Bernard Boyaval : A propos de la formule épigraphique « Personne n’est immortel »

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 148, novembre 2017, quarantième année, article deux)

« PERSONNE N’EST IMMORTEL

— EN CE MONDE »

 

Portrait de jeune homme vers 130-150 ap. J.-C., Musée Pouchkine de Moscou (wikicommons)

 

Développée à satiété par les graveurs antiques, d’Egypte et d’ailleurs, cette affirmation a embarrassé bien des commentateurs. En effet, proclamer que tous les vivants sont voués à l’anéantissement individuel n’était, à première vue, acceptable que par des milieux préparés à cette échéance par une imprégnation de pensée païenne. Mais cette perspective pouvait heurter des consciences chrétiennes en passant sous silence la possibilité d’une survie spirituelle. Voici une réaction typique de l’état d’esprit de certains modernes, datée de 1955. Cette année-là, dans la REG 68 p. 164, R. Joly écrivait : « Un des moyens employés pour consoler les affligés est précisément l’affirmation que « personne n’est immortel », qu’il faut bien subir le sort commun des hommes ». Plus loin, il ajoutait : « L’inscription en question apparaît fréquemment sur des tombes chrétiennes, et rien ne peut être plus choquant que cette affirmation ».

Dans une notule de 1903 (BIFAO 3 p. 13), G. Lefebvre avait proposé l’interprétation suivante : soulignant que la formule a deux énoncés, l’un bref « Personne n’est immortel », l’autre long « Personne n’est immortel en ce monde », il se demandait s’il ne fallait pas supposer le premier païen (il suffit à dire l’inévitable) et le second chrétien (l’addition « en ce monde » pouvant avoir un sens restrictif et réserver l’espoir d’un autre monde). En 1907, publiant son Recueil des inscriptions grecques-chrétiennes d’Egypte, Lefebvre recensait 45 témoignages de cette formule, tous groupés dans sa version longue (v. introd. p. XXX § B), et il déclarait qu’ils étaient devenus « une exhortation spiritualiste, un acte de foi dans l’au-delà » pour les chrétiens de la vallée du Nil.

Pour obtenir ce chiffre global, il avait groupé en une colonne unique les documents de toutes provenances, d’Alexandrie à la Nubie. Mais cette méthode efface les disparités locales, noyées dans la masse. J’ai choisi, ici, une approche ponctuelle, site par site.

Certains sites sont inutilisables, vu le nombre dérisoire de leurs témoignages, ainsi :

Memphis + Saqqarah + Le Caire 5 témoins (nos 66-70)

Aboukir 4 (57-60)

Damanhour 2 (62-63)

Benha 2 (64-65)

Gênantes sont aussi les épitaphes qu’on ne peut pas localiser précisément à l’intérieur d’une vaste région,

Fayoum 43 (71-113)

Nubie 24 (645-668)

Des sites prestigieux sont d’une navrante pauvreté. Alexandrie et sa périphérie n’ont produit que 56 stèles (1-56), Thèbes-Louxor 19 sur les deux rives réunies (364-382), Tehneh 49 documents (117-165), Cheikh Abadeh 63 malgré l’étendue de la nécropole d’Antinooupolis et l’addition de Deir Abou Hennis, Deir-el-Bersheh, Raramoun et Ashmounein (167-229). Les inscriptions d’Assouan (563-583) et de Philae (585-604) se montent à une vingtaine dans chaque cas. Seules, deux agglomérations de la Thébaïde émergent de l’ensemble par leur productivité,

Akhmîm 115 (238-352)

Herment 146 (383-528).

Voici le tableau obtenu en 1907 :

Nombre de témoins Formulaires longs Formulaires brefs
Memphis-Saqqarah 1 1
Cheikh Abadeh 2 1 1
Akhmîm 3 3
Akhmîm ( ?) 4 1 3
Herment 4 4
Herment ( ?) 20 15 5
Edfou 1 1
Assouan 4 4
Kalabshah 2 1 1
Prov. inconnue 1 1
Totaux 42 29 13

 

Certaines localités, absentes de la première liste parce qu’elles ont produit trop peu de documents (Edfou, Kalabshah), apparaissent dans le tableau ci-dessus parce qu’elles ont fourni quelques-uns de ces formulaires. D’autres (Aboukir, Benha, Damanhour) ont disparu de ce tableau pour n’en avoir pas fourni. Les points d’interrogation qui suivent des mentions d’Akhmîm et d’Herment concernent des stèles probablement originaires de ces deux villes. Avec 24 documents, 4 certains 20 probables, Herment représente plus de la moitié du dossier disponible en 1907. J’ai restreint à 42 le total affirmé par Lefebvre (45), pour trois restitutions qui me laissaient hésitant, mais cette réduction ne modifie guère les conclusions induites par une analyse ponctuelle.

Si dérisoires qu’ils soient, ces chiffres autorisent une conclusion qui n’est pas sans intérêt. Dès les années 1900, il apparaissait qu’on ne doit pas faire du formulaire court un indice de paganisme. La distinction imaginée par Lefebvre en 1903 n’est pas assurée car les deux formulaires ont été utilisés par les chrétiens, en proportions variables selon les sites. En effet, les formulaires courts du Recueil s’accompagnent des mêmes symboles et tours de style, chrismes, épithètes, métaphores, que leurs parallèles longs (o. l. introd. p. XXXI § C-D et XXXIII). Et, pour reprendre le mot de Joly, les chrétiens ne semblent pas avoir trouvé « choquant » d’utiliser des formulaires sans référence à la survie individuelle.

Le « ramassage » global des témoins par Lefebvre avait effacé ces particularités et les stèles publiées depuis dans le Sammelbuch n’apportent pas d’inflexions notables à ces tendances anciennes.

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

 


Une réflexion sur « Bernard Boyaval : A propos de la formule épigraphique « Personne n’est immortel » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *