Ariel Chopard a lu pour vous : Bernard Grasset « Hellade ».

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 144, juillet 2016, article six

Bernard Grasset, Hellade, Le lavoir Saint-Martin,  Paris,  2015, 122 pages.

Partez en Grèce et emportez Hellade !

 

Couverture de livre de Bernard Grasset, Hellade.
Couverture de livre de Bernard Grasset, Hellade.

Ma Bohème

 

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;

Mon paletot aussi devenait idéal ;

J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;

Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

 

Mon unique culotte avait un large trou.

– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.

– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

 

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres, je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

 

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

Il est un peu déconcertant pour le lecteur

qui attend un commentaire sur un ouvrage de voir un article qui commence sur un autre auteur, ici un poète.

Mais c’est exactement l’état d’esprit qui s’impose à la lecture d’Hellade.

Bernard Grasset nous emmène, en sa compagnie et celle de son fils, dans une déambulation poétique hors du temps, et les petits cailloux blancs qu’il « égrène » sont des vers ou des citations tirés des auteurs anciens ou modernes.

Nous sommes conviés à ce « doux frou-frou » sur les chemins de Grèce où passé et présent se mêlent pour mieux souligner que « rien de ce qui est humain ne nous est étranger ».

La chronologie est l’occasion d’une vertigineuse mise en abyme. Grasset nous conte son voyage qui eut lieu en 2005 depuis son bureau en 2010 et publie son livre en 2015. Les pensées du voyageur sur son périple et sur les réflexions de son fils ignorent, comme nous l’avons dit plus haut, tout repère dans le temps mais émergent au fil des paysages, des rencontres, des déambulations, des moyens de transport.

 

C’est un livre idéal pour les vacances,

au sens où nous n’avons plus l’esprit préoccupé, voire diverti au sens pascalien du terme, parce que ce temps nous offre la possibilité de nous transformer en réceptacles, en caves viticoles où nos lectures, nos connaissances pourront enfin apparaître en nous, comme un vin qui se bonifie dans le silence et la sérénité de son fût, avec comme seul but le plaisir de charmer notre âme, de nous faire saisir « une formule [qui] perle […], d’où l’on trouve aussitôt à s’orner. »[1]

« Je marche et me souviens »[2], nous cite Grasset (p.79) et cela semble être sa devise car c’est exactement ce que ressent le lecteur. On se promène avec son fils et lui sur les routes de Grèce et sur les chemins infinis de la réflexion à la suite des poètes, des philosophes. Il sème des citations qui nous incitent à un dialogue entre nous-même et les textes lus, les pensées retenues, tout ce qui nous permet d’avancer dans ce monde qui s’enténèbre, mais que l’auteur parvient à rendre lumineux et apaisé. La présence de l’enfant qui note également quelques réflexions ou qui recopie des données statistiques dans son Journal représente parfois le lecteur qui se laisse guider, et à d’autres moments permet un dialogue non plus avec le poète itinérant mais avec le compagnon qui s’enthousiasme avec un œil neuf et qui a l’avenir à découvrir. Nous sommes à la fois témoin de ce voyage initiatique et partie prenante dans une nouvelle mise en abyme de notre propre rôle de lecteur.

 

« Comme un feu insaisissable, le logos éclaire les rives changeantes du monde » (p. 20)

Le lecteur est guidé par ce phare à travers la lecture de cet ouvrage, qui doit devenir un vade-mecum, et cela d’autant plus aisément que son format permet de le glisser dans n’importe quel sac.

« Le XXIe siècle, avait confié Bonnefoy au Magazine littéraire en avril 2008, c’est bien possiblement celui qui verra la poésie périr, étouffée sous les ruines dont il couvre le monde naturel autant que la société. » (extrait de l’article du Monde en son hommage). Conjurons ce sombre avenir avec la bal(l)ade que nous propose Grasset et terminons avec la sagesse d’Euripide que cite l’auteur « Une vie sans beauté n’est qu’un lourd fardeau »[3].

C’est du reste la démarche qui a sauvé Catherine Meurisse, qui, dans son dernier opus, La légèreté, raconte comment la beauté a réussi à la faire « revivre ».

Partez en Grèce et emportez Hellade, plutôt que n’importe quel guide. Vous approcherez le pays et l’âme des poètes. Restez tranquillement chez vous, voyagez grâce à ce merveilleux petit livre et vous approcherez le pays et l’âme des poètes, dont l’auteur.

Ariel Chopard

Professeure de lettres classiques au collège Sainte Elisabeth,

Les Pennes Mirabeau

 

[1] Francis Ponge – Le parti pris des choses (1942) – L’huître.

[2] Yorgos Thèmelis, Fenêtre nue, Sur les traces, p. 13.

[3] Euripide, Théâtre complet 2, GF 1966, Hécube, 378, p.144.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *