Un témoignage oral sur les réfugiés de Smyrne en 1922

▶ ACTUALITE/ HISTOIRE GRECQUE ,   λύχνος n° 143, mars 2016, article sept.

Ecoutez l’histoire de Pagona Skirinoglou, réfugiée grecque de Smyrne.

 

Incendie de Smyrne en 1922 (wikicommons)
Incendie de Smyrne en 1922 (wikicommons)

 

Véronique Ginouvès de la phonothèque de la Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence, nous signale aimablement la publication d’une archive sonore en grec, témoignage des descendants des réfugiés d’Asie Mineure. Ce travail documentaire d’archivage a été réalisé par Hélène Loukou, étudiante en archivistique.

A l’heure où la question des réfugiés redevient d’actualité, voici un récit édifiant que l’on pourra écouter en grec sur : https://phonotheque.hypotheses.org/15667, et dont voici le résumé en français :

Katerina Kardamitsi, reconstitue la vie de sa mère Pagona Skirinoglou, réfugiée d’Asie-Mineure, née en 1908 à partir des récits entendus depuis l’enfance. Sa sœur aînée se nommait Polyxène et ses deux petits frères, Simos et Panagiotis. Leur père s’appelait Antonis et leur mère Irini. Ils vivaient à Menemen, dans la province de Smyrne en Asie-Mineure. Leur grand-père était sacristain à l’Église orthodoxe d’Agia-Fotini. Pagona et sa grand-mère maternelle étaient analphabètes. En 1922, l’armée turque a fait prisonniers leur père Antonis et leur grande sœur Polyxène, ils ont été portés disparus. Le reste de la famille a fui en bateau, accostant dans plusieurs lieux comme l’île de Chios et la ville d’Athènes. À Athènes, ils ont d’abord été logés dans les bâtiments de l’Ancien Parlement où les conditions de vie étaient très difficiles. Tous conduits ensuite dans les entrepôts dans le quartier de Thiseio, Pagona et sa mère ont été séparées des deux garçons et elles ont été envoyées à Syros.

Sur l’île de Syros, sa mère a été emportée par une pneumonie et ne sachant pas où aller, Pagona s’est fait embaucher comme domestique dans une maison où elle a rencontré son futur mari, Giorgos Rokos. Plus tard, Pagona a réussi à retrouver un de ses frères, Simos, à Ermoupoli. Les autorités grecques qui recueillaient les réfugiés orphelins avaient emmené Simos à l’orphelinat américain de l’île. Simos avait un don pour la musique et jouait dans l’orchestre municipal. Après ces retrouvailles, il partit travailler à Athènes dans un hippodrome. Plus tard son frère Panagiotis, le cadet de la famille, a rejoint Simos pour travailler lui aussi à l’hippodrome. Panagiotis a bénéficié de l’allocation de logement allouée aux réfugiés et obtenu une maison dans le quartier des Tzitzifies, où il vivait avec sa famille au moment de l’entretien. Pagona, de son côté, n’a pas cherché à obtenir une maison. Elle s’est mariée à 18 ans avec un marin et s’est intégrée à la société de Syros, en oubliant peu à peu les us et coutumes d’Asie Mineure. Elle n’a pas gardé le souvenir de la langue turque, contrairement aux membres de sa famille. Veuve à 34 ans, elle a eu 2 enfants. Leur maison se trouvait dans le quartier de Kimisi.

Cet entretien a été enregistré en grec le 3 août 2001 par Katilena Stathatou.  Cette archive fait partie d’un corpus sonore constitué par des historiens qui interrogent des Grecs de première et deuxième génération ayant vécu la catastrophe de Smyrne en 1922. Il est traité en langue française sur la base de la phonothèque de la MMSH, Ganoub,
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=3788&fonds=&nat=3&cid=14
et les notices sont en langue grecque sur le carnet de recherche et déposées aux archives des Cyclades, à Syros.

Un index des notices traitées est également disponible :
https://phonotheque.hypotheses.org/corpus-asie-mineure.

« Connaissance Hellénique » salue le travail de mémoire réalisé par ces historiens grecs. Puisse cette mémoire nous aider à montrer de l’humanité aux réfugiés d’aujourd’hui.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *