Qui sommes-nous ?

Connaissance hellénique

ISSN 2551-2498

Ce carnet continue depuis 2012 l’aventure qui a commencé avec  la revue en 1976 et le cours Connaissance hellénique en 1977. Le but de cette publication quadrimestrielle (1er mars, 1er juillet, 1er novembre) est de proposer des articles de vulgarisation scientifique, des billets d’humeur ou de fantaisie sur l’Antiquité et les humanités grecques, des traductions de la littérature grecque moderne, des recensions de livres ou des actualités concernant l’étude de la Grèce d’Homère à Markaris, le fameux auteur de romans policiers contemporains. Il est animé par une équipe liée à

L’équipe de Connaissance Hellénique pour les 40 ans de l’association, le 8 Juillet 2017 à Aix en Provence. (de gauche à droite : J.V. Vernhes, D. Blanc, A. Chopard, A. Chanut, P. Boulhol, P. Martin, J. Martin, B. Franceschetti, C. Boudignon), cliché Nouar Barakat.

l’Université d’Aix-Marseille et  l’association Connaissance hellénique mais se veut un espace ouvert à la communauté des lecteurs et des contributeurs de Connaissance hellénique. Pour en savoir plus, on se rapportera à la présentation humoristique de Jean-Victor Vernes « Une étrange rencontre » ou à la présentation plus sérieuse ci-dessous « Une aventure culturelle » du même auteur.

N’hésitez pas à proposer vos articles à : christian.boudignon@ gmail.com

Rédacteur en chef : Christian Boudignon.

Équipe de rédaction :  Jean-Victor Vernhes (fondateur de l’association et de la revue), Christian Boudignon, Janine Kaminski, Ariel Chopard, Dominique Blanc…

Directeur de la publication ; Pascal Boulhol, Président de l’association Connaissance hellénique.

UNE AVENTURE CULTURELLE : CONNAISSANCE HELLÉNIQUE

Tout a commencé en novembre 1975 par l’envoi à des journaux du communiqué suivant : « Dans un esprit d’Université ouverte, des enseignants de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence proposent un service bénévole d’initiation au grec ancien par correspondance à quiconque désire, en dehors de tout cursus scolaire ou universitaire, consacrer des loisirs à cette étude ».

Publiée en entrefilets dans Le Monde (le 25 décembre !) et dans Le Figaro, cette proposition correspondait à un désir latent. Du courrier affluait de toutes les régions, nous révélant un public insolite, passionné et passionnant : des commerçants, des postiers, des instituteurs, des médecins, des ingénieurs, des psychanalystes, des artistes, etc. Nous les lancions, munis de polycopiés explicatifs, dans le manuel d’Initiation au grec ancien de Jean-Victor Vernhes publié quelques années auparavant chez Ophrys ; il n’était pas encore ἕρμαιον. Sur cent cinquante inscriptions, il y eut une vingtaine de d’assidus.

Couverture de : ἔρμαιον, Initiation au grec ancien, de Jean-Victor Vernhes
Couverture de : ἔρμαιον, Initiation au grec ancien, de Jean-Victor Vernhes

 

Cette expérience, tout en demeurant entièrement bénévole, fut offi­cialisée à la rentrée 76, à l’initiative d’Albert Machin, par la Formation Continue de l’Université de Provence. Puis, le 18 octobre 76, un petit article sur cette expérience parut dans L’Express. Et ce fut le raz de marée : plus de cinq cents inscriptions ! Des collègues de bonne volonté, offrirent leur collaboration : ce fut l’embryon de notre vaillante équipe de “correcteurs” qui guide dans leurs efforts nos apprentis hellénistes.

Pour organiser cette effervescence et pour être le cadre normal de ce bénévolat fut créée fin 1976 l’association « Connaissance hellénique », liée par convention à l’Université. Puis fut lancée une revue trimestrielle : c’est le λύχνος (= la Lanterne en grec).

Dès lors, nos deux composantes étaient sur pied :

— Notre revue, qui publie des articles sur les divers aspects de la Grèce, de l’Antiquité à nos jours : histoire, religion, mythologie, philosophie, linguistique, etc. On a bien connu ces fascicules trimestriels à couverture jaune…

le logo de Connaissance hellénique
Le haut de couverture d’un numéro de Connaissance hellénique

— Notre cours d’initiation au grec ancien par correspondance, réalisé en liaison avec la Formation Continue. Il est divisé en cinq degrés. Dès la fin du troisième, l’étudiant est à même d’utiliser avec profit des éditions bilingues du type « Collection Budé ». Il s’agit d’un système très souple de soutien par correspondance, où chaque étudiant travaille à son rythme personnel, selon ses disponibilités : au reçu de son inscription, il est mis en relation avec un “correcteur” qui l’aidera amicalement et béné­volement, en corrigeant ses exercices, en répondant à ses questions.

Ces correcteurs sont actuellement une centaine, un peu partout en France. Chacun prend en charge un petit nombre de correspondants, car bien entendu il ne s’agit pas de distribuer des paquets de copies, mais simplement de soutenir quelques-uns de ces autodidactes, ce qui est une expérience intéressante. Et pas question de mettre des notes. Bien entendu, nous n’entendons pas nous substituer aux enseignements de grec qui sont ou devraient être organisés par les lycées et collèges.

La formule a évolué. Depuis la rentrée 2012, la revue est passée en ligne (sur ch.hypothèses.org). Certains nous disent leur nostalgie de la revue papier. Mais par la magie des mots-clés, l’internet nous apporte une audience accrue, et même mondiale.

Quant aux documents pédagogiques, c’est aussi par internet qu’ils sont maintenant envoyés. La notice de renseignements peut vous être envoyée par notre secrétaire général, Pierre Martin. Pour tout renseignement, on lui écrira à : connaissancehellenique@gmail.com .

Les motivations de ces nouveaux hellénistes ? Regardons nos feuilles d’inscription :

Un agent immobilier : “Nostalgie de ne pas l’avoir étudié au Lycée” (souvent même on nous dit : “J’aurais aimé en faire au Lycée, mais on m’en a empêché”). Une institutrice : “La civilisation grecque m’a toujours fascinée, mais j’ai toujours cru que son étude était réservée à une élite. Merci de l’avoir démocratisée”. Une administratrice d’hôpital : “J’ai toujours été intéressée par la mythologie grecque et j’aimerais lire les auteurs grecs dans le texte”. Un psychanalyste : “Pour l’étude du fonc­tion­nement mental entraîné par la langue même”. Une assistante sociale : “Pour le plaisir” (pourquoi en effet ne pas rendre à l’étude du grec sa dimension ludique ?).  Un professeur de Lettres modernes : “Je m’aperçois à 43 ans qu’il est dommage d’enseigner le français sans connaître le grec”. Un médecin : “Le grec m’a manqué au cours de mes études médicales. C’est un rêve à réalisation tardive”. Un relieur : “Lire la Septante, le Nouveau Testament, Platon…” Etc., etc.

On se tromperait en voyant là un amateurisme amusant. Certains atteignent un niveau étonnant. Ainsi notre ami Alain Journet, qui fut astronome à l’observatoire de Grasse, découvrit le grec avec nous et pratique maintenant dans le texte grec les astronomes antiques.

L’ampleur de notre mouvement ? En quarante ans, nous avons initié au grec environ 12 000 personnes. Et il se peut que l’avenir du grec dépende en partie de sa réception dans le plus large public possible.

Jean-Victor Vernhes

5 réflexions sur « Qui sommes-nous ? »

  1. C’est en cherchant le nom de traducteurs de grec moderne que j’ai trouvé votre site, que je parcours avec émotion. J’ai eu la chance de compter parmi les étudiants de M. Vernhes, entre 1994 et 1996, et je voue un amour profond à cette superbe langue qu’est le grec, qu’il soit « moderne » ou « classique ».
    Mon exemplaire de l’Initiation au grec m’a suivie toutes ces années, et il est encore à portée de main. Merci beaucoup !
    Pour l’anecdote, le jour où j’ai découvert les archives de Connaissance hellénique, je me suis exclamée « que ça sent bon! ». M. Vernhes a répondu « vous avez l’âme et le nez d’une éditrice ». Il ne s’est pas trompé, me voici dans les métiers du livre, entre librairie et édition.
    (C’est avec tristesse que j’apprends la disparition de Mme Jacquin, toutes mes pensées vont à ses proches.)

  2. Derechef: un immense merci à M. Vernhes.

    Le « Hermaion » est remarquable.

    Philikotata,

    Jean de Goiffon

    Consultant (e.R.) des Presses Universitaires de France

  3. Professeure de Lettres Classiques en fin de carrière et cependant toujours à la recherche de nouvelles « démonstrations » du caractère bien vivant des Humanités, je découvre votre publication et j’en suis ravie. Je vais bien sûr y revenir. Bravo !

  4. Madame, Monsieur,

    Depuis de nombreuses années, la bibliothèque des archives départementales des Bouches-du-Rhône est le destinataire final des publications que vous déposez auprès du service du dépôt légal de la Préfecture. Or, les dépôts légal et administratif ont été supprimés auprès des Préfectures depuis mars 2012 (article 99 de la loi du 22 mars 2012 n° 2012-387).

    Votre publication cotée en PHI 1432, est conservée depuis 1979 par les archives départementales, dans des conditions de conservation optimales du point de vue de l’hygrométrie et de la température, à l’abri de la poussière et de la lumière. Les périodiques locaux sont une source importante et complémentaire aux archives administratives contemporaines collectées par nos soins ; ils permettront dans le futur d’illustrer l’histoire de notre temps en constituant le patrimoine imprimé des Bouches-du-Rhône.

    L’arrêt de l’obligation du dépôt légal interrompt notre collecte et la conservation de votre titre dans nos collections. C’est pour cela que je vous sollicite afin de savoir si vous pouvez désormais nous envoyer régulièrement à chaque parution (ou à la fin de chaque année) un exemplaire de votre publication. Il continuera alors à être coté, conservé dans des boîtes neutres et à votre demande il pourra également être communiqué dans notre salle de lecture.

    Bien cordialement

    Véronique Bernardet, Responsable de la bibliothèque historique et administrative
    Archives départementales
    Bibliothèque historique et administrative
    18 rue Mirès BP 10099 13303 Marseille cedex 03

    04 13 31 82 47 veronique.bernardet@cg13.fr

  5. Auriez-vous la gentillesse d’annoncer le 8ème Festival Européen Latin Grec, Lyon, 21-24 mars 2013, Université Lyon II, 18 quai Claude Bernard,Grand Amphi et Atrium ; et samedi après-midi Grand Temple (concert, 3 quai Augagneur ?
    Je peux vous envoyer programme et affiche si vous le désirez ; ils sont sur le site ainsi que l’inscription en ligne.
    Et nous avons ouvert un blog l’association Fortuna Juvat sur http://associationfortunajuvat.wordpress.com
    Merci beaucoup et peut-être à bientôt (et bravo pour votre site)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *