Jean-Victor Vernhes : Les racines *amei et *ameu en grec ancien

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 144, juillet 2016, article cinq.

Les meilleurs des chants amébées

Les racines *ἀμει et *ἀμευ

avec une étymologie pour ἀμείνων « meilleur ».

 

Nicolas Poussin, Les bergers d'Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)
Nicolas Poussin, Les bergers d’Arcadie, 1637-1638, Louvre (Wikicommons)

 

Nous allons voir que l’idée générale exprimée par ces deux racines, qu’on pourrait qualifier de racines jumelles, c’est ne pas rester là ou ne pas en rester là, dépasser, passer ou faire passer d’une position à une autre, faire aller au-delà.

Commençons par la forme *ἀμει. Nous la trouvons dans des mots que dans l’approche habituelle du vocabulaire grec on rattache ordinairement à la notion d’échange : ἀμείβειν, échanger ; ἡ ἀμοιβή, l’échange, d’où l’adjectif ἀμοιβαῖος, caractérisé par un échange, célèbre par les ἀμοιβαῖα μέλη, les chants amébées de la littérature d’inspiration bucolique qui remonte à Théocrite, ou plutôt que Théocrite a reprise d’une vieille tradition dont il a fait un genre littéraire. Ces chants amébées sont une joute poétique entre deux bergers qui tour à tour improvisent deux vers sur un certain thème ou sur deux thèmes contrastés. On définit souvent ces chants amébées comme un échange de couplets. Mais essayons de jouer le jeu en nous mettons dans la peau des jouteurs ou des témoins de cet affrontement poétique. L’un des deux concurrents vient d’improviser deux vers. Son rival doit lui répliquer incontinent en improvisant à son tour deux vers sur le thème choisi. Il s’agit pour lui de ne pas rester coi, de ne pas rester sec, de ne pas se creuser la tête dans un silence embarrassé. Et le premier à son tour doit aller plus loin en montrant avec quelle virtuosité il improvise. Ils sont contraints tous deux à un dépassement permanent.

Ce scénario, même s’il relève largement de l’imagination littéraire, fait bien sentir ce que veulent dire ἀμοιβαῖος, ἀμοιβή, ἀμείβειν.

Ἀμείβειν, c’est passer d’une position à une autre, dépasser. De cette idée générale vont découler les effets de sens usuels : échanger des objets, des paroles ; alterner ; répondre. Il s’agit parfois de passer d’un lieu à un autre : πόλιν ἐκ πόλεως ἀμείβειν, passer d’une ville à une autre.

ἡ ἀμοιβή, c’est le don fait en retour. Un don a été fait. Mais on n’en reste pas là, on va au delà…

Nous invitons nos lecteurs à reprendre dans le Bailly les mots ἀμείβειν, ἀμοιβή, ἀμοιβαῖος et à examiner leurs emplois divers en référence à l’idée générale que nous proposons comme fil conducteur de leur sémantique.

Et maintenant nous allons faire un audacieux pas en avant en proposant de rattacher ἀμείνων, meilleur (un des comparatifs de ἀγαθός) à notre racine ἀμει- avec la valeur fondamentale que nous lui attribuons (être ἀμείνων, c’est dépasser, c’est aller au delà).

Le dictionnaire étymologique de Chantraine nous apporte une seule donnée positive sur ἀμείνων : le εί y est une diphtongue d’origine, et ne repose pas sur l’allongement d’un ε. Le dictionnaire de Beekes nous dit : no etymology.

Éric Dieu, dans son ouvrage sur Le supplétisme dans les formes de gradation en grec ancien et dans les langues indo-européennes (Genève, Droz, 2011) nous offre une étude approfondie d’ ἀμείνων (p. 29-54).

En ce qui concerne l’étymologie, il nous indique les deux pistes principales : 1) rapprochement avec le latin amoenus, ‘agréable’ ; 2) analyse en un ἀ- privatif suivi d’un second élément exprimant la notion de petitesse. Et il nous montre les difficultés qu’on rencontre dans les deux cas.

Notre hypothèse ne pose pas de problème sémantique, mais voyons l’aspect morphologique de la question. Ιl n’y a pas de formations en racine + -νων. Il nous faut donc chercher quel remaniement a pu intervenir.

Sur la racine ἀμει- peut s’être formé un thème verbal en -ν- (comme on en trouve dans πλύνω, laver, κρίνω, juger, etc.). Et des formations nominales en -ων peuvent dériver de thèmes verbaux, comme τρίβων sur τρίβω. Ainsi se serait formé ἀμείνων qui du fait de son sens aurait pris place dans la catégorie des comparatifs, en adoptant la flexion.

Autre possibilité. Des adjectifs en -νος peuvent être formés sur une racine au degré e : δεινός, terrrible (sur *dwei), σεμνός, vénérable (sur σέβομαι, vénérer) On peut donc supposer un *ἀμεινός.

Voyons maintenant la forme *ἀμευ-. Nous la trouvons à l’état de trace dans l’aoriste ἀμεύσασθαι, dépasser qu’on trouve chez Pindare et dans quelques autres termes peu usuels en ἀμευ- .

Nous la trouvons surtout dans ἀμύνω, écarter un danger ou un ennemi. 

Ce verbe est formé sur un thème ἀμῠ-ν- (degré zéro de ἀμευ- + suffixe -ν-. Le υ ne reste bref qu’au futur ἀμῠνῶ. Il s’allonge à l’imperfectif (ἀμύνω < * ἀμῠνyω) et à l’aoriste (ἤμυνα < *ἤμυνσα).

Dans l’idée d’écarter un danger nous percevons aisément la notion de faire aller au delà (donc re-pousser) que nous avons indiquée à propos de ἀμει-

Pour remonter au niveau indo-européen on peut poser ἀμεί- < *h2mey et ἀμευ- <*h2mew.

Une laryngale initiale devant consonne ne laisse de trace qu’en grec et en arménien sous forme d’une voyelle ‘prothétique’.

 

Quels sont les correspondants possibles (en latin et en sanskrit) sur *h2mey ? On a vu dans le latin migrare, émigrer (aller dans un espace au delà) le correspondant de ἀμείβω au sens de changer de lieu, en posant un thème *h2mey-gw. Ce gw est passé à β en grec. Mais cette suffixation en *gw pose problème.

On a en sanscrit mayate, changer (may < *mey). On rapproche le latin meare, ‘passer, traverser’ (disparition du y entre voyelles).

Quels sont les correspondants possible sur *h2mew ? On a le latin moveo, mettre en mouvement, avec structure causative, comme dans moneo, mettre dans l’esprit (racine *men).

Ces considérations étymologiques seraient à développer. Nous nous sommes contentés ici de quelques exemples, car nous avons préféré scruter les données grecques.

 

            Jean-Victor Vernhes

            maître de conférences retraité

de l’Université de Provence


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *