste le catalogue établi en 1776[26] par les pères doctrinaires de la foi chrétienne : 42 titres de glossaires, grammaires et autres méthodes d’apprentissage de la langue imprimés avant 1762 occupent le fonds. Lorsque l’on examine ces instruments de l’enseignement des pères, on constate que ce ne sont pas ceux préconisés par la ratio studiorum [27]: bien que l’on y trouve les classiques de Clénard[28] (qui occupent avec succès aussi les bibliothèques des écoles protestantes) ou de Budé, la grammaire grecque n’est pas celle du Franciscain Urbano Bolzano, ni la syntaxe grecque de Jean Varennius ou Ceporinus, mais celle de Port-Royal, et non pas dans la version adaptée pour les collèges catholiques mais en version originale (ὁ Χάρτηϛ (ho Chartêϛ): le papier, la Charte[29], ὁ Μονίας (ho Monias): le Solitaire comme modèles de la première déclinaison ; φιλέω et τιμάω (philéō et timáō) aimer et honorer comme modèles de première conjugaison circonflexe): tous les modèles y ont une valeur morale, exemplaire.

Le temps consacré au grec en 4e (humanités) est de deux heures par jour sur six heures d’enseignement total. En outre, les élèves peuvent réciter publiquement des vers grecs à certaines occasions fêtées (visites illustres, fêtes de saints ou veilles de vacances) qui comprennent des représentations dramatiques composées par les professeurs. Est-ce que l’on procède à une chasse aux hellénistes à La Flèche comme au collège Sainte-Barbe ? Rien ne permet de le supposer, bien au contraire. Jouvency, dans son plan d’études, met le grec au-dessus du latin: Linguarum cognitio necessaria, prœsertim Grœcœ (une connaissance des langues est nécessaire, surtout le grec). «Les noms de Viger, de Jouvency, de René Rapin, de Brumoy, dit M. Egger[30], marquent une tradition de zèle pour les études grecques qui honore singulièrement la Compagnie de Jésus.» [31]

Les impressions grecques à La Flèche

Le travail des professeurs des Petites écoles stimulent l’édition, voire les rééditions, d’ouvrages de grande qualité comme la grammaire grecque de Clénard (huit éditions à La Flèche). La recension des titres grecs laissés par les jésuites à la bibliothèque de La Flèche montre une adoption des méthodes pédagogiques de Port-Royal, même quand elles sont décriées par des auteurs de la congrégation. Ainsi l’usage des méthodes de Claude Lancelot de 1655[32] (trois éditions à La Flèche) ou le Jardin des racines grecques (1657) attaqué par le père Philippe Labbe, jésuite, dans ses Étymologies de plusieurs mots françois, contre les abus de la secte des hellénistes de Port-Royal (Paris, 1661). Le succès du Jardin des racines grecques ne se dément pas jusqu’à la moitié du XIXe siècle puisqu’on en recense 104 éditions jusqu’en 1854. Il est en usage dans les écoles de l’Etat jusqu’à l’arrêté du 4 décembre 1863. Le projet de Port-Royal est de s’adresser aussi bien aux professeurs (bien montrer), qu’aux élèves (bien apprendre) et aux lettrés (ceux qui veulent « avoir une connaissance solide de cette langue »)[33].

Au nombre des classiques grecs imprimés à La Flèche avec la traduction latine, in gratiam classicae juventutis (à l’usage scolaire de la jeunesse), on trouve le troisième livre de l’Iliade, le troisième livre de l’Enéide, et l’Anthologie, édités pour le premier par la veuve Griveau, les deux autres par Louis Hébert. Les Dialogues de Lucien, cum novà versione et notis, ad usum collegiorum Societatis (avec une nouvelle traduction et des notes à l’usage des collégiens de la congrégation), sont destinés à être lus par les écoliers dans leur temps libre.[34] Ces indices pourraient corroborer une connaissance par la traduction mais la publication en 1611 d’un recueil de panégyriques rédigés par les élèves pour la mort de Henri IV en grec et en latin montre une bonne aisance dans la langue grecque. La première édition unilingue en grec imprimée à La Flèche est celle des discours et lettres d’Isocrate : Isokratous Logoi kai epistolai chez J. Rezé en 1608 qui semble être la première édition imprimée en France en l’état actuel des catalogues, ce qui confirme l’hypothèse d’un activisme grec à La Flèche, notamment du père Pétau, par émulation de celui de Saumur. Il sera aussi l’auteur d’une édition de Iuliani Imperatoris Orationes III = Ἰουλιανοῦ αὐτοκράτορος λόγοι (Discours de l’Empereur Julien l’apostat) en 1614 chez le même Rezé.

La prononciation du grec

La volonté d’opposition au protestantisme se poursuit par le choix de l’itacisme byzantin (prononciation -i- du êta et d’autres lettres) contre l’étacisme (prononciation -ê- du êta)  érasmien que les calvinistes avaient inscrit dans leur programme d’enseignement. Dès l’emploi du manuel de Clénard ou de la grammaire de Gretser, c’est la prononciation moderne issue de la koinè (la langue grecque hellénistique), correspondant à celle des lecteurs royaux, qui a été adoptée.[35]C’est ainsi que la prononciation moderne des jésuites, signe d’orthodoxie catholique, s’oppose à l’érasmienne (parce que mise au point par l’humaniste Érasme)[36] des protestants qui combine plusieurs états de langue pour une restitution qui n’a jamais été utilisée : c’est cependant cette dernière qui a triomphé, malgré les efforts des philhellènes au XIXe siècle favorables à une prononciation moderne (cf. Fleury Lécluse plus loin) ou restituée, popularisée dans les années 1980 par Stephen Daitz.

On peut rencontrer çà et là quelques témoignages, dans la littérature ou les manuels, de l’éducation jésuite reçue par l’auteur quand la transcription montre un usage de la prononciation moderne. Ainsi pour le grec utilisé dans les manuels de mathématique ou cette réplique chez Molière, dans Les Femmes savantes, dans la scène où Trissotin introduit Vadius[37] en faisant son éloge : « il sait du grec, madame, autant qu’homme en France » et plus loin « on voit partout chez vous l’ithos (ἦθος= ẽthos) et le pathos. » Cet itacisme (prononciation de la lettre ẽta en i) n’a plus cours, et le iôtacisme moderne (prononciation de plusieurs phonèmes vocaliques comme un i de iôta) n’est pas utilisé en France.

Du collège royal au Prytanée militaire

Le poids du grec et de la culture grecque reste sensible même après l’exil des jésuites bien que nous ne rencontrions plus le nom de bons hellénistes que ce soit dans le rang des professeurs ou des élèves après leur départ. Pour Compayré[38], la faute du faible niveau des études grecques est imputable aux jésuites mêmes. Il prend à témoin le roi du Portugal qui avait expulsé dès 1759 les jésuites, estimant qu’ils étaient responsables de la décadence des humanités et de la chute des langues grecque et latine. La révolution de 1762 formerait une « revanche du jansénisme » selon l’expression de Compayré. Cependant, ce pédagogue qui valorise les principes éducatifs et les méthodes d’enseignement de Port-Royal au détriment de ceux des jésuites expliquerait difficilement la présence à La Flèche de manuels d’Arnauld et Nicole ainsi que les œuvres de Rollin pourtant retirées de l’enseignement au collège du Plessis pour cause de sympathie envers le jansénisme. Son Traité des études eut beaucoup de succès et influença jusqu’à l’Émile. Sur le grec, il note que depuis la Renaissance, on l’a toujours enseigné, mais, avoue-t-il, sans grand succès. « Les parents sont peu disposés en faveur du grec. Ils ont, prétendent-ils, appris le grec, eux-aussi dans leur jeunesse et ils n’en ont rien retenu : c’est le langage ordinaire qui marque qu’on n’en a pas beaucoup oublié. » Il tient surtout à la version : « les auteurs sont comme un dictionnaire vivant et une grammaire parlante, où l’on apprend par l’expérience même la force et le véritable usage des mots, des phrases et de la syntaxe. » Le Plan d’éducation du président Rolland (1783) est dans la continuité du traité de Rollin. Il prescrit aussi les manuels d’éducation, notamment élémentaires, « que nous devons à ces pieux solitaires ». Pourtant, lui aussi déplore l’ignorance profonde du grec chez les élèves de collège. Il prône une liaison étroite du latin et du grec mais sans indiquer de méthode. Au collège royal confié ensuite aux pères doctrinaires de la foi chrétienne à partir de 1771, on trouve cependant des personnalités étranges comme celle d’Antoine Jeudy Dugour (1765-1849), frère de la Doctrine chrétienne devenu professeur au collège de La Flèche, aux activités troubles avant son exil en Russie après 1803 où il devint professeur et bibliothécaire de l’université de Kharkov. Ses compétences d’helléniste ne transparaissent que dans deux publications où il traduit ou bien parfait des traductions[39]. Un cahier d’élève datant du temps des pères doctrinaires montre pourtant que les compositions en grec nécessitaient un bon niveau. Mais c’est la transformation du collège royal en Prytanée qui marque un renouveau de l’enseignement du grec. Nous avons abordé en introduction la terminologie des termes entrés dans le nouveau modèle d’éducation. Il n’est pas négligeable de noter que le nom même de Prytanée choisi par J.B. Gail[40] inscrit l’établissement à la fois dans une continuité et dans une rénovation. Continuité dans les méthodes, rénovation par le choix des auteurs, plus accessibles dans le jeune âge (Esope, Xénophon, Théocrite), joliment illustrés, mis en vers pour la mémorisation.

Entre autres enseignants de grec, signalons le rôle important de Fleury Lécluse (1774-1845), professeur de grec au Prytanée français de Paris puis La Flèche, auteur également de manuels de langue grecque. Il avait inventé, pour enseigner la langue, ce qu’il nommait le Panhellénisme[41]. « C’était un tableau synoptique dans lequel il avait su renfermer les éléments de l’idiome grec avec toutes les explications nécessaires pour en transmettre en peu de temps la connaissance aux intelligences les plus rebelles. Celui qui écrit ces lignes peut certifier qu’il a vu des élèves obtenir en moins de dix-huit mois, par cette méthode, des résultats qui, par les procédés ordinaires, leur auraient coûté quatre à cinq années de travail assidu. Dès 1802, à peine âgé de vingt-huit ans, M. Lécluse publiait son Manuel de la langue grecque, ouvrage élémentaire, qui forma dans tout le cours de sa carrière le premier degré de son enseignement. »[42]L’autre aspect de la langue, plus militant celui-là, de Lécluse fut sa Dissertation sur la prononciation grecque[43].Il y développait les arguments des philhellènes favorables à la prononciation grecque moderne contre la tradition érasmienne : cette prononciation « selon la méthode orientale » dans une période de philhellénisme actif pour la guerre de libération des Grecs de 1821 et dans le cadre de la célèbre question de la langue grecque (savante ( καθαρεύουσα/ katharévousa) ou populaire (δημοτική/dimotikí)), rappelle Emile Egger, fut pratiquée par Jean-François Boissonade[44], à la Sorbonne et au collège de France, et par Jules David, suppléant de Boissonade , « ancien consul de France dans le Levant », et ancien élève du Prytanée[45].

Les belles lettres ont été illustrées aussi par l’enseignement de Henri Gœlzer en 1877 au Prytanée qui s’est surtout distingué par ses travaux de latiniste mais s’est montré aussi bon helléniste. Le brillant élève, Jules David (1783-1854), disciple de Gail, a appris le grec au Prytanée français avant d’aller enseigner le français à Chios encore occupée par les Turcs. A la fin du XIXe, nous trouvons le nom de Louis Gernet (1882-1962), professeur à La Flèche jusqu’en 1919 avant de partir enseigner à Alger. Il passa ensuite de l’hellénisme à la sociologie des institutions grecques sans perdre de vue l’aspect linguistique de cette culture. Le Centre Louis Gernet (Anthropologie et histoire des mondes antiques) a été créé en 1964 par Jean-Pierre Vernant en son honneur. Mais la palme d’honneur de l’hellénisme au Prytanée revient incontestablement à Anthelme Édouard Chaignet (1819-1901), fils d’imprimeur, qui passa trente-quatre ans de sa vie dans cet établissement, comme élève puis comme enseignant avant d’achever sa carrière à la faculté de Poitiers (1863-1879) dans la chaire grecque puis sous le gouvernement de Jules Ferry, comme recteur de l’Académie de Poitiers (1879-1890) où il précède Compayré. Ses travaux en philosophie ou philologie grecque lui procurèrent de nombreuses distinctions et prix. Mais sa carrière tout comme sa méconnaissance aujourd’hui montre la difficulté pour un non-normalien enseignant en province de prétendre ou d’accéder à la reconnaissance dans les grandes institutions nationales. Ainsi fut-il longtemps correspondant à l’Académie des sciences politiques et morales sans en devenir titulaire malgré les distinctions. Reste la valeur académique de ses travaux connus d’un petit cercle de chercheurs, tandis que le fruit de ses réflexions sur la rhétorique ou l’éducation est tombé dans l’oubli. Une douzaine de ses ouvrages sur les vingt-quatre publiés (les plus scolaires) enrichissent encore le fonds grec du Prytanée.

Pour les XXe-XXIe siècle, les noms de Jean-Claude Gaven, Éric Foulon et Alain Remy continuent à illustrer la double implication des professeurs du Prytanée dans l’enseignement et la recherche helléniques.

Pourquoi un affaiblissement du grec aujourd’hui ?

La faiblesse du grec dans l’enseignement vient de loin. Nous avons vu que Gabriel Compayré imputait aux jésuites la décadence des humanités grecques, parti-pris dont Dainville prend le contre-pied[46] en faisant remarquer que le nom même de classe d’humanités est une création des jésuites qui, durant quelques décades, vont leur redonner du lustre. Néanmoins, à côté des humanités latines, la place du grec était plutôt maigre : on aurait pu espérer un déploiement de ce dernier porté par la vague de la Renaissance mais il reste confiné à quelques heures par semaine en seconde et en rhétorique. Pour Dainville, cette disgrâce s’explique si on place l’humanisme dans une perspective de tradition romaine. Rome avait délaissé le grec qui ne jouait plus un rôle actif dans la culture du lettré moyen. Les professeurs de grec ne font pas carrière dans cette voie où le recrutement est difficile, et les enseignants souvent faibles. Pour réduire la dangerosité supposée de la matière, on l’expurge des textes qui pourraient la rendre attrayante et Du Bellay aussi, dans sa Défense et illustration de la langue française, (1549), conserve un souvenir ennuyé d’un enseignement infantilisant, alors qu’en Flandre, Allemagne et Pologne, les humanités gagnent en solidité dans les deux langues. La situation est aggravée par l’index issu de la dernière session du concile de Trente qui expurge les bibliothèques des œuvres grecques en grand nombre. Le précepte de la Ratio : non multa sed multum[47] est interprété par Polanco en : » Mieux vaut bien savoir une science que de toucher à beaucoup en sachant peu une ». Cette dénonciation d’une surcharge des matières mal digérées forme comme une longue complainte de Rabelais et Montaigne jusqu’aux allégements de programmes de nos jours. Pourtant, que d’heures passées sur l’éloquence, reine des disciplines, au détriment des textes. Pour conforter le parler latin, le grec est minoré et très souvent abordé dans un parallélisme avec le latin. De même que sous Quintilien, on apprenait aux enfants à parler le grec avant le latin pour l’asseoir, de même dans l’éducation d’ancien régime, le latin supplante le français et a fortiori le grec. Au XIXe siècle, un témoignage de Chaignet corrobore le jugement de Compayré sur l’attente sociale utilitariste et le poids des familles : « Je me souviens du jour où le grec fut supprimé des classes supérieures ! Quel triomphe (…) Quinze ou vingt promotions avaient travaillé à cette conquête par la résistance ouverte ou sourde, par le refus de travail, les sollicitations des familles »[48].

Sur le territoire français, l’enseignement du grec épouse la mémoire historique : le grec se porte mieux dans les anciens comptoirs grecs, c’est-à-dire dans le sud. On y voit reparaître à titre expérimental l’enseignement simultané du latin et du grec. A La Flèche, le choix d’une excellence grecque pour rivaliser avec Saumur dans un premier temps, puis pour arguer d’une excellence académique l’a maintenue assez vivace jusqu’aujourd’hui. A la rentrée 2007, a été introduit en hypokhâgne un enseignement obligatoire de « Langues et culture de l’antiquité » qui permet de maintenir l’égalité entre les deux langues anciennes mais la réduction horaire dans les deux cycles précédents, la pratique des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), ne laissent pas espérer une amélioration de la maîtrise de la langue ni même une attractivité suffisante pour choisir l’option au lycée. Depuis la rentrée 2016, le grec n’est plus enseigné en seconde au Prytanée.

Sylvie Tisserand

Conservatrice de la bibliothèque du Prytanée

[1] R. Chartier, M.-M. Compère, D. Julia, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris , SEDES, 1976

[2] Cf. le site de l’Académie française au mot « flyer » : « Firmin Didot fit venir à Paris des Grecs qu’il forma au métier d’imprimeur et arma de petits navires, appelés « gaozes », à bord desquels était caché le matériel d’imprimerie qu’il leur avait fourni. Comme ces bateaux faisaient constamment du cabotage, il était plus difficile à la police turque de les repérer, d’arrêter les imprimeurs et de détruire les machines. De port en port on distribuait les tracts imprimés au large, et, en hommage à Firmin Didot, ces imprimeurs clandestins leur donnèrent le nom français de « feuilles volantes ». Notre langue est redevable à la Grèce d’une grande partie de son vocabulaire et en particulier du mot démocratie ».

[3] Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois : l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IVe siècle-1530) , Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014.(p. 351)

[4] ibidem

[5] Claude-Bernard Petitot, Pierre Victor Palma Cayet, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, 39. Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu’au commencement du dix-septième siècle ; avec des notices sur chaque auteur et des observations sur chaque ouvrage : Palma Cayet, Paris [France] : Foucault, 1824.

[6] Histoire du règne de Henri IV par M. Auguste Poirson, Paris : Didier et Cie, 1862-1867

[7] Histoire de l’enseignement et de l’éducation, II 1981, p. 355, cité par P. Boulhol.

[8] L’abbé GOUJET, Bibliothèque française ou Histoire de la Littérature française, tome 13, 1752, pp. 340-359

[Gallica, N0050656_PDF_366_385] (texte modernisé).

[9] Jean-Antoine de Baïf parle ainsi de Vergèce dans l’épître dédicatoire de ses Œuvres en rime (Paris : 1573) adressée à Charles IX : « Au Roy ». In Poésies choisies de J.-A. de Baïf.

Ange Vergece, grec, à la gentile main

Pour l’écriture grecque ecrivain ordinére

De vos granpere et pere et le vostre, ut salère

Pour à l’accent des Grecs ma parole dresser,

Et ma main sur le trac de sa lettre adresser

[10] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 26.

[11] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T. III, p. 4.

[12]« La théologie pourrait nous suffire sans tant de Cicéron et de Démosthène » Ignace de Loyola, Constitutions de la Compagnie de Jésus, Desclée De Brouwer : 1967, P. IV, C12, n1.

[13] François de Dainville, O.C., p. 218-222

« perfectius est diligere quam agnoscere » Joannes de Ruysbroech in Joannes Gerson ,Opera omnia novo ordine digesta- Anvers : S.J. ,1706

[14] François de Dainville, O.C., p. 362.

[15] Bobadilla, Nicolaus Alphonsus (1511?-1590) in Bobadillae monumenta, 614.

[16] François de Dainville, O.C., p. 25

[17] Gabriel Compayré, Histoire critique des doctrines de l’éducation en France depuis le XVIème siècle, Paris: Hachette, 1879. Tome I, livre II, ch. 1. A savoir : Eschine, Esope, Aristote, Euclide, Euripide, Hérodien, Hérodote, Hésiodore, Homère, Isocrate, Lucien, Lysias, Ménandre, Muséus, Phocylide, Pindare, Platon, Plutarque, Sophocle, Théocrite, Théognis, Thucydide, Xénophon, Chrysostome, Ésope, Agapet. L’explication de ces auteurs et l’étude des deux grammaires, avec des thèmes pour le grec, tel est l’enseignement des trois années de grammaire.

[18] Chez René Pan à Saumur en 1672

[19] Il procéda à la somptueuse impression en Grecs du Roi: NOVUM TESTAMENTUM GRAECE. Η ΚΑΙΝΗ ΤΟΥ IHΣOY ΧΡΙΣΤΟΥ ΔΙΑΘΗΚΗ. Paris, Imprimerie Royale. 1642, ornée de bandeaux, lettrines et culs-de-lampe, finement gravés sur cuivre. Ce fut la seule réédition en grec d’une bible du XVIème siècle, celle de Robert Estienne, après l’arrêt du 10 décembre 1547 où le Conseil du roi avait interdit d’imprimer et de vendre les bibles, nouveaux testaments et Indices de l’imprimeur du roi, contraignant Robert Estienne à partir à Genève pour y finir sa vie (1550-1559).

[20] Jean-Paul Pittion in Tanneguy Le Fèvre (1615-1672), Consulter l’histoire de l’académie par Jean-Paul Pittion http://archives.ville-saumur.fr/a/752/consulter-l-histoire-de-l-academie-par-jean-paul-pittion/

[21] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T.I, p. 125

[22] Pour exemple, un DÉMOSTHENE édité par Pierre de La Rovière, en 1607 à Genève

[23] René Descartes, La recherche de la Vérité par la lumière naturelle Œuvres, Édition de la Pléiade, p. 883-884

[24] Adrien Baillet, La vie de Monsieur Descartes, Paris: Daniel Horthemels, 1691, p.396

[25] Aristote, Politique, VIII, ch. 3

[26] Hervé Baudry, Sylvie Tisserand, Une bibliothèque à la fin de l’Ancien Régime : présentation historique suivie de l’édition du catalogue des livres du collège royal de La Flèche (1777) , Condeixa-a-Nova [PORTUGAL] : La Ligne d’ombre, 2015.

[27] Pascale Hummel, De lingua Graeca: histoire de l’histoire de la langue grecque, Peter Lang, 2007, p. 67

[28] Institutiones ac meditationes in graecam linguam de Clénard. Conçu pour les débutants, gros succès durable : nombreuses rééditions (près d’une centaine avant 1600 et plus de 500 avant la fin du XVIIe s.) avec scholies. Grammaire limitée à la morphologie et à la syntaxe (prononciation grecque moderne) mais renvois fréquents aux Meditationes au succès particulier.

[29] Jansen publia une charte théologique en 1640, nommée l’Augustinus

[30] François Viger (1590-1647), SJ ; Joseph de Jouvancy (1643-1719), SJ ; René Rapin (1620-1687), SJ ; Pierre Brumoy (1688-1742), SJ. Rapin et Jouvancy enseignèrent à La Flèche.

[31] Émile Egger , De l’Hellénisme en France, t. II, p. 64.

[32] Adrien Baillet, dans le Dictionnaire historique et critique de Bayle (présent à la bibliothèque), rapporte que La nouvelle méthode pour apprendre la langue grecque est le meilleur et le plus considérable des ouvrages de Lancelot.

[33] « Les Petites écoles de Port-Royal », Frédéric Delforge et Antony Mc Kenna in Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Jean-Claude Colbus, Brigitte Hébert

Université de Saint-Etienne, 2006.

[34] Camille de Rochemonteix, O.C., tome III, p.9. On trouve également parmi les classiques grecs imprimés à La Flèche à l’usage des élèves du collège :Thucydidis Olori filii historiae, in gratiam classicae juventutis, Flexiae, 1625, L. Hebert, texte grec et trad. Latine en regard ; le discours de Démosthène sur la Couronne en 1636 chez G. Griveau ; les Dialogues des morts en 1629 chez Gervais Laboe ; l’Anthologia epigrammatum graecorum selecta … en 1624 chez Louis Hébert, etc. Les fontes grecques étant d’un grand prix, elles n’étaient pas propres à un atelier. L’examen typographique montre que les imprimeurs en grec de La Flèche et de Saumur se prêtaient ou se louaient leurs jeux typographiques.

[35] Voir Institutiones et meditationes in graecam linguam (1571) p.1

[36] Érasme, De recta latini graecique sermonis pronuntiatione dialogus, Kruffter, 1528

[37] Parodie de Gilles Ménage

[38] Gabriel Compayré, Histoire de la pédagogie, p. 285 et 294

[39] Lettres de Platon, traduites du grec, et publiées par A.-J. Dugour, Suivi de la traduction du « premier Alcibiade » par l’abbé N. Papin, Paris : impr. de E. Brosselard , an V (1797). La préface indique que cet abbé est aussi le principal traducteur des « Lettres » et que Dugour n’a fait que retoucher sa traduction.

Les fables d’Esope mises en français, illustrées par Godard d’Alençon, sans lieu, en 1798.

[40] Jean-Baptiste Gail (1755-1829), professeur au premier Prytanée français (1798-1801) -collège Louis-le-Grand- avant de le devenir au Collège de France et membre de l’Institut, auteur de Fables d’Esope dédiées au Premier Consul Bonaparte. Ecrites par Guillaume Montfort, Professeur au Prytanée de Paris. Gravées par Beaublé, Membre de la Société Libre d’Institution,Paris, Chez Basset s.d. (1801). Il rénova les études grecques après la Révolution. Outre des éditions de Xénophon et de Théocrite (1828), il publia également des manuels scolaires repris des méthodes pédagogiques de Port-Royal. Dans sa réédition du Jardin des racines grecques mises en vers français de Lancelot, en 1813, il définit ainsi le Prytanée : « πρυτανεῖον (prutaneĩon) : ce mot désigne chez nous une Ecole nationale où le gouvernement fait élever à ses frais les enfants de citoyens qui ont bien mérité de la patrie. Le Prytanée chez les grecs était comme un hôtel de ville. On y nourrissait les citoyens qui avaient rendu service à l’état … ».

[41] Clef du panhellénisme ou développement du tableau synoptique de la langue grecque, par Fl. Lécluse, professeur au Prytanée-Français, Collège de Saint-Cyr, À Paris, an XI (1802), 32 p.

[42] In Catalogue de la bibliothèque de feu M. Fl. Lécluse, ancien doyen de la Faculté des lettres de Toulouse et membre de plusieurs sociétés savantes: dont la vente se fera le 9 juin et jours suivans, à six heures de relevée, rue des Bons-Enfans, n° 30, Maison Silvestre. Jules Labitte, 1845 – 38 pages

[43] Toulouse,1829.

[44] 1774-1857

[45] Alain Ballabriga, « Philhellénisme et prononciation du grec. À propos de la Dissertation sur la prononciation grecque de Fleury de Lécluse », Anabases, 3 | 2006, 57-77.

[46] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 45.

[47] Que l’on peut traduire par : « non pas grand en nombre mais en qualité » ou « peu mais bien »

[48] De l’esprit militaire dans l’éducation et dans les études(1856), Cerf, 2016.

Stavros Zaphiriou : fin du conte pour enfant « Le petit pilote »

➤ Littérature grecque moderne (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article quatre)

Le Petit Pilote (fin)

 

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

[Voici la troisième et dernière partie du conte traduit du grec par Janine Kaminski commencé dans le  numéro 144 : https://ch.hypotheses.org/1598,  et continué dans le numéro 145 :  https://ch.hypotheses.org/1682]

Mais en vérité, qu’est devenu le pilote ? Je n’imagine pas que vous croyiez vous aussi qu’à peine a-t-il appris les interdictions du roi il a préféré se volatiliser ? Mais bien sûr vous ne le croyez pas ! Ceux qui volent dans le ciel ne disparaissent pas si facilement de la surface de la terre ! D’ailleurs comme nous avons dit précédemment, ce n’était pas dans son caractère. Cependant le petit pilote l’a cru, c’est pourquoi il sauta de joie quand il entendit soudain derrière lui la voix de son grand ami.

« Mais comment as-tu pu imaginer que j’aurais pu partir, et surtout maintenant, » lui dit-il, comme s’il avait lu ses pensées. « Je me suis simplement retiré dans ma cabine de pilotage et j’étudiais le catalogue des interdictions. »

« Donc, tu veux dire que tu as ta propre cabine de pilotage ?  Peut-être que finalement tu vas me dire que tu as aussi ton propre aéroplane ? » « C’est vrai, maintenant que j’y réfléchis, » continua le petit pilote, « je ne sais rien de toi. Je ne t’ai même pas demandé qui tu es, d’où tu es venu et comment tu t’es trouvé comme tombé du ciel ici. »

« Mais non ! » répondit le pilote, prenant une par une les questions successives. « Quand je dis “cabine de pilotage” je veux dire l’endroit que chacun se bâtit avec son esprit pour pouvoir, quand il en a besoin, se trouver seul avec lui-même et avec ses pensées. Quant au reste, il est très facile de te l’expliquer : je suis pilote parce que je veux l’être et je me suis trouvé ici parce que tu veux l’être toi aussi. Je monte et descends dans le ciel, c’est pourquoi seulement ceux qui ont le même désir peuvent me voir. Et je viens de quelque part qui n’a pas besoin d’exister pour que quelqu’un en vienne. »

« Permets-moi de te dire que ces explications que tu trouves faciles sont très difficiles à comprendre pour moi. Comment quelqu’un peut-il venir de quelque part qui n’existe pas ? »

« Ah ! mais nous venons tous de quelque part qui n’existe pas ! Toi, par exemple, comment crois-tu que tu t’es trouvé ici ? »

« Ne m’embrouille pas, monsieur le pilote, » dit agacé le petit pilote. « Tu as remarqué mon point faible, je m’embrouille facilement ; et il me semble que tu t’es mis à l’exploiter. Moi, pour te répondre, je n’ai pas eu besoin de venir de nulle part, parce que tout simplement je suis né ici. »

« Tu vois que tu te ranges à mon avis, » sourit son interlocuteur. « Tu as dit que “tu es né”. Donc, tu n’étais pas ici depuis toujours. Par conséquent, avant que tu naisses, ou tu étais nulle part ou tu étais quelque part qui n’existe pas. Choisis. Quant à moi j’ai choisi. »

« Ouf ! » continua à protester le petit pilote. « Laissons cela plutôt. Je ne comprends rien à tes philosophies. Pour revenir à notre sujet : donc, quelle conclusion as-tu tirée des interdictions du roi ? »

« Que ce sont les interdictions habituelles des rois. Les rois craignent toujours que s’il n’y a pas d’interdictions, eux comme rois n’existent pas. »

« Oui, mais si mon père n’était pas roi, je ne serais pas moi aussi prince. »

« Mais toi, de toute façon, tu ne veux pas être prince, tu veux être pilote, » lui répliqua le pilote. Et il le força, sur ce point, à admettre qu’il avait raison.

Et c’était la vérité : le petit prince, si on lui proposait de choisir, préférait être pilote plutôt que prince. Il préférait construire ses propres rêves et voler avec eux plutôt qu’hériter, avec l’héritage du royaume, aussi des peurs d’un roi. D’ailleurs, il venait juste de constater combien le faisaient bondir tous ces « est interdit » et « est puni ». « Même si je ne devais pas le dire, je ressens un peu de honte au sujet de mon père » avoua-t-il intimidé.

« Cela n’est pas indispensable » le tranquillisa le pilote. « Parce que les actes de ton père n’appartiennent pas à un père mais à un roi. Cependant au lieu de discuter et de rester sans rien faire, il vaudrait mieux voir ce que nous pouvons faire, pour faire face à la situation. Je ne peux croire que tu aies abandonné si facilement tes rêves. »

« Je n’y ai pas du tout pensé. Au contraire, ce à quoi je pense de plus en plus, et j’ai presque pris ma décision, c’est d’essayer de les dessiner. Embrouillés-désembrouillés, je dois trouver un moyen de m’en souvenir. »

Et il prit résolument dans ses doigts un crayon noir et une feuille de papier. Après l’avoir un peu regardée, comme s’il regardait quelque chose de terrifiant, il traça d’un bord à l’autre une ligne noire, pas tellement droite.

« Mais c’est formidable ! » s’écria avec admiration le pilote. « C’est le rêve le plus extraordinaire que j’aie jamais vu dessiné ! »

Le petit pilote était sûr que le pilote se moquait de lui.

« Je suis sûr que tu te moques de moi, » reprit-il à haute voix sa pensée.

« Et cela, sache-le, me blesse et ne favorise pas notre collaboration. »

« Je ne me moque pas du tout de toi. C’est véritablement le plus merveilleux rêve pour voler avec lui vers sa réalisation. Il suffit que tu restes fidèle à ta route et ne franchisses pas cette ligne. »

Ainsi le petit pilote fut à peu près convaincu de décoller, ignorant les interdictions du roi et indifférent aux conséquences . Mais il faisait l’addition sans l’aubergiste.

Comme vous l’avez déjà bien deviné, l’aubergiste n’était autre que son père. Lequel père, même s’il n’était pas en situation de voir le pilote (et nous savons très bien pourquoi), pouvait cependant très bien distinguer l’inquiétude de son fils. Il fit donc suivre en secret par ses meilleurs espions le petit prince à chaque pas. Ceux-là qui étaient des surdoués dans leur travail ne tardèrent pas à tirer leurs conclusions d’espions et à remettre leur rapport écrit au roi.

 

Le rapport écrit des espions du roi :

« Nous, les espions officiels de Sa Majesté, après des jours et des nuits de filature et sans être du tout remarqués, nous informons Sa Majesté que le successeur au trône a malheureusement perdu la raison. Tantôt il est assis pensif sur son lit, tantôt il regarde fixement le ciel par la fenêtre. Il ne sort plus que rarement dans le jardin et il n’autorise pas même son meilleur ami à lui rendre visite. Il montre une anorexie particulièrement répréhensible (il ne mange même pas sa fricassée préférée) et il est constamment distrait à ses leçons. Les réponses qu’il donne aux questions de son maître ne correspondent pas du tout à la matière enseignée. Mais le plus inquiétant est que des heures durant il agite ses mains en l’air, ouvre et ferme la bouche comme s’il parlait à quelqu’un. À qui, nous n’avons pas réussi à le découvrir, même si nous espérons que tout cela n’arrive pas en réalité. Bref, et en accord avec les symptômes existants, le petit prince doit sans doute souffrir de conjonctivite chronique aiguë. Mais il est préférable que les médecins du palais le confirment scientifiquement. À moins que le comportement en question soit parfaitement trompeur et que tout simplement le malade conspire. »

À peine arriva-t-il au mot « conspire » que le roi cessa de lire et demanda furieux qu’on amène tout de suite devant lui son jeune fils.

« Est-il vrai que tu conspires contre mon trône ? » lui demanda-t-il sévèrement, à peine celui-ci parut-il.

« Oui, c’est vrai » répondit le petit prince, qui ne s’y connaissait pas du tout en mensonges ni en façon de les dire. « J’en ai besoin comme siège dans ma cabine de pilotage. » (En effet une telle idée lui était passée un instant par la tête).

« Donc, tu désires jalousement devenir dès maintenant roi ? Couronner ta tête de ma couronne et revêtir ma rarissime pourpre ? »

« Non, je veux être pilote. Les habits et la couronne du roi ne m’intéressent pas. »

« Que veut dire cela ? » demanda le roi encore plus irrité. « Peut-être as-tu pour but de bombarder le royaume ? »

« Non ! Je veux voler avec le dragon ailé qui jette des flammes par ses naseaux. Je veux jouer aux batailles de neige et construire des bonshommes de neige avec le démon de la neige. Je veux chanter avec les baleines leur chant et je veux être envoûté par le cygne qui enlève une à une ses plumes. »

« Révolu-tion !!! Mon propre fils usurpateur de mon trône !! » hurla le roi. « J’ai élevé comme prince un factieux ! Emmenez-le tout de suite et enfermez-le dans la cellule la plus étroite ! »

Mais le moment est venu d’avouer que rien de tout cela n’est arrivé en réalité ! Le roi et les espions n’eurent pas la moindre idée des préparatifs secrets du petit pilote. Simplement, l’écrivain s’est hâté de l’écrire, croyant que les espions découvriraient tout et que ce serait exactement le dialogue qui suivrait. À propos, il n’avait pas tort. Ainsi se seraient déroulés les faits si on avait appris les intentions de son héros. Ensuite auraient suivi évasions, poursuites et péripéties, toutes ces choses qui vous sont bien sûr connues par d’autres livres et par la télévision. Mais quand il comprit que les espions du roi n’étaient pas tellement surdoués, c’était déjà trop tard.

Maintenant vous me direz : Puisque, même tard, il s’est aperçu de son erreur, pourquoi il ne l’a pas effacée ? Eh, cela je vous laisserai le trouver tout seuls. La seule chose que je peux faire pour vous aider est de vous proposer de choisir, si vous le voulez bien sûr, entre plusieurs possibilités.

  1. a) Il ne l’a pas effacée parce que les réponses du petit prince lui parurent si innocentes et sincères qu’il voulait absolument que vous les lisiez.
  2. b) Ou parce qu’il est de ces pingres d’écrivains qui sont désolés d’effacer les mots qu’ils ont écrits.
  3. c) Ou parce que, comme le petit prince n’aimait pas écrire, lui n’aimait pas effacer.
  4. d) Ou parce qu’il croyait que ce qui est dit est dit.

 

Cependant, qu’est-ce qui est arrivé en réalité ?

 

Le rêve que fit le petit pilote et avec lequel il s’envola :

Quand le petit pilote se rendit compte qu’arrivait déjà l’heure où il se séparerait du pilote, une grosse larme coula sur chacune de ses joues. Il avait déjà appris assez de choses et maintenant il resterait seul pour les appliquer. Il suivrait une route en accord avec cette ligne noire tremblante que lui-même a dessinée et il était sûr que s’il la suivait correctement, il arriverait là où le frais ondoiement des airs peut faire danser légèrement un rêve, comme le vent fait danser le pollen des fleurs.

Et le rêve dansa, dansa, éparpillant son pollen, jusqu’à ce que le pays se remplît de flocons de rêves qui tourbillonnaient, éblouis semblait-il par l’éclat de la saison la plus extraordinaire ; une saison qui n’existe pas dans les douze mois de l’année, mais qui existe en dehors d’eux, libérée des dates et des solstices.

Et le rêve dansa au-dessus des montagnes et des mers, au-dessus des cités et des anciens fleuves qui les traversent ; il dansa au-dessus et plus loin que le dessin de la ligne, au-dessus et plus loin que la feuille de papier, ne tenant pas dans les papiers et les pages.

« Regarde en bas. Tu vois mon pays ? » demanda le petit pilote. Et le rêve regarda et vit un petit point insignifiant, le point le plus insignifiant du monde. Et il vit, comme seuls les rêves peuvent voir, un petit prince qui voulait être pilote, avec son bel uniforme et la casquette brillante de ses rêves. Et il regarda avec les yeux que seuls ont les rêves, il regarda profondément dans les désirs de son petit pilote, comme s’il regardait dans les profondeurs de son propre cœur.

« Tu entends mon cœur ? Penche-toi et écoute comme mon cœur bat, » dit le petit pilote. « Je ne me souviens pas qu’il ait jamais battu si étrangement. »

Et le rêve se pencha et écouta, à la façon dont seuls les rêves savent écouter. Et le cœur du petit pilote battait comme le rire d’un enfant frappe le flanc de la montagne et revient comme un éclat de rire.

« Dis-moi, tu sens le parfum des étoiles ? » demanda à nouveau le petit pilote.

Et le rêve ferma et ouvrit avec joie ses narines et en lui se répandirent tous les parfums mystérieux de l’univers infini, tous les parfums des fleurs qui fleurissent dans les planètes d’autres contes.

« Peux-tu toucher les ailes des rêves ? » continua de demander le petit pilote.

Et le rêve ramena en arrière ses mains et toucha les ailes qui poussaient entre ses épaules et son dos. Et il commença à en enlever les plumes une à une, jusqu’à ce qu’apparût en-dessous un cygne resplendissant, dessiné par les étoiles du ciel.

« As-tu sur ta langue le goût des couleurs ? » demanda pour la dernière fois le petit pilote.

Et le rêve passa sa langue sur ses lèvres, là où les couleurs de l’arc-en-ciel dessinent une courbe. Et il distingua le goût du rouge du goût du bleu, le goût du jaune de celui de l’orange, le goût du vert du goût de la violette qui fleurit dans les fonds.

« Je suis très content, » dit le petit pilote. « Je crois que j’ai créé le rêve approprié pour voler avec lui et les conditions atmosphériques sont parsemées de vents et de présages favorables. Maintenant je peux voir la différence entre un éléphant tout entier dans le ventre d’un boa et un boa qui a avalé un éléphant tout entier. »

Et il continua poliment : « Je vous prie de m’excuser pour mon rêve si embrouillé, mais permettez-moi de me hâter pour ne pas l’oublier. Voyez-vous, même dans le dessin, une ligne droite ne signifie pas qu’elle met les rêves en ordre. Tout au plus sépare-t-elle la partie supérieure de la partie inférieure des rêves. Peut-être était-ce ce que voulait dire le pilote quand il me disait de ne pas la franchir. Je suis finalement incapable comme artiste. »

« Adieu mon petit pilote », et le pilote lui serra la main.

« Adieu petit prince. » Déjà le petit pilote agitait d’en haut son foulard de pilote.

« Bon voyage mon ami. Adieu. »

« Il se passe décidément quelque chose ici, mais je ne peux pas comprendre quoi » soliloquait le roi assis sur son trône.

 

Fin

 

Fabian Reiter : Les jetons de bière et de banquet dans l’Egypte gréco-romaine.

► archéologie et papyrologie (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article trois)

Les ostraka  grecs des nouvelles fouilles de Tebtynis

Fabian Reiter

Scène de banquet, Peintre Nicias vers 420 av. J.-C. (Musée archéologique national d’Espagne, Wikicommons)

[ Connaissance hellénique est heureuse de publier la traduction française réalisée par J. et M.-L. Kaminski d’une conférence donnée le 10 décembre 2009 par Fabian Reiter, professeur de papyrologie à l’ Université de Trèves en Allemagne. Cette présentation passionnante des jetons de bière et des jetons de banquet du village de Tebtynis en Egypte jette un jour nouveau sur la vie dans les campagnes égyptiennes dans l’Antiquité gréco-romaine.]

Il nous est parvenu de l’Égypte gréco-romaine, à côté d’énormes quantités de papyrus, un grand nombre de textes grecs sur d’autres supports, dont l’étude appartient aussi au domaine de la papyrologie. Il s’agit de tablettes en bois et en cire, de parchemins, de cuir, de papier, mais surtout de tessons d’argile provenant de vases brisés, qu’on appelle ostraka. En tant que support d’écriture gratuit, les ostraka ont trouvé dans l’Antiquité un large emploi pour les textes courts. Avec les papyrus, ils sont une source inappréciable pour notre connais­sance de l’histoire de la civilisation et de l’économie dans l’Égypte gréco-romaine.

Les ostraka grecs qui nous sont parvenus datent d’une période allant du IIIe siècle av. J.-C. au VIIIe siècle apr. J.-C., en englobant ainsi une période de plus de 1000 ans. Toutefois la répartition des ostraka découverts au cours des siècles n’est nullement régulière : deux bons tiers des plus de 16 000 ostraka découverts en tout, avec une inscription grecque, datent de l’Empire romain, et la plupart d’entre eux, soit 5 000, du IIe siècle apr. J.-C., tandis qu’environ un sixième date de l’époque de Ptolémée et de la période arabo-byzantine. Presque tous les morceaux ont été trouvés en Égypte, mais quelques-uns aussi en d’autres endroits du monde antique comme Babylone, Doura Europos, Israël (désert du Negev et Massada), la Crète, Rhodes et Pergame.

L’usage de fixer des informations sur des ostraka était très répandu dans l’Antiquité gréco-romaine, principalement en Haute-Égypte. À Éléphantine et à Thèbes on a retrouvé des milliers de quittances fiscales, de listes de noms et de factures. C’est seulement au cours des dernières décennies qu’on a trouvé de nombreux ostraka aux contenus divers, dans les oasis du désert occidental et les camps militaires romains sur le trajet des caravanes dans le désert oriental. Dans la grande oasis du Fayoum située à 130 km environ au sud du Caire, on n’avait découvert au début du XXe siècle que peu d’ostraka. Mais plusieurs fouilles au cours des 90 dernières années ont mis au jour dans les villages du Fayoum divers groupes de textes aux contenus spécifiques.

De grandes quantités d’ostraka ont été trouvées par exemple à Tebtynis, un village de la bordure sud du Fayoum. Pendant les fouilles italiennes des années 30, on a trouvé ici dans les habitations de nombreuses quittances de la capitation et d’impôt sur la bière, deux impôts qui devaient être régulièrement acquittés par les hommes des villages. En 1988, après une longue interruption, les fouilles furent reprises par l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) du Caire et l’Université de Milan sous la direction de Claudio Gallazi et de Gisèle Hadji-Minaglou. Lors de ces fouilles on a trouvé jusqu’à présent plus de 2 500 ostraka et parmi eux au moins 1 400 en langue grecque. Ces nouveaux ostraka qui datent essentiellement du Haut-Empire romain (du Ier au IIe siècle apr. J.-C.) peuvent être classés quant au contenu en diverses catégories comme « factures », « quittances » et « exercices d’écriture ». On a retrouvé des ostraka de ce type également en d’autres endroits.

La plupart de ces nouveaux ostraka proviennent de ce qu’on appelait les deipneteria dont trois ont été entièrement mis au jour en 2003. Il s’agit ici de constructions plus grandes au plan généralement rectangulaire, constituées d’une seule grande salle autour de laquelle se trouvaient des couloirs de service.

Les salles servaient de lieux de réunions et de salles de banquets aux différentes associations situées à Tebtynis. Le nom de deipneterion vient du mot grec deipnon qui signifie « repas ». Les constructions récemment mises au jour appartiennent comme les cinq déjà connues au même type de construction, sur la voie processionnelle du village, appelée dromos, qui conduisait au temple du Dieu Crocodile Soknopaios. Les ostraka découverts aujourd’hui dans les deipneteria présentent deux groupes de contenus, dont le sens est encore obscur, étant donné que parmi les ostraka découverts jusqu’ici il n’y en a guère de ce type.

 

  1. Les « bons de bière ».

Le plus important des deux groupes comporte plus de 150 ostraka qui presque tous furent trouvés dans les deipneteria et qu’on peut définir le mieux par le terme « bons de bière ». On y trouve en majorité les mêmes renseignements qui concernent le plus souvent trois éléments :

  1. Date avec indication du mois et du jour, mais plus souvent du jour seulement ;
  2. Nom de personne, souvent accompagné du nom du père ou de la profession ;
  3. Indication des quantités en dichora.

Ces indications sont souvent précédées de l’expression πόσις ζύτου posis zytοu (« consommation de bière ») si bien que nous pouvons généraliser en disant qu’il s’agit toujours de bière dans les quantités indiquées.

On lit dans un des textes (n° inv. 5874-19 du IIe s. apr. J.-C.) : « consom­mation de bière le 28 Pachon (= 23 mai), Krispinos, 10 dichora ». La recherche plus ancienne a interprété jusqu’ici les rares bons de bière connus depuis longtemps comme des reçus sur lesquels figure le nom des personnes, par exemple employés et ouvriers d’une brasserie. Les quittances auraient par conséquent servi à la brasserie de preuves que les quantités de bière en question avaient bien été livrées aux personnes concernées.

Cette interprétation est remise en question avant tout par le lieu de leur découverte : si, à la vente de la bière, la brasserie avait distribué les bons comme quittances ou noté elle-même sur les ostraka les données pour sa propre compta­bilité, on s’attendrait à les trouver à proximité d’une telle brasserie ou d’un comptoir de bière. Or les bons de bière ont été presque exclusivement trouvés dans les deipneteria. Ils pourraient donc être en rapport avec la vie sociale de ces associations qui utilisaient les deipneteria comme lieux de réunion.

De même les quantités notées sur les bons de bière indiquent plutôt une consommation collective qu’une consommation privée : elles comptent entre 1 dichoron (ce qui correspond environ à 19 litres d’après les dernières recherches) et 18 dichora (soit environ 342 litres). Une livraison moyenne de bière compte jusqu’à 5 dichora (environ 95 litres). Le titre fréquent des bons de bière, posis zytοu (consommation de bière) semble aussi indiquer qu’il s’agit plutôt ici de livraisons de bière pour une consommation collective au sein d’une association. Les bons de bière se laissent ainsi interpréter plutôt comme des factures de tournées de bière offertes individuellement par des membres de l’association lors de leurs réunions conviviales. Que la date figurant sur les bons indique le plus souvent seulement le jour sans mention du mois montre clairement qu’ils ne servaient de preuve de ces tournées de bière que pour la durée du mois en question.

Or comment les hypothèses émises sur la signification des bons de bière s’intègrent-elles à nos autres connaissances de la vie associative en Égypte gréco-romaine ? Il est bien connu que, de tout temps, dans les associations diverses, religieuses aussi bien que professionnelles, on a beaucoup bu. William Brasheas[1], dans ses considérations englobant les coutumes associatives à travers les époques et les continents, a montré pertinemment comment les usages typiques des associations se répètent à différentes époques et dans différentes civilisations, entre autres dans les réunions conviviales où l’on boit, et qui sont toujours soumises à des règles précises.

Dans le cas de Tebtynis, nous sommes exactement informés sur l’appro­visionnement en bière d’une association : grâce au classement par jour d’une liste des livraisons d’un commerce de bière (P. Mich. V 322b après le 13 mai 51), nous apprenons quelle quantité s’est fait livrer le collège des prêtres sur une période de trois mois et demi. En moyenne tous les deux jours on livrait de la bière, par livraison de 3 dichora (57 litres). Cela correspond en ordre de grandeur à peu près à la quantité d’une posis (en moyenne 5,1 dichora, soit 101 litres) comme on la trouve sur les nouveaux ostraka de Tebtynis.

 

Des indications très précises sur l’organisation des symposiums de plusieurs associations à Tebtynis sous le Haut-Empire sont données par quelques statuts d’associations et des documents afférents appartenant à la collection de papyrus du Michigan. Ainsi dans le statut d’une association (P. Mich. V 243, 1 et 2 : 14-37 apr. J.-C.) il est établi que ses membres devaient fêter le 12 de chaque mois, et que chaque membre devait contribuer à la hauteur de 12 drachmes. Dans le statut d’une association d’affranchis (P. Mich V 244, 26 août 43) il est établi que ses membres devaient boire lors des fêtes en l’honneur d’Auguste et que le président devait veiller à l’approvisionnement en bière : dans le statut des vendeurs de sel même la quantité à consommer était fixée : les membres devaient se réunir le 25 de chaque mois et chacun devait boire un chοus (1/8 de dichoron, soit 2,4 litres) (P. Mich V 245 ; 18 août 47 apr. J.-C.).

Sur les nouveaux bons de bière de Tebtynis apparaissent de nombreuses personnes différentes, parfois deux sur une quittance, cependant il n’existe jamais plusieurs bons pour une même personne. Cela me semble indiquer que nous n’avons pas toujours à faire aux présidents des associations, qui en général exerçaient leur fonction une année entière, mais à de simples membres qui, à tour de rôle, offraient des tournées de bière aux associations. Pour les contributions en argent ou en nature de membres d’associations, Adam Laijtar a réuni des preuves[2]. Françoise de Cenival a cité des exemples du domaine démotique[3]. Un ostrakon de Thèbes (P. Thèbes 142 ; IIe s. apr. J.-C.) sur lequel on trouve une liste des contributions en quantité de bière de différentes personnes qui chacune contribuait pour sa communauté, offre un appui certain à l’interprétation proposée. De telles listes pourraient aussi avoir été établies à Tebtynis à la fin de chaque mois sur la base des bons de bière et avoir servi entre les membres de comptabilité réciproque de leurs contributions.

Nous ignorons pour le moment pour quelles associations exactement s’effectuaient les distributions de bière. Toutefois comme à côté des noms de personnes est parfois indiqué un métier (ici un tisserand, un foulon, là un cocher, un serrurier), on peut en déduire qu’il s’agissait d’associations professionnelles spécifiques.

 

Un autre ensemble d’ostraka est également typique, comme les bons de bière, de la nouvelle aire de fouilles des deipneteria. Il est aussi d’un grand intérêt car il n’y en a guère d’exemples parmi les ostraka publiés jusqu’ici. Sur ce groupe de plus de 50 tessons figurent en tout et pour tout la désignation d’une fonction dans l’association et la date du jour, parfois complétées par une somme en drachmes. On y trouve le terme de klisiarchos plus de 18 fois. Klisiarque (ou klinarque) signifie littéralement « celui qui préside à la disposition des lits » d’un banquet. Nous avons sur les activités d’un klinarque (ou klisiarque) un écrit très instructif du IIIe s. apr. J.-C. (P. Fam. Tebt. 54 = SB III 6946) dans lequel un klinarque engage un joueur de flûte à l’occasion d’une fête à Tebtynis (voir Z. 4-11 avec William Linn Westermann, JEA 18, 1932, 24 : « Comme dans le village de Tebtynis a lieu une fête et qu’à partir du 28 du mois présent Phaophi de la 3e année du gouvernement actuel (219 ou 223 apr. J.-C.), nous célébrons la fête et que pour cela je suis nommé klinarque avec d’autres, je veux t’engager avec trois autres musiciens, afin que vous remplissiez votre fonction pendant 6 jours… ». Dans cette association il y avait au moins 3 klinarques et ils étaient responsables de l’organisation de la fête, et dans ce cas particulier de l’engagement des musiciens.

On rencontre ensuite 15 occurrences du titre synagogos. Ce titre désigne le fonctionnaire qui organisait les réunions et les dirigeait. Dans un cas il est associé au jour 4 et à une somme d’argent de 25 drachmes 3 oboles. À côté on voit aussi apparaître sporadiquement d’autres titres pour les fonctions de direction dans les associations comme prostatès, président et hegoumenos, directeur ou président.

Reconstitution dune salle romaine de banqiet (triclinium), Collection archéologique nationale de Munich (Wikicommons)

Au premier abord, l’énigmatique terme mesè, littéralement « au milieu », qui apparaît dans 18 témoignages sûrs, nous pose un problème. Que peut bien signifier ce titre ? Un ostrakon des nouvelles fouilles nous indique la voie de la solution : sur celui-ci on lit mesè klisia, c’est-à-dire « lit [ou couche] du milieu ». Il est fait clairement allusion ici à une place d’honneur dans un banquet. On sait par l’ouvrage de Plutarque Quaestiones convivales (« Conver­sations de table ») que dans la société romaine l’ordre des places dans les banquets jouait un grand rôle. Plutarque distingue dans le triclinium classique les trois lits selon le rang : le lit du milieu nommé lectus medius avait le plus haut rang, celui sur lequel prenait place en premier le convive le plus important du banquet, à qui l’on présentait les plats en premier. Au deuxième rang était le lit supérieur (summus lectus) et le rang le plus bas, le lit inférieur (imus lectus), sur lequel prenait place en 3e position le maître de maison, qui pouvait ainsi communiquer avec l’invité d’honneur.

Certes, nous ne savons pas exactement combien de convives prenaient place sur un lit dans les banquets des associations de Tebtynis. Cependant le terme mesè klisia désigne dans tous les cas une position supérieure dans le banquet. Les règlements des statuts d’associations montrent aussi avec quelle sévérité on respectait le rang des places dans un banquet, dans les associations de l’Égypte romaine.

Ainsi dans un des statuts déjà cités (P. Mich. V 243, 6-7), il est ordonné que celui qui tombe dans un banquet sur celui qui le précède doit payer 3 oboles de plus pour sa place. Dans le règlement d’une confrérie servant le culte de Zeus suprême (P. Lond. VII 2193 = SB V 7835, 18-19 avec BL X 111 ; 69-58 av. J.-C.) il est totalement interdit dans un banquet d’avancer d’une place à une autre sur le lit ou de changer de lit. Inversement, la désignation d’une place particulière dans la séance d’une association représentait un honneur particulier. Ainsi le donateur d’un terrain pour gymnase et lieux de réunion d’une association de paysans, honoré par des statues le représentant et par une couronne, obtient aussi le droit (SB IV 7457, 12 ; IIe s. av. J.-C.) de prendre place sa vie durant sur le lit du plus haut rang.

Si le rang des places dans un banquet était d’une si grande importance sociale, il devait être forcément planifié pendant les préparatifs de la fête. Sur un ostrakon de Tebtynis (O. Tebt. Pad. 67 ; IIe s. apr. J.-C.) récemment publié s’est conservée une liste portant des chiffres de 1 à 5 qui vraisemblablement désignent les places sur un lit. Derrière les chiffres 2 et 5 il y a chaque fois un nom de personne, derrière le 1 en revanche le titre prostates. Le président avait donc la première place.

Pareillement construite mais beaucoup plus détaillée est la liste P. Mich, V 246 (milieu du Ier s. apr. J.-C.). Celle-ci contient à gauche trois fois l’un derrière l’autre les chiffres 2 à 5 ; derrière se trouvent des noms de personnes ainsi que l’âge et les signes particuliers de chacun, à la fin des lignes arrivent les versements d’argent. Derrière le chiffre 5 il y a dans un cas (Z. 13) l’indication « la dernière place du lit d’Héron ». Apparemment il s’agit dans ce texte du plan de l’ordre des places dans un banquet. Trois lits de cinq places chacun devaient être occupés. Le mot mesè apparaît aussi dans le texte et désigne à nouveau le lit du milieu qui, comme on sait, passait pour le plus distingué. Quelques places en vue dans le rang des sièges sont occupées par des fonctionnaires de l’asso­ciation, la première du lit du milieu par le président (hegoumenos), la première et cinquième du troisième lit par des klisiarques (Z 14 et 19), la première du deuxième lit par le chef de l’assemblée (synagogos).

Les sommes d’argent derrière les noms rappellent les contributions qui sur les nouveaux ostraka suivent le plus souvent la désignation klisiarchos, synagogos, mesè etc. Ainsi je supposerais volontiers que ces sommes furent chaque fois payées pour l’exercice de la fonction en question à un jour précis et pour une place précise au banquet. Un bon parallèle pour l’achat d’une fonction honorifique dans une association avec le droit à une place particulière au banquet nous est fourni par une inscription de Thasos[4]. Elle contient le règlement sur l’achat d’une fonction éponyme d’une secte de Sarapis : comme premier honneur décerné à l’acheteur de l’éponymie, on cite qu’il prendra place sur le lit considéré comme sacré (hiera klinè).

Les ostraka pourraient selon l’interprétation proposée avoir servi de preuve et pour ainsi dire de billets aux acheteurs des fonctions et des places, si bien que personne le jour dit n’aurait pu leur disputer le rang et la place. L’acquisition des fonctions et des places pour les réunions d’un mois devait se faire peu de temps avant ou au début d’un mois, et avec le banquet un tel billet aurait perdu sa validité.

D’autres interprétations de ces ostraka laconiques sont certainement possibles. Dans tous les cas les fouilles prouvent d’une part le rôle important des ostraka pour notre connaissance du monde gréco-romain en Égypte, et d’autre part la nécessité d’une étroite collaboration entre la papyrologie, l’archéologie et l’égyptologie. Il faut espérer que les nombreuses fouilles actuelles dans le Fayoum déboucheront sur de nouvelles trouvailles qui enrichiront nos connaissances de la civilisation antique.

 

 Fabian Reiter

Professeur de papyrologie à l’Université de Trèves (Allemagne)

Traduction de l’allemand par Janine Kaminski et

Marie-Laure Kaminski

[1]. Vereine im griechisch-römischen Âgypten [Xenia, Konstanzer Althistorische Vorträge und Forschungen 34], Konstanz 1993.

[2]. Journal of Juristic Papyrology 21, 1991, p. 65-66.

[3]. Les associations religieuses en Égypte d’après les documents démotiques, Le Caire 1972.

[4]. Fraciszek Sokolowski. Lois sacrées des cités grecques, Supplément, Paris 1962, n° 71 (IIe s. av. J.-C.).

Autres sources :

Mathieu B., Travaux de l’Institut français d’Archéologie orientale en 2001-2002, IFAO 102, 2002, p. 437-616, surtout p. 529-534.

Pantalacci L., Travaux de l’Institut français d’Archéologie orientale en 2004-2005, IFAO 105, 2005, p. 405-524, surtout p. 436-440 (Tebtynis).

Reiter F., Symposia in Tebtynis – Zu den griechischen Ostraka aus den neuen Grabungen, in : Lippert S. u. M. Schentuleit, Tebtynis und Soknopaiou Nesos. Leben im römerzeitlichen Fajum. Akten des Internationalen Symposions vom 11. bis 13. Dezember 2003 in Sommerhausen bei Würzburg (Wiesbaden, 2005), p. 131-140. 

Janine Kaminski a traduit pour vous trois poèmes grecs de Panos Dracopoulos tirés de « Passage ».

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 146, mars 2017, article deux)

Panos DRACOPOULOS, Passage

Poème en sept mouvements, éd. Gavrielidis, Athènes, 2015.

Nicolas Poussin, Le massacre des innocents, 1625 ou 1629, Musée de Condé (Wikicommons)

Jésus occupe une place incontestée dans notre civilisation – qu’on soit athée ou croyant – et depuis les Pères de l’Église jusqu’aux penseurs modernes, comme Nietzsche ou Kazantzakis par exemple, les évangiles ont été une mine de théories et de réflexions.

Ainsi Panos Dracopoulos reprend dans cette « composition en sept mouvements » des morceaux aussi célèbres que « la marche sur les eaux », « la résurrection de Lazare » ou « la Cène », pour en tirer une autre vision et peut-être « une nouvelle piste pour les problèmes de notre civilisation » écrit-il.

Dans tous les cas son interprétation est toujours originale, troublante ou ironique, ou profondément émouvante et humaine comme dans la Cène, le dernier mouvement.

 

Biographie de l’auteur

Panos Dracopoulos est né au Pirée en 1975, il vit à Rhodes où il enseigne. Membre du comité de rédaction de la revue d’art et de littérature Νησίδες (Petites îles), il a également fondé un atelier de lecture et d’écriture créatives, « Το Κοχύλι » (Le Coquillage).

Πέρασμα (Passage) est son quatrième livre de poésie. Ses autres recueils, tous publiés chez Gavrielidis, sont Πόσιμη ζωή (Vie buvable), 2006 ; Ελεύθερη αγορά (L’agora), 2010, traduit en partie dans le n° 137 de Λύχνος, et 49 + 1 βότσαλα (49 + 1 galets), 2012.

Janine Kaminski

[On pourra trouver la vidéo-déclamation du poème VI Songe/Ενύπνιο par l’auteur sur : https://www.youtube.com/watch?v=B-RNI7HUqV8]

Voici trois des sept mouvements du poème Passage.

«À l’évidence, Jésus a existé – comme Ulysse et Zarathoustra – peu importe de savoir s’ils ont réellement vécu en chair et en os, à une époque précise et dans un lieu déterminé.» Michel Onfray[1]

«Le Christ n’appartient pas seulement au christianisme, il est la grande incarnation de l’innocence spirituelle. Il est déjà l’incarnation d’une souffrance spirituelle. L’une amène l’autre.» Nikos Karouzos[2]

I

Le massacre attendu

 

Il n’était – ou n’est –

ni inédit

ni imprévu.

 

De quelque façon qu’on fouette

la toupie de l’Histoire

au même endroit

– dans la même tempête –

soudain elle pépiera :

 

« La vie est de loin préférable

comme sang qui déborde,

comme cadavre brûlé qui en dégringolant

fauche l’air

comme animal égorgé à bout de souffle et muet

qui épèle le sacrifice, d’un bout à l’autre,

pour celui qui tient le sceptre de travers,

pour celui qui porte

même dans son sommeil la couronne usurpée,

pour le prince

qui a depuis longtemps pourri

dessus

et non dessous la terre

– du reste quoi de meilleur

et de plus approprié que la vie elle-même

le nourrira ? »

 

Donc si nombreux que les ait donnés

l’abaque de Josèphe[3]

ou les calculs des fonctionnaires,

les nourrissons

de la génération d’Hérode

– comme un événement attendu depuis longtemps

dans l’écriture des prophètes

et des avant-derniers docteurs –,

perdirent dans le cours d’un jour à peine

leur tête

leurs parents

et leur vie future,

et gagnèrent

ces ailes

que les peintres et les poètes passent

en silence, on dirait presque avec amour,

aux anges.

 

 

VI

Songe

 

À peine une poignée d’hivers

avaient-ils vu le jour se lever

depuis ce bain vivifiant

dans les eaux du Jourdain,

que vint et resta dans son sommeil

encore et encore

la même image surnaturelle :

 

La dalle d’une tombe

            tellement rebelle

                       à la force d’une légion de vétérans

            tellement indifférente

                                   et insensible aux lamentations et hurlements

                                   en mille appels au disparu

            tellement jetée tout du long

                        sur la bouche de la mort

que rien ne pouvait la lever

que rien ne la faisait céder.

 

Ils le réveillèrent

avec l’empressement de la nouvelle.

 

« Lazare

subitement

mort ! »

 

ΕΝΥΠΝΙΟ

 

Είχαν, δεν είχαν ροδίσει

μια χούφτα χειμώνες

από κείνη τη ζωοδότρα βουτιά

στα νερά του Ιορδάνη,

όταν ήρθε και στάθηκε στον ύπνο του

ξανά και ξανά

η ίδια απόκοσμη εικόνα :

 

Η πέτρα ενός τάφου

            που – έτσι ανυπάκουη

                       στο σθένος μιας λεγεώνας βετεράνων

            που – έτσι αδιάφορη

                       και σκληρή σε θρήνους και ουρλιαχτά

                       σε μύριες περί του χαμού εκκλήσεις

            που – έτσι ριγνένη μπρούμυτα

                       στο χείλος του θανάτου

τίποτα δεν την έκανε παραπέρα

τίποτα δεν την έκανε κουμάντο.

 

Τον ξύπνησαν

με τη βιασύνη του νέου.

 

« Ο Λάζαρος

απροειδοποίητα

νεκρός ! »

 

VII

L’éternelle liturgie

 

À Wilhelm Reich et à un enfant du sud de l’Italie

 

« Et maintenant,

mes chers amis,

hommes de mon cœur,

de mes trois dernières années

les plus fidèles,

alors

            qu’approche

                       l’heure

            – elle court comme un poison glacé

            dans une veine ignorante

            cette heure cruelle –

qu’est-ce qui

de toute notre aventure petite ou grande

mais bonne

oui, bonne, de bout en bout,

qu’est-ce qui

restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois ?

 

Ne vous hâtez pas

de préférer

comme réponse juste

mes mots

ou mes leçons,

mon exemple

ou les miracles divins,

– bien que terrestres.

Tout cela

se dispersera

comme l’encre d’un petit vase

sur la page infinie

de la mer,

            et qu’on partage

            cette page,

            et qu’on la lise et relise

            dans la pénombre d’une cellule souterraine

            ou dans l’éclat d’un palais resplendissant.

 

Gardera-t-elle

cette page

quelque chose de la vérité de la première encre

ou seulement

sa teinte légère et silencieuse ?

 

 

Voici donc, voici

ce qui restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois :

 

Prenez et mangez ce pain

ceci est mon corps

et mangez-en autant

que la langue de chacun

peut s’en réjouir !

 

Prenez et buvez ce vin

ceci est mon sang

et buvez-en autant

que la gorge de chacun

peut s’en rafraîchir !

 

Voici et encore voici,

ce que,

– par la suite

mes disciples, mes amis dévoués

vous aussi, vous partagerez avec les vôtres

avec les croyants venant à vous

le cœur battant

et les yeux humides…

 

Parce qu’ainsi

rassasiés seulement et ivres pour de bon

vous me garderez debout

en vie,

afin que je contemple

mon incessante

            mon éternelle

            mort ! »

 

Η ΑΙΩΝΙΑ ΛΕΙΤΟΥΡΓΙΑ

 

Στον Βίλχελμ Ράιχ και σ᾽ ένα παιδάκι στην Ν. Ιταλία

 

« Και τώρα,

φίλοι μου αγαπημένοι,

άνθρωποι της καρδιάς μου,

των τριών στερνών μου χρόνων

οι πλέον έμπιστοι,

καθώς

            πλησιάζει

                       η ώρα

            – τρέχει σαν παγωμένο δηλητήριο

            σε φλέβα ανίδεη

            τούτ᾽ η άγρια ώρα –

τί

απ᾽ ὀλη τη μικρή ή μεγάλη

αγαθή ωστόσο

ναι, αγαθή, απ᾽ άκρη σ᾽ άκρη,

περιπέτειά μας,

τί

θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πὀσιμο μαζί ?

 

Μη βιαστείτε

να προτιμήσετε

σαν απάντηση σωστή

τις λέξεις μου

ή τις διδαχές,

το παράδειγμά μου

ή τα θαύματα τα θεία,

– μολονότι τα επί της γης.

Όλα τούτα

θα σκορπίσουν

σαν μελάνι ενός μικρού δοχείου

στην απέραντη σελίδα

της θαλάσσης,

            κι ας μοιραστεί

            τούτη η σελίδα,

            κι ας διαβαστεί ξανά και ξανά

            στο ημίφως ενός υπόγειου κελιού

            ή στην παραζάλη κάποιου λαμπερού ανακτόρου.

 

Θα κρατήσει

άραγε τούτη η σελίδα

κάτι απ᾽ την αλήθεια του πρώτου μελανιού

η μόνον

την ελάχιστη σιωπηρή βαφή του ;

 

 

Ιδού λοιπόν, ιδού

τι θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πόσιμο μαζί :

 

λάβετε τον άρτο

τούτο το σώμα μου εστί

κι από το σώμα μου φάγετε

όσο η γλώσσα του καθενός

μπορεί να ευφρανθεί !

 

Λάβετε τον οίνο

τούτο το αίμα μου εστί

κι από το ίμα τούτο πιείτε

όσο το λαρύγγι του καθενός

μπορεί να δροσιστεί !

 

Ιδού και πάλι ιδού,

τί,

στο εξής

μαθητές μου, φίλοι αφοσιωμένοι

και εσείς, στους δικούς σας

στους ερχόμενους σ᾽ εσάς πιστούς

θα μοιράζετε

με την καρδιά παλλόμενη

και με υγρά τα μάτια…

 

Διότι έτσι,

χορτάτοι μόνον και πιωμένοι για τα καλά

θα με κρατάτε όρθιο

στη ζωή,

να αγναντεύω

τον διαρκή,

            τον αιώνιο

            θάνατό μου ! »

 

[1] Traité d’athéologie, éd. Εξάντας, Athènes, 2006, p. 153.

[2] Interview de Nikos Karouzos, éd. Ἱκαρος, Athènes, 2002, p. 178.

[3] Flavius Josèphe (37-95), historien juif né à Jérusalem. Ses œuvres sont : Histoire de la guerre des Juifs, écrite en araméen et en grec ; en langue grecque : Les Antiquités judaïques; Réponse à Apion ; Auto­biographie.

Rose Varteni Chétanian : « Avez-vous lu Le pasteur d’Hermas ? »

►   λύχνος  n° 146, mars 2017, article premier.

Avez-vous lu Le Pasteur d’Hermas ?

par Rose Varteni Chétanian

Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

Tintoret, Suzanne au bain, 1555-1556, Kunsthistorisches Museum de Vienne (Wikicommons)

[ Dans le nouvel ouvrage édité dans la Pléiade sur les Premiers écrits chrétiens  Gallimard, Paris, 2016, p. 95-190 (traduction) et 1207-1216 (notes), Rose Varteni Chétanian a traduit du grec en français un petit bijou de la littérature chrétienne du deuxième siècle. Il s’agit du « Pasteur » attribué à un certain Hermas, qui longtemps a fait partie de la Bible chrétienne avant d’en être exclu. Nous laissons au lecteur comme apéritif l’ouverture de ce texte, la première vision, traduite par Rose Varteni Chétanian. Nous l’invitons ensuite à lire le lumineux commentaire de l’ensemble de l’oeuvre que propose notre traductrice et dont elle fait le cadeau inestimable à notre revue.]

La première page

VISION I[i]

  1. Celui qui m’a élevé m’avait vendu à une certaine Rhodè à Rome. Bien des années après, je la revis et commençai à l’aimer comme une sœur. 2. Quelque temps après, alors qu’elle se baignait dans le Tibre, je la vis, lui tendis la main et je la fis sortir du fleuve. Voyant sa beauté, je me mis à réfléchir, me disant en mon cœur : bien heureux, je le serais, si j’avais une telle femme dotée de cette beauté et de ce caractère. C’est cela seulement que je pensai, rien d’autre. 3. Quelque temps après, comme j’allais à pied vers Cumes et me faisais la réflexion que les créations de Dieu sont grandes, remarquables et puissantes, tout en marchant, je m’endormis. Un esprit me saisit et m’emporta, par un chemin non tracé, où un homme ne pouvait cheminer : le terrain était escarpé et raviné par les eaux. Ayant traversé le fleuve qui se trouvait là, j’arrivai dans la plaine, me mis à genoux et je commençai à prier Dieu et à lui faire l’aveu de mes fautes. 4. Tandis que je priais, le ciel s’ouvrit et je vois cette femme que j’avais désirée ; elle me salue depuis le ciel et me dit :

    « Salut à toi, Hermas. »

[i]                            Vision I : l’expression manque en grec, mais dans la mesure où il y a une Vision II, cette mention doit être restituée ici.

Sur Le Pasteur d’Hermas

Sous son apparente simplicité, Le Pasteur d’Hermas est une œuvre qui, de nos jours encore, recèle sa part de mystère. Écrite à une date qu’on situe approximativement au milieu du IIe siècle de notre ère, par un auteur en qui on a cru reconnaître l’Hermas de l’Épître aux Romains (Rm 16,14), l’œuvre a été admirée par les grands noms de la théologie comme Irénée, Clément d’Alexandrie ou Origène. Tenue en très haute estime, elle a même été considérée comme Écriture inspirée et admise au nombre des textes canoniques par certaines Églises. Aujourd’hui, dans l’Église éthiopienne notamment, l’œuvre fait toujours partie du canon du Nouveau Testament, mais à partir du IVe siècle, son crédit dans l’Église a diminué et elle a été classée parmi les écrits apocryphes. Loin d’enlever au texte sa valeur ou de lui nuire auprès du lecteur contemporain, fût-ce un profane, ce déclassement peut inciter celui-ci à lire cette œuvre et à la lire comme une fiction d’un genre littéraire qui était traditionnel à l’époque de sa création, mais qui n’est pas spécifiquement chrétien : Le Pasteur est, en effet, une apocalypse et, comme telle, l’œuvre s’apparente au genre apocalyptique au même titre que l’Apocalypse de Jean, écrite dans les années 100.

Conçue dans les tout premiers temps de la naissance du monde chrétien, cette œuvre de la littérature chrétienne primitive porte les signes de cette éclosion. Elle en exprime la progression avec les tâtonnements qui accompagnent toute formation. Au fil des pages, le lecteur s’introduit dans un univers où décors et personnages ne sont pas stables, semblent vaciller, soumis à la fantaisie d’un auteur qui suit lui-même la genèse d’un monde, à un moment charnière, et qui essaie d’en fixer les palpitements. Avec Le Pasteur, Hermas fait œuvre, à sa manière, d’historien : l’univers littéraire qu’il a créé fait ressurgir un moment d’histoire, limité dans la durée, placé à l’articulation de deux temps, et il le représente dans son écoulement, dans sa mobilité, traversé par les mutations d’un monde en passe de devenir chrétien. C’est ce passage vers une spiritualité nouvelle que peint Le Pasteur et Hermas, observateur de cette période, s’y affirme comme un subtil initiateur.

Car tout, depuis la composition de l’œuvre jusqu’aux personnes réelles ou aux personnages fictifs qu’Hermas y évoque, les mettant en scène dans des lieux qu’il déplace ou des paysages qu’il transforme à sa guise, tout parle d’un monde en cours d’édification : c’est ce monde en train de se construire qu’on devine en filigrane derrière les images déroulées et le défilé de figures aux visages qui varient, dont chacune, sous son aspect simpliste ou rudimentaire, se prête à une lecture multiple. La singularité de l’œuvre réside dans cette caractéristique : simple dans l’expression, dans la forme extérieure, l’œuvre se révèle complexe dès qu’on cherche à décrypter, à travers la narration, derrière le mouvement des images ou derrière les figures qui se profilent, le sens que l’auteur a voulu leur associer et que le lecteur peut y déceler.

1 LA COMPOSITION

Le Pasteur est composé de trois parties, les deux premières, de longueur à peu près équivalente, la troisième, sensiblement plus longue. La première partie est constituée de cinq visions et se développe sur vingt-cinq chapitres ; la seconde contient douze commandements énoncés sur vingt-quatre chapitres ; quant à la troisième, avec ses dix paraboles, elle se déploie sur soixante-cinq chapitres. Ce déséquilibre évident dans la composition, auquel s’ajoutent quelques imperfections qui émaillent le texte, déconcerte. De tels défauts sont imputables, selon toute vraisemblance, à un travail qui aurait été interrompu avant son plein achèvement : l’œuvre serait restée inachevée à l’égal de la société naissante, au moment où l’auteur la choisit comme objet d’étude. Ainsi, les ruptures de l’œuvre, son rythme discontinu, certaines redites, accompagnant les étapes de l’élaboration d’une société émergente, traduiraient les balbutiements de celle-ci.

2 LES PERSONNAGES

L’univers du Pasteur est habité par des anges et des saints laissés, pour leur quasi-totalité, dans l’anonymat, à l’exception de deux anges, dont l’un seul est connu et qui apparaît ici d’une extrême complexité : le premier, préposé aux bêtes sauvages et qui sauve Hermas du monstre, apparaît dans la vision IV, 23, 4. Il a pour nom Thegri, mais cet ange pas plus que ce nom propre ne sont connus ailleurs. Le second est Michel, glorieux parmi tous, d’une taille immense dans la parabole VIII, 69, 3 où il paraît à la fois comme l’archange suprême et comme doué du même pouvoir que le Fils de Dieu. D’où vient chez Hermas cette confusion des fonctions assumées par l’ange Michel ? Cette conception lui est-elle propre ou regroupe-t-il ici divers attributs dévolus par d’autres, qui seraient de spiritualité différente, à cet ange dont le nom pourrait également se traduire par Michaël ? L’interrogation demeure, qui donne au seul ange nommé une grandeur accrue encore par cette enveloppe de mystère.

À côté des anges, des saints, des vierges, des figures de femmes ou d’hommes symboliques qui hantent ses visions et qui restent anonymes, Hermas donne vie et nom à des personnes ayant réellement existé ou des êtres qu’il a imaginés. Parmi eux, nous ne retiendrons ici que le nom de la maîtresse, Rhodè, à laquelle, dès l’ouverture de son œuvre (Vision I, 1), Hermas dit avoir été vendu. Derrière le personnage de Rhodè au bain qui ouvre l’œuvre, et qui pourrait bien être un artifice de l’écrivain pour séduire son lecteur et l’inviter dans sa création littéraire, affluent toutes les images de la figure féminine désirable : Rhodè, sur qui se concentre le regard, au début du Pasteur, se superpose aux figures de l’antique Diane et de la Suzanne biblique.

Quant à l’auteur, masqué derrière le narrateur et qui se donne à lui-même le nom d’Hermas, s’il n’est pas l’Hermas de l’Épître aux Romains comme on l’a suggéré, qui est-il ? Si l’on s’en tient aux informations fournies dans l’œuvre et qu’on se limite à ce que celui-ci y dit de lui-même, ou de celui qu’il dit s’appeler Hermas, on apprend qu’il est né esclave et a été vendu par son maître à Rhodè. Sans doute va-t-il être affranchi de sa condition, s’enrichir, et devenir maître lui-même avec des serviteurs sous ses ordres, car on le retrouve plus tard marié, avec des enfants (Vision I, 3, 1 ; 3, 2,…), doté d’une maisonnée nombreuse (I, 3, 2 …), riche d’un domaine de campagne (Vision IV, 22, 2), pris dans des occupations multiples (Vision II, 7, 1,…) ou brassant d’importantes affaires (Commandement III, 28, 5. Parabole IV, 53, 5,…), pour ne prendre que ces quelques exemples indicateurs de son ascension sociale. Toutes précieuses qu’elles soient, ces indications, extraites d’une œuvre qui peut être lue comme une fiction, restent insuffisantes pour identifier sûrement son auteur.

3 LA SIMPLICITÉ

À l’image d’Hermas lui-même qui se présente comme un ancien esclave devenu affranchi, un serviteur qui accède au rang de maître, ceux dont Hermas suggère la vie aux côtés des êtres surnaturels, anges ou saints magnifiés qui remplissent ses visions, ne sont pas des puissants de ce monde, ce sont des gens simples, des êtres issus du réel ordinaire : Hermas écrit pour le pauvre, pour l’humble, pour le serviteur que lui-même pourrait avoir été dans la vraie vie.

Bien de ses visions ont pour cadre un décor aux contours juste ébauchés : la voûte d’un arbre ici, la courbe d’une montagne là, un plan d’eau, une pente d’un toit plus loin ou seulement l’entrée d’une réserve. Point de dessin élaboré ni de description fouillée où l’attention se perdrait dans le détail. Si on laisse à part les visions plus grandioses de la tour en construction, ses images, notamment dans les commandements, sont empruntées presque uniquement aux occupations de la vie domestique ou à celles de la vie agricole ; elles sont nourries d’une réalité vécue et vue par les plus humbles, peuple de domestiques, peuple de la vie à la campagne, et elles se développent avec une grande sobriété dans l’expression voire parfois une certaine pauvreté.

Fort peu de couleurs aussi qui risqueraient de distraire de l’essentiel : la palette du Pasteur est extrêmement réduite. Le vert y domine, à peine dérangé par une seule touche de jaune, celle du vêtement du pasteur de la parabole VI, 61, 5, tache à laquelle fait peut-être écho l’éclat de l’ « or » de la tête du monstre d’où émanent, encadrées par le noir et le blanc, deux couleurs qui ne sont pas exprimées mais suggérées seulement : l’une est l’orangé du « feu » et l’autre, le rouge du « sang » (Vision IV, 22, 10). Chez Hermas — pour qui « noir » et « blanc » sont aussi considérés comme des couleurs — les visions se manifestent en noir et blanc, comme pour mieux faire ressortir la ligne, souligner le trait, et rendre le dessin plus marqué. Avec un contraste d’une telle netteté, la ligne est plus expressive, le propos plus direct et plus frappant, les idées et la pensée dessinées, plus franches.

Si l’on examine le tracé des visions, on constate bien souvent que plus qu’une image nourrie d’une réalité vécue, on a affaire à la description d’une image vue dans sa réalité d’image existant déjà comme image, c’est-à-dire déjà stylisée, comme si l’auteur nous décrivait, reproduisait ce qu’il a lui-même sous les yeux : un dessin, une peinture, un tableau. L’image semble se développer sur un écran plat, sans profondeur, réduite aux deux dimensions extérieures d’un cadre imaginaire, l’horizontale et la verticale, comme si elle était vue haut dans l’espace, suspendue, comme en l’air, ou comme si elle était rêvée.

Si elle n’est pas inspirée d’une réalité vécue, la vision d’Hermas l’est d’une réalité picturale réellement vue, qui a alimenté son imaginaire, et dont il s’est emparé. C’est cette impression qui s’impose et qui persiste même après qu’on a tourné la page.
Ainsi dans la parabole IX, 79, 3, la distribution des douze vierges autour de la porte creusée dans le rocher est difficilement compréhensible, à moins qu’on rectifie sa vision et qu’on voie une porte horizontale creusée dans le sommet du rocher : si l’on s’obstine dans la vision d’une porte dressée verticalement, les vierges paraissent suspendues en l’air, comme extraites d’une représentation picturale dénuée de perspective.

La même impression se dégage de la parabole IX, 81, 1 où la description, qui est faite des vierges porteuses placées sous les angles de la pierre, semble les montrer non pas en mouvement, malgré le verbe à l’imparfait d’une action qui serait décrite dans son procès, mais dans une immobilité que le verbe à l’imparfait fixe dans la durée : elles ont l’allure de caryatides qui, le temps du regard d’Hermas, se sont échappées de leur moule de pierre et se sont mises en mouvement sous la plume de l’auteur, animées par son écriture, mais qui restent figées, immobiles, arrêtées dans leur geste.

Le dessin est naïf parce que l’intention est généreuse : le message délivré se veut immédiatement clair et s’offre dès l’abord à qui comprend la simplicité. Adressée à tous, la parole d’Hermas est d’abord destinée à ceux qui en sont le plus démunis, ceux que la complexité dont s’enfle parfois la parole peut désarmer : les innocents, les esprits les plus naïfs.

Un dessin qui confine parfois au croquis, à l’image de la morale qui prône simplicité et innocence et dont les lignes de conduite, dans les commandements, sont claires, droites, tracées sans aucune équivoque. Les règles édictées y définissent le bien et le mal, déterminant les limites de l’un et de l’autre, sans aucune circonlocution ambiguë qui en brouillerait ou en confondrait périlleusement les délimitations.

La même économie dans le trait, la même nudité des lignes dans la mise en place d’une situation, la distribution des rôles, le déroulement de l’action et son dénouement, caractérise la parabole V, celle du maître qui part en voyage et confie, en son absence, son vignoble à un serviteur choisi. Cette parabole, centrale, si l’on juge que la dixième qui contient la conclusion clôt l’œuvre, est la plus achevée dans sa forme : le texte, où tous les styles de discours — direct, indirect, monologue intérieur — alternent avec les moments de narration, est un texte simple, vivant, où autour de la figure trinitaire du maître, du fils, du serviteur, l’auteur décrit une communauté idéale. Même dépouillée de son explication théologique qui prolonge le récit initial et en approfondit la portée, révélant le Père derrière le maître, le Saint-Esprit, derrière le fils, et le Fils derrière le serviteur devenu héritier du maître à l’égal du fils, la parabole est limpide : l’esclave, ou le serviteur de son état, y trouve l’espoir de voir sa condition s’améliorer grâce non seulement à son obéissance réfléchie aux ordres de son maître et à son intelligence — il sait devancer les nouveaux ordres de celui-ci et prendre des initiatives pour mieux le servir — mais grâce aussi à sa capacité à faire partager à ses compagnons de servitude les fruits de sa réussite, les aidant ainsi à suivre son exemple et sa progression.

La leçon, claire pour l’humble au service attentif de son maître, vaut aussi pour les maîtres, pour les puissants, ceux qui savent se départir d’une parcelle de leur pouvoir pour le confier à leurs sujets ou à leurs subordonnées, aux plus humbles de leur entourage, ceux qui sont assez grands pour savoir s’humilier, s’abaisser pour reconnaître la valeur des plus modestes, leur humanité : les considérant avec le même regard que celui qu’ils portent sur leur fils, ils savent les apprécier et les traiter à l’égal de leurs propres enfants.

Si l’orientation théologique achève d’éclairer le sens spirituel du texte, la démonstration en elle-même est lumineuse : les lignes qui s’esquissent à partir du triangle central, et autour duquel s’ordonne tout un tableau, dessinent une société fondée sur une harmonie préétablie régnant entre des êtres reliés par les mêmes liens de stricte égalité que ceux qui relient entre eux le maître, le serviteur et le fils.

4 LE JEU DES SUPERPOSITIONS

Derrière cette simplicité de façade s’élabore tout un jeu de correspondances ou d’assimilations qui font se coïncider entre elles certaines figures : celles-ci se superposent l’une l’autre pour se fondre finalement et ne faire qu’une seule et même image.

La première image qui en englobe plusieurs autres est celle de la femme âgée qui apparaît dans la première vision. Dans la seconde, celle-ci sera présentée comme étant l’Église, et au fil des visions et des pages, la même femme apparaîtra sous trois formes et dans trois positions différentes. Cette femme, en qui se superposent trois femmes d’âge et d’apparence physique changeants, en qui Hermas avait d’abord cru reconnaître l’antique Sibylle, va se désigner elle-même comme étant la tour en construction, et partant de cette tour qu’elle montre et à laquelle elle s’est identifiée, elle va réintégrer sa première identité : cette tour, dira-t-elle, c’est elle-même, l’Église. Ainsi se confondent en une seule et même image une seule femme à trois visages qui est l’Église, dans sa multiplicité, et la tour, dans son unicité.

La deuxième figure dont l’apparition entraîne le même jeu de superpositions des figures est celle du pasteur. Dès sa première manifestation, dans la vision V, le pasteur dévoile sa triple nature : il est ange gardien, ange révélateur, ange de la pénitence. Comme la femme a été trois femmes à la fois, le pasteur est lui-même trois anges à la fois. Et la femme, à la fois vieille et jeune, assise et debout, Église et tour, disparaît en tant qu’initiatrice jusqu’à la fin de l’œuvre. Le pasteur, qui se substitue à elle, va déplier derrière son image d’autres figures auxquelles il est assimilé, qui vont s’inclure en lui et y inscrire l’éventail de ses significations.

Dans la Parabole I, 50, 3, prenant à son compte les propos du seigneur d’une cité, il rapporte les discours de celui-ci au style direct, enserrant ceux-ci dans son propre discours : le voici alors dans le rôle de ce dernier et reflétant son image.

Hermas d’autre part qui s’adresse à lui ne l’appelle-t-il pas, à chaque fois, « Seigneur » ? Par cette qualification, le pasteur se trouve assimilé au Seigneur en qui doit avoir foi Hermas et à l’image du pasteur, envoyé du ciel, se superpose ainsi l’image du Seigneur suprême.

C’est le pasteur qui montre la tour en construction sur le rocher sur laquelle se clôt l’œuvre, tour qui répond en écho à la tour bâtie sur l’eau du début de l’œuvre. Là, vieille dame Église, ici, réplique architecturale du pasteur qui, avec un nom de simple berger, de pâtre de brebis, est à la fois ange, guide spirituel et pasteur suprême, regroupant en lui, à la fin de l’œuvre, toutes les figures de la vieille dame, pareil à elle, jeune et vieux, humble et grand, un et multiple.

À une image se substitue une autre image qui lui succède et parfois est simultanée. Derrière une même image se profile ainsi tout un chapelet d’images articulées entre elles, qui se chevauchent ou semblent emboîtées les unes dans les autres. Dans ce déploiement de figures, le sens de l’une est élucidé dans l’autre, elles s’expliquent l’une l’autre, s’enchaînant suivant l’articulation que leur imprime l’auteur qui multiplie à loisir leurs significations.

Les images défilent dans un déroulement enclenché par la première qui semble masquer les suivantes, mais celles-ci se démasquent l’une après l’autre, pareilles à la parabole dont le sens ne se dévoile qu’après coup.

Le portrait qu’Hermas livre de lui-même relève de cette même esthétique de l’image multipliée par la superposition. Comment pourrait-il en être autrement ?

N’est-il pas lui-même, dans sa propre œuvre, tour à tour serviteur et maître ? Et comme maître de maison, ne doit-il pas porter la responsabilité des fautes de toute sa famille, de sa femme, de ses enfants, subir lui-même les effets des écarts de conduite commis par toute sa maisonnée, assumer les conséquences des égarements de ses propres serviteurs, tenir à lui seul les rôles de tous ?

On le voit dans son œuvre dialoguer avec l’un ou l’autre de ses deux guides, mais aussi se mettre en retrait pour se faire témoin d’autres interlocuteurs s’entretenant entre eux, comme dans la parabole VIII, 68, où, assistant au dialogue entre l’ange du Seigneur et le pasteur, il rapporte leurs paroles.

Spectateur bien souvent, il se montre, dans la parabole IX, 90, par exemple, au cours de son initiation aux secrets de la construction de la tour. Par son regard, il instruit son lecteur, lui apprend à discerner le bien du mal, comme dans la parabole IX, 92, où il l’accoutume à distinguer les vices des vertus.

C’est que pénitent lui-même, Hermas est aussi messager de la pénitence : la parole qu’il a à transmettre, c’est celle du pasteur, et il la transmet chaque fois qu’il reproduit un des dialogues où il se montre face à lui (Parabole VIII, 72, pour ne citer qu’un seul passage). Le pasteur lui-même, après l’avoir éclairé sur bien des points, lui confie sa propre mission, lui disant : « Va et dis à tous qu’ils se repentent… » (Parabole VIII, 77, 1). Le voici revêtu de l’habit du pasteur et devenu, sur son injonction, ange de la pénitence, investi des mêmes pouvoirs que le pasteur lui-même.

N’est-ce pas d’ailleurs dans cette même fonction de messager, de copiste qui recopie des choses dites ou écrites, pour les répéter et les transmettre par écrit, que lui-même s’est représenté dans son œuvre ? Dans la deuxième vision, il recopie d’abord méticuleusement un livre que lui lit la femme âgée, puis il est chargé par elle d’en faire des copies, afin que ces exemplaires, destinés à des correspondants qu’elle lui désigne, soient distribués par eux à plusieurs autres destinataires. Tout un réseau est ainsi mis en place dont les ramifications partent d’un point central qui est Hermas lui-même. Hermas qui ne cesse, tout au long de son œuvre, de se faire expliquer les choses à lui-même pour mieux pouvoir les expliquer à son tour. Dans la cinquième vision, obéissant aux ordres du pasteur, il écrit sous sa dictée les commandements et les paraboles que celui-ci lui ordonne de reproduire strictement et dont Hermas devient ainsi le dépositaire privilégié et obligé. En lui vont se refléter désormais et la vieille dame Église et le pasteur d’essence divine.

C’est Hermas qui entraîne le chœur des anges et des saints qu’il invite dans son œuvre, lui qui endosse tous les rôles, se substitue à tous, qui copie, répète, répercute la parole de tous, porte toutes les voix, prêtant la sienne à tous, enchâssant dans son propre discours tous les discours. Coryphée de toutes les figures qu’il convoque dans son œuvre, il est un et tous à la fois, à l’image de son œuvre, monodie et polyphonie, à la fois simple dans sa forme et sa rédaction, simple par le dessin de ses figures, et multiple par la complexité qui naît de l’imbrication des figures et la polysémie qui en découle.

Et libre au lecteur, une fois le livre refermé, de faire apparaître, sous la figure du serviteur élevé au rang de fils de son maître, l’auteur, ce serviteur devenu maître, Hermas, le fidèle serviteur de son Dieu.

 

CONCLUSION

On peut considérer Le Pasteur comme Écriture sainte ou comme une création de l’imagination humaine et considérer son auteur, qui s’y montre investi d’une mission de messager de la parole divine, comme un prophète ou bien le tenir pour un écrivain de fictions littéraires. Quelle que soit l’appréciation que l’on ait, cette œuvre, où l’homme ordinaire côtoie des envoyés du ciel, se familiarise ici-bas avec l’au-delà et touche à l’extraordinaire, où se rencontrent l’humain et le surnaturel, où l’impalpable devient palpable, et l’invisible, visible, cette œuvre atteint la visée spirituelle que s’est proposée son auteur : réduire le fossé qui sépare l’incorporel du corporel en permettant à l’humble, qu’il initie aux choses de l’esprit, de franchir ce fossé et de participer à la vie divine.

Confiant en l’intelligence humaine qui peut comprendre le spirituel, connaître l’incorporel, l’auteur donne corps dans son œuvre à ce qui n’a pas corps. Avec une sensibilité convaincue de la force de sa propre foi, il introduit l’humble dans un monde où la divinité est humanisée, où le divin a pris figure humaine, où une nouvelle religion, avec ses propres lois, avec sa propre morale, est en train de s’installer et dont il s’est donné pour but de cultiver les germes afin de la propager. Et il se voue à sa tâche avec modestie, sans jamais révéler sa véritable identité, caché, presque anonyme, mal identifié, de nos jours encore, malgré le nom qu’il se donne d’Hermas.

Et dans une œuvre où se mêlent croyances populaires héritées de la lointaine antiquité, personnages qui en sont issus et qui croisent ceux de la Bible hébraïque, lesquels transportent avec eux les traditions empreintes de leur spiritualité propre, il réussit le joli tour littéraire d’introduire le lecteur dans cette nouvelle religion en laquelle il croit, de parler d’elle, sans jamais prononcer ni le nom propre de celui qui l’a inspirée, et qui est à l’origine du nom dont celle-ci est désignée, ni le nom commun qui en dérive et dont on qualifie ceux qui ont adopté cette foi.

Si Hermas n’est pas prophète, il est bien cependant un interprète de la nouvelle parole qui se répand, un divulgateur éclairé d’une foi nouvellement semée, un passeur désintéressé et généreux qui guide des hommes venus de tous les horizons pour les conduire vers les nouvelles rives d’une religion qu’il a lui-même embrassée et, dans toutes ces fonctions, il est et il reste l’un des plus nobles par l’étendue de son humilité.

Rose Varteni CHÉTANIAN

« Le Pasteur », Hermas. Traduction et notes. Premiers écrits chrétiens, Gallimard, Collection La Pléiade, Paris, 2016, p. 95-190 et 1207-1216.

 

 

 

Connaissance hellénique vous offre deux cadeaux pour l’an nouveau.

Santé, vie, joie, paix, bonne humeur, espérance !

 

D’abord un cadeau à retirer à :

Premier cadeau

Cette mosaïque d’époque romaine tardive découverte à la fin du XIXe siècle à Halicarnasse (aujourd’hui Bodrum en Turquie) se trouve au Musée national britannique ; les côtés sont de 1,14 m. On peut en voir une copie à Thessalonique, dans le square Aristote. Elle nous présente six mots :
ΥΓΙΑ (= ὑγίεια), la santé ;   ΖΟΗ (= ζωή), la vie ;  ΧΑΡΑ, la joie ;  ΕΙΡΗΝΗ, la paix ; ΕΥΘΥΜΙΑ , la bonne humeur ;  ΕΛΠΙC  ( = ἐλπίς ), l’espérance.
Vous notez quelques différences avec les formes qui nous sont familières :
Dans ὑγίεια, nous avons un ει, diphtongue qui dès l’époque classique commençait à évoluer vers la prononciation i. Cela fait qu’ici elle ne se distingue plus du ι précédent. Nous sommes en route vers l’exclamation moderne « ya ! » qui accompagne joyeusement le geste de trinquer.
Dans ZOH nous avons O au lieu de Ω. C’est un phénomène qu’on observe quelquefois dans les inscriptions d’époque classique, où il peut être un souvenir du plus ancien alphabet attique, qui ne comportait pas de Ω ; cela se généralisera ensuite avec la disparition progressive de l’opposition des brèves et des longues.
Le mot ΕΛΠΙC est terminé par un C : c’est une variante de Σ, dénommée sigma lunaire.
Mais prenons de l’altitude par rapport à tout ce que ces détails techniques ont de terre à terre, et faisons de ces six mots notre  programme de vie pour la nouvelle année.

Second cadeau

Et voici un autre cadeau de nouvel an : c’est une fable qui, si on la médite, aide à réussir malgré toutes les voix, intérieures ou extérieures qui tendent à nous décourager, en nous disant que nous ne parviendrons jamais à atteindre nos objectifs, parce que ceci, parce que cela.

Ἔδραμόν ποτε βάτραχοι… Il était une fois une course de grenouilles dont l’arrivée se trouvait en haut d’une tour particulièrement haute.

De nombreux curieux se rassemblèrent pour assister à l’épreuve, mais peu croyaient possible que les grenouilles puissent grimper aussi haut. Ainsi on pouvait entendre dans le public : « C’est impossible, elles n’y arriveront jamais ! ». Ἀδύνατά γε ! Οὐ μὴ ἀφίκωνται !

Influencées par les cris, découragées par l’effort qu’il restait à faire, les grenouilles commencèrent à abandonner, sauf une qui continuait de grimper. Les spectateurs lui disaient : « Tu n’atteindras jamais le sommet, c’est beaucoup trop haut. Tu ferais mieux d’abandonner ! » Οὐ μὴ ἀφικνῇ ! Ὑψηλότερα γὰρ πολύ ! Λῷον μὲν δή ἐστί σοι ἀπολιπεῖν !

Mais la grenouille, imperturbable, continuait sa course. À la fin, il ne restait qu’elle, et au terme d’un effort considérable, elle gagna le sommet de la tour. Les autres grenouilles voulurent savoir comment elle avait fait mais quand l’une d’elles lui posa la question, elles découvrirent… que la gagnante était sourde !  Οὐκ ἀπεκρίνατο. Κωφὸς γὰρ ἦν ὁ νικῶν !

l’équipe de Connaissance hellénique.